UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX"

Transcription

1 L'oxygénothérapie UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX Promotion

2 Plan 1 - Définition 2 - Indications 3 - Matériel Les lunettes à oxygène La sonde nasale à oxygène Le masque simple à oxygène Le masque à haute concentration en oxygène 4 - Risques et complications Surveillances et évaluations

3 1- Définition L'oxygénothérapie consiste à faire pénétrer l oxygène dans l arbre trachéobronchique d un patient afin de rétablir ou maintenir un taux normal d oxygène dans le sang vérifié par un taux de saturation, qui doit être supérieur à 95%. Pour rappel du cadre législatif Actes professionnels: R , 31 3

4 2- Indications Hypoxémie (baisse de la teneur en O2 du sang). Hypercapnie (augmentation de la teneur en CO2 du sang). Hypoxie aiguë (diminution de la distribution de l'o2 dans les tissus) Hypoxie chronique : pathologies entraînant une insuffisance respiratoire chronique, BPCO. Objectif : correction par l apport de débit d'oxygène à adapter selon la pathologie afin d'obtenir une SpO2>90%. 4

5 3- Matériel Matériel d'administration : Lunettes à oxygène. Sonde nasale à oxygène. Masque à oxygène. Masque à haute concentration en oxygène. Autres (masque venturi à oxygène,...). 5

6 3- Matériel Système d'oxygénation : Source d'oxygène : Prise murale d'oxygène ou bouteille à oxygène. Débit-litre gradué de 0 à 15 l/min. Humidificateur. Tuyau souple. Raccord biconique. 6

7 3- Matériel Manodétendeur : permet de mesurer la pression, exprimée en bars, régnant dans la bouteille (manomètre). Mouchoir en papier. Réniforme (haricot). Pour la sonde nasale : compresses, eau stérile. Nécessaire à l'hygiène des mains. 7

8 3.1) Les lunettes à oxygène Propriétés des lunettes à oxygène Faible débit : 0,5 à 3 L/min. Si débit > 6 L/min : inefficace car il n'augmente plus la FiO2 et le patient ressent un inconfort causé par le flux d'air dans les narines. FiO2 : 24 à 44 % (Fraction Inspirée en Oxygène). 8

9 3.1) Lunettes à oxygène Débit L/min FiO % 2 28% 3 32% 4 36% 5 40% 6 44% 9

10 3.1) Lunettes à oxygène Réalisation du soin Vérifier la prescription médicale : débit d'oxygène. Prévenir le patient. Installer le patient en position assise ou demi-assise. Faire moucher le patient. Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains. 10

11 3.1) Lunettes à oxygène Réalisation du soin (suite) Monter le système d'oxygénation : Vérifier le fonctionnement de la source d'oxygène. Installer le système humidificateur. Régler le débit d'oxygène. Mettre les lunettes à oxygène : Placer les deux petits embouts dans les narines. Passer la tubulure derrière chaque oreilles : les tuyaux font le tour complet des oreilles pour se rejoindre en avant sous le menton. 11

12 3.1) Lunettes à oxygène Réalisation du soin (suite) Ajuster les lunettes sous le menton à l'aide de la bague en plastique coulissante. Il est inutile de demander au patient de respirer par le nez puisque la dépression créée dans le nasopharynx par une respiration normale, est suffisante pour "aspirer" l'oxygène vers les poumons. Surveiller la saturation pulsée en oxygène (SpO2). Changer les lunettes si nécessaire 12

13 3.2) La sonde nasale à oxygène Propriétés de la sonde nasale à oxygène Débit moyen : 1 à 8 L/min. FiO2 : 30 à 50 % (Fraction Inspirée en Oxygène). 13

14 3.2) La sonde nasale à oxygène Réalisation du soin Vérifier la prescription médicale : débit d'oxygène. Prévenir le patient. Installer le patient en position assise ou demi-assise. Faire moucher le patient. Monter le système d'oxygénation : Vérifier le fonctionnement de la source d'oxygène. Installer le système humidificateur. 14

15 3.2) La sonde nasale à oxygène Réalisation du soin (suite) Régler le débit d'oxygène. Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydroalcoolique : hygiène des mains. Repérer la longueur de sonde a introduire dans la narine: distance nez-tragus (tragus : partie centrale de l'oreille, placée devant le conduit auditif externe). Demander au patient de mettre la tête en arrière : permet de libérer les voies aériennes. Humidifier la sonde avec de l'eau stérile. Introduire la sonde de la distance mesurée au préalable : la sonde 15 se situera à l'extrémité inférieure du palais.

16 3.2) La sonde nasale à oxygène Réalisation du soin (suite) Raccorder la sonde nasale à oxygène avec le système d'oxygénation avec un raccord biconique. Fixer la sonde sur le nez ou le front avec du sparadrap. Tracer un repère sur la sonde au feutre indélébile : permet de repérer si la sonde s'est déplacée. Surveiller la saturation pulsée en oxygène (SpO2). Changer la sonde quotidiennement. 16

17 3.3) Le masque simple à oxygène Propriétés du masque simple à oxygène Le masque simple est muni d'ouvertures latérales sans valves souples qui permettent l'évacuation du gaz expiré (CO2). Débit moyen : 4 à 8 L/min. 17

18 3.3) Le masque simple à oxygène Propriétés du masque simple à oxygène (suite) Si débit < 4 L/min : risque de réinhalation du gaz expiré (CO2) contenu dans le masque. Si débit > 8 L/min : le masque ne sera plus efficace puisqu'un débit de 8 L/min assure l'enrichissement maximum qu'il est possible d'obtenir avec ces masques. FiO2 : 40 à 60 % (Fraction Inspirée en Oxygène). 18

19 3.3) Masque simple à oxygène Débit L/min FiO % % % 19

20 3.3) Masque simple à oxygène Réalisation du soin Vérifier la prescription médicale : débit d'oxygène. Prévenir le patient. Installer le patient en position assise ou demiassise. Faire moucher le patient. 20

21 3.3) Masque simple à oxygène Réalisation du soin (suite) Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains. Monter le système d'oxygénation : Vérifier le fonctionnement de la source d'oxygène. Installer le système humidificateur. Régler le débit d'oxygène. 21

22 3.3) Masque simple à oxygène Réalisation du soin (suite) Mettre le masque : Veiller à ce qu'il n'y ait pas de fuite. Surveiller la saturation pulsée en oxygène (SpO2). Changer le masque quotidiennement. 22

23 3.4)Le masque à haute concentration en oxygène Propriétés du masque à haute concentration en oxygène Le masque à haute concentration est muni : D un réservoir souple : réservoir en O2 qui permet un enrichissement à 100% en oxygène de l'air inspiré. D une valve unidirectionnelle : empêche l air expiré de retourner dans la réserve et limite ainsi le phénomène de réinhalation du gaz expiré (CO2). Deux ouvertures latérales pourvus de valves souples : permettent l évacuation du gaz expiré (CO2) et qui empêchent l entrée d air ambiant à l intérieur du masque : permet donc d inhaler de l oxygène pur. Débit fort : 8 L / mn minimum. FiO2 : 80 à 100% (Fraction Inspirée en Oxygène). 23

24 3.4) Le masque à haute concentration en oxygène Réalisation du soin Vérifier la prescription médicale : débit d'oxygène. Prévenir le patient. Installer le patient en position assise ou demi-assise. Faire moucher le patient si possible. Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains. 24

25 3.4) Le masque à haute concentration en oxygène Réalisation du soin (suite) Monter le système d'oxygénation : Vérifier le fonctionnement de la source d'oxygène. Régler le débit d'oxygène. Ne pas installer de système humidificateur : l'humidification de la valve souple peut altérer le fonctionnement du masque à haute concentration. Assurer le remplissage du ballon réserve à l oxygène pur en obturant manuellement sa valve inspiratoire. Mettre le masque : Veiller à ce qu'il n'y ait pas de fuite. Surveiller la saturation pulsée en oxygène (SpO2). Changer le masque quotidiennement. 25

26 4 - Risques et complications Effets nocifs de l'oxygène pur. Lunettes : irritation muqueuse, nécrose ailes du nez, irritation de la face postérieure des oreilles et du cou. Sonde nasale : irritation de la muqueuse, nécrose du nez. Masque : gêne si trop serré, impression d'étouffement ou d'oppression. 26

27 5- Surveillances et évaluations Surveillance générale Coloration des téguments : recherche d'une cyanose, sueurs. Etat de conscience : agitation, somnolence, céphalées. Fonction respiratoire : fréquence, rythme, amplitude, bruit, saturation pulsée en oxygène (SpO2). Fonction cardiocirculatoire : fréquence (tachycardie), pression artérielle (hypertension). 27

28 Critère d'efficacité Diminution et absence des signes de l'hypoxie Signe de l'hypoxie : Cyanose. Battement des ailes du nez. Tachycardie, hypertension. Polypnée. Somnolence voire coma. Diminution de la PaO2. 28

29 Critère d'efficacité (suite) Diminution et absence des signes de l'hypercapnie Signe de l'hypercapnie : Tachycardie, hypertension. Polypnée. Agitation anxiété, somnolence. Vertiges, céphalées. Sueurs profuses. Hypersécrétion bronchique gastrique salivaire. Flapping tremor (tremblements des doigts). Augmentation de la PaCO2. Crise convulsive voire coma. 29

AEROSOLS NON MEDICAMENTEUX ET OXYGENOTHERAPIE MOD 3: LES SOINS PROMOTION VAN GOGH 2015-2016 Novembre 2015 S. L ENFANT Que savez-vous? IFAS ST QUENTIN 2 IFAS ST QUENTIN 3 SOMMAIRE Aérosols non médicamenteux

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010»

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010» L ASPIRATION ENDOTRACHEALE MATERIEL METHODES HYGIENE Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET Définition de l aspiration Différents types de sondes Différents types d appareils Installation du patient Méthodologie

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

Le sondage naso-gastrique

Le sondage naso-gastrique Le sondage naso-gastrique Définition Le sondage gastrique est l'introduction d'une sonde dans l'estomac par voie nasale (sondage naso-gastrique) pour en évacuer son contenu ou pour administrer des produits

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

UE 4.4. S2 - Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical Compétence 4 L OXYGENOTHERAPIE

UE 4.4. S2 - Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical Compétence 4 L OXYGENOTHERAPIE UE 4.4. S2 - Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical Compétence 4 L OXYGENOTHERAPIE I) Définition L oxygénothérapie consiste à faire pénétrer de l oxygène dans l arbre trachéobronchique d

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

RIFA-Plongée Capacité N 6

RIFA-Plongée Capacité N 6 RIFA-Plongée Capacité N 6 Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime Réactions et Intervention Face à l Accident de Plongée Mise en œuvre des techniques adaptées à l état de la victime

Plus en détail

CATALOGUE. Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration

CATALOGUE. Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration CATALOGUE Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration REF. DESIGNATION 3 LT/MIN SANS Y30A-3L DESCRIPTIFS : Boîtier à agencement vertical + 4 Roulettes Filtres Accessibles Débitmètre Réglable Variateur de

Plus en détail

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée)

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) 1 1. Introduction 2. Surveillance de la respiration 2.1. Définition 2.2. Observation 2.2.1. Quand? 2.2.2. Quoi? 2.3. Modifications

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Rappels physiologiques et physiopathologiques

Rappels physiologiques et physiopathologiques oxygénotherapie plan Rappels physiologiques et physiopathologiques definition Cadre législatif Indications Matériel Réalisation du soin Recommandation sur usage O2 Surveillances O2 à domicile Manipulation

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Référence : 001000. Patient unique Sans latex (boite de 500)

FICHE TECHNIQUE. Référence : 001000. Patient unique Sans latex (boite de 500) Référence : 001000 Embout buccal, polyéthylène Patient unique (boite de 500) Polyéthylène haute densité Référence : 001200 Masque O² pour adulte en vinyle de type sous le menton Concentration moyenne Patient

Plus en détail

Oxygène médicinal LIV. Bouteille d oxygène médicinal à détendeur-débitmètre intégré. Linde: Living healthcare*

Oxygène médicinal LIV. Bouteille d oxygène médicinal à détendeur-débitmètre intégré. Linde: Living healthcare* LIV TM Bouteille d oxygène médicinal à détendeur-débitmètre intégré Linde: Living healthcare* LIV TM la bouteille à robinet détendeur-débitmètre intégré Légère, pratique et fonctionnelle Prête à l'utilisation

Plus en détail

Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles

Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles Frédéric BONNIER Kinésithérapeute Hôpital Universitaire Erasme Bruxelles La Bipap Cpap Ventilation à 2 niveaux de pression. Peep / Pression inspiratoire Fréquence spontanée / backup + O2 si nécessaire

Plus en détail

Les paramètres vitaux

Les paramètres vitaux 1 Les paramètres vitaux TENSION ARTERIELLE (TA) POULS RESPIRATION OXYMETRIE POIDS -TAILLE TEMPERATURE (T ) GLYCEMIE CAPILLAIRE (DEXTRO) DIURESE BANDELETTE URINAIRE (en vert: sonttraitésàpart) 3 Définition

Plus en détail

INSTALLATION DE L OXYGENOTHERAPIE ET SURVEILLANCE D UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE

INSTALLATION DE L OXYGENOTHERAPIE ET SURVEILLANCE D UNE PERSONNE SOIGNEE A DOMICILE 1- OBJET Oxygénothérapie : faire pénétrer de l oxygène dans l arbre trachéobronchique d un patient afin d améliorer la concentration d oxygène dans le sang. Ce protocole a pour but de donner les modalités

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

LA BOUTEILLE D OXYGENE

LA BOUTEILLE D OXYGENE PSE 1 Le matériel d oxygénothérapie 2/8 LA BOUTEILLE D OXYGENE 1. L UTILISATION DE L OXYGENE : L oxygène est un gaz utilisé comprimé dans une bouteille. Pour être administré à une victime, il doit être

Plus en détail

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011

Le chariot d urgence. AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 Le chariot d urgence AFGSU ** Arrêté du 3 mars 2006 relatif à l attestation de formation aux gestes et soins d urgence 2011 1 Certification HAS V2 juin 2004 Référence 33 : La continuité des soins est assurée.

Plus en détail

Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - TECHNIQUE DES SOINS DE NETTOYAGE DES OREILLES

Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - TECHNIQUE DES SOINS DE NETTOYAGE DES OREILLES Soins d hygiène et de confort / K Soins des oreilles - 1 - K SOINS DES OREILLES K. 1. LE NETTOYAGE Action de nettoyer le pavillon de l oreille et le conduit auditif externe. BUTS - Maintenir l hygiène

Plus en détail

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux

Mécanismes des maladies. Les échanges gazeux Mécanismes des maladies Les échanges gazeux Pourquoi les patients sont-ils hypoxémiques? Le shunt Les malades atteints d œdème pulmonaire (OAP, SDRA) sont hypoxémiques du fait d un shunt intrapulmonaire.

Plus en détail

Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac.

Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac. Le tube nasogastrique (TNG) ou Levin est une sonde souple que l on introduit par le nez ou la bouche pour nous permettre de rejoindre l estomac. On introduit le tube par le nez ou la bouche pour le faire

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

Introduction. La Séquence

Introduction. La Séquence Recommandations du Conseil Belge de Réanimation (BRC) pour la Réanimation Cardio-Pulmonaire et la Défibrillation Externe Automatisée par les premiers intervenants formés aux techniques de l Aide Médicale

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005

DRAINAGE THORACIQUE. Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 DRAINAGE THORACIQUE Drs GUERIN, FREY et coll. Octobre 2005 Anatomie du pneumothorax Plèvre viscérale: accolée aux poumons Plèvre pariétale tapisse l intérieur de la cage thoracique et le diaphragme cavité

Plus en détail

Résidence Louis Demeuse.

Résidence Louis Demeuse. OXYGÉNOTHÉRAPIE Mise à jour 25/11/2015 Notes à l'usage des personnels de la Résidence Louis Demeuse. MRS - MRPA 178, rue Louis Demeuse 4040 Herstal Albert Leclercq, kinésithérapeute Albert Leclercq Kinésithérapeute

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main Apnée du sommeil Prenez vos rêves en main Symptômes de l'apnée du sommeil Symptômes diurnes Symptômes nocturnes Les patients souffrant d'apnée du sommeil n ont pas souvent conscience de leur pathologie.

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

Déclaration de liens d intérêts

Déclaration de liens d intérêts Déclaration de liens d intérêts 2 Pas de liens d intérêt à déclarer Pas exhaustif : ce travail a pour objectif de présenter les principaux dispositifs utilisés Ne traite que des dispositifs médicaux, pas

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

Qu est-ce que la VNI?

Qu est-ce que la VNI? Qu est-ce que la VNI? Docteur Sandrine Pontier Service de Pneumologie, Unité de Soins Intensifs Hôpital Larrey CHU de Toulouse La Ventilation Non Invasive (VNI) est devenu au cours de ces dernières années,

Plus en détail

Atelier SOS Oxygène dans le cadre du FOREMS

Atelier SOS Oxygène dans le cadre du FOREMS 06 Octobre 2015 CHU Amiens Atelier SOS Oxygène dans le cadre du FOREMS Muchembled Benjamin Commercial EHPAD Dessenne Jean Pharmacien SOS OXYGENE NORD JOLY MEDICAL LONGUEAU Sommaire Présentation SOS Oxygène

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013. IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation

AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013. IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 3 septembre 2013 CONCLUSIONS IFILL, système pour oxygénothérapie à domicile avec déambulation

Plus en détail

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS

LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS LE RECUEIL DES EXPECTORATIONS C. HALLER - IFSI CHU DE NICE - 09 07 OBJECTIF DE LA SEQUENCE Connaître et appliquer les différentes méthodes de recueil des expectorations en respectant les critères res d

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Les thèmes abordés sont :

Les thèmes abordés sont : Ceci est un protocole réalisé afin de vous guider dans les démarches à suivre en cas de soins à apporter à un enfant. Si un enfant se blesse ou tombe malade dans l établissement, les parents doivent obligatoirement

Plus en détail

Détresse respiratoire : administration d oxygène

Détresse respiratoire : administration d oxygène ORDONNANCE COLLECTIVE ORD-CMDP-31 ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Détresse respiratoire : administration d oxygène Président(e) du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens Conseil des médecins, dentistes

Plus en détail

Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire

Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire Pr Franck Verschuren Service des Urgences Cliniques Saint-Luc 02/ 764 1636 ou 1613 Cours Kiné 1035 Franck.verschuren@clin.ucl.ac.be Gaz du sang Saturomètre

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE Jean-François Burle Réanimation Médicale et Surveillance Continue Médicale Hôpitaux du Nord, Lyon VNI Ø VNI = méthode permettant une assistance ventilatoire

Plus en détail

Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com. Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM

Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com. Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM Utilisation des fluides médicaux dans les établissements de santé Dr. SBAI Yassir Réanimation Anesthésie CHU Ibn Sina sbaiyassir@gmail.com Association Marocaine des Gaz Industriels et Médicaux AMGIM Introduction

Plus en détail

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010

Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Cas Clinique. Dr BOUSSELMI K Les Vendredis de la Réanimation. 30/4/2010 Patiente H.M âé âgée de 35 ans admise pour lésions bulleuses au niveau de deux jambes. ATCDS : dysthyroidie y (opérée pour nodule

Plus en détail

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate

Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate Notion de l urgence vitale défaillance d une fonction vitale qui entraine rapidement la mort Objectif du chariot d urgence Disponibilité immédiate des médicaments et matériels nécessaires au traitement

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides Utilisation des gaz médicaux en anesthésie réanimation Le bloc opératoire et les réanimations SI sont des services dit sensibles par rapport à la fourniture en gaz médicaux. 1 Définition Fluide = Ensemble

Plus en détail

Oxygénothérapie à domicile

Oxygénothérapie à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil Oxygénothérapie à domicile

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire

Appel au secours. Gestes de secours Chapitre 5. Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Gestes de secours Chapitre 5 Appel au secours Comment appeler l hélicoptère! Ce qu il faut faire Ce qu il ne faut pas faire Utiliser les signes conventionnels Choisir un endroit dégagé pour être repéré.

Plus en détail

L oxygénothérapie de longue durée à domicile. par le Dr. F. Smeets

L oxygénothérapie de longue durée à domicile. par le Dr. F. Smeets L oxygénothérapie de longue durée à domicile par le Dr. F. Smeets Médecine Interne - Pneumologie - Revalidation cardio-pulmonaire Centre Hospitalier de l Ardenne Le Celly, 2-6680 Ste Ode Tel : 084-225

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63) INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

ÉTAPES PRÉEXÉCUTOIRES. Désinfecter le sthétoscope avec un tampon d alcool

ÉTAPES PRÉEXÉCUTOIRES. Désinfecter le sthétoscope avec un tampon d alcool SIGNES VITAUX INTRODUCTION Les signes vitaux sont la température, le pouls, la respiration et la pression artérielle. Ils sont des indicateurs de la santé du client. La mesure des signes vitaux constitue

Plus en détail

ANTADIR - Guide de la ventilation par masque nasal

ANTADIR - Guide de la ventilation par masque nasal ANTADIR - Guide de la ventilation par masque nasal Les patients trouveront ici le Guide de la Ventilation par Masque Nasal rédigé par l'antadir (Association Fédérative Nationale pour le Traitement à Domicile

Plus en détail

CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE

CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE QUELLE SONDE? QUEL MATERIAU? TECHNIQUE DE POSE 10, 11 et 12 octobre 2006 Philippe JACQUIN LES SONDES D ASPIRATION Les sondes simple courant type Levin :

Plus en détail

ormes en soins et services respiratoires à domicile

ormes en soins et services respiratoires à domicile N Préambule ormes en soins et services respiratoires à domicile Au cours de la dernière décennie, le système de santé s est orienté de plus en plus vers des services de santé à domicile. Les connaissances

Plus en détail

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006.

TEPZZ 8758_8A_T EP 2 875 818 A1 (19) (11) EP 2 875 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: A61K 33/00 (2006.01) A61P 25/06 (2006. (19) TEPZZ 878_8A_T (11) EP 2 87 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.0.1 Bulletin 1/22 (1) Int Cl.: A61K 33/00 (06.01) A61P 2/06 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 14680.3 (22)

Plus en détail

Les molécules des gaz considérés.

Les molécules des gaz considérés. Comité RABA GUC plongée Mars 2009 Support de cours N1 N2 Apnée Philippe Péan MEF1 www.apnealp.fr.nf La respiration en apnée 1) O2 et CO2 a) Définition Le dioxygène (noté O 2 ) et le dioxyde de carbone

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

TUTORIAL 1. Utiliser l oxymètre de pouls - les bases

TUTORIAL 1. Utiliser l oxymètre de pouls - les bases TUTORIAL 1 Utiliser l oxymètre de pouls - les bases 2012 Lifebox Foundation. Registered as a charity in England and Wales (1143018). 1 L oxymètre de pouls Dans ce tutorial, vous allez apprendre La fonction

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP 2006 1 Solubilité de l air dans l eau Les causes de la présence des gaz Effet de la présence des gaz L élimination des gaz Les différents systèmes de purge

Plus en détail

ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE,

ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE, ATELIER 3 - DE L'INDICATION DU TRAITEMENT AU SUIVI THÉRAPEUTIQUE DU SAHOS ATELIER 2 LA PPC EN PRATIQUE: MISE EN PLACE, RÉGLAGES ET ADAPTATION Dr Bernard Fleury Anne Campana Critères de prise en charge

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance GEN N-PdC 2005 D après ERC 2001 (European Ressuscitation Council) et RANP 2001 (Réanimation Avancée Néonatale et Pédiatrique) Circulation 2005 ; 112 : III-91

Plus en détail

Dr S. Welschbillig. La machine d'anesthésie. sie

Dr S. Welschbillig. La machine d'anesthésie. sie Dr S. Welschbillig La machine d'anesthésie sie Plan La machine d'anesthésie Alimentation Anatomie Les circuits d'anesthésie Circuit ouvert Circuit fermé La ventilation Ventilation contrôlée Ventilation

Plus en détail

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique Objectifs: Identifier et connaître les points clefs des surveillances lors des transports de patients intubés ainsi que l utilisation du matériel. Savoir détecter et anticiper les problèmes de manière

Plus en détail

Infirmier Collection dirigée par L. LE

Infirmier Collection dirigée par L. LE Carnet Pratique Infirmier Collection dirigée par L. LE Guide hospitalier de poche pour l infirmière Charles DELALE PNEUMOLOGIE 99 bd de l Hôpital Editions Vernazobres-Grego 75013 PARIS - Tél. 01 44 24

Plus en détail

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation

cardio-pulmonaire (RCP) est réalisée dans les plus brefs délais. La RCP permettra : De suppléer la respiration défaillante par une ventilation L ARRÊT CARDIAQUE 2. LES SIGNES D UN ARRÊT CARDIAQUE La survenue d un arrêt cardiaque (AC) se traduit par : Une perte de connaissance de la victime, parfois accompagnée au tout début de convulsions ; L

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L état bucco-dentaire est souvent préoccupant en institution: hygiène précaire, taux d

Plus en détail

En route vers l humidification

En route vers l humidification Intersurgical Brochure humidification En route vers l humidification Passive Humidification 2000 2026 Une gamme de produits pour vous aider à choisir la bonne route Qualité, innovation et choix Humidification

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC)

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Insuffisance Respiratoire Chronique Définitions et Physiopathologie IRC = faillite des mécanismes assurant l hématose Hypoxémie avec ou sans hypercapnie

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Les textes et pictogrammes sont extraits de l aide mémoire SST de l INRS AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Cet aide-mémoire est téléchargeable sur notre site internet http://www.formenpreve-formations.fr/

Plus en détail

E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW

E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW Soins de l appareil respiratoire/e Dispositifs d inhalation et Peak flow - 1 - E DISPOSITIFS D INHALATION ET PEAK FLOW E 1 - DISPOSITIFS D INHALATION DEFINITION Dispositifs permettant, par inhalation,

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique»

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique» Théorie Niveau 2 Les barotraumatismes 1 Principe général Les barotraumatismes sont des accidents qui peuvent survenir lorsque des volumes d air présents dans l'organisme du plongeur subissent la loi de

Plus en détail

LES PARAMETRES VITAUX = FREQUENCE RESPIRATOIRE TEMPERATURE

LES PARAMETRES VITAUX = FREQUENCE RESPIRATOIRE TEMPERATURE 14.10.08 Mme Payan Soins infirmiers II LES PARAMETRES VITAUX = FREQUENCE RESPIRATOIRE TEMPERATURE I)La fréquence respiratoire A)Définition de la respiration B)Rappels anatomo physiologiques C)Mesure de

Plus en détail

39ème Semaine Médicale de Lorraine. Metz. 25 septembre 2004

39ème Semaine Médicale de Lorraine. Metz. 25 septembre 2004 39ème Semaine Médicale de Lorraine Metz 25 septembre 2004 OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME (OLT) CHEZ L INSUFFISANT RESPIRATOIRE CHRONIQUE GRAVE (IRCG) André CORNETTE Service des Maladies Respiratoires et

Plus en détail

CE 0459 SS/CC 07/2003

CE 0459 SS/CC 07/2003 ASPIRATIONS TRACHEALES OU BRONCHIQUES ASPIRATEURS ATOMISOR CE 0459 Modèles : SV4G SV4P SV2 SVIG LA DIFFUSION TECHNIQUE FRANCAISE 114 à 120, rue Bergson B.P. 132 42003 SAINT-ETIENNE Cedex 1 Tél. 04.77.74.51.11

Plus en détail

Hotline du lundi au vendredi de 08:00 à 17:00 Téléphone: +41 27 346 46 63» service@enomatic.ch

Hotline du lundi au vendredi de 08:00 à 17:00 Téléphone: +41 27 346 46 63» service@enomatic.ch Résolution de problèmes» Enoline série 1 (8» 4+4» 4» bouteilles) Ce guide doit être consulté en premier en cas de problème sur l utilisation d un système enomatic. MERCI DE VOUS REFERER A CE GUIDE AVANT

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT OXYGENE MEDICINAL LIQUIDE AIR LIQUIDE SANTE FRANCE, gaz pour inhalation, pour évaporateur fixe 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail