Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi"

Transcription

1 Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/ /11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16

2 Principe du contrôle de l énergie déposée dans le patient Première étude effectuée au CAL [Carnicer Med. Phys. 2012] Détecteur γ (A) : Grande chambre à ionisation Détecteur neutron (B) : BF 3 H (10) : dose ambiante D : dose déposée dans le pic de Bragg MU : «unités moniteur» É. Testa Projet GammaDosi 2 / 16

3 Première étude effectuée au CAL : résultats Résultats expérimentaux 66 mesures γ 177 mesures neutron Reproductib. de quelques % Application clinique avec un seuil de détection de 5% Résultats de simu (MCNPX) H γ(10) sous-estimée d un facteur 2 H n (10) sur-estimée d un facteur 2 Bonne description des variations de H (10) H (10) : dose ambiante D : dose déposée dans le pic de Bragg MU : «unités moniteur» É. Testa Projet GammaDosi 3 / 16

4 Projets GammaDosi : objectif et méthode Objectif Amélioration de cette technique avec une information plus précise et en temps réel Idée : Détection des rayonnements prompts provenant du patient grâce à une sélection de TOF Méthode Mesures de rayons γ prompts (faisceaux proton et carbone) Optimisation du moniteur avec des simulations Monte Carlo Conception de l électronique de lecture des scintillateurs et du système d acquisition Test du prototype dans des centres cliniques É. Testa Projet GammaDosi 4 / 16

5 Principe du système de détection Informations «énergie et temps» dans le moniteur Information temporelle Hodoscope : information directe pour le temps de vol HF : besoin d une calibration (décalage de la phase entre l arrivée des ions et la HF en fonction de l énergie du faisceau en protonthérapie) É. Testa Projet GammaDosi 5 / 16

6 Principe du système de détection Informations «énergie et temps» dans le moniteur Information temporelle Hodoscope : information directe pour le temps de vol HF : besoin d une calibration (décalage de la phase entre l arrivée des ions et la HF en fonction de l énergie du faisceau en protonthérapie) Calibration de la relation «HF - paquet d ions» Détecteur proche du patient (rayon. prompt arrivée des ions) ou détecteur de position de la roue de modulation É. Testa Projet GammaDosi 5 / 16

7 Partenaires Un groupement de 3 laboratoires pluridisciplinaires Institut de Physique Nucléaire de Lyon (IPNL) (resp. sci. : É. Testa) Centre de Recherche en Acquisition et Traitement de l Image pour la Santé (CREATIS) (resp. sci. : N. Freud) Centre Antoine Lacassagne (CAL) (resp. sci. : J. Hérault) Caractéristique du projet Durée 24 mois Date 1 er décembre novembre 2014 Montant 243 ke É. Testa Projet GammaDosi 6 / 16

8 Partenaires Un groupement de 3 laboratoires pluridisciplinaires Institut de Physique Nucléaire de Lyon (IPNL) (resp. sci. : É. Testa) Centre de Recherche en Acquisition et Traitement de l Image pour la Santé (CREATIS) (resp. sci. : N. Freud) Centre Antoine Lacassagne (CAL) (resp. sci. : J. Hérault) Caractéristique du projet Durée 24 mois Date 1 er décembre novembre 2014 Montant 243 ke Répartition de la subvention Personnel 68% Prestations 2% Équipement 14% Gestion 4% Mission/conso 12% É. Testa Projet GammaDosi 6 / 16

9 Recrutement 24 mois de post-doc : Jochen Krimmer Mesures, simulations et développement instrumentaux Mutualisé entre les 3 partenaires 18 mois IR électronique : Loup Balleyguier Développement de l électronique analogique, numérique et de l acquisition Recrutement IPNL É. Testa Projet GammaDosi 7 / 16

10 4 expériences Mesures de rayons γ prompts (faisceaux proton et carbone) avec différents matériaux GANIL et Nice : expériences FranceHadron É. Testa Projet GammaDosi 8 / 16

11 12 C de 95 MeV/u (GANIL) : dispositif expérimental Cibles Relativement minces 1 cm H 2 O, PE, C, équivalent os Scintillateurs LaBr-2 (parallélépipède) : 25,4 25,4 76,2 mm 3 LaBr-1 (cylindrique) : = 25,4 mm, L = 50,8 mm Moniteur faisceau «Plastic-2» détectant les rayonnements secondaires générés dans la chambre à ionisation Étalonnage préalable avec un plastique inséré dans le faisceau É. Testa Projet GammaDosi 9 / 16

12 12 C de 95 MeV/u (GANIL) : spectres en énergie vs cible Résolution en énergie Spectre en énergie avec/sans O 511 kev Meilleure résolution possible Peu de différence de forme de spectre 1 ère mise en évidence de raies γ C et O en faisceau carbone É. Testa Projet GammaDosi 10 / 16

13 12 C de 95 MeV/u (GANIL) : spectres de TOF vs cible Corrélation «Parcours - largeur du pic γ prompts» σ = 40 ps variation de parcours de 13 mm Effet observé récemment en proton [Golnik PMB 2014] Perspective de contrôle du parcours avec uniquement le TOF É. Testa Projet GammaDosi 11 / 16

14 p de 160 MeV/u (WPE) : dispositif expérimental Cible Épaisse PMMA (Cylindrique) : = 150 mm, L = 200 mm Scintillateurs LaBr-1 (cylindrique) : = 25,4 mm, L = 50,8 mm Moniteur faisceau Chambre à ionisation de la «nozzle» É. Testa Projet GammaDosi 12 / 16

15 p de 160 MeV (WPE) : spectres en énergie et TOF Spectre de TOF Spectre en énergie HF cyclo 106 MHz Ligne rouge : sélection γ prompts avec E > 2 MeV Raies plus facilement identifiables qu en carbone É. Testa Projet GammaDosi 13 / 16

16 p de 63 MeV (CAL) : dispositif expérimental Cibles Équivalent os de 3 cm d épaisseur Scintillateurs LaBr-2 (parallélépipède) 25,4 25,4 76,2 mm 3 LaBr-1 (cylindrique) = 25,4 mm, L = 50,8 mm NaI (cylindrique) = 76,2 mm, L = 101,6 mm Nombre d ions incidents Intensité de faisceau connue et constante É. Testa Projet GammaDosi 14 / 16

17 p de 63 MeV (CAL) : spectres en énergie et TOF Spectre de TOF Spectre en énergie Distinction des rayonnements prompts provenant de la cible et de la «nozzle» Taux/ion/sr cohérents entre les détecteurs É. Testa Projet GammaDosi 15 / 16

18 Conclusion Mesures Taux de γ en faisceau p et C avec quelques cibles et énergies Temps de faisceau courts données à compléter de manière plus systématique Distinction entre les rayons γ prompts patient/«nozzle» Électronique et acquisition Carte de lecture complète prête à tester fin novembre Puis 6 mois (IR) de tests, développement d acquisition, test sur faisceau Perspectives Développement des simulations en cours Prochaine expérience : Nice fin octobre (taux + détecteur de position de roue de modulation) Autres expériences en vue : HIT, CNAO, GANIL É. Testa Projet GammaDosi 16 / 16

19 Composition des matériaux Fractions massiques (%) Matériau C O H Ca N Cl Eau PMMA (C 5 O 2 H 8 ) Os cortical ,04 PE É. Testa Projet GammaDosi 17 / 16

20 Spectre en énergie de rayons γ prompts É. Testa Projet GammaDosi 18 / 16

21 Spectre en énergie de rayons γ prompts 160 MeV - PMMA / 63 MeV - eq. os 0.1 MeV) sr protons 160 MeV, target PMMA protons 63 MeV, target bone t d ) 0.1 MeV protons 160 MeV, target PMMA ( 2.5) protons 63 MeV, target bone cts/(ion sr cts/(ion E [kev] E [kev] É. Testa Projet GammaDosi 19 / 16

22 Électronique : besoins et contraintes Besoins tagger en temps et en énergie des particules énergétiques traitements (probablement histogramme) envoi vers PC distant Contraintes Taux de comptage : 1 MHz Bruit de l ordre du % Incertitude sur le temps d arrivée < 1 ns Adaptation à plusieurs types de scintillateurs É. Testa Projet GammaDosi 20 / 16

23 Électronique : choix de conception Un front-end discret en mezzanine (s adapter à plusieurs cristaux/pm) Front-end sort un signal de charge et un signal pulse d arrivée de l évènement Carte d acquisition avec ADC (mesure charge), TDC (mesure temporelle), FPGA (dialogue PC+acquisition+traitements) Communication avec hodoscope pour futur avec faisceau non-pulsé É. Testa Projet GammaDosi 21 / 16

24 Électronique : synoptique É. Testa Projet GammaDosi 22 / 16

25 Électronique : avancement Front-end design + dessin PCB terminé (envoi en fabrication) Design carte d acquisition terminé (en placement routage PCB, envoi en fabrication prévu fin octobre) Firmware FPGA commencé É. Testa Projet GammaDosi 23 / 16

Contrôle en ligne de l hadronthérapie. D.Dauvergne, IPNL (argumentaire pour la table ronde) AG du GDR MI2B, 16 avril 2013

Contrôle en ligne de l hadronthérapie. D.Dauvergne, IPNL (argumentaire pour la table ronde) AG du GDR MI2B, 16 avril 2013 Contrôle en ligne de l hadronthérapie D.Dauvergne, IPNL (argumentaire pour la table ronde) AG du GDR MI2B, 16 avril 2013 1 Que contrôler? Pourquoi? Incertitudes sur la conformation de la dose (Bortfeld

Plus en détail

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer.

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. E.Franchisseur, B.Serrano, S.Hachem, R.J.Bensadoun, A.Monnier, P.Iacconi, J.Barthe Laboratoire de Physique Electronique

Plus en détail

Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique.

Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique. Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique. Préambule Les thèmes présentés dans ce document ne concernent que les sujets de R&D utiles à l hadronthérapie, qui relèvent des compétences

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Etude de conception d ASICs de lecture et d étiquetage en temps associés à des photomultiplicateurs pour un hodoscope de faisceau en hadronthérapie

Etude de conception d ASICs de lecture et d étiquetage en temps associés à des photomultiplicateurs pour un hodoscope de faisceau en hadronthérapie Etude de conception d ASICs de lecture et d étiquetage en temps associés à des photomultiplicateurs pour un hodoscope de faisceau en hadronthérapie Shi-Ming Deng To cite this version: Shi-Ming Deng. Etude

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Retours d'expériences

Retours d'expériences Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen Présentation du nouveau système d acquisition numérique développé au LPC de CAEN Retours d'expériences Benjamin Carniol, Thierry Chaventré, Daniel Cussol, David

Plus en détail

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Ferréol Soulez INSA CNDRI, Centre de Quantimétrie Lyon 1 1 / 19 Principe 2 / 19 Diffraction des rayon X Diffraction des rayons

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Andreas Joosten Groupe de Dosimétrie Clinique IRA Intérêt? Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques. Journées utilisateurs LNHB.

Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques. Journées utilisateurs LNHB. Détermination de l activité alpha/bêta globale dans les filtres de prélèvement atmosphériques S. Brun, J.C. Rémy, S. Scapolan Journées utilisateurs LNHB 5 décembre 2013 Direction des Sciences de la Matière

Plus en détail

Développement d un dispositif électronique à pixels actifs intégré pour la dosimétrie du radon et des neutrons

Développement d un dispositif électronique à pixels actifs intégré pour la dosimétrie du radon et des neutrons Développement d un dispositif électronique à pixels actifs intégré pour la dosimétrie du radon et des neutrons S. Higueret, D. Husson, T.D Le A. Nourreddine, M.Trocmé 1, A.Bozier 2 Institut de Recherches

Plus en détail

Simulation en Imagerie Médicale

Simulation en Imagerie Médicale Simulation en Imagerie Médicale Fabien Baldacci LaBRI 15 Novembre 2012 Fabien Baldacci Simulation en Imagerie Médicale 1 / 37 Plan 1 Introduction 2 Principes de la simulation 3 Accélération des calculs

Plus en détail

Physique nucléaire hadronthérapie et projet ARCHADE. Jean Colin professeur UCBN chercheur LPCCAEN UMR 6534

Physique nucléaire hadronthérapie et projet ARCHADE. Jean Colin professeur UCBN chercheur LPCCAEN UMR 6534 Physique nucléaire hadronthérapie et projet ARCHADE Jean Colin professeur UCBN chercheur LPCCAEN UMR 6534 Réseau des mécaniciens Cabourg 16 octobre 2013 Cancer en France : ~ 350 000 nouveaux cas/an ~ 150

Plus en détail

Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT

Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT Quelles perspectives pour la dosimétrie numérique? Un exemple : SIEVERT Jean-François BOTTOLLIER-DEPOIS jeanfrancois.bottollier@irsn.fr Les domaines d utilisation de la dosimétrie individuelle numérique

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants (OIMRI) du 7 décembre 2012 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al. 2, 16, al. 2, 17,

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

Optimisation de la calibration de détecteurs MOSFET et micromosfet en microfaisceaux de radiochirugie stéréotaxique --- Evaluation en faisceaux fixes

Optimisation de la calibration de détecteurs MOSFET et micromosfet en microfaisceaux de radiochirugie stéréotaxique --- Evaluation en faisceaux fixes Optimisation de la calibration de détecteurs MOSFET et micromosfet en microfaisceaux de radiochirugie stéréotaxique --- Evaluation en faisceaux fixes Sors A., Cassol E., Hallil A., Latorzeff I., Duthil

Plus en détail

Stage : Analyse des données de contrôle de dose en ligne durant un traitement en Hadronthérapie à travers la détection de protons secondaires.

Stage : Analyse des données de contrôle de dose en ligne durant un traitement en Hadronthérapie à travers la détection de protons secondaires. Stage : Analyse des données de contrôle de dose en ligne durant un traitement en Hadronthérapie à travers la détection de protons secondaires. Thèse : Etude du dispositif expérimental pour la mesure des

Plus en détail

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques : Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques Nicole Vilmer LESIA Observatoire de Paris 3 ème journée ESEP Orléans 26 Mai 214 Le Soleil accélérateur de particules:

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM*

M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU V. LOURENÇO, A. OSTROWSKY, S. SOREL, A. VOUILLAUME J-M. BORDY, S. HACHEM* Développement de références dosimétriques pour les petits champs dans des faisceaux de photons de haute énergie Présentation du projet et premiers résultats M. LE ROY, L. DE CARLAN, F. DELAUNAY, J. GOURIOU

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Mode d emploi 559 938

Mode d emploi 559 938 06/05-W97-Iv/Sel Mode d emploi 559 938 Détecteur d énergie de rayonnement X (559 938) 1 Détecteur d énergie de rayonnement X 2 Porte-capteur 3 Ecran d atténuation 4 Cible d étalonnage 5 Tige avec filetage

Plus en détail

Descriptif des différentes présentations disponibles

Descriptif des différentes présentations disponibles Sources ponctuelles et étendues Alpha & multi-alpha Les sources alpha et multi-alpha permettent d étalonner en énergie ou en rendement tous les détecteurs et ensembles de mesures α. Ces sources étalons

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test 11 juillet 2003 Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test Mariane Comte Plan 2 Introduction et objectif

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux La dosimétrie La dosimétrie a pour but de mesurer la quantité d énergie déposée dans un matériau ou un tissu vivant lors d une exposition à des rayonnements ionisants. Indispensable pour prévoir les effets

Plus en détail

Circuits imprimés (2ème partie)

Circuits imprimés (2ème partie) Circuits imprimés (2ème partie) Conception Fabrication CEM Jean Claude GRAPIN - LE2I- 2008 1 rappels Ce qui est des CI l est également des Asics (Rapport d échelle ) Longueurs largeurs épaisseurs surfaces

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Suivi du pic de Bragg par détection des particules secondaires émises par la fragmentation du 12 C

Suivi du pic de Bragg par détection des particules secondaires émises par la fragmentation du 12 C Suivi du pic de Bragg par détection des particules secondaires émises par la fragmentation du 12 C Marie VANSTALLE GSI Helmholtzzentrum für Schwerionenforschung, DARMSTADT Biophysics department 1 Plan

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Contrôle qualité d un faisceau d hadronthérapie par détection de fragments chargés secondaires

Contrôle qualité d un faisceau d hadronthérapie par détection de fragments chargés secondaires Contrôle qualité d un faisceau d hadronthérapie par détection de fragments chargés secondaires Pierre HENRIQUET Groupe CAS-PhaBio IPNL I) Introduction : -L hadronthérapie : Définition Propriétés balistiques

Plus en détail

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie Bases physiques et biologiques de la radiothérapie L3 : UE cancérologie Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 1. Les rayonnements utilisés en médecine

Plus en détail

Gestion de la relation industrielle au GANIL

Gestion de la relation industrielle au GANIL Gestion de la relation industrielle au GANIL Marie-Hélène MOSCATELLO Journées Infrastructures de Recherche 25 Mars 2016 - Paris 1/15 Présentation du GANIL Ganil et les relations industrielles Applications

Plus en détail

Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné

Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné La recherche Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné Question de recherche : L accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un

Plus en détail

LPNHE X. Objectif : PHENIX JUILLET 2002. 10/05/01 Alain Debraine et Franck Gastaldi 1

LPNHE X. Objectif : PHENIX JUILLET 2002. 10/05/01 Alain Debraine et Franck Gastaldi 1 LPNHE X Objectif : PHENIX JUILLET 2002 10/05/01 Alain Debraine et Franck Gastaldi 1 Groupe électronique PHENIX X Alain Debraine Franck Gastaldi Akli Karar 10/05/01 Alain Debraine et Franck Gastaldi 2 Sommaire

Plus en détail

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD 1 Plan Introduction & contexte Cancer du sein «basal-like»triple négatif Interactions des photons avec l ADN et dose absorbée

Plus en détail

Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen. Modules de mesure. FASTER Les modules de mesure développés. 24 Novembre 2011.

Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen. Modules de mesure. FASTER Les modules de mesure développés. 24 Novembre 2011. Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen Modules de mesure FASTER Les modules de mesure développés 24 Novembre 2011 1 1. Définition d un module de de mesure 2. Les cartes filles développées. 3. Les

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Neutrons For Science

Neutrons For Science Neutrons For Science Chef de projet NFS : X. Ledoux Coordinateur technique du projet : J. C. Foy Intégrateur mécanique : F. Daudin Soutien au montage mécanique : V. Morel Responsable de l installation

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2014-2015 GYROSCANFIELD PRÉSENTATION Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide.

Plus en détail

Article hadronthérapie pour le site «Groupe accélérateur» de la SFP. Présentation de l hadonthérapie par faisceaux de protons ou d ions

Article hadronthérapie pour le site «Groupe accélérateur» de la SFP. Présentation de l hadonthérapie par faisceaux de protons ou d ions Article hadronthérapie pour le site «Groupe accélérateur» de la SFP Jean-Michel Lagniel Hadonthérapie Les hadrons sont des particules composites formées de quarks qui, contrairement aux leptons, sont sensibles

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule FR0200932 1 - fl- DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES E. Bourrez COGEMA Marcoule 1-PREAMBULE Si on veut pouvoir déterminer la technique et l'appareil à utiliser, il est

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex 1 T P-i. oc i LAIVUTS 1 J-13 October SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG U. E. R de l'université Paris-Sud Institut National de

Plus en détail

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon

DeltaCal BGI. Débitmètre étalon Débitmètre étalon DeltaCal BGI Mesure simultanée du débit volumique, débit normalisé, température et pression Fonctionnement manuel ou automatique, optimisé pour une utilisation sur le terrain Large gamme

Plus en détail

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière 1 Contenu Introduction Mécanismes d interaction Sections efficaces d interaction Modération et parcours des neutrons Pour plus de détails voir cours

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

CFAO ACTIVITÉ RÉALISATION D UN PORTE CLÉ INTRODUCTION CAO FAO FAO. 3 Indications des paramètres d usinages pour la machine numérique

CFAO ACTIVITÉ RÉALISATION D UN PORTE CLÉ INTRODUCTION CAO FAO FAO. 3 Indications des paramètres d usinages pour la machine numérique Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur CFAO ACTIVITÉ RÉALISATION D UN PORTE CLÉ INTRODUCTION Découpe du «brut» : matière dans laquelle on va usiner notre pièce. CAO Dessin de la pièce en D ou

Plus en détail

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Plateforme de Calcul pour les Sciences du Vivant Prague, 19-20 0ctobre 2006 ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Cheick O. THIAM

Plus en détail

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1 Caractéristiques : Volume de la chambre de mesure : 43,2 L Robuste, ergonomique, simple à utiliser et facilement décontaminable Mesure les photons gamma d énergie entre 50 kev et 2 MeV Quatre, voire six

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Simulation de la ligne H4

Simulation de la ligne H4 Journées CMS France 13/05/2004 Simulation de la ligne H4 Stéphane BIMBOT, Laboratoire Leprince Ringuet, Ecole Polytechnique, Palaiseau Journées CMS France 12 Mai 2004 S Bimbot - LLR Ecole Polytechnique

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Le principe d un contrôle périodique avec un détecteur de contamination surfacique. Marc AMMERICH

Le principe d un contrôle périodique avec un détecteur de contamination surfacique. Marc AMMERICH Le principe d un contrôle périodique avec un détecteur de contamination surfacique Marc AMMERICH Introduction Ce document a pour vocation de vous donner les éléments nécessaires afin de réaliser un contrôle

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 C1 Ondes et particules : supports d information En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 L échelle logarithmique permet de réduire l échelle des valeurs caractérisant les séismes possibles. a ) Qualités : -Très grande

Plus en détail

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy.

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. André BRIDIER - Frédéric JOUSSARD - Guillaume FRANCOIS - Dimitri LEFKOPOULOS Service

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne ClermontFerrand France Etudes de poste en radiothérapiecuriethérapie Expérience du Denise DONNARIEIX, Physicienne médicale, PCR 1 Plan Introduction

Plus en détail

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés 12 eme FORUM CADFEM EPFL Lausanne 8 Septembre 2015 Aniko Rakai CERN EN-CV, équipe CFD 9/17/2015 A. Rakai Forum

Plus en détail

CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND

CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND CIVA PLATEFORME DE SIMULATION POUR LE CND Lundis de la Mécanique à Cadarache Samuel Legoupil 8 avril 2013 CEA 8 avril 2013 PAGE 1 SOMMAIRE Le Contrôle Non Destructif Apports de la simulation pour les CND

Plus en détail

Diagnostics PETAphys

Diagnostics PETAphys Diagnostics PETAphys D. Batani1, G. Boutoux*1, D. Bretheau2, F. Granet2, Ch. Meyer2, D. Raffestin2, V. Tikhonchuk1 1 Université Bordeaux / CELIA ; 2 CEA/DAM/Cesta Workshop PETAPHYS/ PETAL+ De l académique

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

Études, réalisations électroniques et logiciels embarqués

Études, réalisations électroniques et logiciels embarqués Métier Conception / Fabrication de produits électronique Schéma Placement Routage Vue 3D Prototype Pré-série Plasturgie/Boîtier/Lexan Production Packaging/Livraison Simul Banc Conception Outillage Routage

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

ÉTUDE COMPARATIVE DE DIVERSES MÉTHODES DE MESURE DU FACTEUR DE DIFFUSION DE LA TETE

ÉTUDE COMPARATIVE DE DIVERSES MÉTHODES DE MESURE DU FACTEUR DE DIFFUSION DE LA TETE Département de Physique Médicale ÉTUDE COMPARATIVE DE DIVERSES MÉTHODES DE MESURE DU FACTEUR DE DIFFUSION DE LA TETE A.E.K Toutaoui 1, K. Adjidir 2, A.N. Aichouche 2, S. Bencheikh 2 Z. Brahimi 1 1 d'alger

Plus en détail

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique.

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique. Université Joseph Fourier Grenoble 1 L3 physique, 2011-2012 Techniques Expérimentales de la Physique Physique Subatomique guillaume.pignol@lpsc.in2p3.fr 1 Chapitre 1 Généralités 1.1 Le monde subatomique

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants Sophie ROUIF, Responsable R&D Chimie sous rayonnements - sophie.rouif@ionisos.fr Les modes d exposition sous rayonnement : mise en œuvre et les avantages des installations industrielles Lyon / 29 septembre

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003

EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003 UNIVERSITE CADI AYYAD Année Universitaire 2002-2003 FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE 1 ère Année MARRAKECH EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003 Pr. M. KEBBOU feuille réponse

Plus en détail

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS AN141010 Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault 1 Introduction Pour la mesure des épaisseurs métalliques, les méthodes

Plus en détail

Les lentilles minces

Les lentilles minces http://www.bauchrie.sscc.edu.lb Les lentilles minces http://mazenhabib.webs.com 1 - Pour commencer... D après les lois de la réfraction, on doit changer de milieu si l on veut changer la direction de la

Plus en détail

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Christine Graffigne Université René Descartes Traitement d'images Sciences pour l'ingénieur, informatique et mathématiques

Plus en détail

Plan du cours. Cours de Traitement Du Signal - Transformées discrètes. Transformée de Fourier d un signal numérique. Introduction

Plan du cours. Cours de Traitement Du Signal - Transformées discrètes. Transformée de Fourier d un signal numérique. Introduction Plan du cours Cours de raitement Du Signal - ransformées discrètes 1 guillaume.hiet@rennes.supelec.fr ESACA 17 octobre 2007 2 3 Guillaume HIE Cours de raitement Du Signal - ransformées discrètes 1/38 Guillaume

Plus en détail

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 PARIS, LE 26/03/2014 Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 Mattera Christophe Outils de calculs CEGELEC pour les études de radioprotection

Plus en détail

MODELISATIONS DE LA REPONSE SOUS RAYONNEMENTS DE DOSIMETRES ELECTRONIQUES S.

MODELISATIONS DE LA REPONSE SOUS RAYONNEMENTS DE DOSIMETRES ELECTRONIQUES S. MODELISATIONS DE LA REPONSE SOUS RAYONNEMENTS DE DOSIMETRES ELECTRONIQUES S. Ménard Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire BP 17 92262 Fontenay-aux-Roses cedex Les rayonnements neutroniques

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

Physique atomique et nucléaire

Physique atomique et nucléaire Physique atomique et nucléaire Rayons X Physique du cortège électronique LEYBOLD Fiches d expériences de physique Structure fine de rayons X caractéristiques d une anode en molybdène Objectifs expérimentaux

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Effet des radiations : Mesure de la contrainte

Effet des radiations : Mesure de la contrainte Effet des radiations : Mesure de la contrainte Jean-Roch VAILLÉ Université de Nîmes, IES Groupe RADIAC Sommaire Pourquoi mesurer la contrainte Unités et ordres de grandeur Les grandes familles de détecteurs

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

DIXO 1000 EMAT - PIEZO

DIXO 1000 EMAT - PIEZO DIXO 1000 EMAT - PIEZO Système de contrôle par ultrasons haut de gamme, extrêmement compact : Dimensions : 224 188 37 mm ; Poids : 1,3 Kg ; 8 heures d autonomie de fonctionnement. Cet équipement a été

Plus en détail