Précautions Complémentaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Précautions Complémentaires"

Transcription

1 Contact Gouttelettes Air Page : 1 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

2 Objectifs - Prévenir la transmission croisée micro-organismes - Protéger les autres patients/résints, les professionnels, les visiteurs, l environnement l agent infectieu - Limiter la diffusion d une pathologie d origine infectieuse Références - Gui pour le choi s désinfectants : produits désinfection chimique pour les dispositifs médicau, les sols et les surfaces, SF2H, janvier Prévention la transmission croisée par voie respiratoire : Air ou Gouttelettes, SF2H, mars 2013 o - Avis et rapports, Survenue un ou plusieurs cas gale, Conduite à tenir, HCSP, 9 novembre 2012 o - Survenue maladies infectieuses dans une collectivité. Conduites à tenir, HCSP, septembre 2012 o ectivite.pdf - Conduite à tenir vant une ou plusieurs infections respiratoires aiguës dans les collectivités personnes âgées, HCSP, juillet 2012 o - Gui la fonction linge dans les maisons retraite et les centres d hébergement longs et moyens séjours, URBH, 2012 o - Surveiller et prévenir les infections associées au soins, SFHH, Septembre 2010 o - Prévention la transmission croisée : précautions complémentaires contact, SFHH, Consensus formalisé d eperts, avril 2009 o - Avis relatif à la maîtrise la diffusion s infections à Clostridium difficile dans les établissements santé français, HCSP, 20 juin 2008 o Page : 2 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

3 - Recommandations pour l utilisation s masques médicau et s appareils protection respiratoire dans les établissements santé, CCLIN Sud-Ouest, janvier 2007 o Domaine d'application et responsabilité - Etablissements santé et médico-sociau - Tous les professionnels ou intervenants pouvant être en contact avec un sujet infecté Glossaire - APR : Appareil protection respiratoire - BHR : Bactérie hautement résistante au antibiotiques - BLSE : Bactérie productrice béta-lactamases à spectre étendu - BMR : Bactérie multi-résistante au antibiotiques - DAOM : Déchets assimilables au ordures ménagères - DASRI : Déchets d activités soins à risque infectieu - ECBU : Eamen cyto-bactériologique s urines - EHPAD : Etablissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes - EPI : Equipement protection individuelle (tablier UU, sur blouse UU, masques, lunettes protection) - FHA : Friction hydro-alcoolique - ICD : Infection à Clostridium Difficile - PCA : Précautions complémentaires air - PCC : Précautions complémentaires contact - PCG : Précautions complémentaires gouttelettes - PHA : Produit hydro-alcoolique - UU : Usage unique - SARM : Staphylococcus aureus résistant à la méticilline - SLD : Soins longue durée - SSR : Soins suite et réadaptation Page : 3 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

4 Pré-requis Les mos transmission s micro-organismes sont 3 types : Transmission par contact (C) entre individus, rarement directe entre patients, plus souvent indirecte par les mains du personnel soignant, soit à partir d un patient réservoir, soit à partir l environnement du patient (environnement proche en règle générale). Contact : PCC Transmission par gouttelettes (G) émises lors la parole ou la tou, soit directement, soit par s gouttelettes déposées dans l environnement immédiat du cas source. La contamination se fait par contact l agent infectieu avec les muqueuses (œil, nez, bouche) la face. Gouttelettes : PCG Transmission aérienne (A) petites gouttelettes asséchées («droplet nuclei»), capables rester longtemps en suspension et portées sur longues distances (plusieurs mètres). La contamination survient par inhalation s agents infectieu portés par les droplet nuclei atteignant les voies respiratoires inférieures. Air : PCA Plusieurs mos transmission peuvent être associées suivant le mo transmission du micro-organisme (e. PCC + PCG ). Recommandations : Ces précautions sont appliquées dès suspicion signes cliniques évocateurs d un épiso infectieu, en fonction du mo transmission et sur prescription médicale Ces précautions sont s mesures à prendre en complément s précautions standard Elles reposent sur s : o Mesures techniques (intification et signalisation du portage, pratiques, EPI, matériel dédié, bio-nettoyage spécifique, +/- marche en avant ) o Mesures géographiques (hospitalisation en chambre individuelle, limitation s déplacements, ) : à évaluer au cas par cas tenir compte du retentissement psychique et social qu elles peuvent engendrer pour les patients-résints en SSR/SLD/EHPAD Page : 4 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

5 «Contact» (PCC) «Contact» (PCC) (mesures en complément s précautions standard) Indications : BMR, BHR, Clostridium difficile*, gale*, gastro-entérites, hépatite A/E, herpès, salmonellose, staphylococcies, streptococcies, varicelle, zona généralisé (sujet immunodéprimé)... Sur prescription médicale * mesures spécifiques (Clostridium difficile, gale : cf. procédures et/ou en vigueur dans ) Hygiène s mains Précautions standard (Cf. procédure) Désinfection avec un produit hydroalcoolique - immédiatement avant tout contact direct avec un patient, - immédiatement avant tout soin propre ou tout acte invasif, - entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient, - après le rnier contact direct ou soin auprès d un patient, - avant et après le port gants (non poudrés) Contact im précautions standard et - après contact avec l environnement proche du patient - avant sortir la chambre Cas particuliers : Gale et ICD Lavage simple (effet mécanique) Suivi d une FHA, si besoin, si gale Suivi d une FHA si ICD Port gants Port d équipement protection individuelle (EPI) Si contact avec liquis biologiques, peau lésée, risque AES Tablier à usage unique (UU) si soins mouillants, souillants, eposant à s risques projections au sang ou liquis biologiques Surblouse manches longues à usage unique imperméable ou doublée d un tablier UU si eposition majeure au liquis biologiques Masque chirurgical avec visière ou avec lunettes protection si risque projection sang ou liquis biologiques Masque chirurgical en cas tou supposée d origine infectieuse chez toute personne * Lors tou ou d éternuement, il est recommandé se couvrir la bouche avec un mouchoir à usage unique (à défaut au pli du cou plutôt que dans les mains) suivi d une hygiène s mains im précautions standard Cas particuliers : Gale et ICD (cf. cissous) im précautions standard et - Tablier plastique UU : dès soin avec contact direct avec le patient-résint - Eliminer les EPI avant quitter la chambre puis réaliser une hygiène s mains Cas particulier : Gale Port surblouse à manches longues UU + gants UU dès l entrée la chambre Cas particulier : ICD Port gants dès l entrée la chambre Port surblouse à manches longues, lors s contacts directs avec le patient ou ses ecreta + tablier en plastique imperméable en cas soins «mouillants» Page : 5 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

6 * N utiliser que s mouchoirs en papier jetés immédiatement après usage suivi d une hygiène s mains * Ne pas toucher les muqueuses (yeu, nez, bouche) avec s mains contaminées Entretien du matériel et s surfaces souillés/environnement Détergent-désinfectant adapté im précautions standard et - Privilégier l usage unique (stockage raisonné dans la chambre) ou matériel dédié au patient/ résint, dans sa chambre - Ne pas jeter systématiquement le consommable non utilisé - Bio-nettoyage l environnement proche du résint avec un détergent-désinfectant au moins une fois par jour (insister sur les zones à risque : poignées portes, barrières lit, sonnette d appel ) - Pas traitement spécifique pour la vaisselle Cas particulier : Clostridium difficile Nettoyage, rinçage avec matériel à usage unique, séchage passif suivi d une désinfection à l eau Javel à 2,6% diluée au 1/5 ème (temps contact 10 mn) L eau javel est le désinfectant référence pour la désinfection s surfaces contaminées par C. difficile ; Si incompatibilité entre eau javel et matériau, utilisation du détergent-désinfectant habituel sous réserve renforcer la fréquence du bio-nettoyage Alternative possible : produit sporici actif sur le Clostridium Cas particulier : Gale Traitement spécifique du linge et +/- l environnement (Cf. protocole) Gestion s ecreta Transport adapté s prélèvements biologiques, linge et matériel souillé Mettre bassin, urinal non vidés, transportés avec le couvercle dans le lave-bassins En l absence lave-bassins, évacuation dans le local vidoir (élimination dans les toilettes non recommandée) puis nettoyage - désinfection immédiate après chaque utilisation Interdiction d utiliser les douchettes Dans un emballage étanche, fermé im précautions standard Cas particulier : Clostridium difficile Si bassin, urinal : Produit gélifiant Privilégier l usage unique ou protection UU (sac absorbant protège bassin) Nettoyage - désinfection immédiate du bassin avec l eau javel ou produit sporici actif sur le Clostridium im précautions standard - DASRI ou DAOM selon la nature du déchet Cas particulier : Clostridium difficile DASRI Page : 6 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

7 Accint d'eposition au Sang Information Signalisation Chambre Déplacement du patient Soins Visiteurs Conduite à tenir / Accint d'eposition au Sang (cf. Procédure spécifique) im précautions standard - Du patient-résint, s visiteurs - Des professionnels et toute personne en contact avec le patient-résint - Des services, établissements etérieurs (mutation, transfert) - Chambre, secteur, dossier Individuelle Regroupement possible s patients atteints par le même agent infectieu - Si sortie chambre, encadrer par s mesures d hygiène spécifiques (FHA, site infecté protégé, +/- port masque ) - Organisation s soins pour un même patient et/ou type marche en avant - Uniquement hygiène s mains FHA - A adapter selon participation au soins Traitement Cas particulier : Gale Traitement médical du patient concerné et s personnes «contact» suivant les différents cercles du linge et +/- l environnement Durée s PCC - En fonction l évolution clinique et l agent responsable - Cf. tableau p. 13 Levée s PCC Sur prescription médicale Page : 7 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

8 «Gouttelettes» (PCG) «Gouttelettes» (PCG) (mesures en complément s précautions standard) Indications : infections respiratoires à Adénovirus (enfants, nourrissons), coqueluche, grippe saisonnière*, méningite bactérienne, oreillons, pneumonies bactériennes (Mycoplasma pneumoniae, Streptocoque A (enfant), Haemophilus influenzae (enfant)), rubéole, scarlatine, bronchiolite (virus respiratoire syncytial (VRS) ) Sur prescription médicale, * : PCG à appliquer quel que soit le statut vaccinal du patient et du soignant / grippe Hygiène s mains Précautions standard (Cf. procédure) Désinfection avec un produit hydroalcoolique Gouttelettes En plus s précautions «standard» im précautions standard Port gants Port d équipement protection individuelle (EPI) - immédiatement avant tout contact direct avec un patient, - immédiatement avant tout soin propre ou tout acte invasif, - entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient, - après le rnier contact direct ou soin auprès d un patient, - avant et après le port gants (non poudrés) Si contact avec liquis biologiques, peau lésée, risque AES Tablier à usage unique (UU) si soins mouillants, souillants, eposant à s risques projections au sang ou liquis biologiques Surblouse manches longues à usage unique imperméable ou doublée d un tablier UU si eposition majeure au liquis biologiques Masque chirurgical avec visière ou avec lunettes protection si risque projection sang ou liquis biologiques Masque chirurgical en cas tou supposée d origine infectieuse chez toute personne * Lors tou ou d éternuement, il est recommandé se couvrir la bouche avec un mouchoir à usage unique (à défaut au pli du cou plutôt que dans les mains) suivi d une hygiène s mains * N utiliser que s mouchoirs en papier jetés immédiatement après usage suivi d une hygiène s mains * Ne pas toucher les muqueuses (yeu, nez, bouche) avec s mains contaminées im précautions standard im précautions standard et - Port d un masque chirurgical (Cf. fiche) Par les professionnels et toute personne intervenant auprès du patient/résint (visiteurs, professionnels bénévoles ) dès l entrée dans la chambre : d un patient atteint ou suspect d une affection respiratoire - Port d un masque type FFP2 + lunettes protection Par les professionnels Seulement si manœuvre invasive avec risque d eposition à s micro-organismes par aérosolisation (Kiné respiratoire, etubation, aspiration ) Friction hydro-alcoolique avant et après pose / retrait du masque Page : 8 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

9 Entretien du matériel et s surfaces souillés Gestion s ecreta Transport adapté s prélèvements biologiques, linge et matériel souillé Accint d'eposition au Sang Information. Signalisation Chambre Déplacement du patient Visiteurs Durée s PCG Levée s PCG Détergent-désinfectant adapté En l absence lave-bassins, évacuation dans le local vidoir (élimination dans les toilettes non recommandée) puis nettoyage - désinfection immédiate après chaque utilisation Interdiction d utiliser les douchettes Dans un emballage étanche, fermé Conduite à tenir / Accint d'eposition au Sang (cf. Procédure spécifique) im précautions standard et - Privilégier l usage unique (stockage raisonné dans la chambre) ou matériel dédié au patient / résint, dans sa chambre - Ne pas jeter systématiquement le consommable non utilisé - Bio nettoyage l environnement proche du résint avec un détergent-désinfectant au moins une fois par jour (insister sur les zones à risque : poignées portes, barrières lit, sonnette d appel ) Port d un masque chirurgical du professionnel si présence du patient/résint - Pas traitement spécifique pour la vaisselle im précautions standard im précautions standard - DASRI / DAOM selon la nature du déchet im précautions standard - Du patient-résint, s visiteurs - Des professionnels et toute personne en contact avec le patient-résint - Des services, établissements etérieurs (mutation, transfert) - Chambre, secteur, dossier - Individuelle - Regroupement s patients / résints atteints par le même agent infectieu en cas d épidémie - A limiter - Si sortie chambre, port d un masque chirurgical par le patient + FHA - Suspension s animations collectives pour les patients / résints symptomatiques : à adapter et à réévaluer au cas par cas - Limiter les visites : Port d un masque chirurgical + FHA - En fonction l évolution clinique et l agent responsable - Cf. tableau p Sur prescription médicale Page : 9 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

10 «Air» (PCA) «Air» (PCA) (mesures en complément s précautions standard) Indications : rougeole, tuberculose pulmonaire PCA+PCC : coronavirus, varicelle, zona généralisé (chez sujet immuno-déprimé) Sur prescription médicale Hygiène s mains Précautions standard (Cf. procédure) Désinfection avec un produit hydroalcoolique Air En plus s précautions «standard» im précautions standard Masque Port gants Port d équipement protection individuelle (EPI) - immédiatement avant tout contact direct avec un patient, - immédiatement avant tout soin propre ou tout acte invasif, - entre un soin contaminant et un soin propre ou un acte invasif chez un même patient, - après le rnier contact direct ou soin auprès d un patient, - avant et après le port gants (non poudrés) Masque chirurgical avec visière ou avec lunettes protection si risque projection sang ou liquis biologiques Masque chirurgical en cas tou supposée d origine infectieuse chez toute personne * Lors tou ou d éternuement, il est recommandé se couvrir la bouche avec un mouchoir à usage unique (à défaut au pli du cou plutôt que dans les mains) suivi d une hygiène s mains * N utiliser que s mouchoirs en papier jetés immédiatement après usage suivi d une hygiène s mains * Ne pas toucher les muqueuses (yeu, nez, bouche) avec s mains contaminées Si contact avec liquis biologiques, peau lésée, risque AES Tablier à usage unique (UU) si soins mouillants, souillants, eposant à s risques projections au sang ou liquis im précautions standard et - Port d un appareil protection respiratoire (APR) type FFP2 pour toute personne en contact avec un patient/résint suspect ou atteint ou entrant dans sa chambre même en son absence Pose avant d'entrer dans la chambre Test d étanchéité Retrait après la sortie la chambre, porte refermée Patient intubé-ventilé Système clos d aspiration trachéale Filtration l air epiré Lors d etubation : APR + lunettes protection - Port d un masque chirurgical (Cf.fiche) Par le patient suspect ou atteint en cas sortie sa chambre Friction hydro-alcoolique avant et après pose / retrait du masque im précautions standard im précautions standard Page : 10 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

11 Entretien du matériel et s surfaces souillés/environnement Gestion s ecreta Transport adapté s prélèvements biologiques, linge et matériel souillé Accint d'eposition au Sang Information Signalisation Chambre biologiques Surblouse manches longues à usage unique imperméable ou doublée d un tablier UU si eposition majeure au liquis biologiques Détergent-désinfectant adapté Mettre bassin, urinal non vidés, transportés avec le couvercle dans le lave-bassins En l absence lave-bassins, évacuation dans le local vidoir (élimination dans les toilettes non recommandée) puis nettoyage - désinfection immédiate après chaque utilisation Interdiction d utiliser les douchettes Dans un emballage étanche, fermé Conduite à tenir / Accint d'eposition au Sang (cf. Procédure spécifique) im précautions standard et - Privilégier l usage unique (stockage raisonné dans la chambre) ou matériel dédié au patient/ résint, dans sa chambre - Ne pas jeter systématiquement le consommable non utilisé - Bio-nettoyage l environnement proche du résint avec un détergent-désinfectant au moins une fois par jour (insister sur les zones à risque : poignées portes, barrières lit, sonnette d appel ) Port d un APR par le professionnel, même en l absence du patient/résint - Pas traitement spécifique pour la vaisselle im précautions standard im précautions standard - DASRI / DAOM selon la nature du déchet im précautions standard - Du patient-résint, s visiteurs - Des professionnels et toute personne en contact avec le patient-résint - Des services, établissements etérieurs (mutation, transfert) - Chambre, secteur, dossier - Individuelle, porte fermée, en pression négative si possible. Renouvellement 6 vol/h ou aération quotidienne par ouverture s fenêtres, porte fermée - Regroupement s patients / résints atteints par le même agent infectieu en cas d épidémie Page : 11 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

12 - Après sortie, délai réaffectation la chambre suivant le tau renouvellement l air Déplacement du patient Soins Visiteurs Durée s PCA Levée s PCA - A limiter - Si sortie chambre, port d un masque chirurgical par le patient + FHA - Suspension s animations collectives pour les patients/résints pendant la pério contagiosité - Organisation s soins pour accér au secteurs médico techniques - Patient porte un masque chirurgical lors son déplacement + FHA - Situations d attente à éviter - Le soignant porte un masque APR quand le patient ne porte pas masque - Réveil post-opératoire en salle d intervention - Limiter les visites : Port d un APR + FHA - En fonction l évolution clinique et l agent responsable - Cf. tableau p. 13 Sur prescription médicale Page : 12 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

13 Infection et/ou agent infectieu Air Contact Gouttelettes Durée s précautions Adénovirus kératoconjonctivite Jusqu à guérison clinique Adénovirus respiratoire (enfants) Jusqu à la guérison clinique Bronchiolite Jusqu à guérison clinique BMR / digestif, urinaire, cutanéo - muqueuse BMR transmission respiratoire Clostridium difficile Coqueluche X PCC spécifiques Coronarovirus X X Gale X PCC spécifiques Le temps l hospitalisation en MCO A adapter en SSR, EHPAD Le temps l hospitalisation en MCO A adapter en SSR, EHPAD 48h après les niers signes cliniques diarrhées Après 3 à 5 jours après le début du traitement en fonction l ATB Jusqu à 10 jours après guérison clinique 48h après le traitement Gastro-entérite En fonction l évolution clinique Grippe saisonnière 7 jours après le début s signes cliniques Hépatite A/E 8 jours après le début l ictère Herpès Jusqu à la formation s croûtes Méningite bactérienne 24 h après le début du traitement ATB Pneumonie : Mycoplasma pneumoniae Haemophilus influenzae et streptocoque A chez l enfant Oreillons 24 h après le début du traitement ATB Au 9 ème jour après le début la parotidite Rotavirus Jusqu à guérison clinique Rougeole 5 jours après le début l éruption Rubéole 2 semaines après le début l éruption Scarlatine 24h après le début du traitement ATB Staphylococcie (cutanée) Durée écoulement Streptococcie (cutanée, forme majeure) Tuberculose Jusqu à guérison complète Au moins 15 jours d un traitement efficace et suivant résultats prélèvements Varicelle A la chute s croûtes Virus Respiratoire Syncytial (VRS) Jusqu à guérison clinique Zona généralisé (immunodéprimé) Jusqu à disparition s lésions Page : 13 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

14 Tableau synthèse s précautions complémentaires (se référer au procédures : PS, PCC, PCG, PCA) Mesures à mettre en place dès Type précautions complémentaires suspicion Signalisation /Information Chambre individuelle (ou regroupement géographique) Hygiène s mains Gants Masque Tablier à UU Surblouses manches longues UU Lunettes protection Visiteurs Entretien la chambre Dispositifs médicau Contact (C) Gouttelettes (G) Air (Air) PS + hygiène s mains après tout contact avec l environnement proche/ patient et avant sortir la chambre Particularités : gale, Clostridium difficile PS Particularités : gale, Clostridium difficile PS PS + soins directs PS Particularités : gale, Clostridium difficile PS Hygiène s mains (FHA) Particularités : gale, Clostridium difficile PS Bionettoyage quotidien Particularités : gale, Clostridium difficile PS + matériel dédié ou UU Particularité : Clostridium difficile Oui Oui PS PS PS + masque chirurgical et +/- appareil protection respiratoire (APR) PS Limitation s visites + masque chirurgical + FHA PS Bionettoyage quotidien PS + matériel dédié ou UU Oui, porte fermée Renouvellement l air PS + APR type FFP2 Limitation s visites APR + FHA Déchets DASRI / DAOM selon la nature du déchet Linge PS traitement habituel Particularité : gale PS traitement habituel Vaisselle PS Traitement habituel * PS : Précautions standard PCC, PCG, PCA : précautions complémentaires «contact», «gouttelettes», «air» * FHA : Friction Hydro-Alcoolique *APR : Appareil Protection Respiratoire Page : 14 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

15 Rédiger un protocole d établissement Le faire valir par l instance eperte dans la gestion du risque infectieu CME ou CLIN ou instance selon l organisation arrêtée localement Le diffuser et l afficher Réaliser s affiches à stination du visiteur Réaliser s plaquettes d information (hospitalisation et retour au domicile) à stination s patients Page : 15 / 15 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source.

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» XXIe Journée Annuelle du Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales et associées aux soins et de formation

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire Air ou Gouttelettes 10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Catherine PAYET Antenne Régionale D après un diaporama d Anne BERGER-CARBONNE

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Atelier «Rencontre avec l Expert» Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Béatrice Croze, Christia Gheno, Bruno Jarrige Contexte Sujet d actualité Recommandations SF2H «Air Gouttelettes»

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD" Reims 25/09/2014 Loïc Simon pour le groupe de travail Contexte

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE

INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE 1 R I S Q U E É P I D É M I Q U E I M P O R TA N T E N S T R U C T U R E D H É B E R G E M E N T Trois parties 1 / l a c h a i n e é p i d é m i

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France 1/7 I - L application des mesures en collectivité joue un rôle

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Contexte 2004 : CTINILS demande de la révision des recommandations pour

Plus en détail

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Hélène PADOVANI, Marseille Infirmière hygiéniste Dr Karine BLANCKAERT, Lille Praticien hygiéniste 1 LA MISE À DISPOSITION DES PHA EST

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires Système d'alerte Procédure PC contact Procédure PC gouttelettes Procédure PC Air Elimination des excreta Vérification des mesures BMR Port d'équipement de protection individuelle 20 situations cliniques

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Epidémies Bactéries et virus

Epidémies Bactéries et virus Epidémies Bactéries et virus Prévenir les épidémies en EHPAD 10 février 2015 AKPABIE UHLIN ERX 1 Signaler - IAS - épidémies - MDO AKPABIE UHLIN ERX 1 Plan national d alerte sur les antibiotiques (2011

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Historique CTIN, CCLIN - 1992 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN (1 ère édition)

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Résultats de l enquête

Résultats de l enquête 24 septembre 2015 11 ème journée d automne de l association des hygiéniste de Picardie Résultats de l enquête «Mise à disposition et utilisation des tabliers de protection à usage unique dans les établissements

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée gestion des excreta

Prévention de la transmission croisée gestion des excreta Prévention de la transmission croisée gestion des excreta N. Baghdadi, S. Borms, B. Guery, B. Grandbastien, N. Loukili SF2H Lille 2012 Transmission croisée et excreta Le péril fécal maladies infectieuses

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath

14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014. Francine Delaisements Murielle Siharath 14 ème journée du Réseau Régional d Hygiène - ARLIN de Basse-Normandie 25/09/2014 Francine Delaisements Murielle Siharath CH L Aigle CH Flers QUIZZ Une ou plusieurs réponses possibles Question 1 Les «excreta»,

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée XVI e Congrès s National de la Société Française aise d Hygid Hygiène Hospitalière Reims, les 02 et 03 juin 2005 Problèmes spécifiques d hygid hygiène en structures de soins de suite et de réadaptation

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Etablissements d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes, Foyers d Accueil Médicalisés et Maisons d Accueil Spécialisées, Instituts Médico-Educatifs

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

en guise d introduction.

en guise d introduction. Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité

Plus en détail