r INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "r INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON"

Transcription

1 'N d'ordre 1.1.C ~ - '...,.' r INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON pour obtenir LE DIPLOME DE DOCTEUR DE TROISIEME CYCLE Spécialité: GENIE CIVIL.,'par Féliêién MÈNDENE M'FKWA. j - \ Ma'&Et~-:Séeryc~s et Techniques / ' METHODE DES FORCES EN THEORIE DES POUTRES ET DES PLAQUES Soutenue le 2 Juillet 1979 devant la Commission d'examen Jury MM le Professeur J. C. CUBAUD J. F. JULLIEN M. LEMAIRE K.DYDUCH E. ABSI Président Examinateurs

2 INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON DIRECTEUR R. HAMELIN CHEFS DE DEPARTEMENTS Premier Cycle Biochimie Génie Civil et Urbanisme Génie Electrique Génie Energétique Géniè Mécanique Construction Génie Mécanique Développement Génie Physique Matériaux Informatique C. GUILLAUD Professeur P. LAVIOLETTE Professeur M'. MONGEREAU Màître de Conférences H. KLEIMANN Maître de Conférences M. RICHARD Professeur J. BAHUAUD Professeur M. LALANNE Professeur P. GOBIN Professeur R. ARNAL Professeur. DIRECTEURS DE RECHERCHE - PROFESSEURS R. ARNAL J. BAHUAUD J. BOUSQUET E. BRARD M. CHEVRETON B. CLAUDEL L. CRONENBERGER J.C. CUBAUD,L. EYRAUD J. FAVREL Y. FETIVEAU R. GELIN Informatique Appliquée Mécanique des Solides Thermo-Chimie Minérale Physiologie et Pharmacodynamie Etude des Matériaux Cinétique et Génie Chimiques Chimie Biologique Génie Civil et Urbanisme (Bétons et structures) Génie Electrique et Ferroélectricité Informatique Appliquée Génie Electrique et Ferroélectricité Chimie Organique

3 ~ [ \ r 2. P. GOBIN M. GODET J. GOLE R. GOUTTE C. GUILLAUD J. LAPON M. LALANNE P. LAVIOLETTE G. MONNIER H. PACHECO PERACHON E. PERNOUX M. PEYRON P. PINARD R. REYNAUD M. RICHARD R. RIVIERE Groupe d'étude de métallurgie et de physique des matériaux Mécanique des Contacts Matériaux Macromoléculaires Optique Corpusculaire et Ultrasons Optique Corpusculaire et Ultrasons Spectroscopie Moléculaire Mécanique des Structures Biologie Physicochimie Industrielle Chimie Biologique Thermo-Chimie Groupe d'étude de métallurgie physique et de physique des matériaux Chimie Physique Physique Indus Physique de la Matière - trlelie Energétique et Automatique Energétique et Automatique Groupe d'étude de métallurgie physique et de physique des matériaux J. ROBIN M. ROLIN F. STOEBER M. THEOLIER A. ROUX Physico-Chimie Industrielle Physico-Chimie Industrielle Hicrobiologie Métallurgie et Traitements Thermiques Sciences de la Nature Bernard Lyon 1) (Université Claude Ch. EYRAUD Chimie Appliquée, Génie chimique et Electrochimie (Université Claude Bernard Lyon 1) MAITRES DE CONFERENCES ET CHARGES D'ENSEIGNEMENT D. BERTHE M. SOIVIN Mécanique des Contacts Mécanique des Solides J

4 i, 3., \ Gilbert FANTOZZI G.P.M. 1,, ' J FRENE Mécanique des Contacts J. GIELLY M. GERY C. GUITTARD J.F. JULLIEN Génie Civil et Urbanisme Génie Civil et Urbanisme de l'l\abitat) Electronique Appliquée Génie Civil et Urbanisme Structures) (Géotechnique) (Equipement (Bétons et Struc H. KLEIMANN P. LAREAL A. LAUGIER M. LEMAIRE Claude LESUEUR Y MARTINEZ C. MARTY P. MAY N. MONGE REAU, P. PREVOT J. PEREZ R. RIEUTORD Ph. TROMPETTE J. VERON C. MENGUY MAITRES DE RECHERCHE C.N.R.S. M. MURAT Génie Electrique et Ferroélectricité Génie Civil et Urbanisme Physique de la Matière Génie Civil et Urbanisme Structures) G.M.C. Informatique Appliquée (Géotechnique) (Bétons et Etude des Procédés de Fabrication Automatisation des Fabrications Mécaniques et Commande Numérique Génie Civil et Urbanisme Informatique Appliquée (Géotechnique) Groupe d'etude ~êtallurgie Physique et Physique des Matériaux Hydraulique et Dynamique des Gaz Mécanique des Structures Chimie Appliquée Physique Lyon 1) Chimie Appliquée (Université Claude Bernard MAITRES ASSISTANTS H. BOTTA Génie Civil et Urbanisme (Méthodes) A. JUT~ C. LESUEUR Mécanique des Solides Vibrations-Acoustique j

5 1 A V A N T - PRO P 0 S Nos recherches ont été effectuées au laboratoire du Groupe de Recherche Génie-Civil de l'université de Clermont Ferrand II. Qu'il nous soit permis d'exprimer notre resepctueuse gratitude à Monsieur le Professeur CUBAUD, Directeur de Recherche au laboratoire des Bétons et structures de l'institut National des Sciences Appliquées de Lyon, qui nous a fait le grand honneur de Présider notre Jury de thèse. Monsieur LEMAIRE, Maître de Conférence, Responsable du Groupe de Recherche Génie-Civil de l'université de Clermont Ferrand II nous a enseigné la théorie des éléments finis. Il nous a proposé ce sujet et en a assumé entièrement la direction. Son aide et ses encouragements tout au long de nos recherches nous ont été précieux. Nous lui adressons l'expression de notre très sincère gratitude. i l ' 1. 1 t! ~ t ' r Monsieur JULLIEN, Maître de Conférence à L'Institut National des Sciences Appliquées de Lyon a bien voulu examiner notre travail et a accepté de faire partie de notre jury de thèse. Nous lui exprimons nos très vifs remerciements. l1 i 1 1 i J

6 Monsieur DYDUCH, ~!aître de Conférence à l'ecole Polytechnique de Cracovie en Pologne s'est intéressé à notre travail. Nous lui exprimons notre plus vive reconnaissance. Malgré ses nombreuses activités, Monsieur ABSI, Délégué Général Scientifique du Centre Expérimental des Recherches et d'etudes du Bâtiment et des Travaux Publics a examiné notre travail et nous fait le grand honneur d'être membre de notre jury. Nous le remercions très respectueusement. Nous avons beaucoup apprécié l'aide cordiale et l'esprit coopératif de notre camarade de laboratoire Bernard PEUCHOT. Il nous a fait profiter de ses connaissances dans le domaine de l'informatique. Nous tenons à le remercier sincèrement. Enfin, nous adressons nos remerciements les plus sincères à tous ceux qui ont apporté leur collaboration à notre travail.

7 1 i RES UME Ce travail est consacré à la méthode des forces en théorie des poutres et des plaques. Le principe variationnel des forces virtuelles est à la base de la formulation qui est appliquée aux éléments linéiques de poutres et aux éléments surfaciques de plaques. Il est divisé en quatre chapitres. Le premier rappelle les aspects classiques de la méthode des forces et présente une technique de sélection automatique des inconnues hyperstatiques qui est fondée sur l'algorithme de GAUSS-JORDAN. Le choix automatique d'un système isostatique de base permet l'application, dans un deuxième chapitre, de la méthode des forces à l'analyse limite. Le calcul de la vérification ou de dimensionnement plastique optimal par la méthode statique est alors entièrement automatisé. Le troisième chapitre décrit la construction d'un modèle équilibre pur dans le cas d'un élément triangulaire de plaque fléchie. La procédure utilisée en théorie des poutres est étendue au cas envisagé. Les applications numériques font l'objet du dernier

8 chapitre. Elles présentent les possibilités de la méthode des forces et ouvrent la voie à son application en théorie des plaques.

9 ABSTRACT This paper treats about the force method in the.' theory of beams and plates. The variational principle of virtual forces is on the basis of the formulation which is applied to the linear elements of beams and surface elements of plates. It is subdivised in four chapters. The first one reminds of the classical aspects of the force method and present an automatic selection technique of unknown hyperstatics which is founded on the GAUSS-JORDAN algorithm The automatic choice of a basic isostatic system permits to apply, in a second chapter, the force method to the limit analysis. The weight design and the minimum weight design by the static method is thus entirely automised. The third chapter describes the construction of a pure equilibrium model for a bent triangular plate elernent. The procedure used in theory of beams is extended ta this case which is going ta be studied. The subjet of the last chapter are the numerical applications. They show the possibilities of the force method and open the way for its application in theory of plates.

10 SOM MAI R E Pages INTRODUCTION CHAPITRE 1. - METHODE DES FORCES EN THEORIE DES POUTRES INTRODUCTION HYPOTHESES DE CALCUL METHODE DES FORCES SEMI-AUTOMATIQUE Introduction,~_ Définitions.',~ 0... : ;...-,-, Principe fon~mentar '~~<).,.améthode des forces r;'; \., Relati?ns fq~c ~~~~o~tre_~'déplacementsde poutre \ 0.0 /' \ ~ / s Relations fo~ées',ge ~û.:g.re"", forces aux noeuds Théo:èrne~ énebq~~~9g~~~for~ulat~o~ forc: Appllcatlon des~êbr~mes energetlques a la méthode des forces Méthodologie METHODE DES FORCES AUTOMATIQUE Il Introduction - Présentation de la méthode - Relations forces de pout r e-vforocs intérieures aux noeuds 27 - Construction des équations d'équilibre 31 - Etude de l'équilibre d'une structure 35 - Equations "canoniques" de la méthode des forces automatique Application de l'algorithme de Gauss-Jordan à la matrice élargie des équations d'équilibrt Méthodologie CONCLUSION 46 CHAPITRE 2. - APPLICATION DE LA METHODE DES FORCES A L'ANALYSE ET AU DIMENSIONNEMENT LIMITE INTRODUCTION 49

11 CALCUL DE LA CHARGE LIMITE PAR LA METHODE STATIQUE Domaine d'étude du calcul de la charge limite-définitions Formulation du problème Théorème statique Méthode statique Conclusion DIMENSIONNEMENT LIMITE Formulation du problème Détermination de la fonction à optimaliser Dimensionnement limite par la prograwmation linéaire Appréciation du dimensionnement limite CONCLUSION 72 CHAPITRE 3. - MODELE EQUILIBRE DE FLEXION DE PLAQUE INTRODUCTION THEORIE DES PLAQUES Hypothèses de calcul Equations différentielles d'équilibre Relations entre les efforts dans les systèmes d'axes x - y et n - t Détermination des conditions aux limites SOLUTION PAR ELEMENTS FINIS EQUILIBRE Construction d'un champ de moments Relations moments-forces intérieures inconnues Relation forces intérieures inconnues~forces verticales aux noeuds Matrice de connexion et conditions limites MATRICE DE SOUPLESSE ELEMENTAIRE METHODES DE RESOLUTION CHAPITRE 4. - APPLICATIONS NUMERIQUES THEORIE DES POUTRES , ț J

12 THEORIE DES PLAQUES III CONCLUSION ANNEXES ANNEXES 1. - CONVENTIONS DE SIGNE ANNEXES 2. - FOID1ULES DETAILLEES DES EQUATIONS D'EQUILIBRE ANNEXES 3. - NOTATIONS BIBLIOGRAPHIE 132

13 l. l N T R 0 DUC T ION Les théories et méthodes de calcul des structures s'appuient sur des procédés qui conduisent à des volumes de calcul plus ou moins importants selon leurs principes de base. A l'origine, la méthode des forces est apparue bien adaptée au traitement "manuel" des ossatures. Plus simple dans-sa logique, mais exigeant plus de calculs numériques, la méthode des déplacements a été facilement automatisée dans le cas des réseaux de poutres et elle a servi de modèle aux développements liés à la méthode des éléments finis dans sa formulation classique. Si de nombreuses recherches ont permis au modèle déplacement d'atteindre un haut niveau dans le calcul élastique, il n'en est pas de même pour le modèle équilibre, plus difficile à mettre à oeuvre, qui n'a pas fait l'objet de développements aussi poussés. Le présent travail se propose d'analyser les possibilités de la méthode de type "force" et de chercher une automatisation complète des processus en calcul élastique et plastique. Il vise également à transcrire au niveau d'un milieu continu; les résultats acquis en théorie des poutres. -~ \

14 2. Avant d'aborder le modèle équilibre de la méthode des éléments finis, nous consacrons le premier chapitre suivant les perspectives ouvertes par P.obinson (1) pour la résolutionautomatique des inconnues hyperstatiques. La résolution des problèmes de vérification et de dimensionnement des ossatures à l'état limite fait l'objet d'un deuxième chapitre. L'application de la programmation linéaire après la sélection automatique des inconnues hyperstatiques permet d'envisager l'analyse automatique aussi bien en régime élastique que plastique parfait. Dans un troisième chapitre, nous développons la construction d'un élément fini triangulaire de plaque fléchie en utilisant une formulation dérivée de celle de la théorie des poutres. Enfin, des applications numériques font l'objet du dernier chapitre. Elles présentent les possibilités de la méthode des forces et ouvrent la voie à son application en théorie des plaques. Les résultats obtenus sont comparés à des solutions proposées par d'autres m thodes.

15 ~ t 1 1 : CHAP ITRE 1. - HETHODE DES FORCES EN THEORIE DES POUTRES l ~ ~ 3.

16 INTRODUCTION Depuis 25 ans, les méthodes numériques ont été considérablement développées et c'est essentiellement la méthode des déplacements qui a été concernée par les recherches. La méthode des forces d'un emploi manuel fréquent, n'a fait l'objet que de peu de travaux d'automatisation. Ces deux méthodes, générales dans leur application peuvent être classées comme des méthodes algébriques (1), (2). La méthode des déplacements apparaît co~me étant la plus utilisée et le manque de popularité de la méthode des forces est dû au fait que les inconnues hyperstatiques sont sélectionnées manuellement. Le choix est fait par l'ingénieur sur les bases de son intuition et de son expérience. Par contre, la logique beaucoup plus élémentaire de la méthode des déplacements a permis la grande diffusion de celle-ci. Quoi qu'il en soit, la méthode des forces a été appliquée de préférence à la méthode des déplacements pour certaines structures. En effet, lorsqu'on a réussi à définir une structure isostatique de base et à déterminer les matrices de coefficients, le programme de calcul par la méthode à forces inconnues ne demande que l'inversion d'une matrice dont la dimension est égale au nombre d'inconnues hyperstatiques et l'exé-

17 5. cution de quelques produits matriciels. La méthode des déplacements par contre exige la résolution d'un système d'équations de dimension égale au nombre de degrés d'indétermination cinématique de la structure. Cet avantage de la méthode des forces demeure aussi longtemps que la détermination des systèmes de référence peut être réalisée manuellement et constitue une donnée du programme de calcul. Pour pallier cet inconvénient, la méthode des forces a été perfectionnée il est maintenant possible de transférer à l'ordinateur le choix des inconnues hyperstatiques.

18 HYPOTHESES DE CALCUL Dans ce paragraphe, nous définissons le domaine d'étude de notre travail (3). Les hypothèses de calcul sont celles de la théorie de l'élasticité linéaire et de la théorie des poutres. En particulier - Il existe une relation linéaire entre les déplacements et les déformations. - Il existe une relation linéaire entre les déformations et les contraintes. C'est la loi de Hooke. - Les déplacements et les déformations sont infiniment petits. - Les poutres possèdent une fibre moyenne et les sections restent droites après déformation. Nous supposons en outre que L'effet énergétique de l'effort tranchant est négligeable, les poutres ont une section constante et une ligne moyenne rectiligne et nous limitons notre étude au système plan.

19 7 Enfin, nous considérons que le système de forces extérieures est constitué par un ensemble de forces appliquées aux points nodaux choisis. Dans le cas où les forces sont appliquées en travée, il faut les remplacer par les actions de la poutre sur ses noeuds parfaitement encastrés METHODE DES FORCES SEMI-AUTO~ATIQUE Introduction Nous nous proposons ici de développer la méthode des forces "manuelle". Dans cette méthode, nous disposons d'un schéma unique de résolution : les inconnues du problème sont les forces généralisées localisées aux noeuds choisis - forces internes et réactions d'appuis Défirtitions Dans l'étude d'une structure hyperstatique, il faut utiliser en plus des équations d'équilibre, les équations de compatibilité des déplacements. Les équations d'équilibre traduisent d'une part que la structure est globalement en équilibre (autrement dit qu'elle ne se déplace pas) et d'autre part que chaque élément est également en' équilibre. Les conditions decanpatihilité des déplacements traduisent la continuité de la structure après déformation. Il ne doit exister ni fissure, ni recouvrement (3).

20 ;. Coupure simple On pratique une coupure simple chaque fois qu'il existe un effort intérieur inconnu. Les trois coupures simples sont: la coupure d'effort normal, la coupure d'effort tranchant et la coupure de moment. Elles doivent être telles que les diagrammes d'efforts que les inconnues libérées induisent, interfèrent le moins possible Degré d'hyperstaticité Le degré d'hyperstaticité est le nombre total de coupures simples à effectuer dans une structure pour la ramener à une structure isostatique. Il est égal à la différence entre le nombre d'inconnues et le nombre d'équations d'équilibre aux noeuds Système isostatique dé référence c'est le système isostatique obtenu par suppression des liaisons surabondantes~ leur action étant remplacée par des forces correspondantes. D'une façon générale, pour une structure hyperstatique donnée, on peut choisir plusieurs systèmes isostatiques de base. Il faut cependant remarquer qu'un système obtenu en supprimant arbitrairement un nombre suffisant de liaisons n'est pas forcément un système isostatique de base.

21 Pri"ncipe" fondamental de la méthode des forces Dans ce paragraphe, nous établissons les équations "canoniques" de la méthode des forces. Ce système d'équations linéaires aux inconnues hyperstatiques constitue l'élément de base de la méthode des forces. Etant donné une structure hyperstatique d'ordre n, soumis à m forces extérieures, n coupures simples sont alors nécessaires pour rendre le système isostatique. On note (3) : 1xl T = [Kl'. ' xnj Le vecteur des inconnues hyperstatiques. Les X. sont soit des forces, soit des l moments. Ip }T = [p p ] s l' " -n Le vecteur des forces extérieures appliquées. Dans le système isostatique de référence, nous désignons par lu xx 1, le vecteur des déplacements relatifs des lèvres des coupures sous l'action des forces inconnues IX}. De même, les déplacements relatifs des livres des coupures sous l'action des forces appliquées IPs} sont notés 1Uxol Les deux matrices qui lient respectivement les

22 10. forces inconnues et les forces appliquées aux déplacements dans les coupures sont telles que : (1 la) Cl - lb) ment dans la coupure j Dans la relation (1 - la), S " est le déplace- XJl - sous l'action d'une force unitaire placée dans la coupure i, ce coefficient peut par exemple être déterminé par application du théorème de la force unitaire. La symétrie de la matrice [sxj est d êmont.r.êecpe.r application du théorème de Maxwell-Betti. -, - -'-. - _..- En effet,. ':\ ".. -r :c '~., ". / -.. ; pour X.= X. = l l J s " ~ (X.) = S., (X.) XJl l X1J J et la matrice [SxJ est symétrique. On démontre de la même façon que le coe~ficient S.. est le déplacement dans la coupure j sous l'action d'une OJl force unité P = l dans la coupure i. Au paragraphe nous avons noté que pour une structure hyperstatique, il faut utiliser en plus des équations d'équilibre, les équations decompatibilitê des déplacements. Cette condition de compatibilité de déplacement se

23 Il. traduit par le fait que la structure initiale, statiquement indéterminée, est une entité (4), cela signifie qu'il n'y a aucun déplacement relatif des lèvres des coupures. Nous devons donc avoir toutes les extrémités sectionnées fermées. Il vient soit : uxx 1 + 1Uxo 1 = 10 1 [ SxJ1 X 1 + [S0] IP si = D'où Cl. 2. ) Ce système d'équations constitue la relation fondamentale de la méthode des forces. Il permet de calculer les inconnues hyperstatiques 1xl. Le problème est donc de déterminer les matrices [Sol, [sj Relation forces de poutre - "déplacements de poutre" Cette relation lie les efforts indépendants caractérisant l'état de contrainte aux déplacements correspondants. Il convient pour cela de préciser auoaravant les forces généralisées indépendantes sélectionnées. Considérons un élément de poutre, non chargé, en équilibre sous l'action des efforts aux noeuds.

24 12. T.. em.. M.. 1) 1) Ti! ))1 j N.. (n) N )1.. 1) w- 1.. i j - X y f- a -1 + Fig. 1-1 Elément de poutre non chargé, soumis aux forces nodales. Nous pouvons écrire les 3 équations de la statique avec les efforts aux noeuds i et j. Seuls (6-3) efforts sont indépendants, les 3 autres étant des combinaisons linéaires. Les efforts tranchants à chaque extrémité sont le résultat des moments de flexion, nous ne pouvons pas les considérer cowme des forces indépendants (4). Les efforts normaux sont tels que N ~ N.. == - N.. 1) )1. Nous pouvons dès lors définir le vecteur [Q 1 n des forces généralisées indépendantes appelé également vecteur de~ forces dé poutre. Ce vecteur caractérise l'état de contrainte de la poutre n. Aux efforts N, M.., M.. 1) )1 correspondent les quanti-

25 13. tés u, f3 i, f3;j qui représentent respectivement : la variation de la longueur de la poutre n sous l'effet de N, la rotation de la section i par rapport à la ligne moyenne ij, la rotation de la section j par rapport à la ligne moyenne ij. Les trois quantités u, f3i' f3j regroupées dans le vecteur [D n ) caractérisent l'état de déformation de la poutre ij. Soit Et la relation liant les forces de poutre aux déformations de poutre s'écrit: (1-3 ) où [Sn] est la matrice de souplesse de l'élément n, son expression est donnée en (1.3.6.) Relation forces de poutre - forces aux noeuds Considérons une structure composée de k éléments de poutre, soumise à n forces extérieures. La relation liant les forces de poutre aux forces aux noeuds est de la forme oü ~ (1-4) Qs1est le vecteur rassemblant les vecteurs forces de poutre LB~J tps ) est la matrice des coefficients d'influence est le vecteur des forces appliquées aux noeuds

26 14. Pour une structure isostatique, la force de poutre Qsj est égale à QSJ' = rb. L- B., sjl... SJl B sjm. J (1-5 ) P m Supposons la force appliquée au noeud i égale à l'unité et la force appliquée au noeud j nulle c'est-à-dire P = 1 si et P = 0 vj ~ i sj Qsj = B sji B " est la force de poutre j lorsqu'une force uni SJl té est appliquée au noeud i. Les coefficients B " sont appelés SJl coefficients d'influence. Chaque colonne de la matrice LBs] représente ainsi les efforts qui existent dans les poutres pour une force unité P = 1. Dans une structure hyperstatique, le vecteur des forces de poutre {Qs) est la somme de deux vecteurs: le vecteur des forces de poutre dans le système isostatique de base et le vecteur des forces de poutre dérivant des forces hyperstatiques inconnues. Les vecteurs [QsoJ et (Qsx) sont reliés aux forces aux noeuds par les matrices d'influence [B à ] et [B x] tqso\ = [Ba] tps ) tqsx) = [BxJ ~ X ~

27 15. d'où la relation entre les forces de poutre et les forces aux noeuds. (1-6 ) Remarque Il est bien évident que le calcul des réactions d'appuis peut être obtenu par un raisonnement analogue, la relation liant les réactions d'appuis aux forces extérieures s'écrit: (1-7) Théorèmes énergétiques L'importance des principes énergétiques utilisés en théorie des structures est considérable. Ils sont à la base des principales méthodes de calcul. Leur emploi en facilite la représentation. Les plus importants sont le principe des déplacements virtuels et le principe des forces virtuelles. En ce qui concerne notre travail, c'est le dernier qui nous sert de base pour développer la méthode des forces. Il constitue le fondement du principe du minimum de l'énergie complémentaire, qui à son tour est un moyen de formulation des équations de coœpatibilité des déplacements.

28 Travail complémentaire Dans le cas de l'élasticité linéaire le travail complémentaire d'une force appliquée Pi = ku i est égale à : l -2 Pv u. l. l. (1-8) Energie complémentaire de déformation L'énergie complémentaire de déformation J~ est égale En substituant respectivement au vectecc, contrainte [u~ et au vecteur déformation {E}, le vecteur efforts de poutre [Qn~ et le vecteur déformation [D n}, on obtient le long d'un élément de poutre n or il vient : J~ == i {.Qn l"t {D n ~ tdn) == [Snl tqnj J~ = i {Qn)T [sn] {Qn} L'énergie complémentaire de déformation pour un ~lément de poutre s'écrit: J1:: - 1 fa 1 T [sj fo} z:l: - 2 "ri J n l-n Et pour une structure de k éléments, l'énergie globale est la somme des énergies de ces k éléments.

29 Théorème des forces virtuelles virtuelles s'écrit: La relation qui traduit le théorème des forces Supposons que les forces extérieures appliquées dépendent du ~' potentiel complémentaire T <5T x '= _ <5T x tel que Le théorème des forces virtuelles s'écrit dans ce cas ss x = <5 T X' soit (1-10) La variation s'applique aux forces de poutre. La quantité E* = JX' est l'énergie potentielle totale complémentaire. Puisque la variation de cette énergie est nulle il est possible d'écrire : "parmi tous les champs de contrainte statiquement admissible, celui qui satisfait aux équations de éanpatibilité *" mentaire E rend stationnaire l' énergie complé Matrice de souplesse A partir de l'expression de l'énergie de déformation, il est possible de construire la matrice de souplesse [~J d'un élément de poutre. Cette matrice n'est pas unique pour un élément, elle dépend du choix opéré pour sélectionner

30 18. les forces indépendantes. Calculons l'énergie de déformation de l'effort normal et celle de flexion. On néglige l'effet énergétique de l'effort tranchant. Pour un élément de poutre n de longueur a, le potentiel de l'effort normal est (3). l a J n = -2 J0 dx et celui de flexion est J n = l l,a M 2 (x) dx '2 '0 EI avec M(x) = M.. 1J M j i + M i j x M.. :M.~ a = 1J: J 1 [ 1 l - ~ a x a l'énergie de déformation totale est: l a J = - f n 2 0 { N2 ES a 0 0 N ES a a n 0 M.. 1J 3EI 6EI 1J a a 0-6EI M.. 3EI J1 soit J = ~ [N M.. Mj.iJ Et l'expression de la matrice de souplesse relative aux forces de poutres [N,M i j, M j.] est

31 19. [Sn] = 0 a ES 0 0 a a 3EI-6EI (1-11) 0 a 6EI a 3EI Application des théorèmes énergétiques àla méthode des forces Il est observé dans le paragraphe (1.3.2.) que dans une structure hyperstatique, les équations d'équilibre sont insuffisantes pour déterminer les inconnues hyperstatiques. Il convient de les compléter d'un nombre d'équations égal au nombre d'inconnues hyperstatiques. c'est le principe du minimum de l'énergie complémentaire qui va servir de base à la formulation de ces équations supplémentaires. En effet, on écrit que les inconnues hyperstatiques minimisent l'énergie potentielle totale complémentaire. Le processus à suivre est le suivant 1 - Développement de l'énergie complémentaire de déformation de toute la structure. 2 - Formation du système d'équations linéaires pour le calcul des inconnues hyperstatiques. 3 - Calcul des forces de poutre par la relation liant les forces de poutre aux forces au noeuds. 4 - Calcul des déplacements sous les forces appliquées par application du deuxième théorème de Castigliano.

32 Développement de l'énergie complémentaire de déformation de toute la structure L'expression de l'énergie complémentaire de déformation de toute la structure en fonction des forces de poutre s'écrit: J % s 1 = "2 Or 1Q 1 = s alors J% s =.![IP IT~ 2 s 1 On pose [S ] = 0 [ Sx.J = [s J = P Alors J% s = Calcul des inconnues hyperstatiques Pour cela, nous écrivons que les inconnues hyperstatiques x. 1 minimisent l'énergie potentielle totale complémen taire E%. Or dans l'expression de E%, le travail complémentai %' re T ne dépend pas des inconnues hyperstatiques, cela revient simplement à minimiser le terme J%. s Soit

33 21. àj X [S ] {P } + [s ] 1X} dx = a s x d'où l l1xi =-[Sxr1 [Sa] {.PsI U.13 ) 3 - Calcul des forces de poutre relation (1-6) Le vecteur des forces de poutre s'obtient par la 4 - Calcul des déplacements sous les forces appliquées Pour parvenir à la valeur stationnaire de E*, nous considérons cette fois-ci les variations par rapport aux forces extérieures appliquées. Ecrivons que la variation de E* par rapport aux forces appliquées est nulle soit àj* 8E*=dP~8Pi 1. ~ _._----"'I 1 ~Jx 1 los 1 1 -u 1 1 ~- i 1 1 api 1 '- 1 -bu. 8F. = 0 pour tout P. 1. ( 1-14)

34 22. Cette relation traduit le deuxième théorème de Castigliano. Le vecteur déplacement sous les forces est égal à : t u, = s =[S]T{XI+[S){Pl o p s d'où = [s ]T {X, + [S ] 1 P 1 o p s (1-15 ) Remarque Pour calculer les déplacements aux noeuds où n'agissent pas les forces appliquées, il suffit de placer en ces points des forces unitaires dans la direction du déplacement cherché Méthodologie Les différentes étapes de calcul sont les suivantes 1 - Choisir un système isostatique de base et définir le vecteur Ixl des inconnues hyperstatiques. 2 - Déterminer les charges équivalentes et le vecteur Ip J s des forces appliquées aux noeuds. 3 - Définir le vecteur des forces de poutre {Qs' = {Q }+IQ 1 so. sx

35 Calculer les matrices des coefficients [B o ] et [B x ] telles que = [Bo]{Psl = [B l{xi x 5 - Former la matrice de souplesse [ss] 6 - Calculer les expressions [ ~], = [B lt [ s s] [ B o] x [ sxl = [B lt [s ][B ] x s x 7 - Résoudre le système linéaire [S ]IXI = -[S ] IP 1 x 0 s 8 - Calculer le vecteur forces de poutre {Qs! = [ Ba: B x 1 t~êj 9 - Calculer les efforts réels tels que : Efforts réels du Effort calculé du Action de la = noeud sur la poutre noeud sur la poutre poutre sur le noeud bloqué 10 - Calculer les expressions {U s o 1 = [B o] T [ss] [B o] lp s \ {Usxl = [BoJT [Ss] [BxJ t X ' ) 11 - Calculer le vecteur déplacement t Us ~ tel que fus} = t U s o\ + ru \ l. sx

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

CHAPITRE V : Le champ électrique

CHAPITRE V : Le champ électrique CHAPITRE V : Le champ électrique V.1 La notion de champ a été introduite par les physiciens pour tenter d'expliquer comment deux objets peuvent interagir à distance, sans que rien ne les relie. A la fois

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS 43 SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 7 Le rôle de la logique combinatoire est de faciliter la simplification des circuits électriques. La simplification

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi Chapitre X Une application qualitative de la théorie orbitalaire La méthode de Hückel En 1933, Hückel propose une méthode quantique de description de la partie π du nuage électronique des molécules planes

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie,

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES PAR M. JACQUES TOUCHARD, Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, Egypte. Je me propose d'indiquer certaines équations fonctionnelles,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes Licence SPI Cinématique et Mécanismes Introduction à la théorie des mécanismes Mobilité, hyperstatisme, singularité Plan Problèmes/Objectifs Quelques exemples Graphe mécanisme Nombre de cyclomatique Analyse

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

I) Le temps des matrices. A- A propos des matrices. Quang-Thai NGO Ch 01. Difficulté ** Importance **** Objectifs

I) Le temps des matrices. A- A propos des matrices. Quang-Thai NGO Ch 01. Difficulté ** Importance **** Objectifs Ch01 : Matrice Les matrices ont été introduites récemment au programme des lycées. Il s agit d outils puissants au service de la résolution de problèmes spécifiques à nos classes, en particulier les problèmes

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Utilisation générale et examples

Utilisation générale et examples AxisVM - Tutorial Utilisation générale et examples ingware.ch Mit dem Besten rechnen CONTENU Introduction...6 AxisVM...6 Tutoriel...6 Utilisation générale de AxisVM...7 Saisir un nouveau Modèle / Gestion

Plus en détail

INTRODUCTION A L OPTIMISATION

INTRODUCTION A L OPTIMISATION INTRODUCTION A L OPTIMISATION Les domaines d application L optimisation est essentiellement un outil d aide à la décision au sein de l entreprise, mais aussi pour des individus. Le terme optimal est souvent

Plus en détail

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique...

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module complémentaire de maths, année 2012 1 Rappel de l épisode précédent

Plus en détail

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES I. Notion de force. Une force est une action exercée par un système sur un autre système. Une telle action se manifestera de diverses manières. Le système sur

Plus en détail

Cours de mathématiques M22 Algèbre linéaire

Cours de mathématiques M22 Algèbre linéaire Cours de mathématiques M22 Algèbre linéaire λ u u + v u v u Exo7 Sommaire Systèmes linéaires 3 Introduction aux systèmes d équations linéaires 3 2 Théorie des systèmes linéaires 7 3 Résolution par la méthode

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

OPERATIONS GEOMETRIQUES 2D

OPERATIONS GEOMETRIQUES 2D OPERATIONS GEOMETRIQUES 2D 1 Les opérations géométriques ont pour but de modifier la position des informations contenues dans l'image sans modifier le niveau de gris. Ces opérations peuvent s'appliquer

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE

PRODUIT SCALAIRE DANS L'ESPACE PRODUIT SCLIRE DNS L'ESPCE Dans tout ce chapitre, les bases ou repères considérés sont orthonormés. Pour des révisions sur le produit scalaire dans le plan, voir le cours de première. 1. Définition du

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME MATHEMATIQUES Premier Cycle TROISIEME 79 INTRODUCTION Le programme de la classe de troisième, dernier niveau de l enseignement moyen, vise à doter l élève de savoirs faire pratiques par une intégration

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION

Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 3 RÉGRESSION ET CORRÉLATION La corrélation est une notion couramment utilisée dans toutes les applications

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

TP Statique - Equilibre d'un panneau préfabriqué

TP Statique - Equilibre d'un panneau préfabriqué TP Statique - Equilibre d'un panneau préfabriqué Présentation Cette activité est utilisable en ligne mais peut aussi être téléchargée et installée sur un pc en cliquant ici: Pensez à décompresser le fichier

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013 DIAGRAMMES BINAIRES Sommaire I.Éléments de thermochimie maths spé...2 A.Introduction de la notion d'enthalpie libre...2 B.Évolution d'une même espèce chimique sous deux phases à P et constants...2 C.Expression

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Chapitre 1 Introduction générale Ce chapitre est consacré à une présentation rapide des méthodes numériques qui sont étudiées en détail dans ce cours Nous y donnons une approche très simplifiée des quatre

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition

Matrices. 1. Définition. Exo7. 1.1. Définition Exo7 Matrices Vidéo partie 1 Définition Vidéo partie 2 Multiplication de matrices Vidéo partie 3 Inverse d'une matrice : définition Vidéo partie 4 Inverse d'une matrice : calcul Vidéo partie 5 Inverse

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Équations - Inéquations - Systèmes

Équations - Inéquations - Systèmes Équations - Inéquations - Systèmes I Premier degré Propriétés Soit f définie sur IR par f(x = ax + b avec a 0. f est une fonction affine, elle est représentée graphiquement par une droite. a est le coefficient

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Athénée Royal d'uccle 1. Cours de Mathématique 5 ème année Les bases pour les math 6h

Athénée Royal d'uccle 1. Cours de Mathématique 5 ème année Les bases pour les math 6h Athénée Royal d'uccle 1 Cours de Mathématique 5 ème année Les bases pour les math 6h A.Droesbeke Version : 015 Table des matières I Algèbre 1 1 Rappel du cours de 3 ème 3 1.1 Les exposants......................................

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Résistance des Matériaux RDM-I

Résistance des Matériaux RDM-I Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Hassiba Ben Bouali de Chlef Faculté de Génie Civil et d Architecture Département de Génie Civil Polycopié de Résistance

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51

Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/51 Résolution de systèmes linéaires : Méthodes directes Polytech Paris-UPMC - p. /5 Rappels mathématiques s Propriétés - p. 2/5 Rappels mathématiques Soit à résoudre le système linéaire Ax = b. Rappels mathématiques

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

CHAPITRE II : STATIQUE

CHAPITRE II : STATIQUE CHPITRE II : STTIQUE - Généralités : I. NTIN DE RCE : En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser des actions mécaniques diverses (actions de contact, poids, attraction magnétique, effort ).

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

B - LE CHAMP ELECTRIQUE

B - LE CHAMP ELECTRIQUE B - L CHAP LCTRIQU B - 1 - L VCTUR CHAP LCTRIQU L'orientation du vecteur champ électrique dépend de la nature (positive ou négative) de la charge qui le produit. L effet de ce champ (attraction ou répulsion)

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 :

GUIDE PRATIQUE 2014 LA REUSSITE L APPRENTISSAGE. 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr SOMMAIRE : RENTREE 2014 : LA REUSSITE L APPRENTISSAGE PAR GUIDE PRATIQUE 2014 SOMMAIRE : I Comment intégrer la formation? II Les épreuves écrites III Nous rencontrer RENTREE 2014 : 01 55 17 80 10 www.cesfa-btp.com cesfa@cesi.fr

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre

CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre Résumé Dans cette note, on apporte la démonstration du non conservatisme de la méthode approchée dite calcul au pic du spectre par rapport

Plus en détail