Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition"

Transcription

1 03/04/15 SINNIG Lucas L2 Nutrition Pr DARMON 18 pages CR : CHABERT Julie Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition Plan : A. Définition B. Prévalence et facteurs de risques C. Les causes de la dénutrition I. Les causes de la dénutrition II. La dénutrition s installe et/ou s aggrave au cours du séjour D. Dénutrition : bases physiopathologiques I. Adaptation métabolique au jeûne (normal) II. Adaptation métabolique lors d'une agression E. Conséquences médicales de la dénutrition F. Pourquoi ne s'occupe-t-on pas de la dénutrition? G. Dépistage et diagnostic I. Évaluation clinique II. Dépistage III. Index et questionnaire IV. Diagnostic H. Stratégie de prise en charge nutritionnelle A. Définition La dénutrition est un état pathologique provoqué par l inadéquation persistante entre les besoins métaboliques de l organisme et les apports et/ou l utilisation de ces apports, en énergie et/ou protéines et/ou micronutriments. Elle peut être liée à une diminution des apports ou à une augmentation des besoins métaboliques. Elle se caractérise par une perte de masse maigre (c est ce qui définit sa gravité) et souvent de masse grasse en particulier chez l enfant et chez l adulte. Elle induit des changements mesurables des fonctions corporelles physiologiques responsables d une aggravation du pronostic de maladies sous-jacentes. 1/18

2 Composition corporelle : modèles de représentation Le prof a surtout parlé du modèle physiologique La classification : - Forme marasmique pure ou MF-PCM (marasmic form of protein-calorie malnutrition) : Insuffisance d'apport énergétique et protéique, Perte de poids de plus de 20 % du poids idéal touchant surtout la masse grasse Conséquences limitées sur la morbidité ou la mortalité - Forme hypoalbuminémique de malnutrition protéino-énergétique ou HAF-PCM (hypoalbuminemic form) : Tableau clinique proche du Kwashiorkor, Perte de poids plus modeste touchant la masse maigre État de stress métabolique en réponse à l'agression Influence fortement la morbidité et la mortalité - Formes cliniques intermédiaires : 2/18

3 B. Prévalence et facteurs de risques Nutrition Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition La prévalence de la dénutrition est largement sous-estimée. Les facteurs de risques sont nombreux : Âge > 70 ans Cancer, hémopathie maligne Sepsis AVC Pathologie chronique Maladies digestives (MICI, pancréatite chronique, cirrhose) Insuffisance d'organe Pathologie neuromusculaire et polyhandicap Diabète déséquilibré Syndrome inflammatoire VIH / SIDA Antécédents de chirurgie digestive majeure (grêle court, pancréatectomie, chirurgie bariatrique.) Syndrome dépressif, troubles cognitifs, démence, syndrome confusionnel Symptômes persistants : Dysphagie, nausées, vomissements, sensation de satiété précoce, diarrhées Douleur, dyspnée Traitement à visée carcinologique Corticothérapie > 1 mois, polymédication, régimes abusifs... 3/18

4 C. Les causes de la dénutrition I. Les causes de la dénutrition Nutrition Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition Réduction des apports nutritionnels Et/ou Perte excessive et/ou défaut d absorption Et/ou Augmentation des besoins métaboliques (hypercatabolisme) Ces situations sont souvent intriquées dans des proportions variables. a. Réduction des apports Carences d apport liées à des pathologies : Iatrogène, en milieu hospitalier par mauvaise couverture des besoins, insuffisance d apports protéiques et/ou énergétiques Régimes «aberrants» parfois prescrits chez l adulte et chez l enfant (allergie - exclusions multiples) Perturbation de l ingestion des aliments (anorexie, troubles de la déglutition, régurgitations, vomissements) Situations à risque : g Inappétence chez les patients alités, polymédiqués, ou qui ont des régimes restrictifs Douleur Handicap : tétraplégie, insuffisants moteurs cérébraux, maladies psychiatriques Trouble de déglutition : fausse route, toux, suffocation Détérioration de l état buccal : - L édentation, qui conduit à une diminution des capacités masticatoires - Les mycoses qui entraînent des douleurs à la mastication et à la déglutition Modes alimentaires restrictifs : - Rites idéologiques (ex : végétalisme) - Rites religieux (difficile à respecter en restauration collective) - Tabou ou peur alimentaire Problèmes socio-économiques (beaucoup chez les sujets âgés) Alcoolisme Négligence, maltraitance (qu on peut voir en institution de personnes âgées ) Refus alimentaire (anorexie mentale, grève de la faim ) Cas particulier des personnes âgées Causes sociales Diminution des capacités liées au vieillissement : - Perte d autonomie - Déficits sensoriels (perte de goût entre autres) - Mauvais état bucco-dentaire - Modification de l appareil digestif - Troubles de la déglutition - Anorexie - Troubles de la marche - Détérioration des fonctions cognitives - Troubles des membres supérieurs 4/18

5 b. Pertes excessives et/ou défaut d absorption ou d utilisation des apports Cela concerne surtout les maladies de l appareil digestif : Diarrhées chroniques par malabsorption de nutriments (insuffisance de digestion) Insuffisance intestinale : après résection importante de l intestin par exemple. La longueur intestinale se réduit mauvaise absorption des apports. L insuffisance intestinale s accompagne soit d'un syndrome d obstruction (occlusion intestinale, cancer, entérite radique, pseudo-obstruction intestinale chronique), soit d'un syndrome de malabsorption avec diarrhées (résection intestinale, inflammation dans la maladie de Crohn, maladie cœliaque, SIDA). Le syndrome néphrotique entraîne une protéinurie très importante qui peut entraîner une baisse de l albuminémie. La dénutrition est liée à la fuite protéique prolongée. Lors d un diabète déséquilibré, la carence insulinique est très importante, le patient urine du sucre et donc perd du poids (ce sont donc des calories perdues, de plus l'insuline est une hormone de mise en réserve et sa carence va aggraver le phénomène de perte de poids) Chirurgie digestive (by-pass, gastrectomie) c. Augmentation des besoins métaboliques Au cours des états d agressions aigus ou subaigus, la dépense énergétique et le catabolisme protéique augmentent, entraînant une majoration des besoins énergétiques et/ou protéiques. C est le cas lors de : Chirurgie État de choc Polytraumatismes Maladies infectieuses ou inflammatoires Cancers Traumatismes crâniens Pancréatites aiguë Brûlures du 2e ou 3e degré ++ II. La dénutrition s installe et/ou s aggrave au cours du séjour Du domicile à l hôpital, il existe plusieurs facteurs de diminution des apports en nourriture avec : Un changement d environnement, d'horaires de repas (le repas du soir est servi très tôt, ce qui va faire un espacement avec le petit déjeuner très important; ceci est extrêmement mauvais d'un point de vue métabolique), des habitudes alimentaires; un choix alimentaire limité, un menu peu explicite; des couverts mal adaptés, peu ou pas d aide au repas une multiplicité des acteurs et des difficultés de coordination une dispersion des responsabilités En fonction des services, 11 à 35% des patients consomment moins que leurs besoins énergétiques. CR : A noter qu'il y a bien souvent une non-identification du risque nutritionnel... 5/18

6 D. Dénutrition : bases physiopathologiques Trois mécanismes sont impliqués dans la survenue de la dénutrition : La mobilisation des réserves énergétiques La constitution du déficit protéique (si le jeûne se prolonge) Le déficit en micronutriments (Vitamine, micronutriments et éléments trace) 6/18

7 I. Adaptation métabolique au jeûne (normal) La glycémie reste relativement stable, des mécanismes se mettent en place pour que le cerveau soit toujours alimenté notamment. L insulinémie baisse donc, alors que le glucagon augmente. Il existe deux moyens importants de production d énergie : la néoglucogenèse se met en place afin de maintenir la glycémie normale on puise dans le tissu adipeux (augmentation de la lipolyse) avec libération importante d acides gras libres, oxydés en corps cétoniques pour alimenter les muscles, le myocarde et plus tard le cerveau. L organisme essaie de protéger le muscle («la masse maigre») au maximum et d éviter la protéolyse (rééquilibrer la balance azotée) qui va finir par se stabiliser dans le temps. II. Adaptation métabolique lors d'une agression Exemple: Lors d'une infection. On observe un phénomène d insulino-résistance (hormones de stress, cytokines inflammatoires...). Les adipocytes libèrent des acides gras libres et du glycérol (qui va être impliqué dans la néoglucogenèse au niveau hépatique) mais dans ce cas le muscle va être sollicité, il va y avoir libération d acides aminés : la glutamine, utilisée pour le renouvellement des lymphocytes, des macrophages et des cellules intestinales l'alanine, utilisée au niveau du foie pour la néoglucogenèse (cerveau et érythrocytes ++) Les différences majeures par rapport au jeûne normal sont une cétogenèse qui va être peu importante du fait d'un hyperinsulinisme et un catabolisme musculaire compensatoire. On va avoir une diminution importante de la masse maigre. a. Déficit protéique Le déficit protéique se constitue vite : Augmentation de la synthèse hépatique des protéines de la phase aiguë (CRP, fibrinogène...) Augmentation de la protéolyse musculaire +++ Augmentation de l excrétion urinaire d azote (urée) La balance azotée est fortement négative. b. Déficit en micronutriments Les déficits en micronutriments sont fréquents chez les malades dénutris mais il est difficile d en quantifier l ampleur. Les stocks sont rapidement épuisés : Zinc : cicatrisation, anabolisme, fonction thyroïdienne, défense immunitaire Sélénium : défense anti-oxydante, immunité Vitamines du groupe B : la carence expose aux neuropathies, aux anémies (folates B9, B12) et à l encéphalopathie carentielle. 7/18

8 c. Étiologie multifactorielle de la dénutrition au cours du cancer Les apports nutritionnels sont souvent inefficaces, en effet : La dénutrition du patient cancéreux est fréquente +++ (20-60% lors du diagnostic) Elle est toujours corrélée à l extension de la maladie Il y a une valeur pronostic propre (la dénutrition compte dans le pronostic). 2 points-clefs : le diagnostic précoce et l'intervention active. 8/18

9 Pourquoi les gens ayant un cancer mangent moins? L'hypophagie est le résultat des nausées, vomissements, dysfonctions digestives, aversions alimentaires, modifications du goût et de l odorat, anorexie, satiété précoce, dépression, anxiété, douleurs et effets secondaires des traitements (la chimio et la radiothérapie peuvent entraîner des inflammations de la bouche, diarrhées, nausées ). La cachexie est une interaction complexe entre l'hôte et la tumeur. La tumeur va être responsable de conséquences métaboliques et nutritionnelles. Dans le syndrome cachexique (syndrome paranéoplasique multifactoriel) on observe : une perte de poids, des nausées une inflammation et des dysfonctions digestives des aversions alimentaires des modifications du goût et de l odorat une dépression, de l anxiété des douleurs 20% des décès en oncologie ont pour seule cause la cachexie. La tumeur peut sécréter des substances pro-cachexisantes, qui vont majorer la protéolyse et la lipolyse et donc entraîner une perte de poids majeure. Perte de poids 5 % en 12 mois (ou IMC < 20) et maladie chronique + trois au moins des cinq critères suivants : a. Diminution de la force musculaire (tertile inférieur) b. Fatigue c. Anorexie (< 70 % des ingesta habituels, < 20 kcal/kg/j, EVA ) d. Indice de masse maigre bas (CMB < 10 ème percentile, DXA) e. Anomalies biologiques : Inflammation (CRP > 5) / anémie (< 12) / hypoalbuminémie (< 32) Ces informations sont données à titre indicatifs, les chiffres ne sont pas à connaître. 9/18

10 Implications métaboliques : Grande différence entre cachexie et jeûne : le patient cachexique perd beaucoup plus de muscle, la dégradation des protéines est très forte (elle n existe pas chez le patient qui jeûne car son organisme S ADAPTE). C est ce qui fait la gravité de la maladie. ( Phrase du cours de l'an dernier) 10/18

11 E. Conséquences médicales de la dénutrition Facteur de risque indépendant de morbi-mortalité (infections, anémie, complications post-opératoires, retard de cicatrisation, escarres, chutes, fractures ) Aggravation du pronostic de la pathologie sous-jacente Prolongation de la durée de séjour (et donc coûte plus cher) Hospitalisations itératives Toxicité accrue des traitements (on doit diminuer alors les doses de chimio et donc l efficacité du traitement) Asthénie, apathie, dépression Diminution de la qualité de vie Coûts élevés Il y a 5 fois plus de risques d attraper une infection nosocomiale quand on est dénutri. Il y a une diminution de la réponse à la chimiothérapie et augmentation des risques de toxicité induits par la chimiothérapie. Chez des malades ayant bénéficié d une chimiothérapie pour une LAL (leucémie aiguë lymphoblastique), on observe une diminution de la survie de 5 ans. Chez le sujet âgé : la mortalité est multipliée de 2 à 4 (susceptibilité aux chutes, fractures, infections, baisse de l'autonomie et difficultés de cicatrisation) F. Pourquoi ne s'occupe-t-on pas de la dénutrition? Absence de responsabilités définies pour la planification des soins nutritionnels Insuffisance de la formation en nutrition, toutes catégories de personnel confondues Absence d influence et ignorance des patients Absence de coopération entre les différentes catégories de personnel Absence d implication des administrateurs de l hôpital. Les premières raisons sont le manque de connaissance et le manque de recommandations claires. 50 % à 100 % des dénutritions ne sont pas dépistées. 11/18

12 G. Dépistage et diagnostic I. Évaluation clinique Nutrition Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition Cheveux rares, fins, secs, décolorés, présentant un défaut de résistance à l arrachage Visage amaigri, globes oculaires saillants Pâleur cutanéo-muqueuse Lèvres fissurées, chéilite Langue lisse, atrophiée, dépapillée Caries, hypoplasie de l émail Atrophie cutanée, dermatoses diverses Œdèmes des chevilles Recherche d une fonte adipo-musculaire (jambes fines ++) Hypotension, bradycardie, parfois hypothermie II. Dépistage a. Détermination du poids Il faut : Peser le patient (ne pas se contenter du poids déclaratif) et interroger la personne et son entourage Rechercher une perte de poids récente (dans les 6 derniers mois) La pesée doit être systématique à l arrivée! (balance tarée, sans chaussures, pas de vêtements lourds ) Pour peser les personnes qui ne peuvent se mettre debout, il existe des chaises-pèse-personne, des lèvepersonne, et pour les patients en réanimation, il existe des lits avec balance intégrée. CR : Ces dispositifs existent mais restent malheureusement extrêmement rares en milieu hospitalier. b. Détermination de la taille interroger la personne, ou son entourage utiliser une toise consulter la carte nationale d identité estimer la taille par la distance talon-genou Puis on calcule l IMC (poids en kg / taille² en m²) c. Recueil d'information Il se réalise auprès de la personne soignée et/ou de son entourage. Il concerne les habitudes alimentaires de la personne : Goûts et aversions alimentaires Textures alimentaires Régimes spécifiques Allergies et intolérances Nombre et répartition des repas Équilibre des repas et quantité Qui prépare les repas 12/18

13 d. Observation Des changements des fonctions corporelles De l état buccal (mauvaise dentition, appareil dentaire non adapté, présence de mycose, d aphtes, de sécheresse ) Du comportement de la personne au moment du repas (attitude, aspect relationnel ) De la consommation du plateau repas Des ingesta sur 3 jours (sur prescription médicale) e. Albumine L albumine, (synthétisée par le foie) a beaucoup d intérêt pour une utilisation chronique, mais pas d intérêt à court terme. Elle est d'un grand intérêt pronostique. La concentration plasmatique normale est de 35 à 50 g/l. Son taux varie lentement (elle a une demie-vie de 21 jours). L albumine est le seul marqueur retenu par les conférences de consensus. Le taux d albumine dépend de la synthèse, de la dégradation et de la distribution-extravasation. Il faut faire très attention quand on interprète un taux d albumine : Un patient hyperhydraté peut avoir une baisse artificielle de sa concentration plasmatique en albumine par dilution alors qu'en réalité son taux est normal, ou par un syndrome inflammatoire (production de CRP +++ et le foie diminue sa production d albumine) ou des pertes glomérulaires (syndrome néphrotique) ou encore une insuffisance hépato-cellulaire. f. Pré-albumine ou transthyrétine C est une protéine de PM égal à 55 kda, et formée de 4 sous-unités. Sa demie-vie est de 2 jours. Elle est vectrice de la Vitamine A, des hormones thyroïdiennes. Elle est synthétisée par le foie principalement et un peu par le pancréas. C'est un marqueur très sensible qui permet notamment le dépistage d'une dénutrition récente et doit être corrélée aux autres marqueurs. Sa spécificité est influencée par l inflammation, l insuffisance rénale et les hépatopathies. Sa sensibilité est très importante : elle dépiste la dénutrition récente, mais elle doit être corrélée à d autres marqueurs. Elle a un grand intérêt pronostic. Comme c est un indicateur rapide (du fait de sa courte demievie) des variations en apports protéino-énergétiques, elle a une grande utilité lors de la renutrition. Sa concentration dépend de l'âge et du sexe et varie de 250 à 350 mg/l. Quand sa concentration est comprise entre 100 et 200 mg/l on affaire à une dénutrition modérée Quand sa concentration est < 100 mg/l, on a une dénutrition sévère. III. Index et questionnaire a. Index ou score Le plus connu des index est le Nutritionnal Risk Index (index de Buzby). On tient compte de l albuminémie, du poids actuel et du poids habituel du patient. Il est validé chez l adulte agressé en chirurgie mais il est relativement répandu. (La formule n'est pas à connaître) 13/18

14 b. Questionnaire Le MNA (Mini Nutritional Assessment) est un questionnaire spécifique de la personne âgée. Il contient des items sur la perte d appétit, les problèmes neuro-psychomoteurs, l IMC, la perte de poids récente. On va regarder la circonférence du bras et du mollet. Il en existe une version courte, de plus en plus utilisée. Il est important à connaître. IV. Diagnostic Ce tableau est important à connaître, il représente la définition de la dénutrition selon la HAS /!\ Il faut tenir compte des œdèmes, de l inflammation et un patient obèse peut être dénutri! a. Les critères anthropométriques Le pli cutané La mesure des plis cutanés reflète la masse grasse. Elle est très opérateur-dépendante. On utilise un compas de Harpenden. Elle est mesurée au niveau du biceps, du triceps, de la fosse sous-scapulaire et en supra-iliaque. Cette mesure a de bonnes indications pour les insuffisants rénaux dialysés et les insuffisants hépatocellulaires car les mesures de l'albuminémie ne sont pas informatives. Il existe des valeurs normales (pour le Pli Cutané Tricipital : 11,5 ± 1, 5 mm pour les hommes et 17,5 ± 1,5 mm pour les femmes). Il y a épuisement de la masse grasse quand les valeurs sont diminuées de 50%. La circonférence musculaire brachiale Elle est mesurée à l aide d un mètre à ruban (en cm) à mi-distance entre l acromion et l olécrane. Les valeurs sont pathologiques quand elles diminuées de 50%. 14/18

15 La CMB trouve une bonne indication au cours de l insuffisance hépatocellulaire (protéines nutritionnelles difficiles à interpréter). À titre informatif : CMB en cm = CB en cm (π x PCT en mm) Valeurs Normales : Hommes = 25 ± 1cm ; Femmes = 21,5 ± 1,5cm Intérêt de la CMB et du PCT : Ces données sont peu contributives dans le dépistage d une dénutrition débutante car elles ne deviennent pathologiques que pour des états avancés de carence protéino-énergétique. b. Bioimpédancemétrie électrique (BIA) La BIA repose sur la capacité des tissus hydratés à conduire l énergie électrique. On étudie la résistance des tissus biologiques au passage d un courant électrique alternatif de faible intensité. C'est une technique non-invasive. Elle permet la détermination de l eau corporelle totale, de la masse non grasse sèche et de la masse grasse. Les limites : dépend de la qualité de la validation initiale de l équation pertinence pour une population spécifique varie en fonction des conditions de mesure Les avantages : technique simple peu coûteuse indolore pour le patient. c. Absorptiométrie biphotonique (DEXA : Dual X ray Absorptiométry) Elle permet d évaluer avec précision la masse osseuse, maigre et grasse. On ne connaît pas la masse hydrique. Faible irradiation. C'est de la densitométrie. Il s'agit de l'examen de référence. d. Besoins énergétiques Ils sont très variables d un individu à l autre. Besoins = DER (Dépense Énergétique au Repos) +/- besoins spécifiques Ils dépendent du sexe, de l âge, de la taille, de la composition corporelle, de l activité physique, des maladies et d'éventuels traitements La calorimétrie indirecte est la référence pour calculer la DER. On évalue les échanges respiratoires (en O2 et CO2) et à partir de là on détermine la dépense énergétique de repos et le quotient respiratoire. Le patient est au repos, allongé, à jeun, et il respire dans le masque pendant une demi-heure. Mais il faut moduler la DER : si le patient est sportif ou agressé, les valeurs ne seront pas les mêmes. L estimation des besoins énergétiques se fonde sur des équations prédictives. La formule la plus connue est celle de Harris et Benedict, qui prend en compte l âge, le poids, la taille et le sexe. Pour re-nourrir un individu on apporte entre 20 et 35 Kcal/kg/jour. 15/18

16 H. Stratégie de prise en charge nutritionnelle La nutrition entérale est privilégiée car elle est plus physiologique et elle protège la trophicité de l intestin. Sa mise en œuvre et sa surveillance est plus facile, moins invasive. Elle est également moins risquée sur le plan infectieux, moins coûteuse et aussi efficace sur le plan métabolique. Nutrition entérale : indications Alimentation orale à risque : fistules digestives, chirurgies ORL ou digestives hautes, troubles de la déglutition ou fausses routes, certaines dysphagies hautes Alimentation orale nulle ou insuffisante : troubles de déglutition, dysphagie, dénutrition, anorexie, en particulier chez le sujet âgé, en pathologie en phase palliative Optimisation de la prise en charge des patients : dans un cadre préventif chez les patients à haut risque de dénutrition lié à la maladie ou aux traitements (cancérologie) : importance de la mise en place d une nutrition entérale de support en amont de toute thérapeutique. En péri-opératoire : En pré-opératoire, chez le patient dénutri En post-opératoire, si la reprise de l alimentation orale est impossible dans les sept jours. 16/18

17 Nutrition parentérale : indications Impossibilité d alimentation orale ou entérale. Contre-indications à la nutrition entérale : - Tube digestif non-fonctionnel : ischémie intestinale, fistule entéro-cutanée, péri-opératoire - Malabsorption : maladies intestinales inflammatoire, grêle court (<1m), grêle radique - Risque accru de broncho-aspiration : vomissements, troubles de la conscience, état de choc sévère - Pancréatite aiguë sévère («life threatening») Contre-indications relatives à la nutrition entérale : Distension abdominale, diarrhées sévères 17/18

18 Je dédicace ce ronéo à val', Anaïs, Jade, Yohan, Alicia, Victor, Julie, Alex,un grand merci à Nat' pour m'avoir soutenu dans cet épreuve! CR : Je dédicace cette relecture au chocolat, aux œufs de Pâques et aux bébés lapins Lindt. Bisettes. 18/18

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

EVALUATION DE L ÉTAT NUTRITIONNEL. Morgane FLAHAULT

EVALUATION DE L ÉTAT NUTRITIONNEL. Morgane FLAHAULT EVALUATION DE L ÉTAT NUTRITIONNEL Morgane FLAHAULT Quelques définitions: origine pédiatrique Marasme Malnutrition protéino-calorique chez le jeune enfant avec maigreur (aiguë) et retard de croissance (chronique)

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PLAN PREVALENCE et MECANISMES CONSEQUENCES EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL QUAND ALERTER LA DIETETICIENNE ET/OU LE MEDECIN

Plus en détail

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation.

Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Conduite à tenir devant une maigreur: démarche diagnostique et orientation. Pr Pierre Déchelotte Unité de Nutrition CHU de Rouen (76) Dr Pascal Boulet Médecin généraliste-enseignant Bonsecours (76) Rouen

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE &

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & DE LA COMPOSITION CORPORELLE 1 - METHODES DIRECTES : -Sur le cadavre. -Par radioactivation neutronique. -Par la DEXA (dual energy X-ray absorptiometry). 2 - METHODES

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Professeur Michel APARICIO - Bordeaux Fréquence de la malnutrition chez les sujets âgés apparemment en bonne santé Sujets âgés ambulatoires

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Qu attend un gastroentérologue de la collaboration d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Réponses! 1. Connaissance des MICIs 2. Connaissance de

Plus en détail

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009 CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

La dénutrition, c est quoi?

La dénutrition, c est quoi? La dénutrition, c est quoi? Ou MPE : malnutrition protéinoénergétique, malnutrition la plus grave et la plus fréquente chez la personne âgée Définition de l HAS avril 2007 La dénutrition protéino-énergétique

Plus en détail

Dénutrition chez l adulte

Dénutrition chez l adulte Chapitre 6 - Item 248 - UE 8 Dénutrition chez l adulte I. Besoins nutritionnels II. Evaluation de l état nutritionnel de l adulte III. Dénutrition OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une dénutrition dans

Plus en détail

Syndrome de renutrition inappropriée

Syndrome de renutrition inappropriée inappropriée A. Van Gossum Hôpital Erasme - Bruxelles DIUE, Décembre 2009 Définition ou Syndrome de renutrition inappropriée (refeeding syndrome) Ensemble des symptômes cliniques et des perturbations métaboliques

Plus en détail

Journée Nationale Alimentation saine et Activité physique de la personne âgée, 26 avril 2012 L alimentation de la personne âgée

Journée Nationale Alimentation saine et Activité physique de la personne âgée, 26 avril 2012 L alimentation de la personne âgée Journée Nationale Alimentation saine et Activité physique de la personne âgée, 26 avril 2012 L alimentation de la personne âgée Dr René Dondelinger Médecin spécialiste en Gériatrie Chef de Service Centre

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

Anesthésie sie du patient dénutri. Dr François HEIN Anesthésiste CHU Bordeaux

Anesthésie sie du patient dénutri. Dr François HEIN Anesthésiste CHU Bordeaux Anesthésie sie du patient dénutri Dr François HEIN Anesthésiste siste-réa, service grands brûlés CHU Bordeaux Définition Dénutrition protéino-énergétique La dénutrition protéino-énergétique résulte d un

Plus en détail

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE Docteur F. DUPRIEZ V. SIGURÉ Diététicienne Définitions Apports alimentaires recommandés Épidémiologie Causes de dénutrition du sujet âgé Evaluation de l état nutritionnel

Plus en détail

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau 1. Reconnaître les facteurs de risque de la dénutrition chez la personne âgée. 2. Expliquer l approche nutritionnelle appropriée auprès

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON

L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON L'HYPOTROPHIE DU NOURRISSON Signe d'appel fréquent en pédiatrie. Hypotrophie : insuffisamment nourri. I/ Historique Mortalité des enfants institutionnalisés aux USA dans les années 1900 était très élevé,

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart «Amélioration de la qualité du dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées en institution» «Amélioration

Plus en détail

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION Marion Costecalde Clinique d Anesthd Anesthésie sie RéanimationR Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille L influence de la perte de poids pré-opératoire sur les

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Dr Emmanuel ALIX C.H. Le Mans Club francophone gériatrie et nutrition www.cfgn.org

Dr Emmanuel ALIX C.H. Le Mans Club francophone gériatrie et nutrition www.cfgn.org Place et pièges de la biologie dans l évaluation et le suivi de la dénutrition de la personne âgée Dr Emmanuel ALIX C.H. Le Mans Club francophone gériatrie et nutrition www.cfgn.org Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

DENUTRITION. Définitions Il est très important de ne pas confondre dénutrition, maigreur et amaigrissement.

DENUTRITION. Définitions Il est très important de ne pas confondre dénutrition, maigreur et amaigrissement. DENUTRITION Définitions Il est très important de ne pas confondre dénutrition, maigreur et amaigrissement. Etat pathologique provoqué par l inadéquation persistante entre les besoins métaboliques de l

Plus en détail

MAIGREUR ET DENUTRITION

MAIGREUR ET DENUTRITION MAIGREUR ET DENUTRITION Table des matières Table des matières 3 I - Introduction 7 A. Maigreur...7 B. Amaigrissement...8 C. Dénutrition...8 1. Dénutrition calorique pure...8 2. Dénutrition caloricoprotéïque...8

Plus en détail

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON Objectifs de cet outil : Disposer d un outil o Pratique et fonctionnel o Accessible et compréhensible par tous o Reprenant, sans être exhaustif,

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition

Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition 28/02/2014 MOHAMMEDI Neyla L2 Nutrition Pr Darmon 16 pages Relecteur 5 Physiopathologie et Sémiologie de la dénutrition Plan A. Définition B. Pourquoi ne s'occupe-t-on pas de la dénutrition? C. Les causes

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors. Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG

Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors. Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG Plan de présentation - Etat nutritionnel pré- op et devenir post-op - Etat nutritionnel et

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Troubles nutritionnels chez le sujet âgé. Texte mis en ligne en accès libre

Troubles nutritionnels chez le sujet âgé. Texte mis en ligne en accès libre Collège National des Enseignants en Gériatre en Gériatre Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé bl ii l h l j â é Texte mis en ligne en accès libre g avec l autorisation du CNEG et de Masson

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure

Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure 1. Introduction : 1.1 Données générales : 18 octobre 2011 Ménigoute Résumé de la partie présentée par A. Mazoyer Tout ce qui va être présenté ce

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement

Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module Douleur Oncologie Sida Soins Palliatifs 2010 Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement Pr Isabelle

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» CHRU Besançon Marie LANCRENON Ghislain GRODARD Jeudi 12 Février

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO

Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT. Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Professeur Arnaud BASDEVANT Professeur Jean- Michel OPPERT Professeur Hao LU Associate Chief Physician Feng TAO Service de Nutrition Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière Service d'endo et d'métab L hôpital

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Evaluation de l'état nutritionnel :

Evaluation de l'état nutritionnel : Evaluation de l'état nutritionnel : la composition corporelle de l'homme Nathalie LOOS Activités recherche : Laboratoire Périnatalité & Risques Toxiques (PériTox) EA 4285 - UMI 01 Unité mixte INERIS --------------------------------

Plus en détail

La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie

La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie La nutrition en soins palliatifs Source de plaisir et de vie Johanne Roy Dt.P; B.Sc. Diététiste-Nutritionniste CSSS Rimouski - Neigette Mai 2007 Nutrition et soins palliatifs Partager des stratégies nutritionnelles

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L état bucco-dentaire est souvent préoccupant en institution: hygiène précaire, taux d

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Les indices anthropométriques

Les indices anthropométriques Les indices anthropométriques Construction, enjeux et analyse statistique Gilles CAPON UR 106 - «Nutrition, Alimentation, Sociétés» Institut de recherche pour le développement Plan Concepts Calcul des

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Collège des Enseignants du Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Recherche de signes

Plus en détail