Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité"

Transcription

1 Essais thérapeutiques d équivalence et de non infériorité Sandra DAVID TCHOUDA Cellule innovation CHU Grenoble Plan Bref rappel sur l essai de supériorité Introduction aux essais de non inf. / équ. Calcul du nombre de sujet dans l essai de non inf. / équ. Population d analyse et autres aspects du protocole dans l essai de non inf. / équ. Seuil de non infériorité / marge d équivalence Comparaison indirecte et essais de non inf. / équ. Exemple : l harpagophyton dans l arthrose Inconvénients/ contraintes d un essai de non inf. / équ. BPC des essais de non inf. / équ. Bibliographie 2 1

2 Rappel sur l essai de supériorité 3 L essai de supériorité (1) : but / limites LE Gold Standard des études en recherche clinique : Essai randomisé, contrôlé versus Placebo (ou ttt de ref), en double aveugle, multicentrique. Pourquoi le contrôle? l'évolution spontanée de la maladie, la régression vers la moyenne, l'effet placebo. Permet, avec une taille d'échantillon minimale (différentiel d'efficacité maximisée sup), de démontrer la supériorité de l'intervention testée. Mais problèmes éthiques et pratiques : Biais de déception : recrutement difficile quand le patient sait qu'il peut être dans un bras «placebo», Arrêts de traitement plus fréquents si inefficacité perçue. 4 2

3 L essai de supériorité (2) : design habituel contrôle Biais d'attrition ITT Grp T Critère Randomisation Groupe comparable Maintien de la comparabilité Grp C Critère Biais de sélection Biais de réalisation Biais de subjectivité Randomisation Double aveugle 5 L essai de supériorité (3) : Test statistique : interprétation Différence observée Test p < 5% p > 5% Il est peu probable que la différence observée soit due au hasard Différence significative la probabilité que la différence observée soit due au hasard est forte Différence non significative (NS) 6 3

4 L essai de supériorité (4) : Test statistique : différence NS? Résultat NS Absence réelle d'effet? Manque de puissance Impossible de conclure Bcp de sujets, faible variabilité alors absence d effet probable mais non démontré Peu de sujets et / ou forte variabilité : on ne peut rien dire sinon qu il ne fallait pas faire l étude dans ces conditions (échec programmé ) L absence de preuve n est pas une preuve de l absence d effet thérapeutique... 7 Alternatives à l essai de supériorité Essai de supériorité : B est plus efficace que A. L'essai de supériorité demande de définir une différence minimale d'efficacité sup que l'on veut mettre en évidence avec une puissance suffisante (calcul de taille d'échantillon). Essai d'équivalence : B et A sont thérapeutiquement équivalents. Essai de non-infériorité : B n'est pas plus «mauvais» que A. Ce type d essai demande de définir une marge d'équivalence à partir d'une grandeur eq qui correspond à la plus grande perte d'efficacité que l'on peut tolérer pour conclure que l'un des traitements n'est pas inférieur à l'autre. eq < sup. 8 4

5 Introduction à l essai de non inf. / équ. 9 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq.(1) Les essais de non infériorité («non-inferiority trial»), parfois appelé par abus de langage essais d équivalence («equivalence trial»), sont de plus en plus fréquents dans l évaluation clinique des nouveaux ttts. Malgré tout, méthodologie et techniques statistiques relativement peu connu depuis 30 ans (Blackwelder 1982). De fait, des nouveaux traitements peuvent être acceptés sur la base d essai «d équivalence» discutable par méconnaissance des pièges et des spécificités de ce type d étude (Jones 1996). En particulier, le processus décisionnel nécessite l introduction d un seuil d équivalence choisi arbitrairement. Or de la valeur de ce seuil dépend le résultat de l essai. 10 5

6 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq. (2) L essai de «non infériorité» ne permet pas de conclure que le nouveau ttt a une efficacité identique à celle du ttt de référence mais simplement qu il a une efficacité «suffisante». L essai de non inf. permet d exclure que le nouveau ttt entraine une perte d efficacité sup. à une certaine limite, fixée a priori et qui est devrait être la plus grande perte d efficacité cliniquement négligeable On peut seulement raisonnablement éliminer la possibilité que le nouveau ttt soit significativement moins efficace que le ttt de référence. 11 Introduction à l Essai de Non-Inf. / Eq. (3) A l issu d un essai de non inf. concluant, rien ne permet d exclure que le nouveau ttt soit en réalité moins efficace que le ttt de référence. seule chose acquise (avec un risque α de 5%) : la perte d efficacité est inf. à la limite que les investigateurs ont choisis et sont donc prêts à perdre compte tenu des avantages qu offre le nouveau ttt par ailleurs. 12 6

7 Justification d'un Essai de Non-Inf. / Eq. Préalable : Il existe un traitement comparateur de référence ayant fait la preuve de son efficacité contre placebo. L'innovation n'est pas supérieure en efficacité, mais apporte d'autres avantages : Avantage en terme de tolérance Fréq. des effets secondaires moindre, ou moins graves Facilité d utilisation plus grande : voie d adm. plus simple (par exemple orale vs IV ) dose unique à la place d un ttt de plusieurs jours absence d ajustement de dose Inconvénients plus faibles : ttt médical à la place d un ttt chirurgical chirurgie moins délabrante / radiothérapie moins prolongée Coût plus faible 13 Essai de non infériorité (1) : hypothèses On veut montrer que deux traitements sont comparables, mais on accepte que le nouveau ttt fasse un peu moins bien que celui de référence : = µ 1 -µ 0 > - eq. H0: - eq (ttt innovant inférieur à la référence). H1: > - eq (non-infériorité du ttt innovant). 14 7

8 Essai de non infériorité (2) : démonstration et son IC On «déplace» la valeur de référence de notre échelle : ce n est plus «0», c est «- eq» 15 Essai d équivalence (3) : hypothèses On veut montrer que = µ 1 -µ 0 < eq H0 : - eq ou eq (non équivalence de l innovation). H1 : - eq < < eq (équivalence). Essai de non infériorité «bilatéral» 16 8

9 Essai d équivalence (4) : démonstration 17 Calcul du nombre de sujet 18 9

10 Paramètres nécessaires au calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq. Le calcul dépend : Du risque d erreur α de rejeter H0 à tort, Du défaut de puissance ß ( puissance = 1 ß) à montrer l'équivalence/non-infériorité quand elle existe, De la différence δ d'efficacité entre les deux traitements (en général, on postule δ = 0), De la variabilité de cette différence σδ (dans le cas d une variable continue), De la marge d'équivalence choisi : eq. 19 Formules nécessaires au calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq. Dans le cas d'une différence de moyennes : Supériorité : N = 2 σ² / sup² (Z 1-α/2 + Z 1-ß )² Equivalence : N = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z 1-α + Z 1-ß /2 )² Non-infériorité : N = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z 1-α + Z 1-ß )² Comme sup >> eq, les tailles d'échantillon sont plus importantes en non-infériorité qu'en supériorité

11 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (1) Etude Telediab 3 Démontrer que le recours à une plateforme en TM pour l échange d informations entre diabétologue et patient DID1 n est pas inférieur à une prise en charge conventionnelle (consultations itératives) Critère de jugement : HbA1c à 12 mois (var continue) Le seuil de non infériorité = 0,15%, pour une HbA1c attendue de 8,5 % à 12 mois (ET=0,5%). (logiciel NQuery) 21 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (2) Nbre pour essai de non inf (Etude Telediab 3) Test significance level, alpha (one-sided) 0,050 0,050 0,025 Equivalence limit difference, D 0 0,000 0,000 0,000 Expected difference, D 1 0,150 0,150 0,150 D 0 -D 1-0,150-0,150-0,150 Common standard deviation, s 0,500 0,500 0,500 Effect size, d= D 0 -D 1 /s 0,300 0,300 0, N per group

12 Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (3) Nbre pour essai d équivalence (Etude Telediab 3) alpha (one-sided) 0,050 0,050 0,025 Lower equivalence limit, DL -0,150-0,150-0,150 Upper equivalence limit, DU 0,150 0,150 0,150 Expected difference 0,000 0,000 0,000 Common standard deviation, s 0,500 0,500 0,500 Power ( % ) n per group Exemple calcul du nb de sujet dans l Essai de Non-Inf. / Eq (4) Ex fictif avec une variable qualitative : (Calcul sous explorer basée sur l'utilisation de la différence des risques) Soit 45 % le taux de succès attendu avec un ttt A de référence On veut démontrer qu un ttt innovant B ne sera pas inférieur à A en acceptant une limite de non infériorité de 10 % (RRR de 25% ) Alpha = 0,05 (one-sided par défaut), puissance 90% (80%) N= 424 sujets (307 sujets par groupe) par groupe 24 12

13 Population d analyse et autres aspects du protocole dans l essai de non inf. / equ. 25 Population d analyse de l Essai de Non-Inf. / Eq. (1) Analyse en Intention de Traiter (ITT) : tous les patients randomises, dans leur groupe de randomisation. Recommandée pour l'essai de supériorité, déconseillée en équivalence. Analyse Per Protocole (PP) : analyse sur les patients n'ayant pas eu de changement/arrêt de traitement, ni violation de protocole. Recommandée en équivalence, et à compléter par une analyse ITT 26 13

14 Population d analyse de l Essai de Non-Inf. / Eq. (2) : justif. ITT : déviations au protocole semblables -en principe- dans les 2 groupes homogénéisation des réponses diminution de l'efficacité estimée. Souhaitable en supériorité (attitude la plus conservatrice). PP augmentation du contraste entre les groupes attendue. Souhaitable (attitude la plus conservatrice) en équivalence. Avec le risque de surestimation de l'efficacité d'un ttt où les nonrépondeurs arrêteraient systématiquement (i.e. risque de conclure à la non-infériorité alors qu'il y avait infériorité : inflation du risque d erreur) Les essais d'équivalence/non-infériorité doivent se faire en PP, et il est primordial de décrire cette population PP aussi 27 Aspects du protocole de l Essai de Non-Inf. / Eq. Essais très sensibles à la qualité du protocole. Calquer l'essai qui a établi la supériorité du ttt de référence (démontrer l'équivalence du nouveau ttt dans le contexte où on sait le ttt de référence efficace). Mêmes critères d'inclusion, mêmes patients que dans l essai de supériorité, même critère de jugement, Bon choix du traitement de référence, Bon choix de la marge d'équivalence eq. Objectifs secondaires sur la supériorité du nouveau ttt (EI, facilité, cout ) +++ Pose le problème des tests multiples Augmenter la puissance peut pallier l inflation possible du risque alpha 28 14

15 Rappel Critère clinique - critère intermédiaire Hypertension Objectif thérapeutique Prévenir les accidents cardiovasculaires Critère clinique accidents cardiovasculaires pression artérielle = critère intermédiaire (critère de substitution) 29 Dogme Passage non-infériorité supériorité : Non-infériorité démontrée, δ > 0 (par intervalle de confiance, ou par test statistique de supériorité ). Le mettre en objectif secondaire Passage supériorité non-infériorité : jamais

16 Seuil de non infériorité / marge d équivalence 31 Seuil de non-infériorité / marge d équ. eq La signification du seuil est importante: Il s agit de la plus grande perte d efficacité par rapport au ttt de référence que l on consent. Par exemple, un seuil relatif de 10% signifie que l on considérera le nouveau ttt comme «équivalent» (non inférieur) tant que son efficacité ne sera pas inférieure, en relatif, de 10% à celle du ttt de référence. Au maximum, le nouveau ttt, déclaré comme «équivalent», pourra entraîner une augmentation relative de la fréquence du critère de jugement de 10%. Apparaît ici l ambiguïté du terme «non inférieur» (ou équivalent). Si le seuil choisi correspond à une perte importante d efficacité, dire que le nouveau ttt est «non inférieur» est un abus de langage. Admettre «l équivalence ou la non inf.» de deux traitements, c est accepter que le nouveau ttt soit d une efficacité potentiellement inférieure à celle du ttt de référence

17 Choix de eq Détermination de la borne eq Certains pense qu il est préférable d exprimer eq non pas en différence absolue mais en risque relatif Ex : hypothèse de 5 % d échecs, borne eq identique mais exprimée différemment en : En différence absolue : eq = + 1% En risque relatif eq = +1% de 5% = 6%/5% = 20 % d augmentation du risque, soit RR = 1,2. De fait, le RR tient compte des incidences réellement observées 33 Choix de la marge d équivalence (1) : qui? Bouvenot & Villani : La méthode consiste à faire définir par les cliniciens (et non par les statisticiens), une zone dite d'équivalence, c'est-à dire un intervalle dans lequel il est raisonnable que se situe la différence d'effet observée entre les deux ttts, si l'on admet qu'ils sont également efficaces. D'Agostino : To the dismay of some (clinicians?), the statisticians seem to have taken control of this issue. EMEA* : The selection of the non-inferiority margin is based upon a combination of statistical reasoning and clinical judgement. *EMEA : Agence Européenne du médicament (EMEA) 34 17

18 Choix de la marge d équivalence (2) : comment? Deux contraintes : Montrer que le traitement évaluée à une efficacité non nulle (i.e. supériorité par rapport au placebo) étape statistique inutile si validation interne (bras placebo), Montrer qu'il n'est pas inférieur au traitement de référence étape clinique : eq doit être «cliniquement négligeable» En pratique, énorme variabilité dans les méthodes de détermination de eq. et dans les recommandations officielles sur ces méthodes 35 Interprétation des résultats d un essai de Non-Inf. / Eq. La décision de conclure à la non-infériorité (du nouveau ttt par rapport au ttt de référence), s effectuera en comparant la borne «adéquate» de l IC avec le seuil de non-infériorité choisi. Un IC unilatéral à 97.5% est utilisé. Cet ICcorrespond à un risque alpha de 2.5% (ou 5% one-sided). Cohérence avec l essai de supériorité. En effet avec un test bilatéral et un risque alpha de 5% (test classiquement utilisée pour les essais de supériorité), le risque alpha rattaché à la conclusion de supériorité est de 2.5% (cf. test unilatéraux/bilatéraux). Avec un intervalle unilatéral à 97.5% dans l essai de non infériorité, le risque de conclure à tort à la non infériorité est donc aussi de 2.5%, ce qui assure une cohérence entre les 2 approches

19 Extrapolation à l essai de non inf. / équ. Par comparaison indirecte 37 Comparaison indirecte et essai de non inf. (1) L interprétation du résultat d un essai de non-infériorité peut se ramener à un problème de comparaison indirecte. Cette approche de l équivalence consiste à extrapoler l efficacité du nouveau ttt par rapport au placebo (putatif) à partir de 2 essais. l estimation de l efficacité du ttt de référence par rapport au placebo (essai de supériorité ou d équivalence) l estimation de l efficacité du nouveau ttt par rapport au traitement de référence (essai de supériorité non concluant). Cette efficacité extrapolée permet ensuite: de s assurer que le nouveau traitement fait mieux que le placebo. de comparer le nouveau ttt au ttt de référence, en termes d équivalence

20 Comparaison indirecte et essai de non inf. (2) : exemple Extrapolation à partir des var(log RR) : var(log RR N vs PBO ) = var(log RR C vs PBO ) + var(log RR N vs C ) RR (IC à 95%) log(rr) var(log RR) Comparateur vs placebo (C vs PBO) 0,70 (0,55;0,89) -0,357 0,0149 Nouveau ttt vs comparateur (N vs C) 1,02 (0,87;1,20) 0,020 0,0065 (N vs PBO) (extrapolation) 0,71 (0,54;0,95) -0,337 0, Comparaison indirecte et essai de non inf. (3) : exemple C vs PBO N vs C N vs PBO Risque relatif Ce graphique montre ainsi, que le nouveau ttt est supérieur au placebo. Son efficacité est très certainement proche de celle du ttt de référence. Mais il n est pas possible d exclure avec certitude une efficacité moindre, visualisée par une borne supérieure de l IC du nouveau traitement plus élevée que celle du traitement de référence (0,95 à la place de 0,89). À partir de là, calcul possible de la perte réelle d efficacité 40 20

21 Comparaison indirecte et essai de non inf. (3) : calcul de la perte réelle d efficacité RRR de N = 5% (100-0,95) (borne sup IC 0,95) RRR de C = 11% (100-0,89) RRR de N représente 45% de la RRR de C (5/11=45%), soit une perte de 55% de l efficacité de C. On ne peut raisonnablement exclure que le N ne développe que 45% de l efficacité du traitement de référence C vs PBO N vs PBO RRR 11% 5% 1.00 Perte d efficacité consentie 41 Exemple d un essai de non inf. : l'harpagophyton dans l'arthrose 42 21

22 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (1) Extrait de l article : Leblan D, Chantre P, Fournié B. Harpagophytum procumbens in the treatment of knee and hip osteoarthritis. Fourmonth results of a prospective, multicenter, double-blind trial versus diacerhein. Joint Bone Spine. 2000;67(5):462-7 Laboratoires Arkopharma, Carros, France. OBJECTIVE: To evaluate the efficacy and safety of Harpagophytum in the treatment of hip and knee osteoarthritis comparatively with the slow-acting drug for osteoarthritis, diacerhein. primary evaluation criterion was the pain score on a visual analog scale PATIENTS AND METHODS: A multicenter, randomized, double-blind, parallel-group study was conducted in 122 patients with hip and/or knee osteoarthritis. Treatment duration was four months Harpagophytum 2,610 mg per day vs diacerhein 100 mg per day. 43 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (2) Le but de cet essai était démontrer l efficacité de l'harpagophyton dans l'arthrose sur une durée de ttt suffisamment longue = quatre mois. pas de groupe placebo dans cette étude (arguments des auteurs: il est souvent difficile de recruter des patients lorsqu'ils sont informées du risque -égal à 50 %- d'être dans un groupe placebo, et ce d'autant plus que la durée de traitement est particulièrement longue ) ttt de ref? Il a donc été choisi comme traitement comparateur un antiarthrosique d'effet différé et prolongée de référence : la diacerhéine, qui a fait l'objet de nombreux essais cliniques, démontrant son efficacité à la fois dans des études contre placebo ou contre AINS 44 22

23 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (3) L'hypothèse principale à tester était la suivante : essai d'équivalence unilatérale ou de non infériorité de l'harpagophyton par rapport a la diacerhéeine sur la douleur spontanée mesurée a l'aide d'une EVA (100 mm). En posant l'hypothèse que la différence vraie entre les traitements était nulle avec un eq de 10 mm (sur l EVA) et un écart type de σ 18 mm, un test d'équivalence unilatéral avec un risque α à 0,05, un risque ß à 0,10, nécessitait l'inclusion de 56 patients par groupe : n = 2 σ² / ( eq-δ)² (Z1-α+ Z1-ß)² = 2(18)² / 10² (1,64+1,28)² = 55,5 Sur NQuery : 70 sujets par groupe 122 patients ont été randomisées dont 92 ont terminée l'essai conformément au protocole. 45 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (4) Les auteurs ont mesuré l'évolution de la douleur entre l'inclusion et M3. Comme une différence négative indique une diminution de la douleur, un δ négatif indique qu'harpagophyton est plus efficace que la Diacerhéeine pour diminuer la douleur. La non-infériorité est rejetée si l'intervalle de confiance coupe la valeur eq = +10. Analyse Harpagophyton Diacerhéeine δ IC90% PP -30,6 mm -25,5 mm -5,1 (-13,1 ; 3,0) ITT -28,8 mm -22,1 mm -6,7 (-14,2 ; 0,9) CONCLUSION: In this study, Harpagophytum was at least as effective as a reference drug (diacerhein) in the treatment of knee or hip osteoarthritis and reduced the need for analgesic and nonsteroidal anti-inflammatory therapy 46 23

24 Exemple : Harpagophyton equ. Trial (5) RESULTS: After four months, considerable improvements in osteoarthritis symptoms were seen in both groups, with no significant differences for pain, functional disability, or the Lequesne score. However, use of analgesic (acetaminophen-caffeine) and nonsteroidal anti-inflammatory (diclofenac) medications was significantly reduced in the Harpagophytum group, which also had a significantly lower rate of adverse events. Avantages comparés Significativement moins d'ains dans le groupe harpagophyton. Significativement moins de patients avec EI dans le groupe harpagophyton. 47 Conclusion: les contraintes à retenir 48 24

25 Inconvénients de l essai de Non-Inf. (1) Un essai d équivalence ou de non infériorité nécessite un plus grand nombre de patients, simplement pour le critère principal Les objectifs secondaires peuvent aussi faire croitre les effectifs Il est moins spectaculaire Difficulté à publier 49 Inconvénients de l essai de Non-Inf. (2) Un essai d équivalence ou de non infériorité au niveau du critère principal impose un test de supériorité sur un critère secondaire Il doit mettre en avant l avantage du nouveau ttt EX : équivalence sur le contrôle tensionnel en CJP Gain sur la qualité de vie, les coûts, les effets secondaires en CJS 50 25

26 rappel sur les tests multiples Aux dés, la probabilité d obtenir un six est plus forte avec 3 dés qu avec un seul Test 1 Test 2 Test 3 Test 4 Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% Risque de conclure à tort à une différence = 5% n risque global Globalement, le risque de conclure à tort à une différence lors de ces 4 comparaisons est bien plus important que 5%. Inflation du risque alpha Contraintes de l essai de Non-Inf. (3) Un essai d équivalence ou de non infériorité doit a priori s analyser en per protocole plutôt qu en intention de traiter L analyse en intention de traiter minimise la différence entre A et B C est un atout en essai de supériorité C est un biais possible en équivalence Il suffit de saborder la prise en charge du groupe de référence pour démontrer la non infériorité 52 26

27 BPC des essai de non inf. / equ. 53 Essai de non inf / revue littérature : Le Henanff, A. et al. JAMA 2006;295: Methodological Quality of Reports of Randomized Controlled Trials of Noninferiority or Equivalence Copyright restrictions may apply

28 Le Henanff, A. et al. JAMA 2006;295: (suite et fin) Practical Recommendations for Planning and Reporting the Analysis of Data From Noninferiority or Equivalence Trials. Copyright restrictions may apply. 55 CONSORT Group Consolidated Standards of Reporting Trials» un panel d experts en méthodologie des essais cliniques Première version en 1996 rédigée par le Groupe CONSORT

29 Bibliographie du cours Bibliographie Les essais thérapeutiques (définition et lecture critique) D'Agostino RB, Massaro JM, Sullivan LM. Non-inferiority trials: design concepts and issues - the encounters of academic consultants in statistics. Statist. Med. 2003;22: Elie C, De Rycke Y, Jais JP, et al. Aspects méthodologiques et statistiques des essais d'équivalence et de non-infériorité. RESP. 2008;56: EMEA/CHMP. Points to consider on switching between superiority and noninferiority. July EMEA/CHMP. Guideline on the choice of the non-inferiority margin. July 2005 Je remercie les 3 personnes suivantes pour leurs enseignements relatifs à l essai d équivalence ou de non infériorité dont je me suis inspiré : Jean-Luc BOSSON (CIC Grenoble) Michel CUCHERAT (HCL Lyon) Lionel RIOU FRANCA (Inserm U669) 57 29

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

DIU FIEC. M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon. Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité

DIU FIEC. M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon. Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité DIU FIEC M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité Objectifs Comprendre la problématique de l équivalence et de la non-infériorité

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2008/2009 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct. 1 eres Rencontres R Bordeaux 2-3 Juillet 2012 Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.func J.Gal 1, A.Kramar

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

La lecture critique des essais thérapeutiques

La lecture critique des essais thérapeutiques La lecture critique des essais thérapeutiques Michel Cucherat EA 643 Faculté de médecine Laennec Lyon La Lettre du pharmacologue 2002 ; 16 : 130-134 1 INTRODUCTION La lecture critique d un compte-rendu

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques. Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP

Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques. Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP Statistiques appliquées aux études médicamenteuses cliniques Pierre BOUTOUYRIE Pharmacologie HEGP Grands principes méthodologiques Tout dépend de la formulation de la question scientifique Exemple : on

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire Le maraviroc (Celsentri ) est un antirétroviral antagoniste des corécepteurs CCR5 sur lequel certains virus HIV-1 se fixent pour pénétrer dans les lymphocytes. Il est commercialisé en France, à la suite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel)

Essais thérapeutiques. Compléments d épidémiologie. Essais de différence ou de supériorité (rappel) Essais thérapeutiques Compléments d épidémiologie Plan : Essais d équivalence clinique ou essais de non infériorité Essais en cross over ou essais croisés D. Neveu Compléments épidémiologie DCEM2 DCEM3

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011

Lot Quality Assurance Sampling. Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 Lot Quality Assurance Sampling LQAS Elise Naoufal EVARISQ 15 septembre 2011 1 LQAS Une question d efficacité? LQAS et santé Méthode et Fondements théoriques Détermination du couple (n,d n,d) Conclusion

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 LEVOFREE 0,05 %, collyre en solution en récipient unidose Boîte de 30 récipients unidoses de 0,3 ml (CIP : 576 713-7) Laboratoires CHAUVIN BAUSCH & LOMB

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Les Meta-analyses. Sibilia Quilici. Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014

Les Meta-analyses. Sibilia Quilici. Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014 Les Meta-analyses Sibilia Quilici Université René Descartes Paris V Faculté de Pharmacie Master Science de la vie et de la santé 28/01/2014 Nombre de publication en méta-analyses 8000 7000 6000 5000 4000

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data

Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data Points méthodologiques Adapter les méthodes statistiques aux Big Data I. Répétition de tests et inflation du risque alpha II. Significativité ou taille de l effet? 2012-12-03 Biomédecine quantitative 36

Plus en détail

Recours à la modélisation suite à un essai clinique

Recours à la modélisation suite à un essai clinique 5 ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières Bordeaux 26 Juin 2014 Recours à la modélisation suite à un essai clinique l exemple du STIC Brindley Antoine Bénard 1, Elise Verpillot 2, Jean-Rodolphe

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Approche empirique du test χ 2 d ajustement

Approche empirique du test χ 2 d ajustement Approche empirique du test χ 2 d ajustement Alain Stucki, Lycée cantonal de Porrentruy Introduction En lisant des rapports, on rencontre souvent des raisonnements du style : «le premier groupe est meilleur

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Essais thérapeutiques dans le psoriasis

Essais thérapeutiques dans le psoriasis Essais thérapeutiques dans le psoriasis De quoi avons nous besoin? Alain Dupuy Université Rennes 1 CHU Service de Dermatologie Unité de Pharmaco-Epidémiologie, INSERM 0203 Rennes Liens d intérêt Essais

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle

Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Master 1 Informatique Éléments de statistique inférentielle Faicel Chamroukhi Maître de Conférences UTLN, LSIS UMR CNRS 7296 email: chamroukhi@univ-tln.fr web: chamroukhi.univ-tln.fr 2014/2015 Faicel Chamroukhi

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS 2 01 Les Dispositifs Médicaux Euro-Pharmat - Lille - 09, 10 & 11 octobre

Plus en détail

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE

Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ². José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 6 Test de comparaison de pourcentages χ² José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Nature des variables

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire La sitagliptine (Januvia ), un inhibiteur de la DPP-4, est autorisée en Europe pour le traitement du diabète de type 2 en association à la metformine (Glucophage ou autre) ou à une glitazone (lire dans

Plus en détail

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1

Les techniques de dépistage de la fraude. Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Les techniques de dépistage de la fraude Marianne Paesmans Lieveke Ameye 1 Erreurs versus fraude Contrôle qualité des données et validation d une base de données avant analyse sont des étapes standard

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Pourquoi randomiser la participation des patients? Etudes non randomisées (avant/après) Amélioration spontanée de la maladie Régression vers la moyenne Effet

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 30 mai 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 30 mai 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 30 mai 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Chrystel Jouan-Flahault, Florence Casset-Semanaz et Pascal Minini

Chrystel Jouan-Flahault, Florence Casset-Semanaz et Pascal Minini Article «Du bon usage des tests dans les essais cliniques» Chrystel Jouan-Flahault, Florence Casset-Semanaz et Pascal Minini M/S : médecine sciences, vol. 20, n 2, 2004, p. 231-235. Pour citer cet article,

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H.

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H. Apport d un système d exceptions dans la mesure des indicateurs de la ROSP : Exemple des indicateurs concernant le diabète, l hypertension artérielle, les benzodiazépines et les statines 3 e journée recherche

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

. Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie»

. Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie» . Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie» C. Bélorgey Chef du Département de l Evaluation des Médicaments à Statut Particulier et des Essais Cliniques

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail