L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet"

Transcription

1 L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards d euros et le repli sur un an est de -5,1%. (1) Cette progression mensuelle de l encours est intégralement induite par les performances réalisées durant le mois. Les rendements obligataires des meilleures signatures ont continué de se détendre, tandis que les marchés d actions, d abord entrainés à la baisse, ont vivement rebondi suite aux déclarations du président de la Banque Centrale Européenne en faveur de nouvelles mesures nonconventionnelles de politique monétaire. Les performances délivrées par l ensemble des OPCVM ont permis d engranger +10,1 milliards d euros de gains en juillet. (3) Parallèlement, la baisse de -25pb des taux en zone euro a brisé net la tendance acheteuse de fonds de Trésorerie Régulière. Certains investisseurs, à la recherche d actifs mieux rémunérés, se sont donc tournés vers des fonds aux maturités plus longues et, notamment, des produits de dette d entreprise. L aversion au risque, toujours forte, a continué de tenir les investisseurs à l écart des fonds Actions. Toutes classes d actifs confondues, les souscriptions nettes de juillet ressortent à -163 millions d euros. (2) Les OPCVM de Trésorerie En juillet, l encours des fonds de Trésorerie est resté relativement stable sur un mois à près de 341,5 milliards d euros. Pour autant, les actifs gérés en fonds de Trésorerie Régulière ont enregistré une baisse mensuelle de -0,6%. Ramenée à un total d encours de 318,6 milliards d euros, cette catégorie de fonds a en effet enregistré une décollecte mensuelle quasi inédite pour un mois de juillet, de près de -1,8 milliard d euros. Ces opérations de rachats, étroitement liées aux nouvelles mesures de politiques monétaires décidées par la BCE et leur incidence à venir sur la rémunération des fonds de Trésorerie, brisent net la tendance acheteuse dont bénéficiaient ces fonds depuis plusieurs mois. A contrario, la tendance des opérations menées sur les fonds appartenant aux catégories de Trésorerie Dynamique (TD et TD+) est demeurée acheteuse. Les souscriptions nettes de juillet ont rassemblé +1,6 milliard d euros de flux d investissement, portant la collecte réalisée depuis le début de l année à +3 milliards d euros. L encours de ces catégories de fonds est en nette progression sur un mois (+11%) et rassemble désormais 15,9 milliards d euros. Les autres catégories de fonds de Trésorerie ont enregistré des opérations similaires à celles des mois précédents. A savoir : des rachats de -342 millions d euros en juillet pour les fonds de Trésorerie PEA ; une collecte de +8 millions d euros, certes moins fournie que précédemment, au bénéfice des fonds de Trésorerie Internationale. En début de mois, les taux directeurs de la zone euro ont été abaissés de -25pb. Le taux de refinancement a été fixé à son plus bas niveau historique, à 0,75% et la facilité de dépôt de la Banque Centrale Européenne n offre désormais plus aucune rémunération. A la suite de cette décision, les banques ont donc considérablement réduit leurs dépôts auprès de la BCE, ces derniers passant de 808 milliards d euros à 325 milliards, préférant alors l usage de leur compte courant. La politique monétaire de la BCE a donc toujours du mal à se transmettre à l économie - les conditions d octroi de crédits bancaires ont continué de se durcir au 2 ème trimestre, selon une enquête de la BCE - et de nouvelles mesures d assouplissement sont déjà attendues dans les semaines à venir. Pour l heure, les échanges interbancaires très restreints ont fixé la moyenne mensuelle de l EONIA à 0,18% (-15pb sur un mois) et les primes d émissions offertes par les certificats de dépôts sont en baisse.

2 Conséquence directe de l assouplissement monétaire décidé par la BCE, les rendements offerts par les fonds de Trésorerie Régulière sont en baisse sur un mois mais demeurent globalement en ligne avec le rendement mensuel de l EONIA. La proportion de fonds ayant réalisé un rendement inférieur à celui du taux de référence est d ailleurs en repli par rapport au mois dernier. En revanche, les indices EuroPerformance des catégories TD et TD+ sont en forte hausse sur un mois, tant en absolu que comparativement à l EONIA (+16pb et +24pb, respectivement à celui-ci). L indice des fonds de Trésorerie Internationale progresse de +2,5% porté par la baisse de l euro. Les OPCVM Obligations L encours des OPCVM Obligations enregistre une très forte progression de près de +5% sur un mois. Les actifs sous gestion rassemblent 70,4 milliards d euros. En répercussion de la décision prise par la BCE, et dans un contexte généralisé d aversion au risque, les Etats les mieux notés de la zone euro ont enregistré un très net aplatissement de la partie courte de leur courbe de taux. L Allemagne, la France, les Pays-Bas et l Autriche se financent actuellement à des taux proches de zéro, voire négatifs, sur la partie de la courbe allant jusqu à 2 ans. Sur la partie longue, la détente est également perceptible avec une baisse mensuelle, notamment, de -21pb pour le taux à 10 ans allemand et de -85pb pour le taux à 10 ans français. A contrario, les pays actuellement en difficulté, comme l Espagne et l Italie, ont continué de voir leurs conditions de financement se dégrader. Il aura fallu une déclaration de Mario Draghi, président de la BCE, se prononçant en faveur de nouvelles mesures non-conventionnelles (telles que le rachat d obligations souveraines de court terme) pour endiguer ces tensions en fin de mois. Sur les marchés de crédit, le volume d émissions est à nouveau en baisse sur un mois : après 12,5 milliards d euros émis en juin, ce sont près de 10 milliards d euros qui ont été émis en juillet. Les primes de risque ont néanmoins continué de se resserrer : -6pb en catégorie investissement et -27pb en catégorie spéculative. Dans ce contexte général de détente obligataire, tous les indices de catégorie EuroPerformance ont délivré un rendement mensuel positif. Les plus fortes progressions ont été réalisées par les indices de catégorie Obligations USD (+4,4%) et Obligations Pays Emergents (+3,6%), suivis par les fonds Obligations Europe (près de +2,5%). Comme le mois dernier, les fonds Obligations Haut Rendement ont délivré un rendement de +1,9%. La progression de l indice Obligations Euro a été de +1,5%. L ensemble de ces résultats a permis aux OPCVM Obligations de réaliser un gain mensuel de +1,1 milliard d euros en juillet. De la même manière, la demande pour cette famille de fonds a très nettement rebondi. Après un 2 ème trimestre caractérisé par des demandes de rachats (-1,2 milliard d euros), ce mois de juillet enregistre l afflux de +2 milliards d euros d investissement. Les investisseurs ont très nettement orienté leur allocation vers les produits de dette d entreprise : parmi les catégories de fonds Obligations Euro, les fonds de dette privée ont attiré +973 millions d euros, dont +292 millions d euros échus aux fonds de type «buy and hold» (catégorie Obligations euro à échéance). Dans le même temps, les catégories Obligations Euro de dette d Etat ont recueilli +313 millions d euros. Toutes catégories confondues, la demande en fonds Obligations Euro s est élevée à +1,4 milliard d euros. Les autres catégories de fonds ont également enregistré un net regain d intérêt. C est plus particulièrement le cas des fonds Obligations Internationales qui, après plusieurs mois de décollecte, ont enregistré une demande de +244 millions d euros. Egalement, alors que la demande en fonds Obligations Haut Rendement peinait à se renouveler, les opérations menées en juillet ont fait ressortir une allocation nette de +133 millions d euros. Les fonds Obligations Pays Emergents ont continué de bénéficier d une demande soutenue (+194 millions d euros). Les OPCVM Actions En juillet, cette famille de fonds enregistre une nouvelle progression d encours de +2,5%. La poursuite du rebond permet aux actifs sous gestion d atteindre le niveau de 169 milliards d euros, légèrement supérieur au niveau de fin d année Sur un an glissant, le repli d encours atteint désormais -15%. La publication d un PIB (en rythme annuel) de 1,5% au 2 ème trimestre, contre 2% au trimestre précédent, a confirmé le ralentissement de l économie américaine. En zone euro, la contraction de l activité manufacturière, pour le 11 ème mois consécutif, semble se propager aux économies du nord

3 tandis que la récession en Italie, confirmée par un quatrième trimestre consécutif de baisse du PIB, éloigne les objectifs de réduction du déficit fixé par le gouvernement italien. D abord orientés à la baisse, les marchés d actions ont fini par rebondir sur l impulsion des déclarations du président de la BCE. La tendance s est également inversée sur le marché des changes bien que l euro se soit affaibli face aux principales devises. Sur le mois, les indices larges Stoxx 600 Europe et S&P 500 américain délivrent donc une performance positive de +4,2% et de +3,9% respectivement (en euro) ; l indice MSCI des marchés émergents a fortement progressé de +5% (en euro). Dans ce contexte, toutes les catégories géographiques d OPCVM Actions ont également délivré des performances positives. Ces résultats vont de +2,5% pour l indice de catégorie Actions Asie, jusque +3,9% pour l indice de catégorie Actions Internationales, suivi par l indice Actions Amérique (+3,8%) ; le rendement de l indice Actions Europe s est élevé à +3,2%. L effet marché reste donc fort et permet à nouveau à la famille d OPCVM Actions d engranger un gain de +5,5 milliards d euros. Depuis le début de l année, le total des gains induits par les performances réalisées atteint désormais +14,8 milliards d euros. Dans le même temps, les sorties des investisseurs atteignent désormais -11,2 milliards d euros depuis janvier. La décollecte s est en effet un peu plus accrue avec -1,5 milliard d euros de rachats nets en juillet. La pression vendeuse reste donc toujours aussi soutenue et certaines catégories ont enregistré une progression des rachats par rapport au mois dernier. C est plus particulièrement le cas de la catégorie Actions Internationales (-488 millions d euros de rachats) dont les retraits en fonds Actions Emergents sont toujours aussi étoffés (-239 millions d euros). Egalement, les différentes catégories de fonds Actions Amérique ont enregistré une progression des demandes de rachats, ces dernières ayant rassemblé -384 millions d euros. En revanche le total des retraits enregistrés par les catégories Actions Europe est peu ou prou comparable sur un mois, à -660 millions d euros : seules les catégories de fonds Actions France enregistrent une progression de la décollecte (-499 millions d euros) ; les rachats de fonds Actions Euro et de fonds Actions Europe se sont réduits à -107 millions d euros et -126 millions d euros, respectivement. Sur le mois, seule la catégorie Actions Asie enregistre des retraits limités (-45 millions d euros). Les catégories Actions Thèmes et Secteurs ont attiré +82 millions d euros de flux d investissement nets. Les OPCVM Obligations Convertibles Les fonds Obligations Convertibles ont continué de délivrer des performances positives en juillet, toujours tirés par le rebond des actions et la bonne tenue des obligations d entreprise. L indice EuroPerformance de cette famille de fonds s apprécie de +2,5% et l effet marché permet d engranger un gain de +282 millions d euros. Les demandes de rachats, dont l essoufflement était nettement perceptible le mois dernier, ont fini par laisser place à des flux d investissement : +107 millions d euros ont été collectés. Toutefois, seuls les fonds de catégorie Convertibles Euro ont bénéficié du regain d intérêt des investisseurs. L encours des OPCVM Obligations Convertibles progresse de +2,8% sur le mois et rassemble désormais 11,3 milliards d euros. Les OPCVM Diversifiés Les actifs gérés en OPCVM Diversifiés ont progressé de +2,6% en juillet, pour atteindre 79,8 milliards d euros. Comme le mois dernier, toutes les stratégies de fonds ont délivré une performance positive : celle-ci atteint +3% pour les fonds à dominante Actions ; +2,2% pour les fonds d allocation Mixte ; +1,5% pour les fonds à dominante Taux. L effet marché réalisé par la famille des fonds Diversifiés atteint près de +2 milliards d euros. Du côté de la demande, les investisseurs continuent de privilégier les mêmes fonds d un acteur de taille importante sur ce segment. Dès lors, les catégories de fonds d allocation Mixte rassemblent +398 millions d euros de souscriptions nettes, tandis que les stratégies à dominante Actions et à dominante Taux continuent d enregistrer des retraits (respectivement, -135 millions et -105 millions d euros). La demande en fonds à Horizon est toujours aussi atone.

4 Les OPCVM Performance Absolue Après plusieurs mois de baisse, l encours des OPCVM Performance Absolue est demeuré relativement stable sur un mois, à 28,2 milliards d euros. Cette famille de fonds a en effet bénéficié d une moindre demande de rachats et d un effet marché nettement positif en juillet. Plus en détail, la pression vendeuse s est relâchée et la décollecte n emporte que -140 millions d euros, comparativement aux -508 millions d euros retirés le mois précédent. Seuls les fonds de catégorie Stratégies Directionnelles ont enregistré des retraits équivalents au mois dernier (-119 millions d euros). Quelques fonds des catégories Arbitrage de Crédit (+119 millions d euros) et Autres Stratégies (+100 millions d euros) ont réuni des flux d investissement significatifs, tandis que les rachats de fonds de Multi-Stratégies ont atteint -113 millions d euros. Certaines performances réalisées ce mois-ci ont continué de progresser : c est le cas pour l indice de catégorie Stratégies Directionnelles, tant en relatif à l EONIA qu en absolu (+1,5%), et de l indice des fonds de Multi- Stratégies (+0,3%). En revanche, les fonds d arbitrage ont délivré +24pb au-dessus de l EONIA, contre +32pb en juin. Les OPCVM de fonds Alternatifs En juin, la baisse d encours des fonds Alternatifs s est un peu plus accrue : sur un mois, l encours de ces fonds a perdu -4% et atteint désormais 4,7 milliards d euros. Notamment, les demandes de rachats ont été plus étoffées que le mois précédent en rassemblant -129 millions d euros. Les performances ont pourtant fini par rebondir et l indice de catégorie Multi-Stratégies est ressorti en ligne avec le rendement de l EONIA (contre près de -110pb le mois précédent). Les OPCVM Garantis ou à Formule Les fonds assortis d une Garantie Totale du capital et actuellement ouverts à la souscription ont rassemblé +237 millions d euros de flux d investissement comparables à ceux du mois dernier. Parallèlement, les fonds auxquels il n est plus possible de souscrire ont enregistré des retraits de -505 millions d euros. Soutenus par des performances positives, les actifs gérés en fonds à capital garanti sont restés stables sur un mois à 45,8 milliards d euros. L encours des fonds de Garantie Partielle est également stable à 3 milliards d euros, les rachats (-52 millions d euros) ayant été en partie compensés par les performances délivrées. De la même manière, la faible demande de fonds à Formule (+5 millions d euros) est compensée par l effet marché de +107 millions d euros : ces fonds rassemblent 6,6 milliards d euros d encours. Les OPCVM Matières Premières Cette famille de fonds enregistre une très forte progression d encours sur un mois, grâce aux résultats de collecte d une gamme de fonds. L encours atteint désormais 862 millions d euros. Les souscriptions nettes ont rassemblé +128 millions d euros et les performances positives ont permis d engranger +49 millions d euros. La Gestion Passive En juillet, la gestion passive enregistre une progression de +3,2% de son encours, à 54,7 milliards d euros, qui s accompagne d un regain d intérêt des investisseurs, notamment pour les produits de taux. Les ETFs et fonds indiciels sur Obligations ont en effet bénéficié d une allocation de +510 millions d euros, contre des rachats continus depuis 5 mois. A contrario, les fonds Actions ont continué d enregistrer des retraits : ces derniers, en ayant rassemblé -307 millions d euros, sont un peu plus prononcés que le mois dernier. Plus spécifiquement, les ETFs à effet de levier (leverage et short) ont capté +70 millions d euros de souscriptions nettes entièrement dévolus aux fonds short des marchés d actions. Toutes classes d actifs et types de fonds confondus, la gestion passive enregistre +320 millions d euros de collecte en juillet.

5 L Investissement Socialement Responsable A la différence de l évolution globale du marché, la gestion ISR enregistre une baisse d encours de - 1,3% ramenant le total des actifs sous gestion à 43,7 milliards d euros. Les fonds de Trésorerie ISR n ont pas échappé aux demandes de rachats (-880 millions d euros), tandis que les fonds Obligations ont continué d enregistrer une faible demande (+13 millions d euros). Le courant vendeur de fonds Actions ISR emporte -35 millions d euros ce mois-ci. Toutes classes d actifs confondues, c est une décollecte de -911 millions d euros qui caractérise les opérations menées en juillet sur la gestion ISR. Les OPCVM Profilés L encours des fonds Profilés a progressé de +1,4% en juillet, pour atteindre 40,9 milliards d euros. Toutes les catégories de fonds ont néanmoins continué d enregistrer des rachats, dont le total atteint millions d euros. Les performances ont permis d engranger +1 milliard d euros. (1) Les encours des OPCVM Trésorerie, Obligations, Actions, Obligations Convertibles, Diversifiés, Performance Absolue, Garantis et Matières Premières sont arrêtés au titre du mois M. L encours des OPCVM de fonds Alternatifs est à M-1. (2) Les souscriptions nettes s entendent hors OPCVM de fonds Alternatifs. Elles sont évaluées à partir de la variation du nombre de parts multipliée par la valeur liquidative moyenne. (3) La performance s entend hors OPCVM de fonds Alternatifs. Elle est évaluée en milliards d euros à partir de la variation des valeurs liquidatives multipliée par le nombre de parts moyen. Alexandre CASSAN Chargé d études Tel : Sabrina MACAIRE Responsable Communication Tel : Port :

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin juin

L évolution du marché des OPCVM à fin juin L évolution du marché des OPCVM à fin juin Le marché des fonds de droit français enregistre un recul d encours de -1,4% en juin, l équivalent de 11 milliards d euros de moins par rapport à fin mai. La

Plus en détail

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Avril 2014 L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014 Pour le 3 ème trimestre d affilé, le marché des fonds de droit français demeure orienté à la hausse.

Plus en détail

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Avril 2015 L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015 Au terme de ce 1 er trimestre, les encours de gestion collective rejoignent un niveau qu ils n avaient

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

BILAN 2012 DE LA GESTION COLLECTIVE. Rédacteur : Alexandre Cassan

BILAN 2012 DE LA GESTION COLLECTIVE. Rédacteur : Alexandre Cassan BILAN 212 DE LA GESTION COLLECTIVE Rédacteur : Alexandre Cassan Janvier 213 SOMMAIRE Périmètre de l étude page 5 Synthèse page 6 LES FAMILLES DE FONDS OPCVM Trésorerie page 22 OPCVM Obligations page 3

Plus en détail

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 3 ème TRIMESTRE 2015

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 3 ème TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Octobre 2015 L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 3 ème TRIMESTRE 2015 Le marché des fonds de droit français continue de se replier. Après une baisse de -2% au 2 ème trimestre,

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2012

Résultats du 1 er trimestre 2012 Résultats du 1 er trimestre 2012 Bonne performance de l offre 100 % en ligne Poursuite de la conquête bancaire en France 17 000 nouveaux comptes courants 13 400 nouveaux comptes d épargne bancaire Forte

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Présentation de la situation des placements mobiliers

Présentation de la situation des placements mobiliers Présentation de la situation des placements mobiliers Assemblée générale des délégués 2011 Portefeuille investi de la CARMF au 31 décembre 2010 PORTEFEUILLE TOTAL : 4,56 milliards d euros Une gestion de

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Septembre 2007 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital

VOTRE RÉFLEXE. octobre. Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital Fonds à formule Présentant un risque de perte en capital PEA, compte-titres, assurance-vie (y compris Fourgous), PERP airbag octobre 2015 VOTRE RÉFLEXE ÉPARGNE Commercialisation du 28 septembre au 12 décembre

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Efigest Valeurs FR0010507434. Rapport de Gestion arrêté au 31 Octobre 2007

Efigest Valeurs FR0010507434. Rapport de Gestion arrêté au 31 Octobre 2007 Efigest Valeurs FR0010507434 Rapport de Gestion arrêté au 31 Octobre 2007 Sommaire Contexte Général du Marché des Actions Gestion d Efigest Valeurs Répartitions du Portefeuille Répartitions du Portefeuille

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs.

Elle s effectuera sans frais et n aura aucune incidence sur la date de disponibilité de vos avoirs. Lettre d information relative à la transformation du FCPE «Destination bon port» en FCPE nourricier du Fonds d Investissement à Vocation Générale (FIVG) Maître «MONESOR» A Malakoff, le 22/04/2015, Madame,

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente Éligible PEA La recherche de la performance passe par une approche différente FIDELITY EUROPE : UNE GESTION Sur la durée, on constate qu il est difficile pour les Sicav de battre les indices des grandes

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Communiqué de Presse. Le Groupe Crédit du Nord enrichit ses offres assurance vie et PERP

Communiqué de Presse. Le Groupe Crédit du Nord enrichit ses offres assurance vie et PERP Communiqué de Presse Le Groupe Crédit du Nord enrichit ses offres assurance vie et PERP Paris, le 24 novembre 2004 Le Groupe Crédit du Nord (banques Courtois, Kolb, Nuger, Laydernier, Rhône-Alpes, Tarneaud

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Tresorerie

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Résultats du 2 ème trimestre 2011

Résultats du 2 ème trimestre 2011 Résultats du 2 ème trimestre 2011 Des résultats en croissance, soutenus par l activité bancaire RNPG T2 2011 : 11,7 M, +21 % RNPG S1 2011 : 22,8 M, +27 % Produit net bancaire 52,9 55,4 5 % 100,8 112,2

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Nouveau schéma versus ancien schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Nouveau schéma versus ancien schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Nouveau schéma versus ancien schéma NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Trésorerie

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI 12 juin 215 Résultats de l enquête - Juin 215 Graphique du mois... Les délais de paiement des clients tendent à remonter Soldes : 18 4

Plus en détail

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 ENTREPRISES Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 Conformément aux dispositions de l article R. 3332-1 du Code du travail,

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Livret Vie. Un cadre fiscal avantageux. Un livret en toute simplicité. Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien.

Livret Vie. Un cadre fiscal avantageux. Un livret en toute simplicité. Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien. Livret Vie Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien. Livret Vie est un contrat d assurance-vie sans frais sur versements qui vous permet de disposer d une réserve d'épargne pour financer

Plus en détail

Les produits proposés aux entreprises

Les produits proposés aux entreprises ENTREPRISES ASSOCIATIONS PLACEMENTS GESTION DE TRÉSORERIE PLACEMENTS CŒUR DE GAMME Les produits proposés aux entreprises 2 Le compte à terme Notre gamme de comptes à terme permet d optimiser la rémunération

Plus en détail

Groupe de travail «Billets de trésorerie»

Groupe de travail «Billets de trésorerie» Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Groupe de travail «Billets de trésorerie» Jeudi 6 février 2014 Constats Constats issus des enquêtes réalisées par l AFG, l AF2I,

Plus en détail

Indicateur mondial de la multi gestion

Indicateur mondial de la multi gestion Indicateur mondial de la multi gestion (8ème vague - Juin 4) Contacts TNS Sofres : Frédéric CHASSAGNE / Dawn WALKER : 1 92 45 37 / 46 4 Contrat 15EE5 Département Communication & Finance SOMMAIRE Méthodologie...

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 1. PLACEMENTS COURT TERME 1.1 Fonds monétaire Ces placements permettent d optimiser la gestion de trésorerie sur un horizon 1 à 15

Plus en détail

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI

France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI France : enquête de la trésorerie sur les grandes entreprises et des ETI 14 avril 214 Résultats de l enquête - Avril 214 Graphique du mois... Les marges bancaires sur les crédits aux grandes entreprises

Plus en détail

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 31, rue des Poissonniers - 92200 Neuilly-sur-Seine tel.: 01 55 62 19 80 - fax : 01

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014

FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 FOCUS PRESSE SOLUTIONS DE TRESORERIE NOVEMBRE 2014 Baisse des taux directeurs, Eonia négatif, chute des rendements quelles stratégies adopter pour la gestion de trésorerie? Eclairage avec Jean-Thomas Heissat,

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 11 septembre 2013 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX ÉMISSIONS DE TITRES DE LA ZONE EURO JUILLET 2013 Le taux de variation annuel

Plus en détail

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014

Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 Situation d un échantillon de groupes d assurance actifs en France à fin 2014 N 45 Mai 2015 1 SOMMAIRE 1. DES RÉSULTATS TIRÉS PAR L ASSURANCE DE PERSONNES... 5 1.1 Des résultats en progression dans le

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Avril 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail