A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A lire attentivement et à conserver. Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?"

Transcription

1 A lire attentivement et à conserver Que faire en cas d accident sur le site FBFC de Romans?

2 FBFC Romans fabrique des combustibles nucléaires. La Franco-Belge de Fabrication de Combustible (FBFC) est intégrée dans le secteur du groupe AREVA qui conçoit, fabrique et vend des assemblages de combustibles pour les réacteurs de puissance (production d électricité) et des réacteurs de recherche. Le procédé de fabrication d un assemblage combustible comporte 4 étapes : La chimie de l uranium : un gaz contenant de l uranium est converti en poudre d uranium La métallurgie des poudres : la poudre d uranium est compactée en pastilles La fabrication de crayons: les pastilles sont introduites dans des tubes de zirconium L assemblage : les crayons sont assemblés dans une structure métallique FBFC est classée Installation Nucléaire de Base (INB). Elle est ainsi soumise à des règles d exploitation précises en termes de sûreté d exploitation, de radioprotection pour ses salariés, les populations voisines et de protection de l environnement, conformément à la réglementation sur les INB. L Autorité de sûreté nucléaire est chargée de veiller au respect de la réglementation par l exploitant. Les risques inhérents aux activités de FBFC Comme toute autre industrie, l établissement FBFC Romans est exposé à des risques d incidents /d accidents liés à ses activités. Malgré l ensemble des dispositions prises en matière de défense en profondeur (prévention, surveillance, et limitation des conséquences), on ne peut pas exclure l absence totale de risque de situations accidentelles. Elles pourraient, dans un cas extrême, nécessiter l alerte et la mise à l abri des populations avoisinantes. Il existe sur le site de Romans deux principaux risques : Un risque chimique lié essentiellement à l utilisation de l acide fluorhydrique (HF), sous-produit de la fabrication de la poudre d oxyde d uranium à partir de l hexafluorure d uranium UF6. L acide fluorhydrique est dangereux car il est toxique et corrosif. Les conséquences sont des brûlures cutanées et/ou une inflammation des voies respiratoires. Une mise à l abri permet de se protéger efficacement des éventuelles vapeurs d acide. Un risque radiologique lié à l utilisation d uranium enrichi mis en œuvre lors des différentes étapes de fabrication du combustible. Les rayonnements et/ou la dispersion de matière radioactive peuvent entraîner une exposition radiologique des personnes situées à proximité. Les particules d uranium contenues dans l air peuvent pénétrer l organisme par les voies respiratoires et/ou digestives. L exposition radiologique entraînant des conséquences graves concerne essentiellement les salariés proches de la matière. La mise à l abri est, aussi dans ce cas, la meilleure des protections pour les personnels et les riverains de l usine.

3 La gestion des situations d urgence FBFC Romans a mis en place les mesures organisationnelles et techniques indispensables afin d assurer un haut niveau de sûreté de ses installations nucléaires et leur exploitation. Ces mesures permettent une maîtrise des risques de l établissement par le maintien du confinement, la prévention des accidents de criticité, la prévention de l incendie et la limitation des conséquences d un séisme. Pour toute situation nécessitant une mise en œuvre de moyens humains et matériels spécifiques il existe 2 types de gestion de situation d urgence : Le Plan d Urgence Interne (PUI) Un Plan d Urgence Interne est déclenché par le Directeur de l usine ou son représentant en cas d évènement important à l intérieur du site. Le plan définit l organisation et les moyens nécessaires à déployer immédiatement afin de protéger les personnels de l usine, les populations et l environnement, et de traiter l incident. Les autorités (Préfecture, ASN) sont rapidement informées. Ce dispositif est testé plusieurs fois par an et permet, dans une logique de progrès continu, d intégrer les éventuels retours d expérience. Le Plan Particulier d Intervention (PPI) Le PPI définit l ensemble des dispositions et mesures opérationnelles pour faire face à un accident chimique, radiologique ou nucléaire majeur sortant du périmètre du site de Romans. Le PPI, déclenché et piloté par le préfet de la Drôme, prévoit la mobilisation des services de secours (sapeurs pompiers, gendarmes, police, SAMU...), de l ensemble des services de l Etat et des collectivités territoriales. Le préfet décide et coordonne les actions et les moyens à mettre en œuvre. Il informe les populations riveraines des consignes à respecter. FBFC Romans organise avec la préfecture de la Drôme et l Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un exercice de gestion de crise tous les trois ans. Plan de la zone PPI FBFC ROMANS Les pouvoirs publics ont défini une zone d un rayon de 600 m autour du site, dite «PPI», dans laquelle des dispositions d alerte et de protection des populations peuvent être mises en œuvre.

4 8 questions-réponses pour acquérir les bons réflexes Comment serai-je averti d un accident? Par la sirène de FBFC qui alerte les personnes se situant dans le périmètre du PPI. Cette sirène émet un son particulier montant et descendant, du grave à l aigu, pendant trois séquences d 1 minute et 41 secondes séparées par un court silence de 5 secondes. Vous serez également informé par un appel téléphonique automatisé sur votre téléphone fixe. Pourquoi faut-il rester à l abri? La meilleure protection consiste à se réfugier dans un abri clos et à couper la ventilation. Dans le cas d un accident radiologique ou chimique, le fait de rester à l intérieur d un bâtiment en dur est l option la plus efficace. Ces simples mesures permettent de réduire très significativement les expositions aux substances dangereuses. Il est également fortement recommandé d écouter les consignes du préfet diffusées par les médias. Quels sont les risques sanitaires nécessitant une mise à l abri? L exposition radiologique qui se mesure en milli sievert (msv) peut engendrer des effets sur l homme, en fonction du niveau de la dose absorbée. Ainsi, la limite réglementaire d exposition pour les populations en situation normale se situe à 1mSv par an, celle des salariés du nucléaire à 20 msv. La mise à l abri des populations est nécessaire à partir de 10 msv. Cette exposition correspond à celle reçue lors d un scanner du corps entier. La mise à l abri permet également de se protéger des vapeurs d acide fluorhydrique très toxiques et corrosives. En cas d accident, faut-il prendre des pastilles d iode? Les pastilles d iode stable visent à protéger les populations vivant à proximité des centrales nucléaires dans un périmètre de 10km en cas de rejet d iode radioactif dans l air. Hors, FBFC Romans n est pas une centrale. C est pourquoi il n est pas nécessaire d absorber des pastilles d iode. Combien de temps faut-il rester à l abri? La durée de mise à l abri est variable, selon l évolution de l accident et de ses conséquences. Cette mise à l abri peut durer plusieurs heures. Les mesures effectuées dans l environnement par les services de l Etat permettent au préfet de décider ou non de la levée de la mise à l abri. Dans tous les cas, vous devez rester à l abri jusqu à ce que le préfet lève cette mesure. Vous en serez informés par les médias. Pourquoi ne faut-il pas aller chercher les enfants à l école? En cas d accident, les enseignants prévenus ont pour consigne de mettre en place le plan particulier de mise en sûreté de l école. Les enfants sont mis à l abri dans l établissement et y sont en sécurité. Que peut-on boire et manger? Quel que soit le type d accident, il n y a pas d effet immédiat sur le réseau de distribution d eau potable car l eau provient de nappes phréatiques profondes. En cas de dépôts radioactifs et/ou chimiques, il est déconseillé de consommer des produits potagers frais tels que les légumes et les fruits cultivés sur place, ainsi que le lait de la ferme et l eau des puits privés provenant de la zone concernée. La consommation des produits stockés sous emballage (conserves, produits secs, lait UHT, eau minérale) au moment de l accident ne comporte aucun risque. Pourquoi écouter la radio? Une convention lie la Radio France Bleu Drôme- Ardèche à la préfecture (87,9 Mhz à Romans). Le préfet diffuse régulièrement des informations sur l évolution de la situation ainsi que des consignes pour protéger la santé des populations.

5 Que faire en cas d alerte? En cas d accident susceptible d avoir des conséquences à l extérieur du site, vous serez alertés : Par une sirène Elle diffusera trois signaux de 1mn41 entrecoupés de 5 secondes de silence dans la zone des 600m du PPI. + Par un appel téléphonique Tous les riverains, industriels et particuliers, recensés dans le périmètre de 600 m seront informés par un système d appel téléphonique automatisé. Vous devez immédiatement vous mettre à l abri dans un local en dur. Mettez-vous à l écoute de Radio France Bleu Drôme-Ardèche (87,9 Mhz) et respectez les consignes du préfet. En fin d alerte, vous serez avertis simultanément par un signal sonore de 30 secondes déclenché par la sirène du site FBFC Romans et par un message délivré sur Radio France Bleu Drôme-Ardèche

6 Ayez les bons réflexes Entrez rapidement dans un bâtiment en dur le plus proche. Ne pas rester à l extérieur ou dans un véhicule ; Fermez les portes et les fenêtres. Coupez les ventilations assistées (telles que climatisations, VMC...) ; Mettez vous à l écoute de Radio France Bleu Drôme/Ardèche (87,9 Mhz à Romans) et/ou regardez France 3 Rhône-Alpes. Respectez les consignes du préfet ; Laissez vos enfants à l école pour ne pas vous mettre et les mettre en danger. Ils sont pris en charge par les enseignants ; Ne téléphonez pas, laissez les lignes téléphoniques libres pour les secours. Par votre coopération, vous participez aussi à votre propre sécurité. Création Studio Val Pour en savoir Vous pouvez également rechercher des informations sur les sites internet ou en téléphonant aux numéros suivants : FBFC Tel : Préfecture de la Drôme Tel : Autorité de sûreté nucléaire Tel : Commission Locale d Information - CLI AREVA Romans rubrique Innover Tel : FBFC ROMANS : BP ROMANS SUR ISÈRE - Tél. : Imprimerie Arc-Isère La Ravoire

En cas d'accident nucléaire à la centrale de Belleville-sur-Loire, ayez les bons réflexes

En cas d'accident nucléaire à la centrale de Belleville-sur-Loire, ayez les bons réflexes En cas d'accident nucléaire à la centrale de Belleville-sur-Loire, ayez les bons réflexes Édition 2011 por tant m i t n e Docum e à lirement attentciovnserver et à PRÉFET DU CHER - PRÉFET DE LA NIÈVRE

Plus en détail

ayez les bons réflexes

ayez les bons réflexes En cas d accident nucléaire à la centrale de Nogent-sur-Seine, ayez les bons réflexes Document important à lire attentivement et à conserver Edition 2011 en cas D'acciDent, vous serez alertés et informés

Plus en détail

La centrale nucléaire de Fessenheim est une usine de production d électricité dont le combustible

La centrale nucléaire de Fessenheim est une usine de production d électricité dont le combustible Que faire en cas d accident à la centrale nucléaire de FESSENHEIM La centrale nucléaire de Fessenheim est une usine de production d électricité dont le combustible est de l Uranium 235 qui, lors de sa

Plus en détail

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX?

Édition 2012. Information sécurité. Document important QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? Édition 2012 Information sécurité Document important À CONSERVER PRÉCIEUSEMENT QUE FAIRE EN CAS D ACCIDENT À LA CENTRALE DE CIVAUX? La centrale nucléaire de Civaux La centrale nucléaire de Civaux est située

Plus en détail

ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS

ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Photographie : exercice d entraînement en 2013 Prévention PRÉFET DE LA SOMME 2300 m ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Le Plan Particulier d Intervention (PPI) La conduite à tenir à proximité de l espace

Plus en détail

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice,

En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, En cas d accident nucléaire à la centrale de Saint-Alban / Saint-Maurice, ayez les bons réflexes Préfectures de l Isère, de la Loire, du Rhône et de l Ardèche. Edition 2011 Document important à lire attentivement

Plus en détail

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST MAITRISE DES RISQUES ETABLISSEMENT CARGILL Plaquette d information «Les citoyens ont un droit à l information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL

PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL PLAQUETTE D INFORMATION de LA POPULATION SUR LE RISQUE INDUSTRIEL SYNTHRON Rue du Moulin d Herbault BP 13 37110 AUZOUER-EN-TOURAINE Tél : 02.47.56.90.46 Fax : 02.47.29.60.37 Courriel : postmaster@protex-international.com

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

Sommaire. Les principaux acteurs. fiche 1: Feu explosion. fiche 2: Mouvements de terrain. fiche 3: Nuage toxique. fiche 4: Tempête

Sommaire. Les principaux acteurs. fiche 1: Feu explosion. fiche 2: Mouvements de terrain. fiche 3: Nuage toxique. fiche 4: Tempête 1 Sommaire page 3 Qui? Pourquoi? Quand? Comment? page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 12 page 13 page 14 Les principaux acteurs fiche 1: Feu explosion fiche 2: Mouvements de terrain

Plus en détail

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2.

Campagne. Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2. Campagne 2012 Information sur le risque nucléaire et les mesures de protection à appliquer en cas d urgence à la centrale de Gentilly-2 Zone de 8 km LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE Gentilly-2 La centrale nucléaire

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM Jeudi 4 décembre 2014 Exercice de sécurité civile Jeudi 4 décembre 2014 Un exercice de sécurité civile est prévu le jeudi 4 décembre 2014 sur

Plus en détail

Face à un accident nucléaire

Face à un accident nucléaire Face à un accident nucléaire Collection Livrets des professionnels Sommaire Qu est-ce qu un accident nucléaire?... 2 Comment est géré un accident nucléaire en France?... 3 Quelles sont les missions de

Plus en détail

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF L exploitation d une centrale nucléaire nécessite l utilisation d uranium dont la fission libère de l énergie et crée de la radioactivité. Appelés

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN Commission locale d information de FBFC du 6 juin 214 1 L Autorité de sûreté nucléaire DIVISION DE LYON Une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires. Préfet de Seine-Maritime

Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires. Préfet de Seine-Maritime Les Plans Particuliers d'intervention des centrales nucléaires r Préfet de Seine-Maritime Le plan particulier d'intervention (PPI) plan d urgence, obligatoire, pour la réponse en cas d accident technologique

Plus en détail

Fiche de prévention - Réglementation

Fiche de prévention - Réglementation etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril Fiche de prévention - Réglementation N 2 LES PRODUITS CHIMIQUES : la fiche de donnée de sécurité & l étiquetage Mise à jour : Janvier 2011

Plus en détail

VILLE DE MONTMORENCY. Plan communal de sauvegarde. c r h w t. risques majeurs. Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte

VILLE DE MONTMORENCY. Plan communal de sauvegarde. c r h w t. risques majeurs. Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte VILLE DE MONTMORENCY Plan communal de sauvegarde c r h w t a Les risques majeurs Les bons réflexes en cas de danger!ou d alerte à quoi sert ce document d information? Ce guide pratique présente les différents

Plus en détail

Apprenons les bons réflexes! tempête. rupture DE GAZODUC

Apprenons les bons réflexes! tempête. rupture DE GAZODUC Document d Information Communal sur les Risques Majeurs de LA GRANDE MOTTE Les 5 risques majeurs Apprenons les bons réflexes! tempête inondation & SUBMERSION MARINE FEU DE FORÊT transport DE MARCHANDISES

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE

CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE CONSIGNES : Risques Majeurs ALERTE : SIRENE CITE SCOLAIRE Sur décisions des Chefs d établissement : Directeurs de Crise Soit EVACUATION Soit CONFINEMENT Personnes Ressources Personnes Ressources Personnels

Plus en détail

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté PPMS Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement Page 1 1 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Année de réalisation du PPMS Nom de l établissement

Plus en détail

Qui surveille la radioactivité dans l environnement?

Qui surveille la radioactivité dans l environnement? Qui surveille la radioactivité dans l environnement? AREVA et la surveillance réglementaire de la radioactivité de l'environnement autour de ses établissements du cycle du combustible nucléaire AREVA participe

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

Information sur le risque. industriel

Information sur le risque. industriel Information sur le risque Les bons réflexes en cas d alerte industriel IMPORTANT Conservez soigneusement ce document Directeur du site : Frédéric PYTHON Date d édition : février 2007 INEOS Enterprises

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015

Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage. Mercredi 24 juin 2015 Exercice du Plan Particulier d Intervention (P.P.I.) Butagaz Arnage Mercredi 24 juin 2015 Contact presse : Tél : 02.43.39.71.74/02.43.39.70.22/06.07.40.52.54 www.sarthe.gouv.fr Suivez l actualité de l'état

Plus en détail

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement

16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions

Plus en détail

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS...

SOCODEI Identification : SOC NO 0094. Note d organisation. Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... Politique radioprotection SOCODEI PAGE : 3/6 SOMMAIRE 1. ENJEUX ET FONDEMENTS... 4 2. DOMAINE D APPLICATION... 4 3. PRINCIPES DIRECTEURS... 4 4. OBJECTIFS... 5 5. RESPONSABILITES ET REGLES... 5 6. ANIMATION

Plus en détail

La sécurité est l affaire de tous!

La sécurité est l affaire de tous! Document d Informatiion Communall sur lles Riisques Majeurs OUILLON Notre commune n est, hélas, pas à l abri de catastrophes naturelles ou industrielles. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM)

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Le risque industriel m

Le risque industriel m Le risque industriel m 1. Qu est-ce qu un risque industriel? Le risque industriel majeur est un événement accidentel se produisant sur un site industriel entraînant des conséquences immédiates graves pour

Plus en détail

Le Plan Particulier d Intervention (PPI) ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS

Le Plan Particulier d Intervention (PPI) ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Photographie : exercice d entraînement en 2013 Prévention PRÉFET DE LA SOMME 650 m ESPACE INDUSTRIEL NORD D AMIENS Le Plan Particulier d Intervention (PPI) La conduite à tenir au sein de l espace industriel

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 CLI de Saint-Alban / Saint-Maurice l Exil 19 mai 2014 19/05/2014 1 L Autorité de sûreté

Plus en détail

Référentiel de la radioprotection au CEA

Référentiel de la radioprotection au CEA Page 3 sur 7 TABLE DES MATIERES 1. OBJET... 4 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. RESPONSABILITES... 4 4. COMPOSITION DU REFERENTIEL DE LA RADIOPROTECTION AU... 4 5. LISTE DES DOCUMENTS CONSTITUANT LE REFERENTIEL

Plus en détail

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine

D I C R I M LE RISQUE INDUSTRIEL. Les établissements à risque industriel à Vitry-sur-Seine. Les établissements SEVESO II à Vitry-sur-Seine LE RISQUE INDUSTRIEL Le risque industriel se caractérise par un accident se produisant sur un site industriel et pouvant entraîner des conséquences graves pour le personnel, la population, les biens ou

Plus en détail

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Fukushima: des interrogations légitimes Les causes de l accident Un tsunami

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité?

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Attention, tout nouveau local de stockage devra directement être conforme à l ensemble des exigences présentées dans ce document Actuellement

Plus en détail

ASR 08 SENSIBILISATION SUR LE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES (TMD)

ASR 08 SENSIBILISATION SUR LE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES (TMD) ASR 08 SENSIBILISATION SUR LE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES (TMD) 1 PLAN DE LA SEANCE 1 - LE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES 2 - LES RISQUES LIES AUX TMD 3 - CLASSIFICATION ET IDENTIFICATION DES

Plus en détail

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Forum SMBV Pointe de Caux - Épouville Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Préfecture de la Seine-Maritime SIRACED PC - septembre 2011 le SIRACEDPC Service Interministériel

Plus en détail

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site de Romans Edition 2012

Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site de Romans Edition 2012 Rapport d information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du site de Romans Edition 2012 Ce rapport est rédigé au titre de l article 21 de la loi de transparence et sécurité en matière nucléaire

Plus en détail

AVANT PENDANT APRES LA CRISE

AVANT PENDANT APRES LA CRISE AVANT PENDANT APRES LA CRISE Guide pratique de la gestion de crise au sein de l industrie de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie Guide pratique de la gestion de crise avant AVANT

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE DEPARTEMENT DE LA CORSE DU SUD PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE FACE AUX RISQUES MAJEURS École :.. Lieu de mise en sûreté : Année scolaire 20.. -20.. LE PLAN TECHNIQUE 1. Liste des risques auxquels l

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

Sûreté des transports de substances radioactives

Sûreté des transports de substances radioactives Sûreté des transports de substances radioactives Contexte réglementaire Règlement type de l ONU sur le transport des marchandises dangereuses (livre orange) Recommandations pour chacune des 9 classes de

Plus en détail

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux.

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. Conservez-le de manière à le retrouver très rapidement en cas de besoin.

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ CONFINEMENT ÉVACUATION CONFINEMENT

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ CONFINEMENT ÉVACUATION CONFINEMENT Annexe 05-1 CONFINEMENT ÉVACUATION CONFINEMENT La zone de confinement est constituée d un ensemble de locaux où les élèves et le personnel sont mis à l abri pendant l alerte et disposant, si possible,

Plus en détail

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté.

Cette réflexion peut s inscrire dans une démarche globale d éducation à la citoyenneté. Circulaire n 4214 du 13/11/2012 Campagne nationale d information sur le risque Seveso (risques industriels majeurs) du Centre de crise (SPF Intérieur) Réseaux et niveaux concernés Destinataires de la circulaire

Plus en détail

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE»

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE» Programme de formation «Superviseur HSE» Le programme est conçu pour les diplômés universitaires (Ingénieurs ou autres) sans expérience professionnelle ou des inspecteurs, animateurs HSE, HSE officiers

Plus en détail

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3.

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3. Dangers des gaz NATURE : Gaz inerte : Azote, Argon, CO2, Hélium Gaz comburant : Oxygène, Protoxyde d azote Gaz inflammable : Hydrogène, Acétylène, Propane Gaz toxique : Ammoniac, Chlore, Fluor, SO2 Risque

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

Des CQP pour accompagner l évolution des salariés

Des CQP pour accompagner l évolution des salariés CQP CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Des CQP pour accompagner l évolution des salariés Qu est-ce qu un CQP? Un certificat de qualification professionnelle est une Certification

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Retour d expérience des incidents observés en radiographie industrielle Autorité de sûreté nucléaire Direction du transport et des sources

Retour d expérience des incidents observés en radiographie industrielle Autorité de sûreté nucléaire Direction du transport et des sources Retour d expérience des incidents observés en radiographie industrielle Autorité de sûreté nucléaire Direction du transport et des sources Grégory FONTAINE Evénements significatifs recensés par l ASN 16

Plus en détail

Sécurité au travail: prévention Préparer un exercice d évacuation. 1423 Michel Antoine 2012 1

Sécurité au travail: prévention Préparer un exercice d évacuation. 1423 Michel Antoine 2012 1 Sécurité au travail: prévention Préparer un exercice d évacuation 1423 Michel Antoine 2012 1 Sommaire Buts et objectifs Organisation Déroulement Evaluation 1423 Michel Antoine 2012 2 Remarque générale

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles

a b c d e f j o l m n k Document d Information Communal sur les Risques Majeurs numéros utiles numéros utiles a b c POMPIERS 18 NUMÉRO D APPEL D URGENCE EUROPÉEN 112 POLICE SECOURS 17 POLICE MUNICIPALE 04 78 03 68 68 SAMU 15 d e f MÉTÉO FRANCE 08 92 68 02 69 EDF 0 810 69 2000 GDF 0 810 69 2000 VILLE

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC CLI AREVA Romans 3 juin 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Présentation du Rapport SNR 2009 Sûreté et Radioprotection

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

HABILITATION ELECTRIQUE

HABILITATION ELECTRIQUE HABILITATION ELECTRIQUE N de déclaration d activité : 22 600 288 660 // Téléphone : 09 81 78 92 25 // directeur.groupemab@gmail.com 96 PREPARATION A L HABILITATION H0V-B0 - Etre capable d accéder sans

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection (PCR) :

Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection (PCR) : 1. Personnes du laboratoire à contacter en cas d urgences Directeur du laboratoire : Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site du CLIC à... la Commission de Suivi de Site en Rhône-Alpes, 36 CLIC et une quarantaine de CLIS vont évoluer en CSS la Commission de Suivi de Site articles L125-2, L125-2-1, L515-8, R125-8-1 à R125-8-5,

Plus en détail

CLI Cadarache. Commission Locale d Information 3 juin 2015 - p.1

CLI Cadarache. Commission Locale d Information 3 juin 2015 - p.1 CLI Cadarache Organisation de la radioprotection sur les INB 32 (ATPu) et 54 (LPC) AREVA NC Cadarache, opérateur technique industriel Mercredi 3 juin 2015 Commission Locale d Information 3 juin 2015 -

Plus en détail

Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence

Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence Les rendez-vous de la planification d'urgence, 7 mai 2015 Conseiller et soutenir l autorité administrative lors d une situation d urgence Patrice VANBRABANT Fonctionnaire PlanU Commune d Engis patrice.vanbrabant@engis.be

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME. Programme

Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME. Programme Prévention du Risque Chimique dans les TPE et PME Programme SOMMAIRE 1. LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 3 1.1. Objectif de formation 3 1.2. Objectifs pédagogiques 3 2. LE PROGRAMME DE FORMATION 4 2.1. Tronc

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Plan national de réponse Accident NUCLEAIRE ou RADIOLOGIQUE majeur Avril 2013

Plan national de réponse Accident NUCLEAIRE ou RADIOLOGIQUE majeur Avril 2013 Magali DESCHOUVERT Cadre de santé Direction Hôpital Charles Nicolle Tél. : 02 32 88 02 53 magali.deschouvert@chu-rouen.fr Docteur C. DOLARD Praticien hospitalier SAMU Tél. : 02 32 88 89 79 claude.dolard@chu-rouen.fr

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION AU PUBLIC SECURITE PPI

BROCHURE D INFORMATION AU PUBLIC SECURITE PPI ETABLISSEMENTS SEVESO STOCK ET IMPORGAL ZONE INDUSTRIELLE PORTUAIRE BROCHURE D INFORMATION AU PUBLIC SECURITE PPI Vous résidez ou travaillez dans une zone concernée par des risques industriels majeurs.

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

OUTILS OPERATIONNELS Page 1 sur 1. Alerte de la population FICHE 1 : SCHEMA DE RECEPTION ET DE TRAITEMENT D UNE ALERTE

OUTILS OPERATIONNELS Page 1 sur 1. Alerte de la population FICHE 1 : SCHEMA DE RECEPTION ET DE TRAITEMENT D UNE ALERTE OUTILS OPERATIONNELS Page 1 sur 1 FICHE 1 : SCHEMA DE RECEPTION ET DE TRAITEMENT D UNE ALERTE R E C E P T I O N Standard mairie Période ouvrable de la mairie OU ALERTE Service de secours, système de vigilance,

Plus en détail

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU

Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU 1 Catalogue formations : INCENDIE / EVACUATION PERMIS FEU SOMMAIRE 2 Manipulation extincteur page 3 Equipier de première intervention / évacuation page 4 Equipier d intervention technique page 5 Equipier

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 1/6 FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 2/6 AVERTISSEMENT Le service d information du gouvernement travaille actuellement sur l élaboration d une stratégie de sensibilisation de la population

Plus en détail

02/12/2014 JOURNEES SCIENTIFIQUES R2NORD. Patrick Moureaux INRS

02/12/2014 JOURNEES SCIENTIFIQUES R2NORD. Patrick Moureaux INRS 02/12/2014 JOURNEES SCIENTIFIQUES R2NORD Patrick Moureaux INRS L INRS Association loi 1901 (organisme privé sans but lucratif) Rôle: développer la prévention des risques professionnels Effectifs: 635 personnes

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Chinon Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le centre nucléaire de production d électricité (CNPE) de Chinon s étend sur 155

Plus en détail

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes Qu est-ce qu un risque majeur? Un aléa grave d origine naturelle (inondation, tempête, séisme, ) ou technologique (barrage, transport, ) qui peut causer de graves dommages à un grand nombre de personnes,

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom du produit : SILICATE DE ZIRCONIUM Application / fonction : Industrie Céramique.

Plus en détail