Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE."

Transcription

1 Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

2 Plan I] UNE POLITIQUE RESTRICTIVE DE LA BCE POUR CONTENIR L INFLATION A) LE MECANISME DE LA HAUSSE DES TAUX D INTERETS COMME OUTIL DE LUTTE CONTRE L INFLATION 1) Mécanisme 2) Les conséquences B) LA POSITION DE LA BCE PAR RAPPORT A LA POLITIQUE MONETAIRE ET LES DIFFICULTES RENCONTREES DANS LA MISE EN ŒUVRE DE CETTE POLITIQUE 1) Les difficultés de la mise en œuvre d une politique monétaire restrictive 2) Politiques monétaires restrictives : un frein à la croissance II] UN CONTEXTE ECONOMIQUE AGITE QUI RELATIVISE LA POSITION DE LA BCE A) LA CRISE DES MARCHES FINANCIERS POURRAIT AFFECTER A TERME LES ECONOMIES 1) Naissance de la crise 2) Les conséquences de la crise B) LA POSITION D ATTENTISME DE LA BCE FACE AUX DIFFICULTES DES MARCHES FINANCIERS 1) Une prudence plus pragmatique 2) Ayant montrée une redoutable efficacité Bibliographie Macroéconomie Olivier Blanchard, Daniel Cohen (4eme édition) Macroéconomie Sophie Brana, Marie-Claude Berguignan (3eme édition) 50 fiches pour comprendre les débats politiques et économiques La crise financière conduit à réviser les scénarios conjoncturels et de politiques monétaires, EcoWeek, 31 aout 2007,1-6 (document 3) Etats-Unis : politique monétaire : une priorité (activité) chasse à l autre (inflation), EcoWeek, 7 septembre 2007,5-6 (document 4) Zone euro La BCE plie mais ne rompt pas, Société générale, septembre 2007,12-13 (document 5) Zone euro pas de hausse de taux à l horizon, EcoWeek, 28 septembre 2007, 7-10 (document 6) 2

3 La politique monétaire est devenue un enjeu majeur depuis la mise en place de la zone euro et de la banque centrale européenne. Contrairement à d autres pays comme les Etats-Unis, la zone euro s est fixée comme objectif, la stabilité des prix, au détriment d autres variables économiques comme la croissance. La BCE a donc comme principal objectif la lutte contre l inflation, mais d autres missions lui sont également assignées, comme la conduite des opérations de change, la gestion des réserves de change des Etats membres et enfin elle doit assurer le bon fonctionnement des systèmes de paiement. Toutes ces missions doivent permettre la préservation de la valeur de l euro. La stabilité des prix est donc un objectif essentiel, car cela doit permettre de favoriser la croissance et l emploi dans les pays de la zone euro. Des taux de croissance acceptables sont nécessaires pour ne pas nuire au commerce extérieur de la zone euro. La BCE utilise des politiques monétaires restrictives, afin d éviter toute pression sur les prix, politiques qui ne sont pas sans conséquences sur la santé économique des Etats membre de la zone euro. Cette attitude peut être justifiée par le fait que la stabilité des prix est nécessaire à la sauvegarde de la compétitivité prix de la zone euro. Cependant compte tenu de la crise actuelle des marchés financiers, on peut se demander si les politiques monétaires actuelles sont encore adéquates. Nous traiterons dans un premier temps, les mécanismes utilisés par la BCE pour stabiliser les prix, ainsi que les limites de ce type de politique restrictive. Puis nous verrons les difficultés d intervention de la BCE dans le contexte de crise des marchés financiers. I] Une politique restrictive de la BCE pour contenir l inflation A) Le mécanisme de la hausse des taux d intérêts comme outil de lutte contre l inflation 1) Mécanisme La BCE ne peut pas augmenter directement le taux d intérêts, celle-ci doit faire varier la masse monétaire afin de faire varier les taux d intérêts. En effet les banques traditionnelles peuvent créer de la monnaie scripturale, qui n existe que par un simple jeu d écriture sur les comptes. Cependant une partie de cette création monétaire créée peut-être demandé sous forme fiduciaire. Les banques traditionnelles ont donc besoin de liquidités pour répondre à la demande. La masse monétaire disponible détermine donc les capacités de crédits des banques. Si les liquidités sont insuffisantes, les banques devront augmenter leurs taux d intérêts, afin de diminuer la demande de crédit. La BCE dispose de deux canaux d action pour faire varier la masse monétaire : les réserves obligatoires et les opérations d open market. Les réserves obligatoires, tout d abord, sont des réserves que les banques doivent constituer auprès de la banque centrale. Les réserves obligatoires représentent 2% des dépôts à vue et des dépôts à terme dont la banque dispose. Ces réserves devraient permettre de résoudre les problèmes de liquidité en cas de crise. Mais c est surtout un outil de politique monétaire important pour la BCE, en effet en faisant varier le taux de réserve obligatoire, celle-ci augmente ou diminue la masse monétaire. Si celle-ci décide d augmenter le montant des réserves obligatoires, la masse monétaire en circulation dans l économie est diminuée, 3

4 ainsi que la capacité des banques à octroyer des crédits. Les taux d intérêts devront donc augmenter. La BCE peut également agir sur le marché monétaire, grâce aux opérations d open market. Ces opérations permettent aux banques de se fournir de façon régulière en liquidité. Etant donné que la BCE dirige ces opérations, elle décide à quel taux d intérêt s échangent les liquidités. Elle peut donc en augmentant le taux d intérêt, diminuer les liquidités dont peuvent disposer les banques. D autres moyens existent pour se fournir en liquidité, comme les facilités permanentes, mais le taux auquel s échange la monnaie est largement conditionné par le taux d intérêt pratiqué pour les open market. 2) Les conséquences En ce qui concerne la consommation et l épargne, une hausse du taux d'intérêt rend l'épargne plus attrayante dans le temps. La hausse provoque donc une hausse du taux d'épargne (substitution de la consommation future à la consommation présente) et donc une baisse de la consommation. En ce qui concerne l investissement, si les taux d intérêts augmentent l investissement diminue. En effet les taux d intérêts étant plus élevés, les crédits sont plus chers et les investissements deviennent alors moins rentables. Cependant l impact du taux d intérêt sur l investissement est un mécanisme assez lent. De plus financer l investissement par le crédit n est pas la seule solution, les entreprises peuvent également avoir recours à l autofinancement. Si l offre ne s adapte pas rapidement à la conjoncture, la consommation des ménages est affectée. L offre de biens devient donc supérieure à la demande de biens. Les prix doivent donc baisser pour que l offre s adapte à la nouvelle demande. Le mécanisme de la baisse des prix engendré par la hausse des taux d intérêts au niveau interne, est renforcé par les conséquences de la hausse des taux d intérêts au niveau externe. L augmentation des taux d intérêts rend les placements dans la zone considérée relativement plus attractif que dans le reste du monde. Ceci provoque une entrée massive de capitaux. Mécanisme d autant plus efficace en Europe étant donné que les capitaux y sont assez mobiles. La balance des capitaux est alors excédentaire, ce qui provoque une appréciation de la monnaie. L augmentation des taux d intérêts provoque donc une perte de compétitivité de la zone considérée et donc une diminution des exportations. Les prix doivent donc diminuer afin d améliorer la compétitivité, ce qui favorise la lutte contre l inflation. Si la politique monétaire restrictive menée par la BCE est efficace, puisque l inflation est restée relativement stable depuis la création de l euro, des difficultés peuvent néanmoins apparaître pour mener à bien ce type de politique. De plus cette politique de maintient de l inflation à un niveau raisonnable, peut être néfaste à d autres niveaux et notamment pour la croissance des Etats membres. B) La position de la BCE par rapport à la politique monétaire et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette politique 1) Les difficultés de la mise en œuvre d une politique monétaire restrictive 4

5 En premier lieu, la masse monétaire qui est l élément central dans le contrôle du niveau des prix est difficile à contrôler. Les agrégats monétaires doivent mesurer au mieux la liquidité, ainsi que tous les actifs financiers qui sont proches de l état de liquidité. Cependant de nouveaux produits financiers apparaissent grâce au développement des nouvelles technologies, que les agrégats ne prennent pas forcement en compte. De plus le comportement des agents économiques peut changer, si un type d actif financier devient attrayant (comme les SICAV) et que les ménages décident massivement d y placer leurs liquidités, il faudrait normalement intégrer cet actif financier à la masse monétaire, au risque de la sous évaluer. Or la frontière entre liquidité et actif financier est floue. La définition de la masse monétaire n est pas évidente et ne favorise donc pas le contrôle de la liquidité en circulation dans l économie. Il apparaît d autre part que le lien entre le taux d intérêt et l inflation n est pas aussi évidant qu il n y parait. En effet, d autres facteurs peuvent influencer l inflation : la mondialisation qui ne cesse de croître et donc la concurrence que se livrent les entreprises, peut également expliquer le maintient des prix à un niveau stable. D ailleurs lorsque les politiques monétaires restrictives des années 1970, qui ont été menées afin de mettre un terme aux records d inflation, ont pris fin, les prix sont malgré tout restés stables. Enfin, si les prix à la consommation paraissent relativement stables, l inflation s est déplacée vers l immobilier ou encore vers les actions, dont les prix connaissent de fortes variations. Des bulles spéculatives sont apparues en dépit des politiques monétaires restrictives menées. (Bulle informatique en 2000 ou encore bulle immobilière en 2002). Cependant mener des politiques monétaires encore plus restrictive avec une hausse des taux d intérêts ne semble pas envisagées, car elles nuiraient à la croissance des pays de la zone euro. 2) Politiques monétaires restrictives : un frein à la croissance Si une politique monétaire restrictive doit pouvoir permettre de contenir l inflation, celle-ci entraîne des conséquences néfastes sur les économies nationales. Tout d abord au niveau interne, l augmentation des taux d intérêts, entraîne une augmentation de l épargne et une baisse de la consommation et de l investissement à cause de l augmentation du coût des crédits. Ceci va entraîner une baisse de l activité économique et donc un ralentissement du PIB. La hausse des taux d intérêts az donc un effet direct et néfaste sur les économies nationales. Cet effet s est produit dans les années 1990, avec la réunification allemande. La Bundesbank avait le rôle de leader dans le SME. L Allemagne connaissait alors une croissance forte, et la banque centrale allemande a augmenté ses taux d intérêts afin d éviter un éventuel effet de surchauffe. Etant donné que le change entre les pays adhérents au SME était fixe, les autres pays ont du à leur tour augmenter leurs taux d intérêts. Mais la demande dans ces pays n étant pas aussi forte qu en Allemagne, la conséquence a été une forte baisse de l activité. D autre part au niveau externe, la hausse des taux d intérêts va attirer les capitaux étrangers. La balance des capitaux va de ce fait devenir excédentaire et la monnaie va s apprécier. Les pays concernés, deviennent donc moins compétitifs, leurs exportations vont donc diminuer en conséquent. Cette conséquence externe va également entraîner une baisse de la production au niveau national et donc dégrader le taux de croissance des pays concernés. Cependant la BCE maintient officiellement son objectif principal de stabilité des prix, bien qu il soit apparu que celle-ci était malgré tout sensible à la croissance des pays de la zone euro. 5

6 II] Un contexte économique agité qui relativise la position de la BCE A) La crise des marchés financiers pourrait affecter à terme les économies 1) Naissance de la crise A l origine de cette crise se trouvent des organismes de crédits américains (subprime). Ces sociétés de crédits se chargent de fournir des crédits à des clients dont la solvabilité est incertaine, en contrepartie elles demandent un taux d intérêt élevé. Ces organismes de crédits émettent des titres qui sont détenus par d autres agents. Les sociétés qui possèdent des subprimes, gagnent lorsque les emprunteurs honorent bien leurs engagements et perdent dans le cas échéant. Ces sociétés sont bien souvent des institutions financières traditionnelles. Or à cause des politiques monétaires restrictives, les emprunteurs des sociétés subprime ont eu des difficultés à rembourser ces sociétés, étant donné que ces emprunts se font à taux variable. Quand les banques traditionnelles ont fait savoir qu elles étaient affectées par la baisse des cours des organismes subprimes, les autres institutions financières ont hésité à leur prêter la monnaie dont elles avaient besoin pour fonctionner. Pour compenser ce manque de liquidité, les banques traditionnelles ont du vendre massivement des titres qu elles détenaient sur le marché des actions. Ce qui a fait mécaniquement baisser le prix des marchés, à cause de l excès de d offre. 2) Les conséquences de la crise Il résulte de cette crise, un manque de liquidité sur le marché interbancaire, lié à une augmentation de l incertitude sur ce marché. Le marché interbancaire ne parvenait donc plus à fonctionner aux taux d intérêts fixés par les banques centrales. Les banques centrales (FED comme BCE) ont du injecter massivement des liquidités, afin de répondre aux besoins du marché. La BCE a ainsi, courant août, injecté 90 milliards d euros, afin de stabiliser les marchés financiers. Ce manque de liquidité sur le marché interbancaire, a permis de maintenir les prix à un niveau stable, sans que la BCE n ait eu besoin d intervenir. L incertitude qui s est installée sur les marchés financiers, qui en a entraîné la crise, pourrait se répercuter sur les économies des Etats membres de la zone euro. En effet les banques, manquant de liquidités, pourraient réduire le nombre de leurs crédits et augmenter le taux d intérêt qu elles pratiquent. Certains acteurs ont du même coup subit des pertes nettes importantes. Tout ceci pourrait avoir les mêmes conséquences qu une politique monétaire restrictive et donc jouer un rôle de frein sur la croissance économique. B) La position d attentisme de la BCE face aux difficultés des marchés financiers 1) Une prudence plus pragmatique Mise sous pression par la crise, la BCE adopte une position attentiste. La crise a engendré un «niveau élevé d incertitude» via la réapparition des risques sur les marchés 6

7 financiers et des éventuelles répercussions sur l activité économique. Ces incertitudes conduisent la BCE à attendre de disposer de données complémentaires afin de mieux apprécier les conséquences de la crise. Compte tenu du ralentissement économique, de la diminution des pressions sur les prix et la monté des tensions sur les marchés financiers et monétaires Par ailleurs même si la croissance économique devrait atteindre 2.6% en 2007, soit un niveau nettement supérieur à son potentiel à long terme, les perspectives ne sont pas brillantes. Des risques de ralentissement de la zone euro qui pourraient s accentuer au cours des prochains mois. Les perturbations qui affectent aujourd hui les marchés peuvent peser sur l activité par le biais de différents mécanismes : D abord par une dégradation de la confiance des ménages et ensuite par un ralentissement plus marqué qu attendu de l économie américaine. Même si aujourd hui la zone euro est devenue moins sensible à l économie américaine, en effet les exportations vers les Etats-Unis ont sensiblement diminué pour s établir à 14% des exportations de la zone euro. Mais le ralentissement américain se fera quand même ressentir, les économistes estiment que la réduction d un point de la croissance américaine pèserait sur le PIB de la zone euro à hauteur de 0.5%. 2) Ayant montrée une redoutable efficacité On peut dire que le cycle actuel de resserrement monétaire a probablement atteint son pic, avec un taux de refinancement à 4%. Sans oublier que l appréciation de l euro a dépassé dollar le 25 septembre C'est-à-dire son niveau le plus élevé depuis son lancement. Un ralentissement plus marqué outre atlantique et les baisses attendues du taux des fonds fédéraux pourraient exacerber les tensions sur l euro et la parité euro/usd pourrait approcher de 1.45 prochainement. Si l appréciation de l euro pouvait permettre d endiguer l inflation, elle pourrait également peser sur l activité économique et affecter la politique monétaire. Lors des précédents cycles de politique monétaire aussi bien en phase expansionniste qu en phase restrictive, le taux directeur de la BCE a toujours évolué à l inverse de l euro. En outre l estimation des analystes est fonction des réactions des taux d intérêts, ce qui révèle un lien direct entre l évolution des taux de change et la politique des taux d intérêts de la BCE. Un taux de change élevé réduisant d autant les possibilités d une relèvement des taux d intérêts. Les politiques monétaires menées par la BCE ont fait leurs preuves en terme d efficacité depuis Même si ces politiques peuvent apparaître comme contraignantes pour les Etats membres, elles ont permis de maintenir l Europe dans une position confortable vis-à-vis du commerce extérieur. La crise actuelle connue par les marchés financiers, pourrait avoir des conséquences sur les économies des Etats membres, ce qui oblige la BCE à s adapter à cette nouvelle conjoncture. Cependant la politique monétaire restrictive menée par la BCE n est pas remise en cause. La BCE se contente actuellement d assurer au mieux le bon fonctionnement des marchés, mais elle reprendra, dès que le contexte le permettra, la hausse des taux d intérêts afin de limiter les pressions éventuelles sur les prix. 7

8

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime?

Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? juin - N 71 Etats-Unis : credit card, le nouveau subprime? On observe depuis mi-7 une forte accélération des taux de défaut sur les cartes de crédit (credit cards). Outre l effet cyclique négatif (taux

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers.

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers. Exercices sur le marché des changes Q1- Le marché des changes à court terme - Noircir la case appropriée (Vrai ou Faux) 1 Une politique protectionniste peut initialement avoir pour but de diminuer le taux

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail