Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou"

Transcription

1 Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT du Seuil du Poitou Mars 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants SCOT (2009) : Nombre d habitants SCOT+ CCPP* (2009) : Nombre de communes SCOT : 132 Nombre de communes SCOT + CCPP: 149 Nombre d EPCI* : 13 puis 12 au 1 er janvier Chiffres clés Les variations des consommations énergétiques par ménage seront explicitées plus en détail dans la suite du diagnostic et sont liées à des critères tels que la performance du bâti, le type de bâti, l énergie de chauffage, le taux d occupation du logement, les conditions climatiques 2.1. La consommation énergétique du territoire Tous usages* confondus, la consommation énergétique du secteur résidentiel du SCOT est de GWh* soit 18% de la consommation énergétique du secteur résidentiel régional. La consommation énergétique du secteur résidentiel est 2,2 fois plus élevée que celle du secteur tertiaire ou industriel. Consommation énergétique GWh SCOT SCOT+CCPP Charente Deux-Sèvres Poitou- Charentes MWh/ménage 16,7 16,8 18,8 19,1 17,7 La consommation énergétique par ménage sur le SCOT (16,7 GWh) est plus faible que la moyenne régionale. Un comparatif avec les consommations énergétiques de la Charente et des Deux-Sèvres est présenté plus avant dans le document. 1

2 2.2. La répartition de la consommation énergétique par énergie (tous usages) Répartition de la consommation énergétique par type d'énergie Dans le secteur résidentiel, l énergie consommée sur le territoire du SCOT d origine fossile (fioul et gaz) représente GWh, soit 46% de l énergie totale consommée (41% sur l ensemble de la région). Fioul 454 GWh 19% Electricite 812 GWh 33% Gaz de ville 571GWh 24% Gaz en bouteilles ou citerne 65 GWh 3% Bois 456 GWh 19% Chauffage urbain 58 GWh 2% 2.3. Le chauffage : l usage principal de l énergie du secteur résidentiel L énergie est principalement utilisée pour l usage chauffage avec GWh (dont 294 GWh de chauffage d appoint) soit 69% de l énergie consommée dans le secteur résidentiel. Chauffage Electricité spécifique Eau Chaude Sanitaire Cuisson 69% 15% 10% 6% GWh 362 GWh 242 GWh 138 GWh L analyse tendancielle de la répartition des consommations énergétiques par usage révèle que la part chauffage tend à diminuer du fait de l amélioration de la performance énergétique des logements. Inversement, la part liée à l usage électricité spécifique* augmente du fait de la multiplication des appareils informatiques et électroménagers. Les consommations énergétiques liées à l eau chaude sanitaire et la cuisson sont globalement stables. 2

3 Consommation énergétique unitaire (kwh/m²/an) Consommation énergétique unitaire (kwh/m²/an) 3. Performance énergétique du bâti 3.1. La performance énergétique par période de construction Le graphique suivant porte sur les consommations énergétiques par unité de surface, afin de pouvoir comparer celles-ci par période de construction, sans tenir compte des variations des surfaces des logements Evolution Evolution de la consommation de la consommation unitaire (en unitaire kwh/m²/an) (en kwh/m²/an) des logements des par usage logements selon selon la période la période de construction de construction Jusqu'en De 1949 à 1974 De 1975 à 1981 De 1982 à 1989 De 1990 à Jusqu'en 2 - De 1949 Période à de 3 - construction De 1975 à 4 - De 1982 à 5 - De 1990 à Période de construction SCOT du Seuil du Poitou Région Poitou-Charentes SCOT du Seuil du Poitou Vienne Poitou-Charentes La consommation énergétique des logements du SCOT selon la période de construction révèle que les logements les plus consommateurs (217 kwh/m 2 /an) sont ceux construits entre 1949 et A l inverse, les plus économes (164 kwh/m 2 /an) sont ceux construits entre 1990 et Cet écart s explique par l évolution à la baisse de la consommation énergétique liée à l usage chauffage, conséquence de la mise en place des réglementations thermiques à partir de 1975 : 156 kwh/m 2 /an pour les logements construits avant 1975 contre 103 kwh/m 2 /an pour les logements construits après Les autres usages (eau chaude sanitaire, cuisson et électricité spécifique) n ont pas de différences marquées selon les périodes de construction. La rigueur climatique (exprimée en DJU*) est un des facteurs explicatifs de la consommation supérieure du SCOT par rapport à la région. La variation entre les DJU du SCOT est, en effet, inférieurs de 6 % aux DJU de la région hors SCOT, ce qui signifie que les conditions climatiques sont plus clémentes sur la région hors SCOT, induisant une consommation de chauffage moindre. 3

4 3.2. Un parc ancien Un logement construit avant 1975 présente une consommation énergétique supérieure à un logement construit après 1975 (212 kwh/m 2 /an contre 171 kwh/m 2 /an pour le territoire du SCOT). La répartition des logements selon les périodes de construction influe donc fortement sur la consommation énergétique du territoire : Le parc de logements du SCOT est plus jeune que celui de la région. Ainsi, même si la consommation énergétique par unité de surface et par période de construction est supérieure sur le SCOT, la consommation énergétique par ménage y est moins élevée Répartition des logements par période de construction et par EPCI La répartition des logements selon la période de construction varie selon les EPCI : Profils «période de construction» : Avant 1975 Mixte avant/après 1975 Après 1975 Les quatres EPCI situées sur la «couronne Est» de Poitiers ont un profil majoritairement «après 1975» (en marron foncé sur la cartographie). Les huit EPCI restantes (en marron clair sur la cartographie) telles que la CA du Pays Chatelleraudais ont un profil majoritairement «avant 1975». La CA du Grand Poitiers et la CC du Pays Vouglaisien ont un bâti réparti entre les deux profils. 4

5 La répartition des logements selon la période de construction apporte des facteurs explicatifs de la consommation énergétique par ménage dans les EPCI du SCOT, comme le montre le tableau ci-dessous : Consommation énergétique GWh Part de la consommation énergétique Part des logements Totale avant 1975 après 1975 avant 1975 après 1975 CA Grand Poitiers % 43% 51% 49% CA du Pays Châtelleraudais % 39% 60% 40% CC du Val Vert du Clain % 53% 41% 59% CC des Vals de Gartempe et Creuse 63 71% 29% 70% 30% CC du Pays Chauvinois % 38% 59% 41% CC Région de la Villedieu du Clain + CC Vonne et Clain % 54% 42% 58% CC du Neuvillois % 50% 44% 56% CC du Lencloîtrais 72 61% 39% 57% 43% CC du Pays Vouglaisien % 47% 48% 52% CC du Pays Mélusin 92 66% 34% 62% 38% CC du Mirebalais 66 70% 30% 65% 35% CC de Vienne et Moulière 95 45% 55% 42% 58% SCOT % 43% 53% 47% CC des Portes du Poitou % 38% 59% 41% SCOT+CCPP % 43% 53% 47% Zone Poitiers* % 44% 50% 50% Zone Châtellerault* % 38% 60% 40% Par exemple, pour la CC du Val Vert du Clain, 41% des logements ont été construits avant 1975 et consomment 47% de l énergie du parc bâti résidentiel. Proportionnellement, le parc bâti avant 1975 consomme donc plus d énergie que le parc bâti après Le nombre de logement construits par période de construction est donc un des facteurs de la variation de la consommation énergétique par ménage. 4. Typologie du bâti La typologie du bâti regroupe les caractéristiques du bâti telles que le type de logement et la surface Des maisons individuelles majoritaires Les maisons individuelles concentrent l essentiel de la consommation énergétique avec GWh soit 81% de la consommation énergétique. Consommation énergétique (GWh) Part de l énergie 81% 19% Part de logement 67% 33% Surface moyenne (m 2 ) kwh/m 2 /an Une maison individuelle a une consommation énergétique supérieure à un appartement, notamment lié à l usage chauffage, pour deux raisons principales : - La surface moyenne d une maison individuelle est presque deux fois supérieure à celle d un appartement. - L habitat collectif permet de diminuer la surface de façade exposée aux variations climatiques par rapport à une maison individuelle. Ainsi les échanges thermiques avec l extérieur du logement sont moins importants. 5

6 Sur le territoire du SCOT, 64% du bâti se situe sur les CA du Grand Poitiers et du Pays Châtelleraudais. En agglomération, le bâti est plus dense, ce qui explique une différence de consommation énergétique par unité de surface peu élevée entre les maisons individuelles et les appartements Typologie du bâti par EPCI La répartition des logements selon le type et selon la surface moyenne sont donc des facteurs de variation de la consommation énergétique par ménage dans les EPCI. Surface moyenne (m 2 ) Maisons individuelles Appartements Part de logements Maisons individuelles Appartements Part de logement SCOT Part de population SCOT CA Grand Poitiers % 55% 47% 43% CA du Pays Châtelleraudais % 13% 17% 17% CC du Val Vert du Clain % 25% 5% 5% CC des Vals de Gartempe et Creuse % 6% 2% 2% CC du Pays Chauvinois % 8% 4% 4% CC Villedieu + Vonne et Clain % 3% 6% 7% CC du Neuvillois % 6% 4% 5% CC du Lencloîtrais % 4% 3% 3% CC du Pays Vouglaisien % 3% 4% 4% CC du Pays Mélusin % 9% 3% 3% CC du Mirebalais % 6% 2% 2% CC de Vienne et Moulière % 7% 3% 4% SCOT % 33% 100% 100% CC des Portes du Poitou % 5% 4% 4% SCOT+CCPP % 31% / / Zone Poitiers % 36% 75% 74% Zone Châtellerault % 18% 25% 26% La CA du Pays Châtelleraudais et la CC des Vals de Gartempe et Creuse présentent les surfaces moyennes de maisons individuelles les plus faibles du SCOT avec 97 et 94m 2 alors que la CC de Vienne et Moulière présente la surface la plus élevée avec 110m 2. L ensemble des EPCI a un parc bâti composé à plus de 90% de maisons individuelles, exception faite de la : - CA du Pays Châtelleraudais, - CC du Val Vert du Clain, - CA du Grand Poitiers, qui en plus présente la surface la plus faible d appartement avec 51m 2. 6

