Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents"

Transcription

1 Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Hélène PADOVANI, Marseille Infirmière hygiéniste Dr Karine BLANCKAERT, Lille Praticien hygiéniste 1

2 LA MISE À DISPOSITION DES PHA EST EFFECTIVE AU PLUS PRÈS DU SOIN DANS VOTRE ÉTABLISSEMENT? Oui? Non? 2

3 Gestion des excréta : Quel est le risque? Risque de transmission croisée+++ Les selles contiennent des entérobactéries Escherichia coli, Klebsiella pneumoniae, Enterocoques Ces bactéries peuvent être équipées de mécanisme de résistance aux antibiotiques, Ces mécanismes sont transférables ( Blse, carbapénèmase ) 3

4 Contexte épidémiologique βlse en France Données du Signalement / enquête ICD Souches ICD caractérisées 2009/ % de Blse EPC, , par département

5 Gestion des excréta : Risque de transmission croisée Objets contaminés Mains du personnel / tenues Patient Patients 2 Environnement 5

6 Gestion des excréta Comment éviter la transmission? Pour le personnel Appliquer rigoureusement les Précautions Standard Hygiène des mains Port de gants Protection de la tenue Entretien du matériel (bassin, chaise percée, urinal ) Gestion appropriée du linge souillé et des déchets bionettoyage Et Pour les patients et visiteurs Hygiène des mains 6

7 Recommandations de la SF2H-2009 Indications : 1- il est fortement recommandé d effectuer une friction hydro-alcoolique en remplacement du lavage des mains ( au savon doux ou antiseptique) en l absence de souillure visible des mains. Stratégie d implantation :. Installer des distributeurs de SHA à proximité du soins. Équiper les postes de plateaux techniques 7

8 Gestion des excréta : Les 5 indications de l hygiène des mains 8

9 Quelle technique utiliser pour l hygiène des mains? Lavage ou friction avec une solution hydro-alcoolique (SHA)?

10 Constats sur l hygiène des mains Lavage des mains : Mesures essentielles de la prévention des Infections Nosocomiales Difficultés techniques et pratiques du lavage des mains Occasion d hygiène des mains fréquentes (10 à 40/h.) Observance (<50%) et durée (<10-15 sec.) du lavage des mains, insuffisante Audits d observance avec retro-information : efficace mais d efficacité transitoire Solutions hydro-alcooliques : Efficacité microbiologique au moins équivalente, et souvent supérieure, à celle des savons doux et AS Majorité des gestes ne souillant pas les mains (contre-indications des SHA) Gain de temps en comparaison du lavage des mains Facilement accessibles, pas de matériel supplémentaire Tolérance cutanée améliorée comparée au lavage des mains Avis du CTIN du 5 décembre 2001, BEH, n

11 Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

12 VOUS RECOMMANDEZ DE : A. PORTER DES GANTS À USAGE UNIQUE POUR LE TRANSPORT DU BASSIN VERS LE LOCAL LAVE BASSIN? B. PORTER DES GANTS À USAGE UNIQUE LORS DE SOIN EN CONTACT AVEC LES EXCRETA : TOILETTE GÉNITO- URINAIRE? C. PORTER DES GANTS À USAGE UNIQUE LORS DE MANIPULATION DE LINGE SOUILLÉ? Oui? Non? 12

13 Recommandations de la SF2H 2009 Il est fortement recommandé de : Ne pas porter des gants lors de contacts avec la peau saine Porter des gants avant tous soins exposant à un risque de contact avec du sang, des liquides biologiques, Changer de gants entre chaque patient Retirer les gants dès la fin du soin avant de toucher l environnement De retirer les gants lorsque, dans une séquence de soins chez un même patient, l on passe d un site contaminé à un site propre du corps ou lorsque l on passe d un site contaminé à un autre site contaminé (R7) 13

14 TOILETTE GÉNITO-URINAIRE 14

15 CONTACT AVEC LES EXCRÉTA 15

16 CONTACT AVEC DU LINGE SOUILLÉ 16

17 17

18 VOUS RECOMMANDEZ DE RETIRER ET ÉLIMINER LES GANTS SYSTÉMATIQUEMENT À LA FIN DU SOIN? Toujours? Parfois? Jamais? 18

19 Recommandations de la SF2H 2009 Il est fortement recommandé de : Ne pas porter des gants lors de contacts avec la peau saine Porter des gants avant tout soin exposant à un risque de contact avec du sang, des liquides biologiques, Changer de gants entre chaque patient Retirer les gants dès la fin du soin avant de toucher l environnement De retirer les gants lorsque, dans une séquence de soins chez un même patient, l on passe d un site contaminé à un site propre du corps ou lorsque l on passe d un site contaminé à un autre site contaminé (R7) 19

20 VOUS RECOMMANDEZ DE RÉALISER UNE HYGIÈNE DES MAINS APRÈS LE RETRAIT DES GANTS À USAGE UNIQUE? 20

21 Recommandations de la SF2H-2009 Indications : 2- il est fortement recommandé d effectuer une friction hydro-alcoolique : Immédiatement avant tout contact direct avec le patient Immédiatement avant tout soin propre ou acte invasif Entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient Apres le dernier contact direct ou soin auprès du patient Apres contact direct avec l environnement immédiat du patient Apres tout contact avec les liquides biologiques immédiatement après avoir retiré les gants ( à défaut si pas de gants, après un lavage au savon doux), Avant d enfiler des gants pour un soin 21

22 VOUS RECOMMANDEZ DE PORTER UN TABLIER À USAGE UNIQUE : A. POUR LE TRANSPORT DU BASSIN VERS LE LOCAL LAVE BASSIN? B. POUR LA TOILETTE DU PATIENT? C. POUR LE CHANGE? D. DE CHANGER LE TABLIER ENTRE DEUX PATIENTS Y COMPRIS QUAND ILS SONT DANS LA MÊME CHAMBRE? Toujours? Parfois? Jamais? Non concerné? 22

23 Tenue de protection et Précautions «Standard» Soins mouillants : - Toilette - Change Soins souillants = soins patient ayant des diarrhées : - Clostridium Difficile - GEA R 39 : Une surblouse ou un tablier plastique à usage unique, protège systématiquement la tenue chaque fois qu il existe un risque de projection ou d aérosolisation de sang ou de liquide biologique. Cette protection est revêtue également lors d un soin direct auprès d un patient requérant des précautions complémentaires de type contact. 23

24 TOILETTE / CHANGE Tablier à usage unique Un change = un tablier 24

25 25

26 VOUS DISPOSEZ DE PROCÉDURES ÉCRITES POUR : A. LA TOILETTE? B. LE CHANGE DES PATIENTS? C. L ENTRETIEN DES BASSINS, SEAUX? D. LA MAINTENANCE DU LAVE BASSIN? Oui? Non? 26

27 Données Factuelles APHP :43% des patients porteurs de change complet Audit des pratiques NPDC 2008 : observance globale de tenue de protection lors des soins à risque : 24% ( n = 1443) observance de la tenue de protection lors de la réalisation de la toilette : 18% (n = 778) Enquête Réseau Centre 2011 : Observance de la protection de la tenue lors de la toilette : 29% Observance de la tenue de protection lors des changes : 17% Charge en soins : temps dédié au change ( ORIG 4-6 changes /jh) Enquête sur la gestion des excréta au sein des hôpitaux de l APHP, S.Fournier SF2H

28 Recommandations ORIG /SF2H-2010 Il est recommandé que les changes associés à la prévention des escarres et aux mobilisations systématiques soient bien organisés car il s agit de soins en série à haut risque de transmission croisée. R68 28

29 Recommandation HCSP prévention de la transmission croisée des BHRe juillet 2013 «L homogénéisation des pratiques de soins et, en particulier, des bonnes pratiques d hygiène, passe par la formalisation de procédures de soins au sein des établissements de santé et médico-sociaux. Les bonnes pratiques de soins lors de la toilette et des changes (définissant les opportunités d hygiène des mains, le port adapté des gants non stériles), les soins en rapport avec la gestion des excréta (l utilisation du lave-bassin, la décontamination des chaises percées) ainsi que l entretien des bassins de lit, seau de chaises percées, etc., doivent faire l objet de procédures écrites.» 29

30 30

31 Outils d audit change au lit d un patient Une grille d audit commune standardisée Un guide de l auditeur : principes de l audit aide au remplissage Une application informatique

32 VOUS AVEZ RÉALISÉ UN ÉTAT DES LIEUX DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES EXCRÉTA EN PLACE DANS VOTRE ÉTABLISSEMENT? Oui? Non? 32

33 ÉTAT DES LIEUX DES ÉQUIPEMENTS Connaître les différents équipements destinés à l élimination des excréta et leurs modalités d utilisation par les soignants permet : De quantifier le nombre des patients ayant recours à ces équipements Sensibiliser le personnel au risque de transmission croisée liée à la gestion des excréta et aux recommandations en vigueur Faire connaître ces données aux responsables en charge de leur achat, maintenance, entretien.. Et valider les procédures : d achat, de renouvellement, d utilisation avec eux Etablir un plan d action et valider des mesures correctives si nécessaire Consommables : vérifier leur état, la compatibilité avec le matériel, vérifier les dates de péremption

34 Enquête sur les équipements destinés à l élimination des excréta Description des patients présents le jour de l enquête : o Proportion de patients porteurs de changes o Proportion de patients ayant recours aux bassins Description des équipements Pratiques déclarées des soignants sur le management des bassins

35 CClin Sud-Est :Excellence excréta Outil d auto-diagnostic à l usage des unités des ES et EMS

36 .VOUS PROSCRIVEZ L UTILISATION DES DOUCHETTES POUR RINCER LES BASSINS? 36

37 Gestion des excréta : Entretien du matériel Ne pas le nettoyer dans la chambre Proscrire l utilisation des douchettes de chambres (risque de projections de liquide biologique dans l environnement) 37

38 Recommandations ORIG /SF2H-2010 Il est recommandé de limiter les risques infectieux pour les professionnels et l environnement en utilisant un laveur désinfecteur soit thermique, soit chimique pour le traitement des seaux de chaises, bassins, urinaux et bocaux de prélèvements. 38

39 Prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) HSCP, juillet 2013 «l utilisation de douchette est proscrite pour l entretien de ce type de matériel en raison du risque d aérosols qui expose les personnels soignants et les patients au risque de contamination et d aérosolisation lors des manipulations.» 39

40 Surveiller et prévenir SF2H 2010 «l évacuation rapide des selles pour les personnes continentes, par utilisation de lave-bassin ou, à défaut, évacuation dans le réseau d assainissement suivi de la désinfection du bassin avec un produit désinfectant sporicide ou virucide selon le cas. L utilisation de douchettes pour le lavage des bassins est à proscrire car il entraîne une dissémination du pathogène dans l environnement sur la tenue et sur l agent par éclaboussures» R

41 Film pédagogique : Différence d'efficacité de la douchette versus lave-bassin et différence de contamination de l'environnement et des tenues 41

42 congres de la SF2H Marseiiles 4-6 juin

43 VOUS RECOMMANDEZ DE TRANSPORTER LES BASSINS AVEC UN COUVERCLE OU UN SAC PROTECTEUR? Toujours? Parfois? Jamais? Non concerné? 43

44 44

45 Le bassin sera introduit avec son couvercle dans le lave bassin 45

46 SI VOUS NE DISPOSEZ PAS DE LAVE- BASSIN : VOUS RECOMMANDEZ L'UTILISATION DES SACS PROTECTEURS AVEC GÉLIFIANTS À UU? Toujours? Parfois? Jamais? Non concerné? VOUS RECOMMANDEZ DE VIDER LE BASSIN DANS UN LOCAL UTILITAIRE SALE? Toujours? Parfois? Jamais? Non concerné? 46

47 Gestion des excréta : Entretien du matériel Pour le patient continent - Nettoyer après chaque utilisation : en l absence de lave-bassin - bassin, chaise percée, urinal avec un produit nettoyant désinfectant possibilité d utiliser en cas d épidémie des sacs protecteurs avec poudre ou gel gélifiant, type Care bag renouvellement régulier des bassins, urinaux usagés 47

48 Architecture d un local «utilitaires sales» Un local par unité de vie (Inrs) Respectant la marche en Avant Vidoir ( entretien des chariots bio nettoyage) D un lavabo équipé pour le lavage les mains Lave bassin ( 1 /12-15 lits - guide BHRe HCSP) Étagère de rangement des bassins propres

49 Evaluation du Coût des différentes méthodes d élimination des excréta Groupe de Travail Arlin-Haute Normandie : 0 sous la douche ( la plus risquée mais la moins chère!) 0,59 change complet 0,85 sac protecteur 0,92 broyeur 1,12 à 1,16 lave-bassin 3,82 entretien manuel (the Winner!) Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé Canada) : comparaison de 3 méthodes (lave bassin, broyeur, sac de protecteur) les coûts de fonctionnement ( $) de l utilisation de sac protecteur (aucun coût d équipement), sont 12 fois plus élevés que ceux des lavebassins et environ 1,5 fois plus élevés que ceux des broyeurs. ( cout en temps agent non pris en compte) %20Excretarisqueetcout.pdf MIS2009_Vol5_No4.pdf 49

50 .LE LAVE-BASSIN EST UTILISÉ POUR : A. BOCAUX DE RECUEIL DES URINES? Oui Non B. CUVETTE OU BASSINE? Oui Non C. POT DE CHAISE PERCÉE? Oui Non D. AUTRES? Oui Non 50

51 Achat d un lave Bassin Cahier des charges : Fiches techniques CCLIN- ARLIN pour les EMS _arlin/ems/v2013/cahierchar _LB_VDef.pdf Prévoir : Installation, mise en route, Compatibilité du matériel Maintenance Nettoyage Formation à son utilisation Se référer à la norme AFNOR NF EN ISO

52 STRATEGIE GLOBALE Plusieurs scénarios de traitement des bassins de lit ou de gestion des liquides biologiques pourront être envisagés. Dans un même établissement, on pourra adopter un système à plusieurs options : l économique ( ne rien faire!) la sécurité ( sacs protecteur à usage unique), le milieu ( implantation du lave-bassin ou de broyeur) l organisation du travail ( évaluer la charge en soins et les pratiques) Les scénarios doivent être établis par chaque établissement en tenant compte des enjeux reliés à la prévention et au contrôle des infections, à la pénurie de ressources humaines, à l optimisation de l organisation du travail, aux coûts et au potentiel d aménagement des bâtiments. 52

53 Gestion des excréta : hygiène des locaux L hygiène des locaux est indispensable dans la lutte contre la transmission des microorganismes Persistance des entérobactéries dans l environnement (joint de lavabo, paillasse etc..) en période épidémique pdf chadapaud.pdf 53

54 Classification des locaux selon le risque infectieux ZONE 1 RISQUES MINIMES Halls Bureaux Services administratifs Services techniques NETTOYAGE QUOTIDIEN ZONE 2 RISQUES MOYENS Maternité Soins de suite et de réadaptation Soins de longue durée Salles de rééducation fonctionnelle Psychiatrie Consultation externe Crèche Laboratoires Stérilisation centrale (zone lavage) Pharmacie Blanchisserie Dépositoire Offices Sanitaires Ascenseurs Escaliers Salles d attente Circulations Locaux déchets NETTOYAGE-DÉSINFECTION (BIO NETTOYAGE) QUOTIDIEN ZONE 3 RISQUES SÉVÈRES Soins Intensifs Réanimation Urgences Salle de surveillance postinterventionnelle Salles d accouchement Pédiatrie Chirurgie Médecine Hémodialyse Radiologie Exploration fonctionnelle Nurserie Biberonnerie Stérilisation centrale (zone de conditionnement) Salle d autopsie Cuisines Restauration collective NETTOYAGE-DÉSINFECTION (BIO NETTOYAGE) QUOTIDIEN VOIRE PLURIQUOTIDIEN ZONE 4 TRÈS HAUTS RISQUES Néonatologie Salle d interventions Services de greffes Service de brûlés Pharmacie : salles de préparations stériles, locaux de préparation des médicaments Laboratoire de Culture et de Thérapie Cellulaire, radio pharmaceutiques et anticancéreux (salles blanches) Imagerie médicale interventionnelle Oncologie / Onco-hématologie Hématologie Hémodynamique Endoscopie NETTOYAGE-DÉSINFECTION (BIO NETTOYAGE) PLURIQUOTIDIEN ET OBLIGATOIRE

55 Gestion des excréta : Le cadre de santé, questions et actions nécessaires : Avoir un référent en hygiène Dans quelle zone à risque se trouve le service Lister les locaux du service : planification annuelle Produits, matériel (chariot conforme) disponibles pour les soins Protocoles, documents de traçabilité Formation du personnel Hygiène des locaux Auto évaluation régulière

56 Hygiène des locaux : pré-requis Architecture, revêtements adaptés Mobilier limité Locaux peu encombrés Du personnel formé Un Référent hygiène par service Se conformer à la Classification des locaux Matériel et produits adaptés et disponibles Procédures, documents et Une politique commune

57 CONCLUSION Gestion des excréta = c est l affaire de tous! Personnel, services économiques, visiteurs

58 Respect des Précautions Standard par Tous et pour tous les patients! Hygiène des mains : PHA Port des éléments de protection à usage unique Entretien du matériel, des dispositifs médicaux Maintenance des lave-bassins : respect des recommandations du fabricant et attention aux consommables (date de péremption)! Importance du bionettoyage des locaux. Merci

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Aïcha ZRAIB - IDE Hygiéniste Agenda Introduction Contexte Méthodologie

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath 14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014 Francine Delaisements Murielle Siharath CH L Aigle CH Flers QUIZZ Une ou plusieurs réponses possibles Question 1 Les «excreta»,

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Le change au lit du résident dépendant

Le change au lit du résident dépendant Le change au lit du résident dépendant Journée EHPAD Nord-Pas de Calais 22 mai 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais «Gestion des excreta» H.Andre ; C.Barroun ; F.Debosschere

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Partie 2 Le classement des locaux BTS HPE/HSE Fascicule stagiaire TD 1 P a g e I. Les structures intérieures a. Classification des secteurs d activité

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée gestion des excreta

Prévention de la transmission croisée gestion des excreta Prévention de la transmission croisée gestion des excreta N. Baghdadi, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien, N. Loukili SF2H Lille 2012 Transmission croisée et excreta Le péril fécal maladies infectieuses

Plus en détail

Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région

Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région Gestion des excrétas Grands et petits soucis de la région Nord Pas de Calais Dr Karine Blanckaert Médecin Coordonnateur Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord-Pas de Calais

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains L efficacité de l hygiène des mains REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DE L EFFICACITÉ DES DIFFÉRENTS TYPES D HYGIÈNE DES MAINS Niveau d efficacité COMPARAISON DE LA FLORE* CUTANÉE DES MAINS AVANT ET APRÈS LAVAGE

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

AUDIT GESTION DES EXCRÉTA. La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot

AUDIT GESTION DES EXCRÉTA. La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot AUDIT GESTION DES EXCRÉTA La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot CONTEXTE Evolution de l incidence des EBLSE La menace des BHRe

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Résultats de l enquête

Résultats de l enquête 24 septembre 2015 11 ème journée d automne de l association des hygiéniste de Picardie Résultats de l enquête «Mise à disposition et utilisation des tabliers de protection à usage unique dans les établissements

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Check List sondage urinaire

Check List sondage urinaire Check List sondage urinaire Mode d emploi Groupe de travail ARIH -ARLIN Constitution du groupe de travail Séverine AZALOT Sabine BELLOUR Julie CHASTIN Patrick DEROUSSEN Monique DUHAMEL Virginie LEBRAN

Plus en détail

Le Bio nettoyage en milieu Hospitalier

Le Bio nettoyage en milieu Hospitalier Le en milieu Hospitalier Différence entre nettoyage et Bio-nettoyage Définition de nettoyage: Le nettoyage est l'opération qui consiste à éliminer les salissures afin d assurer la propreté, l hygiène,

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Gestion des excreta dans les hôpitaux. Sandra Fournier Michèle Nion-Huang Equipe Opérationnelle d Hygiène Siège AP-HP

Gestion des excreta dans les hôpitaux. Sandra Fournier Michèle Nion-Huang Equipe Opérationnelle d Hygiène Siège AP-HP Gestion des excreta dans les hôpitaux Sandra Fournier Michèle Nion-Huang Equipe Opérationnelle d Hygiène Siège AP-HP Flore bactérienne commensale Organisme : 10 14 bactéries versus 10 13 cellules Tube

Plus en détail

"La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu

La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu "La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec 2013- D.Landriu Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir

Plus en détail

Entretien des locaux. IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013

Entretien des locaux. IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013 Entretien des locaux IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013 L entretien des locaux hospitaliers concourt à l hygiène générale d un établissement de soins L entretien est un des maillons de la chaîne

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX Affiche porte salle de traitement par aérosolisation Affiche salles de toilette centre de chimiothérapie.. Affiche salles de toilette

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

1. Le changement de système

1. Le changement de système JOURNEE MONDIALE HYGIENE DES MAINS 2014 Auto-évaluation de la promotion et des pratiques d hygiène des mains dans les établissements de soins et médico-sociaux en région Picardie NOM DE L'ETABLISSEMENT

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais

Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Évaluation de l observance des gestes d hygiène des mains dans la région Nord Pas-de- Calais Dr Karine BLANCKAERT LILLE-CCLIN PARIS NORD Odile ARIMANE clinique du bois LILLE Dr Bruno GRANBASTIEN CHRU LILLE

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience 62350 SAINT-VENANT Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience L'hôpital psychiatrique Michel Fontan S. CROWYN Cadre hygiéniste EOH Saint-Venant N. BAGHDADI Infirmière hygiéniste

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail