TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc"

Transcription

1 TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici. Un déclencheur (ou «trigger») est décrit à l'aide du langage PLSQL et surveille des événements de modifications sur la base pour réagir en corrigeant, validant, annulant des actions. Ce document commence par décrire les bases du langage PLSQL avant d introduire les aspects spécifiques aux déclencheurs. On notera que PLSQL n est pas limité au contexte des triggers. Il peut être utilisé pour programmer des procédures de manipulation d une base de données. PLSQL, les bases du langage: Le langage PLSQL (Procedural Language SQL) ajoute les concepts des langages procéduraux au langage SQL. Un programme PLSQL est constitué d'un ensemble de blocs d'instructions qui peuvent s'imbriquer. Chaque bloc contient 3 sections : une section pour la déclaration des variables utilisées dans le programme et introduites par ; une section contenant le code proprement dit du programme et introduite par ; une section dédiée au traitement des erreurs et introduite par ; un programme PLSQL se termine toujours avec le caractère "" Un bloc se termine toujours par le mot clé END suivi d'un point-virgule. Chaque instruction ou déclaration est suivie d'un point-virgule comme en SQL. La portée des objets déclarés dans les différents blocs suit la logique habituelle. déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc instructions PLSQL [...] [...] [...] traitement des erreurs Une variable simple peut être : de type SQL : CHAR, NUMBER, DATE, VARCHAR2 mavariable1 CHAR(10); de type extrait du champ d'une table: cela permet de récupérer le type associé à un attribut lors de la définition de la table (pas besoin de consulter le schéma pour avoir le type exact). mavariable2 etudiant.nom%type; (type de l'attribut nom de la table étudiant) d'un type scalaire: BOOLEAN, BINARY_INTEGER, DECIMAL, FLOAT, INTEGER, REAL, SMALLINT, ROWID, etc. mavariable3 INTEGER := 10; (déclaration avec initialisation) L'opérateur d'affectation est := et il est possible de définir la valeur des variables lors de la déclaration : nom_variable nom_type := valeur; Le type RECORD permet de déclarer une structure de données. TYPE UnEtudiant is record (num integer, nom char(15), prenom char(15)); MonEtudiant UnEtudiant; 1

2 Il y a encore plus facile pour déclarer une structure composée de toutes les colonnes d'une table (c est-à-dire un tuple). On utilise %ROWTYPE de manière proche de %TYPE. MonEtudiant etudiant%rowtype; (si étudiant est le nom d'une table) Les structures de contrôle classiques d'un langage procédural sont représentées, par exemple les structures alternatives : IF condition1 THEN CASE Variable WHEN condition1 THEN ELSIF condition2 THEN WHEN condition2 THEN ELSE ELSE END CASE; On trouve aussi des structures répétitives: WHILE cond LOOP LOOP EXIT WHEN cond; FOR Variable IN vinf..vsup LOOP PLSQL, interactions avec la BD: IL est possible d'insérer des commandes SQL au milieu du code PLSQL. Une nouvelle clause INTO associée à un ordre SELECT permet de stocker le résultat de la requête dans les variables listées derrières cette clause. Attention, la requête ne doit retourner qu'un seul tuple! (sinon il faut utiliser un curseur explicite, décrit ultérieurement) Ex : Vnom étudiant.nom%type; Vprénom étudiant.prénom%type; SELECT nom, prenom INTO Vnom, Vprenom FROM etudiant WHERE NETUD=222;... Les commandes SQL INSERT, UPDATE et DELETE sont également autorisées et peuvent faire intervenir des variables PLSQL. Dans le cas d'instructions LMD, on a souvent recours aux curseurs implicites pour tester le résultat de ces commandes. En effet UPDATE et DELETE, par exemple, ne renvoient aucune erreur en cas d'absence de mise à jour (et ce n'est d'ailleurs pas une erreur!). Les curseurs implicites permettent de savoir combien de tuples ont été traités par la dernière commande. On dispose de trois curseurs importants: SQL%ROWCOUNT indique le nombre de lignes affectées par la dernière instruction LMD (INSERT, UPDATE, DELETE), SQL%FOUND prend la valeur TRUE si la dernière instruction LMD affecte au moins 1 tuple, SQL%NOTFOUND prend la valeur TRUE si la dernière instruction LMD n'affecte aucun tuple. DELETE FROM etudiant WHERE nom='truc'; IF SQL%NOTFOUND THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Aucune suppression!'); On peut remarquer l'utilisation du paquetage (bibliothèque de fonctions) DBMS_OUTPUT qui permet de réaliser des sorties sur écran. La fonction PUT_LINE affiche une chaîne sur l'écran. Le paquetage doit être activé au préalable dans le programme PLSQL à l aide de la procédure DBMS_OUTPUT.ENABLE(taille_tampon), 2

