LE THÉÂTRE DU MERLAN scène nationale à Marseille. un théâtre situé dans le Centre Urbain du Merlan

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE THÉÂTRE DU MERLAN scène nationale à Marseille. un théâtre situé dans le Centre Urbain du Merlan"

Transcription

1 LE THÉÂTRE DU MERLAN scène nationale à Marseille un théâtre situé dans le Centre Urbain du Merlan

2 L'œil averti constate qu'il a affaire à un bâtiment tramé et à un ouvrage faisant référence aux procédés de construction de cette époque, les années 70, courant de la «super- structure». «Ouvrage d'art» sur une voie rapide, le Centre Urbain est un immense pont qui franchit l'avenue Allende. Il représente un des seuls bâtiments à Marseille avec une telle typologie, si massive et si complexe. Allant dans un théâtre, nous nous retrouvons face à un bâtiment-pont, installé dans un site topographique très particulier et compliqué, à flanc de colline, avec une partie haute (Carrefour, parkings...) et une partie basse (le théâtre, le commissariat...), au croisement de nombreux flux (routes, voies rapides), lui même abritant de nombreux flux de circulation intérieure, avec ses galeries, ses issues de secours croisées, ses passerelles. Il se présente comme l'emblème des quartiers nord (il en est le centre) et donc des divisions de cette ville, marquée par la coupure entre quartiers nord et quartiers sud (géographique et sociologique), comme le symbole d'un terroir «oublié, passé» (la campagne marseillaise, les collines, les bastides), d'un grand territoire (la ville) éclaté et des contradictions de cette ville : une scène nationale (d'habitude située en centre ville) ici placée dans un quartier pauvre, perçu «négativement», qui, aujourd'hui, après avoir fait l'objet d'opérations successives lourdes de réhabilitation, bénéficie d'un GPV (grand projet de ville) et d'un vaste projet de rénovation urbaine (grand St Barthélémy).

3 Retour aux origines du théâtre du Merlan et à la construction du Centre Urbain, en 1975 Situation et chronologie Le Centre Urbain va être construit à l'intérieur du périmètre de la ZUP N 1, dans le 14ème arrondissement de Marseille, appelée à cette époque «zone à urbaniser par priorité». La ZUP N 1 a été créée par arrêté du 6 janvier Le conseil municipal a confié à la SOMICA (société marseillaise mixte d'aménagement et d'équipement) le 19 décembre 1960 l'étude de l équipement de la ZUP. Cette étude avait pour objet la préparation d'un dossier comprenant notamment le programme de travaux et le bilan financier prévisionnel de l'opération, établi à partir du plan masse dressé par l'architecte en chef désigné par le Ministre de la construction, en accord avec la ville de Marseille. Il s'agissait de Guillaume Gillet, qui avait déjà fait de grandes réalisations (n'oublions pas que le Maire, Gaston Deferre, avait été Ministre et jouait un rôle politique national important). Soulignons que la documentation trouvée dans les archives de Marseille est extrêmement pauvre en plans et encore plus en référence à l'architecte en chef. Je n'ai trouvé aucun document faisant état d'une relation entre le Maire ou ses collaborateurs proches et Guillaume Gillet.

4 La zone à urbaniser a une superficie de 164 hectares environ et devra compter 7970 logements logements sont déjà construits ou en construction sur 26 hectares. Il reste donc 138 hectares disponibles affectés à 6246 logements. L'opération de réalisation de logements avait donc déjà commencé avant le démarrage administratif (délibération) de la ZUP. La procédure ZUP est apparue comme une opportunité très positive pour les villes, puisque l'etat s'engageait sur un montant de subvention. Les ZUP : Rappel Procédure administrative d'urbanisme opérationnel utilisée en France entre 1959 et 1967 afin de répondre à la demande croissante de logements (cf. accroissement démographique et ses raisons...), la ZUP pose le principe d'un zonage afin de planifier et d'encadrer le développement urbain. Les ZUP ont été créées par le décret N du 31 décembre 1958 afin de permettre, dans les «communes ou agglomérations où l'importance des programmes de construction de logements rend nécessaire la création, le renforcement ou l'extension d'équipements collectifs» la planification et le financement de ces équipements et logements, afin de planifier et d'encadrer sur le territoire national le développement urbain, de répondre à la carence de logements et de favoriser la résorption de l'habitat insalubre. Les zones à urbaniser par priorité permettaient l'équipement rapide de terrains où l'on souhaitait localiser des opérations nouvelles d'urbanisme. La collectivité responsable, la commune ou, souvent l'état, passait une convention avec un établissement public ou une SEM qui expropriait les terrains, les équipait et les revendait aux constructeurs. Le financement était assuré en partie par l'état, dont le représentant local, le Préfet, approuvait les éléments essentiels (plan-masse, programme )

5 Retour à Marseille, années 60 De manière générale, la procédure ZUP nous renseigne sur le type d'urbanisation de l'époque et nous renvoie à l'histoire de Marseille autant qu'à son contexte politique : les années Deferre. Quelle réflexion dans la planification de l'époque? Comment émerge l'urbanisation dans cette ZUP, la première à Marseille? Sur le plan foncier, son périmètre correspond aux propriétés - bastides des grandes familles marseillaises - achetées par les organismes HLM dès la fin des années 50. Nous l'avons vu, dès cette époque émergent les premiers logements dans des grands ensembles. Il s'agissait, rappelons-le, d'abord de répondre à l'explosion démographique (entre 1956 et 1976, la population marseillaise passe de à habitants). Pour autant, le périmètre de la ZUP va être tracé autour du projet de construction de la rocade, entamé en 1962, visant à relier l'autoroute Nord et l'autoroute Est, les deux seules existantes à l'époque, et à réduire le transit par le cœur de la ville. Ainsi, en réalité, une large priorité est donnée aux projets infrastructurels, comme le dira plus tard Philippe Sanmarco luimême, (à l'époque directeur de la SOMICA, à qui le Conseil Municipal a décidé la concession de l'opération de la ZUP par délibération le 27 mai 1963) : «Les espaces de vie et d'habitat se déduisent des projets de grands travaux et non l'inverse...» («Marseille l'endroit du décor», 1985).

6 Il est intéressant de remarquer qu'une telle réalisation (la rocade) représentait une sorte de «déviation» par rapport aux textes sur les ZUP qui préconisaient qu'une «voirie primaire» (la L2 fut ainsi appelée pour bénéficier de subventions) puisse être financée pour «mettre en relation une opération avec son environnement», et non l'inverse! La ZUP sera donc conçue autour d'une voie autoroutière, qui va être réalisée en tranchée avec de nombreux déblais, des échangeurs, sans lien avec les zônes d'habitat et au-dessus de laquelle va être construit le Centre Urbain, à l'emplacement d'une colline boisée, avec vue sur la mer... Plus tard, à nouveau, dans les années 80, Philippe Sanmarco aura ce commentaire éloquent sur la réflexion qui a présidé la planification de l'époque : «Pour la ZUP N 1 on est dans la périphérie de la ville urbanisée, on trace de grandes voies puis on construit autour sans vision urbaine». Nous savons que Marseille ne sera pas le seul exemple d'une planification de ville conçue comme un boulevard urbain. Périmètre de la Zup n 1

7 Les raisons et le contexte de la réalisation du Centre Urbain La plupart des cités sont donc déjà construites au début des années 70, parmi lesquelles «La Busserine» et «Malpassé», entourant le site où va se réaliser le Centre Urbain. «Fontvert», de l'autre côté de la rocade est presque achevée. Seuls existent quelques petits commerces de proximité sur ce secteur, insuffisants par rapport à la population existante et les prix sont élevés pour les habitants. Ils le font savoir lors des réunions de concertation qui ont lieu une fois par mois (menées par Lucien Weygand, Maire de secteur (13 et 14ème arr.), PS proche de Deferre, les services techniques de la Ville et les associations - courant Léo Lagrange - elles mêmes proches de Deferre...). Jusque là, le Maire a toujours refusé la réalisation d'un centre commercial sur la ville, défendant les «petits commerces», lobby électoral important. Cette fois, et c'est une première, il va accepter que dans la ZUP N 1 soit réalisé un supermarché, essentiellement pour remédier au fait que les habitants aient un rapport de prix trop élevé à la consommation alimentaire. La construction d'un hypermarché va être voulu par tous. Ce sera le premier, avant «Boneveine» et bien plus tard «Grand Littoral». La réalisation d'un centre commercial va représenter une vraie modification du programme initial de la ZUP N 1, puisqu'elle comportait exclusivement des logements collectifs type HLM. Une première étude (après plusieurs études de marché sur le secteur) de la CCIM (chambre de commerce) remise le 20 mars 1971 confirmera la nécessité de «créer un centre commercial» de « m2 avec éventuellement une deuxième unité pour des boutiques et une cafétéria, de 3 à 4000 m2». Ce serait (je n'ai pas retrouvé de traces formelles) la SOMICA qui aurait eu l'idée du site, «au milieu de la ZUP». Plutôt que de creuser à grands frais le tunnel projeté par la DDE et sans pouvoir construire dessus, on continuerait la tranchée de la L2 à travers la butte et on pourrait construire dans le volume ainsi créé un empilement de planchers à cheval sur la future rocade.

8 Le conseil municipal de novembre 1972, après la consultation faite par la SOMICA en 1971, approuve la réalisation du projet et retient la proposition (construire un centre commercial «régional» plus grand que celui prévu), de M. Weil, promoteur, qui constituera une société de gestion, la SMECI (Société Méditerranéenne d'expansion Commerciale et Industrielle) en Le terme «Centre urbain» apparaît dans un texte de la commission d'urbanisme qui approuve la réalisation du Centre commercial sur une superficie de m2, plus des équipements municipaux : une salle polyvalente, une bibliothèque, une halte enfants et même une patinoire!... Pourquoi ces «équipements municipaux» apparaissent-ils (au dernier moment) dans la proposition de la réalisation (décision initiée par la SOMICA)? Je n'ai pas retrouvé de textes officiels ni même de lettres qui le mentionne. On peut supposer que la prise de conscience sur la gestion du quartier a commencé. D'autant que les critiques sont déjà apparues sur l'isolement du quartier par rapport au reste de la ville et sur un quartier d'habitat répondant plus à des objectifs routiers qu'à la création d'un quartier équilibré. Le regard porté sur les grands ensembles change. La critique monte, annonciatrice des périodes à venir : la réhabilitation. Les comptes-rendus des réunions de «concertation pour l'amélioration des conditions de vie dans la ZUP N 1» témoignent des insuffisances dénoncées par les habitants. Et nous savons que la SOMICA, qui a joué un rôle fondamental est en lien étroit avec M. Grandguillot, chargé de mission dépendant du secrétariat général à l'expansion de la ville, qui dirige les réunions de concertation. A travers la notion de «salle polyvalente» apparaît en germe la réalisation de notre théâtre. Façade du Centre Urbain Avenue Raimu et entrée du Théâtre La construction du Centre Urbain débutera le 5 juin 1975, sur un terrain de 76000m2 et, après seulement 10 mois, sera inauguré le 7 avril 1976.

9

10 La mémoire de la décision de réaliser un théâtre Le théâtre du Merlan, dans le cadre de l'application du droit de l'urbanisme de l'époque (défini par la ZUP et la LOF) fut réalisé grâce à une transaction : la construction d'un supermarché Carrefour en échange de «2000m2 d'espaces couverts et clos à destination culturelle» (entre-autre équipements municipaux comme nous l'avons vu précédemment). Entrée principale des équipements publics Le contexte sur le secteur et la «petite histoire» La SOMICA, la société d'économie mixte est dirigée par un proche de Gaston Deferre. Elle assure l'articulation entre la Ville et l'etat, qui va comme nous le savons, jouer un rôle considérable dans la planification urbaine à cette époque. «ALFA», puissance proche de la Caisse des Dépôts et donc de l'etat, gère les structures sociales de la ville. Son directeur, Severin Montarello et Lucien Weygand, élu PS du secteur ont la confiance de Gaston Deferre. La SOMICA et la Caisse des dépôts travaillent ensemble, avec les associations du secteur, en articulation étroite avec le secrétariat général de la Mairie. C'est Lucien Weygand qui a la responsabilité de la programmation de la «salle polyvalente». Les techniciens maître d'œuvre (Messieurs Montarello et Grandguillot) contactent Jean-Pierre Daniel, responsable d'une association culturelle consacrée à la vidéo installée sur le secteur, et lui demandent : «Que peut-on faire de ces 2000 m2?». La réponse fut : «Un studio de cinéma avec une tribune à l'intérieur, à articuler avec une bibliothèque»... En accord avec le plan de développement des bibliothèques de 1973, le projet est accepté. L'espace est divisé en deux : une salle polyvalente et une bibliothèque.

11 En une soirée, sur un calque, J.P. Daniel fait le dessin de la salle polyvalente! Un plateau au sol, un gradin (copié sur celui du stade vélodrôme, ce qui explique son caractère particulièrement pentu!) et qui «exploite la déclinivité du rocher», une régie et une entrée camion (dessous). Le plan est donné au constructeur. Mais où situer cette salle polyvalence? J.P. Daniel propose que les deux fonctions (centre commercial et activité culturelle) se tournent le dos. La circulation entre les deux n'est pas à l'ordre du jour... La salle polyvalente sera donc placée en sous-sol, dans les fondations... L'infrastructure du Centre Urbain se construit à toute vitesse, avec des poteaux gigantesques pour réaliser le pont, au dessus de la voie rapide. Des cables sont tirés dans l'urgence pour la salle polyvalente, sur les consignes que donne J.P. Daniel au constructeur («Nord France»). Un drôle d'objet va alors apparaitre, un «trou noir», avec l'idée qu'on «puisse tout y faire». Peu d'espaces pour le théâtre existent à ce moment là à Marseille. Nous sommes au début du théâtre de la Criée avec M. Maréchal. R. Mouillac va amener au Merlan un public friand de théâtre. Un lieu, une «enclave» démarre (avec 10 projecteurs, une secrétaire, un directeur salarié de la Maison de Quartier!). Quelque-chose commence à s'inventer. Peter Brook va être un des premiers artistes invités. Hall actuel du Théâtre Salle de spectacle

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 Service Presse MPM Tél. : 04 88 77 62 54 / 06 32 87 51 18 / contact.presse@marseille-provence.fr BOULEVARD

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux

Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux Jean-Philippe Brouant, Maître de conférences à l Ecole de droit de la Sorbonne, Co-directeur du SERDEAUT Un des aspects

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70.

Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. Les règles d urbanisme p68 - Les aides aux propriétaires p70. 67 aménagement et urbanisme Les règles d urbanisme Direction du Développement et de la Stratégie Urbaine (DDSU) g2, rue Victor-Hugo - Place

Plus en détail

Cahier des charges pour une assistance au projet de déménagement des locaux de l Apur

Cahier des charges pour une assistance au projet de déménagement des locaux de l Apur Cahier des charges pour une assistance au projet de déménagement des locaux de l Apur 1 Présentation de l Apur... 2 1.1 Création, missions... 2 1.2 Statuts et membres... 2 1.3 Fonctionnement... 2 2 Locaux

Plus en détail

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Nadine POLOMBO Ecole polytechnique de l'université de Tours Département Aménagement npolombo@univ-tours.fr Le projet SIG n'est pas seulement un

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS

CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS CHAPITRE 6 : ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D AUTRES PROJETS CONNUS Page 365 Page 366 SOMMAIRE DU CHAPITRE 6 : 1. Introduction... 368 2. Projets connus dans l aire d étude... 368 2.1. Réaménagement

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES. Versement 19860099

ARCHIVES NATIONALES. Versement 19860099 Versement 19860099 MINISTERE : DIRECTION : URBANISME, LOGEMENT ET TRANSPORTS URBANISME ET PAYSAGES Sommaire Art 1-26 (AFU 9407-AFU 9432): aménagement du quartier des Halles à Paris: projets, études, plans,

Plus en détail

[PREMIERE PHASE D AMENAGEMENT DE LA ZONE D AMENAGEMENT CONCERTEE DE LYON CONFLUENCE]

[PREMIERE PHASE D AMENAGEMENT DE LA ZONE D AMENAGEMENT CONCERTEE DE LYON CONFLUENCE] Bilan financier d aménagement Etude réalisée dans le cadre d un Master 2 mention Opérateurs et Managers Urbains de l Institut Français d Urbanisme Année 2011-2012 Nils Svahnstrom et Manon Richerme [PREMIERE

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 01 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES DIFFÉRENTS TYPES D ESPACES PROTÉGÉS

FICHE PRATIQUE 01 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES DIFFÉRENTS TYPES D ESPACES PROTÉGÉS LES DIFFÉRENTS TYPES D ESPACES PROTÉGÉS FICHE PRATIQUE 01 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS ORIGINES, PRINCIPES ET ACTUALITÉS DES DIFFÉRENTS TYPES D ESPACES PROTÉGÉS MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES

CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES «Domaine des Saules» CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES Réunion publique 18 Octobre 2012 Table des Matières 1. PREAMBULE 1. LOCALISATION DU PROJET 2. OBJECTIFS ET ENJEUX DU PROJET D AMENAGEMENT

Plus en détail

Délibération du Conseil Municipal du lundi 26 avril 2010

Délibération du Conseil Municipal du lundi 26 avril 2010 Délibération du Conseil Municipal du lundi 26 avril 2010 36 Réaffectation du bâtiment sis 8 rue de l'ardèche à l'association des Restos du Cœur - Avis du Conseil municipal (art. L5211-57 du CGCT). Par

Plus en détail

OPÉRATION D'AMÉNAGEMENT DOMAINE DES BRISES

OPÉRATION D'AMÉNAGEMENT DOMAINE DES BRISES OPÉRATION D'AMÉNAGEMENT DOMAINE DES BRISES - Concertation préalable / Février 2015 - La SHLMR est propriétaire d'une vaste parcelle (EH 44), implantée en partie basse du quartier résidentiel de La Montagne

Plus en détail

Conclusions et préconisations Un pôle de petite taille dont l offre apporte une réponse aux besoins quotidiens de la population alentour

Conclusions et préconisations Un pôle de petite taille dont l offre apporte une réponse aux besoins quotidiens de la population alentour ISERE (38) GRENOBLE (ZUS, liste supplèmentaire ANRU) Le dispositif commercial existant Nature et composition 7 commerces aux pieds de tours et de barres de logements, Une fréquentation confortée par la

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36

CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36 CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36 PREAMBULE LA NATURE ET LA PORTÉE DES ORIENTATIONS D'AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION LA NATURE Depuis la loi Urbanisme et Habitat,

Plus en détail

NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL PUYOO(65) SERVICECOMMUNE P.A.D.D.

NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL PUYOO(65) SERVICECOMMUNE P.A.D.D. PAYS (SI NECESSAIRE) NOM DU CLIENT SERVICECOMMUNE 'AUREILHANE PUYOO(65) DE GENOS NOM DU PROJETPLAN LOCAL DD'URBANISME SOUS-TITRE EVENTUEL (faire en sorte que le Titre vienne se poser sur la forme ci dessous

Plus en détail

La planification à l échelle de la région parisienne

La planification à l échelle de la région parisienne La planification à l échelle de la région parisienne 1932 1939 : plan d aménagement de la région parisienne ou plan PROST 1941 : Une nouvelle région parisienne 1945 1960 : décentralisation de la région

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

Détermination des enjeux exposés

Détermination des enjeux exposés RAPPORTS CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON Département Laboratoire de Clermont-Ferrand Affaire 19526 Détermination des enjeux exposés au risque inondation de l'oeil à Cosne d'allier novembre

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - DÉPARTEMENT DU NORD VILLE DE ROUBAIX PROJET DE RENOVATION URBAINE (PRU) QUARTIER DES TROIS PONTS MISSION GLOBALE DE GEOMETRE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - DÉPARTEMENT DU NORD VILLE DE ROUBAIX PROJET DE RENOVATION URBAINE (PRU) QUARTIER DES TROIS PONTS MISSION GLOBALE DE GEOMETRE MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS DE SERVICES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - DÉPARTEMENT DU NORD VILLE DE ROUBAIX PROJET DE RENOVATION URBAINE (PRU) QUARTIER DES TROIS PONTS MISSION GLOBALE DE GEOMETRE CONVENTION

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT Le Permis de Construire (PC) et le lotissement sont deux outils de planification urbaine qui touchent plus particulièrement la construction. Ces deux outils ont émergé

Plus en détail

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES

LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES LES PLANS DE PREVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES Extrait du site www.clic-rhonealpes.com Des catastrophes, Feyzin - Bhopal - AZF, rappellent périodiquement que certaines installations industrielles sont

Plus en détail

Dossier de demande de dérogation. à l'urbanisation limitée. application de l article L 122-2. du code de l urbanisme

Dossier de demande de dérogation. à l'urbanisation limitée. application de l article L 122-2. du code de l urbanisme Direction départementale des territoires de la Drôme Service Aménagement du Territoire et Risques Pôle Planification Dossier de demande de dérogation à l'urbanisation limitée application de l article L

Plus en détail

Ilot H : un nouveau programme immobilier dévoilé

Ilot H : un nouveau programme immobilier dévoilé Ilot H : un nouveau programme immobilier dévoilé Vendredi 17 juillet 2015 Ilot H : un nouveau programme immobilier dévoilé SOMMAIRE Communiqué de presse Le projet lauréat en images Le projet urbain de

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP).

sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP). 2015-04 Séance du 11 février 2015 AVIS sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie Tarbes Hautes Pyrénées (CCI THP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT

STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT Marie Monferrand 21 janvier 2014 L'immobilier dans l Économie nationale 22 % du Produit Intérieur Brut dépenses en logement ==> dépenses courantes : 303 Milliards

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 3. Les fortes priorités au moment du POS initial (1974) Le rapport de présentation du POS initial accorde une attention particulière et une place

Plus en détail

Aide départementale à la rénovation urbaine (convention ANRU/CG) :

Aide départementale à la rénovation urbaine (convention ANRU/CG) : Objet de l intervention Bénéficiaires Nature des dépenses éligibles Orientation n 2 Objectif 2.1 Fiche action 2.1.1 1- Stimuler la production de logements 2 - Renforcer l attractivité du parc existant

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

PLU de Toulouse Métropole Commune de Toulouse

PLU de Toulouse Métropole Commune de Toulouse PLU de Toulouse Métropole Commune de Toulouse Modification 2015 Réunion Publique 29 Avril 2015 Déroulé de la réunion 1 Contexte d'élaboration de la Modification du PLU 2 Rappel des principes d'un PLU 3

Plus en détail

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble

Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble Secteur des Bayonnes Programme d aménagement d ensemble 2. Programme et coût des équipements publics CONSEIL MUNICIPAL du 12 mai 2011 Ville d Herblay Services Techniques Subdivision Aménagement et Développement

Plus en détail

BORDEREAU DE VERSEMENT D'ARCHIVES

BORDEREAU DE VERSEMENT D'ARCHIVES DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DU NORD N du versement 2252W BORDEREAU DE VERSEMENT D'ARCHIVES SERVICE VERSANT Service : Secrétariat général Bureau : Archives intermédiaires Sommaire Archives

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs,

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER VILLE DE SAINT-BRIEUC / SAINT-BRIEUC AGGLOMERATION OPERATION RUE DU GOELO NOTE DE SYNTHESE. Mesdames, Messieurs, Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 29 septembre 2009 ----------------- Rapporteur : Mme DIOURON ----------------- N 10 CONVENTION DE

Plus en détail

RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT

RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT RAPPEL D INFORMATION SUR LA TAXE D'AMENAGEMENT Définition de la taxe d'aménagement : La taxe d'aménagement comporte une part communale et une part départementale qui sont institués par délibérations respectives

Plus en détail

Révision générale du plan local d urbanisme

Révision générale du plan local d urbanisme Révision générale du plan local d urbanisme Qu est ce qu un plan local d urbanisme? Le PLU est un outil d'aménagement et de gestion de l'espace qui permet de planifier, maîtriser et ordonner l'organisation

Plus en détail

Saint Pierre Montlimart

Saint Pierre Montlimart CETE de l'ouest DLRC d'angers Contexte général Saint Pierre Montlimart Visite du 17 juillet 2012 La réunion s'est tenue avec M. Serge Piou, maire de la commune. L'événement de mouvement de terrain qui

Plus en détail

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES

PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES PRESENTATION DU 26-6-2012 AU SYNDICAT DES ARCHITECTES «LES DERNIERES REFORMES EN MATIERE D URBANISME» DIRECTION DU DEVELOPPEMENT URBAIN SERVICE DES AUTORISATIONS D URBANISME LE LOTISSEMENT TEXTES Ordonnance

Plus en détail

PLAN LOCAL D'URBANISME

PLAN LOCAL D'URBANISME DEPARTEMENT DE LA MOSELLE COMMUNE DE HAGEN PLAN LOCAL D'URBANISME Document conforme à celui annexé à la délibération du Conseil Municipal de HAGEN en date du 23 mai 2013 APPROUVANT le Plan Local d'urbanisme

Plus en détail

Fiche communale BOURG LES VALENCE

Fiche communale BOURG LES VALENCE Fiche communale BOURG LES VALENCE Synthèse de l entretien en commune du 30 juin 2011 CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA COMMUNE La ville de Bourg les Valence est traversée par différents axes de communication

Plus en détail

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption

Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Décision du Directeur Général n 2011/29 Décision de préemption LE DIRECTEUR GENERAL DE L ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE BRETAGNE Vu le Code de l Urbanisme et notamment

Plus en détail

LE PLAN LOCAL D URBANISME

LE PLAN LOCAL D URBANISME LE PLAN LOCAL D URBANISME PRESENTATION DU 4 février 2009 Conseil Municipal LE DOCUMENT ACTUEL: LE POS PLAN D OCCUPATION DES SOLS: Issu de la Loi d Orientation Foncière du 30 Décembre 1967, les POS fixe

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

Direction Départementale des Territoires. Le Programme local de l'habitat

Direction Départementale des Territoires. Le Programme local de l'habitat Direction Départementale des Territoires Le Programme local de l'habitat Ordre du jour I - Définitions. Le PLH. Le logement II - Cadre juridique/repères historiques III - La démarche d'élaboration du PLH.

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DE RENNES METROPOLE Commune de Chartres de Bretagne Plan Local d Urbanisme Orientations d Aménagement et de Programmation Révision approuvée par DCM du 29/06/2009 Modifications

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT CHANTEPIE PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT Révision Approuvée par DCM du 25 février 2013 2 FEV 2013 CHANTEPIE - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT AGENCE DBW SOMMAIRE Chapitre 1 Les entrées de

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Conforter la place de la ville centre dans l agglomération

Conforter la place de la ville centre dans l agglomération Page 2 Conforter la place de la ville centre dans l agglomération Avec une population estimée à 116 700 habitants au mois de juillet 2004, soit une progression de l'ordre de 11 000 habitants sur près de

Plus en détail

Modification du dossier de création de la ZAC (Zone d'aménagement Concerté) des quais de Floirac

Modification du dossier de création de la ZAC (Zone d'aménagement Concerté) des quais de Floirac Modification du dossier de création de la ZAC (Zone d'aménagement Concerté) des quais de Floirac La ZAC des Quais en quelques dates 1993: création de la ZAC des Quais, un site d activités. 2001 : premier

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

PREAMBULE. Conformément à l article R311-7 du Code de l Urbanisme, le présent document constituant le dossier de réalisation de la ZAC comporte:

PREAMBULE. Conformément à l article R311-7 du Code de l Urbanisme, le présent document constituant le dossier de réalisation de la ZAC comporte: PREAMBULE Le quartier du Mail de Chenôve fait l objet d un Programme de Rénovation Urbaine (PRU), contractualisé le 12 mai 2005 avec l Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), et a pour principaux

Plus en détail

Un minimum de 10% du nombre total de places devra être réservé aux visiteurs et accessible en permanence.

Un minimum de 10% du nombre total de places devra être réservé aux visiteurs et accessible en permanence. 1 - LOGEMENTS TIsera prévu en moyenne: - Lo2èmellts collectifs: Logements sociaux: 1 place par logement Autres lo~ements : 2 places par logement de 3 pièces principales et plus. 1;5 place par logement

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Paris, le. La Ministre de l Ecologie et du Développement Durable

Paris, le. La Ministre de l Ecologie et du Développement Durable Paris, le DIRECTION de la PREVENTION des POLLUTIONS et des RISQUES Mission Bruit Affaire suivie par : David DELCAMPE Ligne directe : 01 42 19 15 38 Télécopie : 01 42 19 15 93 Mel : david.delcampe@environnement.gouv.fr

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme - Règlement - Annexes A N N E X E S

Plan Local d Urbanisme - Règlement - Annexes A N N E X E S A N N E X E S ANNEXE I - REGLES DE STATIONNEMENT Le territoire de la ville de Vannes est découpé en trois périmètres figurant sur les plans ci-après, correspondant à des règles de stationnement spécifiques.

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 2 ème groupe (5 ème catégorie) Effectif < à 20 personnes et sans locaux à sommeil RÉGLEMENTATION APPLICABLE

Plus en détail

Nouveau quartier de la Giraudière. Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche

Nouveau quartier de la Giraudière. Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche Nouveau quartier de la Giraudière Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche Nouveau quartier de la Giraudière Réunion publique du 17 décembre 2014 Sujets de la réunion Historique

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8805 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 30 août 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 9 692 877 F pour la construction de

Plus en détail

VAL-DE-MARNE (94) ALFORTVILLE Quartiers Sud (Grand Ensemble) (ZRU, Liste supplémentaire Anru) CENTRE COMMERCIAL DU GRAND ENSEMBLE

VAL-DE-MARNE (94) ALFORTVILLE Quartiers Sud (Grand Ensemble) (ZRU, Liste supplémentaire Anru) CENTRE COMMERCIAL DU GRAND ENSEMBLE VAL-DE-MARNE (94) ALFORTVILLE (ZRU, Liste supplémentaire Anru) Le dispositif commercial existant Nature et composition Un ensemble commercial comprenant une dizaine d activités Le pôle marchand est entouré

Plus en détail

Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI)

Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI) Mise en place du Périmètre de Restauration Immobilière (PRI) ge 1 sur 10 Le Périmètre de Restauration Immobilière, créé en 1962, est une procédure d aménagement, au sens du code de l urbanisme, ayant pour

Plus en détail

POSE DE LA 1 ère PIERRE DU NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL LE HAMOIS VITRY-LE-FRANÇOIS

POSE DE LA 1 ère PIERRE DU NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL LE HAMOIS VITRY-LE-FRANÇOIS DOSSIER DE PRESSE 4 MAI 2015 POSE DE LA 1 ère PIERRE DU NOUVEAU CENTRE COMMERCIAL LE HAMOIS VITRY-LE-FRANÇOIS 1/9 Sommaire Communiqué de presse... 3 1. Un nouveau centre commercial à l offre plus large

Plus en détail

Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose!

Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose! Une commune, promoteur immobilier : est-ce possible? Les Jardins de la Chasse : Etterbeek innove et ose! 25 septembre 2013 Vincent DE WOLF Député-Bourgmestre 1 La commune en quelques lignes 2 Superficie

Plus en détail

Réunion publique "Quel avenir pour la salle de la Cité?"

Réunion publique Quel avenir pour la salle de la Cité? Réunion publique "Quel avenir pour la salle de la Cité?" Le jeudi 25 juin à 20h Informations générales Lieu: Salle de la Cité Organisateur: La Ville de Rennes Nombre de participants: une trentaine de participants

Plus en détail

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences :

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences : LAgence L Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint Omer : évolution des missions i Colloque «Collectivités territoriales et processus d'urbanisation : Méthodes d'accompagnement et rôles

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

IV - BESOINS EN MATIÈRE DE

IV - BESOINS EN MATIÈRE DE IV - BESOINS EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT, D AMÉNAGEMENT DE L ESPACE, ET D ENVIRONNEMENT - 86 - IV. BESOINS ET PROJETS Aménagement de l'espace La commune a souhaité revoir ses projets d'aménagement en considérant

Plus en détail

Ville de Paris Charte de la concertation sur PARIS NORD-EST ELARGI

Ville de Paris Charte de la concertation sur PARIS NORD-EST ELARGI Ville de Paris Charte de la concertation sur PARIS NORD-EST ELARGI I- CONTEXTE ET ENJEUX URBAINS DU PROJET D'AMENAGEMENT Le secteur de grand projet urbain «Paris Nord-Est», engagé dès 2002, d une superficie

Plus en détail

S O M M A I R E. Objet du Marché ARTICLE 1. Pièces constitutives du marché ARTICLE 2. Programme d'étude ARTICLE 3. Délais d exécution ARTICLE 4

S O M M A I R E. Objet du Marché ARTICLE 1. Pièces constitutives du marché ARTICLE 2. Programme d'étude ARTICLE 3. Délais d exécution ARTICLE 4 S O M M A I R E ARTICLE 1 Objet du Marché ARTICLE 2 Pièces constitutives du marché ARTICLE 3 Programme d'étude ARTICLE 4 Délais d exécution ARTICLE 5 Propriété des études et documents ARTICLE 6 Secret

Plus en détail

ferme dite bastide du Pichou, puis maison de villégiature d'entrepreneur dite Villa Miramar, puis cité ouvrière Kuhlmann-Pichou

ferme dite bastide du Pichou, puis maison de villégiature d'entrepreneur dite Villa Miramar, puis cité ouvrière Kuhlmann-Pichou ferme dite bastide du Pichou, puis maison de villégiature d'entrepreneur dite Villa Miramar, puis cité ouvrière Kuhlmann-Pichou 116 montée Pichou Marseille 16e arrondissement Dossier IA13001169 réalisé

Plus en détail

Relève du PSADER Non. Gestion de l'avance "crédit européen" Non. Contexte

Relève du PSADER Non. Gestion de l'avance crédit européen Non. Contexte Fiche Action DV2B0221 Intervenir en faveur du ré-investissement des bourgs et des quartiers en qualifiant l'offre d'hébergement Type de contrat DV Contrat de développement durable de Rhône-Alpes Contrat

Plus en détail

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie P A R C O U R S D U P A T R I M O I N E Cherbourg-Octeville le théâtre à l italienne Manche basse-normandie Façade du théâtre, dessin aquarellé, non daté, par Gutelle, musée d art Thomas- Henry, Cherbourg-

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section F Division 41

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section F Division 41 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section F Division 41 41 CONSTRUCTION DE BÂTIMENTS Cette division comprend la construction générale de bâtiments de toute nature. Elle comprend les chantiers

Plus en détail

MUNICIPALITE D'ECUBLENS/VD PREAVIS No 6/2003

MUNICIPALITE D'ECUBLENS/VD PREAVIS No 6/2003 MUNICIPALITE D'ECUBLENS/VD PREAVIS No 6/2003 Octroi d'un crédit complémentaire au budget communal de fonctionnement de l'exercice 2003 Etude et mise à jour du plan directeur des circulations en matière

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial

3 avril 2015 Préfecture49/Secrétariat de la Commission départementale d'aménagement Commercial Composition du dossier de demande d'autorisation d'exploitation commerciale dans le cadre du permis de construire valant autorisation d'exploitation commerciale (Article R752-6 du Code de Commerce) 1 -

Plus en détail

SERVITUDES DE TYPE EL7

SERVITUDES DE TYPE EL7 SERVITUDES DE TYPE EL7 SERVITUDES D'ALIGNEMENT DES VOIES PUBLIQUES Servitudes reportées en annexe de l'article R. 126-1 du Code de l'urbanisme dans les rubriques : I Servitudes relatives à l'utilisation

Plus en détail

La comptabilité 101. pour les diffuseurs de l Ontario. Atelier de formation. Présenté par. Marcil Lavallé et Réseau Ontario

La comptabilité 101. pour les diffuseurs de l Ontario. Atelier de formation. Présenté par. Marcil Lavallé et Réseau Ontario La comptabilité 101 pour les diffuseurs de l Ontario Atelier de formation Présenté par Marcil Lavallé et Réseau Ontario Septembre 2003 Table des matières But de l atelier...3 Partie 1 : États financiers...3

Plus en détail

La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville

La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville La Ministre de la Culture et de la Communication Le Secrétaire d Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle Le Ministre Délégué à la Ville 19 Juin 2000 à Madame et Messieurs les Préfets de

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

COMMUNE DE MARLY Règlement 50-2 Secrétariat. Le Conseil général. vu :

COMMUNE DE MARLY Règlement 50-2 Secrétariat. Le Conseil général. vu : COMMUNE DE MARLY Règlement 50-2 Secrétariat REGLEMENT SUR LA PARTICIPATION FINANCIERE DES PROPRIETAIRES FONCIERS A L'AMENAGEMENT DES ROUTES, CHEMINS, SENTIERS PUBLICS, VOIES CYCLABLES, TROTTOIRS ET CARREFOURS

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE

PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE RÉUNION PUBLIQUE -LE - PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT Commune de MENTON - Alpes-Maritimes 1 DIAGNOSTIC TERRITORIAL & ARTICULATION AVEC LES AUTRES PLANS ET PROGRAMMES

Plus en détail

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine

Vénissy, Un nouveau quartier se dessine Dossier de Presse Vénissy, Un nouveau quartier se dessine GRAND LYON Marie-Laure OUDJERIT Tel. 04 78 63 40 40 Mél. MOUDJERIT@grandlyon.org SERL - Peggy LECUELLE Tel. 04 72 61 50 39 GSM 06 03 98 55 71 Mél.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme (Arrêté n 09-2013 en date du 22 mars 2013 de Monsieur le Maire de WANNEHAIN) CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif

Plus en détail

Conseil général du Var, Direction des Archives départementales, version du 2 avril 2012 URBANISME

Conseil général du Var, Direction des Archives départementales, version du 2 avril 2012 URBANISME URBANISME TABLEAU DE TRI ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS PRODUITS PAR LE SERVICE DE L URBANISME Typologie des documents D.U.A Sort final Observations ADMINISTRATION GENERALE Commission de l urbanisme

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie La traduction du projet communal dans la vie quotidienne. Réunion publique 1 Sommaire Rappel des grands moments de l élaboration du dossier du P.L.U. d Allenjoie.

Plus en détail

Les Contrats de développement territorial (CDT)

Les Contrats de développement territorial (CDT) Les Contrats de développement territorial (CDT) Formation des Commissaires Enquêteurs aux CDT DRIEA Direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement d'île-de-france Direction

Plus en détail

Séance publique du 14 mars 2005. Délibération n 2005-2525

Séance publique du 14 mars 2005. Délibération n 2005-2525 Séance publique du 14 mars 2005 Délibération n 2005-2525 commission principale : déplacements et urbanisme commune (s) : Vénissieux objet : Grand projet de ville (GPV) - ZAC de Vénissy - Bilan de la concertation

Plus en détail

Préfecture du Loiret. Commune de Dordives

Préfecture du Loiret. Commune de Dordives 1. Annexe à l arrêté préfectoral Préfecture du Loiret Commune de Dordives Informations sur les risques naturels et technologiques pour l application des I, II, III de l article L 125-5 du code de l environnement

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Bienvenue en Seine-Saint-Denis! 40ème challenge national de pétanque LE BOURGET. Info. touristiques - Pratiques. www.fnasce.org

Bienvenue en Seine-Saint-Denis! 40ème challenge national de pétanque LE BOURGET. Info. touristiques - Pratiques. www.fnasce.org 23 au 25 août 2013 DATE EVENEMENT 40ème challenge national de pétanque Bienvenue en Seine-Saint-Denis! LE BOURGET Info. touristiques - Pratiques www.fnasce.org Informations touristiques Région L Ile-de-France

Plus en détail

Marseille - 13. Sweet City

Marseille - 13. Sweet City Marseille - 13 Sweet City Marseille 4ème L a cité pho céenne BIENVENUE DANS LE QUARTIER DES CHARTREUX Marseille, une des plus anciennes villes de France, reflète par la richesse de sa population et par

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION A. LE CADRE REGLEMENTAIRE B. LA NATURE DES INTERVENTIONS LES TROIS PHASES D UNE POLITIQUE FONCIERE LES TROIS TYPES D INTERVENTION C. UN PARTENARIAT

Plus en détail

Répertoire d'archives détaillé : DDE du Morbihan : subdivsion Redon, permis de construire, ouvrages d'art, hauteurs d'eau...

Répertoire d'archives détaillé : DDE du Morbihan : subdivsion Redon, permis de construire, ouvrages d'art, hauteurs d'eau... Répertoire d'archives détaillé : DDE du Morbihan : subdivsion Redon, permis de construire, ouvrages d'art, hauteurs d'eau..., 1941-1994 versement n 1504 Identification Référence de l'inventaire FRAD056_00001504W

Plus en détail

PROJET. La Duchère. Entrepreneurs. La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets

PROJET. La Duchère. Entrepreneurs. La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets PROJET Lyon PROJET Lyon La Duchère La Duchère Entrepreneurs La Duchère, un territoire à la hauteur de vos projets Sur la 3 e colline de Lyon un site accessible, un quartier attractif Au nord-ouest de Lyon,

Plus en détail