La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession"

Transcription

1 La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession

2 INTERVENANTS Stephen DALE associé Président du groupe de travail impôts indirects à la FEE Vice président International VAT Association Membre du bureau de l Association de la Pratique de la TVA Hervé KRUGER Expert-Comptable Docteur en droit, ancien Avocat spécialiste en droit fiscal Page 2

3 SOMMAIRE RAPPEL DES REGLES GENERALES Les livraisons de biens Remarques générales Le cas particulier des transferts de biens Les prestations de services : Rappel des règles de territorialité Cas général Services matériellement localisables Prestations immatérielles Transports intracommunautaires CAS CONCRETS : DIFFICULTES PRATIQUES ET SCHEMAS Page 3

4 SOMMAIRE LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET AUTOLIQUIDATION La fraude en matière de TVA L augmentation du volume Les différents types de fraude Les acteurs concernés Les "solutions" envisagées l article 93 loi de finances rectificative de 2006 Le nouveau régime d autoliquidation Pourquoi ce régime a-t-il été mis en place Les entreprises concernées Le "répondant" fiscal Les représentants fiscaux en matière de TVA Les sanctions et pénalités Page 4

5 SOMMAIRE L EVOLUTION RECENTE ET ATTENDUE DES TEXTES Les propositions de la Commission européenne Le "paquet TVA" "Guichet unique" - mini Lieu d imposition des prestations de services Remboursements de TVA aux entreprises non-établies Coopération administrative Les taux réduits Les opérations financières Les agences de voyages Les services postaux Les collectivités locales Directive dite "technique" Page 5

6 Rappel des règles générales

7 LES LIVRAISONS DE BIENS Distinction entre 3 catégories de flux La vente interne: Le bien demeure dans le pays L exportation : Le bien est transporté d un pays de l union vers un pays tiers La livraison intracommunautaire : Le bien est transporté d un Etat membre vers un autre Principe de territorialité de ces livraisons intracommunautaires Exonération dans le pays de départ. Elle repose sur deux éléments cumulatifs L acquéreur est un assujetti qui communique son numéro de TVA dans un autre Etat membre Le bien quitte le pays du vendeur Taxation dans le pays de destination [autoliquidation par l acquéreur] Page 7

8 LES LIVRAISONS DE BIENS Cas particulier des "transferts" de biens Un transfert est le déplacement d un bien d un Etat de la communauté vers un autre Etat membre sans transfert de propriété Ils suivent les mêmes règles que les livraisons intracommunautaires Des exceptions existent : Lorsqu il n y a qu un transfert temporaire de matériels dans un autre Etat membre [ex. outillages] Pour les biens destinés A faire l objet de travaux ou d expertises [exemple : opérations de travail à façon] A condition que les marchandises en question soient bien réexpédiées ou transportées hors de l Etat membre où ces travaux sont réalisés Existence de régimes spéciaux [taxation éventuelle, par exception, dans le pays de départ] Ventes à distance Véhicules neufs Régime des PBRD Page 8

9 LES PRESTATIONS DE SERVICES Cas "général" [CGI Art. 259] Imposition en France lorsque le prestataire est établi en France [s il s agit bien entendu de prestations imposables : non exonérées] Page 9

10 LES PRESTATIONS DE SERVICES Cas des prestations "matériellement localisables"[cgi Art. 259 A] Locations de moyens de transport : Imposition en France si Le loueur est établi en France et le bien utilisé par le locataire en France ou dans un Etat membre de l Union européenne Le loueur est établi en dehors de l U.E. et le bien est utilisé en France Prestations rattachables à un immeuble : TVA du lieu de situation de l immeuble Transports et prestations accessoires : Taxation sur distance parcourue en France Travaux et expertises sur biens meubles corporels Ils sont imposables en France lorsque ces prestations sont matériellement exécutées sur le territoire français Exception : Cas où le preneur a fourni au prestataire son n d identification à la TVA dans un autre Etat membre [TVA française pas exigible si les biens sont expédiés ou transportés hors de France] Autres cas Prestations culturelles, artistiques, sportives, scientifiques, éducatives Opérations d hébergement, ventes à consommer sur place Page 10

11 LES PRESTATIONS DE SERVICES Cas des prestations "immatérielles" [CGI Art. 259 B] Cessions et concessions de droits de "propriété intellectuelle" [droits d auteurs, brevets, licences de marques, etc.] Locations de biens meubles corporels [hors moyens de transport] Prestations de publicité Prestations de conseil [conseillers, ingénieurs, bureaux d étude, prestations des experts-comptables, etc.] Traitement des données et fournitures d informations [y compris prestations des traducteurs et interprètes] Opérations bancaires et financières, d assurance et de réassurance Mise à disposition de personnel Prestations de télécommunication, services de radiodiffusion et de télévision Services fournis par voie électronique Accès aux réseaux de transport et de distribution d électricité et de gaz naturel Obligation de ne pas exercer une activité ou un droit mentionné ci-dessus Prestations des intermédiaires "transparents" qui s entremettent dans la fourniture de prestations immatérielles Page 11

12 LES PRESTATIONS DE SERVICES Schéma de territorialité des prestations immatérielles art. 259 B Lieu d'établissement du preneur France Autre Etat de l'u.e. Preneur assujetti Preneur non assujetti Preneur assujetti Preneur non assujetti France OUI OUI NON OUI Lieu d'établissement du prestataire Autres Etats U.E. OUI NON NON NON Hors U.E. OUI OUI [si service utilisé en France] NON NON Hors U.E. NON NON NON Page 12

13 LES PRESTATIONS DE SERVICES Services liées à des échanges intracommunautaires de biens Concerne notamment les transports intracommunautaires Dans leur cas il y a imposition à la TVA française Lorsque le lieu de départ se trouve en France, sauf si le preneur a fourni au prestataire son n d identification dans un autre Etat membre Lorsque le lieu de départ est situé dans un autre Etat membre et le preneur a fourni au prestataire son n d identification TVA en France Précision : Lorsque le prestataire n est pas établi en France et que la prestation y est imposable, le preneur est redevable de la TVA s il est identifié en France Preneur [client du transporteur] Identifié dans le même Etat membre que celui de départ Identifié dans le même Etat membre que celui de départ Non identifié Pays de taxation Pays de départ Pays d'identification du preneur Pays de départ Redevable Prestataire s'il est établi dans le même Etat membre que celui de départ Prestataire s'il est établi dans le pays d'identification du preneur Prestataire [obligation de s'identifier dans le pays de départ] Page 13

14 Cas concrets et difficultés pratiques

15 EXEMPLE 1 Cas d une société française A faisant façonner des biens par un fournisseur allemand B avant de les livrer à son client final allemand C Pour des raisons évidentes de logistique il est prévu que le client allemand C reçoive ses marchandises dès façonnage, directement par le façonnier B Société A Flux physique Facturation Société B Facturation Flux physique Société C Page 15

16 EXEMPLE 1 MAUVAISE FAÇON [courante] de procéder La société A facture directement son client final C pour la totalité, et considère l opération comme une livraison intracommunautaire exonérée, à charge pour C d autoliquider la TVA Elle s étonne donc que son prestataire B lui adresse une facture comportant de la TVA Allemande, laquelle ne pourra pas faire l objet d un remboursement!... BONNE FAÇON de procéder La société A doit s immatriculer en Allemagne Lors du "transfert" des biens à façonner elle doit autoliquider de la TVA allemande, qu elle pourra en même temps déduire de ses déclarations de TVA allemandes La livraison des biens au client final C est une opération interne allemande; La société A doit facturer à son client la TVA allemande, que ce dernier lui acquitte et récupère normalement Page 16

17 EXEMPLE 2 Cas d une société française A se procurant des marchandises auprès d un fournisseur belge B, auquel elle demande d envoyer directement les marchandises à son client allemand C Société A Facturation Société B Facturation Flux physique Société C Page 17

18 EXEMPLE 2 MAUVAISE FAÇON de procéder La société A facture directement son client final C, et considère l opération comme une livraison intracommunautaire exonérée, à charge pour C d autoliquider la TVA. Son fournisseur B ne lui adresse pas nécessairement une facture comportant de la TVA belge, car pour lui les conditions de la livraison intracommunautaire sont respectées [les marchandises sortent du pays et le client possède un n intra en Belgique] Mais elle fait l objet plusieurs années après d un contrôle fiscal, et l Administration lui oppose le "filet de sécurité" de l article 258 C II du CGI : "le lieu de l acquisition est réputé se situer en France si l acquéreur a donné au vendeur son numéro d identification à la TVA en France et s il n établit pas que l acquisition a été soumise à la TVA dans l Etat membre de destination des biens" BONNE FAÇON de procéder La société A doit s immatriculer en Belgique Elle doit donner à son fournisseur B son numéro intracommunautaire belge. La TVA belge est appliquée ; elle est récupérable par A La livraison des biens au client final C est une livraison intracommunautaire exonérée faite par A depuis la Belgique, et pour C une acquisition intracommunautaire Page 18

19 EXEMPLE 3 Cas d une société française A dont le client B, autre société française, demande une livraison d une marchandise à son établissement stable au Royaume-Uni B Ne disposant pas de la marchandise en stock, la société française A demande à son fournisseur britannique C de livrer directement pour son compte l établissement britannique de son client B Société A Facturation Société C Facturation Flux physique Siège Français Société B B' Etablissement UK Société B Page 19

20 EXEMPLE 3 MAUVAISE FAÇON de procéder La société A facture directement son client la société française B [avec de la TVA française] Elle reçoit de son fournisseur anglais C de la TVA britannique, laquelle ne pourra pas faire l objet d un remboursement!... BONNE FAÇON de procéder [sauf si les biens concernés sont des téléphones portables par exemple] La société A doit s immatriculer au Royaume-Uni Elle établit sous son numéro une facture avec TVA britannique qui doit être adressée à l établissement britannique B Elle pourra ainsi récupérer la TVA britannique Page 20

21 EXEMPLE 4 Cas d une société française de sous-traitance A, fournisseur habituel d une société allemande B Pour des raisons d optimisation de la production [flux tendus], le client allemand demande à son fournisseur français de maintenir dans ses locaux un stock tampon minimum, lui permettant de s alimenter au fur et à mesure de la production. Une facturation serait faite en fin de mois d après les quantités prélevées Société A Société B Page 21

22 EXEMPLE 4 MAUVAISE FAÇON de procéder La société A facture son client allemand B pour la totalité, et considère l opération comme une livraison intracommunautaire exonérée, à charge pour B d autoliquider la TVA BONNE FAÇON de procéder Lorsque les marchandises sont livrées en Allemagne le transfert de propriété n est pas [encore] intervenu. Il ne s agit pas d une livraison mais d un "transfert" intracommunautaire La société A doit normalement s immatriculer en Allemagne, où elle effectue une acquisition intracommunautaire sur laquelle elle doit autoliquider la TVA Lorsque l industriel allemand prélèvera les articles sur le stock mis à sa disposition, la TVA allemande lui sera facturée A noter que des mesures d assouplissement [mais qui ne sont pas harmonisés] existent dans tous les Etats membres Page 22

23 Fraude et autoliquidation

24 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Les Etats membres ont fait part de leurs préoccupations, la Commission lance une étude quantificative Coopération administrative entre Etats membres est faible, législation insuffisante [impôts directs] ou insuffisance dans l utilisation de la législation existante [TVA] Coopération avec les Etats tiers fondée essentiellement sur les traités bilatéraux, manque de coordination sur l approche au niveau communautaire Page 24

25 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Germany UK G Computer Equipment France A B purchases Licenses from A Net: 1,000,000 Vat [0%] - Tot: 1,000, B sells computer equipment to G Net: 1,100,000 Vat [0%] - Tot: 1,100,000 B MISSING TRADER IN SUPPLY CHAIN WITH "F" 5 F B purchases computer equipment from F Net: 1,000,000 Vat [17.5%] 175,000 Tot: 1,175,000 B sells Licence + Software to D Net: 1,300,000 Vat [17.5%] 227,500 Tot: 1,527, B purchases Software from C C E Software & Licences 4 D sells Licence + Software to E Net: 1,400,000 Vat [0%] - Tot: 1,400,000 D Net: 100,000 Vat [17.5%] 17,500 Tot: 117,500 Page 25

26 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Augmenter la coopération administrative et l assistance mutuelle Amélioration de l efficacité croissante de l utilisation des instruments de coopération Accroitre la coopération avec les Etats tiers et coordonner les approches au niveau communautaire Renforcer la législation existante [Directive 77/799] proposition en 2007 Modifier le système TVA actuel Mécanisme d auto-liquidation Imposition des opérations intra-communautaires Analyse approfondie requise Page 26

27 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Augmenter l utilisation du reverse charge - dérogations [secteur de la construction] ; France Communication de la Commission COM [2006] 404 sur DE et AT, Article 27 dérogation requise pour introduire la généralisation de l auto-liquidation Grande-Bretagne - Article 27 dérogation accordée pour l introduction de l autoliquidation sur certains produits électroniques Page 27

28 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Discussion du groupe institué par le Conseil sur la fraude Conditions du marché unique Distorsions de concurrence Contrôle et transfert d informations Effets sur les entreprises Opportunités de nouveaux types de fraudes Effets de la contamination aux autres Etats Membres Alternatives? P.ex. Taxation des opérations intra-communautaires? Etc. Page 28

29 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Mise en œuvre et suivi des communications sur la fraude Communication sur la stratégie en matière de TVA Attendre les résultats sur le paquet TVA et l auto-liquidation Débat sur la «subsidiarité» fiscale Concurrence fiscale Page 29

30 LA FRAUDE EN MATIÈRE DE TVA Fraude Article 93 de la Loi de finances rectificative pour 2006 Refus de bénéfice de l exonération Remise en cause du droit à déduction Procédure de solidarité en paiement Nouvelles dispositions qui ne s appliquent qu aux livraisons Page 30

31 Le nouveau régime de l autoliquidation

32 INTRODUCTION SOURCES Article 94 LFR 2005 [n du 30 Décembre 2005] Instruction du 23 Juin 2006 [BOI 3 A-9-06] TVA, redevable, opérations réalisées par un assujetti non établi en France Décret n du 10 Août 2006 Amende les dispositions de l article 242-O M de l annexe II au CGI relatif aux procédures de remboursement de TVA aux assujettis établis àl étranger Page 32

33 CHAMP D APPLICATION Article 283-1, alinéa 1 du CGI La TVA doit être acquittée par les personnes qui réalisent des opérations imposables Article 283-1, alinéa 2 du CGI Toutefois, lorsque la livraison de biens ou la prestation de services est effectuée par un assujetti établi hors de France, la TVA est acquittée par le destinataire ou le preneur qui dispose d un numéro d identification à la TVA en France Page 33

34 CHAMP D APPLICATION Livraisons de biens et prestations de services soumises à la TVA en France Prestataire Destinataire Identifié à la TVA en France Non identifié à la TVA en France Établi en France TVA facturée par le fournisseur TVA facturée par le fournisseur Non établi en France Autoliquidation par le preneur TVA facturée par le fournisseur [nécessaire identification à la TVA en France + RF [non-ue]] Page 34

35 CHAMP D APPLICATION Livraisons de biens et prestations de services soumises à la TVA en France Facture HT Assujetti A identifié en France Fournisseur non établi en France Autoliquidation par le preneur identifié à la TVA en France Facture HT N FR de C Assujetti C identifié en France Page 35

36 CHAMP D APPLICATION Livraisons de biens et prestations de services soumises à la TVA en France Non assujetti A Non identifié à la TVA en Fr Facture TTC Fournisseur Non établi en France N FR de F Facture TTC Client B Non identifié à la TVA Facture HT N FR de C Assujetti C identifié à la TVA en Fr Autoliquidation de la TVA par le client C identifié à la TVA en Fr Page 36

37 CHAMP D APPLICATION Fournisseur non établi en France Notion d établissement Présence permanente de moyens techniques et humains nécessaires à la réalisation des opérations CJCE 4 Juillet 1985, C-168/84, "Berkholz" CJCE 17 Juillet 1997, C-190/95, "Aro Lease" CJCE 12 Mai 2005, C-452/03, "RAL" Exemple a contrario: bureau de liaison, chantier de construction, entrepôt, immeuble Légalement et économiquement indépendant CJCE 20 Fevrier 1997, C-260/95, "DFDS" Page 37

38 CHAMP D APPLICATION Livraisons de biens et prestations de services soumises à la TVA en France Non assujetti A Non identifié à la TVA en Fr Facture +TVA Fournisseur Etablissement stable Facture +TVA Client B Non identifié à la TVA en Fr Facture +TVA N FR de C Assujetti C identifié à la TVA en Fr Page 38

39 TOLÉRANCE ADMINISTRATIVE [INSTRUCTION DU 23 JUIN 2006] Le client identifié à la TVA en France peut convenir avec le fournisseur que la taxe soit déclarée et acquittée, en son nom et pour son compte, sur la déclaration du vendeur Le fournisseur facture alors la TVA à son client Désignation par le fournisseur d un "répondant" Établi en France Accrédité par l administration fiscale Chargé de déposer la déclaration de TVA du vendeur et d acquitter la TVA nette due Le client reste le redevable légal de la taxe si le répondant ne respecte pas ses obligations Défaut de déclaration de l opération sanctionné par l application de l amende de 5% prévue à l article 1788 A du CGI Page 39

40 TOLÉRANCE ADMINISTRATIVE [INSTRUCTION DU 23 JUIN 2006] Fournisseur non établi en Fr N FR de F "Répondant" Mandat Facture +TVA Assujetti A identifié en Fr Page 40

41 TOLÉRANCE ADMINISTRATIVE [INSTRUCTION DU 23 JUIN 2006] Assujetti A identifié en France Mandat Facture HT Autoliquidation Fournisseur non établi en France N FR de F "répondant" Mandat Facture +TVA Assujetti B identifié en France Page 41

42 CHAMP D APPLICATION OPÉRATIONS CONCERNÉES Les nouvelles règles s appliquent à la plupart des livraisons de biens et des prestations de services, à l exception des Locations immobilières soumises à TVA sur option Opérations relevant de la TVA immobilière Opérations soumises à la TVA sur la marge [ex: biens d occasion, marchands de biens] Importations Opérations qui étaient déjà soumises à autoliquidation Opérations réalisées sous régime suspensif Page 42

43 CHAMP D APPLICATION OPÉRATIONS CONCERNÉES Opérations soumises au nouveau régime Livraisons de biens en France Prestations de services en France Déchets neufs d industrie Ventes d objets d occasions, œuvres d arts, soumises à la TVA selon le régime de la marge Livraisons de biens effectuées en suspension de droits et taxes [entrepôts fiscaux, entrepôts francs ] Services déjà soumis au mécanisme de l autoliquidation [e.g. prestations immatérielles prévues à l article 259 B du CGI], acquisitions intra-communautaires, transports, services des intermédiaires transparent, travaux et expertises sur biens meubles corporels, livraisons de gaz et d électricité Location de locaux nus soumis à la TVA sur option Construction d immeuble et autre prestations soumises à la TVA immobilière Services fournis sous un régime de suspension de droits et taxes Acquisitions intra-communautaires Importations Opérations non soumises au nouveau régime Page 43

44 FORMALITÉS DÉCLARATION CA3 Nouvelle déclaration de TVA ["CA-3"] 3B : le client d un fournisseur non établi en France doit déclarer le montant du chiffre d affaire HT soumis à autoliquidation 7A : le fournisseur, non établi en France mais identifié à la TVA en France, doit déclarer le chiffre d affaire des opérations qu il a réalisé et qui sont soumis à l autoliquidation Page 44

45 FORMALITÉS FACTURES Mentions à faire figurer sur les factures Quand la tolérance administrative ne joue pas "TVA due par le preneur article de la Directive 2006/112" ou "TVA due par le preneur article 283-1,alinéa 2 du CGI" Lorsque la tolérance administrative s applique Montant et taux de TVA applicable à déclarer par le "répondant" Nom, adresse et numéro de TVA du "répondant" Page 45

46 FORMALITÉS RÉCUPÉRATION DE LA TVA Demande de remboursement de TVA effectuée par les fournisseurs non établis en France Procédure de remboursement 8 e /13 e Directive Lorsque le fournisseur n est pas identifié à la TVA en France [même pour les acquisitions intra-communautaires qu ils réalisent en France] Procédure de droit commun Lorsque le fournisseur dispose d un numéro d identification à la TVA en France [livraisons intra-communautaires, exportations ] Page 46

47 IDENTIFICATION ET REMBOURSEMENT Procédure de remboursement 8 e /13 e Directive Procédure de droit commun N/A Non identifié Opérations soumises au nouveau régime [sous réserve de l application de la tolérance administrative], importations depuis un Etat tiers à la communauté Identification obligatoire Opérations soumises au nouveau régime Importations Acquisition IC [sauf revente dans les 3 mois] Opérations soumises au nouveau régime Importations Acquisition IC Livraisons IC depuis la France et/ou opérations non soumises au nouveau régime Page 47

48 LE FOURNISSEUR ÉTRANGER N EST PAS ÉTABLI EN FRANCE Procédure de remboursement 8 e /13 e Directive [article 242-OM Annexe II du CGI] Facture +TVA 1 Fournisseur établi en France Fournisseur Non établi en France Facture HT 2 Client A identifié en France Autoliquidation Flux de biens facturation Page 48

49 LE FOURNISSEUR ÉTRANGER EST IDENTIFIÉ À LA TVA POUR LES BESOINS D ACQUISITIONS INTRA-COMMUNAUTAIRES Procédure de remboursement 8 e /13 e Directive [article 242-OM Annexe II du CGI] Facture +TVA 1 Fournisseur établi en France AIC par F1 Fournisseur 1 Non établi en France Facture HT 2 N FR de F1 Client A identifié en France 3 Fournisseur Autoliquidation Flux de biens facturation Page 49

50 LE FOURNISSEUR ÉTRANGER EST IDENTIFIÉ À LA TVA POUR LES BESOINS D ACQUISITIONS INTRA-COMMUNAUTAIRES / EXPORTATIONS Déduction sur la CA 3 Facture +TVA 1 Fournisseur établi en France LIC/export Fournisseur 1 Non établi en France N FR de F1 3 Client B N TVA UE Facture HT 2 Client A identifié en France Autoliquidation Flux de biens facturation Page 50

51 LE FOURNISSEUR ÉTRANGER EST IDENTIFIÉ ET A DÉSIGNÉ UN RÉPONDANT Déduction sur la CA 3 Facture +TVA 1 Fournisseur Fournisseur 1 Mandat Facture + TVA 2 N FR de F1 et du " répondant " Client A identifié en France Flux de biens facturation Page 51

52 EXCEPTIONS Livraison de bien avec montage ou installation réalisée, en France, par un assujetti qui n y est pas établi Désimmatriculation possible si les biens sont importés depuis un Etat tiers à l UE ou achetés en France Identification pour les besoins statistiques obligatoires si les biens sont importés depuis un Etat tiers Transfert de stocks, stocks en consignation Procédure simplifiée pour les transferts de stocks assimilés à des AIC si les biens sont revendus dans un délai de trois mois [D. Adm. 3 A 1141, 28-33] Étendu à tous les stocks non plus seulement aux stocks en consignation Page 52

53 EXCEPTIONS Mesures simplifiées pour les achats reventes en France Mesures simplifiées pour les acheteurs revendeurs non identifiés à la TVA en France [D. Adm. 3 A 2311, 16] Mesures simplifiées uniquement dans les cas de revente à des assujettis non identifiés à la TVA en France Opérations successives entre assujettis non établis en France Les différents assujettis ne sont pas établis ni identifiés à la TVA en France Exemple Page 53

54 OPÉRATIONS SUCCESSIVES ENTRE ASSUJETTIS NON ÉTABLIS EN FRANCE [EXEMPLE] 1 N FR de F2 Fournisseur 2 Fournisseur 1 Non établi en France Mandat Facture HT 2 N FR de S1 et du " répondant " Client A identifié en France F1 désigne un répondant accrédité par l administration fiscale afin de déclarer la TVA sur ses opérations. F1 ne supporte pas le coût de portage résultant de la TVA facturée par F2 et F2 peut se désimmatriculer. Flux de biens Facturation Page 54

55 ENTRÉE EN VIGUEUR Livraisons de biens et prestations de services réalisées àcompter du 1 er septembre 2006 Correction apportée après la date d entrée en vigueur du régime pour des opérations réalisées avant cette date Le client n est pas redevable de la TVA qui aurait du être facturée Le fournisseur peut avoir à s immatriculer pour acquitter la TVA dont il est redevable au titre de cette période S agissant de la TVA due et facturée sur des biens reçus avant le 1 er septembre 2006 mais pour des opérations réalisées après le 1 er septembre 2006; cette situation n a pas besoin d être corrigée Page 55

56 Les propositions de la Commission européenne

57 LES PROPOSITIONS DE LA COMMISSION EUROPÉENNE Paquet TVA Guichet unique Régime à l option des entreprises Applicable à une gamme de services très limitée radio, télé, internet, services fournis par voie électronique Modification du lieu d imposition Se fera en deux étapes Règle générale deviendra "l autoliquidation" par le preneur des services Diminution de la TVA étrangère facturée réduction dans les demandes de remboursement 8 ème et 13 ème Simplification du régime des remboursements aux assujettis non-établis Un lieu unique de déclaration Transmission des demandes à travers les «portails» de l état du demandeur Plus d obligation d envoyer des factures Contrôles exercés sur des entreprises locales Page 57

58 LES PROPOSITIONS DE LA COMMISSION EUROPÉENNE Augmenter la coopération administrative et l assistance mutuelle Amélioration de l efficacité croissante de l utilisation des instruments de coopération Accroitre la coopération avec les Etats tiers et coordonner les approches au niveau communautaire Renforcer la législation existante [Directive 77/799] proposition en 2007 Modifier le système TVA actuel Mécanisme d auto-liquidation Imposition des opérations intra-communautaires Analyse approfondie requise Page 58

59 La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession

Les pièges de la TVA intracommunautaire

Les pièges de la TVA intracommunautaire Les pièges de la TVA intracommunautaire Ordre des Experts-comptables Paris Ile de France Commission Europe 28 novembre 2006 Olivier BOURDEAU Avocat à la Cour Hervé KRUGER Expert-comptable PRESENTATION

Plus en détail

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire 7 juillet 2011 Isabelle BASTIDE BUTELOT Avocat 1 Plan de l intervention Introduction 1. Rappel des notions générales de la TVA et dérogations

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France

Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Les obligations juridiques et fiscales des entreprises étrangères réalisant des opérations en France Opérations réalisées en France par l intermédiaire d un établissement stable Définition de l Établissement

Plus en détail

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9 Table des matières Préambule 7 I. Le cadre légal 9 1. Le cadre législatif européen et belge 11 1.1. Le contenu de la directive européenne 2010/45/UE du 13 juillet 2010 11 1.1.1. Modifications en matière

Plus en détail

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA.

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. Connaissances de base en

Plus en détail

Nouvelles règles TVA 2015. et leur impact sur le commerce électronique

Nouvelles règles TVA 2015. et leur impact sur le commerce électronique Nouvelles règles TVA 2015 et leur impact sur le commerce électronique Commission Européenne DG TAXUD Patrice PILLET Jeudi 17 Janvier 2013 1 Le système communautaire de TVA Les grands principes de la TVA:

Plus en détail

Les Petits Déjeuners des PME et des Start-Up Les règles TVA en matière d E-commerce. 29 avril 2014

Les Petits Déjeuners des PME et des Start-Up Les règles TVA en matière d E-commerce. 29 avril 2014 Les Petits Déjeuners des PME et des Start-Up Les règles TVA en matière d E-commerce 29 avril 2014 Laurence Berrutto Olivier Hody Sommaire I. E-Commerce: Contexte TVA et fiscal général II. E-Commerce et

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E N 00000 51306 # 00 06 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES N 3517- S - NOT- SD TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517- S CA 12 / CA 12 E Ce document

Plus en détail

Loi de Finances et actualité fiscale

Loi de Finances et actualité fiscale Plus-values Transmission Mécénat Lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux Contribution économique territoriale Intégration fiscale Actualité de la TVA Loi de Finances et actualité fiscale

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E N 51306 # 05 N 3517-S NOT-CA12/CA12E @ Internet DGFiP DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILÉES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E Ce

Plus en détail

Réunion du 20 janvier 2015

Réunion du 20 janvier 2015 Actualité fiscale et sociale Comprendre les enjeux et anticiper les risques Réunion du 20 janvier 2015 A. 1, bis avenue Foch - BP 209-94102 Saint-Maur-des-Fossés Cedex T. +33 (0)1 55 12 07 00 F. +33 (0)1

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Personnes morales non assujetties disposant

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E N 3517-S NOT-CA12/CA12E N 51306 01 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET TAXES ASSIMILEES NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION N 3517-S CA12/CA12 E Ce document est à conserver

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire

Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire Décision ET 123.563 du 19 décembre 2012 Nouvelles règles en matière d exigibilité de la TVA Période transitoire L émission d une facture, avant la survenance du fait générateur, n est plus une cause d

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 15 MARS 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-3-10 INSTRUCTION DU 15 MARS 2010 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - DROITS D ENREGISTREMENT - DISPOSITIF ISSU DE

Plus en détail

Soirée. L optimisation par la TVA. La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts. Strasbourg, 20 septembre2011

Soirée. L optimisation par la TVA. La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts. Strasbourg, 20 septembre2011 Soirée L optimisation par la TVA La TVA comme outil d une gestion performante de vos coûts Strasbourg, 20 septembre2011 Introduction Constat La TVA génère des risques et des coût induits lorsqu elle n

Plus en détail

Territorialité des prestations de services

Territorialité des prestations de services de services Synthèse d application au milieu agricole (viticole) 1 La qualité d assujetti dans le milieu agricole Ne se limite pas aux agriculteurs soumis (de plein droit ou sur option) au RSA (assujettis-redevables)

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui.

FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui. FAQ Localisation des prestations de services effectuées par l avocat ou reçues par lui. La présentation se veut générale et pratique et ne pourra pas viser toutes les hypothèses. Dans un premier temps

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10?

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? I. Restez en conformité avec la loi La dernière modification de la loi de Finances 2012 impose aux entreprises du BTP de nouveaux taux de TVA, applicables

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE I. INTRODUCTION CIRCULAIRE AFER N 3/2010

Table des matières CHAPITRE I. INTRODUCTION CIRCULAIRE AFER N 3/2010 CIRCULAIRE AFER N 3/2010 Service public fédéral FINANCES ---------------------------------------- Administration de la fiscalité des entreprises et des revenus ----------------------------------------

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES

FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES FACTURES : MENTIONS OBLIGATOIRES 30/01/2014 La délivrance d'une facture est obligatoire entre professionnels sous peine de sanctions pénales et fiscales. Si le format du document, sa couleur, le fait qu'il

Plus en détail

MULTI DEVIS ENTREPRISE. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire

MULTI DEVIS ENTREPRISE. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire MULTI DEVIS ENTREPRISE Mise en place de l autoliquidation de TVA Sommaire Contexte... 2 Cadre légal... 2 Sanction... 2 Particularités Emission d une Facture côté sous-traitant... 2 Particularités Réception

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

Fiche pratique : La facturation

Fiche pratique : La facturation Journée d'information juridique du 2 décembre 2009 Le cumul d activités dans les secteurs artistiques : modalités et conséquences Fiche pratique : La facturation La notion de facture La facture est un

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

COMPRENDRE LA TVA EN EUROPE A L AIDE DE CAS PRATIQUES

COMPRENDRE LA TVA EN EUROPE A L AIDE DE CAS PRATIQUES COMPRENDRE LA TVA EN EUROPE A L AIDE DE CAS PRATIQUES QUESTIONS-RÉPONSES POUR LES ENTREPRISES LORRAINES Nous avons organisé au premier trimestre 2010 une série de 8 ateliers d information en Lorraine afin

Plus en détail

REFORME GLOBALE DU CODE GENERAL DES IMPOTS ---- PROJET DE LIVRE II

REFORME GLOBALE DU CODE GENERAL DES IMPOTS ---- PROJET DE LIVRE II REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ****** DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES REFORME GLOBALE DU CODE GENERAL DES IMPOTS ---- PROJET

Plus en détail

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010.

La mission de «tiers de confiance» a été instaurée par l article 68 de la loi 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010. DROIT FISCAL 64/2012 LES NOUVELLES MISSIONS DES NOTAIRES Les notaires (comme les avocats et les experts comptables) peuvent être habilités par l administration à devenir «tiers de confiance» pour le compte

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA

Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA Notes explicatives Règles de facturation en matière de TVA (directive 2010/45/UE du Conseil) Pourquoi des notes explicatives? Les notes explicatives visent à mieux faire comprendre la législation adoptée

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE. www.oec-paris.fr. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE. www.oec-paris.fr. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) TVA IMMOBILIERE Etude Fiscale SOMMAIRE Introduction Article de présentation générale Le plus de l expert Annexe : Références législatives et jurisprudentielles www.oec-paris.fr 2010, 4ème trimestre (Source

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

DOCUMENTS COMMERCIAUX

DOCUMENTS COMMERCIAUX DOCUMENTS COMMERCIAUX Sur les factures, notes de commande, tarifs et documents publicitaires ainsi que sur toute correspondance (y compris les courriels) et tout récépissé concernant l'activité de l'entreprise

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

TVA nouveautés 2010. Lieu des prestations de services déclaration périodique liste des services intracommunautaires S O M M A I R E

TVA nouveautés 2010. Lieu des prestations de services déclaration périodique liste des services intracommunautaires S O M M A I R E B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS TVA nouveautés 2010 Lieu des prestations de services déclaration périodique liste des services intracommunautaires 1. Position

Plus en détail

Négociation immobilière et Comptabilité des agences

Négociation immobilière et Comptabilité des agences 1. L étude de marché 1.1. L enquête par sondage La connaissance des besoins et du marché L enquête par sondage est une étude quantitative, elle permet de mesurer des opinions ou des comportements. C est

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

La TVA aux Pays-Bas. Pour des entrepreneurs qui ne sont pas établis aux Pays-Bas

La TVA aux Pays-Bas. Pour des entrepreneurs qui ne sont pas établis aux Pays-Bas La TVA aux Pays-Bas Pour des entrepreneurs qui ne sont pas établis aux Pays-Bas Si vous achetez ou vendez des biens aux Pays-Bas ou si vous êtes prestataire de services aux Pays-Bas, vous êtes concerné

Plus en détail

1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3

1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3 Autoliquidation de la TVA dans le secteur du bâtiment 1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3 1.2 Opérations exclues... 3 2 Modalités d application du

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

etwork enterprise europe enterprise europe La TVA Intracommunautaire en 65 questions / réponses

etwork enterprise europe enterprise europe La TVA Intracommunautaire en 65 questions / réponses etwork enterprise europe enterprise europe La TVA Intracommunautaire en 65 questions / réponses Rédaction (Enterprise Europe Network) : Céline BOUYER (CCI de Paris Centre d information européenne) Caroline

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA FICHE 2 LA TECHNIQUE DE LA LASM LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA dont l objet, ainsi que nous le verrons plus en détail ci-après, est de permettre une application

Plus en détail

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES

Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Les régimes douaniers économiques LES AVANTAGES DES REGIMES ECONOMIQUES Définition Un régime douanier correspond à la situation douanière d'une marchandise tierce ou communautaire et doit être distingué

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE La pénétration de l informatique et des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) est particulièrement importante au Luxembourg. Le Luxembourg offre les

Plus en détail

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur 632.14 du 12 octobre 2011 (Etat le 1 er janvier 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 15, al. 1, de la loi du 9 octobre 1986 sur le tarif des douanes

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels Fiche technique téléprocédures des professionnels Les téléprocédures fiscales : qu est-ce que c est? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et payer les principaux impôts en utilisant

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL

CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL CONDITIONS GENERALES DE VENTES O&C SARL 1) Objet / Généralités Nos ventes sont soumises aux présentes conditions générales qui prévalent sur toutes conditions d achats, sauf accord particulier conclu préalablement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif :

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif : EIRL Introduction Depuis plus de 30 ans, vos élus se sont battus pour atteindre un objectif : assurer la protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel en cas de difficultés professionnelles

Plus en détail

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE Vincent Sepulchre ( p. V s u larcier Table des matières Introduction. Les moyens et objectifs de la fiscalité environnementale 5 PARTIE I Les différents instruments

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 119

guide du créateur d entreprise 119 09 Remplir ses obligations fiscales et comptables guide du créateur d entreprise 119 1. Obligations fiscales En tant qu entrepreneur, plusieurs taxes vous sont applicables. Nous distinguons ici : la fiscalité

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

FLASH. Succursales de sociétés étrangères établies en Belgique S O M M A I R E. 1. Définition. 2. Les obligations comptables des succursales

FLASH. Succursales de sociétés étrangères établies en Belgique S O M M A I R E. 1. Définition. 2. Les obligations comptables des succursales B U L L E T I N D E L ' I N S T I T U T P R O F E S S I O N N E L D E S C O M P TA B L E S E T F I S C A L I S T E S A G R É É S 1. Définition Une société étrangère a une succursale en Belgique quand elle

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2010/11 du 20/05/2010 La facturation : modèle de facture

NOTE D INFORMATION 2010/11 du 20/05/2010 La facturation : modèle de facture NOTE D INFORMATION 2010/11 du 20/05/2010 La facturation : modèle de facture I - Quelles sont les mentions obligatoires à faire apparaître sur votre facture? Vous trouverez ci-dessous une facture type contenant

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 : OBJET - CHAMP D APPLICATION 1.1. Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues à distance par la société Tant qu il y aura

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 29 DU 5 AVRIL 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-2-11 INSTRUCTION DU 28 MARS 2011 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES.

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

3. LA TVA SUR LES DÉPENSES

3. LA TVA SUR LES DÉPENSES 3. LA TVA SUR LES DÉPENSES Le principe essentiel de la TVA, dans sa conception originelle, était d assurer la neutralité de l impôt à l égard des opérations économiques effectuées par les entreprises en

Plus en détail

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture?

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture? Immatriculation Quand une voiture doit-elle être immatriculée? En Belgique, un véhicule (neuf ou d occasion) doit être immatriculé dès sa mise en circulation sur la voie publique. De même, et pour être

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture

Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture Présentateurs Bruce Goudy Associé, Impôts indirects Ernst & Young LLP Tél. : 416-943-2592 Bruce.R.Goudy@ca.ey.com Mary Anne McMahon Conseillère

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS

UNE ACTIVITÉ LÉGISLATIVE FISCALE INTENSE : IMPACT SUR LES EXPATRIÉS L année 2011 aura été particulièrement chargée en matière d actualité fiscale : en effet, la loi de finances pour 2011 a été modifiée par pas moins de quatre lois de finances rectificatives; et à peine

Plus en détail