Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées"

Transcription

1 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées Livre blanc WebFOCUS iway Software Omni

2 Table des matières 1 Résumé 2 Réfléchir de manière stratégique 2 Considérations stratégiques initiales 3 Un exemple de stratégie en action : Napoléon Bonaparte 4 Éléments constitutifs d une stratégie de gestion des données 5 Collaborateurs et stratégie de gestion des données 6 Considérations relatives aux collaborateurs 7 Processus et stratégie de gestion des données 9 Considérations relatives aux processus 10 Technologies de l information et stratégie de gestion des données 11 Considérations relatives à la technologie 13 Autres considérations nécessaires au déploiement de votre stratégie 14 À propos de Information Builders

3 Résumé Nous avons l embarras du choix : la gouvernance effective de l immense volume de données en notre possession n est pas toujours simple, tout comme il peut s avérer difficile de trouver le temps et l énergie nécessaires pour partager ces informations ou même simplement savoir où elles se trouvent. Tant de personnes sont débordées par l afflux de données que Gartner prédit que «d ici 2017, 33 % des organisations figurant dans le classement Fortune 100 traverseront une crise de l information car elles n auront pas les compétences nécessaires pour une valorisation et une gouvernance efficaces des informations, ni même la possibilité de se fier aux données en leur possession.» 1 Certes, on entend souvent dire que les données représentent un capital des plus précieux pour une entreprise, mais il est plus rare de voir ces mêmes entreprises déployer des stratégies de gestion des données parallèlement à leurs stratégies commerciales habituelles. Elles manquent peut-être d exemples à suivre, le problème lié aux données est peut-être plus difficile à cerner, ou elles le considèrent peut-être comme relevant de la seule responsabilité du département informatique. Le fait que vous soyez en train de lire ce livre blanc démontre que vous êtes déjà conscient de l importance de disposer d une stratégie en matière de gestion des données, et que vous essayez de vous adapter au changement, cherchez des façons optimales de gérer et utiliser vos données, ou envisagez tout simplement l adoption d une vision plus stratégique de la gestion de vos données. La question est maintenant de savoir comment traduire cette connaissance du problème en des solutions concrètes et efficaces pour votre entreprise. Nous ne parlons cependant pas d une situation standard, identique pour tous, et ce livre blanc n a pas pour objectif de vous offrir une stratégie de gestion des données clé en main. Il vous aidera plutôt à définir votre propre stratégie, adaptée spécifiquement aux attentes de votre organisation, grâce à notre expérience auprès de dizaines de milliers de clients qui nous ont accordés leur confiance. Comme pour la plupart des stratégies d entreprise, votre stratégie de gestion des données impliquera des collaborateurs, des processus et des technologies qui varieront largement d une entreprise à l autre. En outre, les stratégies relatives aux données étant assez spécifiques, il sera nécessaire d identifier la manière la plus efficace d organiser, de gouverner et de partager les données afin d atteindre les objectifs de l entreprise. En fait, nous pouvons considérer la phase de développement d une stratégie comme un alignement des collaborateurs, des processus et des technologies avec l organisation, la gouvernance et le partage des données ; une matrice d exigences d une portée étendue, que l on peut comprendre et gérer de manière simple et efficace, et sur laquelle il est assez facile de communiquer pourvu que les bonnes personnes, disposant de la vision et de la ténacité nécessaires, soient impliquées dans le processus. Ce livre blanc portera sur ce triple alignement des ressources, allant de la formation de chefs de projets internes et de sponsors métier au déploiement de la technologie indispensable à la diffusion de votre stratégie : Pré-requis relatifs aux données et aux informations Organiser Gouverner Partager Pré-requis relatifs à la stratégie métier Personnes Processus Technologie 1 Gartner Press Release, «Gartner Says One Third of Fortune 100 Organizations Will Face an Information Crisis by 2017», février 2014, 1 Information Builders

4 Réfléchir de manière stratégique Parler de stratégie n est pas inné pour tous. Commençons par définir ce qu une stratégie n est pas. Il ne s agit pas d une vision. Une vision vous dit ce que vous souhaitez devenir. Si vous êtes le gérant d une chaîne de pizzérias, votre vision peut par exemple être : «Nous voulons invariablement servir les meilleures pizzas à travers tout le pays.» Une stratégie vous aide à réaliser votre vision. Il ne s agit pas d une série d objectifs. Les objectifs vous indiquent les éléments à mesurer. L objectif de votre chaîne de pizzérias peut être d augmenter les ventes de 30% sur les produits haut de gamme. Une stratégie vous permet de déterminer quels objectifs vous aideront à réaliser votre vision. Il ne s agit pas d une série de plans. Les plans sont à l origine d une séquence d événements pour vous accompagner dans la réalisation de votre vision. Grâce aux plans de votre chaîne de pizzérias, vous pourrez peut-être revoir les budgets à la hausse et lancer des campagnes de marketing sur les marchés cibles. Une stratégie vous oriente quant à la meilleure façon d établir vos plans. Il ne s agit pas d une série de tactiques. Les tactiques sont les moyens avec lesquels vous réagissez à des conditions spécifiques. Votre chaîne de pizzérias utilise peut-être certaines tactiques comme l achat de produits locaux pour une campagne «locale et fraîche». Une stratégie vous aide à identifier quelles tactiques porteront leurs fruits. De nombreuses définitions existent, mais dans le cadre de notre propos, nous considérerons la stratégie comme une série de politiques conçues pour vous aider à réaliser votre vision. Considérations stratégiques initiales Certains pensent que seul le sommet de la hiérarchie met en œuvre les stratégies d une organisation. Et ils se trompent. Les politiques peuvent être de nature tactique en haut de la pyramide, et revêtir une nature stratégique aux niveaux inférieurs de l organisation. Lorsque vous envisagez une stratégie à mettre en œuvre, pensez aux éléments que vous pouvez contrôler et aux aspects de ceux-ci qui ont une incidence sur la vision de l entreprise. Certains pensent également que les stratégies sont appliquées via un organe centralisé. Bien que cela puisse parfois être le cas, ce n est pas nécessairement vrai. Au sein de certaines entreprises, les organes de décision centralisés contrôlent l orientation des activités de l entreprise, en général au détriment d une certaine flexibilité qui permettrait pourtant d éviter la redondance et d aligner les objectifs au travers des différents départements. D autres se reposent sur un modèle de décision fédéré et font généralement leurs adieux aux avantages d un système centralisé au profit d une meilleure flexibilité et d une plus grande adaptabilité. Ces choix sont stratégiques : aucun d entre eux n est complètement bon ou mauvais, et ils devraient être tous deux évalués à la lumière de la vision que les responsables ou les actionnaires envisagent pour l entreprise. Votre poste vous amène peut-être à prendre des décisions relatives à une stratégie ayant un impact sur l ensemble de l entreprise. Si tel est le cas, voyez les choses en grand mais commencez par de petits changements si cela a plus de sens pour votre organisation. Vous pouvez au contraire ne pas travailler à un poste haut placé. Dans ce cas, soyez prêt à commencer par de petits changements, tout en étant conscient que les initiatives du niveau inférieur peuvent avoir un impact sur les niveaux supérieurs de l organisation, ou encourager d autres départements à vous rejoindre dans votre réflexion stratégique. Quel que ce soit votre poste et quelle que soit la personne qui mettra votre stratégie en œuvre, réfléchissez d abord à ce qui a de l importance à vos yeux, aux yeux des autres collaborateurs de l entreprise et aux yeux de la direction. La compréhension de ce qui importe vraiment, et la manière dont cela influencera votre avenir, sont au cœur de toute stratégie. En réalité, il est essentiel de s aligner 2 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

5 par rapport aux autres départements de l entreprise et nous ne cesserons d y revenir tout au long de ce livre blanc. Une bonne communication est également un facteur-clé pour garantir l adoption et l application de votre stratégie. À un moment ou un autre, vous devrez arrêter de réfléchir à votre stratégie de manière abstraite et vous devrez commencer à mettre en œuvre des politiques concrètes. Pour ce faire, de nombreuses personnes exploitent le cadre collaborateurs-processus-technologies mentionné précédemment. Et très souvent, les politiques stratégiques que vous choisirez découleront du besoin d organiser vos ressources autour de cette structure. Un exemple concret permettra certainement de mieux comprendre le fonctionnement de tout ceci. Nous allons donc illustrer notre propos avec l un des plus grands stratèges de tous les temps. Un exemple de stratégie en action : Napoléon Bonaparte Si pour vous, Napoléon est l homme qui a perdu la bataille de Waterloo, arrêtez-vous tout de suite. L une des raisons de sa défaite réside dans son manque de flexibilité vis-à-vis de sa stratégie. Parti de rien, Napoléon s est emparé de quasiment toute l Europe. Il n est pas nécessaire d approuver sa vision ou ses objectifs (et ce n était certainement pas le cas de ses opposants) pour apprendre énormément d un homme dont la renommée de maître stratège faisait l unanimité. La stratégie militaire de Napoléon peut être résumée de manière simple via cinq principes ou politiques : Objectif premier : détruire les bataillons ou l armée principale des ennemis. Toutes les forces devaient se concentrer sur cet objectif. Les opérations devaient être conçues pour surprendre et dérouter l ennemi. Tout devait être fait pour rendre l ennemi vulnérable en bloquant son ravitaillement, en coupant ses communications et en empêchant toute retraite. La sécurité des forces françaises devait être préservée afin d éviter tout effet de surprise. Chacun de ces principes entraînait des implications. Par exemple, en se concentrant sur l armée principale, Napoléon a usé un minimum de ses forces sur des objectifs secondaires. Les autres généraux divisaient davantage leurs armées et essayaient de gérer trop d objectifs à la fois. Napoléon était convaincu que les affaires secondaires se mettaient en place une fois les objectifs principaux traités de manière efficace. Si seulement les stratégies d entreprise étaient aussi précises. Il est également intéressant de noter que ces principes n étaient pas conçus pour créer une stratégie à long terme pour conquérir l Europe, mais qu ils lui permettaient de saisir les occasions qui se présentaient, bataille après bataille. Les stratégies à long terme et les stratégies opportunistes sont toutes aussi valables, et peuvent s appliquer à différentes situations. La stratégie de Napoléon peut également être analysée à la lumière du cadre collaborateurs-processustechnologies. Collaborateurs Il dirigeait extrêmement bien son infanterie, sa cavalerie et ses officiers de ligne lors de situations tactiques et s assurait de disposer d un nombre suffisant d officiers d état-major pour établir ses plans et communiquer avec ses unités. 3 Information Builders

6 Processus Il s assurait que ses troupes savaient comment exécuter des mouvements rapides, couper les lignes de communication et protéger les forces françaises. Technologies Il exploitait parfaitement les nouvelles technologies, telles que l artillerie à cheval et les armes légères moins onéreuses, qui l ont aidé à obtenir davantage de ses troupes. L objectif de ce livre blanc n est pas d étudier en détail le développement et la mise en place des stratégies napoléoniennes, mais nous pouvons voir que la simplicité et la facilité de communication sont aussi essentielles que les points stratégiques eux-mêmes. Éléments constitutifs d une stratégie de gestion des données Puisque nous traitons de stratégie en matière de gestion des données, nous devons nous concentrer sur l utilisation que nous faisons de ces données pour influencer notre entreprise. Considérons les données en termes d organisation, de gouvernance et de partage. Organisation Comment structurer les données afin de garantir qu elles répondent aux besoins de l entreprise? Gouvernance Comment gérer les données pour garantir qu elles soient adaptées à leur utilisation? Partage Comment diffuser les données de sorte que les systèmes ou les collaborateurs puissent s en servir pour résoudre les problèmes de l entreprise? En superposant la structure collaborateurs-processus-technologies à la séquence organisationgouvernance-partage, nous obtenons une triple matrice qui peut nous aider à organiser notre manière d envisager notre stratégie, ainsi que son alignement par rapport à l entreprise et la façon dont nous allons communiquer autour de cette stratégie. Organiser Gouverner Partager Personnes Processus Technologies Comment structurer les données pour assurer qu elles répondent aux attentes de l entreprise? Comment gérer les données pour s assurer qu elles conviennent à leur objectif? Comment fournir des données de manière à ce que les systèmes ou les personnes puissent les utiliser pour résoudre des problèmes métier? 4 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

7 Collaborateurs et stratégie de gestion des données Tandis qu une vision aligne les collaborateurs de manière abstraite, une stratégie de gestion des données les aligne concrètement, que ce soit à travers les différents départements, au niveau supérieur et au niveau inférieur de l organisation, et, par-dessus tout, dans l ensemble des unités informatiques et opérationnelles de l entreprise. Lorsque vous identifiez les principes à intégrer à votre stratégie de gestion des données, posez-vous une seule question : «Cette politique aide-t-elle les collaborateurs à bien percevoir les objectifs qui se renforcent mutuellement?» Si cela vous est possible, éviter d instaurer une politique séparatiste (qui valorise les bons aspects d un groupe par rapport à un autre). Efforcez-vous plutôt de mettre en œuvre une politique équilibrée. Généralement, lorsque vous communiquez sur votre stratégie de gestion des données, votre objectif est de montrer à chacun les avantages dont il bénéficiera en respectant les politiques appropriées. Les stratégies de gestion des données semblent être des sujets techniques, mais loin s en faut! Il s agit simplement de l aspect «données» d une stratégie d entreprise. Lorsque nous pensons à la valeur que revêtent les collaborateurs dans le cadre de notre stratégie de gestion des données (c.-à-d. les «collaborateurs» de la structure collaborateurs-processus-technologies), nous prenons la mesure de l importance de communiquer efficacement avec eux. De la même manière que les stratégies commerciales, il est primordial de favoriser une communication simple et directe, sur un mode plus marketing que technique. La communication doit être adaptée à vos collaborateurs et doit donc s axer sur les éléments-clés que sont le développement de l esprit d équipe, le perfectionnement des compétences et le partage des informations indispensables à la réussite. Étude de cas : Ford Motor Company Ford n est pas propriétaire des concessions qui fournissent ses garanties, mais l entreprise a pu les encourager à créer une culture centrée sur la qualité (et ainsi économiser des millions de dollars par an) juste en extrayant les bonnes informations et en les leur communiquant. Au cours des années précédentes, Ford a récolté des données sur les réparations sous garantie: qui était le réparateur, quel modèle était concerné, des révisions ont-elles été nécessaires après la première réparation, etc. Certaines personnes du siège social de l entreprise avaient accès à des montagnes d informations sous forme de rapports, mais ces informations n étaient pas valorisées comme elles auraient pu l être. Ford a ainsi vu une occasion de partager ces données avec les concessions afin de leur présenter une comparaison de leurs résultats en matière de garantie par rapport à d autres garages. Personne n aime voir que ses performances sont inférieures à celles des autres, et dans ce cas précis, les concessions se sont vues offrir une motivation financière pour améliorer la qualité de leurs services : les concessions affichant moins de révisions attiraient plus de clients et recevaient plus d argent de la part de Ford pour financer les réparations sous garantie. Suite à cela, les concessionnaires qui présentaient les moins bons résultats ont amélioré la formation de leurs collaborateurs ainsi que leurs contrôles qualité, et ont ainsi favorisé une culture centrée sur la qualité au sein d organisations qui n étaient pas directement gérées par Ford. 5 Information Builders

8 Considérations relatives aux collaborateurs Lorsque vous réfléchissez à ce que votre stratégie de gestion des données devrait être ou devrait englober, efforcez-vous de prendre en considération certaines des idées suivantes liées à l aspect organisation-gouvernance-partage en rapport avec vos collaborateurs : Organisation Restez concentré sur les problèmes que les sponsors sont susceptibles de ressentir. Si vous n avez pas de sponsor métier, êtes-vous sûr que votre projet est stratégique? Si vous n avez pas de sponsor métier, prenez la poudre d escampette. Gouvernance Réfléchissez aux divers processus et politiques actuellement en place : les collaborateurs les respectent-ils? Si non, pourquoi? Ont-ils de l importance? Qui est supposé se charger de leur application? Pouvez-vous nommer la personne qui ressent les problèmes découlant d une mauvaise gouvernance des données? Si non, les données sur lesquelles vous vous concentrez ne sont peutêtre pas stratégiques. Partage Parfois, le partage d informations fait partie de votre travail normal (par ex. une banque partage des informations sur les comptes d un client avec ce dernier). Ce type de partage est bénéfique pour votre entreprise. Parfois, vous partagez des informations portant sur le bon fonctionnement de votre stratégie de gestion des données (par ex. une banque partage des informations sur le processus d autocorrection des clients et les avantages qui en résultent). Ce type de partage permet à vos chefs de projet de faire la promotion de votre stratégie de gestion des données. 6 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

9 Processus et stratégie de gestion des données Lorsqu il est question de processus d alignement et de la manière de communiquer à ce sujet dans une stratégie de gestion des données, deux thèmes entrent généralement en jeu. Le premier concerne la redondance des modules orientés données au cours de différents processus métier. D une part, certains processus métier exécutent les mêmes processus orientés données mais de différentes manières. Ils peuvent par exemple collecter, valider ou analyser les informations des clients via le site internet ou le centre d appels. Dans un sens, ces processus sont «pré-alignés» car leur fonction est identique, mais ils génèrent également différents points d entrée et règles de validation, et associent parfois différents types d informations. Par exemple, un site internet peut très bien collecter un surnom, tandis qu un centre d appels pourra obtenir le nom officiel car il apparaît sur la carte de crédit. Différents processus collectent et gèrent souvent les mêmes informations sensiblement de la même manière. D autre part, des processus différents collectent, valident ou analysent les données de différentes manières. Par exemple, alors qu un système d enregistrement des commandes peut capter toutes les informations nécessaires à propos d un client, un système marketing pourra extraire différentes données sur ce client à différents moments via un «profilage progressif». Parfois, différents processus collectent et gèrent les mêmes données, mais de manière différente. A titre d exemple, les données peuvent prendre la forme de numéros de pièces, de types de comptes ou d informations diverses sur un client. 7 Information Builders

10 Dans les deux cas, si l on veut obtenir un bon alignement au cours des processus, il est nécessaire d identifier et de rationaliser les activités de collecte, de validation et d analyse des données. Les développeurs appellent parfois cette procédure le «refactoring». Quel que soit le terme employé, ce processus vous permet de modifier un élément précis afin de répercuter automatiquement ce changement sur tous les processus qui utilisent les données d une manière précise. Dans l absolu, vous pouvez également adapter vos processus de façon à utiliser les systèmes informatiques et les compétences de vos collaborateurs de la manière la plus adéquate : les ordinateurs excellent dans l art d effectuer des activités répétitives qui ne nécessitent aucun esprit critique, tandis que l homme s ennuie et fait des erreurs face à de telles tâches. Les employés excellent (du moins par rapport aux ordinateurs) lorsqu il est question de prendre des décisions basées sur certaines circonstances précises, alors que les ordinateurs suivront simplement les règles que vous leur imposez. Si au sein de votre organisation, vos collaborateurs prennent des décisions concernant des situations exceptionnelles pendant que les ordinateurs traitent de millions de dossiers en fonction de règles préétablies, alors l alignement de vos collaborateurs et de vos processus sera parfait. Au bout du compte, ces processus vous permettent d uniformiser votre approche de la gouvernance et de l utilisation des données. Bien que peu palpitants, des processus améliorés encouragent la création de normes optimales qui peuvent être mesurées et présentées aux utilisateurs, qui à leur tour feront davantage confiance aux données. Lorsque l on se fie aux données, elles sont partagées, et un partage accru des données augmente généralement leur valeur. Confiance dans les données et partage Métriques des données et gouvernance Standards des données Des normes optimales en matière de données entraînent une confiance et une utilisation accrue de ces données, et génèrent ainsi un meilleur retour sur investissement. Les hommes d affaires compétents ne font généralement pas confiance aux processus opaques. Votre objectif devrait donc être axé sur une vraie transparence afin que vos collaborateurs se fient aux données que vous souhaitez qu ils utilisent. Si vous découvrez ce à quoi ils désirent parvenir et les indicateurs grâce auxquels ils feront confiance à vos données pour réaliser leurs objectifs, vous pourrez partager l avancement vers ces indicateurs de manière régulière et continue. Les indicateurs peuvent par exemple prendre la forme du pourcentage de dossiers clients qui sont complets et qui ont été validés au cours des six derniers mois, ou le pourcentage d adresses postales valides pour les campagnes de marketing. 8 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

11 De la même manière, il est primordial de documenter le processus afin d aider les utilisateurs à générer, stocker, manipuler et utiliser les données. Étant donné que les utilisateurs ne prennent bien souvent pas la peine de lire ou de suivre des guides détaillés, il serait peut-être préférable de créer un guide plus général qui explique l objectif auquel vous essayer de parvenir, afin que les personnes travaillant avec les données comprennent quel rôle elles jouent dans la création des résultats souhaités. Étude de cas : RainTree Oncology Services RainTree Oncology Services aide ses cliniques membres à offrir des traitements de meilleure qualité et d un meilleur rapport qualité-prix aux patients atteints de cancer, tout en créant de nouvelles sources de revenu pour les cliniques publiques d oncologie. Cette entreprise existe et fonctionne grâce aux données, ce qui explique que les processus relatifs à la gestion des données soient essentiels à son succès. Cette entreprise collecte des informations à propos des traitements et des résultats obtenus à partir de plusieurs sources différentes, notamment des cabinets de médecin, des laboratoires et des hôpitaux. Le processus de collecte se doit d être correct, et les données doivent être traitées de façon à effectuer certaines tâches, comme l anonymisation des informations du patient qui garantit que personne ne saura de qui proviennent les informations. Elle doit également présenter la valeur de ses informations aux personnes qui utilisent les résultats à des fins telles que le soutien aux pratiques opérationnelles, la vente pharmaceutique, l aide à la décision des oncologues et la prise de décisions relatives aux soins. En sachant comment les données sont traitées, chaque acteur est assuré que les informations de la clinique membre sont gérées correctement et que les informations qu elle reçoit sont adaptées à leur utilisation et d une qualité optimale. Considérations relatives aux processus Envisagez les aspects suivants concernant votre manière d organiser, de gouverner et de partager les informations au cours de vos divers processus : Organisation Quelles sont vos exigences actuelles, ainsi que vos éventuelles exigences futures? Vos données peuvent-elles être manipulées en temps réel et en mode différé? Devez-vous intégrer plusieurs sources de données et/ou des données issues de tiers? Devez-vous ajouter de nouveaux processus à ceux qui existent déjà afin d extraire et d organiser toutes les informations dont vous avez besoin? Gouvernance Pourquoi certaines procédures en matière de gouvernance sont-elles contournées? Quels éléments pouvez-vous mesurer afin d augmenter la confiance accordée aux données? Les départements opérationnel et informatique peuvent-ils collaborer pour améliorer la confiance, les processus et les révisions? Partage Quelles informations collectez-vous, et qui pourrait en bénéficier? Envisagez différentes catégories de collaborateurs, de partenaires, de fournisseurs et de régulateurs. Pouvez-vous établir une «gestion en fonction de la réputation» en montrant aux personnes comment elles se placent par rapport à leurs pairs dans le cadre d études comparatives? 9 Information Builders

12 Technologies de l information et stratégie de gestion des données D une certaine manière, la technologie est l élément le moins important lors de la création d une stratégie de gestion des données ; elle a tendance à tomber en disgrâce auprès des collaborateurs et lors des différentes phases du processus de la stratégie. Fort heureusement, ce domaine dispose d un bon nombre de bonnes pratiques déjà bien établies. L alignement, par exemple, est facile à réaliser grâce à des techniques standards de recensement des exigences. Les exigences fonctionnelles de nombreux projets différents demandent des capacités et des compétences techniques. Si l on compare ces exigences techniques à un inventaire des technologies existantes, les entreprises peuvent déterminer où résident leurs faiblesses et leurs points forts, les aspects pour lesquels elles doivent recruter des talents (consultants ou collaborateurs à temps plein) ou acheter du matériel ou des logiciels. Si les organisations recensent ces exigences projet après projet, il ne s agira pas là d une attitude stratégique. A l inverse, améliorer l analyse pour identifier les faiblesses et les points forts de l intégralité de l organisation peut engendrer une optimisation au niveau des acquisitions, des formations et du recrutement de talents, à condition que ce processus ne prenne pas une tournure trop bureaucratique. La communication s avère particulièrement importante pour partager les connaissances en matière de technologies et de compétences. L une des formes de communication est relativement simple car plus «extérieure» ; elle ressemble plus à un commentaire qu à une collaboration. Elle comprend la revue de détail des technologies et des formations actuellement à disposition dans l entreprise et sur le marché, ainsi que les différences entre les deux. Des informations sur les projets aboutis, les technologies utilisées et les bonnes (ou mauvaises) pratiques peuvent également être utiles. L effort de collaboration est plus difficile à obtenir, mais probablement plus important encore pour pouvoir façonner l utilisation de la technologie et les tendances d achat futures. Idéalement, les organisations devraient discuter non seulement de ce qu elles ont l intention d acheter, mais également des exigences éventuelles que les autres départements ont, afin d optimiser l adaptabilité des systèmes d achats à plusieurs projets distincts. L exploitation des technologies à travers toutes les unités de l entreprise pourrait améliorer le pouvoir d achat, le partage de compétences et bien d autres domaines encore. Étude de cas : Journal of Commerce Journal of Commerce (JOC), une entreprise qui extrait les données relatives aux expéditions et qui les revend à des tiers, a amélioré son efficacité de manière radicale en adoptant les nouvelles technologies. À l origine, cette entreprise éprouvait des difficultés à suivre le volume des données car chaque manifeste, présenté sous la forme d une feuille de calcul, devait être révisé un à un par un analyste avant d être intégré à la base de données. Lorsque les collaborateurs effectuent un travail répétitif qui ne nécessite aucun esprit critique, cela est souvent signe que la technologie de l information peut aider à rationaliser les processus de l entreprise. Et c est bien à cette conclusion que l entreprise JOC est parvenue. Elle a pu coder la plupart des règles des analystes en logique métier qui pouvait être exécutée dans le cadre d un processus métier automatisé. Les analystes ne traitaient plus que les situations exceptionnelles (des cas complexes difficiles à déterminer ou qui nécessitaient un esprit critique). Grâce à cette redistribution des tâches, la base de données est actualisée plus rapidement et les analystes prennent des décisions uniquement lorsque cela est nécessaire. 10 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

13 q q La plupart des tâches est ici automatisée t Seules les exceptions sont gérées manuellement q u Base de données de l'entreprise En passant d un processus manuel à un processus automatisé, JOC a amélioré ses résultats. Considérations relatives à la technologie Lorsqu il est question de technologie, l adoption de celle-ci reste la problématique principale. Si le département informatique acquiert une technologie qui n est pas utilisée (pour quelle que raison que ce soit), aucun avantage ne peut en être tiré. Les observations suivantes se concentrent tout particulièrement sur ce qui peut accroître ou freiner l adoption d un outil technologique. Organisation Comment définissez-vous votre culture d entreprise : culture d achat, de développement? Centralisée, décentralisée? Sous-traitance ou travail en interne? Que vous coûtent les collaborateurs qui feront fonctionner la technologie en question? Pouvez-vous faire face aux exigences relatives au temps de latence? Aux volumes? A la flexibilité? A l acquisition de licences? 11 Information Builders

14 Gouvernance Les départements technologiques spécifiques, tels que les équipes en charge de l entreposage des données, de la gestion de la relation client ou de l ERP, travaillent-ils en faveur d un déploiement global de la qualité des données? Comment la gouvernance est-elle influencée si (par exemple) l on se concentre uniquement sur les données centralisées, disponibles en mode différé ou sur le stock d un revendeur spécifique? Quel type de gouvernance fait la différence pour vos collaborateurs? Si vous pouvez identifier les indicateurs qui seraient importants à leurs yeux, pouvez-vous également identifier les technologies qui pourraient collecter, contenir et afficher ces indicateurs? Partage Comment partagez-vous l impact que le changement issu de votre stratégie de gestion des données a eu? Comment partagez-vous les données de l entreprise de manière à améliorer la prise de décision et renforcer les relations entre collaborateurs? Pouvez-vous fournir aux employés, aux responsables et aux partenaires les tableaux de bord, les indicateurs ou les analyses dont ils ont besoin? Votre technologie est-elle suffisamment évolutive pour partager ces informations avec le maximum de personnes possible? 12 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

15 Autres considérations nécessaires au déploiement de votre stratégie Bien que nous ayons déjà traité de nombreux points relatifs à votre stratégie de gestion des données, il est vrai que cette dernière n est encore que pure théorie. Il vous reste de fait à déterminer les politiques à mettre en œuvre au sein de votre entreprise. À ce stade, il peut s avérer utile d assembler toutes les considérations établies jusqu à présent et de créer une stratégie pour y répondre. Il existe de nombreuses stratégies différentes, et vous devrez presque toutes les examiner. Cependant, quatre grands principes peuvent vous aider à comprendre comment évaluer chacune d entre elles et cerner les questions qu elles soulèvent : 1. Renseignez-vous sur le maximum de projets réussis pour voir quels éléments ils ont en commun, et faites de même avec les projets qui ont échoué. 2. Lorsque vous examinez les éléments qui composeront votre stratégie de gestion des données, évaluez-les à la lumière de votre propre culture, et pas uniquement sur papier. 3. Concentrez-vous sur l amélioration des éléments que vous pouvez contrôler, et essayez de limiter ceux sur lesquels vous n avez aucun pouvoir. 4. Révisez sans cesse vos principes stratégiques à la lumière des différents changements de situation. 13 Information Builders

16 À propos de Information Builders Les organisations orientées données connaissent Information Builders. Nos clients s appuient sur nos solutions pour utiliser leurs données de manière innovante et développer ainsi la croissance de leur entreprise, atteindre leurs objectifs et développer d excellentes relations commerciales. Nos solutions logicielles de Business Intelligence (BI), d analytique, d intégration et d intégrité des données offrent un large éventail de capacités qui saura répondre précisément à vos besoins : Intégration La suite iway Integration permet d intégrer les données, les applications et les transactions B2B en temps réel et en mode différé, tout en offrant une inter-opérabilité entre des systèmes et des données disparates pour une mise sur le marché plus rapide des initiatives informatiques métier. Intégrité Les suites iway Data Quality et Master Data Management (MDM) permettent de gérer de manière exhaustive et en temps réel toutes les informations issues de sources variées. Peu importe où les données se trouvent, iway peut les trier et les enrichir en toute transparence afin de garantir la cohérence et l exactitude des données à chaque point d interaction. Intelligence WebFOCUS, la plateforme de BI et d analytique offre des informations riches, consommables et interactives à un large public de collaborateurs, de responsables, d analystes, de partenaires et de clients des informations directement exploitables par tous. Ces «3 i» s adaptent parfaitement aux nombreuses façons d organiser, de gouverner et de partager l information. Une utilisation plus efficace du capital données de votre entreprise résultera en une différenciation stratégique effective. Pour découvrir davantage sur Information Builders et sur la façon dont nous pouvons vous aider à optimiser votre stratégie de gestion des données, visitez informationbuilders.com/go/datastrategy. Contact Me 14 Mener une stratégie concrète de gestion des données pour des performances métier optimisées

17 Bureaux internationaux Siège social Two Penn Plaza New York, NY (212) (800) États-Unis Atlanta, GA* (770) Boston, MA* (781) Channels (770) Chicago, IL* (630) Cincinnati, OH* (513) Dallas, TX* (972) Denver, CO* (303) Detroit, MI* (248) Federal Systems, D.C.* (703) Florham Park, NJ (973) Houston, TX* (713) Los Angeles, CA* (310) Minneapolis, MN* (651) New York, NY* (212) Philadelphia, PA* (610) Pittsburgh, PA (412) San Jose, CA* (408) Seattle, WA (206) St. Louis, MO* (636) , ext. 321 Tampa, FL (813) Washington, D.C.* (703) International Australia* Melbourne Sydney Autriche Raffeisen Informatik Consulting GmbH Wien Brésil São Paulo Canada Calgary (403) Montreal* (514) Ottawa (416) Toronto* (416) Vancouver (604) Chine Information Builders Pékin SolventoSOFT Technology (HK) Limited Hong Kong Estonie InfoBuild Estonia ÖÜ Tallinn Finlande InfoBuild Oy Espoo France* Suresnes +33 (0) Allemagne Eschborn* Grèce Applied Science Ltd. Athens Guatemala IDS de Centroamerica Guatemala City (502) Inde* InfoBuild India Chennai Israël SRL Software Products Ltd. Petah-Tikva Italie Agrate Brianza Japon KK Ashisuto Tokyo Lettonie InfoBuild Lithuania, UAB Vilnius Lituanie InfoBuild Lithuania, UAB Vilnius Mexique Mexico City Moyen-Orient Innovative Corner Est. Riyadh n Irak n Liban n Oman n Arabie Saoudite n Émirats Arabes Unis (EAU) Pays-Bas* Amstelveen 31 (0) n Belgique n Luxembourg Nigeria InfoBuild Nigeria Garki-Abuja Norvège InfoBuild Norge AS c/o Okonor Tynset Portugal Lisbonne Singapour Automatic Identification Technology Ltd. Singapour /92 Afrique du sud InfoBuild (Pty) Ltd. Johannesburg Corée du Sud UVANSYS, Inc. Seoul Asia du sud-est Singapour n Bangladesh n Brunei n Birmanie n Cambodge n Indonésie n Malaisie n Papouasie Nouvelle Guinée n Thaïlande n Philippines n Vietnam Espagne Barcelone Bilbao Madrid* Suède InfoBuild AB Stockholm Suisse Dietlikon Taïwan Azion Corporation Taipei Galaxy Software Services, Inc. Taipei , ext. 114 Turquie E-Kalite Yazilim Ankara Royaume-Uni* Uxbridge Middlesex Venezuela InfoServices Consulting Caracas * Des centres de formation sont situés dans ces bureaux. Information Builders France 24 Quai Gallieni Suresnes Tél.: Fax: informationbuilders.fr Siège EMEA Dr. Willem Dreesweg 2, 1185 VB Amstelveen, Netherlands +31 (0) Fax +31 (0) Siège social Two Penn Plaza, New York, NY (212) Fax (212) informationbuilders.com Copyright 2015 by Information Builders. Tous droits réservés. [124] Tous les produits et les noms de produits mentionnés dans cette publication sont des marques commerciales ou des marques déposées par leurs sociétés respectives. DN FR

Ne construisez pas de tableaux de bord - Composez-les librement et aisément!

Ne construisez pas de tableaux de bord - Composez-les librement et aisément! Ne construisez pas de tableaux de bord - Composez-les librement et aisément! Offrez des services d analyse en self-service à tous les utilisateurs de l entreprise grâce à un Portail BI de dernière génération!

Plus en détail

Les 8 mauvaises pratiques les plus répandues en matière de MDM et comment les éviter

Les 8 mauvaises pratiques les plus répandues en matière de MDM et comment les éviter Les 8 mauvaises pratiques les plus répandues en matière de MDM et comment les éviter Dan Power, fondateur & président de Hub Designs, et Julie Hunt, éditrice de Hub Designs Magazine Livre blanc WebFOCUS

Plus en détail

Les six mauvaises pratiques les plus répandues en matière de Business Intelligence

Les six mauvaises pratiques les plus répandues en matière de Business Intelligence Les six mauvaises pratiques les plus répandues en matière de Business Intelligence Comment éviter l échec et assurer la réussite de vos projets décisionnels Livre blanc WebFOCUS iway Software Omni Table

Plus en détail

Douze éléments à prendre en compte lors de la mise en œuvre d un projet de Business Intelligence mobile.

Douze éléments à prendre en compte lors de la mise en œuvre d un projet de Business Intelligence mobile. Douze éléments à prendre en compte lors de la mise en œuvre d un projet de Business Intelligence mobile. Comment assurer le succès de votre projet en posant les bonnes questions. Livre blanc par Gregory

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

Perceptive Software : Profil de l entreprise

Perceptive Software : Profil de l entreprise Perceptive Software : Profil de l entreprise Il a été estimé que 80% des informations de l entreprise n est pas structuré. Les contrats et factures scannés, la communication client, les fichiers des employés

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Créer un Business Case pour la gouvernance des données

Créer un Business Case pour la gouvernance des données Créer un Business Case pour la gouvernance des données Dix étapes critiques Livre blanc 1 Information Builders Table des matières 1 Introduction 2 Créer un Business Case pour la gouvernance des données

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL

LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL LA CARTE DU MOIS : LA REPARTITION DES 500 PREMIERES UNIVERSITES MONDIALES : UN ASPECT DE L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte du

Plus en détail

Optimiser le. succès. de vos nominations grâce à une solution. fiable, indépendante et globale

Optimiser le. succès. de vos nominations grâce à une solution. fiable, indépendante et globale Optimiser le succès de vos nominations grâce à une solution fiable, indépendante et globale Recrutements Sélection en vue de nominations (horizon court terme) Transformations impliquant des décisions sur

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 24 septembre 2014 fixant par pays et par groupe le montant de l indemnité spécifique

Plus en détail

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure Qu'est-ce que la législation ErP? Pourquoi choisir? La législation relative aux produits liés à l'énergie (ErP, Energy related Product) a été

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

L approche PTS Consulting

L approche PTS Consulting L approche PTS Consulting A propos... PTS Consulting Group propose une offre de consultance et de gestion de projets de classe mondiale aux plus grandes entreprises internationales. Fondée au Royaume-Uni

Plus en détail

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure Relumina L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure Qu'est-ce que la législation ErP? La législation relative aux produits liés à l'énergie (ErP, Energy related Product) a été introduite

Plus en détail

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal

La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Portraits démographiques La population immigrante dans la région métropolitaine de Montréal Division des affaires économiques et institutionnelles Mars 2010 République populaire de Chine Algérie Maroc

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Canada - 2009. Services d information sur la rémunération. Données précieuses. Idées inestimables.

Canada - 2009. Services d information sur la rémunération. Données précieuses. Idées inestimables. Canada - 2009 Services d information sur la rémunération Données précieuses. Idées inestimables. Caractéristiques de Hay Group PayNet - Canada PayNet est l outil Internet exclusif de Hay Group servant

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE 104 SOURCE STATISTIQUE L entrée en vigueur de la loi du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques a suscité un besoin croissant d informations

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

Apple Computer Inc. Contrat de licence de logiciel

Apple Computer Inc. Contrat de licence de logiciel Apple Computer Inc. Contrat de licence de logiciel LISEZ SOIGNEUSEMENT CE CONTRAT DE LICENCE LOGICIEL ( LICENCE ) AVANT DE CLIQUER SOIT SUR LE BOUTON ACCEPTER, SOIT SUR LE BOUTON REFUSER. EN CLIQUANT SUR

Plus en détail

Voyages internationaux : renseignements préliminaires

Voyages internationaux : renseignements préliminaires N o 66-001-P au catalogue Vol. 31, n o 2. Bulletin de service Voyages internationaux : renseignements préliminaires 2015. Tableaux statistiques Tableau 1 Voyages internationaux au Canada pourcentage pourcentage

Plus en détail

Les banques suisses 2014 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2014 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +4 44 63 3 communications@snb.ch Zurich, le 8 juin 205 Les banques suisses 204 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse Résumé

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 500 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL

LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 500 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL LA CARTE DU MOIS : LA REPARTITION DES SIEGES SOCIAUX DES 5 PREMIERES ENTREPRISES MONDIALES : L ARCHIPEL MEGALOPOLITAIN MONDIAL Projection : Gall Définition : Spatiale : le cadre de la carte est la carte

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Améliorer le retour sur investissement de Salesforce grâce à l automatisation du marketing

Améliorer le retour sur investissement de Salesforce grâce à l automatisation du marketing LIVRE BLANC Améliorer le retour sur investissement de Salesforce grâce à l automatisation du marketing 1 Introduction La technologie permet d améliorer de manière significative la productivité du service

Plus en détail

L expert en gestion des talents. Stratégie. Mise en œuvre. Résultats.

L expert en gestion des talents. Stratégie. Mise en œuvre. Résultats. L expert en gestion des talents Stratégie. Mise en œuvre. Résultats. Le talent est-il votre priorité? Pour certaines entreprises, la technologie de pointe est source de croissance. Pour d autres, c est

Plus en détail

GMC Inspire HybridMail

GMC Inspire HybridMail GMC Inspire HybridMail Gérez vos courriers d un simple clic depuis le bureau Réalisez immédiatement 60 % d économies 2 3 Supprimez les coûts cachés Alors que la plupart des entreprises doivent faire face

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

DES SOLUTIONS d IDENTITE

DES SOLUTIONS d IDENTITE DES SOLUTIONS d IDENTITE POUR LES GOUVERNEMENTS et les institutions publiques DES IDENTITeS PLUS SeCURISeES Les gouvernements et les institutions publiques ont pour mission de garantir et de protéger l

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

Vous et votre famille PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES

Vous et votre famille PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES www.forces.gc.ca/assistance VOTRE QUALITÉ DE VIE EST IMPORTANTE! Évidemment, vous désirez profiter d une bonne qualité de vie. Et vous avez parfaitement raison! Toutefois,

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

soyez informés soyez engagés soyez inspirés soyez motivés soyez prêts soyez investis

soyez informés soyez engagés soyez inspirés soyez motivés soyez prêts soyez investis soyez engagés soyez informés soyez inspirés soyez prêts soyez motivés soyez investis soyez investis S investir Mettre toute son énergie psychique dans (une activité, un objet). Aussi, s investir dans (une

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE MONDIAL 2013 SUR LA GESTION DU RENDEMENT SOMMAIRE

RÉSULTATS DU SONDAGE MONDIAL 2013 SUR LA GESTION DU RENDEMENT SOMMAIRE RÉSULTATS DU SONDAGE MONDIAL 2013 SUR LA GESTION DU RENDEMENT SOMMAIRE TABLE DES MATIÈRES SURVOL PRINCIPALES OBSERVATIONS : FACTEURS ESSENTIELS À UNE GESTION EFFICACE DU RENDEMENT DONNÉES SECTORIELLES

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Exportations de grain canadien et de farine de blé

Exportations de grain canadien et de farine de blé Commission canadienne des grains Canadian Grain Commission MARS CAMPAGNE AGRICOLE 2011- Exportations de grain canadien et de farine de blé 2011- À Tonnes (millions) 10.0 7.0 9.0 6.5 6.0 8.0 5.5 7.0 5.0

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde

Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde Les tendances 2011 des secteurs aérien et hôtelier et du Travel Management dans le monde Au premier trimestre 2011, les entreprises ont commencé à réinvestir dans le voyage d affaires tout en restant vigilantes

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Entreprises de la Filière Cosmétique, Business France vous accompagne. à l INTERNATIONAL

Entreprises de la Filière Cosmétique, Business France vous accompagne. à l INTERNATIONAL Entreprises de la Filière Cosmétique, Business France vous accompagne à l INTERNATIONAL L expérience de l EXPORT Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

Utilisation de l automatisation du marketing pour augmenter le retour sur investissement du CRM

Utilisation de l automatisation du marketing pour augmenter le retour sur investissement du CRM LIVRE BLANC Utilisation de l automatisation du marketing pour augmenter le retour sur investissement du CRM Introduction La technologie permet d améliorer de manière significative la productivité du service

Plus en détail

Optimisation du retour sur investissement de Microsoft Dynamics CRM grâce à l automatisation du marketing

Optimisation du retour sur investissement de Microsoft Dynamics CRM grâce à l automatisation du marketing LIVRE BLANC Optimisation du retour sur investissement de Microsoft Dynamics CRM grâce à l automatisation du marketing 1 Introduction La technologie permet d améliorer de manière significative la productivité

Plus en détail

Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada

Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada (pour les portefeuilles en vente au Canada) Compte rendu sur la méthodologie Morningstar 21 septembre 2006 Table des matières Processus de catégorisation

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN

Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN Chapitre 31: CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN 1. Présentation... 413 2. Méthodologie... 413 3. Sources de documentation... 413 4. Tableaux... 414 Liste des tableaux Tableau 33. 1 : Répartition des représentations

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels.

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels. Solutions Une expertise au service de vos besoins logiciels. SIX Financial Information Solutions offre une combinaison parfaite des données, des process et du logiciel pour développer des produits sur

Plus en détail

Mesure de l Intelligence Emotionnelle. Diagnostic des Styles de Leadership. Diagnostic de Climat de Travail. Tests psychométriques - Talent Q

Mesure de l Intelligence Emotionnelle. Diagnostic des Styles de Leadership. Diagnostic de Climat de Travail. Tests psychométriques - Talent Q Formations & Accréditations Mesure de l Intelligence Emotionnelle Diagnostic des Styles de Leadership Diagnostic de Climat de Travail Tests psychométriques - Talent Q Informations : sandrine.enault@haygroup.com

Plus en détail

Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor

Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor Application des NTIC dans le transport public: présentation de la solution de supervision intégrée Thales Hypervisor Mathias BOSSUET mathias.bossuet@thalesgroup.com Thales presentation March 16th, 2010

Plus en détail

Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur.

Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur. Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur. Les fondations d un succès Améliorez les coûts, la planification et la coordination des

Plus en détail

Guide de l administrateur de Quantum View Manage

Guide de l administrateur de Quantum View Manage Janvier 2010 2010 United Parcel Service of America, Inc. UPS, la marque de commerce UPS et la couleur brune sont des marques déposées de United Parcel Service of America, Inc. Tous droits réservés. Table

Plus en détail

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance Bien que les difficultés relatives à la conformité puissent souvent être résolues au niveau local, la ligne d assistance de RPM International

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 Offre réservée aux particuliers exclusivement ZEOP SAS 39 rue Pierre Brossolette 97420 LE PORT - capital de 500 000 - RCS SAINT DENIS 531 379 295 Les prix sont exprimés en

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez.

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service associe une base de données sur les instruments financiers d envergure internationale à un système

Plus en détail

La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées

La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées La business intelligence pour une meilleure visibilité sur l activité et des décisions plus avisées 3 Sommaire Introduction 3 Introduction 5 Défi à relever : le surplus de données 6 Quatre aspects essentiels

Plus en détail

Qui sommes-nous? Denis Thiery Président et chef de la direction

Qui sommes-nous? Denis Thiery Président et chef de la direction Qui sommes-nous? Denis Thiery Président et chef de la direction «Fondée en 1924, Neopost s est hissée au rang de chef de file mondial des services postaux et de joueur de premier plan dans les domaines

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des détaillants Alliance Fujitsu-salesforce.com Pourquoi Fujitsu? Fujitsu est une grande société qui a réussi à l échelle mondiale... sans en

Plus en détail

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir

Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Défis du tourisme canadien et occasions à saisir Présentation dans le cadre du Symposium sur les mesures de performance et les contributions économiques du tourisme Le 25 septembre 2012 Que signifie le

Plus en détail

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES La reconnaissance de la qualité de «résident étranger» conditionne l application des conventions fiscales internationales. QU EST CE QU

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins.

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins. La gamme de produits de SIX Financial Information Pour répondre à tous vos besoins. Depuis plus de 80 ans, SIX Financial Information collecte, traite et distribue des informations financières internationales.

Plus en détail

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Pourquoi Fujitsu? - Fujitsu est une grande société qui a réussi à l échelle mondiale...

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective ASSURANCE COLLECTIVE Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective Travaillons ensemble pour les prévenir La fraude et l abus ont une forte incidence sur

Plus en détail

De succès dans l internationalisation des entreprises

De succès dans l internationalisation des entreprises De succès dans l internationalisation des entreprises Présence Internationale 50 Pays Afrique du Sud Algérie Allemagne Angola Arabie Saoudite Argentine Autriche Azerbaïdjan Belgique Brésil Bulgarie Canada

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Service ARBURG dans le monde

Service ARBURG dans le monde Aperçu Service ARBURG dans le monde Rapide, complète, orientée sur la recherche de solution : la prise encharge complète et directe par ARBURG www.arburg.com ARBURG pour un moulage par injection efficace

Plus en détail