BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions"

Transcription

1 La biodiversité : un monde d interactions Dans un même lieu de vie, toutes les espèces sont liées entre elles. Ces liens sont de différentes natures, et plus ou moins vitaux. Tous les organismes vivants ont par exemple besoin de se nourrir pour disposer de l'énergie et la matière nécessaires à leur survie, leur croissance et leur reproduction. La biodiversité, tissu vivant de la planète, est constituée de toutes les espèces et des différentes relations qu'elles construisent entre elles et avec leur milieu de vie. Comment les espèces sont-elles liées? Que se passe-t-il si certaines d'entre elles disparaissent? Public : Cycle 2 (5-7 ans) Collège Durée : 1h30 à 2h00 Cycle 3 ( 8-11 ans) Lycée Résumé : - Reconstitution de réseaux trophiques (chaînes alimentaires) simples et complexes. - Reconstitution d un réseau d interactions multiples au sein d un écosystème (réseau alimentaire, relations de coopération et de compétition). - Mise en évidence des conséquences de certaines perturbations sur le fonctionnement des écosystèmes. Objectifs : - Découvrir les relations alimentaires, mais aussi les relations de coopération et de compétition existant entre les espèces. - Appréhender le fonctionnement des réseaux trophiques. - Comprendre ce qu est la biodiversité en découvrant la notion dynamique de réseaux d interactions et d interdépendances. Matériel : - vignettes espèces à découper (annexe 1) - réseau trophique à compléter (annexe 2) - histoires et variantes (annexe 3) - 2 boîtes en carton numérotées 1 et 2 - un gros rouleau de ficelle - une paire de ciseaux Préparation : Étape 1 : Découper les vignettes espèces de l annexe 1. Étape 2 : Écrire les noms des espèces de l annexe 3 sur des bouts de papier individuels et les disposer dans les boîtes en carton 1 et 2 comme indiqué dans l'annexe. Déroulement de l activité Étape 1 : Réseaux trophiques (chaînes alimentaires) simples et complexes a) Reconstitution de 5 réseaux trophiques simples à partir des vignettes de l'annexe 1 : Parmi les espèces suivantes, qui mange qui? 1) loup, herbe, chevreuil 2) mûre, mulot, vipère, hibou 3) feuille de ronce, hibou, mulot, chenille 4) renard, herbe, mûre, lapin, loup 5) feuille de ronce, chenille, mulot, renard, loup Et les végétaux, comment se nourrissent-ils?

2 b) Reconstitution du réseau trophique complexe (annexe 2) : - À partir des réseaux trophiques ci-dessus, reconstituer le réseau trophique proposé en annexe 2, en complétant les cases par les espèces de l'annexe 1. - À quel niveau l'humain se place-t-il? Que mange-t-il? Comment agit-il sur les espèces du réseau? - Mimer la disparition d une espèce (n'importe laquelle) en retirant sa vignette. Que se passe t-il? Étape 2 : Réseau complexe d interactions et d interdépendances a) Reconstitution d un réseau d interactions comprenant un réseau trophique et des interactions espèces/habitats : 13 participants piochent une espèce dans la boîte n 1 puis forment un cercle. L animateur lit l'histoire n 1 (annexe 3) sous forme de devinettes pour reconstituer un réseau trophique. Au fur et à mesure de la lecture, lier deux à deux les participants par des bouts de ficelle, en reliant les prédateurs à leurs proies (chenille/ronces...) et les espèces à leurs habitats (forêt/chevreuil...). À la fin de l'histoire, à quoi ressemble le réseau constitué par la ficelle au centre du cercle? b) Intégration de nouvelles interactions dans le réseau constitué : 12 nouveaux participants piochent une espèce dans la boîte n 2. L'animateur pose les questions de l'histoire n 2 (annexe 3). Chaque nouveau participant cité se place à l extérieur du cercle précédent et pose la main sur l'épaule de l'espèce (dans le cercle) avec qui il interagit (puce/renard...). c) Intervention d un évènement extérieur : Un exploitant forestier vient abattre les arbres. La personne représentant la forêt s'assoit et tire sur les ficelles qu'elle a en main. Les participants liés, qui sentent la secousse (ex : loup, renard, chevreuil, rapace) s'assoient à leur tour, tirent sur leurs ficelles, et ainsi de suite. Ceux ayant une main sur l'épaule suivent le mouvement des organismes associés. Que remarque-t-on? Conclusion de l étape 1 Reliées entre eux, les 5 réseaux trophiques simples forment un réseau complexe dans lequel existent de nombreuses interactions entre espèces. Les végétaux, producteurs, sont toujours à la base des réseaux trophiques. Ils produisent de la matière (dite organique). Ils se nourrissent des minéraux du sol, provenant de la dégradation de végétaux et d'animaux par les décomposeurs, à savoir les bactéries et les champignons microscopiques. Les animaux, consommateurs, se nourrissent d autres êtres vivants. Les herbivores consomment les végétaux (lapin, chevreuil, chenille ), les carnivores se nourrissent d'animaux (rapace, loup, serpent ) et les omnivores (mulot, renard...) se nourrissent d'animaux et de végétaux. L'humain, qui est omnivore, est au cœur du réseau trophique. Il mange le chevreuil, le lapin, les mûres. Il chasse également pour se protéger ou protéger ses cultures et ses élevages (renard, loup, vipère, mulot, chenille). Il interagit alors avec toutes les espèces du réseau et peut les faire disparaître.

3 Les espèces d un habitat naturel (aquatique ou terrestre), qui représentent les maillons du réseau trophique, sont fortement liées les unes des autres ; ce qui signifie que la disparition d une espèce peut avoir d'importants impacts sur les autres espèces et donc sur le fonctionnement même de l'écosystème. Par exemple, si les grands prédateurs (loup, rapace, thon...) disparaissent, les espèces dont ils se nourrissaient et qu ils régulaient vont pulluler. Par compétition, elles éliminent alors d autres espèces avoisinantes, ce qui entraîne une cascade de conséquences. Ces interactions montrent également que si nous voulons protéger une espèce dans un milieu donné, il est indispensable de prendre en considération toutes celles qui font partie de son réseau trophique, donc ses proies (et ce qui les nourrit) et ses prédateurs, sans lesquels l'espèce peut vite devenir envahissante. Conclusion de l étape 2 Au fur et à mesure que les liens s'établissent entre les participants, un réseau complexe se tisse dans le cercle, telle une toile d'araignée, où toutes les espèces sont en interaction les unes avec les autres, de façon directe ou indirecte. Ce réseau est basé sur des relations alimentaires, de prédation, mais pas seulement. Des espèces servent d'habitats ou d'abris à d'autres (arbres de la forêt/chevreuil...) et il existe de nombreuses autres formes de relations, coopération ou compétition, entre les espèces : La compétition signifie la lutte pour une même ressource (nourriture, habitat) présente en quantité insuffisante dans le milieu pour satisfaire les espèces concernées. Le parasitisme est une relation dans laquelle un organisme (le parasite) tire profit d'un ou plusieurs hôtes, parfois entrainant leur mort (vers echinococcus avec le renard et le mulot). Le commensalisme est une relation dans laquelle une espèce tire profit de l association, alors que l autre n y trouve ni avantage ni inconvénient (mousse sur les troncs d'arbres). Le mutualisme est une association à bénéfices réciproques entre deux espèces qui peuvent néanmoins mener une vie indépendante (pollinisateurs et plantes à fleurs associées). La symbiose est une association indissociable entre deux espèces (mycorhizes [champignons] et racines des plantes, bactéries dans les intestins des animaux). Suite à la coupe des arbres, les premiers maillons du réseau qui sont touchés ne vont modifier que légèrement la «toile». Mais au fil du temps, de plus en plus d'espèces sont concernées, ce qui déstabilise le réseau. Au final, la majorité des participants sont assis, ne jouant plus leur rôle dans l'écosystème qu'ils constituent. C'est alors le fonctionnement de l'ensemble de l'écosystème qui devient déficient. Ainsi, en perturbant un écosystème (coupe d'arbres, pesticides, autoroutes, changement climatique...), non seulement nous altérons les chaînes alimentaires des milieux concernés, mais nous modifions également les habitats et les relations de coopération et compétition qui existent entre les espèces. La biodiversité constitue la toile de la vie dont nous faisons partie et dont nous dépendons. Elle résulte d'une évolution façonnée pendant des milliards d'années par des phénomènes naturels mais aussi, et de plus en plus, par l'intervention humaine. Les relations de coopération, prédation, compétition entre espèces, parfois très spécifiques, ont joué et jouent un rôle central dans cette évolution.

4 Pour aller plus loin - Travailler sur la biodiversité, ses ressources, les conditions de leur renouvellement et les services écologiques. Les ressources de la biodiversité sont essentielles pour les humains mais aussi pour toutes les autres espèces : Quelle est par exemple l utilité des fleurs pour les abeilles? des abeilles pour les fleurs? et des abeilles et des fleurs pour les humains? (voir l activité «À quoi servent les fleurs et les abeilles?»). La biodiversité joue également un rôle dans les grands équilibres de la planète (filtration de l'eau, cycle biogéochimique, stockage du gaz carbonique (CO 2 ), régulation du climat...). - Travailler sur la biodiversité en danger : la biodiversité connaît actuellement une importante érosion en partie due aux activités humaines. Appréhender les menaces qui pèsent sur la biodiversité ainsi que les conséquences de l érosion de la biodiversité. Par exemple, quel rôle joue l un des gaz à effet de serre sur l acidification des océans et la disparition des organismes marins à coquille? (voir BIODIVERSITE fiche activité 3 - «Ça gaze trop fort dans l océan»). Glossaire Réseau trophique : Il s agit d un ensemble interconnecté des chaînes alimentaires d un milieu. Écosystème : Un écosystème est l association d un milieu physico-chimique (le biotope) et d une communauté d êtres vivants (la biocénose) qui donne lieu à un réseau d interactions entre leurs éléments constitutifs. C est un ensemble dynamique qui évolue en permanence dans le temps et l espace. Mycorhizes : Ce sont des associations en symbiose contractées par les racines des végétaux avec certains champignons du sol. Fonctionnant comme une extension des racines, elles permettent aux plantes de mieux assimiler la matière minérale. Réseau trophique : Assemblage d'espèces d'un même écosystème, réunies par des relations de «mangé à mangeur» (proies/prédateurs). Vers echinococcus : Il s'agit de petits vers parasites responsables de l'échinococcose alvéolaire. Ils se développent dans le foie d'animaux carnivores (renard, chien, chat...) et de rongeurs sauvages (mulots, campagnols...). On les retrouve aussi chez les humains. Ressources - Entre l homme et la nature, une démarche pour des relations durables. Coordonné par Lisa Garnier. Réserves de Biosphère, notes techniques UNESCO, 2008 Téléchargeable à l adresse : - Focus : La Biodiversité. CNRS, mai 2006 Téléchargeable à l adresse - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Teigne du yucca au Canada. COSEPAC, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, 2002 Téléchargeable à l adresse - Toutes les espèces sont utiles. Affiche et fiche pédagogique de l exposition «La Biodiversité». Ministère de l Education Nationale, 2007

5 - Le mutualisme et la symbiose. Luc Abbadie - Ecologie. Eugène P. Odum, Doin Editeurs hrw La biodiversité à travers des exemples : les réseaux de la vie. Conseil Scientifique du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité, 2008 Téléchargeable à l adresse - UMR INRA/UHP 1136 Interactions Arbres/Microorganismes : Rapport Scientifique de l Unité, Principales Caractéristiques et Thématiques de l Unité, Bilan d Activité , Déclaration succincte de politique scientifique - Two degrees of separation in complex food webs. R.J. Williams, et al. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 99, n 20, p Texte intégral accessible en ligne Les invasions biologiques. Généralités théoriques et illustrations. Laurent Amsellem. In Université de Lille 1, Laboratoire de Génétique & Evolution des Populations Végétales. Ressources pédagogiques, master d ecologie [En ligne]. (Page consultée le 18 janvier 2011) URL - -http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapa_p2_f1&zoom_id=zoom_a2_6

6 Annexe 1 - Photos pour le réseau alimentaire (à découper) Renard roux Lapin d'amérique Mulot Emme Interactive Vipère d'orsini Chevreuil Prairie en fleur CNRS Photothèque / FERRIERE Régis Ronce CANTA René / INRA Chenille de Sphinx tête de mort NORMANT Sophie / INRA Manuelle Rovillé Hibou Grand duc GAMBIER Jacques / INRA Loup MADZAK Catherine/ INRA Gary Kramer

7 Annexe 2 - Réseau trophique à compléter (avec les vignettes espèces de l'annexe 1) Annexe 3 - Des histoires de réseaux

8 Espèces à repartir dans les boîtes Boîte n 1 : herbes, ronces avec des mûres, chevreuil, lapin, chenille, renard, mulot, loup, rapace, serpent, forêt, arbrisseau, micro-organismes du sol (voir image annexe 1) Boîte n 2 : mousse, abeilles (3 fois), puces (2 fois), vers echinococcus (2 fois), mychorizes (champignons) (2 fois), bactéries intestinales (2 fois) (images ci-dessous) Histoire 1 : Grâce aux micro-organismes qui dégradent les végétaux et les animaux morts et les transforment en matière organique et minérale, les ronces, l'herbe, l'arbrisseau et les arbres de la forêt peuvent puiser dans le sol les éléments minéraux nécessaires à leur croissance. Les chenilles mangent les feuilles des ronces. Il existe un animal qui se régale des chenilles, mais aussi des baies des ronces... c est le mulot, lui-même mangé par le renard, le rapace et le serpent. Quel est l animal qui se nourrit des jeunes pousses de l arbrisseau? Le chevreuil qui retourne vite dans la forêt qui lui sert d abri. Un animal à bec crochu se pose à la cime des arbres de la forêt. C'est le rapace qui va se régaler d un serpent qui rampait dans une prairie d herbes sauvages. Cette prairie est l un des habitats préférés du lapin qui creuse des galeries souterraines pour se protéger des prédateurs comme le renard qui aime aussi vivre dans la forêt. Il y croise parfois le loup qui peut le manger. Ce dernier se régale aussi du chevreuil... et parfois, en temps de disette, du lapin et du mulot! Mais ce loup, très vieux, vient à mourir Il est alors dégradé par les micro-organismes. Histoire 2 : Parasitisme : Pourquoi le loup et le renard se grattent-ils? Ils ont des puces qui vivent dans leurs poils et leur sucent le sang! Parasitisme : Un mulot se nourrit de petites baies sur lesquelles se trouvaient les œufs microscopiques d'un parasite, le ver Echinococcus. Le mulot est alors contaminé. Mais voilà que le renard vient à manger le mulot! Le ver Echinococcus va se développer dans l'intestin grêle du renard qui rejettera ses œufs microscopiques dans la nature par ses déjections. Mutualisme : Qui vient butiner les fleurs des ronces, des prairies, de la forêt et de l'arbrisseau, se régalant de nectar, et transportant ainsi le pollen de fleur en fleur en permettant leur reproduction? Les abeilles. Symbiose : Associées aux racines des plantes et des arbres de la forêt, elles fonctionnent comme une extension des racines, permettant aux plantes de mieux assimiler la matière minérale. Elles jouent également un rôle dans la protection contre les parasites. En échange, ces dernières s'alimentent grâce à la plante. Ce sont les mycorhizes. Symbiose : Ces organismes microscopiques, situés dans l'intestin des chevreuils et des lapins se nourrissent des aliments ingérés et améliorent en échange la digestion de composés comme la cellulose des végétaux. Ce sont les bactéries de l'intestin du chevreuil et du lapin. Commensalisme : Qu est-ce qui est vert, qui pousse sur le tronc des arbres, et qui profite d'une meilleure lumière et d'un meilleur environnement sans faire de dégâts ni apporter à l'arbre le moindre avantage? La mousse ou le lichen. Variantes concernant les évènements extérieurs : Il est possible d introduire d autres évènements, comme la construction d une autoroute au détriment de la prairie d herbes sauvages et des ronces, une période de sècheresse, la chasse au loup, la pollution qui peut atteindre les abeilles Photos des organismes vivants de la boîte 2

9 Mycorhizes Abeille butinant un pissenlit Mousses sur un tronc de noyer GIANINAZZI Silvio / INRA Ver Echinococcus VIDAL Louis / INRA Puce MAITRE Christophe / INRA Bactéries du rumen d'une vache CDC Dr. L.L.A. Moore Jr GAILLARD-MARTINIE Brigitte / INRA

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois.

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois. Je suis faite d arbres, petits et grands, et je suis bien plus belle que les murs ou les clôtures que je remplace. Je suis un abri et un garde manger pour beaucoup d animaux et je possède encore bien d

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe

La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe La haie méditerranéenne Un écosystème à la loupe Contenu de l outil : 13 photos d animaux sauvages de la haie (crapaud, rouge-gorge, moineau, hérisson, mulot, gecko, araignée, carabe, cloporte, coccinelle,

Plus en détail

Niveau : cycle 3 et début collège. Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux objectifs et contenus d apprentissage)

Niveau : cycle 3 et début collège. Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux objectifs et contenus d apprentissage) MOBICLIC N 125 Fiche pédagogique enseignant Notion disciplinaire principale visée : Les réseaux alimentaires Niveau : cycle 3 et début collège Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux

Plus en détail

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly CREPAN Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly Présenté par Annick Noël Vice Présidente du CREPAN 1 La biodiversité

Plus en détail

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur

Jeux d'évaluation. Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur Le relais mare Durée : 20' intérieur/extérieur faune ou flore, les espèces, la locomotion (nageur/marcheurs) la respiration (aquatique, aérienne), régime alimentaire (herbivore/carnivore) Autant d'images

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

BIODIVERSITE - Fiche activité 2

BIODIVERSITE - Fiche activité 2 À quoi servent les fleurs et comment se reproduisent-elles? La fleur, lieu de reproduction de la plante, renferme les organes reproducteurs (étamines et pistil). Pour qu'une plante se reproduise, il est

Plus en détail

L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie

L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie Introduction à l écologie des communautés L'écologie! Ecologie : des mots grecs "Oikos", maison / habitat, et "logos", discours / étude! Ecologie : Science qui étudie les organismes (leur distribution

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté, Besançon, France

peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté, Besançon, France Le campagnol terrestre, ravageur des prairies Pullulations et biodiversité Le paradoxe du double statut de peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté,

Plus en détail

L échinococcose alvéolaire

L échinococcose alvéolaire L échinococcose alvéolaire DOSSIER Sommaire : 1. Qu est-ce que l échinococcose alvéolaire? 2. Comment la maladie se transmet-elle à l homme? 3. Comment se manifeste l échinococcose alvéolaire? 4. Existe-t-il

Plus en détail

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico. Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical Activités Pédagogiques CM2 RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.org La reproduction chez les animaux Consigne : Relie par une flèche le mâle

Plus en détail

Chapitre 1 : habiter notre environnement

Chapitre 1 : habiter notre environnement Chapitre 1 : habiter notre environnement Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 1

Plus en détail

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Académie vétérinaire de France 21 février 2013 Jean-Luc Flot Département de la santé des forêts Plan de l'exposé

Plus en détail

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale L approvisionnement de l humanité en nourriture constitue un enjeu planétaire majeur pour le 21 ème siècle. Depuis les années 1950, la modernisation

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Module P1 Code Descriptif Type d activités Niveaux. La diversité des insectes aquatiques

Module P1 Code Descriptif Type d activités Niveaux. La diversité des insectes aquatiques Module P1 Co Descriptif Type d activités Niveaux P1 Le Module P1 est composé 2 ateliers: La diversité s insectes aquatiques Par la Société Entomologique France Association s Coléoptéristes Français A l'ai

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Animalement vôtre. Visite classique

Animalement vôtre. Visite classique Animalement vôtre Cette dernière création du Pavillon des Sciences qui s adresse aux enfants de 3 à 6 ans vous invite dans un monde d animaux de tout poil. Son objectif est de parcourir la diversité animale

Plus en détail

RELATIONS ALIMENTAIRES ENTRE LES ETRES VIVANTS EXEMPLES

RELATIONS ALIMENTAIRES ENTRE LES ETRES VIVANTS EXEMPLES RELATIONS ALIMENTAIRES ENTRE LES ETRES VIVANTS EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. Qui mange l autre? (CE2) Si on demande à des enfants d'inventer un code pour représenter les relations alimentaires qui

Plus en détail

ANNEXE 3. "Préservation d'arbres-habitat" Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt

ANNEXE 3. Préservation d'arbres-habitat Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Service des forêts, de la faune et de la nature Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Chemin de la Vulliette 4 1014 Lausanne Directive N : IFOR-BIODIV-ARB.HAB-2012 ANNEXE 3 "" Date de création

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles.

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Défi EDD 2014/15 Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Pour vous aider à relever ce défi Après avoir lu et expliqué

Plus en détail

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!!

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!! Mythe : Le chien est un omnivore C'est faux!! Les chiens sont des carnivores et non des omnivores. La théorie selon laquelle les chiens sont omnivores reste à être prouvée, alors que le fait que les chiens

Plus en détail

Quels sont les grands rôles de la biodiversité

Quels sont les grands rôles de la biodiversité chap 4 Quels sont les grands rôles de la biodiversité 01 Comme toute espèce vivante, nous dépendons de ce qui nous entoure de manière plus ou moins évidente, donc plus ou moins consciente. Nous sommes

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie.

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. PREAMBULE Le CPIE Pays gersois propose aux classes de primaire un projet pédagogique en 3 phases. L objectif général est : Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. A l intérieur de chaque phase,

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions SOMMAIRE Des jeux tout prêts A chacun son bec Les modes de locomotion Animaux à plumes, à poils ou à écailles Des empreintes à rechercher Ovipare ou vivipare? Des familles bien différentes page 2 page

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

L eau, élément de vie

L eau, élément de vie L eau, élément de vie brochet, Jura, France Le brochet, poisson prédateur Le brochet est, en tant que prédateur, une pièce essentielle des écosystèmes d eau douce. Le fonctionnement d un écosystème est

Plus en détail

Enseigner le développement durable

Enseigner le développement durable Les enjeux Enseigner le développement durable Catalogue de nos outils pédagogiques Édition : octobre 2014 DES RESSOURCES PÉDAGOGIQUES pour les enseignants, animateurs de centres de loisirs et associations.

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail

1 / Bien plus qu un zoo! 2 / Préparez votre venue 3 / Le jour de votre visite 4 / Une visite au zoo : un monde de possibilités 5 / Les ateliers

1 / Bien plus qu un zoo! 2 / Préparez votre venue 3 / Le jour de votre visite 4 / Une visite au zoo : un monde de possibilités 5 / Les ateliers 1 / Bien plus qu un zoo! 2 / Préparez votre venue 3 / Le jour de votre visite 4 / Une visite au zoo : un monde de possibilités 5 / Les ateliers pédagogiques 6 / Informations pratiques 7 / Contacts 8 /

Plus en détail

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE Université Paris 7 - Denis Diderot Mycologie fondamentale 12 ects 2EMHFWLIGXSDUFRXUV Les champignons tant

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE Vieux trognes en milieu urbain, ville d Angers. Un patrimoine en voie de disparition préservé. GENERALITES Motifs de la formation L arbre n est pas

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES 1 Rappel du connu : Classification simplifiée des animaux en 5 classes. Description de l activité Matériel Organisation Liens interdisciplinaires 2 Mise en situation : "Vous

Plus en détail

ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES

ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES ÉVALUATION MONDIALE INTÉGRÉE SUR LES PESTICIDES SYSTEMIQUES L inquiétude concernant l'impact des pesticides systémiques sur une variété d'espèces bénéfiques s est accrue au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

SEQUENCE : Les régimes alimentaires des animaux

SEQUENCE : Les régimes alimentaires des animaux SEQUENCE : Les régimes s des animaux Objectifs et compétences Organisation et supports Séance 1 - Déroulement Tâche de l élève Remarques Déterminer différents régimes s : herbivore, carnivore, omnivore.

Plus en détail

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards Carte d'identité : Description Que mange-t-elle? Taille La grenouille mesure entre 4 et 5 cm. La grenouille avale ses proies. La grenouille a la peau nue. Elle possède quatre pattes. La grenouille nage

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT?

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? CONTEXTE : Lorsque la pluie tombe sur le sol, une de ces deux choses se produit avec l eau. Lorsque le sol est déjà saturé,

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

Animation pédagogique : Partir en classe de découverte Un exemple : Le Grand Liot

Animation pédagogique : Partir en classe de découverte Un exemple : Le Grand Liot 2012 Animation pédagogique : Partir en classe de découverte Un exemple : Le Grand Liot M Lejeune et C Rappeneau, CPC IEN Orléans-Saran 03/10/2012 Sommaire Préambule p 3 Les objectifs de la municipalité

Plus en détail

Le Printemps des Chercheurs. 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement

Le Printemps des Chercheurs. 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement PROGRAMME 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement Le Printemps des Chercheurs à Nice, place Garibaldi & Maison des Associations Expositions - Animations - Conférences

Plus en détail

Visites guidées au ZOO d Anvers

Visites guidées au ZOO d Anvers Visites guidées au ZOO d Anvers Fascinantes et ludiques Voici un aperçu pratique de toutes nos visites guidées, par groupe cible et par catégorie d âge. RENOUVELÉES! Nos 8 fascinantes visites guidées au

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

SOLS VIVANTS LA FACE CACHÉE DE LA BIODIVERSITÉ DES CLÉS POUR COMPRENDRE LA BIODIVERSITÉ N 1

SOLS VIVANTS LA FACE CACHÉE DE LA BIODIVERSITÉ DES CLÉS POUR COMPRENDRE LA BIODIVERSITÉ N 1 DES CLÉS POUR COMPRENDRE LA BIODIVERSITÉ FICHE-CLÉ N 1 Révision AVRIL 2015 SOLS VIVANTS LA FACE CACHÉE DE LA BIODIVERSITÉ Le sol est le support de la vie terrestre. Il est indispensable aux plantes et

Plus en détail

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE Urbanbees PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE LIFE+08 NAT-F-000478 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIFS RESULTATS ATTENDUS PARTENAIRES ET FINANCEURS 3 4 5 6 INFORMATION ET SENSIBILISATION 7 1/ EXPOSITION ITINERANTE 7

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Le panda. Poids: Mâle : de 85 à 125 kg; exceptionnellement il peut atteindre 160 kg.

Le panda. Poids: Mâle : de 85 à 125 kg; exceptionnellement il peut atteindre 160 kg. Le panda Statut: Menacé. Vie sociale: Solitaire. Longueur: De 160 à 190 cm. Hauteur au garrot: entre 65 et 70 cm. Poids: Mâle : de 85 à 125 kg; exceptionnellement il peut atteindre 160 kg. La femelle:

Plus en détail

Broyage des végétaux à domicile

Broyage des végétaux à domicile Broyage des végétaux à domicile Dans le cadre de son plan de prévention des déchets avec le Conseil Général de l Ain, le SIVOM du Bas-Bugey décide de lancer un nouveau service : Le broyage consiste à réduire,

Plus en détail

Campagnols en Région Picardie Premier état des lieux. Lundi 9 mars 2015 FREDON PICARDIE

Campagnols en Région Picardie Premier état des lieux. Lundi 9 mars 2015 FREDON PICARDIE Campagnols en Région Picardie Premier état des lieux Campagnols et mulot, les espèces importantes présentes en région + grands, oreilles plus petites + petits, oreilles bien développées Taille < 15 cm

Plus en détail

LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ

LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ VOUS AVEZ DIT BIODIVERSITÉ? La biodiversité, c est la diversité des formes de vie sur Terre. Historiquement, les naturalistes se sont d abord intéressés à la diversité

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Contexte...1. Présentation des porteurs du projet...1. Objectifs...2. Détail des activités pédagogiques...3. Projection de séquences du film...

Contexte...1. Présentation des porteurs du projet...1. Objectifs...2. Détail des activités pédagogiques...3. Projection de séquences du film... SOMMAIRE Contexte...1 Présentation des porteurs du projet...1 Objectifs...2 Détail des activités pédagogiques...3 Projection de séquences du film...5 Questions sur le film et autres remarques...5 Contenu

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com La pollinisation www.sauvonslesabeilles.com Nom des intervenants Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE Sommaire I. Le processus de la pollinisation II. Les acteurs III. Impact agro-économique de la

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire

Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire Enquête «Interactions entre entreprises et biodiversité» Le vivant au cœur des activités de l entreprise Questionnaire Mai Juin 2010 1 «Ce questionnaire porte sur la biodiversité. On la définit comme étant

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

Abeilles sauvages ces inconnues!

Abeilles sauvages ces inconnues! Abeilles sauvages ces inconnues! Abeilles solitaires, bourdons, abeilles coucou, abeilles à miel sauvages : toutes ces abeilles ainsi que les abeilles à miel domestiquées sont des abeilles. Mais qui sont-elles,

Plus en détail

«Les dents de la Doller : le retour du castor en Alsace»

«Les dents de la Doller : le retour du castor en Alsace» 3 rue du 4 février 68500 Guebwiller 03 89 83 74 53 cddp68-doc@crdp-strasbourg.fr www.crdp-strasbourg.fr/cddp-68/ Bibliographie «Les dents de la Doller : le retour du castor en Alsace» Mercredi du patrimoine

Plus en détail

Animation La prairie et ses habitants

Animation La prairie et ses habitants Animation La prairie et ses habitants Animations nature pour les classes au pavillon Plantamour SOMMAIRE POUR LES ENSEIGNANT(E)S 1. PRESENTATION 2. GENERALITES 3. AVANT L ANIMATION 4. PENDANT L ANIMATION

Plus en détail

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ Véronique Bérard, B biologiste Journée INPACQ Pâturages 6f février 2007, Victoriaville 1 Biodiversité «Nombre d espd espèces vivant dans un même milieu» Plantes,

Plus en détail

Séquence 1. 1 ère partie : caractéristiques de l environnement proche et répartition des êtres vivants. Les différentes composantes d un environnement

Séquence 1. 1 ère partie : caractéristiques de l environnement proche et répartition des êtres vivants. Les différentes composantes d un environnement Sommaire 1 ère partie : caractéristiques de l environnement proche et répartition des êtres vivants Séance 1 Les différentes composantes d un environnement 1- L environnement d un jardin public 2- L environnement

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION VEGETALE

UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION VEGETALE DOCUMENT D AIDE A LA PREPARATION DE LA CLASSE Plan de Rénovation de l Enseignement des Sciences et de la Technologie à L Ecole au cycle 3 UNITE DIVERSITE DU MONDE VIVANT LES DIVERS MODES DE REPRODUCTION

Plus en détail

Auxiliaires au Jardin

Auxiliaires au Jardin Auxiliaires au Jardin Un grand nombre d'êtres vivants là aussi cohabitent et participent à l'équilibre naturel des milieux. Ils peuvent aussi nous indiquer leur état sanitaire. Et le plus intéressant,

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURE CONCEVOIR UNE RUCHE CONTEMPORAINE PARC MATISSE - LILLE

APPEL À CANDIDATURE CONCEVOIR UNE RUCHE CONTEMPORAINE PARC MATISSE - LILLE APPEL À CANDIDATURE CONCEVOIR UNE RUCHE CONTEMPORAINE PARC MATISSE - LILLE La Maison de l architecture et de la ville s associe à la Ferme pédagogique Marcel Dhénin et le rucher-école, en partenariat avec

Plus en détail

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public.

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public. 30/03/2007 Semaine du développement durable 2007 Préservation de la biodiversité et participation au programme Papillons & Jardin Signature d un partenariat avec Noé Conservation Dossier de presse Dans

Plus en détail

La Terre mise en scène

La Terre mise en scène Objectif La pièce peut servir d «évaluation des performances» et offrir aux élèves la possibilité de montrer de manière créative ce qu ils ont appris sur la Terre en tant que système. Vue d ensemble La

Plus en détail

Exposition - Médiathèque de Besse. Tout public

Exposition - Médiathèque de Besse. Tout public L i v r e t d e v i s i t e Exposition - Médiathèque de Besse Tout public PANNEAU 1 Fiche d identité de la Réserve naturelle PANNEAU 2 Milieux naturels et paysages Carte de la Réserve naturelle de Chastreix-Sancy

Plus en détail

Hélène TRIPETTE juin 2013 1. PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL (CODE DE L'ENVIRONNEMENT) INFRACTION NATINF PREVUE PAR REPRIMEE PAR

Hélène TRIPETTE juin 2013 1. PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL (CODE DE L'ENVIRONNEMENT) INFRACTION NATINF PREVUE PAR REPRIMEE PAR GUIDE DE QUALIFICATION DES PRINCIPALES INFRACTIONS D'ATTEINTE A L'ENVIRONNEMENT OU A LA PROPRIETE SUSCEPTIBLES D'ETRE CONSTATEES DANS LES ESPACES NATURELS Hélène TRIPETTE juin 2013 1. PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Les idées reçues, légendes urbaines et autres mythes ont la vie dure

Les idées reçues, légendes urbaines et autres mythes ont la vie dure Les idées reçues sur l alimentation des chiens Les idées reçues, légendes urbaines et autres mythes ont la vie dure Voici quelques vérités rétablies - Ne changez jamais les habitudes alimentaires de votre

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Sujets des exposés 2015-2016 F. Mezzoud, N. Romeuf, Collège Les Hauts de l Arc, Trets Sujet 1 : Impact de la pêche sur la

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau 1 Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des Ressources naturelles et de l'environnement Département de l'agriculture Département de la Nature et des Forêts Département de la Ruralité et des

Plus en détail

Démonstrations sur le pergélisol

Démonstrations sur le pergélisol Démonstrations sur le pergélisol Niveaux : Niveaux 7-9 (12-15 ans) Durée : Environ 40 minutes (maximum 1 heure) Préparation : durant la nuit (gel du pergélisol) Note : Cette activité pourrait convenir

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES

ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES www.centrenaturemontagnarde.org Centre de la Nature Montagnarde Château des Rubins - 74700 Sallanches 04 50 58 32 13 contact@centrenaturemontagnarde.org ECOSYSTEMES Cycle 1 et 2

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Types de forêts. Groupe cible 5 e année

Types de forêts. Groupe cible 5 e année Types de forêts Groupe cible 5 e année Thème principal Comme pour toute autre espèce, il existe différents types de forêts. Une forêt ressemble à un gâteau au chocolat : elle possède différentes strates

Plus en détail

S8 : les milieux de vie

S8 : les milieux de vie Animal Qui? Nourriture Milieu Milieu Savoir compléter le tableau pour 1 animal (autre qu un oiseau) cm1 ; 2 cm2 Autres renseignements Le crocodile Thomas Des animaux Dans les fleuves et les marais des

Plus en détail