C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE"

Transcription

1 Comité interprofessionnel du bois énergie Formule de révision du prix du combustible bois Commission n 1 6 décembre 2011 C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE S.A.R.L. au capital de uros RCS Rouen N TVA intracommunautaire : FR E.mail : Tél. +33 (0) Fax. +33 (0) Immeuble Alpha 9 rue Georges Braque ROUEN

2 Avertissement Ce document a été rédigé par CEDEN sur la base d une note réalisée par Biomasse Normandie dans le cadre du plan bois énergie et développement local cofinancée par l ADEME, la Région Basse-Normandie et la Région Haute-Normandie. Elle s inscrit également dans le cadre de la mission confiée à CEDEN par l ADEME et la Région Picardie. Dossier Société Nom Le Élaboré par Biomasse Normandie Marie-France CLAVE 17 novembre 2011 CEDEN Dominique PLUMAIL 6 décembre 2011 Vérifié par CEDEN Dominique PLUMAIL 12 décembre 2011

3 Sommaire L'objet de la formule de révision... 1 La décomposition des coûts de production d un combustible bois La nature des charges er poste : Achat des matières premières ligneuses ème poste : Conditionnement et stockage ème poste : Transport ème poste : Service ème poste : Charges de structure Le montant indicatif des coûts et leur décomposition La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois La décomposition des coûts unitaires de prestation de service... 4 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois La structure de la formule de révision Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision Part fixe a Part «Matière» b Part «Transport» c Part «Main d œuvre» d Part «carburant-machines» e Part «entretien des équipements mécaniques» f Synthèse Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Les résultats Les simulations à partir des 3 scénarios Les deux exemples picard et normand Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles Conclusion... 14

4

5 1 1 L'objet de la formule de révision La fourniture d'un combustible bois peut être conclue à prix ferme dans le cas où le prix n'est exposé à aucun aléa majeur et où son évolution est raisonnablement prévisible pendant la période d'exécution des prestations. On rencontre ce cas de figure pour les marchés de livraison ponctuelle ou pour les contrats d'une durée n'excédant pas l'année. Dans les autres cas de figure, le prix du combustible bois est en général révisable. Le contrat fixe la date d'établissement du prix initial, les modalités de calcul de la révision ainsi que la périodicité de sa mise en œuvre. Les modalités de calcul de la révision du prix sont fixées : Soit en fonction d'une référence «produits» à partir de laquelle on procède à l'ajustement du prix. C'est le cas lorsque le contrat prévoit la fourniture de produits élaborés et prêts à l'emploi, qui font l'objet de l'indexation nationale organisée par le CEEB avec le concours du depuis janvier Soit par application d'une formule représentative de l'évolution du «coût de la prestation». Dans ce cas, la formule de révision prend en compte les éléments constitutifs des coûts de prestation nécessaire à l élaboration du combustible. C'est le cas des formules de révision des contrats de fourniture dans les marchés d'exploitation de chaufferie bois ou les contrats de concession de réseau de chaleur. Il est également envisageable de combiner les deux modalités précédentes, l évolution du prix étant subordonnée à un prix de référence «produits» ou «matières premières», d une part, et l évolution d indices en lien avec l activité de mobilisation, de préparation et de livraison des combustible bois, d autre part. La présente note concerne principalement ce dernier cas de figure et la construction des formules de révision représentative de l'évolution du «coût de la prestation». La formule de révision doit permettre aux deux parties liées par un contrat de fourniture de disposer, pour toute la durée contractuelle, d un mode d ajustement du prix (P). En préambule, il convient de rappeler les points suivants : La formule de révision doit être juste, équilibrée et ne doit pas privilégier l une ou l autre des parties. Les indices et le poids de ces derniers doivent refléter le plus possible la structure des coûts de la prestation. Il n existe donc pas une formule "unique" ou "universelle" et sa mise au point doit par conséquent être élaborée, au cas par cas, d un commun accord entre les deux parties. La formule de révision des prix, quelle que soit la qualité de l analyse ayant présidé à son élaboration, présente cependant deux limites : Sa conception peut reposer sur des composantes pour lesquelles il n existe pas d indices satisfaisants. Dans la pratique, les parties recourent temporairement à des indices moins bien adaptés ou moins représentatifs : c est encore le cas du bois-énergie, lorsque les formules de révision n'intègrent par exemple aucun indice relatif à l'évolution du prix d'achat des matières premières ligneuses. Les évolutions du marché peuvent mettre en évidence l'inadéquation d une formule de révision, ce qui peut, à l usage, conduire à la modifier. C'est le cas actuellement du tarif réglementé du gaz naturel, la formule de révision proposée par la Commission de régulation de l'énergie n'étant plus adaptée aux conditions d'achat obtenues par GDF Suez auprès de ses fournisseurs ; cette évolution est encadrée par un arrêté ministériel. Pour les combustibles bois, celle-ci est encadrée par le contrat de fourniture annexée au contrat d'exploitation de chauffage ou de délégation de service public. Pour se prémunir des risques de décalage entre la réalité du marché et le prix actualisé selon la formule de révision figurant au contrat, il convient de prévoir une clause de renégociation du prix et de la formule de révision. La cohérence d une formule de révision est étroitement liée aux moyens mis en œuvre pour produire le combustible bois, d une part, et à la capacité de trouver des indices qui reflètent l évolution de ceux-ci, d autre part. Sur la base du retour d expérience normand et picard, cette note présente tout d abord une décomposition des coûts de fabrication d un combustible bois, puis les formules de révision couramment rencontrées et enfin une simulation de l évolution du prix des combustible bois.

6 2 2 La décomposition des coûts de production d un combustible bois 2.1 La nature des charges Le fonctionnement de l'activité suppose une organisation structurée et très rigoureuse, qui nécessite d'appréhender en premier lieu les besoins énergétiques à couvrir. La structure du prix du combustible bois en découle ; il comprend cinq familles de charges : 1 er poste : l achat des matières premières ligneuses, qui peuvent être plus ou moins élaborées et prêtes à l emploi. 2 ème poste : le conditionnement/stockage des matières premières. 3 ème poste : le transport, qui correspond : à la collecte des matières premières en amont ; à la livraison des combustibles préparés en aval. 4 ème poste : le service, notamment lié au suivi qualité (contrôle des matières premières, caractérisation des combustibles), à la gestion des sous-produits de la combustion (cendres sousfoyer et cendres volantes émanant du traitement des fumées) 5 ème poste : les charges de structure du fournisseur (personnel, assurances, déplacements, frais divers, marge ) er poste : Achat des matières premières ligneuses La valeur d une matière première ligneuse s apprécie en fonction de trois principaux paramètres : La nature de la ressource, à la lumière notamment : De ses caractéristiques intrinsèques qui déterminent le contenu énergétique du combustible : - l essence, - l humidité, - la teneur en matières minérales (incombustibles). Des pollutions du bois modifiant sa composition physico-chimique, voire son statut réglementaire, ce qui concerne en particulier celles liées aux : - produits de traitement du bois, - souillures agglomérées au bois au cours de vie du matériau. La dispersion de la ressource sur le territoire. La mobilisation de la ressource nécessite des équipements de collecte spécifiques, dont les coûts unitaires sont inversement proportionnels à la quantité de bois mobilisée. Les faibles volumes sont ainsi plus coûteux à capter. Le degré de préparation, qui détermine les étapes ultérieures du conditionnement et du stockage, en distinguant aux extrêmes les produits : pouvant être livrés en direct (flux tendu), devant transiter obligatoirement vers une plate-forme : - pour un stockage temporaire en l absence de débouché immédiat en chaufferies, - pour un conditionnement complémentaire (criblage, mélange avec des produits plus fluides, plus secs ). A l achat, les matières premières peuvent donc être plus ou moins élaborées. Dans certains cas, elles peuvent être utilisées en l état sans transformation complémentaire (plaquettes de scieries, forestières, bocagères ou urbaines). Dans d autres, elles doivent subir un ou plusieurs conditionnements (bois de rebut, billons ). La dispersion territoriale et le degré de préparation des matières premières déterminent les étapes de conditionnement, de stockage et de livraison du bois, et par voie de conséquence, les charges incompressibles relatives à la production du combustible bois ème poste : Conditionnement et stockage Les matières premières plus ou moins élaborées sont produites tout au long de l année, qu elles proviennent d une activité artisanale / industrielle ou d une activité sylvicole / agricole. En raison du décalage temporelle entre la production et la consommation de la ressource, mais aussi pour tenir compte des exigences de qualité (gestion de l humidité, élimination des indési-

7 3 rables ), une rupture de charge et des opérations de conditionnement complémentaires s avèrent souvent incontournables. Dans le cas d une rupture de charge, les frais de gestion de la plate-forme comprennent respectivement : la location de la plate-forme, qui couvre les frais d'amortissement, ainsi que les frais de pesées des camions à l entrée et à la sortie ; les charges de mécanisation : la manutention des matières premières et des combustibles bois ; le conditionnement des combustibles, qui correspondent principalement à des opérations de broyage et de déferraillage (plus rarement de criblage) ; les charges de personnel ème poste : Transport Les coûts de transport correspondent en fait à deux postes de charges distinctes : l'approvisionnement en matières premières des plates-formes de conditionnement et de stockage ; la livraison du combustible en chaufferie ème poste : Service Une société spécialisée dans l approvisionnement en combustible bois doit être en mesure : de procéder à un suivi quantitatif de son activité, ce qui nécessite des moyens logistiques, techniques et humains importants pour : prendre les commandes auprès des acheteurs ; organiser la collecte/reprise/transformation des matières premières ; suivre physiquement les flux de matières premières et leur localisation à l échelle régionale ; suivre le fonctionnement des plates-formes et la qualité des prestations de service ; de s inscrire dans une démarche qualité en caractérisant régulièrement les ressources achetées et les combustibles commercialisés ; d apporter des réponses aux insatisfactions formulées par les acheteurs en mettant notamment en place une certification de l activité en s appuyant sur des outils informatiques de gestion des flux et des stocks, sur des moyens de contrôle interne et externe, sur un laboratoire d analyses de disposer d une expertise technique, juridique et administrative, ce qui permet d être réactif dans les situations d urgence (en cas de conflit avec des fournisseurs ou des clients, sur le respect du cahier des charges, sur la qualité du combustible, sur l assurance et la couverture apportée en cas d incident en chaufferie ) ; d offrir un service de reprise des sous-produits solides de la combustion du bois (cendres «sous-foyer» et cendres «volantes») ème poste : Charges de structure Lorsque le combustible bois est fabriqué à partir de différentes ressources, on obtient un prix de revient moyen pondéré (toujours en tenant compte de son pouvoir calorifique), mais il ne faut pas oublier d inclure dans le prix final les charges de structure, qui comprennent : le personnel (une personne pour à tonnes/an de bois vendues) ; les frais d assurance, de suivi analytique, de déplacement, de fourniture (bureautique, petits équipements de chantier ) ; les frais liés notamment au financement des stocks de bois ; les charges diverses, afin de faire face aux risques et imprévus (par exemple, coûts technique et financier induit par un arrêt d une chaufferie entraînant le stockage non prévu du bois) et à des missions particulières (expert-comptable, commissaire aux comptes, conseils technique et juridiques, développement de logiciels ) ; le versement éventuel d un dividende aux actionnaires ; la marge, qui doit être suffisamment importante les premières années afin de constituer le fond de roulement de la société.

8 4 2.2 Le montant indicatif des coûts et leur décomposition Les éléments présentés ci-dessous est une synthèse des coûts, qui, pour l essentiel, relève de l expérience de Picardie Énergie Bois (exemple d une chaufferie collective dans le département de l Aisne), de Biocombustibles SA et de leurs actionnaires La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois Pour aborder les coûts unitaires des prestations intervenant dans la fabrication des combustibles bois, on a choisi de présenter l exemple récent relatif à l approvisionnement d une chaufferie collective dans l Aisne. Tableau 1 : Coûts unitaires par poste des achats et des prestations nécessaires aux étapes de préparation et de livraison du combustible bois d une chaufferie de l Aisne Postes Nature de l'activité Coût unitaire en HT 2011/tonne palettes 9 à 11 1 er poste Achat des matières premières bois sur pied 9 à 10 plaquettes de scieries 28 à 32 2 ème poste Abattage 10 à 16 Débardage 6 à 12 Location/manutention des plates-formes 4 à 6 Prébroyage/broyage/deferraillage des bois en fin de vie 11 à 19 Broyage des billons et de perches forestières 11 à 15 Broyage des chutes de scieries 13 à 14 3 ème poste Transport (approvisionnement en matières premières) 8 à 13 Livraison en chaufferie 7 à 9 4 ème poste Services et imprévus 2 à 5 5 ème poste Charges de structure 3 à 5 transport 25% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Dans cet exemple, le coût du combustible bois «rendu chaufferie» s élève globalement à 62 HT 2011 par tonne, soit environ 22 HT/MWh PCI. Figure 1 : La décomposition du coût en fonction des étapes de mobilisation, de préparation et de livraison du combustible cendres / fines stockage 3% 3% divers / imprévus 4% marges brutes 4% matières premières 19% transformation/ mélange 27% abattage/ débardage 15% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois La part de l achat des matières premières s élève à 18-19% du coût du combustible ; celles liées au conditionnement et au stockage sur plates-formes représentent 45% La décomposition des coûts unitaires de prestation de service Hors prix d achat des matières premières et frais d amortissement des plates-formes, le coût des prestations de service intervenant dans la fabrication d un combustible bois peut être décomposé en cinq grandes familles de charges :

9 5 les annuités d amortissement, les frais de personnel, les frais de maintenance et d entretien, les frais d énergie, les charges de structure (assurances, stockage matériels, marge.). A partir des données communiquées par Picardie Energie Bois et Biocombustible SA ou leurs actionnaires respectifs, la décomposition des coûts unitaires de l abattage, du débardage, de la manutention, du broyage, du criblage et du transport a été établie. Figure 1 : Le coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 12% 13% 9% 13% 13% 9% 13% 11% 13% 4% 39% 25% 50% 31% 16% Abattage Débardage 17% 23% 11% 12% 25% 13% 17% 46% Chargeur Broyeur forestier 22% 20% 17% 27% 28% 32% Broyeur à déchets 24% 26% 24% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois SCIC / Biocombustibles SA 7% Crible 3 fract 23% 13% Transport Charges de structure Energie Maintenance Personnel AmortIssement La part de l amortissement fluctue entre 16 et 46% du coût unitaire des prestations de service et celle du personnel, de 17 à 50%, alors que celle de l énergie s inscrit dans une fourchette allant de 11 à 24%. Figure 2 : Le poids des grandes familles de charges dans le coût d un combustible bois : l exemple d une chaufferie collective de l Aisne (02) Part fixe 22% 10% 10% 15% 18% Matières premières Transport 24% Personnel Carburant - machines Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Entretien équipements mécaniques A partir de cette décomposition, Picardie Energie Bois SCIC évalue, au cas par cas, la part relative de chacun de ces postes pour déterminer le poids de chaque indice entrant dans la formule de révision du bois. En fonction de l origine des matières premières, leur dispersion sur le territoire et de leur degré de préparation, le poids de chacun de ces grandes familles de charges peut variée sensiblement. Les formules de révision doivent donc être adaptées au contexte local, chaque cas étant particulier.

10 6 3 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois 3.1 La structure de la formule de révision La formule de révision du prix du combustible bois (P1 bois dans les contrats d exploitation) ou de l énergie bois (R1 bois dans les délégations de service public) permet de définir, en fonction du prix P t0 établi contractuellement à une date t 0, le prix P t à une date t : Formule dans laquelle : P t = P t0 x [ a % + b % x (IA t /IA t0 ) + c % x (IB t /IB t0 ) + ] P t0 Prix établi dans le contrat en date de référence t. P t Prix à la date d actualisation t. IA t0, IB t0 Valeur des indices utilisés dans la formule de révision à la date t 0. IA t, IB t a Part fixe (en %). Dernière valeur connue des indices à la date t de la révision du prix. b, c Poids (en %) de chaque indice de la formule de révision. a + b + c = 100 % 3.2 Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision On présente ci-dessous les indices rencontrés dans les formules de révision du prix des combustibles bois dans les contrats d approvisionnement de Biocombustibles SA et de Picardie Energie Bois. Pour chaque poste de charge, la justification de l indice est présentée, au même titre qu une fourchette de son poids et que la référence de l indice usuellement utilisé en Normandie et en Picardie. A noter que par simplification, les deux sociétés ont choisi des indices publiés par le Moniteur des Travaux Publics et prioritairement employés par les exploitants de chauffage (afin d éviter de multiplier les références dans les contrats de chauffage et de délégation de service public) Part fixe a La partie fixe d une formule de révision est généralement introduite comme un élément modérateur des variations de prix ; par ailleurs, s agissant du prix du combustible bois, la présence d une partie fixe dans la formule de révision peut être justifiée par les annuités d'amortissement supportées par le fournisseur (plates-formes, abatteuse, débusqueur, broyeurs ). Dans les formules de révision, la part fixe fluctue de 0 à 20 % Part «Matière» b Justification de l indice Jusqu à présent, l évolution du prix d achat des matières premières ligneuses à destination de l énergie ne figurait pas dans les formules de révision des combustibles bois en Normandie et en Picardie en l absence d un indice satisfaisant. Or, la multiplication des projets aboutit dans certaines régions à une tension du marché des ressources en bois, sans que l évolution des tarifs d achat des matières premières puisse être répercutée sur l usager de la chaleur. Cette situation nécessite un rattrapage du prix et une adaptation de la formule de révision. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à mobiliser des ressources au bon prix et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage, l introduction d un indice ou d une référence «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable. Le poids de l indice (ou de la référence)

11 7 Dans le cadre de la présente analyse, on retiendra les indices concernant les produits bruts, dont le poids pourra représenter 15 à 40 % de la formule de révision suivant la nature de la matière première considérée. Le choix de l indice En partenariat avec le, la démarche engagée depuis le 4 ème trimestre 2010 par le CEEB (Centre d étude économique du bois) avec la validation de l INSEE et du ministère de l agriculture a pour but de définir des indices trimestriels des : produits bruts entrant dans la fabrication des combustibles bois (bois bord de route, écorces, dosses et délignures, plaquettes de scieries, bois de recyclage de classe A ) ; produits élaborés et prêts à l emploi (plaquettes forestières, plaquettes bocagères, plaquettes de scieries, broyats de bois de recyclage de classe A, ). Une série d indices est désormais publiée tous les trimestres (janvier, avril, juillet et octobre 2011) dans le Bois International ; une stabilisation des indices est attendue dans le courant du premier trimestre Dans cette attente, on a retenu dans la suite de la présente approche l indice INSEE des produits en bois et en liège Part «Transport» c Justification de l indice La présence d un indice transport dans la formule de révision est justifiée par les charges supportées par le fournisseur de combustible pour le transport du combustible (produit élaboré) vers les chaufferies et éventuellement pour le transport des matières premières (produits bruts) vers des lieux de conditionnement/stockage. Le poids de l indice La part «Transport» s élève dans les contrats existants entre 15 % (pour l approvisionnement d une chaufferie collective de petite puissance) à 40 % (pour l approvisionnement d une chaufferie industrielle) de la formule de révision. L indice retenu : ACT-DA L indice ACT-DA est retenu ; il correspond à la mise à disposition d un véhicule sur une longue période avec chauffeur. Origine : Chambre des loueurs et transporteurs industriels (CLTI) ; Nature : activités de distribution, avec conducteur et carburant (évolution moyenne de véhicules industriels, loués sur une longue durée) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : ACT-DA ; Fréquence de mise à jour : trimestrielle (mars, juin, septembre, décembre) ; Date de mise en ligne : 1 à 3 mois après Part «Main d œuvre» d Justification de l indice Le contenu en main d œuvre de l approvisionnement des chaufferies est important. Il varie en fonction de l origine des matières premières mobilisées et des exigences qualitatives de la chaufferie alimentée. Le poids de l indice Dans les formules de révision actuelles, la part «Main d œuvre» peut représenter 15 % à 35 % de la formule de révision. L indice retenu : ICHT-IME Cet indice permet le suivi conjoncturel des charges sociales et du volume horaire de travail. Son calcul prend en compte l ensemble des éléments du salaire (primes, bonus, rémunération des heures supplémentaires), ainsi que l augmentation de la structure des qualifications. Fréquemment utilisé par les exploitants de chauffage, il est celui qui se rapproche le plus de l activité concernée. Origine : Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) ; Nature : indice du coût horaire du travail, tous salariés, dans les industries mécaniques et électriques (base 100 décembre 2008) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics (mais diffusé par l INSSE) ;

12 8 Référence : ICHT-IME ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les 3 mois avec 1 mois de décalage Part «carburant-machines» e Justification de l indice Les matériels utilisés dans la fabrication de combustibles bois sont équipés pour la plupart de moteur thermique, qui consomme pour l essentiel du fioul domestique livré aux prestataires de services en grande quantité. Sous peu, ces derniers ne seront plus autorisés à utilisés le fioul, l Etat envisageant d obliger l usage d un nouveau carburant comportant des taxes plus élevées. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, la part «Carburant-machines» est intégrée dans formule de révision à hauteur de 0 % à 10 %. L indice retenu : FODC4 Les engins agricoles et forestiers, ainsi que les matériels intervenant sur les plates-formes, utilisent le fioul domestique comme carburant : le FODC4, qui correspond à des livraisons de fioul en grande quantité, semble convenir. Notons qu un carburant professionnel devrait remplacer sous peu le fioul domestique. Origine : Syndicat national de l'exploitation climatique et de la maintenance (SNEC) ; Nature : indice basé sur les prix de la Direction des matières premières et des hydrocarbures (DIMAH, ex-dhyca) hors TVA du fioul domestique pour une livraison de plus de litres (quantité C4) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FODC4 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 mois de décalage Part «entretien des équipements mécaniques» f Justification de l indice Un combustible bois résulte d une série de travaux mécaniques d exploitation et de transformation des matières premières ligneuses. Certains équipements sont parfois complexes et présentent des coûts d entretien élevés. Pour sécuriser les prestataires de services, il est souhaitable de répercuter l évolution des charges qu ils supportent dans la formule de révision de l énergie, notamment lorsque ceux-ci sont engagés sur plusieurs années au côté de la société d approvisionnement. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, le poids de la part «Entretien des équipements mécaniques» peut représenter 0 % à 10 % de la formule de révision. L indice retenu : FSD2 Cet indice prend en compte l ensemble des charges d entretien courant et de maintenance des équipements mécaniques. Il est couramment intégré aux formules de révision des contrats d exploitation de chauffage. Origine : DGCCRF - INSEE (communiqué paru au BOCCRF du 30 septembre 2004) ; Nature : indice composé de 72% de l'indice EBIQ (correspondant à l'indice de prix à la production dans l'industrie «Ensemble énergie, biens intermédiaires, biens équipements» de l'insee, dont le code est : « »), de 20% de l'indice TCH (correspondant à l'indice de prix à la consommation "Transport, communications et hôtellerie" de l'insee, dont le code est : «4566 E») et de 8% de l'indice ICC (correspondant à l'indice du "coût de la construction" de l'insee, dont le code INS) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FSD2 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 à 2 mois de décalage.

13 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Synthèse Durant la dernière décennie, les indices ont évolué à des rythmes différents. Compte tenu de la raréfaction des ressources fossiles et de l augmentation des besoins mondiaux, les indices «Fioul domestique» et «Gazole» sont logiquement les plus inflationnistes. En revanche, le coût du transport, s il varie légèrement en fonction du prix du carburant, présente une évolution comparable à celle de la main d œuvre! Les frais de maintenance augmente plus vite que l inflation, mais plus raisonnablement que le transport et le personnel. Figure 3 : Evolution des indices entrant dans la formule de révision du bois Fioul domestique (FODC4) 220 Gazole (1870T) 200 Transport (ACT-DA) Personnel (ICHT-IME) Maintenance (FSD2) Prix à la consommation (4018E) Hyptohèse d'évolution de la Matière brute (indice INSEE produits en bois et en liège) En moyenne annuelle, l indice des prix à la consommation a depuis 2000 augmenté de 1,8%. Par rapport à cet indice, l indice «Fioul domestique» a progressé 4,7 fois plus vite, contre respectivement 1,9 à 2,0 pour l indice «Transport» ou «Personnel». En revanche, l indice des «Produits en bois et en liège» a progressé moins vite, ce qui ne semble pas illustrer l évolution du prix des ressources en bois pour l énergie, des contrastes importants étant identifiés entre région françaises! Il convient également de noter que : Le développement du bois énergie conduit aujourd hui les fournisseurs de combustibles à fournir davantage de plaquettes forestières et bocagères, dont les coûts de production sont plus élevés que les broyats de bois en fin de vie «propres» ou les produits connexes de scieries. Le développement de la production de plaquettes forestières aboutit à une augmentation progressive des prix d achat des combustibles bois, ce qui conduit les acheteurs à proposer des prix plus attractifs pour des ressources plus facilement accessibles tels que les produits connexes de scieries et les broyats de bois en fin de vie «propres». Tableau 2 : Progression moyenne annuelle des indices entrant dans la formule de révision du bois (calculée entre le 1er janvier 2000 et le 31 juillet 2011) Postes de charges Indice Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l indice des prix à la consommation et les autres indices Fioul domestique FODC4 8,4 4,7 Gazole 1870T 5,0 2,8 Transport ACT-DA 3,5 1,9 Personnel ICHT-IME 3,6 2,0 Maintenance / entretien FSD2 2,9 1,6 Produits en bois et en liège IP INSEE 1,1 0,6 Indice des prix à la consommation 4018E 1,8 1,0

14 10 Notons que l utilisation de l indice du prix à la consommation dans une formule de révision de prix n est pas autorisé : les dispositions de l article L112-2 du Code Monétaire et Financier prévoient que «toute clause prévoyant des indexations fondées sur le salaire minimum de croissance, sur le niveau général des prix et des salaires ou sur le prix des biens, des produits ou services n ayant pas de relation directe avec l objet du contrat ou de la convention ou avec l activité de l une des parties» est interdite. 3.3 Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Dans un premier temps, on a procédé à des simulations pour trois cas de figure contrastés, chaque scénario présentant un point commun : une alimentation avec au moins 50% de plaquettes forestières. Les formules de révision sont calées sur la décomposition des charges. Dans un second temps, les informations recueillies sur les modalités d approvisionnement de plusieurs chaufferies en Normandie et en Picardie ont permis d établir une décomposition des charges par grandes familles ; les formules rencontrées dans les contrats de fourniture des combustibles bois ont fait ensuite l objet d une simulation à l échelle de la dernière décennie. Deux exemples sont présentés ci-après. Pour ces cinq cas, on a appliqué la décomposition du coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges présentée sur la figure 1, ce qui permet d apprécier la part relative des charges d amortissement, d achat de matières premières (plus ou moins élaborées en fonction des cas), du transport, du personnel, du carburant et des frais d entretien. Le poids des indices correspond : Tableau 3 : Décomposition des charges de production en fonction des matières utilisées Exemple d un projet dans l Aisne (PEB) Ancienne formule de contrat Bioc. SA Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Plaquettes forestières Bois en fin de vie Plaquettes de scieries à la proportion réelle de chaque indice dans les scénarios ; à la situation figurant au contrat d approvisionnement dans les deux exemples picard et normand. Composition du mix combustibles plaquettes forestières plaquettes scieries bois en fin de vie Prix indicatif du combustible bois HT/t HT/MWh PCI 21,8 20,0 27,0 22,3 23,6 Décomposition des charges Amortissement Matière Transport Main d œuvre Carburant Entretien Poids des indices Part fixe (a) Produits en bois (b) ACT-DA (c) ICHT-IME (d) FODC4 (e) FSD2 (f) Prix consommation

15 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Les résultats Avertissement Les simulations suivantes s appuient, en ce qui concerne les matières premières, sur l indice à la production «Produits en bois et en liège» de l INSEE, dont l évolution durant ces dix dernières années a été faible (1,1% d augmentation moyenne annuelle). Cet indice a donc un effet d autant plus modérateur dans l évolution des prix du bois que son poids est élevé dans la formule de révision des prix Les simulations à partir des 3 scénarios Le poids des indices Un approvisionnement à partir des plaquettes de scieries prêtes à l emploi (scénario 3) nécessite a priori peu de rupture de charge (livraison directe en chaufferie), alors que la production de plaquettes forestières (scénario 1) ou le traitement de bois en fin de vie «propres» (scénario 2) conduisent à une organisation obligeant à la mise en place d une plate-forme de conditionnement et / ou de stockage. Il en découle une structure des formules de révision très différentes : le poids des matières premières est prépondérant dans le scénario 3, alors que les poids de la main d œuvre et du transport prédominent dans les scénarios 1 et 2 ; les frais d entretien et de carburant sont, par rapport au scénario 3, environ 1,7 fois plus important dans les scénarios 1 et 2. L évolution des prix des plaquettes forestières et des broyats apparaît in fine très proche. Figure 4 : L évolution du prix des combustibles bois par scénario % plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) % plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Une cassure en 2004 Si les formules de révision aboutissaient à une évolution des prix relativement comparables jusqu à fin 2003, une cassure s est produite à compter de L évolution du prix des combustibles bois est clairement corrélée à l augmentation du prix du baril de pétrole et des produits dérivés (carburants notamment). Cette cassure est également très nette sur la figure 5 présentant l évolution du prix des combustibles fournis par Biocombustibles SA et Picardie Energie Bois.

16 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Les deux exemples picard et normand Une analyse critique des formules de révision Dans ces deux cas de figure, la part fixe s élève à 15% dans la formule de révision. Au début des années 2000, Bicombustibles SA a du, en l absence d un recul suffisant, construire une formule de révision avec un certain «tâtonnement»! L évolution des prix à la consommation a été retenue comme indicateur de la progression du prix d achat des matières premières (mais cette pratique n est plus permise). Notons que la part du transport a été à l époque sous-évaluée. Picardie Energie Bois s est appuyé sur la décomposition du coût des prestations pour élaborer sa formule de révision. Néanmoins, le poids des frais d entretien (FSD2) est 2,5 fois important que les charges correspondantes. Cela revient à prendre en compte une progression moyenne annuelle des charges d achat du bois, en l absence d un indice «Matière», de l ordre de 2,9% par an. Figure 5 : L évolution du prix des combustibles bois selon les pratiques actuelles en Normandie et en Picardie 140 PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) Formule représentative des charges - PEB 130 Formule représentative des charges - Biocombustibles SA 120 Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000) Les écarts entre les formules de révision des prix et les formules théoriques et représentatives des charges supportées par les deux sociétés Les formules de révision des deux sociétés aboutissent, en tenant compte de l évolution des indices entre le 1 er janvier 2000 et le 30 septembre 2011, à un écart substantiel : le prix du combustible bois évolue en effet 1,14 fois plus vite à la faveur de Picardie Energie Bois. Cet écart se justifie cependant par une structure des charges très différentes : Biocombustibles SA recourt en quantité élevée à des plaquettes de scieries (particulièrement disponibles depuis les arrêts des usines d ISOROY en Basse-Normandie en 2001 et de M-REAL en 2010 en Haute-Normandie), qui peuvent être utilisées en l état en chaufferies. Picardie Energie Bois doit en revanche produire des volumes de plaquettes forestières bien plus importants, ce qui : nécessite une succession d opérations mécaniques induisant la mobilisation de moyens techniques et humains, la consommation de carburant et des frais de maintenance ; se traduit naturellement par une formule plus inflationniste. La formule contractuelle de Picardie Energie Bois est cependant un peu plus inflationniste que la formule théorique et représentative des charges de la chaufferie prise en exemple en raison de la part élevée de l indice FDS2 (entretien / maintenance). En revanche, la formule de Biocombustibles SA évolue insuffisamment pour tenir compte de l évolution des charges que supporte la société.

17 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles L évolution du prix de vente du bois correspond à des augmentations moyennes annuelles allant : de 2,5% à 3,1% pour respectivement le scénario 3 (plaquettes de scieries) et le scénario 2 (broyats), le scénario 1 (plaquettes forestières) étant proche du maximum ; de 2,2% à 3,5% pour respectivement la formule utilisée par Biocombustibles SA au début des années 2000 et celle utilisée par Picardie Energie Bois à l occasion d une chaufferie collective au bois dans l Aisne. Tableau 4 : Evolution du prix des combustibles bois depuis le 1 er janvier 2000 (base 100) Valeur P 0 P 0+11,5 Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l augmentation prix du gaz naturel et les autres combustibles bois Fioul domestique ,4 1,0 Gaz naturel ,2 1,0 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) ,1 2, ,0 2, ,5 3,3 Formule Picardie Energie Bois ,5 2,3 Formule Biocombustibles SA (années 2000) ,2 3,7 La formule du scénario 2 n est pas présntée du fait d une augmentation proche de celle du scéanario 1. Les écarts entre les évolutions de prix des combustibles bois peuvent sembler importants ; ils illustrent des itinéraires techniques et des charges structurelles très différents. Néanmoins, il est tout aussi important de noter que le prix du gaz naturel évolue, selon les approches théoriques réalisées et les situations rencontrées, évolue de 2,3 et 3,3 plus vite que celui des combustibles bois. La modification des formules de révision des combustibles bois ne remet donc pas en cause le principe de stabilité des prix de la chaleur bois. Figure 6 : La comparaison de la progression du prix des combustibles bois par rapport à l évolution du prix des combustibles fossiles Fioul domestique (FODC4) 220 Gaz naturel (B2S) Formule PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000)

18 14 4 Conclusion Dans les cas les plus simples, la formule de révision peut se résumer à trois termes : la part fixe, la référence des «Produits élaborés» et le l indice «Transport» pour la livraison du combustible. Dans les cas plus complexes (mix de matières premières, chaufferies de moyenne et de forte puissance), la formule de révision doit permettre de tenir compte de l ensemble des opérations de mobilisation de la ressource, de stockage et de conditionnement et de livraison du combustible. En prenant en considération d autres indices reflétant l évolution des coûts de la main d œuvre, des coûts de transport, du carburant, elle permet de limiter les risques de dérive des prix. Ces cas complexes nécessitent cependant une analyse préalable minutieuse des modalités d organisation de l approvisionnement des chaufferies bois collectives ou industrielles. La formule de révision doit en effet être proposée par le fournisseur de combustible qui justifiera le choix des indices et des pondérations (introduction d indices produits bruts et/ou produits élaborés) retenus sur la base d un plan d approvisionnement propre à chaque chaufferie, qui doit détailler : les tonnages par type de produits (plaquettes de scieries, broyats de palettes plaquettes forestières, plaquettes, bocagères, écorces, mélanges ), les itinéraires techniques, l organisation logistiques et la localisation des plates-formes. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à répercuter une augmentation du prix des ressources, l introduction d un indice «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage. Parallèlement à la mise en place d un contrat de vente d un combustible bois comprenant une formule de révision dument justifiée, il est souhaitable que la société d approvisionnement en combustibles impose à ses propres fournisseurs de produits bruts ou élaborés et à ses prestataires une formule de révision de prix d achat identique à celle du contrat d approvisionnement en combustible bois. Dans le cadre de la mise en place d un contrat ou d un avenant à un contrat d approvisionnement, il est souhaitable de prévoir des clauses de rencontres régulières entre le fournisseurs du combustible, l exploitant et le maître d ouvrage et de renégociation éventuelle du prix du combustible bois et de la formule de révision (périodiquement, si l évolution du prix, en cas de dépassement d un certain seuil d évolution du prix, du fait de la formule de révision ).

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

NOTE. L essentiel sur les indices du Bois Énergie

NOTE. L essentiel sur les indices du Bois Énergie NOTE L essentiel sur les indices du Bois Énergie - Quels sont les indices sur le Bois utilisés par les réseaux de chaleur pour indexer le prix de la chaleur? Par qui sont-ils publiés? Sur la base de quelle

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES POLE OPERATIONS ET SERVICES TECHNIQUES RAPPORTEUR : M. BAUDIN DÉLIBÉRATION D_2015_138 SÉANCE DU 26 JUIN 2015 AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques PLAN DE LA PRESENTATION Le Bois Energie Développement d une filière en Midi-Pyrénées L offre et la demande principaux acteurs et chiffres clés Séminaire interrégional du Réseau national des CFT Forêt et

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 ENTRE LES SOUSSIGNES La Métropole, Dénommée «Nantes Métropole»Dont le siège est situé 2 Cour du

Plus en détail

La plaquette forestière, quel produit, quel marché?

La plaquette forestière, quel produit, quel marché? La plaquette forestière, quel produit, quel marché? Maison de l Habitat, 8 décembre 2011 Rémi Grovel Forêt Energie Ressources Qu est-ce que la plaquette forestière pour l énergie? (1) produit de l exploitation

Plus en détail

Contexte 1.1 Cadre juridique

Contexte 1.1 Cadre juridique Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 juin 2013 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : Arrêté du fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent

Plus en détail

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE COMITE INTERPROFESSIONNEL DU BOIS-ENERGIE contact@cibe.fr www.cibe.fr LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE Atouts et spécificités des réseaux de chaleur Bois-Energie Spécificités Qu est-ce qu un réseau

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat?

La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat? La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat? Pourquoi vous proposer un livre blanc sur la révision de prix? La révision de prix est un élément essentiel mais méconnu des

Plus en détail

Comprendre le langage du bois

Comprendre le langage du bois Comprendre le langage du bois Comme dans tous métiers ou dans toutes filières, un vocabulaire spécifique est utilisé dans le domaine du bois. Quand nous avons commencé l étude de faisabilité du chauffage

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ CHAUFFERIE BOIS

ÉTUDE DE FAISABILITÉ CHAUFFERIE BOIS ÉTUDE DE FAISABILITÉ CHAUFFERIE BOIS SOMMAIRE OBJECTIFS DE L ÉTUDE ÉTUDE DES BESOINS rencontre avec le représentant designé par le maître d ouvrage visite du site, des bâtiments et étude thermique ÉTUDE

Plus en détail

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme Les atouts du bois énergie Une énergie renouvelable Le bois est considéré comme une énergie renouvelable dans la mesure où la forêt est gérée de façon durable.

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles.

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. Un service clé-en-main, un chauffage confortable et sûr. Un prix compétitif L option d un financement intégral. Un service de fourniture de

Plus en détail

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois

Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois Votre partenaire pour le traitement, le recyclage et la valorisation du bois «Fabriquer les matières premières du 21 ème siècle» Cette définition résume la philosophie de Paprec Group et son engagement

Plus en détail

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014 ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN -2014 Etude réalisée par CODA Stratégies NOVEMBRE 2014 Pour le compte du département Bioressources de l ADEME Présentation finale CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2014-2015

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2014-2015 ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2014-2015 Synthèse Novembre 2015 Etude réalisée pour le compte de l ADEME par CODA Stratégies Coordination technique : Madame Alice Fautrad, département Bioressources

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Synthèse Cadre juridique et objectifs L article L. 337-5 du code de l énergie dispose

Plus en détail

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la!

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la! Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse L'énergie est notre avenir, économisons-la! Le 02 février 2011 1 Le projet CRE 3 Un projet qui apporte : une contribution significative

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Le chauffage au bois. Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77

Le chauffage au bois. Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77 Le chauffage au bois Mercredi 26 septembre 2012 SIESM77 Ordre du jour Contexte du territoire 1/ Présentation du projet de SCIC bois énergie sur le territoire du Parc naturel régional du Gâtinais français,

Plus en détail

Mobilisation du bois et structuration de filières bois énergie à l échelle des territoires.

Mobilisation du bois et structuration de filières bois énergie à l échelle des territoires. Union Régionale des Associations des Communes Forestières de Franche-Comté Mobilisation du bois et structuration de filières bois énergie à l échelle des territoires. Montages juridiques pour l approvisionnement

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Chaufferies collectives et réseaux de chaleur au bois

Chaufferies collectives et réseaux de chaleur au bois Chaufferies collectives et réseaux de chaleur au bois Sensibilité de la rentabilité d un projet aux paramètres technico-économiques CIBE Commission MOP 5 juin 2012 Bordeaux CIBE Commission n 6 Montage

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

GUIDE BOIS ENERGIE GUIDE BOIS ENERGIE

GUIDE BOIS ENERGIE GUIDE BOIS ENERGIE GUIDE BOIS ENERGIE GUIDE BOIS ENERGIE Le bois énergie quels avantages? les évolutions techniques Le financement des projets Les étapes d un projet bois-énergie En Midi-Pyrénées, la surface du territoire

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

N MAPA 05-2014 Marché de Fourniture de combustibles Bois-Energie Marché à bons de commandes (art 77 du code des marchés publics)

N MAPA 05-2014 Marché de Fourniture de combustibles Bois-Energie Marché à bons de commandes (art 77 du code des marchés publics) N MAPA 05-2014 Marché de Fourniture de combustibles Bois-Energie Marché à bons de commandes (art 77 du code des marchés publics) CHAUDIERE BOIS ENERGIE DE L HOTEL D ENTREPRISES Procédure adaptée art 28

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

SÉRIE ÉTUDES Janvier 2014

SÉRIE ÉTUDES Janvier 2014 SÉRIE ÉTUDES Janvier 2014 Étude sur la révision du prix des prestations de collecte et traitement 2 Étude sur la révision du prix des prestations de collecte et traitement n SÉRIE ÉTUDES Étude sur la révision

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour réseaux de chaleur Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET B I L A N D E BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PLACOPLATRE ANNEE 2011 G A Z A E F F E T PRESTATAIRE : CITEPA 7, Cité Paradis 75010 Paris Tél : 01 44 83 68 83 Octobre 2012 D E S E R R E TABLE

Plus en détail

Journée technique le mercredi 22 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation

Journée technique le mercredi 22 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Journée technique le mercredi 22 avril à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Bois-énergie dans l industrie Etat de l art et bonnes pratiques en matière de technologies, montage de

Plus en détail

Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur

Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur Chaîne d approvisionnement et chaîne de valeur Christophe GINET, FCBA équipe PTA Approvisionnement Commission professionnelle Appro Juin 2014 FCBA Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

SESSION 2010 CONTRÔLE DE GESTION

SESSION 2010 CONTRÔLE DE GESTION 1010011 DCG SESSION 2010 CONTRÔLE DE GESTION Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1.5 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Les prérequis d un réseau de chaleur au bois

Les prérequis d un réseau de chaleur au bois Plan bois-le réseau de chaleur : un vecteur de développement du bois-énergie Rumilly (Haute Savoie) 3 Novembre 2013et développement local haut-normand Les prérequis d un réseau de chaleur au bois Point

Plus en détail

Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013?

Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013? Synthèse Les coûts du TRM Quelles perspectives pour 2013? OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM Pour les transporteurs, la fin de l année est la période traditionnelle de révision des offres tarifaires. Sans

Plus en détail

Rapport au Ministre. sur la répercussion à la pompe de la baisse du prix du baril de pétrole brut intervenue début mai 2011

Rapport au Ministre. sur la répercussion à la pompe de la baisse du prix du baril de pétrole brut intervenue début mai 2011 REPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION GENERALE DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES PARIS, LE 27 MAI 2011 BUREAU F1 Rapport au Ministre sur la répercussion à la pompe de la baisse

Plus en détail

L EXEMPLE DE CHATEAUROUX (36) Colloque Bois-Energie «Montage de projets et accompagnement des Maîtres d ouvrage»

L EXEMPLE DE CHATEAUROUX (36) Colloque Bois-Energie «Montage de projets et accompagnement des Maîtres d ouvrage» L EXPLOITATION D UNE CHAUFFERIE BOIS L EXEMPLE DE CHATEAUROUX (36) Colloque Bois-Energie «Montage de projets et accompagnement des Maîtres d ouvrage» Lempdes, le 13 octobre 2006 Landry GROSSIN - ELYO SES

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti

Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti Stratégie d achat de gaz naturel du Conseil Général de l Hérault (CG34) pour son patrimoine bâti Prestation P1 des marchés d exploitation de chauffage Auteur : Caroline CANALE, expert énergie, Direction

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Le chauffage au bois déchiqueté

Le chauffage au bois déchiqueté Un mode de chauffage moderne et non polluant en pleine expansion Le chauffage au bois déchiqueté Qualiflam Bois La Croix de la Cadoue - 86240 Smarves 05 49 52 23 08 La Région Poitou-Charentes s est fixé

Plus en détail

LE PRIX DANS LES MARCHÉS PUBLICS

LE PRIX DANS LES MARCHÉS PUBLICS LE PRIX DANS LES MARCHÉS PUBLICS SOMMAIRE 2 LE PRIX DANS LES MARCHÉS PUBLICS Première étape : la formation du prix susciter le juste prix LA FORMATION D UN JUSTE PRIX RÔLE DE L ACHETEUR Un principe absolu

Plus en détail

Plan bois-énergie et développement local haut-normand. Mobiliser, valoriser et optimiser la production de biomasse énergie :

Plan bois-énergie et développement local haut-normand. Mobiliser, valoriser et optimiser la production de biomasse énergie : Plan bois-énergie et développement local haut-normand Mobiliser, valoriser et optimiser la production de biomasse énergie : Quels enjeux et perspectives pour la Haute Normandie? Biomasse Normandie Biomasse

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

Les entrepreneurs de travaux forestiers, acteurs essentiels de la compétitivité du bois énergie

Les entrepreneurs de travaux forestiers, acteurs essentiels de la compétitivité du bois énergie Les entrepreneurs de travaux forestiers, acteurs essentiels de la compétitivité du bois énergie François PASQUIER, Vice-Président en charge de la forêt FNEDT - FÉDÉRATION NATIONALE ENTREPRENEURS DES TERRITOIRES

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 Page 1 Page 2 POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE MAÎTRE D OUVRAGE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE 11 boulevard Kennedy 65 000 TARBES BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE Date : 5 mars 2012 PREFECTURE

Plus en détail

I1603 - Maintenance d'engins de chantier, levage, manutention et de machines agricoles

I1603 - Maintenance d'engins de chantier, levage, manutention et de machines agricoles Appellations (Métiers courants) Mécanicien / Mécanicienne d'entretien et de maintenance d'engins de chantier et de travaux publics Définition Mécanicien / Mécanicienne de machines agricoles Effectue les

Plus en détail

BILAN D UN AN DE FONCTIONNEMENT DE LA CHAUFFERIE AU BOIS AU CENTRE DE FORMATION ET D APPRENTISSAGE EN ELEVAGE

BILAN D UN AN DE FONCTIONNEMENT DE LA CHAUFFERIE AU BOIS AU CENTRE DE FORMATION ET D APPRENTISSAGE EN ELEVAGE BILAN D UN AN DE FONCTIONNEMENT DE LA CHAUFFERIE AU BOIS AU CENTRE DE FORMATION ET D APPRENTISSAGE EN ELEVAGE 1 Un projet abouti Le centre de formation et d apprentissage en élevage de Canappeville a mis

Plus en détail

Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015

Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 L évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 a été validée

Plus en détail

LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL

LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL Septembre 2013 SOMMAIRE Rappel des principes généraux 4 Marché public inférieur à 15 000 HT..... 5 Marché public supérieur

Plus en détail

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France Dossier de presse Octobre 2015 Les tarifs réglementés du gaz naturel en France En France, les marchés de l électricité et du gaz naturel pour les particuliers sont ouverts à la concurrence depuis 2007.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Objet de la consultation : RENOUVELLEMENT LOCATIF ET MAINTENANCE DE L ENSEMBLE DU PARC PHOTOCOPIEURS DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU TRIEVES Marché public

Plus en détail

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable Présentation du 6 novembre 2013 PLAN 1. Présentation de l audit du contrat actuel Aspects juridiques

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

CONJONCTURE DU BTP Île-de-France. N 2 - Mai 2013

CONJONCTURE DU BTP Île-de-France. N 2 - Mai 2013 CONJONCTURE DU BTP Île-de-France N - Mai 13 Logements mis en chantier Sur 1 mois à fin mars 13 (évol 1 an) Logements autorisés Sur 1 mois à fin mars 13 (évol 1 an) Prix logements collectifs Au 4 trimestre

Plus en détail

PRESENTATION 1. FORMES DE PRIX 2. VARIATIONS DE PRIX 3. REFERENCES FICHE METHODE. Type de Document LES PRIX. Intitulé. 1.

PRESENTATION 1. FORMES DE PRIX 2. VARIATIONS DE PRIX 3. REFERENCES FICHE METHODE. Type de Document LES PRIX. Intitulé. 1. Version : 1 Date modification / Page Page 1 sur 9 PRESENTATION 1. FORMES DE PRIX 1.1 Prix unitaires 1.2 Prix forfaitaires 1.3 Prix mixtes 2. VARIATIONS DE PRIX 2.1 Prix ferme 2.1.1 Définition de l actualisation

Plus en détail

Les collectivités locales et

Les collectivités locales et LES MATINALES DE L ENERGIE Les collectivités locales et Les Certificats d Economies d Energie Page 1 Les collectivités locales et les CEE La politique française en matière de développement durable et de

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Approche du coût de revient

Approche du coût de revient Approche du coût de revient dans le transport routier de marchandises, pour une part transposable dans d autres activités. Le coût de revient d une prestation est la somme des dépenses engagées et des

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE TECHNICO-ECONOMIQUE D UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS AVEC RESEAU DE CHALEUR CAHIER DES CHARGES DENOMINATION DE L OPERATION

ETUDE DE FAISABILITE TECHNICO-ECONOMIQUE D UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS AVEC RESEAU DE CHALEUR CAHIER DES CHARGES DENOMINATION DE L OPERATION ETUDE DE FAISABILITE TECHNICO-ECONOMIQUE D UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS AVEC RESEAU DE CHALEUR CAHIER DES CHARGES DENOMINATION DE L OPERATION.... MAITRE D OUVRAGE... Adresse :......... Tél. :...

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir FICHE N 6 La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir I - OBJECTIF L objectif de cette fiche est de faire prendre conscience de l importance des conditions de variation

Plus en détail

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières. Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières. Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier Sommaire Biomasse récoltable et cahier des charges des plaquettes Méthodes et matériels

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Le marché français des services énergétiques. Etat des lieux et analyse

Le marché français des services énergétiques. Etat des lieux et analyse Le marché français des services énergétiques Etat des lieux et analyse SYNTHESE Etude réalisée pour l ADEME par CODA STRATEGIES Pilotage : Elodie TRAUCHESSEC Service Climat Juin 2014 1 Contexte, objectifs

Plus en détail

Etat des lieux. Filière bois-énergie en Picardie. Janvier 2014. La mission est soutenue par :

Etat des lieux. Filière bois-énergie en Picardie. Janvier 2014. La mission est soutenue par : Etat des lieux Filière bois-énergie en Picardie Janvier 2014 La mission est soutenue par : Sommaire INTRODUCTION... 3 1. QU EST-CE QUE LE BOIS-ENERGIE?... 3 1.1 LES TYPES DE COMBUSTIBLES... 3 1.2 LES DIFFERENTS

Plus en détail

une des principales structures d'approvisionnement en Seconds Bois

une des principales structures d'approvisionnement en Seconds Bois I - RBM (Revalorisation Bois Matière) une des principales structures d'approvisionnement en Seconds Bois 220 000 tonnes/an Zones d intervention Auvergne, Rhône-Alpes, Limousin Sud-Est, Sud-Ouest Bourgogne,

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

GOUX-LES-USIERS. 699 habitants. 745 m d altitude 3555 DJU

GOUX-LES-USIERS. 699 habitants. 745 m d altitude 3555 DJU GOUX-LES-USIERS 699 habitants 745 m d altitude 3555 DJU ccas La Poste école primaire 1 mairie école maternelle presbytère salle des fêtes école primaire 2 église 100 m 2 bâtiments non raccordés (distance

Plus en détail

Marché de Fournitures Courantes et Services

Marché de Fournitures Courantes et Services Marché de Fournitures Courantes et Services Cahier des Clauses Administratives Particulières pour le renouvellement locatif et la maintenance du photocopieur de la bibliothèque de la commune de Vaulx-Milieu

Plus en détail

Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Certificats d Economie d Energie (CEE)

Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Certificats d Economie d Energie (CEE) Nouvelles exigences Certificats d Economie d Energie (CEE) 2011 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des décrets n 2010-1663, et n 2010-1664 ainsi que des deux

Plus en détail

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse Départements Bioressources et Surveillance de la Qualité de l Air Direction des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques 19.7.27 Direction de l Air, du Bruit et de l Efficacité Energétique

Plus en détail