... ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies. ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE. Année Mai e Cénie Civil. Au tou r' P k.o JET D E FIN D 'E T U DES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "... ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies. ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE. Année Mai 1979. 4e Cénie Civil. Au tou r' P k.o JET D E FIN D 'E T U DES"

Transcription

1 ç ECOLE P6LYTECHNIQUE DE 'l'hies r l, P k.o JET D E FIN D 'E T U DES ETUDE DE L'ALIM~~'l'ATION EN EAU POTABLE ~u VIL~AGE DE N'DIAfATE,, '\ '_,,,~_. "~'...,. ~ :; \.-A ~Ç)ÇJ ~.... Au tou r' 4e Cénie Civil Année Mai 979

2 .,. P ~.'~ ~. ~;....C:.L'; r.l :J, CC. ~ 0, v..j, c --'{ v, l ". ' L.': -' -r, l.'.,.. '0 ~

3 g)n.aire. NOUG nou~ propo~on~ dan Q cet ouvrage de faire l'~tudb de l'alimentation en eau potable du village de NDiafate. t'alimentati~n pera faite par borne~ fontaine~ et le r~q ~eau "e con~titue comme Quit : - R~~eau principal NDiRfate Esca~ -lin brancheme n t pour NDiafate Sérère - Un branchement pour NDiafate Ouolof. L ' e E~ t i, rn [. t ion de la ) Ppu a t i on ba '-" ée " 'lit ere c e n«ement de 976 et ~ur Le s papi e r s d'impôt donne hab i t an t s pour 98 0 TAl c cn s.ornn.a t Lor: totale de s pe r s-onne > et du bétail obtenue par de~ m~thode~ Gxpériment8e~ et ~ur appui de~ renc,eignement~ recueillie au niveau de la SONEES et de la D.H.U.R ~lélève ~ lq8 065 litre~ pee jour. La ~imilation du ré~eeu en période de con~ommation horaire maximale par la lli~thode de HARDY CROSS avec utilisation de l'ordinateur et lu d~termination de e ~levation~ ~ cha-.que noeud obtenue ;,')r de r- Le v é s cl!. topographie permettent de fixer une pra~qion h l'ent~~e Ju H~~eau de 2.43 m&lrc". Le r- r é s-e r vc s relluic,er~ ',ont ec,timée~ à 82 m3 et Le «ann Ly s e s- de laboratoire permettent de conclure que

4 ih d'apr~r er normer ~nternationaler, l'eau art danr le~ limite,", a dm i s s i b Le «d'une eau de c on s omma t Lon, Le coût de la f'oluti.on p'élève à CFA environ.

5 v TABLE DE MA~IERES. PRELIMINAIRES REMERC IEMEN r ll S 3OMN~AIHE INTRODUCT rox CHAPITRE l DESCRIFTION et plan du village. CHAPITRE? Eptimation de la conaommation. 2. Consommation moyenne par habitant. 2.2 Con?ommation moyenne pour le bétnil. 2.] EQtimation de la population et du b~tqil. iii J ) CHAFITHE 3 : E~timation de li Cap~cit~ du ~uitr En~ai de pom~~~~ 3.2. Matériel Procédure 3.].] Expoit~tion d0~ r~~ultat~ 3.3 Etude approfondie ]. Etude géophy~i~u8.

6 v j.a.2 Etude ~nal~gi lue. CHAP[T'FŒ 4 Qu~lité rte l'eau du puit~ 26 CHAF [THE Calcul rte~ Saign~e~ 5.3 Choix de s lîi'--hnètra8 de8 c ond u i t e v 5.4 Simil,:ltiDn du r é r-eau en p.i r Lodo,je 29 JO 3 c on somma t i on h oraire m-ix i malc 5.5 D~termination de lq prg~~ion de ~ervice. 36 CHAPITRE 6 : Cqlcul l CHAPrritE 7: Cot,t ;Ji: Li ~olution C0 ût d u m' t!~ rie I Co ût cl e e:- t; r d. Ir u x CoCt d',-;xljoitation CoO.t additionnel pour les autres so'lutdons, CI L4.PITftE: 8: Recommadation; conclusion 5

7 ~f! SUI CE DE LA. TA.BLE DS MA'Ii5RE Consommation de quelque s écoles marchés et dispensaires 2 Exemp Ie d' i Llust rat.lon de la méthodd de JACOB. 3 listing du programme de calcul du réseau 4 M.\.".:S DTAGRAM 5 Normes InternatdonaLea de qualité de l'eau de consommation 6 Tableau des saignies 7. Tableau des pressions de'service. 8 Tableau du coat du matériel. 9 Calcul des d3pr3ciations 0 Choix des diam.3tre de la condui,te principale Bi bi 09 r Cl Fh l~

8 i ur e r: Le «o j c t INT itoduct fon La R~fJr~e admini 0 t r 8 t i v e territoriale et locale entr é e 0, v gue 92 vi s e o e i r s p r i nc Lpaux :ouiv:j.nt~: : - décontrali~8tion da~ institution~ ajmini~trative~ - p8rticipation re0pon~~bi3 Je~ group2ment~ socio 3conorr.Llue s - d~centralipation de certains pouvoir~ de déci~ion an faveur du gouvernement. Ace t e f f e t U y a c~ u lie \~,0 f r ou pc:rie Cl viage P en c ommunau t é s r ura Le s -ryant chacune à <a tête un village centre. C'e~t ainsi q ue la c ommunaut é rurale de NDiafate dont le centre est NDiafate E"'cal de par son <Lte, regroupe que Lquë s 35 v i.ll.age «et compte déjà - Un po~:~e m é di c a I. - Une maternit~ villageoi~e - Un e [D'li 00n C ommunauta i re - Un m-ir c hé - Un fcyer de~ jeune~.

9 ..':'/> «; Or de p u i «"'8 I onda t i on, lé:: vil.lage ne compte que queloù Le s v i Llage o i s viennent chercher chaque jour une eau q ue Lq ue s f o i s ~aumâtre et s ouven t peu potable. Filce à une talle s i t uat üon et vu le rôle prépondérant que joue l' e a. li. a n ~ le dév e l 0 IlPe ment de toute!=' 0 c i été, nou~ penron8 qu'il e~t néce!=,e,aire que l'on accorde de l'irr.portance à la q ue s t i on en vue dr; trouver une ~olution ef'f i.c ac c dnn s Le s me i Tle ur s d é La i s, L'on ~ait que ce nle~t pao l'eau qui manque vraiment ma iis plutôt les moyens de "'e j.r oc ure r de c ë t t e eau. Nou'" verron'" donc en un premier tempo, les néce~oitép, en~uite nous recenoeron a le~ dipponibilité a actuelle9 pour voir enfin ce qu'il ~erait po~8ible de faire. No u«pr op o r-eron «ain~i un ré"'eau de d i s t r i bu t Lon avant d'évaluer les conta respectif!=' de'" aolution~ propo8ée8.

10 J DEr';CHIl'TION ET PLAN DU 'JILLAGE Petit villqge ~itué ~ quglque~ 5 kilom~tre~ au Sud G~e~t de Kaolack qui la tran~gambienne, NDiafate eat une de s 3 c ommunaut é» r ura Le «que c om p t e la qou~ préfecture de NDiedieng dan~ le département de Kaolack. Un pe u ver l"! le Nord à q ue Lque p 500 rnè tre "", ""e trouvent groupé a les viliages de NDiafate Sér~re, NDiafate Ouolof, NDiafate Peul et NDiafate Socé. ~ ji~per~ion de ces village~ e""t liée à la difféfence de<=! dialectes c oc.me on peut le r ema r que r de par leur ap0ellation. Le p l an de ~i t u a tilon p r opo o è au deaain l p e rtne t tra de voir plus clair. L-::'""' hn b t t an t e de c e s vi.'g2''' '~ont t ou» do «c ult i va t e ur s, mai» c e rt a i n> d'entre C~U4, le" pe ul s en l'occurence pratiquent en même telli~"" l'élev9ge de bovin Q Comme dans pre~que tou~ le" village'" du Sénégal on trouve de~ animaux domeatiques tela que ; mouton~, ch~vrep, chevaux et ~nes "'ervant le a premiers de b6tes de chair et le~ derniets de b6te a de trait.

11 b au C'Jl n t 4 2. E':)T nv:at ION DE LA CUNSûMMATION. 2. Conpomm8tion moyenne par habitabt Nou s averr- c ho i s i le c y~"tè.%e? d'altmentation par borne!"! fontaine~ en nou~ r~f~rant au village de NDofane qui b,~néficie d'une telle a Li man t a t Lori depu i «une Avec le~ chiffre~ obtenu~ auprè~ de lq ~ociété Nat Lon a l.e d t e x plo i t a t Lon de s eaux du Sénégal (SONEES) 3U niveau de K~olack, ~ur IG~ con~ommation~ bimeqtrielle~ en eau du vil8 8 da ~Dorane, nou~ avon~ Jtabli le t a Le va. 7--"' _.._-----_._..--- Con"ommation par bime~tre en m3 ; Moyerme i-----~ i i * i- l :Fontl: Yi3 3'J : e, IFont2 r :For;L3 ] 34 23G 44 C J <J : t : m3 par bime~t.te t

12 \ 5 Rendu"" <ur Le r- lieux, nous a v on s c on e ta t é qu'une borne fontai.ne d;:!~''''ert en mojllenn8 0 ma i s ons et qu'une ma i s on compte en moyenne 5 per""onne~ ce qui donne une conc'ommation moyenne p8r perponne de : ~---= 30x2 x 0 x Li t r e s paa jour 2.2 Con~omm8tion m~yenna pour le b~tail. Nou s avon s u t i Li sé un procédé e xpé r l men t a I : Nou s- avon «r e c.pli ur. abreuvoir parallélipipèdique et fait boire ~ucce~~ivement - dec"' bovins par groupe n de 4 et 5 de.~ c hè vr e a par groupe~ de 2 3 et 4 de (-' mouton"'! par gr JUJe ~ de 3 4 et 5 - :.JJl cheval - un âne. L'e 8 sai rép é t éq 3 f o i «a des jours différents et sachant que ce~ animaux boivent gén~ralement 2 foi~ p8.r jour, nou~ avons' obtenu psr calcul,

13 6 Le!"l moyenne",~ u i vante" : bovi.n~ 23. '" litre!"l par jour... cheval ou ane 8.) litre~ par jour mouton ou chèvre 8.7 li.tres' par jour Comme tou~ cas chi.ffre~ ont été obtenu"" p8r moyenne~ ~tati~tique~ ou par expérience, nou~ allon~ leb majorer pour ê t r e p J S ""é c ur i t aire ~ : ""-----: s Unité : +,,---_._---..._----"-,,--,,-_._ ; _._,, ; Per~o~~e : 35 Litre~ p8.r s Bovin )0 litre"" par, : i Con""omrnqtion : s jour jour Mouton ou ch~vra 0 litre~ par jour Che va _ ou âne 25 litre~ pqr jour s t t _._ _._-----,, E~tim~tion de 8. ycpulgtion et du bétail Le t a ol.ea u r ni van t e r- t e xt r a i t de s r é su.lta t > du Rec ensemant de 976 obtenu"" au ~ived~ Je la

14 '7 préfecture d~ K30~ck ,;r:--'---, ,---- -r- f t : i. am du, \r;sge PerC'onnet Bovin~ Ane~, t , N'D'i a f at e E"'cal : : :, NDi8f8tC...)tjrere C", NDiafate Q:,JQ l of ,. Nlriafa t e l'elü, NDi~fqte Socé " , '---' t- t '!\;,..., J.' vi'! du VJ. J_l d. t!\:: : Chevaux Chèvre'" Mcut on s : l, f- -- _._" J..:'" r" l'mi:lf c- NDi!t r d ;'JIJi 8:: 0 --t-- -,.---..'--.,-,-..,,+-..," ,i -----, : 59 ' NDi8f. P NDi8f. So En' e xaa i aant le:' paj. i e r s d' irnl!ôt obt e n u s- aupr è s des différent"" cmefs de v iilas-e, n ou» av cn r c on s t a t é que l'agcroi~~etilent

15 E pal la fo rm ule Pn = Po ( + r)n avec une faible erreur. D'lD~~ ce t t.e formule Pn - ~Oful~tion aprè~ n ann~ep Po - population initiale (ici celle de 976) r - taux d'3ccroi~ce~ent Four le~ dif[~rent~ froupe~, la r n'ee-t 6videment pep le m&~e. Nou~ avols donc choi8i pour lepl }\er""onne'" chevaux et ânep : r = 0.02 Bovin~ u.ou t on «- c hè vr e > r = 0.04 Ceeh 0 i x n' e "t c.: t a dj.n c: r. t. pc:", ~ f 3. Itau h a coa rd, mai ~.p ut ôt c'est le fruit de codptatitionq personnelle~f faits!" ~ partir de!" c u i f'fre s obtenu!" et à pn rt i r d'urie certaine expérience 8. C '- j ~..t:: d 'I.l n: i l i.e u r Il r éj C 'est a insi l.ju'" LOU~ av on> donc pu d é t e r a.iner la population 3frbp ch3~ue annie de lq7 Q ~ 989, la dur~e Je vie de notrc projet ~tant de 0 ana.

16 q 2.4 Co.n v oum.a t i on moye nne de l'en''''eœble Comme n ou s- l'avonr-: i r.d i q ué, notre but e e t d t a s s ur'e r d'"'ne manière efficace l'alimentation en eau potable de~ 5 v i Lla ze ':» communément aj)lelé~8 NDin.fate. Cependant rendus <ur Le s lieux et a prè s avoir effectué de!'" levé!'" de topographie', noue'! avcns c on e t a t é que l'inclu~ion dep deux villa~e~ de NDiafate Peul et Socé dan!'" le p,v"'tème d'alimentation n r e s t.f.i8c du tout avantageux, vu!'" 2~ effort~ 0upp6mentairsp con~idérablew que cela i rd pli'l'}8 En effet cep deux deux village", pont tr~0 di"'tant c de la '~ource et ±&HB- leur hab i t a t I on s trè~ e'"'pacéec, donnent une t r ès faible de r.v i t.é, Ce~andant, comme leur~ bovin'" n'abreuvent depui~ toujour~ au villa~e de Nniafate S;rère, nou~ iriclueron"" la con"'ommat i on de cep bov i n r- dnn-: celle de ce dernier village. Pour le villave de NDiafate Ee-cal, centre dele communauté rurale, noup felonp illle étude particulière.

17 0 nouvelle~ h9bitations. L'occupation de~ nouvelle~ parcelle Q n'e~t pour le moment qu'à pe!" d è bu t r, mu i s n oun e s pér on s qu'elle r:-era c omp Lè t ëe dan~ les 0 rrochnine~ ann~e~. Parallèlement, la population ~'accrottra vite le o 3 ~ 4 premi~rep an~j2c puis pup lentemebt et ten~ra m fue à -,,erne " ptagner ver!'-'la.le, ann é e du fai t'.e.:me de la d i spps nicilit~ limitée de~ terre~ arablep. Par a i Ll.eur r, n ou «':':'\,'O;:~ pu c onvta t er en e xarninant Le s V:l[)ien' d'impôt, (jlllen lllo'y(~nne c haque pa r celle comite entre 2 et 5 habitantp et que le nombre de perconnc o fait anviton 5 foi o celui dep moutonp (ou chèvre o ) et 0 [oi o celui de~ chevaux (ou âfiep). NOll'" p r en dr on> 5 'bit.:.n;0 j.ar pa r c e Lle. recueilli~ BU niveau d~ service de l'~levage da Kaolack indiquent que Ih3~ b~vinp ont ~t~ vacciné~ en lq7a. Avec la formule d'accroipc'ement cit~e plu2 haut et en soustrayant le nombre de bovinp

18 attribu~ au deux vll3ge~ de NDiafata S~r~re et Ouolof nous auronp 672 Lovinp pour 989. En tenant com~te de l'attraction po~~ible due ~ l' Lr.s t al La t Lon d8~ deux a br e uv o i r e que nous. propo <on o, 0: p'3jt compter «an «t r o; exagérer Uri nombre de bovin? à aliffienter en 98q. la plan d l a l i pngme n t indiqué sur le de~oin 2 montre ~u'i y a 0 parcelle~ habitable~. Noue déterminerons donc le nombre de per8())nne8 pour NDiafate E~cal et p8y 0uite le nombre de mouton~t ch~vre8; :.lu~'lht0u.x: I r.lra r t r uet.u re r, n oo - par t i r on«de o ren"'eignement", cbcdnuz ~u niveau de la direction l~gianale I:r. \loj!lée~' pour c",'-' i r.fr a v t.ruc t u r-eo ~'orlt pr é sen t é e s ""ou~ forœe de L8ble~u en a!in8xe t de cet ouvrage.

19 2. et d'u~ CGntre m~dical d'un village. Cela LOU,., pe rtnc t donc, bien que i"'af,i~i"ant de milieu d Lff é r on t «d'adai,ter Le s c on s ommat Lons ~uivante~' "'anr' trop d'2rreur~ _.- t Lnfr '" truc t ure r-. -_._ litre~ par jour locjo " logo Il 500 Il _._-_....~- iw:t i "on c omm una ut ' ire : moc:quée. _-_._.-._ _--._ " 500 " 500 "

20 ,~ Il'if~~~-----:+' '''---- t i CO!i00rUJi';i r Jn ;NDi'~f. S~cql NDi::,f. Sel' indiaf.ouol -=-t _ : l'c i ~.'O 0n 8,.., 57 75,0 9 42, Bov i r:'" r 5 CCG 9; Ch.=: vaux +.li,~,., 4 ) 'i L ~,:ou t.on Q + ~l)~~~ tlre r, ) 30Ci ~G4 675 : 'l' 0 t'll _... _ _-_._ LG5 litres ~8r jour 2.5 D~tarmi~8tion du facteur de pointe. r,; II i e u r U r ;j.~ c:~. i l 8 0::-t. cl i f fic i l,j e ~ Cl.v 0 i r exactement l~ m~ni~rg JGnt loq villagaoi~ vont PG l I Gq U tjut ~u long Je lq journ~a.

21 f... r.e!". vall e s t~nll"c" i.er s Er. e I'fe t bc9.ucouij Je facteur!'> entrent en c a u se t e L> que: - er ~~~ivité~ da~ gen!'> durant toute la journée - le ~Y8t~mc d'alimentation - la di~~onibilit~ et la proximit~ de l'eau. On ~'l.\jr~li t pu c epe n da n t j.r oc é de r.de la ltl~.nière~uivante: - Faire un relevé de d éb i t à la <o r t Le du r é se r v o i r a d,-~ NDo,'(><'! ir.t c de - ~.4 V - - _,- ". '" Il!-". _ t." v. " "0 ' l ) \ j mi nu te,-, Fl r ex8éi:jj e ré cu l - Tracer avec le'" r~~ultatc et le débit rte pompage une courbe do la c on s omma t i on en fonction du t e up s pour une duré2 de 24 heure~. Nou~~ a ur i cns lju a vo i r ur;e Ld é e de la c on s omrnat i on horaire mqxi~qle ou tjut au moin~, l'ir.tarvalla de tempe o~ ~e produit cette con omm8 t i on, 0 ~i Oa e~t la conqommation annuelle on a Qjmoy = Qa/365 = conc"o~mqtion do jour.royon <o i t Qhmn.x I a c on c om.nn t i on horaire maximale :F' i' -- ~h[j:ax.. _

22 :5 Nou s n'avon r )'l"-' ln). faire cette étud~ vue '3. d i s t ance qui n ou>... C'e~t POBCluoi nou~ avon~ e~c'"ay~ de tr~cer un hydrogramme de c ons on.u.s t i on journalière ba e é e...ur Le s ac t i v Lt é «.Soit ~Ll o or.r-om.n.r t i on moyenne pcur une JOlJrn, 3o. PO"''3.Tlt J/24 ' CC)E... ome.at i on moyenne en une heure, +-_.._---- Pe r iode Con r omrna t i on Con""ommation --- :.._----_..._.._-_....._------_._---_ : tot~le par heure..._--:..._..~--:~~~--- 7h, loh a Li. j X q.3.0 x Cl 0h à 3' 4 x Cl 3h a, 5h,e' x q 5h, ' 7-2xq. 7', H ~ 9h x q... -' 9h à 2lh l x q 2', 7h d. x Cl x Ci..5 x Ci..0 x Cl 2.5 x Cl 0.5 x Cl 0. x Cl hor a i r e lti'lxilt.'lle de 3.C x ( CG qui donne un facteur de pointe de 3.0

23 6 D'autre part nou~ avon~ effectué un comptage d'arriv~é~ à une borne fontaille au village de NDofane. D'aprè~ 88 r é su.lt a t > ob t e nus, n ou s t r ouv on s effectivement que le max i mum ~e trouvaitaux environs de 9 heure ~. En p Lus de cela, n ous :"Hvons que Le > f:-ens ne vont j amai s chercher de l'eau la n u i t d'autant pl us qu'à NDiafate il n'y a pnp d'électricité. T',l faible c on s ornma t i on Clue n ou» avons rnen t i onn é e, Bot donc du po~te mjjical en particulier et de s i n I'ra r t r o tur a s et: Nou«pouv ons donc d é tc.rmlne i la c on e omrnat i on horaire ma»- x i mnle pour tout.l' e n r-e n.b le, S.lO Ittre", par ~econde NDiafate Séd~re.0 litre:'" par «e ë onde NDiaf8.te Ouolof 0.6E. Li t r e s pa!" seconde. Ce qui fait un total Je 6.88 litie~ par eeconde.

24 i ESTn:'ATION DE LA CAPACITZ Dt! PUITS. Le j.u ; ts que n ou o av on> c ho i o i c omn.e <our c e d 'apl-.œovi~ion-, n e fl E': n _~ c:..-..! t a efrcctuée~ en q. 25 mè tre "" Ni "le [- Stq t 'uc 6.25 mètre~.5 mè t r e «Salon er inform~tion~ lecueillies au niveau du villaf~, Ce puits date de plu n de 50 ans et avait à l'état neuf ljilg pr oi'on d eu r t o tnle dc' 30 lll~!tres environ avec un Il Y avqit 6té creu~~ pat des troupes Je l'almée françai""e. le in~'c. pour l'aclreuvage du bétail et.j,.i3-.

25 8 Il nou~ eat donc dirfi~ile de déterminer la capacité exacte d'un tel.\ u i t ~.. Nous av i ori> "'U :'J:;; é l;out cela (lue.l e pui te- Qoi t r e f'a i t et l'o~' l.c:l~, :8 r:.i ~ t (~ t' LG l ~ Noue:- donli - Une moto~ompe et Qe~ conduite a d'eiaure - Une aor,de b, eau t,our 2 Q mo s ur e s de niveaux en t onne a u j8.jgé pour e f f'e c t ue r d e s mec'ure",... Un c h rcr.om v t r e cuve pour contenir' l'eau pompée.

26 Pr océ du re UeQurer le niveau ~t8tique avant le début du pompage. ~..-, i n» t e (~. La d'ir'3o de l'3""'iü leut être limitée \ 2 heure ««eul emen't, Une f o i s le }.lorr:page a r r ê t é, or. me r-ure le niveau de l'eau lors de la r8montée comme précédemment..,-" i t ~. ~ ~XpL0.a t i cn uo Q l,~r-ultat;"' ' -, e '" mac!ure '" i i + l i "GLtiGl nu t ur e l.i i f'f'é r e n t de 0

27 20, apre"" le début c:::~ ut.u Li r-e (;r;c'uit,:; ' mé t l.o de de JACOB décrite on annexe ~ pour calculer +./..,. y. ~..., : ~.~' v'. t! tj"'" f:t ~ iil J... ".. t.:~ T 264 xq.~ _. fiente de '. courbe raba t t emen t en fonction du r a ba t t eu.e n t antre d e ux i n s t ant s dont le l'l[.i.ol-t e r- t 0 <ur l' chelle logarithmique. d'emmsf83inament ~ e~t log (-3 _)!~ tel que

28 \.. ~ = rabattement au temps t (cn pied~) r = d i rtar.c e entre l'ax.::: du pu i t «et celui du vuitn d'ob~ervation consid~r~ (en pied~). t.;;; tc",p", é c ou l.é :'.t parti r du début du pompage J' v. $ (en ffi:i.nht~"l). log = logarithme à la ba~e 0. On peut donc d~tcrffiingr le d~bit qu'on doit pomper pour a vair un r ' bat t e me r t donn é a pr è '" un c e r t a in t e mp <:! e t à une certaine d i s t a nc e. 3.3 L:.': con"'omn:'clti:jf: n.oy enne j o ur-nali è r e e s t de litres pu r jour. Or selon le o inforffiation~ racueillie"" au niveau de La direction de rhydr::l urbaine et rurala ique (D.TI.lJ.R) il e st peu pr-obab l e 'lue le pu i t s en que s t l on pui~ce faire face ~ une telle demande.

29 22 "'e trouve à NDi''lfate Ouolof dont Le: c a r ac t é r i s t i q ue s <ont le C' C'u i vante <::" : ;' 0 f 0 n deur t 0 t ale Eiveau ~tatique diamètre intérieur 5 mè tre ~ 0 mètre"".25 mètre~ Si donc le d,;bit du pu i t s- a pr è «réfection é t a i t inférieur ligèramant ~ celui requi!'", le problème pourrait facilement être r é s-o Lu, J.J.l ' carte hyjro,:~oloci'iu,:; co t o n ue au niveau de la D.H.U.R et ci,j 0 i nt e au doaein 3.p';;Lr;;,;t de faire le'~ c onc Lu o i on s ""ui- "Le... rl~""oujc8 <o n t e x t.e cmmemant f a i ble s, TO\Jt développement de... [8"'00uroe... aquif~re'" locale'" G"'t 'peu probable en de le de ve n i r, Seule l'alimentation en eau potable de:' vill~:ge'" et de s

30 \.. centre 0 nctuee~ ~~n~ expan~ion ~u~rl~ment9ire pourrr 6tre o~ note ~g~lement : "Es u t r 0 P [fi j né r :. i!" ée du Ma e "'" tricht i en. Lr-r i ga t i on d"'3.jjl,oint pour une pluvi o s i t é à 600 mm et pour c erta i n r- ~-~ol~ et c u.lt ur e «?

31 l8 coupe d~ forage de NDiedieng villr.e ~itu~ ~ quelque~ 5 kilom~tre~ de NDiafate a u Sud-E>t. Le [OPf:2 t;-2irî;jne c n Avril 978 a una pr o î ondeur totaleéle 73 mètie~ et h tr8v3r~~ le~ formation~ du continental terminsl et a tcuchi e~ qr[ile a et calcaire Q de l'ocene ~ r u ivant «: rrofondeur i~itiale du plan d'eau 8.63 mètre'" Q :t2iiijp- d e pu i > le d,.~: H'battement but : -=_d_8_c_l-_li_ll... l_tj_e_8_,_'" i. _ 5.0 m) /t ]0 mn 0.5 m 3 / h 30 mn.6 rr: 3 / h 30 mr 20.0 m 3 / H 30 mn 30.4 n. 3/h 30 '-'"" l...! J ID 0.90 ID 0.70 m 0.93 m...g8 m :

32 25 Apr~~ 20 minute~ de pompage avec un d~bit variant de 40 ~ 4.4 m~tre~ cube~ pnr heure on a un rabattement de 6.8 L'eau de ca for8ge e~t potable de premi~re qualit~ d'apr~~ le~ norffie~ intern2tionale~. La r e a.on t é e ~',~ffcctu8 apr è s 40 mi nu t e «de pu i s l'arrêt det p ompa ge Nou~ pouvonq donc pen~er que la création d'un forage de ce genre h NDiafate aurait r~c'olu le protl~me dana aa globalité. Ce forage a ur ait même P",-u+ ~h.-c l) :;nj;dl~"d'alimenter d t a u t r e s- villages encore et de fairs c0rtainoment du mara!ch8ge. ~ou~ terraina appel~e MA8~?nICHTIEN qui ~'~tend aou~ preaque to~: () l-o! Lcn t a L et qu i, :--elon JEAN ARCHA~:BAULT a é t. d,-~cot)vc:rte e n 937 lare' de l'exécution d'un <on da ge ~rofond de Iccher6he d'eau de~tin~e h alimenter la ville

33 26 4. QUALITE DE L'EAU DU PUITS difficile de connaftre le~ qu3ité~ axacte~ du puitp. Certa i nee p ropr i é t é s,j.,y <on t en effet trèe- aff'e c t é e s par la d~terrioration psrtielle du puit Q entrainant le~ débriteet le "'able ~ l'int~rieur. On peut même voir que le fer da garniture commence à Q'oxyd2r, cc qui affecte viaiblement la couleur de l'eau quel- Ccrt3in~ anqlj~o~ ont ce~endant ~té ~ffectu~ea au laboratoire et er risultat~ obtenu~ Rünt le~ RuivantecO\ÜE:~Jr t ur b i d i t é rn 0 uni t é : 5.3unité.'-' Alcalinité 36 mg de Ca CO] Acidit~ 2 mg de Ca CO] Dureté 00 mg de Ca 80] L'analy~e bact~riologique n'a pa~ été faite. Le n r~~ultnt~ d8~ e~-ai~ comparér ou normee- internationatirgr le~ cü~clu~iün~ ~uivunten :

34 27 La couleur, la a dmi s s ible r, le turbudit~ et le PH cont dan~ le~ limite~ JQnS degz-a de dureté est"les limitas recommandées Quant au ~econd puit~ e~ réputat c de~ analy~e~ au laboratoire jo~n~nt senpiblement le~ même~ que ci-de~~u~. t i cn erl potable. Qu~nt à l'cau du forave de NDiedienp, e~ analyae~ du bureau de Rechercha~ Géolo~ique~ et Minière~ (B.R.G.M) abouti~~ent. - Cac'""ificatiGn H. Schoeller : eau de première tt~a- ~~t~ cat~gorie ( notabilité permanente - bonne) - No rme r internationales (OMS - 972) : eau de è r e qualité. On vpourra i t d or.c ;" a tt e nd r-e à ce qu'un forage exécuté à NDi,rR ~ e donne une e a J d<.': qual i t é ""em b Lable

35 28 5. CAT,ClL Dll RESEAU. on eft'e c t ue deux Un branc he mert uour?\dü.lfe te Sérère - Un Lr a r.c heu.e n t jour Nlria r'a t e Ouolof Le~ doux brqnche~ento n'ont aucune particularité et le a ':;!.". t ~. ri t - ~i -i ~: II t- ~ n ~l. " l c. _ Dl ~ ç. ""' ~ }. rt.j " 0,., --.'. _ t.,-".'.. C c' J" L ' p, U..la t. L'~tud8 00ra donc aurtout ax~e our le r~oeau principal. t'alimentation era faite par borne~ fontaine~ et c'eqt L ~lt Il (; corn t e \u Fil L i ju 0 l' eau ne (Lé' v r a i t pa", ê t r e cher - le c ' pcl'te~.

36 2 C '-).2 Ch aq ue n oc u d d,,"'~8rt le'" ha b i t a t ior.r- Ln.n.é d La t eme n t environnante"'. Nou s a v or. s en tout lu) par c e Ll e s hab i table!': t o t a Li sant un débit de 6') 75 Li t re s par jour, ~oit Li t r e» par jour par p8rcelle. Il ""3pit ain~i de la consommation de'" pers onrie s, de~' mou t on>, ce~ c hè vr e s, c he vaux et âne >!,in~i "'i L(IU" p r e r.o n s T,8f exemple le r. oe ud :) qu I de!'l"'!ert Le > D8."C8J;.:::o "T~ et 02 nous avons donc '&Be saignée 8 (5~2.~ x 4) (3GOO x 24) x 3 = C.08 LI'" e r. l~;riode de c or.r-ornu.a t i ori horaire e.aximale, Le [,03 ud numéro dc n 0ert le~ ~arcelle'" et (592.5 x ) x / (600 x 24) =.]8 L/~

37 Jo 5.3 Choix de" d i atnètr e e- de'" c c n du i t e s tou t e r- l(-;p c ond u i tes de d i str i uu t i on «un diamètre de 60 mit ~oute~ les conduite Q du ré"'bau "'eront en FVe. )'8.illeure- c t e rt une pratique c ourarne n t 'Jcilisée pour l'ali- 'entation en eau en Œilieu rurul au SJnégal. US"" d i amèt r e s i n î é r i e ur s à 60[JiGl sont t r op pe tit «et Le > j':lille'-'. La c:.rduite j.r i nc i j.a l.e a ura un d i aruèt r e de 00 mm et le~ deux c o r.d o i t c s de brancho c.o n t a ur on t de" d i amè t r e «de sc m.., voir les calculs en. Annexe 0. Pour lu,l;~,/:i~mc; "olution on a j ou t e r a '~ii;;~llellent U:0 con-

38 Î 3 Daa» le cas de la cr;:ltioll du for2',,2 0, "-;:;r a amené à lier 00-2CU ou JGC) il:lij cl' V~r;dant de l' i ni j.o r tance ùu forage, c]'r:tj~;rc:s VUl.."iteC' Vrtiront. de c e t'.e c or.du i t e, "'ur I ; du c,,' in ""f Al" ~ ~_... ( 5.4 Il ""lpit as"'cntiellencnt du r é se a u pr i nc i pai n.aill é, Le débit ~ l'e~trj8 e~t de 5. litre~ par ~econde. RLA0,'sit/ L.::; c c e f Li c i e r.t de f'r o t t en.en t C a 2t ; j.ri s ét:al il 30 pu i r-«vu 'ue l; d,; c- r ' i h. e ~

39 _o., )2. r~~~\u PRINCIPAL z:.l C one l" e 7 h~ud uj ll ct Z W 0\ \:Y (tj!!r... r i i i l~,,' u l'''~ l':i i tr;\: \.dl f i \..f' - --,,_ i (]) ; i 8 l j / G-:J (0 ti\ _..---" _... ~-

40 Li) '.' l,,\j~, ~----~~-::i~ r '-è! ~~.. :;,~j (,-" OÙ.! i ~---, '-", ---,.--'-'-',--,-, '~ f; (~~); ~ i r ~ j ~ 'l' (r:r- Il ~:' 'v- -- i.,'' 0\ ~! (~II \.;: j y t i l '" :"è'4. ':',. ~) "-_."-_.--.._- -e- _... -._-_.-~ Il' t R\I,. \~II,~ i V..: i

41 Cq\ 0'\ é.\ DUNNFL~) * (. ):. ).: '- '", i. NOMB <[ I"!.OtB F<[ VAI...EUP N()/'jBI~E:: NOMBRE: N()Mnl~r:: NUrB I~E :30 DE BOUCLES DANS LE TOTAl... DE CONDUlfES D[ F Fi ~;:::. L... :j DE TU'yAUX l)(.\n~; Ltj DE ruy(.lul Dt,N~; LI'! DE luyaux DANS DE ruyaux D~NS I...A LA IŒ~;LAl.J :::: + D~"!N<':l LE r~esetiu:= D()\.JCL..E noucl.e üoucl.e [lducle: ").-.3 I.j ''.' J -:H: 0 ~ ii r.7 -)( ~ ~:,t ṛ. :~;~) 0 li.70 )(... ()~) e -li- ()30 't(. 30 [) -)(-.. ~:j u.~:. 2 0.~:. 300 * l :J ~::, o.)(...i A,. If:5 () ')i ~::} :. 0.){ 3 0.l(

42 \»:,:;. ;.~ ''T'' :+: ;<." *;+: * :+: *' '*: " :+: CJ..,:'.J '",J co ç.~ f) ~ "- Ù'.,...,.::T :)--. >-) zr c- co!"'- zr,-f t"4) f'- ~':~J ~~~: ''')..-4 ':=> ~',-f,-f ~!"' r"~ ~ i"'- f..;' U") -.,,-! 0;--; =T Li'") 0--..,... co 0' =' ~.; U',-f co t"),-f Ù' ~, n ~ ~-) 'D i'- i"- J!.: :$: :5" '* l.!..! :oj( i- :+: O;~ ~-= I..J.j '* c+: :.+: :+:.-'.. l'- Cl'" "(.:=> ç.j 0--..~.-,(; r- ;-<) C J,... j.' '-' ':::> Ci C.! Ct.. c ~ M T"'"!.:j- W~i r _ CO -r-i Ü' -..0 o f"-' =- ij; 0--. '- lf) r<l-) f - f"i) (".J (".J 0)..=- :=:: 0 f"<) ("'.J ;"<. r J Ln :~ ::::; T-! ;"-t').:7 * ;< '-0 2:8 W!-!.- C>- ".(;..(: ~- o- o.'j 0... CO j) 0-.. =, OJ..._,. ~") ('.J ~<J!'i;, >J L:l r'() r ~ r or ; T-!.=r- Ct, 0--. Ln 't"-i ~,.. li M a ri 0 0'!"' Ù' C J 0 in 'C il, r- 0'- 'Û ~ Ù' il, r...).,..; ln C J G:J ~" ~ ('.J!" '(,-t (',. H U i:i:i..,... LU _J "-Ci >.(! '.~ _.., ".') r=:.:t "C 0 o- ')-. r"- ;--- " 0 ',.:) ':=>.:r-.,..; r- Cl} 0-. a CO IrJ ~ r.;~ zr r- :)., -.. ~; C";" C)... -'- y'; Ù' :::: -'- f"-!'(~l.- -; ::0 ;'- ~ :j- f")!"') M M lo-.(j=o)~oml"") C j CO,="'.,..; -.(J il) 0 l J :+:.,. '.' (J) ~ *: ::;. :~ :.+: '*.:.. :+: -e- *:+:w *: -- ",. :--: *: :=J :-+ Ct :+:.z '* ;~ -- -r ;i' * * c! :+: :- _J :+: :+: ~: :=J *:+:... '*: CO) :+:..., 0::: l.i :+: *....~.

43 \ ,,"- z o H E-i j H A rn!~.,- "-<) ",--_.-_._- i ",:,"! r., i~ ~ ;~.,!.~ i i".; [' f _,,~ l "04', i V'..l r---' " i! j > ~"r-~ _.--.,.--! l.,\ " <. ' i Y l ' i ~

44 Ci~) r.0:::'.,di. p rj';:l.~ + ra _ T.-,._ '..-ort ç,oc'. par f)', t e u.ont h =: l'~'/'" J... '.. l... " J V\,,... ~ vu I,,-"l.,... ), J f ~ lui "ont C:c,;lés.": l l.'lr::ivi ~;ior;.u t 'c~""'2èlu. - Lss lertes de charges par différence d'altitude qui sont égales à. cette A (-, <::' (~~:.,~, t'l'..., 00 uj

45 ~-, l,~ : " "--' /,.,,-,,' -l',', :-:.... '... '-] 'il l":0 ~~.,U ct ' ~~ 4 U'" le c i.r c \ i t d,) l' e a d '" t e '"u i.vant ::; ~ 5 i- C.)::; CC 4.ce ~ 0.95 G '.:; -. t a i n ~ :i il) (; CCi! ) r- : '; 0 r;~' d <3 ter Gîi né le~ parte~ de chqrgc L (~ L' l.>. -_. C '...:

46 \, J mè tre r. La pre~-ion ~i~i~alc da ~Grvide ~tant choi~ie égale à 5.00 de 2.43 m. Le > pert e... fic'.)! ' c on du i t e j.r unc i jnlc <ont d é t e rminé e «par "};cture sur Ltrbaque de HAZEN ~HLLIAIS et sont égales à 2.2 :;;. Le c u.cu: di~till,; c r t mcn t ré e n annexe 0, ;'0; '" d,~ v 0;; 'Co J Cl nc v o i ri)r: C Ji r c '" ion rn in i m'c cl m " Ü " 0 r ~; i r '.] r ~ ~crvol r,, exp! lrr ',; h.i u t e ur c]'2au donne la E~Cê:li.. Nous prendrons donc une hauteur de 3 m

47 ,;0 6. Le~ rj~ervoir0 cont E~niralement co~çuet ~our : P'-t'l' -' '" '". nl \l~r ~'('\r..-~..., - -,... i-'i~\''ill'brc -.A -.J i ;""urer un vojijitic d',:;'lu néce~"'aire \ la protection i nc e n-, ' R ', l ',8 :,8'O'8rvo i nc e n.t i e. - Fa i r e f,'l C 8 al) x cl i f f,5 r e Ti t e.- "i t Ua t ion" J' urg e ne e ent ra î - ~qnt la mi~e hol'''' ~9rvlce da llu~ine de traitement d'eau ou J'u<>ine de:;"";" c ornpovar t e «: Réoerve d'urgence et de product j on. G.l 2 :: G n Anrio /~ l: 4 fi" )3. 8e.,l..~l(l'h; ~l 7. ~~ /. ' "olt.-,~ P u CJo 065 x ---')4'--~o Lit re '" z, s o i t m.3

48 4 C'O;Ln;o i],c'::l("it ici, d t un petit r é s ea u e n rrleu rural n cu«n'qvon~ pq0 jug~ n~ca"'~aire de faire la po~e de bouche~ d'inc e nd i e o, Ce La r:e f era i t qu'angmenter le coût '"'ane> pour autant qp~orter ~lu" J'officaciti. D"iilleurfl dan" Le «vilage"/d'2'-' qu'iti incendie se déclare RT= la ré0e!vg da ~roduction -era con~ld~réo cosle étant nulle C ' r l ~ L' Y :.l -' ',- d'; J " in;" ; G t rai t e a: e ri t. :::orr.r;;8 noi,~"-c[lr;lg~ 0, mili.::u ru r a L, le br is d'une pompe ne ~:",ur" Illon" cl cr: c':tvji J de;,-,'c~~rité.

49 42. \.. l R Tl " 98 CG5 -, '-x l 6 lit r e... RU = 6.50 t ot ale e r t donc R -- RE + RF =-3. 5 rn,3 Nou~ an d~dui~on~ donc C - 00 m 3 comme ~tant la capacit~ du rér.-ervoir. e r~-ervoir ~ar3 do~c con~truit à la ~ource à NDiafate ES- Pour -ouei d',~cor;o:;;ie et d'entretienr, le r é r-er v o i r "'era c on ot i t u.

50 7 ccur.ije LA SOLtJ~r ICiI'~. No )'~ do ril 0 L " el Ant i 8 X :': 8 le c 0 Ût un i taire du en a t.h i elet le coût doc t8vaux Ja terra~~ement oelun le c terrain~. Pour Ja ~'olution a c t uell.e qui c cn s i e t e à refaire le pui t s 7. r:oût Jv lil,lt:ériel (fourniture et pose ). P OG; pe: Jf 2 x 4C() ( CU -- BOO 000 CFA Tuyau el': PVC ~ 0("'* 4"i x 4 sc _ CFA TJY3. li e n PVC ~ (jg 7[)4 x ~ jo.- 2 4)3 920 CFA Tuya.; en rvc q, :..:c, 2l;l' x Su( i =- 6CO 000 CFA COG,d~ 8. IVe " " c,.' "...t \, r~. j X = JSU() 6 2 ~? 800 CFA T e r. FIC cf fd., c il,~ c; x 0 = 23 Ij "'0 CFA T en Fife q, 9l) 5SC)( x 2 = Il 800 CFA Bouchon en IVC cp 63 f,~o x CFA Hobinet.vanrie cp 6' 2(.) 36x {.,0 CFA Robinet v n Il r:fj ~ SU a t ) ioc ~ :\- x CFA RobiLet vri n r.e L( il 6 25G x 4 = CFA CoU +- "J i~ ':.../ m0),~"" ~ x 20 :::: g7 400 CFA Colle "..", mc u l.":' x + = CFA ~ Tot'i CFA,) matériel II ou,'t }JI CL.<] r C'r~! { C', 0 GFA pour le co~t du pour ~tre plus sécuri.tai ras

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc.

Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc. Formulaire d exonération relatif au ramassage de produits recyclés du client STAPLES Canada Inc. Ordinateurs, UCT et Imprimantes et périphériques ordinateurs portatifs Ordinateurs Télécopieurs UCT Téléphones

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS EXERCICES 1) Recopiez le point A et le vecteur u sur le quadrillage de votre feuille : 4 e Chapitre III Vecteurs a) Construisez le point B tel que AB = u. b) Construisez le point

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès.

Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles. Enoncer le théorème de Thalès. Exercice p 219, n 3 : Quatre droites sont tracées et les deux droites rouges sont parallèles Enoncer le théorème de Thalès Les droites ( BA ) et ( ZI ) sont sécantes en R, et les droites ( AI ) et ( BZ

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 6 janvier 2014

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 6 janvier 2014 Tarif FedEx Ground En vigueur : 6 janvier 2014 Introduction FedEx Ground MD offre des services de livraison fiables, économiques et à jour déterminé pour les envois qui n ont pas besoin de la rapidité

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 15 septembre 2008

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 15 septembre 2008 Tarif FedEx Ground En vigueur : 15 septembre 2008 Table des matières FedEx Ground MD Tarifs à l intérieur du Canada 2 Tableau des zones FedEx Ground 3 Tarifs FedEx Ground 34 FedEx Ground MD Multiweight

Plus en détail

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 19 janvier 2009

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 19 janvier 2009 Tarif FedEx Ground En vigueur : 19 janvier 2009 Table des matières FedEx Ground MD Tarifs à l intérieur du Canada 2 Tableau des zones FedEx Ground 3 Tarifs FedEx Ground 34 FedEx Ground MD Multiweight 38

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 4 janvier 2010

Tarif FedEx Ground. En vigueur : 4 janvier 2010 Tarif FedEx Ground En vigueur : 4 janvier 2010 Table des matières FedEx Ground MD Tarifs à l intérieur du Canada 2 Tableau des zones FedEx Ground 3 Tarifs FedEx Ground 34 FedEx Ground MD Multiweight 38

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

Ę ę Ó ę - -_::jr-':- r' l'r I i ::--=:: f '3 l!.f:l$e l r-l $ &.::. H =$ n, r.. ii i:ę.1.= i.-l 't a. :,r.. :. '. r..-i. 1' :; '.r. ;..::. rta:r t:' l: :a '!ii$i: 1,.;ł]ii. ' ;s,.i.,q..'.. ::i '','.,,..,...'..

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u

u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u Lecture orale fiche 1. a é i u o é a i u o u i o i é a é i u o i o a u é a i o é u Lecture orale fiche 2. fa fi fu fo fé fi fu fé fa fo fa fo fu fé fi Lecture orale fiche 3. sa su si so sé si sé su sa

Plus en détail

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig L ho fê o cocé vc u ouvu l o ll ouuv u fl u. Aujou hu, l ou obu u ouvll fo ov focoll ou u o ulo ou écué. Af éo ux bo cl, l ch vo élg. L éloo fê o FAKRO b u l cl, f u hbo lu lu cofobl écué. L ho fê o cocé

Plus en détail

Lecture : Atelier hebdomadaire

Lecture : Atelier hebdomadaire Je reconnais les sons Je lis des mots Je lis des phrases Colorie le dessin du mot qui ne commence pas pareil que les autres. Fiche n 4 Ecoute et coche le bon mot. 4 Regarde le dessin et coche le bon mot.

Plus en détail

TABLEAU DE SURVEILLANCE

TABLEAU DE SURVEILLANCE Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement Lycée - Collège des Creusets, Sion Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen Kollegium Creusets, Sitten

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre Références : des informations techniques pour agir Violences à l école Prévenir, agir contre Juin 2008 $ % $ '( ) ) % *'++, - #. / +0 1 *23 4. )( % ) * -!""5. % ( + + 6 ( % 7 % 7 ) + *8 #-. ) + *8!""5.

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Nomenclature METIERS - EMPLOIS

Nomenclature METIERS - EMPLOIS Nomenclature METIERS - EMPLOIS HISTORIQUE DU DOCUMENT Nature Auteur Date Vérificateur Date Approbateur Date Edition initiale M. LIEUVIN 16/11/05 M. SPIRO 1. OBJET Cette nomenclature, utilisant trois caractères,

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des à 18, 19 20 2013 UN UU l C Cèl C Cl â-d P Pl P-l-Pl P-- é - -l-- -C ---C ---l --- -Nl-- ll l. 5 é à lé é l'é 3 l : Cl Zl, l',, l' l, Cl q, l' éâ. l, l lé é à, l ' l. l : ll l q l é ll l q l l. U ll q è

Plus en détail

MANUEL SUR L INFORMATION ET LA DOCUMENTATION EN MATIÈRE DE PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE. Réf. : Normes ST.17 page : 3.17.1 NORME ST.17

MANUEL SUR L INFORMATION ET LA DOCUMENTATION EN MATIÈRE DE PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE. Réf. : Normes ST.17 page : 3.17.1 NORME ST.17 Réf. : Normes ST.17 page : 3.17.1 NORME ST.17 RECOMMANDATION EN VUE DE CODER LES RUBRIQUES PUBLIÉES DANS LES BULLETINS OFFICIELS INTRODUCTION 1. La présente recommandation est destinée à renforcer le contenu

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Chimie Générale-CH101 Tableau de classification périodique de Mendeleïev

Chimie Générale-CH101 Tableau de classification périodique de Mendeleïev Tableau de classification périodique de Mendeleïev 1 2 Tableau de classification périodique de Mendeleïev s p H Li Na Be Mg Non métal (ou métalloïde) Métal He B C N O F Ne Al Si P S Cl Ar K Rb Cs Ca Sr

Plus en détail

Cahier d écriture 1 Ecriture

Cahier d écriture 1 Ecriture Cahier d écriture 1 Ecriture Période 1 Graphèmes odèles à écrire, exercices et dictées S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 Position et position main/stylo : Cahier d écriture Dumont, page 5 repérage tenue de ligne$ :

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

VECTEURS EXERCICES CORRIGES

VECTEURS EXERCICES CORRIGES Exercice n 1. VECTEURS EXERCICES CORRIGES On considère un hexagone régulier ABCDEF de centre O, et I et J les milieux respectifs des segments [AB] et [ED]. En utilisant les lettres de la figure citer :

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

Action phare : Présentation : Coup de chapeau état des lieux : Objectifs fixés : Témoignages : évaluation : S. Bisso. V. Vincent. déchets.

Action phare : Présentation : Coup de chapeau état des lieux : Objectifs fixés : Témoignages : évaluation : S. Bisso. V. Vincent. déchets. Po j 2012-2013 o o --------------MOIR H--------------- -D - Po o o H No gy M M Nob 14 Tog hu o o g j c p oy u go u budg p jo go hâ > 1 ph b p p p L g p o o ) J u I pg o c u PN u oy d fo o (gâc c I u b

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

Plan de lecture. Pour lire la Bible en 1 an

Plan de lecture. Pour lire la Bible en 1 an Plan de lecture Pour lire la Bible en 1 an Le plan de lecture ci-après permet de lire toute la Bible en 1 an avec une lecture matin et soir, par exemple, ou en 2 ans avec lecture de l Ancien Testament

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

FG² = EF² + EG² 7² = 2² + EG² 49 = 4 + EG² EF = 2, FG = 7, EG =? EG² = 49 4 = 45 EG = = 3 EG 6,7

FG² = EF² + EG² 7² = 2² + EG² 49 = 4 + EG² EF = 2, FG = 7, EG =? EG² = 49 4 = 45 EG = = 3 EG 6,7 EC 4A : ELEMENTS DE MATHEMATIQUES THEOREMES DE PYTHAGORE ET DE THALES EXERCICES CORRECTION EXERCICE N 1 : Figure 1 : ABC est rectangle en A, donc, BC² = AB² + AC² BC² = 5² + 7² BC² = 25 + 49 AB = 5, AC

Plus en détail

l ECONOMIE CIRCULAIRE

l ECONOMIE CIRCULAIRE En route vers l l ECONOMIE CIRCULAIRE Par Benoît de Guillebon, 1 Un constat : Nous vivons dans un monde fini Le changement climatique La fin de l économie pétrole La raréfaction des ressources naturelles

Plus en détail

Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt. Classification des atomes. 27 Co. 28 Ni. 29 Cu. 45 Rh. 46 Pd. 47 Ag. 77 Ir. 78 Pt.

Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt. Classification des atomes. 27 Co. 28 Ni. 29 Cu. 45 Rh. 46 Pd. 47 Ag. 77 Ir. 78 Pt. 2005-2006 Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt C4 ECRITURE DES RÉACTIONS CHIMIQUES Je dois savoir Ce qu est un atome et une molécule Les formules de quelques molécules et atomes La masse est

Plus en détail

Guide des. Randonnées Pédestres

Guide des. Randonnées Pédestres Gi / 6 k l - i lè iq i il l C - ll i -6 k i k 5 l -,7 l - 5 k i i - B i lb» l b y i l V - 6 «C,5 k l i - 5 - l k àb,5 k 6-5-6 i l b i ll y k l 7 - i U â à Clli l 6 k lè i - b q i C V il l i lè- 6 li -

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

3 ème BREVET THEOREME DE THALES

3 ème BREVET THEOREME DE THALES Exercice 1 1 Construire un triangle ABC tel que AB = 6 cm AC = 7,2 cm et BC = 10 cm Placer les points R, T et E tels que : R [AB] et AR = 4,5 cm T [AC] et (RT) // (BC) E [AB) et E [AB] et BE = 2 cm 1 2

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Niveau quatrième : Confort et domotique

Niveau quatrième : Confort et domotique Niv iè : Cofo dooi L L yè d d ff P 2 L io iv P 3 P d'gi li ff P 4 Co i? P 5 Coiio d' yè P 6 Ex d' yè P 7 15 Pocd d ff P 16 21 Él d ff P 22 L viio bio P 23 Viio logi L io iv Q'-c ' io iv? l'ogiio d io ol

Plus en détail

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e Aménager Développer Anticiper Yann Arthus-Bertrand / Altitude. , u n a c t e u r m a j e u r d e l aménagement Le g r o u p e SOFIREL, f o rt d e la réalisation

Plus en détail

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée Le vélo imaginaire D es s ine v él o ui Si j'étais... rep rés te ton U ne éta t Si j'étais... p ièc e v él o, je s era is... Un p a nnea u rtier, je s era is... d' â me feuil C ha c ra y ons C ha v él

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

BANQUE NATIONALE. N otre banque nationale. 7/i. Zi 4. /Æ à. W m M i i 10. W f w f f l. mm. ' ê â f/m jt» i W J / f f t. y / Y ZJ/Â / f/êv/i r» l J.

BANQUE NATIONALE. N otre banque nationale. 7/i. Zi 4. /Æ à. W m M i i 10. W f w f f l. mm. ' ê â f/m jt» i W J / f f t. y / Y ZJ/ / f/êv/i r» l J. _ ê â j j # W jt W j î Æ jj Æ W } " êv Y  z Wâ W w ( w # ë â F ë W Y T w S L 9 W 2 " E ï k x ü D E W W Æ v Wj E  z  z v F À OTQE W  # g L Y F h 6 L 2L NQE NTONLE N oe bnque none W W â W jâ ÿ Æ É w

Plus en détail

CAPÉnergie. Conduite et amélioration de la performance énergétique. Présentation du programme. Avec la participation financière de

CAPÉnergie. Conduite et amélioration de la performance énergétique. Présentation du programme. Avec la participation financière de Conduite et amélioration de la performance énergétique Présentation du programme Avec la participation financière de Conduite et amélioration de la performance énergétique Programme Rhône-Alpes pour les

Plus en détail

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE STU 6 -MODULE OPTIONNEL 4 (MOP4 2014-2015 ) Chapitre I- Introduction à l'alimentation en eau potable (AEP) Chapitre II- Evaluation des besoins

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO

TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE : 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01) PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE :!"#!$%&'( 1. MARCHE DU LAC MUNKAMBA DANS LE TERITOIRE DE DIMBELENGE (Lot 01 2. MARCHE DE DEMBA DANS LE TERRITOIRE DE DEMBA (Lot 02 PROVINCE DU KASAI OCCIDENTAL - RD CONGO %'

Plus en détail

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010 QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société Dîner Débat, 28 octobre 2010 Avant-propos «Les richesses naturelles sont inépuisables, car sans cela nous ne les obtiendrions

Plus en détail

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n Santé & Beauté Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n HL Display, concepteur et fabricant de solutions merchandising et de communication L EXPERTISE DE VOTRE SECTEUR Grâce aux nombreux projets

Plus en détail

26 REPORTAGE l m p il li u l oi à lu déi pou di u v é, ou î l mè Fçoi, l f m lui O joi pu pè ppl fi ii cho il pouoi féu S vi c choli holi, c è ill «Mm éi d ê o fç c é ll ui im» x c ix cho l, ccompgé d

Plus en détail

Circulation thermohaline et variation de la salinité

Circulation thermohaline et variation de la salinité Circulation thermohaline et variation de la alinité Mie en évidence de variation de la concentration de la olution lor du changement d état de l eau de mer à l aide d une meure phyique : celle de la conductimétrie.

Plus en détail

PHYSICO-CHIMIE (4 points)

PHYSICO-CHIMIE (4 points) La calculatrice est autorisée. Un document-réponse est à rendre avec la copie. Deux feuilles de papier millimétré sont nécessaires PHYSICO-CHIMIE (4 points) 1 ) Comment définit-on l'énergie de première

Plus en détail

Calcul d'une motorisation électrique. Je vais essayer de vous montrer comment on calcule une motorisation électrique destinée à nos aéromodèles.

Calcul d'une motorisation électrique. Je vais essayer de vous montrer comment on calcule une motorisation électrique destinée à nos aéromodèles. Henri RIVIERE ACL- section modélisme Stage du 25 janvier 2009 Calcul d'une motorisation électrique Je vais essayer de vous montrer comment on calcule une motorisation électrique destinée à nos aéromodèles.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MRCHE PLIC DE ECHNIQE DE L INFORMION E DE L COMMNICION ICOM PEZEN-GDE - v F M Pl 27 v Pz P 112 34120 NEZIGNN L EVÊQE : 04 67 98 58 05 MRCHE DE MIE EN ERVICE DE REE N, OIP, CCE INERNE C Cl q Plè M q l è

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS COURS 1) Exemple : force exercée par un aimant. p 2 2) Définitions et notations. p 3 3) Egalité de deux vecteurs... p 5 4) Multiplication d un vecteur par un nombre réel... p 6 5)

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Prof. Jacqueline Lecomte-Beckers Département A&M Service de Sciences de Matériaux Métalliques Bat.

Plus en détail

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires.

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7 Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Date application 26/05/2016 KEOPS 190 Modèle exposé à Gençay Forme coffre, épaisseur 22 mm, Chêne massif, Teinte

Plus en détail

ou 8 à vélo Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch

ou 8 à vélo Métro Maison M-M OUchy Plus d info sur www.liguesdelasante.ch t Métr M p J c ll n n trl Cn bèr - Lnn-fl t Lnn-gr. l. Pc Bllr JrlS R n nc DélcS Cr p. L Hr 12. D l. 'O 15 p él Pc/ptr Mtc. 1 ll é Mé lelé 12 Mé Olmpq 9 OUc Q 30 mt pr jr Ptt grn, l t rcmmné prtqr cq jr

Plus en détail

6 U 4. Tribunal de commerce de Fécamp

6 U 4. Tribunal de commerce de Fécamp 6 U 4 Tribunal de commerce de Fécamp GENERALITES 6 U 4/1-3 Registres des délibérations 1-1908 (8 janvier)-1920 (7 juillet) 2-1920 (7 juillet)-1935 (16 janvier) 3-1935 (16 janvier)-1958 (1er octobre) 1908-1958

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

Cahier. de lecture syllabique. dès ans

Cahier. de lecture syllabique. dès ans C l é m e n t i n e D e l i l e J e a n D e l i l e Cahier de lecture syllabique 6 dès ans Méthode de lecture syllabique Des exercices pour s entraîner à bien lire Ce cahier contient plus de 200 exercices

Plus en détail

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ.

c) Calculer MP. 3) Déterminer l'arrondi au degré de la mesure de Dˆ. Exercice :(Amiens 1995) Les questions 2, 3 et 4 sont indépendantes. L'unité est le centimètre. 1) Construire un triangle MAI rectangle en A tel que AM = 8 et IM = 12. Indiquer brièvement les étapes de

Plus en détail

SANCE. Le Mardi 1 Avril 1806, deuxième année de 1 En 'Pire. du règne de N.4POLioN

SANCE. Le Mardi 1 Avril 1806, deuxième année de 1 En 'Pire. du règne de N.4POLioN DE LA SANCE DE L ECOLE DE DROIT D I L M Av 806 xè E P èg N4POLN f _ 7 SEANCE LA DE DOUVERTURE D T I O DE LÉ COL E DE DR AIX L M Av 806 xè èg NA POL ÉON E fç Thb C É Pf Bh Rhô C Lg h g MM Dy h Mb C B MM

Plus en détail