C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE"

Transcription

1 Comité interprofessionnel du bois énergie Formule de révision du prix du combustible bois Commission n 1 6 décembre 2011 C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE S.A.R.L. au capital de uros RCS Rouen N TVA intracommunautaire : FR E.mail : Tél. +33 (0) Fax. +33 (0) Immeuble Alpha 9 rue Georges Braque ROUEN

2 Avertissement Ce document a été rédigé par CEDEN sur la base d une note réalisée par Biomasse Normandie dans le cadre du plan bois énergie et développement local cofinancée par l ADEME, la Région Basse-Normandie et la Région Haute-Normandie. Elle s inscrit également dans le cadre de la mission confiée à CEDEN par l ADEME et la Région Picardie. Dossier Société Nom Le Élaboré par Biomasse Normandie Marie-France CLAVE 17 novembre 2011 CEDEN Dominique PLUMAIL 6 décembre 2011 Vérifié par CEDEN Dominique PLUMAIL 12 décembre 2011

3 Sommaire L'objet de la formule de révision... 1 La décomposition des coûts de production d un combustible bois La nature des charges er poste : Achat des matières premières ligneuses ème poste : Conditionnement et stockage ème poste : Transport ème poste : Service ème poste : Charges de structure Le montant indicatif des coûts et leur décomposition La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois La décomposition des coûts unitaires de prestation de service... 4 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois La structure de la formule de révision Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision Part fixe a Part «Matière» b Part «Transport» c Part «Main d œuvre» d Part «carburant-machines» e Part «entretien des équipements mécaniques» f Synthèse Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Les résultats Les simulations à partir des 3 scénarios Les deux exemples picard et normand Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles Conclusion... 14

4

5 1 1 L'objet de la formule de révision La fourniture d'un combustible bois peut être conclue à prix ferme dans le cas où le prix n'est exposé à aucun aléa majeur et où son évolution est raisonnablement prévisible pendant la période d'exécution des prestations. On rencontre ce cas de figure pour les marchés de livraison ponctuelle ou pour les contrats d'une durée n'excédant pas l'année. Dans les autres cas de figure, le prix du combustible bois est en général révisable. Le contrat fixe la date d'établissement du prix initial, les modalités de calcul de la révision ainsi que la périodicité de sa mise en œuvre. Les modalités de calcul de la révision du prix sont fixées : Soit en fonction d'une référence «produits» à partir de laquelle on procède à l'ajustement du prix. C'est le cas lorsque le contrat prévoit la fourniture de produits élaborés et prêts à l'emploi, qui font l'objet de l'indexation nationale organisée par le CEEB avec le concours du depuis janvier Soit par application d'une formule représentative de l'évolution du «coût de la prestation». Dans ce cas, la formule de révision prend en compte les éléments constitutifs des coûts de prestation nécessaire à l élaboration du combustible. C'est le cas des formules de révision des contrats de fourniture dans les marchés d'exploitation de chaufferie bois ou les contrats de concession de réseau de chaleur. Il est également envisageable de combiner les deux modalités précédentes, l évolution du prix étant subordonnée à un prix de référence «produits» ou «matières premières», d une part, et l évolution d indices en lien avec l activité de mobilisation, de préparation et de livraison des combustible bois, d autre part. La présente note concerne principalement ce dernier cas de figure et la construction des formules de révision représentative de l'évolution du «coût de la prestation». La formule de révision doit permettre aux deux parties liées par un contrat de fourniture de disposer, pour toute la durée contractuelle, d un mode d ajustement du prix (P). En préambule, il convient de rappeler les points suivants : La formule de révision doit être juste, équilibrée et ne doit pas privilégier l une ou l autre des parties. Les indices et le poids de ces derniers doivent refléter le plus possible la structure des coûts de la prestation. Il n existe donc pas une formule "unique" ou "universelle" et sa mise au point doit par conséquent être élaborée, au cas par cas, d un commun accord entre les deux parties. La formule de révision des prix, quelle que soit la qualité de l analyse ayant présidé à son élaboration, présente cependant deux limites : Sa conception peut reposer sur des composantes pour lesquelles il n existe pas d indices satisfaisants. Dans la pratique, les parties recourent temporairement à des indices moins bien adaptés ou moins représentatifs : c est encore le cas du bois-énergie, lorsque les formules de révision n'intègrent par exemple aucun indice relatif à l'évolution du prix d'achat des matières premières ligneuses. Les évolutions du marché peuvent mettre en évidence l'inadéquation d une formule de révision, ce qui peut, à l usage, conduire à la modifier. C'est le cas actuellement du tarif réglementé du gaz naturel, la formule de révision proposée par la Commission de régulation de l'énergie n'étant plus adaptée aux conditions d'achat obtenues par GDF Suez auprès de ses fournisseurs ; cette évolution est encadrée par un arrêté ministériel. Pour les combustibles bois, celle-ci est encadrée par le contrat de fourniture annexée au contrat d'exploitation de chauffage ou de délégation de service public. Pour se prémunir des risques de décalage entre la réalité du marché et le prix actualisé selon la formule de révision figurant au contrat, il convient de prévoir une clause de renégociation du prix et de la formule de révision. La cohérence d une formule de révision est étroitement liée aux moyens mis en œuvre pour produire le combustible bois, d une part, et à la capacité de trouver des indices qui reflètent l évolution de ceux-ci, d autre part. Sur la base du retour d expérience normand et picard, cette note présente tout d abord une décomposition des coûts de fabrication d un combustible bois, puis les formules de révision couramment rencontrées et enfin une simulation de l évolution du prix des combustible bois.

6 2 2 La décomposition des coûts de production d un combustible bois 2.1 La nature des charges Le fonctionnement de l'activité suppose une organisation structurée et très rigoureuse, qui nécessite d'appréhender en premier lieu les besoins énergétiques à couvrir. La structure du prix du combustible bois en découle ; il comprend cinq familles de charges : 1 er poste : l achat des matières premières ligneuses, qui peuvent être plus ou moins élaborées et prêtes à l emploi. 2 ème poste : le conditionnement/stockage des matières premières. 3 ème poste : le transport, qui correspond : à la collecte des matières premières en amont ; à la livraison des combustibles préparés en aval. 4 ème poste : le service, notamment lié au suivi qualité (contrôle des matières premières, caractérisation des combustibles), à la gestion des sous-produits de la combustion (cendres sousfoyer et cendres volantes émanant du traitement des fumées) 5 ème poste : les charges de structure du fournisseur (personnel, assurances, déplacements, frais divers, marge ) er poste : Achat des matières premières ligneuses La valeur d une matière première ligneuse s apprécie en fonction de trois principaux paramètres : La nature de la ressource, à la lumière notamment : De ses caractéristiques intrinsèques qui déterminent le contenu énergétique du combustible : - l essence, - l humidité, - la teneur en matières minérales (incombustibles). Des pollutions du bois modifiant sa composition physico-chimique, voire son statut réglementaire, ce qui concerne en particulier celles liées aux : - produits de traitement du bois, - souillures agglomérées au bois au cours de vie du matériau. La dispersion de la ressource sur le territoire. La mobilisation de la ressource nécessite des équipements de collecte spécifiques, dont les coûts unitaires sont inversement proportionnels à la quantité de bois mobilisée. Les faibles volumes sont ainsi plus coûteux à capter. Le degré de préparation, qui détermine les étapes ultérieures du conditionnement et du stockage, en distinguant aux extrêmes les produits : pouvant être livrés en direct (flux tendu), devant transiter obligatoirement vers une plate-forme : - pour un stockage temporaire en l absence de débouché immédiat en chaufferies, - pour un conditionnement complémentaire (criblage, mélange avec des produits plus fluides, plus secs ). A l achat, les matières premières peuvent donc être plus ou moins élaborées. Dans certains cas, elles peuvent être utilisées en l état sans transformation complémentaire (plaquettes de scieries, forestières, bocagères ou urbaines). Dans d autres, elles doivent subir un ou plusieurs conditionnements (bois de rebut, billons ). La dispersion territoriale et le degré de préparation des matières premières déterminent les étapes de conditionnement, de stockage et de livraison du bois, et par voie de conséquence, les charges incompressibles relatives à la production du combustible bois ème poste : Conditionnement et stockage Les matières premières plus ou moins élaborées sont produites tout au long de l année, qu elles proviennent d une activité artisanale / industrielle ou d une activité sylvicole / agricole. En raison du décalage temporelle entre la production et la consommation de la ressource, mais aussi pour tenir compte des exigences de qualité (gestion de l humidité, élimination des indési-

7 3 rables ), une rupture de charge et des opérations de conditionnement complémentaires s avèrent souvent incontournables. Dans le cas d une rupture de charge, les frais de gestion de la plate-forme comprennent respectivement : la location de la plate-forme, qui couvre les frais d'amortissement, ainsi que les frais de pesées des camions à l entrée et à la sortie ; les charges de mécanisation : la manutention des matières premières et des combustibles bois ; le conditionnement des combustibles, qui correspondent principalement à des opérations de broyage et de déferraillage (plus rarement de criblage) ; les charges de personnel ème poste : Transport Les coûts de transport correspondent en fait à deux postes de charges distinctes : l'approvisionnement en matières premières des plates-formes de conditionnement et de stockage ; la livraison du combustible en chaufferie ème poste : Service Une société spécialisée dans l approvisionnement en combustible bois doit être en mesure : de procéder à un suivi quantitatif de son activité, ce qui nécessite des moyens logistiques, techniques et humains importants pour : prendre les commandes auprès des acheteurs ; organiser la collecte/reprise/transformation des matières premières ; suivre physiquement les flux de matières premières et leur localisation à l échelle régionale ; suivre le fonctionnement des plates-formes et la qualité des prestations de service ; de s inscrire dans une démarche qualité en caractérisant régulièrement les ressources achetées et les combustibles commercialisés ; d apporter des réponses aux insatisfactions formulées par les acheteurs en mettant notamment en place une certification de l activité en s appuyant sur des outils informatiques de gestion des flux et des stocks, sur des moyens de contrôle interne et externe, sur un laboratoire d analyses de disposer d une expertise technique, juridique et administrative, ce qui permet d être réactif dans les situations d urgence (en cas de conflit avec des fournisseurs ou des clients, sur le respect du cahier des charges, sur la qualité du combustible, sur l assurance et la couverture apportée en cas d incident en chaufferie ) ; d offrir un service de reprise des sous-produits solides de la combustion du bois (cendres «sous-foyer» et cendres «volantes») ème poste : Charges de structure Lorsque le combustible bois est fabriqué à partir de différentes ressources, on obtient un prix de revient moyen pondéré (toujours en tenant compte de son pouvoir calorifique), mais il ne faut pas oublier d inclure dans le prix final les charges de structure, qui comprennent : le personnel (une personne pour à tonnes/an de bois vendues) ; les frais d assurance, de suivi analytique, de déplacement, de fourniture (bureautique, petits équipements de chantier ) ; les frais liés notamment au financement des stocks de bois ; les charges diverses, afin de faire face aux risques et imprévus (par exemple, coûts technique et financier induit par un arrêt d une chaufferie entraînant le stockage non prévu du bois) et à des missions particulières (expert-comptable, commissaire aux comptes, conseils technique et juridiques, développement de logiciels ) ; le versement éventuel d un dividende aux actionnaires ; la marge, qui doit être suffisamment importante les premières années afin de constituer le fond de roulement de la société.

8 4 2.2 Le montant indicatif des coûts et leur décomposition Les éléments présentés ci-dessous est une synthèse des coûts, qui, pour l essentiel, relève de l expérience de Picardie Énergie Bois (exemple d une chaufferie collective dans le département de l Aisne), de Biocombustibles SA et de leurs actionnaires La décomposition du coût par étape de la mobilisation / préparation / livraison du combustible bois Pour aborder les coûts unitaires des prestations intervenant dans la fabrication des combustibles bois, on a choisi de présenter l exemple récent relatif à l approvisionnement d une chaufferie collective dans l Aisne. Tableau 1 : Coûts unitaires par poste des achats et des prestations nécessaires aux étapes de préparation et de livraison du combustible bois d une chaufferie de l Aisne Postes Nature de l'activité Coût unitaire en HT 2011/tonne palettes 9 à 11 1 er poste Achat des matières premières bois sur pied 9 à 10 plaquettes de scieries 28 à 32 2 ème poste Abattage 10 à 16 Débardage 6 à 12 Location/manutention des plates-formes 4 à 6 Prébroyage/broyage/deferraillage des bois en fin de vie 11 à 19 Broyage des billons et de perches forestières 11 à 15 Broyage des chutes de scieries 13 à 14 3 ème poste Transport (approvisionnement en matières premières) 8 à 13 Livraison en chaufferie 7 à 9 4 ème poste Services et imprévus 2 à 5 5 ème poste Charges de structure 3 à 5 transport 25% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Dans cet exemple, le coût du combustible bois «rendu chaufferie» s élève globalement à 62 HT 2011 par tonne, soit environ 22 HT/MWh PCI. Figure 1 : La décomposition du coût en fonction des étapes de mobilisation, de préparation et de livraison du combustible cendres / fines stockage 3% 3% divers / imprévus 4% marges brutes 4% matières premières 19% transformation/ mélange 27% abattage/ débardage 15% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois La part de l achat des matières premières s élève à 18-19% du coût du combustible ; celles liées au conditionnement et au stockage sur plates-formes représentent 45% La décomposition des coûts unitaires de prestation de service Hors prix d achat des matières premières et frais d amortissement des plates-formes, le coût des prestations de service intervenant dans la fabrication d un combustible bois peut être décomposé en cinq grandes familles de charges :

9 5 les annuités d amortissement, les frais de personnel, les frais de maintenance et d entretien, les frais d énergie, les charges de structure (assurances, stockage matériels, marge.). A partir des données communiquées par Picardie Energie Bois et Biocombustible SA ou leurs actionnaires respectifs, la décomposition des coûts unitaires de l abattage, du débardage, de la manutention, du broyage, du criblage et du transport a été établie. Figure 1 : Le coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 12% 13% 9% 13% 13% 9% 13% 11% 13% 4% 39% 25% 50% 31% 16% Abattage Débardage 17% 23% 11% 12% 25% 13% 17% 46% Chargeur Broyeur forestier 22% 20% 17% 27% 28% 32% Broyeur à déchets 24% 26% 24% Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois SCIC / Biocombustibles SA 7% Crible 3 fract 23% 13% Transport Charges de structure Energie Maintenance Personnel AmortIssement La part de l amortissement fluctue entre 16 et 46% du coût unitaire des prestations de service et celle du personnel, de 17 à 50%, alors que celle de l énergie s inscrit dans une fourchette allant de 11 à 24%. Figure 2 : Le poids des grandes familles de charges dans le coût d un combustible bois : l exemple d une chaufferie collective de l Aisne (02) Part fixe 22% 10% 10% 15% 18% Matières premières Transport 24% Personnel Carburant - machines Source : CEDEN, d après Picardie Energie Bois Entretien équipements mécaniques A partir de cette décomposition, Picardie Energie Bois SCIC évalue, au cas par cas, la part relative de chacun de ces postes pour déterminer le poids de chaque indice entrant dans la formule de révision du bois. En fonction de l origine des matières premières, leur dispersion sur le territoire et de leur degré de préparation, le poids de chacun de ces grandes familles de charges peut variée sensiblement. Les formules de révision doivent donc être adaptées au contexte local, chaque cas étant particulier.

10 6 3 Simulations de l évolution du prix des combustibles bois 3.1 La structure de la formule de révision La formule de révision du prix du combustible bois (P1 bois dans les contrats d exploitation) ou de l énergie bois (R1 bois dans les délégations de service public) permet de définir, en fonction du prix P t0 établi contractuellement à une date t 0, le prix P t à une date t : Formule dans laquelle : P t = P t0 x [ a % + b % x (IA t /IA t0 ) + c % x (IB t /IB t0 ) + ] P t0 Prix établi dans le contrat en date de référence t. P t Prix à la date d actualisation t. IA t0, IB t0 Valeur des indices utilisés dans la formule de révision à la date t 0. IA t, IB t a Part fixe (en %). Dernière valeur connue des indices à la date t de la révision du prix. b, c Poids (en %) de chaque indice de la formule de révision. a + b + c = 100 % 3.2 Les indices pouvant entrer dans la constitution de la formule de révision On présente ci-dessous les indices rencontrés dans les formules de révision du prix des combustibles bois dans les contrats d approvisionnement de Biocombustibles SA et de Picardie Energie Bois. Pour chaque poste de charge, la justification de l indice est présentée, au même titre qu une fourchette de son poids et que la référence de l indice usuellement utilisé en Normandie et en Picardie. A noter que par simplification, les deux sociétés ont choisi des indices publiés par le Moniteur des Travaux Publics et prioritairement employés par les exploitants de chauffage (afin d éviter de multiplier les références dans les contrats de chauffage et de délégation de service public) Part fixe a La partie fixe d une formule de révision est généralement introduite comme un élément modérateur des variations de prix ; par ailleurs, s agissant du prix du combustible bois, la présence d une partie fixe dans la formule de révision peut être justifiée par les annuités d'amortissement supportées par le fournisseur (plates-formes, abatteuse, débusqueur, broyeurs ). Dans les formules de révision, la part fixe fluctue de 0 à 20 % Part «Matière» b Justification de l indice Jusqu à présent, l évolution du prix d achat des matières premières ligneuses à destination de l énergie ne figurait pas dans les formules de révision des combustibles bois en Normandie et en Picardie en l absence d un indice satisfaisant. Or, la multiplication des projets aboutit dans certaines régions à une tension du marché des ressources en bois, sans que l évolution des tarifs d achat des matières premières puisse être répercutée sur l usager de la chaleur. Cette situation nécessite un rattrapage du prix et une adaptation de la formule de révision. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à mobiliser des ressources au bon prix et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage, l introduction d un indice ou d une référence «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable. Le poids de l indice (ou de la référence)

11 7 Dans le cadre de la présente analyse, on retiendra les indices concernant les produits bruts, dont le poids pourra représenter 15 à 40 % de la formule de révision suivant la nature de la matière première considérée. Le choix de l indice En partenariat avec le, la démarche engagée depuis le 4 ème trimestre 2010 par le CEEB (Centre d étude économique du bois) avec la validation de l INSEE et du ministère de l agriculture a pour but de définir des indices trimestriels des : produits bruts entrant dans la fabrication des combustibles bois (bois bord de route, écorces, dosses et délignures, plaquettes de scieries, bois de recyclage de classe A ) ; produits élaborés et prêts à l emploi (plaquettes forestières, plaquettes bocagères, plaquettes de scieries, broyats de bois de recyclage de classe A, ). Une série d indices est désormais publiée tous les trimestres (janvier, avril, juillet et octobre 2011) dans le Bois International ; une stabilisation des indices est attendue dans le courant du premier trimestre Dans cette attente, on a retenu dans la suite de la présente approche l indice INSEE des produits en bois et en liège Part «Transport» c Justification de l indice La présence d un indice transport dans la formule de révision est justifiée par les charges supportées par le fournisseur de combustible pour le transport du combustible (produit élaboré) vers les chaufferies et éventuellement pour le transport des matières premières (produits bruts) vers des lieux de conditionnement/stockage. Le poids de l indice La part «Transport» s élève dans les contrats existants entre 15 % (pour l approvisionnement d une chaufferie collective de petite puissance) à 40 % (pour l approvisionnement d une chaufferie industrielle) de la formule de révision. L indice retenu : ACT-DA L indice ACT-DA est retenu ; il correspond à la mise à disposition d un véhicule sur une longue période avec chauffeur. Origine : Chambre des loueurs et transporteurs industriels (CLTI) ; Nature : activités de distribution, avec conducteur et carburant (évolution moyenne de véhicules industriels, loués sur une longue durée) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : ACT-DA ; Fréquence de mise à jour : trimestrielle (mars, juin, septembre, décembre) ; Date de mise en ligne : 1 à 3 mois après Part «Main d œuvre» d Justification de l indice Le contenu en main d œuvre de l approvisionnement des chaufferies est important. Il varie en fonction de l origine des matières premières mobilisées et des exigences qualitatives de la chaufferie alimentée. Le poids de l indice Dans les formules de révision actuelles, la part «Main d œuvre» peut représenter 15 % à 35 % de la formule de révision. L indice retenu : ICHT-IME Cet indice permet le suivi conjoncturel des charges sociales et du volume horaire de travail. Son calcul prend en compte l ensemble des éléments du salaire (primes, bonus, rémunération des heures supplémentaires), ainsi que l augmentation de la structure des qualifications. Fréquemment utilisé par les exploitants de chauffage, il est celui qui se rapproche le plus de l activité concernée. Origine : Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) ; Nature : indice du coût horaire du travail, tous salariés, dans les industries mécaniques et électriques (base 100 décembre 2008) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics (mais diffusé par l INSSE) ;

12 8 Référence : ICHT-IME ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les 3 mois avec 1 mois de décalage Part «carburant-machines» e Justification de l indice Les matériels utilisés dans la fabrication de combustibles bois sont équipés pour la plupart de moteur thermique, qui consomme pour l essentiel du fioul domestique livré aux prestataires de services en grande quantité. Sous peu, ces derniers ne seront plus autorisés à utilisés le fioul, l Etat envisageant d obliger l usage d un nouveau carburant comportant des taxes plus élevées. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, la part «Carburant-machines» est intégrée dans formule de révision à hauteur de 0 % à 10 %. L indice retenu : FODC4 Les engins agricoles et forestiers, ainsi que les matériels intervenant sur les plates-formes, utilisent le fioul domestique comme carburant : le FODC4, qui correspond à des livraisons de fioul en grande quantité, semble convenir. Notons qu un carburant professionnel devrait remplacer sous peu le fioul domestique. Origine : Syndicat national de l'exploitation climatique et de la maintenance (SNEC) ; Nature : indice basé sur les prix de la Direction des matières premières et des hydrocarbures (DIMAH, ex-dhyca) hors TVA du fioul domestique pour une livraison de plus de litres (quantité C4) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FODC4 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 mois de décalage Part «entretien des équipements mécaniques» f Justification de l indice Un combustible bois résulte d une série de travaux mécaniques d exploitation et de transformation des matières premières ligneuses. Certains équipements sont parfois complexes et présentent des coûts d entretien élevés. Pour sécuriser les prestataires de services, il est souhaitable de répercuter l évolution des charges qu ils supportent dans la formule de révision de l énergie, notamment lorsque ceux-ci sont engagés sur plusieurs années au côté de la société d approvisionnement. Le poids de l indice Dans le contexte actuel, le poids de la part «Entretien des équipements mécaniques» peut représenter 0 % à 10 % de la formule de révision. L indice retenu : FSD2 Cet indice prend en compte l ensemble des charges d entretien courant et de maintenance des équipements mécaniques. Il est couramment intégré aux formules de révision des contrats d exploitation de chauffage. Origine : DGCCRF - INSEE (communiqué paru au BOCCRF du 30 septembre 2004) ; Nature : indice composé de 72% de l'indice EBIQ (correspondant à l'indice de prix à la production dans l'industrie «Ensemble énergie, biens intermédiaires, biens équipements» de l'insee, dont le code est : « »), de 20% de l'indice TCH (correspondant à l'indice de prix à la consommation "Transport, communications et hôtellerie" de l'insee, dont le code est : «4566 E») et de 8% de l'indice ICC (correspondant à l'indice du "coût de la construction" de l'insee, dont le code INS) ; Publication : Le Moniteur des Travaux Publics ; Référence : FSD2 ; Fréquence de mise à jour : mensuelle ; Date de mise en ligne : tous les mois avec 1 à 2 mois de décalage.

13 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Synthèse Durant la dernière décennie, les indices ont évolué à des rythmes différents. Compte tenu de la raréfaction des ressources fossiles et de l augmentation des besoins mondiaux, les indices «Fioul domestique» et «Gazole» sont logiquement les plus inflationnistes. En revanche, le coût du transport, s il varie légèrement en fonction du prix du carburant, présente une évolution comparable à celle de la main d œuvre! Les frais de maintenance augmente plus vite que l inflation, mais plus raisonnablement que le transport et le personnel. Figure 3 : Evolution des indices entrant dans la formule de révision du bois Fioul domestique (FODC4) 220 Gazole (1870T) 200 Transport (ACT-DA) Personnel (ICHT-IME) Maintenance (FSD2) Prix à la consommation (4018E) Hyptohèse d'évolution de la Matière brute (indice INSEE produits en bois et en liège) En moyenne annuelle, l indice des prix à la consommation a depuis 2000 augmenté de 1,8%. Par rapport à cet indice, l indice «Fioul domestique» a progressé 4,7 fois plus vite, contre respectivement 1,9 à 2,0 pour l indice «Transport» ou «Personnel». En revanche, l indice des «Produits en bois et en liège» a progressé moins vite, ce qui ne semble pas illustrer l évolution du prix des ressources en bois pour l énergie, des contrastes importants étant identifiés entre région françaises! Il convient également de noter que : Le développement du bois énergie conduit aujourd hui les fournisseurs de combustibles à fournir davantage de plaquettes forestières et bocagères, dont les coûts de production sont plus élevés que les broyats de bois en fin de vie «propres» ou les produits connexes de scieries. Le développement de la production de plaquettes forestières aboutit à une augmentation progressive des prix d achat des combustibles bois, ce qui conduit les acheteurs à proposer des prix plus attractifs pour des ressources plus facilement accessibles tels que les produits connexes de scieries et les broyats de bois en fin de vie «propres». Tableau 2 : Progression moyenne annuelle des indices entrant dans la formule de révision du bois (calculée entre le 1er janvier 2000 et le 31 juillet 2011) Postes de charges Indice Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l indice des prix à la consommation et les autres indices Fioul domestique FODC4 8,4 4,7 Gazole 1870T 5,0 2,8 Transport ACT-DA 3,5 1,9 Personnel ICHT-IME 3,6 2,0 Maintenance / entretien FSD2 2,9 1,6 Produits en bois et en liège IP INSEE 1,1 0,6 Indice des prix à la consommation 4018E 1,8 1,0

14 10 Notons que l utilisation de l indice du prix à la consommation dans une formule de révision de prix n est pas autorisé : les dispositions de l article L112-2 du Code Monétaire et Financier prévoient que «toute clause prévoyant des indexations fondées sur le salaire minimum de croissance, sur le niveau général des prix et des salaires ou sur le prix des biens, des produits ou services n ayant pas de relation directe avec l objet du contrat ou de la convention ou avec l activité de l une des parties» est interdite. 3.3 Simulations relatives à l évolution du prix du combustibles bois Les hypothèses Dans un premier temps, on a procédé à des simulations pour trois cas de figure contrastés, chaque scénario présentant un point commun : une alimentation avec au moins 50% de plaquettes forestières. Les formules de révision sont calées sur la décomposition des charges. Dans un second temps, les informations recueillies sur les modalités d approvisionnement de plusieurs chaufferies en Normandie et en Picardie ont permis d établir une décomposition des charges par grandes familles ; les formules rencontrées dans les contrats de fourniture des combustibles bois ont fait ensuite l objet d une simulation à l échelle de la dernière décennie. Deux exemples sont présentés ci-après. Pour ces cinq cas, on a appliqué la décomposition du coût unitaire des prestations de service par grande famille de charges présentée sur la figure 1, ce qui permet d apprécier la part relative des charges d amortissement, d achat de matières premières (plus ou moins élaborées en fonction des cas), du transport, du personnel, du carburant et des frais d entretien. Le poids des indices correspond : Tableau 3 : Décomposition des charges de production en fonction des matières utilisées Exemple d un projet dans l Aisne (PEB) Ancienne formule de contrat Bioc. SA Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Plaquettes forestières Bois en fin de vie Plaquettes de scieries à la proportion réelle de chaque indice dans les scénarios ; à la situation figurant au contrat d approvisionnement dans les deux exemples picard et normand. Composition du mix combustibles plaquettes forestières plaquettes scieries bois en fin de vie Prix indicatif du combustible bois HT/t HT/MWh PCI 21,8 20,0 27,0 22,3 23,6 Décomposition des charges Amortissement Matière Transport Main d œuvre Carburant Entretien Poids des indices Part fixe (a) Produits en bois (b) ACT-DA (c) ICHT-IME (d) FODC4 (e) FSD2 (f) Prix consommation

15 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai Les résultats Avertissement Les simulations suivantes s appuient, en ce qui concerne les matières premières, sur l indice à la production «Produits en bois et en liège» de l INSEE, dont l évolution durant ces dix dernières années a été faible (1,1% d augmentation moyenne annuelle). Cet indice a donc un effet d autant plus modérateur dans l évolution des prix du bois que son poids est élevé dans la formule de révision des prix Les simulations à partir des 3 scénarios Le poids des indices Un approvisionnement à partir des plaquettes de scieries prêtes à l emploi (scénario 3) nécessite a priori peu de rupture de charge (livraison directe en chaufferie), alors que la production de plaquettes forestières (scénario 1) ou le traitement de bois en fin de vie «propres» (scénario 2) conduisent à une organisation obligeant à la mise en place d une plate-forme de conditionnement et / ou de stockage. Il en découle une structure des formules de révision très différentes : le poids des matières premières est prépondérant dans le scénario 3, alors que les poids de la main d œuvre et du transport prédominent dans les scénarios 1 et 2 ; les frais d entretien et de carburant sont, par rapport au scénario 3, environ 1,7 fois plus important dans les scénarios 1 et 2. L évolution des prix des plaquettes forestières et des broyats apparaît in fine très proche. Figure 4 : L évolution du prix des combustibles bois par scénario % plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) % plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Une cassure en 2004 Si les formules de révision aboutissaient à une évolution des prix relativement comparables jusqu à fin 2003, une cassure s est produite à compter de L évolution du prix des combustibles bois est clairement corrélée à l augmentation du prix du baril de pétrole et des produits dérivés (carburants notamment). Cette cassure est également très nette sur la figure 5 présentant l évolution du prix des combustibles fournis par Biocombustibles SA et Picardie Energie Bois.

16 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Les deux exemples picard et normand Une analyse critique des formules de révision Dans ces deux cas de figure, la part fixe s élève à 15% dans la formule de révision. Au début des années 2000, Bicombustibles SA a du, en l absence d un recul suffisant, construire une formule de révision avec un certain «tâtonnement»! L évolution des prix à la consommation a été retenue comme indicateur de la progression du prix d achat des matières premières (mais cette pratique n est plus permise). Notons que la part du transport a été à l époque sous-évaluée. Picardie Energie Bois s est appuyé sur la décomposition du coût des prestations pour élaborer sa formule de révision. Néanmoins, le poids des frais d entretien (FSD2) est 2,5 fois important que les charges correspondantes. Cela revient à prendre en compte une progression moyenne annuelle des charges d achat du bois, en l absence d un indice «Matière», de l ordre de 2,9% par an. Figure 5 : L évolution du prix des combustibles bois selon les pratiques actuelles en Normandie et en Picardie 140 PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) Formule représentative des charges - PEB 130 Formule représentative des charges - Biocombustibles SA 120 Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000) Les écarts entre les formules de révision des prix et les formules théoriques et représentatives des charges supportées par les deux sociétés Les formules de révision des deux sociétés aboutissent, en tenant compte de l évolution des indices entre le 1 er janvier 2000 et le 30 septembre 2011, à un écart substantiel : le prix du combustible bois évolue en effet 1,14 fois plus vite à la faveur de Picardie Energie Bois. Cet écart se justifie cependant par une structure des charges très différentes : Biocombustibles SA recourt en quantité élevée à des plaquettes de scieries (particulièrement disponibles depuis les arrêts des usines d ISOROY en Basse-Normandie en 2001 et de M-REAL en 2010 en Haute-Normandie), qui peuvent être utilisées en l état en chaufferies. Picardie Energie Bois doit en revanche produire des volumes de plaquettes forestières bien plus importants, ce qui : nécessite une succession d opérations mécaniques induisant la mobilisation de moyens techniques et humains, la consommation de carburant et des frais de maintenance ; se traduit naturellement par une formule plus inflationniste. La formule contractuelle de Picardie Energie Bois est cependant un peu plus inflationniste que la formule théorique et représentative des charges de la chaufferie prise en exemple en raison de la part élevée de l indice FDS2 (entretien / maintenance). En revanche, la formule de Biocombustibles SA évolue insuffisamment pour tenir compte de l évolution des charges que supporte la société.

17 janv-00 mai-00 sept-00 janv-01 mai-01 sept-01 janv-02 mai-02 sept-02 janv-03 mai-03 sept-03 janv-04 mai-04 sept-04 janv-05 mai-05 sept-05 janv-06 mai-06 sept-06 janv-07 mai-07 sept-07 janv-08 mai-08 sept-08 janv-09 mai-09 sept-09 janv-10 mai-10 sept-10 janv-11 mai-11 sept Une analyse par rapport à l évolution du prix des énergies fossiles L évolution du prix de vente du bois correspond à des augmentations moyennes annuelles allant : de 2,5% à 3,1% pour respectivement le scénario 3 (plaquettes de scieries) et le scénario 2 (broyats), le scénario 1 (plaquettes forestières) étant proche du maximum ; de 2,2% à 3,5% pour respectivement la formule utilisée par Biocombustibles SA au début des années 2000 et celle utilisée par Picardie Energie Bois à l occasion d une chaufferie collective au bois dans l Aisne. Tableau 4 : Evolution du prix des combustibles bois depuis le 1 er janvier 2000 (base 100) Valeur P 0 P 0+11,5 Augmentation moyenne annuelle (en %) Rapport entre l augmentation prix du gaz naturel et les autres combustibles bois Fioul domestique ,4 1,0 Gaz naturel ,2 1,0 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% broyats (scénario 2) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) ,1 2, ,0 2, ,5 3,3 Formule Picardie Energie Bois ,5 2,3 Formule Biocombustibles SA (années 2000) ,2 3,7 La formule du scénario 2 n est pas présntée du fait d une augmentation proche de celle du scéanario 1. Les écarts entre les évolutions de prix des combustibles bois peuvent sembler importants ; ils illustrent des itinéraires techniques et des charges structurelles très différents. Néanmoins, il est tout aussi important de noter que le prix du gaz naturel évolue, selon les approches théoriques réalisées et les situations rencontrées, évolue de 2,3 et 3,3 plus vite que celui des combustibles bois. La modification des formules de révision des combustibles bois ne remet donc pas en cause le principe de stabilité des prix de la chaleur bois. Figure 6 : La comparaison de la progression du prix des combustibles bois par rapport à l évolution du prix des combustibles fossiles Fioul domestique (FODC4) 220 Gaz naturel (B2S) Formule PEB (exemple de la chaufferie de l'aisne) 100% plaquettes forestières (scénario 1) 50% plaquettes forestières / 50% plaquettes de scieries (scénario 3) Ancienne formule Biocombustibles SA (début années 2000)

18 14 4 Conclusion Dans les cas les plus simples, la formule de révision peut se résumer à trois termes : la part fixe, la référence des «Produits élaborés» et le l indice «Transport» pour la livraison du combustible. Dans les cas plus complexes (mix de matières premières, chaufferies de moyenne et de forte puissance), la formule de révision doit permettre de tenir compte de l ensemble des opérations de mobilisation de la ressource, de stockage et de conditionnement et de livraison du combustible. En prenant en considération d autres indices reflétant l évolution des coûts de la main d œuvre, des coûts de transport, du carburant, elle permet de limiter les risques de dérive des prix. Ces cas complexes nécessitent cependant une analyse préalable minutieuse des modalités d organisation de l approvisionnement des chaufferies bois collectives ou industrielles. La formule de révision doit en effet être proposée par le fournisseur de combustible qui justifiera le choix des indices et des pondérations (introduction d indices produits bruts et/ou produits élaborés) retenus sur la base d un plan d approvisionnement propre à chaque chaufferie, qui doit détailler : les tonnages par type de produits (plaquettes de scieries, broyats de palettes plaquettes forestières, plaquettes, bocagères, écorces, mélanges ), les itinéraires techniques, l organisation logistiques et la localisation des plates-formes. Pour éviter une rupture d approvisionnement résultant d une incapacité du fournisseur à répercuter une augmentation du prix des ressources, l introduction d un indice «matière» dans les formules de révision apparait désormais incontournable et apporter une sécurité aux exploitants de chauffage. Parallèlement à la mise en place d un contrat de vente d un combustible bois comprenant une formule de révision dument justifiée, il est souhaitable que la société d approvisionnement en combustibles impose à ses propres fournisseurs de produits bruts ou élaborés et à ses prestataires une formule de révision de prix d achat identique à celle du contrat d approvisionnement en combustible bois. Dans le cadre de la mise en place d un contrat ou d un avenant à un contrat d approvisionnement, il est souhaitable de prévoir des clauses de rencontres régulières entre le fournisseurs du combustible, l exploitant et le maître d ouvrage et de renégociation éventuelle du prix du combustible bois et de la formule de révision (périodiquement, si l évolution du prix, en cas de dépassement d un certain seuil d évolution du prix, du fait de la formule de révision ).

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques

Le Bois Energie. Développement d une filière en Midi-Pyrénées PLAN DE LA PRESENTATION. Les combustibles bois : origines & caractéristiques PLAN DE LA PRESENTATION Le Bois Energie Développement d une filière en Midi-Pyrénées L offre et la demande principaux acteurs et chiffres clés Séminaire interrégional du Réseau national des CFT Forêt et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 ENTRE LES SOUSSIGNES La Métropole, Dénommée «Nantes Métropole»Dont le siège est situé 2 Cour du

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014 ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN -2014 Etude réalisée par CODA Stratégies NOVEMBRE 2014 Pour le compte du département Bioressources de l ADEME Présentation finale CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

ENQUÊTE. Gn iitamodalités et prix de reprise des papiers-données 2013. Série Technique DT 64. Octobre 2014

ENQUÊTE. Gn iitamodalités et prix de reprise des papiers-données 2013. Série Technique DT 64. Octobre 2014 ENQUÊTE Modalités et prix de reprise des papiers Données 2013 Réalisé avec le soutien technique et financier de : Série Technique DT 64 Octobre 2014 AMORCE/ADEME Gn iitamodalités et prix de reprise des

Plus en détail

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe

PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT. bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe PRÉSERVEr L ENVIRONNEMENT bois-énergie Dynamiser L économie LOCALe Le développement de la filière bois-énergie, s il est réalisé en harmonie avec les autres utilisations du bois, est une opportunité pour

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal et Etude de faisabilité d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur Commune de St Etienne du Bois Page- 1 - Contenu 1 Audit

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique.

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique. Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique Alexandre SOKI cole Supérieure du ois Atlanpôle P 10605 Rue hristian Pauc 44306

Plus en détail

CRÉATEUR DE SOLUTIONS BOIS-ÉNERGIE BOIS. ENERGIE La solution économique. renouvelable. pour les industriels. www.nextenergies.com

CRÉATEUR DE SOLUTIONS BOIS-ÉNERGIE BOIS. ENERGIE La solution économique. renouvelable. pour les industriels. www.nextenergies.com CRÉATEUR DE SOLUTIONS BOIS-ÉNERGIE LE BOIS ENERGIE La solution économique et renouvelable pour les industriels 1 www.nextenergies.com Le bois-énergie réduit votre facture énergétique Le coût des énergies

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité

Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Provence 4 Centrale thermique à Biomasse Bilan économique, énergétique, climatique de cette unité de production d électricité Résumé Le bureau d étude ECO-MESURE a été par le collectif citoyen de vigilance

Plus en détail

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux (OBLF) 221.213.11 du 9 mai 1990 (Etat le 1 er juillet 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 253a, al. 3, du

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir FICHE N 6 La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir I - OBJECTIF L objectif de cette fiche est de faire prendre conscience de l importance des conditions de variation

Plus en détail

«Les 3 jours de la Copropriété» - 3ème édition du salon de l ARC

«Les 3 jours de la Copropriété» - 3ème édition du salon de l ARC Contrat d entretien et de maintenance en copropriété Faire baisser les charges =>En 2011-2012 l ARC met en place une aide spéciale à la renégociation des contrats =>Le guide gratuit diffusé au Salon fait

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN-BELVAL, président, Hélène GASSIN et, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 3 octobre 2013 portant avis sur le projet d arrêté fixant les conditions d achat de l électricité produite par les installations

Plus en détail

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION :

GESTION BUDGETAIRE. BTS MUC, Gestion commerciale. Lycée Charles de Gaulle Vannes 56 000 INTRODUCTION : BTS MUC, Gestion commerciale. GESTION BUDGETAIRE INTRODUCTION : Les outils statistiques permettent de chiffrer l activité d une entreprise (méthode Mayer, lissages, régression linéaire), la gestion budgétaire

Plus en détail

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU

Bois Bocage Energie. www.boisbocageenergie.fr. SCIC Bois Bocage Energie, Laurent NEVOUX, Place de l église, 61800 CHANU Société Coopérative d Intd Intérêt Collectif Bois Bocage Energie www.boisbocageenergie.fr Comment organiser la filière bois et mobiliser la ressource? Acte 1 : Mécaniser la récolte du bois Acte 2 : Moderniser

Plus en détail

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES VILLE DE VALREAS HOTEL DE VILLE 8 PLACE ARISTIDE BRIAND 84600 VALREAS MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UNE MAISON DES VIGNERONS ET DU TERROIR CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Livret du joueur KEY FLASH. Montage et commercialisation de clés USB originales. Sommaire

Livret du joueur KEY FLASH. Montage et commercialisation de clés USB originales. Sommaire Livret du joueur KEY FLASH Montage et commercialisation de clés USB originales Sommaire Préambule page approvisionnement page 4 production page 6 marketing page 10 administration finance page 1 Partenaires

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE Références réglementaires : RÈGLEMENT (CE) No 800/2008 DE LA COMMISSION du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aide compatibles

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Evolution de la fiscalité des carburants

Evolution de la fiscalité des carburants Evolution de la fiscalité des carburants Comité pour la fiscalité écologique 16 mai 2013 Scénarios étudiés Scénario 1 : alignement complet de la TICPE gazole sur le super (18 c /l) sur 9 ans (2 c /l/an),

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale Optimisation technico-économique Objectif : obtenir une certaine prestation à moindre coût Dans le domaine du bâtiment, cette optimisation peut s appliquer à trois niveaux différents : choix des composants

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Conception, réalisation, mise en place et suivi d une démarche de qualité au niveau alsacien pour le combustible bois sous forme de plaquettes

Conception, réalisation, mise en place et suivi d une démarche de qualité au niveau alsacien pour le combustible bois sous forme de plaquettes Conception, réalisation, mise en place et suivi d une démarche de qualité au niveau alsacien pour le combustible bois sous forme de plaquettes Rapport final, Novembre 2013 Avec le financement de : La Région

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Samedi 24 octobre 2009

Samedi 24 octobre 2009 Samedi 24 octobre 2009 Plan : Qu est-ce que la comptabilité? Pourquoi une comptabilité? Obligations comptables? Le Plan Comptable Associatif Le budget prévisionnel Utilisation du budget prévisionnel Comment

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

Le chauffage automatique au bois

Le chauffage automatique au bois Le chauffage automatique au bois Un chauffage aux multiples avantages De hauts renments pour une combustion propre Une autonomie comparable aux autres énergies Une énergie renouvelable ne mettant pas en

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2008-38 LE PREFET DE L ISERE. OBJET : Mise en place d une information sur les règles relatives à la commande publique

CIRCULAIRE N 2008-38 LE PREFET DE L ISERE. OBJET : Mise en place d une information sur les règles relatives à la commande publique DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES GRENOBLE, LE 24 OCTOBRE 2008 BUREAU DU CONTROLE DE LEGALITE ET DES AFFAIRES JURIDIQUES RÉFÉRENCES A RAPPELER : AFFAIRE SUIVIE PAR : Gaëlle ISAMBERT

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom Le Conseil de la concurrence (section III B), Vu la lettre du 30 avril 2004,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SIMPLIFIE

CAHIER DES CHARGES SIMPLIFIE Hôtel de Ville 1, Allée André-Benoist 77410 CLAYE-SOUILLY CAHIER DES CHARGES SIMPLIFIE FOURNITURE DE SACS DECHETS VERTS Marché public de fourniture n PA 2011/14 Etablie en application du Code des marchés

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05.

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05. ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 19 & ENE 05 Février 2014 AMORCE/ADEME Comparatif modes

Plus en détail

DISPOSITIF 123 B : AIDE A L EQUIPEMENT DES ENTREPRISES DE MOBILISATION DES PRODUITS FORESTIERS

DISPOSITIF 123 B : AIDE A L EQUIPEMENT DES ENTREPRISES DE MOBILISATION DES PRODUITS FORESTIERS AXE 1. AMELIORER LA COMPETITIVITE DES SECTEURS AGRICOLES ET SYLVICOLES Objectif : Mesures visant à restructurer et à développer le capital physique ainsi qu à promouvoir l innovation DISPOSITIF 123 B :

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture?

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture? Immatriculation Quand une voiture doit-elle être immatriculée? En Belgique, un véhicule (neuf ou d occasion) doit être immatriculé dès sa mise en circulation sur la voie publique. De même, et pour être

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail