Les pompes à chaleur. dans les bâtiments s collectifs et tertiaires N 26. Dans ce numéro. >> du côté de l ALE... 2 ÈME TRIMESTRE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les pompes à chaleur. dans les bâtiments s collectifs et tertiaires N 26. Dans ce numéro. >> du côté de l ALE... 2 ÈME TRIMESTRE 2009"

Transcription

1 La lettre d informations de l Agence Locale de l Energie Gratuit N 26 2 ÈME TRIMESTRE 2009 ALE - InfosI le concentré d énergies de l agglomération lyonnaise Les pompes à chaleur dans les bâtiments s collectifs et tertiaires Dans ce numéro Info Energie chaufferies bois pour le milieu rural - La qualité urbaine et environnementale pour les lotissements - Le Grand Lyon vers la sobriété carbone page 2 du côté de l ALE... - Mobiliser les acteurs de terrain par la formation - Petits consommateurs deviendront grands éco-citoyens - Les visiteurs - Nouvelles têtes page 8

2 Info Energie 2 photo ALE 1000 chaufferies bois pour le milieu rural Piloté au niveau national par la Fédération nationale des communes forestières, en partenariat avec l ADEME et le ministère de l Agriculture et de la Pêche, le programme 1000 chaufferies bois pour le milieu rural trouve sa déclinaison opérationnelle à l échelle régionale voire départementale avec le soutien des collectivités territoriales. Se chauffer au bois c est favoriser une gestion forestière durable, économiser, développer l activité économique locale et lutter contre le réchauffement climatique. L union faisant la force, et afin de mutualiser les moyens et d optimiser les résultats, le programme prévoit un ensemble d installations développées «par grappe» sur le territoire. Il propose pour cela une assistance tout au long du montage des projets, un mode de gestion adapté aux objectifs ciblés, des solutions de financement sur mesure et la garantie d un approvisionnement sûr et adéquat. livraison de plaquette forestière à la chaufferie bois de Fontaines-Saint-Martin (69) Objectifs poursuivis : 3 chaufferies minimum pour une grappe d opérations puissance cumulée du groupement > à 1 MW puissance bois > à 150 kw par installation proportion de plaquettes forestières > 70 % à l échelle de la grappe de projets. 3 millions de tonnes de CO2 économisés Emission de poussières < 150 mg/m 3 Pour tout renseignement, adressezvous au correspondant 1000 chaufferies bois de votre Région. Pour toutes les communes forestières de Rhône- Alpes, il s agit de Jean-François VEILLE ( acteurs de l aménagement du territoire du Rhône s engagent pour la qualité urbaine et environnementale pour les lotissements dans le département Les lotissements participent pleinement au développement urbain et à la recherche actuelle de qualité de vie dans l habitat où se conjuguent nature, espaces collectifs et intimité. Cependant, de nombreux efforts restent à entreprendre pour améliorer la qualité urbaine, paysagère et environnementale de cette forme d habitat. C est pourquoi, dans le département du Rhône, les acteurs de l aménagement ont décidé de se concerter autour de la question de la qualité des lotissements. Au fil de leurs échanges et débats, ils sont parvenus à une vision commune d objectifs à atteindre. Le 15 juin 2009, ils ont signé la charte «Engagement pour la qualité urbaine et environnementale des lotissements dans le département du Rhône». Cette charte prévoit la poursuite de la commission qualité des lotissements qui, depuis 2003, préalablement au dépôt du permis d aménager, offre aux élus et aux aménageurs la possiblité de dialoguer avec les conseillers du CAUE, du SDAP, de la DDE du Rhône... Elle engage les aménageurs publics et privés, dès l amont du projet, à faire appel aux professionnels de l aménagement et à associer systématiquement les élus. Cette charte est une première étape pour engager la production des lotissements dans le développement durable. C est grâce à un dialogue toujours plus encouragé et soutenu entre l ensemble des acteurs que des lotissements exemplaires pourront être produits dans le département du Rhône. Les signataires : Les associations d élus : - Association des Maires du Rhône (AMR) - Association des Maires Ruraux du Rhône (AMRR) Les organisations professionnelles : - Chambre Départementale du Rhône des Géomètres-Experts (CDRGE), - Conseil Régional de l Ordre des Architectes Rhône-Alpes (CROARA), - Fédération Française du Paysage de Rhône-Alpes (FFP), - Syndicat National des Aménageurs Lotisseurs Rhône-Alpes (SNAL), - Union des Maisons Françaises du Rhône (UMF), Les institutions et les associations à mission de service public - Agence Locale de l Energie de l agglomération lyonnaise (ALE), - Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement du Rhône (CAUE), - Direction Départementale de l Equipement du Rhône (DDE), - Hespul, Espace Info Energie du Rhône hors agglomération lyonnaise - Service Départemental de l Architecture et du Patrimoine du Rhône (SDAP), Le Grand Lyon vers la sobriété carbone Pour lutter et s engager contre le réchauffement du climat, le Grand Lyon s est engagé en 2007 dans un Plan Climat Territorial dont l objectif est d atteindre le 3x20 en 2020 (réduction de 20% les émissions de gaz carbonique, 20% d énergies renouvelables, 20% d efficacité énergétique de plus qu en 1990) et le facteur 4 d ici 2050 (division par 4 des émissions de GES) Le Grand Lyon vient de publier une synthèse des études menées dans ce cadre (inventaire de ses consommations d énergie et de ses émissions de CO 2 réalisé en 2006, étude sur le Potentiel des Energie Renouvelables dans le Grand Lyon réalisée courant ). L'ouvrage, intitulé "première étape vers une agglomération sobre en carbone", pose les enjeux pour permettre la construction d'un plan d'actions renforcé d'ici Il a été diffusé pour avis à l'ensemble des communes de l'agglomération.

3 ALE - Infos 2 È TRIMESTRE 2009 L énergie au quotidien le concentré d énergies de l agglomération lyonnaise N 26 L ALE EN BREF EDITORIAL ALE infos est consultable sur le site internet : L'Agence Locale de l'energie a été créée à l initiative du Grand Lyon afin d'offrir aux acteurs de l'agglomération un outil technique sur les thèmes de l'énergie et de l'environnement. Elle aide les collectivités, les promoteurs, les bailleurs, les entreprises, les copropriétés, les professionnels du bâtiment et les particuliers à mieux intégrer la problématique environnementale dans la réalisation de leurs projets et de leurs missions. L'ALE se tient au plus près des porteurs de projets en assurant une assistance technique et une veille technologique et réglementaire afin de les aider à concrétiser leurs idées et orientations initiales. ESPACE INFO ENERGIE de l agglomération, l ALE conseille objectivement et gratuitement les habitants du Grand Lyon sur les questions liées à la maîtrise de l énergie dans leur quotidien. Centre de Ressources et de Documentation spécialisé sur l Energie et la Qualité Environnementale des Bâtiments, l ALE met à disposition de tous les publics une documentation diverse et variée autour des thèmes de l Energie. ALE - Infos ALE - Infos, la lettre d information de l ALE Directeur de la publication : Samir Boukhalfa Rédacteur : Stéphane Rouvier Rédacteur technique : Sylvain Godinot Secrétaire de rédaction : Véronique Besnard Conception / mise en page : Stéphane Rouvier Impression : Imprimerie IMAV Label Imprim Vert (papier 100% recyclé - encres végétales - recyclage des déchets - sans métaux lourds) ISSN : Crédits photos : ALE Pour nous contacter : ALE - 8, rue Béranger Lyon Tel : Fax : mail : Site internet : Photo couverture : Exploitation d'un gisement géothermique du bassin Parisien. Forage en cours pour atteindre la ressource, face à des immeubles d'habitation collective en centre ville de L'Haÿ - les - Roses. Val de Marne (source : ADEME) Béatrice VESSILLER Présidente de l ALE Les pompes à chaleur sont des installations thermiques qui permettent de récupérer, en hiver la chaleur, et en été, la fraîcheur, du sol ou d'une nappe d'eau pour chauffer ou climatiser un bâtiment. Si le pompage nécessite de recourir à une énergie complémentaire, souvent l'électricité, le bilan énergétique global est positif, car la pompe à chaleur fournit 2,5 à 5 fois plus d'énergie qu'elle n'en consomme pour fonctionner. Concernant le bilan environnemental, on considère que l'ensemble des installations en France contribue à réduire les CO2 dans l'atmosphère. Dans l'agglomération lyonnaise, on dénombrait en 2006 environ 200 installations de pompes à chaleur géothermiques, puisant la chaleur dans les nappes phréatiques, essentiellement dans celle du Rhône à partir de bâtiments sur Lyon et Villeurbanne. La croissance récente de ce secteur est forte ; le potentiel énergétique et les gains en matière d'émissions de CO2 sont intéressants. Néanmoins, dans une perspective de développement du secteur, plusieurs questions restent à étudier, notamment les effets des rejets de chaleur et le risque de réchauffement de la nappe, ainsi que les transferts des bactéries dans la nappe plus profonde, source d'eau potable. L'ALE a donc choisi de traiter cette thématique, afin de faire le point et de partager les connaissances disponibles sur le sujet et de pointer les questions à approfondir. Ainsi, l'ale souhaite contribuer à expliquer le fonctionnement technique de ces installations, le montage des opérations, le potentiel et les enjeux de développement ainsi que les points de vigilance auxquels nous devons collectivement veiller, pour s'inscrire les objectifs du plan Climat de réduction des consommations d'énergie et de préservation des ressources. Reproduction autorisée avec mention de la source

4 Dossier Centrale géothermique de Chelles (Seine et Marne) - source : Le Moniteur Maîtriser les consommations énergétiques en améliorant l'isolation est la première étape à privilégier pour diminuer les consommations d un bâtiment. Mais une fois celles-ci réduites, le recours à la géothermie peut permettre d'aller plus loin en raison de son indépendance aux éléments climatiques extérieurs, et de son respect de l'environnement. La géothermie consiste à prélever l'énergie présente dans les aquifères superficiels ou dans les sols pour produire de la chaleur voire de l'électricité. Sur l'agglomération lyonnaise, la faible température des sols oblige à recourir à des pompes à chaleur, ce qu'on appelle la géothermie très basse température. Elle peut puiser sa source directement dans le sol, ou quand c'est possible comme sur le Grand Lyon, dans une nappe d'eau souterraine. Les pompes à chaleur (PAC) dans les bâtiments collectifs ou tertiaires 4 Géothermie moyenne et haute température : pas encore sur le Grand Lyon! La géothermie, qui s'est développée en France dans l'urgence du premier choc pétrolier, a fait la preuve de sa pertinence. En quelques années, l'image de la géothermie a énormément évolué et les handicaps dont souffrait cette filière énergétique (corrosion, faible rentabilité ) ont désormais disparu. La nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre a conduit la géothermie à occuper désormais une place plus importante dans l'offre énergétique française. Depuis la fin des années 90, les réseaux de chaleur géothermiques s'étendent de façon significative. Aujourd'hui, avec 60 opérations en fonctionnement, la contribution de la géothermie au bilan énergétique national est de l'ordre de tep par an, ce qui correspond au chauffage d'environ équivalent-logements et à une réduction annuelle des rejets de CO2 dans l'atmosphère de plus de tonnes. (chiffres ADEME 2005) La géothermie est principalement développée dans le bassin parisien et aquitain. A grande profondeur, elle permet de puiser une eau assez chaude pour produire de la vapeur et donc de l'électricité, comme en Alsace sur le site de Soultz-sur-Forêts. Photo : Boucle en activité à Soultz-sur-Forez Un marché porteur Les PAC géothermiques, qui puisent la chaleur dans le sol ou dans une nappe d'eau, bénéficient d'une source de température en moyenne plus élevée que celle de l'air en hiver, donc d'un meilleur rendement annuel que l'aérothermie. La température des terrains superficiels étant voisine de 10 à 15 C en fonction de la situation géographique et de la profondeur, il est en effet nécessaire d'installer un système thermodynamique pour relever le niveau de température : la PAC, qui alimente en calories le réseau de chauffage des bâtiments, est constitué d'émetteurs thermiques à basse température. Le rendement d'une PAC, nommé COP(COefficient de Performance) est d'autant plus performant que l'écart de température entre la source froide (air, sol ou nappe) et la source chaude (distribution de chauffage) est faible, puisqu'il faut "pomper" cette chaleur à l'aide d'une énergie d'appoint, en général l'électricité, ou parfois le gaz (cf article GrDF page 6). L'intérêt de la PAC est de fournir - en fonction de son coefficient de performance (COP) - 2,5 à 5 fois l'énergie consommée pour la faire fonctionner. Dans le secteur de la maison individuelle, dont les installations de pompes à chaleur ne cessent de croître depuis 2005, ce sont ainsi près de PAC géothermiques et plus de PAC sur air qui ont été installées en 2008 (source AFPAC). C'est pour les immeubles d'habitation et les bâtiments tertiaires que la technologie des pompes à chaleur sur nappe prend tout son intérêt. Peu utilisée pour les maisons individuelles en raison du coût du forage, elle devient en effet rentable pour les immeubles, le coût du forage étant réparti sur de nombreux copropriétaires. Il existe sur le marché des composants, de grosses pompes à chaleur sur nappe ayant des puissances suffisantes pour assurer le chauffage d'un grand immeuble. De plus, les villes, souvent édifiées près des fleuves et des rivières, ont un sous-sol souvent propice à la fourniture de l'eau indispensable au fonctionnement de ce type de PAC. La chaleur, difficile à transporter peut être prélevée à proximité de l'immeuble, voir même dans son parking souterrain. On sait aussi que le retour sur investissement est plus court pour les immeubles anciens pour la raison qu'ils sont plus difficiles à isoler après coup que les constructions neuves. De plus, ce mode de chauffage évite la livraison des camions de fioul dans les rues bien encombrées de nos villes. Autre point favorable, les radiateurs des immeubles anciens sont la plupart du temps largement dimensionnés, et il est admis qu'ils peuvent souvent être réutilisés en l'état avec la PAC lorsque l'isolation de l'immeuble est préalablement améliorée.

5 Chauffer et rafraîchir des bâtiments résidentiels et tertiaires Cette solution de pompe à chaleur sur nappe se différencie à la fois du chauffage de groupes de logements par réseau de chaleur géothermique, et du chauffage de maisons individuelles qui se fait par PAC géothermiques en forage horizontal. Se répartissant à travers tout le territoire quelle que soit la nature géologique, ces systèmes conviennent particulièrement pour les bâtiments d'habitation, hôpitaux, maisons de retraite, bâtiments administratifs, centres commerciaux, hôtels, établissements culturels, salles de spectacle La nécessité de rafraîchir les locaux en été, comme c'est souvent le cas dans ce type de bâtiment, renforce encore l'intérêt du choix de l'énergie géothermique, puisqu'elle permet une réversibilité du système en produisant du froid à partir de la chaleur. La puissance nécessaire au chauffage des locaux des secteurs résidentiel et tertiaire doit le plus souvent être comprise entre 100 à kw, pour une fourniture énergétique Schéma de principe d une pompe à chaleur géothermique annuelle de 100 à MWh. Ainsi, sachant qu'une sonde géothermique de 100 mètres de profondeur fournira 5 kw, il faudra 20 sondes pour fournir 100 kw et un champ de 200 sondes géothermiques pour fournir kw. Sur nappe, on créera un doublet de forages de pompage et de réinjection dont le débit sera fonction de la puissance demandée. Le cadre réglementaire pour la réalisation de forages d alimentation de PAC Les travaux de sous-sol sont encadrés par une législation complexe dont le but principal est d'une part de contrôler l'ouvrage pour maîtriser l'utilisation du soussol et d'autre part, de contrôler les prélèvements d'eau et les rejets pour la gestion et la protection des ressources des ressources en eau. La réglementation n'est pas uniforme dans toutes les régions ; il conviendra donc de se rapprocher des organismes compétents (en consultant notamment les services de la DRIRE) préalablement à la réalisation de ces opérations. Le Code minier : contrôle de l'ouvrage Il impose une déclaration par le maître d'ouvrage ou l'entreprise de forage auprès de la Préfecture ou de la DRIRE dans le cas d'un forage dont la profondeur dépasse 10 m. Au-delà d'une profondeur de 100 m, il est soumis au régime de l'autorisation. Les informations communiquées sur ces forages sont conservées dans la banque des données du sous-sol, gérée par le BRGM et accessible au public (infoterre.brgm.fr/). Le Code de l'environnement : loi sur l'eau et installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) Il vise à assurer la gestion équilibrée des ressources et la protection contre les pollutions des aquifères. Ainsi, il impose une déclaration pour tous les forages, quelles que soient leur profondeur et leur destination pour sa partie relative à la loi sur l'eau. Tout forage pour utilisation domestique de l'eau (arrosage, eau potable lavage etc.) nécessite une déclaration auprès du maire de la commune concernée. Tout forage, pour une utilisation non domestique, est soumis à déclaration ou autorisation de la police de l eau (DDAF ou service de navigation Rhône-Saône). L'autorisation est notamment nécessaire pour les gros débits et les prélèvements dans les nappes de fleuves.. Les ouvrages liés à ce type d'opération sont également concernés par des dispositions relatives à la prévention des risques de pollution. Une exception : les forages d'eau ne nécessitent ni déclaration ni demande d'autorisation, lorsqu'ils relèvent de l'exploitation de sites géothermiques (nappe chaude - pas le cas sur le Grand Lyon) et que l'eau est réinjectée dans le même aquifère. Le Code de l'environnement : installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) Les PAC à fluides toxiques ou inflammables sont soumises à déclaration auprès de la DREAL (ex DRIRE) à partir d'une puissance de 20 kw ; les autres à partir de 50 kw, si leur pression effective dépasse 10E5 Pa. Le seuil de l'autorisation est atteint pour un bâtiment d'une surface d'environ m². Raccordement de logements à Villejuif sur la centrale géothermique de L'Haÿ-les-Roses (94) Photo SEMHACH 5

6 Dossier Innovation et performance : les pompes à chaleur gaz naturel Avec un rendement de 170 %, contre 110% pour une chaudière à condensation, la PAC à absorption est souvent qualifiée de "super chaudière". Le rendement des PAC à moteur gaz est légèrement plus faible (150 %) mais reste très supérieur à celui des meilleures chaudières du marché. Dans la plupart des cas, ces performances sont également supérieures à celles des PAC électriques. En énergie primaire, les pompes à chaleur à absorption et à moteur gaz affichent ainsi respectivement des coefficients de performance (COP) de 1,7 et 1,5, contre 1,2 en moyenne pour les PAC électriques. Avis d expert David LE NOC Ingénieur d'affaires GrDF Rhône-Alpes Bourgogne Dans la mouvance actuelle du Grenelle de l'environnement, les énergéticiens, les fabricants et l'ensemble de la filière du génie climatique sont à la recherche de technologies toujours plus performantes qui permettront de se conformer aux futures normes de performance énergétique. Source : ROBUR GrDF (Gaz réseau Distribution France), distributeur de gaz naturel, conseille et accompagne les maîtres d'ouvrage en amont des projets énergétiques pour étudier avec eux la solution gaz naturel la plus adaptée. Les pompes à chaleur (PAC) gaz, dont les performances sont déjà reconnues au niveau européen, présentent l'intérêt de combiner les avantages intrinsèques du gaz naturel et la valorisation d'énergie "gratuite" provenant de l'air ou du sol (par sondes ou sur nappe phréatique). Avec des puissances unitaires de 40 kw chaud (et 17 kw froid) existant en version air/eau et eau/eau, la PAC absorption gaz utilise le même cycle thermodynamique qu'une PAC traditionnelle, mais avec une compression thermo-chimique et non plus mécanique. des gains pour l'utilisateur : une économie en énergie primaire jusqu'à 40% par rapport aux meilleurs chaudières gaz entraînant des gains d'exploitation très importants pour l'utilisateur ; un fluide frigorigène neutre vis à vis de l'effet de serre ; des avantages liés à la récupération de chaleur provenant de la réaction d'absorption : - pour la version air/eau : une moindre sensibilité aux variations de température extérieure jusqu'à -20 C. - pour la version eau/eau : un dimensionnement des sondes géothermiques réduit de 70% par rapport aux produits électriques de même puissance. L'offre actuelle est principalement destinée au secteur tertiaire de petite et moyenne taille et au logement collectif. Un autre type de PAC fonctionnant au Gaz Naturel est également disponible. Il s'agit de la PAC moteur Gaz. Très similaires aux PAC électriques à compression, les compresseurs sont ici entraînés par un moteur à combustion interne fonctionnant au gaz naturel. Les produits disponibles en France couvrent une gamme allant de 25 kw chaud à 100 kw chaud (23 à 90 kw froid) en puissance unitaire. Ils sont destinés principalement au secteur du tertiaire chauffé-climatisé de taille moyenne (hôtels, résidences personnes âgées, centres sportifs et piscines, hôpitaux ). contact : / Etat des lieux et perspectives sur l agglomération lyonnaise 6 Le Grand Lyon bénéficie de plusieurs nappes phréatiques : les aquifères de la Saône et du Rhône, la nappe de l'est lyonnais et la nappe de la Molasse. L'Ouest lyonnais, massif granitique, en est dépourvu à l'exception de la petite nappe du Garon autour de Givors. Les PAC puisent dans la nappe fluviatile du Rhône, l'eau potable provenant de la nappe de la Molasse, plus profonde. D'après les études d'horizon Centre Est pour la police de l'eau (2000) et de Burgéap pour la Ville de Lyon (2006), près de la moitié des prélèvements (en 2004) concernait les usages de climatisation et PAC, le reste se partageant entre industrie, drainage (parkings souterrains), et alimentation des piscines, et enfin marginalement en irrigation et nettoyage. Parmi les quelques 140 installations de pompes à chaleur déclarées en 2000, une moitié fonctionnerait en usage climatisation seule et l'autre moitié en mode chaud et froid. Elles se répartissent essentiellement sur quatre arrondissements de Lyon : les 2 è (nord de la presqu'ile), 3 è (entre Rhône et Part-Dieu) 6 è (Cité internationale, Tonkin), 7 è (Gerland) et sur Villeurbanne (Doua). La mise à jour de l'étude en 2006 a permis d'identifier 58 installations supplémentaires, ce qui témoigne d'une croissance forte du secteur. Sur une trentaine de PAC en mode climatisation, l'étude estime que la température de rejet tourne en moyenne autour de 25 C, pour une température de prélèvement de 15 C. A partir de ces données partielles, l'ale a réalisé une estimation de la production d'énergie et de la puissance de ces PAC qui aboutit à une production d'énergie (chaud et froid) de 300 GWh/an, pour une puissance totale de 60 MW soit une puissance moyenne par PAC de 300 kw. Cela correspond à environ équivalents logements ; les PAC sur nappe apportent également une forte contribution au plan climat du Grand Lyon, puisqu'elles permettent d'éviter tco2/an par rapport à des chaudières gaz à haut rendement pour le chauffage et des PAC sur air pour la climatisation. Certains acteurs se sont néanmoins inquiétés de ce développement des PAC, dont l'usage en climatisation entraîne un réchauffement de la nappe en été. Cela peut entraîner un développement de bactéries, et le risque serait surtout que des transferts de bactéries contaminent la nappe molassique, source d'eau potable. Par ailleurs, dans les secteurs comme la Part Dieu ou les PAC sont nombreuses, le panache de température d'une PAC peut diminuer le rendement de celles an aval. Même si certains piézomètres sont équipés de thermomètres, l'ale n'a pas identifié d'étude cartographiant la température de la nappe. Le Grand Lyon a fait réaliser un modèle hydrogéologique de la nappe, qui pourrait servir de base à un modèle thermique moyennant une étude complémentaire. Parmi les autres potentiels à étudier figurent les possibilités de PAC sur eaux usées, dans les collecteurs du réseau d'assainissement du Grand Lyon, ainsi que sur les drains de la CNR en amont du barrage de Pierre Bénite. contact ALE : Sylvain GODINOT

7 Le montage d une opération de PAC sur nappe Le montage d une opération de PAC sur nappe comporte des phases d étude (étude hydrogéologique, étude des besoins thermiques, analyse de l adéquation besoins-ressource, analyse économique, montage administratif et financier) et de réalisation (installation sous-sol, installation de surface, installation de chauffage, raccordement et maintenance), qui s inscrivent souvent dans une démarche d économie d énergie et de qualité environnementale. Le volet thermique C est au maître d œuvre surface, qu il revient d assurer la partie thermique dans le but de dimensionner l installation : calcul de la puissance énergétique du bâtiment (chaud et/ou froid), distribution, émetteurs de chaleur. En concertation étroite avec l architecte, il a pour mission d estimer de façon précise les besoins du bâtiment en calories et en frigories par le biais notamment de simulations dynamiques qui consistent à prendre en compte la variation temporelle de différents paramètres, tels que les conditions météorologiques, les températures d ambiance, les scénarii d occupation, les charges internes, etc. Une modélisation évalue, heure par heure, les besoins énergétiques de chacune des zones du bâtiment, en fonction des conditions extérieures (température, humidité, flux solaire), de sa géométrie, de ses orientations, des caractéristiques des parois et des vitrages utilisés, du mode de fonctionnement (horaires d occupation, températures de consigne), et permet ainsi de définir les installations de chauffage en fonction des besoins réels. Elle permet également de calculer les quantités d'eau à prélever dans la nappe. Le volet hydrogéologique L étude hydrogéologique préalable consiste à identifier le potentiel des ressources en soussol et d estimer la possibilité de recourir à une nappe aquifère pour les usages concernés. A ce stade, il est possible de consulter les spécialistes du sous-sol de la région : les services géologiques régionaux du BRGM, les bureaux d études spécialisés, les hydrogéologues indépendants locaux. Le BRGM fournit des informations locales relevant du service public sur le site : infoterre.brgm.fr L étude de faisabilité permet ensuite d affiner la démarche d identification de l aquifère. La première phase comprend : - le choix argumenté de l aquifère retenu ; - la détermination du nombre de forages à réaliser, leur positionnement respectif (sens d écoulement de la nappe) et leurs profondeurs ; - les possibilités de réinjection de l eau et dans quelles conditions ; - la caractérisation de la productivité énergétique de l aquifère en termes de débits instantanés maximum pour un rabattement donné, de débit moyen continu et de température de l eau (cette étape pourra déboucher sur une option de forage d essai) ; - les précisions sur la pérennité de la ressource et la qualité hydrochimique de l eau. Le derrick de forage du site de Soultz - sous - Forêts. Bas Rhin. Région Alsace, permet l'exécution d'un forage de 5000 mètres de profondeur pour atteindre l'eau d'une température de 200 C Dans une seconde phase, sont déterminés : - les paramètres hydrogéologiques résultant notamment de l interprétation de l essai de pompage du forage d essai ; - les analyses physico-chimiques de l eau ; - les conditions spécifiques de pompage et de rejet du point de vue notamment du descriptif des équipements (groupes de pompage, têtes de puits, dispositif de filtration, etc.) ; - les caractéristiques dimensionnelles des ouvrages ; - la synthèse des contraintes réglementaires auxquelles les ouvrages sont soumis ; - l estimation détaillée des coûts des ouvrages projetés : forages, équipements, maintenance. La géothermie s adapte au contexte urbain : exemple de la CAF à Lyon Photo G.E.I.E./2001 Points clés pour intégrer une PAC dans l existant La principale contrainte est la possibilité de réaliser des ouvrages souterrains permettant de prélever l énergie géothermale. Cependant certains travaux favoriseront le fonctionnement d un chauffage par géothermie : renforcer l isolation : on peut diminuer la puissance thermique nécessaire et donc le dimensionnement de l installation à réaliser grâce à une bonne isolation des parois, combles, fenètres. L isolation permet bien souvent de conserver les émetteurs existants, en diminuant leur température de fonctionnement. augmenter la surface des émetteurs : lorsque cela est possible, il est souhaitable d installer des émetteurs de chaleur avec une large surface de diffusion comme des planchers ou plafonds chauffants, des radiateurs basse température ou des gaines d air par exemple. En effet, à température ambiante équivalente, plus la surface d émission de chaleur sera importante plus la température du fluide de circulation dans les émetteurs pourra être basse. faire évoluer le chauffage pré-existant, celui-ci peut être conservé comme chauffage d appoint mais, suivant le type de chauffage, les travaux seront plus ou moins importants : - en cas de chauffage central pré-existant il est important de choisir la pompe à chaleur (haute ou basse température) en fonction de la surface d émission des radiateurs et autres émetteurs de chaleur. - en cas de chauffage électrique préexistant la géothermie est possible à condition de réaliser une rénovation lourde incluant le remplacement des émetteurs de chaleur et la création d un circuit de chauffage central. en savoir plus (rub. Géothermie ) Pompe à chaleur géothermique sur aquifère - Conception et mise en œuvre - manuel co-édité par l ADEME, l ARENE et le BRGM - éditions BRGM (03/ 2008) La géothermie - Quelles technologies pour quels usages - manuel co-édité par l ADEME, et le BRGM / éditions BRGM (11/ 2008) consultables dans le centre de ressouces de l ALE Depuis 14 ans, la CAF de Lyon, bâtiment de m² à proximité du quartier de la Part-Dieu, est équipée d une installation de PAC sur nappe phréatique. L installation comporte deux pompes à chaleur eau/eau (600 kw chaud, 600 kw froid), qui alimentent un réseau de ventilo-convecteurs. Le coefficient de performance annuel moyen de l installation est de 3,8. Les coûts d investissements étaient en 1995 de 170 HT/m², pour le chauffage, la climatisation, la ventilation et la GTB (Gestion Technique du Bâtiment). Par rapport à une solution traditionnelle (chaufferie gaz et groupe froid), cette solution permet une économie annuelle de 0,94 HT/m², soit une diminution de 37% du coût énergétique de la production de chaud et froid. Elle entraîne aussi une diminution des rejets de CO2 de 14,8 kg/m², soit une baisse de 70 %. 7

8 DU CÔTÉ DE L ALE La formation des compagnons du chantier Lyon Confluence L'appropriation, par les acteurs de la construction, des principes et des technologies du Développement Durable, contribue à assurer la pérennité de la démarche. Dans le cadre du programme européen CONCERTO RENAISSANCE, l ALE mène depuis début juin 2009 sur le nouveau quartier de la Confluence, des sessions de formations en direction des entreprises du chantier, dont l objectif est de connaître et de maîtriser les gestes et les règles de l'art indispensables pour satisfaire les exigences de performance énergétique d un bâtiment HQE. Créées sur mesures par l ALE en lien avec des formateurs experts, elles s adressent aussi bien aux maçons qu aux façadiers, menuisiers, électriciens, plombiers... et sont dispensées par groupes de 10 à 12 personnes maximum, sur le chantier même de Lyon Confluence dans une salle dédiée. Le premier cycle de formation a abordé le thème de l étanchéité à l air, traitant des techniques de pose des éléments constructifs (menuiserie, isolation) ou de création de réseaux (fluides, ventilation, électricité ) et des interactions entre les différents corps de métier. La théorie ne faisant pas tout, les campagnons participent également pendant leur formation à des exercices pratiques comme des tests d étanchéité à l air, etc... Prochaine visite de site Visite d'une maison réhabilitée au niveau basse énergie à Sainte-Foy-lès-Lyon (69) le 26 septembre inscriptions :ww.infoenergie69.org A noter dans vos agenda visite de la chaufferie municipale au bois de Poleymieux-au-Mont d Or atelier technique sur le thème montage juridique et énergies renouvelables date et inscriptions : A lire Parmi les derniers ouvrages que nous avons acquis pour notre Centre de Ressources et de Documentation, nous vous conseillons comme lecture de l été : L énergie du soleil - construire aujourd hui l environnement de demain - par Maylis Gaillard - le cherche midi, Eco-conception des bâtiments dt des quartiers - par Bruno Peuportier - Mines ParisTech, 2008 renseignements et inscriptions : ALE - Samir BOUKHALFA : / Nouvelles têtes... François THEBAULT Chargé de missions Bâtiments Durables il a intégré le pôle Bâtiments Durables et Energies Renouvelables de l ALE en début d année 2009, après 2 années passées à l ADIL de Picardie. Samir BOUKHALFA Nouveau directeur de l ALE, il a pris ses fonctions en mai 2009, après 2 années passées à l ALE en tant que responsable du pôle Energies Renouvelables. Yvan BIDALOT Chargé de Missions Animation et conseiller en énergie. Il a intégré le Pôle Sensibilisation, Climat, Energie, Territoire en avril 2009 après 4 années passés dans le domaine de l éducation à l environnement pour des collectivités et des organismes sociaux. Petits consommateurs deviendront grands ecocitoyens Avec déjà 1000 enfants et jeunes sensibilisés en 2008, l'ale a repris sa mission éducative auprès des jeunes publics, avec l'arrivée au sein de son équipe d'un nouveau chargé de missions spécialisé dans l'éducation à l'environnement (voir nouvelles têtes ). 30 classes devraient bénéficier de ses interventions en 2009, durant lesquelles seront abordées, en collaboration avec les enseignants, les thèmes de la maîtrise de l'énergie, du Développement Durable, et de la qualité Environnementale des bâtiments... Les visiteurs Toujours très appréciées, les visites de site organisées par l ALE ne cessent d enregistrer un nombre croissant d inscriptions, comme on a pu le constater le 11 juin dernier à Saint-Priest, lors de la visite de la Cité de l Environnement, premier bâtiment de bureaux à énergie positive. Cette visite a accueilli près de 150 personnes. Ce succès conforte l ALE dans son rôle d information et de sensibilisation sur le territoire de l aggloméération lyonnaise. Pour celles et ceux qui ne recevraient pas les invitations aux évènements organisés par l ALE, vous pouvez vous y inscrire en envoyant un à Vous trouverez également sur notre site Internet (rubrique zone de téléchargement ) tous les rapports, compte-rendus et autres supports d interventions diffusés lors des visites de sites et ateliers organisés par l ALE. avec le soutien de : et des autres membres de l ALE : ABC HLM, Fédération des entreprises du BTP du Rhône, CAUE 69, Conseil Général du Rhône, DALKIA, EDF, GDF Suez, HESPUL, INSA, PACT du Rhône, Rhônalpénergie-Environnement, SIGERLy, SYDER, SYTRAL, UDAF du Rhône, UNPI, Ville et Aménagement Durable, Ville de Lyon

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013

Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013 La géothermie, une énergie adaptée aux besoins des bâtiments Point sur les travaux en cours en France en matière de structuration de la filière BRGM Orléans, 21 mai 2013 Des approches interdépendantes

Plus en détail

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers -

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers - Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015 Opération de géothermie intermédiaire avec ompe à Chaleur Hors articuliers - Cette procédure concerne uniquement les opérations de géothermie intermédiaire

Plus en détail

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES Thème : Géothermie PAC réversibles et thermofrigopompes Titre : Favoriser les systèmes de production énergétique par géothermie réverversibles (production de chaud et de froid alternativement) ou les thermofrigopompes

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Géothermie dans les Ardennes

Géothermie dans les Ardennes Géothermie dans les Ardennes Comment initier et monter efficacement son projet 26 septembre 2013 Poix- Terron / Charleville- Mézières Méthodologie d un projet Choix des systèmes, outils d aide à la décision,

Plus en détail

l expert de la géothermie au service des villes durables

l expert de la géothermie au service des villes durables l expert de la géothermie au service des villes durables ÊTRE UTILE AUX HOMMES La géothermie : décryptage La géothermie constitue une formidable ressource énergétique disponible et locale, au plus près

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins

Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins Energies renouvelables Eau chaude sanitaire collective Chauffage de bassins Le système Genèse du système Etablissements de santé, logements collectifs, hôtellerie, cuisines collectives, centres aquatiques

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie

Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie Direction de la Communication et des Editions Attachée de Presse Laurence Guillemain : 02 38 64 39 76 l.guillemain@brgm.fr Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie Salon International

Plus en détail

La filière géothermie très basse énergie en France

La filière géothermie très basse énergie en France La filière géothermie très basse énergie en France F Boissier, A Desplan, BRGM Le contexte : Enjeu croissant autour du changement climatique : Kyoto Les décisions politiques sont prises à tous les niveaux

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT 1 UTILISONS L ÉNERGIE RENOUVELABLE DISPONIBLE À TOUT INSTANT DANS L EAU, L AIR ET LA TERRE UN PANEL REPRÉSENTATIF DE MEMBRES QUI SOMMES NOUS? L association regroupe

Plus en détail

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression TECHNOLOGIE UTILISEE POMPE A CHALEUR EN GENERAL ET PLUS PARTICULIEREMENT AQUIFERE OU GENERIQUE Type d'usage Collectif Les pompes à chaleur (PAC) utilisant comme source froide les nappes d eau souterraine,

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Mercredi de l Info. Présentation du 16 avril 2014. Eau Géothermie Energie Environnement

Mercredi de l Info. Présentation du 16 avril 2014. Eau Géothermie Energie Environnement Mercredi de l Info Présentation du 16 avril 2014 Eau Géothermie Energie Environnement 1 SOMMAIRE 1. LES GRANDS PRINCIPES LES DIFFÉRENTES GÉOTHERMIES 2. LES ATOUTS 3. LES PROCÉDÉS 4. LES DOMAINES D APPLICATION

Plus en détail

1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic

1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic Sommaire 1. AIDES NATIONALES... 2 1.1. Economies d'énergie - Aide à la décision - Diagnostic... 2 1.2. Economies d'énergie - Aide à la décision - Etude de faisabilité... 4 1.3. Economies d'énergie - Aide

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT Imprimé sur papier composé de 60 % de fibres recyclées, 40 % de fibres vierge RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT AU CŒUR DES VILLES, UN CHAUFFAGE ÉCOLOGIQUE À PARTIR DU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT,

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris S. Lopez, V. Hamm le BRGM > le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est le service géologique national

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire Rappel du contexte Adoption d un Plan Climat Energie Territorial en Conseil municipal

Plus en détail

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau)

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau) Objectif 1.1 Diminuer les consommations énergétiques de la commune et des services municipaux Services partenaires Tous les services Lutte contre le changement climatique et protection Partenaires à associer

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement José NAVETEUR (1), Christian BRUSS (2) (1) EDF Département EnerBat - BP 46-77818 Moret-sur-Loing

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE T.Flow Le système qui ré-invente l eau chaude. SYSTEME Ventiler Produire l ECS 2 FONCTIONS Bienvenue dans un monde tempéré. Système de Températion Domestique T.Flow Bienvenue

Plus en détail

Les énergies renouvelables Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne

Les énergies renouvelables Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne Franck ROTURIER Directeur de l Environnement, du Développement Durable et des Risques Majeurs de la Ville de Narbonne à Narbonne, vers

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ;

Un bouquet énergétique équilibré, faiblement émetteur de GES et contribuant à l indépendance énergétique nationale ; REACTIONS AUX CONCLUSIONS DU RAPPORT ETABLI PAR LE GROUPE DE TRAVAIL «ENERGIES RENOUVELABLES APPLIQUEES AU BATIMENT» MIS EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN BATIMENT GRENELLE La Loi Grenelle Environnement a,

Plus en détail

Bureau d études techniques. DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007

Bureau d études techniques. DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007 ERMEL Energie Espace Saint-Germain 30 avenue du général Leclerc 38200 Vienne Bureau d études techniques Efficacité énergétique et Energies Renouvelables DOSSIER DE PRESENTATION Septembre 2007 ERMEL ENERGIE

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015 Réponses en vue du débat public de Poligny COTTAGES 1. A quelle réglementation thermique les cottages sont-ils soumis à la construction? RT 2012? Oui RT 2012, comme toute les constructions en France depuis

Plus en détail

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Chantier copropriété du Plan Bâtiment Grenelle 30 septembre 2011 Sommaire Les objectifs

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Sur Mesure. La fiche des politiques régionales

Sur Mesure. La fiche des politiques régionales Sur Mesure La fiche des politiques régionales Publication de la Région Poitou-Charentes N 06, mars 2009 ENVIRONNEMENT 186 maisons bois économes en énergie aidées en 2008 par la Région Poitou-Charentes

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude?

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude? Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur? Une pompe à chaleur est un frigo qui fonctionne à l'envers. Une pompe à chaleur est capable de capter l'énergie à l'extérieur et de la restituer à l'intérieur. Par exemple,

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé Transition énergétique des collectivités Comité de pilotage Conseil Energie Partagé PAYS RUTHENOIS / CEP Pays Ruthénois: 8 salariés 57 communes 93 000 habitants 5 M /an d énergie Programme Matin (09:00)

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DALKIA AMELIORE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DU CENTRE POMPIDOU

DOSSIER DE PRESSE DALKIA AMELIORE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DU CENTRE POMPIDOU U DOSSIER DE PRESSE DALKIA AMELIORE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DU CENTRE POMPIDOU COMMUNIQUÉ DE PRESSE DALKIA AMELIORE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET ENVIRONNEMENTALE DU CENTRE POMPIDOU

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

1 ) Qu est-ce qu un bâtiment BBC? Le label français BBC Effinergie Document 1a

1 ) Qu est-ce qu un bâtiment BBC? Le label français BBC Effinergie Document 1a Type d'activité La maison BBC Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de T erm S Compétences exigibles du programme de T erm S Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques

Plus en détail

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR)

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE COMMANDITAIRE DE L ETUDE - Raison sociale du demandeur et statut juridique,

Plus en détail

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Maîtriser l énergie est un enjeu majeur pour nos territoires. Face à des réglementations encore plus strictes, à une augmentation sans cesse

Plus en détail

La protection des nappes d eau souterraine

La protection des nappes d eau souterraine La protection des nappes d eau souterraine Eric GARROUSTET SOLSCOPE BEAUNE, le 28 mars 2013 Le S.F.E.G. Le SFEG représente les entreprises de forage spécialistes de la ressource en eau souterraine et de

Plus en détail

L offre 2016 Transition Energétique

L offre 2016 Transition Energétique L offre 2016 Transition Energétique Les priorités d intervention de l ADEME Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Animation, aides à la décision, études de projets - Bâtiments : «Massification» de la rénovation

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

«Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature

«Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature «République Française Ville de Saint-Cloud Développement durable «Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature 1. Contexte et enjeux Avec 44% du bilan énergétique, le secteur du bâtiment est le plus

Plus en détail

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose

Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose Etude des possibilités de remplacement de la source centralisée d énergie du campus Valrose 1.Présentation du sujet 2.Etat des lieux 3.Les solutions de remplacement retenues I Présenta9on du sujet d étude

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Christian GERINTE BARBANEL 26, villa Baudran 94742 Arcueil Cedex cgerinte@barbanel.fr Les nappes d eaux souterraines sont fréquemment

Plus en détail

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie 28/03/2014 1 FEDER 2014-2020 28/03/2014 2 FEDER 2014-2020 Axe 5 «Soutenir

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

BUREAUX D ÉTUDES & ENTREPRISES DE GÉNIE CLIMATIQUE

BUREAUX D ÉTUDES & ENTREPRISES DE GÉNIE CLIMATIQUE BUREAUX D ÉTUDES & ENTREPRISES DE GÉNIE CLIMATIQUE DEVENEZ EXPERTS DE LA POMPE À CHALEUR À ABSORPTION GAZ NATUREL La pompe à chaleur à absorption vous offre de nouvelles opportunités Une réponse aux nouveaux

Plus en détail

L efficacite e nerge tique

L efficacite e nerge tique L efficacite e nerge tique 1. Principes généraux Une mesure «d efficacité énergétique» désigne toute action mise en œuvre par un agent économique afin de limiter la consommation d énergie liée à un usage

Plus en détail

Opération "Thermo-copro"

Opération Thermo-copro Opération "Thermo-copro" Bilan de la campagne 2010/2011 Opération réalisée en partenariat avec Et avec le concours financier de : Version 1 - Mai 2011 Rédacteur : Nicolas PICHOT Version 1 Juin 2011 Latere

Plus en détail

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté Fonds chaleur renouvelable de l ADEME Florence MORIN ADEME Franche-Comté LE FONDS CHALEUR DÉFINITION 2 Le Fonds Chaleur est un engagement majeur du Grenelle de l environnement et l une des 50 mesures pour

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE. Les pompes à chaleur, le principe

GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE. Les pompes à chaleur, le principe GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE Les pompes à chaleur, le principe Les deux technologies de pompes à chaleur : aérothermie et géothermie Comment fonctionne une pompe à chaleur? LES

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Pompes à chaleur. Xinoé E3 & Xinoé Pro INNOVATION 2010. Fiche commerciale

Pompes à chaleur. Xinoé E3 & Xinoé Pro INNOVATION 2010. Fiche commerciale Fiche commerciale Pompes à chaleur Xinoé E3 & Xinoé Pro P o m P e s à c h a l e u r à a b s o r P t i o n g a z INNOVATION 010 motralec. 4 rue Lavoisier. ZA Lavoisier. 953 HERBLAY CEDEX. Tel. : 01.39.97.5.10

Plus en détail

L habitat écologique : Effet de mode ou une évolution profonde de nos modes d habiter?

L habitat écologique : Effet de mode ou une évolution profonde de nos modes d habiter? L habitat écologique : Effet de mode ou une évolution profonde de nos modes d habiter? Intervention de Louardi BOUGHEDADA Vice-Président Energie Climat Communauté Urbaine de Dunkerque DGST Mission Ingénierie

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Géothermie & Aquathermie

Géothermie & Aquathermie Mardi 19 Juin 2012 en LORRAINE Géothermie & Aquathermie Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services. Dossier de Synthèse

Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services. Dossier de Synthèse Bilan Carbone TM de la CAVDS Volet Patrimoine et Services Dossier de Synthèse 1 - Bilan global Les activités de la Communauté d Agglomération Val de Seine, hors logements sociaux, ont émis plus de 24.000

Plus en détail

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 RAPPEL DES PRÉCÉDENTES PHASES 2 Juin 2010 Démarrage / Prédiagnostic Plan Climat Octobre

Plus en détail

QUI ET POURQUOI LA RT2012?

QUI ET POURQUOI LA RT2012? QUI ET POURQUOI LA RT2012? La réglementation thermique 2012 s applique à la quasi-totalité des bâtiments dont le permis de construire a été déposé après 01 janvier 2013, à quelques exceptions près. La

Plus en détail

La géothermie très basse température assistée par PAC

La géothermie très basse température assistée par PAC La géothermie très basse température assistée par PAC Olivier GRIERE Paris, juin 2012 assistée par pompe à chaleur Olivier GRIERE Définition L ENERGIE GEOTHERMIQUE énergie emmagasinée sous forme de chaleur

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Conseil Général des Hauts de Seine En partenariat avec les bureaux d étude Trivalor et Nextep Cette action a comme principal

Plus en détail

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR

2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR PRESENTATION 2 OBJECTIFS MAJEURS ( PERMETTRE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE A L ECHELLE REGIONALE ( FAVORISER LE DEVELOPPEMENT LOCAL BASE SUR L ECO-RESPONSABILITE Les actions soutenues

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE

TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE produc t ion d'eau chauffage aux énergies concep ts de chauffage chaude sani ta ire renouvel ables élec tr ique TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE pompes À chaleur eau glycolée/eau ou eau/eau puissances

Plus en détail