Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité"

Transcription

1 Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko To cite this version: P.P. Aparissi, I.A. Malevsky, B.V. Tarnijevsky, V.K. Goucev, A.M. Karpenko. Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité. Revue de Physique Appliquee, 1980, 15 (3), pp < /rphysap: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archivesouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1980 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 L examen The Revue Phys. Appl. 15 (1980) MARS 1980, 357 Perspectives du développement de l énergie solaire en U.R.S.S. : conversion thermodynamique en électricité P. P. Aparissi, I. A. Malevsky, B. V. Tarnijevsky, V. K. Goucev (*) et A. M. Karpenko (**) Institut Energétique de G. M. Kryijanovsky (Reçu le 16 novembre 1979, accepté le 19 novembre 1979) 2014 Résumé. des méthodes connues de transformation de l énergie de rayonnement autorise l espoir d une application considérable des centrales solaires. Dès maintenant, l énergie solaire peut devenir un complément manifeste des sources traditionnelles d énergie, surtout dans les régions aménagées récemment, là où de nombreux usagers sont éloignés des réseaux de distribution d énergie et lorsque le prix du combustible importé est élevé. Abstract survey of the wellknown methods on the transformation of radiant energy entitles us to hope for an extensive application of solar power plants. From now on, the solar energy may become undoubtedly a supplementary source of power besides the usual power supplies, especially in areas which have been recently arranged, whereas many users are far away from the distribution networks of energy and when the cost of imported fuel is high. La figure 1 présente les résultats de calcul du coût maximal d une centrale solaire (C.S.) permettant la compétition avec une centrale thermique (C.T.). Il apparaît que la rentabilité économique de la centrale solaire dépend du coût du combustible employé dans la zone considérée et du rendement de la centrale thermique. Par exemple, pour les conditions suivantes : e rendement d une centrale thermique de 0,15 (correspondant à la puissance d une unité de 36 MW), e prix du combustible égal à 70 roubles par tonne, e temps de fonctionnement d une centrale solaire égal à heures par an, l implantation d une C.S. deviendrait rentable si la différence entre le prix global du kilowatt installé dans une C.S. et dans une C.T. ne dépasse pas 650 roubles. Par conséquent, si le prix du kilowatt installé d une C.T. est de 250 roubles, le coût d un kilowatt installé de la C.S. ne doit pas dépasser 900 roubles pour que cette dernière soit compétitive avec la centrale thermique. Les frais d exploitation et d amortissement ont été pris proportionnellement aux investissements pour les deux types de centrale. On remarque donc, que le résultat cidessus laisse une marge de sécurité. La technique moderne rend possible la création des centrales solaires dont la puissance ne paraît pas limitée. Néanmoins, on doit résoudre un certain nombre de problèmes scientifiques et techniques avant que le coût de la conversion de l énergie solaire ne devienne comparable à celui de la production d énergie par les méthodes traditionnelles. Parmi ces problèmes on peut signaler les suivants : e fonctionnement permanent de la C.S. dans des conditions variables du rayonnement solaire, e solidité et coût peu élevé du système optique et du pilotage automatique, e minimisation de la quantité d énergie consommée par les auxiliaires de la centrale, 2022 choix d une filière rationnelle de conversion thermodynamique. Par ailleurs, les solutions de ces problèmes doivent répondre aux conditions d optimisation concernant le niveau de puissance de la centrale, le taux de concentration de l énergie et les caractéristiques du fluide de travail etc. L intérêt, porté pendant les dernières années à l exploitation de l énergie solaire, a favorisé l étude de projets de centrales solaires, de 5 à 10 MW et même de 100 MW, réalisables au cours de la prochaine décennie. La plupart des projets donnent la priorité aux centrales dites de conversion thermodynamique de l énergie. C est avant tout la centrale à tour, dans laquelle un champ des miroirs plans concentre l énergie solaire sur un récepteur placé soit au sommet d une tour spécialement construite, soit sur une élévation naturelle du terrain. La conversion d énergie solaire Article published online by EDP Sciences and available at

3 Comparaison thermosolaire est 358 du coût d installation pour une C.S. et une Fig. 1. C.T. en fonction du prix du combustible et du rendement de la C.T. STAC Sc.T. en cap./kwh. h : temps (en heures) du fonctionnement de la C.S. UT : prix du combustible (en roubles/t). 1 : rendement de la C.T. âk différence des prix d un kilowatt (roubles/kw). peut être basée soit sur un cycle à vapeur, soit sur l utilisation d un autre fluide de travail avec des turbines appropriées. L étude théorique du modèle de la centrale à tour a été confiée à l Institut Energétique de Kryijanovsky [2]. Des travaux sur les C.S. ont été développés et sont passés au stade expérimental. La centrale solaire à tour présente de nombreux avantages par rapport aux autres types de centrales solaires, à savoir : 2022 rendement thermodynamique relativement élevé, 2022 universalité du système optique (grâce au pouvoir de concentration) et possibilité de normalisation de ses éléments, e possibilité d utiliser l équipement standard et la technologie des centrales thermiques. Les caractéristiques des centrales solaires à tour permettent la construction de centrales mixtes. La centrale mixte une solution d avenir. Elle assure le coût minimal de la conversion d énergie, résout, en parties, le problème du stockage de l énergie et du combustible, et permet d utiliser avec un bon rendement [3] la vapeur sortant du générateur solaire. Le système de stockage hydraulique est une autre solution des problèmes des C.S. posés par la variabilité de l énergie solaire. Ce mode de stockage fait diminuer le rendement thermodynamique global, il assure, cependant, l indépendance des courbes de consommation et de production [4]. Les centrales solaires de faible puissance peuvent être équipées avec des concentrateurs cylindroparaboliques. Dans ces centrales, la construction et la disposition des éléments optiques ainsi que du récepteur, le mécanisme d entraînement et la commande automatique de l orienteur peuvent être simplifiés d une manière considérable et donner lieu à des solutions originales. La situation énergétique des différentes régions détermine le rôle de l énergie solaire et les solutions à apporter à ses problèmes fondamentaux. Les conditions géographiques et économiques en U.R.S.S. font en sorte que l énergie solaire servira, en priorité, à l amélioration de l approvisionnement en énergie des consommateurs éloignés des réseaux électriques et des réserves de combustible. Ce rôle complémentaire de l énergie solaire et les problèmes de construction des C.S. dans les conditions de rentabilité économique déterminent les solutions techniques particulières. Ainsi, par exemple, la puissance électrique utile des premières centrales solaires hybrides à tour, est de 5 à 10 MW. Le choix d une centrale solaire autonome à stockage thermique implique l utilisation de la vapeur saturante comme fluide de travail, surtout lorsque la C.S. produit à la fois de l énergie électrique et thermique. Ce sont les simplifications introduites au niveau des systèmes d automatisation et de stockage qui, en baissant leur coût, peuvent compenser la diminution du rendement. De nombreux problèmes liés à la construction d un type de C.S. bien déterminé peuvent avoir des solutions différentes. L étude expérimentale joue un rôle décisif dans le choix des composants, du type de montage et des conditions de fonctionnement de la centrale. Dans les années qui viennent, on prévoit en U.R.S.S., la construction de la première centrale solaire expérimentale à tour, de 5 MW. Le projet nécessite une étude approfondie des composants de la centrale. Cette étude concerne, entre autres, la construction de miroirs et leurs propriétés optiques, la conception de la chaudière solaire, la commande automatique de l orienteur, la construction de la tour, les conditions de fonctionnement de la centrale, etc. Dans un premier temps, on a étudié quelques surfaces réfléchissantes de 1 m2 chacune, composées d éléments dont les dimensions variaient entre 50 mm x 50 mm et 750 mm x 750 mm. Ces études portaient sur la fixation et le réglage de l inclinaison des miroirs orientés parallèlement soit à un plan, soit à une surface de rayon de courbure donné. Initialement, on a testé des maquettes comprenant des miroirs de surface incurvée [2].

4 La 359 L utilisation des miroirs de ce type augmente la concentration, mais elle est à l origine de nombreux inconvénients, entre autres : e impossibilité de faire varier le rayon de courbure en fonction de la distance du récepteur, e complexité du système d alignement, etc. Cela rend difficile la production en série de ces miroirs. Par conséquent, on poursuit l étude des C.S. avec des miroirs plans. En même temps on a entrepris l étude de la commande automatique des orienteurs. A cet effet, l élément réfléchissant, composé de deux miroirs de 750 x 720 mm chacun, a été muni d un système photoélectrique de commande. Ce système assure la précision de pointage de 3 à 7 min angulaires. L étude expérimentale d un héliostat s est déroulée en Arménie. On a examiné l alignement des miroirs, au moyen de taches correspondantes formées sur les carrés d un écran. Les détails de cette technique ont déjà été publiés [5]. Ces études expérimentales ont permis d ajuster les valeurs des paramètres relatifs au système optique de la centrale. Les résultats détenus ont confirmé les hypothèses théoriques, le modèle d héliostat répond bien aux exigences du problème posé et son fonctionnement assure une bonne précision dans la transmission de l énergie solaire à distance. Selon l étude préliminaire, le système optique de la C.S. sera composé d héliostats de 5 m x 5 m chacun, équipés d un système de commande automatique et de mécanismes de nettoyage de miroirs. Ces héliostats concentrent le rayonnement solaire sur un générateur de vapeur placé au sommet d une tour de 70 m. La distance entre la tour et les miroirs les plus proches est choisie de manière à utiliser un générateur de vapeur de surface minimale. Il faut construire ce générateur solaire et établir un schéma de circulation du fluide caloporteur afin d atteindre la pression de vapeur de 29 atm. Dans l application à vapeur de travail la vapeur sortant du générateur passe dans l accumulateur sectionné, ce dernier joue le rôle de régulateur pendant les courtes interruptions de radiation. De là une partie du fluide de travail passant par la turbopompe (à la sortie de laquelle la pression est de 2,53 atm) sert aux applications thermiques : saturant comme fluide e distillation d eau salée,. alimentation en eau chaude, climatisation, etc... Le turbopompe remonte l eau de mer dans une piscine accumulateur et selon le besoin d énergie électrique cette eau est mise à la disposition du générateur hydraulique. Les études concernent le fonctionnement d une C.S. autonome, mais aussi d une C.S. travaillant avec un appoint fossile. Le projet de la centrale à tour est sensible à,l effet d échelle. Ainsi la version actuelle de la centrale expérimentale n est pas optimale mais n est qu une étape sur la voie des investigations futures. La puissance de la centrale expérimentale prévue est suffisante pour tester le principe du fonctionnement, la construction et l interaction des éléments. Les résultats pourront être adaptés pour les centrales de puissance beaucoup plus grande. 1. Aspects techniques et économiques de l application des centrales solaires sur l exemple du Kazakstan. résolution rapide du problème de l exploitation de l énergie solaire est conditionnée par les estimations économiques et énergétiques précises en ce qui concerne les centrales solaires déjà existantes et actuellement étudiées. L Institut Projet d Energie Rurale a procédé à l analyse technicoéconomique de l implantation, dans les régions rurales du Kazakstan, des centrales solaires étudiées par l Institut de Kryijanovsky. En fonction des besoins d énergie, on peut adopter l une des solutions suivantes :. centrale thermique avec production combinée d énergie électrique et de vapeur, e centrale électrique avec condenseur, 2022 production de vapeur pour les besoins thermiques (dessalement d eau, production de froid, chauffage, alimentation en eau chaude). L étude fait apparaître un créneau de puissance pour des centrales de 1,5 à 5 MW. Un examen du domaine d implantation des centrales solaires, en ce qui concerne les besoins d énergie dans les régions rurales, a été effectué. On a démontré qu en général, il faut développer le secteur des petites installations solaires (chauffeeau, cuisinières solaires, appareils de distillation). Ces installations ne sont pas toujours plus avantageuses pour les consommateurs que les installations analogues fonctionnant soit à l énergie électrique, soit au combustible minéral. La centrale solaire peut satisfaire les consommateurs d énergie thermique et électrique en contribuant ainsi à l équilibrage du bilan énergétique ; c est une étape dans l optimalisation du système énergétique agricole. Les études menées par les chercheurs russes V. A. Krylyn, A. A. Makazoff, L. A. Mielentiev, ont prouvé la nécessité d une approche systématique du problème d optimalisation. Il faut traiter le problème d utilisation de l énergie solaire en fonction des rapports entre le système énergétique et le système économique global, c estàdire prendre en considération des relations extérieures et intérieures. Les relations extérieures sont fonction des besoins d énergie de diverses branches de l économie nationale. Les relations intérieures sont conditionnées par les facteurs suivants : e conversion des différentes formes d énergie, e diminution du prix de l énergie, 2022 concentration de la production de la distribution d énergie. et centralisation

5 Structure On 360 Le système énergétique forme ainsi un bloc : productiondistributionexploitation des sources naturelles. Si l on considère les conditions naturelles du Kazakstan, l énergie solaire peut être utilisée dans les régions qui se trouvent au sud du 50e parallèle, leur surface étant supérieure à la moitié de celle de la république. Dans cette zone, on observe une concentration de terrains désertiques de pâturage qui nécessitent un arrosage artificiel. Il s y trouve tous les et des réserves grands lacs saumâtres de la république d eau souterraine fortement minéralisée. Les consommateurs dispersés de ces régions d élevage de moutons ont de faibles besoins en énergie électrique et thermique. La répartition des besoins énergétiques futurs dans l économie rurale de cette zone est donnée par le tableau I. Tableau I. de besoins d énergie des consommateurs ruraux. Nature de besoins % e Force motrice (parc de machines mobiles) et transport Force motrice parc de machines stationnaires (entraînement électrique) Eclairage Energie thermique moyennes et faibles températures 60 Total 100 L utilisation des produits pétroliers (huiles, essence) doit satisfaire le besoin énergétique de la première catégorie. L électricité est la forme d énergie utilisée pour l éclairage et le fonctionnement des machines fixes. L énergie thermique à faibles et moyennes températures est fournie au moyen d installations électriques ou de combustible. D après les données du tableau I, on conclut que l énergie solaire devrait être appliquée pour satisfaire les besoins d énergie thermique. Le fonctionnement d une C.S. est irrégulier dans le temps, la production quotidienne et annuelle varient. Par conséquent, l autonomie de la centrale solaire est possible dans les deux situations suivantes : e de nombreux consommateurs périodiques peuvent utiliser toute la production instantanée de la centrale, même si la quantité d énergie est variable ; 2022 au fur et à mesure, on stocke soit l énergie soit le produit obtenu en utilisant cette énergie (glace, eau distillée...). Dans d autres circonstances, il est nécessaire que la C.S. soit associée à une autre centrale (centrale dieselélectrique, centrale thermique à combustible). On peut stocker l énergie thermique destinée à l alimentation en eau chaude et au chauffage, soit dans la centrale même soit directement chez le consommateur. Dans la république du Kazakstan on a achevé la centralisation du système d alimentation en énergie électrique. Des réseaux électriques de kv constituent la jonction entre les consommateurs ruraux et le système énergétique national. Pour cette raison, les C.S. doivent travailler en accord avec les réseaux électriques. 2. Régime d une Centrale Solaire produisant de l énergie thermique et électrique. constate (cf. Tableau I) que la plus grande quantité de l énergie est destinée à la production thermique : l eau chaude ; le chauffage. A l heure actuelle, les consommateurs ruraux utilisent des chaudières individuelles et des poêles. Du charbon de mauvaise qualité sert, en général (80 % des cas), comme combustible. Il existe des pertes pendant le transport, le stockage et la consommation du charbon, ainsi que les déperditions de chaleur dans les logements, dues à la mauvaise régulation thermique. Le rendement global du combustible, dans les conditions d exploitation est de 0,30,4. Par conséquent, la rationalisation du système d alimentation en énergie thermique des consommateurs ruraux s impose. On envisage le remplacement du charbon de basse qualité et du bois, par un combustible de bonne qualité, et progressivement, par l énergie électrique. La centralisation d alimentation en énergie thermique permettra d améliorer les conditions de vie et de travail de la population rurale de l U.R.S.S. Comme l ont montré les recherches menées par l Institut Projet d Energie Rurale la capacité des réseaux électriques de kv des zones considérées, n est pas pleinement utilisée. Cela provient de la faible demande des industries et de l éparpillement géographique des consommateurs particuliers. Le coût du chauffage et de l alimentation en eau chaude par l électricité est inférieur ou égal au coût entraîné par l utilisation des chauffeeau consommant du combustible solide ou liquide. Il en est ainsi, car les frais du transport automobile sur des distances séparant les consommateurs des stations de chemin de fer sont très élevés. Par ailleurs, dans ces régions se dessine la prédominance du maximum journalier estival sur l hivernal. Tout cela favorise le fonctionnement de C.S. associées aux réseaux électriques. Il existe deux solutions comparables pour le fonctionnement d une C.S. produisant de l énergie thermique et de l électricité : 1) Chaudière à combustible avec les installations appropriées ; 2) Centrale solaire électrique munie d installations du stockage thermoélectrique.

6 Dans Coût Coût 361 On prévoit le fonctionnement des C.S. selon le schéma suivant : Pendant la période du faible rayonnement solaire et de consommation maximale de l énergie thermique (novembrejanvier) la centrale travaille pour fournir de l énergie thermique exclusivement. Pendant le reste du temps, elle assure la production mixte de la chaleur et de l électricité. On a adopté les trois systèmes suivants du transfert de chaleur : 1) C.S.vapeureau chaude. 2) C.S.vapeurénergie électriqueair. 3) C.S.vapeurénergie électriqueeau chaudeair. Dans le premier système, on peut directement transmettre la chaleur au réseau thermique dans un rayon inférieur à 1 km. L accumulation est prévue au sein de la centrale grâce à un système de stockage à double boucle. Le fluide caloporteur organique à haute température est utilisé dans la première boucle, dans la seconde on emploie l eau ou la vapeur surchauffées comme fluide colporteur. Dans les systèmes 2 et 3, il est nécessaire d introduire les sources thermiques d énergie électrique et de stocker la chaleur chez le consommateur. en eau chaude on utilise Pour l approvisionnement les chauffeeau électriques à accumulation travaillant de 1 à 8 h. Pour le système de chauffage on peut employer les chauffeeau à accumulation sur corps solides. Pendant les périodes d absence de rayonnement solaire, les systèmes décrits cidessus fonctionnent avec l énergie fournie par le réseau électrique. Le tableau II présente les résultats de calcul concernant deux modes de la production thermique. Tableau II. livrée chez le gigacalorie. d une unité d énergie thermique consommateur rural en roubles par Il en résulte la nécessité du dessalement de l eau. Plusieurs méthodes sont élaborées pour obtenir de l eau douce, la plus connue étant la vaporisation et l électrolyse. On a été amené à choisir parmi les solutions suivantes : 1) L électrodialyse. 2) La distillation avec du combustible. 3) La distillation par l énergie solaire. On prévoit des réserves pour stocker l eau douce afin d assurer une alimentation régulière indépendante du fonctionnement de la C.S. Les coûts correspondant à chaque type d installation sont présentés dans le tableau III. Tableau III. spécifique du dessalement de l eau (en roubles par m 3). On voit (Tableau III) que pour une production annuelle supérieure à m 3, le coût de production obtenu avec une centrale solaire est égal à celui de production par l électrodialyse et inférieur de 25 % à celui de production d une installation à combustible. Disposant de grandes réserves d eau saumâtre on peut également utiliser la centrale solaire pour la production d eau douce pour l irrigation, alors qu avec d autres systèmes la production d eau douce pour cet usage n est pas économique, car elle entraîne la consommation de combustible. 3. (Régime de fonctionnement de la) C.S. à production multiple d eau douce, d électricité et de chaleur. la zone où l exploitation de l énergie solaire est possible, beaucoup d habitants font venir l eau potable. Cependant il existe de vastes réserves d eau souterraine fortement minéralisée dont l utilisation même pour l irrigation de la terre est impossible. 4. C.S. munie d une turbine à condensation. On a constaté que ce type de centrale est surtout applicable pour les stations d irrigation travaillant dans l,e Kazakstan de mai à septembre. Les consommateurs dits de 3e catégorie acceptent les interruptions dans l alimentation en énergie électrique. En préparant des réserves quotidiennes d eau on peut assurer la régularité de l irrigation. L analyse des données concernant les perspectives du développement de l arrosage mécanique dans le Kazakstan a montré la tendance à regrouper les terrains à irriguer (oasis) éloignés des points d alimentation électrique. La puissance nécessaire aux stations de pompage est de kw. Comme l ont

7 362 montré les calculs dans ce cas, l utilisation de l énergie fournie par les réseaux électriques de kv et d exploitation de l énergie solaire entraînent des frais identiques. Les centrales dieselélectriques ne sont pas compétitives, vu les frais d exploitation et le prix du combustible élevés. D après les études de rentabilité faites à ce jour, les centrales solaires peuvent être appliquées à la production de l eau douce, au pompage de l eau pour l irrigation, ainsi qu à l approvisionnement des consommateurs ruraux du Kazakstan en énergie électrique et thermique. Pour une puissance de C.S. inférieure à 5 MW, l investissement global par unité de puissance devrait être de roubles/kw si le prix des miroirs ne dépasse pas 35 roubles/m. En conclusion, pour que l application des centrales solaires puisse devenir rentable, il est nécessaire d améliorer le système de stockage de l énergie et d augmenter la puissance des installations. Bibliographie [1] IBRATIMOFF, D. I., FILATOFF, A. I., Rentabilité économique des stations solaires. Héliotechnique n 2, éd. Académie des Sciences de la République d Ouzbékie Tachkent, [2] APARISSI, R. R., BAHOUM, V. A., GARF, B. A., Centrales solaires Thermiques de puissance élevée. Ed. Académie des Sciences, Moscou, [3] ALADIEV, I. T., GARF, B. A., KOZLOFF, V. B., MALEVSKY, I. N., Papier présenté à la Conférence Internationale Energie solaire. 15 mars 1976 à Toulouse, France. [4] APARISSI, R. R., TIEPLAKOFF, D. I., Héliotechnique n 1, éd. Académie des Sciences de la République d Ouzbékie Tachkent, [5] APPARISSI, R. R., KOLOS, Ia. G., Orientation des Systèmes optiques des installations solaires à haute température dans les Installations solaires thermiques, éd. Science Moscou, [6] SOUMIN, G. F., DJARDANOFF, A. K., KARPÉNKO, A. M., AKSIE NOFF, B. V., Etude technicoéconomique pour l implantation des centrales solaires à tour dans les régions rurales du Kazakstan. Papier présenté au 3e séminaire américorusse sur l énergie solaire U.R.S.S. Achkabad, 214 septembre 1977.

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance?

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Madeleine Akrich, Maire Leane, Celia Roberts To cite this version: Madeleine Akrich, Maire Leane,

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263 Scanner double énergie et réduction de la dose d iode lors de l exploration des axes aorto-ilio-femoraux avant remplacement valvulaire aortique par voie percutanée Benjamin Dubourg To cite this version:

Plus en détail

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin To cite this version: C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin. Articuler

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Abaque graphique des lentilles

Abaque graphique des lentilles Abaque graphique des lentilles C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. Abaque graphique des lentilles. J. Phys. Theor. Appl., 1877, 6 (1), pp.282-285. .

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

La lentille à foyer variable du Dr Cusco

La lentille à foyer variable du Dr Cusco La lentille à foyer variable du Dr Cusco C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La lentille à foyer variable du Dr Cusco. J. Phys. Theor. Appl., 1881, 10 (1), pp.76-79. .

Plus en détail

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Alfred Angot To cite this version: Alfred Angot. Les observations météorologiques sur la tour Eiffel. J. Phys. Theor. Appl., 1890, 9 (1), pp.169-177.

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Julien Drai To cite this version: Julien Drai. Traitement de l

Plus en détail

Introduction à la synthèse de superviseur

Introduction à la synthèse de superviseur Introduction à la synthèse de superviseur Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck To cite this version: Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck. synthèse

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité Marc Demeuse To cite this version: Marc Demeuse. Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité. Florence Parent & Jean Jouquan.

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour réseaux de chaleur Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Définition des couleurs complémentaires

Définition des couleurs complémentaires Définition des couleurs complémentaires A. Rosenstiehl To cite this version: A. Rosenstiehl. Définition des couleurs complémentaires. J. Phys. Theor. Appl., 1883, 2 (1), pp.120-123. .

Plus en détail

Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global

Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global Ph. Quentin To cite this version: Ph. Quentin. Énergie d interaction

Plus en détail

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel N. Oumoff To cite this version: N. Oumoff. Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel. J. Phys. Theor. Appl., 1897, 6 (1), pp.281289. .

Plus en détail

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751 Suivi de la grossesse : critères de choix du professionnel par les patientes et place faite au médecin généraliste : enquête auprès de patientes de la région dieppoise Claire Houlé To cite this version:

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La persistance des impressions sur

Plus en détail

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen Index 1) Technologies solaires 2) Les avantages de l énergie solaire thermique 3) La production

Plus en détail

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux To cite this version: Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux. Modélisation

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Les applications industrielles de la bio-informatique

Les applications industrielles de la bio-informatique Les applications industrielles de la bio-informatique Jean-Philippe Vert To cite this version: Jean-Philippe Vert. Les applications industrielles de la bio-informatique. Annales des Mines - Réalités industrielles,

Plus en détail

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation A. Kastler To cite this version: A. Kastler. Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation. J. Phys. Radium, 1931,

Plus en détail

Nos sources d énergie

Nos sources d énergie Nos sources d énergie Énergies fossiles Pétrole Gaz naturel Charbon Énergies renouvelables : inépuisables, sans émissions de CO2. Solaire directe Solaire indirecte Énergie non solaire Nucléaire Thermique

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple.

Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple. Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple. Luc Moreau, Mohamed El Hadi ZAÏM To cite this version: Luc Moreau, Mohamed El Hadi ZAÏM. Optimisation de la structure

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan général du cours Introduction Les sources d énergie Les vecteurs d énergie Les consommateurs Les systèmes de tension 1 transmission réserve Source : Microsoft 2 1 Source Vecteur d énergie Consommateur

Plus en détail

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques A. Cotton To cite this version: A. Cotton. Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques. J. Phys. Theor. Appl., 1900, 9 (1),

Plus en détail

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Lydia Curtet To cite this version: Lydia Curtet. Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II.

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Planification des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Oussama Ben Ammar, Faicel Hnaien, Hélène Marian, Alexandre Dolgui To

Plus en détail

Centrales thermiques solaires (30 juillet 2012)

Centrales thermiques solaires (30 juillet 2012) Centrales thermiques solaires (30 juillet 2012) Pour ceux qui sont intéressés par la technique, voici les centrales du futur! Leurs prototypes fonctionnent. Pour une description plus précise des différentes

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize To cite this version: Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize. Atmosphères explosibles : ISM-ATEX,

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011 Les énergies renouvelables Mardi 27 septembre 2011 Introduction La climatisation aujourd hui implique : une surconsommation énergétique des problèmes de production et d acheminement de l énergie électrique

Plus en détail

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE B.-L. DUMONT To cite this version: B.-L. DUMONT. MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE. Annales de zootechnie,

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

Protarget AG. Présentation de la société. La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel

Protarget AG. Présentation de la société. La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel Protarget AG Présentation de la société Le Maroc La chaleur industrielle et de la vapeur à usage industriel Novembre 2014 Notre motivation Le potentiel d'afrique Les déserts de ce monde reçoivent plus

Plus en détail

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL To cite this version: P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL. VARIATION

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste Khalid Rashdan To cite this version: Khalid Rashdan. La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste. Colloque GREG-PLSII

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire LA CLIMATISATION SOLAIRE PAR La climatisation solaire : Qu est-ce que c est? Après l apparition des systèmes solaires combinés produisant l eau chaude sanitaire

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader Zighed To cite this version: Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Octobre 2010/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 1 2 UNE VISION D AVENIR Journée Professionnelle de la Pompe

Plus en détail

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR Sommaire CHAUDIÈRES DOMESTIQUES ET POÊLES VOUS SOUHAITEZ INSTALLER UNE CHAUDIÈRE OU UN POÊLE Choisir,

Plus en détail

La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales?

La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales? La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales? Robin Hege, Quitterie Roquebert, Marianne Tenand, Agnès Gramain To cite this version: Robin Hege, Quitterie

Plus en détail

LLC "VT Technology" INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR. St. Petersburg, Russia

LLC VT Technology INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR. St. Petersburg, Russia LLC "VT Technology" INSTALLATION DES MACHINES HÉLICOÏDALES À VAPEUR SUR LES OBJETS DE GÉNÉRATION DE CHALEUR St. Petersburg, Russia 2015 DESCRIPTION DE LA SOLUTION ET DE LA TECHNOLOGIE TECHNOLOGIE D UTILISATION

Plus en détail

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Erwan Bigot To cite this version: Erwan Bigot. Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection. Mécanique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Conception et regulation d installations techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS Cenergie scrl Objectif(s)

Plus en détail

Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Smart Solar Energy

Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Smart Solar Energy Solaire Thermique Industriel : Une énergie renouvelable rentable Dr. Matthieu Martins Responsable Recherche & Innovation Congres européen: Eco-technologie pour le futur 14 juin 2012 Contexte et enjeux

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Guillaume Carrouet To cite this version: Guillaume Carrouet. Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Énergie solaire et habitat

Énergie solaire et habitat 1 Énergie solaire et habitat LES MODES D EXPLOITATION DE L ÉNERGIE SOLAIRE DANS L HABITAT Énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil

Plus en détail

PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche

PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. PLUME : Promouvoir les Logiciels

Plus en détail

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Ramatou Traoré To cite this version: Ramatou Traoré. Eau,

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

LE SOLAIRE THERMIQUE P R É S E N TAT I O N : S Y LVA I N D E L E N C L O S 2 0 1-2 0 1 5. http://gte.univ-littoral.fr

LE SOLAIRE THERMIQUE P R É S E N TAT I O N : S Y LVA I N D E L E N C L O S 2 0 1-2 0 1 5. http://gte.univ-littoral.fr LE SOLAIRE THERMIQUE P R É S E N TAT I O N : S Y LVA I N D E L E N C L O S 2 0 1-2 0 1 5 http://gte.univ-littoral.fr AU SOMMAIRE Bibliographie L énergie solaire (rappels) Généralités sur les installations

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail