48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014"

Transcription

1 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations Modérateurs : N. KACENELENBOGEN J. LEVY V. MOREAU Samedi 6 septembre 2014

2 Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence : <néant> Participation à un «Advisory Board» : Table ronde en 2014 sur le vaccin pneumo organisée par la firme «Pfizer» Etudes cliniques sponsorisées en cours : <néant> Consultance : <néant> Voyages-Congrès : <néant>

3

4 VACCIN CONJUGUÉ CONTRE LES PNEUMOCOQUES Contexte épidémiologique Carractéristiques du vaccin conjugué Comparaison avec le pneumo 23 Efficacité Indications et schéma vaccinal Contre indications et effets secondaires Questions en suspens

5 CONTEXTE ÉPIDÉMIOLOGIQUE Infections à pneumocoques = 1ère cause d infection bactérienne invasive chez l enfant des pays industrialisés En Belgique : 59/ infections invasives à pneumo chez enfants < 5 ans - 104/ chez les < 1 an! (Méningocoque C : 5/ et Haemophilus : 22/ avant l introduction de la vaccination) Mortalité : 2.3 % Séquelles : 3.2 %

6 CONTEXTE ÉPIDÉMIOLOGIQUE INFECTIONS INVASIVES Bactériémie sans foyer : 53 % Pneumonie : 23 % Méningite : 13 % INFECTIONS DU TRACTUS RESPIRATOIRE 1/3 des otites moyennes bactériennes

7 CONTEXTE ÉPIDÉMIOLOGIQUE La moitié des bactériémies et ¾ des méningites à pneumo entre 0 et 5 ans surviennent avant 1 an! 30 % des enfants avec une méningite à pneumocoque gardent des séquelles auditives ou neurologiques!

8 RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES ( Belgique 2000 ) Pénicilline 17,6 % Érythromycine 36.5 % Céfotaxime (Claforan* IM/IV ) 5.7 % Résistances fortes en France et en Espagne, faible aux Pays-Bas et dans les pays nordiques Stabilisation des résistances depuis 2000

9 LES ENFANTS À RISQUE ACCRU Drépanocytose ( risque 60/1000 chez les<5ans) Asplénie fonctionnelle ou anatomique Infection par HIV ( risque 110/1000 ) Immunodéficiences congénitales Insuffisance rénale Syndrome néphrotique Traitements aux immunosuppresseurs Implant cochléaire

10 ENFANTS À RISQUE ACCRU MALADIES CHRONIQUES Maladies cardiaques Maladies pulmonaires chroniques sauf l asthme Diabète sucrée Fistule de liquide céphalo-rachidien!!! La fréquentation d un milieu d accueil multiplie par 2 le risque d infection à pneumocoque!!!

11 LE STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE PLUS DE 92 SÉROTYPES SE DISTINGUANT PAR LEURS POLYSACCHARIDES CAPSULAIRES ANTICORPS ACQUIS PROGRESSIVEMENT À MESURE DE LA COLONISATION NASO-PHARYNGÉE IMMATURITÉ IMMUNITAIRE FACE AUX ANTIGÈNES POLYSACCHARIDIQUES < 2 ANS ( immunité acquise vers 5 ans )

12 Pneumo 23 - Pneumo conjugué 23 sérotypes Non conjugué Peu immunogène < 2ans Pas de mémoire immunitaire Pas de diminution du portage naso-pharyngé 7,10 et 13 sérotypes Conjugué Immunogène < 2 ans Mémoire immunitaire Diminution du portage nasopharyngé

13 UN VACCIN CONJUGUÉ Association à une protéine porteuse ( dérivée de la toxine diphtérique ) transformant les antigènes présents en antigènes T-dépendants Efficacité protectrice meilleure Mémoire immunitaire améliorée

14 PNEUMO CONJUGUÉ 7 sérotypes ( 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F, 23F ) : les plus fréquents chez les enfants de < 2 ans = Prevenar 7 ( en 2006 ) 10 sérotypes (1,4,5,6B,7F,9V,14,18C,19F,23F) = Synflorix 13 sérotypes ( 1,3,4,5,6A,6B,7F,9V,14,18C,19A,19F,23F) = Prevenar 13 Chaque sérotype associé à une protéine porteuse

15

16

17 ÉTUDE KAIZER PERMANENTE( USA p<0,01) nourissons vaccinés à 2, 4, 6 et 15 mois soit par le pneumo conjugué soit par un meningo C conjugué Efficacité protectrice de 97 % contre les infections invasives à pneumo des 7 sérotypes ( 16/ contre 259/ ) 89 % sur l ensemble des infections pneumococciques ( 32/ contre 290/ ) Efficacité sur la pneumonie avec image radiologique ( 32% < 1an ; 25% de 1 à 2 ans ; 10% > 2ans )

18 ETUDE PROSPECTIVE FINLANDAISE 1662 enfants Prévention de l otite moyenne? Réduction de 57 % sur les otites des 7 sérotypes Réduction de 34 % de l ensemble des otites moyennes bactériennes Réduction de 6 % de l ensemble des otites Augmentation modérée des otites dues à d autres sérotypes

19 ÉTUDES USA RÉCENTES DEPUIS GÉNÉRALISATION DU VACCIN ( 99 à 01 ) Réduction de 69 % de l incidence des infections invasives à pneumo < 2 ans Réduction chez les 20 à 39 ans Réduction chez les > 65 ans encore meilleure que chez les enfants!!! ( immunité de troupeau ) Diminution du portage naso-pharyngée Diminution de la transmission à l adulte

20 Fin 2006, introduction dans le schéma vaccinal du 7-valent Schéma en 3 doses au lieu de 4 dans certains pays ( prix, efficacité de 3 doses confirmée si 3eme dose à 12 mois ) Avec le 7-valent la couverture vaccinale a été en 2009 en Belgique de 95 % pour la 1ère dose, 90% pour la 2ème dose 81 à 89% pour la 3 ème dose

21 EFFETS SECONDAIRES Vaccination par voie IM En même temps que l hexavalent ou RRO mais à un site différent Érythème, induration, douleur locale ( 10 à 15 % ) Fièvre ( 15 à 30 % ) Irritabilité, somnolence ( 10 %) Troubles digestifs ( 10 % )

22 EFFETS SECONDAIRES RARES Urticaire ( 1 % ) Convulsions fébriles ( 5 / ) Pleurs inhabituels ( 4 / ) Granulocytopénie transitoire ( 2 / ) Réaction anaphylactique ( 1 / )

23 Passage au prevenar 13 En 2011, la Belgique décida de remplacer le vaccin conjugué à 7 valences ( Prevenar 7*) par un vaccin à 13 valences ( Prevenar 23*). On a observé une réduction significative de l incidence des infections invasives à Pneumocoques en comparant la période pré ( 2002) et post vaccinale ( > 2007 ) avec la quasi disparition des sérotypes vaccinaux Mais on a observé une augmentation de sérotypes non vaccinaux, en particulier les sérotypes 7F, 19A et 33F. On constata également un accroissement des empyèmes liés au sérotype 1. En fait, en matière de maladies invasives se sont surtout les bactériémies qui ont diminué

24 13-Valent versus 10-Valent? Vu l épidémiologie belge et l incidence élevée du sérotype 19A dans les infections sévères ( méningites ) on opta plutôt pour le vaccin 13-valent, avec 65% de couverture pour les 6 sérotypes additionnels chez les moins de 5 ans, que pour le 10-valent avec seulement une couverture de 38% sur les sérotypes additionnels. On table aussi sur un effet plus positif des nouveaux vaccins sur les infections non invasives, comme la pneumonie et l otite moyenne aigu ( une revue Cochrane montrait que l efficacité du vaccin heptavalent n était que de 6 à 7%, la majorité des otites étant virales ou liés à d autres bactéries) Si on se place uniquement du point de vu de l otite moyenne, le 10-valent par sa protection additionnelle sur l haemophilus influenzae présente un meilleur profil, sa protection additionnelle par rapport au 13-valent étant estimée à 10%.

25 QUESTIONS EN SUSPENS Remplacement des sérotypes vaccinaux par d autres? Diminution de la réponse immunitaire coqueluche et polio? Pas d études significatives sur les enfants à risque ( HIV ) Efficacité du 13 valent sur le sérotype 3 dans les infections invasives? Quel sera l impact indirecte ( immunité de groupe )?

26 SCHÉMA VACCINAL ENFANT PREVENAR 13 en IM 2 mois 4 mois 12 mois Toujours sur un autre site que les autres vaccins administrés en même temps Entre 2 et 5 ans : 1 dose chez les patients à risque

27 Schéma si vaccination commence après 2 mois Âge 1ère dose Schéma de base Rappel 2-6 mois 2 doses, 4 à 8 sem.d intervalle 7-11 mois 2 doses, 6 à 8 sem.d intervalle mois 2 doses, 6 à 8 sem.d intervalle > 24 mois 1 dose 15 à 18 mois 15 à 18 mois

28 Enfants à risque Ceux déjà vaccinés avec trois doses de l heptavalent : un rappel avec le 13- valent suivi après leur deuxième anniversaire d une dose de pneumo-23 Ceux n ayant reçu aucune vaccination recevront deux doses de 13-valent à 8 semaines d intervalle suivi après leur 2ème anniversaire d une dose de pneumo-23. Pour les enfants prématurés, le Conseil Supérieur de la Santé recommande un schéma à 4 doses ( 8,12, 16 semaines et 12 mois )

29 Premiers résultats du 13-valent Les premières études épidémiologiques post introduction du vaccin 13- valent montrent une diminution des infections liées aux sérotypes vaccinaux et en particulier le sérotype 19 A en Belgique. Dans certains pays on a aussi constaté une diminution significative des pneumonies et des otites moyennes aigues.

30 SCHÉMA ADULTE >70 ans : Patients vaccinés auparavant par pneumo 23 ont une réponse en anticorps meilleure après revaccination par le Prevenar 13 que par le pneumo 23 Adultes à risque : par ordre 1/ Trouble immunitaire, Asplénie, Implant cochléaire, Fuite du LCR 2/ Cardiaque chronique, Pulmonaire chronique, Souffrances hépatiques ou rénales chroniques 3/ Tabagisme, alcoolisme 4/ > 65 ans en bonne santé

31 SCHÉMA ADULTE 19 à 75 ans à risque accru 50 à 75 ans avec comorbidi té Primo PCV 13 PCV 13 ou Pneumo 23 1 er rappel Pneumo 23 après 8 semaines Rappels Pneumo 23 tous les 5 ans Pneumo 23 après 8 semaines Pneumo 23 tous les 5 ans 65 à 75 ans en bonne santé PCV 13 ou Pneumo 23 Pneumo 23 après 8 semaines Pneumo 23 tous les 5 ans > 75 ans > 80 ans PCV 13 ou Pneumo 23 Pas de rappel Pas de rappel Pas de vaccinatio n

32 CONCLUSION VACCIN RECOMMANDÉ DÈS 2 MOIS PREVENAR 13 DE 2 À 5 ANS : ENFANTS À RISQUE EN MÊME TEMPS QUE L HEXAVALENT ET RRO Chez l adulte commencer par Prevenar 13 suivi 8 semaines après par Pneumo 23 jusque 75 ou 80 ans

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD

Nouveautés en vaccination. Gaston De Serres, MD Nouveautés en vaccination Gaston De Serres, MD Objectifs pédagogiques Suite à cette présentation, le participant sera en mesure de: Décrire la morbidité due au zona chez les personnes âgées et les données

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

VIII/ Sujets à risque

VIII/ Sujets à risque 17 novembre 2010 VIII/ Sujets à risque DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN Tuberculose Coqueluche Pneumocoque Méningocoque Hépatite A Hépatite

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille (CIP : 34009 399 011-5) Boîte de 10 seringues pré-remplies avec

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 octobre 2009 MENINGITEC suspension injectable en seringue préremplie Vaccin méningococcique du groupe C oligosidique conjugué (adsorbé) B/1 seringue munie d un bouchon

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination

Conseil Supérieur de la Santé. Guide de vaccination Conseil Supérieur de la Santé Guide de vaccination DROITS D AUTEUR Service public Fédéral de la Santé publique, de la Sécurité de la Chaîne alimentaire et de l Environnement Conseil Supérieur de la Santé

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Vaccins à tropisme respiratoire

Vaccins à tropisme respiratoire Vaccins à tropisme respiratoire Dr V BOISSERIE-LACROIX Vaccination antigrippale! Épidémiologie :! 30-40% des enfants! Taux d hospitalisation d 90-500/100 000! Risque lié à l âge (x 9

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques.

VACCINATIONS. Le plan de vaccination suisse 2013 recommande la vaccination contre la tuberculose dans des groupes à risques. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS Idriss Guessous Service de médecine de premier recours, HUG 2013 LES POINTS

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 )

MONOGRAPHIE. Prevnar * 13. Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) MONOGRAPHIE Prevnar * 13 Vaccin antipneumococcique triskaïdécavalent conjugué (protéine diphtérique CRM 197 ) Suspension pour injection intramusculaire Agent d immunisation active * M.D. de Wyeth Pfizer

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique?

Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne? Quels élements de réponse pour la Belgique? UCL - RESO Unité d Education pour la Santé Ecole de santé Publique Centre «Recherche en systèmes de santé» Vaccination anti-pneumococcique : Quelles sont les situations actuelles dans l Union Européenne?

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille 2015 JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille 2015 JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE 10.3.4 VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Deux vaccins inactivés polysaccharidiques 23-valent contre le pneumocoque sont distribués au Canada : Pneumovax 23 (Merck Frosst) et Pneumo

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Vaccination pneumococciquede l adulte

Vaccination pneumococciquede l adulte Vaccination pneumococciquede l adulte Qui, quand et comment? J Gaillat 100 ans de prévention pneumococique Grabenstein Clin Microbiol Infect 2012; 18 (Suppl. 5): 15 24 1895 Les sérums peuvent être efficaces

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 16eme congrès de pneumologie de langue française,

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Patrice Deteix Thierry Hannedouche Georges Mourad SN SFD SFT

Patrice Deteix Thierry Hannedouche Georges Mourad SN SFD SFT 12 octobre 2009 Chers sociétaires La pandémie grippale A H1N1 doit évoluer en deux vagues de 12 semaines chacune, séparées par un intervalle de plusieurs mois. Les prévisions estiment qu un tiers des patients

Plus en détail

Les vaccinations en EHPAD

Les vaccinations en EHPAD Les vaccinations en EHPAD Recommandations du Calendrier Vaccinal 2009 Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème journée régionale de formation et d information Antenne régionale Nord Pas de Calais

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique conjugué au Québec INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Rapport Évaluation de la pertinence d un nouveau vaccin antipneumococcique

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII

Vaccination contre le pneumocoque et Grippe. J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Vaccination contre le pneumocoque et Grippe J.Gaudelus Service de Pediatrie Hopital Jean Verdier 93140 Bondy Université Paris XIII Barriere hematoencephalique 2 Pathologies dues au Pneumocoque Vaccination

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues

Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées reçues Introduction Vaccination contre la grippe saisonnière : les idées 1. La vaccination donne la grippe!? 2. La grippe, c est juste un gros rhume! 3. La vaccination contre la grippe est contreindiquée chez

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination Prise en charge pratique des patients sous abatacept 1 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat

Le point sur la vaccination pneumococcique. J Gaillat Le point sur la vaccination pneumococcique J Gaillat 100 ans de prévention pneumococcique Grabenstein Clin Microbiol Infect 2012; 18 (Suppl. 5): 15 24 1895 Les sérums peuvent être efficaces 1909-30 Vaccins

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I Grippe saisonnière tout ce qu il faut savoir Monica Attinger - infirmière HPCI Forum HH /CHUV - 4 septembre 2007 La grippe saisonnière (Influenza) Infection virale du système respiratoire causée par les

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques

Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques Référentiel Vaccins anti-infectieux et cancers intra-thoraciques Coordonnateur IR et Bourgogne: Pascal Foucher Alsace : Daniel Christmann Champagne Ardennes : Christophe Stradi Franche Comté : Olivier

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique. 12 Avril, 2013 Colloque Bleu

Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique. 12 Avril, 2013 Colloque Bleu Nouvelles avenues pour la vaccination anti-pneumococcique 12 Avril, 2013 Colloque Bleu Julie Bestman-Smith MD. PhD. Microbiologiste-infectiologue, HEJ (CHU de Québec) Divulgation des conflits d intérêt

Plus en détail

La vaccination contre les infections à pneumocoques

La vaccination contre les infections à pneumocoques La vaccination contre les infections à pneumocoques Importance pour la santé publique les formes invasives de l'infection: la méningite, endocardite -participation valvulaire, septicémie, l'arthrite, infections

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE

VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE 23 VACCINATION OFFERTE EN HÉMODIALYSE Informations générales Pour vous, pour la vie Madame, Monsieur, La vaccination demeure la mesure de santé publique la plus efficace et sécuritaire dans la prévention

Plus en détail

Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé

Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé COCHIN SAINTVINCENT DE PAUL Vaccination au cours du lupus érythémateux disséminé Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Pôle de médecine, Hôpital Cochin Université Paris Descartes, Faculté de

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Institut Pasteur, Paris, décembre 2009. Définitions. EHPAD ou Nursing Homes:

Institut Pasteur, Paris, décembre 2009. Définitions. EHPAD ou Nursing Homes: Hôpital Charles Foix (AP HP) Institut Pasteur, Paris, décembre 2009 CEMI 14-14/12/2009 Définitions EHPAD ou Nursing Homes: Définitions comparables (Strausbaugh 2000) Chambres médicalisées permettant l'accueil

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2015 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Sommaire 1. Points-clés sur les nouvelles recommandations 4 2. Recommandations 5 Vaccination des personnes

Plus en détail

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille

Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013. Dr F. DUBOS - Lille Point sur la vaccination contre le pneumocoque : les recommandations en 2013 Dr F. DUBOS - Lille Conflits d intérêt Invité par Pfizer aux congrès ESPID 2010, 2011, 2013 Financement d études par Sanofi-Pasteur

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre le pneumocoque par le vaccin Pneumo 23 chez l adulte et l enfant âgé de 5 ans et plus infectés par le VIH 2 octobre 2009 Le Conseil supérieur d hygiène publique de

Plus en détail

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008

MIE Pédiatrie item 76 Les vaccinations en pédiatrie Année universitaire 2007-2008 LES VACCINATIONS EN PÉDIATRIE L évolution épidémiologique des infections, l arrivée de nouveaux vaccins, a rendu le calendrier vaccinal complexe avec des vaccins traditionnels (BCG, Pentavalent, ROR, HB,

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

IMMUNOLOGIE DES VACCINS

IMMUNOLOGIE DES VACCINS FICHE TECHNIQUE avril 2009 Voir en complément : Les principaux vaccins : Indications et modalités d utilisation La vaccination, deuxième partie, mai 2009 LA VACCINATION 1 re partie : Principes généraux

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2009 selon l avis du Haut Conseil de la santé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail