UBS outlook. Energie Mutation des ressources. Analyse L énergie devient précieuse. Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UBS outlook. Energie Mutation des ressources. Analyse L énergie devient précieuse. Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles"

Transcription

1 Impulsions pour la gestion d entreprise 2013 Energie Mutation des ressources Analyse L énergie devient précieuse Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles Solutions L efficacité énergétique, une opportunité

2 Sommaire Editorial...3 En bref...4 Section 1 Analyse L énergie devient précieuse Paysage énergétique suisse...6 Le marché suisse de l électricité en mutation...9 Section 2 Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles Le virage maîtrisé des sources d énergie primaires...14 Energies renouvelables : les sources d énergie de demain...21 Section 3 Solutions L efficacité énergétique, une opportunité L efficacité énergétique : la meilleure source d énergie alternative...28 L efficacité énergétique porte ses fruits...36 Photo de couverture: N o SAP 83418D F I-1301 Cette brochure est une publication marketing qui n est pas soumise aux dispositions légales régissant l indépendance de l analyse financière. 2

3 Editorial Energie : transition pour le meilleur? Chère lectrice, cher lecteur, A en croire le gouvernement, la Suisse peut couvrir, doit couvrir et couvrira ses besoins énergétiques à moyen terme sans exploiter aucune centrale nucléaire. C est en tout cas ce que prévoit la stratégie énergétique 2050 pour notre pays. La procédure de consultation devra définir quand, comment et par quels moyens la sortie du nucléaire se fera. Une chose est certaine, la consommation d électricité doit diminuer. D ici 2050, le Conseil fédéral entend pratiquement diviser par deux la consommation annuelle moyenne par personne par rapport à l an Il ne fait également aucun doute que l efficience énergétique doit massivement augmenter : l industrie, l artisanat et les services recèlent, selon les autorités, des poten - tiels d économie non négligeables. Pour les exploiter, les entreprises sont invitées, par exemple, à convenir d objectifs d efficacité contraignants. UBS s attache d ores et déjà à traduire cette exigence dans les faits. Nous avons notamment conclu un partenariat avec l Agence de l énergie pour l économie (AEnEC) et promouvons à cette enseigne son modèle PME. Aux petites et moyennes entreprises clientes chez nous, nous remboursons la moitié de la première cotisation d affiliation annuelle à l AEnEC et récompensons les mesures durables qu elles adoptent par le bonus UBS pour l efficience énergétique. Reportezvous en page 37 pour en savoir plus sur notre engagement. (A propos d engagement : en tant qu entreprise opérant au niveau international, nous sommes conscients de nos responsabilités et agissons en conséquence. En l espace de six ans, nous avons réduit de 40% les émissions de CO 2 de l ensemble de notre Groupe par rapport à 2004.) Une transition explosive La réorientation stratégique de la politique suisse en matière d énergie fait de l approvisionnement énergétique du pays un thème brûlant. La sortie du nucléaire donne naissance à des défis technologiques, économiques ou politiques à tous points de vue gigantesques. L enjeu est de taille également pour la place économique helvétique. Que peut-elle entre - prendre pour préserver sa compétitivité, compte tenu de la hausse probable du prix de l électricité et d investissements vraisemblablement élevés pour augmenter l efficacité énergétique? Dans ce nouveau numéro actualisé d dédié à l énergie, nos spécialistes analysent ce thème sous divers angles et dessinent des scénarios possibles. Nous espérons que ces informations importantes vous aideront à prendre vos décisions. Je vous souhaite une agréable lecture. Christine Novakovic, Responsable Corporate & Institutional Clients 3

4 En bref Section 1 Analyse : L énergie devient précieuse Paysage énergétique suisse L énergie est le nerf de notre so ciété. Sans énergie, pas de lumière, pas de chaleur, pas de mobilité et pas de prospé - rité. Coup d œil sur le pay - sage énergétique suisse. Page 6 Le marché suisse de l électricité en mutation La demande augmente. Qui plus est, une sécurité d approvisionnement élevée, la sortie du nucléaire et le développement de nouvelles capacités de production ont un prix. Page 9 Section 2 Perspectives : Du vent, du soleil et des énergies fossiles Sources d énergie primaires pour négocier le virage Le virage énergétique est dicté par la loi du marché et la politique énergétique. Quelles en sont les tendances, qu est-ce qui détermine la composition du bouquet énergétique primaire et quelle sera son évolution ces prochaines années? Page 14 Les sources d énergie de demain sont renouvelables Qu elles soient hydrauliques, bio - masse, solaires, éoliennes, marémotrices ou géothermiques, les énergies renouvelables ont un avenir. L éolien et le solaire notamment vont connaître une forte croissance. Page 21 Section 3 Solutions : L efficacité énergétique, une opportunité Efficacité énergétique : la meilleure source d énergie alternative L efficacité énergétique permet de réaliser des économies d énergie et de réduire les émissions de CO 2. La hausse des prix de l énergie favorise l investissement dans ce domaine, mais le moteur principal reste l application de réglementations plus strictes en vue de pré - server l environnement et d assurer l approvisionnement en énergie. Page 28 L efficacité énergétique porte ses fruits UBS a conclu un partenariat avec l Agence de l énergie pour l éco - nomie (AEnEC). Elle apporte un soutien financier aux entreprises clientes, qui optent pour le modèle PME de l AEnEC et améliorent leur efficacité énergétique. Page 36 4

5 Energie wird kostbarer Thema Analyse L énergie devient précieuse Jusqu ici, l énergie était relativement bon marché en Suisse. Mais la sortie prévue du nucléaire, la hausse de la consommation et l impossibilité d augmenter encore beaucoup la production pétrolière conduiront à long terme à un transfert vers des formes d énergies renouvelables. Le prix du courant continuera probablement d augmenter en Suisse, car la sécurité d approvisionnement avec une énergie sans inci - dence sur le climat ne peut être gratuite. 5

6 Analyse L énergie devient précieuse Paysage énergétique suisse La consommation énergétique brute s établit en Suisse à environ kilowattheures (kwh) par habitant et par an. Elle est couverte à près de 70% par des sources qui devront être remplacées au cours des prochaines décennies, ce qui poussera à la hausse les prix de l énergie. La consommation énergétique brute totale devrait toutefois avoir atteint son point culminant en Suisse. L énergie est au cœur du fonctionnement de notre société. Elle se cache dans les produits que nous consommons au quotidien et fait tourner notre économie. Sans énergie, pas de lumière, pas de chaleur et pas de mobilité. L énergie est relativement bon marché, si bien que l économie ne s en est guère souciée jusqu ici. Mais les choses devraient changer car la hausse de la consommation mondiale, la difficulté d augmenter encore la production pétrolière de façon significative et la sortie planifiée du nucléaire conduiront à long terme au déplacement de la demande vers des formes d énergie durables. Cette évolution devrait causer, du moins dans un avenir proche et en l absence d innovations techniques révolutionnaires, le renchérissement des prix de l énergie. Consommation énergétique de la Suisse En 2011, la consommation énergétique brute de la Suisse s est élevée à environ térajoules (TJ) ou 314 térawattheures (TWh), soit kwh ou 3,5 tonnes de diesel par habitant. Les dépenses énergétiques des consommateurs finaux ont atteint 31,2 milliards de francs (5,3% du PIB) ou quelque 3900 francs par habitant. Hormis l énergie hydraulique et le bois, la Suisse ne dispose de pratiquement aucune source d énergie. Environ 80% de la consommation doit donc être couverte par des importations, sous forme de pétrole, de produits pétroliers et de combustibles nucléaires. En 2012, la Suisse a dépensé environ 17,5 milliards de francs pour ses importations de produits énergétiques et a parallèlement exporté de l électricité pour environ 6,5 milliards. Ainsi, quelque 11 milliards de francs, soit 1,9% du PIB, sont partis à l étranger pour couvrir ses besoins énergétiques. Sibille Duss Economiste, UBS SA Caesar Lack Economiste, UBS SA Figure 1 Consommation énergétique brute de la Suisse En milliers de térajoule Electricité importations nettes Produits pétroliers Autres énergies renouvelables Bois Déchets Charbon Gaz Energie hydraulique Combustibles nucléaires Consommation brute totale Sources : Office fédéral de l énergie OFEN, UBS 6

7 L énergie devient précieuse Analyse «Avec l orientation haussière des prix de l énergie, la consommation énergétique en Suisse devrait au moins marquer le pas.» Les principales sources d énergie de la Suisse sont les produits pétroliers (44%), suivis des combustibles nucléaires (25%), de l énergie hydraulique (11%) et du gaz (10%). Le bois et les autres énergies renouvelables représentent une part de 5% (voir fig. 1). Stagnation des besoins énergétiques globaux, baisse de l intensité énergétique La consommation énergétique a augmenté en moyenne de 3,0% par an depuis Si la croissance économique et démographique la fait grimper, les progrès techniques et la recherche d une meilleure efficacité énergétique la font diminuer. La hausse s est nettement ralentie ces dernières années, en raison de la moindre intensité énergétique du PIB (consommation énergétique par franc de création de valeur corrigé de l inflation). L intensité énergétique est en recul depuis le milieu des années 1980 : elle est passée de 0,75 à 0,58 kwh par franc de PIB, ce qui s explique par des gains d efficience et des mesures d économies (voir fig. 2). Ce recul s est même sensible - ment accéléré au cours des dernières années et aujourd hui, l intensité énergétique baisse à une telle vitesse qu elle contrebalance la croissance économique. Cela se manifeste depuis quelques années par une stagnation des besoins énergétiques globaux, voire par leur net recul observé en Il est possible que 2010 ait été une année pivot. Avec l orientation haussière des prix de l énergie, l intensité énergétique devrait con tinuer de baisser et la consommation énergétique totale au moins marquer le pas. Le secteur des transports, principal consommateur d énergie En 2011, les parts respectives des secteurs économiques de l industrie et des services dans la consommation énergétique se sont établies à 19,2% et 15,6%. Le secteur des transports, avec une part de 36,5%, est le principal consommateur d énergie en Suisse, suivi des ménages (27,2%). Les différentes sources d énergie sont utilisées de manière différente selon les branches. Ainsi, le charbon, les déchets industriels et le mazout lourd sont employés exclusivement dans le secteur industriel. Le secteur des services en revanche ne consomme quasiment que du mazout léger. En 2011 toutefois, tous les consommateurs ont globalement réduit leur consommation de produits pétroliers. Les ménages se sont inscrits en tête à cet égard ( 21,9%), suivis du secteur des services (près de 20%). Figure 2 Intensité énergétique de l économie suisse En térajoules/mrd de PIB (réel) 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0, Total Electricité Pétrole Sources : Seco, Office fédéral de l énergie OFEN, UBS 7

8 Besoin global inférieur dans le secteur des services La consommation énergétique dépend fortement de la branche d activité (voir fig. 3). Le secteur industriel est très gourmand en énergie, fabricants de ciment et de béton en tête. A titre de comparaison, la consommation énergétique totale du secteur des métaux et du fer représente moins du dixième de celle du secteur industriel, tout en restant très supérieure à la moyenne de 1327 TJ par poste à plein temps observée dans les secteurs industriels analysés. qui devrait conduire à des hausses des prix de l énergie. Ces évolutions recèlent des opportunités, mais aussi des risques, pour l économie suisse et pour les investisseurs. Nous passons en revue ces différents aspects dans les articles ci-après. Figure 3 Consommation énergétique totale des différents secteurs En gigajoules, par poste à plein temps Les services ont tendance à afficher une consommation énergétique relativement faible. Dans ce secteur, l enseignement est le plus gros consommateur d énergie. A l inverse, le crédit et l assurance se sont inscrits en queue de peloton en 2009, avec une consommation de seulement 38 TJ par poste à plein temps. Hausse prévue des prix de l énergie La production mondiale de pétrole est proche de son niveau maximal et, conformément à la stratégie énergétique de la Confédération, l énergie nucléaire appartiendra elle aussi au passé dans quelques décennies. Ce sont ainsi 70% des sources d énergie actuelles qui se trouvent remises en question. Il faudra donc augmenter massivement la part des énergies renouvelables, qui est aujourd hui de 15%, ce Ciment/béton Métaux/fer Chimie/pharmacie Métaux non ferreux Papier/imprimerie Denrées alimentaires Textile/cuir Enseignement Echelle à gauche Echelle à droite Sources : Office fédéral de l énergie OFEN, UBS Hôtellerie Appareils métalliques Santé/services sociaux Commerce Machines Administration Crédit/assurance Construction

9 L énergie devient précieuse Analyse Le marché suisse de l électricité en mutation Le marché suisse de l électricité est en mutation. La sortie du nucléaire et le développement de nouvelles capacités de production ont un prix. De plus, la demande augmente. L approvisionnement des entreprises et des ménages en énergie est l un des défis mondiaux de notre temps. La demande d électricité continuera de s accroître ces prochaines décennies, non seulement dans les économies en forte expansion des pays émergents, mais aussi dans les pays développés. En Suisse, le Conseil fé déral estime que faute de mesures d économies, elle pourrait passer d environ 60 TWh à près de 90 TWh en 2050, en raison de la croissance démographique, du nombre d appareils électriques et du recours croissant à l électricité dans les transports. De plus, la sortie du nucléaire a été annoncée. Tout cela transformera le marché suisse de l électricité. La stratégie énergétique de la Suisse à la veille de profonds changements Dans le cadre de sa stratégie énergétique, le Conseil fédéral a publié en mai 2011 les «Perspectives énergétiques 2050». La mutation qui en ressort concerne l offre, c est-à-dire le parc de centrales («élargir l offre d électricité»), et la demande («réduire la consommation électrique»). L objectif est en outre de maintenir les importations d électricité, de développer et moderniser les réseaux et de renforcer la recherche énergétique. La décision de ne plus remplacer les centrales nucléaires existantes, mais de mener à bien la sortie de cette technologie contestée, rend nécessaire en Suisse une transformation progressive de l approvisionnement énergétique. Il est prévu que les cinq centrales nucléaires en service seront mises à l arrêt entre 2019 et Les lacunes qui en résulteront au niveau de l offre seront comblées principalement par le développement des centrales hydrauliques et par des énergies renouvelables telles que l éolien et le solaire. Un recours accru aux énergies fossiles (p. ex. installations de couplage chaleur-force ou centrales à gaz à cycle combiné) est aussi envisagé. En 2011, les centrales hydrauliques produisaient 53,7% de l électricité en Suisse, les centrales nucléaires 40,7%, celles à combustibles fossiles et autres installations 5,6%. Cette répartition changera dès la fin de la décennie en cours. Un pilier important de cette stratégie énergétique est constitué de mesures visant une nette réduction, par une meilleure efficacité éner gétique, de la hausse attendue de la demande d électricité. La plus importante de ces me sures concerne le domaine du bâtiment. Mais il est aussi prévu de faire évoluer les réseaux électriques vers des «réseaux intelligents» («smart grids»). Le législateur définit directement la politique énergétique et influence donc indirectement les décisions d investissement Une politique énergétique réussie s articule autour de trois objectifs. Primo, garantir la sécurité d approvisionnement : l électricité doit être disponible à tout moment, car les coupures ont des conséquences graves pour les ménages et les entreprises et péna lisent l économie à coup de milliards de francs. Secun do, le prix de l électricité doit être accessible, tant en termes absolus qu en comparaison internationale. Des tarifs élevés peuvent être source de désavantages comparatifs pour les secteurs très énergivores. Tertio, les effets négatifs de la production d électricité sur l environnement doivent rester limités. Cet objectif reste difficile à mesurer. Les centrales nucléaires ne rejettent quasiment pas de CO 2, mais leur bilan écologique n est pas neutre au vu de l élimination des résidus de combustibles ou des conséquences d éventuels accidents. Le mix énergétique (c est-à-dire la répartition des sources utilisées pour produire de l électri- Carsten Schlufter Analyste, UBS SA 9

10 Analyse L énergie devient précieuse cité, par exemple énergies fossiles, centrales nucléaires ou énergies renouvelables) dépend du cadre légal. Ce dernier influe fortement sur les décisions d investissement des entreprises d approvisionnement, car construire des centrales électriques nécessite de gros capitaux et l horizon temporel de ces investissements est très long (30 ans au moins). Les modifications de la législation sur l énergie peuvent se répercuter négativement sur les marges de la production d électricité, et un mix énergétique ne se modifie par du jour au lendemain. Pour construire de nouvelles centrales ou rem - placer celles qui existent, les investissements se chiffrent en milliards. Les milieux politiques et les investisseurs ont donc intérêt à s entendre et à ce que soit mise en place une politique énergétique axée sur le long terme. Avec la mu - tation de sa stratégie énergétique, le Conseil fédéral a formulé les conditionscadres qui détermineront les investissements des producteurs. Libéralisation du marché au sein de l UE : un tableau contrasté Dans la plupart des pays, y compris en Suisse, le tarif d exploitation du réseau est régle - menté, car les réseaux de transport et de distribution d électricité sont des monopoles. Pour la production électrique en revanche, il faut distinguer entre un modèle de prix réglementé et un modèle de prix du marché libéralisé. Dans le premier cas, les tarifs sont fixés par une autorité de réglementation nationale, tandis que dans le second, le prix est fonction de l offre et de la demande. Par ailleurs, il existe des formes mixtes, comme aux Etats-Unis, où l on trouve des centrales électriques entièrement réglementées et d autres soumises aux prix du marché. L UE a entamé dès les années 1990 la libéralisation complète de ses marchés de l électricité, désormais largement achevée. Toutefois, la France s oppose encore à une ouverture totale de son marché. A notre avis, les expériences de libéralisation dans l UE livrent un tableau contrasté. Ainsi, les prix de la production d électricité ont chuté immédiatement après l ouverture du marché. Cependant, avec la diminution progressive des capacités des centrales électriques, l augmen - tation de la demande, la forte hausse du prix des matières premières (charbon et gaz) et l introduction du marché des droits d émission de CO 2, le niveau des prix en Europe centrale a peu à peu grimpé pour atteindre environ EUR 85/MWh à l été Or la récession intervenue juste après ainsi que les mesures d amélioration de l efficacité énergétique ont entraîné une baisse de la demande d électricité ; le dé veloppement simultané des capacités de production, notamment dans les énergies renou - ve lables, a généré une offre accrue, et les prix sont retombés à env. EUR 40/MWh (fin janvier 2013). Si la libéralisation a permis d atteindre l objec - tif de sécurité de l approvisionnement, elle a fait grimper et fluctuer plus fortement les prix. La question de savoir si la hausse des prix aurait été plus ou moins forte dans un modèle réglementé demeure sans réponse. Par ail - leurs, les subventions accordées unilatéralement par les Etats en faveur des énergies renouvelables ont causé des distorsions de marché et influé considérablement sur le modèle de marché. Rien qu en Allemagne, les capacités de production ont progressé d environ 2 GW par an pour l éolien, et de 5 à 8 GW par an pour le solaire. Fin 2012, les capacités totales dépassaient déjà les 30 GW pour l éolien comme pour le photovoltaïque : elles représentaient ainsi près de vingt fois la capacité installée des centrales nucléaires suisses, qui est de 3,4 GW (il faut toutefois distinguer entre la capacité des installations et la production réelle d électricité). Le retour à un modèle de prix mixte ou réglementé fait actuellement débat dans nombre de pays européens. Tant les entreprises que les politiques préconisent de plus en plus d abandonner le modèle de prix du marché libéralisé. Pour les entreprises d approvisionnement, les prix de la production d électricité (conditionnés par les surcapacités) sont trop bas pour permettre de construire par exemple de nouvelles centrales à gaz. Or les milieux politiques allemands plébiscitent de telles installations, pour compenser les fluctuations de production dans l éolien et le solaire. En outre, les exploitants de centrales envisagent l arrêt des installations non rentables. Tout cela compromet la sécurité de l approvisionnement. En Grande-Bretagne, le gouvernement fait avancer ses projets de construction de nouvelles centrales nucléaires. Actuellement, il apparaît que des investis seurs potentiels, pour peu qu ils acceptent de 10

11 L énergie devient précieuse Analyse financer de nouvelles installations, ne le feraient qu à des prix garantis à long terme et plus de deux fois supérieurs aux prix du marché. Le modèle de marché ne fonctionne donc pas comme prévu en Europe. Bilan intermédiaire positif de la politique énergétique suisse Si l on considère ses objectifs de politique énergétique, la Suisse est bien positionnée, avec une bonne sécurité de l approvisionnement, des émissions de CO 2 assez faibles et des prix compétitifs pour le client final par rapport aux autres pays. Depuis 2009, le marché suisse de l électricité est partiellement libéralisé : les gros clients consommant plus de 100 MWh par an peuvent choisir leur fournisseur, liberté qui sera peut-être étendue à tous les clients dès Toutefois, peu d acheteurs ont profité de cette possibilité jusqu ici. En outre, la société de réseau Swissgrid est depuis 2013 le nouveau propriétaire du réseau de transport suisse. Elle est donc responsable de son exploitation, de sa rénovation et de son extension. inférieurs à ceux de pays européens comparables, les coûts de transport de la centrale au consommateur (tarif d exploitation du réseau) y sont supérieurs. Le marché suisse de l électricité demain Le modèle de prix du marché a donné lieu à des expériences mitigées en Europe. Pour la Suisse, un modèle de marché étendu reste une option ; un rattachement plus étroit au réseau électrique européen nous paraît vraisemblable. Le marché européen de l électricité a l avantage d être suffisamment important pour compenser d éventuelles fluctuations de la demande. On peut donc estimer que la sé curité de l approvisionnement sera meilleure. Le législateur pourrait toutefois continuer à réglementer les prix pour les formes de production avantageuses (les centrales hydrauliques, par exemple), ce qui limiterait les éventuelles hausses de prix pour le consommateur. Autre solution : il serait tout à fait possible de créer, dans le cadre d un système de prix réglementé, des incitations à la construction de nouvelles En Suisse, l ouverture du marché n a eu qu une faible incidence sur les prix de l électricité. Selon l Elcom, ces derniers sont en baisse de 1% pour les ménages et les entreprises en 2013 et s établissent en moyenne, respectivement, à 19,4 centimes/kwh et 19,3 centimes/kwh. Ces baisses tarifaires ont été motivées par des baisses des tarifs d exploitation du réseau, tandis que les taxes et prestations aux collectivités publiques ont augmenté de 6 à 7%. Une comparaison avec d autres pays européens montre que les prix suisses de l électricité sont compétitifs et parfois nettement inférieurs à ceux pratiqués en Allemagne, en Italie et en Autriche. Les prix pour les ménages en Allemagne, les plus élevés d Europe, sont supérieurs de près de 50% aux tarifs suisses moyens. Cela s explique principalement par le niveau plus élevé des impôts et taxes en Allemagne, qui servent à subventionner le développement des énergies renouvelables. Toutefois, la Suisse applique aux ménages des prix supérieurs à ceux de la France et de la Finlande, dont le mix énergétique comporte également une part importante d énergie nucléaire et hydraulique et où les coûts de production sont donc moindres. Si les impôts et taxes en Suisse sont 11

12 Analyse L énergie devient précieuse centrales électriques. Aux Etats-Unis par exemple, la réglementation des centrales électriques est très répandue et garantit la sécurité de l approvisionnement à des prix compétitifs. S agissant de la Suisse, le bon mix énergé - tique devrait poursuivre les trois objectifs de la politique énergétique : prix, sécurité de l approvisionnement et respect de l environnement. Grâce à sa topographie, la Suisse a le privilège de produire une grande part de son électricité (35 TWh) dans des centrales hydrauliques. Nous pensons qu il serait judicieux de continuer à développer cette technologie sur notre ter ritoire. Durable et écologique, l énergie hydraulique garantit de surcroît des prix avantageux et la sécurité de l approvisionnement. Nous sommes sceptiques quant à une extension de l éner gie éolienne et, dans une certaine mesure, de l énergie solaire, surtout au regard des éventuelles subventions (croisées) et hausses de taxes. Comme le montre l Allemagne, les nouvelles énergies renouvelables contribuent notablement à la production d électricité ; mais les hausses de taxes et d impôts les accompagnant sont un désavantage concurrentiel non négligeable. En outre, pour exploiter efficacement l énergie éolienne, la situation géographique de la Suisse est loin d être optimale. Il en va de même de l énergie photovoltaïque, quoique son potentiel de développement apparaisse meilleur. Les nouvelles constructions de centrales nucléaires ont généré ces dernières années des coûts croissants en raison des performances technologiques accrues et des exigences sécuritaires de plus en plus strictes. Ainsi, le prix du réacteur de 1,6 GW en construction en Finlande avait été évalué à EUR 3 milliards au début des travaux, en A présent, la mise en service est prévue pour 2016 et le coût total a quasiment triplé, à EUR 8,5 milliards. De nouvelles constructions de centrales nucléaires en Suisse nous semblent peu probables, compte tenu des incertitudes en termes de rentabilité. En revanche, un développement des centrales à combustibles fossiles (charbon ou gaz) serait moins onéreux, mais plus polluant. L extension des centrales à gaz se fait actuellement à marche forcée dans de nombreux pays. Ces centrales, très flexibles et planifiables, émettent deux fois moins de CO 2 que celles à charbon. Conclusion quant à la mutation du marché suisse de l électricité Le marché suisse de l électricité est à la veille d une profonde mutation. Dans les années à venir, les milieux politiques, les investisseurs et les entreprises d approvisionnement devront prendre des décisions qui auront un impact fort et durable sur les prix de l électricité et la sécurité de l approvisionnement. Nous anticipons les évolutions suivantes : 1. Toutes les technologies de production électrique actuelles ont des avantages et des inc onvénients. Si de nouvelles centrales nucléaires et à charbon semblent irréalistes faute de soutien politique, nous sommes critiques vis-à-vis des parcs éoliens en Suisse. Selon nous, le développement de l énergie hydraulique et la construction de centrales à gaz et à énergies renouvelables (solaire, biomasse) est donc l hypothèse la plus probable. 2. Une société de réseau performante peut améliorer l efficacité des réseaux énergétiques, réduire les prix de l électricité et maintenir un bon niveau de sécurité de l approvisionnement. Dans des pays comme la Grande-Bretagne, l Espagne et l Italie, les sociétés de réseau sont un facteur de succès. En raison de leur structure privée, elles contribuent à stimuler l investissement dans des réseaux électriques modernes ; leur activité étant réglementée, elles sont gérées plus efficacement et participent à la réduction des tarifs de réseau ; et pour les investisseurs, elles offrent des opportunités attrayantes dans un domaine aux revenus stables et aux rendements intéressants. 3. Les mesures d amélioration de l effica cité énergétique sont prioritaires dans la stra tégie énergétique ; il est souhaitable qu elles soient poursuivies et encouragées. Une meilleure efficacité énergétique permet aux consommateurs de réduire leur besoin d électricité à la source, ce qui, du coup, réduit le besoin de nouvelles centrales. On qualifie d ailleurs l efficacité énergétique de «meilleur combustible alternatif» car elle peut contribuer à réduire les prix de l électricité, donc de la facture. 4. La sortie du nucléaire (lequel produit 25 TWh environ) ainsi que la rénovation du parc de centrales sont chers. Nous tablons donc sur une hausse durable des tarifs électriques pour le consommateur. 12

13 Energie wird kostbarer Thema Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles L énergie éolienne et l électricité solaire sont appelées à jouer à moyen ou long terme un rôle clé dans l approvisionnement en énergie. Mais objectivement, un constat s impose : même dans vingt ans, leur part dans le bouquet énergétique devrait être encore relativement réduite. Et même en 2030, c est le gaz naturel et le charbon qui se tailleront sans doute la part du lion dans l offre énergétique. 13

14 Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles Le virage maîtrisé des sources d énergie primaires La loi du marché et la politique commandent la négociation du virage énergétique. Du point de vue de l investisseur, il est intéressant de connaître la tendance, les éléments du bouquet énergétique primaire et la manière dont il évoluera au fil du temps. La composition des sources d énergie pri maires dans le monde, le bouquet énergétique primaire, évolue normalement très lentement. C est parce que les investissements dans le secteur de l énergie sont réalisés sur le très long terme et que les infrastructures sont d une grande longévité. Entre 1980 et 2009, la part du charbon dans le bouquet énergétique primaire est passée de 25 à 27% seulement et la part de l énergie hydraulique et de la biomasse n a pas non plus beaucoup évolué. Il en va autrement du gaz et du pétrole. La part du pétrole s est réduite de 43% à 33% tandis que le gaz naturel est passé de 17% à 21%. La part du nucléaire et des énergies renouvelables a aussi grimpé, même si elle est restée faible en valeur absolue. Figure 4 Le secteur électrique, principal consommateur Consommation d énergie primaire par secteur économique 16% 19% 7% 13% 8% 37% Production d électricité Autre secteur de l énergie Industrie Transport Bâtiment Autres Source: Agence internationale de l énergie Key World Energy Statistics 2010 Figure 5 Charbon et gaz sont essentiels pour la production d électricité Bouquet de production par source d énergie 13% 16% 21% 3% 6% 41% Pétrole Charbon Gaz Nucléaire Energie hydraulique Autres (dont énergies renouvelables) Source: Agence internationale de l énergie Key World Energy Statistics 2010 Le plus gros consommateur d énergie pri maire est le secteur de l industrie électrique, d où son importance particulière (voir fig. 4). Ces quatre dernières années, la demande mondiale en électricité a triplé, affichant ainsi une croissance plus forte que la consomma tion énergétique globale qui n a «que» doublé. L électricité étant un produit de transforma tion de l énergie primaire, on parle ici d énergie secondaire. Le bouquet de production d électricité, donc la source à l origine de la production de l électricité, a évolué ces dernières années (voir fig. 5). Avec une part de 41%, le charbon est la principale source d énergie. Le gaz naturel, l énergie hydraulique et le nucléaire jouent aussi un rôle décisif dans la production d électricité et font partie des gagnants ces dernières décennies. Les énergies renouvelables ont aussi connu une nette croissance, mais leur part reste globalement faible. 1 Des hypothèses sont aussi établies sur la croissance économique, l évolution démographique et le progrès technique. La grande incertitude à propos des hypothèses politiques signifie que les résultats ne s entendent pas comme des prévisions mais plutôt comme des projections qui donnent une idée de l évolution, sous réserve que certaines hypothèses se réalisent. Carsten Schlufter Analyste, UBS SA 14

15 Du vent, du soleil et des énergies fossiles Perspectives «Tous les scénarios prévoient une hausse de la demande en énergie jusqu en 2035 comprise, selon les cas, entre 23 et 50%.» Scénarios du bouquet énergétique primaire Dans la projection du futur bouquet énergétique primaire, l orientation en matière de politique énergétique des différents pays et régions est le facteur le plus incertain. 1 On définit de ce fait différents scénarios en fonction de la sévérité des objectifs environnementaux mis en œuvre. L Agence internationale de l énergie (AIE), émettrice des plus récentes estimations sur lesquelles nous nous basons dans ce chapitre, prévoit dans son scénario principal (probabilité la plus élevée) que les orientations politiques, les objectifs et les programmes connus continueront d être appliqués. Le scénario de référence part de l hypothèse peu vraisemblable qu il n y aura pas d autre impulsion politique, donc que les objectifs connus ne seront ni réalisés ni poursuivis. Le troisième scénario prévoit la mise en œuvre d objectifs environnementaux particulièrement rigoureux, notamment en matière de protection du climat. 2 Selon le scénario principal, la demande mondiale d énergie augmentera de 40% d ici Dans le scénario de référence, la demande fait plus que doubler et dans le scénario sévère, la croissance est de seulement 23%. Tous les scénarios prévoient donc une hausse de la demande en énergie. La part des énergies fossiles chute très marginalement de 81 à 80% dans le scénario de référence, de 75% dans le scénario principal et de 62% dans le scénario de protection climatique. D après les trois scénarios, les énergies fossiles seront en 2035 encore les principales sources d énergie. 3 2 L AIE désigne ce scénario climatique sous le nom de Scénario 450 car il présuppose que la volonté politique dominante est de limiter la concentration de gaz à effet de serre à 450 ppm d équivalent dioxyde de carbone. 3 D autres instituts et groupes du secteur de l énergie arrivent à des résultats pour la plupart similaires. Composition du bouquet énergétique primaire Actuellement, le pétrole occupe une part prépondérante dans le bouquet et augmentera encore en valeur absolue. Sa part, qui n a cessé de diminuer sur les 40 dernières années, continue de chuter. Le charbon arrive au second rang du bouquet énergétique global et augmentera en valeur absolue ces prochaines années jusqu à un pic en 2020, pour retomber ensuite en part relative. Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) dominent Bouquet énergétique primaire mondial actuel 2% 10% 6% 21% 1% 33% Pétrole Charbon Gaz Nucléaire Energie hydraulique Biomasse Energies renouvelables Le gaz naturel est la seule matière première à pouvoir gagner en valeur absolue et en part relative. La demande de gaz augmentera deux fois plus vite que la demande de charbon et de pétrole. Ces prochaines années, les énergies renouvelables gagneront en valeur absolue mais leur part n augmentera que peu. Les sources d énergies fossiles resteront donc dominantes. La part du gaz naturel et des énergies renouvelables augmente Evolution prévue du bouquet énergétique mondial % Pétrole Charbon Gaz Nucléaire Energie hydraulique Biomasse Energies renouvelables Source: Agence internationale de l énergie World Energy Outlook 2011 Agence internationale de l énergie Key World Energy Statistics 2010 Source: Agence internationale de l énergie World Energy Outlook 2011 Agence internationale de l énergie Key World Energy Statistics

16 Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles «Dans la production d électricité et l industrie, des alternatives meilleur marché comme le gaz naturel devraient à l avenir se substituer au pétrole.» Pétrole : la part dans le bouquet énergétique primaire continue de baisser Le pétrole aura de loin le taux de croissance le plus bas de toutes les énergies majeures. Il est surtout utilisé dans les transports. Ailleurs, comme dans la production d électricité et l industrie, des alternatives meilleur marché comme le gaz naturel lui seront à l avenir substituées. La demande de pétrole, en hausse modérée au niveau mondial, provient de la croissance effrénée des pays émergents (Chine, Inde et Proche-Orient) où, selon les estimations de l OCDE, la classe moyenne, et donc les acheteurs potentiels de voitures, passera en 20 ans à près de trois milliards d individus. 4 Dans les pays de l OCDE, on table à l inverse sur une baisse continue de la demande de pétrole. Ce repli est surtout dû à l amélioration de l efficacité des moteurs. Certains pays industria - li sés s efforcent par ailleurs de réduire leur dé - pendance aux importations de pétrole en diversifiant leur bouquet énergétique national. Les pays émergents tels que la Chine et l Inde partagent ce souci. Le pétrole n ayant trouvé aucun équivalent en termes de rentabilité et de convivialité d utilisation dans les transports, il n existe toujours pas d alternative, du moins dans le transport individuel. Tendances dans l industrie pétrolière Plus d extraction de pétrole de schiste et de différents gisements de pétrole non conventionnels tels les sables bitumeux ou le pétrole extra-lourd : les schistes bitumeux sont des roches qui renferment des bitumes ou des huiles non volatiles. Les sables bitumeux, mélanges de grès, de silicates, d eau, de pétrole brut et d autres composants, sont le stade préliminaire du pétrole. Surtout utilisés aux Etats-Unis, les plus gros gisements se trouvent au Canada et au Venezuela. L AIE table sur une augmentation en flèche de la production. Les nouvelles technologies ont permis l exploitation de ces gisements et le prix élevé du brut les rend financièrement intéressants. L extraction du pétrole de schiste en Amérique du Nord n est rentable qu à partir d un prix du baril de brut de 50 dollars américains. L infrastructure aux Etats-Unis n a pas évolué et requiert un surcroît d investissement. Les gisements de pétrole de schiste d Amérique du Nord ne pèsent pas encore lourd dans le bouquet énergétique global. Il faudrait pour cela une exploitation au niveau mondial des gisements des nombreuses autres régions (par ex. dans le bassin parisien) ; voilà qui pourrait contribuer à une meilleure sécurisation de l approvisionnement. Les méthodes d extraction (notamment la fracturation consistant à 4 Kharas, Homi, «The emerging middle class in developing countries», OECD Development Centre, Working Paper No. 285, janvier

17 Du vent, du soleil et des énergies fossiles Perspectives injecter de grandes quantités d eau et de produits chimiques dans le sol) sont encore contestées pour leur impact environnemental, ce qui en freine le développement. Développement des champs pétrolifères des fonds marins de l Atlantique sud : en 2006, d importants gisements de pétrole ont été mis à jour au large des côtes brésiliennes. Les différentes estimations des quantités exploitables divergent, mais il est évident que ces gisements pourraient faire du pays l un des plus gros producteurs de pétrole du monde. Les nappes étant profondes et en partie recouvertes d une couche saline de 2 km d épaisseur, l extraction en est techniquement très difficile et requiert des investissements colossaux dans les années à venir. D après les plans de l entreprise pétrolière étatisée Petrobras, près de 142 milliards de dollars américains seront investis d ici 2016 pour le développement de ces gisements. Charbon : les pays émergents moteurs de croissance La demande de charbon est attisée par la production d électricité, à l origine des deux tiers des besoins. Avec une part de 41%, le charbon est de loin la matière première la plus demandée pour la production d électricité. En Chine, cette part atteint même près de 80%; elle s élève à 70% en Inde. Ces dernières années, la demande de charbon a littéralement explosé dans les pays émergents, qui resteront à l avenir les plus gros marchés. La Chine, l Inde et l Indonésie réunissent à elles seules près de 90% de la future croissance de la demande de charbon hors OCDE. Dans quelques années, la part de la Chine dans la demande mondiale de charbon devrait dépasser 50%. Dans les pays industrialisés, le charbon est de plus en plus souvent remplacé par le gaz et les énergies renouvelables. La demande a donc tendance à reculer, et pour cause : la combustion du charbon, et l émission de CO 2 qui l accompagne, est réputée responsable de la dégradation du climat. Dans les pays asiatiques émergents, la pollution de l air causée par la combustion du charbon constitue un problème de plus en plus sérieux. Selon l AIE, une po litique climatique plus stricte (scénario de protection climatique) ramènerait la part du charbon à seulement 16% du bouquet énergétique d ici Mais le charbon présente un grand in térêt en termes de politique énergétique : il est relativement bon marché et assure à de nombreux Etats une grande sécurité d approvi sionnement. Compte tenu de l utilisation actuelle du charbon, les réserves tiendront encore presque 150 ans. Contrairement au pétrole, ces réserves présentent par ailleurs une large répartition géographique. 17

18 Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles «Dans un rapport publié à l été 2011, l Agence internationale de l énergie évoque la possible entrée dans l âge d or du gaz.» Tendances dans l industrie charbonnière Développement de technologies pour une combustion plus propre du charbon : l argument principal contre l exploitation du charbon réside dans les fortes émissions produites par sa combustion et sa transformation en électricité. La technologie du CCS (carbon dioxide capture and storage) permet le captage du CO 2 nocif et son stockage souterrain qui en évite le rejet dans l atmosphère. Jusqu à présent, ce système ne s est pas encore imposé parce que son application est chère et que les infrastructures requises manquent. Le recours à cette technologie dans les centrales se fait le plus souvent avec le soutien financier de l Etat. Autre facteur d incertitude : la tendance en faveur du gaz non conventionnel, qui fait baisser le prix du gaz naturel, le rendant plus concurrentiel. La question de la percée du CSS reste donc en suspens. Transformation et liquéfaction du charbon en gaz : la gazéification souterraine du charbon (underground coal gasification, UCG) est surtout intéressante pour les pays dont les gisements charbonniers ont un faible taux d exploitation. La gazéification permet d exploiter les réserves charbonnières qui ne se prêtent pas à une extraction directe du charbon. La liquéfaction du gaz produit n est rentable qu à partir d un prix du pétrole relativement élevé, mais elle est aussi pratiquée pour réduire le degré de dépendance vis-à-vis des importations de pétrole. De tels procédés sont appliqués avec succès en Chine, en Afrique du Sud et aux Etats-Unis. Gaz naturel : de grandes opportunités pour les prochaines décennies La demande de gaz provient principalement du secteur de la production d électricité. Sa part dans le bouquet électrique continuera donc d augmenter jusqu en En effet, les émissions de CO 2 qu il dégage sont bien inférieures à celles du charbon, il affiche une efficacité thermique et une flexibilité opérationnelle supérieures, et il nécessite de plus faibles volumes d investissement et des temps de construction plus réduits. Le secteur du bâtiment (chauf fage et eau chaude) est le deuxième consomma - teur de gaz, même si la croissance attendue dans ce domaine est faible. L industrie et les transports recèlent un plus grand potentiel de croissance. Plus de 80% de la croissance de la demande est générée par des pays hors OCDE et la Chine occupe à cet égard une place prépondérante, comme pour le pétrole et le charbon. Selon le scénario principal, la demande augmentera de près de 2,4% dans les pays hors OCDE, faisant grimper la part dans le bouquet énergétique primaire de 14 à 19% d ici La demande de gaz continuera aussi d augmenter dans les pays de l OCDE (0,7% par an). Dans un rapport publié à l été 2011, l AIE évoque la possible entrée dans l «âge d or du gaz». Les auteurs y soulignent les atouts du gaz en termes de demande comme sa souplesse d utilisation, sa relative sécurité technique et son meilleur bilan écologique par rapport aux autres combustibles fossiles. A cela s ajoutent des avantages en termes d offre et notamment de sécurité de l approvisionnement, comme le volume des gisements de gaz connus et leur large répartition géographique. Selon les trois objectifs de base de toute politique énergétique le prix, la sécurité de l approvisionnement et l écologie le gaz naturel devrait être évalué positivement dans la plupart des régions. Tendances pour le gaz naturel Découverte et exploitation mondiale de gisements de gaz non conventionnels : les gisements de gaz de schiste aux Etats-Unis revêtent une importance particulière. Il s agit de gaz naturel emprisonné dans une roche sédimentaire, le schiste. Les réserves en gaz de schiste sont gigantesques et pourraient satisfaire sur des décennies entières la consommation nord-américaine. Ces gisements sont donc capitaux pour l indépendance énergétique. Aux Etats- Unis, la part du gaz de schiste dans la production gazière globale du territoire est passée de 1% en 2000 à près de 25% actuellement, ce qui a provoqué la chute du prix du gaz naturel dans le pays. Quand bien même cela fait débat, les Etats-Unis pourraient même exporter leur gaz naturel dans un avenir proche si la production continue d augmenter à ce rythme. 18

19 Les réserves de gaz non conventionnel bénéficient d une large répartition géographique et, d après l AIE, toutes les régions du monde disposent de ressources gazières qui, d après la consommation actuelle, suffiraient pour au moins 75 ans. Globalement, la part du gaz non conventionnel dans la production mondiale de gaz est de 13%, mais pourrait passer à 22% d ici L Europe, notamment la Pologne, a commencé à exploiter ses gisements de gaz non conventionnels. Le développe - ment de l extraction du gaz non conventionnel requiert de gros investissements dans l infrastructure, comme la construction de pipelines et de terminaux GNL (gaz naturel refroidi pour en réduire le volume puis liquéfié). Comme pour le schiste bitumineux, grandes sont les réserves quant à l impact environnemental des processus d extraction. Chaque forage implique le pompage de 7500 à m 3 d eau (et de produits chimiques). L inquiétude porte principalement sur la grande consommation d eau et le risque de contamination de la nappe phréatique. Le gaz naturel liquide (GNL) consolide le négoce international de gaz naturel : la technique permettant de liquéfier le gaz naturel en le refroidissant à 163 C, et donc de réduire fortement son volume, est appliquée depuis plusieurs décennies. Ces dix dernières années, l expansion a été telle qu elle a permis l exploitation de nouvelles zones d extraction. Il est donc possible d extraire du gaz naturel dans des régions reculées pour l acheminer partout dans le monde vers les consommateurs. Cette évolution va se poursuivre et induire avec le temps la mondialisation des marchés régionaux du gaz. On assistera donc à un échange interrégional de plus grands volumes et à une égalisation des prix du gaz encore très hétérogènes. Energie nucléaire : un avenir incertain L énergie nucléaire a connu ces dernières années une certaine renaissance car, mis à part le problème crucial des déchets, elle ne génère quasiment pas d émissions de CO 2. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, l opinion publique au sujet de la sécurité du nucléaire a évolué dans certains pays. A l heure actuelle, 433 réacteurs nucléaires sont en service, pour une capacité globale de quelque 372 gigawatts. La plupart sont situés dans les pays industrialisés et ceux de l ancienne Union soviétique. 63 centrales sont en construction et 160 en commande ou en projet, la plupart dans les pays émergents (surtout en Chine et en Inde). Cela reflète l augmentation de la demande, majoritairement (à près de 80%) en provenance des pays hors OCDE. L AIE table sur un taux de croissance annuel de 5,6%. Selon l AIE toujours, il faut aussi s attendre au cours des prochaines décennies à une légère hausse de l offre d énergie nucléaire dans les pays industrialisés développés. Selon nous, les coûts d investissement élevés 19

20 Perspectives Du vent, du soleil et des énergies fossiles «Le haut degré de disponibilité des installations nucléaires permet de répondre aux attentes en termes de sécurité de l approvisionnement.» pourraient toutefois freiner les projets de construction. Parmi les atouts du nucléaire figure le haut degré de disponibilité des installations, qui permet de répondre aux attentes en termes de sécurité de l approvisionnement et de diversification. En outre, l énergie nucléaire ne dégage pratiquement aucun gaz polluant, un argument qui pèse lourd dans le débat de ces dernières années sur l évolution du climat. Mais les inconvénients sont là : d une part, la sécurité technique des installations est remise en question, plus que jamais depuis la catastrophe de Fukushima ; et d autre part, le traitement et le stockage sûrs et durables des déchets nucléaires ainsi que le démontage des installations obsolètes sont autant de questions non encore réglées. Tendances dans le secteur de l énergie nucléaire Préférences variables selon les pays : les investissements resteront tournés vers le nucléaire à l avenir. Les Etats-Unis ont récemment entamé la construction d une centrale nucléaire en Géorgie. En Europe, la France et la Finlande construisent actuellement de nouveaux sites. Les exigences en termes de sécurité étant plus sévères, les coûts de construction ont augmenté et la rentabilité a baissé avec des risques de planification élevés. Il ne faut donc pas s attendre à une forte extension du nucléaire aux Etats-Unis ou en Europe. Au contraire : suite à l accident au Japon, l Allemagne a annoncé l arrêt complet de toutes ses centrales d ici La Suisse et l Italie ont déclaré, à l encontre de leurs prévisions, ne plus vouloir construire de nouvelles installations. Cela implique néanmoins des investissements supplémentaires dans la sécurité, la maintenance, le traitement des déchets et le démontage. Toutefois, la Chine, la Russie, l Inde et la Corée du Sud poursuivent la construction de nouveaux réacteurs. 20

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse

Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Influence du marché du gaz sur le marché de l électricité suisse Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Le gaz naturel influence le marché de l électricité uniquement à travers

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Matthew Bramley Directeur de la recherche Institut Pembina À propos de ce projet Comment les gouvernements fédéral

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1 FEUILLE DE ROUTE CEE POUR L ENERGIE 2050 PRESENTATION Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre L'Union Européenne s'est fixé comme objectif d'ici à 2050 de réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine

Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine Lerôledel énergie danslaréindustrialisationaméricaine Le rôle de l énergie dans la réindustrialisation américaine Depuis que les Etats Unis ont décidé d exploiter massivement les gaz et pétrole de schiste

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010

PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010 PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010 Sophie Méritet* Doté de précieux atouts environnementaux par rapport aux autres énergies fossiles et de réserves importantes, le gaz naturel a vu sa part dans

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie «La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie Kurt Rohrbach, Président de l Association des entreprises électriques

Plus en détail

Groupe de travail énergie et matières premières

Groupe de travail énergie et matières premières Groupe de travail énergie et matières premières Audition de Pierre SIGONNEY Chief Economist, groupe Total Jeudi 7 avril 2011 Etaient présents : Edouard Alby - Eric Fromant - Dominique de Guerre Dominique

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse 23 OCTOBRE 2012 FICHE THEMATIQUE : PENURIE D ELECTRICITE un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse Le Conseil fédéral et le Conseil national souhaitent sortir du nucléaire à

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Auteur: International Network for Sustainable Energy Europe (INFORSE-Europe), Juin 2010. Dans le cadre du développement d un «Vision Globale»

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Chiffres & statistiques

Chiffres & statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Chiffres & statistiques n 547 Août 2014 Objectifs énergétiques Europe 2020 : la doit poursuivre ses efforts pour les énergies renouvelables observation et

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE

IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE Thibaut Laparra Conférence scientifique et technique Jeudi 13 septembre www.gep-aftp.com 1 Répondre à la polémique sur les hydrocarbures

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

La consommation sectorielle d électricité en Europe 1

La consommation sectorielle d électricité en Europe 1 La consommation sectorielle d électricité en Europe 1 Global Chance 1. Les consommations d électricité en 2007 1.1 La place de l électricité dans la consommation finale d énergie Le tableau 1 montre la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

World Energy Outlo ok. RÉsumé

World Energy Outlo ok. RÉsumé World Energy Outlo ok 2010 RÉsumé World Energy Outlook 2010 Le monde semble sortir de la pire crise économique qu il ait connu depuis des décennies. De nombreux pays se sont engagés, dans le cadre de l

Plus en détail

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon.

Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Lionel Taccoen Juillet 2011(revu janvier 2012) Inde : l Electricité, clef de la croissance. Le choix du charbon. Le 21 juin 2011, l Agence de notation Fitch a mis en doute les objectifs de croissance officiels

Plus en détail

PROJETS D'ÉNERGIES RENOUVELABLES. Vents d Oc Énergies Renouvelables

PROJETS D'ÉNERGIES RENOUVELABLES. Vents d Oc Énergies Renouvelables PROJETS D'ÉNERGIES RENOUVELABLES Vents d Oc Énergies Renouvelables Chers lecteurs, En octobre 2014, l Assemblée nationale a adopté avec une large majorité le projet de loi sur la transition énergétique.

Plus en détail

Re union du Groupe de travail Energies et matie res premie res du jeudi 15 septembre 2011

Re union du Groupe de travail Energies et matie res premie res du jeudi 15 septembre 2011 Re union du Groupe de travail Energies et matie res premie res du jeudi 15 septembre 2011 Auditions de: M. Bruno Bensasson, Directeur de la Stratégie et du Développement Durable chez GDF-SUEZ. Compte rendu

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

Union Régionale Vie et Nature

Union Régionale Vie et Nature LES GAZ DE SCHISTES Note succincte d information MESSAGES CLES Les gaz de schistes représentent une source d énergie fossile non conventionnelle, diffuse, à de fortes profondeurs et difficile à extraire.

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE INTRODUCTION DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Note au sous groupe gouvernance du groupe d experts. * L URANIUM DANS LE BILAN ENERGETIQUE FRANÇAIS Bernard LAPONCHE 3 avril 2013 * Dans les échanges

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne

Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Transition énergétique : l expérience de l Allemagne Une analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 07/03/2013 1. L expérience de l Allemagne 1.1. Quelles leçons tirer de

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole

Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole La consommation de pétrole par habitant est supérieure dans notre pays à la moyenne de l UE, entre autres parce

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Les technologies énergétiques fossiles

Les technologies énergétiques fossiles Les technologies énergétiques fossiles Les combustibles fossiles les plus couramment utilisés dans le monde pour produire de l électricité sont le charbon et le gaz. Le pétrole est toujours utilisé quand

Plus en détail

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES Ressources énergétiques et structure du marché La Suisse ne produit aucun combustible fossile et compte

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Durée de vie des centrales nucléaires en Suisse et dans le monde : des choix pragmatiques

Durée de vie des centrales nucléaires en Suisse et dans le monde : des choix pragmatiques Case postale 194 1951 Sion Tél. +41 21 517 67 67 info@frenergie.ch www.frenergie.ch Bulletin 125 11 juillet 2013 Durée de vie des centrales nucléaires en Suisse et dans le monde : des choix pragmatiques

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Avril 2012 Briefing Carburants à faible intensité carbone: coûts administratifs modestes, bénéfices significatifs Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Dans le cadre de l article

Plus en détail

Stabilisation de l activité. Perspectives de reprise. Enjeux énergétiques

Stabilisation de l activité. Perspectives de reprise. Enjeux énergétiques 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur de la Communication - UIC 01.46.53.11.65 / 06.71.06.72.49

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 412 Avril 2013 Baromètre d opinion sur l énergie et le climat en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE L énergie éolienne jouit d une image très positive,

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics 29 novembre 2013 COLLOQUE La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics Par David CLARINVAL Député fédéral Bourgmestre de Bièvre Le rôle des pouvoirs publics

Plus en détail

Discours de René Bautz. Directeur du Global Gas Centre et Directeur général de GAZNAT

Discours de René Bautz. Directeur du Global Gas Centre et Directeur général de GAZNAT UNCTAD GLOBAL COMMODITIES FORUM 13-14 April 2015 Discours de René Bautz Directeur du Global Gas Centre et Directeur général de GAZNAT The views expressed are those of the author and do not necessarily

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est Mai 2013 Note de synthèse Bénéfices environnementaux d une mise en œuvre solide de la Directive sur la Qualité des Carburants Résumé de l étude Impacts environnementaux et économiques de la mise en œuvre

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail