AUX. (P.E.fî. ) / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUX. (P.E.fî. ) / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, -"

Transcription

1 b u r e a u d a n i e l d ' é t u d e s c u c h e D a t r i c k b e r a e r e t» <> >«<» - BOYNAC IMSO CUSQN CANDRAN * PIAN D'EXPOSITION AUX RISQUES NATURELS PREVISIBLES (P.E.fî. ) COMMUNE de SAINT-HARTIN-EN-VERCORS / ;v>, \ Par riri!. A qfitioî1 Le Chef dsjbm.'-e.o, - MAI 1987 ttéotochnlqu»» f«mtl*tlan, birngn, r*t*nu ealllnnlraih gtla»m*nt* hydrogéolool* i rvahsroh*! mobilisation d««mux *«ulnl»**ment 1 Individu*! * eotlfrottf QUALIFICATION OPQtBt : A 1H /123 /*34 /136-23S h - filff

2 PLAN D'EXPOSITION AUX RISQUES NATUREt. S COMMUNE DE. SA INT-MARTIN-EN-VERCOR5 RAPPORT de PRESENTATION SOMMA [ R E I - JUSTIFICATION, PROCEDURE D'ELABORATION ET CONTENU DU P.E.R Justification du P..R. 1.2, - La procédure d'élaboration du P.E.R. 1*3.- Périmètre d'étude et contenu du P.E.R* I I. - LE SITE ET SON ENVIRONNEMENT 11*1.- Présentation de la Commune I I. Z.- Evolution récente de la Commune de Saint-Martin Population Construction Activité économique I I L - LES RISQUES NATURELS 111*1.- Méthodologie I I I Contexte géologique (carte au 1/25,000 èrne ) 111,3. Les phénomènes observés (1/1Û.Û 0 0 è m e ) I l 1,3.1" Coulée de boue I I I Glissement de terrain Il I Affaissements I I. 1. 3, 4- E f fondrements I I I, 3.5- Chutes de b1oc s

3 I I I C a r t e d e 1 a 1 ithologie et des p e n t e s ( 1 / I l'J o ni e ) 111.4,1- C a.1 c aires compacts urgoniens Calcaires h niveau sableux fa rmations gréso-sableuses I I I Molasse I E b o u 1 i s I I I, 5. - La carte d'aléa (1/10, OOOème ) 111,5. 1- Id enti f i c a t ion des a1é a a 111*5, 2- P r i n c i. p a les caractéristiques I I I. > C h utes de blocs I I I Coulées de boue 111, G.1 i.. s s e m e n t s 111, L f f o n d r e m e n t s I I I, 5,2. l 3. - A f f a i s s e m e n t s IV. - i. E PLAN DE'. VULNERABILITE (.1/ 10 OOOème ) V, - LE ZONAGE DU P.E.R, (1/3.OOOème) V Les. di f'f érentes zones sur le t e r r i t o i r e commun a V.2 t Justification du zonage P.E.R. V, La zone blanche V La zone rouge V,? » L a zone b le ne

4 1- I JUSTIFICATION, PROCEDURE D ' E L A O Oj VAJ.i. N _. r IJ Ç O N I (NU DU i'justification DU P.E.R : L'application de la l o i d u 13 J ui 11 e t r e l a t i f e à 1 1 i n d e m n i. s a t i n des catastrophe s n a t u r e 1.1 e s, do n n e 1 i. e u ë l'élaboration par l'etat de plans d'expositions aux r i s - q u e s t") a t u r e 1 s prévisibles (P.E.R). Un P.E.R doit fournir des rensei gnemen t s e t: i n forma - t i o n s, tant sur les risques potentiel s e t 1 e s e c h n i q u e s de prévention que e u r la réglementation de 1'occupation et 1 'utilisation du soi. 11 doit aussi permettre de limiter les dommages» résultats des effets des catastrophes naturelles et d'améliorer la sécurité des' personnes et des biens. La commune de SAINT MARTIN EN VERCÛRS occupe une large vallée orientée Nord-Sud dont le v e r s a n t E s t ES r g i.1 e u x et T'o r t e? m e n t p e n t u est sujet à de s g 1 i s e m e n t: s d e!. e r r a i n. Le plus spectaculaire de ces m o u veme n t s e t une c o u.1 é e de boue au hameau de la BERTHUIN1ERE, le 15 Mars 1981, plusieurs milliers de m 3 de boue argi1e u s e transporta nt des blocs calcaires se répandent dans le hameau a i m* i que dans les prairies en contrebas. De nombreux gl i s sèment. 8 lents appelés " r e p tat ions " affectent également ce versant Est de la vallée. De pl.ua, le Vercors est situé dans la zone VIII - IX de 1 a c a r t e de l'intensité maximale de séismicité, possible dans le S u d-e st de la France. I l est donc a p p a r u o ppo r t u n d'é t ab1i r un P.E.R en raison des risques existants et dont 1 es conséquences pourraient être importantes pour la sécurité des personnes et des biens.

5 LA PROCEDURE D'ELABORATION DU P.E.R ; Ce L i: e procédure comprend plusieurs phases : - Le Préfet, Commissaire de la République du Département, prescrit par arrêté l'établissement du P.E.R, - le P. E, R. est e n s u i t e r- e n d u p u b 1 i c e t s o u m i s à l'enquête publique par arrêté préfectoral, api; b a a v i sriu Con sei1 Municipal, - le plan est alors approuvé après avis du C o n s ei 1 Municipal en te riant compte des résultats de 1 ' en qu ê t e pu - b.1 i q u e, - le P.E.R. est opposable au tiers des L'exécution de J H dernière mesure de publicité de 1 ' ac t e l'a y an t approuvé. Conformément à l ' a r t i c l e 5. 1 d e la l o i du 13 J u i l l e t.198 2, le P.E.R. entre en vigueur le 30è jour d'affichage en mai rie de l'acte d f approbation. Le P.E.R vaut servitude d'utilité publique, A ce t i, t r e, i. 1 doit être annexé au Plan d'occupation des s o 1 y ( a r t i c 1 e R du Code de l'urbanisme). 1 3 ~PERI ME T RE D'ETUDE ET CONTENU DU P.E.R : Le périmètre étudié englobe 1 1 e n s e m b I e ci u t e r r i t o i r e de la Commune de SAINT MARTIN EN VERCQRS. Les études techniques ont é 14 effectuée s n u r 1 a i o L ; l i t é du t e r r i t o i r s communal avec une attention particulière pou r 1'ensemble du versant Est de la va 11é e. Un arrêté préfectoral en a prescrit.1*établissement. Arrêté n 1794 du 16 Avril 1987 au t i t r e de mouvements de t err a i n.

6 F i g I A R T F D F. S I T U A T I 0 N Echelle 1/ éme (SUA 'S Col dê /* Blsttlt* 1

7 3- I i LE SITE ET SON ENVIRONNEMENT I I. 1 -PRESENTATION DE L A COMMUNE (voir carte de si tuat i o n» f i g I ) La commune de SAINT MARTIN EN VERCORS occupe pour l'essentiel une large vallée orientée Nord-Sud. Celle-ci est 1 imitée à l'est par une fa 1 ai se c a 1c a i r e p o u v a n t atteindre une centaine de mètres. S o n f 1 a n e 0 u e s t., au r e l i e f moins accusé, remonte en pente doue e jusqu ' aux gorges de la Vemaison (Grands Goulets) qu'il domine de plus de 600 mètres. En fond de vallée coule le B U Y E C H E qui reço i t en r i ve gauche le ruisseau de l'adouin. 11,2- EVOLUTION RECENTE DE LA COMMUNE DE SAINT MARTIN. I I. 2-1 L A P 0 P U L A TXO N La population de SAINT MARTIN EN VERCORS régresse régulièrement depuis le début du siècle. D e p u is 1968, elle semble s'être stabilisée aux alentours de 300 habitants ril U i,k,.v»^»<ir'.r,rrtt POPULATION Ï Actuellement la pyramide des âges est marquée par 1 f importance de la tranche des plus de 60 ans, représenta nt un t i e r s de la population totale.

8 4- L e n o mbre de décès et de naissance e s t «n déséqui1 i - b r e ; en moyenne sur les 6 dernières années on n o t. e u n e naiss a r-) c e pour 2 décès. 11*2-2 k A J^NSTRUCUON, L'habitat est très d i s p e i 1 s é sur I ' e n s e m b 1 e du t e r r i toire communal ; moins du tiers de la population réside au v i. 11 a g e - La moitié des habitations, que ce soit au ch e f-1ieu ou hors chef-lieu, sont des résidences secondaires. Depuis 10 ans, on compte 10 nouvel les construct ions, toutes hors chef-lieu : T 0 U R T R E, LES MICHALONS, LES MORE AU X, L'ARENIER, LE BARD, COURS FERRANT. Parmi celles-ci, 6 sont à usage d'habitations secondaires. 11,2-3 L ' ACT IVlXE_EÇONOMIO t UE. L 1 a c t,1 v i t é principale es t: i 1 a g r i c u.11 u r e e t.. plus p r é - c i s é ni e n t l'élevage bovin. On c; o m p t e actuellement 27 exploitants a g r.i c o i e 3 d o n t. 4 so nt à j a r e t r a i t e. L a surface agricole, une grande m aj o r i t é en prai r ie, est de 550 ha sur les ha que cornpte 1 a commun e. Les autres activités se répartissent de 1 a façon suivante: - u n b o u 1 a n g e r - un potier -un plombier - deux employés P.T.T - trois employés communaux - une a 1i m e nt a t i o n - vin b a r - r e s t a u r a n t au v i 11 a g e - un restaurant-hôtel au v i 1 1 nqo C :.» ri i u n 11 t < 1 1 ) - un hôtel aux Baraques en Ver ro r r, ( " ) - un labae souvenir aux Baraques ( " )

9 1 1 1 * - '-ES RlSgULS NATURELS I I I. 1.- METHODOLOGIE L a première phase d e I'é t u de t e c h n i q u e cona i st e en : - L. ' é t ablissement d'une car t; e g é 010 g i q u e a u 1/ è m e, d ' a p r è s la carte au 1/50.OOOème de VIF, et complé bée pa r 1 es 1 ciuées de terrain - L ' é t a b 11 s a e m e n t d ' u n e carte de la.1 i, t h 1 o g i e e t d e s p e n t e s au 1 /10. OOOème, étant donné 1 1 impor t a n c e d e c e a f" a c t e u r s dans.1 ' a ppari t ion de phénomène de m o u v g m e n t s de t e r r a i n. - Une carte de localisât i, 0 n d e s m o u u e m e n t s d e t e r r a i n a u.1/10. DÛOème - Une classification des risques se 10n 1eu r nature, leur intensité, leur f r é q u ence et les conséquences prévis! b 1 es - L a d é f i ni t ion des zo n e s è risques s e 10 n.1 a na t u r e d es risques et leur i ntens i té, s y n t h é t i s éeda ns 1 a carte d'a,éa au 1/10 000è m L. a seconde phase de l'étude, admini strative et t e c h nique permettra d'établir : - U n plan de vulnérabilité des z0 n es h risques, étnfoli à partir d ( ; s c a r t es d 1 aléa d'une part et d e 1 ' o e c u p a t i o n du un 1 d ' a u - tre part C 1/10.OOOème) - un plan de zonage P.E.R. au 1/5.000ème, sy nthèse des cartes d ' a 1 é a e t de v u 1 n é r a b i 1 i t; é - U n r è cj I e m e n t P.E.R. mouvements d e t e r r a i. n f.) v e s c r i v a n t d e s mes u r e s dan s chaque zone et sous -1. one d é f i n i c s ur 1 0 z on a ge P.fc. R, - Une fiche technique de prévention définissant les mesures a p p 1 i eabi es en zone bleue.

10 6. - I I I. 2 - CQNTEXTC GEOLOGIQUE. La commune de SAINT MARTIN EN VERCORS occupe un vas- Le synclinal c a 1c a i r e orienté N û r d- S u d : le s y n c 1 i n a 1 de RENCUREL - SAINT MARTIN EN VERCORS* I I I. 2-1 Cette structure s y nc1i n à 1 e constituée de t 11 épaisse s é cj ue n c e des calcaires à f a c i è s U r g o n i e n (Bar rémien - A p t i e n ) m entre un flanc Ouest qui. remonte en p e n t e d o u c e j u s qu'aux falaises dominant les gorges de la Vernaison et un flanc Est b e a u co u p plus abrupt. Ce dernier est même, d uns sa moitié Nord, chevauchant vers l'ouest sur 1 es formations formant le coeur du synclinal, Ces ca 1c a i re s u r g o n i e n s sont blancs, m a ss ifs» tantôt à grains fins, tantôt à grains plus g r o s si ers et r e n f e r m e n t de nombreux fossiles. Leur épaisseur peut atteindre 200m ; i l s forment à l'est la f ai a i s e dominant la vallée do SAINT M A R - TIN EN VERCORS ainsi que le plateau d'herbouîlly et è l'ouest le BOIS de L'ALLIER et les rochers de 1'ALLIER dominant les GRANDS GOULETS. Cette carapace u r g o n i e n n e q u i for me 1'os s a t u r e de la vallée est parcourue par un i m p o r t. a n t r é s e a u k a r a t i q u e q u i se superpose bien souvent au réseau de f a i 11 e s c I. de s d x a - cl a s e s Nombreuses sont les gr o 11 e s, d o 1 i n e s o t. 1 c s p u i l s v e r t; i c aux ou scialets* I I I Cette morphologie c a 1 c a i r e est c o m b i é e p a r s u p e r p o s i. - t i on de différentes couches : "lumachelle M "sables albiens", > c alcai res et grès sénoniens, e t e n f i n m o i a s s e tn.1 o c è n e q u i forme le coeur du s y ne h inal. - La " 1 u m a c h e11e", peu épaisse (20 mètres maximum) est un calcaire biodétritique (presque exclusiveme n t constitué de coquilles) parfois gréseux. - Les "sables albiens" sont constitués d'une série de sables et de grès verts azoïques atteignant une centaine de mètres d'épaisseur.

11 7 Lis forment avec la " 1 umache 11 e " un petit -, i Mon orienté Nord-Sud sur le flanc Ouest de la vallée- de SA J NT MARTIN ; le BRIAL, les FAÇONS, le VIOUZOU, les B U I. S S I E R E S. - Enfin la molasse miocène achève la s ér i e. Elle montre des argiles finement sableuses grises et des sab 1 es p1us g r o s - siéra, argileux et jaunes. La molasse constitue une partie p 1 a ne ou f a i b I e m e ri t p e n t u e en fond de vallée. 111, 2-3. Alors que ces diffère ntes forma t i o n s sont b i en v i siblws à l'ouest de BUYECHE, à l'est elles sont en grande partie recouvertes par une vaste zone d 1 ébou1is à gro s blocs calcaires emballés dans une matrice tantôt fran c h ement argileuse, tantôt gravelo-argileuse. Ce versant Est, plus pentu» est le siège de nombreuses petites sources (à 1'inverse de l'autre versant pratiquement sec). I l s'agit d'eau de source v a u c i u s i e n n e éparpillée ensuite dans les éboulis. et la molasse, et qui ressort a la faveur d ' u n n i, v e a u plus argileux. I I I. y,. LES PHENOMENES OBSERVES (carte 1/lOOOOj t. e contexte g é o I. o g i q u e, sa c o r r é I. a t i o n i i t h o 1 o g i q u e, ainsi que la topographie sont à l'or i, g i. n e des m o u v e m e n t s de terrain survenus sur la Commune de SAINT MARTIN EN VER CORS. I I I. 3»1 0ULEEJ)E BOUE : C* 1 1-ooal i s a t i on : Hameau LA B E R T H UlN 1ERE type ; phénomène rapide. Le 15 mars 1981, une coulée de boue t. r a n s p o r t a n t des blocs calcaires t r a v e r s e le hameau et s'étale en contrebas jusqu'au fond de la vallée. Le phénomène se déclencha en amont, sur le versant boisé, Une source particulièrement grossie par la fonte de neige provoqua un p e t i t glissement faisant barrage. Celui-ci poussé par- le s e aux ainsi l't.;: t e n u e a» c é d a, e n t r a i, n a n t une v é r i. t. a b 1 c 1 a v c t o i: r e n t i e 11 e.

12 8.- -source^i au contact ébouiis argileux - molasse arg i. i. e u se grise. - mat.é_r_iaux Ë. m 0 '- r,é^ * éboulis à gros blocs Cl m3) et ""' matrice argileuse. e x t: e n s i_o_n_ : zone de départ de la coulée : 3 0 m d e I a r q e a u r 5 0 m de haut et 4 a 5 m d'épaisseur jusqu'à.1. a m o 1 a s s e sousj a c e n t e. - chenal d * écoulement : longueur 200 m, 1 a rgeur 2à 3 m, p i 1 o f" o n d e u r 2 m. Au t o t a l, e ri v i r o n 6 à m 3 de matériaux e m p o rtés. EJL9i.iiLL9Jl : stabilisé actuellement, mais la source p é r e n n e g r o s s i. e par la fonte des neiges et par u n e f o r t:. e p 1 u v i o s i t é p eut à nouveau e n t r a i n e r le même phénomène. I I I - 3-2, G L IS SE ME U T _D E TERRAIN : G G.1. LocalIsation ; au Hameau de T0URTRE, rive droite de 1'A D 0 U IN, derrière une colonie. TjyjD e : glissement de type plan entraînant la par t i e s u p e r f i c i e 1 1 e et altérée de la molasse s u r u n e p e n t e f o r t. e. M o J. a s s e altérée : a r g i, 1 e j a u n e t r è s " g r a s se", e n v i. r o n 1 tu d'épaisseur, recouvrant sa roche mère a r g i1o- s ab1euse, q r i s e et co mpacte, Lï^Jlsj^on, : 50 m de large sur 60 m de h a u t e u r e t 1 a 1,50 m d'épaisseur. Environ 3000 m3 de matériaux déplacés. ËMSl liillqil ; i ri s t a b 1 e surtout si la est accompagnée de fortes pluies. f" o n t. e des n e i q e s G. 2. Localisation : Hameau de T 0 U R T R E, r i v e d r o i. e d e.1 ' AD0UIN. f y p e ; idem G.I. phénomène brutal. Extension î 100 m de large sur 6 0 m d e hau t e u r et 1 è 2 m d'épaisseur; environ 6000 m3 de matériaux déplacés. Evolution : i n stable ; f o n te prin tanière, f o r t e s p l.uies, érosion en pied de versant par le ruisseau de 1'AD0UIN.

13 Risque ci 1 a p r a c h e m e n t d'un p o t, e a u d e i i g n e à tu o y e n n e t e n s ion. G 3 L o c a 1 i. s a t i o n : Hameau de TOUR THE, rive droite del'adouin Type : Idem Gl. Phénomène brutal sur forte pente. t^heiojl : 20 m de large sur 10 de h a u t e t, 0,50 à 1 m d 1 épaisseur, environ 150 m3 de matériaux déplacés, E v o 1 u t_io n i Instable : fonte p r i- n t a n 1ère e t / o u f o r t e s p! u i e s, G 4 Lp c a i i. B a tion : chemin" c o m m u n a 1 r e 1 i a n t 1 0 U R f R H a u x MI CHAI. ONS. TV_ P : glissement plan affecta n t 1 a p a r t i. e s u p e r f i. c i e 11 e e t a Itérée de la molasse. P h é n o mène 1 e nt, r e p t a t:. i on q u i, p r o v o que des bombements, des ondulations sur les deux versants du vallon et qui affecte le c 11 e m i n communal. E x te n s i o n : m de large sur 200 m de hauteur et 0,50 à 1 m d'épaisseur; environ in3 de matériaux déplacés. Evolution ; stabilisée par drainage et pose de c a ri i v e a u x é t a n c h e s en ciment. G 5 L o c a 11 s a t i o n î Hameau les MIC H A1,0 N 5. J yj?e, ' Idem G à. Phénomène lent., reptation, i c i le ter rai n est plus mouvementé, on o b s e r ve des creu x et des bosse s d'environ 1 m de hauteur, E x t e n s 1 o n ; 4 0 m de large sur 5 0 m de 1 o n g e t. 0,5 h.1 m d'épaisseur; envi ron 1500 m3 de matériaux dép1 a c os, Evolution : I n s t a b i 1 i t é entraînée p a r c i. r c u i a t ions d'eau souterraine, phénomène c e r t a i n e m e n t a c c é 1. é r é à 1 a f o n t e de neige et/ou lors de fortes pluies. G 6 L g c a 1 i s a t i on : entre les Hameaux des MICHAl.ONS et, des BIAS50N5. Ty ge : g 1i s s e m e n t plan, p h é n omè n e 1 e nt af fec t a nt vers le haut les éboulis argileux et vers le b a s 1 a t. r a n che s u p e r - f i c i e 11 e et. altérée de la molasse; provoque des ondulations ci u t, e r r a i n assez peu marquées.

14 r ii^jloiil 1^, 0 : 1 m fj R, ^ ^ ^a r 9 e 5 u ^ 5 O m d e h a u t e u r e t. U,.' J 1 m d'épaisseur, environ ZO 000 m 3 de matériaux aff" e c t é s. Evolution : i. n s t atai e, i d e m G 5. G 7 Localisation ; sur le c h e m i, n L E S B IA S S 0 N 5 -- I.. E S R I T 0 N S T V pe : glissement lent, r e p t a t;. i o n a f f e c t a n t. 1 a ' t r a n c h e s u p e r F i c i, e 1 le et altérée de 1 a m o 1 a s s e -!L^.l.?... n Jii. n _ : ^ 0 m d e large sur 100 m d e.1 o n g e t. 0, 5 è.1 m d'épaisseur, environ m3 de matériaux affectés. Evolution i i. nsta b e idem G 3. G 8 Localisation : Hameau LA GISON 1ERE. XYj?J : i d e m G 7. Ly^i[LSi..yil : 6 m de large sur 150 m de hauteur et 0,5 à.1 m d'épaisseur, e n v i r o n 5 a 6000 m 3 d e m a t. é r i a u x a f f e c t é s. Evolution : instable i ci e m G 5. G 9 Localisat ion : Hameau les BE RTH0NNE TS Type : glissement plan, phénomène lent affectant vers le haut les éboulis argileux et vers 1 e b a s 1 a t. r a n c h e superficielle et altérée de la molasse. P r o v o q u e d e s o n d u.1 a t i o n s d u t e r r a in et un léger affaissement du c h e m i n d ' a c c è s aux BE- R T H 0 N NETS. ^LËII^JJIQ : de large sur 30 D m d e h a u t;. e u r e t 0,3 à 1 m d'épaisseur, environ m3 de matériaux affectés. ' ^ AliLi2ll : instable idem G 3. G.10 Localisation : Hameau LA BLACHETTE. Type : Glissement plan, phénomène su p e r f i c.i. e 1 e t i e n t, reptation a f f e c t a ri t. les éboulis argile u x. L*J:i;ll i-il r l : ^ m large sur 100 m de hauteur et 1 m d'épaisseur, environ 5000 m 3 de matériaux a f f e cté s. E v o 1 u t. i o n : i n s t a b 1 e idem G 5. G 1 i Local i. s o t :i u n : Hameau des F R A N C 0 N S. Type : idem G 10.

15 E x_t erision Î 50 m de large sur 50 m de i o n g r; t 1 m d ' e" p a i s - seur, environ 2500 m3 de matériaux a f fectés. E \i al y_t : 1 n a t a b 1 o i, d e m G 5. G 12 Local isation ; au Sud du Hameau de LA BC R T HUINJ t" RE en cont bas du CD 221. Ty p e ; idem G 10, ondulations peu marquées. E x t e nsien : 50 m de large sur 50 m de haut eur et 0,3 à 1 m d'épaisseur, environ 2000 m 3 do matériaux a f" f e c tés. {Ly.2jdlLL Il ; -instable idem G 5, G 1 i Localisation : Au Sud du Hameau de LA 13 E R T HUINJ ERE au dessus du CD 221. Type ; idem G 10. Ondulations peu marq ué e s. Extension i 50 m de large sur 70 m de hauteur et 0,5 à 1 ni d'épaisseur, environ 2000 m3 de matériaux affectés. Evolution : instable idem G 3. G 14 Localisation : Au Nord du Hameau de la BERTHU1NIERE. Type ;.i d e m G 10 E x t:. e n s i o n î 5 0 m de large sur 100 m de ha u t e u r et '0,5 à 1 m d'épaisseur, environ 3000 m 3 de m a t é r 1. a u x a f f e c t é s. E y oi u t i o n : instable idem G 5. G 1 5 Local! sa t ion : Hameau de L. A G R A T 1E Type : idem G 10. ondulations b i e n in a r q u é e s. E x te n s i o n : 50 m de large sur 50 m de h au te u r et 0, 5 à 1 m d ' épaisseur, m 3 e n v i r o ri de matériaux affectés. E v o1u tion : instable. G 16 Locali s at i o n : sur le CD 221, è l'ap1o m b du Hame a u d e 1 a BCACHETTE. Type : g 1i s se m e n t circulaire du t a i us a m ont de la route, a f f e c t a n t 1'éboulis à gros blocs et m a r i c e a r g i 1 e u s e. Extension : 30 m de large sur']. 5 m de hauteur et 2 à 3 m d'épaisseur, environ 1000 m 3 de matériaux d é p 1 acé a - Evolution : stabilisé par construction ci e g a bions.

16 12 I I I. 3-3.L_ES AFFAISSEMENTS : A A 1 Localisation : sur le CD 221 près de C 16. Ty p e : Phénomène lent affectant 1 1 éboul i s. La chaussée s'af f a is s e en moyenne de 5 à 10 c m par a n* Ex tensi on : environ la largeur d a la r o u 1.e s u r m d e 1 on g. Evolution : instable» le phénomène se p o u r s u i t: m a 1 q r é 1 a p ose de drains au dessus de la rou t e. A 2 à A 12 Localisation : le long du vallon LE BRIAC, I. E PACONS, LE WIQUZOU. Type : Phénomène lent de s u f f o s i o ri par e n t r a i n e ment des fines. Affecte ' les "sables albiens" et la 'M u m a c h e 1.1 e ". Extension : de quelques mètres à 15 m d e 1 i. a m è t r e e t de 1 à 8 m de profondeur. E volution : instable mais phénomène toujours lent. I I I LES EFFONDREMENTS : E E 1 Localisation : Au Nord du Hameau de 1'ARENIER. T y p e : Effondrement brutal, soit naturel, soit déclenché par le passage de machine agricole, de cavités souterraines creusées par les eaux. I l s'agit de véritables "canalisations" naturelles taillées dans la m o1 a s s e d ' un diamèt re d'envi ron 0,3 m. Ex ten s ion : plusieurs petits effondrements dont l'un de 1 à 1,50 m de large sur 5 m de long et 1 à 1,30 m de profonde ur environ 8 m3 de matériaux emportés. Evolution : instable. Comblés a r t i f i c ie11emen t par des blocs et des gravats, ces e f f o n d r c m e n t s ré a p p a r a i s s e n t p i. u s tard soit en amont soit en aval. E 2 Localisation : Ferme DE BRILLET, T y p e : i d e m E 1. Extension : plusieurs petits effondrements sur la même circulation souterraine. 1 m de large sur i à 2 m de long et 1

17 a 1,5 m de pro Fondeur. 3 à 4 m 3 de ma t é r.1 a u x t.; m p o r t. è s u total Evolut ion : idem E 1, E 3 Localisation : Hameau des MIC HA L 0 N S.!,i it 1 - li d e m ^ i. Cxtenoion : plusieurs petits e F F o n d r e m e n i: s. 1 m de 1 a r g e s ur 1 m de long et 1 m à 1,50 m d e p r ofo ndeu r. En viron 3 m 3 dc ma t é r i aux emportés. E yolut i o n : idem E 1. E 4 Localisation : Au Sud de TOUR IRE, Type : idem E 1. E x t e n s ion : un effondrement de 1 m d e.1 a r ge, s u r 1 m de long et 1 m de profondeur, s u r u e n u n a t u re11ement 1 ors d'une f o n t e p r i n t a n i è r e. Evolution ;.1 d e m E 1. I I I, 3-5. CHUTE DE_BL0CS_: CB CB 1 Localisât ion : Falaise de ROCHE ROUSSE depuis la limite Nord de la commune jusqu'au l i e u - d i t "LA GARDE T TE". 1 y p e : c h u t e a de pierres et de blocs au p r.i. n t e m ps, lors de brusque dégel ou éventuellement d'é b ran1ement s s i s m i q u es. Tailles des blocs : Blocs de quel q u e s d m 3 qui. s e détachent pratiquement tous les printemps du sommet de la falaise Sur face d ' arrachement ; La falaise de développe sur 2 km et varie de 50 à 100 m de hauteur. E v o 1 u t,1 o n : après.leur chute le s b 1 o c s r o u 1 e n t. sur le versant et s'arrêtent en général sur une c e n t a1ne de mètres. Exceptionnellement une énorme masse rocheuse p o urrait dévaleî le versant boisé et a 11 e i ri d r e les h a b i t a t i o n s e n c o n t r e b a s. CB 2 Localisation : prolongement Sud de ROCHE ROUSSE. Type : chute de blocs et écroulement de masses rocheuse; sur versant très raide, à partir des calcaires urgoniens f o r t e f» e n t fracturés dans ce secteur 1. V a 111e s des b I o es ; toutes tai1 les Î - pierre de quelques d m 3 qui r é g u.1 i è r 1 e m e n t: t o u s.1 e s printemps atteignent le CD 221 et même e n c o n t r e b a s le c h e ni i.

18 14.- menant è TOURTRE. - blocs (environ i m 3 ) et même masse r o c h e u s e d 1 e n v i - ron 7 00 m3 qui menace le CD 221 et le Hameau de TOURTRE. Sur f ace d l 'arrachement : 1,5 km de déve lo p p e m e n t sur i 0 0 r de ha u t e u v. Evolution : a c t u e 11 e m e n t, 1 o r s de chaque dé g e.1 p r i n t. a n i e r, ci e s n 3 o c s dévalent le versant s u r 100 à 2 G 0 m. 111,4," Çaj^t_e_de la 1 i. tho logie et des pentes JJVILLÎ^AII1 ). La carte de la lithologie et des pentes constitue le t r a i t d'union entre la carte des phénomènes observés et la ca rte d'aléa. E i 1 e (.i e r m et de visualiser le r a i s o n n e m e n t suivi p o u r d é t e r m i n e r les 20n es à mouvements potentiels. 8 i e n q u e c e 1.1. e distinction soit d i C f i c i. 1 e h a p p r é h e n d er, o n c I a s s e r a les phénomènes en deux c a t é g o r i es, e n f o n c i'. i on de leur é v o i u t i o n ; - mouvements actifs (C, G, A, E, CB) - mouvements potentiels (c, g, a * e, c b) L es mo u v e m enta actifs concernent les zones o Ci s o n t i n t e r v e n u s d e s p h é n o ni h n e s s i g n i f i c a t i f s, a c t u e 11 e m e n t a c t i f s. I e s a u t.. r es mouvements sont pote n t i e.1 s, par a n a 1 o g i e ( p e n t e s, 1 j. t h o 1 o g i e, circulations d'eau superficielles o u s o u t e r r a i r 1 ) e s... ) a vec d'autr e s secteurs acti fs. I 11. 4, 1. - C a 1 c a i r c s c o m p a c t s u r q o n i e n s Les calcaires u r g o n i e n s sont blancs, massifs, tantôt è g r a in f i n, tantôt plus grossiers. I I s a p p a r t i e n n e n t au Crétacé moyen, Le ur p ui s s an ce varie de 150 à m - Ces caicaires constituent le so mme t de s f1 an cs Est et Ouest du synclinal de St Martin. C e 11 e f o r m a t i o n calcaire G s t le s i. è g e de c h u t e d e b 1 o c s s u r 1 e flanc Est de la vallée (falaise de ROCHE ROUSSE» versant abrupt des \I IA L A R E T S ). A l'arrière de cette falaise ainsi que sur J e f 1 a nc Ou e st de 1 a vallée, ces c a i c a i. r e s f o r m e fi t des plateaux stables, e ri s u r f a c e structurale. I l s sont affectés de seiaiets provenant d 1 effondreru e n t s d e r: a v i t é a s o u t er raines.

19 I I I. 4, 2. - Ga_I_cai_re_s_ à ni veaux sableux t. e s c a 1 c a- J. r e s J..1 tés s é n o n i e n s m o n t:. r e n t t: a n t ô t:. u n f a c.i. è s d e ca1caire f i n et d u r, tantôt un faciès sab1u- gréseux p1us tendr e.,11 s a p p a r t i e n n e n t au Crétacé supérie u r. Lorsque la pente est s u p é r j. e u r e à 50 % ( v e r s a n t L s t ), i l s s o n t 1 e siège d e chutes de b I o c s. Ailleurs sur le v e r s a n t:. 0 u e s t o n y observe quelques affaissements dûs aux phénomèn e s d n d L s s o 1 u t i o n p a r 1 es eaux souterraines» des c a.1 c a j. r e « Formations qréao-sableuses Ces f o r m a t i o n s a p p a r t i e n n e n t a u C r é t a c é m o y e n e t r e y r o u p e n t 1 e s sables glauconieux albiens (100 mètres d'épaisseur au BRIAC» au N o r d - F s t de Sa i n t-mart in ) et la lurnacheiie de 1 ' Apt. i en supérieur. Ces formations constituent le vallon I. C BRIAC-LLS BUiSSIERES (versant Ouest de la. vallée ) qui est a f f ecté de nombreux a ffais - s e m e n t s ( d o 1 i, nés) provenant de 1 ' e f f o n d r e m e n t. ci e c a v i i: é s o u t e r - ra in e s dans les calcaires u r g o n i e n s sous-jacents MojLasse I. e s s a b 1 es m o 1 a s s i q u e s miocènes, j a u n e s o u g r i- s s u n 1. p.1. u s o u m o 1 n s a r g i. 1 eux. 11 s sont le siège d'e ffondremen ts peu impo rt ants de cav i t é s so u t e vr a i n e s creusées près de la s ur f a c e par 1e s euu x, l o r s q u e la pe n t e e s t supérieur à 20 'V, I. a p a r t ;i e s u p e r f i c i e 11 e altérée de la molasse es t so u mise à des gi issements HI.,4.5.- Eboulis L e s é b o ulis grave 1 o - argileux reposant s u r 1 a m o.1 a s s c u r g i 1 eu a e sont soumis à des glissements de terrai n actifs ou pote n 11 e 1 s. L a f r é q u e n c e d'apparition ainsi q u e 1 ' i n t e ri s i t é d e C e s m o u v e - m e n t s sont directement 1 i. é e s è la pente ( s u p é r i. e u r à 2 0 % ) e t è 1 1 i m p ortan ce dos circulations s o ute rrain es. De fortes émergences au sein de ces ébou.lis peuvent même donner 1iou à d e s cou1é es de boue.

20 1 6. ~ I. J. 1,3,- La carié djjoéa (1/1Q.OOOème) J.. - _ i, t ^ n t i Fi cation d e s aléas L. ' é t u d e t e c h n i q u e a p o r m 1 s d ' i d e n t. i f i e r 3 t y p e s d e m n u v e m e n t s d e t, e r r a 1 n : - Les c h u t_e s d e b 1 o c s représentent un risque omni-présent au pied de la falaise de ROCHE ROUSSE ainsi que sur 1 ' e n s e m b.1. e ci u ver sant calcaire de FAVIER aux VIALARET5. L e u r origine est 1 a d é s i n t é g r a t i, on p r o g r e s s i v e d e s c a J. c a.1 r e s p a r 1 1 a c t i on du gel, des eaux et des secousses s i s m.1 g u e s - - Les c o u.1 é e s de boue affectent les éboulis gravelo-argileux plus 0 u m o i. n s é pais reposant sur la molasse a r g i 1 e u s e. E 11 e s s o n t.. p r o v o q u é e s par des émergences, p û u v a n t:. p r é s e n ter d e f o r t s d é b i t s 1 o r a d e s fontes p r i n t a n i è r e s, a u s e i. n d e s é b o u l i s. - L. e s g 1 i s s e m e n t s affectent également les éboulis grave 1 o - a r g i. 1 e u x à g r o s b i o c s a i, n s i que la partie s u p e r f i. c.i e 11 e et. i i t é r é e de 1 a molasse. Ils sont activés ou réactivés lors des périodes très pluvieuses e t lors des fontes p r j, n t a nier e s e n t r a i n a n t d e s c: i r c u - 1 a t i o ns i m p ort a n tes au sein de ces fo r ma11ons - - Les effondrement s sont de deux types : le a e f f ond r e m e n t s d a ns 1 e s c a.1 c a i. r e s, qui occasionnent des d o 1 i. n es ( o u s c i. a 1 e t s ) o u ci e s a 1 i g n e m e n t s de d o 1 i n e s et les effondr e m e n t s d e n o i. n d r e a m p 1. e '. i r dans la mûljisse^ suite a l'écroulement de petites cavités creusées pa r 1es ei rc u 1 a tiens s ou t e r r a ines - - L. e s a f T'a i s s e nient s q u i, à la d i f f é r e n c e d e s e f f o n d r e m e n t s s o n t c; a r a c t é r i s é s par des mouvements le n t s d ' a b a i s s e m e n t d u s o 1 sans ru p t ur e ap pa r ente. I l s affectent les formations g r é s o - s a b.1 e u s e s al b i e n n e s e t sont liés à des effondrements de cavités karstiquesdans les calcaires u r g o n i e n s s o u s - j a c e n t s. I. I I P r i n c ijp a 1 e s c a r a c t é r i s t i g us a des m o u v eiii eri tj3 111,3,2,1 - - Chutes de blocs - E réqu enee et intensité : Dans la falaise de ROC H F R01)5 SE et les p en tes situées immédiatement en dessous (sur 100 h 13 0 m en v i r o n ) ainsi que sur l'ensemble du versant FAVIER - LES V i. AL ARE T S, la fréguc.miec t.m. l'intensité du risque aoul. fortes.

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

CETE de l'ouest DLRC d'angers. communal. Description générale

CETE de l'ouest DLRC d'angers. communal. Description générale CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Broc Visite du 29 novembre 2012 La réunion s'est tenue avec M. Chevallier, maire de la commune. Le Maire est présent sur la commune depuis près de 70 ans,

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers PREFECTURE DU LOT DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers BASSIN DE RISQUE «CARENNAC A SAINT-CERE»

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN?

QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? L E RISQUE MOUVEMENT DE TERRAIN QU'EST-CE QU'UN MOUVEMENT DE TERRAIN? Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du soussol. Il est fonction de la nature et de la disposition

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles.

Pas moins de sept codes traitent du domaine. La définition des événements naturels dans le régime. des catastrophes naturelles. La définition des événements naturels dans le régime L auteur Christophe Gadouleau des catastrophes naturelles La prévention et la gestion des risques majeurs en France s articule autour de nombreux textes

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

CHANTIER: POPENGUINE 000-... 0.10 0.20 F?1 000 0.05 0.09 0.21 0.33 F?2 }~.lob~ LolI:.:ritc.. l'là~'' ça,,,,... ",~i/4 + noc/ulu J LdlirIL ~~. o.oo~---, 0.05 0.09 0.19 0.24 P3 } ~nrob..: U-~~If....!:>~\C1

Plus en détail

COPIL PPRN RG. Comité de pilotage pour l'élaboration des PPRN de retrait et gonflement des sols argileux. Réunion de lancement 06/04/2012

COPIL PPRN RG. Comité de pilotage pour l'élaboration des PPRN de retrait et gonflement des sols argileux. Réunion de lancement 06/04/2012 COPIL PPRN RG Comité de pilotage pour l'élaboration des PPRN de retrait et gonflement des sols argileux Réunion de lancement 06/04/2012 www.developpement-durable.gouv.fr Ordre du jour Connaissance et cartographie

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

LE MOUVEMENT DE TERRAIN A VIVY MITCHELL : CATASTROPHE NATURELLE OU HUMAINE? Tables des Matières Page 1

LE MOUVEMENT DE TERRAIN A VIVY MITCHELL : CATASTROPHE NATURELLE OU HUMAINE? Tables des Matières Page 1 LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS D HAÏTI Delmas 33, Rue Toussaint Louverture # 27, Port-au-Prince, Haïti Teléphone : (509) 511 0477 / 510 7880 / 210 1574 à 77 Courriel : lnbtp@lnbtp.gouv.ht

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Hiérarchisation détaillée de l'exposition de sept itinéraires routiers aux mouvements de terrain et chutes de bloc

Hiérarchisation détaillée de l'exposition de sept itinéraires routiers aux mouvements de terrain et chutes de bloc Hiérarchisation détaillée de l'exposition de sept itinéraires routiers aux mouvements de terrain et chutes de bloc Rapport final Rap. BRGM/RP-55587-FR août 2008 Hiérarchisation détaillée de l'exposition

Plus en détail

identifient les utilisations des terres qui conviennent aux endroits à risque;

identifient les utilisations des terres qui conviennent aux endroits à risque; Ressources naturelles Canada 2011: plan de leçon - 9 ième à 12 ième année Activité 10 sur les glissements de terrain : Réduction du risque des glissements de terrain Description: Une discussion en classe

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Concession de Gorge Noire (Savoie) Rapport de visite et d'évaluation des travaux de mise en sécurité.

Concession de Gorge Noire (Savoie) Rapport de visite et d'évaluation des travaux de mise en sécurité. Ministère de l'industrie, de la Poste et des Télécommunications Concession de Gorge Noire (Savoie) Rapport de visite et d'évaluation des travaux. Etude réalisée dans le cadre des actions de Sewice public

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

JOURNÉES GÉOTECHNIQUE

JOURNÉES GÉOTECHNIQUE SCHEMAS D ITINERAIRE DE RISQUES Méthodologie en cours de finalisation Participation - DPPR - LCPC - Réseau des LPC Véronique BERCHE LRPC St-Quentin Page 2/33 OBJECTIFS Rédiger un guide méthodologique permettant

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS

DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS DOSSIER COMMUNAL D'INFORMATIONS ACQUÉREURS - LOCATAIRES COMMUNE DU BEAUSSET Direction départementale des territoires et de la mer du Var 244, avenue de l'infanterie de Marine BP 501-83041 TOULON CEDEX

Plus en détail

LES RISQUES NATURELS À LA RÉUNION

LES RISQUES NATURELS À LA RÉUNION LES RISQUES NATURELS À LA RÉUNION Actualité du mois d Octobre 2010 les informations sur les événements et les différentes actions menées pour la gestion des risques naturels WWW.RISQUESNATURELS.RE S Informer

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Saint Pierre Montlimart

Saint Pierre Montlimart CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Saint Pierre Montlimart Visite du 17 juillet 2012 La réunion s'est tenue avec M. Serge Piou, maire de la commune. L'événement de mouvement de terrain qui

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES PPR ALLEVES Deuxième livret REGLEMENT SOMMAIRE 1. DISPOSITIONS GENERALES...3 1.1 OBJET ET CHAMP D'APPLICATION...3 1.2 NOTION DE RISQUE...3 1.3 DIVISION

Plus en détail

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne Page 1 MAF PRÉSENTATION Page 2 MAF et EUROMAF Assureurs des concepteurs du bâtiment Depuis 1931, la MAF permet aux architectes d exercer leur métier en garantissant

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Temporalité et Risques Géologiques

Temporalité et Risques Géologiques Temporalité et Risques Géologiques Thomas LEBOURG Maître de conférences, Habilité à Diriger des Recherches Responsable du pôle Risques Gravitaire (Géoazur, CNRS, UNS) Directeur Adjoint de l Observatoire

Plus en détail

TUBES PVC assainissement SOTRALYS

TUBES PVC assainissement SOTRALYS Application Les tubes PVC SOTRALYS CR4 et CR8 sont utilisés pour les réseaux PVC d'assainissement gravitaire, les eaux vannes et eaux pluviales. Présentation > Tubes en PVC-U à parois structurées, coloris

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

Commune de Beaumont sur Oise REGLEMENT

Commune de Beaumont sur Oise REGLEMENT DEPARTEMENT DU VAL D OISE ------------------o------------------- PLAN DE PREVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENT DE TERRAIN Liés aux ouvrages souterrains Article L 562-1 du code de l'environnement Commune

Plus en détail

Préfecture du Loiret. Commune de Dordives

Préfecture du Loiret. Commune de Dordives 1. Annexe à l arrêté préfectoral Préfecture du Loiret Commune de Dordives Informations sur les risques naturels et technologiques pour l application des I, II, III de l article L 125-5 du code de l environnement

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements Mairie de PLOUGOURVEST Bourg 29400 PLOUGOURVEST Téléphone : 02 98 68 53 49 Télécopie : 02 98 68 55 89 mairie.plougourvest@wanadoo.fr

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

Méthodologie d inventaire des mouvements de terrain anciens

Méthodologie d inventaire des mouvements de terrain anciens Méthodologies d études des risques naturels Convention DPPR-LCPC 2002-2006 Séminaire de restitution - 28 juin 2007 Méthodologie d inventaire des Pierre Pothérat - CETE de Lyon Motivations: A des fins d

Plus en détail

Prise en compte des dangers naturels dans l aménagement du territoire et les permis de construire

Prise en compte des dangers naturels dans l aménagement du territoire et les permis de construire Prise en compte des dangers naturels dans l aménagement du territoire et les permis de construire Guide pratique Annexes Département du territoire et de l environnement Direction générale de l environnement,

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 2. Textes 4. Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences. Généralités 9

SOMMAIRE INTRODUCTION 2. Textes 4. Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences. Généralités 9 ppr.rapgav is.doc SOMMAIRE INTRODUCTION 2 LE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES Textes 4 Présentation du PPR 4 objet contenu procédure conséquences LE RISQUE «INONDATION» A SIERCK LES BAINS Généralités 9 Caractéristiques

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

PREFECTURE DES ALPES-MARITIMES COMMUNE DE VENCE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN REGLEMENT

PREFECTURE DES ALPES-MARITIMES COMMUNE DE VENCE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN REGLEMENT 3 PREFECTURE DES ALPES-MARITIMES COMMUNE DE VENCE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN REGLEMENT OCTOBRE 2005 PRESCRIPTION DU PPR conformément à la loi n 95.101

Plus en détail

Commune d'annet-sur-marne

Commune d'annet-sur-marne PREFECTURE DE SEINE ET MARNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT PROJET SERVICE ETUDES ET PROSPECTIVE Commune d'annet-sur-marne ------------- Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPR)

Plus en détail

sur 5 17/07/2008 10:15

sur 5 17/07/2008 10:15 Risques naturels Risques technologiques Dispositions Générales Responsabilités du maire Risques naturels Sommaire : > Mouvements de terrain Fiche RN4 I - Les différents types de mouvements de terrains

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION N de dossier SPANC. Cadre réservé au service Date de réception du dossier : Date de transmission de l avis : Maire :.... Demandeur : Nom :. 1 - I NF O RM ATIONS S U R L E DEM A NDEUR Prénom : Téléphone

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS DE MOUVEMENTS DE TERRAIN DES COMMUNES DE PORT-EN-BESSIN-HUPPAIN ET COMMES

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS DE MOUVEMENTS DE TERRAIN DES COMMUNES DE PORT-EN-BESSIN-HUPPAIN ET COMMES PRÉFET DE LA RÉGION BASSE-NORMANDIE PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS DE MOUVEMENTS DE TERRAIN DES COMMUNES DE PORT-EN-BESSIN-HUPPAIN ET COMMES Phénomènes historiques Direction Départementale des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A PROJET D'OUVERTURE D'UNE CARRIERE DE CRAIE A COULOMMES-ET-MARQUENY (ARDENNES) AVIS HYDROGEOLOGIQUE JP. DROESCH AVRIL 1991 BRGM

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

La vallée de l'yvette à Lévis-Saint-Nom

La vallée de l'yvette à Lévis-Saint-Nom La vallée de l'yvette à Lévis-Saint-Nom 31 Introduction Ce plan-guide s inscrit dans le cadre du Plan Paysage et Biodiversité mis en place par le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

POUR TOUTE INFORMATION

POUR TOUTE INFORMATION Installation d Assainissement Non Collectif Fiche de renseignements (à remplir recto/verso) Communauté de Communes du Pays Léonard, 29 rue des Carmes, B.P. 116, 29250 Saint Pol de Léon Téléphone : 02.98.69.10.44

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Quai Bucherel 95 500 PONTOISE RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8, le bourg

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

1. Introduction. 2. Bases. 3. Evacuation des eaux des toits plats

1. Introduction. 2. Bases. 3. Evacuation des eaux des toits plats Evacuation des eaux des toitures plates SOMMAIRE 1. Introduction 2. Bases 3. Evacuation des eaux des toits plats 1. Introduction La conception et le calcul des installations d évacuation des eaux de toitures

Plus en détail

DEPARTEMENT DES HAUTES ALPES COMMUNE DE CHORGES PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES REGLEMENT

DEPARTEMENT DES HAUTES ALPES COMMUNE DE CHORGES PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES REGLEMENT DEPARTEMENT DES HAUTES ALPES COMMUNE DE CHORGES PLAN DE PREVENTION DES RISQUES NATURELS PREVISIBLES REGLEMENT SERVICE INSTRUCTEUR: DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET REALISATION:

Plus en détail

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration.

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration. SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

Réussir son. assainissement non collectif. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf. jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg. Un guide. à l usage des.

Réussir son. assainissement non collectif. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf. jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg. Un guide. à l usage des. ajugfdjhgjghgdf jshgfjhdgfjhdgf Réussir son assainissement non collectif jdhgjdfhgfjdhgf jhdghjfg Un guide à l usage des particuliers. o6 64 67 33 97 Mot du Président du Conseil général Notes La protection

Plus en détail

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS S : C éé é, ù u. S j 2 C évé ju 3 S u 4 Ex éu u éu 5 S vé éuè 6. é. u é L x é éé 7 M u ju uxu é 8 M v éu ju u é 9 L é ù vu 10 L vé éuv 11

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

Les versants sous-cavés

Les versants sous-cavés RAPPORT D ÉTUDE 15/01/2014 DRS-13-135675-12706A Les versants sous-cavés Contraintes réglementaires, caractérisation détaillée de site et validation de la méthodologie d évaluation de l aléa. Les versants

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols

Utilisation sécurisée des PEMPs Conseils Relatifs à l Évaluation de l état des Sols Introduction La stabilité de toutes les PEMPs dépend des conditions des sols sur lesquels elles sont placées. Ceci s applique tout autant à celles qui nécessitent l utilisation de stabilisateurs qu à celles

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

Carte ALEAS Mont Faron - Toulon

Carte ALEAS Mont Faron - Toulon Carte ALEAS Mont Faron - Toulon Jean-Luc GENOIS CETE Méditerranée Marie MALASCRABES CETE Méditerranée Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Le CETE... Centre

Plus en détail

REGION REUNION LISTE DES RAPPORTS PUBLIES EN 2013

REGION REUNION LISTE DES RAPPORTS PUBLIES EN 2013 REGION REUNION LISTE DES RAPPORTS PUBLIES EN 2013 N de rapport Titre Auteurs Commanditaires BRGM/RP-59245-FR Identification des modalités d'exploitation des ressource en eaux souterraines du domaine d'altitude

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

STATION D ÉPURATION : OXY 8

STATION D ÉPURATION : OXY 8 STATION D ÉPURATION : OXY 8 8 équivalents habitants PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT L'unité d'épuration biologique à boues activées OXY 8 reçoit toutes les eaux usées (eaux vannes et eaux ménagères) à l'exclusion

Plus en détail