LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste"

Transcription

1 LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre à deux types de critères de propreté : La propreté sensorielle ; c est l absence relative de taches et le bon aspect après finition : sec et repassé agréable au toucher sentir bon ou tout au moins ne pas dégager d odeur désagréable La propreté hygiénique : articles ne contenant pas ou peu de micro-organismes. La qualité microbiologique peut être appréciée par des prélèvements réalisés par application d une gélose countact sur la surface du textile (< 12 UFC/25 cm2) La qualité du linge est l une des conditions requise pour assurer confort et hygiène au patient hospitalisé. Les risques liés à la diffusion des germes d origine humaine impliquent un circuit bien adapté. 1

2 Rôle du linge dans l infection nosocomiale Le linge est un élément nécessaire aussi bien dans le domaine technique que dans le nursing. Il est facilement et très rapidement contaminé lorsqu il est en contact avec le malade, soit par des germes commensaux et saprophytes, soit par des germes pathogènes. Il peut être contaminant dans le circuit d évacuation, voire dans le circuit propre. Le linge du personnel : Une étude réalisée sur la contamination des blouses blanches médicales a montré que les poignets et les poches sont les parties les plus contaminées. 25 % des blouses étaient contaminées par Staphylocoque aureus, contamination plus fréquente dans les spécialités chirurgicales que médicales. Les tenues sont une source de contamination croisée, il faut donc en changer fréquemment et préférer les blouses à manches courtes. L idéal serait de ne pas avoir de poches. Sans protection, 65 % des infirmières ont leur tenue contaminée par le SARM (Staphylocoque aureus résistant à la méticilline) après avoir réalisé des soins sur des patients colonisés ou infectés. 2

3 Risque d infection nosocomiale pour le personnel Tout au long de la chaîne du linge des précautions doivent être prises pour éviter la contamination de l environnement et du personnel. La gale et les teignes véhiculées par le linge sont redoutables. Risques liés au linge sale Risque de prolifération microbienne entre le moment où le linge est manipulé au chevet du patient et où il est acheminé à la blanchisserie Le linge sale peut être réservoir de microorganismes: Staphylocoques (flore cutanée) Salmonelles, clostridium difficile, entérobactéries (matières fécales) Risques liés au linge sale Pseudomonas, entérobactéries (urines infectées) Bk (présents dans les crachats d un patient tuberculeux) Staphylocoque auréus, streptocoques (pus) VIH, hépatites (sang) 3

4 Impossible d afficher l image. Impossible d afficher l image. Le circuit du linge sale Tout le linge envoyé en blanchisserie doit y être lavé y compris les sacs de ramassage. Le pré-tri : Il a pour but de limiter le tri en blanchisserie. Il intervient après chaque réfection de lit, de la toilette et des soins corporels des malades. Tout linge utilisé est potentiellement contaminé. Les germes dont il est porteur sont détruits par les techniques habituelles de lavage. Il peut être source de contamination lors du ramassage. Les précautions «standard» recommandent le port de gants pour toute manipulation de linge souillé. Technique du pré-tri Le pré-tri s effectue dans le couloir à l aide d un chariot porte sacs, équipé de couvercles qui ne doit pas entrer dans la chambre. Ne pas poser le linge à terre. Ne pas transporter le linge contre soi: se servir de panières. Prélever le linge élément par élément. 4

5 Retirer tous les objets ne devant pas aller en blanchisserie et pouvant endommager les machines : change complet protection de lit stylos appareil dentaire cuvette, Utiliser les sacs de couleur selon une codification connue (une couleur par type de linge). Ne pas trop remplir le sac pour pouvoir le fermer correctement : pas plus de 70 % de sa contenance. Ne pas obstruer l ouverture des sacs à linges. Eviter de secouer le linge sale de façon à ne pas propager les particules contaminées. Remettre tous les pyjamas, chemises de nuit, sarraus sur l endroit avant l élimination. Faire de même pour les tenues du personnel, penser à vider les poches. Cas particuliers Le linge à risque : Linge des malades en isolement septique : placer le linge dans un sac hydrosoluble dans la chambre du patient et le sortir de celle-ci sous double emballage sac hydrosoluble + sac à linge tissu en cas de parasitose (gale) le linge doit être désinfecté dans le service avant d être évacué à la blanchisserie 5

6 Recommandations Réaliser un lavage des mains adapté après avoir manipulé du linge ayant été en contact avec des patients. Ne pas laver de linge dans les services, sans exception. Ne pas emporter de linge à laver chez soi. Ne pas porter les mains au visage afin d éviter toute contamination personnelle. Les conditions de ramassage Le linge doit être évacué le plus rapidement possible sans stagnation dans les services. Les sacs de linge ne doivent pas être traînés au sol. Le chariot de transport des sacs doit être nettoyé et désinfecté après chaque collecte. Risques pour le linge propre Salissures et contamination microbienne lors des différentes étapes après le traitement en blanchisserie Au moment de la préparation des armoires en blanchisserie Lors du transport vers les services À la réception dans les services Selon les conditions de stockage dans le local linge propre Au moment de l utilisation 6

7 Impossible d afficher l image. Le circuit du linge propre Le linge est pris en charge au niveau de la blanchisserie qui en assure le traitement. La production en centre hospitalier est d environ 3 à 4 kg de linge par lit et par jour. Le linge subit plusieurs étapes au cours du cycle de traitement : pré-désinfection si besoin lavage rinçage calandrage ou tunnel de finition pliage Schéma du traitement du linge Arrivée linge sale Tri linge sale Tunnel de lavage ou machine à laver Linge en forme (pyjamas, chemise de nuit) Tunnel de finition Grand plat (drap de lit, alèse ) Calandrage et pliage Petit plat (serviettes de toilette, torchons, ) Calandrage et pliage Distribution en armoire Les températures de finition sont comprises entre 150 et 160 suivant le type de linge. Il est important de respecter les montées en température et le temps d action car ils sont des garants complémentaires à la bonne qualité hygiénique du linge lavé. 7

8 Distribution du linge Elle s effectue à l aide d armoire (une ou plusieurs) de dotation, identifiée par unité : Armoires métalliques. Fermées. Nettoyées entre chaque rotation. Houssés (Rolls) Chaque service définit ses besoins journaliers (x 2 le week-end). Eviter tout stockage au niveau des unités : le linge se recontamine dans les 72 heures après être sorti de la blanchisserie. Le linge non utilisé doit retourner à la blanchisserie et subir un nouveau nettoyage Stockage dans les unités Il s agit : Soit d une zone de stationnement de l armoire à linge propre. Soit d un lieu de rangement fermé, avec étagères sur lesquelles le linge propre reste protégé. 8

9 Utilisation dans les unités Un chariot de «nursing» (linge propre et protections) est réservé à cet usage. L approvisionner de linges et de changes (juste le nécessaire) pour les soins immédiats. Le chariot ne pénètre pas dans la chambre. Pour la réfection des lits, ne rentrer que le linge nécessaire et ne le poser que sur une table propre. Le chariot est vidé, nettoyé/désinfecté après les soins. LE LAVAGE DES MAINS EST OBLIGATOIRE AVANT TOUTE MANIPULATION DU LINGE PROPRE TYPE DE LINGE Type de linge Grand plat Petit plat Linge fragile Linge en forme Article Drap de lit, alèse, dessus de lit Taie d oreiller serviette de toilette gants de toilette torchons Couverture Tenue personnels, veste de pyjama, pantalon de pyjama, chemise de nuit, sarraus 9

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C Le linge. LE CIRCUIT DU LINGE l indispensable Hygiène du linge et méthode m R-R A -B -C 16/05/13 le circuit du linge/c- 16/05/13 le circuit du linge/c- Le changement Un contexte réglementaire r de plus

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL UE 2.10 Semestre 1 «INFECTIOLOGIE-HYGIENE» Hervé OLEON Cadre de Santé Formateur IFSI Saint-Louis Objectifs pédagogiquesp A l issue l de ce cours, l él étudiant sera capable

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES

LES DIFFERENTES ETAPES LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE R.A.B.C Etape 1 : Dresser la liste de tous les dangers microbiologiques associés à chacune des étapes, puis dresser la liste de toutes les mesures de contrôle destinées

Plus en détail

Questions d hygiène du linge. XIe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Rouen le 11 avril 2013

Questions d hygiène du linge. XIe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Rouen le 11 avril 2013 Questions d hygiène du linge LE LE CENTRE CENTRE DE DE TRAITEMENT TRAITEMENT TEXTILE TEXTILE HOSPITALIER HOSPITALIER Une structure de coopération interhospitalière performante au service des patients de

Plus en détail

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Référence BM :#Référence unique# Ref. Service :#Référence autre##référence client# Version : 02 Centre Hospitalier de Hyères Qualité Nombre de pages : 5 1. OBJET

Plus en détail

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins SYSTEME G La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins 05-02-2014 SYSTEME G LA REPONSE AUX SOUCIS DU SECTEUR Le système G: l application aux maisons de repos de la philosophie de Automatic Industries

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains L efficacité de l hygiène des mains REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DE L EFFICACITÉ DES DIFFÉRENTS TYPES D HYGIÈNE DES MAINS Niveau d efficacité COMPARAISON DE LA FLORE* CUTANÉE DES MAINS AVANT ET APRÈS LAVAGE

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement LE CIRCUIT DU LINGE 4 ème journée e de formation et d information Prévention du risque infectieux en EHPAD Le changement Le contexte réglementaire r est de plus en plus exigeant.. Circulaire inter ministérielle

Plus en détail

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE E. WARIN, CESF CHUN, EOHH - 2017 IFAS GESTION DU LINGE INTRODUCTION Utilisation de linge dans tout l hôpital Tenues professionnelles Articles de literies et d hôtellerie Linge chirurgical Articles de ménage

Plus en détail

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire :

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire : Sommaire : poste N 1 : gestion des produits lessiviels (poudre ou liquide)..1 poste N 2 : contrôle entrée linge sale et tri.2 poste N 3 : chargement lavage.3 poste N 4 : déchargement et orientation......4

Plus en détail

Questions d hygiène du linge

Questions d hygiène du linge Questions d hygiène du linge Une structure de coopération interhospitalière performante au service des patients de toute une région Le Centre de Traitement Textile Hospitalier (CTTH) a été créé le 17 avril

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC,

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, , Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, Electrolux Professional Mini guide Photo Denis Paillard - Tous droits cédés à Electrolux Laundry Systems France

Plus en détail

Textiles Circuit et traitement du linge. Dr L. Simon

Textiles Circuit et traitement du linge. Dr L. Simon Textiles Circuit et traitement du linge Dr L. Simon Linge utilisé à l hôpital Catégories de linge : selon le repassage Linge plat Grand plat : drap, couvre-lits, alèses Petit plat : serviettes de bain,

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE La toilette Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 Soin d hygiène quotidienne, Facteur de bien-être physique et moral, La toilette se révèle un moment

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL

FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL 1- Hygiène personnelle indispensable 2- Cheveux propres et attachés FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL Objectif : Protéger le patient et le soignant en évitant la propagation des micro-organismes. 3- Port

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

PROCÉDURE D HABILLAGE

PROCÉDURE D HABILLAGE PROCÉDURE D HABILLAGE CORRESPONDANT À LA VERSION 1,5 DU PROGRAMME DE FORMATION 1. PRÉPARATION HABILLAGE Vérifier que vous avez tous les équipements : o Survêtement; o Couvre- bottes; o Lunettes étanches;

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO)

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Traitement de décolonisation pour les porteurs On vous a informé que vous étiez colonisé par le Staphylococcus aureus résistant

Plus en détail

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015 MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DU LINGE EN EMS Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS Vendredi 27 mars 2015 CONTEXTE Vieillissement de la population, Augmentation du

Plus en détail

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette Couvreur Maïa Institut de Formation en Soins Infirmiers Promotion 2013-2016 C.H ST JOSEPH ST LUC 42 bis, rue Professeur Grignard 69007 LYON Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle Fiche technique relative à l entretien manuel de la OBJECTIF : Mettre en œuvre une technique de lavage de la en respectant le mode opératoire. N OPERATIONS MATERIELS ET PRODUITS 1 ORGANISATION lavette

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir Réfection du lit et changement des draps Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir 26.10.14 Introduction La sécurité sanitaire, la qualité des soins et la lutte contre les infections associées

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PR/HYG/003-B Page : Page 1 sur 18 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Nocif Comburant Corrosif Toxique Inflammable CMI - 2008 Introduction Des produits chimiques de différents degrés de danger sont utilisés

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX Affiche porte salle de traitement par aérosolisation Affiche salles de toilette centre de chimiothérapie.. Affiche salles de toilette

Plus en détail

Soins à domicile en cas de risque de contagion

Soins à domicile en cas de risque de contagion Lavage des mains Désinfection des mains Mettre un masque de protection Moyens auxiliaires Changer les draps du patient alité Retirer des gants Bandage des jambes d un patient qui doit garder le lit Lavage

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail