Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour faire le point voici les corrections des activités sur la relativité faites en cours :"

Transcription

1 Pour faire le point oii les orretions des atiités sur la relatiité faites en ours : Atiité 1 : (a) On onsidère un TGV qui aane à une itesse = 300 km h 1 = 83,3 m s 1 par rapport au sol. Le passager est assis sur un siège. Peut-on affirmer que «le passager est immobile»? Que peut-on affirmer exatement? Affirmer qu un objet est immobile n a de sens qui si on préise dans quel référentiel on étudie son mouement. Ce qu on peut affirmer est que le passager est immobile par rapport au TGV. (b) Le passager, pour se rendre à la oiture bar, marhe ers l aant du train à une itesse de 5 km h 1. Quelle est sa itesse par rapport au train? par rapport au sol? Par rapport au TGV, le passager aane à 5 km/h ; par rapport au sol, le passager aane à = 305 km/h. () Même question, lorsque le passager quitte la oiture bar pour retourner à sa plae Par rapport au TGV, le passager aane toujours à 5 km/h ; par rapport au sol, le passager aane à = 95 km/h. (d) Préision d après la relatiité galiléenne : si on étend le prinipe de relatiité galiléenne à la lumière : à quelle itesse la lumière émise par la lampe se propage-t-elle par rapport au TGV? Par rapport au sol? Si on étend le prinipe de relatiité galiléenne à la lumière, alors la itesse de la lumière dépend elle aussi du référentiel d étude. On a alors : = m / s par rapport au train = = = m / s par rapport au sol (e) Expliquer pourquoi la réponse préédente n'est pas ompatible ae la théorie de l életromagnétisme de Maxwell. Il est indiqué en préambule que les équations de Maxwell donnent une seule aleur possible de la élérité de la lumière, égale à (et non ) quel que soit le référentiel. Or d après le alul préédent, la élérité de la lumière dépend du référentiel hoisi. Cela suggère que les équations de Maxwell sont alables par rapport à la Terre mais pas par rapport eu TGV. ème partie L hypothèse de l «éther» (a) Selon l hypothèse de l éther, la lumière a-t-elle une élérité de aleur par rapport à la terre? Pourquoi? La élérité de la lumière aut par rapport à l éther. Comme la Terre est en mouement par rapport à l éther, sa élérité est différente dans le référentiel terrestre, pour la même raison que le piéton de la partie préédente aane à des itesses différentes selon qu on étudie son mouement par rapport au train ou par rapport au sol. (b) Expliquer pourquoi Mihelson et Morley s attendaient à mesurer un éart de temps entre les parours possibles de la lumière. Rédiger un ourt paragraphe mais auun alul n est demandé. Pour Mihelson et Morley la Terre est en mouement par rapport à l éther. L un des deux bras est plaé dans la même diretion que le mouement de la Terre dans l éther et l autre lui est perpendiulaire. La lumière n aura pas la même élérité, par rapport à la Terre, sur haune des portions de son trajet. Don, en moyenne, sa élérité sur le trajet 1 sera différente de elle sur le trajet. Note : un alul du temps de parours aurait été possible à ondition que les élèes maîtrisent la omposition galiléenne des itesses sous sa forme etorielle. Cela n est sans doute pas totalement inenisageable mais il nous a semblé que l enjeu de l atiité était ailleurs et que les élèes pouaient omprendre, sans faire de alul, pourquoi on a pu penser que les deux trajets de la lumière n auraient pas la même durée.

2 3 ème partie 1905 : fin de l hypothèse de l «éther» et relatiité d Einstein (a) Répondre à noueau à la question (1.b) en admettant ette fois le postulat d Einstein et non plus elui de Galilée. Selon Einstein la élérité de la lumière aut dans tous les référentiels : = m s 1 par rapport au train = = m s 1 par rapport au sol (b) Montrer que le postulat d Einstein permet d interpréter le résultat de l expériene de Mihelson et Morley. Selon de postulat d Einstein la élérité de la lumière est indépendante du référentiel d étude. Elle n est don pas affetée par le mouement de la Terre, don sa élérité est exatement la même sur toutes les portions de son trajet dans l interféromètre de Mihelson et Morley. Don il n y a auun déalage temporel entre les deux faiseaux. () Expliquer pourquoi le onept d «éther» n'est ainsi plus pertinent selon Einstein. La notion de référentiel absolu n a plus auun sens, puisque la élérité de la lumière est indépendante du référentiel d étude. Le onept d «éther» n a don plus lieu d être et sera abandonné par Einstein. Le ide est don le milieu dans lequel la élérité de la lumière aut. (d) Le postulat d Einstein est aujourd hui toujours admis : auune expériene n est jamais enue le remettre en ause. Ce postulat, à partir de 1905, a onduit les physiiens à orriger ertaines théories admises jusqu alors. Est-e l életromagnétisme de Maxwell ou la méanique de Galilée qu il a fallu orriger? Le postulat d Einstein alide l életromagnétisme, il lui donne même un aratère enore plus général puisque selon lui les lois de l életromagnétisme sont les mêmes dans tous les référentiels galiléens. Par ontre la méanique est à orriger, en partiulier le prinipe de relatiité de Galilée, puisque la omposition des itesses de Galilée donne des résultats inompatibles ae la onstane de la itesse de la lumière. Atiité : (a) On onsidère un aller-retour de la lumière. On suppose que la lumière, dans l air omme dans le ide, se propage ae la élérité onstante. Exprimer la durée t de e parours en fontion de la élérité de la lumière et de la hauteur h. La lumière parourt une distane h ae la élérité. La durée de son parours aut don : t h (b) On admet le postulat d Einstein. Expliquer, sans faire de alul, pourquoi e postulat implique que la durée du parours mesurée par Fixe est supérieure à elle mesurée par Mobile. Selon le postulat d Einstein, la élérité de la lumière est, que l obserateur soit sur Terre ou dans l aion. Si l expériene est obserée par Fixe, immobile par rapport à la Terre, la lumière parourt un trajet plus long mais ae la même élérité que si son parours est obseré par Mobile. L expériene dure don plus longtemps pour l obserateur au sol que pour elui qui est dans l aion. () On note d la distane que la lumière a parourue, ue par Fixe. Exprimer d ² en fontion de h, et t puis en fontion de,, t et t. Pour l obserateur plaé au sol, le trajet de la lumière a l allure suiante :

3 Horizontalement, le faiseau a parouru la distane effetuée par le éhiule pendant la durée t, est-à-dire t. Par le théorème de Pythagore on a : d ' t' h d ' (h) t' t t' t (d) On ombinant les résultats (a) et (), établir la relation : t' 1 La distane d parourue par la lumière ue depuis la Terre aut t, puisque sa élérité aut. On a don : d ' t t ' t ' t t ' t ' t t ' 1 t t t' 1 (e) Cette relation bouleerse la notion de temps. En partiulier, elle suggère que l un des deux obserateurs a plus ieilli que l autre : lequel et pourquoi? si on admet que <, le dénominateur, dans la relation préédente, est inférieur à 1, don t > t. Cela montre que le même éénement a duré plus longtemps pour l obserateur terrestre que pour elui plaé dans l aion. L obserateur terrestre a don éu un éénement plus long et a ieilli plus ite! Note : t est la durée propre qui sépare les éénements «émission de lumière» et «réeption de lumière». On onsidère que l élèe, lorsqu il traite ette atiité, ne onnaît pas ette notion, laquelle fera l objet du ours suiant. C est pourquoi elle n est pas itée dans l énoné. (f) D après la méanique de Newton, quelle relation aurait-on pu érire entre t et t? Justifier à l aide de la phrase de Newton itée en préambule. Newton érit : «le temps absolu, rai, mathématique, s'éoule uniformément ( )». Don pour lui : t = t.

4 Atiité 3 : 1 (a) Le fateur permet d éaluer l éart entre la durée mesurée par une horloge embarquée et 1 elle mesurée par une horloge immobile. On l appelle fateur de Lorentz. Caluler et rassembler dans un tableau les aleurs de pour de horloges liées aux systèmes suiants : un TGV qui aane à 300 km h 1 par rapport au sol terrestre ; l Airbus A380, à la itesse de de 900 km h 1 par rapport au sol terrestre ; la fusée Ariane 5, à la itesse de 8000 km h 1 par rapport au entre de la Terre ; Apollo 11, à la itesse de km h 1 par rapport au entre de la Terre ; un proton sortant de l aélérateur du PSI (Paul Sherrer Institut) à une itesse égale à 79% de elle de la lumière dans le ide ; un proton sortant de l aélérateur du LHC (Large Hadron Collider) à une itesse égale à 99, % de elle de la lumière dans le ide. Exploiter les aleurs obtenues pour déterminer, parmi les situations éoquées, elle(s) qui appartiennent au hamp de alidité de la physique de Newton et elle(s) qui ne sont orretement interprétées que par la physique d Einstein. On peut regrouper les résultats dans un tableau : 1 situation (km h 1 ) (m s 1 ) 1 TGV ,3 1,00 Airbus A ,00 Ariane ,000 Apollo ,0000 proton sortant de 0,79 1,63 l aélérateur du PSI proton sortant de 0, ,55996 l aélérateur du LHC Les 5 premières aleurs sont tellement prohes de 1 que, u le nombre de hiffres signifiatifs donnés, la orretion relatiiste ne modifie pas la aleur de la durée mesurée. Les 4 premières situations seront don aussi bien dérites par la physique de Newton que par elle d Einstein. Par ontre, on oit, par les deux dernières lignes, qu une partiule aélérée est très influenée par la orretion relatiiste : son omportement sort du hamp de alidité de la physique de Newton. 1 (a) À l aide d un tableur, traer la ourbe représentant en fontion de, pour des aleurs de 1 omprises entre 0 et.

5 (b) Pour quelle aleur de la orretion relatiiste modifie-t-elle de 1% le résultat d une préision? Le tableau montre que pour = 4, m s 1 aut 1,01. La préision relatiiste diffère don de 1% par rapport à un alul newtonien. Il faut remarquer que ette itesse est supérieure à toutes les itesses des phénomènes terrestres et astronomiques onnus des élèes. () Expliquer en quoi e graphique permet de omprendre que, dans de très nombreuses situations, la méanique de Newton reste pertinente. Le graphique montre que la orretion relatiiste reste très prohe de 1 pour des itesses «usuelles» : la relatiité ne modifiera don quasiment pas la préision newtonienne. (d) D après os onnaissane ou à l aide d une reherhe doumentaire, iter quelques appliations, dans la reherhe sientifique ou dans la ie quotidienne, ou une approhe relatiiste est indispensable pour interpréter orretement les obserations. On peut iter par exemple : l astrophysique, la physique des partiules, et plus prohe de notre quotidien : le GPS. Atiité 4 : (a) Dans le monde dont rêe M. Tomkins, que aut la élérité de la lumière dans le ide? Justifier à l aide du texte. M. Tomkins onstate que 30 km h 1 est la itesse limite impossible à dépasser : dans son rêe, 30 km h 1 est don la élérité de la lumière. (b) Les retards que onstate M. Tomkins peuent-ils résulter d un défaut de sa montre? Justifier à l aide du texte. Non, sa montre n a pas de défaut. En effet, lorsque M. Tomkins attend deant l horloge de la poste pendant 10 minutes, sa montre et l horloge ont aané de 10 mn. () Sans alul, montrer que la relatiité permet d interpréter le déalage que onstate M. Tomkins entre l heure indiquée par sa montre et elle indiquée par la pendule de la poste. En partiulier, définir soigneusement les éénements onsidérés et utiliser la notion de durée propre entre es éénements. On onsidère deux éénements : 1) départ de M. Tomkins ) passage de M. Tomkins deant l horloge de la poste La durée propre qui s éoule entre es deux éénements est elle, notée tp, mesurée par l horloge liée à M. Tomkins, autrement dit sa montre. La durée mesurée depuis le sol terrestre est elle, notée tm, affihée par l horloge de la poste. On a bien tm > tp, omme l indique la relation de dilatation des durées :

6 t m t p 1 (d) Pourquoi le retard pris par la montre de M. Tomkins, dans son rêe, est-il beauoup plus important qu il ne l aurait été dans la réalité? Justifier à l aide de la relation entre durée propre et durée mesurée. Dans le monde réel tm et tp auraient été très peu différentes. L idée de Gamow onsistant à imaginer une élérité faible pour la lumière aentue onsidérablement les effets relatiistes. En effet, le quotient est oisin de 1, le dénominateur de la relation itée à la question préédente est alors oisin de 0 et don tm est très supérieure à tp. (e) Imaginer une réponse possible de l homme qui sort de la gare à la question que lui pose M. Tomkins à la fin de l extrait. Toute réponse suggérant que l homme est souent en mouement pourra être aeptée. On gardera bien à l esprit que ette approhe est simpliste, omme nous l aons indiqué dans les ommentaires de ette atiité. Ah, je ois, dit l homme en souriant. Je dois peut-être ous expliquer que mon métier m oblige à oyager beauoup. (...) Je passe dans le train une grande partie de ma ie.» Atiité 5 : (a) Vérifier l affirmation de Mobile : «le fateur de Lorentz aut eniron». L appliation numérique donne bien : 1,0,6 1 3,0 (b) À propos de la itation de Mobile : «pendant que ma pendule effetue un tour, la sienne en effetue» : nommer les deux éénements entre lesquels Mobile mesure une durée, préiser quel est leur référentiel propre. Mobile onsidère les deux éénements «ma pendule est dans une position donnée» et «ma pendule est reenue à la même position». Le référentiel propre à es deux éénements est elui dans lequel la pendule est immobile : le éhiule. () De même, nommer les deux éénements onsidérés par Fixe et préiser quel est leur référentiel propre. Fixe onsidère les deux éénements «ma pendule est dans une position donnée» et «ma pendule est reenue à la même position». Le référentiel propre à es deux éénements est elui dans lequel la pendule est immobile : la planète Galiléo. (d) Tant que le mouement relatif des deux frères est retiligne uniforme, peut-on donner raison à l un des deux frères? Non : haun des deux frères est légitime pour se onsidérer omme en mouement par rapport à son frère immobile et onsidérer que son horloge mesure une durée propre et que elle de son frère mesure une durée dilatée. Attention e raisonnement ne tient que si les deux frères sont en mouement relatif de translation retiligne uniforme! ème partie : une solution pour leer le paradoxe (a) Montrer que, dans le as d un trajet aller-retour, es hypothèses permettent de donner l un des deux jumeaux. raison à

7 Mobile subit au moins trois aélérations : au moment du départ, lorsqu il rebrousse hemin et à son retour sur Galiléo. Puisque le référentiel impropre doit être galiléen, la relation de dilatation des durées est alide en onsidérant que la durée indiquée par l horloge de Mobile est une durée propre et elle mesurée par Fixe est dilatée. Mobile a don raison : il reiendra plus jeune que son frère! (b) Caluler, d après e senario et en tenant ompte de la réponse (a), les durées et, mesurées par haque jumeau, pendant le oyage de Mobile. En déduire l âge de Mobile et l âge de Fixe au moment de leurs retrouailles.. Le sénario proposé reient à supposer que les phases d aélération son instantanées. On peut don appliquer la relation entre durée propre et durée mesurée, tm étant la durée propre du oyage de Mobile. On a : tm = 14 ans Mobile est don âgé de = 34 ans Calulons la durée de l expériene mesurée par Fixe : t t AN : t 14 8 ans F Fixe est don âgé de = 48 ans. Atiité 6 : (a) Caluler la distane parourue par un muon pendant, µs. d = = 0,998 = 659 m (b) Pourquoi le fait que des muons pariennent à la surfae de la Terre est-il une preue expérimentale de la dilatation des durées? Les muons sont produits à au moins 10 km de la surfae de la Terre. La distane moyenne qu ils parourraient par rapport à la terre, si, dans le référentiel terrestre, leur durée de ie moyenne alait, µs est de 659 m. Or des muons pariennent à la surfae de la Terre, don franhissent une distane beauoup plus éleée : ela est ompatible ae l idée selon laquelle, us de la Terre, leur durée de ie moyenne, lorsqu ils sont en mouement, se dilate. () En tenant ompte de la dilatation des durées, aluler la distane que parourt, en moyenne, un muon, aant de se désintégrer. On prendra bien soin de définir les éénements onsidérés et de distinguer durée propre et durée mesurée depuis la Terre. Montrer que e alul permet d interpréter le fait de pouoir déteter des muons à la surfae de la Terre. On étudie les éénements «naissane du muon» et «désintégration du même muon». La durée propre qui sépare es deux éénements est elle qui est mesurée dans le référentiel «muon». C est aussi la durée de ie moyenne d un muon au repos, soit : tp =, µs Lorsque les muons sont en mouement, leur durée de ie moyenne mesurée depuis la Terre se dilate et aut : F tp, tm 35 µs 1 0,998 1 La distane moyenne parourue par le muon entre son émission et sa désintégration aut don, mesurée depuis la Terre : d = tm = 0,998 tm = 1,0 104 m = 10 km Cette distane permet d interpréter que les muons peuent franhir une distane assez grande dans l atmosphère pour que nous puissions les déteter au sol. M

8 Atiité 7 : (a) À partir de os onnaissanes ourantes sur le GPS, indiquer un ordre de grandeur de la préision ae laquelle un GPS permet de se loaliser. Un GPS embarqué en oiture permet de déterminer une position à la rue près : ela montre qu il nous loalise à moins de 10 m près. (b) Le mouement du satellite n étant pas retiligne, on admettra que le temps propre est défini par l horloge embarquée à bord du satellite. Expliquer qualitatiement omment la relatiité préoit que l horloge atomique embarquée à bord du GPS retarde par rapport à la même horloge restée au sol. Considérons deux éénements loalisés en un même point du satellite, séparés par une durée propre de aleur tp, mesurée par l horloge embarquée. La durée entre es mêmes éénements mesurée par une horloge liée au sol terrestre aut : tp tm 1 Don tp tm 1 t m La durée mesurée par l horloge embarquée est don plus faible : elle retarde par rapport à elle restée au sol. () Caluler le retard aumulé en une journée terrestre par l horloge embarquée à ause de l effet relatiiste éoqué à la question préédente. est la différene entre tp et tm, soit : tp tm tm tm AN : - tm est la durée du jour terrestre : = s. On peut ondérer tp = s aussi. Le résultat est quasiment le même. - est la itesse du satellite par rapport au sol : = 1, km s 1 4 1,4 10 = 1000 = 3, m s 1 - tm 3600 D où : 3 3, , ,3 10 s L horloge embarquée retarde de 7,3 µs par jour. On peut aussi utiliser les aleurs absolues. (d) Caluler l erreur d faite par le réepteur GPS s il alule la distane qui le sépare du satellite sans tenir ompte du retard pris par son horloge au bout d une journée. À otre ais, peut-on onsidérer d omme «négligeable»? L erreur ommise par le réepteur s il ne tient pas ompte de la dilatation des durées est la distane parourue par le signal pendant 7,3 µs. Or les signaux sont de nature életromagnétique, don se propagent ae la même élérité que la lumière dans le ide. L erreur de distane aut don : d = = 3, , =, 10 3 m. L erreur ommise si on ne tient pas ompte des effets relatiistes est don de plus de km! Or omme nous l aons indiqué en (b), la préision du GPS est de quelques mètres : on ne peut don en auun as négliger d. (e) En tenant ompte des deux effets relatiistes, aluler le déalage temporel total entre les deux horloges aumulé en une journée. En déduire l erreur dtot ommise par le réepteur GPS s il ne

9 tient pas ompte des effets relatiistes. Montrer que e alul justifie la néessité de prendre en ompte la relatiité pour oneoir un réepteur GPS. Le déalage temporel entre les deux horloges, aut, au total : T = 45 7,3 = 38 µs L erreur totale ommise sur un alul de distane aut don : dtot = = 3, = 1, m = 11 km 11 km est une erreur olossale, u la préision attendue d un GPS (à peine quelques mètres, omme nous l aons indiqué en (a)). Cei onfirme que les orretions relatiistes sont indispensables à la réalisation du système GPS. Aane due au hamp (oir texte) Retard entrainé par le mouement Prolongement. Atiité 8 Pourquoi a-t-on dit que les neutrinos remettaient en ause la relatiité? En septembre 011, des physiiens du projet international «OPERA» (Osillation Projet with Emulsion traking Apparatus) ont mesuré la itesse de déplaement de petites partiules appelées les neutrinos. (a) Reherhe doumentaire : Lire l artile page 8 et 9 de la reue sientifique «CNRS, le journal» n 6, paru en noembre 011. Cette reue est disponible gratuitement par e lien : Elle est téléhargeable au format PDF sur e lien : Rédiger un ourt paragraphe qui résume e que ous a appris ette leture et répondant, entre autres, aux questions suiantes : - quel est le parours des neutrinos qui a été étudié? - quel était, initialement, le but prinipal de ette expériene? - qu a d étonnante la aleur de la itesse des neutrinos mesurée par les herheurs d OPERA? - les physiiens qui ont réalisé ette expériene sont-ils ertains de leurs résultats? (b) De nombreux médias ont délaré, de manière un peu ariaturale, que ette expériene remettait en ause la relatiité d Einstein. Montrer que le résultat de l expériene des neutrinos est inompatible ae la relation entre durée propre et durée mesurée que nous aons introduite dans e hapitre. () Le férier 011, la reue Siene publie, sur son site internet le ommuniqué reproduit i-après. Lire e ommuniqué. Résumer en quelques lignes e que réèle et artile onernant l expériene des neutrinos. Si e que réèle et artile est aéré, peut-on dire que les neutrinos remettent en ause la relatiité?

10 BREAKING NEWS: Error Undoes Faster-Than-Light Neutrino Results by Edwin Cartlidge on February 01, 1:45 PM It appears that the faster-than-light neutrino results, announed last September by the OPERA ollaboration in Italy, was due to a mistake after all. A bad onnetion between a GPS unit and a omputer may be to blame. Physiists had deteted neutrinos traelling from the CERN laboratory in Genea to the Gran Sasso laboratory near L'Aquila that appeared to make the trip in about 60 nanoseonds less than light speed. Many other physiists suspeted that the result was due to some kind of error, gien that it seems at odds with Einstein's speial theory of relatiity, whih says nothing an trael faster than the speed of light. That theory has been indiated by many experiments oer the deades. Aording to soures familiar with the experiment, the 60 nanoseonds disrepany appears to ome from a bad onnetion between a fiber opti able that onnets to the GPS reeier used to orret the timing of the neutrinos' flight and an eletroni ard in a omputer. After tightening the onnetion and then measuring the time it takes data to trael the length of the fiber, researhers found that the data arrie 60 nanoseonds earlier than assumed. Sine this time is subtrated from the oerall time of flight, it appears to explain the early arrial of the neutrinos. New data, howeer, will be needed to onfirm this hypothesis. (a) Reherhe doumentaire : Des neutrinos ont été émis à Genèe, au CERN, et reçus au laboratoire souterrain de Fran Sasso en Italie. Le but de l expériene n était pas de mesurer la itesse de es partiules mais d étudier ertaines de leurs transformations. La mesure de leur itesse a pourtant été réalisée. La itesse mesurée a surpris les sientifiques : est supérieure de 7,4 km/s à elle de la lumière! Cependant, même les physiiens qui ont effetué es mesures estiment que leurs résultats doient être ritiqués par la ommunauté sientifique. Au moins une autre mesure indépendante doit être faite pour alider la leur. (b) De nombreux médias ont délaré, de manière un peu ariaturale, que ette expériene remettait en ause la relatiité d Einstein. Montrer que le résultat de l expériene des neutrinos est inompatible ae les résultats obtenus dans la partie 1 de ette atiité. Reprenons la relation entre durée propre et impropre : tp tm 1 Si >, alors 1 est inférieur à 1 et la durée t n est pas définie! () Le férier 011, la reue Siene publie, sur son site internet le ommuniqué reproduit i-après. Lire e ommuniqué. Résumer en quelques lignes e que réèle et artile onernant l expériene des neutrinos. Si e que réèle et artile est aéré, peut-on dire que les neutrinos remettent en ause la relatiité? Cet artile réèle qu une mauaise onnexion entre un GPS et un ordinateur aurait pu être à l origine de l aane de 60 nanoseondes que les neutrinos semblaient aoir prise. Si e propos est onfirmé, alors, et jusqu à nouel ordre, auune expériene ne remet en ause la relatiité d Einstein. Jusqu à nouel ordre

La relativité du temps

La relativité du temps Méanique Atiité La relatiité du temps En 687, Isaa NEWTON publia les Prinipes mathématiques de la philosophie naturelle, ourage majeur dans lequel il exposait sa théorie de la méanique. La méanique de

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

Chapitre 8 : Relativité restreinte

Chapitre 8 : Relativité restreinte 1 re B et C 8 Relatiité restreinte 9 Chapitre 8 : Relatiité restreinte "Je n'ai auun talent partiulier. Je suis simplement urieux." (Albert Einstein) 1. Les postulats d Einstein «En 1905, Albert Einstein

Plus en détail

Quelques situations relativistes

Quelques situations relativistes Quelques situations relatiistes 1 ère partie : Comment les muons peuent-ils traerser l atmosphère? Le muon est une partiule qui porte la même harge életrique que l'életron, mais ae une masse 07 fois plus

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

ANNEXE 1 : le muon. Nom Symbole Charge Durée

ANNEXE 1 : le muon. Nom Symbole Charge Durée ANNX : le uon Déouerte Le uon a été déouert de façon expérientale en 937 par Carl Anderson (95 / 99) dans le rayonneent osique C'est une des preières partiules éléentaires déouertes, après l'életron en

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Mines Ponts, Physique 1 MP

Mines Ponts, Physique 1 MP Mines Ponts, Physique 1 MP Satellites de téléommuniation Conours 7 1 Satellites sur orbite irulaire 1. La relation fondamentale de la dynamique en mouvement uniforme sur une orbite irulaire impose G M

Plus en détail

1905 : il faut changer les lois de la Physique

1905 : il faut changer les lois de la Physique 1905 : il faut changer les lois de la Physique Galilée et Maxwell sont deux physiciens qui, à trois siècles d intervalle, ont posé les bases de deux branches de la physique : la mécanique dite «classique»

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La lumière Par Emile BIÉMONT (Puf, 1996)

Expression de la Concession et de l Opposition in. La lumière Par Emile BIÉMONT (Puf, 1996) Expression de la Conession et de l Opposition in La lumière Par Emile BIÉMONT (Puf, 996) Conession / Opposition : 5/6/5 Fisia semestre - /3 Conession / Opposition : 3 La Lumière, Emile BIÉMONT (PUF, 996)

Plus en détail

TP 6: Effet Doppler - Correction

TP 6: Effet Doppler - Correction TP 6: Effet Doppler - Corretion Objetifs : Mettre en œuvre une démarhe expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l'effet Doppler Exploiter l'expression du déalage Doppler de la fréquene dans

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

TD3 Dynamique relativiste

TD3 Dynamique relativiste Master de Physique 1ère année Relativité et temps M.-Ch. Angonin, M. Grould et Ch. Le Ponin-Lafitte 016-017 TD3 Dynamique relativiste 1. Réation de désintégration d un méson Un méson π 0 de masse m se

Plus en détail

TP 11. Application de l effet Doppler à l astrophysique : De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TP 11. Application de l effet Doppler à l astrophysique : De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux TP 11 Appliation de l effet Doppler à l astrophysique : De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Partie 1 Expression du déalage en longueur d onde Vous faites partie d une équipe d astrophysiiens

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE www.suplog.fr Tél. 01 43 13 53 34 ontat@supdelog.fr DOSSIER DE CANDIDATURE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Collez votre photo NE PAS REMPLIR CE CADRE RÉSERVÉ AU SERVICE DES ADMISSIONS Date de réeption dossier :

Plus en détail

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique Page 1 sur 5 1 ère S Physique Mécanique - Enoncé - Remarques préliminaires : - n prendra g = 9,8 N.kg -1. - n traaille dans un référentiel terrestre supposé galiléen. Un jouet, une «petite oiture», est

Plus en détail

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard

Assistance à la navigation automobile par temps de brouillard Assistane à la navigation automobile par temps de brouillard Niolas Hautière Rahid Belaroussi Jean-Philippe Tarel Laboratoire Exploitation Pereption Simulateurs et Simulations Université Paris-Est, INRETS-LCPC

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE

ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE ESDEP GROUPE DE TRAVAIL 4B PROTECTION INCENDIE Exemples 4B Caluls de résistane au feu Fihier : L4B-5.do OBJECTIF Familiariser le onepteur à des méthodes simples de alul de résistane au feu et d'épaisseur

Plus en détail

Chapitre 5 Effet Doppler Ondes sphériques

Chapitre 5 Effet Doppler Ondes sphériques Chapitre 5 Effet oppler Ondes sphériques 5-1 Effet oppler Comment mesurer la itesse d une oiture? La gendarmerie utilise lassiquement des radars (9.41 GHz ou 10.565 GHz) dont le prinipe est basé sur l

Plus en détail

Chapitre n 10 : Relativité L

Chapitre n 10 : Relativité L OS 5 ème 1 a théorie de la relatiité d Einstein traite de la façon dont nous Chapitre n 10 : Relatiité L obserons différents éénements en partiulier de la façon dont nous dérions les éénements et le mouement

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Se positionner grâce aux ondes GPS, horloges et relativité (3) Extrait du programme d enseignement

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Servies à la personne by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible, IR et de RMN

Spectroscopie UV-visible, IR et de RMN Complément au hapitre 4 Spetrosopie UV-visible, IR et de RMN 1 Absorption d ondes életromagnétiques 11 Rayonnement életromagnétique Une radiation életromagnétique est aratérisée par sa fréquene ν eprimée

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers du onseil en entreprise Questionnaire préalable d assurane Identiiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

Chapitre 3 : La quantité de mouvement et les collisions L

Chapitre 3 : La quantité de mouvement et les collisions L OS 4 ème Chapitre 3 : La quantité de mouement et les collisions L a dynamique est la branche de la mécanique qui a pour but d expliquer le mouement d un objet en considérant les forces qui agissent sur

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

Effet Doppler Acoustique

Effet Doppler Acoustique OPo Effet Doppler Aoustique Résumé Soit une soure d ondes périodiques de fréquene ν en mouvement par rapport à un observateur. Ce dernier perçoit une fréquene ν différente de ν et qui dépend de sa vitesse

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme Enseignant A. Direr Liene 2, 1er semestre 2008-9 Cours de maroéonomie suite Partie 6 : Les flutuations éonomiques à ourt-terme Observons le graphique montrant la prodution industrielle des EU entre 1960

Plus en détail

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile

Estimation Temps Réel des Etats Dynamiques d un Véhicule Automobile stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile Sébastien Plane o ite this version: Sébastien Plane. stimation emps éel des tats Dynamiques d un Véhiule Automobile. Automatique obotique.

Plus en détail

Chapitre 3 Les propriétés des ondes

Chapitre 3 Les propriétés des ondes ENIÈE IMPESSION LE 1 er août 2013 à 16:36 Chapitre 3 Les propriétés des ondes Table des matières 1 La diffration des ondes 2 2 Les interférenes 3 3 Effet oppler 4 PAUL MILAN 1 PHYSIQUE-CHIMIE. TEMINALE

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

La formation en informatique? Une question à géométrie variable!

La formation en informatique? Une question à géométrie variable! 1 La formation en informatique? Une question à géométrie variable! Fabienne Viallet*, Alain Piaser** * MCF Informatique DiDiST CREFI-T Didatique des Disiplines Sientifiques et Tehniques Centre de Reherhe

Plus en détail

RELATIVITE RESTREINTE

RELATIVITE RESTREINTE RELATIVITE RESTREINTE Introduction A la fin du 19eme siècle, la physique a atteint un niveau de développement remarquable. Un vaste ensemble de phénomènes naturels sont expliqués. La mécanique de Newton

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380)

Etude Technique. «Protection Foudre» Dépôts de munitions de Montervilly du camp de Coetquidan Guer (56380) 17 Marque débat 65200 Cieutat Tél.: 05.62.91.29.38 / Fax : 05.62.91.29.98 Email : d.lejop@foudre-prote.om EURL Capital 7622,45 RCS: Bagnères de Bigorre 399 133 198 Siret: 399 133 198 000 32, APE: 7712B

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

La stabilité en géométrie

La stabilité en géométrie Roger Cuppens (*) À George Pólya (1) PMEP Pour herher et approfonir 671 La stabilité en géométrie Dans et artile, j étuie le rôle es essins ans l élaboration e la géométrie euliienne. Ce rôle et le fait

Plus en détail

Chapitre 2.4 La réfraction

Chapitre 2.4 La réfraction Chapitre.4 La réfratio La itesse e la lumière as u milieu 8 La lumière oage as le ie à ue itesse 3 0 m/s. Lorsqu elle oage as u milieu, la lumière se éplae à itesse égale à la itesse as le ie iisé par

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale

Plus en détail

Journal de classe. Maternel & Primaire 2014-2015. Nom. Prénom

Journal de classe. Maternel & Primaire 2014-2015. Nom. Prénom Journal de lasse L E Q U O T I D I E N D E L E N S E I G N A N T Maternel & Primaire 2014-2015 Nom Prénom Un journal de lasse, pourquoi? Tout au long de sa vie, un individu est onfronté à des situations

Plus en détail

Le Paradoxe des jumeaux (le voyageur de Langevin)

Le Paradoxe des jumeaux (le voyageur de Langevin) Le Paradoxe des jumeaux (le oyageur de Langein) Plan: Relatiité Restreinte (Speial Relatiity) Voyage spatial (inématique) Voyage spatial (propulsion) Annexe1: Contration des longueurs Dilatation du temps

Plus en détail

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes e B et C Mouements rectilignes 13 Chapitre : Mouements Rectilignes 1. Définitions * Le mouement est rectiligne la trajectoire est une droite. * Le mouement est uniforme (intensité du ecteur itesse instantanée)

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

La distance d arrêt.

La distance d arrêt. La distance d arrêt. Niveau Références B.O. Partie 3 ème C - De la gravitation à l énergie mécanique. C2 - Énergie cinétique et sécurité routière. Sous-partie Pourquoi la vitesse est-elle dangereuse? Pré

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

Chapitre 2 Caractéristiques énergétiques du son

Chapitre 2 Caractéristiques énergétiques du son Chapitre Caratéristiques énergétiques du son NTRODUCTON Dans e hapitre, on ne s intéresse pas aux flutuations temporelles des différentes grandeurs mais au ontraire à leur moyenne temporelle (puissane

Plus en détail

TP LO 52 Séance n 2 : Antennes «Ricoré»

TP LO 52 Séance n 2 : Antennes «Ricoré» UTBM LO 5 T séane n 3 séanes de T : - Antennes ilaires - Antennes «Rioré» - Débit réel T LO 5 Séane n : Antennes «Rioré» Déroulement de la seonde séane de T : Même type d expériene que lors de la 1 ière

Plus en détail

Chapitre 9 Relativité restreinte

Chapitre 9 Relativité restreinte Chapitre 9 Relatiité retreinte Quetion : Chapitre 8 du manuel : #3) Pour le expériene relatiite, le temp n et plu abolu tel que le uppoe le tranformation de Galilée. Si le deux référentiel d inertie ne

Plus en détail

UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE

UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE ANGERS UNIVERSITE D ANGERS FACULTE DES SCIENCES PROJET DE FIN D ANNEE Liene de physique et Appliations Laurent DE RYCK Loï LE GUYADER Anémométrie Laser Doppler Soutenu le 2 juillet 2001 Responsable de

Plus en détail

C - LE CHAMP MAGNÉTIQUE

C - LE CHAMP MAGNÉTIQUE C - LE CHAMP MAGNÉTQUE C - 1 - ORGNE DES CHAMPS MAGNÉTQUES L existence de champs magnétiques est liée aux déplacements de charges électriques. En plus d un champ électrique, une charge électrique en mouement

Plus en détail

Micro-satellite DEMETER UTILISATION DU MODELE IGRF POUR LA PROGRAMMATION DE LA CU

Micro-satellite DEMETER UTILISATION DU MODELE IGRF POUR LA PROGRAMMATION DE LA CU Miro-satellite DEMETER UTILISATION DU MODELE IGRF POUR LA PROGRAMMATION DE LA U Préparé par : O. Santolik Date : 6 fevrier 2003 Référene : DMT/MU/PS/3/0032/M/LP/1.1 Edition. Révision 1.1 Vu par : M. Parrot

Plus en détail

f( x ) = ( x + ( 3) ) 2 + (+4) = (+1) x 2 + ( 6) x + (+13),

f( x ) = ( x + ( 3) ) 2 + (+4) = (+1) x 2 + ( 6) x + (+13), TRANFORMATION ÉLÉMENTAIRE de la FONCTION QUADRATIQUE Q( ) = Dans l ensemble des figures i-dessous, la fontion quadratique Q() = est traée en rouge et gras. uite à une observation ritique et attentive de

Plus en détail

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength

Cofra. BeauDrain(-S) consolidation sous vide. Cofra. Building worldwide on our strength onsolidation sous vide (-S) C Building worldwide on our strength onsolidation sous vide La onsolidation de terrains sous vide a été introduite dès 1952 par W. Kjellman, l inventeur du drain vertial préfabriqué.

Plus en détail

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs

Equipe Technique Régionale des Formations d Entraîneurs Equipe Tehnique Régionale des Formations d Entraîneurs Ligue d Athlétisme des Pays de la Loire FORMATIONS DES ENTRAINEURS 2013 / 2014 Chers entraîneurs éduateurs, «Plus que le talent, est l envie qui ompte»

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web

Plus en détail

ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS

ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS ACOUSTIQUE INDUSTRIELLE TRAITEMENTS Doument réalisé par : Jean CATALIFAUD METRAVIB RDS Web : www.metravib.r Sommaire AVERTISSEMENT... 4 ISOLATION ACOUSTIQUE... 5 PAROI SIMPLE... 5 Paroi ininiment rigide...

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Chapitre 2 Convertisseurs continu/continu : Les hacheurs

Chapitre 2 Convertisseurs continu/continu : Les hacheurs Lyée La Fayette Page 1 Chapitre 2 Convertisseurs ontinu/ontinu : Les haeurs 1. GENEALITES Un onvertisseur ontinu/ontinu ou haeur est un onvertisseur statique (utilisant des omposants à semi-onduteurs)

Plus en détail

SELECTIONNER ENTREPRISES

SELECTIONNER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment SELECTIONNER les ENTREPRISES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Ave le soutien du Fonds soial européen Pourquoi séletionner ertaines entreprises? Toutes les entreprises de votre seteur

Plus en détail

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage

Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne. Rapport de Stage Eole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg Modélisation numérique du glissement de terrain de Super Sauze par voie de photogrammétrie aérienne Rapport de Stage Deuxième Année de Formation

Plus en détail

c db 4th International Conference on Computer Integrated Manufacturing CIP 2007 03-04 November 2007

c db 4th International Conference on Computer Integrated Manufacturing CIP 2007 03-04 November 2007 4th International Conferene on Computer Integrated Manufaturing CIP 27 3-4 November 27 Implémentation en Temps Réel d'un lgorithme de Détetion de Fuite d'eau des Réseaux de Distribution sur le Proesseur

Plus en détail

Ondes. y t 1. y t >t. x 2

Ondes. y t 1. y t >t. x 2 Ondes (Préparation Olympiades de Physique 2006) 1 Ondes I Ondes progressives 1/ Desription Dans un milieu à une dimension (orde, ressort), on peut observer une onde se propager selon la diretion Ox du

Plus en détail

Devoir libre de Sciences Physiques n 6 du 25-01-2016

Devoir libre de Sciences Physiques n 6 du 25-01-2016 1 DL6 Sienes Physiques MP 2015-2016 Devoir libre de Sienes Physiques n 6 du 25-01-2016 Problème n o 1 Physique des olloïdes métalliques E3A MP 2007 Les olloïdes sont de petites partiules solides ou liquides,

Plus en détail