3 la taille du tampon étant par défaut de 2000 caractères. La sortie sur écran doit être activée dans la session avec la commande SET SERVEROUTPUT ON Curseurs explicites PLSQL fournit un outil important pour gérer le résultat d'une requête d'interrogation: les curseurs explicites. Un curseur est une zone mémoire qui permet de traiter individuellement chaque ligne renvoyée par un SELECT. En fait un curseur est le seul moyen de traiter le résultat d'une requête renvoyant un ensemble de tuples (plus d'un). L'utilisation d'un curseur passe par plusieurs étapes: la déclaration du curseur (CURSOR), l'ouverture du curseur (OPEN), le parcours des résultats les uns après les autres dans une boucle (FETCH), la fermeture du curseur (CLOSE). Un curseur est généralement associé à une requête, mais ce n'est pas toujours le cas (cf. plus loin). CURSOR c1 IS SELECT nom, prenom FROM etudiant WHERE age>30; tup c1%rowtype; OPEN c1; WHILE (c1%found) LOOP DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('identité:' tup.nom tup.prenom); CLOSE c1; Cet exemple utilise un curseur pour parcourir la table étudiant limitée aux étudiants de plus de 30ans. Un tuple résultat est de la forme (nom, prenom). Le traitement se limite ici à afficher les noms et prénoms de chaque étudiant (ce qui ne sert pas à grand chose) mais on peut imaginer un traitement plus complexe. La variable UnTuple est une structure, mais il aurait été tout à fait possible d'utiliser deux variables chaînes pour récupérer les nom et prénom de chaque étudiant. L'utilisation d'une boucle FOR simplifie encore la gestion du curseur: OPEN, FETCH et CLOSE sont inutiles.... FOR UnTuple IN c1 LOOP DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('identité: ' UnTuple.nom untuple.prenom); Un curseur peut être paramètré. Cette technique est très utile lorsqu'un même curseur doit être utilisé plusieurs fois avec des critères différents etou connus uniquement à l'exécution. CURSOR c1(p_age IN INTEGER) IS SELECT nom, prenom FROM etudiant WHERE age>p_age; UnTuple c1%rowtype; OPEN c1(30); WHILE (c1%found) LOOP DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('identité: ' UnTuple.nom UnTuple.prenom); 3

4 CLOSE c1; FOR UnTuple IN c1(25) LOOP DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('identité: ' UnTuple.nom UnTuple.prenom); Un curseur peut aussi supporter des modifications des tuples pendant leur parcours. Il verrouille alors des attributs de la table pour empêcher les modifications par d'autres sessions (cf. cours sur les transactions). Il suffit d'ajouter la clause FOR UPDATE à la déclaration du curseur. Cette clause peut être suivie des directives suivantes: OF qui précise les colonnes à verrouiller (celles qui seront modifiées), NOWAIT qui indique de ne pas faire attendre le programme si les tuples sont verrouillés par une autre session, WAIT qui indique le délai d'attente pour qu'une autre session libère les tuples. Ni WAIT, ni NOWAIT le programme attend! CURSOR c1 IS SELECT * FROM etudiant FOR UPDATE OF remarque; UnTuple c1%rowtype; OPEN c1; WHILE (c1%found) LOOP IF UnTuple.age>30 THEN UPDATE etudiant SET remarque='vieux' WHERE CURRENT OF c1; ELSE IF UnTuple.age<16 THEN DELETE FROM etudiant WHERE CURRENT OF c1; CLOSE c1; Dans cet exemple on parcourt les étudiants et on ajoute un commentaire pour ceux de plus de 30ans, on efface ceux de moins de 16ans. Noter l'utilisation de la directive CURRENT OF qui permet de référencer le tuple en cours de traitement par un curseur. Gestion des erreurs en PLSQL: La gestion des erreurs ou gestion des exceptions permet d'affecter un traitement approprié aux erreurs qui apparaissent lors de l'exécution d'un bloc PLSQL. Il existe deux types d'erreur : les erreurs renvoyées par le SGBD, les erreurs (exceptions) définies par le programmeur. Les exceptions systèmes les plus courantes sont : NO_DATA_FOUND VALUE_ERROR INVALID_CURSOR INVALID_NUMBER PROGRAM_ERROR LOGIN_DENIED TOO_MANY_ROWS ZERO_DIVIDE 4

5 Le code de traitement d'erreur est situé après la clause. Chaque erreur est introduite par l'instruction WHEN :... WHEN nom_erreur1 OR nom_erreur2 THEN Traitement_erreur1; WHEN nom_erreur3 THEN Traitement_erreur2;... WHEN OTHERS THEN Traitement; Ex : SELECT nom from etudiant where age<25; WHEN NO_DATA_FOUND THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Pas de valeurs!'); L'exemple présente comment l'absence de résultat à une requête d'interrogation est pris en charge par le code. Attention car l'absence de résultat entraîne toujours le déclenchement d'une exception! Si plusieurs requêtes sont présentes dans le même bloc begin end associé à la section d exception, il n'est pas possible de savoir quelle requête a généré l'exception. Il faut alors ruser si le traitement d'erreur diffère selon la requête. Ex : requete NUMBER :=1; SELECT nom from etudiant where age<18; requete:=2; SELECT age from etudiant where prenom='theodule'; WHEN NO_DATA_FOUND THEN IF requete=1 THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Pas de Jeunes'); ELSE DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Pas de 3eme ages'); Une exception utilisateur est définie dans la partie, c'est une variable de type. CREATE PROCEDURE SaisirEtudiant( num IN INTEGER, Nom IN CHAR(15), Prenom IN CHAR(15), Age IN INTEGER) IS erreurtropjeune Exception; INSERT INTO etudiant (num, Nom, Prenom, Age); If Age<16 THEN RAISE erreurtropjeune; COMMIT; WHEN erreurtropjeune THEN ROLLBACK; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Trop jeune!'); 5

6 Dans cet exemple on introduit plusieurs concepts: la définition d'une procédure en PLSQL avec passage de paramètre, Elle sera appelée sur la console à l aide de la commande EXECUTE nom_procédure et simplement par le nom de la procédure dans un programme PLSQL (cf. doc Oracle officielle pour les détails), la déclaration d'une exception utilisateur erreurtropjeune, l'exception est levée si l'age de l'étudiant est <16 Noter que l'étudiant a été inséré quand même. l'exception est traitée dans la partie, COMMIT permet de valider la transaction (si pas d'erreur), ROLLBACK permet de revenir à un état stable de la base (dernier COMMIT validé). Cela introduit le problème de gestion des transactions. Il est aussi possible de renvoyer directement son propre message d'erreur sans traiter l'exception, on utilise alors RAISE_APPLICATION_ERROR au lieu de RAISE. Choisir le numéro d'erreur entre et IF Age<16 THEN RAISE_APPLICATION_ERROR(-20001,'Trop Jeune'); Pour intercepter une erreur Oracle (système) qui n'est pas prédéfinie (par exemple l'erreur de clé étrangère ou FOREIGN KEY, de numéro -2292), PLSQL permet d'associer une exception utilisateur à cette erreur système. Ainsi lorsque l'erreur est envoyée par le système, elle donne lieu à une exception. erreur_foreignkey ; PRAGMA _INIT(erreur_ForeignKey, -2292); Déclencheur (TRIGGER) en PLSQL Un déclencheur est une sorte de programme résident associé à un événement particulier sur une table. Une table peut héberger plusieurs déclencheurs. Un déclencheur est autonome et ne demande aucune intervention, il est donc capable de déporter la gestion des contraintes d'intégrités complexes au niveau du SGBD. Un déclencheur est défini par plusieurs éléments: un ou plusieurs événements déclencheurs: INSERT, UPDATE ou DELETE. une chronologie : le déclenchement peut être réalisée soit avant la prise en compte de l'événement (BEFORE), soit après (AFTER) une table surveillée: ON nom_table une clause FOR EACH ROW qui précise que le trigger est déclenché pour chaque ligne déclenchant l'événement. C'est le fonctionnement normal d'un trigger, on parle de trigger de niveau "ligne" car il peut alors référencer les anciennes et nouvelles valeurs des attributs d'une ligne. En l'absence de cette clause on parle de trigger de niveau "état", le trigger porte alors sur la table et non plus sur les lignes, impossible d'accéder aux anciennes et nouvelles valeurs des attributs des tuples. C'est très important! le bloc de traitement PLSQL : il peut être orienté en fonction de l'événement qui a réellement déclenché le traitement. Voici la structure classique d'un trigger: CREATE [OR REPLACE] TRIGGER nom_trigger BEFORE INSERT OR UPDATE OR DELETE ON nom_table FOR EACH ROW IF INSERTING THEN code_traitement IF DELETING THEN code_traitement IF UPDATING[('nom_colonne_modifié')] THEN code_traitement 6

7 Les clauses INSERTING, DELETING et UPDATING permettent de modifier le comportement du trigger selon l'événement déclencheur (dans le cas ou on attend justement plusieurs événements). Il est possible de référencer les anciennes valeurs prises par une ligne mise à jour etou les nouvelles valeurs. On utilise le mot clé :OLD pour référencer les anciennes valeurs de la table pour le tuple modifié et :NEW pour les nouvelles valeurs de ce tuple. :OLD :NEW INSERT NULL valeur créée DELETE valeur avant suppression NULL UPDATE valeur avant modification valeur après modification Ex : envoie une erreur si un étudiant de moins de 25 ans est ajouté comme enseignant. CREATE TRIGGER ajout_enseignant BEFORE INSERT on enseignant FOR EACH ROW Vage personne.age%type; SELECT age into Vage from personne where personne.np=:new.np; IF Vage<25 THEN RAISE_APPLICATION_ERROR(-20001,'étudiant de moins de 25ans'); Voici un second exemple surprenant: on veut afficher le nombre d'étudiant après chaque insertion d'un nouvel étudiant. CREATE TRIGGER stats_etudiant AFTER INSERT on etudiant FOR EACH ROW NB INTEGER; SELECT count(*) INTO NB FROM etudiant; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE('Nb etudiants : ' NB); Cela ne marche pas (on obtient un message d erreur). En effet, l'exécution d'un trigger en mode ligne verrouille complètement la table sur laquelle porte le trigger. Elle devient une table mutante et est inaccessible à l'intérieur du trigger. La solution consiste souvent à utiliser en trigger de niveau état. 7

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 5 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 3ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Curseurs et mise à jour 2 Paquetages Definition

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Les exceptions Définition Exceptions prédéfinies

Plus en détail

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs.

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs. Synthèse PL SQL ORACLE Bloc PL-SQL DECLARE Declaration des types, des variables, des constantes, des exceptions et des curseurs. BEGIN [nom du bloc] EXCEPTION Traitement des erreurs END [nom du bloc] Declaration

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite

420-PK6-SL Banques de données Avancées. la suite 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL la suite ENTRÉES AU CLAVIER Pour quérir une valeur au clavier lors de l'exécution d'une fonction SqlPlusfournis l'opérateur «&». PL/SQL n'a pas de mécanisme

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr PL/SQL Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Introduction Environnements Bloc PL/SQL Variables Traitements conditionnels Traitements répétitifs Curseurs Gestion des erreurs Fonctions

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2 Cours 10 : PL/SQL Procedural Language/SQL Blocs, variables, instructions, structures de contrôle, curseurs, gestion des erreurs, procédures/fonctions stockées, packages, triggers PL/SQL Chapitre 3 de la

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL (SQL/PSM) 1 Extension de SQL ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses SQL intégrées dans le code procédural SQL/PSM est donc un langage de programmation, propre à mysql : Intégre directement

Plus en détail

Maintenir les contraintes d'intégrité

Maintenir les contraintes d'intégrité Maintenir les contraintes d'intégrité Contraintes d'intégrité Plusieurs possibilités pour les maintenir: Dans les définitions des tables Triggers Utilisation de vues et des contraintes sur les vues With

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée

Les Exceptions. Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Rappel : Répondre par vrai ou faux Un curseur est une zone mémoire dans laquelle une commande SQL est analysée et exécutée Un curseur implicite est toujours une commande select Une curseur explicite ne

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (1/2)

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (1/2) Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (1/2) Équipe pédagogique BD romuald.thion@univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/~rthion/dokuwiki/enseignement:lif10/ Version du 12 février 2014

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss PL/SQL Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn 1 Contenu Introduction au PL/SQL Variables PL/SQL Créer des sections exécutables Interactions avec le serveur Oracle Structures de

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur chapitre n 7 Programmation avancée Chaque enregistrement qui tente d être ajouté dans la table Qualifications est désigné par :NEW au niveau du code du déclencheur. L accès aux colonnes de ce pseudo-enregistrement

Plus en détail

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen

PL/SQL : procédures et déclencheurs. Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen PL/SQL : procédures et déclencheurs Grégory Bonnet, AI Mouaddib Département Informatique Université de Caen Introduction Introduction générale Étendre SQL pour l aide à la décision Nombreuses formes du

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Les Déclencheurs ORACLE

Les Déclencheurs ORACLE Les Déclencheurs ORACLE Un déclencheur est un bloc PL/SQL associé à une vue ou une table, qui s'exécutera lorsqu'une instruction du langage de manipulation de données (DML) sera exécutée L'avantage principal

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL

420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL 420-PK6-SL Banques de données Avancées PL/SQL DÉFINITION PL/SQL : un langage de programmation il s'exécute dans l'environnement d'oracle il agit sur les objets du schéma Son but : Automatiser des tâches

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Erreur «Mutating Table»

Erreur «Mutating Table» TRIGGER Programmation avancée H.LUU SES Université de Genève H.Luu - Base de données - Eté 2002 Erreur «Mutating Table» Définition : Une table est en état «mutating» si elle est en train d être modifiée

Plus en détail

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX Oracle 12c Programmez avecsqletpl/sql Exercices et corrigés Téléchargement www.editions-eni.fr 90 QCM 93 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 28 H de mise en pratique Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1

PL/SQL. Procedural Language/ Structured Query Language. UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 PL/SQL Procedural Language/ Structured Query Language UPMC - UFR 919 Ingéniérie - Introduction aux Bases de Données Relationnelles (BD-2I009) 1 Plan Introduction Structure d'un programme Les variables

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions Mostafa Hanoune 8 Traitement des Exceptions Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Définir des exceptions PL/SQL Reconnaître les exceptions non gérées Lister et utiliser les différents types

Plus en détail

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues Manipulation CRUD INSERT INTO (Create) pour insérer des tuple SELECT FROM (Read) pour lire des tuples UPDATE (Update)

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

Introduction a Oracle PL/SQL

Introduction a Oracle PL/SQL Introduction a Oracle PL/SQL PL/SQL (pour PROCEDURAL LANGUAGE/SQL) est un langage procédural d Oracle corporation étendant SQL. Il permet de combiner les avantages d un langage de programmation classique

Plus en détail

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Bases de données Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Polytech Marseille Université d Aix-Marseille 2012-2013 Nicolas DURAND Bases de données

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

Programmation Transact SQL

Programmation Transact SQL Programmation Transact SQL Procédure Ecrire une procédure qui permet de rendre un film emprunté. Cette procédure admet en paramètre le numéro d'exemplaire du film emprunté et se charge de compléter la

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle 3 Interactions avec le Serveur Oracle Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Ecrire une instruction SELECT en PL/SQL Déclarer le type de données et la taille d une variable PL/SQL dynamiquement

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Fondements des bases de données

Fondements des bases de données Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle http://liris.cnrs.fr/~mplantev/doku/doku.php?id=lif10 marc.plantevit@liris.cnrs.fr 1 / 55 1 Langage PL/SQL 2 Commandes 3 Curseurs 4 Les exceptions

Plus en détail

Introduction a Oracle P L/SQL

Introduction a Oracle P L/SQL Introduction a Oracle P L/SQL PL/SQL (pour PROCEDURAL LANGUAGE/SQL) est un langage procédural d Oracle corporation étendant SQL. Il permet de combiner les avantages d un langage de programmation classique

Plus en détail

Les procédures fonctions packages et triggers

Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures stockées: Définition: Une procédure est un code PL/SQL défini par l utilisateur et stocké dans la base de données. Ce qui permet d éliminer

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

Oracle Database: Program with PL/SQL

Oracle Database: Program with PL/SQL Description Ce cours est une introduction à la technologie de base de données d'oracle Database 11g. Il explique aux stagiaires les concepts liés aux bases de données relationnelles. Il leur présente également

Plus en détail

Vues Déclencheurs et procédures en Postgres. Maroua Bouzid Département Informatique Université de Caen

Vues Déclencheurs et procédures en Postgres. Maroua Bouzid Département Informatique Université de Caen Vues Déclencheurs et procédures en Postgres Maroua Bouzid Département Informatique Université de Caen LES VUES Définition Une vue est une table virtuelle au sens où ses instances n existent pas physiquement.

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Chaque module est accompagné d un ou plusieurs ateliers qui portent le même numéro. Sur le site www.bizoi.fr, vous pourrez trouver à partir de septembre 2014

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web

PHP & BD. PHP & Bases de données. Logiciels & matériels utilisés. Bases de données et Web PHP & Bases de données La quantité de données utilisée par certains sites web nécessite l'utilisation d'une base de données Il faut donc disposer d'un SGBD (mysql, postgresql, oracle, ) installé sur un

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes

Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes Programmation avec un L3G Interaction d une application utilisant les méthodes André Gamache, professeur associé Département d'informatique et de génie logiciel Faculté des sciences et de génie Université

Plus en détail

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Projet MVC-CD Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Les APIs de tables (TAPIs) du modèle physique relationnel Sommaire. Préambule... 2 2. Que

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

Formulaires. Fiches de savoir associées. C.0.a., C.0.b., C.0.c., C.2.1.a., C.2.1.b. et C.2.3.a.

Formulaires. Fiches de savoir associées. C.0.a., C.0.b., C.0.c., C.2.1.a., C.2.1.b. et C.2.3.a. Activité 10 Formulaires Objectif Travailler sur des formulaires : observer le code et modifier l interface (IHM) de l application. Ressource à utiliser Base de données Formation appformation.mdb Fiches

Plus en détail

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données

Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données Introduction aux Systemes d Information et aux Bases de Données L2 Informatique Serenella Cerrito Département d Informatique Évry 2014-2015 Quels valeurs peut prendre un attribut? Ici, les types les plus

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

PL/ SQL. Introduction:

PL/ SQL. Introduction: PL/ SQL Introduction: PL/SQL (Procedural Language SQL) est un langage procedural structuré en BLOCS. Extension du SQL: des requêtes SQL intégrées avec les structures de contrôle habituelles (alternatives,

Plus en détail

OI40: bases de données, TP 2

OI40: bases de données, TP 2 OI40: bases de données, TP 2 Frédéric Lassabe October 26, 2010 Ce TP requiert d avoir bien compris le TP précédent. 1 Sujet Lors de ce TP, il sera question d améliorer la base de données du TP précédent.

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

Bases de Données Avancées PL/SQL

Bases de Données Avancées PL/SQL 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Projet de Bases de Données. Auto-école

Projet de Bases de Données. Auto-école L3 MIAGE 2015/2016 Projet de Bases de Données septembre 2015 Auto-école Avertissement : Ce projet intervient en grande partie dans la note de TP. Cette note compte pour les 2 sessions. Un projet non rendu

Plus en détail

Le trigger est un moyen de prendre en compte dans le SGBDR, des contraintes sémantiques complexes que la clause CHECK ne permet pas de déclarer.

Le trigger est un moyen de prendre en compte dans le SGBDR, des contraintes sémantiques complexes que la clause CHECK ne permet pas de déclarer. Chapitre Interfaces de Programmation 1. TRIGGER 1.1. Définition du trigger = reflexe = déclencheur C est une procédure cataloguée dans la base de données, dont l exécution est déclenchée par l occurrence

Plus en détail

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION»

AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» AGRÉGATION «ÉCONOMIE ET GESTION» CONCOURS INTERNE SESSION 2002 ÉPREUVE SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PÉDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion informatique Durée de préparation

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2)

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2) Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2) Équipe pédagogique BD romuald.thion@univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/~rthion/dokuwiki/enseignement:lif10/ Version du 18 février 2014

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language)

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) Chapitre 3 : Interaction avec Oracle et les curseurs Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr I. Interactions simples avec la base Extraire, modifier,

Plus en détail

SQL et Langages de Programmation

SQL et Langages de Programmation SQL et Langages de Programmation SQL est un langage bases de données autonome. Langage ensembliste de haut niveau Il faut un langage de programmation, pour programmer des applications de gestion o Notion

Plus en détail

GÉNÉRATION D'UN FICHIER PLAT À PARTIR D'ORACLE 2

GÉNÉRATION D'UN FICHIER PLAT À PARTIR D'ORACLE 2 GÉNÉRATION D'UN FICHIER PLAT À PARTIR D'ORACLE 2 1. Introduction 2 2. Contexte 2 3. Package Utl_File 2 3.1 Ouverture du fichier 3 3.2 Ajouter un "header" au fichier 3 3.3 Ecriture des lignes 3 3.4 Ajouter

Plus en détail

N.EL FADDOULI N.EL FADDOULI 23. Page 1

N.EL FADDOULI N.EL FADDOULI 23. Page 1 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition d un curseur Déclaration d un

Plus en détail

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données

Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données Principes d'utilisation des systèmes de gestion de bases de données JDBC L3 Informatique Emmanuel Waller, LRI, Orsay Université Paris Sud le mode programme JDBC JDBC : qu'est ce que c'est? Avantages? devant

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail