UNE SALLE DE SPECTACLE POUR ISTRES ENTRE ESPACE PUBLIC ET PAYSAGE - MEMOIRE DE DIPLÔME -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE SALLE DE SPECTACLE POUR ISTRES ENTRE ESPACE PUBLIC ET PAYSAGE - MEMOIRE DE DIPLÔME -"

Transcription

1 UNE SALLE DE SPECTACLE POUR ISTRES ENTRE ESPACE PUBLIC ET PAYSAGE - MEMOIRE DE DIPLÔME - Diane RAVANEL Directeur de diplôme : Julien ROUBY INSA Strasbourg Septembre 2010

2 TABLE DES MATIERES I. PRESENTATION DU CONTEXTE Situation géographique : Istres Le site en images Le C.E.C. : son contenu programmatique Histoire du CEC Contexte paysager 11 II. ANALYSE ET CONCLUSIONS Analyse du site Faiblesses, besoins Potentiels à exploiter Problématiques dégagées Conclusion 19 III. PROJET D INTERVENTION Intervention urbaine à l échelle du CEC Composition urbaine Qualification de l espace public et rapport au paysage Intervention architecturale Programme Etape Avant-Projet Etape Projet Références 40 BIBLIOGRAPHIE 42 REMERCIEMENTS 42 2

3 I. PRESENTATION DU CONTEXTE 3

4 1.1 Situation géographique : Istres Ville moyenne d environ habitants, Istres se situe dans les Bouches-du-Rhône (région Provence Alpes Côte d Azur), à 60 km de Marseille, contre l étang de Berre, vaste étendue d eau salée longue de 17 km dans sa plus grande dimension. Le site de mon projet de diplôme se situe à son extrémité ouest, collé contre l étang de Berre. Les services techniques de l urbanisme de la ville m ont permis d apprendre que la ville avait l ambition de créer une nouvelle salle de spectacle afin de compléter l offre existante en espaces de représentation, actuellement insuffisante en terme de capacité d accueil tant que de performances techniques (acoustique décevante de l actuelle salle de spectacle, qui est une ancienne salle des fêtes polyvalente, et pas de salle disposant d une cage de scène permettant d accueillir de grands spectacles de théâtre). Dans mon projet de diplôme, je profite de ce besoin exprimé par la ville d une nouvelle salle de spectacle comme d une opportunité pour redynamiser l ensemble d un site : le Centre Educatif et Culturel de la ville d Istres. CI-dessus : 1) situation d Istres en France 2) Situation du CEC à Istres Ci-contre : Situation d Istres dans les Bouches-du-Rhône (13) 4

5 1.2 Le site en image Vue aérienne avec cadastre de la zone du Centre Educatif et Culturel (12 hectares) : Au nord, la cité administrative d Istres et un lycée technique. A l ouest et au sud, des logements pavillonaires en lotissements A l est, l étang de Berre Au sud-est en contrebas, le port de pêche et de plaisance des Heures Claires 5

6 1.3 Le C.E.C. : son contenu programmatique Le CEC (Centre Educatif et Culturel) est un ensemble dédié au sport, à l enseignement, la formation, aux loisirs, à la culture, mais possédant aussi une vocation sociale. Implanté sur un plateau de 12 ha en bord de falaise, surplombant un petit port de plaisance et de pêche, on y trouve une quantité impressionnante d équipements publics, remarquables également pour leur diversité : - une agence Pôle Emploi (ex ANPE) - un Centre d Information et d Orientation professionnelle (CIO), dédié aux scolaires et aux adultes voulant se réorienter - un Centre Médico-Psycho Pédagogique (CMPP) pour adultes et enfants (sorte de dispensaire regroupant des infirmières, des médecins et des psychiatres, pouvant accueillir des consultations et envoyer le personnel en mission dans la ville. Il prend en charge 700 patients environ.) - une garderie - une ludothèque - un centre sportif, l Istrium du Sport, coordonnant les différentes associations sportives de la ville. Il compte un millier d adhérents chaque année. Il fonctionne en partenariat avec la base nautique du port (dériveur, planche à voile, kayak). - un gymnase et des terrains de sport (stade, terrains de tennis, de basket, multisports) - une Maison de la Danse, abritant deux compagnies de danse, «Pulsion» et «Colline» comptant en tout 1500 adhérents et donnant des cours à 300 personnes 6

7 - une Maison Familiale de Vacance (MFV), gîte fonctionnant toute l année et pouvant aussi bien accueillir des groupes scolaires que des particuliers. Il compte 19 petits appartements pour 4-5 personnes et fonctionne en partenariat avec les structures sportives du site et la base nautique du port. - un restaurant scolaire (assurant les repas des élèves du collège et d une partie des employés du site) - une Maison Pour Tous (MPT), offrant une quarantaine d ateliers d activités diverses, sur environ 80 créneaux par semaine et ayant lieu dans différents bâtiments du CEC. Des stages et des soirées à thèmes sont également proposés. La MPT compte 1500 adhérents. - un collège (750 élèves, dont une classe de quatrième DPA (Découverte Profession nelle Anticipée) initiant au jardinage et au paysagisme 20 élèves en grandes difficultés avec le système scolaire classique. - une bibliothèque - une médiathèque - un «espace formation» dédié à la formation continue - deux centres de communication. Des milliers d adhérents de tous âges et tous milieux sociaux fréquentent donc ce lieu régulièrement, classé patrimoine du 20ème siècle. Environ 800 employés y travaillent quotidiennement. Le CEC est désigné comme un «équipement intégré», à savoir : un «regroupement spatial d équipements divers avec une gestion coordonnée, une recherche de polyvalence des locaux, et une tentative d intégration fonctionnelle et architecturale». Le label Patrimoine du 20ème siècle : Ce label a été crée en 1999, à l initiative de ministère de la culture et de la communication afin de sensibiliser le grand public à l architecture moderne. Son but est d attirer l attention du public sur les édifices et ensembles urbains remarquables du 20ème siècle «dont l intérêt justifie de les transmettre aux générations futures comme des éléments à part entière du patrimoine du 20ème siècle». Cette reconnaissance ne comporte pas de contraintes, contrairement à la classification «monument historique», et n a aucune incidence juridique ou financière. 7

8 Les 22 équipements publics présents sur le CEC sont gérés pour la majorité par le Syndicat d Agglomération Nouvelle (SAN) Ouest Provence qui en gère l entretien et la coordination, au moyen de services techniques d intervention privés. Certains équipements sont directement gérés par la mairie d Istres. Ce dédoublement de gestion n est pas sans provoquer parfois quelques difficultés de communication et de responsabilités Ci-contre : Plan masse du Centre Educatif et Culturel (CEC) Fonction des différents bâtiment : répartition programmatique 8

9 1.4 Histoire du CEC Contexte historique de création : un «germe de ville» centre de la vie sociale d un nouveau secteur d urbanisation L ambition d innovation qui a motivé la création du CEC s explique par la croissance démesurée de la zone entourant le complexe industriel et portuaire de Fos-sur-Mer au début des années L augmentation du nombre d emploi et donc de la population (la démographie double entre 1970 et 1987) provoque un besoin urgent de villes nouvelles, et suscite un vaste projet d aménagement régional. La politique locale favorise alors le développement à partir de centres anciens, comme la vieille ville d Istres, plutôt que la création de nouvelles cités ex nihilo. Le CEC est une anticipation de ce grand projet d urbanisation nouvelle partant du centre ancien en étant conçu comme un «germe de ville». C est pourquoi un site vierge de 12 ha à proximité de la ville existante est choisi, véritable pari sur la direction de l urbanisation future, à l aplomb d un petit port de pêche existant déja sur l étang de Berre Le projet initial du CEC poursuit trois buts : - Satisfaire les besoins d éducation permanente, culturels et sportifs de la future agglomé ration d Istres. - Devenir le centre de la vie sociale de ce nouveau secteur d urbanisation en remplissant une fonction d accueil. - Être un instrument pédagogique tourné vers les nouvelle méthodes d enseignement et les actions sociales et culturelles d avant-garde Le programme du CEC est alors adressé au groupe de travail interministériel pour les équipements intégrés, qui est favorable au projet et fait appel à une équipe d architecte, l Atelier Montrouge, créé en 1958 par Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer et Jean-Louis Véret, chargé de concrétiser ces objectifs. Idéaux et théories initiales : un endroit ouvert et intégré, souple et évolutif Fil conducteur de cet ensemble d équipements, le collège a pour vocation d être une école ouverte, autour de laquelle se rassemblent les divers équipements. L ensemble répond à la volonté de lutter contre les cloisonnements et les ségrégations, d accueillir les nouveaux arrivants, et de structurer le

10 nouvel espace urbain. Ayant conscience que les équipements sont le support de la vie urbaine, les acteurs du projet ont donc opté pour une diversité programmatique très large. Répondant à une approche novatrice, CEC est conçu comme un «ensemble combinatoire» permettant l évolution dans le temps (naissance et disparition des fonctions), grâce à des principes constructifs souples, suivant une trame où les bâtiments peuvent venir s intégrer successivement. La technique du préfabriqué est employée, utilisant des éléments standardisés : ce système de construction industrialisé considéré délibérément comme le degré 0 de l architecture, veut générer des espaces neutres, polyvalents, évolutifs et appropriables Principes : - Un sol libre (libéré de la circulation automobile et des parkings) - La figure méditerranéenne d une rue piétonne, d une esplanade menant à une place centrale (cœur de l animation) et irriguant un réseau de rues, ruelles et placettes. - Un ensemble de volumes de faible hauteur (R+1 en moyenne), comportant des patios afin d articuler les épaisseurs et de multiples en plan et en hauteur, créant autant de porches, préaux couverts ou terrasses. La composition a la forme d un T avec les équipements les plus animés à la rencontre des deux axes face à l étang. De plus, la disposition des bâtiments et des espaces extérieurs est conçue pour permettre aux activités de se prolonger au dehors. Afin de ne pas avoir de structure de fonctionnement rigide, un bâtiment peut abriter plusieurs fonctions, et une fonctions avoir des locaux dans plusieurs édifices différents. 1) Système de préfabrication des bâtiments du CEC 2) Ambiance de la «rue intérieure» 3) Composition en «T» du bâti 10

11 1.5 Contexte paysager A l est du CEC, le plateau plonge brutalement vers l étang de Berre : la falaise présente un à-pic d une dizaine de mètres, puis la pente diminue et dévale encore 25m de dénivelé en entremêlant rochers, pins tordus par le mistral et végétation sauvage méditerranéenne. La falaise constitue actuellement une barrière infranchissable entre le plateau du CEC et les berges de l étang, lesquelles ne peuvent être atteintes que par une route raide, étroite et sans trottoirs. Au sud, le CEC est bordé par une pinède de 2ha. L étang de Berre, vaste plan d eau saumâtre de hectares relié à la Méditerranée est une immense étendue d eau qui traine une image peu reluisante, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d abord, depuis 1966, une centrale hydroélectrique rejette des quantités d eau douce boueuses considérables venant du canal de la Durance. De plus, pendant de nombreuses années, les communes bordant l étang rejettaient massivement leurs eaux usées dans l étang, ne possédant pas alors de centrales de traitement. Enfin, les installations pétrochimiques de la rive Est rejettaient ellesaussi des eaux chargées d hydrocarbures. Toute cette pollution entraînait des modifications très importantes de l écologie de l étang, le transformant en un vaste bourbier. Or depuis quelques années, l activité de la centrale EDF a baissé, les communes se sont équipées de stations d épurations, et les installations pétrochimiques subissent des normes très stricte en terme de rejets. De plus, l étang fait l objet d un suivi écologique. Les eaux redeviennent enfin claires, et une faune très diverse se développe à nouveau, rendant à l étang un attrait certain. Les communes alentours souhaitent exploiter ce nouveau potentiel touristique en aménagent les berges en promenades, zones de baignades et ports de plaisance. La ville d Istres fait partie de ces communes qui souhaitent requalifier leurs berges : au pied de la falaise du CEC, la ville prévoit d offrir une nouvelle capitainerie au petit port de pèche et de plaisance, d aménager les berges en plages et d y construire un nouveau club nautique, une résidence de loisirs et quelques «guinguettes» et restaurants (pour un budget estimé actuellement à 5 millions d euros). 1) Vue sur l étang depuis le bord de la falaise 2) Vue depuis le port 3) La falaise : végétation sauvage et rochers chaotiques 4) Coupe sur l ensemble du site 11

12 II. ANALYSE ET CONCLUSIONS 12

13 2.1 Analyse du site Revêtements de sol Le CEC est entouré par une circulation périphérique (chaussée en asphalte) le desservant par l extérieur ; ces axes routiers sont connectés à trois parkings en entrée de site à l ouest, un parking au nord-est et un au sud-est, couvrant une grande surface mais arrivant pourtant à saturation. Sur le site même, l extrémité ouest a fait l objet d un début de traitement paysager (bacs à fleurs, oliviers, pins ) et présente un sol couvert de dalles de béton lavé commençant à souffrir de la poussée des racines des arbres. Enfin, la quasi totalité du CEC est indifféremment recouverte par du bitume, lui aussi très abimé par endroits. Ce revêtement est peu esthétique et présente l inconvénient d emmagasiner la chaleur et de la restituer aux heures plus fraîches, ce qui est particulièrement génant en provence où les températures montent facilement à 35 à l ombre en été. On constate donc que la majorité des sols du CEC sont, d une part, imperméabilisés par l emploi du bitume, et d autre part ne bénéficient d aucun traitement paysagers. P P P P P Trajets piétons Rappelons-le, le CEC est un lieu fréquenté quotidiennement par plusieurs milliers d usagers, dont 750 élèves du collège et environ 800 employés. Ce collège est un collège «ouvert» qui ne possède pas de cour de récréation close : aussi, à l heure des pauses, l espace de la «rue intérieure» accueille les élèves sans barrières physiques. Cependant, à l exception de ces courts moments (1/4h à 10h du matin et à 16h), cet endroit est plus un lieu de passage qu un lieu de vie. En effet, les usagers se rendent à pied à leurs activités respectives après avoir laissé leur voiture au parking, et en repartent sans s attarder, puisque les bancs, zones de jeux et espaces verts sont rares ou inexistants et que l on n y trouve ni boutique, ni possibilité de restauration. Ainsi, la «rue intérieure» piétonne du CEC fonctionne comme un cul-de-sac. Par ailleurs, lorsque l on s en écarte pour rejoindre les terrains de sport et autres équipements situés à l extérieur, les chemins sont dégradés et peu mis en valeur. On ressent clairement ce coté comme «l envers du décor» affecté au service. Le schéma ci-contre utilise la position des diverses entrées des équipements pour en déduire les plus simples trajectoires piétonnes pour s y rendre. Ci-dessus : analyse des revêtements de sol : bitume, béton lavé, terrains de sport Ci-dessous : Analyse des trajectoires piétonnes 13

14 Plages horaires L ensemble du site fonctionne toute l année du lundi au samedi, mais connait toutefois une forte baisse de fréquentation le weekend et pendant les vacances scolaires, où nombre d activités cessent. En cartographiant les plages horaires des différents bâtiments, on se rend compte que d ouest en est, les bâtiments ferment de plus en plus tard. En effet, à l ouest se trouvent les services publics (Pôle emploi, Centre de communication, bibliothèque, centre d orientation professionnelle), fermant vers 17h, tandis qu à l est se trouvent les bâtiments dédiés à la vie associative, dont les activités se déroulent parfois jusqu à 23h. Ainsi, le site a tendance à être parcouru dans toute sa longueur par les usagers prenant part aux activités les plus tardives. Ci-dessus : analyse des horaires de fin d activité des différents équipements Ci-dessous : Analyse des surfaces végétalisées et boisées Végétation Malgré la quasi omniprésence du bitume, le CEC bénéficie d une présence de végétation importante : la pinède au sud couvre 2 ha, et l ensemble du site est généreusement planté d arbres divers, avec une majorité de micocouliers (à feuillage caduc), de cyprès et de pins, prodiguant une belle ombre et aujourd hui trentenaires. Au sol par contre, si les surfaces engazonnées semblent nombreuses, elles sont extrêmement morcelées et correspondent plutôt à un traitement par défaut des surfaces résiduelles. Ce morcellement rend difficile la création d un système d arrosage, pourtant vital dans cette région. Ces petites pelouses (par ailleurs peu ou pas entretenues) sont trop petites pour constituer de véritables endroits de jeux ou de détente. 14

15 2.2 Faiblesses, besoins Un site tournant le dos au paysage Lors de la création du CEC, la préoccupation sociale et culturelle a prévalu sur la prise en compte et la mise en valeur de ce contexte paysager, pourtant exceptionnel ; aussi l ensemble a-t-il été composé selon un modèle en T, une barre d équipements occultant toute vue sur l étang. La pinède n est pas non plus mise en valeur, et l ensemble du site, orienté vers la rue intérieure, donne une sensation générale d enfermement. Dégradation du bâti Par ailleurs, les bâtiments montrent un état de dégradation certain, du à la préfabrication : un besoin crucial de rénovation et de requalification est tangible. Hier symbole d innovation et d audace, les bâtiments du CEC évoquent aujourd hui un assemblage de boites préfabriquées vieillissant mal : la plupart de bâtiments sont en décrépitude, attaqués par la rouille, et montrent un effet «avant accueillant-arrière sinistre». Un effet «dedans-dehors» contrasté L effet «avant accueillant-arrière sinistre» évoqué ci-dessus fait référence au contraste saisissant existant entre la face d accueil des équipements, donnant sur la «rue intérieure», et leur face «extérieure». En effet, le cheminement central piéton est mis en valeur : planté d arbres est entouré par les façades d entrées des bâtiments, dans l ensemble bien conservées, tandis que la face arrière du bâti n est pas traitée : stationnement sauvage, boites de climatisation, barreaux aux fenêtres, façades fortement dégradées... Un manque de qualification de l espace public Ainsi que nous ont révélé l analyse des revêtements de sol et de la végétation, l espace public du CEC n est que peu ou pas qualifié. Le mobilier urbain se fait rare et les matériaux employés de piètre qualité. On ne trouve aucune aire de jeux pour enfants, aucun endroit pour profiter de la vue 1) Façade «extérieure» de la garderie et de la ludothèque : dégradation, espaces résiduels perdus... 2) Effet «intérieur/extérieur» : une sensation d enfermement 3) Aspect accueillant des façades «intérieures» vs un coté «arrière» dégradé dévolu au service. 15

16 sur l étang Des éléments oubliés ou mis à l écart La piscine désaffectée est à l abandon mais située à l endroit bénéficiant du meilleur panorama. Ses vestiaires ont été réaménagés en salle de fitness de fortune. La pinède, désertée, montre les vestiges d un mini-golf en béton craquelé, et n invite pas à la promenade. Le conservatoire, quant à lui, est complètement à l écart. Il s agit de l édifice le plus récent. 1) Passage entre la piscine couverte et la piscine d été 2) Restes du mini-golf dans la pinède 3) Le conservatoire de musique A gauche : Image symptomatique des problèmes dont souffre le site : la non mise en valeur de la falaise et l absence totale de traitement urbain pensé avec le paysage 16

17 2.3 Potentiels à exploiter Cependant, les problèmes dont souffrent le site qu il s agisse de problèmes de composition urbaine ou de vieillissement ne parviennent heureusement pas à faire oublier la richesse des potentiels dont regorge le CEC : - Un site très vivant et fréquenté par des usagers venant de la ville entière, perçu comme un lieu de vie sociale - Une remarquable concentration d activités et d équipements, d une diversité peu commune - Un site très bien desservi : positionné le long des axes principaux de la ville, desservi par plusieurs lignes de bus, une gare routière se trouvant à coté du conservatoire - A quelques centaines de mètres du port de plaisance, de ses restaurants, bars, et du futur projet d aménagement des berges de l étang par la mairie - Une nature et des paysages magnifiques : pinède, falaise sauvage, port de plaisance, vue dégagée à plus de 10km - Une topographie permettant de jouer avec un rapport spectaculaire à la pente et au grand paysage. A gauche : vue dégagée sur l étang de Berre au niveau de restaurant scolaire A droite : 1) Collégiens assemblés devant l entrée de l établissement 2) Réseau viaire principal d Istres : le CEC est facilement accessible depuis la RN 17

18 2.4 Problématiques dégagées - Se confronter aux idéaux initiaux Quelles transformations apporter au site pour l améliorer sans en dénaturer l essence même, étant l ouverture sur l extérieur, la lutte contre le cloisonnement, la mixité, la convivialité? Il convient d avoir une attitude critique face aux choix de l époque et les confronter aux besoins et normes actuelles. - Revaloriser l ensemble du site en établissant de nouveaux liens Comment fédérer l espace global du CEC, sortir du fonctionnement en cul-de-sac, et dépasser l effet «avant/arrière du décor»? - Etablir un lien fort entre paysage et espace public Comment travailler l espace public du CEC pour nouer un véritable lien avec l étang, la falaise et la pinède, autant visuel que physique, en prenant en compte les éléments naturels locaux (mistral, fortes chaleurs...)? - Une salle de spectacle comme prétexte à la redynamisation d un site Comment faire d une nouvelle salle de spectacle un lieu fédérateur, porteur d une nouvelle image comme de nouveaux usages? - Intégration de la salle de spectacle au complexe existant Dans quelle mesure l implantation et la volumétrie de la salle doivent-elles se conformer à la logique d implantation ayant régi la conception du CEC et s inspirer de la volumétrie du bâti existant? Doivent-elles s en affranchir pour se démarquer? - Rapport de la salle de spectacle au paysage Comment faire ressentir à l usager l aspect brutal et vertigineux de la falaise, le large panorama sur l étang, en bref, comment révéler, mettre en scène et théâtraliser le paysage (cadrages, percées, belvédères)? - La salle comme signal, vue du plateau du CEC aussi bien que du port Dans quelle mesure donner à voir la salle de spectacle, afin d être réellement porteur d une nouvelle image? Quel rapport entretenir, vu du dessous, avec la falaise et sa végétation sauvage, pour être vu tout en étant intégré au paysage? 18

19 2.5 Conclusion Dans mon projet, je profite donc du besoin exprimé par la ville d une nouvelle salle de spectacle comme d une opportunité pour redynamiser l ensemble du site, l ouvrir sur le paysage, et travailler l espace public de façon à en faire un lieu de vie plutôt qu un lieu de passage. 19

20 III. PROJET D INTERVENTION 20

21 3.1 Intervention urbaine à l échelle du CEC Mon intervention sur ce site se fait à deux échelles : d abord à l échelle urbaine, en fixant de nouvelles règles de composition et d implantation et en qualifiant l espace public. A l échelle architecturale ensuite, en pensant la salle de spectacle dans son rapport au site et au paysage vertigineux. J aborderai dans ce chapitre les différentes notions que j ai tenté d approfondir dans mon projet : la composition urbaine, la qualification de l espace public, et la relation au paysage pour l intervention urbaine d abord. Ensuite, pour l intervention architecturale, j aborderai les thèmes de la relation de la salle de spectacle à la falaise, sa relation au parvis, sa visibilité depuis le site et depuis le port, ainsi que des questions de volumétrie et de parcours Composition urbaine Etape esquisse Schéma du fonctionnement Dès le début, il m est apparu primordial de remettre en cause le principe actuel en «T» de composition en «T» du CEC : en effet, la barre transversale, comprenant la Maison Familiale de Vacances, le restaurant scolaire et la piscine, occulte toute vue sur l étang et donne une sensation de cul-de-sac. La «rue intérieure» piétonne devait selon moi rester l épine dorsale structurante du site, et pour l affirmer, il fallait lui donner l aboutissement qui lui manque aujourd hui. Mon premier réflexe a donc été de démolir le restaurant scolaire, fortement dégradé, pour libérer une esplanade à l extrémité de la rue intérieure. La nouvelle salle de spectacle comme le nouveau restaurant scolaire à prévoir afin de remplacer l ancien sont donc les deux éléments clé d une nouvelle composition urbaine du CEC. Pensant tout d abord implanter la salle à la place de la piscine, aujourd hui désaffectée, j ai ensuite pris conscience de l atout que représente une piscine ayant un bassin extérieur de 50m au bord d une falaise : c est une situation exceptionnelle qu il convient de préserver, d autant que les usagers du CEC regrettent leur piscine, fermée pour raisons techniques. J ai donc rapidement pris la décision de réhabiliter la piscine, en transformant cependant le bassin vétuste en bassin à débordement, qui Maison de Vacances Restaurant scolaire Piscine 1) Vue depuis la «rue intérieure» piétonne : entre la Maison de la Danse et la Maison Pour Tous, le restaurant scolaire occulte toute vue sur le paysage 2) Façade ouest peu engageante du restaurant scolaire 3) Schéma de remise en cause en la barre du «T» 21

22 offrirait aux nageurs un lien visuel spectaculaire avec l étang. La question de l implantation de la salle était primordiale, et l étape esquisse m a permis d interroger trois possibilités : PARVIS Entrée principale ESPLANADE 1) Créer une composition bipolaire en «H» : placer la salle de spectacle en entrée de site, l autre pôle attractif étant l esplanade en bord de falaise. La salle est ainsi très visible depuis le boulevard, donne instantanément une nouvelle image au site, et est d un accès facile. L esplanade bénéficie d un vaste espace libre. Cependant, la salle ne profite d aucune vue sur l étang, ne peut pas jouer avec le rapport à la falaise, et est gênée par le bruit de la circulation. Cette implantation comporte le risque que la salle fonctionne en marge du site ; elle n incite pas non plus à la promenade à travers le site, puisque l accès des spectateurs est on ne peut plus direct. J ai donc écarté cette hypothèse. SALLE DE SPECTACLE 1500 PLACES Accès service Entrée principale RESTAURANT SCOLAIRE Accès service Accès service RESTAURANT SCOLAIRE Entrée principale ESPLANADE 2) Prolonger le système en «T», qui est le retournement de l axe principal le long de la falaise : implanter la salle de spectacle au sud de la piscine. La salle est ainsi en relation directe avec le paysage, et facilement accessible par la route au sud. Par contre cette position ne met pas en valeur la salle, qui est très peu visible depuis le CEC car très à l écart. Le parcours généré pour atteindre la salle depuis l entrée du CEC est trop long. Et le parvis de la salle ne rejoindrait l esplanade que par l étroit passage entre les deux bâtiments de la piscine. Cette possibilité n a donc pas retenu mon attention non plus. PARKING SILO ENV. 600 PLACES RESTAURANT SCOLAIRE NOUVEAU CLUB DE SPORT Entrée principale PARVIS Accès service SALLE DE SPECTACLE 1500 PLACES Accès service SALLE DE SPECTACLE 1500 PLACES Entrée principale 3) Implanter la salle en fin de parcours : créer une composition en «i» où la salle, dont le parvis se confond avec l esplanade, constitue avec le panorama largement dévoilé l apothéose du parcours au sein du CEC. En s intégrant à la logique d implantation de part et d autre de la rue, on favorise la déambulation. L accès de service se fait par la route arrivant du nord. Cette implantation est celle qui m a convaincue : il me restait à trouver une posture concernant l architecture de la salle : devait-elle s effacer derrière la pente, se poser simplement sur l esplanade, peut-être même avoir une tour-signal? J aborderai ces questions plus loin. Différentes possibilités d implantation : 1) Composition bipôlaire en «H» : salle de spectacle en entrée de site 2) Prolongation du système en «T» : salle de spectacle au sud de la piscine 3) Composition en «i» : salle de spectacle en aboutissement de parcours 22 ESPLANADE

23 Les autres étapes ont été l occasion pour moi de tester de nouveaux schémas directeurs pour la zone du CEC. Plutôt que de créer un plan masse figé, j ai tenté de penser la nouvelle composition urbaine dans son rapport au temps, en cohérence avec la volonté initiale de flexibilité devant permettre l apparition ou la disparition de fonctions. Bâtiments à détruire Zones à qualifier Liens piétons à créer Percées visuelles Etape avant-projet La salle de spectacle se trouve en bout de parcours, accrochée à la falaise, le toit de la salle de spectacle formant un promontoire. Le restaurant scolaire est implanté en entrée de site, face au premier bâtiment, perdu dans la pinède. Afin de libérer se l espace au sol, il apparaissait nécessaire de rationaliser la surface des parkings, qui occupent aujourd hui une place immense, tout en étant saturés. Le rond-point servant de dépose-minute à l entrée, très consommateur d espace et propice au stationnement sauvage est donc supprimé : un nouveau dépose-minute longe le boulevard, tandis-qu un parking silo à coté du stade permet d accroitre considérablement le nombre de places. Pour les PMR, deux parking de part et d autre de l esplanade permettent de ne pas avoir à parcourir les 300 mètres qui séparent la salle de l entrée du site. Enfin, des percées visuelles sont libérées, afin de diminuer la sensation d enfermement du site. Elles sont matérialisées au sol comme des cheminements, dont le revêtement diffère du traitement de sol général. Axes de progression : Pkg silo Salle de spectacle Dans cette configuration, la salle de spectacle se trouve trop loin de l ensemble, dont elle apparait détachée. De plus la maison de la danse verrouille le site au même titre que le restaurant scolaire : elle impose un étranglement avant l ouverture sur l esplanade qui nuit à la lisibilité de l ensemble. Ajoutée 15 ans après la construction du CEC, elle constitue une entorse au schéma directeur d origine et bloque l évolutivité du site. Il semble donc intéressant de la démolir Restaurant scolaire 23

24 aussi, et de la replacer de façon judicieuse. De plus le parvis généré entre le restaurant scolaire et l ANPE est hors d échelle. Projet La suppression de l école de danse a été déterminante : l axe est-ouest est désormais plus franc et donne un accès clair et instinctif à l esplanade aux usagers. Ceci me permet d assumer plus efficacement cette «rue intérieure» comme l épine dorsale du site : les équipements supprimés seront donc replacés de part et d autre, jusqu à ce que le lien est-ouest entre le boulevard et le paysage soit complet. Par la suite, les extensions, agrandissements et nouveaux équipements viendront s implanter le long des chemins transversaux. Comme à l étape Avant-projet, le restaurant scolaire est en entrée de site, accompagné d une antenne «accueil» de la salle de spectacle conçue pour orienter les artistes, techniciens et spectateurs, et servir de billetterie additionnelle. Le parking silo reste une possibilité, mais dans le futur. Pour restreindre la surface de sol imperméabilisée, j implante un nouveau parking paysager, au sol en stabilisé et ombragé par des pins. A terme, si de nouveaux équipement doivent s implanter sur le site, ce parking paysager pourra disparaitre, libérant de la surface au sol en entrée de site, tandis que le parking silo pourrait prendre la place du parking à coté du stade. Ci-contre à gauche : schéma de rationalisation des parkings A détruire Façades vétustes Façades dégradées A réhabiliter Direction des extensions possibles Salle de spectacle A droite en haut : schéma des extensions et démolitions En bas : plan directeur, étape projet. 24

25 Qualification de l espace public et rapport au paysage Ma démarche de conception en ce qui concerne la définition des espaces publics extérieurs du CEC a été assez linéaire, et les changements concernant la composition urbaine du site n ont que peu modifié ses concepts de base. Faire de la rue intérieure piétonne un lieu de vie Actuellement uniformément recouverte de bitume et accueillant de rares bancs, l axe est-ouest gagnerait en attrait grâce à quelques aménagements, et surtout grâce à un nouveau traitement des sols. Le but est de favoriser la déambulation entre les différents bâtiments, d inviter à la pause, et de matérialiser de façon claire des cheminements menant à l esplanade et à la salle de spectacle. Afin d accentuer les axes visuels débouchant sur le paysage, j ai pour cela choisi de structurer cette rue aux contours intentionnellement irréguliers et sinueux grâce à deux cheminements rectilignes matérialisant au sol deux percées visuelles : l un longe la frange de bâti nord, l autre se place en diagonale, se faufilant au milieu du bâti. Par la suite, la disparition de la Maison de la Danse a rendu la justification de cette diagonale moins évidente. Cependant, ce qui pourrait n être considéré que comme un geste graphique trouve son sens si la diagonale est tendue entre deux points attractifs à relier entre le boulevard et l esplanade, à savoir un pavillon d accueil-point d information en entrée de site, et une rampe d accès à la falaise. Le chemin «droit» représente quant à lui l accès le plus direct à la salle de spectacle. L intérieur de ces deux cheminements génère une forme de «sablier» ; ainsi, les usagers sont appelés à l intérieur de la rue piétonne par un premier cône de vision évasé sur le boulevard et se resserrant au milieu du site. Le deuxième cône visuel s évase par la suite lorsque la vue se dégage vers le panorama, au niveau de l esplanade. Une condition de base, selon moi, au bon fonctionnement de cet espace public repose sur le fait que les cheminements soient matérialisés, mais qu il soit possible de déambuler partout, du fait de la multitude d entrées existant pour les différents équipements. La rue piétonne doit être dynamisée et non pas divisée : cela peut être atteint grâce des changements de revêtements de sol (par exemple, chemins est-ouest en dalles de pierre naturelle, chemins transversaux en stabilisé, zone engazonnées, pavés...), un mobilier urbain plus présent, une recherche au niveau de l éclairage nocturne... Les chemins est-ouest principaux pourraient être accentués par des alignements d arbre. Ci-dessus : Croquis de principe du fonctionnement en «sablier» : parcours rectilignes possibles s appuyant sur le bâti Références : Ci-dessus : berges du Rhône, Lyon, In Situ architectes Ci-contre : promenade Samuelde Champlain, Daoust Lestage 25

26 Par ailleurs, il semble intéressant d amener l eau à la portée des usagers, compensant ainsi la frustration de pouvoir l apercevoir au loin sans pouvoir la toucher. Des bassins «miroirs» peu profonds, des bancs intégrant un fil d eau, pourraient amener fraîcheur et animation au plateau du CEC, tout en profitant de la pente naturelle du terrain pour l écoulement. Penser l esplanade publique à la fois comme le parvis de la salle de spectacle et comme le nœud entre le plateau du CEC et la promenade à flanc de pente. L esplanade minérale permet aux usagers du CEC de renouer avec l étang de Berre : sa situation lui permet d apprécier une vue dégagée sur plus de dix kilomètres. Les rives opposée de l étang sont à peine visibles, sauf par temps très clair. Afin de pouvoir apprécier ce panorama sans que le regard soit gêné par des garde-corps, le bord de l esplanade est décaissée d un niveau d étage, sur une largeur de six mètres. Les niveaux haut et bas de l esplanade sont reliés par des marches formant un gradin face à la vue et intégrant des bancs. Une rampe à 4% longeant d abord la piscine puis se retournant contre la falaise permet un accès facilité au niveau bas, permettant également de pénétrer au niveau R-1 de la salle de spectacle, où se trouve un restaurant. Un café ouvert sur le paysage est enchâssé dans l épaisseur de l esplanade, de façon à pouvoir déployer sa terrasse sur le niveau bas. Un patio lui apporte un regain de lumière. Matérialité : Bassin «miroir» Fil d eau (avec LED) Ci-dessus à droite : Berges du Rhône, Lyon, In Situ architectes Promenade Samuel-de Champlain, Daoust Lestage Ci-dessous : Proposition de promenade à flanc de pente, élé vation et plan de l esplanade Par ailleurs, les associations sportives et la Maison Familiale de Vacances bénéficient d un partenariat avec la base nautique, à 40 mètres de dénivelé en contrebas, contre l étang. Leurs usagers ainsi que les promeneurs n ont aujourd hui qu une possibilité pour se rendre, depuis le plateau du CEC, au port et à la base nautique : une route étroite, raide et sinueuse, aux trottoirs inexistants par endroits. Afin de dépasser le fonctionnement actuel en cul-de-sac de la rue intérieure du CEC, il apparait nécessaire de traiter la falaise comme une rupture dans le dénivelé, brutale mais franchissable, et non plus comme un rempart, une limite. Dans mon projet, je connecte donc l esplanade aux berges de l étang et au port de plaisance en créant une promenade à flanc de falaise, mêlant pentes et escaliers. Cette nouvelle liaison verticale, à la structure légère, jouera de la pente chaotique et de la végétation sauvage pour devenir un parcours paysager, offrant à mi-pente des balcons sur le paysage. 26

27 - Rendre attrayant «l envers du décor» en implantant de nouveaux équipements et de nouveaux usages Nouveau skate-parc, espace de jeux agrandi pour la garderie jouxté d un square avec des jeux d enfants, terrasse avec bassin et abri à vélos pour le collège, surface cultivable pour les classes de 4ème bénéficiant d une initiation au paysagisme et au jardinage sont autant de nouveaux usages venant remplacer les surfaces résiduelles délaissées. - Améliorer les liaisons transversales : tisser un nouveau maillage de chemins irrigant les aménagements et se raccordant au réseau viaire existant. Plus rationnel que le réseau de chemins dégradés existant, le principe de ces nouveaux chemins est de desservir les équipements tout en débouchant sur le réseau viaire, plutôt que de finir en cul-desac. De plus, le conservatoire est connecté au site à travers la pinède. - Valoriser les venelles De la rue intérieure piétonne partent différents chemins transversaux se faufilant entre les bâtiments. Ces venelles sont pour la plupart sales, dégradées et peu engageantes. Une mise en valeur des chemins par un nouveau traitement de sol, des alignements d arbres peut contribuer, associée à un traitement urbain spécifique à chaque venelle, à leur rendre de l attrait. - Penser l espace public dans sa dimension d espace de récréation du collège Lors des récréations, à 10h et 16h, les 700 élèves du collège ont la possibilité de fréquenter plusieurs endroits : la rue intérieure du CEC, dans de certaines limites matérialisées au sol, la pinède, la bibliothèque, la médiathèque, des salles de travail, le foyer des élèves (dans un bâtiment en face du collège) et des salles ou des terrains de sport. Ce système fonctionne grâce à un pointage du carnet de correspondance indiquant le lieu fréquenté par l élève. Le but de ce fonctionnement très libre est de développer progressivement le sens de l autonomie des élèves. L espace public du CEC doit donc prendre en compte le besoin des collégiens de se détendre, s asseoir, s isoler, se retrouver, se défouler pendant leurs pauses. 1) Aménagements urbains (photo aérienne de l état actuel et plan masse projeté) : - le square et le skate- park - la terrasse du collège, l abri vélo et la zone cultivable 2) Photos de deux passages à valoriser 3) Schéma du fonctionnement du collège lors des pauses 27

28 - Matérialités Les nouveaux revêtements de sols, mobiliers urbains et végétaux s inspireront de la tradition locale provençale, qui prend en compte le climat méditerranéen (+35 en été, hivers doux, mistral venant du nord à 100km/h). Ces matériaux sont : la pierre de rognes (grès ocre), le calcaire, les pavés, la terre cuite, les sols en stabilisé. A ces matériaux traditionnels pourrait se méler harmonieusement l acier corten, pour sa teinte rougeâtre, l acier et le bois (avec un traitement adéquat pour résister aux UV). - Végétation Les arbres typiques sont les pins, les cyprès, les oliviers, les chênes verts et les micocouliers. On privilégiera ces derniers (feuillage caduc) pour ombrager les espaces publics pavés ou dallés. Très résistants à la sécheresse, ces arbres peuvent atteindre 25m de haut, et leurs racines ne soulèvent pas les sols. Afin d améliorer le lien avec la pinède, la masse végétale (pins parasols) se dilue du sud au nord dans l espace public. De plus, afin de protéger la rue intérieure piétonne du CEC du bruit du boulevard, un rideau d arbres (micocouliers) agit comme un filtre. A gauche : Masse végétale agissant comme un filtre par rapport à la route et dilution de la pinède dans l espace public Ci-dessus et à droite : Pin parasol, Cyprès, Olivier, Micocoulier et détail de son feuillage Matérialités : Pierre sèche, dalles de pierre naturelle (calcaire) et pavés Références : - Hommage à Walter Benjamin, Dani Karavan - Floor Works Garden, Genève, agence TER 28

29 3.2 Intervention architecturale La salle de spectacle, vecteur d un nouveau dynamisme La ville d Istres a exprimé le besoin d une nouvelle salle de spectacle polyvalente, pouvant accueillir aussi bien des spectacles de théâtre, de danse, et des concerts. Sur le CEC, cette salle constitue également un nouvel espace de représentation pour les associations de théâtre, danse et musique présentes sur le site. Elle permet en outre d attirer un public nombreux à des plages horaires plus larges, tout en offrant une nouvelle image au site. L implantation de la salle de spectacle est, rappelons-le, en aboutissement de parcours, afin de profiter de la vue exceptionnelle et de favoriser la déambulation des spectateurs à travers le CEC. Partant de cette hypothèse, il a fallu par la suite déterminer plus précisément l implantation de la salle de spectacle, en choisissant une posture dans sa relation à la falaise d une part, au parvis d autre part. Un des postulats que j ai choisi d adopter dès le début est de positionner la salle au nord de l esplanade. En effet, le vent dominant est le mistral, vent froid et violent venant du nord. Ainsi placée, la salle abrite naturellement son parvis. De cette façon, la façade d accueil est dirigée vers le sud, ce qui lui permet d être largement vitrée afin de bénéficier au maximum des apports solaires. Par ailleurs, si cette nouvelle salle est porteuse d une nouvelle image pour le CEC, elle l est sous deux angles de vue bien distincts : tout d abord, depuis la plateau du CEC, bien sur. Mais cette salle constitue également un signal visible depuis le port de pêche et de plaisance, donnant une nouvelle visibilité à un site dont l on devine à peine quelques barrières, cachées entre les pins. Vue en contreplongée depuis le port, la salle se doit d adopter une position et une volumétrie à la hauteur du relief, chaotique et spectaculaire. En attirant le regard, elle incite à emprunter la promenade piétonne à flanc de pente pour monter au plateau. 1) et 2) Croquis préliminaires : promontoire et émergence signal, coupe et perspective 29

30 Programme SALLE DE SPECTACLE 950 m² Scène 13x16m Hauteur de cage de scène = 20m Ouverture = 7m 600 places assises 1000 places debout et 264 places assises en configuration gradin semi-rétracté ACCUEIL DU PUBLIC 1000 m² Hall 160 m² Vestiaire 75 m² Accueil + billetterie 40 m² WC 55 m² à chaque étage Boutique/librairie/ espace expo 105 m² Foyer 340 m² Restaurant 180 m² Cuisines + stockage restaurant + stockage bar 180 m² ACCUEIL DES ARTISTES 500 m² Vestiaires 2 x 50 m² Salle de répétition 205 m² Etape Avant-Projet Relation à la falaise et au parvis Studios d enregistrement 3 x 12 m² Salle de répétition 30 m² Logement d artistes 150 m² Loges 5 x 17 m² ADMINISTRATION 200 m² Direction 25 m² Secrétariat + Comptabilité 2 x 14 m² Archives + Reprographie m² Salle de réunion 40 m² Service communication 25 m² Bureaux de production 2 x 15 m² Salle de détente + cuisine 35 m² LOCAUX TECHNIQUES + STOCKAGE 400 m² Direction technique 140 m² Bureau Ingénieur son + TGBT m² Salle de travail techniciens 30 m² Espace détente + cuisine 50 m² Stockage son & lumière 80 m² Stockage costumes + laverie 55 m² Stockage décors 140 m² Lors de l étape APS, j ai suggéré que la salle de spectacle disparaisse en partie derrière la falaise : au même niveau que l esplanade, le toit de la salle formait à la fois le parvis d entrée vers le hall et un promontoire s avançant au dessus du vide. Je jouais ainsi avec le visible et le caché : la partie émergente était constituée du hall d accueil, des locaux partagés et accessibles au public et aux 1) Schéma programmatique 2) 3) et 4) Schémas concepts : caché/montré, ou encore, la partie immergée de l iceberg langage géologique de l amoncellement, de la stratification 30

31 associations de musique, danse et théâtre du site, de l administration, et de la grande salle de répétition : en bref, cette partie émergente jouait le rôle de vitrine. A l inverse, la partie cachée abritait la salle de spectacle en elle-même, vers laquelle on descendait au contact de la roche brute, les loges, locaux techniques, stockages divers, logements d artistes. C est le lieu du spectacle et de sa création, plus mystérieux et enfoui. Le fond de scène était prévu pour pouvoir s ouvrir sur le paysage (plein Est). Volumétrie Les volumes s étagent en gradin au fil de la pente, formant de nombreuses terrasses, porches et auvents. Le but était de faire un bâtiment praticable aussi bien de l extérieur que de l intérieur. Cette volumétrie faite de volumes superposés avec de nombreux décrochés fait référence au langage géologique de la falaise : strates, failles, amoncellement, structure cristalline Visibilité depuis le site et depuis le port Vue du port, ma version de l étape avant-projet était cependant trop imposante, si massive qu elle en devenait oppressante : dissimuler la «boîte spectacle» derrière la falaise implique un volume massif de 25 mètres par 48 mètres, haut d une quinzaine de mètres : difficile à intégrer dans le paysage! Quant à la visibilité depuis la plateau, j avais choisi de montrer une émergence relativement sobre, laissant la part belle au paysage et dont l élément phare était la toiture-promontoire. Axes de progression De par sa position à flanc de pente, la salle se trouvait très éloignée, donc détachée du reste du site. L émergence, trop petite, était trop discrète pour agir comme un signal. Le promontoire n apporte finalement pas grand-chose par rapport à la vue panoramique que l on peut déjà admirer depuis le plateau, et ne fait qu apporter des contraintes techniques superflues, au niveau de la livraison des décors et du matériel en particuliers, la scène se trouvant au dessus du vide. De plus, l espace de végétation en dessous de la «boite spectacle» en porte-à-faux est vouée à dépérir. La partie «cachée» est quant à elle trop chaotique. Ci-dessus : 1) Plan masse étape Avant-Projet 2) Perspective de l émergence de la salle de spectacle vue depuis la piscine couverte. 3) Perspective de l intérieur du hall vue depuis le sas 31

32 RdC R+1 R-1 R-2 Ci-dessus et ci-contre à gauche : Plans de la salle de spectacle à l étape Avant-Projet : le bâtiment se déploie en éventail. On passe du hall dans le foyer par un grand escalier orienté plein Est, d où l on descend dans la salle de spectacle au contact de la roche brute. 32

33 Coupes de la salle de spectacle à l étape Avant-projet : Coupe longitudinale sur le hall, la salle de répétition, le toit de la «boite spectacle»servant de promontoire et la salle elle-même. Coupe tranversale avec proposition de promenade à flanc de pente servant aussi d évacuation au niveau de la scène. 33

34 Réflexions J ai par la suite testé toutes sorte d attitudes : perpendiculaire à la pente, semi-enterré, complètement enterré, posé J ai longtemps conservé mon envie d un bâtiment sur lequel on puisse marcher, déambuler, et qui soit finalement un élément du paysage à part entière. Après plusieurs essais où l on pouvait gravir le toit grâce à des pentes successives, il m est apparu vain de chercher à monter toujours plus haut. Un vaste plan incliné ou surélevé n apporte pas de sensation différente que l esplanade elle-même, et permet seulement de pouvoir voir d en haut le plateau du CEC, dont les toitures terrasses ne sont pas très esthétiques. Il semble plus intéressant de jouer avec les points de vues variés que peuvent offrir un escalier, un balcon étroit, une faille entre deux volumes bâtis J ai aussi creusé la question de l intégration à la pente : boites émergentes faisant partie de la promenade à flanc de falaise, fonctions rejetées dans des pavillons accolés à la pente (logements d artistes par exemple ). J ai finalement pris le parti de ne pas «coloniser» la falaise et de lui laisser autant que possible son aspect sauvage. Par contre, l idée du porte-à-faux, geste simple mais spectaculaire, me séduisait toujours Etape Projet Relation à la falaise et au parvis L étape projet a été l occasion pour moi de développer une nouvelle relation au parvis pour la salle de spectacle, car j avais conservé l idée d une esplanade ouvrant sur le paysage dont la bordure en limite de falaise serait décaissée d une hauteur d étage. Cela avait l intérêt de générer une connexion parvis-salle à deux niveaux, haut et bas, permet de composer avec deux strates de fonctionnement superposées. Le niveau haut du parvis, large et généreux, permet d accéder au sas d entrée puis au hall. C est en quelques sortes la strate supérieure, ou «jour», permettant d accéder à l accueil, puis, en continuant à monter dans les étages, à l administration et aux studios d enregistrement et de répétition (musique) d une part, aux vestiaires et à la grande salle de répétition (théâtre et danse) d autre part. Sur le niveau bas, plus étroit, s ouvre le restaurant de la salle de spectacle, dont la configuration lui permet de fonctionner de façon autonome. C est la strate inférieure, ou «soirée», qui comprend également le foyer, largement ouvert sur le paysage, que l on traverse pour accéder Croquis d étude : Boites émergeant de la falaise, toiture en pente Coupe, élévation et perspectives 34

35 à la salle de spectacle elle-même, dont la scène est en contrebas. Le foyer, en porte-à-faux sur la falaise, s ouvre sur une terrasse panoramique surplombant le vide. Le bâtiment offre un parcours jouant avec l orientation des vues sur l étang : le hall est largement ouvert au sud, sur le parvis, et ne cadre que quelques rares vues sur l étang ; en descendant vers le foyer, le champ visuel s élargit soudain et dévoile largement le panorama, profitant d une grande hauteur sous plafond (7 mètres). Le spectateur se retourne finalement vers la salle en tournant le dos au paysage pour descendre les gradins dans l obscurité. Volumétrie Ecartant l aspect chaotique et complexe de la version «avant-projet», j ai misé sur plus de simplicité pour l étape projet : deux volumes imbriqués, coiffés par un troisième, confondant la salle de répétition et la cage de scène. Ce jeu de superposition est inspiré par la volumétrie des bâtiments divers formant le CEC. En effet, la typologie du bâti existant est caractérisée par une superposition de strates d une hauteur d étage, juxtaposées avec des décrochements, des débords, formant patios et auvents. Il s agit d une logique d empilement comprenant des décalages, des volumes glissés, coulissés, qui m a inspirée pour la CI-dessus : coupe longitudinale sur la salle de spectacle et sa cage de scène, le foyer et l administration. Ci-contre à droite : Perspectives d ambiance 1) Vue de la salle depuis la rue intérieure (à droite : la maison pour tous) 2) Vue du foyer. Au fond, le restaurant et l escalier montant au hall 3) Vue de la façade d entrée depuis la piscine 35

36 volumétrie de la salle de spectacle. La partie «accueil» du bâtiment pivote jusqu à être parallèle à la «diagonale» traversant le site, de façon à resserrer la perspective et à être plus visible. Le bâtiment s avance en porte-à-faux au dessus de la falaise, mais permet cependant aux végétaux en dessous d avoir la place de pousser. Visibilité depuis le site et depuis le port Lors de l étape projet, j ai décidé de minimiser la présence de la salle de spectacle sur la falaise et donc de l enterrer à demi pour pouvoir bénéficier d une vraie cage de scène de théâtre de 20m de haut sans être trop imposant. La façade sud reste la façade d entrée, dont l accès est signalé par l avancée en porte-à-faux sur 5m de la salle de répétition J ai longtemps hésité sur la façon de donner à voir la salle depuis le plateau du CEC : émergence discrète, pente du toit partant du sol et invitant à y monter, pivotement du hall pour resserrer la perspective J ai finalement opté pour l alignement du hall avec le bâti existant, tandis que le signal visible depuis l ensemble du site serait la salle de répétition, toujours dans son rôle de vitrine. Celui-ci rompt l alignement, s avançant en porte-à-faux pour protéger l entrée. Visible de loin, cette avancée permet de cadrer la vue, tout en offrant un abri aux spectateurs attendant à l extérieur. Ce volume confondant la cage de scène et la salle de répétition dépasse en outre d une hauteur d étage le bâtiment attenant, le gymnase, qui est le bâtiment le plus haut du CEC (9m) et dont la façade donnant sur la salle de spectacle est aveugle. Ci-dessus : 1) Conformité au système : alignement 2) Visibilité : décalage de la salle de répétition en porte-à-faux, pivotement du hall Ci-dessous : 1) Réponse programmatique : trois volumes 2) Optimisation des volumes 3) Inflexion des toitures en pentes contraires 36

37 37

38 RdC Plans de la salle de spectacle à l étape Projet de juin : Hall ouvert sur l esplanade, entrée marquée par l avancée en porte-à-faux de la salle de répétition Foyer au niveau R-1, accompagné d un restaurant pouvant fonctionner indépendamment et ouvrant sur la partie basse de l esplanade Barre technique au nord abritant les loges, divers stockages et locaux techniques Au R+1 : les vestiaires de la salle de répétition, en coursive sur le hall Au R+2, l émergence de la cage de scène forme un seul volume avec la salle de répétition (mêmes dimensions que la scène) R+2 R-1 R+1 38

39 Axes de réflexion Lors du jury de l étape de juin, l implantation de la salle a été jugée pertinente. Cependant, les volumes gagneraient à être encore simplifiés, dans leur volume et dans leur imbrication ; de plus, dans cette version de la salle, le foyer et le restaurant s avançaient en porte-à-faux : il serait plus marquant de n avoir qu un geste fort, et donc de ne faire dépasser de la falaise que le volume foyer. Le parcours du spectateur de l entrée jusqu à la salle commence à être intéressant ; le parcours menant les artistes ou associations vers la grande salle de répétition méritait quant à lui une plus grande mise en scène. Il importait enfin d être plus généreux sur les espaces techniques. Vers le diplôme : orientations à prendre, pistes à explorer - Définir plus en détail différents endroits de l espace public : le parvis d entrée de site, par exemple, pourrait se doter d un pavillon d accueil possédant plusieurs fonctions (information, orientation, billetterie, abribus, cadrage sur la rue intérieure piétonne), les abords du collège, les venelles... Il sera nécessaire d approfondir la définition des matérialités, de l éclairage, et du mobilier urbain. - De même il faudra compléter la définition de l esplanade en fin de parcours, notamment au niveau de l insertion du café et de la promenade à flanc de falaise. - Au niveau architectural, la volumétrie reste encore à épurer. Afin de ne conserver qu un seul porte-à-faux, il semble intéressant de travailler le bâtiment comme un ensemble de strates mises en relation par des parcours verticaux travaillés, sous forme de faille vitrée entre deux volumes, par exemple. - Le rôle de signal joué par la salle de répétition n est pour le moment que volumétrique : il serait intéressant de jouer avec d autres paramètres, comme un changement de matérialité, et une mise en lumière la faisant apparaître comme une lanterne guidant les spectateurs à travers le site. Essais durant l été : 1) Un bâtiment structuré en deux grands volumes simples, séparés d une faille (circulations verticale liant les différents plateaux) : plan du RdC 2) Volumétrie : volumes épurés, sensation d ordre bousculé par l inclinaison du hall (accélération de la perspective) 3) et 4) Essai de perspectives intérieures : hall et foyer 5) et 6) Essai de définition de l espace public : séquences paysagère 39

40 3.3 Références REFERENCES ARCHITECTURALE Ci-contre à gauche : 1) 2) et 3) Musée guggenheim, Mexico, TEN Arquitectos 4) et 5) Vertical Landscape Urbanism _ Studio Hp As+EFT, Novège Ci-contre à droite : 1) et 2) Bengt Sjostrom Starlight Theater, Studio gang architect 3) et 4) National music center, Calgary, SPF Architects 5) et 6) Salle de concert La Carène, Brest, Jacques Ripault 7)Nouveau théatre de Montreuil, Dominique Coulon 40

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

Aimez la. à Sathonay-Camp

Aimez la. à Sathonay-Camp Aimez la à Sathonay-Camp ÉDITO Sathonay est une ville où il fait bon vivre. Son esprit village caractéristique offre une qualité de vie remarquable aux portes de la 2 e agglomération de France. Le quartier

Plus en détail

Lettre infos Chantier

Lettre infos Chantier Lettre infos Chantier Septembre 2012 Après les travaux d amélioration de 301 logements réalisés par Atlantique Habitations au Moulin du Bois, c est maintenant l espace public qui bénéficie de travaux de

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

Conseil de la Ville LE CONSEIL DE LA VILLE DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

Conseil de la Ville LE CONSEIL DE LA VILLE DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Conseil de la Ville Règlement RV-2013-12-24 modifiant le Règlement RV-2011-11-31 sur les plans d implantation et LE CONSEIL DE LA VILLE DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Modification de l article 17 L article 17

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES CITOYENS TROIS EXIGENCES PARTAGEES

DIAGNOSTIC DES CITOYENS TROIS EXIGENCES PARTAGEES DIAGNOSTIC DES CITOYENS TROIS EXIGENCES PARTAGEES EXIGENCES PARTAGEES VISUELLES Traiter le périphérique Diminuer les panneaux publicitaires SONORES Avec un mur anti-bruit Présence de l eau ATTENUER LES

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

Centre aqualudique «PLOUF» Château-du-Loir

Centre aqualudique «PLOUF» Château-du-Loir Semaine de l Architecture Contemporaine 2012. L eau dans l architecture Centre aqualudique (infographie) Centre aqualudique «PLOUF» Château-du-Loir Adresse : 46 rue du 11 Novembre 1918 72500 Château-du-Loir

Plus en détail

Rénovation du centre-ville de Jeumont Les balades urbaines

Rénovation du centre-ville de Jeumont Les balades urbaines Dossier de presse Rénovation du centre-ville de Jeumont Les balades urbaines Contact presse Marie DRUCKE marie.drucke@amvs.fr 06.80.20.79.75 1 Le projet en quelques mots Un projet urbain au service du

Plus en détail

EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE

EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE présente EXPO BEAULIEU LAUSANNE DU 7 AU 15 MARS 2015 SEMAINE 12 H - 20 H WEEK-ENDS 10 H - 18 H MAGAZINE 2015 architecture Donner forme au quotidien Jardin Un monde de possibles DESIGN Variations esthétiques

Plus en détail

LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne

LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne La gare, une chance pour la ville ou le village qui l accueille Groupe SNCB Souvent proche du

Plus en détail

3 Orientations d aménagement PLAN LOCAL D URBANISME. Communauté Urbaine de Strasbourg. Dossier approuvé. Commune de VENDENHEIM Département du Bas-Rhin

3 Orientations d aménagement PLAN LOCAL D URBANISME. Communauté Urbaine de Strasbourg. Dossier approuvé. Commune de VENDENHEIM Département du Bas-Rhin Communauté Urbaine de Strasbourg Commune de VENDENHEIM Département du Bas-Rhin PLAN LOCAL D URBANISME 3 Orientations d aménagement Dossier approuvé Février 2009 Service de la Planification Urbaine de la

Plus en détail

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures 1 2 3 Préface Face aux besoins croissants en matière d équipements collectifs, le Ministère du Développement durable et des Infrastructures continue à persévérer dans son effort en ce qui concerne l extension

Plus en détail

MENTION MAISON INDIVIDUELLE POOL HOUSE / PENNE D AGENAIS

MENTION MAISON INDIVIDUELLE POOL HOUSE / PENNE D AGENAIS POOL HOUSE / PENNE D AGENAIS MENTION MAISON INDIVIDUELLE LE JURY A SOUHAITÉ ACCORDER UNE MENTION À CETTE MAISON QUI S INSTALLE DANS LA PENTE AVEC ÉLÉGANCE ET SIMPLICITÉ (FORMELLE). LE PROJET TROUVE SES

Plus en détail

Ensemble résidentiel d Obere Widen - Arlesheim (CH)

Ensemble résidentiel d Obere Widen - Arlesheim (CH) Ensemble résidentiel d Obere Widen - Arlesheim (CH) architectes : Proplanning Architekten de Bâle (CH) programme : ensemble locatif de 168 logements, sur un terrain de 4,2 hectares, répartis en 96 appartements

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB Caractère Zone naturelle non équipée, pouvant recevoir de l habitat individuel et éventuellement collectif, à caractère diffus. Article NB.1 - Types d occupation et d utilisation

Plus en détail

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL SOMMAIRE 1 I SITUATION / BESOINS / ATTENTES 2 ENJEUX DU PROJET ET OBJECTIFS DE LA MAITRISE D OUVRAGE 3 PROJET D ETABLISSEMENT

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

3 CADRE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT

3 CADRE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 3 CADRE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT Typologie des secteurs d ambiance p. 3 01 Phases de réalisation p. 3 04 Politiques et programmes de mise en œuvre p. 3 05 Fiches techniques : Secteur A : Quartier

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

CAP SUR LE VIEUX-SAINT-JEAN 2011-2017. Un vent de jeunesse souffle sur le Vieux-Saint-Jean!

CAP SUR LE VIEUX-SAINT-JEAN 2011-2017. Un vent de jeunesse souffle sur le Vieux-Saint-Jean! CAP SUR LE VIEUX-SAINT-JEAN 2011-2017 Un vent de jeunesse souffle sur le Vieux-Saint-Jean! Le réaménagement de la rue Richelieu permettra la cohabitation harmonieuse des activités résidentielles, commerciales

Plus en détail

La maison de village de Mormont (Erezée)

La maison de village de Mormont (Erezée) Les fiches d aménagement rural La maison de village de Mormont (Erezée) Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 3 Erezée CARTE D IDENTITE En

Plus en détail

L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans)

L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans) Semaine de l Architecture Contemporaine 2012. L eau dans l architecture Promenade au bord du canal (infographie) L Ile aux Planches Aménagement d un parc et d un déversoir (Le Mans) Adresse : Pont des

Plus en détail

1-1 Saint-Étienne-du-Bois - 2 465 habitants Créer un espace public fédérateur Création d une médiathèque, de 18 logements locatifs, 4 logements en accession et 4 commerces. Donner une «place» au centre-bourg.

Plus en détail

CHARLEROI PHENIX 48. b - V+

CHARLEROI PHENIX 48. b - V+ CHARLEROI PHENIX 48 AM b - V+ PROJETS PHENIX4 et PHENIX8 A CHARLEROI Préalables Le projet de réaménagement des quais de la rive droite de la Sambre à Charleroi s inscrit dans la vague de projets de réaménagement

Plus en détail

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS ZONE APPLICABLE : C-308 Ce secteur est caractérisé par un tissu urbain espacé, constitué de bâtiments isolés et d une architecture d exception. La zone est

Plus en détail

CONSERVATOIRE DE L ESPACE LITTORAL ET DES RIVAGES LACUSTRES - CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES ORIENTALES

CONSERVATOIRE DE L ESPACE LITTORAL ET DES RIVAGES LACUSTRES - CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES ORIENTALES CONSERVATOIRE DE L ESPACE LITTORAL ET DES RIVAGES LACUSTRES - CONSEIL GÉNÉRAL DES PYRÉNÉES ORIENTALES PAULILLES, SITE DE L ANCIENNE DYNAMITERIE NOBEL PARTI ARCHITECTURAL ALEP, INCA, APHYLLANTHE, BRLI,

Plus en détail

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 AMENAGEMENT TELECENTRE MELUN PHASE APS MAÎTRE D OUVRAGE ARCHITECTE C.A.M.V.S. Communauté d agglomération de Melun Val de Seine 297, rue Rousseau

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT CHANTEPIE PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT Révision Approuvée par DCM du 25 février 2013 2 FEV 2013 CHANTEPIE - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT AGENCE DBW SOMMAIRE Chapitre 1 Les entrées de

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Plan Local d Urbanisme 2 ème Révision approuvée le 15 décembre 2005 1 ère Modification et Révision simplifiées approuvées le 21 décembre 2006 2 ème Modification approuvée le 20 mars 2009 3 ème MODIFICATION

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

MAISON BONNARDEL. Fabien Boiron 1 BTS DE

MAISON BONNARDEL. Fabien Boiron 1 BTS DE Fabien Boiron BTS DE Association «Robins de Villes» L association Robins des Villes lance un appel à idée appelé «Des rives et des rêves». Il s interroge sur les formes de la ville de demain à travers

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

PROJET TCSP BUS «GARE VIOTTE - TEMIS» : LANCEMENT DE L ENQUÊTE PUBLIQUE

PROJET TCSP BUS «GARE VIOTTE - TEMIS» : LANCEMENT DE L ENQUÊTE PUBLIQUE Transports PROJET TCSP BUS «GARE VIOTTE - TEMIS» : LANCEMENT DE L ENQUÊTE PUBLIQUE Dès 2017, la ligne de bus n 3 du réseau Ginko circulera avec une fréquence forte en site propre entre la gare Viotte et

Plus en détail

CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH. (NL)(NL) pour Professions Educatives et Sociales (LTPES) ASSOCIATION MOMENTANEE PROJET PPP CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH

CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH. (NL)(NL) pour Professions Educatives et Sociales (LTPES) ASSOCIATION MOMENTANEE PROJET PPP CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH 30 octobre 2009 Pose de la pre m ière pierre PROJET PPP CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH PROJET CAMPUS SCOLAIRE DE MERSCH Neie LycéePPP (NL) Neie Lycée (NL)(NL) pour Professions Educatives et Sociales (LTPES)

Plus en détail

Une situation idéale aux portes de Lyon

Une situation idéale aux portes de Lyon Sathonay-Camp Une situation idéale aux portes de Lyon ntre Caluire-et-Cuire et Fontaines-sur-Saône, Sathonay-Camp offre une qualité de vie préservée à 4 km seulement du centre de Lyon et à dix minutes

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION HAMADRYADE AVIGNON / AGROPARC Un parti architectural qui repose sur des principes simples pour un espace positif Les atouts et contraintes du site contribuent largement au dessin

Plus en détail

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ]

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] UNE FAÇADE EMBLÉMATIQUE D UN NOUVEAU PAYSAGE URBAIN Dans l influence immédiate du quartier de La Défense, West Plaza dévoile des lignes pures et une architecture transparente

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

Montbéliard Cinq réalisations pour vivre la ville autrement

Montbéliard Cinq réalisations pour vivre la ville autrement Montbéliard Cinq réalisations pour vivre la ville autrement A r r e t s u r i m a g e s 2 Montbéliard Cinq réalisations pour vivre la ville autrement Sommaire : La Halle couverte p 5 à 11 Les Jardins familiaux

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION une passerelle urbaine en BOIs I. Analyse du site Avant d envisager la passerelle comme objet en tant que tel nous nous sommes intéressés à son implantation dans le site,

Plus en détail

La zone correspond à la partie centrale du Carré.

La zone correspond à la partie centrale du Carré. La zone correspond à la partie centrale du Carré. Il s agit d une zone en cours d urbanisation, destinée à recevoir des équipements publics ou privés, des activités tertiaires ou de bureaux ainsi que des

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Atelier de concertation - Equipements

Atelier de concertation - Equipements Atelier de concertation - Equipements 1 juillet 2013 Le groupe scolaire Henri Wallon Au sein d une vaste emprise, incluant l école maternelle Châteaubriant. 9 classes maternelles / 21 classes élémentaires

Plus en détail

Ensemble des textes du site

Ensemble des textes du site La Ville Archipel Vers de nouvelles formes urbaines E. Gaudin MRW Zeppeline Bretagne Ensemble des textes du site 1. Bien vivre dans son logement Le logement, espace de vie privilégié, doit répondre à l

Plus en détail

les nouveaux espaces publics des quartiers nord

les nouveaux espaces publics des quartiers nord les nouveaux espaces publics des quartiers nord Comité de suivi du 7 avril 2006 SEM SEM Amiens Amiens Aménagement _ 7 _ avril 7 avril 2006 2006 _ ESE _ ESE bet bet ingénierie Charles VICARINI concepteur

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles»

Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» Château de Versailles, France : l accessibilité du public au coeur des enjeux du «Grand Versailles» FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation : France Principales interventions

Plus en détail

piscines découvrir Pure wellness Rénovation radicale Métamorphose Une fonctionnalité exceptionnelle L esprit Piscine Carré Bleu Zeydon Zeydon

piscines découvrir Pure wellness Rénovation radicale Métamorphose Une fonctionnalité exceptionnelle L esprit Piscine Carré Bleu Zeydon Zeydon 4x piscines Quelle que soit la forme de la piscine, le mariage de l eau et du jardin est toujours séduisant : piscine miroir dans laquelle se reflète la façade, à débordement et dont les bords restent

Plus en détail

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE Bancs publics Pour un piéton dont les ressources de mobilité sont limitées, le banc public n est pas uniquement un lieu de détente, mais il lui sert également à retrouver des forces pour poursuivre son

Plus en détail

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options 1 Table des matières OPTIONS D AMENAGEMENT...3 I. Options relatives aux économies d énergie...3 I.1. Constructions...3 I.2 Energies renouvelables...3 II. Options relatives à l urbanisme & à l architecture...

Plus en détail

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram

BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram RESIDENCE WAGRAM BOISSY SAINT LEGER 17 rue de Wagram PRESENTATION DU PROGRAMME La résidence WAGRAM est située au 17 rue de WAGRAM, en plein centre ville, à 500m du RER A qui relie notamment aux gares de

Plus en détail

DEAUVILLE. Projet d aménagement. Presqu île de la Touques

DEAUVILLE. Projet d aménagement. Presqu île de la Touques DEAUVILLE Projet d aménagement Presqu île de la Touques www.deauville.fr Document d information numéro 6 Juillet 2011 La presqu île, perspective 2015 Le long de la Touques et du quai de la Gare, se dessinent

Plus en détail

Saint-Ouen. l avenir vous appartient. Quai 102. Imaginez une vie sereine aux portes de Paris

Saint-Ouen. l avenir vous appartient. Quai 102. Imaginez une vie sereine aux portes de Paris Saint-Ouen Quai 102 Imaginez une vie sereine aux portes de Paris l avenir vous appartient Imaginez une vie entre modernité et bien-être Idéalement située en lisière de la capitale et au cœur d un département

Plus en détail

LA TOUR A PLOMB. couëron. ESPACE CULTUREL ET ASSOCIATIF de. Quai Emile Paraf

LA TOUR A PLOMB. couëron. ESPACE CULTUREL ET ASSOCIATIF de. Quai Emile Paraf couëron Espace culturel et associatif Quai Emile Paraf ANNÉE DE MISE EN SERVICE : 2009 Maître d ouvrage : Commune de Couëron (44) MaîtrISE d ŒUVRE : Sophie BLANCHET, architecte urbaniste, La Rochelle Benoit

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Donnez un nouvel élan à vos événements professionnels. Zénith Strasbourg Europe

Donnez un nouvel élan à vos événements professionnels. Zénith Strasbourg Europe Donnez un nouvel élan à vos événements professionnels Zénith Strasbourg Europe la Grande Salle 2 600 m 2 au sol Imaginez vos événements sous un nouvel angle Pouvant accueillir jusqu à 12 079 personnes,

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

L art de la conception

L art de la conception c h a l e t L art de la conception Photos : Atelier du Cyclope Texte : Vincent Girardet Le cadre est beau, mais le terrain était compliqué. À cause de l orientation et de la déclivité des lieux, il fallait

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE juillet 2013

DOSSIER DE PRESSE juillet 2013 DOSSIER DE PRESSE juillet 2013 Orgeval 2015 : une maison de quartier et une salle municipale pour les habitants Conférence de presse vendredi 12 juillet 2013, 10 heures Groupe scolaire Gallieni Contact

Plus en détail

Orchies, nœud central

Orchies, nœud central Orchies, nœud central Véritable nœud central de communication au sud-est de la Métropole Lilloise, Orchies se trouve en bordure de l A23, reliant Lille à Valenciennes. La Ville, dont le sénateur-maire

Plus en détail

Transports publics. Problématiques traitées : FICHE

Transports publics. Problématiques traitées : FICHE Transports publics Lors de ses déplacements à l intérieur de sa commune, un piéton peut avoir régulièrement besoin des transports publics : afin de parcourir des distances qu il juge trop longues, pour

Plus en détail

Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de

Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de construire une salle polyvalente Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de 4 réalisations récentes à destination

Plus en détail

réagencer rénover réhabiliter son appartement

réagencer rénover réhabiliter son appartement réagencer rénover réhabiliter son appartement Carine Merlino Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-212-11773-6 049 chapitre 3 Comment optimiser son espace vital Une opération de rénovation ou de réhabilitation

Plus en détail

Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet

Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet Traitement des exigences liés au Développement Durable dans le projet Gestion de l énergie Equipe A Equipe B Equipe C On vise un niveau Haute Performance Energétique (gain de 8% sur la consommation réglementaire)

Plus en détail

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Dossier de presse - juin 2009 RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Les phases de travaux 2009/2013 Contact : Anthony Abihssira anthony.abihssira@euromediterranee.fr Tél.

Plus en détail

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne

Etude de valorisation paysagère et touristique des bassins versants de la Chalaronne VALORISATION TOURISTIQUE ET PAYSAGERE DE LA TRAVERSEE DE LA CHALARONNE DANS LE CENTRE DE VILLARS-LES-DOMBES ETAT DES LIEUX Au niveau de Villars-les-Dombes, la Chalaronne contourne le noyau urbain dense.

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie Habitat 67 Statuts juridiques 2002 Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie 2007 Citation d habitat 67à titre de monument

Plus en détail

Définitions DÉFINITIONS

Définitions DÉFINITIONS DÉFINITIONS Accès et voie nouvelle : L accès est constitué par la limite entre le terrain et la voie qui le dessert. La voie nouvelle est une emprise publique ou privée qui permet de desservir plusieurs

Plus en détail

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 Service Presse MPM Tél. : 04 88 77 62 54 / 06 32 87 51 18 / contact.presse@marseille-provence.fr BOULEVARD

Plus en détail

L esprit bords de Loire

L esprit bords de Loire Saint-Sébastien sur Loire, 44, bd des Pas Enchantés. Appartements du studio au 5 pièces. Balcons, terrasses, ascenseurs et stationnements en sous-sol. L esprit bords de Loire Une résidence inspirée et

Plus en détail

PRÉAVIS N 101 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N 101 AU CONSEIL COMMUNAL PRÉAVIS N 101 AU CONSEIL COMMUNAL Demande de crédit CHF 294'000.- TTC pour l organisation d un concours d architecture paysagère à deux degrés, procédure ouverte, pour la création d un parc au lieu dit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 1 er juillet 2011

DOSSIER DE PRESSE. 1 er juillet 2011 S E R V I C E R E G I O N A L D E S P O N T S E T C H A U S S E E S A R E M I C H DOSSIER DE PRESSE 1 er juillet 2011 Historique 25 août 2006 : Projet de loi 12 janvier 2007 : Accord du Conseil de Gouvernement

Plus en détail

LeLavandou. centre ville

LeLavandou. centre ville R É S I D E N C E D E S T A N D I N G LeLavandou centre ville 300 jours de soleil par an, un cadre de vie exceptionnel 8 appartements d exception. Le Flore... une résidence unique. Niché aux pieds des

Plus en détail

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements.

PATRIMOINE NATUREL ET ÉCOLOGIQUE UNIQUE EN FRANCE. Faites de la Drôme l épicentre de vos événements. Entre Romans et Valence, la capitale stratégique du Sud Rhône Alpes : la Drôme, vous offre de nombreux attraits culturels, historiques et gastronomiques. Un département aux multiples facettes, composées

Plus en détail

E-mail : lamothe.blandan@sfr.fr / Site Internet : www.parcblandan.com

E-mail : lamothe.blandan@sfr.fr / Site Internet : www.parcblandan.com A D P B 27 rue Victorien Sardou 69007 LYON E-mail : lamothe.blandan@sfr.fr / Site Internet : www.parcblandan.com PROPOSITIONS POUR L'AMENAGEMENT DU PARC SERGENT BLANDAN Janvier 2010 I- INTRODUCTION En

Plus en détail

Enjeux urbains PDU. et intermodalité 2012-2022

Enjeux urbains PDU. et intermodalité 2012-2022 PDU 2012-2022 Orientation N 1 Enjeux urbains et intermodalité Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) est obligatoire pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Il organise les différents modes

Plus en détail

VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX. Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot.

VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX. Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot. VILLAPOLLONIA VILLAPOLLONIA BORDEAUX Vivre Bordeaux autrement, au cœur des Bassins à Flot. 0 800 11 06 95 Nexity Apollonia RCS Paris B 332 540 087-19 rue de Vienne - TSA 60030 75801 PARIS CEDEX 8. Document

Plus en détail

ENQUETE PUBLIQUE du 16 décembre 2013 au 22 janvier 2014 inclus

ENQUETE PUBLIQUE du 16 décembre 2013 au 22 janvier 2014 inclus DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES ENQUETE PUBLIQUE du 16 décembre 2013 au 22 janvier 2014 inclus REVISION DU PLAN DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR DU SECTEUR SAUVEGARDE DE MENTON DOCUMENT 2 CONCLUSIONS

Plus en détail

CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C.

CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C. CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C. CARACTERE DE LA ZONE U.C La zone U.C est une zone urbaine de l agglomération où le développement des activités centrales (commerces, bureaux,

Plus en détail

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express

DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE. Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express Ville de CLAMART DOSSIER D ENQUETE PUBLIQUE Aménagement De la place de la Gare de Clamart Dans le cadre de l arrivée de la ligne 15 Grand Paris Express RELATIF AU DECLASSEMENT D UNE EMPRISE COMMUNALE située

Plus en détail

Lagny-sur-Marne. l avenir vous appartient. L Eden. Imaginez une vie préservée près de la Marne

Lagny-sur-Marne. l avenir vous appartient. L Eden. Imaginez une vie préservée près de la Marne Lagny-sur-Marne L Eden Imaginez une vie préservée près de la Marne l avenir vous appartient Imaginez la convivialité d une ville à taille humaine... À 28 km de l Est parisien, Lagny-sur-Marne arbore un

Plus en détail

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise

Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA. Aire toulonnaise Groupe de travail «LGV PACA - Analyse fonctionnelle» Réunion du 25 juin 2007 Analyse des sites potentiels pour les futures gares de la LGV PACA Aire toulonnaise 1 L aire toulonnaise : organisation territoriale

Plus en détail

> Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage?

> Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage? > Qu est ce qu un Observatoire Photographique du Paysage? Un observatoire photographique du paysage (OPP) est constitué d un itinéraire photographique où figure une quarantaine de points de prise de vue.

Plus en détail

construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes

construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes Frugalité construction de la nouvelle église sainte-madeleine de nantes à nantes -44 - Charles-Henri Tachon architecture & paysage Mercurey : rue de champ Ladoit 71640 Paris : 10 bis, rue Bisson 75020

Plus en détail

CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES

CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES «Domaine des Saules» CREATION D UN NOUVEAU QUARTIER D HABITAT COMINES Réunion publique 18 Octobre 2012 Table des Matières 1. PREAMBULE 1. LOCALISATION DU PROJET 2. OBJECTIFS ET ENJEUX DU PROJET D AMENAGEMENT

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 3-2013. Objet : Bâtiment Multifonctions - Crédit d'étude

PREAVIS MUNICIPAL No 3-2013. Objet : Bâtiment Multifonctions - Crédit d'étude 1188 Gimel, le 3 juin 2013 MUNICIPALITE DE GIMEL PREAVIS MUNICIPAL No 3-2013 présenté au Conseil Communal de Gimel, en sa séance du 24 juin 2013 Objet : Bâtiment Multifonctions - Crédit d'étude Monsieur

Plus en détail

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR La ville de Dubrovnik prend part à l Europan 11 pour questionner la manière d inplanter un parking conséquent voué à subvenir aux nécéssités d accueil générées par une ville classée au patrimoine mondiale

Plus en détail

I D. infrastructure douce, doter la ville d une infrastructure du vivre ensemble

I D. infrastructure douce, doter la ville d une infrastructure du vivre ensemble I D infrastructure douce, doter la ville d une infrastructure du vivre ensemble Etre urbain aujourd hui, c est aimer être dehors, vivre sa ville, utiliser ce qu elle offre. C est vouloir profiter des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE

POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE MÉMOIRE DU FORUM JEUNESSE DE L ÎLE DE MONTRÉAL POUR UNE RUE SAINTE-CATHERINE OUEST À ÉCHELLE HUMAINE PRÉSENTÉ AU MAIRE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA DÉMARCHE DE CONSULTATION SAINTE-CATHERINE OUEST S

Plus en détail

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels 2 nd Réunion publique Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels Le cadre réglementaire La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose la transformation des

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE

PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE RÉUNION PUBLIQUE -LE - PLAN LOCAL D URBANISME PHASE DIAGNOSTIC & ETAT INITIAL DE L ENVIRONNEMENT Commune de MENTON - Alpes-Maritimes 1 DIAGNOSTIC TERRITORIAL & ARTICULATION AVEC LES AUTRES PLANS ET PROGRAMMES

Plus en détail