Sommaire! Que s est-il passé en 2012?! Que s est-il passé sur le marché locatif en 2012?! !Evolution des loyers par typologie! !depuis 12 mois!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire! Que s est-il passé en 2012?! Que s est-il passé sur le marché locatif en 2012?! 05. 1.!Evolution des loyers par typologie! !depuis 12 mois!"

Transcription

1 Janvier 2013

2

3 Sommaire! Que s est-il passé en 2012?! Que s est-il passé sur le marché locatif en 2012?! 05 1.!Evolution des loyers par typologie!!depuis 12 mois! 07 2.!Evolution des loyers sur 10 ans! 08 3.!Comment se répartissent les locations! 10 4.!Quelles sont les surfaces des biens loués! 11 5.!Taux d effort des locataires sur 10 ans! 12 6.!Revenus des locataires entrants!!depuis 12 mois! 7.!Evolution de la population!!des nouveaux locataires! !Qui sont les nouveaux bailleurs?! 16 9.!Evolution des loyers à Paris! !Evolution des loyers à Paris sur 10 ans! !Evolution des loyers à Lyon! !Evolution des loyers à Marseille! 22

4

5 QUE S EST-IL PASSÉ SUR LE MARCHÉ LOCATIF EN 2012? Sur les 12 derniers mois, les loyers ont progressé de 0,45% tous types de biens confondus. Dans la même période, l inflation augmentait de 1,4%. En euros constants, les loyers subissent donc un retrait de 0,95%. Il faut rappeler qu en 2011 les loyers avaient enregistré selon le même calcul, une diminution de 1,1%. La tendance à la baisse, comparée à l inflation, se confirme donc dans notre réseau à l exception de Paris où les loyers ont augmenté de 1,8% soit 0,4% au-delà de l inflation. Fait remarquable cette année, les revenus moyens des nouveaux entrants sont nettement moins élevés que ceux constatés chez les personnes ayant loué en 2011 : 7,2% plus bas sur l ensemble du territoire. Aussi, alors que la part du budget des ménages consacrée au loyer était en érosion depuis dix ans, nous constatons qu avec les nouveaux entrants, le taux d effort moyen a augmenté de 2%. Il est passé de 24,3% en 2011 à 26,3% en Là encore, Paris se distingue car les revenus moyens des nouveaux entrants ont augmenté de 11,5%. Le taux d effort diminue sensiblement, passant de 28,8% en 2011 à 26% en 2012, se rapprochant ainsi de celui observé sur le reste du territoire. Ce n est pas une surprise : bien que les loyers parisiens augmentent plus vite que l inflation, la demande reste très soutenue. La conjoncture économique (détérioration du marché du travail, risque sur le pouvoir d achat, moral en berne ) a incité les candidats à la mutation «choisie» à différer leur projet. Quant à ceux qui se sont trouvés dans l obligation de déménager, ils ont cherché des loyers moins chers et des produits de qualité accrue. D autre part, les programmes neufs assortis des dispositifs fiscaux réglementés, certes en fin de parcours pour le Scellier, ont contribué à l amélioration qualitative de l offre tout en proposant des loyers quelquefois très proches de l ancien. Par conséquent, la vacance du parc ancien a augmenté dans de nombreux secteurs. (Le temps de relocation moyen a atteint 9 semaines en Ce temps est comparable à celui de 2011 pour une perte de revenus locatifs de 4,8% : cf source CLAMEUR). Toutefois, il reste des disparités locales fortes accentuées par de nombreux facteurs comme une situation économique sinistrée, une offre en programmes neufs trop soutenue par rapport à la demande, le vieillissement d une population La mobilité résidentielle des locataires du secteur privé a reculé depuis le début de 2012 en s établissant à 27% (-2,2% par rapport à 2011), rejoignant ainsi le niveau de 2009 au plus fort de la crise économique et financière. janvier

6 QUE S EST-IL PASSÉ SUR LE MARCHÉ LOCATIF EN 2012? Ces phénomènes, en rupture avec les trois années précédentes, ont engendré un fléchissement de l effort des propriétaires pour l entretien et l amélioration des logements loués. En 2012, 28% des logements ont fait l objet de travaux avant relocation contre 31% en Il est à noter que la politique visant à réglementer l augmentation des nouveaux loyers au seul indice IRL n a pas eu d incidence sur les prix en France (la variation de l indice IRL sur un an a été de + 2,15 %). Beaucoup de bailleurs n ont eu d autre choix que de baisser le loyer d origine afin de trouver preneur (baisse dans 25% des cas de relocation). Seuls Paris et quelques secteurs à très forte pression locative ont donc été véritablement impactés par cette mesure. Dans un contexte crispé, le marché a eu tendance à s auto réguler, rendant inefficiente la mesure d encadrement des prix à la relocation. En outre l effet de «blocage» ressenti par les bailleurs ne les a pas incités à rénover (moins 6% d amélioration sur les studios et 2 pièces représentant les deux tiers du marché). Dans un marché inquiet et attentiste où la fiscalité est nettement plus contraignante (disparition du dispositif Scellier, taxation accrue des plus-values immobilières ), les recettes locatives subissent donc par le double effet de la vacance et de la baisse des prix un tassement significatif. En outre, la possibilité d une augmentation plafonnée à 15% du montant des travaux effectués dans le logement à condition qu ils représentent au moins 50% du loyer annuel n a pas convaincu les bailleurs de rénover. 06 janvier 2013

7 1! ÉVOLUTION DES LOYERS PAR TYPOLOGIE DEPUIS 12 MOIS Variation en % Studio - 1 pièce ,6% France entière : Entre 2011 et 2012, l inflation a augmenté de 1,4%. Le loyer des studios a progressé de 0,6% soit une baisse relative à l inflation de 0,8%. 2 pièces ,2% 3 pièces ,3% 4 pièces ,7% 5 pièces et ,5% Maison ,4% Les 2 pièces, qui représentent près de 40% du marché, ont évolué de 0,2% soit une baisse relative à l inflation de 1,2%. Les 3 pièces ont augmenté de 0,3% soit une baisse relative à l inflation de 1,1%. Les 4 pièces ont baissé de 1,7%, soit une baisse totale relative à l inflation de 3,1%. Les 5 pièces ont baissé de 2,5%, soit une baisse relative à l inflation de 3,9%. Les loyers des maisons s ajustent à l inflation entre 2011 et Au global, tous les types de biens confondus ont enregistré une baisse relative à l inflation de 0,9%. 0 Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et + Maison janvier

8 2! ÉVOLUTION DES LOYERS SUR 10 ANS Les studios et 1 pièce sur dix ans En dix ans, le loyer des studios et 1 pièce passe de 355 à 445, soit une augmentation de 25,3%. L inflation durant cette période est de 19,9%. Sur dix ans, l évolution du loyer des studios et 1 pièce dépasse ainsi celle de l inflation de 5,4%. Les 2 pièces sur dix ans En dix ans, le loyer des 2 pièces passe de 466 à 554, soit une augmentation de 18,9%. Sur dix ans, l évolution du loyer des 2 pièces est inférieure de 1% à celle de l inflation. Les 3 pièces sur dix ans En dix ans, le loyer des 3 pièces passe de 575 à 678, soit une augmentation de 17,9% qui se situe sous le seuil de l inflation. L évolution du loyer des 3 pièces est inférieure de 2% à celle de l inflation. Les 4 pièces sur dix ans En dix ans, le loyer des 4 pièces passe de 678 à 798, soit une augmentation de 17,7%. Sur dix ans, l évolution du loyer des 4 pièces est inférieure de 2,2% à celle de l inflation. Le marché des 4 pièces est comparable à celui des 3 pièces. Les 5 pièces sur dix ans En dix ans, le loyer des 5 pièces passe de 782 à 910, soit une augmentation de 16,4%. Sur dix ans, les 5 pièces sont les biens qui augmentent le plus modérément. Leur évolution est inférieure de 3,5% à celle de l inflation. L ensemble du marché locatif sur dix ans L ensemble des loyers sur dix ans est en augmentation de 19,9%. Sur cette même période, l inflation mesurée par l INSEE est de 19,9%. En d autres termes, les loyers sont restés en dix ans strictement liés à l inflation. Les petites surfaces ont nettement progressé. Les studios et 2 pièces, qui représentent les 2/3 du marché, connaissent une hausse supérieure de 2,2% à celle de l inflation. Le prix des 3 et 4 pièces est en retrait par rapport à l inflation. En revanche, les grandes surfaces subissent un repli substantiel. 06 janvier 2013

9 2! ÉVOLUTION DES LOYERS SUR 10 ANS Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et janvier

10 3! COMMENT SE RÉPARTISSENT LES LOCATIONS? Variation en % Studio - 1 pièce 25,8% 25,8% stable 2 pièces 39,0% 39,0% stable 3 pièces 25,5% 25,8% 1,0% 4 pièces 7,3% 7,3% -2,0% Les studios et 1 pièce représentent une location sur quatre avec 25,8% du marché. Le 2 pièces, comme l an passé, représente 39% du marché et confirme qu il est le logement le plus loué dans le réseau. Au total les studios / 1 pièce et les 2 pièces représentent près des 2/3 des transactions locatives. 5 pièces et + 2,3% 2,2% -4,5% Comment se répartissent les locations? 4 pièces 7,3% 5 pièces et + 2,2% Studio - 1 pièce 25,8% 3 pièces 25,8% 2 pièces 39,0% 08 janvier 2013

11 4! QUELLES SONT LES SURFACES DES BIENS LOUÉS? Les surfaces sont similaires par typologie de biens depuis dix ans et n ont présenté aucune évolution en Surface en m² 2011 Surface en m² 2012 Variation en % Studio - 1 pièce 26,1 25,9-0,7% 2 pièces 43,1 43,0 stable 3 pièces 65,2 65,2 stable 4 pièces 85,4 85,3 stable 5 pièces et + 105,4 105,3 stable janvier

12 5! TAUX D EFFORT DES LOCATAIRES SUR 10 ANS Le taux d effort est le rapport entre loyer et revenu. Pour louer un studio en 2002, le taux d effort était de 21,6%. En 2012, ce taux d effort est passé à 22,2%, augmentant de 2,4%. Pour louer un 2 pièces en 2002, le taux d effort était de 26,9%. En 2012, ce taux d effort diminue légèrement. Il atteint désormais 26,1%. Pour louer un 3 pièces en 2002, le taux d effort était de 27,6%. Sur ce type de biens aussi, le taux d effort a sensiblement diminué. Il atteint désormais 27%. Pour les 4 pièces, le taux d effort sur ces périodes augmente en passant de 26,7% à 27,9%. 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 22,2% 21,6% Taux d'effort des locataires sur 10 ans 26,9% 27,6% 27,9% 27,0% 26,1% 26,7% 25,8% 27,1% Taux d'effort 2002 Taux d'effort 2012 La hausse du taux d effort la plus significative concerne les 5 pièces puisqu il passe de 25,8% en 2002 à 27,1%. Au total, le taux d effort moyen pour louer en France passe de 25,7% du revenu à 26,3%. Sur 10 ans, les revenus réels des locataires ont donc progressé un peu moins vite que les loyers. 0,0% Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et + 10 janvier 2013

13 6! REVENUS DES LOCATAIRES ENTRANTS DEPUIS 12 MOIS Si, durant les dix dernières années, les revenus des locataires entrants ont progressé, en 2011 on a observé un tassement des revenus des locataires de studios et de 4 pièces. Cette tendance à la baisse s est accrue en 2012 et elle a alors touché toutes les catégories sans exception. Le revenu des locataires, entrant dans un studio, a baissé de 2,6% en Ce phénomène illustre en partie la proportion plus importante des mutations dites «forcées». Les candidats à la mobilité résidentielle «choisie» ont préféré différer leur projet. Le délai précédant un déménagement pour un plus grand nombre de pièces ou pour l accession à la propriété s allonge. Le revenu des locataires, entrant dans un 2 pièces, a baissé de 8,8% en Revenus des locataires entrants depuis 12 mois Le revenu des locataires, entrant dans un 3 pièces, a baissé de 3,8% en Le revenu des locataires, entrant dans un 4 pièces, a baissé de 15,22% en Revenu Revenu Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et + janvier

14 7! ÉVOLUTION DE LA POPULATION DES NOUVEAUX LOCATAIRES Evolution selon l âge et les revenus La majorité des locataires a moins de 30 ans (50,6%), et les revenus dont elle dispose ont baissé de 9,6%. La proportion des 30 à 50 ans est en recul de 2,2% parmi les nouveaux locataires. Soit ils se maintiennent dans les lieux qu ils occupent, soit ils se tournent naturellement vers l accession. Ils représentent un tiers des locataires entrants. Leurs revenus se sont relativement maintenus (- 0,4%). La part des locataires âgés entre 50 à 60 ans continue de progresser (+ 2,4% par rapport à 2011 et +3,4% en 2011 par rapport à 2010). La proportion des locataires entre 60 et 70 ans enregistre une hausse nette de 9,3%. Ces deux dernières catégories représentent 14,3% des locataires entrants. Leurs revenus ont baissé de 4,2% Variation en % - de 30 ans 50,2% 50,6% 0,4% ans 22,6% 22,0% -2,4% ans 13,3% 13,0% -2,0% ans 7,6% 7,5% -2,3% ans 3,8% 4,1% 9,3% + de 70 ans 2,6% 2,7% 3,0% ans 7,5% ans 4,1% + de 70 ans 2,7% La population des jeunes locataires a tendance à augmenter en nombre et à s appauvrir. Les plus jeunes et les plus âgés, dont le taux d effort a augmenté par rapport à 2011, vont bientôt représenter les deux tiers des locataires ans 13,1% - de 30 ans 50,6% ans 22,0% 12 janvier 2013

15 7! ÉVOLUTION DE LA POPULATION DES NOUVEAUX LOCATAIRES Evolution selon la catégorie socioprofessionnelle : Les ouvriers et employés représentent 43,7% des nouveaux locataires. Leur part baisse encore cette année de 2,4% (-3,7% en 2011). Néanmoins, le nombre de locataires en place dans cette catégorie reste stable, cela signifie que cette catégorie d habitants reste plus longtemps dans les logements. Les conditions d un déménagement semblent encore défavorables dans cette période de morosité économique. Les cadres moyens représentent 15,1% des nouveaux locataires (+8,2% par rapport à 2011). Ce sont le plus souvent de futurs primo-accédants qui se sont finalement tournés vers la location (principalement en 3 pièces), leur position est attentiste et leur projet d achat différé. La proportion des cadres supérieurs et des professions libérales est stable parmi les nouveaux locataires. Le montant des locations du parc privé s est rapproché des prix constatés en foyers et résidences étudiantes. Les assurances en garantie de loyer impayé offrent également une double sécurité pour le bailleur car elles incluent l acte de caution solidaire. Dans un marché où la demande locative a faibli, les étudiants ont trouvé plus d offres pour se loger dans le parc privé. 50,0% 45,0% 40,0% 35,0% 30,0% 44,8% 43,7% CSP des locataires en ,0% 23,9% 23,9% 20,0% 15,0% 15,1% 14,0% 10,0% 5,0% 5,9% 5,9% 2,3% 2,1% 5,5% 5,6% 2,7% 3,4% 0,0% Employé / Ouvrier Cadre moyen Cadre Sup. / Prof. Libérale Commerçant / Artisan Retraité Etudiant Autre janvier

16 8! QUI SONT LES NOUVEAUX BAILLEURS? Les employés et ouvriers représentent 16,2% des nouveaux bailleurs ; leur proportion parmi les nouveaux propriétaires bailleurs est toujours supérieure à celle des cadres supérieurs et des professions libérales qui stagnent à 13,7%. Ensemble, les cadres moyens, les cadres supérieurs et les professions libérales détiennent 31,7% du marché. Cette part est identique à celle de Les retraités progressent parmi les nouveaux propriétaires bailleurs de 6,1% et représentent un quart (25,5%) du marché. Ils reprennent exactement la part qu ils avaient perdue l an passé. On le voit, en période de crise, la pierre reste une perspective d investissement sécurisé pour les ouvriers. Elle retrouve des attraits pour les commerçants et artisans mais également pour les retraités. 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% Variation en % Employé / Ouvrier 16,5% 16,2% -1,8% Cadre moyen 18,5% 18,4% stable Cadre Sup. / Prof. Libérale 13,2% 13,7% 3,0% Commerçant / Artisan 8,3% 8,5% 2,1% Agriculteur 0,8% 0,7% NS Retraité 24,1% 25,5% 6,1% Autre 12,9% 12,4% 3,8% Etudiant 0,2% 0,5% NS Société 5,8% 4,5% NS 18,5% 18,4% 16,5% 16,2% 13,7% 13,2% Qui sont les nouveaux bailleurs? 8,3% 8,5% 0,8% 0,7% 25,5% 24,1% 12,9% 12,4% 0,2% 0,5% 5,8% 4,5% janvier 2013

17 8! QUI SONT LES NOUVEAUX BAILLEURS? Catégories socioprofessionnelles des nouveaux propriétaires bailleurs 30% 27% 24% 23,7% 25,5% Autre 12,4% Etudiant 0,5% Société 4,5% Employé / Ouvrier 16,2% 21% 18% 15% 12% 15,7% 15,1% 14,9% 18,4% 16,2% 13,7% Retraité 25,5% Cadre moyen 18,4% 9% 6% Employés/ouvriers 3% 0% Cadres moyens Cadre Sup/Prof. Lib. Retraités Agriculteur 0,7% Commerçant / Artisan 8,5% Cadre Sup. / Prof. Libérale 13,7% janvier

18 8! QUI SONT LES NOUVEAUX BAILLEURS? Age et revenu des nouveaux propriétaires bailleurs Les nouveaux bailleurs de moins de 30 ans ont, en 2012, des revenus en net retrait par rapport à Leur constitution de patrimoine n est donc pas due à leurs ressources propres mais à des libéralités faites par leurs aînés. Concernant les bailleurs de + de 60 ans, leurs revenus progressent plus rapidement que l évolution moyenne ; ce sont donc des clientèles qui ont des disponibilités financières et qui orientent leurs choix patrimoniaux vers la pierre. En revanche, les bailleurs entre 50 et 60 ans voient leurs revenus subir un tassement notoire, ce qui indique une volonté plus marquée de garantir leurs retraites malgré les efforts à consentir Variation en % - de 30 ans ,6% de 30 à 40 ans ,9% de 40 à 50 ans ,9% de 50 à 60 ans ,1% de 60 à 70 ans ,1% + de 70 ans NS 16 janvier 2013

19 9! ÉVOLUTION DES LOYERS À PARIS Les loyers parisiens poursuivent leur progression et augmentent de 2,2%. Cette hausse est propre à Paris intramuros, et l éloignement du cœur de Paris se traduit plutôt par des stabilisations en première couronne, ainsi qu une baisse des prix en deuxième et troisième couronnes. Paris reste un marché d exception en matière de location, dans un contexte de relative pénurie Variation en % Studio - 1 pièce ,7% 2 pièces ,7% 3 pièces ,3% 4 pièces ,2% 5 pièces et ,6% Les studios se stabilisent autour de l inflation à + 1,7%. Evolution des loyers à Paris À l autre extrémité du marché, les locations des 4 et 5 pièces marquent le pas. Pour louer un 5 pièces à Paris en 2010, il fallait compter euros en moyenne, euros en 2011, et enfin euros en Quant aux 4 pièces, ils stagnent (0,2%). Les 2 et 3 pièces sont toujours dans une dynamique haussière à + 2,5% en moyenne, soit 1,1% au dessus de l inflation. Si la hausse reste exceptionnelle à Paris, elle se ralentit nettement par rapport à sa progression en 2011 où la hausse avait atteint 6,1% Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et janvier

20 10! ÉVOLUTION DES LOYERS À PARIS SUR 10 ANS Sur les 10 dernières années, le marché parisien présente des loyers en forte hausse par rapport à l inflation. A l exception des 5 pièces qui n augmentent que de 22% (rappel de l inflation entre 2002 et 2012 : 19,9%), les autres logements enregistrent tous des augmentations significatives, en particulier les 2 pièces dont les loyers ont presque doublé (+45% au-dessus de l inflation) Variation en % Studio - 1 pièce % 2 pièces % 3 pièces % 4 pièces % 5 pièces et % Les 3 et 4 pièces ont augmenté du tiers de leur valeur locative de 2002 et les studios du quart de leur valeur locative. Evolution des loyers à Paris sur 10 ans La pression spéculative importante dans Paris intra-muros justifie à elle seule le sentiment de flambée des prix des loyers. Ce marché atypique reste néanmoins exceptionnel Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et + 18 janvier 2013

21 11! ÉVOLUTION DES LOYERS À LYON Le marché locatif lyonnais connaît la même dynamique qu en Les studios ont fait l objet d une demande très soutenue, et leur prix continuent de progresser (+ 2,1%). Il faut souligner la baisse des loyers des 3 pièces, en retrait de 2,3% bien que leur part de marché des biens loués ait progressé de près de 8% pour atteindre 27,4%. Les grandes surfaces ont été plus particulièrement choisies dans les quartiers recherchés, ce qui explique la progression de leurs loyers moyens. Les montants de loyers des 2 pièces sont désormais stabilisés, après avoir connu une hausse de 3% entre 2010 et Dans l ensemble, le marché locatif lyonnais voit les prix se stabiliser autour de + 0,3% Variation en % Studio - 1 pièce ,1% 2 pièces ,3% 3 pièces ,3% 4 pièces ,5% 5 pièces et ,4% Evolution des loyers à Lyon Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et + janvier

22 12! ÉVOLUTION DES LOYERS À MARSEILLE Variation en % Studio - 1 pièce ,1% 2 pièces ,2% 3 pièces ,9% Les loyers à Marseille suivent le mouvement généralisé de baisse des prix. 4 pièces ,2% Seuls les 2 pièces se maintiennent au niveau de 2011, tandis que les prix des 3 pièces chutent de près de 5%. Evolution des loyers à Marseille La part des 3 pièces est restée stable et représente 30,8% des nouvelles locations contre 30,1% en 2011, bien que la chute de leurs loyers ait été significative. A Marseille, au total, les loyers baissent en euros constants dans toutes les typologies de biens Studio - 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 20 janvier 2013

23 FICHE DE PRÉSENTATION DU RÉSEAU CENTURY 21! 1 er réseau d agences immobilières dans le monde, CENTURY 21 fédère en France près de 900 agences et cabinets, et regroupe personnes qui interviennent sur les métiers de la transaction (immobilier résidentiel neuf et ancien, entreprise et commerce), de la gestion locative et de la gestion de copropriétés sur l'ensemble du territoire français.!! Créé en 1987, le Réseau CENTURY 21 a connu progressivement un fort développement grâce à l application rigoureuse de méthodes de management et de contrôle de qualité." Notre rapprochement avec le groupe Nexity permet à notre réseau d offrir à ses clients une plus large palette de produits et services et de bénéficier de nouvelles perspectives de développement." " LE RÉSEAU CENTURY 21 EN QUELQUES CHIFFRES : Plus de de projets immobiliers réalisés en France en 25 ans" Près de 900 agences et collaborateurs! Près de 450 agences proposent les services de gestion immobilière " "et gèrent lots en gestion locative, lots de copropriété, locations en 2012" Près de 60 agences spécialisées en immobilier de commerce et d entreprise" Plus de journées de formation ont été dispensées en 2012 auprès de stagiaires" Plus de biens proposés à la vente et à la location sur notre site

24 Contact presse : Franck THIEBAUX FT&Consulting Contacts Century 21 France : Christel VILLEDIEU Laurent VIMONT, Président Suivez-nous sur Twitter : Laurent VIMONT Christel VILLEDIEU Century 21 France #confcentury21

25

26 Ce dossier de presse a été imprimé sur du papier recyclé.

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général La confiance des consommateurs à nouveau au rendez-vous. En France, au 2 ème trimestre 2015, le PIB, la confiance des ménages et le taux de chômage se stabilisent : - Le

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Le Prisme, Lyon Jeudi 9 février 2012 Siège (Lyon) Agence de Montpellier Agence de Nantes Agence de Nice Espace Eiffel -

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013

GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIÈRE 2013 GUIDE DÉFISCALISATION IMMOBILIERE 2013 La loi Duflot La LOI DUFLOT est accessible aux investisseurs depuis le 1er janvier 2013. Ce dispositif de défiscalisation consiste

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5.

1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5. 1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5. Ile-de-France (hors Paris) p. 18 6. Seine-et-Marne

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours La primo accession à la propriété (avec PTZ) de 22 à nos jours ADIL 47 Etude réalisée en avril 213 par l ADIL 47 1 Historique de l accession aidée Depuis 1995 (en substitution des prêts PAP), le Prêt à

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014?

QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014? QUE S EST-IL PASSÉ EN 2014? SOMMAIRE 1. Editorial - Immobilier ancien : bilan d un marché locatif impacté par la loi Alur p. 04 2. Evolution des loyers moyens en 2014 p. 07 3. Evolution des loyers moyens

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

A. PRESENTATION B. IDENTITE. Date de naissance : --------------------------------------------------------------------

A. PRESENTATION B. IDENTITE. Date de naissance : -------------------------------------------------------------------- A. PRESENTATION Dans le cadre de notre politique KYC (Know Your Customer) et en prévision de nos séminaires, ainsi qu en introduction aux Programmes Cartes Bancaires, BankCFD vous fait parvenir par le

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Données sur l évolution des loyers

Données sur l évolution des loyers Données sur l évolution des loyers rrapport sur la situation du logement en France Données sur l évolution des loyers 2010 OLAP «évolution des loyers du secteur privé dans l agglomération parisienne» rrapport

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 1 OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES Mars 2005 17 ème rapport annuel L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 2 ème partie : Les évolutions intervenues entre décembre 1989 et novembre 2004 Pr Michel

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier,

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, ORPI augmente le pouvoir d achat de ses acheteurs pour faciliter leurs projets immobiliers et continuer à fluidifier le marché Alors que nous constatons

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

1. Editorial - Bilan d un marché locatif au ralenti p Evolution des loyers moyens au 1 er semestre 2015 p Evolution des loyers moyens

1. Editorial - Bilan d un marché locatif au ralenti p Evolution des loyers moyens au 1 er semestre 2015 p Evolution des loyers moyens 1. Editorial - Bilan d un marché locatif au ralenti p. 04 2. Evolution des loyers moyens au 1 er semestre 2015 p. 07 3. Evolution des loyers moyens sur 10 ans p. 08 4. Evolution du prix moyen au m² au

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2013? Une étude du Crédit Foncier Septembre 2013 Synthèse A la veille du Salon Patrimonia (26 et 27 septembre

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité.

Le Crédit Foncier a interrogé 2 180 de ses clients propriétaires sur leurs motivations d achat à l origine et leurs intentions de mobilité. COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 29 avril 2013 Une enquête clients du Crédit Foncier souligne un fort attachement à la résidence principale et une faible aspiration des propriétaires à la mobilité Le Crédit

Plus en détail