7 5. Performance de la production de chaleur 5.1. Le fioul dans l ancien, l électricité dans les logements récents Deux profils se démarquent selon la période de construction : - Le profil «avant 1975» : le gaz de ville, le fioul et l électricité sont les énergies de chauffage les plus utilisées, respectivement 35, 29 et 20%. 70% des logements au fioul et 58% des logements au gaz de ville ont été construits avant Le chauffage urbain est utilisé comme énergie de chauffage à hauteur de 11% sur la période qui correspond à la mise en place du chauffage urbain sur les agglomérations de Poitiers et de Châtellerault. - Le profil «après 1975» : l électricité est l énergie de chauffage dominante avec près de 50% des logements construits, suivie par le gaz de ville (26%). 70% des logements utilisant l électricité comme énergie de chauffage ont été construits après Les données régionales de la répartition de l énergie de chauffage sur la période de construction récente ( ) montrent une très forte domination de l électricité, une remontée de la part bois au détriment du gaz et surtout du fioul qui a quasiment disparu des nouvelles constructions. La mise en œuvre de la Règlementation Thermique (RT) 2012 au 1 er janvier 2013 va à nouveau bouleverser le choix de l énergie de chauffage principal pour les logements neufs. La RT impose en effet un maximum de consommation à 50 kwh/m 2 /an exprimée en énergie primaire, ce qui élimine de fait le recours à l électricité. 7

8 5.2. Les profils «énergie de chauffage principal» des EPCI (répartition par logement) Nombre de % Chauffage % % % Gaz ville/ % Gaz bouteilles % Bois logements urbain Electricité Fioul réseau ou citerne CA Grand Poitiers % 7% 35% 12% 42% 1% CA du Pays Châtelleraudais % 2% 22% 17% 49% 2% CC du Val Vert du Clain % 0% 39% 28% 17% 3% CC des Vals de Gartempe et Creuse % 0% 27% 40% 0% 6% CC du Pays Chauvinois % 0% 33% 33% 16% 2% CC Villedieu + Vonne et Clain % 0% 35% 35% 7% 5% CC du Neuvillois % 0% 37% 32% 13% 4% CC du Lencloîtrais % 0% 31% 38% 0% 5% CC du Pays Vouglaisien % 0% 35% 37% 5% 4% CC du Pays Mélusin % 0% 28% 43% 0% 6% CC du Mirebalais % 0% 31% 44% 0% 3% CC de Vienne et Moulière % 0% 35% 38% 0% 6% SCOT % 4% 32% 22% 31% 2% CC des Portes du Poitou % 0% 30% 34% 11% 4% SCOT+CCPP % 3% 32% 22% 30% 2% Trois grands profils d EPCI se distinguent concernant l énergie principale de chauffage : - Profil «urbain» (en bleu), caractérisé par une forte part de logements au gaz de ville. - Profil «mixte urbain/rural desservi par le gaz de ville» (en vert) : plus de 65% des logements utilisant l électricité et le fioul, le reste des logements utilisant le bois et le gaz de ville. - Profil «mixte urbain/rural non desservi par le gaz de ville» (en violet) : Les énergies principales de chauffage sont le fioul, l électricité et le bois. A noter que le bois comme énergie de chauffage est majoritairement utilisé sous forme de bois bûche et présente un rendement énergétique inférieur aux autres énergies L énergie de chauffage principal selon le type de logement Nombre de logements selon l'énergie principale de chauffage et le type de logement Appartements Maisons Bois Chauffage urbain Electricité Fioul (mazout) Gaz de ville ou de réseau Gaz en bouteilles ou citerne Deux profils énergétiques se distinguent selon le type de logement : - Le profil «Maison individuelle» (1 953 GWh consommés pour logements), avec la dominance du fioul (conséquence des constructions avant 1975), du gaz de ville et de l électricité. - Le profil «Appartement» (464 GWh consommés pour logements), avec la dominance de l électricité et du gaz de ville.

9 5.4. Zoom par énergie de chauffage Le chauffage urbain On dénombre plusieurs réseaux de chauffage urbain sur le territoire du SCOT : - A Poitiers, quartier des Couronneries (54% ordures ménagères, 43% gaz naturel et GPL, 3% fioul). - A Chatellerault, quartier de la plaine d Ozon (chaufferie gaz). Desserte en gaz 31% des logements du SCOT utilisent le gaz de ville (en jaune/orange). Ils se situent majoritairement sur les CA du Grand Poitiers et du Pays Châtelleraudais. 60% des logements utilisant le gaz de ville comme énergie principale de chauffage ont été construits avant 1975 et sont des maisons individuelles. Jusqu à 12% de logements utilisent le gaz bouteille (en marron) sur certaines communes. Le gaz bouteille est l énergie la plus chère. L électricité (en bleu) est utilisée pour plus de 30% des logements sur le SCOT. Deux tiers de ces logements ont été construit après 1975 et 43% des logements sont des appartements. 9

10 Les logements au bois (en vert) et au fioul (en rouge) sont très majoritairement des maisons individuelles (92% pour le bois et 98% pour le fioul) d une surface moyenne de 102m 2 pour le bois et 109m 2 pour le fioul et ont été construits avant 1975 (à hauteur de 70% pour le fioul et 52% pour le bois). On observe une plus faible proportion de logements utilisant le fioul et le bois à proximité immédiate des agglomérations qu en périphérie du territoire : 10

11 6. Facteurs de variation de la consommation par ménage : Synthèse L ensemble des caractéristiques du bâti (période de construction, type de logement, surface, énergie de chauffage) détermine la consommation énergétique par ménage Comparaison du SCOT avec le département de la Charente et des Deux-Sèvres SCOT Charente Deux-Sèvres Consommation énergétique GWh MWh/ménage 17,1 18,8 19,1 Le SCOT présente une consommation énergétique par ménage moins élevée (17,1 MWh) que la Charente (18,8 MWh) et les Deux-Sèvres (19,1 MWh) car le bâti du SCOT présente les caractéristiques suivantes : - un parc bâti avec une part plus importante d appartements (33% contre 18% sur la Charente et 14% sur les Deux-Sèvres), - une surface moyenne de maison individuelle et d appartement inférieure (103 m 2 et 53 m 2 contre 105 m 2 et 62 m 2 pour la Charente et 106 m 2 et 58 m 2 pour les Deux-Sèvres), - une consommation énergétique par période de construction équivalente à la Charente et aux Deux-Sèvres mais un parc bâti plus récent : 24% des logements construits après 1990 pour le SCOT contre 16 % pour la Charente et 19% pour les Deux-Sèvres. 11

12 6.2. Comparaison des EPCI en fonction de la consommation énergétique par ménage Les consommations énergétiques par ménage varient entre 14,4 et 20,6 selon les EPCI Consommation énergétique en MWh par ménage L axe des ordonnées commence à 14 MWh par ménage, le trait rouge représente la moyenne de consommation énergétique par ménage sur le SCOT. La Communauté d Agglomération du Grand Poitiers présente la consommation énergétique par ménage la moins élevée (14,4 MWh) du SCOT car elle présente: - un parc bâti avec une part plus importante d appartements (55% contre 3 à 25% dans les autres EPCI), - une surface d appartement (51m 2 ) inférieure à celle des autres EPCI (60m 2 en moyenne), - un parc bâti réparti entre la période avant 1975 et après La Communauté de Communes de Vienne et Moulière présente la consommation énergétique par ménage la plus élevée (20,6 MWh) du SCOT car elle présente: - un parc bâti majoritairement après 1975 à hauteur de 58% (ce qui ne suffit pas à contrebalancer les autres critères de variation de la consommation énergétique), - un parc bâti avec une part importante de maisons individuelles (93%) avec la surface moyenne la plus élevée du SCOT (110m 2 ). 12

13 7. Emissions de GES 7.1. Répartition des émissions de GES par type d énergie Le secteur résidentiel du SCOT émet 322 kt eq CO 2 * soit 20% des émissions de GES du secteur résidentiel de la région. SCOT SCOT+CCPP Charente Deux- Sèvres Poitou- Charentes Emissions de GES kt eq CO t eq CO 2 /ménage 2,2 2,2 2,3 2,5 2,2 Sur les 322 kt eq CO 2 émis, 285 kt eq CO 2 correspondent aux consommations d énergie fossile (fioul et gaz), soit 90% des émissions de GES du secteur résidentiel du SCOT. Les énergies fossiles émettent plus de GES que les énergies non fossiles (le fioul émet 40% de plus de GES que l électricité pour l usage chauffage). L écart est encore plus important avec les émissions de GES du bois car les émissions liées à la combustion ne sont pas comptabilisées. En effet, on considère que lors de la combustion, le CO 2 émis est équivalents au CO 2 stocké pendant la croissance du bois. Seules les émissions liées à l amont (transport, coupe du bois ) sont prises en compte. 13

14 7.2. Emissions de GES des EPCI total t eq CO2 t eq CO2 par ménage CA Grand Poitiers ,0 CA du Pays Châtelleraudais ,4 CC du Val Vert du Clain ,2 CC des Vals de Gartempe et Creuse ,2 CC du Pays Chauvinois ,4 CC Villedieu + Vonne et Clain ,4 CC du Neuvillois ,5 CC du Lencloîtrais ,2 CC du Pays Vouglaisien ,4 CC du Pays Mélusin ,5 CC du Mirebalais ,6 CC de Vienne et Moulière ,5 SCOT ,2 CC des Portes du Poitou ,3 SCOT+CCPP ,2 Zone Poitiers ,2 Zone Châtellerault ,4 Les émissions de GES des secteurs varient entre 2,0 et 2,6 t eq CO 2 par ménage. Ces variations sont dues aux niveaux de consommations énergétiques combinées aux énergies utilisées. 8. Méthodologie L étude sectorielle du SCOT du Seuil du Poitou s appuie sur les données du Recensement de la Population (INSEE) 2007 qui collecte des informations sur tous les logements à l échelon communal. Les informations du bâti (période de construction, énergie, type d habitat, type de chauffage) permettent, par croisement avec les données de consommation unitaire du CEREN corrigées du climat (source ATMO), une reconstitution de la consommation énergétique de chaque logement. Le modèle considère une réhabilitation moyenne du parc mais ne prend pas en compte les projets locaux. Les consommations énergétiques sont présentées en énergie finale et en données réelles. Les données sont présentées tous usages confondus de l énergie, en données réelles et en méthode indirecte : les émissions de GES amont (production, distribution) et lors de la combustion sont prises en compte. Les résidences secondaires représentant 2% du parc bâti, seules les résidences principales sont prises en compte dans ce diagnostic. L analyse par EPCI s appuie sur la carte de l intercommunalité telle qu elle résulte du Schéma Départemental de Coopération Intercommunale qui sera totalement effectif au 1 er janvier Aussi, l intégration de Bellefonds à la CA du Pays Châtelleraudais, de Ligugé à la CA du Grand Poitiers, de Valdivienne à la CC du Pays Chauvinois et la fusion de la CC de Vienne et Creuse et de la CC de Mâble et Vienne sont prises en compte. Les données relatives aux CC de la Région de la Villedieu du Clain et de Vonne et Clain sont globalisées, dans la perspective de la fusion à intervenir au 1 er janvier

15 9. Lexique EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale SCOT+CCPP : la CC des Portes du Poitou est incluse (cette CC n appartient pas au territoire mais a une interaction forte avec le nord du SCOT). Les quatre usages de l énergie sont le chauffage, la cuisson, l eau chaude sanitaire et l électricité spécifique Un GWh (gigawattheure) est l énergie consommée pour faire fonctionner par exemple un appareil d une puissance de 1 GW pendant 1 heure. 1 GWh= 1000 MWh = kwh. La tep (tonne équivalent pétrole) est une autre unité de l énergie utilisée. Elle correspond à l énergie dégagée par la combustion d une tonne de pétrole. 1 tep = kwh. L électricité spécifique est l électricité consommée par des appareils qui utilisent uniquement l électricité comme source d énergie (micro-ondes, ordinateur ). Le DJU (Degré Jour Unifié) est un indice de rigueur climatique. Plus le DJU est élevé, plus l hiver est rigoureux. CA : Communauté d Agglomération, CC : Communauté de Communes La «zone Châtellerault» est composée des Communautés de Communes du Pays Châtelleraudais, des Vals de Gartempe et Creuse, du Lencloîtrais ainsi que des Portes du Poitou, qui ont des interrelations fortes avec le SCOT. La «zone Poitiers» regroupe les autres EPCI du SCOT. Une t eq CO2 (tonne équivalent dioxyde de carbone) correspond à une unité qui permet de considérer l ensemble des GES (Gaz à Effet de Serre; CO 2, CH 4, N 2 O, HFC, PFC, SF6..). 1 kt eq CO2 = t eq CO2 L énergie finale est l énergie délivrée au consommateur, c'est-à-dire sans les pertes liées à la transformation, au transport et au stockage. Pour en savoir plus : Agence Régionale d Evaluation environnement et Climat 60 rue Jean Jaurès CS POITIERS Cedex Tél : Fax :

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais - Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais Novembre 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1.

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement 17 Alexandre GIRAUD Chef de projets, Insee Poitou-Charentes Étienne DE PINS-LOZE Chargé d études, AREC Poitou-Charentes La précarité énergétique

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur

Diagnostic Energie GES du secteur Constr. Électrique&électronique Diagnostic Energie GES du secteur industriel Répartition sur par secteur la des Communauté effectifs de l'industrie Constr. navale d Agglomération du Bocage Bressuirais

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Objectifs Bâtiments 2012-2020 Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Sommaire Rappel des parcs et consommations Performance énergétique des bâtiments dans le Grenelle Solutions bâtiments neufs et bâtiments

Plus en détail

Diagnostic Energie-Climat

Diagnostic Energie-Climat Diagnostic Energie-Climat Syndicat d Agglomération Nouvelle de Sénart Cabinet EXPLICIT 1 Les émissions de l'agglomération de Sénart s'élèvent à 478 000 tonnes équivalent CO2 Emissions de gaz à effet de

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE

Plus en détail

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d

Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes. à l habitation et aux déplacements d Gaz à effet de serre émis et consommations énergétiques inhérentes à l habitation et aux déplacements d des ménagesm Exemple d un ménage de 3 personnes habitant un logement de 100m² à Lille Métropole Mars

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur industriel du SCOT de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur industriel du SCOT de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur industriel du SCOT de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

La performance Energétique des logements français

La performance Energétique des logements français La performance Energétique des logements français Etude statistique menée par EX IM sur la base de plus de 150000 Diagnostics de Performance Energétique La Performance Energétique des logements français

Plus en détail

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014 Agence de l eau ADOUR-GARONNE Rapport Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Mai 2014 DECLARATION ART 75 LOI ENE AGENCE DE L EAU ADOUR GARONNE 1 Rapport réglementaire La suite de ce chapitre

Plus en détail

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 369 Novembre 2012 Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La consommation d énergie du secteur tertiaire

Plus en détail

1 er réseau de chaleur en France

1 er réseau de chaleur en France 1 er réseau de chaleur en France CPCU, une Entreprise Publique Locale avec pour actionnariat : 64,39% : GDF Suez Energie Services 33,50% : Ville de Paris 2,11% : public 396 ME de chiffre d affaires La

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS

Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS La Région a fait de l'excellence environnementale sa priorité. Elle se traduit concrètement au travers du Plan Initiatives

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

Grand Paris Seine Ouest. Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire

Grand Paris Seine Ouest. Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire Grand Paris Seine Ouest Synthèse du diagnostic énergétique et gaz à effet de serre du territoire Novembre 2009 La communauté d agglomération Grand Paris Seine Ouest, issue de la fusion d Arc de Seine et

Plus en détail

Support : «maison» L isolation des bâtiments RT 2012. 1- Introduction et problématique. 2- Les chiffres clés

Support : «maison» L isolation des bâtiments RT 2012. 1- Introduction et problématique. 2- Les chiffres clés L isolation des bâtiments RT 2012 Support : «maison» Manipulations TD Evaluation Durée : 2h Compétences à acquérir A- Analyser B- Modéliser C- Expérimenter D- Communiquer A1 A2 A3 B1 B2 B3 B4 C1 C2 D1

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Le résidentiel Scénario tendanciel régional

Le résidentiel Scénario tendanciel régional Le résidentiel Scénario tendanciel régional 999 :,8 (% du bilan),5,5,5 Chauffage : RT/5 ; pas de réhabilitation Chauffage urbain Bois Electricité GPL Gaz naturel Fioul Charbon CU d ECS : +5% entre 5 et

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les logements

L efficacité énergétique dans les logements Chapitre 5 L efficacité énergétique dans les logements Paul Baudry, Marie-Hélène Laurent et Guillaume Binet L efficacité énergétique dans les logements répond simultanément à des motivations individuelles

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

Suivi des Consommations d énergie en Provence Alpes Côte d Azur. Rendu Maisons de Retraite

Suivi des Consommations d énergie en Provence Alpes Côte d Azur. Rendu Maisons de Retraite Suivi des Consommations d énergie en Provence Alpes Côte d Azur Rendu Maisons de Retraite Maître d Ouvrage : Région Provence Alpes Côte d Azur et Observatoire Régional de l Énergie Date : mardi 26 avril

Plus en détail

Exploitations complémentaires. mentaires. Analyse réalisée à partir des données 2006. OLS - Groupe Bailleurs. - 5 mai 2011 - 05.05.

Exploitations complémentaires. mentaires. Analyse réalisée à partir des données 2006. OLS - Groupe Bailleurs. - 5 mai 2011 - 05.05. 1 Exploitations complémentaires mentaires Analyse réalisée à partir des données 26 OLS - Groupe Bailleurs - 5 mai 211 - 2 Méthodologie de l étude Analyse de 2 166 résidences gérées par 8 bailleurs franciliens,

Plus en détail

Destinataires : Utilisateurs des données mises à disposition par le Visiau Énergie CENTER.

Destinataires : Utilisateurs des données mises à disposition par le Visiau Énergie CENTER. CENTER : Consommations ENergétiques TERritorialisées Modélisation des consommations énergétiques franciliennes des secteurs résidentiel et tertiaire à l échelle géographique de l iris. Etat des lieux 2005

Plus en détail

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1 S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2009 (du 01/01/2009 au 31/12/2009) Commission des services urbains Agence Bretagne, Pays de la Loire Département Energie et Environnement

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel du département de la Somme Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel OCTOBRE 2012 Fiche GES / Energie : Communauté de communes du Vimeu Industriel Tableau de

Plus en détail

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA

Plus en détail

Mardi de la DDT du 6 septembre 2011. La réglementation thermique 2012. change la construction!

Mardi de la DDT du 6 septembre 2011. La réglementation thermique 2012. change la construction! Mardi de la DDT du 6 septembre 2011 La réglementation thermique 2012 change la construction! Les objectifs de la réglementation thermique 2012 Objectif 1 : Réduire les consommations d énergie des bâtiments

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Un Plan local Energie pour Paris et la Métropole. 23 janvier 2015

Un Plan local Energie pour Paris et la Métropole. 23 janvier 2015 Un Plan local Energie pour Paris et la Métropole 23 janvier 2015 Objectifs Contribuer à l élaboration d une stratégie énergétique territorialisée à l échelle du futur territoire de la métropole du Grand

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Montesquieu de Boigny-sur-Bionne pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Plan Climat du Grand Nancy

Plan Climat du Grand Nancy Plan Climat Air Energie Territorial du Grand Nancy Novembre 2012 1 Table des matières Introduction P.4 P.8 P.11 P.18 P.27 P.29 1. Elaboration du Territorial (PCAET) 1.1. La concertation continue 1.2. Le

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B

Mon auto-bilan. Sommaire. Rapport de synthèse des consommations énergétiques. Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Mon auto-bilan Rapport de synthèse des consommations énergétiques Entreprise Confitures du Var Code postal 83300 Code NAF de l établissement 1039B Contrats analysés Contrat élec: Jaune Base Contrat Gaz:

Plus en détail

STRATEGIES DE REHABILITATION ENERGETIQUE EN VUE DES FACTEURS 4 ET 10. Rapport final PHASE 1. Février 2012

STRATEGIES DE REHABILITATION ENERGETIQUE EN VUE DES FACTEURS 4 ET 10. Rapport final PHASE 1. Février 2012 CEBATRAMA ANALYSE DU BATI AQUITAIN ET ELABORATION DE STRATEGIES DE REHABILITATION ENERGETIQUE EN VUE DES FACTEURS 4 ET 10 Rapport final PHASE 1 Février 2012 La Calade Conseil, étude et recherche en aménagement

Plus en détail

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 RAPPEL DES PRÉCÉDENTES PHASES 2 Juin 2010 Démarrage / Prédiagnostic Plan Climat Octobre

Plus en détail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment Document de travail Portée du document: Le présent document est envoyé aux personnes inscrites pour participer à l'atelier bâtiment dans le cadre de l'élaboration du SRCAE

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

N 4. Missions : Novembre 2013

N 4. Missions : Novembre 2013 Analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine N 4 Novembre 2013 Année 2010 (version 2013) Les travaux présentés ici portent sur l analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine (répartition

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France. Synthèse

Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France. Synthèse Les consommations d énergie dans les bureaux en Île-de-France 2009 Synthèse Pour obtenir de plus amples informations sur le déroulement de cette étude ou obtenir des données spécifiques, vous pouvez contacter

Plus en détail

Pré-diagnostic énergétique communal

Pré-diagnostic énergétique communal Alexis NOIROT Conseiller Energie Partagé Tél. : 6.48.41.33.82 Mail : alexis.noirot@scot-vosges-centrales.fr Pré-diagnostic énergétique communal Personnes référents : Elu : Administratif : Technique : Contact

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Diagnostic de Performance énergétique

Diagnostic de Performance énergétique Diagnostic de Performance énergétique Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d'un logement ou d'un bâtiment, en évaluant sa consommation d'énergie et son

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS

PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS PROJECTIONTENDANCIELLE DE LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DES LOGEMENTS Maurice GIRAULT, François LECOUVEY 1 L étude présentée ici prolonge une analyse de l évolution passée de la consommation de chauffage du

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Ateliers thématiques «territoire»

Ateliers thématiques «territoire» Plan Climat Energie Territorial Ateliers thématiques «territoire» Urbanisme et Habitat 11 avril 2011 Majestic 18h30-20h30 Déroulement de l atelier 1. Introduction: objectifs et déroulement de l atelier

Plus en détail

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE Ce Bilan thermique simplifié a été réalisé à l aide du logiciel DIALOGIE Il a permis d estimer, à partir des informations recueillies lors d une visite d un technicien

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE

ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE ÉTUDES DES TENSIONS SUR LES ÉNERGIES DE RÉSEAU LORS DE LA POINTE DE CONSOMMATION HIVERNALE Présenté par Benoît Lemaignan / Jean-Yves Wilmotte / Nicolas Gault SOMMAIRE 1 UN EXEMPLE DE POINTE HISTORIQUE

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

EFFET DE SERRE. qu un ménage francilien d une zone périphérique. Un ménage lillois émet 30 % de moins de CO 2

EFFET DE SERRE. qu un ménage francilien d une zone périphérique. Un ménage lillois émet 30 % de moins de CO 2 LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DES MÉNAGES SELON LES LOCALISATIONS RÉSIDENTIELLES Les exemples de la région Île-de-France et de l arrondissement Claire PLATEAU 1 En 1990, un francilien ou un habitant

Plus en détail

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Roger Cadiergues MémoCad nb10.a LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE SOMMAIRE nb10.1. Le cadre de la performance énergétique nb10.2. Le système français des classes nb10.3. La norme NF EN 15217 : les principes nb10.4.

Plus en détail

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Postulat Volonté des organismes sociaux

Plus en détail

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009 BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009! Détails de l'étude! Résultats généraux! Facteur 4! Perspectives Avril 2009 www.mountain-riders.org 1 OBJECTIF DE L ETUDE Évaluer les émissions

Plus en détail

Source des données : statistiques et cas réels. Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville.

Source des données : statistiques et cas réels. Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville. Source des données : statistiques et cas réels Découvrez les sources et les exemples ayant servi à définir les données chiffrées d Ecoville. Logements Surfaces et nombre d habitants Logements : surface

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble)

Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) logoenerdata_report.jpg Bâtiment facteur 4 : Consommations de chauffage dans le parc résidentiel (étude de cas sur Grenoble) 22 Juin 2012 Paris Brieuc Bougnoux (Enerdata) Quelle stratégie facteur 4 dans

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Gutenberg d Orléans pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité et chauffage)

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment Objectif : Découvrir les enjeux sociaux liés à l amélioration de l habitat 1. Questionnaire

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique LES SOURCES D ENERGIE Caractérisation des énergies Les ressources énergétique La consommation d énergie Constats et perspectives Caractérisation des énergies Les différentes formes d énergie Chaleur Travail

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013

La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Les synthèses de l AREC La consommation d énergie finale en région Poitou-Charentes entre 1990 et 2013 Juin 2015 AREC POITOU-CHARENTES www.arecpc.com oreges@arecpc.com 05 49 30 31 57 PRÉAMBULE PRÉAMBULE

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS)

Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) Diagnostic Gaz à effet de serre de l Institut National de Recherche en Sécurité (INRS) 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : INRS, Association loi 1901 Code NAF : 7219Z Code SIREN

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015 Réponses en vue du débat public de Poligny COTTAGES 1. A quelle réglementation thermique les cottages sont-ils soumis à la construction? RT 2012? Oui RT 2012, comme toute les constructions en France depuis

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE Retours d expériences Ce rapport présente les résultats des projets saisis dans l outil Effinergie Ecomobilité. Il détaille également une analyse des principaux

Plus en détail

Année de référence 2005 - Edition 2011

Année de référence 2005 - Edition 2011 Etat des lieux Climat-Air-Energie de la Haute-Normandie Inventaire énergétique et des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques secteur résidentiel Année de référence 2005 - Edition

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois 2 décembre 2010 - Riom

COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois 2 décembre 2010 - Riom COTITA Viser la performance énergétique par la construction bois - Riom Une réglementation vers des bâtiments basse consommation puis des bâtiments 27 septembre à énergie 2010 positive Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Les GPL & Les enjeux dans le bâti existant

Les GPL & Les enjeux dans le bâti existant Les & Les enjeux dans le bâti existant L efficacité énergétique par l exemple Convention AFG 20 mars 2013 Joel PEDESSAC Directeur Général du CFBP 1 Les, une à re-découvrir 2 Les : une à re-découvrir 40

Plus en détail