Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Gestion de trésorerie et taux de change multiples"

Transcription

1 Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 9: Gestion de trésorerie et taux de change multiples Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: définir les besoins de trésorerie pour chaque opération effectuée dans une devise étrangère précise; élaborer, pour toutes les devises étrangères, un plan d action de gestion de trésorerie dans le respect des besoins de liquidités et des marges de sécurité; expliquer les modalités de certains outils de base relatifs aux mouvements de trésorerie entre devises étrangères; calculer un taux de change à terme sur la base de taux d intérêt différents selon les devises étrangères. Test préliminaire (Solutions en fin de leçon) P1 Dans une institution financière, qui est chargée des questions d exposition aux risques de change? A) le responsable de la trésorerie B) les membres de la direction générale de l institution C) les courtiers P2 Les risques de change peuvent être évités en libellant tous les comptes dans une seule monnaie de représentation. A) Vrai B) Faux P3 Un contrat à terme en devises étrangères: A) est un moyen de transmettre des dollars à un bénéficiaire étranger B) est un moyen d éliminer les risques de change C) détermine un taux de change sur un montant précis concernant des opérations futures de vente ou d achat de devises GTZ 1

2 9.1 Principes de base Les flux de trésorerie à court terme relatifs à l ensemble des opérations accomplies dans toutes les devises étrangères utilisées par la banque dans le cadre de ses activités ont des conséquences sur la gestion de trésorerie; mais le responsable de trésorerie n a cependant pas le contrôle des principales décisions stratégiques concernant les devises étrangères: dans ce domaine, c est la direction générale de la banque qui détient le pouvoir et assume la responsabilité. Le choix de tenir des comptes de bilan en monnaie étrangère, et le montant de ces mêmes comptes, dépend principalement des possibilités de financement de la banque, des expectatives de la clientèle et de la réglementation des marchés de change. Objectifs L'objectif de gestion de trésorerie dans un environnement de taux de change multiples est, en substance, le même que celui visé pour une opération effectuée en une seule monnaie: faire en sorte que toutes les obligations de paiement, quelle que soit la devise, soient exécutées de façon rapide et rentable. Encore une fois, cela nécessite d agir en deux étapes. Tout d'abord, on mesure les besoins de trésorerie pour chaque devise concernée et, ensuite, des instruments de gestion de trésorerie à court terme sont mis en œuvre en vue de couvrir les déficits prévus et d'investir les excédents. Suivi séparé des liquidités par devise Nous allons utiliser exactement la même approche de gestion de trésorerie que dans le cas d une banque qui n effectuerait des opérations qu avec une seule monnaie, comme nous l avons vu dans la leçon 3. Nous allons simplement proposer de séparer les opérations de la banque selon des lignes de change et de faire une planification de trésorerie séparée, comme si nous devions gérer plusieurs banques différentes pour chaque devise. Il ne faut pas oublier la raison pour laquelle il est essentiel d assurer un suivi séparé des liquidités pour chaque devise. Il serait possible d envisager une conversion des comptes d actif et de passif libellés en devises en monnaie locale, au taux de change en vigueur, et de continuer à faire une planification de trésorerie en monnaie locale pour l ensemble de la banque. Après tout, ce type de conversion en une monnaie unique est une pratique comptable courante. La différence importante réside dans le fait qu en matière de gestion de trésorerie, nous ne devons pas nous préoccuper de la valeur comptable des comptes d actif et de passif mais des obligations réelles liées aux flux de trésorerie. Un prêt libellé en dollars doit être remboursé en dollars et il n est pas suffisant d avoir à disposition un montant équivalent en pesos quand arrive l échéance. D autre part, le montant équivalent en monnaie locale peut varier quotidiennement avec le taux de change. Il existe par ailleurs des coûts de transaction liés à la conversion de la monnaie locale en dollars et il pourrait y avoir des restrictions concernant les conversions de devises, comme l'exigence d une autorisation pour les transferts de compte de capitaux. Tous ces risques sont à la charge du débiteur. Une créance en monnaie précise doit être réglée dans cette même monnaie, et il n est pas obligatoire de devoir accepter une autre monnaie substitutive. Soit vous êtes donc en possession des dollars au moment où le paiement est dû, soit vous devez faire une planification prévisionnelle active pour vous procurer des dollars en échange de liquidités dans une autre devise. Garder la trace de toutes les créances et de toutes les opérations obligatoires de trésorerie de la banque, en tenant compte des différentes devises, ainsi qu assurer des mouvements de liquidités entre devises, sont des fonctions essentielles de gestion de trésorerie. Questions de compréhension GTZ 2

3 (Voir texte ci-dessus pour les réponses) i. La gestion de trésorerie peut-elle permettre de contrôler totalement l exposition aux risques de change? ii. Quels sont les objectifs de la gestion de trésorerie dans le cadre des taux de change multiples? iii. Pourquoi la planification des liquidités en une seule monnaie de présentation n est-elle pas toujours adaptée? 9.2 Exemple: cas de deux devises Nous allons maintenant continuer notre exemple de la leçon 4 et travailler dans le cadre d une planification de trésorerie dynamique sur 12 mois avec deux devises utilisées pour les opérations d exploitation: le peso local et le dollar. Nous pouvons utiliser le tableau 4.13 des flux de trésorerie pour extraire les variations globales des liquidités «d exploitation», avec la différence qu il nous faut maintenant élaborer deux planifications parallèles de flux de trésorerie, une pour chaque devise. Hypothèses Taux de change Afin de pouvoir progresser dans notre exemple, nous supposons que certains flux de trésorerie du tableau sont estimés non pas en pesos mais en dollars. Pour simplifier les calculs, nous décidons que le taux de change est de deux pesos pour un dollar. Pour être plus précis, concernant les flux de trésorerie, nous posons les hypothèses suivantes: Tous les dépôts des clients sont en pesos. La moitié du portefeuille de prêts est évaluée en dollars. Les variations mensuelles des montants de crédit concernent, en parts égales, les prêts en dollars et en pesos. Intérêts et capital sont remboursés dans la monnaie du prêt. Les commissions sur le crédit et autres charges sont prélevées en pesos sur l ensemble des prêts. Les intérêts sur les dépôts sont remboursés en pesos. Les intérêts sur les prêts à long terme sont dus en dollars. La perte de liquidités pour créances irrécouvrables est répartie en parts égales entre prêts en dollars et prêts en pesos. Toutes les dépenses d exploitation réglées en liquide le sont en pesos. Toutes les augmentations de capital social sont faites en dollars. Les dividendes sont payés en dollars. Les impôts et les taxes sont versés en pesos. Le matériel informatique sera importé et réglé en dollars. Un tiers des améliorations locatives passe par l importation de biens réglés en dollars. Les fonds affectés par les donateurs sont recueillis en dollars. Les tableaux 9.1 et 9.2 présentent les résultats des flux de trésorerie en pesos et en dollars tenant compte des hypothèses posées ci-dessus. Interprétation des tableaux de flux de trésorerie GTZ 3

4 Les tableaux séparés de flux de trésorerie, pour les pesos et pour les dollars, nous donnent maintenant une image précise de la position de trésorerie prévisionnelle pour chaque devise, pour les 12 mois à venir. Pour ce qui est des dollars, par exemple, nous constatons une petite pénurie en janvier, des excédents de février à mai, des pertes pendant l été et, de nouveau, des excédents d octobre à décembre. Le but de la gestion de trésorerie est de couvrir les besoins de liquidités et d investir temporairement les excédents de ces liquidités, après constitution des réserves. Cela peut être fait séparément pour chaque devise. Mouvements de liquidités entre plusieurs devises On va rapidement se rendre compte, toutefois, que surviennent certaines situations dans lesquelles une séparation stricte des devises peut conduire à des résultats indésirables. Prenons, par exemple, le mois de décembre. Nous prévoyons une importante sortie de trésorerie nette de pesos et nous recueillons une somme de dollars, qui ne doit pas immédiatement servir à couvrir des besoins de liquidités. Le conseil pourrait être de convertir les dollars en pesos plutôt que d emprunter des pesos. GTZ 4

5 Tableau 9.1: Total trésorerie «d exploitation» 2000 en pesos (milliers) Totalopérations d exploitation Jan. Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total Activités financières Intérêts prêts Charges prêts Intérêts dépôts Intérêts sur dettes à long terme 0.00 Liquidités pertes irrécouvrables Charges d exploitation Salaires et autres Dépenses d administration Dépenses locaux Autres charges d exploitation d exploitation Inv./Fin. à long terme Augmentation capital social 0.00 Dividendes 0.00 Impôts/taxes Matériel informatique 0.00 Nouvelle agence, charges locatives Prêt donateur 0.00 terme Total Total cumulatif GTZ 5

6 Tableau 9.2 Total trésorerie «d exploitation» 2000 en dollars (milliers) Taux de change Jan. Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total Activités financières Intérêts prêts Charges prêts 0.00 Intérêts dépôts 0.00 Intérêts sur dettes à long terme Liquidités pertes irrécouvrables Charges d exploitation Salaires et autres 0.00 Dépenses d administration 0.00 Dépenses locaux 0.00 Autres charges d exploitation 0.00 d exploitation Inv./Fin. à long terme Augmentation capital social Dividendes Impôts/taxes 0.00 Matériel informatique Nouvelle succursale, charges locatives Prêt donateur terme Total Total cumulatif GTZ 6

7 9.3 Gestion courante de trésorerie dans un environnement de taux de change multiples Dans une situation de taux de change multiples, le nombre de variables relatives aux actions de gestion de trésorerie augmente rapidement. Au lieu de simplement emprunter ou investir des liquidités, il est également possible de procéder à des échanges de liquidités entre devises de façon à compenser les excédents et les manques entre ces devises. Il y a un avantage indéniable à garder les devises séparées dès le début du processus de détermination des besoins de trésorerie: les effets de compensation entre devises peuvent être prévus explicitement. Par exemple, dans notre planification de flux de trésorerie pour le mois de juin, nous constatons une sortie en dollars et une entrée en pesos provenant d une opération de taux de change sur le marché au comptant. Opérations de gestion de trésorerie Document de travail combiné Le tableau 9.3 nous présente le document de base de travail du gestionnaire des liquidités nous permettant de progresser dans notre exemple, pour les deux monnaies en question: pesos et dollars. Nous allons d abord utiliser les lignes du bas des tableaux 9.1 et 9.2 relatives à la position de trésorerie cumulative prévisionnelle en pesos et en dollars. Comme nous l avons fait dans le cadre de l approche avec une monnaie unique (tableau 4.14), il faut ajouter le solde des liquidités à fin décembre L équivalent total en pesos est de Nous émettons l hypothèse que ce montant est divisé en pesos et dollars. Le taux de change comptable utilisé en 1999 dans le cadre de la rédaction des états financiers est de: 1 dollar = 2 pesos. Afin de simplifier, nous prévoyons que le taux de change dollar/peso sur le marché au comptant restera le même pour toute l année Nous supposons, par ailleurs, que pesos relatifs à des investissements à court terme et enregistrés dans le mois de décembre du bilan 1999, seront divisés en pesos et dollars. Logique des opérations Le modèle des opérations exposé dans le tableau 9.3 n est qu une seule des solutions possibles, sans être forcément la plus efficace. L exemple des transactions a été choisi dans le but de maintenir une réserve raisonnable de liquidités dans toutes les devises et à tout moment (minimum de pesos et de dollars). Comme dans le cas d une monnaie unique, nous voulions être sûrs que l indicateur de position de trésorerie reste audessus de 10 pour cent et que le ratio de réserve ne passe pas sous la barre des 20 pour cent. Ces ratios de trésorerie sont calculés sur l équivalent en pesos pour l ensemble des liquidités, quelle que soit la devise dans lesquelles sont tenues ces liquidités. Le tableau 9.3 montre également le compte courant des investissements à court terme calculé en pesos. La règle empirique mise en pratique dans cet exemple est, tout d abord, de récupérer des investissements avant d emprunter des liquidités et de rembourser d abord les emprunts avant d effectuer de nouveaux investissements. En juin, par exemple, nous avons récupéré les investissements restants de dollars et, au lieu d emprunter des pesos, nous avons converti une part de ces investissements d un montant de dollars en pesos. Finalement, en décembre, nous avons enregistré les effets d un contrat à terme de gré-à-gré pour une vente de dollars à un taux à terme de GTZ 7

8 2,1495 peso/dollar, qui avait été concordé début janvier. Nous allons maintenant généraliser l utilisation de cet outil de taux de change. GTZ 8

9 Tableau 9.3: Élaboration des opérations de gestion de trésorerie dans deux devises (milliers) Document de travail combiné P Trésorerie cumulée avant gestion de trésorerie Jan Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc P Liquidités investissements à court terme P Liquidités emprunts à court terme P Liquidités taux de change P Trésorerie cumulée après gestion de trésorerie $ Trésorerie cumulée avant gestion de trésorerie $ Liquidités investissements à court terme $ Liquidités emprunts à court terme $ Liquidités taux de change $ Trésorerie cumulée après gestion de trésorerie P+$ Indicateur de position de 6% 12% 15% 16% 10% 2% -5% -2% 2% 7% 8% 7% trésorerie (avant) P+$ Ratios de réserve (avant) 8% 15% 18% 20% 12% 3% -6% -2% 2% 8% 10% 9% P+$ Indicateur de position de trésorerie (après) 16% 16% 16% 16% 16% 15% 14% 15% 15% 16% 16% 16% P+$ Ratios de réserve après 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% 20% GTZ 9

10 P+$ Investissements à court terme GTZ 10

11 Contrats à terme de gré-à-gré La raison qui justifie un contrat de taux de change à terme réside dans la crainte de la part du gestionnaire des liquidités d un changement du taux de change avant la réalisation de la vente des dollars prévue en décembre. Pour les grands flux de trésorerie à venir, qui peuvent être planifiés avec une relative certitude, il est conseillé de garantir un taux de change fixé par avance. L institution de microfinance pourrait alors passer ce que l on appelle un «contrat à terme de gré-à-gré», qui consiste, en substance, à passer un accord de vente ou d achat pour un certain montant de devises, à un prix fixe et pour une livraison à une date future. De nombreuses banques commerciales offrent ce type de contrat à leurs clients. Si elles désirent fixer un taux de change futur pour un flux de trésorerie important prévu dans l avenir, les institutions de microfinance qui se sont créées un réseau de partenaires dans le secteur bancaire commercial devraient pouvoir passer facilement un contrat de ce type. De nombreux autres instruments peuvent aider le gestionnaire de trésorerie à convertir les flux de liquidités d une devise à l autre, à pouvoir créer un fonds spéculatif contre les risques de taux de change et à transférer en temps voulu les flux de trésorerie. Ces instruments sont les marchés à terme, les swaps, les options swap, et d autres encore. Il n est pas possible de traiter ici de l ensemble de ces instruments financiers très sophistiqués; nous nous limiterons donc à un exemple de contrat à terme de base. Exemple de contrat à terme de gré-à-gré Nous sommes début janvier 2000 et venons d apprendre qu au mois de décembre, nous devrons débourser un prêt de dollars. Nous prévoyons un excédent de dollars ainsi qu une petite pénurie de liquidités en pesos en décembre 2000 et au-delà: nous envisageons donc de vendre, en décembre, dollars contre des pesos. Le taux de change est, à ce jour, de 2 pesos/dollar. Nous craignons que le taux de change n évolue en notre défaveur d ici décembre et contactons notre correspondant bancaire pour une vente à terme de nos dollars. La banque propose d acheter les dollars à un taux de 2,1495 pesos/dollar à la fin de l année. Nous signons le contrat à terme aujourd hui, mais aucune opération de change ne survient en janvier. La transaction sera exécutée en espèces, selon le taux de change concordé en décembre. Comment la banque a-t-elle abordé le taux de change à terme? A-t-elle simplement spéculé sur le fait que le taux de change grimperait jusqu à 2,1495 ou serait plus élevé avant la fin du mois de décembre? Cela peut surprendre, mais le taux à terme peut être calculé indépendamment des prévisions du taux de change futur. En réalité, il est surtout déterminé par les niveaux des taux d intérêt courants des différentes devises. Le problème est le suivant: supposons que les pesos rapportent un intérêt de 15 pour cent par an et que les dollars puissent être investis sans risque pour 7 pour cent par an. Étant donné que la banque sait qu elle peut compter sur dollars de votre part en décembre, elle peut aller de l avant et vendre des dollars pour des pesos aujourd hui et investir les pesos à un taux plus élevé. En décembre, elle vous restitue les pesos et reçoit les dollars au taux à terme concordé. Le cours courant du marché ne rentre absolument pas dans les calculs. La banque commence avec des dollars et finit également avec des dollars. De plus, il était parfaitement possible d obtenir des intérêts plus élevés. Sur un marché compétitif, le taux à terme serait défini de façon à ce que la probabilité d un bénéfice sans risques disparaisse. À ce stade, il serait complètement indifférent à la banque de détenir des dollars à 7 pour cent ou de les échanger contre des pesos pour profiter du taux d intérêt de 15 pour cent. GTZ 11

12 Prendre 30,000 dollars et les convertir en pesos début janvier, les investir pendant un an et les reconvertir de nouveau fin décembre donnerait le résultat suivant: $ 30,000 Courseaucomp tant Tauxdechangeàterme Si la banque avait simplement conservé les dollars pendant l année, le résultat serait $30, Comme le marché fixera le prix à terme à la hausse ou à la baisse jusqu à ce que la banque devienne indifférente au fait de faire un choix, quel qu il soit, on peut considérer que les deux équations sont égales, insérer le cours au comptant en janvier et résoudre ensuite la question du taux de change à terme. Cela donne 2,1495 pesos/dollar. $30,000 coursaucomp tant 1.15 $30, Tauxdechangeàterme Taux de change à terme= 2, 1495 Espèces et taux de change Maintenant que nous avons élaboré une planification pour l ensemble de nos liquidités, avec plusieurs devises, l étape suivante logique est de se demander combien de dollars et de pesos peuvent être détenus concrètement en caisse. Cela nous amène à appliquer la même approche et les mêmes méthodes que nous avons vues et mises en application dans la Leçon 6, quand nous avions traité de la planification des volumes d espèces en caisse dans un contexte de monnaie unique. La seule chose à faire est de mettre en place deux systèmes parallèles de gestion des espèces en caisse (un pour chaque devise). Espèces et choix de la devise étrangère Avant de développer des politiques relatives aux questions des espèces en caisse et des devises étrangères, il faut bien évaluer la portée réelle du choix de la devise étrangère. Dans les cas où la monnaie locale est sujette à une forte inflation, l institution de microfinance ou ses clients peuvent désirer utiliser des comptes d actif et de passif libellés en dollars afin de renforcer la stabilité des contrats de longue durée. Avant de stocker des dollars en caisse, il faut tenter de comprendre si les dollars constituent une simple valeur notionnelle de référence ou si les clients souhaitent avoir concrètement entre leurs mains des billets de dollars. L institution de microfinance peut éviter les problèmes liés aux espèces détenues en plusieurs devises si ses clients sont d accord pour recevoir la contrepartie de dollars en monnaie locale au moment du décaissement. Les clients emprunteurs pourraient aussi simplement «acheter» des dollars au taux de change courant à l institution de microfinance au moment des paiements. Pourquoi l institution garderait-elle des dollars en caisse en pensant au décaissement des prêts si la plupart des clients portaient les dollars à la banque commerciale la plus proche et les convertissaient en monnaie locale le même jour? La stratégie développée ci-dessus ayant pour but d éviter la détention d espèces en plusieurs devises n est, toutefois, pas adaptée dans tous les cas. Dans certains pays, il y a une tendance à privilégier la détention matérielle de devises étrangères. Cela se vérifie souvent dans les cas de contraintes administratives concernant les modalités de change en devises «fortes» au niveau local ou dans les pays où la monnaie locale est si peu fiable que GTZ 12

13 même des transactions nationales quotidiennes et courantes sont effectuées, pour la plupart, en devise étrangère. Réserve minimale et assurance dépôts Nous allons conclure cette leçon en abordant deux derniers points qu une institution de microfinance devrait également examiner quand elle envisage de proposer des produits en devises étrangères. Sur de nombreux marchés financiers bien développés, le financement en monnaie étrangère est rendu attractif par le fait que les dettes en devises étrangères ne sont en principe pas soumises à l obligation de réserve minimale. Mais cela n est pas vrai dans tous les cas: au Nicaragua, par exemple, l obligation de réserve minimale s élève à 15 pour cent sur les comptes en cordoba et à 25 pour cent sur les comptes en dollars. Les institutions de microfinance qui bénéficient d une assurance dépôt ou de garanties d État doivent penser au fait que, souvent, les dépôts libellés en devises étrangères ne sont pas garantis. Cela pourrait entamer la confiance des particuliers-déposants. Les dépôts en devises étrangères non garantis ont tendance à être plus volatiles, dans la mesure où, au moindre signe de difficultés financières rencontrées par l institution de microfinance, les clients n hésiteront pas à vouloir récupérer leur fonds. Questions de compréhension (Voir texte ci-dessus pour les réponses) i. Pourquoi une évaluation séparée des besoins de liquidités pour chaque devise est-elle importante, même s il est toujours possible d effectuer à tout moment une opération de change? ii. Quand un transfert de liquidités entre les différentes réserves de devises d une banque pourrait-il présenter un intérêt? iii. Expliquez le fonctionnement de base d un contrat à terme en devises étrangères et donnez un exemple dans lequel une banque pourrait trouver un intérêt à ce type de contrat. iv. Pouvez-vous établir des prévisions de taux de change futurs sur la base de cours à terme? GTZ 13

14 v. Dans l exemple vu ci-dessus, quel aurait été le taux de change à terme peso/dollar pour décembre 1999 si les taux d intérêt en pesos et en dollars avaient été égaux à 8 pour cent? vi. Comment est-il possible d octroyer des prêts en dollars sans posséder matériellement, en caisse, des dollars? vii. La banque centrale décide de renforcer les obligations de réserve minimale sur les dépôts en dollars «afin d améliorer la sécurité du système bancaire». En l absence de tout autre changement, cela entraînera-t-il une augmentation ou une baisse de la position de trésorerie de votre institution? GTZ 14

15 Exercices (Solutions en fin de leçon) E1 Change sur liquidités totales «d exploitation» et doubles devises Utilisez des tableaux du même type que les tableaux 9.1 et 9.2 pour évaluer les variations globales «d exploitation» des liquidités en dollars et en rupiah locale, pour la FortuneBank. Tenez compte des données suivantes: Forex Le taux de change pour 2000 sera 1 rupiah/45 dollars. Tous les dépôts des clients sont en rupiah. La moitié du portefeuille de microprêts est libellé en dollars. Les variations mensuelles des montants de prêts s appliquent en parts égales pour les prêts en dollar et ceux en rupiah. Les intérêts et le capital sont remboursés dans la devise du prêt. Les intérêts sur dépôts sont payés en rupiah. Les intérêts sur les prêts à long terme sont dus en dollars. Les pertes de liquidités pour créances irrécouvrables sont imputées en parts égales entre dollar et rupiah, selon une répartition de 50 pour cent pour chaque devise. 80 pour cent des revenus hors intérêts sont perçus en rupiah, 20 pour cent en dollars. Toutes les dépenses d exploitation sont acquittées en rupiah. Les impôts et les taxes sont payés en rupiah. Toutes les opérations concernant des titres obligataires sont effectuées en dollars. Les dépenses relatives aux immobilisations se répartissent pour 30 pour cent en dollars et pour 70 pour cent en rupiah. L augmentation du capital social est effectuée en dollars. Les transactions immobilières sont traitées en rupiah. E2 Gestion de trésorerie avec deux devises: base de travail Document de travail combiné Élaborez, pour l année 2000, un plan d action de gestion de trésorerie réalisable pour la FortuneBank, en vous basant sur les résultats de l exercice 9.2. Utilisez le même type de tableau que le Tableau 9.3. Le solde initial des liquidités, d un montant de 8,261 millions de dollars, est détenu à hauteur de 50 pour cent en monnaie locale et de 50 pour cent en dollars. Vous supposez que les investissements initiaux à court terme, d un montant de 101,216 millions de dollars, se composent à 80 pour cent de titres en dollars et à 20 pour cent de titres en rupiah. Assurez-vous que la FortuneBank aura, à tout moment, un indicateur global de position de trésorerie (rupiah + dollar) supérieur à 2.5 pour cent et un ratio global de réserve d au moins 8 pour cent. E3 Taux de change à terme Fin octobre 2000, la FortuneBank attend une importante entrée provenant de l émission d obligations, d un montant de 6,86 millions de dollars. Le 1 er janvier 2000, la banque décide, pour ce paiement, de fixer un taux de change par le biais d un contrat à terme de taux de change. Le taux de change courant au mois de janvier est de 45 rupiah/dollar. Les GTZ 15

16 taux d intérêt pour les investissements en rupiah sont de 20 pour cent par an. Les investissements en dollar relevant de la même catégorie de risques ne rapportent qu un intérêt réel de 8 pour cent. Quel sera le taux de change à terme fixé par la banque? GTZ 16

17 Questions à choix multiples (Solutions en fin de leçon) M1 La gestion de trésorerie ne permet pas de contrôler totalement l exposition aux risques de change. A) Vrai B) Faux M2 Pourquoi une planification de trésorerie dans une seule monnaie de représentation n est-elle pas toujours adaptée? A) Parce que les banques, en tant qu institutions financières officielles et institutionnelles, pourraient présenter séparément plusieurs devises étrangères dans leurs documents comptables officiels. B) Parce que, dans le cadre de la planification de trésorerie, différentes devises ne peuvent pas se substituer les unes aux autres, sans prendre explicitement en compte les taux de change et les coûts de transaction courants. C) Parce que plusieurs institutions de microfinance n exercent pas leurs activités dans une zone à monnaie unique. M3 Un taux de change à terme est: A) Le taux d intérêt appliqué sur un prêt en devises dès le début et par la suite. B) Le montant qu une entreprise de transport blindé demande pour acheminer des devises étrangères. C) Le taux de change auquel une banque souhaiterait céder ou acheter des devises étrangères à une date future. M4 Fin septembre 2000, la Farmer's Bank attend une importante entrée de dollars provenant de l émission d obligations. Le 1 er janvier 2000, la banque décide, pour ce paiement, de fixer un taux de change par le biais d un contrat à terme de taux de change. Le taux de change courant au mois de janvier est de 20 pesos/dollar. Les taux d intérêt pour les investissements en pesos s élèvent à 15 pour cent par an. Les investissements en dollar ne rapportent qu un intérêt réel de 8 pour cent. Quel sera le taux de change à terme fixé par la banque? A) plus que 1 peso/20 dollars B) 1 peso/20 dollars C) moins que 1 peso/20 dollars GTZ 17

18 M5 La banque centrale décide de renforcer les obligations de réserve minimale sur les dépôts en dollars «afin d améliorer la sécurité du système bancaire». Sans qu aucun autre changement n intervienne, cela entraînera A) une augmentation B) une réduction C) aucun changement dans la position de trésorerie de votre institution? GTZ 18

19 Solutions du test préliminaire P1 B) P3 C) P2 B) Solutions des exercices E1 et E2 Voir solutions pages suivantes E3 Taux de change à terme Forward rate (Traduction française des termes ci-dessus: taux à terme) Taux à terme = rupiah/dollar Solutions des questions à choix multiple M1 A) M4 A) M2 B) M5 B) M3 C) GTZ 19

20 E1 FortuneBank - Total variation trésorerie «d exploitation» rupiah 2000 (en milliers de rupiah) Jan Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total Activités financières -139, ,350-33, ,370 50, , , ,450 3,825-70, ,470-45, ,485 48,375-71, ,148-67,568 94, , , ,920-15, , , ,383 82,193 Intérêts prêts 81,765 81,923 83,048 84,150 83,970 81,720 77,468 73,328 71,955 73,463 77,108 80, ,063 Intérêts dépôts -39,330-38,745-37,935-37,440-36,810-36,405-37,485-39,375-41,490-42,615-42,390-41, ,780 Intérêts sur dettes à long terme Pertes créances irrécouvrables activités financières -34,493-34,560-35,033-35,505-35,415-34,470-32,670-30,938-30,353-30,983-32,535-33, ,770-82, , , , , , , ,385-11, , , , ,190 0 Revenus hors 10,440 10,548 10,620 10,728 10,836 10,944 11,052 11,160 11,268 11,340 11,448 11, ,976 intérêts Salaires et autres -78,435-78,750-79,065-79,380-87,705-88,065-88,425-88,785-89,145-89,505-89,865-90,225-1,027,350 Autres charges -19,710-19,935-20,205-20,430-20,655-20,880-21,150-21,375-21,645-21,915-22,140-22, ,450 d exploitation -87,705-88,137-88,650-89,082-97,524-98,001-98,523-99,000-99, , , ,043-1,147,824 charges d exploitation Inv./Fin. à long terme Impôts/taxes -5,670-5,670 Obligations 0 Immobilisations -7,088-7,088-7,088-14,175-35,438 Capital 0 Immeubles 27,000 27,000 inv./fin. à long terme 0-7, ,670-7, , , ,175-14,108 Total -170, , , ,485 52, , , , , , , , ,742 Total cumulatif -170, , , , , , , , , , , ,742 Trésorerie GTZ 20

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours complémentaire Leçon 5: Ajustements de la planification de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: expliquer

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

11 Les résultats et les bénéfices

11 Les résultats et les bénéfices 11 Les résultats et les bénéfices non répartis des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les résultats des sociétés par

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale COURS 470 Série 19 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 10: Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: reconnaître

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Je voudrais m acheter un véhicule

Je voudrais m acheter un véhicule CF 001 Janvier 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi Je voudrais m acheter un véhicule Collection

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

Crédit-bail d équipement agricole

Crédit-bail d équipement agricole Services financiers à l entreprise Crédit-bail d équipement agricole Un moyen rapide et souple d équiper votre entreprise. Qu est-ce que le crédit-bail? n Le crédit-bail est une solution de financement

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Planification de trésorerie dynamique

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Planification de trésorerie dynamique Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de base Leçon 4: Planification de trésorerie dynamique Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: pouvoir comprendre les facteurs

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Rapport de surveillance

Rapport de surveillance Politique : Rapport de surveillance LPD-3 Situation financière ANNEXE 3.3.3d Période de référence : Janvier à mars 2015 Type de politique : Limites des pouvoirs de la direction ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE DU

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Rapport trimestriel 30 septembre 2001

Rapport trimestriel 30 septembre 2001 F O N D S D E P L A C E M E N T I M M O B I L I E R C O M I N A R Rapport trimestriel 30 septembre 2001 Message aux porteurs de parts Au nom des fiduciaires, des dirigeants et du personnel du Fonds de

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR À LA RETRAITE Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR. ENSEMBLE. INVESTISSEMENTS RUSSELL / INVESTIR À LA RETRAITE Êtes-vous prêt à planifier votre style de vie à la retraite?

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts.

Comme expliqué dans la note d information, les organismes municipaux ne peuvent plus inscrire de débiteurs pour de tels transferts. Précisions sur le traitement comptable des paiements de transfert lorsque les dépenses de fonctionnement subventionnées ont déjà été réalisées et que le transfert est versé de façon pluriannuelle par la

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

Actions Propres et Consolidation

Actions Propres et Consolidation Actions Propres et Consolidation igmaconso Allen White Les actions propres d une société sont des actions émises et ultérieurement détenues par celle ci, en vue soit de les annuler soit de les revendre.

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de TABLE DES MATIÈRES. MOYENNE DES TREIZE SOLDES MENSUELS DE LA DETTE 04... 5. COÛT MOYEN DE LA DETTE 04... 7. DESCRIPTION DE LA DETTE D HYDRO-QUÉBEC AU DÉCEMBRE 04...

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE BTS NRC MDE Jean-Claude Hébréard Module 11 LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE Caractériser le besoin de financement d investissement et celui du cycle d exploitation Montrer la nécessité des équilibres financiers

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale COURS 470 Série 04 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ;

ATTENDU qu il y a lieu de déterminer les personnes autorisées à effectuer et à approuver ce type d opérations ; CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT R-139 (tel que modifié par le R-139-2) RÈGLEMENT DÉLÉGUANT À CERTAINS EMPLOYÉS LE POUVOIR D EFFECTUER DES OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET DE SIGNER TOUT DOCUMENT REQUIS

Plus en détail

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas

Mise à jour 2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions Exercices - Problèmes - Cas Mise à jour 2008 1 QEPC/MAJ 2008 MGLBD Page 325 Remplacer l exercice E1, no. 5. par le suivant. E1. Choix multiples 5. Lors de la restructuration d une dette à long terme au moyen de la remise d éléments

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

Prospectus simplifié

Prospectus simplifié Octobre 2006 Prospectus simplifié Robeco Capital Growth Funds - Robeco Health Care Equities Présentation succincte Politique et objectif d investissement Profil de risque du Sous- Fonds Ce prospectus simplifié

Plus en détail

Compte du régime de pension des Forces canadiennes

Compte du régime de pension des Forces canadiennes 30 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration du Compte du régime de pension de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Nous avons vérifié le bilan et l état du portefeuille

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Avez-vous rédigé un testament? Oui / Non. Dernière mise à jour : Diriez-vous que vous êtes convenablement assuré? Oui / Non. Dernière révision :

Avez-vous rédigé un testament? Oui / Non. Dernière mise à jour : Diriez-vous que vous êtes convenablement assuré? Oui / Non. Dernière révision : Que vous vous engagiez pour la première fois dans la planification de votre avenir financier ou que vous révisiez votre plan actuel, il est important de vous fixer des objectifs bien clairs, déterminer

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

DOMAINE : économie et gestion comptable

DOMAINE : économie et gestion comptable CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion comptable Durée de

Plus en détail