8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE"

Transcription

1 8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE

2 L ÉCONOMIE BELGE Belgique Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 11,2 PIB (en G$ US curants) 534,7 PIB par habitant (en $ US curants) ,6 Taux de crissance du PIB réel (%) 1,1 Taux d inflatin (%) 0,5 Taux de chômage (%) 8,5 Taux de change 1 0,6816 Exprtatins de marchandises et services (en G$ US curants) 593,5 Imprtatins de marchandises et services (en G$ US curants) 567,5 1. Nmbre d unités d eurs par dllar canadien sur une myenne de 250 jurs en Surces : Fnds mnétaire internatinal (FMI), Organisatin de cpératin et de dévelppement Surces : écnmiques (OCDE), Banque du Canada et Organisatin mndiale du cmmerce (OMC). Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, ministère de l Écnmie, de Cmpilatin : l Innvatin et des Exprtatins (MEIE), aût LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE L écnmie belge n a pas été épargnée par la crise de la dette suveraine qui a affecté la zne eur. Cependant, depuis quelque temps, la Belgique semble bénéficier d une embellie écnmique. La reprise, quiqu encre hésitante, est néanmins présente. Les indices de cnfiance des cnsmmateurs et des entreprises se snt stabilisés et raffermis. La cnslidatin de l activité écnmique se pursuit. La demande intérieure privée s accélère, renfrcée par la cnsmmatin des ménages et la frmatin brute de capital fixe, c est-à-dire l investissement prductif, des entreprises, qui snt encuragées par des marges bénéficiaires accrues et des cnditins de prêts accmmdantes. L assainissement des finances publiques, qui a marqué une pause en 2014, devrait reprendre. Par ailleurs, cmme prévu par les autrités belges, cet assainissement passera par une réductin des dépenses plutôt que par une hausse d impôt. En 2014, la crissance du prduit intérieur brut (PIB) réel de la Belgique était de 1,1 %, cmparativement à 0,3 % en 2013 (OCDE). De plus : cette même année, tujurs seln les dnnées de l OCDE; le taux de chômage a été de 8,5 %. Il purrait se maintenir à 8,5 % en 2015, avant de baisser et d atteindre 8,1 % en 2016; le taux d inflatin se situait à 0,5 % (cntre 1,2 % en 2013). Il purrait tmber à 0 % en 2015, puis remnter pur s établir à 1,3 % en 2016; les bas taux d intérêt cntinuent d être favrables pur les investissements des entreprises; le guvernement belge maintient sn engagement d assainir les finances publiques. En 2014, le PIB de la Belgique se situait au 24 e rang mndial. Les perspectives écnmiques restent tujurs incertaines et tributaires de la réslutin définitive de la crise de la dette de la zne eur, de la reprise plus sutenue en Eurpe et de la vigueur de la reprise mndiale. Les prévisins de l OCDE indiquent un taux de crissance de l écnmie belge de 1,3 % en 2015 et de 1,8 % en

3 Les principaux défis pur les prchaines pérides snt les suivants : réussir à respecter l engagement cnsistant à assainir les finances publiques; favriser la reprise écnmique belge dans un cntexte eurpéen encre mrse, tut en gardant le cap sur la rigueur budgétaire; cntinuer à stimuler l empli, la cnfiance et le ptentiel prductif; parvenir à stimuler la demande intérieure dans un cntexte d assainissement budgétaire et de mdératin salariale; éviter que la péride actuelle de faible inflatin ne fasse baisser le prix des lgements u qu elle ne pusse les cnsmmateurs à différer leurs achats, éléments qui purraient, en partie, ralentir la crissance p 2016 p PIB aux prix du marché (en vlume) 0,1 0,3 1,1 1,3 1,8 Exprtatins de biens et services (en vlume) 1,9 2,9 3,8 3,4 5,3 Imprtatins de biens et services (en vlume) 1,8 1,7 3,6 2,9 5,0 Taux de chômage a 7,7 8,4 8,5 8,5 8,1 Indice des prix à la cnsmmatin 2,6 1,2 0,5 0,0 1,3 Slde financier des administratins publiques b -4,1-2,9-3,2-2,5-1,6 p : prévisin; a : en purcentage; b : en purcentage du PIB. Belgique Indicateurs écnmiques, Surce : OCDE, Perspectives écnmiques de l'ocde, n 97 (Flash Excel), juin Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre (en purcentage de variatin) LES FINANCES PUBLIQUES La situatin des finances publiques belges est maîtrisée. La fin des mesures publiques de sutien à l écnmie a améliré l état général des finances publiques du pays. Cependant, le relâchement, en 2014, des mesures de restrictin budgétaire a quelque peu nui aux finances de l État. Tutefis, l assainissement budgétaire qui avait été mmentanément mis en veilleuse devrait reprendre. L ampleur des mesures de restrictin prévues purrait représenter 0,7 % du PIB en 2015 et en Si cela se matérialise, la Belgique devrait être en bnne psitin pur assurer, à terme, la viabilité de ses finances publiques ainsi que l atteinte de certains bjectifs de l accrd de Maastricht 1. Ainsi, en 2014, seln les dnnées de l OCDE : le déficit du slde financier des administratins publiques crrespndait à 3,2 % du PIB, ce qui représente une hausse par rapprt à 2013, année durant laquelle il équivalait à 2,9 % du PIB. Les dernières estimatins préliminaires indiquent que celui-ci devrait se situer à 2,5 % en 2015 et à 1,6 % en 2016, respectant ainsi l une des cnditins fixées dans le cadre de l accrd de Maastricht ainsi que l bjectif fixé par les autrités belges; la baisse anticipée du déficit est d au mins un demi-pint par année (en prprtin du PIB). À ce rythme, le guvernement prévit atteindre l équilibre budgétaire en 2018; les mesures d assainissement budgétaire mises en place cnfirment que la discipline budgétaire est tujurs nécessaire pur assurer l équilibre des finances publiques. Il imprte cependant de veiller à ce que l engagement et la vlnté de l État de réduire le déficit ne freinent pas la reprise écnmique encre hésitante. 1. L accrd de Maastricht exige que le déficit public représente au plus 3 % du PIB et la dette publique, au plus 60 % de celui-ci. 2

4 LE COMMERCE EXTÉRIEUR 2 En 2013, le cmmerce extérieur de la Belgique (exprtatins et imprtatins de biens et services) s élevait à G$ US. Les exprtatins et les imprtatins représentaient respectivement 51,1 % et 48,9 % du cmmerce ttal de biens et services. Les marchandises cmptaient pur 79,6 % des échanges et les services cmmerciaux, pur 20,4 %. La Belgique était le 12 e exprtateur (2,5 %) et le 13 e imprtateur (2,4 %) de marchandises au mnde. Elle se classait également 15 e au mnde à la fis parmi les exprtateurs (2,3 %) et les imprtateurs (2,2 %) de services cmmerciaux. Tujurs au chapitre des services cmmerciaux, les services de transprt étaient en tête de liste des exprtatins (22,6 %), tandis que les services de vyage se situaient au premier rang des imprtatins (43,7 %) 3. LES PRINCIPAUX GROUPES DE PRODUITS En 2013, les principaux grupes de prduits exprtés par la Belgique étaient les suivants : les prduits manufacturés (71,5 %), les prduits cmbustibles et des industries extractives (15,9 %) ainsi que les prduits agricles (10,6 %). Cette même année, les principaux grupes de prduits imprtés par la Belgique, en 2013, étaient les prduits manufacturés (66,5 %), les prduits cmbustibles et des industries extractives (22,3 %) ainsi que les prduits agricles (10 %). LES PRINCIPAUX PARTENAIRES COMMERCIAUX 4 En 2013, les principaux clients de la Belgique étaient : l Unin eurpéenne (UE-28), les États-Unis et l Inde. Ses principaux furnisseurs étaient, pur la même année, l UE-28, les États-Unis et la Chine. LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS Seln les dnnées de la CNUCED 5, en 2013, les flux d investissements directs étrangers (IDE) à destinatin de la Belgique (flux entrants) nt été négatifs (-2,4 G$ US), tut cmme en Pur mémire, rappelns que le ttal mndial des flux entrants d IDE se chiffrait à G$ US en 2013 et que le ttal des flux entrants d IDE de l UE-28 s établissait à 246,2 G$ US. En ce qui cncerne les flux d investissements directs belges vers l étranger (flux srtants), ils étaient de -26,4 G$ US. Ici également, ces flux étaient négatifs au curs de deux années cnsécutives (2012 et 2013). À titre de rappel, mentinnns que le ttal mndial des flux srtants d IDE s élevait à 1 410,8 G$ US et que le ttal des flux srtants d IDE de l UE-28 s est établi à 250,5 G$ US pur la même année. En 2013, les flux d IDE nt cnnu une baisse en Belgique. Par cntre, la situatin s est légèrement amélirée en ce qui cncerne les flux, tant entrants que srtants, d IDE de l UE-28, avec des hausses de 14 % et 5,3 %, respectivement. Elle s est également amélirée pur les flux d IDE mndiaux, dnt les hausses nt été respectivement de 9,2 % et de 4,8 % pur les IDE entrants et srtants. LE COMMERCE DE MARCHANDISES 6 ENTRE LE QUÉBEC ET 7 : L ÉVOLUTION DES ÉCHANGES En 2014, les échanges cmmerciaux de marchandises entre le Québec et la Belgique se chiffraient à 948 M$. Cette valeur crrespnd à une hausse de 1,6 % par rapprt à l année 2013, cnséquence ntamment de l augmentatin des exprtatins (+18,1 M$), principalement de celles de fèves de sya. Tujurs en 2014, la valeur de ces échanges représentait 16,9 % de celle des échanges cmmerciaux de biens entre le Canada et la Belgique. Elle représentait également 12,4 % de celle des échanges du Québec avec l UE-28. Au curs de la péride cnsidérée ( ), la crissance annuelle myenne de la valeur de ces échanges a été négative (-6,9 %). 2. Surce : OMC, sauf indicatin cntraire. Vir l annexe pur des dnnées additinnelles. 3. Exclusin faite de la catégrie «autres services cmmerciaux», Prfils cmmerciaux, OMC, Vir le tableau II en annexe pur des dnnées additinnelles. 5. Cnférence des Natins Unies sur le cmmerce et le dévelppement (CNUCED), Dans le présent cntexte, les termes biens et marchandises snt interchangeables. 7. Vir les tableaux III à VII en annexe pur des dnnées additinnelles. 3

5 En 2014, la Belgique se classait au 8 e rang des partenaires cmmerciaux de marchandises du Québec au sein de l UE-28 et au 19 e rang des partenaires cmmerciaux du Québec à l échelle mndiale. Entre 2010 et 2014, en myenne, pur envirn 1 $ d achat de biens à la Belgique, le Québec lui en vendait pur envirn 0,86 $. LES EXPORTATIONS En 2014, la valeur des exprtatins du Québec à destinatin de la Belgique était de 438 M$, ce qui représente une hausse de 4,3 % par rapprt à l année Cette valeur crrespndait à 12,4 % de la valeur ttale des exprtatins canadiennes vers ce pays. Par ailleurs, elle représentait 4,9 % de la valeur des exprtatins de marchandises du Québec vers l UE-28. Au curs de la péride cnsidérée ( ), la crissance annuelle myenne de la valeur des exprtatins a été négative (-1,7 %). En 2014, la Belgique était le 7 e client du Québec au sein des pays de l UE-28 et le 16 e client du Québec à l échelle mndiale. Cette même année, les prduits en tête de liste des exprtatins étaient les suivants : le minerai de fer et ses cncentrés (22,9 % du ttal); les fèves de sya, même cncassées (12,8 %); les médicaments présentés sus frme de dses (12,7 %); les bateaux à mteur (4,6 %); les mtcycles à mteur à pistn alternatif (4,3 %). La valeur des dix principaux prduits québécis exprtés vers la Belgique représentait 65,7 % de la valeur de l ensemble des exprtatins du Québec vers ce pays. En 2014, le cntenu en technlgie des exprtatins de biens manufacturés du Québec à destinatin de la Belgique se répartissait cmme suit : les prduits de myenne-haute technlgie (32,4 %), les prduits de haute technlgie (29,3 %), les prduits de myenne-faible technlgie (20,4 %) et les prduits de faible technlgie (17,9 %). Au curs de la péride cnsidérée ( ), aucune catégrie technlgique liée aux prduits exprtés à destinatin de la Belgique n a été exclusivement u systématiquement dminante ,1 Évlutin des échanges de marchandises entre le Québec et la Belgique, , , ,8 947,7 En millins de dllars ,6 745,6 711,1 513,0 509, Exprtatins Imprtatins Cmmerce ttal Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. 4

6 LES IMPORTATIONS En 2014, la valeur des biens manufacturés déduanés au Québec en prvenance de la Belgique était de 510 M$, ce qui représente une baisse de 0,6 % par rapprt à l année Cette valeur crrespndait à 24,7 % de la valeur des imprtatins canadiennes de marchandises en prvenance de ce pays. Elle représentait 2,6 % de la valeur des imprtatins de marchandises du Québec en prvenance de l UE-28. Tujurs en 2014, la Belgique était le 10 e furnisseur du Québec parmi les pays de l UE-28 et le 25 e furnisseur du Québec parmi ses furnisseurs mndiaux. Au curs de la péride cnsidérée ( ), la crissance annuelle myenne de la valeur des imprtatins a été négative (-10,4 %). En 2014, les prduits en tête de liste des biens manufacturés déduanés au Québec en prvenance de la Belgique étaient les suivants : les médicaments présentés sus frme de dses (7 % du ttal); les huiles de pétrle, à l exclusin des huiles brutes (6,7 %); le chclat et les autres préparatins alimentaires cntenant du caca (6,7 %); la bière blnde à base de malt (6,0 %); les vitures de turisme (4,7 %). La valeur des dix principaux prduits belges imprtés au Québec représentait 45,1 % de celle de l ensemble des imprtatins québécises en prvenance de la Belgique. Le cntenu en technlgie des biens manufacturés déduanés au Québec en prvenance de la Belgique cmprenait : les prduits de myenne-haute technlgie (34,5 %), les prduits de faible technlgie (31,9 %), les prduits de myenne-faible technlgie (21,1 %) et les prduits de haute technlgie (12,6 %). Au curs de la péride cnsidérée ( ), à l exceptin de l année 2014, les prduits de myenne-faible technlgie nt dminé les imprtatins du Québec en prvenance de la Belgique. LES SOCIÉTÉS ET LES INVESTISSEMENTS SOUS CONTRÔLE ÉTRANGER En 2014, le nmbre de filiales d entreprises belges établies au Québec s élevait à 30 (cmparativement à 102 pur l ensemble du Canada), un accrissement de 11,1 % par rapprt à 2013, mais une diminutin de 9 % par rapprt à l année Ainsi, en 2014, à la lumière de ces dnnées, il est pssible de déduire que sur tris filiales d entreprises belges s étant établies au Canada, l une d entre elles se truvait au Québec. LES DONNÉES TOURISTIQUES Entre 2009 et 2013, l évlutin du nmbre de turistes belges au Québec a été caractérisée par une alternance de hausses et de baisses, alrs que celle du nmbre de turistes québécis en Belgique a été marquée par une baisse cntinue. Au curs de cette péride, le nmbre de turistes québécis en Belgique était plus élevé que le nmbre de turistes belges au Québec, sauf en 2012 et en 2013, au curs desquelles la tendance s est inversée. En 2013, le nmbre de turistes belges au Québec était en baisse (-24,1 %) par rapprt à 2012, tut cmme celui des turistes québécis en Belgique (-29,4 %). L évlutin des dépenses turistiques mntre également des alternances de hausses et de baisses en ce qui a trait aux dépenses des turistes belges au Québec. Par cntre, elle présente une tendance baissière cntinue en ce qui cncerne les dépenses des turistes québécis en Belgique. En 2013, les dépenses des turistes belges au Québec étaient plus élevées que celles des turistes québécis en Belgique. Enfin, entre 2009 et 2013, les dépenses des turistes belges au Québec snt demeurées, en myenne, supérieures à celles des turistes québécis en Belgique. Emmanuel Ya Directin des plitiques et de l analyse écnmiques Ministère de l Écnmie, de l Innvatin et des Exprtatins 5

7 ANNEXE Tableau I : Cmmerce extérieur de la Belgique, Tableau II : Principaux partenaires cmmerciaux de la Belgique, 2013 Tableau III : Cmmerce de marchandises entre le Québec et la Belgique, Tableau IV : Exprtatins de marchandises du Québec, par grupes de prduits à destinatin de la Belgique, Tableau V : Imprtatins de marchandises du Québec, par grupes de prduits en prvenance de la Belgique, Tableau VI : Tableau VII : Exprtatins de biens manufacturés du Québec, par grupes de prduits à destinatin de la Belgique, seln le niveau de technlgie, Imprtatins de biens manufacturés du Québec, par grupes de prduits en prvenance de la Belgique, seln le niveau de technlgie, Tableau VIII : Dnnées sur les échanges turistiques entre le Québec et la Belgique,

8 Tableau I Cmmerce extérieur de la Belgique, G$ US Exprtatins de marchandises et services 504,2 578,8 550,8 580,4 593,5 Marchandises 407,7 475,7 445,9 468,8 471,4 Services cmmerciaux 96,5 103,2 104,9 111,7 122,1* Imprtatins de marchandises et services 478,6 561,7 536,5 555,5 567,5 Marchandises 391,2 466,9 439,1 451,7 452,5 Services cmmerciaux 87,4 94,8 97,3 103,8 115,0* Cmmerce ttal 982, , , , ,0 Balance cmmerciale (biens et services) 25,7 17,1 14,3 25,0 25,9 *Ces dnnées snt des estimatins de l OMC. Surce : OMC, aût Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre Tableau II Principaux partenaires cmmerciaux de la Belgique, 2013 Clients % Furnisseurs % Unin eurpéenne (28) 70,1 Unin eurpéenne (28) 66,5 États-Unis 5,1 États-Unis 6,9 Inde 2,3 Chine 3,8 Chine 2,0 Russie 3,0 Russie 1,5 Japn 2,0 Surce : OMC, septembre Cmpilatin : Directin des plitiques et de de l analyse écnmiques, MEIE, septembre Tableau III Cmmerce de marchandises entre le Québec et la Belgique, En millins de dllars canadiens Exprtatins de biens Imprtatins de biens Échanges ttaux Nte : Les ttaux peuvent ne pas être égaux à la smme de leurs cmpsantes à cause des arrndis. Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre

9 Tableau IV Exprtatins de marchandises du Québec, par grupes de prduits à destinatin de la Belgique, Descriptin des prduits Classificatin SH4 M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Minerai de fer et ses cncentrés 71,3 15,2 27,3 5,1 44,3 11,0 73,3 17,5 100,2 22,9 Fèves de sja, même cncassées 28,7 6,1 44,7 8,3 42,3 10,5 4,2 1,0 56,1 12,8 Médicaments présentés sus frme de dses 38,6 8,2 41,4 7,7 38,8 9,6 72,7 17,3 55,6 12,7 Bateaux à mteur 18,6 4,0 14,0 2,6 18,9 4,7 18,4 4,4 20,1 4,6 Mtcycles à mteur à pistn alternatif 22,7 4,8 19,1 3,6 15,6 3,9 15,0 3,6 19,0 4,3 Réactifs cmpsés de diagnstic u de labratire 18,4 3,9 12,0 2,2 12,2 3,0 12,9 3,1 10,6 2,4 Vaccins pur la médecine humaine et sang humain u animal 0,8 0,2 2,6 0,5 2,2 0,5 0,4 0,1 7,1 1,6 Parties de machines à cncasser, à bryer, à agglmérer, à frmer u à muler 0,1 0,0 0,0 0,0 0,2 0,1 0,1 0,0 6,9 1,6 Serviettes et tampns hygiéniques, cuches et langes pur bébés, etc. 0,0 0,0 0,0 0,0 4,4 1,1 2,2 0,5 6,0 1,4 Viande des espèces chevaline, asinienne u mulassière 9,6 2,1 14,4 2,7 14,4 3,6 9,2 2,2 5,9 1,4 Autres prduits 260,8 55,5 361,1 67,3 209,4 52,0 211,4 50,4 150,1 34,3 TOTAL 469,6 100,0 536,6 100,0 402,7 100,0 419,7 100,0 437,8 100,0 Québec/Canada 21,8 22,5 17,4 16,8 12,4 Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre Tableau V Imprtatins de marchandises du Québec, par grupes de prduits en prvenance de la Belgique, Descriptin des prduits Classificatin SH4 M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Médicaments présentés sus frme de dses 62,1 7,9 37,8 5,1 25,0 3,5 28,4 5,5 35,8 7,0 Huiles de pétrle, à l exclusin des huiles brutes 377,5 47,8 283,9 38,1 275,6 38,8 93,3 18,2 34,2 6,7 Chclat et autres préparatins alimentaires cntenant du caca 18,1 2,3 26,6 3,6 30,8 4,3 35,6 6,9 34,0 6,7 Bière blnde à base de malt 14,6 1,9 22,8 3,1 25,2 3,6 25,7 5,0 30,7 6,0 Vitures de turisme 40,6 5,1 33,9 4,5 39,9 5,6 18,6 3,6 23,8 4,7 Pmpes à air u à vide, cmpresseurs à l'air u au gaz, ventilateurs, httes, etc. 14,7 1,9 25,0 3,4 27,3 3,8 23,8 4,6 22,9 4,5 Prduits laminés plats en acier inxydable, d'une largeur de 600 mm u plus 11,2 1,4 19,1 2,6 17,9 2,5 16,6 3,2 14,6 2,9 Prduits de bulangerie et de pâtisserie, hsties, cachets vides pur médicaments, etc. 4,9 0,6 9,2 1,2 10,0 1,4 11,0 2,1 12,0 2,3 Pussières de zinc 7,7 1,0 8,2 1,1 6,4 0,9 7,0 1,4 11,2 2,2 Fibres de plyprpylène, discntinues, nn cardées, ni peignées 0,5 0,1 2,7 0,4 5,7 0,8 5,3 1,0 10,8 2,1 Autres prduits 237,6 30,1 276,6 37,1 247,2 34,8 247,8 48,3 280,0 54,9 TOTAL 789,6 100,0 745,6 100,0 711,1 100,0 513,0 100,0 509,9 100,0 Québec/Canada 45,3 44,7 41,3 28,2 24,7 Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre

10 Tableau VI Exprtatins de biens manufacturés du Québec, par grupes de prduits à destinatin de la Belgique, seln le niveau de technlgie, Niveau de technlgie M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Haute technlgie 53,7 20,9 117,5 35,5 61,1 24,9 86,6 29,7 75,7 29,3 Myenne-haute technlgie 89,0 34,6 81,7 24,7 61,6 25,1 66,5 22,8 83,5 32,4 Myenne-faible technlgie 42,3 16,5 71,1 21,5 65,2 26,6 89,0 30,5 52,5 20,4 Faible technlgie 72,3 28,1 60,4 18,3 57,3 23,4 49,7 17,0 46,2 17,9 Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre Tableau VII Imprtatins de biens manufacturés du Québec, par grupes de prduits en prvenance de la Belgique, seln le niveau de technlgie, Niveau de technlgie M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Haute technlgie 90,6 12,1 67,0 9,8 45,3 6,9 50,3 11,0 56,8 12,6 Myenne-haute technlgie 115,1 15,3 156,6 22,8 165,5 25,0 131,7 28,9 156,2 34,5 Myenne-faible technlgie 446,5 59,5 335,2 48,8 324,0 49,0 138,4 30,4 95,3 21,1 Faible technlgie 97,7 13,0 127,8 18,6 125,9 19,1 135,3 29,7 144,2 31,9 Surces : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. Cmpilatin : Directin des plitiques et de l analyse écnmiques, MEIE, septembre

11 Tableau VIII Dnnées sur les échanges turistiques entre le Québec et la Belgique, Nmbre de turistes belges au Québec et leurs dépenses* Année Nmbre Variatin (%) Dépenses ($) Variatin (%) , , , , , , , ,9 Nmbre de turistes québécis en Belgique et leurs dépenses* Année Nmbre Variatin (%) Dépenses ($) Variatin (%) , , , , , , , ,1 *Dnnées furnies à titre indicatif et à utiliser avec réserve. Turistes : persnnes qui nt fait un vyage d'une nuit u plus, mais d'une durée de mins d'un an, à l'extérieur de leur ville et qui nt utilisé de l'hébergement cmmercial u privé. Surce : Statistique Canada. Cmpilatin de Turisme Québec, Directin des cnnaissances stratégiques en turisme, juillet

12

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE 4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE FRANÇAISE France Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 63,9 PIB (en G$ US curants) 2 846,9 PIB par habitant (en $ US curants) 44 538,1 Taux de

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 EMBARGO JUSQU AU DÉBUT DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 Actif net de 151,7 G$, en hausse de 20,1 G$ Mntréal, le jeudi 24 février

Plus en détail

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014 01/2010 05/2010 09/2010 01/2011 05/2011 09/2011 01/2012 05/2012 09/2012 01/2013 05/2013 09/2013 01/2014 05/2014 09/2014 Inflatin (%) COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 7 nvembre 2014 Indice des prix à

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définitin Une filière qui regrupe des typlgies de métiers très différentes mais des dynamiques d empli similaires en France

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi Zm sur La base de dnnées écnmiques et sciales instaurée par la li de sécurisatin de l'empli Juillet 2014 I. Une transparence renfrcée via la mise en place d une base de dnnées écnmiques et sciales 1 II.

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE (2013)

HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE (2013) HAITI: BESOINS DES DONNEES, INDICATEURS DE BASE, VALEUR, PERIODE ET SOURCES DE LA PHASE DE PREPARATION HUMANITAIRE () Besins des dnnées Indicateurs Valeur Péride/année Surces Taille de la Ppulatin et distributin

Plus en détail

La production et le commerce du lait et des produits laitiers

La production et le commerce du lait et des produits laitiers La prductin et le cmmerce du lait et des prduits laitiers A Dans le mnde En l'an 2000, ce snt quelque 7 milliards d'individus qui peuplernt la planète et devrnt se nurrir. La ppulatin, de 5,39 milliards

Plus en détail

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT),

L'lnstance Nationale des Télécommunications (INT), Décisin n XX/2015 de l Instance Natinale des Télécmmunicatins en date du jj/mm/2015 prtant fixatin du frmat du rapprt d'utilisatin des ressurces de numértatin attribuées et du taux minimum d utilisatin

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 15 février 2008 RESULTATS 2007 MICHELIN ANNONCE UNE AMELIORATION SIGNIFICATIVE DE 1,6 POINT DE SA MARGE OPERATIONNELLE

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion Article 74 du Cntrat de gestin : Transmissin du tableau de brd de gestin Pur permettre à la SISP et à la SLRB de suivre la réalisatin des missins du cntrat de gestin de niveau 2, la SISP cmplète et transmet

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémiologiques conduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémiologiques conduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima 6 décembre 2013 Les cnséquences sanitaires de l accident de Fukushima Bilan des études épidémilgiques cnduites sur les habitants de la Préfecture de Fukushima Pint de la situatin en décembre 2013 Principe

Plus en détail

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS Après un départ cann des marchés bursiers au premier trimestre, les prblèmes en Eurpe nt refait surface et accru l incertitude quant à la vigueur de la reprise écnmique. Au trimestre suivant, l ensemble

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1409831L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT. I. Situation de référence et objectifs de l accord ou convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1409831L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT. I. Situation de référence et objectifs de l accord ou convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du dévelppement internatinal PROJET DE LOI autrisant l apprbatin de l accrd entre le Guvernement de la République française et le Guvernement de

Plus en détail

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité Décembre 2015 Régime d aide, exempté de ntificatin, en faveur de la participatin des prducteurs de prduits agricles à des systèmes de qualité En applicatin du règlement (UE) n 702/2014 de la Cmmissin du

Plus en détail

Attentes du Bloc Québécois en vue du discours du Trône

Attentes du Bloc Québécois en vue du discours du Trône Attentes du Blc Québécis en vue du discurs du Trône Fiche technique Le rétablissement des transferts en santé et en éducatin Le Blc Québécis prpse de maintenir la hausse de 6 % par année du transfert canadien

Plus en détail

La financiarisation du marché des matières premières, quelles conséquences?

La financiarisation du marché des matières premières, quelles conséquences? Cllque CEPII-CIREM-GROUPAMA, 20 ctbre 2011, Les transfrmatins de la mndialisatin Table rnde : Les frces de changement dans l écnmie mndiale La financiarisatin du marché des matières premières, quelles

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal

Définir les besoins de la société en matière de santé Définition et guide du Collège royal Définir les besins de la sciété en matière de santé Définitin et guide du Cllège ryal Préparé en cllabratin avec Lisa Little Cnsulting au nm du Cllège ryal (avril 2012) Intrductin Depuis lngtemps, les

Plus en détail

Pourquoi Investir au Maroc

Pourquoi Investir au Maroc Purqui Investir au Marc. Le Marc a pté une écnmie libérale, diversifiée et uverte sur l extérieur, il ffre aux investisseurs les cnditins de succès, grâce à ses ptentialités écnmiques et ses ressurces

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Analyse des Dnnées du Cmmerce Extérieur Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE ANALYSE DES DONNEES DU COMMERCE EXTERIEUR DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES

DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES Cmmissin de gégraphie du cmmerce - Séminaire méthdlgique DÉLIMITATION ET CLASSEMENT DES ENTITÉS COMMERCIALES 30 MARS 2012 Présentatin : J. VAZQUEZ PARRAS - SEGEFA (Université de Liège) PLAN DE L EXPOSÉ

Plus en détail

Marketing. Optique production Optique vente Optique marketing

Marketing. Optique production Optique vente Optique marketing Marketing Bibli : «Marketing du turisme», «Marketing des services», «Marketing planning» Patrick Leghérel 1. La stratégie marketing Définitin Intégrer le client dans le prcessus de décisin, d rganisatin

Plus en détail

Délégation de la Responsabilité Sociale et Environnemtale 19 septembre 2011. Et si on parlait commodities?

Délégation de la Responsabilité Sociale et Environnemtale 19 septembre 2011. Et si on parlait commodities? Délégatin de la Respnsabilité Sciale et Envirnnemtale 19 septembre 2011 Et si n parlait cmmdities? Smmaire La chaîne de valeur sft cmmdities La psitin de BNP Paribas Pistes vers le financement d une agriculture

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE

NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE 22 août 2014 Ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations L ÉCONOMIE ET L ÉCONOMIE PÉRUVIENNE Pérou Principaux indicateurs, 2013 Population (en millions) 30,9 PIB (en G$ US courants) 206,5

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Le commissaire au redressement productif en Limousin

Le commissaire au redressement productif en Limousin Le cmmissaire au redressement prductif en Limusin Cnférence de presse de Jacques REILLER, préfet de la régin Limusin, préfet de la Haute-Vienne en présence de Jean-Paul DENANOT, président du cnseil réginal

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-3 : PAR LA CREATION D ACTIVITES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-3 : PAR LA CREATION D ACTIVITES FORMATIONS PROFESSIONNELLES AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-3 : FORMATIONS PROFESSIONNELLES A LA CREATION REPRISE D ENTREPRISES ACCORD CADRE DU CONSEIL REGIONAL 1 Pririté d investissement

Plus en détail

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1 COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE Généralités cncernant les cmptes annuels de l exercice 2009 1 Dans la cntinuité des exercices précédents, les cmptes annuels 2009 de la Cmmune de Grez-Diceau

Plus en détail

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs

Politique d investissement de la. MRC de Caniapiscau. Jeunes promoteurs Plitique d investissement de la MRC de Caniapiscau Jeunes prmteurs Adptée le 15 septembre 2015 JEUNES PROMOTEURS Ce prgramme vise à aider les jeunes entrepreneurs (18-40 ans) à créer, à acquérir u à assurer

Plus en détail

RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011

RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 17 janvier 2012 RECORD DE VENTES POUR LE GROUPE RENAULT EN 2011 Le grupe Renault a vendu 2 722 062 véhicules dans le mnde : + 94 697 (+ 3,6 %). Les ventes hrs Eurpe nt augmenté

Plus en détail

LES TRAVAUX COMPTABLES A LA FIN DE L EXERCICE. Découvrir la chronologie des opérations de fin d'exercice comptable. TABLE DES MATIERES

LES TRAVAUX COMPTABLES A LA FIN DE L EXERCICE. Découvrir la chronologie des opérations de fin d'exercice comptable. TABLE DES MATIERES LES TRAVAUX COMPTABLES A LA FIN DE L EXERCICE Objectif(s) : Décuvrir la chrnlgie des pératins de fin d'exercice cmptable. Pré-requis : Principes généraux de la cmptabilité financière. Mdalités : Dcumentatin,

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Résultat d explitatin (REX) : 1,4 M (-33.1%) Résultat curant avant impôts (RCAI) : 2,2 M (-21,6%) Résultat Net avant amrtissement des écarts d acquisitin : 1,2 M (-37,7%) Aix en

Plus en détail

Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA

Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2016 Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA - La première fenêtre de cessibilité des BSA s étendra du 11 mars 2016 au 9 mai 2016 (inclus). - La valeur

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 Paris, le 13 nvembre 2013 NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 NEW DEAL, UN PLAN DE TRANSFORMATION REUSSI : UNE ENTREPRISE RENTABLE ET SOLIDE FINANCIEREMENT AVEC DES FRANCHISES FORTES NEW FRONTIER,

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

PRÉSENTÉ À MONTRÉAL CERCLE DES PRÉSIDENTS DU QUÉBEC PAR JEAN-LUC LANDRY

PRÉSENTÉ À MONTRÉAL CERCLE DES PRÉSIDENTS DU QUÉBEC PAR JEAN-LUC LANDRY PRÉSENTÉ À MONTRÉAL CERCLE DES PRÉSIDENTS DU QUÉBEC PAR JEAN-LUC LANDRY 29 AVRIL, 2015 D ù venns-nus? Deux grandes cntractins écnmiques au XXe siècle: La grande dépressin (1929-1933) La grande récessin

Plus en détail

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1

TDR realisation schema aménagement, plan d investissement et etudes APD Masindray 1 TERMES DE REFERENCE Réalisatin d un schéma d aménagement, d un plan d investissement et des Etudes d Avant Prjet Détaillé pur la mise en place de service d apprvisinnement en eau ptable de la Cmmune Rurale

Plus en détail

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 ACAT France ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 On examinera successivement le résultat, les prduits, les charges et la trésrerie de l ACAT-France.

Plus en détail

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION Bilan annuel de l uverture internatinale de l académie Orléans-Turs 2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION L OUVERTURE À L INTERNATIONAL La li d

Plus en détail

VENTES EN LIQUIDATION

VENTES EN LIQUIDATION Drit et réglementatins VENTES EN LIQUIDATION Définitin Ventes accmpagnées u précédées de publicité et annncées, cmme tendant par une réductin de prix, à l éculement accéléré de la ttalité u d une partie

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014

CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI 2014 JURA & TROIS-LACS Mnt-Sujet (Jura bernis) Vincent Burrut CONCEPT TOURISTIQUE GLOBAL MASTERPLAN - CONDENSÉ MAI Prgramme de dévelppement turistique Masterplan - Cndensé. INTRODUCTION Purqui un Masterplan?

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE

DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE DEMANDE DE PERMIS DE TOURNAGE (MAISON DE PRODUCTION) (ADRESSE) Identifiée ci-après cmme Ici dûment représentée par (Nm en lettres mulées du respnsable de la demande) Cnvient et s engage

Plus en détail

SAHEL PLAN OPÉRATIONNEL ANNUEL 2014. MALI.- Les élections présidentielles et législatives 1. CONTEXTE

SAHEL PLAN OPÉRATIONNEL ANNUEL 2014. MALI.- Les élections présidentielles et législatives 1. CONTEXTE SAHEL PLAN OPÉRATIONNEL ANNUEL 2014 1. CONTEXTE L ampleur et la sévérité de la crise de sécurité alimentaire et nutritinnelle qui tuche les pays du Sahel s expliquent essentiellement par la dégradatin

Plus en détail

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014

Hausse de 68% en moyenne pour le trafic des sites mobiles en juin 2014 Tendances du web Hausse de 68% en myenne pur le trafic des sites mbiles en juin 2014 Hausse de 45% pur le trafic des applis et baisse de 6,8% pur le trafic des sites web en France en juin 2014 Etude publiée

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis Tendances du web Orange, leader des furnisseurs d accès à internet, prgresse sur les applis Avec plus d un tiers des visites sur sites web et applis, Orange dmine le marché des furnisseurs d accès à internet

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL»

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI Analyse du prjet de li C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LE PROJET DE LOI C 38 Sanctinné le 29 juin 2012, ce prjet de li apprte des changements majeurs à la li de l assurance

Plus en détail

OO : augmenter l offre de produits locaux, de saisons et bio dans le secteur de la distribution

OO : augmenter l offre de produits locaux, de saisons et bio dans le secteur de la distribution OO : augmenter l ffre de prduits lcaux, de saisns et bi dans le secteur de la distributin Par «secteur de la distributin», n entend les cmmerces de l ffre intermédiaire (cmmerce de grs) et l ffre finale

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE 1 SOMMAIRE REGLEMENT D INTERVENTION Entreprises ciblées et prirités réginales Présentatin des

Plus en détail

Applications : ios largement en tête mais Android gagne du terrain

Applications : ios largement en tête mais Android gagne du terrain Tendances du web Applicatins : ios largement en tête mais Andrid gagne du terrain Etude publiée le 4 ctbre 2012 1 10/3/2012 Cnfidential - D nt disclse 2 Applicatins : ios largement en tête mais Andrid

Plus en détail

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois Résultats du Grupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pur les 9 premiers mis Retur à la rentabilité de Natixis et du Grupe BPCE au 3 e trimestre : Bénéfice net de 447 millins d eurs Bnnes perfrmances pératinnelles

Plus en détail

LE POIDS ECONOMIQUE DU SECTEUR DES VOLONTARIATS INTERNATIONAUX D ECHANGES ET DE SOLIDARITE (VIES) LE SECTEUR DES VIES EN FRANCE

LE POIDS ECONOMIQUE DU SECTEUR DES VOLONTARIATS INTERNATIONAUX D ECHANGES ET DE SOLIDARITE (VIES) LE SECTEUR DES VIES EN FRANCE LE POIDS ECONOMIQUE DU SECTEUR DES VOLONTARIATS INTERNATIONAUX D ECHANGES ET DE SOLIDARITE (VIES) 1 Cette étude explratire, cnduite par l Observatire entre avril et ctbre 2013, avait 2 grands bjectifs

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le bénéfice de l exercice en maison de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé

Synthèses. L Observatoire Economique et Social. Le bénéfice de l exercice en maison de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé Synthèses Nvembre 2014 L Observatire Ecnmique et Scial Le bénéfice de l exercice en maisn de santé pluridisciplinaire sur les dépenses de santé La cnsmmatin de sins ambulatires des patients de plus de

Plus en détail

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172)

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) . MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) Part du fnds : «Classique» Objectifs et plitique d investissement : Prfil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé, Rendement

Plus en détail

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015

opinionway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Note de synthèse Vos contacts chez OpinionWay : Octobre 2015 pininway LES FRANÇAIS ET LA FERMETURE ANNONCEE DES AGENCES BANCAIRES Nte de synthèse Octbre 2015 Vs cntacts chez OpininWay : Frédéric Micheau Directeur des études d pinin Directeur de département 15, place

Plus en détail

ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES

ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES Rapprt Annuel au 31 décembre 2014 1. Rapprt de gestin - Identificatin de l OPC Nature juridique Classificatin Affectatin des résultats Orientatin de placement

Plus en détail

Séquence simplifiée des comptes

Séquence simplifiée des comptes Séquence simplifiée des cmptes Présentatin Les cmptes d'un agent écnmique présentent d'abrd ses pératins, c'est-à-dire les flux qu'il décide u accepte et qui affectent sit le niveau, sit la cmpsitin, de

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT

POLITIQUE D INVESTISSEMENT Centre lcal de dévelppement DE LA MRC DE ROUYN-NORANDA POLITIQUE D INVESTISSEMENT PROGRAMME JEUNES PROMOTEURS (JP) ADOPTÉE : 26 mars 2014 MAJ : Mars 2014 Avril 2009 Février 2006 Mai 2003 Mars 2002 Mai

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

Appel A Projets du C2TR Note de présentation

Appel A Projets du C2TR Note de présentation Appel A Prjets du C2TR Nte de présentatin PREAMBULE Le prjet C2TR est né de la vlnté de la Régin Picardie et de l Etat de créer, à partir des besins exprimés par un industriel, AEROLIA, une plate-frme

Plus en détail

LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL. Elaboration du budget des charges de personnel. Notions sur les règles de calcul des rémunérations.

LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL. Elaboration du budget des charges de personnel. Notions sur les règles de calcul des rémunérations. LE BUDGET DES CHARGES DE PERSONNEL Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Elabratin du budget des charges de persnnel. Ntins sur les règles de calcul des rémunératins. Principes, Synthèse, Applicatin. TABLE

Plus en détail

ADMINISTRATEUR Concours externe

ADMINISTRATEUR Concours externe ADMINISTRATEUR Cncurs externe Arrêté du Président et des Questeurs n 03-102 du 17 septembre 2003 relatif à la nature des épreuves et à la cmpsitin du jury Textes mdificateurs : Arrêtés du Président et

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

Energie et environnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux?

Energie et environnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux? Le 14 décembre 2010 Energie et envirnnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux? Jean Pierre HAUET KB Intelligence Puzzle énergétique, mdèle envirnnemental : deux qualificatifs

Plus en détail

Picardie Technopole. Appel A Projets Innovation 2015

Picardie Technopole. Appel A Projets Innovation 2015 Picardie Technple Appel A Prjets Innvatin 2015 Règlement Cet Appel à Prjets se substitue à l Appel à Prjets INDUSTRILAB, en l élargissant à tutes les thématiques de la Stratégie de Spécialisatin Intelligente

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail