Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux"

Transcription

1 Une approche statique quasi-périodique de la capacité portante des groupes de micropieux Zied Kammoun 1, Joseph Pastor 2, Hichem Smaoui 3 1 Université de Tunis El Manar, Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis, Laboratoire MOED, 1002, Tunisie 2 Laboratoire LOCIE, Université de Savoie, France 3 Université de Tunis El Manar, Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis, Laboratoire MOED, 1002, Tunisie RÉSUMÉ. Du fait de la géométrie complexe des systèmes sol-micropieux le calcul précis de leur capacité portante est un défi. Leur modélisation nécessite en effet une discrétisation trés fine pour obtenir une précision raisonnable. Ces modèles conduisent à des grands problèmes numériques d optimisation difficilement abordables à l aide des moyens actuels. Le présent article propose un modèle de réduction permettant de résoudre le problème numérique d analyse limite statique du sol renforcé par un groupe de micropieux modélisé en déformation plane. La méthode a été appliquée avec succès au cas d un sol renforcé lorsque les ressources ne permettent pas de résoudre le modèle complet. ABSTRACT. The complex geometry of large soil-micropile systems makes accurate calculation of the bearing capacity of the reinforced soil a computational challenge. This complexity requires finely discretized models to achieve reasonable accuracy. Such models lead to large scale numerical optimization problems that are hardly tractable using a personal computer. In the present paper a model reduction method is made capable of solving the numerical static limit analysis approach of a soil reinforced by a group of micropiles according to a plane strain model. The method has been successfully applied to the problem of a reinforced soil when resources did not permit solution of the full model. MOTS-CLÉS : Analyse limite, Approche statique, Quasi-périodique, Micropieux. KEYWORDS: Limit analysis, Static approach, Quasi-periodicity, Micropiles.

2 31èmes Rencontres de l AUGC, E.N.S. Cachan, 29 au 31 mai Introduction Les micropieux sont des pieux de petit diamètre et de grand élancement. Depuis 1952 leur usage s est largement répandu pour le renforcement des sols et les travaux de reprise en sous-œuvre. Pour prédire la capacité portante des groupes de micropieux, les approches utilisées sont le plus souvent de type méthode simplifiée [dl93]. L approche par la théorie de l analyse limite (AL) permet d obtenir un encadrement rigoureux de cette capacité portante [Kam10]. Cependant sa mise en œuvre pour les groupes de micropieux usuels conduit à des problèmes d optimisation tels que leur résolution conduit à des temps de calcul déraisonnables, d où la recherche d une modélisation spécifique. Par suite, une technique de type homogénéisation partielle, basée sur l hypothèse de la périodicité à l intérieur de la zone du sol renforcée par micropieux, est présentée ici. Une représentation bidimensionnelle du sol renforcé est adoptée pour réduire la dimension du problème numérique, l extension aux problèmes tridimensionnels étant naturelle. Après une brève présentation de l analyse limite (AL), la méthode de réduction proposée est présentée ; elle est ensuite évaluée en l appliquant à des exemples de sol renforcé par un groupe de micropieux. Précisons que l objectif du présent article est essentiellement le développement de cette méthode réduite pour le calcul de la charge limite (ou capacité portante) par l approche statique, ou de borne inférieure, de l AL. Pour situer ses résultats nous aurons besoin de bornes supérieures concernant le problème non réduit, lesquelles bornes seront obtenues à l aide du code cinématique pour lequel nous renvoyons, faute de place ici, à la référence [Kam10]. 2. Analyse limite et méthode statique Selon Salençon (voir [Sal83]), un champ de contrainte σ est dit statiquement admissible (SA) si les équations d équilibre, la continuité des vecteurs contrainte, et les conditions aux limites en contraintes sont vérifiées. Il est plastiquement admissible (PA) si f (σ) 0, où f (σ) est le critère de plasticité du matériau. Un champ σ SA et PA est dit admissible. De même, un champ de vitesses de déformation v est cinématiquement admissible (CA) s il dérive d un champ de vitesses de déplacement u (continu par morceaux et à discontinuités bornées) qui vérifie les conditions aux limites en vitesse. Il est plastiquement admissible (PA) si la loi de normalité est vérifiée, et les champs u et v, à la fois CA et PA, seront appelés admissibles par la suite. Une solution au problème de l analyse limite est un couple de champs (σ,v) où σ et v sont à la fois admissibles et associés par la loi de normalité. Ces solutions peuvent être trouvées ou approchées en utilisant deux méthodes d optimisation. La première, impliquant seulement les contraintes comme variables, est la méthode statique (dite aussi de la borne inférieure). La seconde, qui fait intervenir les seules vitesses de déplacement, est la méthode cinématique (dite de la borne supérieure). Supposons que la puissance virtuelle des charges externes puisse s écrire comme le produit scalaire d un vecteur chargement Q(σ) R n et un vecteur vitesse q = q(u). Un chargement associé linéairement à un champ de contrainte admissible est lui-même dit admissible. L ensemble de ces chargements admissibles forme un convexe K dans

3 Une approche statique quasi-périodique. 3 R n et les n composants de Q sont appelés paramètres de chargement. La frontière K du convexe K, lieu des chargements limites cherchés, peut être déterminée par la résolution des problèmes d optimisation suivants : Q lim =(Q d 1,...,λ 0Q d i,...,q d n) λ 0 = max{λ, Q(σ) = (Q d 1,...,λQd i,...,q d n)}, où σ est un champ de contraintes admissible et Q d un chargement admissible donné. (1a) (1b) 3. Formulation par éléments finis du problème statique Dans le présent travail le problème est formulé en déformation plane. La méthode numérique statique est utilisée telle que détaillée dans [Pas78]. Prenons une discrétisation en éléments finis triangulaires du volume mécanique V doté du repère orthonormé global (x,y). Dans chaque triangle le champ de contrainte est choisi affine et peut être discontinu à travers les bords des éléments. Le critère de von Mises ou de Tresca (équivalents dans le cas présent) s écrit dans le cas présent : f (σ) = (σ x σ y ) 2 + (2τ xy ) 2 2c, (2) où c est la cohésion du matériau. Notons ici que la méthode de réduction proposée dans ce travail est valable aussi pour les critères de Coulomb et de Drucker-Prager. Afin d assurer l admissibilité du champ de contrainte les conditions suivantes sont imposées. Dans chaque élément, les équations d équilibre σ i j, j + γ i = 0, où γ est le poids volumique, donnent deux égalités linéaires. La continuité du vecteur contrainte T i = σ i j n j est imposée aux sommets de chaque segment de discontinuité de normale n, soit quatre égalités par segment. Les conditions aux limites en contraintes, i.e. σ i j n j = Ti d est imposée à chaque sommet des côtés d éléments de frontière, soit quatre égalités par côté. Le critère de plasticité est imposé à chaque sommet de triangle. Il est alors vérifié dans l élément du fait de à la variation linéaire des contraintes dans le triangle et de la convexité du critère [2]. La fonctionnelle est définie a partir de la puissance des charges extérieures ; c est, par exemple, l intégrale des contraintes normales dans le cas d une semelle à laquelle on impose une vitesse normale uniforme. En écrivant le critère directement sous la forme conique V = 2c Y 2 + Z 2, où V est une variable auxiliaire, le problème d optimisation mathématique sous contraintes final est résolu en utilisant le code commercial MOSEK [m02]. Ce code performant est dédié à la résolution du problème dit conique du second ordre (SOCP), où il s agit d optimiser une fonctionnelle linéaire dont les variables doivent satisfaire, outre des contraintes (au sens mathématique) linéaires, un ensemble de contraintes coniques de la forme : n j=1 x2 j x n+1 ; dans le cas présent, n = 2 et x 3 = V.

4 31èmes Rencontres de l AUGC, E.N.S. Cachan, 29 au 31 mai Méthode de réduction quasi-périodique Dans les grands groupes de micropieux, ces derniers sont généralement disposés selon un motif régulier avec une géométrie et une structure périodiques. Lorsque le chargement est uniformément distribué entre les inclusions, le sol renforcé a tendance à réagir sur un mode périodique, notamment loin des limites de la zone renforcée. La méthode proposée tire profit de cette périodicité pour réduire la taille du problème d analyse limite numérique. Figure 1. Le problème de sol renforcé par un groupe de micropieux La figure 1 montre la configuration des sols renforcés par un groupe de n p micropieux. Une fondation rigide repose sur le sol renforcé, et le sol naturel s étend sur les côtés et en dessous de cette zone jusqu au substrat rigide. Pour appliquer la technique de réduction, le domaine est divisé en trois parties. La première est la zone centrale renforcée dont le comportement est supposé périodique, notée zone I. La seconde zone, zone de transition ou de bord (zone II), est une partie du sol renforcé qui sépare la zone périodique du sol non renforcé. Enfin, le reste du sol représente la zone III. Un volume élémentaire (VE) est constitué par un micropieu, la moitié de la largeur du sol de chaque côté et du volume sous-jacent de sol. Quel que soit le nombre de micropieux qu il comporte, la zone périodique est remplacé par un unique élément de volume périodique (VEP) qui vérifie la périodicité et les contraintes de continuité entre VE. Les conditions de périodicité imposées sur le champ de contraintes sont les suivantes : σ gauche n = σ droite n, (3) où n est la normale à droite (ou à gauche) du VEP. Le même type de conditions est aussi imposé entre le bord de la zone II et le VEP pour assurer la continuité du vecteur contrainte avec la zone I reconstituée par périodicité. Comme les n pp VE périodiques sont remplacés par un seul VEP, le chargement F R du problème réduit est donné par : F R = F T + n pp F P (4) où F T est la charge supportée par la zone II et F P la charge supportée par le VEP dans le problème réduit. Il en résulte une réduction considérable de la taille du problème,

5 Une approche statique quasi-périodique. 5 Figure 2. Charge du problème initial Figure 3. Charge du problème réduit au prix d une erreur d approximation. Fait intéressant, l erreur est du côté conservatif car préservant la nature de borne inférieure de la solution. Grâce aux conditions de périodicité et de continuité du VEP avec la zone II, le champ de contraintes résultant de la reconstitution par périodicité horizontale de la zone I et celui des deux autres zones donne en effet un champ de contraintes admissible pour le problème initial. Par ailleurs, la modélisation du composite sol-micropieux au niveau RVE, à la fois dans les directions horizontale et verticale, a le mérite de prendre en compte (au moins partiellement) les effets de pointe et du frottement latéral des micropieux sur la capacité portante. 5. Examples numériques Le problème considéré (Figure 4) est celui d un sol de Tresca renforcé par un groupe de n P micropieux, sur lesquels repose une semelle indéformable de largeur b chargée en son milieu par une force F. Le problème d optimisation numérique associé est noté P 0. La solution pour le problème réduit, notée P (Figure 5), est admissible Figure 4. Exemple d un sol renforcé par des micropieux pour P 0 et fournit donc une borne inférieure pour le problème original. En limitant le

6 31èmes Rencontres de l AUGC, E.N.S. Cachan, 29 au 31 mai nombre de micropieux de transition à un seul de part et d autre, le nombre de micropieux dans le modèle est réduit de n P à 3 seulement. Figure 5. Problème réduit de l exemple considéré 5.1. Effet du mode de transmission de charge Pour illustrer l influence du mode de transmission de charge de la fondation au sol renforcé le problème est considéré avec deux mécanismes de transmission. Dans le premier, la fondation est supposée supportée uniquement par les micropieux. Dans le second, elle est censée reposer et sur la surface du sol et sur les têtes de micropieux. Dans les deux cas, les bornes cinématiques et statiques de la capacité portante sont d abord déterminées par la résolution du problème direct pour un renfort de neuf micropieux (n p = 9). Les résultats sont ensuite donnés pour plusieurs distances de micropieux afin d évaluer les effets de l espacement et du mode de transmission de la charge Fondation supportée uniquement par les micropieux La charge limite statique F du sol renforcé est déterminée dans ce cas avec les conditions aux limites définies de telle sorte que la charge est supportée uniquement par les micropieux. La figure 6 indique la charge limite (statique) du sol renforcé, calculée avec différentes méthodes, en fonction de l espacement. On peut noter à partir des résultats que : La capacité portante du sol renforcé augmente avec l espacement pour une valeur de celui-ci inférieure à 6, 8 m. Au-delà de cette valeur, la capacité portante devient quasiment indépendante de l espacement. La saturation doit refléter la disparition de l interaction entre les micropieux qui ont alors tendance à se comporter comme des inclusions isolées. La différence entre les solutions de l approche statique directe et celle du modèle réduit est relativement faible (moins de 4,2%).

7 Une approche statique quasi-périodique. 7 Figure 6. Influence de l espacement sur la capacité portante. (a) Seuls micropieux chargés (e = 1,8) (b) Seuls micropieux chargés (e = 8,8) Figure 7. Zone plastifiée (solution directe) Les zones plastifiées sont visualisées sur la figure 7. On peut constater que pour des petits espacements, le comportement de la zone renforcée rappelle celui d un mécanisme de bloc (Figure 7-a). Pour un espacement important (Figure 7-b), les volumes élémentaires ont tendance à se comporter de manière indépendante, comme si les micropieux étaient isolés. La zone de rupture est en effet localisée dans une couche mince de sol entourant le micropieu Fondation appuyant à la fois sur le sol et sur les micropieux La charge dans ce cas est maintenant transmise par les micropieux et le sol. La Figure 8 montre la charge limite calculée pour différentes valeurs de l espacement des micropieux. On observe que :

8 31èmes Rencontres de l AUGC, E.N.S. Cachan, 29 au 31 mai Figure 8. Charge limite pour différentes valeurs d espacement La charge limite augmente toujours avec l espacement, contrairement au comportement observé lorsque la charge est supportée uniquement par les micropieux. L erreur augmente avec l espacement jusqu à 9% pour e = 8,8 m (a) Chargement pieux-sol (e = 1,8) (c) Chargement pieux-sol (e = 8,8) Figure 9. Zone plastifiée (solution directe) Les zones plastifiées sonts visualisées sur la figure 9. Pour des faibles espacements, le comportement de la zone renforcée est similaire à celle d un mécanisme de bloc. Pour des espacements importants, le comportement ne reflète pas clairement l hypothèse de périodicité.

9 Une approche statique quasi-périodique. 9 Tableau 1. Effet du nombre de micropieux Statique Réduit Cinématique Nbr. Nbr élém. F (kn) F (kn) Erreur(%) Nbr élém. F (kn) pieux ,3 3779,2 0, , ,8 6301,0 0, , ,6 7982,4 0, , ,6 8822,9 0, Effet du nombre de micropieux sur la performance de la méthode Afin d évaluer le gain de performance de la méthode de réduction pour les groupes de micropieux de grande taille (Figure 10) le problème de l analyse limite est résolu en utilisant les formulations directe statique, directe cinématique et le modèle réduit pour un nombre de micropieux variant de 1 à 31. Figure 10. Exemple pour un grand nombre de micropieux Les conditions aux limites sont telles que la charge est supportée par les micropieux seulement. Le même degré de discrétisation est utilisé dans tous les modèles (c est-à-dire la même taille des éléments finis). Le modèle réduit compte éléments finis quel que soit le nombre de micropieux. D après les résultats, et comme prévu, le temps CPU requis par la solution du modèle réduit n a pas tendance à augmenter avec le nombre de micropieux, alors que le temps CPU de la solution directe augmente presque proportionnellement avec lui. Pour un renforcement de 21 micropieux (tableau 1) le maillage du problème direct est de éléments finis, soit près de deux fois le nombre d éléments dans le modèle réduit, et le temps CPU consommé est presque le double du temps de la solution

10 31èmes Rencontres de l AUGC, E.N.S. Cachan, 29 au 31 mai modèle réduit pour un gain de précision de 0,7%. C est le plus grand problème dont la solution directe est possible avec l Apple Mac Pro 3 GHz utilisé dans ce travail. L erreur relative entre les solutions des modèles direct et réduit se situe entre 0,5 et 0,7% et ne semble pas augmenter avec le nombre de micropieux. Par conséquent, on peut conclure que la méthode de réduction fournit une estimation assez précise pour un nombre illimité de micropieux avec un effort presque constant de calcul. 6. Conclusion Une méthode basée sur un modèle de réduction est proposée pour résoudre le problème numérique d analyse limite statique d un milieu renforcé par un groupe de micropieux périodique tout en préservant la finesse de la description par éléments finis du volume élémentaire périodique. Signalons ici que ce procédé de réduction et plus généralement la méthode statique ne relèvent pas d une approche à l aide d un code élastoplastique usuel de type déplacement ou équilibre, le caractère SA des champs de contraintes résultants n étant qu approximatif, sauf cas très spécial. La méthode de réduction proposée a été appliquée avec succès à l analyse limite statique d un sol renforcé par un grand groupe de micropieux lorsque les ressources ne permettent pas de résoudre le problème du modèle complet. Les résultats numériques montrent que la méthode de réduction fournit une estimation assez précise de la charge limite pour un coût calcul quasi-indépendant du nombre de micropieux. Des différences significatives sont cependant observées selon que la charge est appliquée aux micropieux seuls, ou au sol et aux micropieux. Dans un travail futur, la méthode de réduction pourra être améliorée en limitant la hauteur des volumes élémentaires à celle du seul micropieu, ce qui permettra plus de degrés de liberté dans le sol sous la zone renforcée. Références [dl93] Ministère de l équipement, du logement et des transports. Fascicule N 62 - Titre V : Régles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil, [Kam10] Z. Kammoun. Prévision de la charge limite des sols renforcés par réseaux de micropieux. Thèse de doctorat, Université de Savoie et Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis, [m02] MOSEK ApS. C/O Symbion Science Park, Fruebjergvej 3, Box 16, 2100 Copenhagen φ, Denmark, [Pas78] J. Pastor. Analyse limite : détermination numérique de solutions statiques complètes. Application au talus vertical. J. Méca. Appl. (now Eur. J. Mech.- A/Solids), 2 : , [Sal83] J. Salençon. Calcul à la rupture et analyse limite. Presses des Ponts et Chaussées, Paris, 1983.

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés

TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés Semestre, ENSIIE Optimisation mathématique 4 mars 04 TD 3 : Problème géométrique dual et méthode des moindres carrés lionel.rieg@ensiie.fr Exercice On considère le programme géométrique suivant : min x>0,y>0

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE TERRASOL Rhône Alpes c/o Setec Immeuble l Orient 10 place charles Béraudier 69428 Lyon Cedex 3 France Tél. : +33 4 27 85 49 35 Fax : +33 4 27 85 49 36 Mèl : lyon@terrasol.com Site internet : www.terrasol.com

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz 1 - INTERPOLATION J-P. Croisille Université Paul Verlaine-Metz Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009 1- INTRODUCTION Théorie de l interpolation: approximation de f(x) par une fonction

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11.

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11. BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Etude et Définition de Produits Industriels Épreuve : E1 - Unité U 11. Etude du comportement mécanique d'un système technique. Durée : 3 heures Coefficient: 3 Compétences et

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE - TRAVAUX PRATIQUES - INTRODUCTION A L'UTILISATION DU LOGICIEL FORGE2 L. PENAZZI Janvier 2001 MAT/01/TP/INTR-FORGE/3.1 1. OBJECTIF Cette étude a pour objectif

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Application à la génération de trajectoire articulaire pour un patient paraplégique sous Stimulation Électrique Fonctionnelle

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR

ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR DM4 Page 北 航 中 法 工 程 师 学 院 ÉCOLE CENTRALE DE PÉKIN SCIENCES INDUSTRIELLES POUR L INGÉNIEUR Année académique 24-25 Devoir à la maison n 4 À rendre le vendredi 2 juin 25 Numéro d étudiant à 8 chiffres :

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique SimHydro 2010, Day 2, Session 2: Complementarity of physical and mathmatical models Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique Complementarity

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Animation d un robot

Animation d un robot nimation d un robot IFT3355 : Infographie - TP #1 Jérémie Dumas Baptiste De La Robertie 3 février 2010 Université de Montréal Table des matières Introduction au problème 2 1 Transformations 2 1.1 Passage

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Evolution d un scénario dans l expérience e-colab EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Cadre général Groupe e-colab au sein de l INRP Collaboration

Plus en détail

INF-130 Travail Pratique #2

INF-130 Travail Pratique #2 École de technologie supérieure INF-30 Travail Pratique #2 Travail individuel Tracé d un métro Francis Bourdeau, Frédérick Henri et Patrick Salois Remise à la 0 e semaine. Objectifs - Amener l étudiant

Plus en détail

Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com

Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com Cours de Méthodes Déterministes en Finance (ENPC) Benoît Humez Société Générale Recherche Quantitative benoit.humez@sgcib.com Points abordés Méthodes numériques employées en finance Approximations de prix

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail