Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) DESS Relations Interculturelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) DESS Relations Interculturelles"

Transcription

1 Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle) FCP 3 Formation Continue DESS Relations Interculturelles Option : Politiques culturelles internationales et gestion des arts LES PRODUITS DERIVES : ENTRE CULTURE ET COMMERCE Mémoire présenté par Jirasri BOONYAKIET sous la direction de M. Guy LOCHARD, maître de conférences (HDR) Formation Internationale Culture Session

2 INTRODUCTION Le produit dérivé est l illustration même de la tension entre la culture et le commerce. Comme le confirment certains, «l objet dérivé culturel donne un supplément d âme et de sens dans un contexte commercial. Cependant ce sont les conditions de la réalisation de l achat, le lieu et le mode de distribution qui déterminent la qualité intrinsèque et spécifique du produit dérivé». 1 Ainsi, nous pouvons avancer que le commerce et la culture sont indissociables. C est de ce paradoxe qu est née l idée de ce mémoire. L objectif n est pas de soulever les débats, mais d étudier la situation actuelle du statut commercial des produits dérivés dans le domaine muséal, particulièrement en France. En effet, les musées français montrent l exemple type à la fois de la résistance et de l évolution d une telle activité. Pour eux, la question telle qu elle se pose aujourd hui, ne concerne pas la présence des boutiques dans l univers muséographique mais plutôt leur mise en place (comment faire, comment s y prendre pour construire un projet satisfaisant). Cette pratique est également étendue dans d autres institutions culturelles, comme la Comédie française et dans l avenir, l Opéra. Les recherches dont ce mémoire est l aboutissement, ont été menées dans une triple perspective : étudier la place des produits dérivés au sein de l institution muséale ; connaître les mécanismes commerciaux de ces produits ; trouver les applications possibles du commerce des produits dérivés pour les musées thaïlandais. Ainsi, ce programme est devenu un document de travail, divisé en trois grandes parties. La première est consacrée aux notions générales et aux enjeux des produits dérivés. Elle vise à répondre à de nombreuses questions. Comment sont nés les produits dérivés? Qu est-ce qu un produit dérivé? Quel type de produit? Quels sont les enjeux des produits dérivés pour un musée? Si ces produits ont déjà trouvé leur 1 Dossier de Presse, n 5, Salon Museum Expressions, janvier 2000 Les produits dérivés : entre culture et commerce 2

3 place dans l espace muséal, pourquoi existe-t-il des opposants? Quels sont, alors, leurs arguments? La deuxième partie consiste à étudier le mécanisme du commerce des produits dérivés. Elle, traitera, en premier lieu, de l étude de marché. Qui sont les consommateurs? Quelles sont leurs motivations? Qui sont les acteurs? Y a-t-il des exemples types? Comment fonctionnent-ils? En deuxième lieu, cette partie est consacrée aux techniques commerciales existantes. Quels sont les moyens possibles pour les musées français qui souhaitent entreprendre une activité commerciale des produits dérivés? Doivent-ils la gérer directement ou la déléguer à une autre entreprise? De plus, compte tenu du conflit entre la mission traditionnelle du musée et le bénéfice du commerce, ces musées ne doivent-ils pas modifier leur statut ou créer une autre structure pour la nouvelle activité? Si oui, quelles sont les solutions? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients? En troisième lieu, nous aborderons les facteurs de la réussite du commerce des produits dérivés. Le simple ouverture d une boutique permet-il aux musées de devenir rentables? N y a-t-il pas d autres recettes? Nous les étudierons à travers des exemples concrètes que pratiquent actuellement les boutiques de musée. Quel assortiment choisir? Comment inciter les consommateurs pour effectuer les achats? Quels messages à communiquer? Comment promouvoir les produits? Quels sont les réseaux de vente à envisager? Avec l arrivée des nouvelles technologies, les musées ne doivent-ils pas suivre ce mouvement? En dernier lieu, nous terminerons la deuxième partie par l avenir du commerce des produits dérivés en étudiant un «nouveau-né», l'artès, du groupe Pinault-Printemps-Redoute. Avec un nouveau concept de la distribution et une parfaite maîtrise du marketing, cette entreprise devient un nouveau modèle pour les boutiques des produits dérivés. Ainsi, l Artès menacera-telle les boutiques de musée et les commerçants traditionnels des produits artisanaux? Le Groupe qui possède également la Maison de vente aux enchères Christie s et la FNAC n occupe-t-il pas une situation de monopole dans le marché de la distribution culturelle? Cette situation témoigne sans doute la nécessité de la professionnalisation du secteur. Mais, quels sont les moyens? C est à ce stade que nous étudierons les propositions des professionnels, le Salon Museum Expression et le projet MUSART. Les produits dérivés : entre culture et commerce 3

4 Dans la dernière partie, nous conclurons notre étude en établissant un bilan. Quatre constats sont avancés : la domination du commerce sur la culture, la naissance d un nouveau métier, la perte du contrôle des musées et un marché en expansion. C est ce marché prometteur qui nous permet de réfléchir sur la prospection du commerce des produits dérivés en Thaïlande. En effet, l administration des musées thaïlandais ressemble à celle de la France, dont l Etat est un partenaire principal. Il nous semble donc convenable d imaginer les solutions françaises (structure spécifique et concession) dans le contexte thaïlandais. De plus, les produits dérivés, comme d autres ailleurs, entrent dans le circuit mondial du commerce. Peut-on envisager le commerce des produits dérivés entre la France et la Thaïlande et, si oui, les produits dérivés ne peuvent-ils pas être considérés comme un des facteurs de développement pour la Thaïlande? Les produits dérivés : entre culture et commerce 4

5 PREMIERE PARTIE : NOTIONS GENERALES ET ENJEUX DES PRODUITS DERIVES Chapitre I : Panorama historique des produits dérivés au sein des institutions muséales En tenant compte de toutes les reproductions des œuvres, on peut remonter jusqu à l Antiquité pour trouver les premiers «produits dérivés». Les ateliers romains reproduisent des répliques en marbre d après des originaux grecs en bronze qui sont exposés au Louvre. Mais, toutes ces reproductions ne sont pas à vocation commerciale pour l institution culturelle. Le premier geste du commerce au sein de musée se traduit par la production de la chalcographie et des moulages par l atelier du Louvre, créé en Depuis, le Louvre poursuit cette mission. En 1883, l Union centrale des arts décoratifs crée également son atelier de moulages. Afin de mettre les modèles à la disposition de chaque atelier et de chaque école, elle signe, parfois, des contrats avec des maisons de fabrication. Par exemple, un contrat de reproduction galvanoplastiques avec la maison Christofle. Mais ces reproductions, au tirage limité, sont considérées en quelque sorte comme un produit de luxe et ne sont destinées qu à la vente auprès d un public «élitiste». Par ailleurs, au même siècle, avec l invention de l appareil photo, une autre forme de «produits dérivés», destinée au grand public, voit le jour, la carte postale. Elle est devenue aujourd hui le produit typique du musée. Depuis, le musée a commencé à comprendre cette activité commerciale dans ses missions principales. Par exemple, le Metropolitan Museum of Art crée, en 1872, le premier service de vente moderne, alors qu en France, les «services techniques et commerciaux» des musées nationaux ont été mis en place en Néanmoins, le commerce des «produits dérivés», jusqu aux années , n est qu un secteur d activité marginal, souvent déficitaire. Il faut attendre les années quatre-vingts pour que le commerce des «produits dérivés» se développe, d abord aux Etats-Unis. Deux phénomènes à la fois de la part de l offre et de la demande peuvent expliquer cette évolution. Premièrement, le musée lui-même a besoin d un nouveau mode de financement, une ressource propre. En effet, Les produits dérivés : entre culture et commerce 5

6 suite à une période inflationniste ayant laminé la valeur des dotations financières, les dépenses des musées augmentaient alors que, le financement traditionnel du musée, les subventions publiques, se réduisait. 2 Ainsi, les musées cherchaient à intéresser un large public en améliorant la qualité de leurs services. Par exemple, la rénovation des musées, la multiplication des expositions temporaires, la création d événements culturels. Deuxièmement, il existait une réelle demande des visiteurs. Ces derniers engendrent, à l époque, un courant de comportements à nouveau traditionnels (après les «Seventies» libertaires), matérialistes, arrivistes et très consommateurs. 3 Lorsque les grandes expositions et l amélioration de l accueil du public se conjuguent pour augmenter le nombre de visiteurs, la fréquentation du public change de nature pour rapprocher d un marché de masse 4. Les visiteurs n hésitent donc pas à consommer les produits des musées comme les autres. Avec l augmentation de cette demande, on fait appel, pour la première fois, à des professionnels du secteur de la vente pour diriger les plus grosses opérations commerciales des musées. En France, l ouverture du musée d Orsay en 1985, du musée Picasso (idem), la réalisation du Grand Louvre, achevé en 1989, et le succès des expositions au Grand Palais témoignent, sans doute, de cette hypothèse. En 1992, l exposition Toulouse- Lautrec traduit bien la nouvelle orientation économique dans le monde muséal. La Réunion des Musées nationaux propose une trentaine d objets et cadeaux, dérivés des travaux du peintre ou de son personnage, les gants noirs d Yvette Guilbert, des pin s, des boutons de manchette, Tee-shirts, nappes, serviettes en papier En créant, pour la première fois à l occasion d une exposition temporaire, une telle ligne aussi importante, la RMN est devenue l objet des débats entre la culture et le commerce aux yeux des médias. Dès lors, le nombre de nouveautés des «produits dérivés» de la RMN pour les expositions temporaires s est considérablement restreint. Le concept du musée, dans les années 1990 marque, également, une grande évolution à la fois du concept des boutiques de musée et du produit lui-même. Premièrement, le phénomène de la sortie du musée hors de ses frontières naturelles 2 Cf., TOBELEM J.-M., Musées et culture : le financement à l américaine, Ed. W, Mâcon, 1990, p Cf., ALLERES D., Luxe : un management spécifique, p Cf., TOBELEM J.-M., Musées et culture, op.cit., p. 168 Les produits dérivés : entre culture et commerce 6

7 entraîne la «délocalisation» des boutiques de musée et l ouverture de points de vente hors les murs. De plus, l évolution des modes de communication s applique également dans aux démarches de diffusion. De la vente sur place à la vente par correspondance et, récemment, par l Internet. Un autre concept de musée est, également, à l origine d un nouveau produit dans les boutiques de musée. C est, en fait, le cas du «musée virtuel». En 1993, le multimédia sur CD-ROM, intitulé Le Louvre est la figure de proue de cette aventure très française. En trois ans plus de exemplaires de ce best-seller numérique ont été vendus. Les gammes de produits, aujourd hui, se diversifient. De la reproduction traditionnelle à la création, des objets «sacrés» à ceux du quotidien, du support papier au support numérique, des œuvres inactives à celles l interactives. Mais, n y a-t-il pas de définition des «produits dérivés»? Ou, comment peut-on les différencier? Les produits dérivés : entre culture et commerce 7

8 Chapitre II : Définition et catégories des «produits dérivés» Actuellement, il n existe pas de texte législatif qui définit clairement le «produit dérivé». Chacun l entend à sa manière. Par exemple, pour Walt Disney Company 5 «Un produit dérivé est un produit ou un service utilisant la notoriété d une œuvre originale, d un patrimoine, d une marque, d un personnage réel ou de fiction, pour des exploitations commerciales secondaires. Ce principe peut s appliquer à tout concept, toute idée, toute marque ayant au-delà de son domaine originel». Certains proposent une définition même de produit dérivé culturel. Par exemple, selon l Association européenne des produits dérivés du patrimoine et des musées : «Un produit dérivé culturel est un produit qui fait référence à un passé, à une œuvre d art ou à un lieu culturel. Ce peut être également un produit créé spécialement pour une manifestation culturelle ou d ampleur événementielle» 6. Il existe également une autre formule donnée par les professionnels : «Le produit dérivé culturel est à la fois parcelle de rêve et prélèvement de mémoire» 7 Quant aux familles de produits dérivés, les professionnels ne parviennent pas à établir un consensus. Nous étudierons, les tableaux, ci-dessous, qui réunissent de catégories entendues par les professionnels : 5 LEBOUTET H.C., «Panorama des produits dérivés», Support documentaire de son intervention au Séminaire Les produits dérivés, à IESA, 6 décembre 1999 Cf. PLAQUEVENT F., vice PDG de WD Company, cité dans «Ecran total», n /11/98 6 Ibid. 7 Ibid., Cette formule est donnée par Joël Girard, dans le numéro O de «Museum et Industries». Les produits dérivés : entre culture et commerce 8

9 Catégories de produits dérivés Objectifs Définitions Exemples illustrés 1. Les produits de reproduction et les copies Valorisation de collection Ce sont les simples objets reproduits d après l original. Il existe deux types de reproductions. Premièrement, les reproductions à l identique ou les re-réalisations dont la matière et la taille sont les mêmes que l original. Par exemple, le musée Rodin qui détient les droits moraux de l artiste, continue à fondre avec la limite de 12 exemplaires les pièces au format identique que les œuvres originales. Deuxièmement, ce sont des reproductions dont la dimension et la matière sont différentes de l original. Ce qu on appelle les «copies». Par exemple, une copie d une pyramide égyptienne en résine ou un gravure d après la peinture. Une reproduction de petit cheval (Grèce, VIIIe siècle av. J.-C.) en bronze, la même matière que l original 2. Les produits «détournés» ou les «déclinaisons» Valorisation de collection C est dans le cas où l objet original change d utilisation. La boucle de ceinture devient une broche, la sculpture est présentée en pendentif. Ou on fabrique un grelot en porte-clés. Cette solution permet de proposer des objets d utilisation plus aisée. De plus, elle fait connaître les collections de musées mieux que ne le font les reproductions. Porte-clé Chevalier, Moyen Age Cette pièce est tirée d un jeu d échec du 12ème siècle. Produits dérivés : entre culture et commerce 9

10 Catégories des produits dérivés Objectifs Définitions Exemples illustrés 3. Les produits «dérobés» ou les recréations Valorisation de la collection Les recréations sont, par exemple, les Objets Dérobés (marque déposée du Musée d Orsay) ; fabriqués à partir de leur représentation sur un tableau ou une statue, les «originaux» n existent donc pas vraiment. Entrent dans cette famille des objets représentant ce qui n existe plus, comme les statuettes de dinosaures conçues à partir d ossements ou d empreintes Les produits de reédition Promotion des savoirfaires en voie d extinction Ce sont les produits réédités selon le mode de fabrication traditionnelle ou artisanale. On les trouve souvent dans les éco-musées ou musées de société. Par exemple, le Musée de l Impression sur Etoffes de Mulhouse disposant d un fonds très riche d images fabrique des foulards et des objets en tissus avec des techniques anciennes. Les boucles d oreilles dérobées du tableau d Auguste Renoir, «Jeune femme à la violette» Ou le cas de la faïence de Gien, héritière d une tradition artistique séculaire. Pour que cette tradition se perpétue, la Faïencerie de Gien réédite, grâce à un patrimoine de plaques de cuivre gravées, des décors de services de table, faîence d art, armoiries des cours et des grandes familles d Europe du 19ème siècle. La Faïencerie a créé en 1986 le musée de Gien qui livre aujourd hui les trésors du passé et raconte l histoire de Gien depuis Tasse et soucoupes à déjeuner de la faïence de Gien. Ce décor aux tons de bleu et aux motifs botaniques a été réalisé dans les années Cf. DEVAL M.-L., «Boutiques de musées en France : quels produits vendre?», La lettre de l OCIM, N 34, 1994 Produits dérivés : entre culture et commerce 10

11 Catégories des produits dérivés Objectifs Définitions Exemples illustrés 5. Les créations 5.1. Les sémicréations a) Les produits «inspirés de» ou «adaptés de» Valorisation de la création Les créations peuvent être divisées en deux catégories : sémi-création et création pure. Les sémi-créations sont les produits «inspirés», «adaptés» des collections de musée et ceux «ré-interprétés», créés «à la manière de» tel ou tel artiste. b) Les produits de ré-interprétation ou «à la manière de» 5.2. Les produits de création pure Meuble de B. Sforni, inspiré par la statue de la victoire de la cour du Musée Carnavalet Quant à la création pure, le produit devient l œuvre de créateurs. Ce sont les produits originaux créés par l artiste pour les musées ou d autres institutions culturelles. Par exemple, «Les uniques» de la collection Musées & Créations, de la RMN, sont peintes et signés par l artiste. Parfois, les «créations» sont faites en tirage limité, ce qui donne un aspect de collection au public. Paréo à la manière de Gauguin : d après le tableau de Paul Gauguin «Femmes de Tahiti» Antoinette Ohannessian, artiste contemporain, réalise ces coupes trévises dans les ateliers de la faïencerie de Gien. l artiste. Produits dérivés : entre culture et commerce 11

12 Catégories des produits dérivés Objectifs Définitions Exemples illustrés 6. Les produits siglés, griffés, les lignes Promotion de la «marque» de l institution Les lignes comprennent des objets qui ne représentent plus un original des collections, mais plus ou moins des déclinaisons du logo du musée. Les grands musées, comme le Louvre, Orsay, Versailles, ont édité de telles gammes de produits. 7. Les supports «purement commercial» Les supports sont les reproductions véhiculées sur un autre support que l œuvre d origine. Ils peuvent être un tee-shirt décoré de dessins de Picasso, un sac en toile imprimé de motifs anciens, des pin s, des porte-clefs ou un foulard reproduisant un tableau. C est cette catégorie qui est souvent critiquée par le monde muséal. Sans élément de création, avec les supports parfois inconvenables, les supports deviennent souvent l objet de débat de la dévalorisation des œuvres originales. Biberon «Miaou» de H. Mac Connico. Un biberon «d artiste» dessiné par un grand designer Sac à dos «Martial Viahero», il porte haut les couleurs, le nom et le logo du centre Georges Pompidou Parapluie «La place de l Europe par un jour de pluie», d après le tableau de G. Caillebotte Il est intéressant de noter que les quatre premières classes sont en accord évident avec la mission traditionnelle de la muséologie qu est la diffusion culturelle. Les trois derniers s en écartent. Surtout dans les deux dernières catégories, la démarche de l acheteur change ; il n acquiert pas de reproduction d une œuvre de tel ou tel maître mais d abord un tee-shirt, un sac, un parapluie... Produits dérivés : entre culture et commerce 12

13 Ces tableaux ne sont pas exhaustifs. En effet, ils ne comprennent pas d éditions des images, des cartes postales, des affiches, des papeteries (post-it, agendas, marque-pages, calepins ) ou même les catalogues d exposition Compte tenu de leur dimension, certains professionnels les classent en produits dérivés de deux dimensions. Ces dernières se distinguent alors des autres de trois dimensions présentés dans les tableaux, par exemple, les moulages. Mais, comment peut-on classer l édition numérique? Car le CD-ROM a, à l extérieur, deux dimensions, alors qu à l intérieur les images sont présentées en trois dimensions. En un mot, la définition et le classement de «produits dérivés» sont bel et bien subjectifs. Toutefois, ils sont indispensables pour le musée avant de commercer l opération commerciale de sa boutique. En effet, l importance de définir les «produits dérivés» et de les différencier a une double enjeu, culturel et commercial. Culturellement, la définition du produit qu entend chaque musée conduit à concevoir une politique de sa boutique qui reflète son image et son renom. D où le contrôle de qualité et des lignes de produit qui doivent avoir un lien avec la collection du musée. Commercialement, l identification des produits s effectue, évidement, dans la démarche du marketing. Quels produits pour quelles stratégies? A quel prix? Pour qui? Par exemple, le musée de l Impression sur Etoffes de Mulhouse propose des foulards et des objets en tissus imprimés avec des techniques et modèles anciens alors que Paris-Musée ne fait fabriquer que des créations. 9 Le caractère unique de l offre présenté par ces boutiques de musée est, à l évidence, un outil des stratégies de différenciation. Parfois, les responsables de boutiques doivent se rendre compte des dimensions de produits par rapport à leur boutique. Les reproductions en trois dimensions dont les marges sont généralement faibles occupent beaucoup de place en boutique et en stock. Néanmoins, pour qu un musée puisse entreprendre une vente de ses produits dérivés, il est primordial que ces derniers soient légitimes par rapport aux missions du musée. En effet, la légitimité de telle ou telle action est une garantie de base pour qu une entreprise puisse rencontrer un succès. 9 Cf., DEVAL M.-L., «Boutiques de musées en France : quels produits vendre?», La Lettre de l OCIM, N 34, 1994, p.9 Produits dérivés : entre culture et commerce 13

14 Chapitre III : La légitimité de la place du produit dérivé au sein de l institution culturelle Comme nous l avons étudié, les produits dérivés ne sont pas nouveaux au sein de l institution culturelle. Ainsi, une part de leur légitimité est justifiée par leur histoire même. Toutefois, on peut en relever d autres. La légitimité des produits dérivés au sein des musées se traduit, en fait, par les avantages apportés par ces produits. Nous pouvons les classer en deux grandes catégories : les avantages en commun et ceux spécifiques qui varient selon les types de musées : Avantages en commun 1. Produit en tant que moyen éducatif (voire la médiation culturelle) 2. Produit en tant qu outil de communication 3. Produit en tant que service au public 4. Produit en tant que ressources financières Avantages spécifiques selon le type de musées 1. Produit en tant que source de créativité pour les musées des beauxarts ; 2. Produit en tant que relais de valorisation des métiers artisanaux et de développement local pour les musées de société Enjeux communs Produit en tant que moyen éducatif, voire de médiation culturelle «Le musée aujourd hui ne peut plus se contenter de proposer des manifestations et d attendre que le public fasse, seul, la démarche de venir, jusqu à lui. Il se doit d aller à sa rencontre, d être à son écoute. Afin de lui favoriser l approche, la connaissance des œuvres, des collections, il est indispensable de mettre au point une politique de médiation». 10 Et, les produits dérivés font partie de cette politique. 10 BADET C., COUTANCIER B. et MAY R., Musée et patrimoine, CNFPT, Paris, 1997, p. 229 Produits dérivés : entre culture et commerce 14

15 En effet, les objets qui entrent dans les collections d un musée changent de sens et de fonction. Sur cet objet muséalisé, toutes sortes de discours sont tenus : artistique, historique, technique, etc. Par exemple, un retable, qui a été créé pour être un objet de dévotion, devient un document sur l histoire des religions ou de l évolution stylistique. Qu en est-il pour un objet édité par un musée? Son destin est inverse. Par exemple, un musée édite une lampe à huile fonctionnelle, copie d une lampe de ses collections. Cette copie est créée pour être d abord le support d un discours, pour transmettre des informations stylistiques, technologiques et accessoirement pour remplir une fonction d éclairage. 11 De plus, cette façon de transmission des informations à travers des objets est un moyen efficace d acquisition des connaissances pour certains publics du musée. Par exemple, les enfants qui lisent peu sont particulièrement friands d objets. Incontestablement, les produits dérivés permettent aux visiteurs de compléter leur visite. Mais, ils peuvent même être un stimulant pour les visites à venir. L exemple le plus simple, c est le cas de la carte postale. Envoyée à un correspondant, elle peut susciter l envie de se rendre au musée. Ou un autre exemple plus complet, le CD- ROM qui sera non seulement un stimulant, mais également un outil de préparation de la visite ainsi qu une source de connaissances. En effet, «en premier lieu, le CD-ROM peut fonctionner comme un tremplin qui favorise et facilite une visite à venir : il donne lieu à un début d apprentissage du regard, d analyse de tableaux ; il commence à structurer le champs de savoir et donne des éléments du discours qui permettent aux visiteurs potentiels d éviter l ennui et la déroute face aux tableaux. En deuxième lieu, le CD-Rom offre la possibilité de naviguer dans l espace de manière simulée et peut permettre, par exemple, de se retrouver dans un musée que l on ne connaît pas et de se construire une représentation de référence de ce lieu. Il offre ainsi une approche intéressante des problèmes d orientation et de circulation qui constituent une inhibition à la visite et un problème souvent épineux. En troisième lieu, le CD-Roms incite à la visite soit que leur réussite plastique donne envie de se retrouver «devant l original» ; que la réflexion amorcée (par les plus jeunes) à travers le début d apprentissage à travers le CD-Rom ait un effet moteur amenant à chercher à se confronter aux œuvres ; ou qu ils permettent à quelqu un qui a déjà une solide pratique des musées de découvrir des œuvres qui le sortent des sentiers battus ou de ses attirances spontanées. Enfin, en dernier, l acquisition d un CD-Rom après une exposition lui confère une fonction de catalogue ou de fonds documentaire. L utilisation du CD-Rom après l exposition la 11 DEVAL M.-L., «Editions et boutiques muséales», La lettre de l OCIM, N 41, septembre octobre 1995, pp Produits dérivés : entre culture et commerce 15

16 prolonge et permet d envisager un approfondissement ou un nouveau regard sur ce qu on a vu» Produit en tant qu outil de communication Le succès d une entreprise ne dépend plus aujourd hui uniquement de son savoir-faire, de la qualité des ses produits, de ses hommes ou de l excellence de sa gestion. Son image est désormais un facteur essentiel de réussite. Le musée n échappe pas de cette loi. Afin d accroître la notoriété et la fréquentation du musée, la prise de conscience de l utilité de la communication s est accentuée, ces dernières années. La stratégie est de communiquer sur les musées au travers des objets. Cette communication par l objet est, en fait, une technique publicitaire qui permet à un annonceur de communiquer un message à sa cible en lui offrant un support utile et valorisant. Elle provoque ainsi un sentiment de reconnaissance de la part du destinataire envers l émetteur. De plus, le support n est pas perdu, il pourra encore agir longtemps. Ce mode de communication permet grâce à un choix judicieux et attentif de l objet de véhiculer une image de la marque cohérente et valorisante. Par exemple, l Océanopolis, Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle dédié à la mer, à Brest, édite les produits comme des pins s, des porteclés, des tee-shirts, des cravates, des montres, des billes frappées de son logo. Ce dernier comprend le nom du centre, une baleine et deux lignes représentant les vagues de la mer, ce qui est très parlant. Les visiteurs s approprient, à travers ce logo, l image du musée, et peuvent s identifier aux actions du Centre et devenir ainsi un relais de communication après d autres personnes. Il est intéressant de noter qu une des circonstances d utilisation des produits griffés, considérés comme un moyen de communication hors média, peut apparaître, 12 DAVALLON J., «Les CD-Roms de musée», in. Art et Multimédia : l œuvre d art et se reproduction à l ère des médias interactifs, sous la direction de D. CHATEAU et B. DARRAS, Publication de la Produits dérivés : entre culture et commerce 16

17 souvent, lors d un événement important. Dans le domaine muséal, l exemple le plus récent est l offre de tee-shirts aux invités dès le réouverture du Beaubourg en janvier Produit en tant que service de Musée Créer une boutique de musée, c est non seulement créer une entreprise tendant vers la rentabilité, mais c est aussi offrir un service au public en adéquation avec le projet culturel du lieu. En effet, la visite culturelle ou touristique, quel que soit son intérêt, reste par définition un service où un offreur (un conservateur par exemple) propose des informations et une mise en scène d un lieu à un visiteur. Dans toute visite, il existe un système d échanges où trois éléments sont à prendre en considération : d abord, la participation du bénéficiaire (le touriste), ensuite l impact du service rendu qui met en cause le fonctionnement économique du musée ou du monument historique dans une stratégie de développement territorial, enfin la qualité de la prestation qui sera évaluée par un consommateur final (le visiteur). 13 Ce système illustre, en fait, un processus de consommation dont le déroulement va être déterminé conjointement par les caractéristiques des individus concernés (le public) et par celles du produit ou service. Généralement, selon le nombre de fréquentation des musées, nous pouvons classer les publics en deux catégories : le public assidu et le public occasionnel. La visite au sein du musée ou du monument historique, pour le premier, se réduit, principalement, dans l hypothèse à une affaire «privée» où le spectateur «jouit d émotions» ou se remémore, sous l emprise de la nostalgie, des souvenirs liés à ses propres découvertes esthétiques antérieures. Il prédomine dans certains lieux spécialisés qui restent volontairement à l écart d une démarche de vulgarisation ou de commercialisation des produits culturels. 14 Quant au deuxième, le fait de visiter occasionnellement un musée est plutôt associé aux pratiques de sorties que l on peut qualifier de «familiales», telles le parc d attractions, la fête foraine ou le cirque, et retraduit plus une ouverture sur le monde extérieur qu un réel investissement dans Sorbonne, Paris, 1999, p Cf., CHAZAUD P., «Marketing de la visite culturelle et implication du public», Public & Musées, N 11-12, 1997, p CHAZAUD P., op.cit., p. 43 Produits dérivés : entre culture et commerce 17

18 les activités culturelles. 15 Ce mode de pratique privilégie l ouverture des lieux culturels, la vulgarisation jusqu à ce que les objets montrés deviennent presque à eux seuls des moyens de communication, de promotion, de récréation, ce qui transforme le musée en un simple média ou encore en «parc ludique».c est souvent l étape ultime d une commercialisation. 16 En ce qui concerne les services de musée pour la visite, il en existe trois. Premièrement, le service de base correspond à une utilité fonctionnelle (ce pour quoi le visiteur vient en priorité dans un lieu précis et use ou abuse d un service). Deuxièmement, les services annexes tels que le guidage, la signalétique, les bornes interactives sont là pour accompagner et enrichir la visite grâce à plus de conforts, de convivialité ou d agrément. Troisièmement, les services périphériques, tels que la restauration, les vestiaires, les boutiques ou les toilettes, ils ne sont pas directement liés à la visite et se retrouvent en général dans n importe quelle offre de service. 17 En croisant les deux types de données (publics et services), nous trouvons qu il y a une cohésion entre elles. Le service de base est, évidemment, une principale offre pour les deux types de publics. Les deux dernières services sont les offres secondaires mais négligeables pour le public occasionnel qui est beaucoup plus nombreux que le public assidu. Ainsi, les produits dérivés, voire la boutique, justifient leur légitimité en tant qu un service du musée comme les autres Produit en tant que ressource propre La recherche de nouveaux modes de financement a conduit les instituions culturelles à encourager le commerce des «produits dérivés». En effet, depuis 1981, les investissements de l Etat et des collectivités locales en direction des musées se sont accrus de façon tout à fait exceptionnelle. Mais, ces investissements ne couvrent pas les besoins d aujourd hui. En effet, le développement de nouveaux projets auquel s ajoute l ambition toujours plus grande d organiser des manifestations prestigieuses et très médiatiques ont fortement accru les besoins de financement des musées. Ainsi, la progression des ressources 15 DONNAT O., «Les publics des musées en France», Publics et Musées, N 3, p CHAZAUD P., «Marketing de la visite culturelle et implication du public», Public & Musées, N 11-12, 1997, p CHAZAUD P., op.cit., p. 41 Produits dérivés : entre culture et commerce 18

19 «classiques», c est-à-dire des subventions, n a pu suivre le même rythme. Deux voies restent alors ouvertes aux responsables des musées : l association avec de nouveaux partenaires (mécénat, partenariat, bénévolat) ou l augmentation des ressources propres. Bien que le premier mode de financement avec les nouveaux partenaires privés permette aux musées de trouver son équilibre financier, il n est pas rare que les musées doivent faire face à certaines contraintes. Premièrement, si les musées choisissent ce système comme moyen principal de financement, ils risquent de perdre leur indépendance. On trouve même parfois que les partenaires des musées interviennent jusqu à son contenu scientifique. Deuxièmement, les petits musées ont du mal à trouver des partenaires car le mécénat privilégie presque toujours les institutions et les événements bénéficiant d une forte dimension médiatique dont les expositions temporaires. Ainsi, ce mode de financement par des partenaires privées n est qu une solution dite à courte terme. Quant aux ressources propres, il s agit des droits d entrée et des recettes dites «commerciales». L augmentation des droits d entrée reste objet de discussion. En effet, les musées publics sont financés indirectement par l impôt. Aux yeux des contribuables, le fait de payer des droits d entrée est déjà plus ou moins injuste. Ainsi, l augmentation des droits d entrée risque d infléchir la fréquentation. Le dernier mode de financement reste, alors, les recettes dues aux activités commerciales dont la vente des produits dérivés. Par rapport aux contraintes des autres types de financement, elle nous semble être le moyen le plus légitime. Comme nous l avons étudié, cette politique de commercialisation résulte, en fait, d une diversification des services pour répondre mieux aux multiples attentes des publics. Ainsi, elle peut justifier une modulation des droits d entrée, si c est le cas. De plus, elle rend les musées plus indépendants et devient, si les musées la maîtrise bien, une solution financière à long terme. Par exemple, le musée de l impression sur étoffes de Mulhouse autofinance son fonctionnement à 98 %, grâce à la politique d utilisation de son fonds, constitué de trois millions de documents (échantillons, métrages, dessins, empreintes). Ce fonds est donc une source inépuisable d idées de produits dérivés. La boutique du musée de la Poste réalise un chiffres d affaires mensuel qui équivaux aux entrées annuelles du musée. Produits dérivés : entre culture et commerce 19

20 Toutefois, nous relèverons plus loin que l augmentation des ressources propres ne va pas sans poser des problèmes, en particulier dans les musées appartenant au service public. Car ils doivent arbitrer entre augmentation des ressources propres et mission de service public Enjeux spécifiques selon le type de musée Produits en tant que source de créativité pour les musées des beaux-arts Un rôle d édition d art s affirme pour les musées français ; certaines boutiques muséales proposent des créations d artistes inspirés par les collections de leurs musées. Cette politique correspond aux textes fondateurs des musées de la Révolution de En effet, la création des musées avait pour première ambition de permettre aux artistes d accéder aux œuvres d art. Le but était de fournir de bonnes sources d inspiration en leur permettant d étudier de grands maîtres. L accès au Musée du Louvre fut même exclusivement réservé aux artistes au moins trois jours par semaine. Cette tradition se perpétue aujourd hui. Ainsi, «Paris-Musées», qui regroupe les boutiques des musées parisiens, invite tous les ans des designers et des artistes à créer les collections, des objets qui seront édités et vendus dans leurs boutiques Produits en tant que relais de valorisation des métiers artisanaux et de développement local pour les musées de société En plus des enjeux communs à toutes les boutiques de musées, à savoir le renforcement du lien entre le public et les collections, l enrichissement de la politique de communication et l augmentation des ressources propres, les musées de société ont des enjeux spécifiques. Porteuses d un message sur le patrimoine, les boutiques des écomusées et des musées de société peuvent également avoir pour objectif la promotion des savoir-faire en voie de disparition. Une partie de leurs collections est constituée d objets utilitaires, qui ont aujourd hui une valeur patrimoniale et identitaire. La production de tels objets peut être envisagée à des fins de valorisation des savoir-faire artisanaux locaux, qui font partie intégrante du patrimoine DEVAL M.-L., «Editions et boutiques muséales», La lettre de l OCIM, N 41, septembre-octobre 1995, p LE REUN G., «Boutiques en réseau», Espace, n 156, Janvier 1999, p. 34 Produits dérivés : entre culture et commerce 20

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

Le merchandising dans un commerce indépendant

Le merchandising dans un commerce indépendant Le merchandising dans un commerce indépendant CCI du Gers 24 Février 2014 www.lemoineconseil.fr Arnaud Lemoine Définition du merchandising Le bon produit > notion d assortiments Au bon endroit > notion

Plus en détail

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Katy Tari, Orange Kiwi Chargée de projet 1. Mise en contexte La Société des musées québécois (SMQ) s intéresse

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Pourquoi une formation en Arts Plastiques?

Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Votre enfant termine sa classe de Troisième, et sera en seconde générale l an prochain. Un certain nombre de disciplines, jusqu à présent obligatoires, deviennent

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Histoire de l art : création artistique occidentale Finalité : Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

Compléments en ligne

Compléments en ligne Compléments en ligne Sommaire Exemples de supports graphiques... 2 Contenu d un cahier des charges... 3 Définitions usuelles autour du système d identification visuelle... 4 Présentation des enjeux, de

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Michèle Gellereau GERiiCO-Lille3 Séminaire Communication et développement (GPB) 1er avril 2009 Introduction Liens communication/culture/développement

Plus en détail

Production audiovisuelle. Conception et réalisation d expositions temporaires. Scénographie & muséographie. Location d événements et d expositions

Production audiovisuelle. Conception et réalisation d expositions temporaires. Scénographie & muséographie. Location d événements et d expositions pixel prod Production audiovisuelle Conception et réalisation d expositions temporaires Scénographie & muséographie Location d événements et d expositions Communication culturelle Evénementiel VOIR & INTERPELLER

Plus en détail

Arts plastiques LICENCE

Arts plastiques LICENCE Arts plastiques LICENCE Objectifs de la formation Présentant un équilibre entre enseignements pratiques et cours théoriques, la formation en Arts plastiques a pour visée principale la maîtrise par l étudiant

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Discipline Histoire de l art Finalité : Recherche et Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

La communication des associations et le web 2.0

La communication des associations et le web 2.0 La communication des associations et le web 2.0 12 octobre 2011 Philippe Bouquillion Françoise Paquienseguy Hervé Serry Catherine Vénica Sommaire 1. Les objectifs de la recherche et la méthodologie 2.

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Directive. de la. La distinction entre publicité et journalisme. tologie. adoptée par le Conseil de déontologie

Directive. de la. La distinction entre publicité et journalisme. tologie. adoptée par le Conseil de déontologie Les carnets de Les la déontologie 8 carnets Directive de la La distinction entre publicité et journalisme déon adoptée par le Conseil de déontologie tologie journalistique le 15 décembre 2010 et complétée

Plus en détail

Workshop. «Squart» Projet : Exposition d une Rencontre

Workshop. «Squart» Projet : Exposition d une Rencontre Projet : Exposition d une Rencontre «Squart» Le «squart» est un idée qui remonte au 1er novembre 1999. L immeuble du 59 rue de rivoli laissé à l abandon par le Crédit Lyonnais permet à quelques jeunes

Plus en détail

Anthony Babkine Adrien Rosier Réussir l organisation d un événement

Anthony Babkine Adrien Rosier Réussir l organisation d un événement Anthony Babkine Adrien Rosier Réussir l organisation d un événement, 2011 ISBN : 978-2-212-55244-7 Introduction Organiser un événement n est pas une tâche facile, cela demande de l expérience et des connaissances

Plus en détail

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure)

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) Un marché dynamique Le marché général de la chaussure homme

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Le métier des conservateurs en crise

Le métier des conservateurs en crise Le métier des conservateurs en crise Conservateur des musées de la Vendée et président de l Association Générale des Conservateurs des Collectivités Publiques de France (AGCPF) Un domaine en développement,

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Médiathèque Départementale. TAP / Animation dans la bibliothèque

Médiathèque Départementale. TAP / Animation dans la bibliothèque pierresvives TAP / Animation dans la bibliothèque Découverte Christian Voltz TAP / ANIMATION DANS LA BIBLIOTHEQUE Fiche n 6 Intitulé de l action : Découverte de l auteur et l illustrateur Christian Voltz

Plus en détail

SOMMAIRE. A b. intermedia. Agences de communication généralistes. Agences de marketing opérationnel. Agences de communication spécialisées

SOMMAIRE. A b. intermedia. Agences de communication généralistes. Agences de marketing opérationnel. Agences de communication spécialisées A b c d Agences de communication généralistes 01 Communication globale et grand public Agences de marketing opérationnel 01 Promotion des ventes et trade marketing 02 Stimulation et animation des réseaux

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Bien démarrer votre Communication

Bien démarrer votre Communication Bien démarrer votre Communication Les bases de votre Communication Web et Offline. Pourquoi? Comment? A quel Prix? 1 Bien démarrer la communication de votre entreprise Introduction La base de la communication

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Arts Plastiques et visuels

Arts Plastiques et visuels Royaume du Maroc Ministère de la Culture Appel à projets culturels Arts Plastiques et visuels 2015 Arts plastiques et visuels 1 2 Arts plastiques et visuels Appel à projets culturels Arts Plastiques et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2014 Communiqué de presse Lyon, le 08/09/2014 UNE TROISIÈME ÉDITION SOUS LE SIGNE DE L INNOVATION Le salon C!PRINT Lyon est devenu une référence auprès des professionnels de

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio Studio de design textile spécialisé dans la création de motifs et illustrations exclusifs destinés aux secteurs de la mode, de la maison, des accessoires,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Les Explications détaillées sur le Back Office Produits (BO)

Les Explications détaillées sur le Back Office Produits (BO) Les Explications détaillées sur le Back Office Produits (BO) (Cliquez directement sur les titres pour accéder à la page souhaitée) 1. Les informations obligatoires... 5 a. Des créations bien rangées dans

Plus en détail

Guide des normes sur la marque

Guide des normes sur la marque Guide des normes sur la marque 1 Introduction Le présent Guide des normes a pour but de tous nous aider à fidèlement représenter la marque de Patinage Canada dans les communications internes et externes.

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

CORRIGÉ. Delos France

CORRIGÉ. Delos France BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2014 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE LA SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE Durée : 4 heures Coefficient : 6 CORRIGÉ Delos France

Plus en détail

Musée de Valence Fiche préparatoire 7. Plateforme art contemporain. Visite libre cycle 1

Musée de Valence Fiche préparatoire 7. Plateforme art contemporain. Visite libre cycle 1 Musée de Valence Fiche préparatoire 7 Plateforme art contemporain Visite libre cycle 1 EDITORIAL Dans le cadre du parcours artistique et culturel de l élève, un groupe de travail réunissant des enseignants

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur

Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur Pourquoi la reproduction et la distribution de collections? Les institutions qui abritent des collections faisant

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 anais.rameaux@u-bourgogne.fr

Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 anais.rameaux@u-bourgogne.fr COOPÉRATION P Référent Anaïs RAMEAUX Actualisation Mars 2012 anais.rameaux@u-bourgogne.fr SYNTHÈSE Action menée à plusieurs pour la réalisation d une œuvre commune. Depuis sa création, la coopération est

Plus en détail

Journées Portes Ouvertes

Journées Portes Ouvertes Journées Portes Ouvertes Samedi 26 janvier Samedi 2 mars Samedi 15 juin ECOLE Classe préparatoire aux concours des écoles supérieures d art et des formations en conservation-restauration des biens culturels

Plus en détail

français musée de l Acropole plan du musée

français musée de l Acropole plan du musée français musée de l Acropole plan du musée Le musée de l Acropole Le musée de l Acropole a été construit pour abriter les découvertes du rocher de l Acropole ainsi que celles de ses versants. Conçu par

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012 CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012 ACADEMIE : Lieu où sont rassemblées des personnes reconnues pour leurs compétences, leur savoir et ayant pour mission de veiller à la transmission et à la

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Agence d art contemporain Lucia Drago, fondatrice en 2008 de l agence d art contemporain Drago for Art, souhaite créer un véritable pont entre l Italie, son pays natal, et la France

Plus en détail

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest

Charte d engagement. Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest Charte d engagement Filières alimentaires de proximité du Pays de Brest 2 un marché à fort potentiel DICIMEME.BZH, C EST QUOI QUELS PROFESSIONNELS SUR DICIMEME.BZH POURQUOI S ENGAGER SUR DICIMEME.BZH POURQUOI

Plus en détail

idées & service SUPPORTS DE VENTE ALU-NOBLESSE SUPPORTS DE VENTE INDIVIDUELL INTERNET SUPPORTS NUMERIQUES MULTIMEDIA SERVICE ANNONCES

idées & service SUPPORTS DE VENTE ALU-NOBLESSE SUPPORTS DE VENTE INDIVIDUELL INTERNET SUPPORTS NUMERIQUES MULTIMEDIA SERVICE ANNONCES idées & service... aperçu de nos aides à la vente... SUPPORTS DE VENTE ALU-NOBLESSE SUPPORTS DE VENTE INDIVIDUELL INTERNET SUPPORTS NUMERIQUES MULTIMEDIA SERVICE ANNONCES supports de vente alu-noblesse

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB?

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Lorraine Lorsqu une entreprise décide de créer son site web, elle fait généralement appel à un ou plusieurs prestataires spécialisés. Néanmoins, face à la diversité

Plus en détail

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin Rénovation hôtel Biron Dossier de presse p.2 Rénovation du musée Rodin 2012-2015 Des travaux à partir de 2010 et un plan de financement de 15,5

Plus en détail

ASSUREZ VOTRE SUCCÈS DEVENEZ PARTENAIRE DU PROGRAMME DE MARQUE-INGRÉDIENT

ASSUREZ VOTRE SUCCÈS DEVENEZ PARTENAIRE DU PROGRAMME DE MARQUE-INGRÉDIENT ASSUREZ VOTRE SUCCÈS DEVENEZ PARTENAIRE DU PROGRAMME DE MARQUE-INGRÉDIENT PROGRAMME DE MARQUE-INGRÉDIENT INTRODUCTION Le nom Swarovski, emblématique du cristal haut de gamme Swarovski est reconnu pour

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS Le 10 décembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION...3 1. FONDEMENT LÉGAL Loi sur l Instruction publique...3 Loi sur

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur

INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur LE DEMANDEUR NOM DE L ENTREPRISE NOM(S) Prénom(s) du ou des demandeur(s) LA STRUCTURE D ACCOMPAGNEMENT Structure d accompagnement Nom Prénom

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle

De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle Élodie Voillot Projet de post- doc Titre : De la copie à la création, l industrie parisienne du bronze au XIX e siècle Plateforme n 2 : Représentations, transmission. Séries, copies, multiples Unité d

Plus en détail

Licence Arts plastiques - arts appliqués

Licence Arts plastiques - arts appliqués Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Arts plastiques - arts appliqués Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB?

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Pourquoi faire appel à un prestataire? Les compétences du web Au stade de la réflexion Lors de la création du site Mise en ligne et exploitation du site Qui sont les

Plus en détail

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015 Appel à candidature Admission au programme doctoral SACRe 2015 Le programme doctoral Sciences, Arts, Création, Recherche (SACRe) conduisant au doctorat d art et de création Sacre est ouvert à tous les

Plus en détail

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie

Les. carnets. de la. déon. La distinction entre publicité et journalisme. Directive. Les carnets de la déontologie Les Les carnets de la déontologie carnets Directive de la La distinction entre publicité et journalisme déon Adoptée par le Conseil de déontologie journalistique le 15 décembre 2010 Directive La distinction

Plus en détail

28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES

28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES 28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 SIDIM.Com PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES QUOI SIDIM Salon INTERNATIONAL du design DE MONTRÉAL Jouissant d une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

ARTS ET STYLES 2 : DE L ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE ARTS ET STYLES 3 : DE LOUIS XIII AU DÉBUT DU XX E SIÈCLE

ARTS ET STYLES 2 : DE L ANTIQUITÉ À LA RENAISSANCE ARTS ET STYLES 3 : DE LOUIS XIII AU DÉBUT DU XX E SIÈCLE DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE DESIGN D INTÉRIEUR Pour une description du programme d études (objectifs, conditions d admission, préalables des différents cours, etc.), consultez l annuaire,

Plus en détail

Etude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne 2009/2010 PHASE 3 FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES & POSITIONNEMENT REGIONAL

Etude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne 2009/2010 PHASE 3 FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES & POSITIONNEMENT REGIONAL Etude Tourisme d Affaires en Champagne-Ardenne 2009/2010 PHASE 3 FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES & POSITIONNEMENT REGIONAL 1 Conseil, recherche, conception, rédaction, synthèse, réalisation et suivi

Plus en détail

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau

Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Comment assurer une bonne relation commerciale? 17 Avril 2015 CCI Christophe Chéneau Sommaire : Quelques idées reçues à tailler en brèche dès maintenant Le préalable à toute action soignez chaque jour

Plus en détail

Programmation scientifique du parcours de visite

Programmation scientifique du parcours de visite Programmation scientifique du parcours de visite Chaine opératoire La programmation des collections consiste à préciser et hiérarchiser le traitement à appliquer aux collections, en distinguant programmation

Plus en détail

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1 MARKETING http://lelay.blog.lemonde.fr/files/2007/04/marketing-portrait-chinois.1176298189.jpg (29.08.07) Plan du cours Chapitre 1: Chapitre 2: Chapitre 3: Chapitre 4 : Chapitre 5 : Chapitre 6 : Introduction

Plus en détail

Maison éphémère en Lorraine

Maison éphémère en Lorraine 20>24 février 2014 NANCY parc des expositions pour la 24 e édition du salon Habitat et Décoration Maison éphémère en Lorraine vivre autrement la maison Le Parc des expositions de Nancy Habitat et Décoration

Plus en détail

MAISON D EXCEPTIONS ÉLARGIT SES PROPOSITIONS DE SAVOIR-FAIRE RARES

MAISON D EXCEPTIONS ÉLARGIT SES PROPOSITIONS DE SAVOIR-FAIRE RARES MAISON D EXCEPTIONS ÉLARGIT SES PROPOSITIONS DE SAVOIR-FAIRE RARES Depuis son lancement en septembre 2011, MAISON D EXCEPTIONS s est affirmé chaque année un peu plus comme le rendez-vous annuel des savoir-faire

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

UNE ARENA POUR LES HAUTS-DE-SEINE ATELIERS OUEST PARISIEN 29 JANVIER 2010

UNE ARENA POUR LES HAUTS-DE-SEINE ATELIERS OUEST PARISIEN 29 JANVIER 2010 UNE ARENA POUR LES HAUTS-DE-SEINE ATELIERS OUEST PARISIEN 29 JANVIER 2010 01 Naissance d Arena 92 Une Volonté Un Site Un Territoire Un Projet Un Besoin 01 - NAISSANCE D ARENA 92 L ouverture sur de nouvelles

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Sommaire...5. Préface...7. Introduction...11. Chapitre 1 : Le patrimoine des industries du luxe...17

Sommaire...5. Préface...7. Introduction...11. Chapitre 1 : Le patrimoine des industries du luxe...17 Sommaire...5 Préface...7 Par Frédéric Bernardaud Introduction...11 Première partie Le luxe : des évolutions structurelles majeures 15 Chapitre 1 : Le patrimoine des industries du luxe...17 Eugénie Briot

Plus en détail

Paris, 7 & 8 septembre 2015

Paris, 7 & 8 septembre 2015 Formation Marketing et merchandising d'une boutique de site culturel ou touristique Paris, 7 & 8 septembre 2015 Présentation générale de la formation Valoriser une boutique de site culturel et créer une

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. BAISE-EN-VILLE Marianne MARIC

DOSSIER DE PRESSE. BAISE-EN-VILLE Marianne MARIC DOSSIER DE PRESSE BAISE-EN-VILLE Marianne MARIC Retrouvez les sacs de Marianne Maric dans les chambres d hôtel de la ville de Mulhouse Conférence de presse le mercredi 9 juin 2010 à 9 heures à l hôtel

Plus en détail

Solutions marketing digitales et innovantes. DOSSIER DE PRESSE Avant-première des innovations retail/vad

Solutions marketing digitales et innovantes. DOSSIER DE PRESSE Avant-première des innovations retail/vad Solutions marketing digitales et innovantes DOSSIER DE PRESSE Avant-première des innovations retail/vad Octobre 2013 Sommaire Le mot du président Idées-3Com : agence de communication digitale Smart Catalog

Plus en détail

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis

4 E ÉDITION. En centre-ville : > Samedi 14 juin (12h30-19h30) : place Graslin + cours Cambronne + cinéma le Katorza + espace Cosmopolis SPOT 4 E ÉDITION APPEL À PROJETS SPOT est un événement jeunesse porté par la Ville de Nantes dont l ambition est de valoriser l engagement, les talents, la créativité et l innovation en favorisant l expression

Plus en détail

Marchandisage Comment disposer efficacement ses produits en magasin

Marchandisage Comment disposer efficacement ses produits en magasin Marchandisage Comment disposer efficacement ses produits en magasin Votre conférencière Agnès Robin Designer de présentation 7800, boul. Métropolitain Est Bureau 219 Montréal (Québec) H1K 1A1 514 899-9555

Plus en détail