Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité"

Transcription

1 Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité Sandra DAVID TCHOUDA Cellule innovation CHU Grenoble Plan Bref rappel sur l essai de supériorité Introduction aux essais de non inf. / équ. Calcul du nombre de sujet dans l essai de non inf. / équ. Population d analyse et autres aspects du protocole dans l essai de non inf. / équ. Seuil de non infériorité / marge d équivalence Comparaison indirecte et essais de non inf. / équ. Exemple : l harpagophyton dans l arthrose Inconvénients/ contraintes d un essai de non inf. / équ. BPC des essais de non inf. / équ. Bibliographie 2 1

2 Rappel sur l essai de supériorité 3 L essai de supériorité (1) : but / limites LE Gold Standard des études en recherche clinique : Essai randomisé, contrôlé versus Placebo (ou ttt de ref), en double aveugle, multicentrique. Pourquoi le contrôle? l'évolution spontanée de la maladie, la régression vers la moyenne, l'effet placebo. Permet, avec une taille d'échantillon minimale (différentiel d'efficacité maximisée sup), de démontrer la supériorité de l'intervention testée. Mais problèmes éthiques et pratiques : Biais de déception : recrutement difficile quand le patient sait qu'il peut être dans un bras «placebo», Arrêts de traitement plus fréquents si inefficacité perçue. 4 2

3 L essai de supériorité (2) : design habituel contrôle Biais d'attrition ITT Grp T Critère Randomisation Groupe comparable Maintien de la comparabilité Grp C Critère Biais de sélection Biais de réalisation Biais de subjectivité Randomisation Double aveugle 5 L essai de supériorité (3) : Test statistique : interprétation Différence observée Test p < 5% p > 5% Il est peu probable que la différence observée soit due au hasard Différence significative la probabilité que la différence observée soit due au hasard est forte Différence non significative (NS) 6 3

4 L essai de supériorité (4) : Test statistique : différence NS? Résultat NS Absence réelle d'effet? Manque de puissance Impossible de conclure Bcp de sujets, faible variabilité alors absence d effet probable mais non démontré Peu de sujets et / ou forte variabilité : on ne peut rien dire sinon qu il ne fallait pas faire l étude dans ces conditions (échec programmé ) L absence de preuve n est pas une preuve de l absence d effet thérapeutique... 7 Alternatives à l essai de supériorité Essai de supériorité : B est plus efficace que A. L'essai de supériorité demande de définir une différence minimale d'efficacité sup que l'on veut mettre en évidence avec une puissance suffisante (calcul de taille d'échantillon). Essai d'équivalence : B et A sont thérapeutiquement équivalents. Essai de non-infériorité : B n'est pas plus «mauvais» que A. Ce type d essai demande de définir une marge d'équivalence à partir d'une grandeur eq qui correspond à la plus grande perte d'efficacité que l'on peut tolérer pour conclure que l'un des traitements n'est pas inférieur à l'autre. eq < sup. 8 4

5 Introduction à l essai de non inf. / équ. 9 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq.(1) Les essais de non infériorité («non-inferiority trial»), parfois appelé par abus de langage essais d équivalence («equivalence trial»), sont de plus en plus fréquents dans l évaluation clinique des nouveaux ttts. Malgré tout, méthodologie et techniques statistiques relativement peu connu depuis 30 ans (Blackwelder 1982). De fait, des nouveaux traitements peuvent être acceptés sur la base d essai «d équivalence» discutable par méconnaissance des pièges et des spécificités de ce type d étude (Jones 1996). En particulier, le processus décisionnel nécessite l introduction d un seuil d équivalence choisi arbitrairement. Or de la valeur de ce seuil dépend le résultat de l essai. 10 5

6 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq. (2) L essai de «non infériorité» ne permet pas de conclure que le nouveau ttt a une efficacité identique à celle du ttt de référence mais simplement qu il a une efficacité «suffisante». L essai de non inf. permet d exclure que le nouveau ttt entraine une perte d efficacité sup. à une certaine limite, fixée a priori et qui est devrait être la plus grande perte d efficacité cliniquement négligeable On peut seulement raisonnablement éliminer la possibilité que le nouveau ttt soit significativement moins efficace que le ttt de référence. 11 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq. (3) A l issu d un essai de non inf. concluant, rien ne permet d exclure que le nouveau ttt soit en réalité moins efficace que le ttt de référence. seule chose acquise (avec un risque α de 5%) : la perte d efficacité est inf. à la limite que les investigateurs ont choisis et sont donc prêts à perdre compte tenu des avantages qu offre le nouveau ttt par ailleurs. 12 6

7 Justification d'un Essai de Non-Inf. / Eq. Préalable : Il existe un traitement comparateur de référence ayant fait la preuve de son efficacité contre placebo. L'innovation n'est pas supérieure en efficacité, mais apporte d'autres avantages : Avantage en terme de tolérance Fréq. des effets secondaires moindre, ou moins graves Facilité d utilisation plus grande : voie d adm. plus simple (par exemple orale vs IV ) dose unique à la place d un ttt de plusieurs jours absence d ajustement de dose Inconvénients plus faibles : ttt médical à la place d un ttt chirurgical chirurgie moins délabrante / radiothérapie moins prolongée Coût plus faible 13 Essai de non infériorité (1) : hypothèses On veut montrer que deux traitements sont comparables, mais on accepte que le nouveau ttt fasse un peu moins bien que celui de référence : = µ 1 -µ 0 > - eq. H0: - eq (ttt innovant inférieur à la référence). H1: > - eq (non-infériorité du ttt innovant). 14 7

8 Essai de non infériorité (2) : démonstration et son IC On «déplace» la valeur de référence de notre échelle : ce n est plus «0», c est «- eq» 15 Essai d équivalence (3) : hypothèses On veut montrer que = µ 1 -µ 0 < eq H0 : - eq ou eq (non équivalence de l innovation). H1 : - eq < < eq (équivalence). Essai de non infériorité «bilatéral» 16 8

9 Essai d équivalence (4) : démonstration 17 Calcul du nombre de sujet 18 9

10 Paramètres nécessaires au calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq. Le calcul dépend : Du risque d erreur α de rejeter H0 à tort, Du défaut de puissance ß ( puissance = 1 ß) à montrer l'équivalence/non-infériorité quand elle existe, De la différence δ d'efficacité entre les deux traitements (en général, on postule δ = 0), De la variabilité de cette différence σδ (dans le cas d une variable continue), De la marge d'équivalence choisi : eq. 19 Formules nécessaires au calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq. Dans le cas d'une différence de moyennes : Supériorité : N = 2 σ² / sup² (Z 1-α/2 + Z 1-ß )² Equivalence : N = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z 1-α + Z 1-ß /2 )² Non-infériorité : N = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z 1-α + Z 1-ß )² Comme sup >> eq, les tailles d'échantillon sont plus importantes en non-infériorité qu'en supériorité

11 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (1) Etude Telediab 3 Démontrer que le recours à une plateforme en TM pour l échange d informations entre diabétologue et patient DID1 n est pas inférieur à une prise en charge conventionnelle (consultations itératives) Critère de jugement : HbA1c à 12 mois (var continue) Le seuil de non infériorité = 0,15%, pour une HbA1c attendue de 8,5 % à 12 mois (ET=0,5%). (logiciel NQuery) 21 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (2) Nbre pour essai de non inf (Etude Telediab 3) Test significance level, alpha (one-sided) 0,050 0,050 0,025 Equivalence limit difference, D 0 0,000 0,000 0,000 Expected difference, D 1 0,150 0,150 0,150 D 0 -D 1-0,150-0,150-0,150 Common standard deviation, s 0,500 0,500 0,500 Effect size, d= D 0 -D 1 /s 0,300 0,300 0, N per group

12 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (3) Nbre pour essai d équivalence (Etude Telediab 3) alpha (one-sided) 0,050 0,050 0,025 Lower equivalence limit, DL -0,150-0,150-0,150 Upper equivalence limit, DU 0,150 0,150 0,150 Expected difference 0,000 0,000 0,000 Common standard deviation, s 0,500 0,500 0,500 Power ( % ) n per group Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (4) Ex fictif avec une variable qualitative : (Calcul sous explorer basée sur l'utilisation de la différence des risques) Soit 45 % le taux de succès attendu avec un ttt A de référence On veut démontrer qu un ttt innovant B ne sera pas inférieur à A en acceptant une limite de non infériorité de 10 % (RRR de 25% ) Alpha = 0,05 (one-sided par défaut), puissance 90% (80%) N= 424 sujets (307 sujets par groupe) par groupe 24 12

13 Population d analyse et autres aspects du protocole dans l essai de non inf. / equ. 25 Population d analyse de l Essai de Non-Inf. / Eq. (1) Analyse en Intention de Traiter (ITT) : tous les patients randomises, dans leur groupe de randomisation. Recommandée pour l'essai de supériorité, déconseillée en équivalence. Analyse Per Protocole (PP) : analyse sur les patients n'ayant pas eu de changement/arrêt de traitement, ni violation de protocole. Recommandée en équivalence, et à compléter par une analyse ITT 26 13

14 Population d analyse de l Essai de Non-Inf. / Eq. (2) : justif. ITT : déviations au protocole semblables -en principe- dans les 2 groupes homogénéisation des réponses diminution de l'efficacité estimée. Souhaitable en supériorité (attitude la plus conservatrice). PP augmentation du contraste entre les groupes attendue. Souhaitable (attitude la plus conservatrice) en équivalence. Avec le risque de surestimation de l'efficacité d'un ttt où les nonrépondeurs arrêteraient systématiquement (i.e. risque de conclure à la non-infériorité alors qu'il y avait infériorité : inflation du risque d erreur) Les essais d'équivalence/non-infériorité doivent se faire en PP, et il est primordial de décrire cette population PP aussi 27 Aspects du protocole de l Essai de Non-Inf. / Eq. Essais très sensibles à la qualité du protocole. Calquer l'essai qui a établi la supériorité du ttt de référence (démontrer l'équivalence du nouveau ttt dans le contexte où on sait le ttt de référence efficace). Mêmes critères d'inclusion, mêmes patients que dans l essai de supériorité, même critère de jugement, Bon choix du traitement de référence, Bon choix de la marge d'équivalence eq. Objectifs secondaires sur la supériorité du nouveau ttt (EI, facilité, cout ) +++ Pose le problème des tests multiples Augmenter la puissance peut pallier l inflation possible du risque alpha 28 14

15 Rappel Critère clinique - critère intermédiaire Hypertension Objectif thérapeutique Prévenir les accidents cardiovasculaires Critère clinique accidents cardiovasculaires pression artérielle = critère intermédiaire (critère de substitution) 29 Dogme Passage non-infériorité supériorité : Non-infériorité démontrée, δ > 0 (par intervalle de confiance, ou par test statistique de supériorité ). Le mettre en objectif secondaire Passage supériorité non-infériorité : jamais

16 Seuil de non infériorité / marge d équivalence 31 Seuil de non-infériorité / marge d équ. eq La signification du seuil est importante: Il s agit de la plus grande perte d efficacité par rapport au ttt de référence que l on consent. Par exemple, un seuil relatif de 10% signifie que l on considérera le nouveau ttt comme «équivalent» (non inférieur) tant que son efficacité ne sera pas inférieure, en relatif, de 10% à celle du ttt de référence. Au maximum, le nouveau ttt, déclaré comme «équivalent», pourra entraîner une augmentation relative de la fréquence du critère de jugement de 10%. Apparaît ici l ambiguïté du terme «non inférieur» (ou équivalent). Si le seuil choisi correspond à une perte importante d efficacité, dire que le nouveau ttt est «non inférieur» est un abus de langage. Admettre «l équivalence ou la non inf.» de deux traitements, c est accepter que le nouveau ttt soit d une efficacité potentiellement inférieure à celle du ttt de référence

17 Choix de eq Détermination de la borne eq Certains pense qu il est préférable d exprimer eq non pas en différence absolue mais en risque relatif Ex : hypothèse de 5 % d échecs, borne eq identique mais exprimée différemment en : En différence absolue : eq = + 1% En risque relatif eq = +1% de 5% = 6%/5% = 20 % d augmentation du risque, soit RR = 1,2. De fait, le RR tient compte des incidences réellement observées 33 Choix de la marge d équivalence (1) : qui? Bouvenot & Villani : La méthode consiste à faire définir par les cliniciens (et non par les statisticiens), une zone dite d'équivalence, c'est-à dire un intervalle dans lequel il est raisonnable que se situe la différence d'effet observée entre les deux ttts, si l'on admet qu'ils sont également efficaces. D'Agostino : To the dismay of some (clinicians?), the statisticians seem to have taken control of this issue. EMEA* : The selection of the non-inferiority margin is based upon a combination of statistical reasoning and clinical judgement. *EMEA : Agence Européenne du médicament (EMEA) 34 17

18 Choix de la marge d équivalence (2) : comment? Deux contraintes : Montrer que le traitement évaluée à une efficacité non nulle (i.e. supériorité par rapport au placebo) étape statistique inutile si validation interne (bras placebo), Montrer qu'il n'est pas inférieur au traitement de référence étape clinique : eq doit être «cliniquement négligeable» En pratique, énorme variabilité dans les méthodes de détermination de eq. et dans les recommandations officielles sur ces méthodes 35 Interprétation des résultats d un essai de Non-Inf. / Eq. La décision de conclure à la non-infériorité (du nouveau ttt par rapport au ttt de référence), s effectuera en comparant la borne «adéquate» de l IC avec le seuil de non-infériorité choisi. Un IC unilatéral à 97.5% est utilisé. Cet ICcorrespond à un risque alpha de 2.5% (ou 5% one-sided). Cohérence avec l essai de supériorité. En effet avec un test bilatéral et un risque alpha de 5% (test classiquement utilisée pour les essais de supériorité), le risque alpha rattaché à la conclusion de supériorité est de 2.5% (cf. test unilatéraux/bilatéraux). Avec un intervalle unilatéral à 97.5% dans l essai de non infériorité, le risque de conclure à tort à la non infériorité est donc aussi de 2.5%, ce qui assure une cohérence entre les 2 approches

19 Extrapolation à l essai de non inf. / équ. Par comparaison indirecte 37 Comparaison indirecte et essai de non inf. (1) L interprétation du résultat d un essai de non-infériorité peut se ramener à un problème de comparaison indirecte. Cette approche de l équivalence consiste à extrapoler l efficacité du nouveau ttt par rapport au placebo (putatif) à partir de 2 essais. l estimation de l efficacité du ttt de référence par rapport au placebo (essai de supériorité ou d équivalence) l estimation de l efficacité du nouveau ttt par rapport au traitement de référence (essai de supériorité non concluant). Cette efficacité extrapolée permet ensuite: de s assurer que le nouveau traitement fait mieux que le placebo. de comparer le nouveau ttt au ttt de référence, en termes d équivalence

20 Comparaison indirecte et essai de non inf. (2) : exemple Extrapolation à partir des var(log RR) : var(log RR N vs PBO ) = var(log RR C vs PBO ) + var(log RR N vs C ) RR (IC à 95%) log(rr) var(log RR) Comparateur vs placebo (C vs PBO) 0,70 (0,55;0,89) -0,357 0,0149 Nouveau ttt vs comparateur (N vs C) 1,02 (0,87;1,20) 0,020 0,0065 (N vs PBO) (extrapolation) 0,71 (0,54;0,95) -0,337 0, Comparaison indirecte et essai de non inf. (3) : exemple C vs PBO N vs C N vs PBO Risque relatif Ce graphique montre ainsi, que le nouveau ttt est supérieur au placebo. Son efficacité est très certainement proche de celle du ttt de référence. Mais il n est pas possible d exclure avec certitude une efficacité moindre, visualisée par une borne supérieure de l IC du nouveau traitement plus élevée que celle du traitement de référence (0,95 à la place de 0,89). À partir de là, calcul possible de la perte réelle d efficacité 40 20

21 Comparaison indirecte et essai de non inf. (3) : calcul de la perte réelle d efficacité RRR de N = 5% (100-0,95) (borne sup IC 0,95) RRR de C = 11% (100-0,89) RRR de N représente 45% de la RRR de C (5/11=45%), soit une perte de 55% de l efficacité de C. On ne peut raisonnablement exclure que le N ne développe que 45% de l efficacité du traitement de référence C vs PBO N vs PBO RRR 11% 5% 1.00 Perte d efficacité consentie 41 Exemple d un essai de non inf. : l'harpagophyton dans l'arthrose 42 21

22 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (1) Extrait de l article : Leblan D, Chantre P, Fournié B. Harpagophytum procumbens in the treatment of knee and hip osteoarthritis. Fourmonth results of a prospective, multicenter, double-blind trial versus diacerhein. Joint Bone Spine. 2000;67(5):462-7 Laboratoires Arkopharma, Carros, France. OBJECTIVE: To evaluate the efficacy and safety of Harpagophytum in the treatment of hip and knee osteoarthritis comparatively with the slow-acting drug for osteoarthritis, diacerhein. primary evaluation criterion was the pain score on a visual analog scale PATIENTS AND METHODS: A multicenter, randomized, double-blind, parallel-group study was conducted in 122 patients with hip and/or knee osteoarthritis. Treatment duration was four months Harpagophytum 2,610 mg per day vs diacerhein 100 mg per day. 43 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (2) Le but de cet essai était démontrer l efficacité de l'harpagophyton dans l'arthrose sur une durée de ttt suffisamment longue = quatre mois. pas de groupe placebo dans cette étude (arguments des auteurs: il est souvent difficile de recruter des patients lorsqu'ils sont informées du risque -égal à 50 %- d'être dans un groupe placebo, et ce d'autant plus que la durée de traitement est particulièrement longue ) ttt de ref? Il a donc été choisi comme traitement comparateur un antiarthrosique d'effet différé et prolongée de référence : la diacerhéine, qui a fait l'objet de nombreux essais cliniques, démontrant son efficacité à la fois dans des études contre placebo ou contre AINS 44 22

23 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (3) L'hypothèse principale à tester était la suivante : essai d'équivalence unilatérale ou de non infériorité de l'harpagophyton par rapport a la diacerhéeine sur la douleur spontanée mesurée a l'aide d'une EVA (100 mm). En posant l'hypothèse que la différence vraie entre les traitements était nulle avec un eq de 10 mm (sur l EVA) et un écart type de σ 18 mm, un test d'équivalence unilatéral avec un risque α à 0,05, un risque ß à 0,10, nécessitait l'inclusion de 56 patients par groupe : n = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z1-α+ Z1-ß)² = 2(18)² / 10² (1,64+1,28)² = 55,5 Sur NQuery : 70 sujets par groupe 122 patients ont été randomisées dont 92 ont terminée l'essai conformément au protocole. 45 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (4) Les auteurs ont mesuré l'évolution de la douleur entre l'inclusion et M3. Comme une différence négative indique une diminution de la douleur, un δ négatif indique qu'harpagophyton est plus efficace que la Diacerhéeine pour diminuer la douleur. La non-infériorité est rejetée si l'intervalle de confiance coupe la valeur eq = +10. Analyse Harpagophyton Diacerhéeine δ IC90% PP -30,6 mm -25,5 mm -5,1 (-13,1 ; 3,0) ITT -28,8 mm -22,1 mm -6,7 (-14,2 ; 0,9) CONCLUSION: In this study, Harpagophytum was at least as effective as a reference drug (diacerhein) in the treatment of knee or hip osteoarthritis and reduced the need for analgesic and nonsteroidal anti-inflammatory therapy 46 23

24 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (5) RESULTS: After four months, considerable improvements in osteoarthritis symptoms were seen in both groups, with no significant differences for pain, functional disability, or the Lequesne score. However, use of analgesic (acetaminophen-caffeine) and nonsteroidal anti-inflammatory (diclofenac) medications was significantly reduced in the Harpagophytum group, which also had a significantly lower rate of adverse events. Avantages comparés Significativement moins d'ains dans le groupe harpagophyton. Significativement moins de patients avec EI dans le groupe harpagophyton. 47 Conclusion: les contraintes à retenir 48 24

25 Inconvénients de l essai de Non-Inf. (1) Un essai d équivalence ou de non infériorité nécessite un plus grand nombre de patients, simplement pour le critère principal Les objectifs secondaires peuvent aussi faire croitre les effectifs Il est moins spectaculaire Difficulté à publier 49 Inconvénients de l essai de Non-Inf. (2) Un essai d équivalence ou de non infériorité au niveau du critère principal impose un test de supériorité sur un critère secondaire Il doit mettre en avant l avantage du nouveau ttt EX : équivalence sur le contrôle tensionnel en CJP Gain sur la qualité de vie, les coûts, les effets secondaires en CJS 50 25

26 rappel sur les tests multiples Aux dés, la probabilité d obtenir un six est plus forte avec 3 dés qu avec un seul Test 1 Test 2 Test 3 Test 4 Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% n risque global Globalement, le risque de conclure à tort à une différence lors de ces 4 comparaisons est bien plus important que 5%. Inflation du risque alpha Contraintes de l essai de Non-Inf. (3) Un essai d équivalence ou de non infériorité doit a priori s analyser en per protocole plutôt qu en intention de traiter L analyse en intention de traiter minimise la différence entre A et B C est un atout en essai de supériorité C est un biais possible en équivalence Il suffit de saborder la prise en charge du groupe de référence pour démontrer la non infériorité 52 26

27 BPC des essai de non inf. / equ. 53 Essai de non inf / revue littérature : Le Henanff, A. et al. JAMA 2006;295: Methodological Quality of Reports of Randomized Controlled Trials of Noninferiority or Equivalence Copyright restrictions may apply

28 Le Henanff, A. et al. JAMA 2006;295: (suite et fin) Practical Recommendations for Planning and Reporting the Analysis of Data From Noninferiority or Equivalence Trials. Copyright restrictions may apply. 55 CONSORT Group Consolidated Standards of Reporting Trials» un panel d experts en méthodologie des essais cliniques Première version en 1996 rédigée par le Groupe CONSORT

29 Bibliographie du cours Bibliographie Les essais thérapeutiques (définition et lecture critique) D'Agostino RB, Massaro JM, Sullivan LM. Non-inferiority trials: design concepts and issues - the encounters of academic consultants in statistics. Statist. Med. 2003;22: Elie C, De Rycke Y, Jais JP, et al. Aspects méthodologiques et statistiques des essais d'équivalence et de non-infériorité. RESP. 2008;56: EMEA/CHMP. Points to consider on switching between superiority and noninferiority. July EMEA/CHMP. Guideline on the choice of the non-inferiority margin. July 2005 Je remercie les 3 personnes suivantes pour leurs enseignements relatifs à l essai d équivalence ou de non infériorité dont je me suis inspiré : Jean-Luc BOSSON (CIC Grenoble) Michel CUCHERAT (HCL Lyon) Lionel RIOU FRANCA (Inserm U669) 57 29

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

ESSAIS ADAPTATIFS. Raphaël Porcher. Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris

ESSAIS ADAPTATIFS. Raphaël Porcher. Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris ESSAIS ADAPTATIFS Point de vue «académique» Raphaël Porcher Université Paris Diderot, UMR-S717, Hôpital Saint-Louis Paris 18 èmes Journées des Statisticiens des CLCC Lille, 16 juin 2011 Définition* Méthode

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director Vos Responsabilités en Matière de Pharmacovigilance Notification Spontanée d'événements Indésirables Formation 2 Notification Spontanée d Événement Indésirable

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Déclaration de Conflits d intérêt Xavier Laroche: je suis employé de

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

La Gestion des Données Cliniques

La Gestion des Données Cliniques La Gestion des Données Cliniques Khaled Mostaguir, Ph.D, khaled.mostaguir@hcuge.ch Centre de Recherche Clinique HUG http://crc.hug-ge.ch/ La gestion des données clinique Le gestion des données au sein

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

TMS les données belges relatives à la lombalgie

TMS les données belges relatives à la lombalgie TMS les données belges relatives à la lombalgie Pr Philippe Mairiaux Université de Liège «Comment prévenir les TMS?», Bruxelles, 22 octobre 2007 Epidémiologie de la lombalgie en population générale (Inserm

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article

Objectifs pédagogiques Lecture critique d article Objectifs pédagogiques Lecture critique d article groupe V Evaluer les applications cliniques Evaluer les applications cliniques 21 ) Discuter la ou les décisions médicales auxquelles peuvent conduire

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015

Orientations de l'appel à projets Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie PRME K 2015 Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015 Références : Instruction n DGOS/PF 4/2014/349 du 19 décembre 2014 relative aux programmes de recherche

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Méthodologie des Essais thérapeutiques

Méthodologie des Essais thérapeutiques Objectifs pédagogiques Méthodologie des Essais thérapeutiques Dr MC Picot - CHU Montpellier Dr P. Fabbro-Peray - CHU Nîmes MB6 2010-2011 Citer les différentes phases de l expérimentation thérapeutique

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES

EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : «Applied Multivariate Statistical

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 16 novembre 2011 a fait l objet d une audition le 1 février 2012 XEPLION 25 mg, suspension

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS INTERVENTION POUR PRÉVENIR LES TMS CHEZ LES UTILISATEURS DE TEV DANS UNE GRANDE ENTREPRISE DE SERVICE ROBERT ALIE Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie 12, rue Beauregard,

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traiter un symptôme Position du problème Ampleur de la plainte Histoire naturelle Mode de prise en charge actuelle Règles hygiéniques Rééducation

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois Correspondance : Pr Robert LAUNOIS 28 rue d Assas 75006 PARIS Email : launois.reesfrance@wanadoo.fr - Site internat : http://www.rees-france.com

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM?

Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM? Evaluation méthodologique des projets CPP ou ANSM? Philippe RUSCH CPP Sud-Est 1 Représentant des CPP à Bruxelles : SANCO «Ad-hoc group on the implementation of the 'Clinical Trials Directive' 2001/20/EC»

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? QUEL AVENIR POUR LA PHARMACIE HOSPITALIERE EN SUISSE? Regard critique sur nos filières de formation Symposium GSASA, Berne, 12 mai 2009 André Pannatier 1 PLAN 1. Les filières de formation de base et postdiplôme

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Recours à la modélisation suite à un essai clinique

Recours à la modélisation suite à un essai clinique 5 ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières Bordeaux 26 Juin 2014 Recours à la modélisation suite à un essai clinique l exemple du STIC Brindley Antoine Bénard 1, Elise Verpillot 2, Jean-Rodolphe

Plus en détail

clinique d un médicament

clinique d un médicament DU Recherche Clinique Calcul du nombre de sujets nécessaires (accent sur les phases III) S. THEZENAS I.C.M. (Ex CRLC Val d Aurelle) Unité de Biostatistiques Phases du développement clinique d un médicament

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail