Et 100 fois plus sur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et 100 fois plus sur www.iledefrance.fr"

Transcription

1 L e j o u r n a L d u c o n s e i L r é g i o n a L Et 100 fois plus sur Des vidéos, des galeries photo, des clips, des visites virtuelles de sites historiques, des interviews, des dossiers, des reportages... Découvrez tous nos bonus sur la version interactive du journal, pour mieux connaître ces Franciliens dont le parcours a croisé celui du conseil régional ces derniers mois. Déc Janv N 32

2 2 SOMMAIRE Joseph elbaz Michel boujenah alexis bouillet Manuel lopès Mélanie Marques 03 ÉDUCATION, AppreNTIssAge nanhoua Joseph coulibaly elbaz, Priscilla n Diaye, alexis Maryse Vigouroux caroline JeanMaire priscilla n Diaye Bouillet, manuel Lopès, mélanie marques, laurent Vincent nanhoua Coulibaly, maryse olivier vigouroux, golliard annick KieFFer gwendal bihan Fatou sene Caroline Jeanmaire, michel Boujenah, emmanuel Laurent canet vincent, oliver golliard. thierry perreau tony gatlif hélène Vincent barbara Donné- Donati 05 Diane enseignement DuFour supérieur, pascal thuot sir alice MaxiMe Delpierre arnaud roulin INNOVATION MarK Kerr sedef ecer saadia arejdal Fanny MietlicKi guy FraDin olivier annick Kieffer, gwendal Bihan, Fatou sene, emmanuel Canet, Thierry Perreau. lapierre arnaud rousseau anne boutin christine Fleuret alain Julien-laFerrière carole Tony gatlif, hélène solive vincent, Barbara Donné- christophe Depont Marianne Fichet théo Morais olivier 06 CULTUre, médias Donati, Diane Dufour, Pascal Thuot, sir alice, quétard maxime Michel Delpierre, arnaud gaillard Roulin, mark Kerr, christine lambert Faïtia chéniguène Matthieu Jousedef ecer, saadia arejdal. DinauD 08 cendrine ÉCOLOgIe, CADre De Jeannot VIe antonella pinna emmanuel bris sylvie beck pascal Fanny mietlicki, guy Fradin, olivier Lapierre, Müh romain arnaud Rousseau, planchez anne Boutin, philippe Fabre clara reydet catherine peyr thérèse Christine Fleuret, alain Julien-Laferrière, Dupont hamza Carole solive, Christophe DaKhlaoui Depont, Daniel DeVille olivier place olivier DonVal John marianne Fichet, Théo morais. saccomandi pascale léautey stéphane Delpech sandra Mutti rachel samter 10 TrANspOrTs erwan le lay olivier Quétard, emmanuelle michel gaillard, Christine Després JuDith skira Violette Volson Floriane chazey Lambert, Faïtia Chéniguène, MaxiMe gouache matthieu Joudinaud, Cendrine Monique Jeannot, cerisier élicia limmois DJaMila hichour Julie coudry antonella Pinna, emmanuel Bris, JérôMe clinckx DaMarys Maa MarchanD Michel Denize anne-laure guinard sylvie Beck, Pascal müh. éric DeMange 12 LOgemeNT, UrBANIsme Valérie cordier nora cornuet FréDéric robin Meryl Job Daniel Romain Planchez, Philippe Fabre, Moulène stéphanie savel Florian laurent Diane lialy FrancK brard Véronique Clara Reydet, Catherine Peyr, Thérèse Dupont, violette Lefort. le ralle hélène Meillet gabriel szeftel ihssan serhani said oussaoui cécile 13 sport, LOIsIrs, TOUrIsme JarauDias hamza Michel Dakhlaoui, Daniel Deville, Moy olivier Place, Mathieu gamba sylvie labas Jean-baptiste DuMas ngo olivier Donval, John saccomandi, Lionel Walker, Pascale Léautey, stéphane Delpech, thu lê n Joseph elbaz Michel boujenah alexis bouillet Manuel lopès Mélanie sandra mutti, Rachel samter, erwan Le Lay, Marques nanhoua coulibaly Maryse Une Vigouroux Région emmanuelle Després. caroline JeanMaire priscilla n Diaye 15 ACTION sociale laurent Judith skira, violette volson, Vincent Floriane Chazey, olivier golliard annick KieFFer gwendal bihan Fatou maxime gouache, monique Cerisier. sene emmanuel canet thierry à perreau visages tony gatlif humains hélène Vincent barbara 16 ÉCONOmIe, TrAVAIL, emploi Donné-Donati élicia Limmois, Djamila Diane hichour, Julie DuFour Coudry, pascal thuot sir alice MaxiMe Delpierre arnaud Jérôme Clinckx, Damarys maa marchand, roulin MarK michel Denize, Kerr anne-laure guinard, sedef éric ecer saadia Un formateur arejdal de mécanique Fanny tissant MietlicKi des ponts entre guy Bobigny FraDin et olivier Nouakchott, boutin une animatrice christine de radio qui Fleuret donne de la alain voix à Mantes-la-Jolie Julien-laFer- Frédéric Robin, meryl Job, Daniel moulène, pour Demange, valérie Cordier, nora Cornuet, lapierre arnaud rousseau anne stéphanie savel. rière carole solive christophe les femmes Depont de banlieue, Marianne un enfant Fichet de Vaujours théo devenu Morais un vrai spécialiste olivier 19 santé de la forêt francilienne, le père d une voiture 100 % électrique, une vieille quétard Florian Michel Laurent, Denise gaillard Lialy, Franck Brard, christine lambert Faïtia chéniguène Matthieu JouDinauD cendrine gabriel szeftel. Jeannot antonella véronique Le Ralle, hélène meillet, dame qui partage son appartement parisien avec une étudiante Voici des femmes pinna et des hommes emmanuel qui inventent, bris luttent, sylvie apprennent, beck pascal créent, transmettent, clara parcourent reydet le monde, catherine agissent, avec peyr le soutien thérèse de la Région. Dupont Müh romain 20 planchez INTerNATIONAL philippe Fabre ihssan serhani, said oussaoui, Cécile Car, hamza DaKhlaoui Jaraudias, michel moy, mathieu Daniel gamba, DeVille au fil olivier de ces aventures, place on en olivier apprend DonVal un peu plus sur John l action saccomandi quotidienne sylvie Labas, Jean-Baptiste Dumas milne edwards, ngo Thu Lê, nao. pascale léautey stéphane Delpech que mène le sandra conseil régional Mutti pour rachel imaginer samter un territoire plus erwan facile à le vivre, lay emmanuelle 22 TrIBUNesDesprés JuDith skira pour bâtir Violette un territoire Volson plus humain. expression des groupes politiques. Floriane chazey MaxiMe gouache Monique cerisier élicia limmois DJaMila hichour Julie coudry JérôMe clinckx DaMarys Maa MarchanD Michel Denize anne-laure guinard éric DeMange Valérie cordier nora cornuet FréDéric robin Meryl Job Daniel Moulène stéphanie savel Florian laurent Diane lialy FrancK brard Véronique le ralle hélène Meillet gabriel szeftel ihssan serhani said oussaoui cécile JarauDias Michel Moy Mathieu gamba sylvie labas Jean-baptiste DuMas ngo thu lê nao ao Île-de-France, journal bimestriel du conseil régional, 35, bd des invalides, Paris. Tél. : Directeur de la publication : Jean-Paul Huchon. Directeur de la publication délégué : Hervé Marchal. Comité éditorial : Maxime des Gayets, Jean-Michel Thornary, Patricia Blanchard-Bouvelot, Hervé Marchal, Pierre Chapdelaine. Rédacteur en chef : Pierre Chapdelaine. Secrétaire générale de rédaction : Isabelle Chouffet. Rédactrice-reporter : Julie Védie. Ont collaboré à ce numéro : Agence Galilée : Jean-François Hennion, Emmanuel Schafroth, Sophie Andriansen, Virginie De Galzain, Olivia Gili, Maïla Mendy ; Isabelle Le Louët. Couverture : Rampazzo et Associés. Conception : Rampazzo et Associés. Réalisation : Scoop communication. Impression : Île-de-France est édité à exemplaires sur papier recyclé 57 g par Lenglet Imprimeurs. ISSN : Dépôt légal à parution.

3 éducation, apprentissage 3 en DIreCT DU CONseIL régional Construire et rénover des lycées, soit intervenir sur 6 millions de mètres carrés, c est l une des principales missions de la Région. Elle emploie désormais agents d accueil, d entretien et de restauration dans les établissements du second degré. Mais le conseil régional intervient également pour encourager l apprentissage, accompagner les jeunes dans leurs premiers pas de citoyens, permettre à tous d accéder à la cantine, aux savoirs, à l autonomie et, s il le faut, à une seconde chance. pierre-olivier DesCHAmps/AgeNCe VU en RoUTe PoUR L aventure Joseph elbaz 18 ans Donner aux lycéens les outils pour accéder à une citoyenneté active, pour vivre en éveil, pour ouvrir d autres horizons : les projets passion lycéens en action, impulsés par le conseil régional d Île-de-France, ont le vent en poupe. À Gif-sur-Yvette (91), Joseph elbaz a pu ainsi réaliser son rêve : construire une roulotte. THÉâTre h De ses années lycée, vécues dans un internat en Auvergne puis en Île-de-France à Gif-sur-Yvette, dans le lycée de la vallée de Chevreuse, Joseph Elbaz conserve un baccalauréat en lettres, une belle connaissance de certains auteurs classiques dont Corneille, Gérard de Nerval et Victor Hugo mais aussi un cheval, Texas, et une roulotte, entreposée dans une ferme, quelque part dans l Allier. Cette roulotte est la concrétisation de son amour pour le théâtre. «L idée, c est de partir en tournée avec un spectacle», explique le jeune homme, qui plaide pour «un théâtre convivial et désacralisé, un théâtre pour tout le monde, qui ne serait plus perçu comme une institution inaccessible, réservée à quelques-uns.» Dans les pas d Ariane Mnouchkine, Joseph voudrait «organiser des repas où acteurs et public pourraient échanger». Aujourd hui, cet étudiant en hypokhâgne à Antony (92) entame la rédaction de la pièce : un mélange d œuvre théâtrale Créer un théâtre convivial et désacralisé, un théâtre pour tout le monde. et de cirque, dans «un univers proche d Alice au Pays des Merveilles». L exercice n a pas toujours été aussi littéraire : il a fallu construire la roulotte, à partir d une remorque rouillée dénichée chez un agriculteur. «Ce n est pas qu un moyen de transport, c est un mode de vie», explique le jeune homme. Les plans ont été trouvés sur Internet et le chantier a avancé, lentement, selon les disponibilités des acteurs en herbe. «Nous l avons aménagée à moindres frais, on a récupéré des meubles dans une brocante.» Partir avec Texas Et puis il a fallu trouver le cheval. Ce sera Texas, un Boulonnais de 3 ans. «Il est actuellement en pension, nous allons le voir régulièrement», raconte Joseph. L été prochain, avec ses amis et Texas, il compte prendre la route. Une boucle de 60 kilomètres, la passion des projets en 2009, la Région Île-de-France a apporté son soutien à 35 Projets passion portés par des lycéens. avec 11 représentations. «Malgré les études, tout le monde reste motivé», conclut Joseph, qui a bénéficié d un coup de pouce de la Région pour se lancer dans l aventure. pierre CHApDeLAINe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... LUC pointereau / AgeNCe galilée Un tempérament d ACIER priscilla n DiaYe 17 ans h Dur, pour une fille, de préparer «un métier de garçon»? Non, répond le sourire de Priscilla N Diaye. En CAP peinturecarrosserie au lycée du château-d épluches (Saint-Ouen-l Aumône, 95), elle se débrouille bien. Comme l orthographe n est pas son fort, elle suit un programme de lutte contre l illettrisme, dans le cadre du dispositif régional Réussite pour tous. «Je fais encore des fautes, reconnaît-elle, mais ça va mieux.» h Bonus : dossier «Réussite pour tous». pâtissier En forme OlyMpIqUE alexis bouillet 20 ans h Alexis Bouillet prouve que compétition et gourmandise peuvent faire bon ménage. À 20 ans, il fait partie de l équipe qui, en février 2011, représentera l Île-de-France à la finale nationale des Olympiades des métiers, un concours où les jeunes mesurent leur savoir-faire dans plus de 50 disciplines. La spécialité d Alexis : la pâtisserie. Un talent qu il exerce depuis un an au Plaza-Athénée, un palace parisien. En préparation des trois jours d épreuves qui DAVID sauveur/agence VU les attendent, lui et les membres de l équipe d Île-de-France sont soumis à un entraînement digne des grands sportifs. «Stages intensifs, avec préparation physique et mentale», précise-t-il. L objectif : représenter la France lors de l épreuve internationale, prévue en octobre 2011 à Londres. h Bonus : vidéo sur les olympiades des métiers. proviseur- COnStRUCtEUR Manuel lopès 46 ans h «Ce lycée est un exploit!» Manuel Lopès ne cache pas sa fierté d avoir été le proviseurconstructeur du nouveau lycée Robert-Schumann à Charenton-le-Pont (94). Après des heures passées sur le chantier et une 2 e rentrée dans cet établissement pilote, construit en Haute qualité environnementale (HQE), il peut mesurer l impact de cette nouveauté sur la vie scolaire et «l effet fantastique sur les gamins». Explications, ateliers scientifiques Désormais, les lycéens savent tout sur la récupération d eau et le puits canadien. «Le taux de réussite scolaire est même passé de 25 % dans l ancien lycée Jean-Jaurès, à 85 % aujourd hui» h Bonus : galerie photos sur les lycées en Île-de-France.

4 4 éducation, AppREntISSAgE LUC pointereau / AgeNCe galilée ESCAlE À ORly Mélanie Marques 21 ans h Pour devenir agent d escale, Mélanie en a fait une à Orly (94), à l école de la deuxième chance (E2C) du Val-de- Marne. À 10 ans, cette jeune fille retourne dans le pays d origine de ses parents, le Portugal, pour y finir sa scolarité. Elle en est revenue 9 ans plus tard avec un bac artistique et technologique et le vague rêve de devenir hôtesse de l air. Travailler dans l aéroportuaire se révèle difficile, mais il en faut plus pour la décourager. En mars 2010, elle intègre l école de la deuxième chance, qui lui permet de faire trois stages, de se remettre à niveau en français et de travailler son sens du contact. La voilà dorénavant prête à intégrer une formation qualifiante d agent d escale. h Bonus : dossier sur les écoles de la deuxième chance. étudiant CHERCHE papiers pour vivre nanhoua coulibaly 21 ans h Contre vents et marées, Nanhoua poursuit son BTS moteurs à combustion interne à évry (91). Son rêve : intégrer une école d ingénieurs et trouver un emploi dans l automobile. «Mais, sans papiers, c est difficile de penser à l avenir!» soupire-t-il. Arrivé de Côte d Ivoire en 2005 à l âge de 16 ans, il connaît depuis la peur d être contrôlé, le manque d argent et les démarches DAVID sauveur/agence VU interminables. Fatigué, mais soutenu par Réseau éducation sans frontière (RESF) et par la Région, il espère un titre de séjour. Pour être sûr que ses efforts ne resteront pas vains. h Bonus : interview vidéo nanhoua Coulibaly. À la table d HEnRI-Iv MarYse ViGouroux 50 ans h Cuisse de lapin à la moutarde de Meaux, embeurrée de choux braisés au miel du Gâtinais Au lycée Henri-IV, à Paris, l excellence se décline aussi dans les cuisines où se préparent près de repas par jour à partir de produits locaux frais. C est l œuvre de Maryse Vigouroux, chef de cuisine. Arrivée en 2008 dans ce lycée, Maryse veut surprendre le palais des jeunes élites : «J aime chercher, faire découvrir de nouvelles saveurs.» Elle participe, en mars, à l élaboration d un cahier de recettes de produits franciliens avec 7 autres chefs. L action menée avec le conseil régional et le Centre régional de valorisation et d innovation agricole et alimentaire Paris Îlede-France (Cervia) permettra à chaque établissement de réaliser des menus en promouvant des produits locaux. h Bonus : reportage vidéo sur la cantine du lycée Chaptal, à Paris. Dr LUC pointereau / AgeNCe galilée En SCènE AvEC les AppREntIS Michel boujenah 58 ans h Une vie consacrée au théâtre. Lui qui a quitté la Tunisie à l âge de 11 ans en allant vivre à Bagneux (92), la passion de transmettre a vite rejoint celle de jouer : à 20 ans, il dirige déjà des enfants sur scène. En 2010, Michel Boujenah a parrainé les ApprentiScènes, une initiative qui permet à 650 apprentis franciliens de jouer en public des sketchs de leur composition. h Bonus : interview vidéo de michel Boujenah. de MéMOIRE de lycéenne caroline JeanMaire 16 ans h Sa vie a changé à la fin 2009, quand elle a découvert le camp d Auschwitz lors d une visite organisée par le lycée Toulouse-Lautrec de Vaucresson (92) et par la Région. «J ai vu le pire de l homme» affirme-t-elle. Une visite éprouvante, mais qui l a rendue plus mûre. Elle se sent investie d une mission : celle de «passeur de mémoire». Elle s y est attelée dès janvier 2010, en lisant son poème «L aube d une longue nuit», pour l inauguration d une expo au Mémorial de la Shoah. Ce poème, inspiré par sa rencontre avec deux rescapés des camps, se termine par ces quelques mots : «À nous, à présent, de ne pas oublier» : comme un sceau à la mission qu elle s est désormais assignée. h Bonus : reportage sur la visite des lycéens à auschwitz. BerTrAND Desprez/AgeNCe VU ça PLane PoUR LUi laurent Vincent 43 ans ancien mécanicien d air France, laurent Vincent est devenu formateur au centre de formation des apprentis (cfa) des métiers de l aérien et transmet sa passion à ses élèves. AppreNTIssAge h «Une formidable expérience d échange de connaissances et de vie avec les jeunes.» C est avec l enthousiasme des débuts que Laurent Vincent a attaqué sa 10 e rentrée comme formateur au CFA des métiers de l aérien. Après 10 ans «dans la caisse à outils» (c est-àdire comme mécanicien), il est mis à la disposition du CFA par son employeur Air France. Depuis, il enseigne les technologies générales avion, ainsi que structure et composite auprès d environ 200 élèves, du bac pro au BTS : «Des jeunes qui débutent, des moins jeunes qui se spécialisent Il faut s adapter en permanence, il n y a jamais de routine!» Technologie des matériaux, contraintes techniques la théorie doit précéder les jeunes apprennent un métier, mais aussi une culture d entreprise. olivier GolliarD I 43 ans la pratique. «Les élèves de bac pro veulent tout de suite construire des avions» plaisante Laurent. Avec l installation du CFA à la rentrée 2010 sur l aérodrome de Toussusle-Noble (78), Laurent a vu «des étincelles dans leurs yeux» : situé en zone aéroportuaire, le nouveau plateau technique est réaliste, avec «des conditions de travail proches de ce qu ils connaîtront dans leur vie de mécano». Une chance supplémentaire de réussir, tandis que l apprentissage reste l un des meilleurs moyens d entrer dans la vie active. «Les jeunes apprennent un métier, mais aussi la culture d entreprise», précise Laurent. Résultat : un taux d embauche entre 85 et 95 %, auprès des 71 entreprises qui accueillent les jeunes en alternance. «Grâce à l apprentissage, mes élèves deviennent mes collègues!» julie VÉDIe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... AU tableau numérique! NOUVeLLes TeCHNOLOgIes h «Ça, c était un cours d inspection. On étudiait l évolution de Las Vegas.» Professeur d histoire-géographie au lycée Jules-Ferry de Conflans-Sainte-Honorine (78), Olivier Golliard est passé maître dans l art d utiliser le tableau numérique. L enseignant clique, sélectionne, compare des documents. Cet outil a révolutionné sa pratique pédagogique. «Attention, ce n est pas un vidéoprojecteur. Il apporte une vraie plus-value. En préparant le cours, on doit déjà réfléchir à ce que l élève pourra apporter, comment il pourra participer.» Huit salles du lycée sont déjà équipées, grâce à l aide de la Région. Olivier Golliard, lui, entend bien rallier ses collègues à sa révolution numérique. Il est l un des fondateurs du site qui s adresse aux professeurs d histoire-géo de l académie de Versailles. DAVID sauveur-agence VU

5 enseignement supérieur, innovation 5 en DIreCT DU CONseIL régional L Île-de-France compte plus de 300 centres de recherche publics et privés et quelque chercheurs, ingénieurs et techniciens dans la recherche et le développement. En permettant à des projets audacieux de voir le jour, en soutenant des secteurs économiques prometteurs et particulièrement innovants ou en accompagnant les jeunes chercheurs, trop souvent confrontés à la précarité, la Région veut contribuer à maintenir cette place de leader en Europe. au CnRs, annick KieFFeR LUTTe ToUJoURs annick KieFFer 64 ans entrée «par hasard» au cnrs et «tout naturellement» à la cgt, annick Kieffer a participé cet été aux premières assises régionales de la recherche. pour elle, les régions peuvent jouer un rôle face à la précarité qui s installe dans la recherche publique. COmBAT h En février 2010, Annick Kieffer participe à la publication d une étude sur la précarité dans l enseignement supérieur et la recherche publique. Un travail basé sur plus de réponses et qui laisse entrevoir les deux facettes de cette femme, vivant à Créteil (94). Ingénieure de recherche en sociologie au CNRS, elle s épanouit au milieu des données et des statistiques, «un secteur pas très sexy», avoue-t-elle. Une affaire d opportunité Mais elle est aussi une militante active, syndicaliste de longue date à la CGT. Un parcours qu elle raconte avec simplicité : «Mon père était plombier, ma mère secrétaire. Je suis entrée par hasard au CNRS. Une opportunité. Au début, je traitais les taux de scolarisation dans le privé pour chaque département. Nous n avions pas d ordinateur, tout se faisait sur papier. Puis j ai connu l arrivée de l informatique, cette révolution dans le traitement statistique, avant de participer, en 1987, à la création d un laboratoire pour mettre à la disposition des chercheurs les données de la statistique publique.» Parallèlement, Annick Kieffer s engage. élue au comité national de la recherche scientifique, elle a œuvré pour donner une visibilité au travail des ingénieurs et des techniciens. Elle suit les évolutions des politiques publiques. «Des réformes au CNRS, j en ai connu. Mon sentiment, c est qu il ne restera bientôt plus que le sigle.» pierre CHApDeLAINe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... FrANCk FerVILLe/AgeNCe VU des réformes au CnRS, j en ai connu. bientôt, il ne restera plus que le sigle. poète IntERACtIf GwenDal bihan 28 ans h Face à Notre-Dame de Paris, Gwendal Bihan souhaite pouvoir lire du Victor Hugo sur son téléphone mobile. Offrir aux mobinautes un contenu géolocalisé, tel est le projet imaginé par le jeune P-DG de l éditeur de livres numériques Leezam. La présentation de ces «Itinéraires littéraires interactifs» est prévue en 2011 à Futur en Seine, biennale de l innovation en Île-de-France. h Bonus : reportage vidéo sur les itinéraires littéraires. UnE vie ApRèS la fac Fatou sene 27 ans h Championne des prétoires! Dans son Sénégal natal, Fatou Sene remporte en 2006 un concours de plaidoirie sur les droits de l homme. Après cette distinction, elle obtient une bourse et poursuit ses études de droit en France. En juin 2010, elle participe aux Doctoriales, un séminaire cofinancé par la Région visant à confronter les doctorants au monde du travail. «Ce que j ai appris là, aucun livre ne me l avait appris», se réjouit la jeune femme. h Bonus : intégralité du portrait de Fatou sene. emmanuel canet 56 ans h Ancien pédiatre, Emmanuel Canet rejoint l industrie pharmaceutique à la fin des années Depuis 2009, il préside le pôle de compétitivité Medicen Paris Région. Sa dernière convention a eu lieu à la Cité internationale universitaire de Paris (14 e ) : un moyen de plus de créer du lien. h Bonus : intégralité du portrait d emmanuel Canet. le jeu ESt SOn MétIER le MédECIn fédère les énergies thierry perreau 43 ans h Quand Thierry Perreau jouait sur sa console Atari il y a trente ans, il apprenait un métier sans le savoir. Aujourd hui, il est directeur de création chez Neko Entertainment, à Montreuil (93) : l une des 130 entreprises franciliennes de ce secteur à la pointe de l innovation et de la création d emploi. h Bonus : reportage vidéo chez neko entertainment.

6 6 CUltURE, MédIAS en DIreCT DU CONseIL régional Chaque année, la Région apporte son soutien à près de 65 manifestations culturelles ou d art plastique, à 10 structures de promotion d art contemporain, à plus de 20 événements littéraires, à une quarantaine de résidences d écrivains, à 36 festivals de cinéma et à une soixantaine de productions. Cette implication dans le champ culturel est désormais renforcée avec le service patrimoines et inventaire. Sa mission : étudier et valoriser les richesses innombrables du territoire francilien. FrANCk FerVILLe/AgeNCe VU avec Les manouches tony GatliF 62 ans la cinquième édition du festival cinébanlieue de saint-denis (93) a proposé un panorama de f ilms sur les roms en novembre. portrait de son parrain, tony Gatlif. NOmADe h «Lorsque, il y a 33 ans, j ai réalisé mon premier film, Les Princes, tourné entre Stains et Saint-Denis, la banlieue, c était des petits pavillons, des ruelles. À l époque, il y avait des cités de transit où les manouches côtoyaient la population africaine et maghrébine. Ils vivaient tous ensemble», se souvient le cinéaste Tony Gatlif, fils d une mère gitane et d un père kabyle, devenu le chantre de l âme tsigane. Pour l auteur de Latcho Drom, le parrainage du festival CinéBanlieue de Saint-Denis, soutenu par le conseil régional, était l occasion de renouer avec un certain regard plus artistique et constructif sur la banlieue. Mélancolie culturelle Au cours de cette cinquième édition, une série de films de Tony Gatlif sur les Roms a été présentée : Gadjo Dilo, Les Princes et aussi Liberté, qui parle de l internement des Tsiganes dans des camps de concentration en Longtemps gardée sous silence en France et en Europe, cette histoire se devait «d entrer dans les livres scolaires. Il faut que les enfants apprennent que les Tsiganes ont été persécutés au même titre que les Juifs, les communistes ou les homosexuels.» Dans ses films, le ton n est jamais accusateur. Il reste positif et cherche à faire connaître le monde On oublie que les manouches sont des citoyens français depuis des générations. hélène Vincent I 67 ans l AppétIt vient En lisant manouche au monde sédentaire. Il rappelle que les manouches sont des citoyens français depuis des générations. La plupart sont sédentaires et vivent à la périphérie des villes. «Seulement 10 % de la population manouche voyage par mélancolie culturelle de ses ancêtres», analyse Tony Gatlif. «On traverse un moment difficile en Europe. Certains font l amalgame entre les délinquants et les gens du version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... voyage. Pour ma part, je continuerai à parler des manouches avec le même langage, en toute liberté.» IsABeLLe CHOUFFeT FesTIVAL gourmand h Après avoir redonné vie à Alexandra David-Neel au théâtre, la comédienne Hélène Vincent s empare de la nouvelle de Karen Blixen, Le Festin de Babette. La lecture, programmée par le festival d Île-de-France, a eu lieu à l abbaye Port-Royal des Champs (78). Hélène Vincent savoure ce conte, «un texte mystérieux, plein de pudeur». Son œil pétille quand elle évoque «ces gens qui ne bougent pas», cette communauté austère dont le quotidien sera bouleversé par l art de Babette. «Sommes-nous encore capables d être surpris par l art? se demande-t-elle. Nous vivons une période de grande frilosité, avec un manque d amour, un manque d appétit.» Alors Hélène Vincent nous ouvre de nouveaux horizons et nous régale. h Bonus : reportage à l'abbaye Port-Royal des Champs lors du festival d'île-de-france. DAVID sauveur/agence VU AngE-gARdIEn des CAtHédRAlES barbara Donné-Donati 41 ans h Opération réussie! Après un an de travail, Barbara Donné-Donati, spécialiste de la restauration de sculptures, dont l atelier se trouve à Malakoff (92), a rendu à l «Ecce Homo» de la cathédrale de Meaux sa polychromie originelle, hier cachée par une peinture blanche. Une nouvelle page de l histoire du monument, contée dans le DVD édité grâce au conseil régional. h Bonus : visite virtuelle de la cathédrale de meaux. l œil du bal Diane DuFour 43 ans h Pendant six ans, elle a dirigé la prestigieuse agence Magnum Photos. Mais, en 2008, Diane Dufour a décidé de quitter le monde des professionnels et de la presse pour affronter un nouveau défi : le public. Désormais directrice de l association des amis de Magnum, elle vient d inaugurer, près de la place de Clichy, à Paris, le BAL : un lieu d exposition et de réflexion dédié à l image documentaire. Le projet comprend également un volet pédagogique extra-muros qui a déjà pris corps grâce au soutien de la Région. «Mon Œil!» : ainsi se nomme ce programme FrANCk FerVILLe/AgeNCe VU d éducation à l image déjà dispensé à près de lycéens depuis trois ans. Comment comprendre une image, l analyser, la décoder? Voilà ce qu enseigne cette véritable école du regard. h Bonus : reportage sur l ouverture du BaL, à Paris. IndépEndAnt, littéralement pascal thuot 40 ans h Pascal Thuot, directeur de la librairie Millepages, à Vincennes (94), aime autant les auteurs que les lecteurs. Disponible, passionné, humble, il a en charge les rayons littérature française et sciences humaines. «Les premières qualités du libraire sont l accueil et l écoute : tous les lecteurs n ont pas besoin de conseils, mais ils sont tous intéressants.» Fier d avoir flairé des auteurs en devenir, Pascal Thuot s est impliqué dans la création du réseau Libr Est, qui regroupe 9 librairies de l Est francilien et propose même des livraisons de livres à vélo! h Bonus : interview du directeur du motif sur l'allègement d'impôt accordé aux libraires indépendants.

7 CUltURE, MédIAS 7 IsABeLLe eshraghi/agence VU De gauche à droite et de haut en bas : Arnaud Roulin (clavier), Mark Kerr (batterie), Maxime Delpierre (guitare) et Sir Alice (chant). d UnE banlieue À l AUtRE quand on s est rencontrés, on a découvert qu on avait cette culture commune : le rock. emmanuel schafroth / AgeNCe galilée sedef ecer 45 ans ÉCHANges h Vivre en banlieue, c est quoi? Née en Turquie, française d adoption, Sedef Ecer pose la même question à ses deux pays. Tour à tour romancière, scénariste, dramaturge, cette écrivaine pousse l éclectisme jusqu à délaisser, en 2007, sa langue natale, pour rédiger sa première œuvre en français. En résidence à La Courneuve (93) jusqu en juillet 2010, elle récidive avec une nouvelle pièce intitulée À la périphérie : l histoire de banlieusards d Istanbul arrivant à Paris et qui y découvrent la réalité de sa périphérie. Sedef Ecer a aussi travaillé avec des lycéens courneuviens sur la réalisation d un film. h Bonus : intégralité du portrait de sedef ecer. UnE femme AU MICRO Une voix, Un son, Un groupe sir alice I 29 ans MaxiMe Delpierre I 35 ans arnaud roulin I 31 ans MarK Kerr I 40 ans un travail en résidence à saint-ouen (93), une prestation remarquée à saintcloud (92) et un album dans les tuyaux : le groupe francilien Viva & the Diva donne de la voix. TALeNTs h Un rock rugueux et mélodique, une chanteuse charismatique à la voix androgyne, une guitare puissante aux accords ciselés, un public gagné par une énergie incontrôlable Le groupe Viva & The Diva a assuré un set remarqué aux Avant Seine Ce dispositif de découverte de talents, créé au sein du festival Rock en Seine, a déjà permis de révéler aux festivaliers Hushpuppies (2005), Hey hey my my (2007) ou encore Hindi Zahra et Gush (2009). Tout juste sortis de scène, Sir Alice (chant), Maxime Delpierre (guitare), Arnaud Roulin (clavier) et Mark Kerr (batterie) s installent au soleil. «On a joué simple, soudé, comme le vrai groupe qu on est», commente Alice. Dans ce «vrai groupe», le travail s organise naturellement : à Alice et Mark, «qui chante de plus en plus souvent», l écriture des textes ; Maxime et Arnaud composent la musique dans une démarche très fraternelle! Chacun soumet son travail aux autres, apportant ses influences, du hip-hop à Britney Spears pour Alice, du jazz via Arnaud, mais surtout du rock! «Quand on s est rencontrés, on a découvert qu on avait cette culture commune et on a eu l impression de se connaître depuis longtemps», raconte Maxime. En résidence à Saint-Ouen Guitariste et claviériste sont amis depuis leur adolescence nantaise, ils connaissaient Mark, ancien batteur des Rita Mitsouko, et avaient entendu parler de Sir Alice, «cette bête de scène». Pourtant, leur rencontre musicale relève presque SOUtIEn AUx festivals La Région soutient Rock en seine (92), mais aussi solidays, (75), africolor (93), Furia sound Festival (95), mozaïk (78), son d hiver (94) du hasard : formé dans le cadre d une carte blanche au groupe américain Sonic Youth en 2007 pour Jazz à la Villette, le quatuor de Viva & The Diva a voulu aller plus loin. «Notre première fois, c était très fort», se souvient Alice, «notre son a tout de suite été beau» Un son qu ils ont savamment cultivé, notamment grâce à une résidence à Mains d œuvres, lieu de création à Saint-Ouen (93) : «j ai travaillé pour rendre ma guitare plus incisive, on a accentué le côté androgyne de la voix d Alice et développé le son tribal de la batterie», explique Maxime. En attendant le premier album de Viva & the Diva, en cours de préparation : vivaandthediva. julie VÉDIe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers michaël zumstein/agence VU saadia arejdal 45 ans CITOyeNNeTÉ h «Petite, je rêvais d être journaliste» Saadia Arejdal est depuis un an présidente d une radio. LFM, c est son bébé : féministe, impliquée dans la vie associative, elle imagine avec des amis une radio citoyenne pour les femmes de son quartier, le Val-Fourré, à Mantes-la- Jolie (78). «Les femmes n ont pas assez la parole dans les banlieues, alors qu elles sont sur tous les fronts.» Saadia, également animatrice en centre de loisirs, a créé des ateliers pour sensibiliser les enfants à l information. Et rêve qu un jour LFM donne naissance à LTV h Bonus : reportage vidéo à LFm-radio.

8 8 écologie, CAdRE de vie en DIreCT DU CONseIL régional Forêts, espaces naturels ou agricoles représentent plus de 80 % de l espace francilien, qui n accueille pas moins de 4 parcs naturels régionaux mais aussi hectares de plans d eau. La croissance urbaine doit apprendre à cohabiter avec l environnement. En pilotant les réserves naturelles régionales, en encourageant des modèles de développement plus responsables, en agissant pour préserver la biodiversité, l écorégion Île-de-France veut devenir un modèle pour tous. EllE va faire du bruit FannY MietlicKi 38 ans environnement h ingénieure en physique-chimie, Fanny Mietlicki ne se voyait pas chercheuse. Une formation complémentaire en ingénierie de l environnement lui a permis de trouver sa voie. Pendant dix ans, elle s est attachée à prévoir la qualité de l air respiré par les Franciliens au sein d Airparif. Mais, depuis 2005, sa préoccupation, c est le bruit. Cette jeune femme fonceuse dirige l association Bruitparif, née à l initiative de la Région. Sa mission : documenter de manière objective les nuisances sonores en Île-de-France, mais aussi accompagner les plans antibruit et informer le grand public. h Bonus : intégralité du portrait de Fanny mietlicki. objectif TeRRe jean-françois HeNNION/AgeNCe galilée Un «dircab» À l EAU GuY FraDin 60 ans ÉCOsTATION h il n a pas fait l école des eaux et forêts en vain. Guy Fradin débute comme forestier puis entre au ministère de l Agriculture. En 2004, sa brève carrière de «dircab» ministériel tombe à l eau. Et lui aussi! Depuis, il dirige, à Nanterre (92), l Agence de l eau Seine-Normandie, qui finance l amélioration des ressources aquatiques. Aux côtés de la Région, il œuvre pour que les stations d épuration limitent leur empreinte écologique. Et pour qu elles méritent ainsi le qualificatif d «écostations». h Bonus : article sur le contrat de bassin de l Yerres et du Réveillon. fermier du futur olivier lapierre 57 ans ÉNergIe h ancien élève devenu enseignant-chercheur à l école agroparistech à thiverval-grignon (78), il forme des ingénieurs agronomes. En 2005, il lance le projet «Grignon énergie positive», visant à afficher un bilan carbone neutre à l échelle de la ferme modèle de l école. La première phase a permis d optimiser la production pour consommer moins d énergie. En 2012, la ferme de Grignon en produira deux fois plus qu elle n en consomme grâce à son unité de production de biogaz, capable de traiter tonnes de déchets organiques par an. h Bonus : intégralité du portrait d olivier Lapierre. CLAUDINe DOUry/AgeNCe VU arnaud rousseau 36 ans anne boutin 37 ans Dans le nord de la seine-et-marne, arnaud rousseau cultive la terre. anne boutin, elle, aide les agriculteurs à ménager la terre. les diagnostics agroenvironnementaux géographiques (DaeG) permettent de concilier ces deux objectifs. la démarche se veut constructive. responsable h Depuis six générations, les Rousseau cultivent la terre, à Trocy-en-Multien (77). Blé, betteraves sucrières, maïs, colza, pois de conserve, féveroles et chanvre prospèrent sur les 285 hectares qui entourent la ferme. Fier de cet héritage, Arnaud Rousseau se tourne vers l avenir. «Je suis plus sensible aux problématiques environnementales», prévient-il, tout en assumant pleinement sa mission de producteur : «Ma terre, c est ma richesse. Si je la flingue, je tue mon métier.» Ce discours plaît à Anne Boutin. Chargée d études démarches qualité à la chambre d agriculture de Seine-et-Marne, elle sillonne le nord du département autour de ses bureaux de Meaux. Depuis plus de deux ans, elle a pris son bâton de pèlerin pour inciter les agriculteurs, comme Arnaud Rousseau, à adhérer à une démarche originale, made in Seine-et-Marne : les diagnostics agroenvironnementaux géographiques. Sur le papier, le principe est simple : en cas Ma terre, c est ma richesse. Si je la flingue, je tue mon métier. d accord de l agriculteur, un technicien se rend sur l exploitation. Il accède au mémo cultures, il prend connaissance des analyses de terre. Ces éléments alimenteront un vrai travail scientifique qui permettra, in fine, d évaluer les risques de pollution dans chaque parcelle de l exploitation. Des clés pour avancer «À partir de ce constat, on se fixe des objectifs», explique Arnaud Rousseau, qui a suivi depuis une formation sur l épandage de produits phytosanitaires de bas volume. Il souhaite maintenant transformer une petite partie de son exploitation en espace d intérêt faunistique et floristique. En Seine-et-Marne, plus de 500 agriculteurs ont déjà adhéré à cette donnantdonnant en seine-etmarne, les diagnostics agroenvironnementaux sont désormais obligatoires pour percevoir certaines aides régionales. logique des diagnostics agroenvironnementaux, soutenue par la Région. Un vrai succès, selon Anne Boutin. «Nous avons rencontré très peu de réticences», explique-t-elle. «Avec ces diagnostics, nous ne sommes pas dans l antagonisme, confirme l exploitant. C est un outil qui n est pas conçu pour stigmatiser.» pierre CHApDeLAINe

9 écologie, CAdRE de vie 9 DAVID sauveur AgeNCe VU christine Fleuret 59 ans les amap, associations pour le maintien d une agriculture paysanne, séduisent de plus en plus les Franciliens. rencontre avec christine Fleuret, adhérente historique de l amap de pantin (93). petits producteurs h Christine Fleuret est une «amapienne» de la première heure. En 2004, elle adhère à l Amap du Petit Pantin, quelques mois après sa création. «C est exigeant! On signe un contrat, on s engage à assurer la distribution des légumes, à rendre visite à l agriculteur» Cette pétillante bibliothécaire reçoit chaque semaine, pour 17,50 euros, un panier de légumes bio de 5 de kg environ, cultivés par Franck, installé à égreville (77), «un héros» pour Christine. Les contraintes variété et quantité de légumes variables, elle les accepte, car l été, «le goût des légumes est incomparable». L Amap a également passé des contrats avec d autres La vérité est Dans Le PoTageR pour les citadins, l Amap, c est une façon de créer une ville différente. agriculteurs de Seine-et-Marne, pour des volailles, du fromage de chèvre et des œufs. «L Amap, ce n est pas que des légumes», insiste-t-elle, «ça représente un soutien solidaire à ces petits producteurs face aux grands distributeurs, mais aussi des liens avec les 50 autres adhérents. Pour les citadins, c est aussi une façon de créer une ville différente, en lien avec la nature.» De Pantin au Niger L Amap a même donné des idées à Christine : «Depuis, je cultive des légumes sur une parcelle prêtée par l association des murs à pêches, située à Montreuil en Seine-Saint- Denis (93). Et je vais bientôt monter une association pour aider un village d éleveurs du Niger à créer son propre potager.» julie VÉDIe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers écolo MAlgRé lui alain Julien-laFerrière 53 ans h Quand Alain Julien- Laferrière monte sur son toit, ce n est pas pour remplacer une tuile mais pour regarder fleurir ses œillets et croître son sedum. Depuis 2009, quinze variétés de plantes vivaces recouvrent sa toiture. «C est surtout pour mon plaisir», affirme ce pédiatre qui ne veut pas endosser le costume de l écologiste militant. Sur le toit de sa maison à Noisy-le-Roi (78), cohabitent pourtant déjà des panneaux solaires, un système de récupération d eau et, avoue-t-il dans un sourire, «prochainement quelques ruches». h Bonus : dossier sur les aides régionales pour l écoconstruction. UnE jurée éveillée carole solive 56 ans h Après des études de droit, Carole Solive a pris des chemins de traverse. En 1986, elle «monte» à Paris avec une poignée de journalistes et fonde une société de production, qui participera de près à l aventure Canal+. Depuis 2000, à la tête de sa société La Femme endormie, elle mène une carrière de productrice indépendante, orientée vers le film documentaire à dominante sociale. «Pas si loin de l environnement, à bien y réfléchir», estimet-elle. Sollicitée pour faire partie du jury du Festival international CLAUDINe DOUry/AgeNCe VU du film d environnement (Fife), elle répond présent. Ses critères d évaluation? «La force du sujet ne suffit pas. Il faut une qualité d image, des montages soignés. Un documentaire doit informer sans ennuyer.» h Bonus : palmarès de l édition 2010 du Festival international du film d environnement. RECyClER Et RéInSéRER christophe Depont 39 ans h Après 13 ans à la mission locale de Nanterre (92), Christophe Depont devient en 2009 le directeur d Aptima, association devenue entreprise d insertion, «un projet où je retrouve mes valeurs». Car Aptima n assure pas seulement à chaque salarié embauché un accompagnement individuel pour l aider à se restructurer socialement et professionnellement. Depuis 2007, Aptima gère également une recyclerie à Buchelay (78) : 14 salariés en insertion collectent les objets jetés comme déchets, les remettent en état et les revendent. «Les recycleries existent depuis longtemps dans le Nord-Pas-de-Calais, en Picardie ou encore au Québec», explique Christophe Depont, «mais en Île-de-France, il n en existe que trois.» Apti prix a ainsi collecté près de 200 tonnes de déchets (déchetteries, apports volontaires, etc.), créant plus de 30 emplois. Pour Christophe Depont, «la vente n est pas une fin en soi, c est la pédagogie qui prime». Apti prix souhaite ainsi mettre en place des ateliers pour sensibiliser à une consommation responsable. h Bonus : reportage vidéo sur la recyclerie apti prix. sophie ADrIANseN/AgeNCe galilée MARIAnnE des bois Marianne Fichet 35 ans h L amour de la nature a toujours guidé les pas de Marianne Fichet. Il y a deux ans, elle quitte sa Normandie pour rejoindre l Agence des espaces verts d Îlede-France. Diplômée en biologie, cette passionnée a choisi l éducation à ciel ouvert. Sa mission : faire découvrir aux Franciliens les merveilles naturelles de leur région. Venez faire une course d orientation sur la biodiversité du côté d Aubergenville (78), à la Plaine du bout du monde, venez vous initier au land art dans le domaine régional du Grand-Voyeux (77) ou observer les oiseaux dans celui du marais de Stors (95), avec la Ligue pour la protection des oiseaux. h Bonus : article sur les 10 réserves naturelles régionales. Un forestier En HERbE théo Morais 10 ans h Théo en connaît déjà un rayon sur la forêt : depuis le CP, il participe à l action «Forestiers Juniors» de l Agence des espaces verts d Îlede-France. Au menu : sorties dans le parc de la Poudrerie, en forêt de Bondy (93), et interventions sur l environnement en classe. De quoi ravir ce petit garçon, élu du conseil municipal des enfants de Vaujours (93), qui préfère les potagers et les parcs naturels aux terrains de foot. h Bonus : intégralité du portrait de Théo morais.

10 10 transports en DIreCT DU CONseIL régional Ah se déplacer en Île-de-France! Depuis 2006, la Région a pris en charge ce dossier, notamment au travers du Syndicat des transports d Île-de-France (Stif). La création ou le prolongement des lignes, la mise sur rails de nouveaux matériels roulants comme le Francilien, la rénovation des gares, le développement des plans de déplacements d entreprises sans oublier le renforcement de la sécurité dans les transports : des solutions concrètes voient le jour. FrANCk FerVILLe /AgeNCe VU Une RoUTe ToUTe TRaCée olivier quétard 27 ans le conseil régional aide les entreprises à mettre en place des plans de déplacements afin de limiter l usage de la voiture individuelle. olivier quétard mène ce combat dans l une des zones économiques les plus trépidantes de l Île-de-France : orly-rungis (94). DÉpLACemeNTs h Olivier Quétard a trouvé sa vocation : porter la bonne parole auprès des entreprises et des salariés répartis sur le territoire Orly-Rungis. Depuis juillet 2010, le jeune homme, qui a un double master en poche, est devenu le Monsieur transports de ce secteur économique vital, cherchant à développer toutes les solutions alternatives à la voiture individuelle. Heureusement, il ne part pas de rien : en 2003, l Association pour le développement économique du pôle Orly-Rungis (Ador) a élaboré un plan de déplacements interentreprises. «C était le plus important en France», explique-t-il en listant les leaders du secteur : une plate-forme aéroportuaire, un marché international de gros, une plate-forme logistique, deux gigantesques centres commerciaux En attendant le T7 Ce diagnostic, Olivier le garde précieusement à portée de main. Pour chaque recoin de «son» territoire, il identifie aussitôt le lieu de vie des salariés et le rapport de force entre les transports en commun et la voiture. À lui, maintenant, de jouer. Et d adapter son discours aux réalités du terrain. Ici, il plaide pour l autopartage ou le covoiturage. Là, il tente de mieux faire connaître l offre de bus. En attendant l arrivée du T7 en 2013, un tramway qui va révolutionner les déplacements dans ce territoire. Ailleurs, il vante les mérites de la marche à pied qui, si elle emprunte des circuits bien balisés, permet de récupérer rapidement un Michel GaillarD I 60 ans Et l HEUREUx garant ESt IsABeLLe eshraghi / AgeNCe VU Ici, sans piste cyclable, le vélo, ce n est pas simple, vu le nombre de poids lourds. RER. Ou se fait l avocat du vélo, tout en pondérant son discours : «Sans pistes cyclables, le vélo, ici, ce n est pas simple, vu le nombre de poids lourds.» Il lui faut aussi ferrailler sur le Net. Olivier Quétard traque les sites d entreprises ou de communes qui ne sont pas version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers à jour : un arrêt de bus mal positionné, une ligne oubliée, des horaires périmés Le diable se niche souvent dans les détails, et ces détails transforment très vite la vie d un usager en enfer. pierre CHApDeLAINe INDÉpeNDANCe h Cela fait deux fois que la commission nationale du débat public (CNDP) le nomme garant d une concertation recueillant les avis des Franciliens sur des projets de transports : pour le prolongement du T1 entre Noisy-le-Sec et Fontenay-sous-Bois en 2008, et pour la désaturation de la ligne 13 en Michel Gaillard le dit avec modestie : «La CNDP nomme une personne apte à la compréhension des enjeux techniques et sociaux d un projet.» Un devoir de neutralité et d indépendance qu il revendique. Diplômé de Supélec, Michel Gaillard a fait toute sa carrière au sein d EDF et GDF. Son rôle de garant lui laisse de bons souvenirs : «Pour la ligne 13, le débat a fait émerger des idées qui vont être étudiées : l idéal, pour un garant!» h Bonus : reportage sur la concertation arc express. LUC pointereau / AgeNCe galilée le dialogue ESt SA force Faïtia chéniguène 43 ans h C est en tant qu assistante marketing que Faïtia Chéniguène est entrée en 1994 dans le groupe de transport public Keolis : le prélude d un brillant parcours dans la fonction commerciale. Mais, aujourd hui, elle dirige une équipe de 71 médiateurs, contrôleurs et agents de sécurité œuvrant dans les 437 bus de la zone de Roissy (93). Il y a deux ans, elle est devenue responsable de la sécurité du réseau. Elle privilégie comme avant le dialogue et la pédagogie, avec une attention particulière à l évolution de ses collaborateurs. Sa mission est tout à la fois répressive et dissuasive : les caméras qui équipent les bus et la peur du gendarme sont aussi les bases d un travail de médiation serein et efficace. h Bonus : article sur la sécurisation des bus du réseau optile. la REInE de la petite REInE christine lambert 46 ans h Le vélo, c est son mode de déplacement quotidien. Christine Lambert préside l association Mieux se déplacer à BerTrAND Desprez/AgeNCe VU bicyclette (MDB) et milite pour accroître la place du vélo en ville. Avec le soutien de la Région, elle organise «La Convergence», manifestation qui a rassemblé cyclistes, en juin, pour une parade et un pique-nique géant au Champs-de-Mars, à Paris. Le vélo, c est pratique et c est festif. h Bonus : intégralité du portrait de Christine Lambert. pôle En vue Matthieu JouDinauD 36 ans h «C est difficile de venir chez vous.» Cette phrase, Matthieu Joudinaud, opticien à Choisy-le-Roi (94), l entend presque chaque jour. Depuis mars 2007, le centreville est en chantier : un pôle intermodal de transport s y construit. Passerelle et galerie marchande détruites, parvis aménagé devant la gare «Quand ils ont élargi l avenue Anatole- France, des tranchées découpaient le trottoir, avec du bruit, de la poussière» Pourtant, comme la plupart des commerçants du centre, Matthieu est persuadé que ces travaux sont indispensables. «Le plus dur est derrière nous», conclut-il avec philosophie. La fin des travaux est prévue pour mars h Bonus : intégralité du portrait de matthieu Joudinaud.

11 transports 11 aux CommanDes UnE COndUItE ExEMplAIRE IsABeLLe eshraghi AgeNCe VU cendrine Jeannot 37 ans première femme cadre traction sur le réseau de la banlieue nord, cendrine Jeannot forme ses collègues à la conduite du Francilien. VOyAge h «J étais étudiante en droit et en économie lorsque, à la faveur d un job de contractuelle à la SNCF, j ai découvert les métiers de la sécurité, se souvient Cendrine Jeannot, dont la silhouette élancée ne passe pas inaperçue. La conduite des trains m a passionnée.» Pour accéder à ce métier, elle doit mettre à jour ses connaissances en électricité et en électrotechnique puis s inscrire à des cours par correspondance au Cned. Elle se forme pendant un an et demi et la voilà partie pour transporter des milliers de personnes chaque jour depuis 8 ans : «Le train me touche. J ai toujours le même plaisir qu un enfant à prendre le train. C est le voyage, les paysages qui défilent, la découverte.» Passionnée et volontaire, Cendrine gravit les échelons et devient cadre traction sur toute la banlieue Paris-Nord. C est la seule quelle révolution dans notre métier! Aujourd hui, j ai réalisé mon rêve. femme dans la région à être un cadre issu de la conduite. «L une des raisons est l image persistante du conducteur un peu ours, solitaire. Autrefois, c était un métier physique mais, avec la modernisation du matériel et l évolution des transports, la gestion des voyageurs est devenue prioritaire. C est devenu un métier de contact.» Sur la ligne H Depuis l arrivée du Francilien, mis en service en décembre 2009 sur la ligne H Paris- Luzarches (95), Cendrine dispense ou anime des journées de formation à la conduite de ce matériel innovant. Pour le conducteur, l ergonomie dans la conduite du pupitre est remarquable, il dispose d écrans de contrôle tactile, de caméras de vidéosurveillance et d un dispositif lui permettant de réarmer à distance le signal d alarme. «Quelle révolution dans notre métier et pour les voyageurs, s exclame Cendrine. Aujourd hui, je peux dire que j ai réalisé mon rêve.» IsABeLLe CHOUFFeT h Bonus : toutes les vidéos sur le Francilien, sa construction, sa mise en service entre Paris et Luzarches. emmanuel schafroth / AgeNCe galilée LUC pointereau / AgeNCe galilée antonella pinna 55 ans h c est une pionnière! À l Institut Gustave- Roussy (94), où elle s occupe de la base de données des essais thérapeutiques, Antonella Pinna a été parmi les premières à s adonner au covoiturage. Depuis 2002, le centre anti-cancer incite ses salariés à cette pratique pour soulager son parking. Habitant Chevilly-Larue (94), Antonella amène ainsi au travail une collègue dont les enfants fréquentent la même école que les siens. Une «agréable compagnie» pour son trajet quotidien. Et, en plus, c est bon pour la planète! h Bonus : reportage sur le covoiturage et le dispositif Pro mobilité. tzen OU tu n l ES pas emmanuel bris 38 ans h Marre de la pub! Un jour, Emmanuel Bris a cessé de vanter les mérites du dernier déodorant. À l agence Quinte&Sens, ses talents de créatif servent des enjeux moins futiles, ceux de la mobilité urbaine. Il a dessiné le prototype «nature» du TZen, bus privilégiant le confort et la luminosité, lancé par le Syndicat des transports d Île-de- France (Stif). «Le TZen, c est à la fois un produit et un label de qualité», résume Emmanuel Bris. Première ligne prévue : Corbeil-Sénart, dans l Essonne, au printemps h Bonus : intégralité du portrait d emmanuel Bris. Desprez / AgeNCe VU La Dame DU Pam sylvie beck 59 ans Dans les hauts-de-seine, sylvie beck se déplace en pam, un service de minibus adaptés aux personnes à mobilité réduite. BOUger h «Aujourd hui, je me sens libre. C est très dur d être dépendant.» Sylvie Beck, aux yeux noisette pétillants, est une grand-mère comblée. Tous les mercredis, elle se rend chez sa fille pour s occuper de sa petite-fille, Léa, «son rayon de soleil». Malgré sa luxation des hanches, elle a retrouvé une liberté de déplacement grâce au réseau PAM (pour aider à la mobilité), mis en place en février dans les Hauts-de-Seine. «Mon mari était artisan-peintre et je faisais sa comptabilité. Aujourd hui, je dispose d une petite retraite : le IsABeLLe eshraghi / AgeNCe VU PAM est moins cher que le taxi, je paye 15 euros pour aller de Levallois-Perret à Viroflay et la voiture est aménagée. En taxi, la marche est trop haute.» Financé par la Région, le Syndicat des transports d Île-de-France et les départements concernés, ce dispositif s adresse aux personnes titulaires d une carte d invalidité présentant une incapacité supérieure à 80 %. Il garantit un transport porte à porte. Il suffit d appeler la centrale de réservation 24 heures avant le déplacement. PAM existe dans tous les départements, hormis le Val-d Oise. pascal Müh I 48 ans logisticien fluvial IsABeLLe CHOUFFeT version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers FreT h BSH électroménager, entreprise installée à Tournan-en-Brie (77), pratique le fret fluvial depuis 8 ans : des marchandises arrivent d Europe ou d Asie au Havre, puis remontent la Seine jusqu à Gennevilliers (92). «Une solution idéale, avec un coût inférieur à la route, un moyen de transport sûr», explique Pascal Müh, le responsable logistique. Pionnier du fret fluvial, il se sent parfois un peu seul : «Tout le monde veut s y mettre mais redoute le changement d organisation.» Tandis que ses marchandises transiteront bientôt par le nouveau port d évry (91), Pascal Müh a un autre rêve : le transport fluvial en aval pour que les produits partent directement de Tournan jusqu au centre de Paris, où ils seraient distribués grâce à des camions propres

12 12 logement, URbAnISME en DIreCT DU CONseIL régional Pour les Franciliens, trouver un logement adapté à leurs besoins et à leur budget est un vrai casse-tête. En une dizaine d années, la Région a consacré 1 milliard d euros d investissements à la question du logement. Elle s est même dotée d un établissement public foncier pour lutter contre la spéculation immobilière et encourager une reprise globale de la construction, notamment de logements sociaux. Un travail que la Région mène main dans la main avec les maires-bâtisseurs. Un pied dans 17 MètRES CARRéS romain planchez 21 ans h Se loger en région parisienne quand on est étudiant ou jeune actif relève souvent du casse-tête. Heureusement, Romain Planchez, originaire de Bordeaux, a pu bénéficier de l aide du centre de logement des jeunes travailleurs, étudiants et stagiaires (CLJT). Depuis un an, cet étudiant en alternance occupe une chambre de 17 m 2, dans un foyer de jeunes travailleurs à Suresnes (92), pour un loyer de 192 euros par mois. Il peut ainsi se consacrer sereinement à son objectif : devenir ingénieur motoriste sur les rallyes. h Bonus : reportage vidéo à la résidence de suresnes. Il InvEntE les quartiers du futur philippe Fabre 47 ans h Analyser la ville, comprendre ce qui marche ou pas! C était le principe de l université d été que Philippe Fabre suivit un jour à Sienne (Italie) au beau milieu de ses études. Aujourd hui, l architecte urbaniste de l agence Ama y songe encore, alors qu il doit créer un morceau de ville. «Les Docks de Ris», c est le nom du paolo VerzONe/AgeNCe VU nouvel écoquartier, soutenu par la Région, qui s élèvera à Ris- Orangis (91). «Il ne suffit pas d aligner des bâtiments à haute performance énergétique. Il faut une approche méthodique, créer un système cohérent», insiste-t-il. Et penser à l homme autant qu à l environnement. h Bonus : lauréats 2010 de l appel à projets. SA MétROpOlE SAnS pétrole clara reydet 24 ans h Les architectes du Grand Paris n ont pas le monopole de l audace. Cette année, les Ateliers de création urbaine ont invité de futurs urbanistes et architectes à plancher sur la ville et le commerce en Parmi eux, Clara Reydet. Avec six autres étudiants de Marne-la-Vallée (77), elle a revisité Clichy- Montfermeil (93) : un tramway, à vocation commerciale et culturelle, traverse la ville ; des commerces sont implantés à moins de 10 minutes des logements le tout, dans une société sans pétrole, mais avec des idées. h Bonus : intégralité du portrait de Clara Reydet. VIrgINIe De galzain/agence galilée EllE traque le SAtURnISME catherine peyr 49 ans h Après son diplôme d infirmière, Catherine Peyr rejoint l hôpital Avicenne, à Paris, puis le Centre de santé municipal d Aubervilliers (93). Depuis 1990, elle travaille au service hygiène pour la lutte contre le saturnisme, une priorité de la municipalité. Prélèvements sanguins sur les petits, visites de logements, contacts avec les propriétaires et suivi des familles font partie de son quotidien. Sa mission : «être au contact des autres, leur consacrer du temps.» h Bonus : article sur les aides régionales aux copropriétés. IndépEndAntE thérèse Dupont 92 ans h Thérèse Dupont a l esprit vif mais une santé précaire. Quitter son appartement du 17 e arrondissement de Paris pour une maison de retraite? Très peu pour elle! Via l association Le PariSolidaire, elle a rencontré Tanaz, une jeune étudiante. Elle l héberge gratuitement, bénéficiant ainsi d une compagnie rassurante. Mieux encore, une vraie complicité entre générations est née. h Bonus : intégralité du portrait de Thérèse Dupont. violette, à L aise Dans son Rez-De-JaRDin Violette lefort 51 ans la résidence des cressonnières à chelles (77) datait de avec l aide de la région, le quartier a été entièrement rénové, dans un souci de confort et d écologie. Violette lefort habite sur place depuis dix-huit ans. LOgemeNT social h «Quand j ai vu mon nouvel appartement la première fois, j ai été subjuguée!» Installée depuis octobre 2009 avec son concubin et ses deux filles dans un trois pièces de 61 m 2 en rez-de-jardin, Violette Lefort, résidente des Cressonnières à Chelles, ne boude pas son plaisir. «Tout est moderne, tout est neuf, donc tout est propre! Les pièces sont grandes» Habitant la résidence depuis 1992, Violette avait vu le quartier se dégrader. «Quand on nous a parlé des travaux, je me suis dit que je voulais être relogée aux Cressonnières, car ici on se connaît tous, les voisins de toutes les nationalités se côtoient et s apprécient, nos enfants ont grandi ensemble», explique Violette, avec sa gouaille francilienne. Nouveau visage Une large concertation est menée dans le quartier avec les habitants. Dix-huit mois de travaux sont nécessaires pour mener à bien ce gros chantier. Des espaces verts ont été créés, des immeubles construits, une partie de la barre d immeuble détruite «ça nous a fait drôle, d autant qu on vit juste en face, que ma fille y était presque née», raconte Violette. Pendant quelques mois, des artistes en résidence ont investi les vieux bâtiments. «C était super, on faisait des piqueniques dans l aire de jeux», s enthousiasme Violette. Au final, les locataires des 47 logements détruits ont été relogés sur place ou dans le parc de Marne et CLAUDINe DOUry / AgeNCe VU Aux Cressonnières, tout est moderne, tout est neuf, tout est propre. Chantereine Habitat. Les Cressonnières présentent un nouveau visage : façades ravalées, fenêtres remplacées. Les nouveaux immeubles ont obtenu la certification Qualitel THPE 2005, gage de performances acoustiques et thermiques et d économies de charges, grâce notamment aux panneaux photovoltaïques sur le toit et à des récupérateurs d eau. Un côté écologique qui séduit Violette. «Autant faire les choses bien jusqu au bout» lance-t-elle. julie VÉDIe

13 sport, loisirs, tourisme 13 en DIreCT DU CONseIL régional Les touristes du monde entier ne sont pas les seuls à plébisciter l Îlede-France : les Franciliens aiment toujours autant Paris, mais aussi Versailles, Fontainebleau, Milly-la-Forêt, Saint-Denis, Vincennes ou Auvers-sur-Oise. Un besoin d évasion que satisfont les douze bases de plein air et de loisirs de la Région. équitation, nautisme, VTT, il y en a pour tous les goûts. Et les plus sportifs peuvent bien sûr compter sur les nombreux équipements franciliens. la tête Et les jambes olivier place 45 ans DIrIgeANT h Être un entrepreneurmilitant! Libraire de profession et élu municipal à Créteil (94), Olivier Place est un fervent défenseur du sport et préside depuis 2004 la Ligue Île-de-France de badminton. En marge des championnats du monde 2010, il a organisé, avec le soutien de la Région et de l état, des initiations gratuites dans six bases de loisirs et deux parcs départementaux. Ce sont visiteurs qui en ont profité cet été. Un joli coup de pouce à ce sport en ascension. h Bonus : chiffres clés du badminton en Île-de-France. la vie À SEvRAn «C 2 la balle»! Daniel DeVille 48 ans maîtrise h «On dit aux gens de bouger au lieu de traîner», résume Daniel Deville. Avec son compère Rodolphe Gault, il a créé «C 2 la balle», une association privilégiant le loisir à la compétition. Située à Sevran (93), elle réunit une centaine d adhérents dans diverses activités. Mais l action de l association va au-delà. Grâce à elle, des jeunes peuvent suivre, notamment auprès de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), des formations d arbitre de football. Sept jeunes ont déjà bénéficié de cet enseignement : une bonne école pour la maîtrise de soi. h Bonus : intégralité du portrait de Daniel Deville. HEUREUx COMME Un poisson dans l EAU hamza DaKhlaoui 27 ans COLLeCTIF h À la piscine de saintcloud (92), on ne voit que lui. Il mesure un mètre 95 et pèse 95 kilos. Mais c est comme un gamin que Hamza Dakhlaoui exulte en présentant son nouveau lieu de travail, le sol antidérapant, les murs de bois rétifié, le système de déshumidification de l air. À Saint-Cloud, la piscine des Tourneroches rouvre après 14 mois de travaux aidés par la Région. Et son maître-nageur porte un regard de pro sur ses équipements dernier cri. En 2003, ce natif de Carthage (Tunisie) délaissait l exercice solitaire de la natation pour le water-polo, en équipe nationale puis en France. Son nouveau challenge est lui aussi un travail collectif : servir le public. h Bonus : reportage vidéo à saint-cloud. TanDem ComPLiCe FrANCk FerVILLe-AgeNCe VU De gauche à droite : Olivier Donval et son pilote John Saccomandi. olivier DonVal 31 ans John saccomandi 29 ans bénéficiant du soutien de la région en tant qu ambassadeurs du sport en Île-de-France, olivier Donval et John saccomandi s imposent sur route. les deux cyclistes déplorent le peu de cas que les médias font du handisport. CHAmpIONs h Olivier Donval est malentendant et déficient visuel. Et un grand champion. Depuis qu il a débuté en 2001 la compétition en tandem sur route, il collectionne médailles et titres. Aux Jeux de Pékin, il décroche le bronze avec son pilote, John Saccomandi. Entre les deux hommes, la complicité bat son plein : «quand nous échangeons entre nous durant une course, ce n est plus technique, c est purement tactique», résume John. De belles histoires humaines Ce chargé d affaires dans le secteur industriel est un fou du vélo. Sa carrière débute en Picardie, elle se poursuit en Île-de-France. Au hasard d une rencontre, il découvre le tandem. La Fédération handisport l appelle un jour : Olivier Donval cherche un pilote. Ce sera lui. «Nous roulons ensemble depuis 2007», explique Olivier, avant de lancer, dans un éclat de rire : «John, c est l attitré, l officiel!» Quand le handisport garde, en france, un aspect confidentiel. il court sur piste ou à l occasion de sorties sur les routes de la vallée de Chevreuse, Olivier change de partenaire. «Comme ça, je garde mon autonomie, je ne dépends pas de lui.» Si les deux hommes reconnaissent que leur aventure «suscite la curiosité et l admiration», ils portent un regard lucide sur le monde qui les entoure. «Les médias ne s intéressent pas à nous», déplore Olivier. «Le handisport garde, en France, un aspect confidentiel», renchérit John. «C est dommage. Souvent, ce sont de belles histoires humaines!», soupire Olivier. Cette belle histoire humaine va certainement faire des étincelles en 2011, avec un programme chargé : trois manches de coupe du monde, en Australie, en Espagne et au Canada, et les championnats du monde au Danemark. AMbASSAdEURS sont également ambassadeurs du sport francilien et de l olympisme : Lucie Decosse (judo), sophie de Ronchi (natation), myriam soumare (athlétisme), etc. Puis la préparation pour Londres Ambassadeurs du sport, John et Olivier vont régulièrement à la rencontre des lycéens. «L autre jour, un jeune me demandait si j aurais été aussi fort que Voeckler sans mon handicap.» Il lui a simplement répondu : «Serait-il aussi fort que moi avec une déficience visuelle?» pierre CHApDeLAINe

14 14 SpORt, loisirs, tourisme seine-et-marne TOUrIsme IsABeLLe eshraghi/agence VU lionel walker I 55 ans Et vogue le CHâtEAU DÉCOUVerTe FLUVIALe h Depuis 2004, Lionel Walker s efforce, en tant que président de Seine-et-Marne tourisme, de développer le tourisme fluvial. On lui doit notamment la création en 2009 de Châteaubus, une navette fluviale qui part de la gare de Melun (les samedis, dimanches et jours fériés d avril à octobre inclus) et dessert les châteaux de Vaux-le-Vicomte et de Blandy-les-Tours (77). à l origine de cette création soutenue par le conseil régional d Île-de- France, se trouve «la volonté de favoriser l accès de tous aux activités touristiques et de développer les modes de transport alternatifs», explique Lionel Walker. Il vogue aujourd hui vers d autres projets : «une offre écologique et durable de circuits en canoë-kayak pour mieux faire connaître la terre de la Bassée et du Montois.» elle veille sur Jean CoCTeaU pascale léautey 36 ans Directrice de la maison Jean-cocteau qui a ouvert ses portes au public en juin 2010 à Milly-la-Forêt, pascale léautey est à la tête d un monde de rêveries. poétique h À Milly-la-Forêt (91), la maison Jean-Cocteau est une œuvre en soi. On franchit la porte comme on traverse un miroir. Dans cet écrin, le visiteur croise alors Coco Chanel, Arthur Rubinstein, Nijinski, érik Satie, Marcel Proust, Joséphine Baker, Charlie Chaplin, Yul Brynner ou Paul éluard, mais aussi des esquisses de fresques imaginées pour la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, des photos de l artiste dans sa maison de Milly, où il passa les 17 dernières années de sa vie. Il y a aussi ces portraits, Cocteau vu par Marie Laurencin, par les visiteurs ne s attendent pas à découvrir une telle profusion d œuvres. Picasso, Man Ray, Warhol, Modigliani Sous le porche, une salle de projections présente des extraits de La Belle et la Bête, et des Enfants terribles Pascale Léautey est ici chez elle. Discrète, elle observe les visiteurs : «Beaucoup s attendent à découvrir une maison d écrivain. Mais pas à se retrouver face à une telle profusion d œuvres.» Rêveries et réalités La jeune femme a débuté sa carrière dans l ombre de Pierre Bergé, durant 13 ans. Son objectif : atteindre les entrées la première année. Cinq mois après l ouverture, le cap des est déjà franchi. De quoi impulser une vraie dynamique à Milly, l un des pôles de développement touristique de la Région Îlede-France. pierre CHApDeLAINe des bagages pour les jeunes stéphane Delpech 43 ans h Des avions qui partent à l heure, des touristes qui retrouvent leurs bagages et voyagent en sécurité, telles sont les missions d Alyzia à Roissy (93). Devenu directeur des ressources humaines de cette filiale d Aéroports de Paris, Stéphane Delpech a toutefois endossé d autres responsabilités. Avec des associations locales, il pilote des actions visant à informer, former et embaucher des jeunes issus des quartiers sensibles. Un travail d insertion qu il n envisageait sans doute pas quand il a débuté sa carrière à Toulouse quelque quinze ans plus tôt. h Bonus : intégralité du portrait de stéphane Delpech. dans les ARbRES sandra Mutti 38 ans h Au bout d un chemin de terre qui se perd dans la forêt de Fontainebleau se trouve une cabane ronde enroulée autour d un gros arbre. C est l Acousmahome, à Arbonne-la-Forêt (77). Elle trône dans le grand jardin de Sandra Mutti, face à un site naturel exceptionnel. Le doux rêve de créer un gîte perché dans un arbre est devenu un projet sérieux lorsque Sandra Mutti a appris que la Région subventionnait les hébergements insolites. Depuis le début de l année, elle accueille les amoureux de la nature et les amateurs d escalade CLAUDINe DOUry-AgeNCe VU dans un nid douillet qui culmine à cinq mètres de hauteur et permet de côtoyer les oiseaux et les écureuils dans un confort maximal. h Bonus : intégralité du portrait de sandra mutti. «COMME UnE balade EntRE AMIS» rachel samter 59 ans h «J adore marcher, et j adore ma ville!». Rachel Samter qui habite à Saint-Ouen (93) depuis près de 40 ans, avait le profil idéal pour devenir «greeter». Ce concept américain, qui propose aux touristes des visites d un quartier ou d une ville par un habitant bénévole, se développe en Seine-Saint-Denis. Rachel raconte des anecdotes sur l histoire de la commune, des quartiers, des maisons, mais aussi sur les entreprises ou les boutiques, à des touristes «venus chercher autre chose que le circuit touristique et voir comment vivent les gens». Du château à l église du vieux Saint- Ouen qui surplombe des vignes puis à la Seine, Rachel mène sa troupe, infatigable, plan de Saint-Ouen et fiches à la main. «Je parle de Saint-Ouen avec le cœur Les touristes le ressentent.» h Bonus : reportage vidéo sur Rachel samter à saint-ouen. la vie En bleu erwan le lay 40 ans h Erwan Le Lay hisse le pavillon bleu sur Jablines (77). Ce label vient récompenser la qualité de l eau et la beauté de cette base régionale de loisirs. Responsable de son centre nautique, Erwan Le Lay est titulaire d un brevet d état d éducateur sportif. Ce Breton d origine gérait auparavant l activité voile de compétition en Seineet-Marne pour les moins de quinze ans. Depuis qu il a accosté à Jablines, en 2001, sa passion pour le rôle d éducateur est restée intacte. Peuvent en témoigner les écoliers, lycéens et vacanciers qui se succèdent tout au long de l année. h Bonus : galerie photo sur les bases de loisirs régionales. le droit de S évader emmanuelle Després 33 ans h Tout le monde a droit à des vacances! C est le credo d Emmanuelle Després, animatrice du réseau Unat Île-de- France. La jeune femme pilote le dispositif régional permettant aux familles qui ne partent jamais en vacances de prendre un grand bol d air pendant une semaine. Son plus grand plaisir est de recevoir des témoignages comme celui de cette dame qui, revenant dans la région de son enfance, racontait, dans une lettre de trois pages, qu elle s était sentie comme «Alice au Pays des merveilles». h Bonus : vidéo sur les oubliés des vacances.

15 action sociale 15 en DIreCT DU CONseIL régional L Île-de-France, une région prospère mais où des inégalités profondes subsistent. Ainsi, 1 Francilien sur 10 vit avec moins de 748 euros par mois. Une pauvreté qui frappe surtout les familles monoparentales et les jeunes de moins de 20 ans. Mouvement associatif et collectivités locales œuvrent pour faire reculer ces exclusions. Exemples de cette solidarité quotidienne à Trappes, dans le 18 e arrondissement de Paris, à Villejuif et à Courcouronnes. Des initiatives soutenues par le conseil régional. pierre-olivier DessCHAmps / AgeNCe VU LUC pointereau / AgeNCe galilée dans UnE CRèCHE ExtRAORdInAIRE Floriane chazey 34 ans petite enfance h À la crèche des bambins de trappes (78), l accueil du handicap est unique. Floriane Chazey y reçoit à bras ouverts les enfants souffrant d un handicap ou de troubles du comportement. De 18 mois à six ans, ils trouvent là un lieu de socialisation unique et les mêmes activités d éveil que dans une crèche ordinaire. À la tête d une équipe «100 % diplômée», Floriane Chazey est la directrice du lieu depuis près de deux ans. éducatrice de formation, elle a enchaîné pendant dix ans hôpitaux, foyers d accueil et bureaux des juges pour enfants avant de se lancer dans cette nouvelle aventure. Une expérience parfois éprouvante, mais vraiment enrichissante. h Bonus : interview de Floriane Chazey. les outils législatifs existent, mais cela demande du professionnalisme. TRemPLin LogemenT et emploi TRemPLin JuDith skira 32 ans Violette Volson 24 ans présidente du comité d actions logement dans le 18 e arrondissement de paris, Judith skira peut désormais compter sur le travail de Violette Volson. cette juriste va coordonner les activités des bénévoles et donner à leur combat une dimension plus professionnelle. DrOIT AU LOgemeNT h Ses études auraient pu la propulser vers une carrière d avocate. Violette Volson a fait le choix de la vie associative. Depuis octobre, elle a pris ses quartiers rue de la Goutte d or, à Paris. C est là que se trouvent les locaux du comité d actions logement du 18 e arrondissement. À peine recrutée, cette jeune femme du Kremlin-Bicêtre (94) mesure l ampleur de la tâche. Elle suivra au quotidien les dossiers déposés par l association dans le cadre de la loi dite Dalo (*). «Sans la présence d un salarié, nous ne pourrions pas faire face», explique Judith Skira. À la tête de cette équipe d une dizaine de bénévoles, elle voit s accumuler les demandes de logements sociaux. Si les squats sont encore, pour cette militante, un outil pour dénoncer la vacance de certains logements, le combat se livre surtout sur le terrain juridique. «Sur l insalubrité, sur le droit au logement opposable, sur les marchands de sommeil, nous avons des outils législatifs, reconnaît Judith. Mais cela demande beaucoup de temps et de professionnalisme. Il faut accueillir les demandeurs, prendre des contacts avec la mairie, suivre les dossiers auprès des bailleurs sociaux, interpeller la préfecture quand un dossier, jugé prioritaire, n aboutit pas dans les délais fixés.» Au cœur de l action Recrutée grâce au dispositif emplois tremplin créé par la Région, Violette Volson consacrera désormais ses journées de travail à cette cause qui la version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers De gauche à droite : Judith Skira et Violette Volson. passionne : «J ai l impression de vivre une aventure professionnelle épanouissante. Ici, on est au cœur de l action.» pierre CHApDeLAINe (*)Loi n du 5 mars 2007 sur le droit au logement opposable. l étudiant passe-muraille MaxiMe Gouache 24 ans AIDe AUx DÉTeNUs h Faire tomber les clichés sur la prison, voilà le vœu de Maxime Gouache. Il préside le Groupement étudiant national d enseignement aux personnes incarcérées (Genepi), subventionné par la Région étudiants bénévoles proposent aux détenus du soutien scolaire ou des activités culturelles. «Nos ateliers se fondent sur le principe d une rencontre volontaire et d un échange», raconte Maxime, luimême familier du centre pour peines aménagées de Villejuif (94). Il se destine logiquement à une carrière d avocat pénaliste. h Bonus : intégralité du portrait de maxime gouache. sophie ADrIANseN/AgeNCe galilée VIrgINIe De galzain/agence galilée diététicienne pour le plaisir Monique cerisier 59 ans FAmILLes h Des ateliers pour bien manger. Monique Cerisier est diététicienne depuis 35 ans. Après 10 ans en milieu médical, elle choisit d agir au contact des enfants et des familles. Depuis 2000, à Courcouronnes (91), elle transmet les bases de l hygiène et de l équilibre alimentaires. «Bien manger, c est un plaisir!», précise-t-elle. Ainsi sont nées les «Rencontres partage autour de la table», pour enseigner aux habitants du quartier du Canal à concilier cuisine et santé. h Bonus : intégralité du portrait de monique Cerisier.

16 16 économie, travail, EMplOI en DIreCT DU CONseIL régional Avec des aides prévues à chaque étape de la vie des entreprises et des actions destinées à soutenir les salariés dans un univers professionnel parfois déshumanisant, la Région mise sur un développement économique durable. Ce soutien s amplifie au moment où entreprises et salariés subissent les conséquences de la crise financière. Ainsi la Région veut réorienter la croissance, accélérer les mutations écologiques des entreprises, accompagner l économie sociale et solidaire. LUC pointereau/agence galilée SAvOUREUSE EntREpRISE élicia limmois 25 ans h élicia Limmois est la fière patronne du traiteur La Bouchée créole. Son entreprise, elle l a créée il y a un an grâce au coup de pouce financier de l Association pour le droit à l initiative économique (Adie) et du conseil régional. En attendant d avoir son propre local, élicia est présente trois jours par semaine sur le marché de Clichy (92) et régale les amateurs de cuisine antillaise. h Bonus : reportage vidéo sur La Bouchée créole. UnE économie EnfIn HUMAInE DJaMila hichour 50 ans h La solidarité? Djamila Hichour est «tombée dedans petite comme Obélix dans le chaudron», plaisante-telle. Chargée de mission au Centre des jeunes, des dirigeants et des acteurs de l économie sociale (CJDES), à Paris, elle a participé à l élaboration d un outil d autodiagnostic de la diversité. Il permet aux entreprises d évaluer si elles ont des comportements discriminants. Courageuse, Djamila veut «replacer l homme au cœur du projet économique». h Bonus : intégralité du portrait de Djamila hichour. sophie ADrIANseN/AgeNCe galilée ExpERtE En MObIlISAtIOn Julie coudry 31 ans h Julie Coudry a une obsession : mobiliser les jeunes pour défendre leurs conditions d entrée dans la vie active. C était son credo en 2006 quand elle luttait contre le CPE à la tête de la Confédération étudiante. Aujourd hui elle s efforce, avec La Manu, de créer un pont entre les universités et les entreprises. Un combat qu elle poursuit également au sein du conseil économique et social régional d Île-de-France. h Bonus : vidéos du colloque «Jeunes : les raisons d avoir confiance» organisé par le CesR. l HôtEllERIE fait école JérôMe clinckx 47 ans h «On n a pas deux fois l opportunité de bâtir une école!» Ces mots, Jérôme Clinckx les avait en tête lorsqu il a pris ses fonctions de directeur de projets à la CCI de Versailles Vald Oise/Yvelines. Depuis deux ans, avec les entreprises, les enseignants et les apprentis, il s évertue à construire à Saint- Gratien (95) l école hôtelière idéale. Ouverture en h Bonus : article sur le futur CFa de saint-gratien. ouvrir ToUTes Les PoRTes DU monde DU TRavaiL michaël zumstein/agence VU des usines à gaz, j en connais des cargaisons! Moi, je suis une femme qui agit. DaMarYs Maa MarchanD 57 ans elle a quitté le cameroun à l âge de 18 ans pour vivre en France, d abord en normandie puis à bagneux (92). aujourd hui à la tête d une agence de communication, Damarys Maa Marchand se bat pour permettre aux femmes migrantes d accéder à l emploi. LUTTe h «Des boulots pour les femmes africaines, on en trouve dans les aides à la personne. C est normal. Nous, nous avons pris l habitude de garder nos personnes âgées. Nos aînés, ils vivent avec nous. Mais nous pouvons aussi accéder à d autres métiers» Damarys Maa Marchand veut ouvrir toutes les portes du monde professionnel aux femmes migrantes. «Mes copines françaises ont tracé le chemin. Nous, nous ne faisons qu emboîter le pas.» Être utile Ce combat, elle le livre notamment à Bagneux, où elle vit, ou à Arcueil (94), commune qui a accueilli Dulcie September, grande figure de la lutte contre l apartheid. «Au Cameroun, on parlait beaucoup de Mandela, on priait pour lui. Quand il est sorti de prison, je me suis dit que les luttes pouvaient bousculer l ordre des choses. Et qu il fallait agir, là où j étais.» Damarys lance sa propre agence de communication. «À partir de cette expérience, je me suis dit que je pouvais être utile.» Elle crée une association locale, puis deux, puis une fondation qui compte aujourd hui une trentaine de comités locaux. «Je n ai pas de combines. Mais j ai les textes, les circulaires. J essaie de donner la bonne information, celle qui permet de démarrer un projet ou de trouver des solutions si elles existent.» Son énergie reste intacte. Une flamme traverse son regard quand on évoque les organismes où elle a essayé de faire entendre la voix de ces femmes sans voix. «Ah, c est sûr, des usines à gaz, j en connais des cargaisons! On vous balance des statistiques. Je ne suis pas une statisticienne. Je suis une femme qui agit. C est tout.» pierre CHApDeLAINe

17 économie, travail, EMplOI 17 IsABeLLe eshraghi AgeNCe VU PionnieR DU Bio et Des nouvelles TeChnos Michel Denize 42 ans Michel Denize, agriculteur céréalier à Maisse (91), est l un des pionniers de l agriculture biologique en Île-de-France. histoire d une conversion réussie. BerTrAND Desprez/AgeNCe VU BIO h Chez les Denize, on est agriculteurs de père en fils depuis C est donc sans se poser de questions que Michel Denize s installe, en 1989, sur l exploitation familiale, à Maisse, dans le parc naturel régional du Gâtinais. En s intéressant au contenu des produits phytosanitaires qu il utilise pour traiter ses champs, il prend conscience progressivement de leur toxicité. Et lorsque sa femme commence à cuisiner bio, il réalise qu il ne peut pas vendre des produits qu il ne consomme plus. En deux ans, les 200 hectares de l exploitation sont convertis en grandes cultures bio. «Il a fallu réapprendre mon métier. Dans l agriculture conventionnelle, la terre est considérée comme un support inerte, alors que c est un lieu complexe et vivant.» Aujourd hui, Michel n utilise plus de produits chimiques, ce qui permet de préserver la biodiversité. Une dizaine d hectares de l exploitation est réservée à l élevage de l œdicnème criard, une espèce d oiseau rare et protégée. «C est le poumon vert de la ferme, qui nous alimente en biodiversité.» Caméra et GPS Des subventions, dont l aide régionale, lui permettent d investir dans du matériel performant : une bineuse guidée par caméra, un tracteur équipé de GPS et des silos de stockage entièrement automatisés. Ces outils lui garantissent une bonne productivité. «Je suis un rebelle de l agriculture, mais je suis en accord avec mes idées.» IsABeLLe CHOUFFeT version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... anne-laure GuinarD I 48 ans En ROUtE pour l EMplOI AUTONOmIe h Anne-Laure Guinard a déjà vécu douze vies professionnelles! Conseillère à la mission locale de Versailles (78), elle aide des jeunes en insertion à trouver une formation ou un emploi. «Bien sûr, il y a des désillusions. Des jeunes ne saisissent pas la perche tendue. Mais les motifs de satisfaction sont plus nombreux : un jeune qu on suit depuis trois ans vient de trouver un emploi!» Pour certains d entre eux, avoir le permis de conduire est indispensable pour une formation ou un emploi. L aide régionale personnalisée au permis de conduire viendra s ajouter aux dispositifs existants. Une mesure saluée par Anne- Laure Guinard : «Nous avons répondu à l appel à projets de la Région et déposé vingt demandes.» Un COMMERçAnt bien IntégRé éric DeManGe 43 ans h éric Demange peut enfin consacrer toute son énergie à son commerce. Avec son épouse, il gère le supermarché du centre commercial des Merisiers, à Mantesla-Ville (78). Les travaux de réhabilitation cofinancés par la Région sont désormais finis. Acteur de la vie locale, il sponsorise des tournois sportifs, recrute ses apprentis dans le voisinage et accueille une clientèle «de tous milieux». «Nous sommes bien intégrés dans le quartier», résume-t-il. Même si le métier est souvent rude! h Bonus : intégralité du portrait d éric Demange. ApRèS HAnOI, paris Valérie cordier 32 ans h Grâce à Mobil Asie, Valérie Cordier a découvert un pays, un métier et une ambition. Son stage de 6 mois au Vietnam obtenu via ce partenariat entre l Île-de-France et Hanoi s est transformé en une expérience professionnelle de 7 ans. Costumière de formation, elle a ainsi appris le design de sacs à main, loin des cercles parisiens de la mode. La voici de retour à Paris avec la ferme intention de lancer sa propre griffe. Et, pourquoi pas, de conquérir le marché asiatique qu elle connaît bien. h Bonus : intégralité du portrait de valérie Cordier. paolo VerzONe/AgeNCe VU «J ai gagné en assurance» nora cornuet 42 ans nora cornuet travaille dans un cabinet d assurances. elle s interrogeait sur son avenir professionnel : un bilan de compétences lui a permis de faire le point. COmpÉTeNCes h «J ai gagné en assurance», lance-t-elle. Pourtant, il y a quelques mois, Nora Cornuet voulait faire une croix sur le monde des assurances, dans lequel elle travaille depuis 17 ans. Son parcours ressemble à celui de milliers de salariés. Elle débute sa carrière dans la formation. «Je devais accueillir des jeunes en recherche d emploi, les orienter.» Le contrat est à durée déterminée. Le premier d une longue série. Finalement, en 1993, elle est embauchée dans le cabinet d un courtier. «J y suis restée 13 ans.» Une expérience épanouissante. Jusqu au jour où le courtier décide de vendre sa clientèle pour aller vivre en Afrique. «J ai été vendue avec le portefeuille de clients», ditelle. Nora découvre un nouvel environnement de travail. Mais quelques années plus tard, elle ressent le besoin de se poser. En juin 2010, elle décide de réaliser un bilan de compétences. Les yeux ouverts Secrètement, elle voudrait revenir à ses premiers amours, l action sociale et la profession de déléguée à la tutelle. Des métiers souvent bien mal rémunérés. «Le bilan m a ouvert les yeux» estimet-elle. Ce travail mené avec un conseiller du CIBC de Torcy (77), Nora en parle avec une sincérité absolue. «Ce n est pas simple de parler de son métier, de son salaire, de ses crédits. Il a fallu que je teste plusieurs organismes avant d arrêter mon choix. Aujourd hui, je sais ce qu il est possible de faire.» pierre CHApDeLAINe

18 18 économie, travail, EMplOI ma PeTiTe entreprise Sans l aide du conseil régional, je ne sais pas comment nous aurions pu conserver ce niveau d exigence. FréDéric robin 35 ans À Guyancourt, une petite entreprise connaît la crise et se bat pour en sortir. l un des associés de D-trois, Frédéric robin, entrouvre les portes de cette pme leader du design automobile. restructuration h Il prend la pause dans le siège carbone que Patrick Jouin a dessiné pour le restaurant d Alain Ducasse. À Guyancourt (78), Frédéric Robin est l un des trois dirigeants de l entreprise D-Trois, une société qui s est spécialisée dans la conception et la réalisation de l objet unique. Un savoir-faire sur lequel il communique peu «Nos clients n aiment pas forcément ça», prévient-il. La visite de l entreprise prend des allures de jeu labyrinthique. Des cloisons partout, des portes opaques un univers de m 2 où le secret s impose. Il est vrai qu ici, il prend une dimension toute particulière, notamment pour ces géants de l automobile qui confient à D-Trois la construction de leurs prochains prototypes qui seront dévoilés à Genève, Paris ou Francfort. Dans la tourmente Malgré cette compétence reconnue, D-Trois a bien failli disparaître. «Quand nous avons racheté l entreprise à l automne 2008, avec Jean-Marie Andrée et Hermidas Atabeyki, nous savions parfaitement qu elle perdait de l argent depuis 2002 et que cela serait difficile», rappelle Frédéric Robin. À l époque, D-Trois fait partie du groupe Pininfarina. Mais ce que les trois hommes n avaient pas prévu, c est que ce rachat allait intervenir au moment où, de l autre côté de l Atlantique, la banque d investissements Lehman Brothers faisait faillite. Une faillite qui allait être à l origine d une crise financière, économique et sociale mondiale. Parmi les premiers secteurs touchés, l automobile. «Durant presque deux ans, nous avons dû nous passer de la clientèle internationale.» Nouveau départ Les gérants sont contraints d annoncer des décisions difficiles et le départ du site de Courbevoie «extrêmement cher». Un an après leur arrivée à la tête de D-Trois, ils voient la société placée sous une clause de sauvegarde. Une aide régionale accordée aux entreprises en difficulté pour accompagner leur projet de restructuration offre une bouffée d oxygène. «Sans ce soutien, je ne sais pas comment nous aurions fait. Il fallait conserver ce niveau d exigence pour la confidentialité de nos travaux. Cela passe par des investissements importants, des barrières informatiques, des systèmes d alarme complexes.» D-Trois repart de l avant. La clause de sauvegarde a été levée. «L aide régionale n est pas étrangère à cette décision», estime Frédéric Robin. pierre CHApDeLAINe version InteRaCtIve Tous les bonus sur la version interactive du journal : vidéos, diaporamas, dossiers... michaël zumstein/agence VU LUC pointereau / AgeNCe galilée emmanuel schafroth / AgeNCe galilée EllE MEt SA garde- RObE SUR le web MerYl Job 30 ans INCUBATeUr h Meryl Job est une pionnière. Après un mastère en marketing et une expérience dans les cosmétiques et le luxe, elle voulait tenter sa chance sur le Web. Elle souhaitait aussi délester sa garde-robe surchargée de quelques vêtements achetés un peu vite lors de ventes privées. Vous ne voyez pas le rapport entre ces deux envies? Meryl Job l a vu. Elle a créé le site Internet videdressing.com, spécialisé dans la vente de vêtements entre particuliers. De l idée à la réalisation, 18 mois se sont écoulés. Dans l intervalle, sa route a croisé celle de Paris Pionnières, un incubateur qui héberge et accompagne les femmes entrepreneuses. Elle y a trouvé des locaux et des conseils sur mesure. h Bonus : article sur l aventure Paris Pionnières. le père de la SMERA Daniel Moulène 62 ans ÉLeCTrIqUe h la route du succès s ouvre à lui. Ingénieur en travaux publics de formation, Daniel Moulène a débuté sa carrière dans l automobile avant de diriger plusieurs sociétés, dont Environnement SA, spécialisée dans la mesure de la qualité de l air et de l eau. Réconcilier l auto et l environnement, c est justement ce qu il fait depuis 2006 à la tête de Lumeneo. Il a lancé l entreprise avec son fils, également ingénieur et ancien du centre de style de Peugeot. Leur projet prend forme dans la Smera, véhicule électrique deux places alliant l agilité d un scooter au confort d une voiture. Grâce à ce concept innovant, Lumeneo a bénéficié d un financement de euros dans le cadre du dispositif régional PM up, qui accompagne les PME franciliennes à fort potentiel. h Bonus : vidéo sur la smera. tête de RéSEAU stéphanie savel 44 ans AVIs AUx CrÉATeUrs h le développement durable, c est son dada. Début 2009, Stéphanie Savel envisage de se lancer dans ce segment porteur. Mais cette diplômée de Sciences Po n a pas le profil de l ingénieur! Et surtout, elle doit déjà gérer sa société de conseil, ASG, lancée il y a 15 ans. Le compromis, elle le trouve en rejoignant l association de «business angels» DDIDF (Développement durable Île-de-France). Celle-ci rassemble 35 investisseurs qui accompagnent des jeunes entreprises œuvrant dans les énergies renouvelables, la réduction des déchets Désormais, Stéphanie Savel préside l association et compte faire doubler le nombre d adhérents d ici à trois ans. Histoire de se lancer dans un nouveau défi. h Bonus : vidéo sur le plan Priorité Pme.

19 santé 19 en DIreCT DU CONseIL régional À votre santé! En 2010, le conseil régional a créé un pass contraception pour les lycéens et les jeunes inscrits dans les centres de formation d apprentis (CFA) et les centres de formation sanitaire et sociale. Autre mesure concrète : l instauration d une aide à l acquisition d une complémentaire santé pour les étudiants âgés de 18 à 26 ans. La Région entend ainsi favoriser l accès aux soins dans tout le territoire francilien. paolo VerzONe/AgeNCe VU «soigner avant ToUT» Florian laurent 30 ans À tremblay-en-france (93), Florian laurent exerce sa profession de chirurgien-dentiste dans le pôle municipal de santé, au contact d une population confrontée aux difficultés sociales. ACCès AUx soins h Le pôle municipal de santé de Tremblay-en-France est au cœur de la ville, là où vivent plus de personnes, là où se concentrent les difficultés sociales, et où des initiatives voient le jour. Florian Laurent travaille ici. C est un choix. Concilier vie professionnelle et engagement citoyen, voilà ce qui a décidé le jeune dentiste à s installer, après ses études, à Tremblay. «Beaucoup de soins dentaires sont mal remboursés. Et il n est pas rare de voir un patient y renoncer pour des raisons purement financières.» Le pôle de santé permet d offrir des soins moins coûteux. «Ici, nous ne sommes pas dans la logique d un cabinet libéral, un pôle municipal de santé n est pas une entreprise, il n a pas été conçu dans un but lucratif.» Un pôle municipal de santé n est pas une entreprise. Il n a pas été conçu dans un but lucratif. Un fonctionnement qui lui offre une satisfaction évidente : «On voit que certains patients n auraient pas accès aux soins si ce lieu n existait pas à Tremblay.» Avec le sentiment de «remplir une vraie mission de service public», Florian Laurent reconnaît que les besoins restent immenses : «Nous travaillons à flux tendus. Il manque encore du personnel.» Installation toute neuve Depuis peu, le cabinet dentaire a renouvelé toute son installation de stérilisation. L investissement a reçu l aide du conseil régional. «Quand on vient se faire soigner une dent, il faut que ce soit dans des conditions d hygiène irréprochables», martèle le professionnel. D autant que les patients viennent rarement au centre de santé pour un détartrage de routine. «On le voit dès les premières visites pour les enfants de 6 ans. Généralement, ce sont des rendez-vous consacrés à la prévention. Ici, trop souvent, certains enfants connaissent déjà de gros problèmes dentaires.» pierre CHApDeLAINe sophie ADrIANseN/AgeNCe galilée être AU COntACt des gens Denise lialy 35 ans h Son visage souriant affiche une belle sérénité. Aide-soignante fraîchement diplômée, Denise Lialy qui, deux ans plus tôt, gardait des enfants à domicile, a trouvé sa voie. À la résidence Jeanne-d Arc, établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) à Paris, elle s occupe de malades atteints d Alzheimer. Le fil conducteur de son parcours? Être au contact des gens. Lucide et décidée, elle veut aller plus loin dans cette direction. Elle «bûche» déjà pour le concours d infirmière qu elle tentera dans trois ans. h Bonus : article sur la réhabilitation de la résidence Jeanne-d arc. la kinésithérapie les yeux fermés FrancK brard 38 ans h Lorsque Franck Brard perd la vue il y a 15 ans, il est encore étudiant. Il enseignera en Espagne, où il découvre le massage. «Ce qui me motive, c est de comprendre ce qui se passe chez les autres pour pouvoir les aider», raconte-t-il. De retour en France, il contacte l association Paul- Guinot pour les aveugles et les malvoyants, à Villejuif (94), subventionnée par la Région. Celle-ci propose notamment des formations de masseurkinésithérapeute. Franck a démarré en 2006 un cursus émaillé de nombreux stages qui s achèvera en 2011 par l obtention du diplôme d état. «La cécité m a permis un nouvel épanouissement», déclare-t-il, plus que jamais animé par la passion de l échange et du partage. h Bonus : intégralité du portrait de Franck Brard. la COnSEIllèRE des AdOS Véronique le ralle 48 ans h Véronique Le Ralle a le sens du dialogue. Il en faut, quand on échange avec des jeunes filles qui veulent avoir recours à une IVG pour «essayer de démêler avec elles ce qu elles veulent réellement», ou pour faire passer des informations sur la sexualité à des collégiens. Sa vocation est née en même temps que son fils, il y a 24 ans, lorsqu elle participe à la création d une crèche parentale à Orsay (91). Désormais conseillère conjugale et familiale, elle partage son temps entre le centre de planification familiale de Corbeil-Essonnes (91) et les collèges du département où elle coordonne des actions de prévention auprès d adolescents. h Bonus : article sur le pass contraception. la prévention AU lycée hélène Meillet 26 ans h Faire réfléchir les jeunes sur la vie affective, le sida ou les drogues C est la mission d Hélène Meillet. L animatrice du centre régional d information et de prévention du sida (Crips) Île-de-France mène des animationsdébats dans des classes de lycéens ou d apprentis. Chargée de coordonner les actions de l association à Paris et en Seine-Saint-Denis, elle veille, avec ses collègues, à l éducation à la santé de deux tiers des lycéens franciliens. h Bonus : dossier sur le Crips. le MIlItAntISME dans le SAng Gabriel szeftel 27 ans h Gabriel Szeftel est un étudiant engagé! Ce militant syndical préside, depuis fin 2009, la mutuelle des étudiants. Son combat : faire que ses pairs, «majeurs légalement», ne soient plus «mineurs socialement». Nombreux sont ceux qui renoncent aux soins faute de moyens. Pour lui, l octroi par la Région du «chèque santé» aux étudiants boursiers est une réelle avancée. h Bonus : signature de la convention entre la Région, le rectorat et les mutuelles étudiantes.

20 20 IntERnAtIOnAl en DIreCT DU CONseIL régional En mettant en place des actions de coopération décentralisée dans 10 régions du monde, l Île-de-France s affirme comme une métropole ouverte, généreuse et accueillante, soucieuse de tisser des échanges mutuels et de reconnaître l apport des migrants. En 2010, la participation de la Région à l Exposition universelle de Shanghai, en partenariat avec la Ville de Paris et la chambre de commerce et d industrie de Paris, a souligné cette détermination à tenir son rang sur la scène internationale. À fond COntRE le SIdA sydney seshibedi/agence VU Ce que les personnes handicapées vivent tous les jours, c est éprouvant. FieRs De LeUR CoUPe DU monde! ihssan serhani 23 ans said oussaoui 29 ans plusieurs associations de Gennevilliers (92) ont monté en juin le projet «coupe du monde pour tous». l objectif : emmener un groupe de jeunes, valides et handicapés, en afrique du sud pour la coupe du monde de football. ihssan et said sont revenus, des souvenirs plein la tête. solidaires h Regards complices, sourires émus, souvenirs tenaces. Depuis leur voyage en Afrique du Sud en juin dernier, l amitié entre Ihssan, 23 ans, footballeuse amateur, et Said, 29 ans, basketteur en fauteuil roulant, est devenue une évidence. Partis grâce à un groupement d associations de Gennevilliers, 23 jeunes, valides et handicapés, ont découvert «un pays superbe» et des «gens très accueillants» et ils ont surtout beaucoup appris sur eux-mêmes. D abord, ils ont préparé ensemble ce projet, avec des repas en commun, des cours d anglais réguliers Et, une fois sur place, ils ont tout partagé. Des matchs de basket en fauteuil et de football ont été organisés avec des équipes locales : «Ils jouent sur un champ de terre», se souvient Ihssan. «J ai passé 20 minutes sur la touche, des épines plein les mains.» Pour Said, «l équipe de basket en fauteuil sud-africaine avait un super matériel pour s entraîner, avec une machine qui renvoie le ballon». Ils ont pu assister à des matchs de la Coupe du monde, Said constatant que les stades étaient «hyper adaptés, modernes, mieux qu ici!» Le groupe a même profité d une escapade de 3 jours au parc animalier Krueger. Autour du feu de camp Ce voyage leur a aussi fait mieux comprendre leurs différences. «Un jour, les valides ont décidé de prendre nos planète francilienne en plus de sa coopération décentralisée, la Région est intervenue en 2009 dans 27 pays pour financer des microprojets. fauteuils pour visiter un centre commercial et, là, le regard des gens et tout ça ils ont vite compris!», se rappelle Said. «Ce qu ils vivent tous les jours, c est éprouvant physiquement et mentalement», confirme Ihssan. Leur meilleur souvenir? Pour Said, le repas offert spontanément par l organisateur du match amical de football dans le quartier de Soweto : «Il nous a tous invités chez lui, ça m a touché.» Pour Ihssan, le feu de camp, un soir, où chacun s est raconté, s est dévoilé aux yeux des autres : «C est très fort, les liens qu on a tissés, ce soir-là.» La jeune fille a même décidé de s impliquer davantage dans le bénévolat avec les handicapés. À Gennevilliers, Said et Ihssan continuent à se voir et espèrent monter un nouveau projet Pour la Coupe du monde de rugby de 2011 en Nouvelle-Zélande? julie VÉDIe BerTrAND Desprez/AgeNCe VU CLAUDINe DOUry/AgeNCe VU cécile JarauDias 31 ans VIH h le fonds solidarité sida afrique soutient 40 projets. Créé en février 2007, il a déjà récolté près de euros. «Notre objectif est de renforcer l action de la société civile qui est primordiale», souligne Cécile Jaraudias, coordinatrice du fonds. Pour cette militante marquée dans son adolescence par Les Nuits fauves de Cyril Collard, participer à cette mobilisation pour l accès universel aux soins est une fierté. Un combat mené avec la Région Île-de-France, première contributrice du fonds. Le sida continue de progresser en Afrique subsaharienne, où vivent les deux tiers des personnes infectées à travers le monde. h Bonus : article sur l action de la Région contre le sida. MICHEl l AfRICAIn Michel MoY 46 ans FOrmATION h «ici, on m appelle l africain!» Michel Moy est enseignant en automobile au campus des métiers de Bobigny (93). Sa passion pour l Afrique lui a fait croiser la route de l Île-de-France en Mauritanie, l un des territoires soutenus par la Région au titre de sa coopération décentralisée. Sa mission : former des formateurs pour mettre sur pied une filière professionnelle. «J essaie de montrer à mes élèves qu on n a pas le droit de garder pour soi un savoir-faire. Certains, intrigués, pensent que je suis un espion.» h Bonus : galerie photo réalisée en mauritanie.

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE

LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE Découverte des métiers et des formations 1 SOMMAIRE La présentation de l alliance p 3 La visite des lieux Le festival de BD p6 p7 La pause déjeuner p 8 Les

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission...

Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Parce que la photographie ne peut vivre sans partage et transmission... Permettre à tous de rencontrer des photographes expérimentés, d apprendre et de vivre des expériences nouvelles en photographie à

Plus en détail

Ecole Georges Méliès 2016/2017. 26 av. Guy Moquet 94310 ORLY Tél. : 01 48 90 86 23 contact@ecolegeorgesmelies.fr www.ecolegeorgesmelies.

Ecole Georges Méliès 2016/2017. 26 av. Guy Moquet 94310 ORLY Tél. : 01 48 90 86 23 contact@ecolegeorgesmelies.fr www.ecolegeorgesmelies. Ecole Georges Méliès 2016/2017 26 av. Guy Moquet 94310 ORLY Tél. : 01 48 90 86 23 contact@ecolegeorgesmelies.fr www.ecolegeorgesmelies.fr Etablissement d enseignement technique privé hors contrat Siret

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

ILS SONT AUX CÔTÉS DE L E2C DU VAL-DE-MARNE

ILS SONT AUX CÔTÉS DE L E2C DU VAL-DE-MARNE ILS SONT AUX CÔTÉS DE L E2C DU VAL-DE-MARNE ÉTAT PRÉFECTURE DU VAL-DE-MARNE Contribue, à travers les fonds de la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du

Plus en détail

Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS

Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS Que serait une garderie respectueuse des principes du développement durable? Spécificités d une garderie durable au sein d un EMS Mars 2011 La garderie durable Pourquoi? Qu est-ce que c est? Les principes

Plus en détail

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE «Qualifier, motiver, s ouvrir des portes Toi aussi, saisis ta chance, un apprentissage chez TRIMET facilite le début de ta carrière». FAIS TON APPRENTISSAGE

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

Première Business School online de France

Première Business School online de France Première Business School online de France Avril 2011 Contact presse RP carrées Vanessa Vazzaz Tel : 03.28.52.07.42 vanessa.vazzaz@rp-carrees.com La première école de commerce en mode XXI ème siècle ENACO,

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS

THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS 1 THEME 6 TRAVAILLER DANS LES TRAVAUX PUBLICS A. Les avantages B. Les rémunérations C. La sécurité 2 2 Un secteur qui recrute Les Travaux Publics ont besoin

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

S engager auprès d un jeune pour lui donner les chances qu il mérite! www.institut-telemaque.org

S engager auprès d un jeune pour lui donner les chances qu il mérite! www.institut-telemaque.org S engager auprès d un jeune pour lui donner les chances qu il mérite! www.institut-telemaque.org Qu est-ce que l Institut Télémaque? Aujourd hui présidée par Henri Lachmann, l association a vu le jour

Plus en détail

Orientation et Insertion Professionnelle

Orientation et Insertion Professionnelle Orientation et Insertion Professionnelle A L ISSUE DE LA LICENCE PROFESSIONNELLE Enquête réalisée en 2011-2012 par Stéphane BOULAY pour le SUIO-IP - Avril 2012 Des métiers exercés - Assistant(e) de production

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG Karine WITTIG Artiste plasticienne www.pluri-l.com Ateliers créatifs proposés Ateliers créatifs par tranche d âge Animations évènementielles Animation

Plus en détail

Dossier de presse. Création d un. à Haguenau INNOVATION. par induction en lieu public. 1 ère mondiale de recharge

Dossier de presse. Création d un. à Haguenau INNOVATION. par induction en lieu public. 1 ère mondiale de recharge Dossier de presse Création d un INNOVATION 1 ère mondiale de recharge par induction en lieu public La recharge par induction en lieu public, une 1ère mondiale Ville de Haguenau & SEW Usocome La mobilité

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Lire et Ecrire a changé toute ma vie

Lire et Ecrire a changé toute ma vie Lire et Ecrire a changé toute ma vie Fabienne VANDERMIÈGE Responsable de l association L illettrisme Osons en parler Agente de sensibilisation à Lire et Ecrire Verviers Avant de venir t inscrire à Lire

Plus en détail

Sur la route de la coopération. Un livre édité par la Fédération nationale des groupements et coopératives du transport

Sur la route de la coopération. Un livre édité par la Fédération nationale des groupements et coopératives du transport Sur la route de la coopération Un livre édité par la Fédération nationale des groupements et coopératives du transport Sur la route de la coopération Démocratie, solidarité, autonomie, transparence sont

Plus en détail

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous.

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous. 1 Sarah 1 Une jeune femme va vous parler de son travail. Lisez les questions suivantes, ensuite, écoutez l enregistrement et répondez en quatre mots au maximum. 1 Où est-ce que la jeune femme travaille?

Plus en détail

«L Atelier Gildas BOURDET»

«L Atelier Gildas BOURDET» < «L Atelier Gildas BOURDET» Art Dramatique - Mise en Scène MORET SUR LOING GILDAS BOURDET Metteur en scène Direction Artistique et Pédagogique «J ai passé le plus clair de ma vie dans des salles de répétition,

Plus en détail

La Fondation HSBC pour l Education accorde son soutien à Agir pour l Ecole et à 11 nouveaux projets dans le cadre de son 8 ème appel à projets

La Fondation HSBC pour l Education accorde son soutien à Agir pour l Ecole et à 11 nouveaux projets dans le cadre de son 8 ème appel à projets Communiqué de presse Le 11 juillet 2013 La Fondation HSBC pour l Education accorde son soutien à Agir pour l Ecole et à 11 nouveaux projets dans le cadre de son 8 ème appel à projets En France, la question

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

Enfin une alternative à l alternance, Enfin une expérience professionnelle concrète tout en poursuivant ses études,

Enfin une alternative à l alternance, Enfin une expérience professionnelle concrète tout en poursuivant ses études, Communiqué de presse Enfin une alternative à l alternance, Enfin une expérience professionnelle concrète tout en poursuivant ses études, Enfin une école où l on peut s inscrire tout au long de l année

Plus en détail

Club Qualité Apprentissage

Club Qualité Apprentissage Club Qualité Apprentissage DOSSIER DE PRESSE Lundi 16 juin 2003 Contact presse : Valérie Charrière-Villien Tél. 04 72 40 58 37 charriere@lyon.cci.fr SOMMAIRE Communiqué de presse 3 Le Club Qualité Apprentissage

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

POUR MA FLOTTE DE VÉHICULES TOUT ME CONDUIT À CHOISIR CARGLASS.

POUR MA FLOTTE DE VÉHICULES TOUT ME CONDUIT À CHOISIR CARGLASS. OFFRE ENTREPRISES TOUT EST SIMPLE ET PRATIQUE Carglass met à la disposition des entreprises tous les outils à même de leur garantir un maximum d efficacité en cas de bris de glace. Les valeurs d écoute,

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

L ASCENSEUR NUMERIQUE

L ASCENSEUR NUMERIQUE L ASCENSEUR NUMERIQUE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Alfortville, le 23 juin 2009 L ascenseur numérique : une innovation mondiale chez un bailleur social à Alfortville pour un Nouveau Vivre ensemble

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Compte rendu par atelier : forum de la transition

Compte rendu par atelier : forum de la transition Compte rendu par atelier : forum de la transition Chaque restitution est détaillée de façon à respecter la fiche cadre remplie lors de la journée. L intérêt de ce compte rendu est de permettre à tous les

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

L œil. du Tram Exposition. La genèse. Le soutien de la Fondation groupe RATP. en partenariat avec

L œil. du Tram Exposition. La genèse. Le soutien de la Fondation groupe RATP. en partenariat avec La genèse L œil Le souhait de la RATP de réaliser un travail artistique, impliquant des stagiaires de l Ecole de la Deuxième Chance, autour de l arrivée tramway (T5) à Sarcelles, Pierrefitte et Saint-Denis

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL JEUNES 1 er Mandat 2008 Bilan 2008. I Présentation des visites effectuées en lien avec les commissions en charge par le CMJ

CONSEIL MUNICIPAL JEUNES 1 er Mandat 2008 Bilan 2008. I Présentation des visites effectuées en lien avec les commissions en charge par le CMJ CONSEIL MUNICIPAL JEUNES 1 er Mandat 2008 Bilan 2008 I Présentation des visites effectuées en lien avec les commissions en charge par le CMJ - Aide Aux Personnes Solidarités - Sécurité / Environnement

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Après le bac, trouver sa voie

Après le bac, trouver sa voie novembre 2014 Après le bac, trouver sa voie Vous êtes au lycée et l on vous demande de faire des choix. Choix de bac, choix de filière Pas de panique. Avec un peu de méthode, on y arrive! S orienter c

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium,

aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium, photo : Yann Gachet photo : Ville de Colomiers - Yann Gachet bb/enfants/ados automne/hiver printemps/été aller au pavillon blanc i mediatheque - centre d'art, au cinema, a l'auditorium, Au Theatre de la

Plus en détail

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h Du 7 au 19 octobre 2010, la Ville de Niort accueille la Maison du Développement Durable

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Cinéma & audiovisuel. l'action et Les aides de la région. www.iledefrance.fr

Cinéma & audiovisuel. l'action et Les aides de la région. www.iledefrance.fr Cinéma & audiovisuel l'action et Les aides de la région www.iledefrance.fr Pour préserver la diversité de création, développer l économie et conforter l emploi du secteur cinématographique et audiovisuel

Plus en détail

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional 12 réunions d octobre à décembre 2013 Un PNR c est quoi? C est un label réservé aux territoires remarquables (paysages/nature/patrimoine culturel)

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME MERCREDI 6 OCTOBRE 2010 Compte-rendu de la conférence qui s est tenue en public, en salle des fêtes de l Hôtel de Ville, le 6 octobre en présence

Plus en détail

Pour aller à l essentiel

Pour aller à l essentiel PREPARONS NOTRE AVENIR AVEC LE SYNDICAT MIXTE POUR LE SUNDGAU Comment développer notre Sundgau? Le Syndicat Mixte pour le Sundgau, qui regroupe les 112 communes et 7 communautés, lance un grand temps de

Plus en détail

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Communiqué de presse/invitation presse A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Paris, le 26 novembre 2012 Le Groupe Randstad France s associe

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

Quartier Universitaire International du Grand Paris

Quartier Universitaire International du Grand Paris Quartier Universitaire International du Grand Paris Présentation de l agglomération Plaine Commune LES MARQUEURS DU TERRITOIRE Avec ses 407 283 habitants (chiffres Insee 2010), Plaine Commune est l agglomération

Plus en détail

Bâtiment et Travaux Publics

Bâtiment et Travaux Publics les metiers du BTP Bâtiment et Travaux Publics une publication Orientations UNE FORTE DÉPENDANCE AUX POLITIQUES PUBLIQUES En revanche, ce secteur est fortement dépendant des grandes politiques de projets

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SCHEMA DES FORMATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE,

Plus en détail

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 Lyon, le 23 janvier 2014 Le Conseil Métropolitain, réunissant les élus de la communauté urbaine de Lyon et des communautés d'agglomération

Plus en détail

Par alliance : Armando Perez

Par alliance : Armando Perez Par alliance : Armando Perez Thèmes France, francophonie et langue française Concept D origine cubaine, Armando Perez nous emmène dans les lieux qu il fréquente à Miami pour nous parler de lui-même, de

Plus en détail

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE UNE FORMATION, UN MÉTIER SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER www.ecolems.com Apprenez un métier et boostez votre carrière! ECOLEMS,

Plus en détail

1. Présentation du porteur du projet. 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc.

1. Présentation du porteur du projet. 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc. Table des matières 1. Présentation du porteur du projet 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc. 4. Budget 5. Perspectives P R E S E N T A T I O N Je m'appelle

Plus en détail

CLAC Lyon 3 Le premier club d'art contemporain

CLAC Lyon 3 Le premier club d'art contemporain DOSSIER DE PRESSE CLAC Lyon 3 Le premier club d'art contemporain universitaire! A quand des CLAC sur tous les campus? SOMMAIRE 1, 2, 3... CLAC! Après Lyon 3, quelle université créera son Club d Art Contemporain?

Plus en détail

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 titre trop long FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 Niveau et thème de programme Terminale L, «Lire-écrire-publier»

Plus en détail

Master of Business Administration

Master of Business Administration UFR LSHS Cellule de Formation Continue Master of Business Administration Diplôme Universitaire Associé à un Master 2 Professionnel Diplôme : MBA Management Territorial Durable Associé au : Master 2 professionnel

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e

Résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Résidences d auteur en Seine-et-Mar ne Les résidences d auteur e n S e i n e - e t - M a r n e Afin de favoriser la présence artistique sur le territoire seine-et-marnais, le Conseil général de Seine-et-Marne

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE

OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE OUVERTURE DE LA FOIRE AGRICOLE 2013 24 OCTOBRE 2013 10H00 DISCOURS DE MONSIEUR LE HAUT-COMMISSAIRE DE LA REPUBLIQUE Monsieur le Ministre, Madame la Présidente du Comité organisateur, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Gestion de la recherche

Gestion de la recherche 38 Prix Innovation MARIE-NOËLLE FOURMAUX Gestion de la recherche Lauréate du Prix Innovation Inserm 2007 en gestion de la recherche, Marie-Noëlle Fourmaux-Priem est responsable de la formation au sein

Plus en détail

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent.

Thèmes : 1) questionnaire : chaque élève coche au fur et à mesure de sa lecture les propositions qui lui correspondent. Education à Thèmes : MOI J AIMERAIS DEVENIR l'orientation Niveau : 4 ème /3 ème Groupe : ½ Classe Durée : 1H30 2 heures Périodes : 1 er trimestre Matériel : - 1 questionnaire - 1 grille intérêts - 1 grille

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers

Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana. Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Elève en terminale scientifique, 2012-2013, lycée Yousssouna Bamana Impressions à la mi-septembre, Faculté de médecine, Angers Bachir-Ahmed AHMED Bonjour, je vais vous relater ce que moi j appel : «le

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

vous propose : DES COURS DE LANGUE DES SIGNES DES ACTIONS DE SENSIBILISATION EN ENTREPRISES ET DANS LES ECOLES DES SORTIES CULTURELLES BILINGUES

vous propose : DES COURS DE LANGUE DES SIGNES DES ACTIONS DE SENSIBILISATION EN ENTREPRISES ET DANS LES ECOLES DES SORTIES CULTURELLES BILINGUES vous propose : Association de loi 1901 DES COURS DE LANGUE DES SIGNES DES ACTIONS DE SENSIBILISATION EN ENTREPRISES ET DANS LES ECOLES DES SORTIES CULTURELLES BILINGUES Edito Sourds et entendants un seul

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Le mécénat d entreprise

Le mécénat d entreprise Le mécénat d entreprise Ubiqus Paris, le 1 er octobre ] Sommaire Ouverture... 3 Georges CHABIN, Directeur de la communication... Qu est-ce que le mécénat?... 3 Maxine HEBERT, Responsable du Mécénat, société

Plus en détail

YouOrder LA LIVRAISON ECO RESPONSABLE

YouOrder LA LIVRAISON ECO RESPONSABLE EDITION 2015 YouOrder LA LIVRAISON ECO RESPONSABLE R Nous proposons aux commerçants et aux restaurateurs de Paris et de sa petite couronne, une gamme complète de prestations pour la livraison à domicile

Plus en détail