Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité"

Transcription

1 Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko To cite this version: P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko. Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité. Revue de Physique Appliquee, 1980, 15 (3), pp < /rphysap: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archivesouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1980 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 L examen The Revue Phys. Appl. 15 (1980) MARS 1980, 357 Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P. P. Aparissi, I. A. Malevsky, B. V. Tarnijevsky, V. K. Goucev (*) et A. M. Karpenko (**) Institut Energétique de G. M. Kryijanovsky (Reçu le 16 novembre 1979, accepté le 19 novembre 1979) 2014 Résumé. des méthodes connues de transformation de l énergie de rayonnement autorise l espoir d une application considérable des centrales solaires. Dès maintenant, l énergie solaire peut devenir un complément manifeste des sources traditionnelles d énergie, surtout dans les régions aménagées récemment, là où de nombreux usagers sont éloignés des réseaux de distribution d énergie et lorsque le prix du combustible importé est élevé. Abstract survey of the wellknown methods on the transformation of radiant energy entitles us to hope for an extensive application of solar power plants. From now on, the solar energy may become undoubtedly a supplementary source of power besides the usual power supplies, especially in areas which have been recently arranged, whereas many users are far away from the distribution networks of energy and when the cost of imported fuel is high. La figure 1 présente les résultats de calcul du coût maximal d une centrale solaire (C.S.) permettant la compétition avec une centrale thermique (C.T.). Il apparaît que la rentabilité économique de la centrale solaire dépend du coût du combustible employé dans la zone considérée et du rendement de la centrale thermique. Par exemple, pour les conditions suivantes : e rendement d une centrale thermique de 0,15 (correspondant à la puissance d une unité de 36 MW), e prix du combustible égal à 70 roubles par tonne, e temps de fonctionnement d une centrale solaire égal à heures par an, l implantation d une C.S. deviendrait rentable si la différence entre le prix global du kilowatt installé dans une C.S. et dans une C.T. ne dépasse pas 650 roubles. Par conséquent, si le prix du kilowatt installé d une C.T. est de 250 roubles, le coût d un kilowatt installé de la C.S. ne doit pas dépasser 900 roubles pour que cette dernière soit compétitive avec la centrale thermique. Les frais d exploitation et d amortissement ont été pris proportionnellement aux investissements pour les deux types de centrale. On remarque donc, que le résultat cidessus laisse une marge de sécurité. La technique moderne rend possible la création des centrales solaires dont la puissance ne paraît pas limitée. Néanmoins, on doit résoudre un certain nombre de problèmes scientifiques et techniques avant que le coût de la conversion de l énergie solaire ne devienne comparable à celui de la production d énergie par les méthodes traditionnelles. Parmi ces problèmes on peut signaler les suivants : e fonctionnement permanent de la C.S. dans des conditions variables du rayonnement solaire, e solidité et coût peu élevé du système optique et du pilotage automatique, e minimisation de la quantité d énergie consommée par les auxiliaires de la centrale, 2022 choix d une filière rationnelle de conversion thermodynamique. Par ailleurs, les solutions de ces problèmes doivent répondre aux conditions d optimisation concernant le niveau de puissance de la centrale, le taux de concentration de l énergie et les caractéristiques du fluide de travail etc. L intérêt, porté pendant les dernières années à l exploitation de l énergie solaire, a favorisé l étude de projets de centrales solaires, de 5 à 10 MW et même de 100 MW, réalisables au cours de la prochaine décennie. La plupart des projets donnent la priorité aux centrales dites de conversion thermodynamique de l énergie. C est avant tout la centrale à tour, dans laquelle un champ des miroirs plans concentre l énergie solaire sur un récepteur placé soit au sommet d une tour spécialement construite, soit sur une élévation naturelle du terrain. La conversion d énergie solaire Article published online by EDP Sciences and available at

3 Comparaison thermosolaire est 358 du coût d installation pour une C.S. et une Fig. 1. C.T. en fonction du prix du combustible et du rendement de la C.T. STAC Sc.T. en cap./kwh. h : temps (en heures) du fonctionnement de la C.S. UT : prix du combustible (en roubles/t). 1 : rendement de la C.T. âk différence des prix d un kilowatt (roubles/kw). peut être basée soit sur un cycle à vapeur, soit sur l utilisation d un autre fluide de travail avec des turbines appropriées. L étude théorique du modèle de la centrale à tour a été confiée à l Institut Energétique de Kryijanovsky [2]. Des travaux sur les C.S. ont été développés et sont passés au stade expérimental. La centrale solaire à tour présente de nombreux avantages par rapport aux autres types de centrales solaires, à savoir : 2022 rendement thermodynamique relativement élevé, 2022 universalité du système optique (grâce au pouvoir de concentration) et possibilité de normalisation de ses éléments, e possibilité d utiliser l équipement standard et la technologie des centrales thermiques. Les caractéristiques des centrales solaires à tour permettent la construction de centrales mixtes. La centrale mixte une solution d avenir. Elle assure le coût minimal de la conversion d énergie, résout, en parties, le problème du stockage de l énergie et du combustible, et permet d utiliser avec un bon rendement [3] la vapeur sortant du générateur solaire. Le système de stockage hydraulique est une autre solution des problèmes des C.S. posés par la variabilité de l énergie solaire. Ce mode de stockage fait diminuer le rendement thermodynamique global, il assure, cependant, l indépendance des courbes de consommation et de production [4]. Les centrales solaires de faible puissance peuvent être équipées avec des concentrateurs cylindroparaboliques. Dans ces centrales, la construction et la disposition des éléments optiques ainsi que du récepteur, le mécanisme d entraînement et la commande automatique de l orienteur peuvent être simplifiés d une manière considérable et donner lieu à des solutions originales. La situation énergétique des différentes régions détermine le rôle de l énergie solaire et les solutions à apporter à ses problèmes fondamentaux. Les conditions géographiques et économiques en U.R.S.S. font en sorte que l énergie solaire servira, en priorité, à l amélioration de l approvisionnement en énergie des consommateurs éloignés des réseaux électriques et des réserves de combustible. Ce rôle complémentaire de l énergie solaire et les problèmes de construction des C.S. dans les conditions de rentabilité économique déterminent les solutions techniques particulières. Ainsi, par exemple, la puissance électrique utile des premières centrales solaires hybrides à tour, est de 5 à 10 MW. Le choix d une centrale solaire autonome à stockage thermique implique l utilisation de la vapeur saturante comme fluide de travail, surtout lorsque la C.S. produit à la fois de l énergie électrique et thermique. Ce sont les simplifications introduites au niveau des systèmes d automatisation et de stockage qui, en baissant leur coût, peuvent compenser la diminution du rendement. De nombreux problèmes liés à la construction d un type de C.S. bien déterminé peuvent avoir des solutions différentes. L étude expérimentale joue un rôle décisif dans le choix des composants, du type de montage et des conditions de fonctionnement de la centrale. Dans les années qui viennent, on prévoit en U.R.S.S., la construction de la première centrale solaire expérimentale à tour, de 5 MW. Le projet nécessite une étude approfondie des composants de la centrale. Cette étude concerne, entre autres, la construction de miroirs et leurs propriétés optiques, la conception de la chaudière solaire, la commande automatique de l orienteur, la construction de la tour, les conditions de fonctionnement de la centrale, etc. Dans un premier temps, on a étudié quelques surfaces réfléchissantes de 1 m2 chacune, composées d éléments dont les dimensions variaient entre 50 mm x 50 mm et 750 mm x 750 mm. Ces études portaient sur la fixation et le réglage de l inclinaison des miroirs orientés parallèlement soit à un plan, soit à une surface de rayon de courbure donné. Initialement, on a testé des maquettes comprenant des miroirs de surface incurvée [2].

4 La 359 L utilisation des miroirs de ce type augmente la concentration, mais elle est à l origine de nombreux inconvénients, entre autres : e impossibilité de faire varier le rayon de courbure en fonction de la distance du récepteur, e complexité du système d alignement, etc. Cela rend difficile la production en série de ces miroirs. Par conséquent, on poursuit l étude des C.S. avec des miroirs plans. En même temps on a entrepris l étude de la commande automatique des orienteurs. A cet effet, l élément réfléchissant, composé de deux miroirs de 750 x 720 mm chacun, a été muni d un système photoélectrique de commande. Ce système assure la précision de pointage de 3 à 7 min angulaires. L étude expérimentale d un héliostat s est déroulée en Arménie. On a examiné l alignement des miroirs, au moyen de taches correspondantes formées sur les carrés d un écran. Les détails de cette technique ont déjà été publiés [5]. Ces études expérimentales ont permis d ajuster les valeurs des paramètres relatifs au système optique de la centrale. Les résultats détenus ont confirmé les hypothèses théoriques, le modèle d héliostat répond bien aux exigences du problème posé et son fonctionnement assure une bonne précision dans la transmission de l énergie solaire à distance. Selon l étude préliminaire, le système optique de la C.S. sera composé d héliostats de 5 m x 5 m chacun, équipés d un système de commande automatique et de mécanismes de nettoyage de miroirs. Ces héliostats concentrent le rayonnement solaire sur un générateur de vapeur placé au sommet d une tour de 70 m. La distance entre la tour et les miroirs les plus proches est choisie de manière à utiliser un générateur de vapeur de surface minimale. Il faut construire ce générateur solaire et établir un schéma de circulation du fluide caloporteur afin d atteindre la pression de vapeur de 29 atm. Dans l application à vapeur de travail la vapeur sortant du générateur passe dans l accumulateur sectionné, ce dernier joue le rôle de régulateur pendant les courtes interruptions de radiation. De là une partie du fluide de travail passant par la turbopompe (à la sortie de laquelle la pression est de 2,53 atm) sert aux applications thermiques : saturant comme fluide e distillation d eau salée,. alimentation en eau chaude, climatisation, etc... Le turbopompe remonte l eau de mer dans une piscine accumulateur et selon le besoin d énergie électrique cette eau est mise à la disposition du générateur hydraulique. Les études concernent le fonctionnement d une C.S. autonome, mais aussi d une C.S. travaillant avec un appoint fossile. Le projet de la centrale à tour est sensible à,l effet d échelle. Ainsi la version actuelle de la centrale expérimentale n est pas optimale mais n est qu une étape sur la voie des investigations futures. La puissance de la centrale expérimentale prévue est suffisante pour tester le principe du fonctionnement, la construction et l interaction des éléments. Les résultats pourront être adaptés pour les centrales de puissance beaucoup plus grande. 1. Aspects techniques et économiques de l application des centrales solaires sur l exemple du Kazakstan. résolution rapide du problème de l exploitation de l énergie solaire est conditionnée par les estimations économiques et énergétiques précises en ce qui concerne les centrales solaires déjà existantes et actuellement étudiées. L Institut Projet d Energie Rurale a procédé à l analyse technicoéconomique de l implantation, dans les régions rurales du Kazakstan, des centrales solaires étudiées par l Institut de Kryijanovsky. En fonction des besoins d énergie, on peut adopter l une des solutions suivantes :. centrale thermique avec production combinée d énergie électrique et de vapeur, e centrale électrique avec condenseur, 2022 production de vapeur pour les besoins thermiques (dessalement d eau, production de froid, chauffage, alimentation en eau chaude). L étude fait apparaître un créneau de puissance pour des centrales de 1,5 à 5 MW. Un examen du domaine d implantation des centrales solaires, en ce qui concerne les besoins d énergie dans les régions rurales, a été effectué. On a démontré qu en général, il faut développer le secteur des petites installations solaires (chauffeeau, cuisinières solaires, appareils de distillation). Ces installations ne sont pas toujours plus avantageuses pour les consommateurs que les installations analogues fonctionnant soit à l énergie électrique, soit au combustible minéral. La centrale solaire peut satisfaire les consommateurs d énergie thermique et électrique en contribuant ainsi à l équilibrage du bilan énergétique ; c est une étape dans l optimalisation du système énergétique agricole. Les études menées par les chercheurs russes V. A. Krylyn, A. A. Makazoff, L. A. Mielentiev, ont prouvé la nécessité d une approche systématique du problème d optimalisation. Il faut traiter le problème d utilisation de l énergie solaire en fonction des rapports entre le système énergétique et le système économique global, c estàdire prendre en considération des relations extérieures et intérieures. Les relations extérieures sont fonction des besoins d énergie de diverses branches de l économie nationale. Les relations intérieures sont conditionnées par les facteurs suivants : e conversion des différentes formes d énergie, e diminution du prix de l énergie, 2022 concentration de la production de la distribution d énergie. et centralisation

5 Structure On 360 Le système énergétique forme ainsi un bloc : productiondistributionexploitation des sources naturelles. Si l on considère les conditions naturelles du Kazakstan, l énergie solaire peut être utilisée dans les régions qui se trouvent au sud du 50e parallèle, leur surface étant supérieure à la moitié de celle de la république. Dans cette zone, on observe une concentration de terrains désertiques de pâturage qui nécessitent un arrosage artificiel. Il s y trouve tous les et des réserves grands lacs saumâtres de la république d eau souterraine fortement minéralisée. Les consommateurs dispersés de ces régions d élevage de moutons ont de faibles besoins en énergie électrique et thermique. La répartition des besoins énergétiques futurs dans l économie rurale de cette zone est donnée par le tableau I. Tableau I. de besoins d énergie des consommateurs ruraux. Nature de besoins % e Force motrice (parc de machines mobiles) et transport Force motrice parc de machines stationnaires (entraînement électrique) Eclairage Energie thermique moyennes et faibles températures 60 Total 100 L utilisation des produits pétroliers (huiles, essence) doit satisfaire le besoin énergétique de la première catégorie. L électricité est la forme d énergie utilisée pour l éclairage et le fonctionnement des machines fixes. L énergie thermique à faibles et moyennes températures est fournie au moyen d installations électriques ou de combustible. D après les données du tableau I, on conclut que l énergie solaire devrait être appliquée pour satisfaire les besoins d énergie thermique. Le fonctionnement d une C.S. est irrégulier dans le temps, la production quotidienne et annuelle varient. Par conséquent, l autonomie de la centrale solaire est possible dans les deux situations suivantes : e de nombreux consommateurs périodiques peuvent utiliser toute la production instantanée de la centrale, même si la quantité d énergie est variable ; 2022 au fur et à mesure, on stocke soit l énergie soit le produit obtenu en utilisant cette énergie (glace, eau distillée...). Dans d autres circonstances, il est nécessaire que la C.S. soit associée à une autre centrale (centrale dieselélectrique, centrale thermique à combustible). On peut stocker l énergie thermique destinée à l alimentation en eau chaude et au chauffage, soit dans la centrale même soit directement chez le consommateur. Dans la république du Kazakstan on a achevé la centralisation du système d alimentation en énergie électrique. Des réseaux électriques de kv constituent la jonction entre les consommateurs ruraux et le système énergétique national. Pour cette raison, les C.S. doivent travailler en accord avec les réseaux électriques. 2. Régime d une Centrale Solaire produisant de l énergie thermique et électrique. constate (cf. Tableau I) que la plus grande quantité de l énergie est destinée à la production thermique : l eau chaude ; le chauffage. A l heure actuelle, les consommateurs ruraux utilisent des chaudières individuelles et des poêles. Du charbon de mauvaise qualité sert, en général (80 % des cas), comme combustible. Il existe des pertes pendant le transport, le stockage et la consommation du charbon, ainsi que les déperditions de chaleur dans les logements, dues à la mauvaise régulation thermique. Le rendement global du combustible, dans les conditions d exploitation est de 0,30,4. Par conséquent, la rationalisation du système d alimentation en énergie thermique des consommateurs ruraux s impose. On envisage le remplacement du charbon de basse qualité et du bois, par un combustible de bonne qualité, et progressivement, par l énergie électrique. La centralisation d alimentation en énergie thermique permettra d améliorer les conditions de vie et de travail de la population rurale de l U.R.S.S. Comme l ont montré les recherches menées par l Institut Projet d Energie Rurale la capacité des réseaux électriques de kv des zones considérées, n est pas pleinement utilisée. Cela provient de la faible demande des industries et de l éparpillement géographique des consommateurs particuliers. Le coût du chauffage et de l alimentation en eau chaude par l électricité est inférieur ou égal au coût entraîné par l utilisation des chauffeeau consommant du combustible solide ou liquide. Il en est ainsi, car les frais du transport automobile sur des distances séparant les consommateurs des stations de chemin de fer sont très élevés. Par ailleurs, dans ces régions se dessine la prédominance du maximum journalier estival sur l hivernal. Tout cela favorise le fonctionnement de C.S. associées aux réseaux électriques. Il existe deux solutions comparables pour le fonctionnement d une C.S. produisant de l énergie thermique et de l électricité : 1) Chaudière à combustible avec les installations appropriées ; 2) Centrale solaire électrique munie d installations du stockage thermoélectrique.

6 Dans Coût Coût 361 On prévoit le fonctionnement des C.S. selon le schéma suivant : Pendant la période du faible rayonnement solaire et de consommation maximale de l énergie thermique (novembrejanvier) la centrale travaille pour fournir de l énergie thermique exclusivement. Pendant le reste du temps, elle assure la production mixte de la chaleur et de l électricité. On a adopté les trois systèmes suivants du transfert de chaleur : 1) C.S.vapeureau chaude. 2) C.S.vapeurénergie électriqueair. 3) C.S.vapeurénergie électriqueeau chaudeair. Dans le premier système, on peut directement transmettre la chaleur au réseau thermique dans un rayon inférieur à 1 km. L accumulation est prévue au sein de la centrale grâce à un système de stockage à double boucle. Le fluide caloporteur organique à haute température est utilisé dans la première boucle, dans la seconde on emploie l eau ou la vapeur surchauffées comme fluide colporteur. Dans les systèmes 2 et 3, il est nécessaire d introduire les sources thermiques d énergie électrique et de stocker la chaleur chez le consommateur. en eau chaude on utilise Pour l approvisionnement les chauffeeau électriques à accumulation travaillant de 1 à 8 h. Pour le système de chauffage on peut employer les chauffeeau à accumulation sur corps solides. Pendant les périodes d absence de rayonnement solaire, les systèmes décrits cidessus fonctionnent avec l énergie fournie par le réseau électrique. Le tableau II présente les résultats de calcul concernant deux modes de la production thermique. Tableau II. livrée chez le gigacalorie. d une unité d énergie thermique consommateur rural en roubles par Il en résulte la nécessité du dessalement de l eau. Plusieurs méthodes sont élaborées pour obtenir de l eau douce, la plus connue étant la vaporisation et l électrolyse. On a été amené à choisir parmi les solutions suivantes : 1) L électrodialyse. 2) La distillation avec du combustible. 3) La distillation par l énergie solaire. On prévoit des réserves pour stocker l eau douce afin d assurer une alimentation régulière indépendante du fonctionnement de la C.S. Les coûts correspondant à chaque type d installation sont présentés dans le tableau III. Tableau III. spécifique du dessalement de l eau (en roubles par m 3). On voit (Tableau III) que pour une production annuelle supérieure à m 3, le coût de production obtenu avec une centrale solaire est égal à celui de production par l électrodialyse et inférieur de 25 % à celui de production d une installation à combustible. Disposant de grandes réserves d eau saumâtre on peut également utiliser la centrale solaire pour la production d eau douce pour l irrigation, alors qu avec d autres systèmes la production d eau douce pour cet usage n est pas économique, car elle entraîne la consommation de combustible. 3. (Régime de fonctionnement de la) C.S. à production multiple d eau douce, d électricité et de chaleur. la zone où l exploitation de l énergie solaire est possible, beaucoup d habitants font venir l eau potable. Cependant il existe de vastes réserves d eau souterraine fortement minéralisée dont l utilisation même pour l irrigation de la terre est impossible. 4. C.S. munie d une turbine à condensation. On a constaté que ce type de centrale est surtout applicable pour les stations d irrigation travaillant dans l,e Kazakstan de mai à septembre. Les consommateurs dits de 3e catégorie acceptent les interruptions dans l alimentation en énergie électrique. En préparant des réserves quotidiennes d eau on peut assurer la régularité de l irrigation. L analyse des données concernant les perspectives du développement de l arrosage mécanique dans le Kazakstan a montré la tendance à regrouper les terrains à irriguer (oasis) éloignés des points d alimentation électrique. La puissance nécessaire aux stations de pompage est de kw. Comme l ont

7 362 montré les calculs dans ce cas, l utilisation de l énergie fournie par les réseaux électriques de kv et d exploitation de l énergie solaire entraînent des frais identiques. Les centrales dieselélectriques ne sont pas compétitives, vu les frais d exploitation et le prix du combustible élevés. D après les études de rentabilité faites à ce jour, les centrales solaires peuvent être appliquées à la production de l eau douce, au pompage de l eau pour l irrigation, ainsi qu à l approvisionnement des consommateurs ruraux du Kazakstan en énergie électrique et thermique. Pour une puissance de C.S. inférieure à 5 MW, l investissement global par unité de puissance devrait être de roubles/kw si le prix des miroirs ne dépasse pas 35 roubles/m. En conclusion, pour que l application des centrales solaires puisse devenir rentable, il est nécessaire d améliorer le système de stockage de l énergie et d augmenter la puissance des installations. Bibliographie [1] IBRATIMOFF, D. I., FILATOFF, A. I., Rentabilité économique des stations solaires. Héliotechnique n 2, éd. Académie des Sciences de la République d Ouzbékie Tachkent, [2] APARISSI, R. R., BAHOUM, V. A., GARF, B. A., Centrales solaires Thermiques de puissance élevée. Ed. Académie des Sciences, Moscou, [3] ALADIEV, I. T., GARF, B. A., KOZLOFF, V. B., MALEVSKY, I. N., Papier présenté à la Conférence Internationale Energie solaire. 15 mars 1976 à Toulouse, France. [4] APARISSI, R. R., TIEPLAKOFF, D. I., Héliotechnique n 1, éd. Académie des Sciences de la République d Ouzbékie Tachkent, [5] APPARISSI, R. R., KOLOS, Ia. G., Orientation des Systèmes optiques des installations solaires à haute température dans les Installations solaires thermiques, éd. Science Moscou, [6] SOUMIN, G. F., DJARDANOFF, A. K., KARPÉNKO, A. M., AKSIE NOFF, B. V., Etude technicoéconomique pour l implantation des centrales solaires à tour dans les régions rurales du Kazakstan. Papier présenté au 3e séminaire américorusse sur l énergie solaire U.R.S.S. Achkabad, 214 septembre 1977.

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Principe de fonctionnement du solaire thermodynamique

Principe de fonctionnement du solaire thermodynamique Principe de fonctionnement du solaire thermodynamique C est à la fin du 19 ème siècle que les premières expériences apparaissent dans le domaine du solaire à concentration (exposition universelle de 1878).

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Production d énergie électrique pour site isolé par système hybride de conversion d énergie solaire

Production d énergie électrique pour site isolé par système hybride de conversion d énergie solaire Production d énergie électrique pour site isolé par système hybride de conversion d énergie solaire Muriel Alaphilippe, Pascal Stouffs, Didier Marquet To cite this version: Muriel Alaphilippe, Pascal Stouffs,

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave Page : 1/7 1. INTRODUCTION Depuis plusieurs années maintenant, la maîtrise des températures de vinification est devenue un outil incontournable pour produire des vins de qualité, permettant au vinificateur

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

Des performances exceptionnelles.

Des performances exceptionnelles. Accumulateurs d énergie ROTEX Des performances exceptionnelles. L accumulateur de chaleur haute performance de ROTEX offre une hygiène maximale et un confort optimal de l eau chaude sanitaire. «Lorsqu

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Mustapha Bilal, Camille Persson, Fano Ramparany, Gauthier Picard, Olivier Boissier To cite

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide Solar eating System Factsheet (SSF) - Dossier guide Les Factsheets (feuille de données) publiés sur la page Internet de SPF résument les résultats des tests des systèmes solaires pour la production d eau

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 SYSTÈMES SOLAIRES COMBINÉS (SSC) I/ PRINCIPE GENERAL Cette fiche d intégration décrit les données d entrées, les paramètres

Plus en détail

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec

maîtrisez l énergie avec la crea choisir une énergie renouvelable www.la-crea.fr en partenariat avec maîtrisez l énergie avec la crea en partenariat avec ESPACES INFO énergie choisir une énergie renouvelable qu est-ce qu une énergie rénouvelable? Depuis deux siècles, l utilisation très importante des

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique.

ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. ROTEX Sanicube : combinaison de l accumulateur et du chauffe-eau instantané. ROTEX Sanicube - L accumulateur d eau chaude sanitaire hygiénique. Le Chauffage! Autant d eau chaude sanitaire que vous voulez.

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

cubefrance www.cubefrance.fr

cubefrance www.cubefrance.fr cubefrance www.cubefrance.fr Pourquoi investir dans un chauffe-eau solaire? Pour réduire son empreinte carbone sur la planète et contribuer à limiter les conséquences du changement climatique Pour se préparer

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW Rendement énergétique maximal et très faibles émissions grâce à une technologie de pointe à condenseur et à modulation ANS 2 CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION:

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT Fiche commerciale Pompes à chaleur Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010 bi-bloc MT INNOVATION 2010 Communiqué de presse Arcoa Nouvelle gamme de pompes à chaleur bi-bloc Des

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

Optimisation d une fonction de transmission d ordres

Optimisation d une fonction de transmission d ordres Optimisation d une fonction de transmission d ordres pour driver à très haute isolation galvanique. Application aux modules IGBT pour onduleurs multi-niveaux MMC (Multilevel Modular Converters). Sokchea

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Guide technique 10 e arrêté

Guide technique 10 e arrêté Guide technique 10 e arrêté Juillet 2013 Critères d éligibilité des prêts DolceVita et prêts fabricants Les prêts fabricants éligibles - préambule OBJET PRINCIPAL de financement : chaudière à condensation

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E ANNEXE AU VADE MECUM RESIDENTIEL 2009 (VM consolidé 2011) CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E pmpasbl Page

Plus en détail

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation C h a u d i è r e m u r a l e g a z c o n d e n s a t i o n Innovens ADVANCE La condensation à la pointe de l innovation >> >> >> > Ecologie et économies d énergie Nouvelle

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail