CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015"

Transcription

1 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients se demandent régulièrement quelles sont les bonnes pratiques dans leur secteur d activité, quel est le dimensionnement optimal des équipes crédit dans des entreprises de taille équivalente ou quels sont les outils ou indicateurs à privilégier. Devant ce constat, en 2014, l AFDCC (Association Française des Credit Managers et Conseils) et AU Group ont décidé de mettre en place le Credit Management Survey. Pour la deuxième année, le questionnaire a été administré par consultation web, entre juin et septembre Identifier les «Best Practices» du Credit management par secteur d activité Permettre au lecteur d évaluer son organisation par rapport au marché Identifier les évolutions par rapport à l étude 2014 Sur l ensemble des réponses obtenues 180 questionnaires étaient exploitables, soit 15 % de plus qu en 2014 A - ÉCHANTILLON A.1 - Secteur, taille d entreprise et fonction L Industrie est encore majoritaire au sein de l échantillon (43 % des répondants) mais un rééquilibrage s est effectué par rapport à 2014 au profit des Services qui représentent presque 30 % tout comme le Négoce et la Distribution. À noter que l échantillon s est enrichi sur le segment des PME qui représente 25% des répondants soit 5 % de plus qu en % des entreprises de l échantillon emploient plus de salariés. 60 % des répondants ont un chiffre d affaires supérieur à 100 M. 75 % des répondants sont des Credit Managers ou assimilés. Secteurs d activités 2015 Industrie Négoce & Distribution Services Chiffre d affaires 2015 Moins de 15 millions d euros 15 à 50 millions d euros 50 à 100 millions d euros 100 à 300 millions d euros 300 à 500 millions d euros 500 à millions d euros Plus de millions d euros Cet échantillon est représentatif des adhérents de l AFDCC qui sont plutôt présents dans des grandes entreprises. Sa taille et sa composition permettent de tirer des tendances concrètes et des évolutions par rapport à 2014, même si les réponses ne peuvent pas être considérées comme représentatives de l ensemble des entreprises françaises. P.1

2 A.2 - Part de l export et filiales Part du CA réalisé à l export par secteur Avez-vous des filiales à l étranger? OUI NON 66 % des répondants ont une activité export, contre 54 % de Les entreprises présentes à l export réalisent principalement entre 1 et 15 % de leur chiffre d affaires à l étranger. L Industrie est indéniablement un secteur qui trouve des relais de croissance à l export (84 %) ou via des filiales à l étranger. Dans les Services, les entreprises qui font le choix de développer leur activité à l international créent majoritairement une filiale et exportent peu. 39 % des entreprises du Négoce n exportent pas et pour 41 % d entre elles, l export représente moins de 15 % du CA. 60 % des répondants ont une filiale à l étranger sauf dans le Négoce ou le taux est à 40 %. B - MISSIONS DU CREDIT MANAGER B.1 - Principales missions et missions centralisées Près de 90 % des répondants ne constatent pas de tendance à la décentralisation des missions de Credit management dans leurs entreprises. Un chiffre qui est à nuancer dans les Services avec 78 %. La politique crédit (40 %), le choix des prestataires (38 %) et la gestion du cash (35 %) sont les 3 missions majoritairement gérées au niveau du siège. Missions gérées par le Credit Manager Missions gérées par le siège Général Administration fichier clients Gestion des fournisseurs de BDD et enquêtes Détermination des encours Gestion des limites de crédits Administration d une police Assurance-Crédit Encaissement & Lettrage Gestion des relances Suivi des litiges Gestion du contentieux Financement des créances clients Gestion du risque fournisseurs Les principales missions du Credit Manager restent majoritairement : la gestion des limites de crédit à 85 % la gestion des relances à 85 % la gestion du contentieux à 80 % la détermination des encours à 78 % Le suivi des litiges et les encaissements & lettrages relèvent généralement de l administration des ventes et de la comptabilité clients. Ces missions semblent pourtant dans beaucoup d entreprises interrogées, être attribuées aux Credit Managers (respectivement 67 % et 60 %). À noter que pour 18 % des répondants, ils gèrent aussi le risque fournisseurs. Les missions de financement semblent encore peu du ressort des Credit Managers. Pourtant, la direction du crédit semble davantage impliquée dans la stratégie cash (34 % en 2015 et 26 % en 2014). Missions principales du Credit Manager 85% Gestion des relances & Gestion des limites de crédit P.2

3 B.2 - Détermination des limites de crédit 84 % des entreprises déclarent avoir une politique crédit, avec des situations contrastées suivant les secteurs. Dans l Industrie, 92 % des répondants sont concernés, 85 % dans le Négoce & la Distribution et 72 % dans les Services. Cette politique crédit est majoritairement connue et appliquée (58 %). Par ailleurs, quand cette limite existe, elle est dans 86 % des cas bloquante et dans 65 % des cas, en automatique. L évolution par rapport à 2014 est notable concernant cette automatisation des limites bloquantes qui était de 59 %. 34 % des limites de crédit ne sont pas bloquantes dans les Services, ce qui constitue une constante par rapport à 2014, sans doute car il est plus délicat de bloquer une compétence qu une marchandise. 84% ONT UNE POLITIQUE DE CRÉDIT Limite de crédit bloquante 2015 Limite de crédit bloquante 2014 B.3 - Négociation des conditions de paiement Qui négocie les conditions de paiement? 2015 Qui négocie les conditions de paiement? 2014 Globalement, le service commercial négocie les conditions de paiement dans 67 % des entreprises interrogées. C est dans le secteur des Services que le phénomène est le plus marquant (78 %) tout comme en Le service crédit est impliqué dans 33 % des cas, ce qui est globalement moins qu en 2014 sauf dans le secteur Négoce & Distribution (43 % en 2015 contre 38 % en 2014). Ce dernier point doit être nuancé par le fait qu en 2014, les répondants avaient également le choix de répondre sur une double implication du service commercial et du service crédit. P.3

4 C - VOS OUTILS C.1 - Les outils du Credit Manager Comme en 2014, les outils les plus utilisés, tous secteurs confondus, sont les outils de prévention : bases de données (64%) et assurance-crédit (62 %) avec une légère progression pour cette dernière notamment dans l industrie (75 %). Seuls 24 % des entreprises ont recours à un logiciel pour gérer le poste clients, les Services étant sur ce sujet deux fois plus équipés que les autres secteurs. Une tendance probablement liée à la volumétrie de clients et de factures qu ils ont à gérer. À noter que 32 % des entreprises ont mis en place un scoring interne, les services se distinguent avec un taux d équipement de 45 %. S il est davantage impliqué dans la culture cash de l entreprise, le Credit Manager utilise encore très peu l affacturage (20%). 62% Assurance Crédit 64% Bases de données Outils les plus utilisés Les outils de prévention Utilisation d outils par secteur d activité 2015 Utilisation d outils par secteur d activité 2014 P.4

5 C.2 - La pré-relance et la relance Pratiquez-vous la relance avant échéance? 2015 Pratiquez-vous la relance avant échéance? 2014 OUI NON OUI NON L étude souligne que la relance avant échéance est utilisée par 61 % des entreprises, un chiffre stable comparé au 63 % de Il y a donc 39 % des répondants qui ne relancent pas leurs clients en amont. La relance avant échéance est toujours plus courante dans les secteurs de l Industrie (61 %) et des Services (68 %) ; alors que dans le secteur du Négoce et de la Distribution, une entreprise sur deux seulement la pratique. Date de début du scénario de relance par secteur Les secteurs des Services et de l Industrie relancent le plus rapidement leurs clients (respectivement 55 % dans l Industrie et 47 % des répondants dans les Services, font débuter leur scénario dans les cinq premiers jours). Dans le Négoce et la Distribution, 43 % des répondants commencent à relancer six jours après la date d échéance. À noter dans les services, une relance automatisée à 76 %, probablement liée aux logiciels métiers plus répandus dans ce secteur. C.3 - Les outils informatiques de la gestion crédit Tout comme en 2014, une majorité des répondants dispose d un ERP. Toutefois, on note une disparité parmi les secteurs notamment entre l Industrie (83 %) et les Services (49 %). Elle s explique probablement en partie par l évolution de l échantillon au profit des PME, moins souvent équipées en ERP mais aussi, concernant les Services, par l utilisation plus importante de progiciels spécialisés (61 %). Excel reste un outil majeur pour les Credit Managers (56 % en 2014 et 53 % en 2015), en complément des solutions en place. Le logiciel de comptabilité est utilisé par près de 30 % des répondants. Outils de gestion du poste clients 2015 Outils de gestion du poste clients 2014 Votre ERP ( SAP, Oracle Votre logiciel de comptabilité Excel Progiciels spécialisés Votre ERP ( SAP, Oracle Votre logiciel de comptabilité Excel Progiciels spécialisés P.5

6 C.4 - La boîte à outils export Comme en 2014, l assurance-crédit reste un outil privilégié par les entreprises et plus particulièrement dans l Industrie (69%) qui est également le secteur le plus dynamique à l export. Le paiement d avance arrive en tête pour les 3 secteurs, ce qui pose question en termes de stratégie de conquête commerciale sur des marchés où les entreprises étrangères n hésitent pas à faire de leur politique crédit un avantage concurrentiel. Enfin la lettre de crédit stand by est clairement en perte de vitesse passant de 64% en 2014 à 51% en Outils de prévention utilisés à l export par secteur D - VOTRE ÉQUIPE D.1 - Effectifs et relance Effectifs dédiés à la relance clients 2014 La taille des équipes relance a peu évolué par rapport à 2014 : 4,3 ETP en 2015 et 3,5 en 2014 dans l Industrie, 7,0 ETP en 2015 et 5,6 en 2014 pour Négoce & Distribution. Seule différence significative, les Services, dont l effectif moyen est de 8,3 ETP en 2015 contre 10,8 l année dernière. Une variation qui s explique en partie par l évolution de l échantillon PME. Effectifs dédiés à la relance clients P.6

7 ETP dédiés à la relance 2015 ETP dédiés à la gestion du risque clients 2015 Le juste effectif : dimensionnement des équipes Les effectifs dédiés à la relance et la gestion du risque clients (11,4 ETP) sont plus importants dans les Services, leurs activités génèrent aussi plus de factures. Pourtant c est aussi dans ce secteur que les équipes se sentent le plus sous dimensionnées en termes d effectif malgré un DSO qui s est le plus amélioré. Les répondants ne sont que 32 % à estimer n avoir pas assez de moyens humains alors qu ils étaient 41 % en 2014, tous secteurs confondus. D.2 - Intéressement des équipes Intéressement financier des équipes crédit 2015 Intéressement financier des équipes crédit 2014 NON OUI NON OUI Le taux d intéressement a progressé dans l Industrie (21 % en 2014 et 36 % en 2015) et dans les Services (44 % en 2014 et 47 % en 2015) secteur dans lequel le DSO s est le plus amélioré. Par contre, il a baissé légèrement dans le Négoce & Distribution (32 % en 2014 et 30 % en 2015) Seuls 38 % des équipes sont intéressés financièrement P.7

8 E - LES INDICATEURS DU CREDIT MANAGER E.1 - Indicateurs de pilotage Quels que soient le secteur, l indicateur de pilotage star reste le DSO mais on observe une tendance à la baisse (79 % en 2014 et 75 % en 2015) au profit du taux d échus (61 % en 2014 et 71 % en 2015) qui devient la référence dans le secteur Négoce & Distribution (67 %). Le Top 20 des créances échues apparaît également comme un indicateur clef des Credit Managers. 75% des répondants le citent Indicateur de pilotage star le DSO Indicateurs de pilotage par secteur % 80% 70% 60% 50% 31% 31% 32% 24% 23% 40% 30% 20% 10% 0% DSO Taux d échus Encours réel/ Encours maximum Encours réel/ Somme des limites de crédit Valeur et nombre de litiges Taux de blocage des commandes Différence entre DSO et BPDSO Top 20 des commandes Top 20 des créances échues Valeur et nombre des acomptes Valeur et nombre des escomptes Nombre d avoirs / nombre de factures E.2 - Nombre de clients Nombre de clients actifs par secteur E.3 - Volume de factures Nombre de factures émises par secteur Dans l Industrie, 62 % des entreprises ont plus de clients contre 77 % dans le Négoce & Distribution et 75 % dans les Services. La volumétrie de factures est plus importante dans les Services et le Négoce & Distribution qui gèrent (respectivement 52 % et 49 %) des volumétries de plus de factures par an. L Industrie se situe à 43 % sur le même volume. Globalement les écarts entre secteurs ont tendance à se réduire par rapport à P.8

9 E.4 - Taille moyenne de factures En 2014, 62 % des répondants déclaraient avoir une taille moyenne de factures de moins de En 2015, ils ne sont plus que 56 %. Les plus fortes variations sont observables dans le Négoce & Distribution : en 2014, 45 % des factures avaient un montant moyen compris entre et Cette année, cette tranche ne représente plus que 32 % Répartition taille moyenne de factures par secteur d activité 2015 À l inverse en 2014, 29 % des factures se situaient dans la tranche inférieure à 1 000, elles représentent 36 % en Les évolutions sont moins marquées dans le secteur de l Industrie. En 2014, les factures de moins de représentaient 52 % contre 47 % en Dans les services, 59 % des factures ont un montant inférieur à Logiquement, la taille moyenne de factures est fortement liée au secteur d activité et a un impact sur l activité recouvrement que ce soit en termes de stratégie ou de dimensionnement des équipes. En effet, plus la proportion de factures d un montant important est élevée, moins les entreprises ont d ETP pour les traiter. E.4 - Le DSO DSO moyen Evolution du DSO par rapport à n-1 Globalement le DSO moyen se dégrade, passant de 53 jours en 2014, à 58,5 jours en Tous les secteurs sont impactés : l Industrie est à 62 jours contre 58 l année dernière, le Négoce & Distribution à 57 jours contre 52 et les Services à 57 jours contre 50 en Pourtant l évolution du DSO moyen est globalement perçu comme stable à 49 % par les répondants sauf dans les Services où 56% des entreprises interrogées semblent constater une amélioration. La détérioration est analysée dans 16 % des cas et plus fortement dans l Industrie (20 %) et le Négoce & Distribution (19 %). E.6 - DSO Export DSO à l export par secteur d activité Comme en 2014, le DSO export est en majorité de plus de 60 jours tous secteurs confondus. Le secteur des Services reste dans une meilleure position que l Industrie ou le Négoce & Distribution avec 40 % seulement sur les plus de 60 jours. En 2016, des tranches supplémentaires seront ajoutés pour affiner l analyse. P.9

10 E.7 - Le Best Possible DSO Calculez-vous votre BPDSO? 2015 Calculez-vous votre BPDSO? 2014 OUI NON OUI NON Le Best Possible DSO (BPDSO) n est utilisé que par 38 % des répondants tout comme en L Industrie a progressé de 28 % à 37 % de même que les Services de 44 % à 47 %, en revanche le Négoce & Distribution est passé de 42 % à 31 % mais c est aussi le secteur où les Credit Managers privilégient le taux d échus en indicateur de pilotage au détriment du DSO. E.8 - Les créances douteuses Évolution des nouvelles créances douteuses L évolution des nouvelles créances douteuses est globalement stable pour 15 % des répondants. Seuls les Services observent une diminution plus marquée à 13 %. CONTACTEZ-NOUS AU Group 91 rue du Faubourg Saint-Honoré PARIS L Association Française des Credit Managers 14 rue Pergolèse PARIS P.10

11

12

13

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS

ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS ETUDE DE FINANCEMENT DU POSTE CLIENTS Ce document a pour objet la fourniture de renseignements dans le cadre d une étude et la proposition d une solution de financement en affacturage. Toutes les informations

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager

Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager Résultat du sondage sur la mesure de la performance du credit manager Ce sondage a été réalisé durant le mois de Janvier 2010 auprès de 118 credit managers. 1. La structure de l échantillon interrogé 1.1.

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta?

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ASSURANCE-CRÉDIT «SUR-MESURE»

QUESTIONNAIRE D ASSURANCE-CRÉDIT «SUR-MESURE» QUESTIONNAIRE D ASSURANCE-CRÉDIT «SUR-MESURE» À retourner à : Groupama Assurance-Crédit Département Commercial 5, rue du Centre 93199 Noisy-le-Grand cedex LE PROPOSANT NOM OU RAISON SOCIALE..........................................................

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS

ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS ASSURANCE - CREDIT FRANCE - EXPORT Cachet courtier ou DR Coface ETUDE DE PROJET DE POLICE EUREXEL PLUS Présentation de l entreprise Raison sociale : Siège social : Téléphone : Télécopie : Adresse commerciale

Plus en détail

Reyter, Cédric 10 Juin 2013, Conférence LSC-ATEL

Reyter, Cédric 10 Juin 2013, Conférence LSC-ATEL TRESORERIE, RECOUVREMENT: LE FACTORING, UN OUTIL D OPTIMISATION Reyter, Cédric 10 Juin 2013, Conférence LSC-ATEL Que dit la Nouvelle Directive Européenne du 16 Mars 2013? Depuis le 16 Mars, payer ses fournisseurs

Plus en détail

L optimisation du poste client. Jeudi 14 avril 2011 - Clermont-Ferrand - Patrick Michoud

L optimisation du poste client. Jeudi 14 avril 2011 - Clermont-Ferrand - Patrick Michoud L optimisation du poste client Jeudi 14 avril 2011 - Clermont-Ferrand - Patrick Michoud 1 INTERVENANT Patrick MICHOUD Consultant en Credit Management Ex Credit Manager Corporate du groupe Schneider Electric

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients

ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients S.A.R.L. P.S.I. - GAYA SOFTWARE 1, lot de la Gare Av. Robert Brun Z.I. Camp Laurent 83500 LA SEYNE SUR MER Téléphone : 04.98.00.36.20 Télécopie

Plus en détail

4 pages de recherche

4 pages de recherche 4 pages de recherche L ADOPTION DE PROGICIELS DE GESTION INTEGREE DANS LES PME : DES DEBUTS PROMETTEURS François DELTOUR, Télécom Bretagne, Laboratoire ICI, M@rsouin Jocelyne TREMENBERT, Télécom Bretagne,

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft

Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft La stratégie informatique des entrepreneurs français Résultats de l étude IPSOS pour Microsoft Janvier 2011 SOMMAIRE L équipement informatique des TPE PME françaises : Internet toujours plus présent...

Plus en détail

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LES IMPACTS DES RETARDS DE PAIEMENT - Au niveau macro-économique - Au niveau de l entreprise COMMENT S EN PREMUNIR

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014 France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 214 Résultats de l enquête - Janvier 214 Graphique du mois... Les conditions de financement des grandes entreprises et des ETI paraissent

Plus en détail

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH.

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH. Concours d accès en troisième année Programme Grande Ecole Session de Septembre 2011 Epreuve de Comptabilité Générale & Analytique Durée : 3 heures -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières Clients, fournisseurs, banques, administrations : l entreprise est entourée d un «écosystème comptable et financier» à la fois riche et complexe. Véritable centre névralgique, l application de comptabilité

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE

DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE DOSSIER D'ETUDE AFFACTURAGE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison Sociale :..... N SIREN :.. NAF :..... Date de création :... Siège Social :...... Noms des filiales et participations :... Nombre de sociétés

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Performances de Sage ERP X3 étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Edito En tant qu acteur majeur du marché du conseil, nous nous devons de tenir informés nos

Plus en détail

Comment financer la relance des entreprises?

Comment financer la relance des entreprises? Atelier N 7 Comment financer la relance des entreprises? 9 Juillet 2015 M. Lionel TESSON, Expert Comptable M. Ludovic CONTIN, NATIXIS FACTOR M. Hervé BACHELOT LALLIER, Banque Populaire Atlantique Sommaire

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

Réunion P&R 18/03/2014. L affacturage et la difficulté L externalisation de la relance clients

Réunion P&R 18/03/2014. L affacturage et la difficulté L externalisation de la relance clients Réunion P&R 18/03/2014 L affacturage et la difficulté L externalisation de la relance clients Sommaire 1. Le financement court terme 2. Le marché de l affacturage 3. Les acteurs de l affacturage 4. Le

Plus en détail

ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients

ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients ULYSSE Le logiciel de gestion d encours et de litiges clients S.A.R.L. P.S.I. - GAYA SOFTWARE 1, lot de la Gare Av. Robert Brun Z.I. Camp Laurent 83500 LA SEYNE SUR MER Téléphone : 04.98.00.36.20 Télécopie

Plus en détail

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable

MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable MASTERPME Stratégies de Croissance Rentable Le Financement Court Terme pour PME Instrument Stratégique de La Croissance des PME MasterPme Edition PME Comment Financer le Court Terme? Cette Solution permet

Plus en détail

DEMANDE D ÉTUDE ASSURANCE-CRÉDIT

DEMANDE D ÉTUDE ASSURANCE-CRÉDIT ASSURANCE-CREDIT DEMANDE D ÉTUDE ASSURANCE-CRÉDIT Entreprise Raison sociale : Adresse du siège social : : Adresse commerciale (si différente) : : Téléphone : Fax : N TVA intracommunautaire N SIREN : ou

Plus en détail

Baromètre Dématérialisation - Finance

Baromètre Dématérialisation - Finance Baromètre Dématérialisation - Finance Edition 2012 - Fi mètre Déma Baromètre D - Fi mètre Déma Baromètre D - Fi mètre Déma Baromètre D - Fi mètre Déma Baromètre D - Fi mètre Déma Baromètre D - Fi mètre

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION SURVEY ERP : LES OBJECTIFS Mesurer la satisfaction des utilisateurs d ERP / de progiciels

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

ÉDITO. Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS.

ÉDITO. Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS. ÉDITO Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS. Fondée en 2005, notre association a promu la dématérialisation pour sécuriser et automatiser les déclarations et mis en avant

Plus en détail

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise.

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. STRATEGIES MANAGEMENT La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. Quelle approche pragmatique adopter? KPMG ENTREPRISES 2008 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable

Plus en détail

L affacturage. l assurance-crédit P004. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

L affacturage. l assurance-crédit P004. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

22 ème congrès Fapics

22 ème congrès Fapics 22 ème congrès Fapics Invités par et avec la contribution de : Grâce à nos partenaires : Instituts de formation 22 ème congrès Fapics Cabinets de conseil : Grâce à nos sponsors : 22 ème congrès Fapics

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

ELOFICASH. La solution de gestion collaborative du poste client par excellence

ELOFICASH. La solution de gestion collaborative du poste client par excellence ELOFICASH La solution de gestion collaborative du poste client par excellence UNE COUVERTURE FONCTIONNELLE RICHE ET ÉTENDUE... AVEC ELOFICASH VALORISEZ VOTRE GESTION CLIENT Gestions d un agenda, de contacts

Plus en détail

Opérateur en cash management. Recouvrement de Créances Commerciales

Opérateur en cash management. Recouvrement de Créances Commerciales Opérateur en cash management Recouvrement de Créances Commerciales SOMMAIRE Un autre regard Présentation générale de RECOGEST Notre mission : le recouvrement amiable et judiciaire La transmission des dossiers

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Financer ses activités commerciales en Turquie. Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014

Financer ses activités commerciales en Turquie. Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014 Financer ses activités commerciales en Turquie Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014 Une approche globale 1 2 Stratégie et Évaluation 8 recherche d opportunités clients et fournisseurs

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement

Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Brisons les tabous du factoring! Une autre façon de penser le FACTORING : nouvelles tendances pour dynamiser vos besoins en financement Pascal Ferron : vice-président BAKER TILLY France Henri du Clary

Plus en détail

Evènements en entreprise : pratiques & perspectives

Evènements en entreprise : pratiques & perspectives Contacts CSA - Pôle Opinion-Corporate Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu Christophe PIAR Chargé d études / christophe.piar@csa.eu Contact Presse - Agence Hopscotch Mathilde Danquechin

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Coordination des ventes et des opérations industrielles : quelle réalité aujourd hui? Enquête réalisée de décembre 2012 à avril 2013

Coordination des ventes et des opérations industrielles : quelle réalité aujourd hui? Enquête réalisée de décembre 2012 à avril 2013 Coordination des ventes et des opérations industrielles : quelle réalité aujourd hui? Enquête réalisée de décembre 2012 à avril 2013 Septembre 2013 PREAMBULE Selon notre enquête, sur plus de 100 entreprises

Plus en détail

Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé

Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé Etude 2014 sur l évaluation de la performance dans le WCM Résumé Introduction Centre de recherche à l Université de Saint Gall Définition Working Capital Supply Chain Finance-Lab de la Poste L étude sur

Plus en détail

LA GESTION DU POSTE CLIENT. Des solutions adaptées et évolutives dans le traitement de la Relation Client

LA GESTION DU POSTE CLIENT. Des solutions adaptées et évolutives dans le traitement de la Relation Client LA GESTION DU POSTE CLIENT Des solutions adaptées et évolutives dans le traitement de la Relation Client Siège : ERIVAL Ingénierie - 116 Rue Marc Seguin «ZA La Savine» 07500 GUILHERAND GRANGES Tél. : 04

Plus en détail

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France La Banque de France mène une enquête trimestrielle auprès des entreprises de l industrie, des services et du bâtiment sur

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina RANDRIAMISAINA Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles

François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina RANDRIAMISAINA Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles Accès au crédit des PME et ETI : fléchissement de l offre ou moindre demande? Les enseignements d une nouvelle enquête trimestrielle auprès des entreprises François GUINOUARD, Elisabeth KREMP et Marina

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

WWW.AFFACTASSUR.COM 11/12/2007

WWW.AFFACTASSUR.COM 11/12/2007 11/12/2007 NEGOCIER UN CONTRAT D'AFFACTURAGE Sommaire 1. Champ d application du contrat 2. Pays d intervention du contrat 3. Durée maximum du crédit du contrat 4. Fréquence des remises du contrat 5. Mention

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 46 ème édition Avril 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Impayés - Prévention et Maîtrise

Impayés - Prévention et Maîtrise Impayés - Prévention et Maîtrise Elisabeth BARDET Directrice Générale commerciale France 23 Septembre 2014 Zehnder Group France Groupe ZEHNDER Gestion du poste «Clients» Claude LAUBIER Directeur Comptable

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier L assurance crédit et le financement des exportations 2 Section 1. Les modalités de paiement des exportations : le crédit documentaire Section 2. Les crédits à court terme et le financement des exportations

Plus en détail

Comment sécuriser votre poste client?

Comment sécuriser votre poste client? Financements + Services Comment sécuriser votre poste client? Sommaire Les préoccupations financières des entreprises et les délais de paiement Le poste client: un actif stratégique La solution affacturage

Plus en détail

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir?

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Juin 2008 Préface L année 2007 a été particulièrement riche en

Plus en détail

Avec : Association Française des Credit Managers et Conseils BONNES PRATIQUES POUR LE PROCESSUS "RELATIONS FINANCIERES CLIENTS"

Avec : Association Française des Credit Managers et Conseils BONNES PRATIQUES POUR LE PROCESSUS RELATIONS FINANCIERES CLIENTS Avec : Association Française des Credit Managers et Conseils BONNES PRATIQUES POUR LE PROCESSUS "RELATIONS FINANCIERES CLIENTS" DECEMBRE 2003 TABLE DES MATIERES PREAMBULE Page 4 1. INTRODUCTION 1.1 L Institut

Plus en détail

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques Kit produits garanties publiques Direction des garanties publiques 09 04 2013 Les soutiens publics à l exportation Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à l international sans craindre

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux?

Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Sociaux? Quels Usages et Pratiques des Directions Marketing B2B sur les Médias Etude appliquée aux entreprises B2B, dans l Industrie IT. May 15 2013 ETUDE Leila Boutaleb-Brousse leilabfr@gmail.com btobconnected.com

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

Avec vous, vers de nouveaux horizons

Avec vous, vers de nouveaux horizons Avec vous, vers de nouveaux horizons Solutions Poste Clients factor.bnpparibas.com Etre à vos côtés L histoire de BNP Paribas Factor est celle d un acteur qui a su s imposer comme un référent sur le marché

Plus en détail

HARMONISEZ VOTRE. Insidjam ERP

HARMONISEZ VOTRE. Insidjam ERP HARMONISEZ VOTRE ENTREPRISE AVEC... Insidjam ERP Améliorez la performance de votre entreprise avec ERP Personnalisée et Supportée par IT Solutions, cette version Algérienne d'openerp, qui est le logiciel

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013

GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS. Version 1.0 du 27 septembre 2013 GUIDE PRATIQUE COMPTABILITE CREANCIERS Version 1.0 du 27 septembre 2013 Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Les comptabilités auxiliaires... 3 2. Paramètres de bases... 3 2.1. Les conditions de

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Sommaire. CHAPITRE 1 L identification de la clientèle... 11

Sommaire. CHAPITRE 1 L identification de la clientèle... 11 Sommaire CHAPITRE 1 L identification de la clientèle... 11 1. Mettre en œuvre une démarche mercatique... 12 2. Proposer un produit adapté aux consommateurs... 13 Notions... 15 1. Repérer la démarche mercatique...

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Etude EMA : Email Marketing Attitude BtoB 2015

Etude EMA : Email Marketing Attitude BtoB 2015 Etude EMA : Email Marketing Attitude BtoB 2015 SOMMAIRE I. Objectifs de l étude II. Méthodologie III. Répartition des répondants IV. Usage général de l email professionnel V. Leviers et freins de l email

Plus en détail

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs

Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Le service recouvrement de Creditreform Romandie GNT SA Votre partenaire pour la gestion des débiteurs Renseignements commerciaux Marketing Creditreform De la relance des postes ouverts au suivi des actes

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

LA GESTION DES IMPAYES. Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC

LA GESTION DES IMPAYES. Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC LA GESTION DES IMPAYES Maître Julien Séméria, avocat Marc Tenaillon, expert comptable commissaire aux comptes Cabinet ILEC EVALUATION DU RISQUE CLIENT Se renseigner sur ses clients Savoir lire les comptes

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail