Revue de la littérature du 29/10/14

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue de la littérature du 29/10/14"

Transcription

1 Revue de la littérature du 29/10/14 AJO / BJO septembre 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil

2

3 Méthodes Objectif : Etude multimodale de la choroïde dans la macula bombée chez myopes forts (FA, ICG, OCT). Analyser la nature et le mécanisme des DSR associés. Design : étude rétrospective, observationnelle Méthodes : analyse de 52y de myopes forts avec macula bombée. Mesure des altérations angiographiques (FA, ICG) Mesure de l épaisseur rétinienne, choroïdienne, sclérale et mesure de la taille du dôme.

4 Résultats DSR associé à la macula bombée dans 44% des cas, sans signe de néo vascularisation choroïdienne. Dans les maculas bombées avec DSR par rapport à sans DSR associé, différence dans la proportion de points de diffusion en FA (P<0,001), de points hyperfluorescents en ICG (P<0,001) et de DEP (P<0,001) au sein du dôme,. DSR n est pas associé à des signes d hyperméabilité à l ICG. Maculas bombées avec un grand DSR sont associées à une choroïde plus épaisse (P=0,004) avec une sclère plus épaisse (p=0,067) et hauteur de dôme plus grande (p=0,079) L épaisseur choroïdienne, sclérale et la hauteur du dôme sont corrélés de manière positive. (p<0,01)

5 Conclusion Tous les yeux présentaient une variation du DSR au cours du suivi. L augmentation des DSR était associée à l apparition de nouveaux points hyperfluorescents en ICG (p<0,01) et de points de fuite en FA (p=0,016). Conclusion : la présence de DSR dans la macula bombée des myopes forts est due à des modifications vasculaires choroïdiennes similaire à la CRSC, mais spécifiquement localisées au sein du dôme du staphylome. une épaisseur sclérale excessive Choroïde, future cible thérapeutique?

6

7 Méthodes Objectif: déterminer une association entre l épaisseur choroïdienne sous fovéale et la réponse à cours terme aux IVT d anti-vegf dans l OM diabétique. Design : étude rétrospective Méthodes : 53y des 42 patients ayant un OMD «naïf» ont été traités par 3 IVT mensuelle de ranibizumab ou bevacizumab. Mesure par OCT : Épaisseur choroïdienne sous fovéale Épaisseur maculaire centrale Analyse à 3 mois de la réponse anatomique (diminution de CMT 50μm) et fonctionnelle ( gain d une ligne d AV)

8 Résultats après 3 mois d IVT d anti VEGF Décroissance de l épaisseur choroïdienne sous fovéolaire (225 à 201μm, p<0,0001). Groupe répondeur «anatomique» (32y) avait une épaisseur choroïdienne plus épaisse (243 ± 15μm) que le groupe non répondeur (21y) (198 ± 13μm, p=0,03) Groupe répondeur «fonctionnel» (28y) tendait à avoir une épaisseur choroïdienne sous fovéolaire plus épaisse (239± 12μm) que le groupe non répondeur (25y) (211± 16μm, p=0,08) Après analyse multivariée, une grande épaisseur choroïdienne sous fovéolaire était associée à une plus grande réponse anatomique (OR= 1,12 pour chaque augmentation de 10μm, p=0,03) et fonctionnelle (OR = 8,45 pour >200μm vs 200μm, p=0,008)

9 Conclusion L épaisseur choroïdienne sous fovéolaire peut être un marqueur prédictif de bonne réponse à court terme aux IVT d anti-vegf dans l OMD. Les patients ayant une épaisseur choroïdienne plus grande ont une meilleure réponse anatomique et fonctionnelle.

10

11 Méthodes Objectif : analyse clinique, anatomique et fonctionnelle à 1 an après switch ranibizumab /bévacizumab par aflibercept chez des patients ayant une DMLA exsudative. Méthodes: revue rétrospective Critère de jugement principal : nombre d injection à 1 an après switch Critères secondaires: Épaisseur maculaire à 6 et 12 mois Présence de liquide intra ou sous rétinien à 6 mois AV à 12mois

12 Résultats à 1 an du switch aflibercept 109y ayant une DMLA exsudative ont bénéficié d un switch aflibercept. Pas de différence dans le nombre d IVT : 7,4 IVT d anti VEGF l année précédente vs 7,2 IVT d aflibercept (p= 0, 47) Diminution de l épaisseur maculaire passant de 324 à 295μm à 6mois (p=0,0001) et 299μm à 12mois (p=0,0047) Pas de différence sur l AV à 1 an Après analyse en sous groupe, patients ayant reçu 10 IVT l année précédente : moins d IVT (11,1 à 8,4 ; p<0,0001) moins de visite de contrôle (13,9 à 9,6 ; p<0,0001) Diminution de l épaisseur maculaire de 35μm ; p=0,02)

13 Conclusion Le switch aflibercept ne change pas le nombre d injection et n augmente pas l AV mais semble plus efficace sur la réduction de l épaisseur maculaire. Chez les patients recevant > 10 IVTd anti-vegf par an, un switch aflibercept peut être proposé car une réduction du nombre d injection et de l épaisseur maculaire est attendue.

14

15 Méthodes Objectif : valider une nouvelle stratégie d injection thérapeutique individualisé dans la DMLA basé sur le besoin prédictif individuel de retraitement afin de réduire les visites cliniques de contrôle. Méthodes: étude prospective incluant 104 patients (115y) ayant une DMLA exsudative naïve. Phase d induction : 3 IVT mensuelle de ranibizumab Surveillance mensuelle jusqu à récurrence pour déterminer l intervalle de récidive Intervalle de retraitement des 3 prochaines IVT = intervalle de récidive 2semaines Contrôle clinique périodique (>1 sur 6mois) afin d évaluer l efficacité du traitement et adapter l intervalle de retraitement

16

17 Résultats L AV a augmenté de 8,7 lettres à 3mois et 9,8 à 12mois Nombre moyen d injection était 7,8 à 12mois Nombre moyen de visite entre le 3 ème et 12 ème mois était de 3,97 L intervalle de traitement moyen après la phase d induction était de 1,97mois Conclusion : la stratégie «observe and plan» augmente significativement l AV tout en diminuant le nombre de visite de contrôle par rapport aux autres stratégies d injection.

18

19 Méthodes Objectif : évaluer l effet des IVT de ranibizumab sur l oxygénation rétinienne dans les OVCR. Méthodes : analyse de la saturation en oxygène rétinienne avec oxymap retinal oximeter P3 chez des patients ayant une OVCR, avant traitement et pendant 6mois d IVT de ranibizumab.

20 Résultats La saturation en 02 des veines rétiniennes était plus basse dans le grpe OVCR vs yeux sains (32 ±13% vs 59±10% ; p=0,001) La saturation en 02 des artères rétiniennes était plus haute dans le grpe OVCR vs yeux sains (95±8% vs 91±3% ; p=0,04) L AV moyenne a augmenté de 51±24 lettres à 66±24 lettres à 3mois et 69±20 lettres à 6mois (p<0,0001) Réduction de l épaisseur rétinienne de 697±139μm à 338 ±113μm à 3mois et 340±96μm à 6mois (p<0,0001) Augmentation de la saturation veineuse passant de 35,5%±13,8% à 43,1%±10,8% et 43,5% ±13,7% à 3 et 6mois de TTT respectivement (p=0,012) Pas de changement significatif de la saturation artérielle (p=0,24)

21 Conclusion La saturation en oxygène des veines rétiniennes semble diminuée de moitié dans les OVCR non traitée et remonte de 20% après IVT de ranibizumab. La saturation en oxygène des artères rétiniennes n est pas diminuée dans les OVCR.

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème

Plus en détail

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle AJO/ IOVS Janv 2015 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Evaluer le taux de serum solubles Flt-1 chez les patients atteints de DMLA néovasculaire

Plus en détail

Revue de littérature du 26 février 2014

Revue de littérature du 26 février 2014 Revue de littérature du 26 février 2014 AJO/BJO/Ophtalmology Janvier Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil AJO janvier 2014 1Centre for Vision Research,

Plus en détail

Revue de littérature du 03/12/2014

Revue de littérature du 03/12/2014 Revue de littérature du 03/12/2014 AJO and BJO Novembre 2014 Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Introduction VEGF: rôle important dans pathogenèse

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

REVUE DE LITTÉRATURE DU 16 NOVEMBRE 2016

REVUE DE LITTÉRATURE DU 16 NOVEMBRE 2016 REVUE DE LITTÉRATURE DU 16 NOVEMBRE 2016 AJO / BJO OCTOBRE 2016 PROVOST JULIEN Service du Professeur E. SOUIED Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil Université Paris Est ARTICLE 1:

Plus en détail

Le tour de la rétine en 365 jours. I Aknin, Golfe Juan

Le tour de la rétine en 365 jours. I Aknin, Golfe Juan Le tour de la rétine en 365 jours I Aknin, Golfe Juan Le tour de la rétine en 365 jours I Aknin, Golfe Juan La DMLA DMLA Les études Étude CATT L acuité visuelle à 3 mois est prédictive de l AV à 2 ans

Plus en détail

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée SUD RETINE, Monaco, 14/6/2013 Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée C. FAVARD 1 Centre Ophtalmologique de l Odéon, 2 Centre Iéna Vision, 3 Fondation Rothschild, Introduction Anastomoses

Plus en détail

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Place des anti-vegf dans l OMD Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Introduction OMD Principale cause de malvoyance chez le diabétique Prise en charge des facteurs de risques systémiques

Plus en détail

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients Société d Ophtalmologie du Nord Mars 2013 thomas@desmettre.org Lucentis : du p.r.n. à l Inject & Extend Prise en charge des néovaisseaux choroïdiens

Plus en détail

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne 3 La rétine médicale en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne Dr Catherine Favard 1 Introduction Les traitements médicaux des pathologies rétiniennes évoluent

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Bibliographie du 18 juin 2014

Bibliographie du 18 juin 2014 Bibliographie du 18 juin 2014 AJO, BJO JUIN 2014 Par Martin GRABER Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Université Paris Est 1 2 Méthodes : -étude retrospective

Plus en détail

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel Congrès de Médecine M Générale G 9/1/10 Charleroi Traitement actuel de la Dégénérescence Maculaire Liée e l Agel Laurent Levecq UCL Mont-Godinne Conflits d intd intérêts : aucun. DMLA : définition d et

Plus en détail

REVUE BIBLIO 04 MARS 2015. David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII

REVUE BIBLIO 04 MARS 2015. David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII REVUE BIBLIO 04 MARS 2015 David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII MANAGEMENT DE L OMC Abstract : L oedème aigu peut se résoudre spontanément ou se chroniciser

Plus en détail

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins.

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins. EMA/92475/2015 EMEA/H/C/002392 Résumé EPAR à l intention du public aflibercept Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr 17 ème Congrès de la S.A.D. 12 ème congrès de la F.M.E.D. 31 ème congrès de S.A.E.M. Sheraton - Novembre 2015 Intérêt? Cause de cécité

Plus en détail

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire)

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 juin 2015 LUCENTIS 10 mg/ml, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 seringue préremplie de 0,165 ml (CIP : 34009 276 711 9 7) LUCENTIS 10 mg/ml, solution

Plus en détail

OCTOBRE Laure MALOSSE, Pierre SUSTRONCK Service d Ophtalmologie Pr Eric SOUIED Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

OCTOBRE Laure MALOSSE, Pierre SUSTRONCK Service d Ophtalmologie Pr Eric SOUIED Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil OCTOBRE 2017 Laure MALOSSE, Pierre SUSTRONCK Service d Ophtalmologie Pr Eric SOUIED Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil Objectif : Décrire grâce à l imagerie grand champ et à l OCT angiographie,

Plus en détail

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 avril 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 EYLEA 40 mg/ml, solution injectable

Plus en détail

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES RESUME : Dib. S, Ghroud. M N Service d'ophtalmologie, HMRUO, Oran. Introduction : Plusieurs études ont montré

Plus en détail

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge La DMLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Définition Maladie dégénérative de la rétine, qui débute après 55 ans. Elle est due à l accumulation de déchets au niveau de la rétine qui ne sont plus évacués.

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

Ludovic N KOSI (Interne des hôpitaux de Paris)

Ludovic N KOSI (Interne des hôpitaux de Paris) Ludovic N KOSI (Interne des hôpitaux de Paris) vendredi 21 février 2014 Evaluer l efficacité et la tolérance de l Aflibercept (Eylea ) en IVT dans le traitement de l OM associé à l OVCR. OM principale

Plus en détail

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Objectif DMLA sujet bien connu du service Euretina community: recommandations claires sur les pratiques

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

RETINA Août BENILLOUCHE Jennifer CHIC Créteil, Service du Pr Souied E.

RETINA Août BENILLOUCHE Jennifer CHIC Créteil, Service du Pr Souied E. RETINA Août 2017 BENILLOUCHE Jennifer CHIC Créteil, Service du Pr Souied E. INTRODUCTION 2013 : 382 millions de diabétiques dans le monde 592 millions en 2035. 18.8% des patients diabétiques atteignent

Plus en détail

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) est la principale

Plus en détail

«Anti-VEGF : 7 années d'expérience»

«Anti-VEGF : 7 années d'expérience» «Anti-VEGF : 7 années d'expérience» Une conférence d angiographie de Créteil s est tenue le 27 mai 2013 sous la direction du Professeur Eric SOUIED, avec pour programme particulièrement riche : «Anti VEGF

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 10 18 Décembre 2012 Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation : Lucentis 10mg/ml (DCI : Ranibizumab

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale

Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale Corinne GONZALEZ Ophtalmologiste (MD, Ph.D ) Spécialiste en Rétine Médicale SITUATION PROFESSIONNELLE ACTUELLE MEDECIN OPHTALMOLOGISTE, exercice libéral en cabinet privé Spécialiste en rétine médicale,

Plus en détail

SEVEN-YEAR OUTCOMES IN RANIBIZUMAB TREATED PATIENTS IN ANCHOR, MARINA AND HORIZON

SEVEN-YEAR OUTCOMES IN RANIBIZUMAB TREATED PATIENTS IN ANCHOR, MARINA AND HORIZON SEVEN-YEAR OUTCOMES IN RANIBIZUMAB TREATED PATIENTS IN ANCHOR, MARINA AND HORIZON SEVEN-UP EVOLUTION À SEPT ANS DES PATIENTS TRAITÉS PAR RANIBIZUMAB DANS ANCHOR, MARINA ET HORIZON SORAYA ROFAGHA, ROBERT

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 EYLEA 40 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 (CIP : 34009 267 835 0 1) EYLEA 40 mg/ml, solution injectable en flacon Boîte de 1

Plus en détail

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA»

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» «Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» Place du médecin traitant dans la prise en charge de la Dégénérescence Maculaire liée à l Âge (DMLA). Dr Sarah PERIGNON Toutes formes confondues, la DMLA

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète (French) Programmes de dépistage Maladies oculaires liées au diabète Suivi plus régulier et traitement de la rétinopathie diabétique Closer monitoring and treatment for diabetic retinopathy Informations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 MACUGEN 0,3 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie (CIP : 373 283-8) Laboratoire PFIZER pegaptanib Médicament soumis à prescription

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les

Plus en détail

INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT DES PATIENTS 7

INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT DES PATIENTS 7 DEPISTAGE ITINERANT DE LA RETINOPATHIE DIABETIQUE EN BOURGOGNE RAPPORT D EVALUATION CAMPAGNE 2012-13 (SAISON 9) INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT

Plus en détail

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 Interne Kaouter Nagoudi Service d ophtalmologie du Professeur Eric Souied Centre hospitalier intercommunal de Créteil Histoire de la maladie Madame E.K. Agée de 32

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Approbation pour le traitement de la déficience visuelle causée par l œdème maculaire attribuable à une OVCRiii

Approbation pour le traitement de la déficience visuelle causée par l œdème maculaire attribuable à une OVCRiii Communiqué de presse Bayer Inc. 2920 Matheson Blvd. E. Mississauga (Ontario) 905-282-5550 www.bayer.ca Approbation par Santé Canada d Eylea de Bayer pour deux autres indications Le traitement de la déficience

Plus en détail

PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES

PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES Université PARIS-EST CRETEIL Faculté de Médecine de Créteil Responsables de l enseignement : Professeur E. SOUIED Professeur

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies GUEHO Sylvain / RICHARD Nathalie Chef de pôle produit Dolorh Direction Neurho 13 février 2014 Séminaire Conseil d Administration

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Revue de bibliographie Ophtalmology/ IOVS

Revue de bibliographie Ophtalmology/ IOVS Revue de bibliographie Ophtalmology/ IOVS Février 2017 Slim BODIN Anne SIKORAV Objectif Comparer les capacités de l OCT-Swept source grand champ vs l imagerie multimodale conventionnelle à détecter des

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Avis 4 décembre 2013

Avis 4 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 décembre 2013 LUCENTIS 10 mg/ml, solution injectable Flacon de 0,23 ml (CIP : 34009 378 101 5 9) Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. DCI Code ATC (2013) Motif de l examen

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

RETINA NOVEMBRE Benillouche Jennifer, CHIC Créteil Service du Pr Souied E.

RETINA NOVEMBRE Benillouche Jennifer, CHIC Créteil Service du Pr Souied E. RETINA NOVEMBRE 2017 Benillouche Jennifer, CHIC Créteil Service du Pr Souied E. INTRODUCTION ETUDE PROTOCOLE S : LUCENTIS VS PPR DANS LE TRAITEMENT DE LA RDP. RÉSULTAT : A 2 ANS DE SUIVI, L ACUITÉ VISUELLE

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Design Rétrospective, série de cas

Design Rétrospective, série de cas 6 janvier 2016 Objectif Evaluer l'incidence et les facteurs de risque associés à une déchirure de l'épithélium pigmentaire rétinien (EP) après traitement par injection de ranibizumab intravitréenne dans

Plus en détail

Solution pour injection

Solution pour injection Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Eylea de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Luxembourg,

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Prévalence... 1 2 Facteurs de risque... 2 3 Diagnostic...3 4 Formes

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge DMLA DR JEGUIRIM H FONDATION ADOLPHE DE ROTHSCHILD La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) est la principale cause de cécité au-delà de 50 ans dans les pays

Plus en détail

Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL

Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL Nadia Bouchenaki Centre de Recherche Clinique,Fondation Rothschild Clinique Générale Beaulieu, Genève Centre d Ophtalmologie

Plus en détail

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA INTRODUCTION: MF : modifications anat et physiol profondes du GO à l origine de DR rhegmatogènes caractérisés

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM AFLIBERCEPT (Eylea Bayer inc.) Indication : l œdème maculaire diabétique Recommandation : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) recommande d inscrire l

Plus en détail

Revue de la littérature Mai 2017: AJO-BJO

Revue de la littérature Mai 2017: AJO-BJO Revue de la littérature Mai 2017: AJO-BJO Rébecca ROLF, Rocio BLANCO 25 mai 2017 Service du Professeur E. SOUIED Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil Université Paris Est AJO Risk

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Chirurgie de la RDP et préservation maculaire

Chirurgie de la RDP et préservation maculaire Chirurgie de la RDP et préservation maculaire John Conrath François Devin, Christophe Morel, Bruno Morin Centre d Ophtalmologie Monticelli-Paradis, Marseille Congrès Sud Rétine, Ajaccio, Samedi 24 oct

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Le principe d action:

Le principe d action: Le principe d action: D-Mannose ajoutée Le D-mannose passe sous forme inchangée dans la vessie et les voies urinaires, par la circulation sanguine. Le D-mannose et la canneberge se lient ensemble aux fimbrae

Plus en détail

Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Ianis Marcireau

Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Ianis Marcireau Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Objectif : Evaluer l efficacité de l implant intra vitréen de fluocinolone

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants DEFINITION La DMLA est liée à la senescence ou vieillissement qui entraine des modifications atrophiques

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003

Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Cohorte des travailleurs du nucléaire à Électricité de France : mortalité des agents statutaires sur la période 1968 2003 Q1: Pour quelle raison a-t-on organisé le suivi de cette cohorte? Les rayonnements

Plus en détail

Effet des saccades oculaires sur le contrôle postural chez l enfant strabique

Effet des saccades oculaires sur le contrôle postural chez l enfant strabique Effet des saccades oculaires sur le contrôle postural chez l enfant strabique Cynthia LIONS 1, Emmanuel Bui-Quoc 2, Maria Pia Bucci 1 1 UMR 676, Hôpital Robert Debré, 75019, Paris, France. 2 Service d'ophtalmologie,

Plus en détail

Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption

Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption pattern» dans la zone ellipsoïde ( EZ ) dans un groupe de patients atteints de DMLA et le développement d une atrophie géographique

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 novembre 2010 OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) Laboratoire ALLERGAN France S.A.S. Dexamethasone Liste I Médicament

Plus en détail

CONFORT ET SECURITE AMELIORES

CONFORT ET SECURITE AMELIORES GRUES A TOUR : CONFORT ET SECURITE AMELIORES AVEC LA NOUVELLE NORME EUROPEENNE EN 14439 La norme EN 14439 : 2006 sur la «sécurité des grues à tour» a été développée en collaboration avec des experts afin

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Conditions de travail, santé et emploi des seniors

Conditions de travail, santé et emploi des seniors Conditions de travail, santé et emploi des seniors Les enseignements de l enquête SIP CDC, Forum Retraite 2014 Thomas Coutrot, Corinne Mette, Dares Plan de la présentation Volet 1 Avoir été longtemps exposé

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail