... ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies. ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE. Année Mai e Cénie Civil. Au tou r' P k.o JET D E FIN D 'E T U DES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "... ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies. ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE. Année Mai 1979. 4e Cénie Civil. Au tou r' P k.o JET D E FIN D 'E T U DES"

Transcription

1 ç ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies r l, P k.o JET D E FIN D 'E T U DES ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE ~u VIL~AGE DE N'DIAfATE,, '\ '_,,,~_. "~'...,. ~ :; \.-A ~Ç)ÇJ ~.... Au tou r' 4e Cénie Civil Année Mai 979

2 .,. P ~.'~ ~. ~;....C:.L'; r.l :J, CC. ~ 0, v..j, c --'{ v, l ". ' L.': -' -r, l.'.,.. '0 ~

3 g)n.aire. NOUG nou~ propo~on~ dan Q cet ouvrage de faire l'~tudb de l'alimentation en eau potable du village de NDiafate. t'alimentati~n pera faite par borne~ fontaine~ et le r~q ~eau "e con~titue comme Quit : - R~~eau principal NDiRfate Esca~ -lin brancheme n t pour NDiafate Sérère - Un branchement pour NDiafate Ouolof. L ' e E~ t i, rn [. t ion de la ) Ppu a t i on ba '-" ée " 'lit ere c e n«ement de 976 et ~ur Le s papi e r s d'impôt donne hab i t an t s pour 98 0 TAl c cn s.ornn.a t Lor: totale de s pe r s-onne > et du bétail obtenue par de~ m~thode~ Gxpériment8e~ et ~ur appui de~ renc,eignement~ recueillie au niveau de la SONEES et de la D.H.U.R ~lélève ~ lq8 065 litre~ pee jour. La ~imilation du ré~eeu en période de con~ommation horaire maximale par la lli~thode de HARDY CROSS avec utilisation de l'ordinateur et lu d~termination de e ~levation~ ~ cha-.que noeud obtenue ;,')r de r- Le v é s cl!. topographie permettent de fixer une pra~qion h l'ent~~e Ju H~~eau de 2.43 m&lrc". Le r- r é s-e r vc s relluic,er~ ',ont ec,timée~ à 82 m3 et Le «ann Ly s e s- de laboratoire permettent de conclure que

4 ih d'apr~r er normer ~nternationaler, l'eau art danr le~ limite,", a dm i s s i b Le «d'une eau de c on s omma t Lon, Le coût de la f'oluti.on p'élève à CFA environ.

5 v TABLE DE MA~IERES. PRELIMINAIRES REMERC IEMEN r ll S 3OMN~AIHE INTRODUCT rox CHAPITRE l DESCRIFTION et plan du village. CHAPITRE? Eptimation de la conaommation. 2. Consommation moyenne par habitant. 2.2 Con?ommation moyenne pour le bétnil. 2.] EQtimation de la population et du b~tqil. iii J ) CHAFITHE 3 : E~timation de li Cap~cit~ du ~uitr En~ai de pom~~~~ 3.2. Matériel Procédure 3.].] Expoit~tion d0~ r~~ultat~ 3.3 Etude approfondie ]. Etude géophy~i~u8.

6 v j.a.2 Etude ~nal~gi lue. CHAP[T'FŒ 4 Qu~lité rte l'eau du puit~ 26 CHAF [THE Calcul rte~ Saign~e~ 5.3 Choix de s lîi'--hnètra8 de8 c ond u i t e v 5.4 Simil,:ltiDn du r é r-eau en p.i r Lodo,je 29 JO 3 c on somma t i on h oraire m-ix i malc 5.5 D~termination de lq prg~~ion de ~ervice. 36 CHAPITRE 6 : Cqlcul l CHAPrritE 7: Cot,t ;Ji: Li ~olution C0 ût d u m' t!~ rie I Co ût cl e e:- t; r d. Ir u x CoCt d',-;xljoitation CoO.t additionnel pour les autres so'lutdons, CI L4.PITftE: 8: Recommadation; conclusion 5

7 ~f! SUI CE DE LA. TA.BLE DS MA'Ii5RE Consommation de quelque s écoles marchés et dispensaires 2 Exemp Ie d' i Llust rat.lon de la méthodd de JACOB. 3 listing du programme de calcul du réseau 4 M.\.".:S DTAGRAM 5 Normes InternatdonaLea de qualité de l'eau de consommation 6 Tableau des saignies 7. Tableau des pressions de'service. 8 Tableau du coat du matériel. 9 Calcul des d3pr3ciations 0 Choix des diam.3tre de la condui,te principale Bi bi 09 r Cl Fh l~

8 i ur e r: Le «o j c t INT itoduct fon La R~fJr~e admini 0 t r 8 t i v e territoriale et locale entr é e 0, v gue 92 vi s e o e i r s p r i nc Lpaux :ouiv:j.nt~: : - décontrali~8tion da~ institution~ ajmini~trative~ - p8rticipation re0pon~~bi3 Je~ group2ment~ socio 3conorr.Llue s - d~centralipation de certains pouvoir~ de déci~ion an faveur du gouvernement. Ace t e f f e t U y a c~ u lie \~,0 f r ou pc:rie Cl viage P en c ommunau t é s r ura Le s -ryant chacune à <a tête un village centre. C'e~t ainsi q ue la c ommunaut é rurale de NDiafate dont le centre est NDiafate E"'cal de par son <Lte, regroupe que Lquë s 35 v i.ll.age «et compte déjà - Un po~:~e m é di c a I. - Une maternit~ villageoi~e - Un e [D'li 00n C ommunauta i re - Un m-ir c hé - Un fcyer de~ jeune~.

9 ..':'/> «; Or de p u i «"'8 I onda t i on, lé:: vil.lage ne compte que queloù Le s v i Llage o i s viennent chercher chaque jour une eau q ue Lq ue s f o i s ~aumâtre et s ouven t peu potable. Filce à une talle s i t uat üon et vu le rôle prépondérant que joue l' e a. li. a n ~ le dév e l 0 IlPe ment de toute!=' 0 c i été, nou~ penron8 qu'il e~t néce!=,e,aire que l'on accorde de l'irr.portance à la q ue s t i on en vue dr; trouver une ~olution ef'f i.c ac c dnn s Le s me i Tle ur s d é La i s, L'on ~ait que ce nle~t pao l'eau qui manque vraiment ma iis plutôt les moyens de "'e j.r oc ure r de c ë t t e eau. Nou'" verron'" donc en un premier tempo, les néce~oitép, en~uite nous recenoeron a le~ dipponibilité a actuelle9 pour voir enfin ce qu'il ~erait po~8ible de faire. No u«pr op o r-eron «ain~i un ré"'eau de d i s t r i bu t Lon avant d'évaluer les conta respectif!=' de'" aolution~ propo8ée8.

10 J DEr';CHIl'TION ET PLAN DU 'JILLAGE Petit villqge ~itué ~ quglque~ 5 kilom~tre~ au Sud G~e~t de Kaolack qui la tran~gambienne, NDiafate eat une de s 3 c ommunaut é» r ura Le «que c om p t e la qou~ préfecture de NDiedieng dan~ le département de Kaolack. Un pe u ver l"! le Nord à q ue Lque p 500 rnè tre "", ""e trouvent groupé a les viliages de NDiafate Sér~re, NDiafate Ouolof, NDiafate Peul et NDiafate Socé. ~ ji~per~ion de ces village~ e""t liée à la difféfence de<=! dialectes c oc.me on peut le r ema r que r de par leur ap0ellation. Le p l an de ~i t u a tilon p r opo o è au deaain l p e rtne t tra de voir plus clair. L-::'""' hn b t t an t e de c e s vi.'g2''' '~ont t ou» do «c ult i va t e ur s, mai» c e rt a i n> d'entre C~U4, le" pe ul s en l'occurence pratiquent en même telli~"" l'élev9ge de bovin Q Comme dans pre~que tou~ le" village'" du Sénégal on trouve de~ animaux domeatiques tela que ; mouton~, ch~vrep, chevaux et ~nes "'ervant le a premiers de b6tes de chair et le~ derniets de b6te a de trait.

11 b au C'Jl n t 4 2. E':)T nv:at ION DE LA CUNSûMMATION. 2. Conpomm8tion moyenne par habitabt Nou s averr- c ho i s i le c y~"tè.%e? d'altmentation par borne!"! fontaine~ en nou~ r~f~rant au village de NDofane qui b,~néficie d'une telle a Li man t a t Lori depu i «une Avec le~ chiffre~ obtenu~ auprè~ de lq ~ociété Nat Lon a l.e d t e x plo i t a t Lon de s eaux du Sénégal (SONEES) 3U niveau de K~olack, ~ur IG~ con~ommation~ bimeqtrielle~ en eau du vil8 8 da ~Dorane, nou~ avon~ Jtabli le t a Le va. 7--"' _.._-----_._..--- Con"ommation par bime~tre en m3 ; Moyerme i-----~ i i * i- l :Fontl: Yi3 3'J : e, IFont2 r :For;L3 ] 34 23G 44 C J <J : t : m3 par bime~t.te t

12 \ 5 Rendu"" <ur Le r- lieux, nous a v on s c on e ta t é qu'une borne fontai.ne d;:!~''''ert en mojllenn8 0 ma i s ons et qu'une ma i s on compte en moyenne 5 per""onne~ ce qui donne une conc'ommation moyenne p8r perponne de : ~---= 30x2 x 0 x Li t r e s paa jour 2.2 Con~omm8tion m~yenna pour le b~tail. Nou s avon s u t i Li sé un procédé e xpé r l men t a I : Nou s- avon «r e c.pli ur. abreuvoir parallélipipèdique et fait boire ~ucce~~ivement - dec"' bovins par groupe n de 4 et 5 de.~ c hè vr e a par groupe~ de 2 3 et 4 de (-' mouton"'! par gr JUJe ~ de 3 4 et 5 - :.JJl cheval - un âne. L'e 8 sai rép é t éq 3 f o i «a des jours différents et sachant que ce~ animaux boivent gén~ralement 2 foi~ p8.r jour, nou~ avons' obtenu psr calcul,

13 6 Le!"l moyenne",~ u i vante" : bovi.n~ 23. '" litre!"l par jour... cheval ou ane 8.) litre~ par jour mouton ou chèvre 8.7 li.tres' par jour Comme tou~ cas chi.ffre~ ont été obtenu"" p8r moyenne~ ~tati~tique~ ou par expérience, nou~ allon~ leb majorer pour ê t r e p J S ""é c ur i t aire ~ : ""-----: s Unité : +,,---_._---..._----"-,,--,,-_._ ; _._,, ; Per~o~~e : 35 Litre~ p8.r s Bovin )0 litre"" par, : i Con""omrnqtion : s jour jour Mouton ou ch~vra 0 litre~ par jour Che va _ ou âne 25 litre~ pqr jour s t t _._ _._-----,, E~tim~tion de 8. ycpulgtion et du bétail Le t a ol.ea u r ni van t e r- t e xt r a i t de s r é su.lta t > du Rec ensemant de 976 obtenu"" au ~ived~ Je la

14 '7 préfecture d~ K30~ck ,;r:--'---, ,---- -r- f t : i. am du, \r;sge PerC'onnet Bovin~ Ane~, t , N'D'i a f at e E"'cal : : :, NDi8f8tC...)tjrere C", NDiafate Q:,JQ l of ,. Nlriafa t e l'elü, NDi~fqte Socé " , '---' t- t '!\;,..., J.' vi'! du VJ. J_l d. t!\:: : Chevaux Chèvre'" Mcut on s : l, f- -- _._" J..:'" r" l'mi:lf c- NDi!t r d ;'JIJi 8:: 0 --t-- -,.---..'--.,-,-..,,+-..," ,i -----, : 59 ' NDi8f. P NDi8f. So En' e xaa i aant le:' paj. i e r s d' irnl!ôt obt e n u s- aupr è s des différent"" cmefs de v iilas-e, n ou» av cn r c on s t a t é que l'agcroi~~etilent

15 E pal la fo rm ule Pn = Po ( + r)n avec une faible erreur. D'lD~~ ce t t.e formule Pn - ~Oful~tion aprè~ n ann~ep Po - population initiale (ici celle de 976) r - taux d'3ccroi~ce~ent Four le~ dif[~rent~ froupe~, la r n'ee-t 6videment pep le m&~e. Nou~ avols donc choi8i pour lepl }\er""onne'" chevaux et ânep : r = 0.02 Bovin~ u.ou t on «- c hè vr e > r = 0.04 Ceeh 0 i x n' e "t c.: t a dj.n c: r. t. pc:", ~ f 3. Itau h a coa rd, mai ~.p ut ôt c'est le fruit de codptatitionq personnelle~f faits!" ~ partir de!" c u i f'fre s obtenu!" et à pn rt i r d'urie certaine expérience 8. C '- j ~..t:: d 'I.l n: i l i.e u r Il r éj C 'est a insi l.ju'" LOU~ av on> donc pu d é t e r a.iner la population 3frbp ch3~ue annie de lq7 Q ~ 989, la dur~e Je vie de notrc projet ~tant de 0 ana.

16 q 2.4 Co.n v oum.a t i on moye nne de l'en''''eœble Comme n ou s- l'avonr-: i r.d i q ué, notre but e e t d t a s s ur'e r d'"'ne manière efficace l'alimentation en eau potable de~ 5 v i Lla ze ':» communément aj)lelé~8 NDin.fate. Cependant rendus <ur Le s lieux et a prè s avoir effectué de!'" levé!'" de topographie', noue'! avcns c on e t a t é que l'inclu~ion dep deux villa~e~ de NDiafate Peul et Socé dan!'" le p,v"'tème d'alimentation n r e s t.f.i8c du tout avantageux, vu!'" 2~ effort~ 0upp6mentairsp con~idérablew que cela i rd pli'l'}8 En effet cep deux deux village", pont tr~0 di"'tant c de la '~ource et ±&HB- leur hab i t a t I on s trè~ e'"'pacéec, donnent une t r ès faible de r.v i t.é, Ce~andant, comme leur~ bovin'" n'abreuvent depui~ toujour~ au villa~e de Nniafate S;rère, nou~ iriclueron"" la con"'ommat i on de cep bov i n r- dnn-: celle de ce dernier village. Pour le villave de NDiafate Ee-cal, centre dele communauté rurale, noup felonp illle étude particulière.

17 0 nouvelle~ h9bitations. L'occupation de~ nouvelle~ parcelle Q n'e~t pour le moment qu'à pe!" d è bu t r, mu i s n oun e s pér on s qu'elle r:-era c omp Lè t ëe dan~ les 0 rrochnine~ ann~e~. Parallèlement, la population ~'accrottra vite le o 3 ~ 4 premi~rep an~j2c puis pup lentemebt et ten~ra m fue à -,,erne " ptagner ver!'-'la.le, ann é e du fai t'.e.:me de la d i spps nicilit~ limitée de~ terre~ arablep. Par a i Ll.eur r, n ou «':':'\,'O;:~ pu c onvta t er en e xarninant Le s V:l[)ien' d'impôt, (jlllen lllo'y(~nne c haque pa r celle comite entre 2 et 5 habitantp et que le nombre de perconnc o fait anviton 5 foi o celui dep moutonp (ou chèvre o ) et 0 [oi o celui de~ chevaux (ou âfiep). NOll'" p r en dr on> 5 'bit.:.n;0 j.ar pa r c e Lle. recueilli~ BU niveau d~ service de l'~levage da Kaolack indiquent que Ih3~ b~vinp ont ~t~ vacciné~ en lq7a. Avec la formule d'accroipc'ement cit~e plu2 haut et en soustrayant le nombre de bovinp

18 attribu~ au deux vll3ge~ de NDiafata S~r~re et Ouolof nous auronp 672 Lovinp pour 989. En tenant com~te de l'attraction po~~ible due ~ l' Lr.s t al La t Lon d8~ deux a br e uv o i r e que nous. propo <on o, 0: p'3jt compter «an «t r o; exagérer Uri nombre de bovin? à aliffienter en 98q. la plan d l a l i pngme n t indiqué sur le de~oin 2 montre ~u'i y a 0 parcelle~ habitable~. Noue déterminerons donc le nombre de per8())nne8 pour NDiafate E~cal et p8y 0uite le nombre de mouton~t ch~vre8; :.lu~'lht0u.x: I r.lra r t r uet.u re r, n oo - par t i r on«de o ren"'eignement", cbcdnuz ~u niveau de la direction l~gianale I:r. \loj!lée~' pour c",'-' i r.fr a v t.ruc t u r-eo ~'orlt pr é sen t é e s ""ou~ forœe de L8ble~u en a!in8xe t de cet ouvrage.

19 2. et d'u~ CGntre m~dical d'un village. Cela LOU,., pe rtnc t donc, bien que i"'af,i~i"ant de milieu d Lff é r on t «d'adai,ter Le s c on s ommat Lons ~uivante~' "'anr' trop d'2rreur~ _.- t Lnfr '" truc t ure r-. -_._ litre~ par jour locjo " logo Il 500 Il _._-_....~- iw:t i "on c omm una ut ' ire : moc:quée. _-_._.-._ _--._ " 500 " 500 "

20 ,~ Il'if~~~-----:+' '''---- t i CO!i00rUJi';i r Jn ;NDi'~f. S~cql NDi::,f. Sel' indiaf.ouol -=-t _ : l'c i ~.'O 0n 8,.., 57 75,0 9 42, Bov i r:'" r 5 CCG 9; Ch.=: vaux +.li,~,., 4 ) 'i L ~,:ou t.on Q + ~l)~~~ tlre r, ) 30Ci ~G4 675 : 'l' 0 t'll _... _ _-_._ LG5 litres ~8r jour 2.5 D~tarmi~8tion du facteur de pointe. r,; II i e u r U r ;j.~ c:~. i l 8 0::-t. cl i f fic i l,j e ~ Cl.v 0 i r exactement l~ m~ni~rg JGnt loq villagaoi~ vont PG l I Gq U tjut ~u long Je lq journ~a.

21 f... r.e!". vall e s t~nll"c" i.er s Er. e I'fe t bc9.ucouij Je facteur!'> entrent en c a u se t e L> que: - er ~~~ivité~ da~ gen!'> durant toute la journée - le ~Y8t~mc d'alimentation - la di~~onibilit~ et la proximit~ de l'eau. On ~'l.\jr~li t pu c epe n da n t j.r oc é de r.de la ltl~.nière~uivante: - Faire un relevé de d éb i t à la <o r t Le du r é se r v o i r a d,-~ NDo,'(><'! ir.t c de - ~.4 V - - _,- ". '" Il!-". _ t." v. " "0 ' l ) \ j mi nu te,-, Fl r ex8éi:jj e ré cu l - Tracer avec le'" r~~ultatc et le débit rte pompage une courbe do la c on s omma t i on en fonction du t e up s pour une duré2 de 24 heure~. Nou~~ a ur i cns lju a vo i r ur;e Ld é e de la c on s omrnat i on horaire mqxi~qle ou tjut au moin~, l'ir.tarvalla de tempe o~ ~e produit cette con omm8 t i on, 0 ~i Oa e~t la conqommation annuelle on a Qjmoy = Qa/365 = conc"o~mqtion do jour.royon <o i t Qhmn.x I a c on c om.nn t i on horaire maximale :F' i' -- ~h[j:ax.. _

22 :5 Nou s n'avon r )'l"-' ln). faire cette étud~ vue '3. d i s t ance qui n ou>... C'e~t POBCluoi nou~ avon~ e~c'"ay~ de tr~cer un hydrogramme de c ons on.u.s t i on journalière ba e é e...ur Le s ac t i v Lt é «.Soit ~Ll o or.r-om.n.r t i on moyenne pcur une JOlJrn, 3o. PO"''3.Tlt J/24 ' CC)E... ome.at i on moyenne en une heure, +-_.._---- Pe r iode Con r omrna t i on Con""ommation --- :.._----_..._.._-_....._------_._---_ : tot~le par heure..._--:..._..~--:~~~--- 7h, loh a Li. j X q.3.0 x Cl 0h à 3' 4 x Cl 3h a, 5h,e' x q 5h, ' 7-2xq. 7', H ~ 9h x q... -' 9h à 2lh l x q 2', 7h d. x Cl x Ci..5 x Ci..0 x Cl 2.5 x Cl 0.5 x Cl 0. x Cl hor a i r e lti'lxilt.'lle de 3.C x ( CG qui donne un facteur de pointe de 3.0

23 6 D'autre part nou~ avon~ effectué un comptage d'arriv~é~ à une borne fontaille au village de NDofane. D'aprè~ 88 r é su.lt a t > ob t e nus, n ou s t r ouv on s effectivement que le max i mum ~e trouvaitaux environs de 9 heure ~. En p Lus de cela, n ous :"Hvons que Le > f:-ens ne vont j amai s chercher de l'eau la n u i t d'autant pl us qu'à NDiafate il n'y a pnp d'électricité. T',l faible c on s ornma t i on Clue n ou» avons rnen t i onn é e, Bot donc du po~te mjjical en particulier et de s i n I'ra r t r o tur a s et: Nou«pouv ons donc d é tc.rmlne i la c on e omrnat i on horaire ma»- x i mnle pour tout.l' e n r-e n.b le, S.lO Ittre", par ~econde NDiafate Séd~re.0 litre:'" par «e ë onde NDiaf8.te Ouolof 0.6E. Li t r e s pa!" seconde. Ce qui fait un total Je 6.88 litie~ par eeconde.

24 i ESTn:'ATION DE LA CAPACITZ Dt! PUITS. Le j.u ; ts que n ou o av on> c ho i o i c omn.e <our c e d 'apl-.œovi~ion-, n e fl E': n _~ c:..-..! t a efrcctuée~ en q. 25 mè tre "" Ni "le [- Stq t 'uc 6.25 mètre~.5 mè t r e «Salon er inform~tion~ lecueillies au niveau du villaf~, Ce puits date de plu n de 50 ans et avait à l'état neuf ljilg pr oi'on d eu r t o tnle dc' 30 lll~!tres environ avec un Il Y avqit 6té creu~~ pat des troupes Je l'almée françai""e. le in~'c. pour l'aclreuvage du bétail et.j,.i3-.

25 8 Il nou~ eat donc dirfi~ile de déterminer la capacité exacte d'un tel.\ u i t ~.. Nous av i ori> "'U :'J:;; é l;out cela (lue.l e pui te- Qoi t r e f'a i t et l'o~' l.c:l~, :8 r:.i ~ t (~ t' LG l ~ Noue:- donli - Une moto~ompe et Qe~ conduite a d'eiaure - Une aor,de b, eau t,our 2 Q mo s ur e s de niveaux en t onne a u j8.jgé pour e f f'e c t ue r d e s mec'ure",... Un c h rcr.om v t r e cuve pour contenir' l'eau pompée.

26 Pr océ du re UeQurer le niveau ~t8tique avant le début du pompage. ~..-, i n» t e (~. La d'ir'3o de l'3""'iü leut être limitée \ 2 heure ««eul emen't, Une f o i s le }.lorr:page a r r ê t é, or. me r-ure le niveau de l'eau lors de la r8montée comme précédemment..,-" i t ~. ~ ~XpL0.a t i cn uo Q l,~r-ultat;"' ' -, e '" mac!ure '" i i + l i "GLtiGl nu t ur e l.i i f'f'é r e n t de 0

27 20, apre"" le début c:::~ ut.u Li r-e (;r;c'uit,:; ' mé t l.o de de JACOB décrite on annexe ~ pour calculer +./..,. y. ~..., : ~.~' v'. t! tj"'" f:t ~ iil J... ".. t.:~ T 264 xq.~ _. fiente de '. courbe raba t t emen t en fonction du r a ba t t eu.e n t antre d e ux i n s t ant s dont le l'l[.i.ol-t e r- t 0 <ur l' chelle logarithmique. d'emmsf83inament ~ e~t log (-3 _)!~ tel que

28 \.. ~ = rabattement au temps t (cn pied~) r = d i rtar.c e entre l'ax.::: du pu i t «et celui du vuitn d'ob~ervation consid~r~ (en pied~). t.;;; tc",p", é c ou l.é :'.t parti r du début du pompage J' v. $ (en ffi:i.nht~"l). log = logarithme à la ba~e 0. On peut donc d~tcrffiingr le d~bit qu'on doit pomper pour a vair un r ' bat t e me r t donn é a pr è '" un c e r t a in t e mp <:! e t à une certaine d i s t a nc e. 3.3 L:.': con"'omn:'clti:jf: n.oy enne j o ur-nali è r e e s t de litres pu r jour. Or selon le o inforffiation~ racueillie"" au niveau de La direction de rhydr::l urbaine et rurala ique (D.TI.lJ.R) il e st peu pr-obab l e 'lue le pu i t s en que s t l on pui~ce faire face ~ une telle demande.

29 22 "'e trouve à NDi''lfate Ouolof dont Le: c a r ac t é r i s t i q ue s <ont le C' C'u i vante <::" : ;' 0 f 0 n deur t 0 t ale Eiveau ~tatique diamètre intérieur 5 mè tre ~ 0 mètre"".25 mètre~ Si donc le d,;bit du pu i t s- a pr è «réfection é t a i t inférieur ligèramant ~ celui requi!'", le problème pourrait facilement être r é s-o Lu, J.J.l ' carte hyjro,:~oloci'iu,:; co t o n ue au niveau de la D.H.U.R et ci,j 0 i nt e au doaein 3.p';;Lr;;,;t de faire le'~ c onc Lu o i on s ""ui- "Le... rl~""oujc8 <o n t e x t.e cmmemant f a i ble s, TO\Jt développement de... [8"'00uroe... aquif~re'" locale'" G"'t 'peu probable en de le de ve n i r, Seule l'alimentation en eau potable de:' vill~:ge'" et de s

30 \.. centre 0 nctuee~ ~~n~ expan~ion ~u~rl~ment9ire pourrr 6tre o~ note ~g~lement : "Es u t r 0 P [fi j né r :. i!" ée du Ma e "'" tricht i en. Lr-r i ga t i on d"'3.jjl,oint pour une pluvi o s i t é à 600 mm et pour c erta i n r- ~-~ol~ et c u.lt ur e «?

31 l8 coupe d~ forage de NDiedieng villr.e ~itu~ ~ quelque~ 5 kilom~tre~ de NDiafate a u Sud-E>t. Le [OPf:2 t;-2irî;jne c n Avril 978 a una pr o î ondeur totaleéle 73 mètie~ et h tr8v3r~~ le~ formation~ du continental terminsl et a tcuchi e~ qr[ile a et calcaire Q de l'ocene ~ r u ivant «: rrofondeur i~itiale du plan d'eau 8.63 mètre'" Q :t2iiijp- d e pu i > le d,.~: H'battement but : -=_d_8_c_l-_li_ll... l_tj_e_8_,_'" i. _ 5.0 m) /t ]0 mn 0.5 m 3 / h 30 mn.6 rr: 3 / h 30 mr 20.0 m 3 / H 30 mn 30.4 n. 3/h 30 '-'"" l...! J ID 0.90 ID 0.70 m 0.93 m...g8 m :

32 25 Apr~~ 20 minute~ de pompage avec un d~bit variant de 40 ~ 4.4 m~tre~ cube~ pnr heure on a un rabattement de 6.8 L'eau de ca for8ge e~t potable de premi~re qualit~ d'apr~~ le~ norffie~ intern2tionale~. La r e a.on t é e ~',~ffcctu8 apr è s 40 mi nu t e «de pu i s l'arrêt det p ompa ge Nou~ pouvonq donc pen~er que la création d'un forage de ce genre h NDiafate aurait r~c'olu le protl~me dana aa globalité. Ce forage a ur ait même P",-u+ ~h.-c l) :;nj;dl~"d'alimenter d t a u t r e s- villages encore et de fairs c0rtainoment du mara!ch8ge. ~ou~ terraina appel~e MA8~?nICHTIEN qui ~'~tend aou~ preaque to~: () l-o! Lcn t a L et qu i, :--elon JEAN ARCHA~:BAULT a é t. d,-~cot)vc:rte e n 937 lare' de l'exécution d'un <on da ge ~rofond de Iccher6he d'eau de~tin~e h alimenter la ville

33 26 4. QUALITE DE L'EAU DU PUITS difficile de connaftre le~ qu3ité~ axacte~ du puitp. Certa i nee p ropr i é t é s,j.,y <on t en effet trèe- aff'e c t é e s par la d~terrioration psrtielle du puit Q entrainant le~ débriteet le "'able ~ l'int~rieur. On peut même voir que le fer da garniture commence à Q'oxyd2r, cc qui affecte viaiblement la couleur de l'eau quel- Ccrt3in~ anqlj~o~ ont ce~endant ~té ~ffectu~ea au laboratoire et er risultat~ obtenu~ Rünt le~ RuivantecO\ÜE:~Jr t ur b i d i t é rn 0 uni t é : 5.3unité.'-' Alcalinité 36 mg de Ca CO] Acidit~ 2 mg de Ca CO] Dureté 00 mg de Ca 80] L'analy~e bact~riologique n'a pa~ été faite. Le n r~~ultnt~ d8~ e~-ai~ comparér ou normee- internationatirgr le~ cü~clu~iün~ ~uivunten :

34 27 La couleur, la a dmi s s ible r, le turbudit~ et le PH cont dan~ le~ limite~ JQnS degz-a de dureté est"les limitas recommandées Quant au ~econd puit~ e~ réputat c de~ analy~e~ au laboratoire jo~n~nt senpiblement le~ même~ que ci-de~~u~. t i cn erl potable. Qu~nt à l'cau du forave de NDiedienp, e~ analyae~ du bureau de Rechercha~ Géolo~ique~ et Minière~ (B.R.G.M) abouti~~ent. - Cac'""ificatiGn H. Schoeller : eau de première tt~a- ~~t~ cat~gorie ( notabilité permanente - bonne) - No rme r internationales (OMS - 972) : eau de è r e qualité. On vpourra i t d or.c ;" a tt e nd r-e à ce qu'un forage exécuté à NDi,rR ~ e donne une e a J d<.': qual i t é ""em b Lable

35 28 5. CAT,ClL Dll RESEAU. on eft'e c t ue deux Un branc he mert uour?\dü.lfe te Sérère - Un Lr a r.c heu.e n t jour Nlria r'a t e Ouolof Le~ doux brqnche~ento n'ont aucune particularité et le a ':;!.". t ~. ri t - ~i -i ~: II t- ~ n ~l. " l c. _ Dl ~ ç. ""' ~ }. rt.j " 0,., --.'. _ t.,-".'.. C c' J" L ' p, U..la t. L'~tud8 00ra donc aurtout ax~e our le r~oeau principal. t'alimentation era faite par borne~ fontaine~ et c'eqt L ~lt Il (; corn t e \u Fil L i ju 0 l' eau ne (Lé' v r a i t pa", ê t r e cher - le c ' pcl'te~.

36 2 C '-).2 Ch aq ue n oc u d d,,"'~8rt le'" ha b i t a t ior.r- Ln.n.é d La t eme n t environnante"'. Nou s a v or. s en tout lu) par c e Ll e s hab i table!': t o t a Li sant un débit de 6') 75 Li t re s par jour, ~oit Li t r e» par jour par p8rcelle. Il ""3pit ain~i de la consommation de'" pers onrie s, de~' mou t on>, ce~ c hè vr e s, c he vaux et âne >!,in~i "'i L(IU" p r e r.o n s T,8f exemple le r. oe ud :) qu I de!'l"'!ert Le > D8."C8J;.:::o "T~ et 02 nous avons donc '&Be saignée 8 (5~2.~ x 4) (3GOO x 24) x 3 = C.08 LI'" e r. l~;riode de c or.r-ornu.a t i ori horaire e.aximale, Le [,03 ud numéro dc n 0ert le~ ~arcelle'" et (592.5 x ) x / (600 x 24) =.]8 L/~

37 Jo 5.3 Choix de" d i atnètr e e- de'" c c n du i t e s tou t e r- l(-;p c ond u i tes de d i str i uu t i on «un diamètre de 60 mit ~oute~ les conduite Q du ré"'bau "'eront en FVe. )'8.illeure- c t e rt une pratique c ourarne n t 'Jcilisée pour l'ali- 'entation en eau en Œilieu rurul au SJnégal. US"" d i amèt r e s i n î é r i e ur s à 60[JiGl sont t r op pe tit «et Le > j':lille'-'. La c:.rduite j.r i nc i j.a l.e a ura un d i aruèt r e de 00 mm et le~ deux c o r.d o i t c s de brancho c.o n t a ur on t de" d i amè t r e «de sc m.., voir les calculs en. Annexe 0. Pour lu,l;~,/:i~mc; "olution on a j ou t e r a '~ii;;~llellent U:0 con-

38 Î 3 Daa» le cas de la cr;:ltioll du for2',,2 0, "-;:;r a amené à lier 00-2CU ou JGC) il:lij cl' V~r;dant de l' i ni j.o r tance ùu forage, c]'r:tj~;rc:s VUl.."iteC' Vrtiront. de c e t'.e c or.du i t e, "'ur I ; du c,,' in ""f Al" ~ ~_... ( 5.4 Il ""lpit as"'cntiellencnt du r é se a u pr i nc i pai n.aill é, Le débit ~ l'e~trj8 e~t de 5. litre~ par ~econde. RLA0,'sit/ L.::; c c e f Li c i e r.t de f'r o t t en.en t C a 2t ; j.ri s ét:al il 30 pu i r-«vu 'ue l; d,; c- r ' i h. e ~

39 _o., )2. r~~~\u PRINCIPAL z:.l C one l" e 7 h~ud uj ll ct Z W 0\ \:Y (tj!!r... r i i i l~,,' u l'''~ l':i i tr;\: \.dl f i \..f' - --,,_ i (]) ; i 8 l j / G-:J (0 ti\ _..---" _... ~-

40 Li) '.' l,,\j~, ~----~~-::i~ r '-è! ~~.. :;,~j (,-" OÙ.! i ~---, '-", ---,.--'-'-',--,-, '~ f; (~~); ~ i r ~ j ~ 'l' (r:r- Il ~:' 'v- -- i.,'' 0\ ~! (~II \.;: j y t i l '" :"è'4. ':',. ~) "-_."-_.--.._- -e- _... -._-_.-~ Il' t R\I,. \~II,~ i V..: i

41 Cq\ 0'\ é.\ DUNNFL~) * (. ):. ).: '- '", i. NOMB <[ I"!.OtB F<[ VAI...EUP N()/'jBI~E:: NOMBRE: N()Mnl~r:: NUrB I~E :30 DE BOUCLES DANS LE TOTAl... DE CONDUlfES D[ F Fi ~;:::. L... :j DE TU'yAUX l)(.\n~; Ltj DE ruy(.lul Dt,N~; LI'! DE luyaux DANS DE ruyaux D~NS I...A LA IŒ~;LAl.J :::: + D~"!N<':l LE r~esetiu:= D()\.JCL..E noucl.e üoucl.e [lducle: ").-.3 I.j ''.' J -:H: 0 ~ ii r.7 -)( ~ ~:,t ṛ. :~;~) 0 li.70 )(... ()~) e -li- ()30 't(. 30 [) -)(-.. ~:j u.~:. 2 0.~:. 300 * l :J ~::, o.)(...i A,. If:5 () ')i ~::} :. 0.){ 3 0.l(

42 \»:,:;. ;.~ ''T'' :+: ;<." *;+: * :+: *' '*: " :+: CJ..,:'.J '",J co ç.~ f) ~ "- Ù'.,...,.::T :)--. >-) zr c- co!"'- zr,-f t"4) f'- ~':~J ~~~: ''')..-4 ':=> ~',-f,-f ~!"' r"~ ~ i"'- f..;' U") -.,,-! 0;--; =T Li'") 0--..,... co 0' =' ~.; U',-f co t"),-f Ù' ~, n ~ ~-) 'D i'- i"- J!.: :$: :5" '* l.!..! :oj( i- :+: O;~ ~-= I..J.j '* c+: :.+: :+:.-'.. l'- Cl'" "(.:=> ç.j 0--..~.-,(; r- ;-<) C J,... j.' '-' ':::> Ci C.! Ct.. c ~ M T"'"!.:j- W~i r _ CO -r-i Ü' -..0 o f"-' =- ij; 0--. '- lf) r<l-) f - f"i) (".J (".J 0)..=- :=:: 0 f"<) ("'.J ;"<. r J Ln :~ ::::; T-! ;"-t').:7 * ;< '-0 2:8 W!-!.- C>- ".(;..(: ~- o- o.'j 0... CO j) 0-.. =, OJ..._,. ~") ('.J ~<J!'i;, >J L:l r'() r ~ r or ; T-!.=r- Ct, 0--. Ln 't"-i ~,.. li M a ri 0 0'!"' Ù' C J 0 in 'C il, r- 0'- 'Û ~ Ù' il, r...).,..; ln C J G:J ~" ~ ('.J!" '(,-t (',. H U i:i:i..,... LU _J "-Ci >.(! '.~ _.., ".') r=:.:t "C 0 o- ')-. r"- ;--- " 0 ',.:) ':=>.:r-.,..; r- Cl} 0-. a CO IrJ ~ r.;~ zr r- :)., -.. ~; C";" C)... -'- y'; Ù' :::: -'- f"-!'(~l.- -; ::0 ;'- ~ :j- f")!"') M M lo-.(j=o)~oml"") C j CO,="'.,..; -.(J il) 0 l J :+:.,. '.' (J) ~ *: ::;. :~ :.+: '*.:.. :+: -e- *:+:w *: -- ",. :--: *: :=J :-+ Ct :+:.z '* ;~ -- -r ;i' * * c! :+: :- _J :+: :+: ~: :=J *:+:... '*: CO) :+:..., 0::: l.i :+: *....~.

43 \ ,,"- z o H E-i j H A rn!~.,- "-<) ",--_.-_._- i ",:,"! r., i~ ~ ;~.,!.~ i i".; [' f _,,~ l "04', i V'..l r---' " i! j > ~"r-~ _.--.,.--! l.,\ " <. ' i Y l ' i ~

44 Ci~) r.0:::'.,di. p rj';:l.~ + ra _ T.-,._ '..-ort ç,oc'. par f)', t e u.ont h =: l'~'/'" J... '.. l... " J V\,,... ~ vu I,,-"l.,... ), J f ~ lui "ont C:c,;lés.": l l.'lr::ivi ~;ior;.u t 'c~""'2èlu. - Lss lertes de charges par différence d'altitude qui sont égales à. cette A (-, <::' (~~:.,~, t'l'..., 00 uj

45 ~-, l,~ : " "--' /,.,,-,,' -l',', :-:.... '... '-] 'il l":0 ~~.,U ct ' ~~ 4 U'" le c i.r c \ i t d,) l' e a d '" t e '"u i.vant ::; ~ 5 i- C.)::; CC 4.ce ~ 0.95 G '.:; -. t a i n ~ :i il) (; CCi! ) r- : '; 0 r;~' d <3 ter Gîi né le~ parte~ de chqrgc L (~ L' l.>. -_. C '...:

46 \, J mè tre r. La pre~-ion ~i~i~alc da ~Grvide ~tant choi~ie égale à 5.00 de 2.43 m. Le > pert e... fic'.)! ' c on du i t e j.r unc i jnlc <ont d é t e rminé e «par "};cture sur Ltrbaque de HAZEN ~HLLIAIS et sont égales à 2.2 :;;. Le c u.cu: di~till,; c r t mcn t ré e n annexe 0, ;'0; '" d,~ v 0;; 'Co J Cl nc v o i ri)r: C Ji r c '" ion rn in i m'c cl m " Ü " 0 r ~; i r '.] r ~ ~crvol r,, exp! lrr ',; h.i u t e ur c]'2au donne la E~Cê:li.. Nous prendrons donc une hauteur de 3 m

47 ,;0 6. Le~ rj~ervoir0 cont E~niralement co~çuet ~our : P'-t'l' -' '" '". nl \l~r ~'('\r..-~..., - -,... i-'i~\''ill'brc -.A -.J i ;""urer un vojijitic d',:;'lu néce~"'aire \ la protection i nc e n-, ' R ', l ',8 :,8'O'8rvo i nc e n.t i e. - Fa i r e f,'l C 8 al) x cl i f f,5 r e Ti t e.- "i t Ua t ion" J' urg e ne e ent ra î - ~qnt la mi~e hol'''' ~9rvlce da llu~ine de traitement d'eau ou J'u<>ine de:;"";" c ornpovar t e «: Réoerve d'urgence et de product j on. G.l 2 :: G n Anrio /~ l: 4 fi" )3. 8e.,l..~l(l'h; ~l 7. ~~ /. ' "olt.-,~ P u CJo 065 x ---')4'--~o Lit re '" z, s o i t m.3

48 4 C'O;Ln;o i],c'::l("it ici, d t un petit r é s ea u e n rrleu rural n cu«n'qvon~ pq0 jug~ n~ca"'~aire de faire la po~e de bouche~ d'inc e nd i e o, Ce La r:e f era i t qu'angmenter le coût '"'ane> pour autant qp~orter ~lu" J'officaciti. D"iilleurfl dan" Le «vilage"/d'2'-' qu'iti incendie se déclare RT= la ré0e!vg da ~roduction -era con~ld~réo cosle étant nulle C ' r l ~ L' Y :.l -' ',- d'; J " in;" ; G t rai t e a: e ri t. :::orr.r;;8 noi,~"-c[lr;lg~ 0, mili.::u ru r a L, le br is d'une pompe ne ~:",ur" Illon" cl cr: c':tvji J de;,-,'c~~rité.

49 42. \.. l R Tl " 98 CG5 -, '-x l 6 lit r e... RU = 6.50 t ot ale e r t donc R -- RE + RF =-3. 5 rn,3 Nou~ an d~dui~on~ donc C - 00 m 3 comme ~tant la capacit~ du rér.-ervoir. e r~-ervoir ~ar3 do~c con~truit à la ~ource à NDiafate ES- Pour -ouei d',~cor;o:;;ie et d'entretienr, le r é r-er v o i r "'era c on ot i t u.

50 7 ccur.ije LA SOLtJ~r ICiI'~. No )'~ do ril 0 L " el Ant i 8 X :': 8 le c 0 Ût un i taire du en a t.h i elet le coût doc t8vaux Ja terra~~ement oelun le c terrain~. Pour Ja ~'olution a c t uell.e qui c cn s i e t e à refaire le pui t s 7. r:oût Jv lil,lt:ériel (fourniture et pose ). P OG; pe: Jf 2 x 4C() ( CU -- BOO 000 CFA Tuyau el': PVC ~ 0("'* 4"i x 4 sc _ CFA TJY3. li e n PVC ~ (jg 7[)4 x ~ jo.- 2 4)3 920 CFA Tuya.; en rvc q, :..:c, 2l;l' x Su( i =- 6CO 000 CFA COG,d~ 8. IVe " " c,.' "...t \, r~. j X = JSU() 6 2 ~? 800 CFA T e r. FIC cf fd., c il,~ c; x 0 = 23 Ij "'0 CFA T en Fife q, 9l) 5SC)( x 2 = Il 800 CFA Bouchon en IVC cp 63 f,~o x CFA Hobinet.vanrie cp 6' 2(.) 36x {.,0 CFA Robinet v n Il r:fj ~ SU a t ) ioc ~ :\- x CFA RobiLet vri n r.e L( il 6 25G x 4 = CFA CoU +- "J i~ ':.../ m0),~"" ~ x 20 :::: g7 400 CFA Colle "..", mc u l.":' x + = CFA ~ Tot'i CFA,) matériel II ou,'t }JI CL.<] r C'r~! { C', 0 GFA pour le co~t du pour ~tre plus sécuri.tai ras

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE :!"#!$%&'( 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01 2. MARCHE DE DEMBA DANS LE TERRITOIRE DE DEMBA (Lot 02 PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO %'

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Josef KAISER - Jean LACROIX

Josef KAISER - Jean LACROIX SERVICES D'ELECTRONIQUE DE SACLAY Section d'assistance Electronique Générale (SES/SEG/R-75-35) Nomenclature Programme : 0140 Y Saclay, le 26 mai 1975 2 Ispra nuclear electronics symposium. Stresa (italy),

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Flexibles haute-pression & composants

Flexibles haute-pression & composants Flexible haute-preion & compoant Flexible confectionné 4 Flexible confectionné THP 7 Galvanator - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné jaune - tuyau alimentaire 7 Flexible confectionné Flexible confectionné

Plus en détail

FIXATIONS NORMALISEES

FIXATIONS NORMALISEES FIXATIONS NORMALISEES pour vérins types PEC conformes ISO 21287 Série 434 FIXATIONS NORMALISEES ISO 21287 - ISO 15552 - A Applications service Pattes d'équerre sur extrémité (2) MS1 Patte d'équerre haute

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm

RA/8000/L2, RA/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 32 à 125 mm A/8000/L, A/8000/L4 (ISO/VDMA/NFE) Vérins avec bloqueur de tige Double effet - Ø 3 à 5 mm Avec piston magnétique ou non selon ISO 555, ISO 643, VDMA 456 et NFE 49-003- Blocage de sécurité de la tige de

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Du côté de la Recherche > Managemen t de projet : p1 L intégration des systèmes de management Qualité -Sécurité- Environnement : résultats d une étude empirique au Maroc Le co ntex te d es p roj et s a

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

É í í Ö í í í Í ÍÍ Á Á ó Á Í ü í Ü Ü É É í í É ü TXUOGNAGE Courir ]Tst D u s p o r t a u t o m o b i ldea n s1 e s p a y sd e ' E s t i... D a n sn o t r e e n t o u r a g eq, u a n dn o u s e n p a r

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite

Le 13 janvier 2015. L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Le 13 janvier 2015 L a c c e s s ibilité de s pe rs onne s à mobilité ré duite Ouv e rture d un é ta blis s e me nt re c e v a nt du public ( ERP) Les établissements recevant du public (ERP) sont soumis

Plus en détail

Informations techniques

Informations techniques Informations techniques Force développée par un vérin Ø du cylindre (mm) Ø de la tige (mm) 12 6 16 6 20 8 25 10 32 12 40 16 50 20 63 20 80 25 100 25 125 32 160 40 200 40 250 50 320 63 ction Surface utile

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

Monitoring socio-économique

Monitoring socio-économique Monitoring socio-économique Participation des personnes d origine étrangère au marché du travail 28 janvier 2014 LE MONITORING SOCIO-ECONOMIQUE? C est quoi? : Un outil qui permet de mesurer la participation

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL

Séance 2.3 Partie 2 Étude de cas #2. Présentation: 2.3b (#2) SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL SUPPORTS DE FORMATION EN MATIÈRE DE TRANSPORT RURAL Module 2: Planification, conception, évaluation et mise en œuvre Analyse économique d'un projet routier d'accès de base en milieu rural: Andhra Pradesh,

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013

GUIDE D INSTALLATION TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 GUIDE D INSTALLATION TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 2 015 / 0 5 / FR TOITS VERTS 101 A. CRITÈRES DE RÉUSSITE D UN TOIT VERT B. SOLUTIONS TECHNIQUES C. AVANTAGES DES TOITS VERTS D. CRÉDITS LEED

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

Technique RSR. 27.6.08 /DCo

Technique RSR. 27.6.08 /DCo La : -35 collaborateurs -120 applications métiers -2 services de piquet -1 service desk commun avec la TSR -Un parc véhicule -Un parc de matériel extérieur -Une très forte diversité d outil et de connaissances

Plus en détail

! " # $ #% &!" # $ %"& ' ' $ (

!  # $ #% &! # $ %& ' ' $ ( !" #$%"& ! "#$#% &!" #$%"& ' '$( SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 METHODE... 4 TAUX DE REPONSES ET VALIDITE DES POURCENTAGES... 4 RESULTATS... 6 I. Qui sont les étudiants ayant répondu?... 6 1.1. Répartition

Plus en détail

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

Confirmé e u._ 1 ~ I.R.E. ~ 1 garanti 1:::: «Oui, c'est vrai, vous venez de gagner 37'680.- francs!

Confirmé e u._ 1 ~ I.R.E. ~ 1 garanti 1:::: «Oui, c'est vrai, vous venez de gagner 37'680.- francs! PAIEMENT DU CHEQUE Confirmé e u._ ~ I.R.E. ~ garanti :::: GAGlWiJfQNFII!ME..,. 309589225 037202 0 070 les informations Cl-dessous s'adressent au Grand Gagnant officielfement confirmé qui a été déstgné

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Version 2: 13.11.2014 Livret de formules Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Economie d entreprise Boulangère-Pâtissière-Confiseuse CFC Boulanger-Pâtissier-Confiseur

Plus en détail

«Trop de chats en refuge : Aidons-les!»

«Trop de chats en refuge : Aidons-les!» q io iific bo ch Mlic g f! l o h c To i? co cio collboio vc Pl 5899 ch 7398 ch y éé boé C l ob félié qi, chq jo, o cibl joi fg Blgiq! 4641 ch l o l chc ov i à l g l fg fill i foy ê à l hx! C qlq chiff

Plus en détail

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,..

ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL .,,_.,...,,... ,... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - 1ntr...,.. F.A.C. D'AIDE ET DE COOPÉRATION ORGANISATION. LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE POUR LA MISE EN VALEUR DU. FLEUVE SÉNÉGAL.,,_.,...,,...,..... Il r r ' C fi. ;f rlfcii - ntr...,.., D'EX~CUTION DU BARRAGE DE Marché

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

!"# $! " # $ % & % ' % ( % " ) % * %&" %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 "

!# $!  # $ % & % ' % ( %  ) % * %& %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 ! "## $! " # $ % & % ' % ( % " ) % * &+ %&" %,-.!! /$ 0 '$ '1 2,3 "!"# $!" %#& ' & % & ( )* / +&,"" -. " -!* " / % +&# 0 *& -. )" /( )* 1%2 32 / ' * & * &*456$ $% *2$% 7 "$%# # 7 * $%*6$ $%*8!+9: $%*8!+9:

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

EXPOSANT. Exposant. Parce que votre communication est précieuse, nous avons les solutions et les compétences pour la magnifier.

EXPOSANT. Exposant. Parce que votre communication est précieuse, nous avons les solutions et les compétences pour la magnifier. L x g éq M M PP Ex EXPOSAT P q v é, v é gf. E UMÉRIC R O L. TOPCO 'Ex j, é g é q v P P x évè L g h è v.! L é à é P : v E q é bg v à. v! h à v x q x T h g, f U H é, ' U S 04). (g hz T U q B v ég é b ô À

Plus en détail

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA f 2006 F / 2006 f 2006/08/18 U f $80000 / 80 000 $ 4 / f f x U f $80000 / 80 000 $ U f $40000 / 40 000 $ 2 / f f : f $60000 / 60 000 $ 3 / O : f $40000 / 40 000 $ 2 / f f f $40000 / 40 000 $ 2 / (1945-2004)

Plus en détail

Ensemble de 20 pièces de serrurerie. chancellerie dite musée alsacien (premier étage, salle des étains)

Ensemble de 20 pièces de serrurerie. chancellerie dite musée alsacien (premier étage, salle des étains) Commune : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Référence: IM67003000 Adresse : Titre de l œuvre : Joseph-Thierry (place) Ensemble de 20 pièces de serrurerie Edifice contenant : chancellerie dite musée

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

04002-LOR 2004 Mars 2004

04002-LOR 2004 Mars 2004 04002-LOR 2004 LES INTERACTIONS IPSEC/DNS ---ooo--- Abstract :!! "!! $!!! "!! %$ & '( ) * + *, $ $,, $ ---ooo - - *./ 0! 1023224" 4 %- - *5 " 6 " 6 7 6 8./ 0! 1023224" 4 %6 "6 7 5 " - - * Jean-Jacques.Puig@int-evry.fr

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - ervice@france-cadeaux.fr

Plus en détail

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite,

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite, IRECTION ES ACTIONS INTERMINISTERIELLES --------------------------------- Bureau des Installations Classées Mines - Carrières ------------------- Arrêté préfectoral n 04 AI 2 IC 271 autorisant la société

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Gérer des événements sur des images avec le Javascript Objectifs :

Gérer des événements sur des images avec le Javascript Objectifs : S HTML É IT IV T C A R IE DOSS N 7 g m i r m v Grr i r c v J l c v ) Lix (Koix o il v r c crr r l - Arr r rroir ll co r/ i co r r co HTML - Arr l i ir vr q cri r o l i r cr v HTML r J -A rr co bli b ri

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

Votre succès notre spécialité!

Votre succès notre spécialité! V ccè pécé! C Cchg Fm Igé Rcm V ccè pécé! L p mbx mché. E MPS I C g démq p ff pé pf d chq c : p é. N Fc: EMPSI Cg éé céé 2010 P Bddd Bchb q pé p d 8 d md d p. I dévpp N cmp xgc d é d. N c pfm mé d q gg

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Quelle annexe pour votre bateau?

Quelle annexe pour votre bateau? ANNEXES Quelle annexe pour votre bateau? Choisir l annexe qui correspondra parfaitement aux besoins de son bateau et des navigations envisagées est une précaution indispensable. De nombreux critères doivent

Plus en détail

Comment chercher des passages dans la Bible à partir de références bibliques?

Comment chercher des passages dans la Bible à partir de références bibliques? Feuillet 3 CAHIER DE CATÉCHÈSE famille Dans le noir, je l'entends qui m'appelle ÉTAPE1 Comment chercher des passages dans la Bible à partir de références bibliques? (livre, chapitre et verset) Le mot «Bible»

Plus en détail

INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT)

INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT) INFORMATIONS COMPTABLES (EXTRAIT BALANCE) Racine (TABLEAU A TRANSMETTRE OBLIGATOIREMENT) Intitulé compte 108 Compte de l'exploitant 13 Subventions d'investissement 16 Emprunts réalisés ou remboursés dans

Plus en détail

TRANSMUSICALES De Rennes 2006

TRANSMUSICALES De Rennes 2006 Rapport sur l'eau Festival des Transmusicales rennes 2006 08/09/2009 page 1/ 14 Diagnostic multi-énergie/eau TRANSMUSICALES De Rennes 2006 RAPPORT (Provisoire) DU BILAN SUR L'EAU Bureau d Etudes : ATIS

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF BOURSE DIRECT Prospectus définitif mis à la disposition du public à l occasion d un Placement Garanti et d une Offre à Prix Ferme de 1 000 000 actions, dont 800 000 actions nouvelles provenant d une augmentation

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04 Patentamt JEuropâisches European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication : 0 549 535 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt : 928112.1 6Î) Int. Cl.5: E04D 13/04 (22) Date

Plus en détail

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

TEPZZ 6Z786 A_T EP 2 607 862 A1 (19) (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 1/56 (2006.01) F23N 5/18 (2006.

TEPZZ 6Z786 A_T EP 2 607 862 A1 (19) (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 1/56 (2006.01) F23N 5/18 (2006. (19) TEPZZ 6Z786 A_T (11) EP 2 607 862 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 26.06.13 Bulletin 13/26 (1) Int Cl.: G01F 1/6 (06.01) F23N /18 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 114470.

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

LE LOGEMENT À REIMS. tél : 03 26 84 35 65. Le Foyer Rémois. Avec. Campus immo. campusimmo@foyer-remois.fr. 8 rue Lanson - BP 1 51 051 Reims cedex

LE LOGEMENT À REIMS. tél : 03 26 84 35 65. Le Foyer Rémois. Avec. Campus immo. campusimmo@foyer-remois.fr. 8 rue Lanson - BP 1 51 051 Reims cedex Av, L Fy l l f L Fy C x b 8 L - BP 1 51 051 x l : 03 26 84 35 65 G g HX555. @fy-.f LE LOGEME À EIMS A I D É L -ê lg J y q Sl 7 % E, y, è v b l bg lg... v l q vbl -ê... L v bg l. Av v l COS v v, l l v v

Plus en détail

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006.

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006. (19) TEPZZ 89_867A_T (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 08.07.1 Bulletin 1/28 (1) Int Cl.: G01F 1/07 (06.01) F24D 19/ (06.01) (21) Numéro de dépôt: 110089.9

Plus en détail

Centrale d'alarme SI 80-3

Centrale d'alarme SI 80-3 Centrale d'alarme SI 80-3 Notice d'utiliation Siemen AG Siemen AG 01.011 1 Siemen AG 01.011 Caractéritique technique ou réerve de modification. Livraion ou réerve de diponibilité. Le donnée et la conception

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Ch.G3 : Distances et tangentes

Ch.G3 : Distances et tangentes 4 e - programme 2011 mathématiques ch.g3 cahier élève Page 1 sur 14 1 DISTC D U PIT À U DRIT Ch.G3 : Distances et tangentes 1.1 Définition ex 1 DÉFIITI 1 : Soit une droite et un point n'appartenant pas

Plus en détail

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées Opcalia / UNEA - Décembre 2014 tr ep ri se s Ad ap té es In 2 for Un filiè ma e re tiq de s p u m ou e, V an r ie Po de de d p rt e de no es b & rs rai u â va v ti év pe t le ea m ol ct ur ux en ut iv

Plus en détail

dysfonctionnement dans la continuité du réseau piétonnier DIAGNOSTIC

dysfonctionnement dans la continuité du réseau piétonnier DIAGNOSTIC dfoncionnmn dan la coninuié du réau piéonnir DIAGNOSTIC L problèm du réau on réprorié ur un car "poin noir du réau", c problèm on d différn naur, il puvn êr lié à la écurié, à la coninuié ou au confor

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Centre de Récupération de SoftThinks

Centre de Récupération de SoftThinks Centre de Récupération de SoftThinks Table des matières Révisions... 1 Table des matières... 2 Introduction... 3 Quel est l objectif du Centre de Récupération de SoftThinks?... 3 Que pourrez-vous trouver

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

Exposing a test of homogeneity of chronological series of annual rainfall in a climatic area. with using, if possible, the regional vector Hiez.

Exposing a test of homogeneity of chronological series of annual rainfall in a climatic area. with using, if possible, the regional vector Hiez. Test d homogéné$é Y. BRUNET-MORET Ingénieur hydrologue, Bureau Central Hydrologique Paris RÉSUMÉ Présentation d un test d homogénéi.té spécialement conçu pour vérijier Z homogénéité des suites chronologiques

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

E-REPUTATION ET IDENTITE

E-REPUTATION ET IDENTITE E-REPUTATION ET IDENTITE NUMERIQUE DES ORGANISATION Typologie des menaces et identification des modes de traitement applicables La gestion de l'identité numérique, appelée également e-réputation, constitue

Plus en détail

l-l _ ç"ï$ t--!-- I --l ryle'ryil _ -l-- r L; ;;-ilr;*, *orrra - t:ooros:ooo I N I ro eenhrilr âhm ltoeroo[ii, i * i.

l-l _ çï$ t--!-- I --l ryle'ryil _ -l-- r L; ;;-ilr;*, *orrra - t:ooros:ooo I N I ro eenhrilr âhm ltoeroo[ii, i * i. Université Abou Bekr Belkaid Tlemgen ç"ï$ L;o' Faculté: Sces Economiques,sces commerciales et Sces de gestion Département: Sces Economiques, Sces commerciales et de ges Année Universitaire: 2013 2014 I

Plus en détail

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr i & V : SA E b i i 1 3 2 0 1 Ai 0800 9 h P i iè P i i i i S j C i Si E ) i Ti (i ib i Q,. bq i, FA V k, Pi b h iè i Si b, D Z, P E q Si-i SAV ET RÉPARATION S hiq : E q SSII VAR, i hiq Jh i h 0800 910 231.

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail