AUX. (P.E.fî. ) / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUX. (P.E.fî. ) / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, -"

Transcription

1 b u r e a u d a n i e l d ' é t u d e s c u c h e D a t r i c k b e r a e r e t» <> >«<» - BOYNAC IMSO CUSQN CANDRAN * PIAN D'EXPOSITION AUX RISQUES NATURELS PREVISIBLES (P.E.fî. ) COMMUNE de SAINT-HARTIN-EN-VERCORS / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, - MAI 1987 ttéotochnlqu»» f«mtl*tlan, birngn, r*t*nu ealllnnlraih gtla»m*nt* hydrogéolool* i rvahsroh*! mobilisation d««mux *«ulnl»**ment 1 Individu*! * eotlfrottf QUALIFICATION OPQtBt : A 1H /123 /*34 /136-23S h - filff

2 PLAN D'EXPOSITION AUX RISQUES NATUREt. S COMMUNE DE. SA INT-MARTIN-EN-VERCOR5 RAPPORT de PRESENTATION SOMMA [ R E I - JUSTIFICATION, PROCEDURE D'ELABORATION ET CONTENU DU P.E.R Justification du P..R. 1.2, - La procédure d'élaboration du P.E.R. 1*3.- Périmètre d'étude et contenu du P.E.R* I I. - LE SITE ET SON ENVIRONNEMENT 11*1.- Présentation de la Commune I I. Z.- Evolution récente de la Commune de Saint-Martin Population Construction Activité économique I I L - LES RISQUES NATURELS 111*1.- Méthodologie I I I Contexte géologique (carte au 1/25,000 èrne ) 111,3. Les phénomènes observés (1/1Û.Û 0 0 è m e ) I l 1,3.1" Coulée de boue I I I Glissement de terrain Il I Affaissements I I. 1. 3, 4- E f fondrements I I I, 3.5- Chutes de b1oc s

3 I I I C a r t e d e 1 a 1 ithologie et des p e n t e s ( 1 / I l'J o ni e ) 111.4,1- C a.1 c aires compacts urgoniens Calcaires h niveau sableux fa rmations gréso-sableuses I I I Molasse I E b o u 1 i s I I I, 5. - La carte d'aléa (1/10, OOOème ) 111,5. 1- Id enti f i c a t ion des a1é a a 111*5, 2- P r i n c i. p a les caractéristiques I I I. > C h utes de blocs I I I Coulées de boue 111, G.1 i.. s s e m e n t s 111, L f f o n d r e m e n t s I I I, 5,2. l 3. - A f f a i s s e m e n t s IV. - i. E PLAN DE'. VULNERABILITE (.1/ 10 OOOème ) V, - LE ZONAGE DU P.E.R, (1/3.OOOème) V Les. di f'f érentes zones sur le t e r r i t o i r e commun a V.2 t Justification du zonage P.E.R. V, La zone blanche V La zone rouge V,? » L a zone b le ne

4 1- I JUSTIFICATION, PROCEDURE D ' E L A O Oj VAJ.i. N _. r IJ Ç O N I (NU DU i'justification DU P.E.R : L'application de la l o i d u 13 J ui 11 e t r e l a t i f e à 1 1 i n d e m n i. s a t i n des catastrophe s n a t u r e 1.1 e s, do n n e 1 i. e u ë l'élaboration par l'etat de plans d'expositions aux r i s - q u e s t") a t u r e 1 s prévisibles (P.E.R). Un P.E.R doit fournir des rensei gnemen t s e t: i n forma - t i o n s, tant sur les risques potentiel s e t 1 e s e c h n i q u e s de prévention que e u r la réglementation de 1'occupation et 1 'utilisation du soi. 11 doit aussi permettre de limiter les dommages» résultats des effets des catastrophes naturelles et d'améliorer la sécurité des' personnes et des biens. La commune de SAINT MARTIN EN VERCÛRS occupe une large vallée orientée Nord-Sud dont le v e r s a n t E s t ES r g i.1 e u x et T'o r t e? m e n t p e n t u est sujet à de s g 1 i s e m e n t: s d e!. e r r a i n. Le plus spectaculaire de ces m o u veme n t s e t une c o u.1 é e de boue au hameau de la BERTHUIN1ERE, le 15 Mars 1981, plusieurs milliers de m 3 de boue argi1e u s e transporta nt des blocs calcaires se répandent dans le hameau a i m* i que dans les prairies en contrebas. De nombreux gl i s sèment. 8 lents appelés " r e p tat ions " affectent également ce versant Est de la vallée. De pl.ua, le Vercors est situé dans la zone VIII - IX de 1 a c a r t e de l'intensité maximale de séismicité, possible dans le S u d-e st de la France. I l est donc a p p a r u o ppo r t u n d'é t ab1i r un P.E.R en raison des risques existants et dont 1 es conséquences pourraient être importantes pour la sécurité des personnes et des biens.

5 LA PROCEDURE D'ELABORATION DU P.E.R ; Ce L i: e procédure comprend plusieurs phases : - Le Préfet, Commissaire de la République du Département, prescrit par arrêté l'établissement du P.E.R, - le P. E, R. est e n s u i t e r- e n d u p u b 1 i c e t s o u m i s à l'enquête publique par arrêté préfectoral, api; b a a v i sriu Con sei1 Municipal, - le plan est alors approuvé après avis du C o n s ei 1 Municipal en te riant compte des résultats de 1 ' en qu ê t e pu - b.1 i q u e, - le P.E.R. est opposable au tiers des L'exécution de J H dernière mesure de publicité de 1 ' ac t e l'a y an t approuvé. Conformément à l ' a r t i c l e 5. 1 d e la l o i du 13 J u i l l e t.198 2, le P.E.R. entre en vigueur le 30è jour d'affichage en mai rie de l'acte d f approbation. Le P.E.R vaut servitude d'utilité publique, A ce t i, t r e, i. 1 doit être annexé au Plan d'occupation des s o 1 y ( a r t i c 1 e R du Code de l'urbanisme). 1 3 ~PERI ME T RE D'ETUDE ET CONTENU DU P.E.R : Le périmètre étudié englobe 1 1 e n s e m b I e ci u t e r r i t o i r e de la Commune de SAINT MARTIN EN VERCQRS. Les études techniques ont é 14 effectuée s n u r 1 a i o L ; l i t é du t e r r i t o i r s communal avec une attention particulière pou r 1'ensemble du versant Est de la va 11é e. Un arrêté préfectoral en a prescrit.1*établissement. Arrêté n 1794 du 16 Avril 1987 au t i t r e de mouvements de t err a i n.

6 F i g I A R T F D F. S I T U A T I 0 N Echelle 1/ éme (SUA 'S Col dê /* Blsttlt* 1

7 3- I i LE SITE ET SON ENVIRONNEMENT I I. 1 -PRESENTATION DE L A COMMUNE (voir carte de si tuat i o n» f i g I ) La commune de SAINT MARTIN EN VERCORS occupe pour l'essentiel une large vallée orientée Nord-Sud. Celle-ci est 1 imitée à l'est par une fa 1 ai se c a 1c a i r e p o u v a n t atteindre une centaine de mètres. S o n f 1 a n e 0 u e s t., au r e l i e f moins accusé, remonte en pente doue e jusqu ' aux gorges de la Vemaison (Grands Goulets) qu'il domine de plus de 600 mètres. En fond de vallée coule le B U Y E C H E qui reço i t en r i ve gauche le ruisseau de l'adouin. 11,2- EVOLUTION RECENTE DE LA COMMUNE DE SAINT MARTIN. I I. 2-1 L A P 0 P U L A TXO N La population de SAINT MARTIN EN VERCORS régresse régulièrement depuis le début du siècle. D e p u is 1968, elle semble s'être stabilisée aux alentours de 300 habitants ril U i,k,.v»^»<ir'.r,rrtt POPULATION Ï Actuellement la pyramide des âges est marquée par 1 f importance de la tranche des plus de 60 ans, représenta nt un t i e r s de la population totale.

8 4- L e n o mbre de décès et de naissance e s t «n déséqui1 i - b r e ; en moyenne sur les 6 dernières années on n o t. e u n e naiss a r-) c e pour 2 décès. 11*2-2 k A J^NSTRUCUON, L'habitat est très d i s p e i 1 s é sur I ' e n s e m b 1 e du t e r r i toire communal ; moins du tiers de la population réside au v i. 11 a g e - La moitié des habitations, que ce soit au ch e f-1ieu ou hors chef-lieu, sont des résidences secondaires. Depuis 10 ans, on compte 10 nouvel les construct ions, toutes hors chef-lieu : T 0 U R T R E, LES MICHALONS, LES MORE AU X, L'ARENIER, LE BARD, COURS FERRANT. Parmi celles-ci, 6 sont à usage d'habitations secondaires. 11,2-3 L ' ACT IVlXE_EÇONOMIO t UE. L 1 a c t,1 v i t é principale es t: i 1 a g r i c u.11 u r e e t.. plus p r é - c i s é ni e n t l'élevage bovin. On c; o m p t e actuellement 27 exploitants a g r.i c o i e 3 d o n t. 4 so nt à j a r e t r a i t e. L a surface agricole, une grande m aj o r i t é en prai r ie, est de 550 ha sur les ha que cornpte 1 a commun e. Les autres activités se répartissent de 1 a façon suivante: - u n b o u 1 a n g e r - un potier -un plombier - deux employés P.T.T - trois employés communaux - une a 1i m e nt a t i o n - vin b a r - r e s t a u r a n t au v i 11 a g e - un restaurant-hôtel au v i 1 1 nqo C :.» ri i u n 11 t < 1 1 ) - un hôtel aux Baraques en Ver ro r r, ( " ) - un labae souvenir aux Baraques ( " )

9 1 1 1 * - '-ES RlSgULS NATURELS I I I. 1.- METHODOLOGIE L a première phase d e I'é t u de t e c h n i q u e cona i st e en : - L. ' é t ablissement d'une car t; e g é 010 g i q u e a u 1/ è m e, d ' a p r è s la carte au 1/50.OOOème de VIF, et complé bée pa r 1 es 1 ciuées de terrain - L ' é t a b 11 s a e m e n t d ' u n e carte de la.1 i, t h 1 o g i e e t d e s p e n t e s au 1 /10. OOOème, étant donné 1 1 impor t a n c e d e c e a f" a c t e u r s dans.1 ' a ppari t ion de phénomène de m o u v g m e n t s de t e r r a i n. - Une carte de localisât i, 0 n d e s m o u u e m e n t s d e t e r r a i n a u.1/10. DÛOème - Une classification des risques se 10n 1eu r nature, leur intensité, leur f r é q u ence et les conséquences prévis! b 1 es - L a d é f i ni t ion des zo n e s è risques s e 10 n.1 a na t u r e d es risques et leur i ntens i té, s y n t h é t i s éeda ns 1 a carte d'a,éa au 1/10 000è m L. a seconde phase de l'étude, admini strative et t e c h nique permettra d'établir : - U n plan de vulnérabilité des z0 n es h risques, étnfoli à partir d ( ; s c a r t es d 1 aléa d'une part et d e 1 ' o e c u p a t i o n du un 1 d ' a u - tre part C 1/10.OOOème) - un plan de zonage P.E.R. au 1/5.000ème, sy nthèse des cartes d ' a 1 é a e t de v u 1 n é r a b i 1 i t; é - U n r è cj I e m e n t P.E.R. mouvements d e t e r r a i. n f.) v e s c r i v a n t d e s mes u r e s dan s chaque zone et sous -1. one d é f i n i c s ur 1 0 z on a ge P.fc. R, - Une fiche technique de prévention définissant les mesures a p p 1 i eabi es en zone bleue.

10 6. - I I I. 2 - CQNTEXTC GEOLOGIQUE. La commune de SAINT MARTIN EN VERCORS occupe un vas- Le synclinal c a 1c a i r e orienté N û r d- S u d : le s y n c 1 i n a 1 de RENCUREL - SAINT MARTIN EN VERCORS* I I I. 2-1 Cette structure s y nc1i n à 1 e constituée de t 11 épaisse s é cj ue n c e des calcaires à f a c i è s U r g o n i e n (Bar rémien - A p t i e n ) m entre un flanc Ouest qui. remonte en p e n t e d o u c e j u s qu'aux falaises dominant les gorges de la Vernaison et un flanc Est b e a u co u p plus abrupt. Ce dernier est même, d uns sa moitié Nord, chevauchant vers l'ouest sur 1 es formations formant le coeur du synclinal, Ces ca 1c a i re s u r g o n i e n s sont blancs, m a ss ifs» tantôt à grains fins, tantôt à grains plus g r o s si ers et r e n f e r m e n t de nombreux fossiles. Leur épaisseur peut atteindre 200m ; i l s forment à l'est la f ai a i s e dominant la vallée do SAINT M A R - TIN EN VERCORS ainsi que le plateau d'herbouîlly et è l'ouest le BOIS de L'ALLIER et les rochers de 1'ALLIER dominant les GRANDS GOULETS. Cette carapace u r g o n i e n n e q u i for me 1'os s a t u r e de la vallée est parcourue par un i m p o r t. a n t r é s e a u k a r a t i q u e q u i se superpose bien souvent au réseau de f a i 11 e s c I. de s d x a - cl a s e s Nombreuses sont les gr o 11 e s, d o 1 i n e s o t. 1 c s p u i l s v e r t; i c aux ou scialets* I I I Cette morphologie c a 1 c a i r e est c o m b i é e p a r s u p e r p o s i. - t i on de différentes couches : "lumachelle M "sables albiens", > c alcai res et grès sénoniens, e t e n f i n m o i a s s e tn.1 o c è n e q u i forme le coeur du s y ne h inal. - La " 1 u m a c h e11e", peu épaisse (20 mètres maximum) est un calcaire biodétritique (presque exclusiveme n t constitué de coquilles) parfois gréseux. - Les "sables albiens" sont constitués d'une série de sables et de grès verts azoïques atteignant une centaine de mètres d'épaisseur.

11 7 Lis forment avec la " 1 umache 11 e " un petit -, i Mon orienté Nord-Sud sur le flanc Ouest de la vallée- de SA J NT MARTIN ; le BRIAL, les FAÇONS, le VIOUZOU, les B U I. S S I E R E S. - Enfin la molasse miocène achève la s ér i e. Elle montre des argiles finement sableuses grises et des sab 1 es p1us g r o s - siéra, argileux et jaunes. La molasse constitue une partie p 1 a ne ou f a i b I e m e ri t p e n t u e en fond de vallée. 111, 2-3. Alors que ces diffère ntes forma t i o n s sont b i en v i siblws à l'ouest de BUYECHE, à l'est elles sont en grande partie recouvertes par une vaste zone d 1 ébou1is à gro s blocs calcaires emballés dans une matrice tantôt fran c h ement argileuse, tantôt gravelo-argileuse. Ce versant Est, plus pentu» est le siège de nombreuses petites sources (à 1'inverse de l'autre versant pratiquement sec). I l s'agit d'eau de source v a u c i u s i e n n e éparpillée ensuite dans les éboulis. et la molasse, et qui ressort a la faveur d ' u n n i, v e a u plus argileux. I I I. y,. LES PHENOMENES OBSERVES (carte 1/lOOOOj t. e contexte g é o I. o g i q u e, sa c o r r é I. a t i o n i i t h o 1 o g i q u e, ainsi que la topographie sont à l'or i, g i. n e des m o u v e m e n t s de terrain survenus sur la Commune de SAINT MARTIN EN VER CORS. I I I. 3»1 0ULEEJ)E BOUE : C* 1 1-ooal i s a t i on : Hameau LA B E R T H UlN 1ERE type ; phénomène rapide. Le 15 mars 1981, une coulée de boue t. r a n s p o r t a n t des blocs calcaires t r a v e r s e le hameau et s'étale en contrebas jusqu'au fond de la vallée. Le phénomène se déclencha en amont, sur le versant boisé, Une source particulièrement grossie par la fonte de neige provoqua un p e t i t glissement faisant barrage. Celui-ci poussé par- le s e aux ainsi l't.;: t e n u e a» c é d a, e n t r a i, n a n t une v é r i. t. a b 1 c 1 a v c t o i: r e n t i e 11 e.

12 8.- -source^i au contact ébouiis argileux - molasse arg i. i. e u se grise. - mat.é_r_iaux Ë. m 0 '- r,é^ * éboulis à gros blocs Cl m3) et ""' matrice argileuse. e x t: e n s i_o_n_ : zone de départ de la coulée : 3 0 m d e I a r q e a u r 5 0 m de haut et 4 a 5 m d'épaisseur jusqu'à.1. a m o 1 a s s e sousj a c e n t e. - chenal d * écoulement : longueur 200 m, 1 a rgeur 2à 3 m, p i 1 o f" o n d e u r 2 m. Au t o t a l, e ri v i r o n 6 à m 3 de matériaux e m p o rtés. EJL9i.iiLL9Jl : stabilisé actuellement, mais la source p é r e n n e g r o s s i. e par la fonte des neiges et par u n e f o r t:. e p 1 u v i o s i t é p eut à nouveau e n t r a i n e r le même phénomène. I I I - 3-2, G L IS SE ME U T _D E TERRAIN : G G.1. LocalIsation ; au Hameau de T0URTRE, rive droite de 1'A D 0 U IN, derrière une colonie. TjyjD e : glissement de type plan entraînant la par t i e s u p e r f i c i e 1 1 e et altérée de la molasse s u r u n e p e n t e f o r t. e. M o J. a s s e altérée : a r g i, 1 e j a u n e t r è s " g r a s se", e n v i. r o n 1 tu d'épaisseur, recouvrant sa roche mère a r g i1o- s ab1euse, q r i s e et co mpacte, Lï^Jlsj^on, : 50 m de large sur 60 m de h a u t e u r e t 1 a 1,50 m d'épaisseur. Environ 3000 m3 de matériaux déplacés. ËMSl liillqil ; i ri s t a b 1 e surtout si la est accompagnée de fortes pluies. f" o n t. e des n e i q e s G. 2. Localisation : Hameau de T 0 U R T R E, r i v e d r o i. e d e.1 ' AD0UIN. f y p e ; idem G.I. phénomène brutal. Extension î 100 m de large sur 6 0 m d e hau t e u r et 1 è 2 m d'épaisseur; environ 6000 m3 de matériaux déplacés. Evolution : i n stable ; f o n te prin tanière, f o r t e s p l.uies, érosion en pied de versant par le ruisseau de 1'AD0UIN.

13 Risque ci 1 a p r a c h e m e n t d'un p o t, e a u d e i i g n e à tu o y e n n e t e n s ion. G 3 L o c a 1 i. s a t i o n : Hameau de TOUR THE, rive droite del'adouin Type : Idem Gl. Phénomène brutal sur forte pente. t^heiojl : 20 m de large sur 10 de h a u t e t, 0,50 à 1 m d 1 épaisseur, environ 150 m3 de matériaux déplacés, E v o 1 u t_io n i Instable : fonte p r i- n t a n 1ère e t / o u f o r t e s p! u i e s, G 4 Lp c a i i. B a tion : chemin" c o m m u n a 1 r e 1 i a n t 1 0 U R f R H a u x MI CHAI. ONS. TV_ P : glissement plan affecta n t 1 a p a r t i. e s u p e r f i. c i e 11 e e t a Itérée de la molasse. P h é n o mène 1 e nt, r e p t a t:. i on q u i, p r o v o que des bombements, des ondulations sur les deux versants du vallon et qui affecte le c 11 e m i n communal. E x te n s i o n : m de large sur 200 m de hauteur et 0,50 à 1 m d'épaisseur; environ in3 de matériaux déplacés. Evolution ; stabilisée par drainage et pose de c a ri i v e a u x é t a n c h e s en ciment. G 5 L o c a 11 s a t i o n î Hameau les MIC H A1,0 N 5. J yj?e, ' Idem G à. Phénomène lent., reptation, i c i le ter rai n est plus mouvementé, on o b s e r ve des creu x et des bosse s d'environ 1 m de hauteur, E x t e n s 1 o n ; 4 0 m de large sur 5 0 m de 1 o n g e t. 0,5 h.1 m d'épaisseur; envi ron 1500 m3 de matériaux dép1 a c os, Evolution : I n s t a b i 1 i t é entraînée p a r c i. r c u i a t ions d'eau souterraine, phénomène c e r t a i n e m e n t a c c é 1. é r é à 1 a f o n t e de neige et/ou lors de fortes pluies. G 6 L g c a 1 i s a t i on : entre les Hameaux des MICHAl.ONS et, des BIAS50N5. Ty ge : g 1i s s e m e n t plan, p h é n omè n e 1 e nt af fec t a nt vers le haut les éboulis argileux et vers le b a s 1 a t. r a n che s u p e r - f i c i e 11 e et. altérée de la molasse; provoque des ondulations ci u t, e r r a i n assez peu marquées.

14 r ii^jloiil 1^, 0 : 1 m fj R, ^ ^ ^a r 9 e 5 u ^ 5 O m d e h a u t e u r e t. U,.' J 1 m d'épaisseur, environ ZO 000 m 3 de matériaux aff" e c t é s. Evolution : i. n s t atai e, i d e m G 5. G 7 Localisation ; sur le c h e m i, n L E S B IA S S 0 N 5 -- I.. E S R I T 0 N S T V pe : glissement lent, r e p t a t;. i o n a f f e c t a n t. 1 a ' t r a n c h e s u p e r F i c i, e 1 le et altérée de 1 a m o 1 a s s e -!L^.l.?... n Jii. n _ : ^ 0 m d e large sur 100 m d e.1 o n g e t. 0, 5 è.1 m d'épaisseur, environ m3 de matériaux affectés. Evolution i i. nsta b e idem G 3. G 8 Localisation : Hameau LA GISON 1ERE. XYj?J : i d e m G 7. Ly^i[LSi..yil : 6 m de large sur 150 m de hauteur et 0,5 à.1 m d'épaisseur, e n v i r o n 5 a 6000 m 3 d e m a t. é r i a u x a f f e c t é s. Evolution : instable i ci e m G 5. G 9 Localisat ion : Hameau les BE RTH0NNE TS Type : glissement plan, phénomène lent affectant vers le haut les éboulis argileux et vers 1 e b a s 1 a t. r a n c h e superficielle et altérée de la molasse. P r o v o q u e d e s o n d u.1 a t i o n s d u t e r r a in et un léger affaissement du c h e m i n d ' a c c è s aux BE- R T H 0 N NETS. ^LËII^JJIQ : de large sur 30 D m d e h a u t;. e u r e t 0,3 à 1 m d'épaisseur, environ m3 de matériaux affectés. ' ^ AliLi2ll : instable idem G 3. G.10 Localisation : Hameau LA BLACHETTE. Type : Glissement plan, phénomène su p e r f i c.i. e 1 e t i e n t, reptation a f f e c t a ri t. les éboulis argile u x. L*J:i;ll i-il r l : ^ m large sur 100 m de hauteur et 1 m d'épaisseur, environ 5000 m 3 de matériaux a f f e cté s. E v o 1 u t. i o n : i n s t a b 1 e idem G 5. G 1 i Local i. s o t :i u n : Hameau des F R A N C 0 N S. Type : idem G 10.

15 E x_t erision Î 50 m de large sur 50 m de i o n g r; t 1 m d ' e" p a i s - seur, environ 2500 m3 de matériaux a f fectés. E \i al y_t : 1 n a t a b 1 o i, d e m G 5. G 12 Local isation ; au Sud du Hameau de LA BC R T HUINJ t" RE en cont bas du CD 221. Ty p e ; idem G 10, ondulations peu marquées. E x t e nsien : 50 m de large sur 50 m de haut eur et 0,3 à 1 m d'épaisseur, environ 2000 m 3 do matériaux a f" f e c tés. {Ly.2jdlLL Il ; -instable idem G 5, G 1 i Localisation : Au Sud du Hameau de LA 13 E R T HUINJ ERE au dessus du CD 221. Type ; idem G 10. Ondulations peu marq ué e s. Extension i 50 m de large sur 70 m de hauteur et 0,5 à 1 ni d'épaisseur, environ 2000 m3 de matériaux affectés. Evolution : instable idem G 3. G 14 Localisation : Au Nord du Hameau de la BERTHU1NIERE. Type ;.i d e m G 10 E x t:. e n s i o n î 5 0 m de large sur 100 m de ha u t e u r et '0,5 à 1 m d'épaisseur, environ 3000 m 3 de m a t é r 1. a u x a f f e c t é s. E y oi u t i o n : instable idem G 5. G 1 5 Local! sa t ion : Hameau de L. A G R A T 1E Type : idem G 10. ondulations b i e n in a r q u é e s. E x te n s i o n : 50 m de large sur 50 m de h au te u r et 0, 5 à 1 m d ' épaisseur, m 3 e n v i r o ri de matériaux affectés. E v o1u tion : instable. G 16 Locali s at i o n : sur le CD 221, è l'ap1o m b du Hame a u d e 1 a BCACHETTE. Type : g 1i s se m e n t circulaire du t a i us a m ont de la route, a f f e c t a n t 1'éboulis à gros blocs et m a r i c e a r g i 1 e u s e. Extension : 30 m de large sur']. 5 m de hauteur et 2 à 3 m d'épaisseur, environ 1000 m 3 de matériaux d é p 1 acé a - Evolution : stabilisé par construction ci e g a bions.

16 12 I I I. 3-3.L_ES AFFAISSEMENTS : A A 1 Localisation : sur le CD 221 près de C 16. Ty p e : Phénomène lent affectant 1 1 éboul i s. La chaussée s'af f a is s e en moyenne de 5 à 10 c m par a n* Ex tensi on : environ la largeur d a la r o u 1.e s u r m d e 1 on g. Evolution : instable» le phénomène se p o u r s u i t: m a 1 q r é 1 a p ose de drains au dessus de la rou t e. A 2 à A 12 Localisation : le long du vallon LE BRIAC, I. E PACONS, LE WIQUZOU. Type : Phénomène lent de s u f f o s i o ri par e n t r a i n e ment des fines. Affecte ' les "sables albiens" et la 'M u m a c h e 1.1 e ". Extension : de quelques mètres à 15 m d e 1 i. a m è t r e e t de 1 à 8 m de profondeur. E volution : instable mais phénomène toujours lent. I I I LES EFFONDREMENTS : E E 1 Localisation : Au Nord du Hameau de 1'ARENIER. T y p e : Effondrement brutal, soit naturel, soit déclenché par le passage de machine agricole, de cavités souterraines creusées par les eaux. I l s'agit de véritables "canalisations" naturelles taillées dans la m o1 a s s e d ' un diamèt re d'envi ron 0,3 m. Ex ten s ion : plusieurs petits effondrements dont l'un de 1 à 1,50 m de large sur 5 m de long et 1 à 1,30 m de profonde ur environ 8 m3 de matériaux emportés. Evolution : instable. Comblés a r t i f i c ie11emen t par des blocs et des gravats, ces e f f o n d r c m e n t s ré a p p a r a i s s e n t p i. u s tard soit en amont soit en aval. E 2 Localisation : Ferme DE BRILLET, T y p e : i d e m E 1. Extension : plusieurs petits effondrements sur la même circulation souterraine. 1 m de large sur i à 2 m de long et 1

17 a 1,5 m de pro Fondeur. 3 à 4 m 3 de ma t é r.1 a u x t.; m p o r t. è s u total Evolut ion : idem E 1, E 3 Localisation : Hameau des MIC HA L 0 N S.!,i it 1 - li d e m ^ i. Cxtenoion : plusieurs petits e F F o n d r e m e n i: s. 1 m de 1 a r g e s ur 1 m de long et 1 m à 1,50 m d e p r ofo ndeu r. En viron 3 m 3 dc ma t é r i aux emportés. E yolut i o n : idem E 1. E 4 Localisation : Au Sud de TOUR IRE, Type : idem E 1. E x t e n s ion : un effondrement de 1 m d e.1 a r ge, s u r 1 m de long et 1 m de profondeur, s u r u e n u n a t u re11ement 1 ors d'une f o n t e p r i n t a n i è r e. Evolution ;.1 d e m E 1. I I I, 3-5. CHUTE DE_BL0CS_: CB CB 1 Localisât ion : Falaise de ROCHE ROUSSE depuis la limite Nord de la commune jusqu'au l i e u - d i t "LA GARDE T TE". 1 y p e : c h u t e a de pierres et de blocs au p r.i. n t e m ps, lors de brusque dégel ou éventuellement d'é b ran1ement s s i s m i q u es. Tailles des blocs : Blocs de quel q u e s d m 3 qui. s e détachent pratiquement tous les printemps du sommet de la falaise Sur face d ' arrachement ; La falaise de développe sur 2 km et varie de 50 à 100 m de hauteur. E v o 1 u t,1 o n : après.leur chute le s b 1 o c s r o u 1 e n t. sur le versant et s'arrêtent en général sur une c e n t a1ne de mètres. Exceptionnellement une énorme masse rocheuse p o urrait dévaleî le versant boisé et a 11 e i ri d r e les h a b i t a t i o n s e n c o n t r e b a s. CB 2 Localisation : prolongement Sud de ROCHE ROUSSE. Type : chute de blocs et écroulement de masses rocheuse; sur versant très raide, à partir des calcaires urgoniens f o r t e f» e n t fracturés dans ce secteur 1. V a 111e s des b I o es ; toutes tai1 les Î - pierre de quelques d m 3 qui r é g u.1 i è r 1 e m e n t: t o u s.1 e s printemps atteignent le CD 221 et même e n c o n t r e b a s le c h e ni i.

18 14.- menant è TOURTRE. - blocs (environ i m 3 ) et même masse r o c h e u s e d 1 e n v i - ron 7 00 m3 qui menace le CD 221 et le Hameau de TOURTRE. Sur f ace d l 'arrachement : 1,5 km de déve lo p p e m e n t sur i 0 0 r de ha u t e u v. Evolution : a c t u e 11 e m e n t, 1 o r s de chaque dé g e.1 p r i n t. a n i e r, ci e s n 3 o c s dévalent le versant s u r 100 à 2 G 0 m. 111,4," Çaj^t_e_de la 1 i. tho logie et des pentes JJVILLÎ^AII1 ). La carte de la lithologie et des pentes constitue le t r a i t d'union entre la carte des phénomènes observés et la ca rte d'aléa. E i 1 e (.i e r m et de visualiser le r a i s o n n e m e n t suivi p o u r d é t e r m i n e r les 20n es à mouvements potentiels. 8 i e n q u e c e 1.1. e distinction soit d i C f i c i. 1 e h a p p r é h e n d er, o n c I a s s e r a les phénomènes en deux c a t é g o r i es, e n f o n c i'. i on de leur é v o i u t i o n ; - mouvements actifs (C, G, A, E, CB) - mouvements potentiels (c, g, a * e, c b) L es mo u v e m enta actifs concernent les zones o Ci s o n t i n t e r v e n u s d e s p h é n o ni h n e s s i g n i f i c a t i f s, a c t u e 11 e m e n t a c t i f s. I e s a u t.. r es mouvements sont pote n t i e.1 s, par a n a 1 o g i e ( p e n t e s, 1 j. t h o 1 o g i e, circulations d'eau superficielles o u s o u t e r r a i r 1 ) e s... ) a vec d'autr e s secteurs acti fs. I 11. 4, 1. - C a 1 c a i r c s c o m p a c t s u r q o n i e n s Les calcaires u r g o n i e n s sont blancs, massifs, tantôt è g r a in f i n, tantôt plus grossiers. I I s a p p a r t i e n n e n t au Crétacé moyen, Le ur p ui s s an ce varie de 150 à m - Ces caicaires constituent le so mme t de s f1 an cs Est et Ouest du synclinal de St Martin. C e 11 e f o r m a t i o n calcaire G s t le s i. è g e de c h u t e d e b 1 o c s s u r 1 e flanc Est de la vallée (falaise de ROCHE ROUSSE» versant abrupt des \I IA L A R E T S ). A l'arrière de cette falaise ainsi que sur J e f 1 a nc Ou e st de 1 a vallée, ces c a i c a i. r e s f o r m e fi t des plateaux stables, e ri s u r f a c e structurale. I l s sont affectés de seiaiets provenant d 1 effondreru e n t s d e r: a v i t é a s o u t er raines.

19 I I I. 4, 2. - Ga_I_cai_re_s_ à ni veaux sableux t. e s c a 1 c a- J. r e s J..1 tés s é n o n i e n s m o n t:. r e n t t: a n t ô t:. u n f a c.i. è s d e ca1caire f i n et d u r, tantôt un faciès sab1u- gréseux p1us tendr e.,11 s a p p a r t i e n n e n t au Crétacé supérie u r. Lorsque la pente est s u p é r j. e u r e à 50 % ( v e r s a n t L s t ), i l s s o n t 1 e siège d e chutes de b I o c s. Ailleurs sur le v e r s a n t:. 0 u e s t o n y observe quelques affaissements dûs aux phénomèn e s d n d L s s o 1 u t i o n p a r 1 es eaux souterraines» des c a.1 c a j. r e « Formations qréao-sableuses Ces f o r m a t i o n s a p p a r t i e n n e n t a u C r é t a c é m o y e n e t r e y r o u p e n t 1 e s sables glauconieux albiens (100 mètres d'épaisseur au BRIAC» au N o r d - F s t de Sa i n t-mart in ) et la lurnacheiie de 1 ' Apt. i en supérieur. Ces formations constituent le vallon I. C BRIAC-LLS BUiSSIERES (versant Ouest de la. vallée ) qui est a f f ecté de nombreux a ffais - s e m e n t s ( d o 1 i, nés) provenant de 1 ' e f f o n d r e m e n t. ci e c a v i i: é s o u t e r - ra in e s dans les calcaires u r g o n i e n s sous-jacents MojLasse I. e s s a b 1 es m o 1 a s s i q u e s miocènes, j a u n e s o u g r i- s s u n 1. p.1. u s o u m o 1 n s a r g i. 1 eux. 11 s sont le siège d'e ffondremen ts peu impo rt ants de cav i t é s so u t e vr a i n e s creusées près de la s ur f a c e par 1e s euu x, l o r s q u e la pe n t e e s t supérieur à 20 'V, I. a p a r t ;i e s u p e r f i c i e 11 e altérée de la molasse es t so u mise à des gi issements HI.,4.5.- Eboulis L e s é b o ulis grave 1 o - argileux reposant s u r 1 a m o.1 a s s c u r g i 1 eu a e sont soumis à des glissements de terrai n actifs ou pote n 11 e 1 s. L a f r é q u e n c e d'apparition ainsi q u e 1 ' i n t e ri s i t é d e C e s m o u v e - m e n t s sont directement 1 i. é e s è la pente ( s u p é r i. e u r à 2 0 % ) e t è 1 1 i m p ortan ce dos circulations s o ute rrain es. De fortes émergences au sein de ces ébou.lis peuvent même donner 1iou à d e s cou1é es de boue.

20 1 6. ~ I. J. 1,3,- La carié djjoéa (1/1Q.OOOème) J.. - _ i, t ^ n t i Fi cation d e s aléas L. ' é t u d e t e c h n i q u e a p o r m 1 s d ' i d e n t. i f i e r 3 t y p e s d e m n u v e m e n t s d e t, e r r a 1 n : - Les c h u t_e s d e b 1 o c s représentent un risque omni-présent au pied de la falaise de ROCHE ROUSSE ainsi que sur 1 ' e n s e m b.1. e ci u ver sant calcaire de FAVIER aux VIALARET5. L e u r origine est 1 a d é s i n t é g r a t i, on p r o g r e s s i v e d e s c a J. c a.1 r e s p a r 1 1 a c t i on du gel, des eaux et des secousses s i s m.1 g u e s - - Les c o u.1 é e s de boue affectent les éboulis gravelo-argileux plus 0 u m o i. n s é pais reposant sur la molasse a r g i 1 e u s e. E 11 e s s o n t.. p r o v o q u é e s par des émergences, p û u v a n t:. p r é s e n ter d e f o r t s d é b i t s 1 o r a d e s fontes p r i n t a n i è r e s, a u s e i. n d e s é b o u l i s. - L. e s g 1 i s s e m e n t s affectent également les éboulis grave 1 o - a r g i. 1 e u x à g r o s b i o c s a i, n s i que la partie s u p e r f i. c.i e 11 e et. i i t é r é e de 1 a molasse. Ils sont activés ou réactivés lors des périodes très pluvieuses e t lors des fontes p r j, n t a nier e s e n t r a i n a n t d e s c: i r c u - 1 a t i o ns i m p ort a n tes au sein de ces fo r ma11ons - - Les effondrement s sont de deux types : le a e f f ond r e m e n t s d a ns 1 e s c a.1 c a i. r e s, qui occasionnent des d o 1 i. n es ( o u s c i. a 1 e t s ) o u ci e s a 1 i g n e m e n t s de d o 1 i n e s et les effondr e m e n t s d e n o i. n d r e a m p 1. e '. i r dans la mûljisse^ suite a l'écroulement de petites cavités creusées pa r 1es ei rc u 1 a tiens s ou t e r r a ines - - L. e s a f T'a i s s e nient s q u i, à la d i f f é r e n c e d e s e f f o n d r e m e n t s s o n t c; a r a c t é r i s é s par des mouvements le n t s d ' a b a i s s e m e n t d u s o 1 sans ru p t ur e ap pa r ente. I l s affectent les formations g r é s o - s a b.1 e u s e s al b i e n n e s e t sont liés à des effondrements de cavités karstiquesdans les calcaires u r g o n i e n s s o u s - j a c e n t s. I. I I P r i n c ijp a 1 e s c a r a c t é r i s t i g us a des m o u v eiii eri tj3 111,3,2,1 - - Chutes de blocs - E réqu enee et intensité : Dans la falaise de ROC H F R01)5 SE et les p en tes situées immédiatement en dessous (sur 100 h 13 0 m en v i r o n ) ainsi que sur l'ensemble du versant FAVIER - LES V i. AL ARE T S, la fréguc.miec t.m. l'intensité du risque aoul. fortes.

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

Les versants sous-cavés

Les versants sous-cavés RAPPORT D ÉTUDE 15/01/2014 DRS-13-135675-12706A Les versants sous-cavés Contraintes réglementaires, caractérisation détaillée de site et validation de la méthodologie d évaluation de l aléa. Les versants

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Commune de Groix (56), Aménagements et stabilité de la falaise sud (Quai Suet) de Port-Tudy : Avis du BRGM BRGM/RP- 62270-FR Mars 2013 Appuis aux administrations

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Dossier n 2011-02-120 Date : 21/02/2011 Propriétaire : STE BPM IMMOBILIER MR Patrick BEAUCHAMP SARL CERTIFICATIONS LUCOISES QUARTIER TAURELLES 83340 LE CANNET DES MAURES Tel : 04.94.609.295 - Fax : 04.94.734.050

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,..

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,.. F.A.C. D'AIDE ET DE COOPÉRATION ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL.,,_.,...,,...,..... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - ntr...,.., D'EX~CUTION DU BARRAGE DE Marché

Plus en détail

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire

Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Questions les plus fréquentes sur l information acquéreur locataire Généralités A quoi sert cette nouvelle obligation? L objectif est d assurer une transparence totale lors de transactions immobilières

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE)

ANNEXE 1. Carte des aléas de versants. Commune de GIVORS (RHÔNE) ANNEXE 1 Carte des aléas de versants Commune de GIVORS (RHÔNE) TRANSCRIPTION DES ALEAS EN ZONAGE OPPOSABLE AU TIERS DANS LE CADRE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME. 1 - Méthodologie générale: Tout comme le zonage

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 7 rue Mercure 94 700 MAISONS-ALFORT RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8,

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m PASS ARAN Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m Maison du Valier 950m 0h Tél 05 61 01 01 01 Suivre vers le Nord le GR 10 (balisage rouge et blanc) qui remonte au parking pour

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 15/IMO/0204 Date de réalisation : 16 avril 2015 (Valable 6 mois)

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Josef KAISER - Jean LACROIX

Josef KAISER - Jean LACROIX SERVICES D'ELECTRONIQUE DE SACLAY Section d'assistance Electronique Générale (SES/SEG/R-75-35) Nomenclature Programme : 0140 Y Saclay, le 26 mai 1975 2 Ispra nuclear electronics symposium. Stresa (italy),

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 13/ABCD/145 Réalisé par SARL ABCD Diagnostics Date de réalisation

Plus en détail

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R.

Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 2003 C.I.R. EXEMPLE DE DOSSIER Sarl XYZ EFFORT de RECHERCHE et de DEVELOPPEMENT EXERCICE 23 C.I.R. STRATEGIE & ACCOMPAGNEMENT FINANCIER 7 Rue DENFERT-ROCHEREAU 38 GRENOBLE France Tél fax : ( 33 ) 4 76 43 47 11 SIRET

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04 Patentamt JEuropâisches European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication : 0 549 535 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt : 928112.1 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04 (22) Date

Plus en détail

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Page 2 Routes départementales - département de LA CREUSE - Elaboration des cartes de bruit stratégiques Rapport Sommaire 1. TEXTES DE REFERENCES... 3 2. OBJET DE L ETUDE... 3 3. CONTENU DES CARTES DE BRUIT STRATEGIQUES... 4 1.1. Documents graphiques... 4 4. METHODE DE CALCUL ET PARAMETRES RETENUS... 4 1.2.

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Etat des Risques Naturels et Technologiques

Etat des Risques Naturels et Technologiques Etat des Risques Naturels et Technologiques Articles L 125-5 et R 125-26 du code de l environnement 1. Cet état des risques est établi sur la base des informations mises à disposition par arrêté préfectoral

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Commune de VILLARD-SUR-DORON

Commune de VILLARD-SUR-DORON I n g é n i e r i e d e s M o u v e m e n t s d e S o l e t d e s R i s q u e s N a t u r e l s Siège : Parc Pré Millet - 38330 MONTBONNOT tél : 04 76 52 41 20 - fax : 04 76 52 49 09 email : ims@imsrn.com

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Fribourg. du canton de. Rapport explicatif. Cartes des. dangers naturels. en zone préalpine. Canton de Fribourg

Fribourg. du canton de. Rapport explicatif. Cartes des. dangers naturels. en zone préalpine. Canton de Fribourg Canton de Fribourg Rapport explicatif Cartes des dangers naturels en zone préalpine du canton de Fribourg Direction de l aménagement, de l environnement et des constructions Direction des institutions,

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE 1/26 PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DU CABINET ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n IAL-13071-03 modifiant l arrêté n IAL-13071-02 du 20 août 2010 relatif à l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

«Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013

«Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013 «Le sous-sol parisien: carrières, métros et projets du Grand-Paris» Paris 4 avril 2013 «.des épopées métropolitaines à la conquêtes du sous sol parisien.» LE RÉSEAU EXPRESS RÉGIONAL D'ÎLE-DE- FRANCE Alain

Plus en détail

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 2: Planification, conception, évaluation et mise en œuvre Analyse économique d'un projet routier d'accès de base en milieu rural: Andhra Pradesh,

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l environnement. Commande n 1302 Mode EITION** Réalisé parjean Specimen Pour le compte de SPECIMEN ate

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise 3 avril 2014 - centre culturel «La Marlagne» - Wépion Effondrements & affaissements du sol et assurance Bernard Desmet Assuralia

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Etat des risques naturels et technologiques

Etat des risques naturels et technologiques Etat des risques naturels et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. REFERENCES N dossier : 00001072 N client : 00043 Date : 08/12/2010 (Valable 6 mois)

Plus en détail

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque.

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque. COMMUNE DE VELET Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque (le D I C R I M) Document d information communal sur les Risques Majeurs Sommaire

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES

AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES AUDIT ET SUIVI ÉNERGÉTIQUES DANS LES ENTREPRISES I t o ctio Le Novembre 0, un Décret et un Arrêté imposent la réalisation d audits énergétiques pour près de 000 nouvelles entreprises en France. Ils viennent

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais 6 octobre 2011 Atelier des Méthodologies du Foncier EPF Sommaire I. Contexte de l étude et objectifs II. La méthodologie III. Présentation

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006. (19) TEPZZ 68448A_T (11) EP 2 68 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 13.03.2013 Bulletin 2013/11 (1) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 6 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 9 du 19 février 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 6 ARRÊTÉ N 1733/DEF/SGA/DMPA/SDIE/BENV portant approbation du plan de prévention

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

Représentations et transformations géométriques. Version évaluation formative. Livraison de cellulaire. Cahier de l adulte. Commission scolaire

Représentations et transformations géométriques. Version évaluation formative. Livraison de cellulaire. Cahier de l adulte. Commission scolaire Représentations et transformations géométriques 2102 Version évaluation formative Livraison de cellulaire Cahier de l adulte Nom de l élève Numéro de fiche Nom de l'enseignant Date de naissance Centre

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm A/8000/L, A/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 3 à 5 mm Avec piston magnétique ou non selon ISO 555, ISO 643, VDMA 456 et NFE 49-003- Blocage de sécurité de la tige de

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail