Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1: Facteurs d'échelle"

Transcription

1 Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances, sans qu'il soit nécessaire d'entrer dans les détails de fonctionnement souvent très complexes. 1.1 Analyse dimensionnelle L'analyse dimensionnelle d'une formule ou d'un résultat permet de tirer d'emblée quelques conclusions. Pour cela, il faut réaliser que les unités de toutes les grandeurs physiques peuvent s'exprimer avec les unités de base masse (kg), longueur (m), temps (s), courant électrique (A). Ainsi: Grandeur physique Définition Unités (ou dimension) masse volumique ρ=m/v kg/m 3 accélération a=δv/δt m/s 2 force F=ma kg.m/s 2 travail ou énergie A=f.d kg.m 2 /s 2 puissance P=E/t kg.m 2 /s 3 chaleur massique c=e therm /m.δθ m 2 /(.s 2 ) courant électrique I=Q/t A tension électrique U=E él /Q kg.m 2 /A.s 2 pression p=f/s kg/s 2.m champ électrique E=F/q kg.m/a.s 3 champ magnétique F=qvB B=F/q.v kg /A.s 4 etc... Exemple 1: Accélération dans un mouvement circulaire On sait par expérience que l'accélération dans un virage dépend de la vitesse à laquelle on le prend et de son rayon de courbure. La seule possibilité est : a v 2 r Exemple 2: les temps, distance, masse etc de Planck procèdent du même type de réflexion. Voir cours Astrophysique. Exemple 3: Période d'un pendule. La période d'un pendule dépend clairement de la longueur du fil et de l'accélération de la pesanteur... Comment 'fabriquer' un temps en combinant ces deux grandeurs? 1.2 Monstres, lilliputiens et puces savantes Des êtres humains miniatures ou des insectes géants qui soient des homothéties exactes des créatures que nous connaissons, ne peuvent exister. Pour des questions de résistance des matériaux, des araignées géantes ne pourraient avoir des pattes proportionnellement aussi grêles que les araignées réelles. En effet, admettons qu'une sphère de rayon R soit supportée par un cylindre de rayon r. L'effort (tension) auquel est soumis le cylindre porteur, est donné Poids sphère par σ =. Cet effort produit un allongement (ou une compression) relative Section cylindre qui ne dépend que des propriétés élastiques du matériau. Si le matériau du géant ou du - 1 -

2 lilliputien est le même, on a que σ = mg π r R3 = constante, d'où l'on tire r R 3 / 2. Par 2 r 2 exemple, si l'on double le rayon de la sphère, il faut plus que doubler le rayon du cylindre ( R'= 2R r'= 2 3 r = 2,83r ). Ce qui signifie que les gros animaux ont des membres trapus - il suffit de comparer la silhouette d'un éléphant et celle d'un chat! Quant aux puces réputées pour leurs sauts pouvant atteindre 200 fois leur dimension linéaire, voici ce qui se passerait si elles étaient mille fois plus grandes (passant du mm au m). Masse: 10 9 fois la masse initiale; puissance musculaire - qui est proportionnelle à la section des muscles: 10 6 fois la puissance initiale. Le saut d'une telle puce atteindrait 0,2 fois seulement (égal un cinquième) sa dimension linéaire, soit quelque 20 cm Refroidissement, respiration et division cellulaire Une sphère à 37 (comme un humain!) se refroidit plus ou moins vite selon sa taille. L'énergie thermique emmagasinée est proportionnelle au volume, les pertes d'énergies sont proportionnelles à la surface de l'objet. Si ces dernières s'effectuaient à un taux constant (ce qui n'est pas vraiment exact!), le temps nécessaire au refroidissement de la sphère donnerait Energie emmagasinée en première approximation: temps =, soit t R3 = R. Une petite 2 Puissance perdue R sphère se refroidit plus rapidement qu'une grande, ce qui implique que les petits mammifères doivent manger constamment pour compenser leur déperdition de chaleur et qu'il y a donc une taille minimum pour un mammifère (un mammifère trop petit ne pourrait pas assurer une ingurgitation suffisante de nourriture). Un raisonnement analogue permet de conclure que les insectes sont en général suffisamment petits pour permettre l'apport d'oxygène par diffusion à travers la surface du corps. Dans le cas de l'homme, seul 2% de l'apport d'oxygène est réalisé par ce biais: l'être humain est contraint de respirer pour couvrir ses besoins! Pour les mêmes raisons (rapport du volume à la surface qui le délimite) les cellules ne peuvent croître indéfiniment. En effet, les échanges avec l'extérieur se font à travers la membrane. Or, comme la quantité de substances nutritives dont a besoin la cellule est proportionnelle au volume de la cellule, alors que le taux d'échange est proportionnel à la surface de la cellule, la cellule s'asphyxie et meurt au delà d'une certaine taille (les échanges avec l'extérieur ne s'effectuant plus assez rapidement). 1.4 Métabolisme, fréquence cardiaque et longévité (D'après Bouyssy, Davier, Gatty) Lorsque l'on représente le métabolisme de base, P (W) en fonction de la masse M (kg) pour un grand nombre d'espèces, les mesures se regroupent en trois familles, selon qu'il s'agit d'organismes unicellulaires à 20 C (1), d'animaux à sang froids à 20 C (2) ou d'organismes plus évolués à sang chaud, à une température interne d'environ 39 C (3). Ceci met en évidence le fait que la dépense énergétique de base par unité de temps, dépend de la masse de l'organisme. Les courbes ci-contre montrent!echelles logarithmiques! - 2 -

3 que la relation puissance-masse suit la loi suivante (loi de Kleiber): P = k M 0,75 haut. avec k = 0,018 ou k=0,14 ou k=4,1 respectivement pour les 3 cas cités plus Si l'on ne tenait compte que de la déperdition de chaleur qui est proportionnelle à la surface du corps (de dimension linéaire R), on s'attendrait à ce que la puissance métabolique soit donnée par P R 2 M 2 / 3 = M 0,67. Un raisonnement plus complet et tenant compte du travail effectué conduit à la loi de Kleiber donnée plus haut. Exemple: la souris (25 g) mange une masse équivalent au 1/3 de sa masse par jour; l'éléphant (3 t) mange le 1/100 de sa masse. Si la première ne mangeait pas, elle épuiserait toutes ses réserves en 7 jours, alors que l'éléphant pourrait tenir plusieurs mois. Beaucoup de fonctions métaboliques suivent la loi en M 0,75. Il en résulte d'importantes conséquences pour la durée de vie des animaux, pour leur vitesse de déplacement sur terre, dans l'eau et les airs, pour le processus d'hibernation, etc. On déduit de la relation de Kleiber que la fréquence cardiaque N varie avec la masse comme N 1. En effet, le temps entre deux battements est donné par 0,25 M t = Energie Puissance M M = M 0,25. Elle vaut 600 battements/minute pour la souris contre 30 0,75 battements/minute pour l'éléphant. Ceci influe sur la longévité d'un animal, tout se passant comme si chacun avait un certain potentiel de battements (de l'ordre de 10 9 battements par vie). Les mesures ci-contre montrent la durée de vie moyenne de quelques mammifères en fonction de leur masse. La droite est donnée par: L(longévité en années) =10 M 1/ 4 Voir aussi tableau ci-dessous: Espèce Masse (kg) Longévité moyenne (ans) Souris 0,025 3,5 Cobaye 0,3 7,5 Renard 3 14 Chèvre Homme (28) Gorille Eléphant 3'

4 1.5 Autres applications A) La course à pied peut être décrite en utilisant la loi d'échelle : lorsqu'on court, on lève successivement une jambe puis l'autre, et on la laisse retomber. Les muscles réalisent donc un travail A qui est égal au produit d'une force (proportionnelle à la section d 2 du muscle) par le déplacement de la force ( l). Donc A l d 2. L'énergie cinétique est égale au travail fourni, ce qui permet d'écrire: A = 1 2 mv 2 = k l d 2 = k' m. Donc v 2 = 2k'. Or k' (et k, bien sûr) est une constante, donc la vitesse v est une constante également, indépendante de la masse. Ceci est presque vrai: on observe des vitesses de 5 à 25 m/s pour une vaste distribution de masses. Par ailleurs, les animaux les mieux adaptés à la course ont des jambes fines, avec une masse concentrée dans le voisinage de la cuisse, de façon à minimiser l'énergie mise en jeu pour soulever la jambe. B) La forme des hautes cheminées d'usine et des arbres peut aussi être déduite en appliquant la loi d'échelle. Celle-ci montre que le diamètre de ces objets diminuent progressivement de la base vers le sommet selon la loi d = k l 3 / 2 où k dépend du matériau

5 Interprétation: naïvement on aurait pu attendre que P = k' M. Compte tenu de la déperdition de chaleur qui est proportionnelle à la surface de l'animal et qui doit être compensée par la prise de nourriture, la relation devrait plutôt être P = k' M 2 / 3. Finalement, en prenant en compte le travail mécanique, on trouve que la puissance est donnée par P = F dl dt. La puissance mécanique met en jeu les muscles, de section s et de longueur l. La force musculaire est proportionnelle à s, et le taux de variation de la longueur du muscle est dl exprimée par. On a donc: P = k s dl. Seul le terme s dépend de la taille de l'animal, les dt dt autres paramètres sont des caractéristiques du fonctionnement musculaire et donc les mêmes pour une catégorie d'animaux. Lien entre l et s = π d 2 : les contraintes mécaniques font que d l 3 / 2. 4 La masse de l'animal est proportionnelle à son volume: M l d 2 = d 8 / 3 soit d M 3 / 8. Donc la puissance s'écrit: P s d 2 (M 3 / 8 ) = M 3 / 4 = M 0,75 ce qui confirme la relation mise en évidence expérimentalement (loi de Kleiber). (Résumé de Bouyssy, Davier, Gatty) l Dimensions d'un muscle: d Modèle d'un animal: Les contraintes mécaniques font qu'une cheminée d'usine ou un tronc d'arbre ont un diamètre diminuant progressivement de la base vers le sommet selon la loi d = k l 3 / 2 où k dépend du matériau

6 1.5 Conséquences (Résumé de Bouyssy, Davier, Gatty) - 6 -

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

CHAPITRE III : Travail et énergie

CHAPITRE III : Travail et énergie CHPITRE III : Travail et énergie III. 1 En principe, les lois de Newton permettent de résoudre tous les problèmes de la mécanique classique. Si on connaît les positions et les vitesses initiales des particules

Plus en détail

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives SOMMAIRE APPLICATIONS 3 CHOIX D UNE RESISTANCE 3 LES RESISTANCES SILOHM 4 CARACTERISTIQUES 4 RESISTANCES SILOHM : TUBES ET BÂTONNETS, TYPE RS 5 Gamme de valeur ohmique 5 Puissance maximale admissible 6

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES FICHE 1 Titre Type d'activité Objectifs de l activité Références par rapport au programme PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES Exercices / Evaluation Connaître les différents modes de transferts Evaluer

Plus en détail

Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique

Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique F en N LNW Physique II e BC Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique 1) Calculer le travail d'une force constante F 3 i 1 j le long d'un trajet rectiligne de A (2,0) vers B (7,4). 2) Le

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

EXAMEN #1. ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 25 % de la note finale

EXAMEN #1. ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 25 % de la note finale EXAMEN #1 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 25 % de la note finale Automne 2014 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Pendant qu une onde se propage sur une corde, on quadruple la tension de

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES

4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES 4 COMPOSANTS ET TRANSFORMATIONS ÉLÉMENTAIRES Dans l'introduction de cet ouvrage, nous avons montré que les technologies énergétiques se présentent comme des assemblages de composants traversés par des

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Équilibrage hydraulique automatique des systèmes de chauffage et de refroidissement

Équilibrage hydraulique automatique des systèmes de chauffage et de refroidissement Équilibrage hydraulique automatique des systèmes de chauffage et de refroidissement Débit adapté grâce à la régulation électronique par pièce Dr. Christoph Kummerer, Gauting D'après les estimations, seules

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

ufrstaps Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO TOULOUSE moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302

ufrstaps Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO TOULOUSE moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302 ufrstaps TOULOUSE Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302 ufrstaps TOULOUSE Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques. Correction. Session septembre 2014 Métropole. 06/12/2014 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques. Correction. Session septembre 2014 Métropole. 06/12/2014 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques Session septembre 2014 Métropole Correction 06/12/2014 www.udppc.asso.fr PARTIE A : traitement du lait et pasteurisation. 1. Contrôle qualité du lait (document

Plus en détail

Les grandeurs physiques et leurs unités

Les grandeurs physiques et leurs unités Les grandeurs physiques et leurs unités Introduction Les lettres grecques L'alphabet grec comporte les lettres suivantes: α (alpha), β (bêta), γ (gamma), δ (delta), ε (epsilon), ζ (dzêta), η (êta), θ (thêta),

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Travail, énergie et puissance, V7.1. conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives

Travail, énergie et puissance, V7.1. conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives 5 Travail, énergie et puissance, V7.1 conservation de l'énergie mécanique, forces dissipatives 1 Le travail L'objet O subit un déplacement indiqué par le vecteur s. Si une force F agit sur O, alors le

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Colle n 1 Données : Champ de pesanteur terrestre : g = 9,81 N.kg -1 Constante de Planck : h = 6,62.10-34 SI Masse de l électron : m e- = 9,1.10-31 kg Charge élémentaire

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR

TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR TRANSFERTS de MASSE et ECHANGEURS de CHALEUR - 151 NOMENCLATURE - 153-1. INTRODUCTION - 154-1.1. Qu appelle-t-on échangeur de chaleur? - 154-1.2. Les modes de transferts - 154-1.3. Les fluides utilisés

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit:

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: définition des données de l application (A) calcul de la charge unitaire (B) contrôle à la charge

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Exercices : Travail, Puissance, Energie

Exercices : Travail, Puissance, Energie LCD Physique III e BC 1 Exercices : Travail, Puissance, Energie 1) Le matin, un élève soulève son cartable de 10 kg d une hauteur de 1,4 m. Déterminer le travail qu il effectue. Ensuite, il emprunte une

Plus en détail

BILAN THERMIQUE : la table des matières

BILAN THERMIQUE : la table des matières BILAN THERMIQUE : la table des matières 1. Schéma général des 3 chambres et description de leurs utilisations 1.1. Schéma général 1.2. Résumé de l'utilisation des 3 chambres 1.3. Résumé des données chiffrées

Plus en détail

Effet Joule Livret de l élève

Effet Joule Livret de l élève Dossier de Physique Niveau 4 ème secondaire Effet Joule Livret de l élève Véronique BOUQUELLE Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences et

Plus en détail

TP 05 Etude de la chaîne d'énergie

TP 05 Etude de la chaîne d'énergie OBJECTIFS Etude de la chaine d'énergie. Etude du cycle de montée et de descente de la station de levage. Etude de la fonction acquérir (capteur de vitesse). POINTS DU PROGRAMME ABORDES 2.1.1 Organisation

Plus en détail

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a) Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE

MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Mesurer des températures. Définir la capacité thermique massique. Associer l'échauffement d'un système

Plus en détail

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille.

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille. Energie Mécanique 1 - Energie Exemples : On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Eau d'un barrage pouvant faire tourner une turbine. Ressort tendu de flipper pouvant

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Lien entre l énergie cinétique, l énergie de position (potentielle) et l énergie mécanique.

Lien entre l énergie cinétique, l énergie de position (potentielle) et l énergie mécanique. Lien entre l énergie cinétique, l énergie de position (potentielle) et l énergie mécanique. Relation entre le poids et la masse d un corps Formule : P = m. g Avec p : poids en newton (N) m : masse en kilogramme

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT

Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT Projet Personnel Encadré. Voiture Raptor F-150 SVT Dossier rédigé par Charly Caure, dans le groupe de travail de Tristan Delerue et Maxime Beernaert Sommaire I/ Présentation de l existant II/ Recherches

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Tous ces exemples sont des applications contrôlables par l'homme. Ils sont, de ce fait, utiles.

Tous ces exemples sont des applications contrôlables par l'homme. Ils sont, de ce fait, utiles. Chapitre 8b EFFET CALORIFIUE ENERGIE CALORIFIUE Sommaire Effets calorifiques Energie calorifique Exercices 8.7 EFFETS CALORIFIUES La transformation d'énergie électrique W él en une énergie calorifique

Plus en détail

Contraintes et déformations (1)

Contraintes et déformations (1) Contraintes et déformations (1) Pour un point matériel : La connaissance des forces auxquelles est soumis le point permet de déterminer complètement le mouvement de celui-ci. Pour un milieu étendu (continu)?

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton. Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques

HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton. Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques Titre : HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton Date : 27/06/2013 Page : 1/9 HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton Résumé : Ce cas test est destiné à valider le calcul du séchage du béton,

Plus en détail

Energie, puissance et production d énergie

Energie, puissance et production d énergie Energie, puissance et production d énergie Le skateur Un skateur part, à l arrêt du haut de la rampe d un skate parc de hauteur 5 m. La masse du skateur est de 50 kg (on prendra g=10 pour l accélération

Plus en détail

Isolant thermique : faire le bon choix

Isolant thermique : faire le bon choix Isolant thermique : faire le bon choix Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Le grand quizz de l'énergie. I Culture générale et vie quotidienne

Le grand quizz de l'énergie. I Culture générale et vie quotidienne Le grand quizz de l'énergie I Culture générale et vie quotidienne I Culture générale & Vie quotidienne 1) Combien d'énergie est consommée chaque année dans le monde? A 5 millions de tep (5 Mtep) B 11 millions

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Caractérisation et calcul des isolants

Caractérisation et calcul des isolants Caractérisation et calcul des isolants La caractéristique des isolants et la connaissance de leur domaine d'application, nécessite la connaissance des trois modes de transmission de la chaleur : -la conduction

Plus en détail

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS

SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS SAMEDI 3 MARS 2012 UE3-S2 : ORGANISATION DES APPAREILS ET SYSTEME, ASPECTS FONCTIONELS 19 QCMs DURÉE DE L ÉPREUVE : 1 HEURE LES CALCULATRICES NE SONT PAS AUTORISÉES Le sujet comprend 8 pages, veuillez

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées /

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées / / Dossier Pédagogique / / exposition / / le Soleil et ses énergies / / Observation du Soleil / / Le solarscope / Utilisation Observation du soleil avec le solarscope (par temps beau!). Placez correctement

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail