Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1"

Transcription

1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session Épreuve du 13 mars 2012, durée 3 h ; aucun document autorisé ; les calculatrices sont autorisées ; le texte comporte 5 pages. Les réponses et les formules doivent être justifiées et commentées. Les graphes, pour être considérés valables, devront indiquer des échelles ou des valeurs caractéristiques en abscisse comme en ordonnée. Barème indicatif / 20 ; problème -I- : 11 ; exercice : 2 ; problème -II- : 7 Constantes fondamentales utiles : célérité de la lumière dans le vide = 3, m s 1, constante de Planck h = 6, J s, constante de Boltzmann k = 1, J K 1. Problème -I- : Étude d un laser à colorant continu Partie A : Étude du milieu amplificateur Le milieu amplificateur est un jet de colorant très fin qui coupe l axe de la cavité sur une largeur notée l. Son indice optique est noté n. Ce milieu peut se modéliser par un système à quatre niveaux 0, 1, 2 et 3. Le colorant est pompé optiquement par un faisceau lumineux continu de fréquence P. La transition de pompage se fait du niveau 0 (niveau fondamental vers l état excité 3 appartenant à une bande continue B de niveaux excités à l intérieur de laquelle se produit une désexcitation non radiative très rapide vers le niveau 2 situé en bas de la bande B. La transition laser se produit entre le niveau 2 et un niveau 1 situé dans une bande continue de niveaux d énergie dont le niveau inférieur est le niveau 0. Le niveau 1 se désexcite rapidement vers 0 par désexcitation non radiative (voir les figures 1 et 2. Energie Energie Absorption du faisceau pompe P transition laser 0 bande d'énergie 'B' bande d'énergie 'A' 3 Absorption du faisceau pompe fréquence P 0 transition laser fréquence Figure 1 Figure 2 L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, 0 = E 2 E 1 h peut être choisie sur un certain domaine en fonction de la position du niveau 1 dans la bande inférieure A. Dans la pratique 0 s ajuste à la fréquence pour laquelle les pertes de la cavité sont minimales. La transition est alors résonante entre le niveau 2 et le niveau 1 ainsi fixé. On note : - N : nombre de molécules par unité de volume ; N 0, N 1, N 2, N 3 : populations des niveaux 0, 1, 2 et 3 (niveaux non dégénérés. On a N 0 + N 1 + N 2 + N 3 = N. - pour la transition (0 3. : probabilité par seconde et par atome pour l absorption du rayonnement de pompage. On suppose qu on peut négliger l émission spontanée pour la transition (2 1. σ : section efficace pour l émission induite ; W : probabilité par seconde et par atome pour l émission induite ; g( 0 : profil spectral de la transition. A : probabilité par seconde et par atome pour l émission spontanée pour les transitions (3 2 et (1 0, la probabilité par seconde pour la désexcitation non radiative est notée, elle est identique pour ces deux transitions.

2 2 1. Représenter le système à quatre niveaux en y reportant les indications de l énoncé. Que signifie l hypothèse niveaux non dégénérés? Que vaut la probabilité par seconde pour l absorption entre 1 et 2? Existe-t-il de l émission induite entre 3 et 0? 2. Écrire les équations d évolution temporelle des populations N 0, N 1, N 2 et N Dans la suite, on se place en régime stationnaire (laser en fonctionnement continu. Quelle relation entre N 3 et N 1 se déduit très simplement des équations d évolution dn 0 = 0 et dn 3 = 0? Exprimer en régime stationnaire N 0 puis N 2 en fonction de N 1, W,, A et. A quelle condition sur les probabilités par seconde a-t-on inversion de population sur la transition laser 2 1? (il n est pas nécessaire de faire de nouveaux calculs pour répondre à cette question. 4. La désexcitation des niveaux 3 et 1 est très rapide de sorte que est très grand devant les probabilités par seconde A, W et. (a Simplifier les expressions de N 0 et N 2 en fonction de N 1 pour A, W,. (b Ce système à quatre niveaux est-il de type ouvert ou fermé? Quelle relation sur les populations cela implique-t-il? Déterminer N 1 en fonction de N,, A, W et, toujours dans le cas A, W,. (c Compte tenu des hypothèses faites, a-t-on N 2 /N 1 très petit ou très grand devant 1? En déduire l expression de la différence de population N = N 2 N 1 en fonction de N 1. Exprimer N en fonction de N, A, W et. Vérifier que N est indépendant de pour A, W,. (d Donner l expression de la différence de population non saturée N 0, puis le rapport N/ N 0. Exprimer l intensité de saturation I s en fonction de σ et des autres données utiles du problème. 5. Écrire σ en fonction de A, 0, g(0 (profil spectral à résonance, (vitesse de la lumière dans le vide et n (indice du colorant. 6. Ce milieu amplificateur est à élargissement spectral homogène. Comment peut-on justifier physiquement que des molécules actives diluées dans un liquide présentent un tel type d élargissement spectral? 7. En déduire le coefficient d amplification non saturée α 0 du système. 8. Applications numériques : λ 0 = 0 = 590 nm ; A = 1, s 1 ; g(0 = 1, Hz 1 ; = 8, s 1 ; n = 1,43 ; N = 4, m 3 ; Calculer numériquement la fréquence 0, la différence de population non saturée N 0, la section efficace σ, l intensité de saturation I s et le coefficient d amplification non saturée α 0. Partie B : Pertes de la cavité S 1 filtre spectral T ( e M 1 M 2 " amplificateur (jet de colorant S 3 Figure 3 M 3 S 2 La cavité est constituée de trois miroirs M 1, M 2 et M 3 disposés en anneau. Leurs sommets sont notés S 1, S 2 et S 3 respectivement. Un isolateur optique (non représenté impose le sens de parcours de la lumière comme indiqué sur la figure 3. La cavité contient également un filtre spectral dont le facteur de transmission T f ( vaut 1 pour la fréquence de fonctionnement 0 du laser, et 0 pour les autres fréquences. On note T 1, T 2, T 3 les facteurs de transmission des miroirs M 1, M 2 et M 3. Soient R 1 = 1 - T 1, R 2 = 1 - T 2 et R 3 = 1 - T 3 les facteurs de réflexion correspondants. Soit η la perte relative d intensité pour un parcours complet de la cavité, dûe aux pertes autres que celles des miroirs et du filtre spectral. On note l la longueur du milieu amplificateur et d = [S 1 S 2 ] + [S 2 S 3 ] + [S 3 S 1 ] = 60 cm la longueur optique de la cavité en anneau. 1. Exprimer le coefficient de pertes α P (par unité de longueur du milieu amplificateur en fonction de l, η, R 1, R 2, R 3 et T f (.

3 3 2. Application numérique pour = 0, l = 1 mm ; T 2 = 2 %, T 1 = T 3 = 0,1 % ; η = 1 % ; Calculer numériquement α P. 3. Vérifier que α P l 1 donc que le laser fonctionne en régime pertes faibles - gain faible. Etablir dans ce cas la relation existant entre τ c, la durée de vie des photons dans la cavité, et le coefficient α P. Application Numérique. 4. Au niveau de quel miroir sera-t-il le plus judicieux d extraire le faisceau Laser de la cavité? Partie C : Fonctionnement continu du laser On étudie le fonctionnement continu du laser (régime stationnaire. Soient α 0 et α les coefficients d amplification non saturée et saturée, α P le coefficient de pertes (par unité de longueur du milieu amplificateur. Le paramètre intensité de saturation caractéristique du milieu amplificateur est noté I s. On rappelle que le colorant est un milieu à élargissement spectral homogène. On note w 0 le rayon du faisceau, supposé constant sur toute la cavité. 1. Rappeler les définitions du coefficient d amplification saturée, du coefficient d amplification non saturée puis de l intensité de saturation. 2. L intensité lumineuse au niveau du milieu amplificateur est supposée uniforme, notée I. Indiquer la relation existant en régime stationnaire entre le coefficient d amplification saturée, le coefficient d amplification non saturée, l intensité I et l intensité de saturation. 3. Écrire les conditions de fonctionnement laser en régime pertes faibles - gain faible. En déduire l expression littérale de l intensité I au niveau de l amplificateur. 4. Quelle est la puissance lumineuse P c transportée par le faisceau? (on suppose pour simplifier que l intensité est homogène sur un disque de rayon w 0 et nulle ailleurs 5. On suppose que les pertes η (pertes relatives d intensité autres que par les miroirs se produisent ailleurs qu entre l amplificateur et M 2. Quelle est la puissance P L transportée par l onde laser extraite de la cavité? 6. Calculer numériquement P L en utilisant w 0 = 0,27 mm et les valeurs numériques des autres grandeurs physiques utiles déterminées dans les différentes parties du problème. Exercice : Caractéristiques des impulsions produites par un laser en fonctionnement modes bloqués Rappels : soit une cavité laser où l écart entre deux modes spectraux consécutifs est noté δ et où peuvent fonctionner simultanément des ondes sur N modes spectraux. Si ce système fonctionne en régime modes bloqués, il produira une série d impulsions séparées temporelement de 1 δ secondes, chacune ayant la durée 1 caractéristique Nδ. Un laser Cr :LiSAF à cavité linéaire, pompé par une diode laser continue et fonctionnant en régime modes bloqués, délivre des impulsions de durée t = 136 fs (1, s, avec f = impulsions par seconde, et une longueur d onde moyenne λ = 859 nm. Sa puissance moyenne est P = 25 mw. Calculer numériquement la longueur optique d de la cavité, la valeur approchée du nombre N des modes longitudinaux impliqués, la largeur en longueur d onde λ du spectre des fréquences de ce faisceau. Schématiser l évolution temporelle de l intensité lumineuse. Raisonner sur ce graphe pour calculer la puissance crête P max de chaque impulsion. Problème -II- : Spectroscopie par absorption saturée Le but de ce problème est de présenter une méthode expérimentale permettant de mesurer la largeur spectrale homogène d une transition, pour des atomes contenus dans une cellule avec des conditions où l élargissement spectral est dominé très largement par l élargissement inhomogène Doppler.

4 4 Les atomes sont modélisés par un système à deux niveaux d énergies E 1 et E 2 > E 1 non dégénérés. La transition radiative entre ces deux niveaux est caractérisée par la fréquence de résonance 0 = E 2 E 1 h, les coefficients d Einstein A et B et le profil spectral homogène g( 0 = 2 1 ( π h h /2 traduisant l efficacité de l absorption d un photon de fréquence dans le référentiel de l atome. La quantité h représente la largeur totale à mi-hauteur de g( 0 (largeur spectrale homogène. La longueur de la cellule est notée l. L indice optique du gaz est supposé égal à 1, les photons s y propagent à la vitesse. faisceau laser Ι, 0 " z v (vx,vy,vz Figure 4 cellule détecteur Un faisceau laser continu de fréquence ajustable se propage suivant z, vers les z croissants (voir figure 4. Il éclaire sur toute sa largeur la cellule contenant un gaz des atomes étudiés. Leur nombre par unité de volume est noté N. Ce gaz est à la température T. A cause du décalage Doppler, un atome de vitesse v(v x, v y, v z dans le référentiel du laboratoire voit dans son propre référentiel un photon de fréquence = (1 vz. Le nombre d atomes par unité de volume dont la vitesse selon z se trouve dans l intervalle [v z, v z + dv z [ est noté N D(v z dv z. Les questions 2 et 3 sont totalement indépendantes de la question 1 1. (a Soit W (v z la probabilité par seconde pour l absorption d un photon du laser (fréquence dans le référentiel du laboratoire par un atome de vitesse v z selon z. Écrire W (v z en fonction de B, I,, v z, 0, et du profil spectral. En déduire la section efficace σ(v z correspondante. (b L intensité I du faisceau laser est supposée faible de sorte qu on peut jusqu à nouvel ordre négliger le nombre d atomes sur le niveau 2 et considérer qu ils sont tous sur le niveau fondamental 1. Que vaut la différence de population pour les atomes de vitesse selon z dans l intervalle [v z, v z +dv z [? En déduire le coefficient d amplification dα(v z de l onde laser en interaction avec ces atomes. (c Déterminer le coefficient d amplification α de l onde laser en interaction avec l ensemble des atomes de la cellule. Simplifier son expression pour la situation physique où l élargissement spectral Doppler domine très nettement l élargissement spectral homogène. 2. Le faisceau laser possède l intensité I(0 à l entrée de la cellule. L absorption par les atomes fait que son intensité décroît dans la cellule suivant la loi 1 di I dz = α a( par définition du coefficient d absorption α a (. Pour I(0 faible, α a ( peut se mettre sous la forme : α a ( = K exp m (v z0 2 où v z0 est la vitesse selon z pour les atomes voyant la fréquence du laser dans leur référentiel correspondre à la fréquence de résonance 0 de la transition. k est la constante de Boltzmann, m la masse de l atome, K est une constante supposée indépendante de z et de l intensité lumineuse. (a Exprimer v z0 en fonction de, et 0. (b On note I(l l intensité du laser à la sortie de la cellule (z = l. Calculer l absorption relative de la cellule, définie par A r ( = I(l I(0 I(0, dans l approximation α a l 1, en fonction de et des autres données du problème. Justifier physiquement pourquoi, dans l expression de A r (, il est justifié de remplacer 0 par 0 0. (c Évaluer la largeur totale à mi-hauteur D de la fonction A r ( puis schématiser son graphe. 2kT

5 5 (d La mesure de A r ( en fonction de la fréquence du laser accordable permet-elle de déterminer la valeur de h. 3. Le montage est modifié comme indiqué figure 5. Le faisceau laser traverse la cellule (onde aller avant d être renvoyé sur lui-même par un miroir totalement réfléchissant (onde retour. Après cette seconde traversée de la cellule, le faisceau est dévié par une lame séparatrice vers un photodétecteur qui mesure une intensité notée I D (. Le décalage Doppler fait qu un photon de l onde retour est vu par un atome de vitesse v(v x, v y, v z avec la fréquence l atome. = (1 + vz dans le référentiel de faisceau laser séparatrice détecteur 0 " z Figure 5 On simplifie l étude en modélisant le système de la manière suivante : - l onde aller est absorbée par les atomes de vitesse voisine de v + z0 telle qu ils voient la fréquence du rayonnement correspondre à 0, avec le coefficient d absorption α a + ( = K exp m(v+ z0 2 2kT. L intensité laser est telle que 20 % de ces atomes de vitesse v z0 + initialement sur 1 passent en régime stationnaire sur le niveau 2. - l onde retour est absorbée par les atomes de vitesse voisine de vz0 telle qu ils voient la fréquence du rayonnement correspondre à 0, avec le coefficient d absorption αa N 1 (vz0 ( = K N 1 (vz0 + N 2(vz0 exp m (v z0 2 2kT cellule où N 1 (v z et N 2 (v z désignent pour les atomes de vitesse v z selon z les populations des niveaux 1 et 2 obtenues en régime stationnaire après interaction avec l onde aller. - l intensité laser est suffisamment faible pour pouvoir négliger toute émission induite. (a Donner les vitesses v z0 + et v z0 des atomes qui absorbent à résonance l onde l aller et l onde retour respectivement. Pour quelle valeur particulière de la fréquence du laser s agit-il des mêmes atomes? (b Comparer les valeurs de α + a ( et α a ( pour 0 puis pour = 0. Commenter physiquement l origine de la différence entre les deux situation 0 et = 0. (c A quelle condition sur le faisceau peut-il traverser la cellule sans absorption significative? On note ID 0 l intensité obtenue sur le photodétecteur dans ce cas. Pour ce montage, on définit l absorption relative de la cellule par A r( =. En supposant α+ a ( l 1 et I0 D I D( ID 0 α a ( l 1, calculer A r( pour 0 puis pour = 0. Schématiser cette fonction en admettant pour l instant que le phénomène apparaissant autour du point singulier = 0 est très étroit par rapport à la largeur totale de A r(. 4. (a Indiquer qualitativement sur quel intervalle doit se situer la fréquence vue par un atome pour que celui-ci absorbe efficacement l onde aller? l onde retour? (b En déduire une estimation de l intervalle sur lequel doit se trouver pour que les faisceaux aller et retour soient absorbés de manière significative par les mêmes atomes. (c La courbe A r( mesurée pour des atomes de Césium montre que la singularité mise en évidence au 3 est large de 30 MHz. A quelle propriété physique de la transition cette mesure donne-t-elle accès? (d Comparer la précision de la mesure de 0 par les expériences décrites au 2 et au 3. miroir

6 6 Université Paris XI Centre d Orsay Examen de 2 ieme cycle Première session Master 1 Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers, corrigé succinct Problème -I- : Étude d un laser à colorant continu Partie A : Étude du milieu amplificateur 1. La transition entre 0 et 3 est par absorption d un photon. Par symétrie, il y a dans ce cas nécessairement de l émission induite entre 3 et 0. Les niveaux 1 et 2 sont non dégénérés (un seul état quantique d énergie E 1, E 2 donc W 12 = W. Rmq : l oubli de l émission induite entre 3 et 0 n a presque aucune conséquence dans la suite de ce problème (en terme de pertes de points. 2. Energie 3 0 WP WP A W W 2 1 dn 0 dn 1 dn 2 dn 3 = (N 0 N 3 + N 1 = W (N 2 N 1 + A N 2 N 1 = W (N 2 N 1 A N 2 + N 3 = (N 0 N 3 N 3 3. En régime stationnaire, dn 0 = dn 1 = dn 2 = dn 3 = 0. De dn 0 = dn 3 = 0, on déduit par différence que N 3 = N 1. De dn 0 = 0 avec N 1 = N 3, on déduit N 0 = + N 1. De dn 1 = 0, on déduit N 2 = W + A+W N 1. Il y a inversion de population si N 2 > N 1 donc si > A (le niveau 1 se vide plus vite que le niveau (a Pour A, W,, on a N 0 N 1 et N 2 A+W N 1. (b Ce système est fermé, N 0 + N 1 + N 2 + N 3 = N. On en déduit N 1 + N 1 + N 1 ( + A + W N 1 + N 1 = N A + W N 1 A + W + (A + W + 2 = N avec = N 2 et N 1 = N (A + + W (c N 2 /N 1 = A+W 1 donc N 2 N 1 et N = N 2 N 1 N 2 = quantité est bien indépendante de (d W est nul lorsque I = 0. N 0 = N (A+ ; identifier la relation précédente à N N 0 = 1 1+ I Is 5. σ = W h 0 I = B u g(0 h 0 n u avec A B = 8πh3 0 ( n 3 donc σ = A c2 0 8πn A+W A+W 2 A + W N 1 = N (A+W +. Cette N N 0 = 1 1+ W A+. On utilise W = σ I h 0 d où I σi I s = h 0 (A+ et I s = h 0(A+ σ g(0 pour

7 7 6. Les molécules actives diluées dans le solvant voient toutes le même entourage moléculaire donc les transferts d énergie des niveaux 1 ou 2 vers le solvant, à l origine du processus d élargissement spectral, ont la même dynamique pour toutes les molécules actives. De plus, en solution, les molécules actives sont trop lentes pour présenter un décalage Doppler significatif. Ces deux raisons font que ce milieu est à élargissement spectral homogène. 7. α 0 = σ N = λ 0 = = 5, s 1 N 0 = 4, ,2 105 = 2 10 (1, , m 3. σ = 1,8 108 ( π(1,43 2 (5, , = 2, m 2 I s = 6, (1, , , , = 2, W m 2. α 0 = 2, = 41,6 m 1. Partie B : Pertes de la cavité 1. Par définition, exp α P l = R 1 R 2 R 3 (1 ηt f ( pour cette cavité en anneau donc α P = 1 l (R ln 1 R 2 R 3 (1 ηt f (. 2. α P = 1 ln((1 0, 001 (1 0, 001 (1 0, 02 (1 0, 01 = 32,25 m On a α P l = 0,03 1, c est un régime de fonctionnent pertes faibles, gain faible. Cf cours pour la démonstration. τ c = d α P l = 0,6 = 6, s Le faisceau Laser doit être extrait de la cavité au niveau du miroir M 2, celui possédant le facteur de transmission le plus élevé. Partie C : Fonctionnement continu du laser 1. Le coefficient d amplification saturée α a été introduit dans le bilan d énergie de l interaction ondemilieu, par la notation α = 1 I ( u t + I z, qui en régime stationnaire devient α = 1 di I dz. Le coefficient d amplification non saturée α 0 est la valeur de α lorsque I tend vers zéro (I I s. L intensité de saturation I s est le paramètre défini par l identification N = N α = α0 (relation de saturation pour un élargissement spectral homogène. 1+ I Is 3. En régime de fonctionnent pertes faibles, gain faible, les conditions de fonctionnement s écrivent (i La fréquence 0 du laser doit correspondre à un mode spectral p = p d (ii En régime stationnaire, le gain compense exactement les pertes ce qui se traduit par α = α P. En utilisant la relation de α saturation valable pour un élargissement spectral homogène, cela entraîne 0 = α P d où I = I s ( α0 α P P c = I πw La puissance se conserve entre O et S 2, une fraction T 2 est extraite au niveau de M 2 donc P L = T 2 πw 2 0 I s( α0 α P 1 6. Application numérique : P L = 0, 02 π (0, , ( 41,6 32,25 1 = 3,86 W Exercice : Caractéristiques des impulsions produites par un laser en fonctionnement modes bloqués L écart temporel 1/δ entre deux impulsions est l inverse du nombre f d impulsions par seconde donc δ = f. Pour une cavité linéaire, δ = 2d donc d = 2δ = 31,9 cm. Le nombre de modes impliqués se déduit de la largeur de chaque impulsion par t = 1 Nδ donc N = 1 t δ = modes. Le spectre des fréquences de ce rayonnement couvre une largeur en fréquence valant = N δ, sachant que λ = λ = = λ2 2 = λ N δ = ( , = 18 nm I Is 1+ I Is

8 8 La puissance moyenne est P = 25 mw, ce qui signifie que le flux d énergie à travers une surface d onde pendant une seconde vaut 25 mj. Cela correspond à l énergie transportée par f impulsions, contenant chacune une énergie de l ordre de t fois P max. On a donc f t P max = d où P max = 0, W = P max t... 1 seconde f impulsions Problème -II- : Spectroscopie par absorption saturée ( 1. (a W (v z = B I g( 0 = B I g ( σ(v z = hb g (1 vz 0 (1 v z 0 (b Tous les atomes sont sur le niveau 1, la différence de population N(v z = N 2 (v z N 1 (v z pour les atomes [v z, v z + dv z [ vaut ND(v z dv z. On en déduit : dα(v z = σ(v z N(v z = N hb (c α = ( v z dα(v z = N hb v z g (1 vz 0 0 g((1 v z 0 D(v z dv z ( D(v z dv z. La fonction g (1 vz est centrée sur la vitesse v z0 = 0, elle est étroite par rapport à D(v z donc v z g((1 v z 0 D(v z dv z D(v z0 v z g((1 v z 0 dv z = D(v z0. On obtient 2. (a = 0 (1 v z0 = 0 v z0 = ( 0. α = N hb D(v z0 avec v z0 = 0 (b Pour α a indépendant de z, di dz = I α a( s intègre en I(l = I(0 exp α a l d où A r ( = 1 exp α a l α a l = K l exp mv2 z0 2kT = K l exp mc2 0 2kT ( 0 2. L approximation 0 = 0 0 se justifie par le fait que l absorption est possible si 0 est au plus de l ordre de grandeur de l élargissement Doppler, typiquement 1 GHz et très petit devant, 0? Dans ces conditions, 0 dans les termes où n apparaît aucune petite différence de fréquence. (c A r ( est maximum pour = 0 et vérifie A r ( 0 ± D /2 = A r ( 0 /2 pour D = 2 0 2kT ln 2 m. (d La mesure de la fonction A r ( donne les valeurs de D et de 0 mais n apporte aucune information sur h D. 3. (a = (1 v+ z0 = 0 v z0 + = 0. = (1 + v+ z0 = 0 vz0 = + 0. Il s agit des mêmes atomes pour très proche de 0. (b Pour 0, l onde retour interagit avec des atomes qui n ont pas interagi avec l onde aller donc pour lesquels N 1 (v z0 N 1 (v z0 +N 2(v z0 K" K"/ 2 r( = 1. On a dans ce cas α a ( = α + a (. Par contre, pour 0 D

9 9 = 0, l onde retour interagit avec des atomes qui ont interagi avec l onde aller, ce qui avec N 1 (v z0 la modélisation proposée entraîne = 0, 8 et N 1 (v z0 +N 2(v z0 α a ( = 0, 8 α a + (. L onde aller a réduit le nombre d atomes de vitesse v z = vz0 = v+ z0 = 0 sur le niveau 1 donc l onde retour interagissant avec ces mêmes atomes est moins absorbée. (c Le faisceau peut traverser la cellule sans aucune absorption si 0 D. Si l intensité incidente pour l onde aller s écrit I(0, celle obtenue après la première traversée de cellule vaut I(0 exp α + a ( l, celle après la seconde traversée vaut I(0 exp α + a ( l exp α a ( l. Un facteur β traduit la lumière arrivant sur le détecteur compte tenu des réflexions sur les interfaces, le miroir, la séparatrice, d où I D ( = βi(0 exp (α + a ( + α a ( l. Cette valeur correspond à I 0 D pour α+ a ( = α a ( = 0 d où A r( = 1 exp [ (α + a ( + α a ( l ] (α + a ( + α a ( l On a donc : 'r ( h A r( = 2 K l exp mc2 0 2kT ( 0 2 pour 0 D et A r( = 1, 8 K l exp mc2 0 pour = 0. 2kT ( 0 2 = 1, 8 K l 4. (a Les ondes aller ou retour sont absorbées efficacement si respectivement = (1 v z [ 0 h, 0 + h ] et = (1 + v z [ 0 h, 0 + h ], où h est la largeur homogène (b Les photons de l onde aller interagissent à résonance avec les atomes de vitesse v z + 0. Pour ces atomes, l onde retour possède la fréquence (1+ v+ z 0 = (1+ v z 0 +( v+ z 0 v z 0 = 0 +2( 0. Ces atomes absorbent efficacement l onde retour si l écart entre cette fréquence et 0 est inférieur à h c est à dire si 2( 0 < h donc si est dans l intervalle [ 0 h 2, 0 + h 2 ]. (c La largeur de la singularité de A r( est directement liée à la largeur homogène h de la transition. Cette méthode permet de la mesurer bien qu elle soit très petite comparée à la largeur inhomogène D. (d Au -2-, la valeur de 0 est le maximum de A r (, déterminée à une fraction de D près. Ici, le minimum du creux d absorption est pointé à une fraction de h près donc avec une précision nettement meilleure. 0

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD?

Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Fiche à destination des enseignants TS 2 CD ou DVD? Type d'activité Activité expérimentale ou évaluation expérimentale, type ECE Objectifs Pré-requis Conditions de mise en œuvre Liste du matériel, par

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

FIBRE OPTIQUE À SAUT D INDICE

FIBRE OPTIQUE À SAUT D INDICE Mines Physique 2 PC 2011 Énoncé 1/6 ÉCOLE DES PONTS PARISTECH SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Exercices de Cosmologie

Exercices de Cosmologie Master 1 & 2 Exercices de Cosmologie Distance angulaire 1/ Dans un univers Einstein de Sitter, exprimer la distance angulaire d un objet vu à l époque t, en fonction de z puis en fonction de t, l âge actuel

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Signal et propagation

Signal et propagation SP1 Signal et propagation Exercice 1 Communication à distance Identifier des types de signaux et les grandeurs physiques correspondantes Déterminer comment changer la nature d un signal On considère deux

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK

L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK L EFFET PHOTOÉLECTRIQUE LA DÉTERMINATION DE LA CONSTANTE DE PLANCK 1. Le but de l expérience L étude de l effet photoélectrique externe et le calcul de la constante de Planck( h ). 2. Considérations théoriques

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7.

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. BACCALAURÉAT GENÉRAL Session 2011 MATHÉMATIQUES Série ES Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. L utilisation d une calculatrice

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail