CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES"

Transcription

1 COSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MIISTRES RECOMMADATIO R (83) 6 DU COMITÉ DES MIISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LES MESURES D'ÉCOOMIE D'ÉERGIE DAS LES ÉQUIPEMETS SPORTIFS (adoptée par le Comité des Ministres le 21 juin 1983, lors de la 361 e réunion des Délégués des Ministres) Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'europe, Rappelant sa Résolution (76) 41 relative aux principes pour une politique de sport pour tous («Charte européenne du sport pour tous»); Tenant compte du fait que tous les Etats membres ont ressenti la nécessité de mettre en œuvre des programmes d'économie d'énergie; otant que la consommation d'énergie dans les équipements sportifs représente une part appréciable de la consommation nationale totale dans les Etats membres; Considérant que la nécessité de réduire la consommation d'énergie ne doit pas avoir pour conséquence directe ou indirecte de restreindre les possibilités de participation à des activités sportives, ni de mettre en danger les acquis de «Sport pour tous» au cours des quinze dernières années; Convaincu que des mesures d'économie d'énergie pourraient contribuer à la diminution des coûts de fonctionnement de chaque équipement sportif sans nuire au taux de participation au sport, ni au confort des usagers; Considérant que la mise en oeuvre de mesures efficaces d'économie d'énergie contribuera à permettre le maintien des effectifs employés dans les équipements sportifs à leur niveau actuel, dans l'intérêt public; Tenant compte de la nécessité de mettre en commun l'expérience des Etats membres afin que chacun d'eux soit mieux à même de mettre en œuvre et d'appliquer des mesures spécifiques d'économie d'énergie dans les équipements sportifs, Recommande aux gouvernements des Etats membres: i. de prendre les mesures définies dans la partie LA de la présente recommandation; ii. d'attirer l'attention des pouvoirs locaux sur la série de mesures d'économie d'énergie définie dans la partie I.B de la présente recommandation et d'encourager les pouvoirs locaux à les mettre en œuvre; iii. d'attirer l'attention des directeurs d'équipements sportifs, des organisations sportives, et des utilisateurs sportifs, des concepteurs et des architectes sur la série de mesures d'économie d'énergie définie dans les parties II.A, II.B et II.C respectivement de la présente recommandation et de les encourager à les mettre en œuvre; iv. d'assurer une large diffusion de la présente recommandation parmi toutes les parties intéressées et de prendre toutes les autres mesures nécessaires pour en encourager la mise en œuvre; - 1 -

2 v. de fournir au Secrétaire Général du Conseil de l'europe des informations sur les résultats des mesures d'économie d'énergie appliquées dans les équipements sportifs et sur les faits nouveaux les concernant lorsque de telles informations peuvent présenter un intérêt pour les autres Etats membres. PARTIE I A. Gouvernement central A.I. Politique générale a. Financement 1. Lorsque des investissements sont envisagés en matière d'économie d'énergie, les gouvernements devraient encourager l'adoption d'une approche progressive: i. mettre en œuvre en premier lieu les mesures ne requérant que peu de dépenses ou aucune; ii. n'envisager d'autres mesures qu'après une étude de coût et d'efficacité; iii. fonder les propositions sur une démonstration des économies réalisables. 2. Les gouvernements devraient étudier les moyens (agences centrales, commissions, etc.) et les méthodes (subventions, prêts, etc.) permettant de financer l'application dans les équipements sportifs de mesures d'économie d'énergie efficaces par rapport à leur coût, telles qu'elles sont définies au tableau de l'annexe I à la présente recommandation. Les prêts pourraient être remboursables au taux des économies escomptées de ces mesures. b. Publicité Les gouvernements devraient sensibiliser les utilisateurs sportifs, les organisations sportives, les pouvoirs locaux, les directeurs d'équipements, les architectes et les concepteurs aux possibilités d'économie d'énergie dans les équipements sportifs. Une opération de démonstration itinérante des différents équipements publics est à conseiller, surtout destinée aux pouvoirs locaux. Il faudrait envisager le lancement d'un concours national doté de prix récompensant une gestion efficace de l'énergie. c. Information Les gouvernements devraient parrainer la création de sources d'information objectives et complètes concernant les mesures et les installations d'économie d'énergie spécifiques. Il faudrait procéder à des essais objectifs pour vérifier les qualités attribuées à certaines installations. d. Recherche et expérience acquise Les gouvernements devraient encourager à l'avenir la recherche et la mise au point, notamment par l'industrie, de nouvelles formes d'énergie utilisant au mieux, dans chaque Etat membre, l'environnement naturel, le climat et les énergies de substitution. Un programme de prototypes et d'expériences est à conseiller. Ils devraient également étudier les moyens de communiquer aux concepteurs et aux architectes l'expérience acquise par les directeurs d'équipements sportifs et les pouvoirs locaux dans le domaine des économies d'énergie, afin que cette expérience ne soit pas perdue. A.II. Aspects techniques a. Unité de mesure uniformisée Les gouvernements devraient encourager dans leur pays l'adoption de l'unité uniformisée de mesure de consommation d'énergie dans les piscines couvertes et en plein air, les halles de sport, les gymnases et les patinoires, mentionnée à l'annexe II de la présente recommandation (à savoir le kilowatt/heure par mètre carré de surface d'évolution active par an). L'annexe II donne également des directives pour l'utilisation de cette unité. Sur la base de cette unité normalisée, les gouvernements devraient promouvoir la création de tableaux d'économies d'énergie permettant les comparaisons, les contrôles, l'élaboration de normes et la mise en commun, au niveau international, de l'expérience acquise

3 b. Consultation Les gouvernements devraient envisager la création d'une Agence ou d'une Commission centrale de coordination de l'économie d'énergie dans les équipements sportifs, qui prodiguerait des conseils aux directeurs de ces équipements. Cette commission serait entre autres chargée de créer des équipes de diagnostic constituées d'experts indépendants pour aider les pouvoirs locaux à prendre les mesures nécessaires, conseiller les directeurs d'équipements sportifs et les clubs de sport, comparer les performances locales aux normes nationales et élaborer un projet de réglementation en matière de construction d'équipements sportifs qui tiendrait compte de leur caractère spécifique et qui comprendrait des mesures d'économie d'énergie (double vitrage, indice d'isolation, etc.). Elle fournirait également des informations quant aux méthodes permettant de financer l'application de mesures d'économie d'énergie. A.III. Education des directeurs d'équipements sportifs Formation Les gouvernements devraient s'efforcer de mettre sur pied un programme national approprié de formation de base (d'une durée d'un an au moins) sur les techniques de gestion pour les directeurs d'équipements sportifs. Cette formation inclurait des éléments sur les principes d'économie d'énergie à la hauteur de son importance. Les gouvernements devraient également veiller à offrir une formation continue adéquate et des cours de recyclage en matière d'économie d'énergie dans les équipements sportifs destinés, par exemple, aux animateurs de stages. B. Pouvoirs locaux Les pouvoirs locaux devraient appliquer des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs, notamment afin que le nombre d'équipements nécessaires à la bonne marche de la collectivité puissent effectivement être offerts. B.I. Aspects techniques a. ouveaux équipements 1. Lorsqu'ils projettent de créer de nouveaux équipements sportifs, les pouvoirs locaux devraient porter une attention particulière aux possibilités d'économie d'énergie offertes par les ressources naturelles, les approvisionnements en énergie existants (par exemple, récupération de la chaleur résiduelle des usines) ou par la combinaison de différents types d'équipements, tels que patinoires et piscines. 2. Les pouvoirs locaux devraient exiger que les plans des nouvelles constructions comprennent: - une estimation de la consommation annuelle d'énergie probable; - une description des mesures d'économie d'énergie incorporées dans la conception. L'estimation de la consommation reposerait sur l'unité de mesure uniformisée mentionnée au paragraphe A.II.a de la présente recommandation. Si cette estimation se révélait trop éloignée de toute norme pertinente, les plans seraient modifiés de façon appropriée. b. Equipements existants Les pouvoirs locaux devraient trouver les moyens d'appliquer des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs existants. Le tableau figurant à l'annexe I aidera à déterminer les mesures qu'il convient de prendre pour chaque type d'équipement. L'ordre des priorités suivant est recommandé: i. amélioration de l'efficacité de fonctionnement sans nouvel investissement; ii. transformations mineures permettant la réalisation d'économies à court terme (mesures «simples»); iii. rénovation des installations techniques et amélioration du matériel qui permettront des économies à long terme (mesures «lourdes»). B.II. Formation des directeurs et du personnel 1. Les pouvoirs locaux veilleront à ce que tous les directeurs d'équipements sportifs employés par la collectivité soient pleinement conscients des possibilités d'économie d'énergie ainsi que des mesures à prendre dans ce domaine et qu'ils soient aptes à se charger de leur application. Les directeurs devront également assurer la formation du personnel des équipements sportifs en matière d'économie d'énergie

4 2. Les pouvoirs locaux devraient nommer les directeurs d'équipements sportifs en fonction de leurs connaissances et de leur expérience; une évaluation de leur formation en matière d'économie d'énergie sera également prise en compte. 3. Ils veilleront à ce que les directeurs aient accès à l'information, aux nouvelles techniques disponibles et à ce que l'expérience et les connaissances acquises soient diffusées de manière adéquate. 4. Les pouvoirs locaux devraient s'assurer que les coûts des programmes et stages de formation sont couverts par les économies d'énergie réalisées. PARTIE II A. Directeurs d'équipements sportifs Les directeurs devraient procéder à un examen complet des possibilités de réduire la quantité d'énergie consommée dans les équipements qu'ils dirigent et présenter des propositions appropriées à la collectivité locale. En vue de réaliser des économies d'énergie, les directeurs devraient suivre les directives ci-après: 1. Utiliser de façon la plus efficace l'équipement et les machines qu'il comprend (vérifications techniques, révisions); 2. Etablir des plans d'entretien préventif de gestion pour éviter, autant que possible, les réparations onéreuses ou les dépenses en capital imprévues; 3. Analyser le coût actuel de consommation d'énergie de l'équipement (chauffage, éclairage, ventilation, traitement de l'eau, machines, coût du personnel et matériel); 4. Analyser l'utilisation effective de l'équipement (heures de pointe, séquence d'activités); 5. Revoir les besoins et les pratiques en matière d'énergie en fonction de l'utilisation réelle, voir si les machines sont appropriées à cet usage, et ensuite les adapter et les modifier quand c'est nécessaire et possible (par exemple capacité des chaudières); 6. Installer des moyens à prix réduit pour économiser l'énergie (horloges de chaufferie, couvertures de bassin simples); 7. Reconsidérer la gestion et l'usage de l'équipement sous l'angle de l'économie d'énergie (emploi du temps, besoins en ventilation, maintenir les températures aussi bas que possible selon l'activité, éviter des variations non nécessaires de température); 8. Après avoir mis en œuvre les mesures ci-dessus, faire une étude des améliorations plus importantes pouvant être apportées (isolation, pompe à chaleur, etc.); 9. Se tenir informés des toutes nouvelles techniques d'économie d'énergie et voir comment les appliquer à leur complexe. B. Organisations sportives et utilisateurs sportifs Les organisations sportives et les utilisateurs sportifs devraient étudier les diverses façons de contribuer, dans leur intérêt mutuel, à l'économie d'énergie, en particulier: - en coopérant à l'application des mesures d'économie d'énergie; - en réexaminant et en limitant au maximum leurs besoins spécifiques en matière d'énergie, comme par exemple les exigences en matière de température ambiante en fonction du niveau et du type de jeu. C. Concepteurs et architectes Les concepteurs et les architectes devraient s'efforcer de créer les équipements sportifs les plus rationnels du point de vue de l'économie d'énergie. A cet égard, ils devraient tenir compte des résultats des recherches et des connaissances mentionnés au paragraphe A.I.d de la présente recommandation

5 Annexe I à la Recommandation nº R (83) 6 Tableau des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs par rapport à leur coût couvertes Piscines plein air Halles de sport Patinoires Investissements Efficacité par rapport à la consommation globale 1 = bas 3 = haut A = bas C = haut A. Conception et construction Distribution des zones d'activité X X X X Localisation X X X X position par rapport au soleil et au vent X X X X Environnement X X X X Forme du bâtiment X X X X Isolation thermique du bâtiment X X X X X X Inertie du bâtiment X X X Etanchéité du bâtiment X X X X X X Eclairage naturel (apports solaires passifs) X X X X B. Technique 1. Remarques générales Régulation et optimisation (temps, température, humidité, éclairage, traitement de l'eau) X X X X X X X X 1 C Couverture du plan d'eau X X X X 1-2 C Modernisation des équipements techniques (filtration, chauffage, ventilation et éclairage) X X X X X X X X 2 B 2. Gains d'énergie Echangeur sur air entrant X X X X 2 C Echangeur sur eau (rejets) X X X X 2 A-B PAC - sur air X X 3 B - en déshumidification X X 3 B - douches X X X X 3 B - eau de bassin X X X 3 A - chaleur de récupération du système de refroidis. X X 2 C - chaleur de récupération des gaz de combustion X X X X X X X X 1 B 3. Energies de substitution Pompe à chaleur (sources: nappes, lacs, etc.) X X X X X 3 B Capteurs solaires X X X X X 2-3 B 4. Production combinée de chaleur et d'électricité X X 3 C = existant = nouvelles constructions -5 -

6 Annexe II à la Recommandation n R (83) 6 Uniformiser l'unité de mesure de la consommation d'énergie dans les équipements sportifs Définition 1. La consommation d'énergie moyenne pour les piscines couvertes et en plein air, pour les halles de sport, les gymnases, les autres centres sportifs terrestres et les patinoires devrait être établie sur la base du kilowatt/heure par mètre carré de surface d'évolution active par an. 2. Cette mesure permettra de comparer les performances dans le domaine de l'énergie des différents équipements, quel que soit le pays. De toute évidence, il y a dans chaque pays une fourchette de chiffres ainsi qu'un chiffre moyen pour chacun de ces cas. La moyenne variera selon les caractéristiques de l'équipement sportif et la situation géographique du pays. Raison du choix de cette unité 3. L'unité employée doit avoir un caractère international et, par conséquent, l'unité monétaire ne peut être utilisée étant donné les différences de prix du combustible d'un pays à l'autre. La meilleure unité est celle de l'énergie puisqu'elle est convertible en valeur monétaire, quel que soit le combustible et quel que soit le pays. Elle ne sera donc pas tributaire de la fluctuation des prix des combustibles et peut être utilisée en tant que référence pour les mesures d'économie d'énergie. Le kilowatt/heure (kwh) est recommandé en tant qu'unité internationale bien reconnue. 4. En second lieu, l'unité d'énergie utilisée doit avoir un lien avec la surface d'évolution «active» dans un équipement donné: soit surface de l'eau du bassin, soit surface des zones d'activités de sport, de la glace de la patinoire, etc. L'espace consacré aux activités sportives détermine la taille et le volume d'une installation sportive en accord avec les normes préconisées dans chaque pays. Par exemple, la surface du plan d'eau du bassin détermine le nombre de vestiaires et de douches et la fréquentation maximale à tout moment. 5. La consommation totale d'énergie doit être calculée sur un an. Ceci permet de tenir compte des variations climatiques au cours de l'année et d'évaluer le budget annuel de l'énergie (et par conséquent les factures annuelles de chauffage) au stade de la conception. Les piscines en plein air, qui ne sont ouvertes que quatre ou cinq mois par an, poseront un léger problème, mais il faudrait quand même, pour obtenir des résultats comparables, calculer un chiffre annuel pour elles comme pour tous les autres équipements. Détermination des valeurs de base 6. La consommation totale d'énergie par m 2 de surface d'évolution active et par an pour chaque type d'installation sera la somme de tous ( ) et de plusieurs ( ) des éléments suivants: 6.1. Pertes dues aux «matériaux», c'est-à-dire l'énergie perdue par les parois, la toiture et le sol du bâtiment (déperditions de chaleur du bâtiment); 6.2. Chauffage de l'espace et ventilation (débit d'air neuf et taux de modulation); 6.3. Eau chaude sanitaire, c'est-à-dire l'eau chaude utilisée par les usagers dans les douches et les lavabos; 6.4. Electricité pour l'éclairage et la force (pompes, moteurs des ventilateurs, etc.); 6.5. Autres pertes, par exemple dans les cuisines, les bureaux, etc.; 6.6. Chauffage de l'eau du bassin; 6.7. Production de frigories (patinoires); 6.8. Saunas. 7. Ces consommations peuvent être calculées pour des équipements connus suivant les normes de chaque pays sans inclure les mesures d'économies d'énergie, à moins que ces normes ne rendent certains travaux obligatoires (par exemple l'isolation des murs, de la toiture, etc.). En plus des données de base, les chiffres devraient se baser sur les paramètres indispensables suivants: 7.1. La température intérieure, la température moyenne extérieure en degrés centigrades et la température de l'eau du bassin; 7.2. La durée d'ouverture exprimée en heures par an (soit h maximum); 7.3. L'humidité relative préconisée; 7.4. Le type de fonctionnement hors ouverture (arrêt, antigel, etc.)

7 Emploi des valeurs de base 8. Le calcul de ces chiffres de base fait apparaître clairement la quantité d'énergie utilisée dans les différents types d'installations, et la répartition de ces quantités en fonction des différents usages. Par conséquent, il s'agit: 8.1. De déterminer les actions vers lesquelles l'effort doit se porter pour obtenir la plus grande économie d'énergie possible; 8.2. De permettre d'estimer la consommation totale d'énergie dans un pays donné à partir de la connaissance de la surface totale d'évolution active des équipements sportifs; 8.3. De permettre également de se donner un objectif de base pour l'utilisation de l'énergie dans les nouveaux équipements; 8.4. De permettre de comparer les différentes installations d'un même type dans un ou plusieurs pays; 8.5. De fournir une information pour les analyses du rapport coût/bénéfice quant aux mesures et aux techniques d'économies d'énergie. I

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS?

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? Rémy KERVADEC, ETHIS Ingénierie PEUT-ON PARLER RAISONNABLEMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE S'AGISSANT DE PISCINES? La piscine est un bâtiment très énergivore

Plus en détail

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Les professionnels de L expertise comptable vous informent Le 04/03/2014 TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Bercy commente l'application de la TVA à 5,5 % aux travaux d'amélioration

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 Émissions de CO 2 du bâtiment : 14799 kg CO 2/an Émissions de CO 2 spécifiques : 66 kg CO 2/m².an Description du bâtiment

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Énergie et productivité pour un monde meilleur RT 2012 Principes et objectifs La Réglementation Thermique 2012, connue sous le nom de RT 2012,

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

THISION S. EXTRÊMEMENT ÉCONOMIQUE Excellent rapport de modulation de 1:9 (1,2-9,9 kw) RENDEMENT EXEMPLAIRE Rendement normalisé de 109 %

THISION S. EXTRÊMEMENT ÉCONOMIQUE Excellent rapport de modulation de 1:9 (1,2-9,9 kw) RENDEMENT EXEMPLAIRE Rendement normalisé de 109 % Chaudière gaz à condensation Puissance de 1,2 kw à,5 kw THISION S Un grand nombre d'anciens systèmes de chauffage génèrent des températures de départ qui ne correspondent en rien aux véritables besoins

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : 1970 Version du protocole: 22/10/2012

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure?

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure? CREDIT D IMPOT DEDIE AU DEVELOPPEMENT DURABLE Le crédit d impôt dédié au développement durable Avertissement : le document ci après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure compréhension

Plus en détail

Les primes et incitants fiscaux chauffage

Les primes et incitants fiscaux chauffage Les primes et incitants fiscaux chauffage construction et rénovation Loyers 13 mai 2009 Fonds Energie - Outil de la Région wallonne qui dans le cadre des engagements de réductions d émissions de gaz à

Plus en détail

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude?

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude? Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur? Une pompe à chaleur est un frigo qui fonctionne à l'envers. Une pompe à chaleur est capable de capter l'énergie à l'extérieur et de la restituer à l'intérieur. Par exemple,

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie MAZOUTMASSUIR.BE Utilisation rationnelle de l'énergie Légende: Chacun devrait considérer qu'il est de son devoir d'utiliser l'énergie de la façon la plus rationnelle possible. Ceci favorise non seulement

Plus en détail

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi?

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet, grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie et les émissions

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Analyse stratégique de la filière I. Description de la filière Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont les plus consommateurs d'énergie en France (44 %) et la

Plus en détail

Crédit d'impôt pour la Transition énergétique

Crédit d'impôt pour la Transition énergétique Crédit d'impôt pour la Transition énergétique Source : http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens Mis à jour le 16/01/2015 Depuis le 01/09/2014, le crédit d impôt développement durable a évolué pour

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Quelles sont les conditions pour en bénéficier?

Quelles sont les conditions pour en bénéficier? Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2015. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même taux à tous les

Plus en détail

Chauffage central à eau chaude

Chauffage central à eau chaude Chauffage central à eau chaude Le point sur la normalisation en Belgique (2012) Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de la Vouée Juetta N : 19 Boîte : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de la Vouée Juetta N : 19 Boîte : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment : CP : 4600 Localité : Richelle Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction :

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique pas de numéro pas de numéro 0/0/0 0 07 //00 Classe de performance énergétique Classe d'isolation thermique Besoins économes Bâtiment à basse consommation d'énergie Classe de performance énergétique La

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES AU TAUX REDUIT DE 5,5 % Les travaux d'amélioration de la qualité énergétique portent sur la pose, l'installation, l'entretien et la fourniture des matériaux, appareils

Plus en détail

Politique climatique et énergétique 2014-2018

Politique climatique et énergétique 2014-2018 La politique énergétique d'yverdon-les-bains fournit le cadre qui permettra de réduire les besoins en énergie de la Ville et d'augmenter la production d'énergies renouvelables. Il est important que cette

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de la Station N : 42 Boîte : CP : 6850 Localité : Paliseul Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de la Station N : 42 Boîte : CP : 6850 Localité : Paliseul Type de bâtiment : CP : 6850 Localité : Paliseul Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue des Combattants N : 70 Boîte : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue des Combattants N : 70 Boîte : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment : CP : 1490 Localité : Court-Saint-Etienne Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées L'exploitation efficace des potentiels disponibles facilite considérablement

Plus en détail

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ]

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ] Aérogénérateur : Un aérogénérateur, ou une éolienne convertit l énergie du vent en énergie mécanique, elle-même transformée en électricité grâce à un générateur Plus d informations sur l aérogénérateur

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'omezée N : 2 Boîte : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'omezée N : 2 Boîte : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment : CP : 5600 Localité : Omezée Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

Économies d'énergie Comment agir

Économies d'énergie Comment agir Économies d'énergie Comment agir Impact des nouvelles règlementations thermiques sur les Établissements de Santé 31 mai 2012 Commissariat Général au Développement durable 1 Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique Paris, le 4 mars 2014 TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique L administration fiscale a publié au BOFIP en date du 25 février 2014 ses commentaires sur la TVA à 5,5 % sur

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL CHAUFFAGE / FROID

CENTRE COMMUNAL CHAUFFAGE / FROID CENTRE COMMUNAL CHAUFFAGE / FROID TABLE DES MATIERES INTRODUCTION Bureau Mike HUMBERT Sarl & Ryser Eco Sarl M. HUMBERT Présentera les éléments techniques et bilans qui en découlent Bureau Grenier architectes

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs AUDIT ENERGETIQUE Immeuble logement collectif - Copropriété Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs Notre démarche Notre étude Notre rapport ECIC : depuis 1991 2 agences : ITTEVILLE (91) & BORDEAUX (33)

Plus en détail

Crédit d'impôt développement durable. Qu'est-ce que ce crédit d'impôt? Quelles sont les conditions pour en bénéficier?

Crédit d'impôt développement durable. Qu'est-ce que ce crédit d'impôt? Quelles sont les conditions pour en bénéficier? Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2015. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même taux à tous les

Plus en détail

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation Sommaire Introduction Confort dans L isolation thermique Pourquoi bien isoler son habitation?? s?? financières Confort Thermique Protection environnement «Plus de confort et d'espace» Les parois non isolées,

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Paris, le 5 janvier 2005 Annoncées dans le Plan Climat en juillet 2004, les mesures fiscales en faveur des énergies

Plus en détail

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7 Le solaire : un acte citoyen http://www.climamaison.com/ Le solaire, bien que distant de quelques 150 millions de kilomètres de la terre, est une énergie disponible, gratuite, économique et non polluante.

Plus en détail

Linke, mon habitat intelligent

Linke, mon habitat intelligent Dossier presse 2015 Linke, mon habitat intelligent Une application mobile pour maîtriser les consommations d'énergie et d'eau 02 Entièrement gratuite, Linke est une application pour mobile qui aide les

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 001 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 001 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Le Projet Sémiramis à Fribourg

Le Projet Sémiramis à Fribourg Le Projet Sémiramis à Fribourg Dominique Chuard Architecte EPFZ, Sorane SA, Lausanne Situation initiale Cette note présente le processus d'optimisation énergétique menée lors du développement du projet

Plus en détail

ENERGETIQUE DU BATIMENT

ENERGETIQUE DU BATIMENT LP MIE Module UE2 2B-CEE Energétique du bâtiment I. INTRODUCTION : ENERGETIQUE DU BATIMENT Prenons l exemple d un bâtiment en hiver pour lequel on souhaiterait obtenir une température intérieure de 18

Plus en détail

L énergie naturelle de la géothermie.

L énergie naturelle de la géothermie. Pompe à chaleur géothermique ROTEX L énergie naturelle de la géothermie. Le système HPU ground ROTEX la pompe à chaleur géothermique qui fournit le chauffage avec une énergie naturelle gratuite. Un système

Plus en détail

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE VENTILATION PANNEAUX SOLAIRES ISOLATION EAU CHAUDE SANITAIRE POMPE A CHALEUR FENETRES A ISOLATION RENFORCEE DIAGNOSTIC CONSEIL TRAVAUX Diagnostic Recommandations Travaux Un expert sistems étudie la configuration

Plus en détail

POMPE A CHALEUR. La pompe à chaleur Chauffer avec l énergie solaire

POMPE A CHALEUR. La pompe à chaleur Chauffer avec l énergie solaire POMPE A CHALEUR La pompe à chaleur Chauffer avec l énergie solaire 2 Le soleil est la source énergétique idéale pour l'avenir ; elle est inépuisable, écologique et gratuite. Ceci explique le bilan écologique

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

RT 2012 et responsabilités

RT 2012 et responsabilités RT 2012 et responsabilités UDAF Valence 24/05/2012 Source :Christian Blachot Architecte Nicolas Estrangin (ADIL Information Energie) 1.MODALITÉS TECHNIQUES 24/05/2012 RT2012 et responsabilités 2 Objectifs

Plus en détail

LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS

LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS LES AVANTAGES DE L'INFILTROMETRIE ET DE L'EFFICACITE ENERGETIQUE DES BATIMENTS Le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) est un outil mis en place en 2002 pour permettre à chacun (propriétaires, acheteurs,

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

«7. Des recommandations de travaux et d'amélioration de la gestion thermique du bien et de ses équipements visant à réduire les consommations

«7. Des recommandations de travaux et d'amélioration de la gestion thermique du bien et de ses équipements visant à réduire les consommations G / Bail forma tab DPE Arrêté du 8 février 2012 modifiant l'arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d'habitation proposés à

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global Questure Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global 1. État des lieux : consommations totales en 2013 - non normalisées Électricité Gaz Eau kwh EURO kwh EURO m 3 EURO 2009 932 272

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT?

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Séquence pédagogique détaillée COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION D ENERGIE D UN LOGEMENT? Discipline : Technologie Niveau : 4 e SITUATION DANS LES PROGRAMMES Approche du programme : «Les énergies mises en

Plus en détail

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne.

Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Analyse de sensibilité de la méthode de calcul de la performance énergétique des bâtiments (PEB) en Région wallonne. Stéphanie NOURRICIER 1, Véronique FELDHEIM 1, Frédéric RENARD 1 Pôle Energie Université

Plus en détail

PLANS DU BÂTIMENT CALCULS Performances Energétiques du Bâtiment Niveau d étanchéité à l air du bâtiment à faire imposer dans le cahier des charges et à faire contrôler par un test Blower Door. Exemples

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE T.Flow Le système qui ré-invente l eau chaude. SYSTEME Ventiler Produire l ECS 2 FONCTIONS Bienvenue dans un monde tempéré. Système de Températion Domestique T.Flow Bienvenue

Plus en détail

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2 Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments 12/06/2014 - Version V2 1. Contexte... 2 2. Objectif de la directive de la CEDEAO relative à l efficacité énergétique dans les bâtiments...

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière d'efficacité énergétique pour les générateurs de chaleur

Nouvelles exigences en matière d'efficacité énergétique pour les générateurs de chaleur Nouvelles exigences en matière d'efficacité énergétique pour les générateurs de chaleur L'Union européenne exige qu'à partir du 26 septembre 2015, tous les générateurs de chaleur et ballons satisfassent

Plus en détail

Efficacité énergétique

Efficacité énergétique Optimiser l'énergie Pourquoi? L'importance de l'efficacité énergétique Il en va de la responsabilité de tous d'éviter le gaspillage de l'énergie en l'utilisant intelligemment. Pourquoi? Parce que l'énergie

Plus en détail

JORF n 0064 du 15 mars 2012 page 4763 texte n 7

JORF n 0064 du 15 mars 2012 page 4763 texte n 7 1 sur 7 24/03/2012 09:49 JORF n 0064 du 15 mars 2012 page 4763 texte n 7 ARRETE Arrêté du 8 février 2012 modifiant l'arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables.

La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables. 1 La société La société Héliopac bénéficie d'une expérience de près de 20 ans dans le domaine des énergies renouvelables. => Conception et fabrication de systèmes de production d ECS pour le tertiaire

Plus en détail

Décret n 2012-545 du 23 avril 2012 relatif à la répartition des frais de chauffage dans les immeubles collectifs :

Décret n 2012-545 du 23 avril 2012 relatif à la répartition des frais de chauffage dans les immeubles collectifs : Décret n 2012-545 du 23 avril 2012 relatif à la répartition des frais de chauffage dans les immeubles collectifs : Publics concernés : propriétaires et locataires de logements ou de locaux situés dans

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

PRINCIPE page 1 PRESTATIONS page 2 MATERIEL page 4 FAQ page 6

PRINCIPE page 1 PRESTATIONS page 2 MATERIEL page 4 FAQ page 6 SOMMAIRE PRINCIPE page 1 PRESTATIONS page 2 MATERIEL page 4 FAQ page 6 AIR 1 - PRINCIPE Le soleil, et rien d'autre : le capteur solaire à air apporte de l'air chaud à votre intérieur sans raccord au réseau,

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

7Opération thermographie

7Opération thermographie UNE THERMOGRAPHIE AÉRIENNE INFRAROUGE POUR LA VILLE DE GAP Dans le cadre de la première Charte pour l'environnement, qui porte sur la période 2001-2006, la Ville de Gap a pris un certain nombre d'orientations

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes 4.1.2003 L 1/65 DIRECTIVE 2002/91/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu le

Plus en détail

promouvoir les PME - protéger le climat

promouvoir les PME - protéger le climat Protéger le climat. Soutenir les PME. Une histoire de succès jusqu'en 2020 promouvoir les PME - protéger le climat Aperçu Fondation Suisse pour le Climat Quelles sont les offres de soutien? Quelle est

Plus en détail

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir

Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir EMPL Gestion de l'énergie. Une gestion pour l'avenir Services légaux et complémentaires pour la Wallonie Optimising work environments Vers une politique rationnelle en matière d'énergie. Le changement

Plus en détail

Arrêté concernant les coûts externes de l'énergie (ACEE)

Arrêté concernant les coûts externes de l'énergie (ACEE) Arrêté concernant les coûts externes de l'énergie (ACEE) Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu l'article 3, alinéa 2, de la loi cantonale sur l'énergie (LCEn), du 18 juin 2001 1)

Plus en détail

Sont exclus du présent règlement communal les locaux à usage professionnel ou commercial.

Sont exclus du présent règlement communal les locaux à usage professionnel ou commercial. Règlement communal concernant l'octroi d'une subvention pour l'utilisation rationnelle de l'énergie et la mise en valeur des sources d'énergie renouvelables Article 1 Il est accordé sous les conditions

Plus en détail

Chaleur, Économie et Confort : sur simple demande. Heat is our element * Système de régulation Logamatic EMS. [ Air ] [ Eau ] [ Terre ] [ Buderus ]

Chaleur, Économie et Confort : sur simple demande. Heat is our element * Système de régulation Logamatic EMS. [ Air ] [ Eau ] [ Terre ] [ Buderus ] [ Air ] [ Eau ] Système de régulation Logamatic EMS [ Terre ] [ Buderus ] Chaleur, Économie et Confort : sur simple demande Heat is our element * * La chaleur est notre élément Avec une régulation intelligente,

Plus en détail