C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE"

Transcription

1 Comité interprofessionnel du bois énergie Formule de révision du prix du combustible bois Commission n 1 6 décembre 2011 C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE S.A.R.L. au capital de uros RCS Rouen N TVA intracommunautaire : FR E.mail : Tél. +33 (0) Fax. +33 (0) Immeuble Alpha 9 rue Georges Braque ROUEN

2 Avertissement Ce document a été rédigé par CEDEN sur la base d une note réalisée par Biomasse Normandie dans le cadre du plan bois énergie et développement local cofinancée par l ADEME, la Région Basse-Normandie et la Région Haute-Normandie. Elle s inscrit également dans le cadre de la mission confiée à CEDEN par l ADEME et la Région Picardie. Dossier Société Nom Le Élaboré par Biomasse Normandie Marie-France CLAVE 17 novembre 2011 CEDEN Dominique PLUMAIL 6 décembre 2011 Vérifié par CEDEN Dominique PLUMAIL 12 décembre 2011

3 Sommaire L'objet de la formule de révision... 1 La décomposition des coûts de production d un combustible bois La nature des charges er poste : Achat des matières premières ligneuses ème poste : Conditionnement et stockage ème poste : Transport ème poste : Service ème poste : Charges de structure Le montant indicatif des coûts et leur décomposition La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois La décomposition des coûts unitaires de prestation de service... 4 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois La structure de la formule de révision Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision Part fixe a Part «Matière» b Part «Transport» c Part «Main d œuvre» d Part «carburant-machines» e Part «entretien des équipements mécaniques» f Synthèse Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Les résultats Les simulations à partir des 3 scénarios Les deux exemples picard et normand Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles Conclusion... 14

4

5 1 1 L'objet de la formule de révision La fourniture d'un combustible bois peut être conclue à prix ferme dans le cas où le prix n'est exposé à aucun aléa majeur et où son évolution est raisonnablement prévisible pendant la période d'exécution des prestations. On rencontre ce cas de figure pour les marchés de livraison ponctuelle ou pour les contrats d'une durée n'excédant pas l'année. Dans les autres cas de figure, le prix du combustible bois est en général révisable. Le contrat fixe la date d'établissement du prix initial, les modalités de calcul de la révision ainsi que la périodicité de sa mise en œuvre. Les modalités de calcul de la révision du prix sont fixées : Soit en fonction d'une référence «produits» à partir de laquelle on procède à l'ajustement du prix. C'est le cas lorsque le contrat prévoit la fourniture de produits élaborés et prêts à l'emploi, qui font l'objet de l'indexation nationale organisée par le CEEB avec le concours du depuis janvier Soit par application d'une formule représentative de l'évolution du «coût de la prestation». Dans ce cas, la formule de révision prend en compte les éléments constitutifs des coûts de prestation nécessaire à l élaboration du combustible. C'est le cas des formules de révision des contrats de fourniture dans les marchés d'exploitation de chaufferie bois ou les contrats de concession de réseau de chaleur. Il est également envisageable de combiner les deux modalités précédentes, l évolution du prix étant subordonnée à un prix de référence «produits» ou «matières premières», d une part, et l évolution d indices en lien avec l activité de mobilisation, de préparation et de livraison des combustible bois, d autre part. La présente note concerne principalement ce dernier cas de figure et la construction des formules de révision représentative de l'évolution du «coût de la prestation». La formule de révision doit permettre aux deux parties liées par un contrat de fourniture de disposer, pour toute la durée contractuelle, d un mode d ajustement du prix (P). En préambule, il convient de rappeler les points suivants : La formule de révision doit être juste, équilibrée et ne doit pas privilégier l une ou l autre des parties. Les indices et le poids de ces derniers doivent refléter le plus possible la structure des coûts de la prestation. Il n existe donc pas une formule "unique" ou "universelle" et sa mise au point doit par conséquent être élaborée, au cas par cas, d un commun accord entre les deux parties. La formule de révision des prix, quelle que soit la qualité de l analyse ayant présidé à son élaboration, présente cependant deux limites : Sa conception peut reposer sur des composantes pour lesquelles il n existe pas d indices satisfaisants. Dans la pratique, les parties recourent temporairement à des indices moins bien adaptés ou moins représentatifs : c est encore le cas du bois-énergie, lorsque les formules de révision n'intègrent par exemple aucun indice relatif à l'évolution du prix d'achat des matières premières ligneuses. Les évolutions du marché peuvent mettre en évidence l'inadéquation d une formule de révision, ce qui peut, à l usage, conduire à la modifier. C'est le cas actuellement du tarif réglementé du gaz naturel, la formule de révision proposée par la Commission de régulation de l'énergie n'étant plus adaptée aux conditions d'achat obtenues par GDF Suez auprès de ses fournisseurs ; cette évolution est encadrée par un arrêté ministériel. Pour les combustibles bois, celle-ci est encadrée par le contrat de fourniture annexée au contrat d'exploitation de chauffage ou de délégation de service public. Pour se prémunir des risques de décalage entre la réalité du marché et le prix actualisé selon la formule de révision figurant au contrat, il convient de prévoir une clause de renégociation du prix et de la formule de révision. La cohérence d une formule de révision est étroitement liée aux moyens mis en œuvre pour produire le combustible bois, d une part, et à la capacité de trouver des indices qui reflètent l évolution de ceux-ci, d autre part. Sur la base du retour d expérience normand et picard, cette note présente tout d abord une décomposition des coûts de fabrication d un combustible bois, puis les formules de révision couramment rencontrées et enfin une simulation de l évolution du prix des combustible bois.

6 2 2 La décomposition des coûts de production d un combustible bois 2.1 La nature des charges Le fonctionnement de l'activité suppose une organisation structurée et très rigoureuse, qui nécessite d'appréhender en premier lieu les besoins énergétiques à couvrir. La structure du prix du combustible bois en découle ; il comprend cinq familles de charges : 1 er poste : l achat des matières premières ligneuses, qui peuvent être plus ou moins élaborées et prêtes à l emploi. 2 ème poste : le conditionnement/stockage des matières premières. 3 ème poste : le transport, qui correspond : à la collecte des matières premières en amont ; à la livraison des combustibles préparés en aval. 4 ème poste : le service, notamment lié au suivi qualité (contrôle des matières premières, caractérisation des combustibles), à la gestion des sous-produits de la combustion (cendres sousfoyer et cendres volantes émanant du traitement des fumées) 5 ème poste : les charges de structure du fournisseur (personnel, assurances, déplacements, frais divers, marge ) er poste : Achat des matières premières ligneuses La valeur d une matière première ligneuse s apprécie en fonction de trois principaux paramètres : La nature de la ressource, à la lumière notamment : De ses caractéristiques intrinsèques qui déterminent le contenu énergétique du combustible : - l essence, - l humidité, - la teneur en matières minérales (incombustibles). Des pollutions du bois modifiant sa composition physico-chimique, voire son statut réglementaire, ce qui concerne en particulier celles liées aux : - produits de traitement du bois, - souillures agglomérées au bois au cours de vie du matériau. La dispersion de la ressource sur le territoire. La mobilisation de la ressource nécessite des équipements de collecte spécifiques, dont les coûts unitaires sont inversement proportionnels à la quantité de bois mobilisée. Les faibles volumes sont ainsi plus coûteux à capter. Le degré de préparation, qui détermine les étapes ultérieures du conditionnement et du stockage, en distinguant aux extrêmes les produits : pouvant être livrés en direct (flux tendu), devant transiter obligatoirement vers une plate-forme : - pour un stockage temporaire en l absence de débouché immédiat en chaufferies, - pour un conditionnement complémentaire (criblage, mélange avec des produits plus fluides, plus secs ). A l achat, les matières premières peuvent donc être plus ou moins élaborées. Dans certains cas, elles peuvent être utilisées en l état sans transformation complémentaire (plaquettes de scieries, forestières, bocagères ou urbaines). Dans d autres, elles doivent subir un ou plusieurs conditionnements (bois de rebut, billons ). La dispersion territoriale et le degré de préparation des matières premières déterminent les étapes de conditionnement, de stockage et de livraison du bois, et par voie de conséquence, les charges incompressibles relatives à la production du combustible bois ème poste : Conditionnement et stockage Les matières premières plus ou moins élaborées sont produites tout au long de l année, qu elles proviennent d une activité artisanale / industrielle ou d une activité sylvicole / agricole. En raison du décalage temporelle entre la production et la consommation de la ressource, mais aussi pour tenir compte des exigences de qualité (gestion de l humidité, élimination des indési-

7 3 rables ), une rupture de charge et des opérations de conditionnement complémentaires s avèrent souvent incontournables. Dans le cas d une rupture de charge, les frais de gestion de la plate-forme comprennent respectivement : la location de la plate-forme, qui couvre les frais d'amortissement, ainsi que les frais de pesées des camions à l entrée et à la sortie ; les charges de mécanisation : la manutention des matières premières et des combustibles bois ; le conditionnement des combustibles, qui correspondent principalement à des opérations de broyage et de déferraillage (plus rarement de criblage) ; les charges de personnel ème poste : Transport Les coûts de transport correspondent en fait à deux postes de charges distinctes : l'approvisionnement en matières premières des plates-formes de conditionnement et de stockage ; la livraison du combustible en chaufferie ème poste : Service Une société spécialisée dans l approvisionnement en combustible bois doit être en mesure : de procéder à un suivi quantitatif de son activité, ce qui nécessite des moyens logistiques, techniques et humains importants pour : prendre les commandes auprès des acheteurs ; organiser la collecte/reprise/transformation des matières premières ; suivre physiquement les flux de matières premières et leur localisation à l échelle régionale ; suivre le fonctionnement des plates-formes et la qualité des prestations de service ; de s inscrire dans une démarche qualité en caractérisant régulièrement les ressources achetées et les combustibles commercialisés ; d apporter des réponses aux insatisfactions formulées par les acheteurs en mettant notamment en place une certification de l activité en s appuyant sur des outils informatiques de gestion des flux et des stocks, sur des moyens de contrôle interne et externe, sur un laboratoire d analyses de disposer d une expertise technique, juridique et administrative, ce qui permet d être réactif dans les situations d urgence (en cas de conflit avec des fournisseurs ou des clients, sur le respect du cahier des charges, sur la qualité du combustible, sur l assurance et la couverture apportée en cas d incident en chaufferie ) ; d offrir un service de reprise des sous-produits solides de la combustion du bois (cendres «sous-foyer» et cendres «volantes») ème poste : Charges de structure Lorsque le combustible bois est fabriqué à partir de différentes ressources, on obtient un prix de revient moyen pondéré (toujours en tenant compte de son pouvoir calorifique), mais il ne faut pas oublier d inclure dans le prix final les charges de structure, qui comprennent : le personnel (une personne pour à tonnes/an de bois vendues) ; les frais d assurance, de suivi analytique, de déplacement, de fourniture (bureautique, petits équipements de chantier ) ; les frais liés notamment au financement des stocks de bois ; les charges diverses, afin de faire face aux risques et imprévus (par exemple, coûts technique et financier induit par un arrêt d une chaufferie entraînant le stockage non prévu du bois) et à des missions particulières (expert-comptable, commissaire aux comptes, conseils technique et juridiques, développement de logiciels ) ; le versement éventuel d un dividende aux actionnaires ; la marge, qui doit être suffisamment importante les premières années afin de constituer le fond de roulement de la société.

8 4 2.2 Le montant indicatif des coûts et leur décomposition Les éléments présentés ci-dessous est une synthèse des coûts, qui, pour l essentiel, relève de l expérience de Picardie Énergie Bois (exemple d une chaufferie collective dans le département de l Aisne), de Biocombustibles SA et de leurs actionnaires La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois Pour aborder les coûts unitaires des prestations intervenant dans la fabrication des combustibles bois, on a choisi de présenter l exemple récent relatif à l approvisionnement d une chaufferie collective dans l Aisne. Tableau 1 : Coûts unitaires par poste des achats et des prestations nécessaires aux étapes de préparation et de livraison du combustible bois d une chaufferie de l Aisne Postes Nature de l'activité Coût unitaire en HT 2011/tonne palettes 9 à 11 1 er poste Achat des matières premières bois sur pied 9 à 10 plaquettes de scieries 28 à 32 2 ème poste Abattage 10 à 16 Débardage 6 à 12 Location/manutention des plates-formes 4 à 6 Prébroyage/broyage/deferraillage des bois en fin de vie 11 à 19 Broyage des billons et de perches forestières 11 à 15 Broyage des chutes de scieries 13 à 14 3 ème poste Transport (approvisionnement en matières premières) 8 à 13 Livraison en chaufferie 7 à 9 4 ème poste Services et imprévus 2 à 5 5 ème poste Charges de structure 3 à 5 transport 25% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Dans cet exemple, le coût du combustible bois «rendu chaufferie» s élève globalement à 62 HT 2011 par tonne, soit environ 22 HT/MWh PCI. Figure 1 : La décomposition du coût en fonction des étapes de mobilisation, de préparation et de livraison du combustible cendres / fines stockage 3% 3% divers / imprévus 4% marges brutes 4% matières premières 19% transformation/ mélange 27% abattage/ débardage 15% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois La part de l achat des matières premières s élève à 18-19% du coût du combustible ; celles liées au conditionnement et au stockage sur plates-formes représentent 45% La décomposition des coûts unitaires de prestation de service Hors prix d achat des matières premières et frais d amortissement des plates-formes, le coût des prestations de service intervenant dans la fabrication d un combustible bois peut être décomposé en cinq grandes familles de charges :

9 5 les annuités d amortissement, les frais de personnel, les frais de maintenance et d entretien, les frais d énergie, les charges de structure (assurances, stockage matériels, marge.). A partir des données communiquées par Picardie Energie Bois et Biocombustible SA ou leurs actionnaires respectifs, la décomposition des coûts unitaires de l abattage, du débardage, de la manutention, du broyage, du criblage et du transport a été établie. Figure 1 : Le coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 12% 13% 9% 13% 13% 9% 13% 11% 13% 4% 39% 25% 50% 31% 16% Abattage Débardage 17% 23% 11% 12% 25% 13% 17% 46% Chargeur Broyeur forestier 22% 20% 17% 27% 28% 32% Broyeur à déchets 24% 26% 24% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois SCIC / Biocombustibles SA 7% Crible 3 fract 23% 13% Transport Charges de structure Energie Maintenance Personnel AmortIssement La part de l amortissement fluctue entre 16 et 46% du coût unitaire des prestations de service et celle du personnel, de 17 à 50%, alors que celle de l énergie s inscrit dans une fourchette allant de 11 à 24%. Figure 2 : Le poids des grandes familles de charges dans le coût d un combustible bois : l exemple d une chaufferie collective de l Aisne (02) Part fixe 22% 10% 10% 15% 18% Matières premières Transport 24% Personnel Carburant - machines Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Entretien équipements mécaniques A partir de cette décomposition, Picardie Energie Bois SCIC évalue, au cas par cas, la part relative de chacun de ces postes pour déterminer le poids de chaque indice entrant dans la formule de révision du bois. En fonction de l origine des matières premières, leur dispersion sur le territoire et de leur degré de préparation, le poids de chacun de ces grandes familles de charges peut variée sensiblement. Les formules de révision doivent donc être adaptées au contexte local, chaque cas étant particulier.

10 6 3 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois 3.1 La structure de la formule de révision La formule de révision du prix du combustible bois (P1 bois dans les contrats d exploitation) ou de l énergie bois (R1 bois dans les délégations de service public) permet de définir, en fonction du prix P t0 établi contractuellement à une date t 0, le prix P t à une date t : Formule dans laquelle : P t = P t0 x [ a % + b % x (IA t /IA t0 ) + c % x (IB t /IB t0 ) + ] P t0 Prix établi dans le contrat en date de référence t. P t Prix à la date d actualisation t. IA t0, IB t0 Valeur des indices utilisés dans la formule de révision à la date t 0. IA t, IB t a Part fixe (en %). Dernière valeur connue des indices à la date t de la révision du prix. b, c Poids (en %) de chaque indice de la formule de révision. a + b + c = 100 % 3.2 Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision On présente ci-dessous les indices rencontrés dans les formules de révision du prix des combustibles bois dans les contrats d approvisionnement de Biocombustibles SA et de Picardie Energie Bois. Pour chaque poste de charge, la justification de l indice est présentée, au même titre qu une fourchette de son poids et que la référence de l indice usuellement utilisé en Normandie et en Picardie. A noter que par simplification, les deux sociétés ont choisi des indices publiés par le Moniteur des Travaux Publics et prioritairement employés par les exploitants de chauffage (afin d éviter de multiplier les références dans les contrats de chauffage et de délégation de service public) Part fixe a La partie fixe d une formule de révision est généralement introduite comme un élément modérateur des variations de prix ; par ailleurs, s agissant du prix du combustible bois, la présence d une partie fixe dans la formule de révision peut être justifiée par les annuités d'amortissement supportées par le fournisseur (plates-formes, abatteuse, débusqueur, broyeurs ). Dans les formules de révision, la part fixe fluctue de 0 à 20 % Part «Matière» b Justification de l indice Jusqu à présent, l évolution du prix d achat des matières premières ligneuses à destination de l énergie ne figurait pas dans les formules de révision des combustibles bois en Normandie et en Picardie en l absence d un indice satisfaisant. Or, la multiplication des projets aboutit dans certaines régions à une tension du marché des ressources en bois, sans que l évolution des tarifs d achat des matières premières puisse être répercutée sur l usager de la chaleur. Cette situation nécessite un rattrapage du prix et une adaptation de la formule de révision. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à mobiliser des ressources au bon prix et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage, l introduction d un indice ou d une référence «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable. Le poids de l indice (ou de la référence)

11 7 Dans le cadre de la présente analyse, on retiendra les indices concernant les produits bruts, dont le poids pourra représenter 15 à 40 % de la formule de révision suivant la nature de la matière première considérée. Le choix de l indice En partenariat avec le, la démarche engagée depuis le 4 ème trimestre 2010 par le CEEB (Centre d étude économique du bois) avec la validation de l INSEE et du ministère de l agriculture a pour but de définir des indices trimestriels des : produits bruts entrant dans la fabrication des combustibles bois (bois bord de route, écorces, dosses et délignures, plaquettes de scieries, bois de recyclage de classe A ) ; produits élaborés et prêts à l emploi (plaquettes forestières, plaquettes bocagères, plaquettes de scieries, broyats de bois de recyclage de classe A, ). Une série d indices est désormais publiée tous les trimestres (janvier, avril, juillet et octobre 2011) dans le Bois International ; une stabilisation des indices est attendue dans le courant du premier trimestre Dans cette attente, on a retenu dans la suite de la présente approche l indice INSEE des produits en bois et en liège Part «Transport» c Justification de l indice La présence d un indice transport dans la formule de révision est justifiée par les charges supportées par le fournisseur de combustible pour le transport du combustible (produit élaboré) vers les chaufferies et éventuellement pour le transport des matières premières (produits bruts) vers des lieux de conditionnement/stockage. Le poids de l indice La part «Transport» s élève dans les contrats existants entre 15 % (pour l approvisionnement d une chaufferie collective de petite puissance) à 40 % (pour l approvisionnement d une chaufferie industrielle) de la formule de révision. L indice retenu : ACT-DA L indice ACT-DA est retenu ; il correspond à la mise à disposition d un véhicule sur une longue période avec chauffeur. Origine : Chambre des loueurs et transporteurs industriels (CLTI) ; Nature : activités de distribution, avec conducteur et carburant (évolution moyenne de véhicules industriels, loués sur une longue durée) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : ACT-DA ; Fréquence de mise à jour : trimestrielle (mars, juin, septembre, décembre) ; Date de mise en ligne : 1 à 3 mois après Part «Main d œuvre» d Justification de l indice Le contenu en main d œuvre de l approvisionnement des chaufferies est important. Il varie en fonction de l origine des matières premières mobilisées et des exigences qualitatives de la chaufferie alimentée. Le poids de l indice Dans les formules de révision actuelles, la part «Main d œuvre» peut représenter 15 % à 35 % de la formule de révision. L indice retenu : ICHT-IME Cet indice permet le suivi conjoncturel des charges sociales et du volume horaire de travail. Son calcul prend en compte l ensemble des éléments du salaire (primes, bonus, rémunération des heures supplémentaires), ainsi que l augmentation de la structure des qualifications. Fréquemment utilisé par les exploitants de chauffage, il est celui qui se rapproche le plus de l activité concernée. Origine : Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) ; Nature : indice du coût horaire du travail, tous salariés, dans les industries mécaniques et électriques (base 100 décembre 2008) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics (mais diffusé par l INSSE) ;

12 8 Référence : ICHT-IME ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les 3 mois avec 1 mois de décalage Part «carburant-machines» e Justification de l indice Les matériels utilisés dans la fabrication de combustibles bois sont équipés pour la plupart de moteur thermique, qui consomme pour l essentiel du fioul domestique livré aux prestataires de services en grande quantité. Sous peu, ces derniers ne seront plus autorisés à utilisés le fioul, l Etat envisageant d obliger l usage d un nouveau carburant comportant des taxes plus élevées. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, la part «Carburant-machines» est intégrée dans formule de révision à hauteur de 0 % à 10 %. L indice retenu : FODC4 Les engins agricoles et forestiers, ainsi que les matériels intervenant sur les plates-formes, utilisent le fioul domestique comme carburant : le FODC4, qui correspond à des livraisons de fioul en grande quantité, semble convenir. Notons qu un carburant professionnel devrait remplacer sous peu le fioul domestique. Origine : Syndicat national de l'exploitation climatique et de la maintenance (SNEC) ; Nature : indice basé sur les prix de la Direction des matières premières et des hydrocarbures (DIMAH, ex-dhyca) hors TVA du fioul domestique pour une livraison de plus de litres (quantité C4) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FODC4 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 mois de décalage Part «entretien des équipements mécaniques» f Justification de l indice Un combustible bois résulte d une série de travaux mécaniques d exploitation et de transformation des matières premières ligneuses. Certains équipements sont parfois complexes et présentent des coûts d entretien élevés. Pour sécuriser les prestataires de services, il est souhaitable de répercuter l évolution des charges qu ils supportent dans la formule de révision de l énergie, notamment lorsque ceux-ci sont engagés sur plusieurs années au côté de la société d approvisionnement. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, le poids de la part «Entretien des équipements mécaniques» peut représenter 0 % à 10 % de la formule de révision. L indice retenu : FSD2 Cet indice prend en compte l ensemble des charges d entretien courant et de maintenance des équipements mécaniques. Il est couramment intégré aux formules de révision des contrats d exploitation de chauffage. Origine : DGCCRF - INSEE (communiqué paru au BOCCRF du 30 septembre 2004) ; Nature : indice composé de 72% de l'indice EBIQ (correspondant à l'indice de prix à la production dans l'industrie «Ensemble énergie, biens intermédiaires, biens équipements» de l'insee, dont le code est : « »), de 20% de l'indice TCH (correspondant à l'indice de prix à la consommation "Transport, communications et hôtellerie" de l'insee, dont le code est : «4566 E») et de 8% de l'indice ICC (correspondant à l'indice du "coût de la construction" de l'insee, dont le code INS) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FSD2 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 à 2 mois de décalage.

13 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Synthèse Durant la dernière décennie, les indices ont évolué à des rythmes différents. Compte tenu de la raréfaction des ressources fossiles et de l augmentation des besoins mondiaux, les indices «Fioul domestique» et «Gazole» sont logiquement les plus inflationnistes. En revanche, le coût du transport, s il varie légèrement en fonction du prix du carburant, présente une évolution comparable à celle de la main d œuvre! Les frais de maintenance augmente plus vite que l inflation, mais plus raisonnablement que le transport et le personnel. Figure 3 : Evolution des indices entrant dans la formule de révision du bois Fioul domestique (FODC4) 220 Gazole (1870T) 200 Transport (ACT-DA) Personnel (ICHT-IME) Maintenance (FSD2) Prix à la consommation (4018E) Hyptohèse d'évolution de la Matière brute (indice INSEE produits en bois et en liège) En moyenne annuelle, l indice des prix à la consommation a depuis 2000 augmenté de 1,8%. Par rapport à cet indice, l indice «Fioul domestique» a progressé 4,7 fois plus vite, contre respectivement 1,9 à 2,0 pour l indice «Transport» ou «Personnel». En revanche, l indice des «Produits en bois et en liège» a progressé moins vite, ce qui ne semble pas illustrer l évolution du prix des ressources en bois pour l énergie, des contrastes importants étant identifiés entre région françaises! Il convient également de noter que : Le développement du bois énergie conduit aujourd hui les fournisseurs de combustibles à fournir davantage de plaquettes forestières et bocagères, dont les coûts de production sont plus élevés que les broyats de bois en fin de vie «propres» ou les produits connexes de scieries. Le développement de la production de plaquettes forestières aboutit à une augmentation progressive des prix d achat des combustibles bois, ce qui conduit les acheteurs à proposer des prix plus attractifs pour des ressources plus facilement accessibles tels que les produits connexes de scieries et les broyats de bois en fin de vie «propres». Tableau 2 : Progression moyenne annuelle des indices entrant dans la formule de révision du bois (calculée entre le 1er janvier 2000 et le 31 juillet 2011) Postes de charges Indice Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l indice des prix à la consommation et les autres indices Fioul domestique FODC4 8,4 4,7 Gazole 1870T 5,0 2,8 Transport ACT-DA 3,5 1,9 Personnel ICHT-IME 3,6 2,0 Maintenance / entretien FSD2 2,9 1,6 Produits en bois et en liège IP INSEE 1,1 0,6 Indice des prix à la consommation 4018E 1,8 1,0

14 10 Notons que l utilisation de l indice du prix à la consommation dans une formule de révision de prix n est pas autorisé : les dispositions de l article L112-2 du Code Monétaire et Financier prévoient que «toute clause prévoyant des indexations fondées sur le salaire minimum de croissance, sur le niveau général des prix et des salaires ou sur le prix des biens, des produits ou services n ayant pas de relation directe avec l objet du contrat ou de la convention ou avec l activité de l une des parties» est interdite. 3.3 Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Dans un premier temps, on a procédé à des simulations pour trois cas de figure contrastés, chaque scénario présentant un point commun : une alimentation avec au moins 50% de plaquettes forestières. Les formules de révision sont calées sur la décomposition des charges. Dans un second temps, les informations recueillies sur les modalités d approvisionnement de plusieurs chaufferies en Normandie et en Picardie ont permis d établir une décomposition des charges par grandes familles ; les formules rencontrées dans les contrats de fourniture des combustibles bois ont fait ensuite l objet d une simulation à l échelle de la dernière décennie. Deux exemples sont présentés ci-après. Pour ces cinq cas, on a appliqué la décomposition du coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges présentée sur la figure 1, ce qui permet d apprécier la part relative des charges d amortissement, d achat de matières premières (plus ou moins élaborées en fonction des cas), du transport, du personnel, du carburant et des frais d entretien. Le poids des indices correspond : Tableau 3 : Décomposition des charges de production en fonction des matières utilisées Exemple d un projet dans l Aisne (PEB) Ancienne formule de contrat Bioc. SA Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Plaquettes forestières Bois en fin de vie Plaquettes de scieries à la proportion réelle de chaque indice dans les scénarios ; à la situation figurant au contrat d approvisionnement dans les deux exemples picard et normand. Composition du mix combustibles plaquettes forestières plaquettes scieries bois en fin de vie Prix indicatif du combustible bois HT/t HT/MWh PCI 21,8 20,0 27,0 22,3 23,6 Décomposition des charges Amortissement Matière Transport Main d œuvre Carburant Entretien Poids des indices Part fixe (a) Produits en bois (b) ACT-DA (c) ICHT-IME (d) FODC4 (e) FSD2 (f) Prix consommation

15 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Les résultats Avertissement Les simulations suivantes s appuient, en ce qui concerne les matières premières, sur l indice à la production «Produits en bois et en liège» de l INSEE, dont l évolution durant ces dix dernières années a été faible (1,1% d augmentation moyenne annuelle). Cet indice a donc un effet d autant plus modérateur dans l évolution des prix du bois que son poids est élevé dans la formule de révision des prix Les simulations à partir des 3 scénarios Le poids des indices Un approvisionnement à partir des plaquettes de scieries prêtes à l emploi (scénario 3) nécessite a priori peu de rupture de charge (livraison directe en chaufferie), alors que la production de plaquettes forestières (scénario 1) ou le traitement de bois en fin de vie «propres» (scénario 2) conduisent à une organisation obligeant à la mise en place d une plate-forme de conditionnement et / ou de stockage. Il en découle une structure des formules de révision très différentes : le poids des matières premières est prépondérant dans le scénario 3, alors que les poids de la main d œuvre et du transport prédominent dans les scénarios 1 et 2 ; les frais d entretien et de carburant sont, par rapport au scénario 3, environ 1,7 fois plus important dans les scénarios 1 et 2. L évolution des prix des plaquettes forestières et des broyats apparaît in fine très proche. Figure 4 : L évolution du prix des combustibles bois par scénario % plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) % plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Une cassure en 2004 Si les formules de révision aboutissaient à une évolution des prix relativement comparables jusqu à fin 2003, une cassure s est produite à compter de L évolution du prix des combustibles bois est clairement corrélée à l augmentation du prix du baril de pétrole et des produits dérivés (carburants notamment). Cette cassure est également très nette sur la figure 5 présentant l évolution du prix des combustibles fournis par Biocombustibles SA et Picardie Energie Bois.

16 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Les deux exemples picard et normand Une analyse critique des formules de révision Dans ces deux cas de figure, la part fixe s élève à 15% dans la formule de révision. Au début des années 2000, Bicombustibles SA a du, en l absence d un recul suffisant, construire une formule de révision avec un certain «tâtonnement»! L évolution des prix à la consommation a été retenue comme indicateur de la progression du prix d achat des matières premières (mais cette pratique n est plus permise). Notons que la part du transport a été à l époque sous-évaluée. Picardie Energie Bois s est appuyé sur la décomposition du coût des prestations pour élaborer sa formule de révision. Néanmoins, le poids des frais d entretien (FSD2) est 2,5 fois important que les charges correspondantes. Cela revient à prendre en compte une progression moyenne annuelle des charges d achat du bois, en l absence d un indice «Matière», de l ordre de 2,9% par an. Figure 5 : L évolution du prix des combustibles bois selon les pratiques actuelles en Normandie et en Picardie 140 PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) Formule représentative des charges - PEB 130 Formule représentative des charges - Biocombustibles SA 120 Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000) Les écarts entre les formules de révision des prix et les formules théoriques et représentatives des charges supportées par les deux sociétés Les formules de révision des deux sociétés aboutissent, en tenant compte de l évolution des indices entre le 1 er janvier 2000 et le 30 septembre 2011, à un écart substantiel : le prix du combustible bois évolue en effet 1,14 fois plus vite à la faveur de Picardie Energie Bois. Cet écart se justifie cependant par une structure des charges très différentes : Biocombustibles SA recourt en quantité élevée à des plaquettes de scieries (particulièrement disponibles depuis les arrêts des usines d ISOROY en Basse-Normandie en 2001 et de M-REAL en 2010 en Haute-Normandie), qui peuvent être utilisées en l état en chaufferies. Picardie Energie Bois doit en revanche produire des volumes de plaquettes forestières bien plus importants, ce qui : nécessite une succession d opérations mécaniques induisant la mobilisation de moyens techniques et humains, la consommation de carburant et des frais de maintenance ; se traduit naturellement par une formule plus inflationniste. La formule contractuelle de Picardie Energie Bois est cependant un peu plus inflationniste que la formule théorique et représentative des charges de la chaufferie prise en exemple en raison de la part élevée de l indice FDS2 (entretien / maintenance). En revanche, la formule de Biocombustibles SA évolue insuffisamment pour tenir compte de l évolution des charges que supporte la société.

17 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles L évolution du prix de vente du bois correspond à des augmentations moyennes annuelles allant : de 2,5% à 3,1% pour respectivement le scénario 3 (plaquettes de scieries) et le scénario 2 (broyats), le scénario 1 (plaquettes forestières) étant proche du maximum ; de 2,2% à 3,5% pour respectivement la formule utilisée par Biocombustibles SA au début des années 2000 et celle utilisée par Picardie Energie Bois à l occasion d une chaufferie collective au bois dans l Aisne. Tableau 4 : Evolution du prix des combustibles bois depuis le 1 er janvier 2000 (base 100) Valeur P 0 P 0+11,5 Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l augmentation prix du gaz naturel et les autres combustibles bois Fioul domestique ,4 1,0 Gaz naturel ,2 1,0 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) ,1 2, ,0 2, ,5 3,3 Formule Picardie Energie Bois ,5 2,3 Formule Biocombustibles SA (années 2000) ,2 3,7 La formule du scénario 2 n est pas présntée du fait d une augmentation proche de celle du scéanario 1. Les écarts entre les évolutions de prix des combustibles bois peuvent sembler importants ; ils illustrent des itinéraires techniques et des charges structurelles très différents. Néanmoins, il est tout aussi important de noter que le prix du gaz naturel évolue, selon les approches théoriques réalisées et les situations rencontrées, évolue de 2,3 et 3,3 plus vite que celui des combustibles bois. La modification des formules de révision des combustibles bois ne remet donc pas en cause le principe de stabilité des prix de la chaleur bois. Figure 6 : La comparaison de la progression du prix des combustibles bois par rapport à l évolution du prix des combustibles fossiles Fioul domestique (FODC4) 220 Gaz naturel (B2S) Formule PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000)

18 14 4 Conclusion Dans les cas les plus simples, la formule de révision peut se résumer à trois termes : la part fixe, la référence des «Produits élaborés» et le l indice «Transport» pour la livraison du combustible. Dans les cas plus complexes (mix de matières premières, chaufferies de moyenne et de forte puissance), la formule de révision doit permettre de tenir compte de l ensemble des opérations de mobilisation de la ressource, de stockage et de conditionnement et de livraison du combustible. En prenant en considération d autres indices reflétant l évolution des coûts de la main d œuvre, des coûts de transport, du carburant, elle permet de limiter les risques de dérive des prix. Ces cas complexes nécessitent cependant une analyse préalable minutieuse des modalités d organisation de l approvisionnement des chaufferies bois collectives ou industrielles. La formule de révision doit en effet être proposée par le fournisseur de combustible qui justifiera le choix des indices et des pondérations (introduction d indices produits bruts et/ou produits élaborés) retenus sur la base d un plan d approvisionnement propre à chaque chaufferie, qui doit détailler : les tonnages par type de produits (plaquettes de scieries, broyats de palettes plaquettes forestières, plaquettes, bocagères, écorces, mélanges ), les itinéraires techniques, l organisation logistiques et la localisation des plates-formes. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à répercuter une augmentation du prix des ressources, l introduction d un indice «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage. Parallèlement à la mise en place d un contrat de vente d un combustible bois comprenant une formule de révision dument justifiée, il est souhaitable que la société d approvisionnement en combustibles impose à ses propres fournisseurs de produits bruts ou élaborés et à ses prestataires une formule de révision de prix d achat identique à celle du contrat d approvisionnement en combustible bois. Dans le cadre de la mise en place d un contrat ou d un avenant à un contrat d approvisionnement, il est souhaitable de prévoir des clauses de rencontres régulières entre le fournisseurs du combustible, l exploitant et le maître d ouvrage et de renégociation éventuelle du prix du combustible bois et de la formule de révision (périodiquement, si l évolution du prix, en cas de dépassement d un certain seuil d évolution du prix, du fait de la formule de révision ).

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 ENTRE LES SOUSSIGNES La Métropole, Dénommée «Nantes Métropole»Dont le siège est situé 2 Cour du

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Indexation du prix d une prestation logistique

Indexation du prix d une prestation logistique OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM NOTE PRATIQUE Janvier 2016 Indexation du prix d une prestation logistique Choix des indices - usages - formules - exemples Le CNR diffuse des indices élémentaires permettant

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir FICHE N 6 La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir I - OBJECTIF L objectif de cette fiche est de faire prendre conscience de l importance des conditions de variation

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

NOTE. L essentiel sur les indices du Bois Énergie

NOTE. L essentiel sur les indices du Bois Énergie NOTE L essentiel sur les indices du Bois Énergie - Quels sont les indices sur le Bois utilisés par les réseaux de chaleur pour indexer le prix de la chaleur? Par qui sont-ils publiés? Sur la base de quelle

Plus en détail

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques PLAN DE LA PRESENTATION Le Bois Energie Développement d une filière en Midi-Pyrénées L offre et la demande principaux acteurs et chiffres clés Séminaire interrégional du Réseau national des CFT Forêt et

Plus en détail

VILLE DE FRAIZE 1, place de l Hôtel de Ville 88230 Fraize REGLEMENT DE SERVICE DISTRIBUTION PUBLIQUE D ENERGIE CALORIFIQUE PAR LA REGIE DE FRAIZE

VILLE DE FRAIZE 1, place de l Hôtel de Ville 88230 Fraize REGLEMENT DE SERVICE DISTRIBUTION PUBLIQUE D ENERGIE CALORIFIQUE PAR LA REGIE DE FRAIZE VILLE DE FRAIZE 1, place de l Hôtel de Ville 88230 Fraize REGLEMENT DE SERVICE DISTRIBUTION PUBLIQUE D ENERGIE CALORIFIQUE PAR LA REGIE DE FRAIZE Avenant N 1 au règlement du 1 er novembre 2004 Article

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE ARTICLE 2 LIEUX D EXECUTION DU SERVICE ARTICLE 3 LES OBLIGATIONS DU TITULAIRE

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

Contexte 1.1 Cadre juridique

Contexte 1.1 Cadre juridique Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 juin 2013 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Combustibles bois-énergie. Synthèse des prix observés en Rhône-Alpes - 2009 -

Combustibles bois-énergie. Synthèse des prix observés en Rhône-Alpes - 2009 - Combustibles bois-énergie (bois déchiqueté ou granulés) Synthèse des prix observés en Rhône-Alpes - 2009 - Données issues des atlas départementaux réalisés par les Espaces-Info- Energie de Rhône-Alpes

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes

Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Etat de la filière bois en Alsace Les leviers, les acteurs, les problèmes Damien Monot ALTER ALSACE ENERGIES 1. consommations actuelles et perspectives 1 Chaufferies bois en Alsace : consommation et perspectives

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI Le SOSED (schéma d'organisation et de suivi de l'évacuation des déchets) est une démarche établie dans le même esprit qu une démarche qualité et ses outils SOPAQ et

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

- 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS

- 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS - 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS Objectif(s) : o Découverte des problèmes liés aux : Pré requis : o o Modalités : o o o o produits en-cours, produits dérivés, produits conjoints.

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Remboursement des frais professionnels

Remboursement des frais professionnels DIRECTION GENERALE Directeur des ressources humaines 19 rue Marius Grosso 69120 VAULX-EN-VELIN Tél. 04 72 07 42 00 - Fax 04 72 07 42 01 eric.hillenmeyer@ove.asso.fr - http://www.ove.asso.fr Remboursement

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat?

La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat? La révision de prix : Comment préserver l équilibre économique d un contrat? Pourquoi vous proposer un livre blanc sur la révision de prix? La révision de prix est un élément essentiel mais méconnu des

Plus en détail

Devis de l installateur. Eléments à fournir

Devis de l installateur. Eléments à fournir Devis de l installateur Eléments à fournir ELEMENTS TECHNIQUES 1. Scénarios de développement d un projet En fonction des différents substrats organiques mobilisables pour l installation, l installateur

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz

fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent le biogaz RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : Arrêté du fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations qui valorisent

Plus en détail

Marché Public. «Fourniture et acheminement de gaz naturel rendu site et services associés» REGLEMENT DE CONSULTATION

Marché Public. «Fourniture et acheminement de gaz naturel rendu site et services associés» REGLEMENT DE CONSULTATION Marché Public «Fourniture et acheminement de gaz naturel rendu site et services associés» REGLEMENT DE CONSULTATION Date et heure limites de réception des offres : Vendredi 28 novembre 2014 à 16 h 30 Article

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks

Sommaire. Audit des stocks. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks Sommaire Audit des stocks I. Introduction II. III. IV. Définition et Typologie des stocks La procédure de stockage et gestion de stock : Objectifs d audit des stocks V. Risques potentiels dans l audit

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 24 janvier 2013 portant vérification de la conformité du barème des tarifs réglementés de vente de gaz proposé par GDF Suez au 1

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE MAISON DES VIGNERONS ET DU TERROIR CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la!

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la! Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse L'énergie est notre avenir, économisons-la! Le 02 février 2011 1 Le projet CRE 3 Un projet qui apporte : une contribution significative

Plus en détail

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015?

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015? PRÉFET D EURE-ET-LOIR DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L EURE-ET-LOIR AFFAIRE SUIVIE PAR : SOPHIE SINGER TÉL. : 02.37.20.50.22 E-MAIL : sophie.singer@eure-et-loir.gouv.fr Bail rural Comment

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

Procédure de gestion du parc automobile

Procédure de gestion du parc automobile Service AEMO PARC AUTOMOBILE Procédure de gestion du parc automobile 1. Choix du garagiste 2. Organisation des révisions routinières 3. Remplacement lié à l usure des pièces moteur 4. Gestion des pannes

Plus en détail

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles.

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. Un service clé-en-main, un chauffage confortable et sûr. Un prix compétitif L option d un financement intégral. Un service de fourniture de

Plus en détail

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 02 : STOCKS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3 1.1.2. Le champ d application

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES POLE OPERATIONS ET SERVICES TECHNIQUES RAPPORTEUR : M. BAUDIN DÉLIBÉRATION D_2015_138 SÉANCE DU 26 JUIN 2015 AVENANT N 2 A LA DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU RESEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DES PROVINCES

Plus en détail

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE Références réglementaires : RÈGLEMENT (CE) No 800/2008 DE LA COMMISSION du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aide compatibles

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC)

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) Objet de la Consultation : PROCÉDURE ADAPTÉE (art. 28 du Code des Marchés Publics) Fourniture de gaz naturel et services

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

NOTE DE COMMUNICATION SUR LES INDICES DE PRIX DU BOIS-ENERGIE

NOTE DE COMMUNICATION SUR LES INDICES DE PRIX DU BOIS-ENERGIE NOTE DE COMMUNICATION SUR LES INDICES DE PRIX DU BOIS-ENERGIE Le Comité Interprofessionnel du Bois-Energie (CIBE) se félicite de la publication des indices des prix du bois-énergie qui constitue un premier

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Fourniture et acheminement de gaz naturel et de services associés Date et heure limites de réception des offres : 13 avril 2015 à 12 heures REGLEMENT

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Bienvenue Sommaire Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Choix d un fonctionnement Au travers du P1 des marchés

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2013/2014?

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2013/2014? PRÉFET D EURE-ET-LOIR DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L EURE-ET-LOIR AFFAIRE SUIVIE PAR : SOPHIE SINGER TÉL. : 02.37.20.50.22 E-MAIL : sophie.singer@eure-et-loir.gouv.fr Bail rural Comment

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation du règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 du CRC relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3316 Convention collective nationale IDCC : 2372. DISTRIBUTION DIRECTE AVENANT N O 12

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation. Habilitation électrique pour personnel électricien

Cahier des charges d achat de formation. Habilitation électrique pour personnel électricien MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Habilitation électrique pour personnel électricien Suivant NF C13-370 Achat d une prestation en vertu de l ordonnance

Plus en détail

Note de synthèse des méthodes d estimation d index

Note de synthèse des méthodes d estimation d index Note de synthèse des méthodes d estimation d index Rédigé par : YBO Le : Visa : Approuvé et corrigé par : Le : Visa : Liste de diffusion : Nom Organisme - Equipe Action Historique : Version Rédacteur Date

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

Intitulé de votre projet

Intitulé de votre projet Intitulé de votre projet «Nom» «Prénom» «Adresse» «Tél» «e-mail» «Date de réalisation du dossier» 2 SOMMAIRE 1. Présentation personnelle (ou de l équipe)... 4 2. Le projet... 5 3. Le produit et son marché...

Plus en détail

Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015

Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 Comprendre l évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 L évolution des Tarifs Réglementés de Vente d ÉS Gaz de Strasbourg au 1 er juillet 2015 a été validée

Plus en détail

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement.

- 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT. emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. - 03 - GESTION DES INVESTISSEMENTS PLAN DE FINANCEMENT Objectif(s) : o Planification des investissements : Pré-requis : o Modalités : emplois ; ressources ; équilibrage du plan de financement. Connaissance

Plus en détail

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Acte constitutif DU DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE APPROUVÉ LE 18 DÉCEMBRE 2012 PAR LE COMITÉ D ADMINISTRATION DU SIGEIF 6 4

Plus en détail

Approche du coût de revient

Approche du coût de revient Approche du coût de revient dans le transport routier de marchandises, pour une part transposable dans d autres activités. Le coût de revient d une prestation est la somme des dépenses engagées et des

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS DENOMINATION DE L'OPERATION : Maître d ouvrage : Personne à contacter : : Etude technique : Personne à contacter : : AILE cahier

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION MAPA POUR LA FOURNITURE DE PRODUITS ET DE PETITS MATERIELS D ENTRETIEN 01.03.2015 29.02.2016

RÈGLEMENT DE CONSULTATION MAPA POUR LA FOURNITURE DE PRODUITS ET DE PETITS MATERIELS D ENTRETIEN 01.03.2015 29.02.2016 Lycée Marie de Champagne Représenté par M. Gobert en sa qualité de Proviseur 13, rue de la Reine Blanche BP 393 10026 Troyes cedex 03.25.71.78.00 Fax : 03.25.71.78.16 int.0100023w@ac-reims.fr RÈGLEMENT

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs RÉFÉRENCE : Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs Ce document a pour objet de décrire la méthode de détermination

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 1: Fiche n 1c = La gestion de la plateforme

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

MAILLAGE DES PLATEFORMES ET HANGARS DE STOCKAGE POUR

MAILLAGE DES PLATEFORMES ET HANGARS DE STOCKAGE POUR MAILLAGE DES PLATEFORMES ET HANGARS DE STOCKAGE POUR L APPROVISIONNEMENT EN BOIS-ENERGIE SUR LE MORVAN : SCHÉMA STRATÉGIQUE DE DÉVELOPPEMENT - SYNTHESE Synthèse de l étude réalisée par Energico en juin

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

CHAPITRE 2 L ACQUISITION D IMMOBILISATIONS

CHAPITRE 2 L ACQUISITION D IMMOBILISATIONS CHAPITRE 2 L ACQUISITION D IMMOBILISATIONS Il s agit d une révision rapide d un cours de première afin de mieux aborder le cours sur les amortissements. Ne seront pas vus l acquisition d immobilisations

Plus en détail