CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (83) 6 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES"

Transcription

1 COSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MIISTRES RECOMMADATIO R (83) 6 DU COMITÉ DES MIISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LES MESURES D'ÉCOOMIE D'ÉERGIE DAS LES ÉQUIPEMETS SPORTIFS (adoptée par le Comité des Ministres le 21 juin 1983, lors de la 361 e réunion des Délégués des Ministres) Le Comité des Ministres, en vertu de l'article 15.b du Statut du Conseil de l'europe, Rappelant sa Résolution (76) 41 relative aux principes pour une politique de sport pour tous («Charte européenne du sport pour tous»); Tenant compte du fait que tous les Etats membres ont ressenti la nécessité de mettre en œuvre des programmes d'économie d'énergie; otant que la consommation d'énergie dans les équipements sportifs représente une part appréciable de la consommation nationale totale dans les Etats membres; Considérant que la nécessité de réduire la consommation d'énergie ne doit pas avoir pour conséquence directe ou indirecte de restreindre les possibilités de participation à des activités sportives, ni de mettre en danger les acquis de «Sport pour tous» au cours des quinze dernières années; Convaincu que des mesures d'économie d'énergie pourraient contribuer à la diminution des coûts de fonctionnement de chaque équipement sportif sans nuire au taux de participation au sport, ni au confort des usagers; Considérant que la mise en oeuvre de mesures efficaces d'économie d'énergie contribuera à permettre le maintien des effectifs employés dans les équipements sportifs à leur niveau actuel, dans l'intérêt public; Tenant compte de la nécessité de mettre en commun l'expérience des Etats membres afin que chacun d'eux soit mieux à même de mettre en œuvre et d'appliquer des mesures spécifiques d'économie d'énergie dans les équipements sportifs, Recommande aux gouvernements des Etats membres: i. de prendre les mesures définies dans la partie LA de la présente recommandation; ii. d'attirer l'attention des pouvoirs locaux sur la série de mesures d'économie d'énergie définie dans la partie I.B de la présente recommandation et d'encourager les pouvoirs locaux à les mettre en œuvre; iii. d'attirer l'attention des directeurs d'équipements sportifs, des organisations sportives, et des utilisateurs sportifs, des concepteurs et des architectes sur la série de mesures d'économie d'énergie définie dans les parties II.A, II.B et II.C respectivement de la présente recommandation et de les encourager à les mettre en œuvre; iv. d'assurer une large diffusion de la présente recommandation parmi toutes les parties intéressées et de prendre toutes les autres mesures nécessaires pour en encourager la mise en œuvre; - 1 -

2 v. de fournir au Secrétaire Général du Conseil de l'europe des informations sur les résultats des mesures d'économie d'énergie appliquées dans les équipements sportifs et sur les faits nouveaux les concernant lorsque de telles informations peuvent présenter un intérêt pour les autres Etats membres. PARTIE I A. Gouvernement central A.I. Politique générale a. Financement 1. Lorsque des investissements sont envisagés en matière d'économie d'énergie, les gouvernements devraient encourager l'adoption d'une approche progressive: i. mettre en œuvre en premier lieu les mesures ne requérant que peu de dépenses ou aucune; ii. n'envisager d'autres mesures qu'après une étude de coût et d'efficacité; iii. fonder les propositions sur une démonstration des économies réalisables. 2. Les gouvernements devraient étudier les moyens (agences centrales, commissions, etc.) et les méthodes (subventions, prêts, etc.) permettant de financer l'application dans les équipements sportifs de mesures d'économie d'énergie efficaces par rapport à leur coût, telles qu'elles sont définies au tableau de l'annexe I à la présente recommandation. Les prêts pourraient être remboursables au taux des économies escomptées de ces mesures. b. Publicité Les gouvernements devraient sensibiliser les utilisateurs sportifs, les organisations sportives, les pouvoirs locaux, les directeurs d'équipements, les architectes et les concepteurs aux possibilités d'économie d'énergie dans les équipements sportifs. Une opération de démonstration itinérante des différents équipements publics est à conseiller, surtout destinée aux pouvoirs locaux. Il faudrait envisager le lancement d'un concours national doté de prix récompensant une gestion efficace de l'énergie. c. Information Les gouvernements devraient parrainer la création de sources d'information objectives et complètes concernant les mesures et les installations d'économie d'énergie spécifiques. Il faudrait procéder à des essais objectifs pour vérifier les qualités attribuées à certaines installations. d. Recherche et expérience acquise Les gouvernements devraient encourager à l'avenir la recherche et la mise au point, notamment par l'industrie, de nouvelles formes d'énergie utilisant au mieux, dans chaque Etat membre, l'environnement naturel, le climat et les énergies de substitution. Un programme de prototypes et d'expériences est à conseiller. Ils devraient également étudier les moyens de communiquer aux concepteurs et aux architectes l'expérience acquise par les directeurs d'équipements sportifs et les pouvoirs locaux dans le domaine des économies d'énergie, afin que cette expérience ne soit pas perdue. A.II. Aspects techniques a. Unité de mesure uniformisée Les gouvernements devraient encourager dans leur pays l'adoption de l'unité uniformisée de mesure de consommation d'énergie dans les piscines couvertes et en plein air, les halles de sport, les gymnases et les patinoires, mentionnée à l'annexe II de la présente recommandation (à savoir le kilowatt/heure par mètre carré de surface d'évolution active par an). L'annexe II donne également des directives pour l'utilisation de cette unité. Sur la base de cette unité normalisée, les gouvernements devraient promouvoir la création de tableaux d'économies d'énergie permettant les comparaisons, les contrôles, l'élaboration de normes et la mise en commun, au niveau international, de l'expérience acquise

3 b. Consultation Les gouvernements devraient envisager la création d'une Agence ou d'une Commission centrale de coordination de l'économie d'énergie dans les équipements sportifs, qui prodiguerait des conseils aux directeurs de ces équipements. Cette commission serait entre autres chargée de créer des équipes de diagnostic constituées d'experts indépendants pour aider les pouvoirs locaux à prendre les mesures nécessaires, conseiller les directeurs d'équipements sportifs et les clubs de sport, comparer les performances locales aux normes nationales et élaborer un projet de réglementation en matière de construction d'équipements sportifs qui tiendrait compte de leur caractère spécifique et qui comprendrait des mesures d'économie d'énergie (double vitrage, indice d'isolation, etc.). Elle fournirait également des informations quant aux méthodes permettant de financer l'application de mesures d'économie d'énergie. A.III. Education des directeurs d'équipements sportifs Formation Les gouvernements devraient s'efforcer de mettre sur pied un programme national approprié de formation de base (d'une durée d'un an au moins) sur les techniques de gestion pour les directeurs d'équipements sportifs. Cette formation inclurait des éléments sur les principes d'économie d'énergie à la hauteur de son importance. Les gouvernements devraient également veiller à offrir une formation continue adéquate et des cours de recyclage en matière d'économie d'énergie dans les équipements sportifs destinés, par exemple, aux animateurs de stages. B. Pouvoirs locaux Les pouvoirs locaux devraient appliquer des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs, notamment afin que le nombre d'équipements nécessaires à la bonne marche de la collectivité puissent effectivement être offerts. B.I. Aspects techniques a. ouveaux équipements 1. Lorsqu'ils projettent de créer de nouveaux équipements sportifs, les pouvoirs locaux devraient porter une attention particulière aux possibilités d'économie d'énergie offertes par les ressources naturelles, les approvisionnements en énergie existants (par exemple, récupération de la chaleur résiduelle des usines) ou par la combinaison de différents types d'équipements, tels que patinoires et piscines. 2. Les pouvoirs locaux devraient exiger que les plans des nouvelles constructions comprennent: - une estimation de la consommation annuelle d'énergie probable; - une description des mesures d'économie d'énergie incorporées dans la conception. L'estimation de la consommation reposerait sur l'unité de mesure uniformisée mentionnée au paragraphe A.II.a de la présente recommandation. Si cette estimation se révélait trop éloignée de toute norme pertinente, les plans seraient modifiés de façon appropriée. b. Equipements existants Les pouvoirs locaux devraient trouver les moyens d'appliquer des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs existants. Le tableau figurant à l'annexe I aidera à déterminer les mesures qu'il convient de prendre pour chaque type d'équipement. L'ordre des priorités suivant est recommandé: i. amélioration de l'efficacité de fonctionnement sans nouvel investissement; ii. transformations mineures permettant la réalisation d'économies à court terme (mesures «simples»); iii. rénovation des installations techniques et amélioration du matériel qui permettront des économies à long terme (mesures «lourdes»). B.II. Formation des directeurs et du personnel 1. Les pouvoirs locaux veilleront à ce que tous les directeurs d'équipements sportifs employés par la collectivité soient pleinement conscients des possibilités d'économie d'énergie ainsi que des mesures à prendre dans ce domaine et qu'ils soient aptes à se charger de leur application. Les directeurs devront également assurer la formation du personnel des équipements sportifs en matière d'économie d'énergie

4 2. Les pouvoirs locaux devraient nommer les directeurs d'équipements sportifs en fonction de leurs connaissances et de leur expérience; une évaluation de leur formation en matière d'économie d'énergie sera également prise en compte. 3. Ils veilleront à ce que les directeurs aient accès à l'information, aux nouvelles techniques disponibles et à ce que l'expérience et les connaissances acquises soient diffusées de manière adéquate. 4. Les pouvoirs locaux devraient s'assurer que les coûts des programmes et stages de formation sont couverts par les économies d'énergie réalisées. PARTIE II A. Directeurs d'équipements sportifs Les directeurs devraient procéder à un examen complet des possibilités de réduire la quantité d'énergie consommée dans les équipements qu'ils dirigent et présenter des propositions appropriées à la collectivité locale. En vue de réaliser des économies d'énergie, les directeurs devraient suivre les directives ci-après: 1. Utiliser de façon la plus efficace l'équipement et les machines qu'il comprend (vérifications techniques, révisions); 2. Etablir des plans d'entretien préventif de gestion pour éviter, autant que possible, les réparations onéreuses ou les dépenses en capital imprévues; 3. Analyser le coût actuel de consommation d'énergie de l'équipement (chauffage, éclairage, ventilation, traitement de l'eau, machines, coût du personnel et matériel); 4. Analyser l'utilisation effective de l'équipement (heures de pointe, séquence d'activités); 5. Revoir les besoins et les pratiques en matière d'énergie en fonction de l'utilisation réelle, voir si les machines sont appropriées à cet usage, et ensuite les adapter et les modifier quand c'est nécessaire et possible (par exemple capacité des chaudières); 6. Installer des moyens à prix réduit pour économiser l'énergie (horloges de chaufferie, couvertures de bassin simples); 7. Reconsidérer la gestion et l'usage de l'équipement sous l'angle de l'économie d'énergie (emploi du temps, besoins en ventilation, maintenir les températures aussi bas que possible selon l'activité, éviter des variations non nécessaires de température); 8. Après avoir mis en œuvre les mesures ci-dessus, faire une étude des améliorations plus importantes pouvant être apportées (isolation, pompe à chaleur, etc.); 9. Se tenir informés des toutes nouvelles techniques d'économie d'énergie et voir comment les appliquer à leur complexe. B. Organisations sportives et utilisateurs sportifs Les organisations sportives et les utilisateurs sportifs devraient étudier les diverses façons de contribuer, dans leur intérêt mutuel, à l'économie d'énergie, en particulier: - en coopérant à l'application des mesures d'économie d'énergie; - en réexaminant et en limitant au maximum leurs besoins spécifiques en matière d'énergie, comme par exemple les exigences en matière de température ambiante en fonction du niveau et du type de jeu. C. Concepteurs et architectes Les concepteurs et les architectes devraient s'efforcer de créer les équipements sportifs les plus rationnels du point de vue de l'économie d'énergie. A cet égard, ils devraient tenir compte des résultats des recherches et des connaissances mentionnés au paragraphe A.I.d de la présente recommandation

5 Annexe I à la Recommandation nº R (83) 6 Tableau des mesures d'économie d'énergie dans les équipements sportifs par rapport à leur coût couvertes Piscines plein air Halles de sport Patinoires Investissements Efficacité par rapport à la consommation globale 1 = bas 3 = haut A = bas C = haut A. Conception et construction Distribution des zones d'activité X X X X Localisation X X X X position par rapport au soleil et au vent X X X X Environnement X X X X Forme du bâtiment X X X X Isolation thermique du bâtiment X X X X X X Inertie du bâtiment X X X Etanchéité du bâtiment X X X X X X Eclairage naturel (apports solaires passifs) X X X X B. Technique 1. Remarques générales Régulation et optimisation (temps, température, humidité, éclairage, traitement de l'eau) X X X X X X X X 1 C Couverture du plan d'eau X X X X 1-2 C Modernisation des équipements techniques (filtration, chauffage, ventilation et éclairage) X X X X X X X X 2 B 2. Gains d'énergie Echangeur sur air entrant X X X X 2 C Echangeur sur eau (rejets) X X X X 2 A-B PAC - sur air X X 3 B - en déshumidification X X 3 B - douches X X X X 3 B - eau de bassin X X X 3 A - chaleur de récupération du système de refroidis. X X 2 C - chaleur de récupération des gaz de combustion X X X X X X X X 1 B 3. Energies de substitution Pompe à chaleur (sources: nappes, lacs, etc.) X X X X X 3 B Capteurs solaires X X X X X 2-3 B 4. Production combinée de chaleur et d'électricité X X 3 C = existant = nouvelles constructions -5 -

6 Annexe II à la Recommandation n R (83) 6 Uniformiser l'unité de mesure de la consommation d'énergie dans les équipements sportifs Définition 1. La consommation d'énergie moyenne pour les piscines couvertes et en plein air, pour les halles de sport, les gymnases, les autres centres sportifs terrestres et les patinoires devrait être établie sur la base du kilowatt/heure par mètre carré de surface d'évolution active par an. 2. Cette mesure permettra de comparer les performances dans le domaine de l'énergie des différents équipements, quel que soit le pays. De toute évidence, il y a dans chaque pays une fourchette de chiffres ainsi qu'un chiffre moyen pour chacun de ces cas. La moyenne variera selon les caractéristiques de l'équipement sportif et la situation géographique du pays. Raison du choix de cette unité 3. L'unité employée doit avoir un caractère international et, par conséquent, l'unité monétaire ne peut être utilisée étant donné les différences de prix du combustible d'un pays à l'autre. La meilleure unité est celle de l'énergie puisqu'elle est convertible en valeur monétaire, quel que soit le combustible et quel que soit le pays. Elle ne sera donc pas tributaire de la fluctuation des prix des combustibles et peut être utilisée en tant que référence pour les mesures d'économie d'énergie. Le kilowatt/heure (kwh) est recommandé en tant qu'unité internationale bien reconnue. 4. En second lieu, l'unité d'énergie utilisée doit avoir un lien avec la surface d'évolution «active» dans un équipement donné: soit surface de l'eau du bassin, soit surface des zones d'activités de sport, de la glace de la patinoire, etc. L'espace consacré aux activités sportives détermine la taille et le volume d'une installation sportive en accord avec les normes préconisées dans chaque pays. Par exemple, la surface du plan d'eau du bassin détermine le nombre de vestiaires et de douches et la fréquentation maximale à tout moment. 5. La consommation totale d'énergie doit être calculée sur un an. Ceci permet de tenir compte des variations climatiques au cours de l'année et d'évaluer le budget annuel de l'énergie (et par conséquent les factures annuelles de chauffage) au stade de la conception. Les piscines en plein air, qui ne sont ouvertes que quatre ou cinq mois par an, poseront un léger problème, mais il faudrait quand même, pour obtenir des résultats comparables, calculer un chiffre annuel pour elles comme pour tous les autres équipements. Détermination des valeurs de base 6. La consommation totale d'énergie par m 2 de surface d'évolution active et par an pour chaque type d'installation sera la somme de tous ( ) et de plusieurs ( ) des éléments suivants: 6.1. Pertes dues aux «matériaux», c'est-à-dire l'énergie perdue par les parois, la toiture et le sol du bâtiment (déperditions de chaleur du bâtiment); 6.2. Chauffage de l'espace et ventilation (débit d'air neuf et taux de modulation); 6.3. Eau chaude sanitaire, c'est-à-dire l'eau chaude utilisée par les usagers dans les douches et les lavabos; 6.4. Electricité pour l'éclairage et la force (pompes, moteurs des ventilateurs, etc.); 6.5. Autres pertes, par exemple dans les cuisines, les bureaux, etc.; 6.6. Chauffage de l'eau du bassin; 6.7. Production de frigories (patinoires); 6.8. Saunas. 7. Ces consommations peuvent être calculées pour des équipements connus suivant les normes de chaque pays sans inclure les mesures d'économies d'énergie, à moins que ces normes ne rendent certains travaux obligatoires (par exemple l'isolation des murs, de la toiture, etc.). En plus des données de base, les chiffres devraient se baser sur les paramètres indispensables suivants: 7.1. La température intérieure, la température moyenne extérieure en degrés centigrades et la température de l'eau du bassin; 7.2. La durée d'ouverture exprimée en heures par an (soit h maximum); 7.3. L'humidité relative préconisée; 7.4. Le type de fonctionnement hors ouverture (arrêt, antigel, etc.)

7 Emploi des valeurs de base 8. Le calcul de ces chiffres de base fait apparaître clairement la quantité d'énergie utilisée dans les différents types d'installations, et la répartition de ces quantités en fonction des différents usages. Par conséquent, il s'agit: 8.1. De déterminer les actions vers lesquelles l'effort doit se porter pour obtenir la plus grande économie d'énergie possible; 8.2. De permettre d'estimer la consommation totale d'énergie dans un pays donné à partir de la connaissance de la surface totale d'évolution active des équipements sportifs; 8.3. De permettre également de se donner un objectif de base pour l'utilisation de l'énergie dans les nouveaux équipements; 8.4. De permettre de comparer les différentes installations d'un même type dans un ou plusieurs pays; 8.5. De fournir une information pour les analyses du rapport coût/bénéfice quant aux mesures et aux techniques d'économies d'énergie. I

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Chaudière gaz à basse température & à condensation

Chaudière gaz à basse température & à condensation Primes & Démarches Administratives Il est important de préciser que toutes les démarches administratives sont prises en charge par la SPRL Kreusch Frères (Bernard Kreusch) même que nous sommes là pour

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique Paris, le 4 mars 2014 TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique L administration fiscale a publié au BOFIP en date du 25 février 2014 ses commentaires sur la TVA à 5,5 % sur

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

(Du 20 septembre 2006)

(Du 20 septembre 2006) SPORTS 06-018 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit relative à la construction d une nouvelle chaufferie et l installation d une pompe à chaleur aux piscines du

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Depuis la loi de finances pour 2005, a été créé un crédit d'impôt dédié au développement durable et aux économies d'énergie. S inscrivant dans

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Bâtiment résidentiel existant

Bâtiment résidentiel existant E Certificat de Performance Energetique () N : 20131120026710 Etabli le: 20/11/2013 g., Ah" CP : 7100 Localité : Trivières Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d'urbanisme/unique obtenu

Plus en détail

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Présentation Avantages de la combinaison pompe à chaleur et chaleur solaire

Plus en détail

Conseil en Orientation Energétique

Conseil en Orientation Energétique Conseil en Orientation Energétique B A I L L A R G U E S Salle Claude PLAN + CCAS novembre 2008 Diagnostiqueur : Michaël GERBER Salle Bagouet Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier T : 04 67 91

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE 36% DE CRÉDIT D'IMPÔTS Loi de finance 2011 T.Flow Un système révolutionnaire 2 en 1 Seul

Plus en détail

CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION RGE DE L ENTREPRISE : COMMENTAIRES DE L ADMINISTRATION FISCALE

CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION RGE DE L ENTREPRISE : COMMENTAIRES DE L ADMINISTRATION FISCALE CHAMBRE SYNDICALE DES INDUSTRIES DU BOIS DU BAS-RHIN BP 68055 3, rue Jean Monnet ECKBOLSHEIM 67038 STRASBOURG Cedex Tel: 03.88.10.28.00 - Fax:03.88.77.80.02 CREDIT D IMPOT TRANSITION ENERGETIQUE ET QUALIFICATION

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014

Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Direction générale de l environnement (DGE) Direction de l énergie Chemin des Boveresses 155 1066 Epalinges Aide à l'application EN-VD-72 Part minimale d énergie renouvelable Edition juillet 2014 Champ

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Les maisons à énergie positive

Les maisons à énergie positive Conférence dans le cadre du projet VallEnergie Les maisons à énergie positive Attert, le 11 mars 2014 VallEnergie Atteindre l autonomie énergétique de la Vallée de l Attert belgo-luxembourgeoise gérée

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Madame, Monsieur, Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Depuis plusieurs années, les trois Régions et l'etat fédéral ont travaillé au développement d'une procédure commune visant

Plus en détail

Autres modalités d'application

Autres modalités d'application Mars 2014 FISCAL CIRCULAIRE D INFORMATION TVA à 5,5 % au 1 er janvier 2014 Définition des travaux induits et nouvelles précisions L administration publie la liste officielle des travaux induits en complétant

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES PISCINES CHAUFFAGE DESHUMIDIFICATION TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES Une piscine couverte doit être considérée comme un ouvrage spécifique dont les critères diffèrent de ceux d'un ouvrage classique

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07)

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) Comment régler son installation pour réduire de manière optimale sa consommation d énergie? 1. LE REGLAGE D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE

Plus en détail

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie

Smatrix. Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie Smatrix Le système de réglage intelligent de chauffage et de refroidissement sol Plus de confort avec moins d'énergie 02 l Uponor Smatrix Uponor Smatrix : optimise la climatisation intérieure, la gestion

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 1055, 116 e Rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE

PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE COMMUNE D'ORSIERES Rue de la Commune 3-1937 Orsières PRESCRIPTIONS POUR LE RACCORDEMENT DES INSTALLATIONS POUR LE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ARTICLE 1 INTRODUCTION 1. Le chauffage électrique des locaux est accordé

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique LE SOLEIL BRILLE POUR TOUS UTILISEZ L'énergie gratuite de la nature SANS ÉMISSION DE CO 2. ÉCONOMISEZ

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART

Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Forum Scientifique: Bâtir Eco-SMART Sfax, 06 mars 2015 Bâtiment Eco-Smart : DEFIS TECHNOLOGIQUES ET REGLEMENTAIRES HASSEN BEN HASSINE EXPERT EN EFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE?

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? Les dépenses publiques des hôpitaux ont augmenté de 50% en 10 ans et les hôpitaux ont une consommation d environ 400 kwh/m² d énergie finale (contre 100

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne.

Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Des systèmes de chauffage avec pompe à chaleur et accumulateur de chaleur pour les construction dans les zones de montagne. Formation à la promotion des énergies renouvelables à CEFIDEC Vatra Dornei Dănuţ

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

Diagnostic de Performance énergétique

Diagnostic de Performance énergétique Diagnostic de Performance énergétique Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d'un logement ou d'un bâtiment, en évaluant sa consommation d'énergie et son

Plus en détail

Grands Consommateurs du Canton de Genève. Recommandation pour l'élaboration du rapport d'audit énergétique

Grands Consommateurs du Canton de Genève. Recommandation pour l'élaboration du rapport d'audit énergétique REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité Office cantonal de l'énergie (OCEN) Grands Consommateurs du Canton de Genève Recommandation pour l'élaboration du rapport d'audit énergétique 16

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Agricole Pré-refroidisseur de lait AGRI-TH-108 Agricole

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

Fiscalité des énergies renouvelables en Valais. Scc Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1

Fiscalité des énergies renouvelables en Valais. Scc Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1 Fiscalité des énergies renouvelables en Valais 1 INFORMATIONS GENERALES SERVICE CANTONAL DES CONTRIBUTIONS Nicolas Mathys Coordinateur de la formation et de l information Charte du SCC Charte SCC Respect

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de la loi de finances 2012, des articles 200 quater, 200 quinquies,

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Quinta 25/30s et 28/35c

Quinta 25/30s et 28/35c Fiche produit Quinta 25/30s et 28/35c Quinta 25/30s et 28/35c Chaudière murale à condensation Avec ou sans production ECS intégrée Quinta 25/30s et 28/35c Remeha Quinta 25/30s et 28/35c Les Remeha Quinta

Plus en détail