«Mineurs non accompagnés» Mme. Violeta Quiroga (Directrice du Groupe de Recherche IFAM- Fundació Père Tarrés Universitat Ramón Llull)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Mineurs non accompagnés» Mme. Violeta Quiroga (Directrice du Groupe de Recherche IFAM- Fundació Père Tarrés Universitat Ramón Llull)"

Transcription

1 Soutien du Processus Euro-Africain sur la Migration et le Développement («Processus de Rabat») Réunion d experts sur les GroupesVulnérables Rabat, Juillet 2010 «Mineurs non accompagnés» Mme. Violeta Quiroga (Directrice du Groupe de Recherche IFAM- Fundació Père Tarrés Universitat Ramón Llull) Projet financé par l UE

2 Mineurs non accompagnés Première présentation spécialisée sur les groupes vulnérables :«Mineurs non accompagnés» Mme Violeta Quiroga (Directrice du Groupe de Recherche IFAM- Fundació Père Tarrés Universitat Ramón Llull) Document original en espagnol.

3 Sommaire 1. Concept de Mineur Non Accompagné - MNA 2. Cadre théorique 3. Contexte : 3.1.Contextes d origine 3.2. Causes de l immigration 3.3. La decision d émigrer et l implication de la famille 3.4. Modèles migratoires

4 Mineur Non Accompagné Concept DIRECTIVE 2001/55/CE DU CONSEIL Art 2. F mineurs non accompagnés», les ressortissants de pays tiers ou apatrides âgés de moins de dix-huit ans qui entrent sur le territoire des États membres sans être accompagnés d'un adulte qui soit responsable d'eux, de par la loi ou la coutume, et tant qu'ils ne sont pas effectivement pris en charge par une telle personne, ou les mineurs qui ne sont plus accompagnés après leur entrée sur le territoire des États Membres

5 Concept Mineur Non Accompagné Dans la plupart des pays d Europe : MNA Autres dénominations : Mineurs séparés (ACNUR et Save The Children) Mineur réfugié non accompagné (Danemark et pays nordiques) Mineur immigrant non accompagné (Belgique) Mineur isolé, mineur sans responsable légal, jeunes errants (France) Mineur étranger non accompagné, mineur migrant non accompagné, mineur immigré de vie indépendante, mineur transfrontalier (Espagne) Mineur étranger non accompagné, mineur en état d abandon, mineur étranger avec lien de parenté jusqu au quatrième degré (Italie) Mineur non accompagné, Mineur non accompagné ou élevé séparément (Portugal) ( )

6 Mineur Non Accompagné Concept et caractéristiques Enfants et adolescents mineurs de 18 ans. Qui migrent hors de leur pays d'origine, seuls ou «mal accompagnés» Qui sont séparés des personnes qui par la loi ou par la coutume sont responsables d eux. Qui entrent irrégulièrement sur le territoire ou en demandant d'asile. Pratique législative et applicable Au sens restreint : mineur qui émigre sans parents ou tuteurs légaux. Au sens large : mineur qui émigre sans parents ou tuteurs légaux, ou bien accompagné d un adulte qui ne peut ou ne veut pas s en occuper correctement.

7 Nouveautés du concept Concernant le concept Insuffisamment accompagné Enfants et adolescents avec des frères et soeurs plus âgés ou des membres de leurs familles ou compatriotes dans la même situation d irrégularité et/ou de marginalisation. Filles et adolescents avec des membres de leurs familles ou des compatriotes; belles-mères ou maris; fiancés, amis ou intermédiaires adultes.

8 Profil des MNA Les administrations detectent plus de MNA du sexe masculin. Les filles, généralement ne sont pas identifiés car elles arrivent en Europe via des intermédiaires, des réseaux de la migration ou des réseaux de nature pénale dans des circuits cachés (traite des êtres humains, exploitation sexuelle, l'exploitation du travail...) La tendance historique montre que la plupart des MNA arrivent dans la période de l'adolescence, principalement entre 15 et 18 ans. Cependant, de plus en plus il y a des MNA qui arrivent plus jeunes.

9 Cadre théorique : histoire Ce n est pas un phénomène nouveau dans le monde d un point de vue historique, mais il possède aujourd hui des caractéristiques et une portée nouvelles. Il s inscrit dans un contexte politique, économique et social international (fin des années 1980), caractérisé par : Une prise de conscience croissante pour la protection des droits de l enfant de la part de la communauté internationale, qui s est traduite par la Convention sur les Droits de l Enfant, approuvée en 1989 par l Assemblée Générale des Nations Unies ; Une profonde transformation des mouvements migratoires comme résultat du processus de globalisation, qui a provoqué une augmentation du nombre de migrants, un développement des réseaux migratoires et une diversification des types migratoires ; Une plus grande fluidité et rapidité dans les communications terrestres, maritimes et aériennes qui facilitent les déplacements humains.

10 Cadre théorique : perception Nouvelle perception sociale et politique concernant le besoin de protéger les droits de ces enfants. Cette perception, nouvelle d un point de vue historique, a généré une problématisation du phénomène de la part des pouvoirs publics, dans la mesure où ils se sont vus obligés d offrir une protection adéquate à ces mineurs. Les déplacements de MNA sont un phénomène global. Ils se produisent Les déplacements de MNA sont un phénomène global. Ils se produisent en Europe, en Amérique du Nord... et en général, dans tous les territoires frontaliers entre les régions riches et les régions pauvres de la planète. Ils sont principalement issus de pays qui souffrent d une situation d instabilité politique, économique et sociale prolongée.

11 Cadre théorique : âge et migration Les MNA sont un nouvel acteur migratoire avec leurs particularités. Ils ont été détectés et caractérisés dans les pays d accueil compte tenu de l âge de ces migrants. Cependant, l âge est une construction culturelle. Dans les sociétés traditionnelles (jeunes-adultes) dans les sociétés occidentales (enfants et adolescents). Cette différence culturelle est l une des principales causes du problème social. Etape de l adolescence, étape de transition, marquée par une certaine liminalitée. La migration devient une nouvelle forme de rituel de passage, processus de transformation vers l étape adulte.

12 Cadre théorique : genre Il existe des différences dans le phénomène MNA pour des questions de genre. En général, et dans la littérature existante, les migrations féminines adultes ont été oubliées et sont devenues invisibles, tout comme avec les mineures. Lorsqu elles sont abordées, elles sont traitées selon une position de dépendance, en adoptant des perspectives de victimisation, en exagérant les situations d exploitation ou en relatant les graves conséquences que le départ des femmes implique dans leur pays d origine. Concept de Dolores Juliano, la migration des femmes réfugiées de genre. Elles sont rarement traitées come des actrices migratoires qui décident elles-mêmes des MNA, leur parcours de vie et leur futur.

13 Cadre théorique: facteur d origine Facteurs qui accélèrent la migration de mineurs dans le pays d origine Une forte croissance démographique Une croissance urbaine élevée et accélérée (la plupart des mineurs sont issus d un environnement urbain) Une proportion élevée de mineurs de 15 ans. Un indice de développement humain moyen ou faible (Maghreb et Afrique de l ouest) Des inégalités économiques et une pauvreté structurelle Pays en conflit

14 Cadre théorique : facteurs pays de destination Facteurs qui déterminent les pays de destination La proximité et/ou facilité de transport Les liens historiques, économiques, linguistiques entre pays Les antécédents migratoires de la même origine dans le pays d arrivée Les législations et politiques d accueil du pays de destination.

15 Contextes d origine : principaux pays Font: Entrevistas realizadas a 153 MMNA en Cataluña, País Vasco, Madrid y Comunidad Valenciana, Elaboración propia.

16 Contextes d origine : principaux pays Principaux pays et régions d origine ( ) : Près de 70% sont du Maghreb. Près de 19% sont issus de l Afrique subsaharienne. Près de 7% d Europe de l Est. 3% d Amérique Latine. Moins de 0,5 d Asie. 2,5% d autres régions.

17 Contextes d origine : principaux pays Echantillon stratégique des interviews : 153 interviews détaillées de mineurs : 84 interviews de mineurs issus du Maghreb. 84 interviews de mineurs issus du Maghreb. 56 interviews de mineurs issus d Afrique subsaharienne. 10 interviews de mineurs d Europe de l Est. 2 d Amérique Latine. 1 du Moyen-Orient.

18 Contextes d origine MENA interviewés selon le type de famille et la région d origine Afrique subsaharienne Maghreb Europe de l Est Amérique Latine Moyen-Orient Asie Ejjj Total Type de famille (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nucléaire 52, , ,4 4 50, ,0 0 0, ,0 Etendue 7,3 5 9,3 6 7,1 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0 Polygamique 9, ,2 2 2,4 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0 Monoparentale 18, , ,3 1 12,5 0 0,0 0 0,0 0 0 Recomposée 4,0 4 7,4 1 1,2 1 12,5 0 0,0 0 0,0 0 0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

19 Contextes d origine Taux de fécondité des pays d origine La baisse de la fécondité est plus élevée dans les pays du Maghreb et dans les pays des mineurs non africains, tandis que la diminution dans les pays africains subsahariens est moins importante, le nombre moyen d enfants par femme dans tous les pays subsahariens émetteurs de mineurs est supérieur à 4 enfants. Taux de fécondité Taux fecundidad de fécondité Pays total total Espagne 2,9 1,3 Roumanie 2,6 1,3 Algérie 6,0 2,5 Maroc 1 7,4 2,5 Equateur 6,9 2,8 Inde 5,3 3,1 Ghana 6,7 4,4 Congo 6,3 4,8 Cameroun 6,3 4,9 Côte d Ivoire 6,6 5,1 Gambie 7,0 5,2 Sénégal 7,0 5,2 Guinée 7,2 5,8 Mali 7,4 6,7 Angola 7,6 6,8 Source : Rapport sur le Développement Humain 2007/2008 du PNUD, Elaboration propre.

20 Contextes d origine MENA interviewés selon le nombre de frères/soeurs et la région d origine Afrique subsaharienne Maghreb Europe de l Est Amérique Latine Moyen-Orient Asie Nombre Total (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) 1 frère/soeur 3,4 0 0,0 3 3,6 1 11,1 1 50,0 0 0,0 0 0,0 Entre 2 et 3 frères/soeurs 26, , ,2 4 44,4 0 0,0 0 0,0 1 50,0 Entre 4 et 9 frères/soeurs 60, , ,0 4 44,4 1 50,0 0 0,0 1 50,0 Entre 10 et 19 frères/soeurs 6,7 5 9,8 5 6,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Aucun/e frère/soeur 2,7 2 3,9 1 1, , ,0 0 0,0 Total , , , , , ,0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

21 Contextes d origine MENA interviewés selon la relation familiale et la région d origine Afrique subsaharienne Maghreb Europe de l Est Amérique Latine Moyen-Orient Asie Nombre Total (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Bonnne 69, , ,5 4 50, ,0 0 0, ,0 Mauvaise 19,8 3 10, ,4 4 50,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Bonne avec un des parents 4,0 1 3,3 3 5,2 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Mauvaise avec les frères/soeurs 3,0 0 0,0 3 5,2 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Problèmes propres à l âge 3,0 2 6,7 1 1,7 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Non pertinent 1,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0, ,0 0 0,0 Total , , , , , ,0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

22 Relations familiales Contextes d origine En général nous n avons pas détecté de graves problèmes. La plupart des petits conflits ne sont que des conflits propres à l étape de l adolescence. Certains parlent de parents stricts ou de parents avec lesquels il y a beaucoup de distance et peu de confiance (modèle de famille dans de nombreuses sociétés des pays d origine), le père détient l autorité familiale et la mère, en revanche, est une figure plus proche et affective. Le cas des MNA est différent car ils sont pour la plupart en conflit avec leurs familles. Ces relations qualifiées de très mauvaises ont été capitales dans la décision de la migration. Source : Rapport sur le Développement Humain 2007/2008 du PNUD, Elaboration propre.

23 Contextes d origine MENA interviewés selon la perception économique familiale et la région d origine Afrique subsaharienne Maghreb Europe de l Est Amérique Latine Moyen-Orient Asie Total Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Très bonne 2,3 1 3,2 1 2,2 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Bonne 28, , ,7 0 0, , ,0 0 0,0 Normale 17,0 1 3,2 9 19,6 5 83,3 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Mauvaise 39, , ,1 1 16,7 0 0,0 0 0,0 1 50,0 Très mauvaise 12,5 2 6,5 8 17,4 0 0,0 0 0,0 0 0,0 1 50,0 Total , , , , , ,0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

24 Contextes d origine MENA interviewés selon la profession du père et de la mère Père Mère Profession Nombre (%) Nombre (%) Travaille 85 59, ,1 Ne travaille pas 26 18,3 1 0,7 Travaille à domicile ,1 Autres ,7 Non pertinent 31 21,8 3 2,2 Total , ,0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

25 Contextes d origine Travail des parents selon les grandes régions geographiques Chez les mineurs maghrébins, on constate qu il existe un pourcentage élevé de parents qui ne peuvent travailler ou subvenir aux besoins de leur famille pour différentes raisons (ou bien parce qu ils sont à la retraite, sont trop vieux pour travailler ou ne travaillent pas parce qu ils sont malades). Chez les mineurs subsahariens, il y a un pourcentage important des parents que ne peuvent pas non plus subvenir aux besoins de leur famille. La principale cause est le décès du père. Dans le modèle traditionnel de la famille aussi bien maghrébine que subsaharienne, le père est chargé de subvenir aux besoins de la famille. Dans les cas où le père n y parvient pas, cette responsabilité de maintenir économiquement la famille peut revenir aux fils, en particulier à l aîné, même si d autres frères peuvent sentir cette obligation.

26 Contextes d origine Niveau d instruction de la famille et des mineurs Dans le cas des familles maghrébines, le niveau d éducation des pères se situe entre très faible (analphabètes) et basique (primaire). Dans le cas des mères, 90% ne sont pas allées à l école. Dans le cas des pères subsahariens, plus de la moitié ont suivi des études (enseignement primaire ou secondaire). Dans le cas des mères, 57% ont fait des études, même si en général elles possèdent un niveau très basique. Une grande partie des mineurs ont dépassé le niveau d instruction de leurs parents. 98% des mineurs ont été scolarisés à un moment de leur vie et savent lire et écrire. Les différences se trouvent entre les mineurs qui ont plus ou moins achevé l enseignement primaire et ceux qui l ont abandonné.

27 Contextes d origine Niveau d instruction des MNA Années dans l école pour les mineurs interviewés, 2007 Ils ont étudié 1-5 ans Ils ont étudié 6 ans et plus Ils ont étudié mais en ne sait pas combien d ans Ils n ont pas étudié

28 Contextes d origine MENA interviewés selon l abandon scolaire Nombre (%) Oui ,2 Non 18 12,1 Pour aller en formation professionnelle 8 5,4 N est pas allé à l école 8 5,4 Total ,0 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

29 Contextes d origine MENA interviewés Selon les raisons de l abandon scolaire Raisons de l abandon scolaire Total (%) Pour apprendre un métier ou pour travailler 16,7 Pour émigrer 19,8 Par manque de moyens : pauvreté 14,6 Décès du père ou de la mère 2,1 Il n aime pas l école 19,8 École trop loin du domicile 6,3 Décision familiale 3,1 Autres 9,4 Non pertinent 8,3 Source : interviews de 153 MENA en Catalogne, Pays Basque, Madrid et Communauté de Valence Elaboration propre.

30 Causes de l immigration Un phénomène à causes multiples : Economiques Politiques Amélioration des attentes sociales et culturelles Conflit familial Aventure

31 Causes de l immigration Deux nouvelles causes ont été détectées au cours des deux dernières années. Amélioration des expectatives sociales et cuturelles (apparition de l ambition pouvoir gagner sa vie et réussir dans le sport en Europe. Conflit familial (principalement les filles) Pères et frères violents, violence sexuelle sur la mère ou les filles, conflits intergénérationnels dus aux petites transgressions adolescentes ; manque de liberté Mères séparées avec un nouveau conjoint ; beaux-pères auteurs d abus sexuels ; pères, beaux-pères ou conjoints alcooliques ; violence sexuelle avec les pères, beaux-pères ou conjoints ; maternité adolescente...

32 La décision d émigrer et l implication de la famille Décision individuelle ou avec un groupe de semblables : pour chercher un emploi, pour améliorer les perspectives de futur ou par aventure. (Plus de 95% des mineurs) Dans ce cas, la famille ne le sait pas toujours (36%). Lorsqu elle l apprend, son attitude peut être le rejet (7%), la résignation ou l appui (57%). Décision familiale : pour protéger le mineur, pour aider la famille et/ou pour améliorer les conditions sociales du mineur (moins de 4% des mineurs)

33 Modèles migratoires (premier modèle) 1er modèle : ceux qui voyagent par la mer (Maghreb et pays subsahariens) Ils arrivent dans les régions du continent européen les plus proches de leur pays d origine (nord de l Afrique côtes andalouses / côte atlantique africaine îles Canaries) Ils sont originaires de pays proches qui traversent de fortes crises économiques qui sont souvent liées à des situations politiques instables Ils arrivent en Europe de manière irrégulière, caché dans un ferry, sous un camion ou un autobus ou dans des embarcations de fortune) Ils peuvent venir seuls ou avec un groupe de semblable ou arrivent avec un adulte qui les accompagne

34 Modèles migratoires : moyens de transport MENA interviewés Selon le transport utilisé pour traverser et la région d origine Afrique subsaharienne Maghreb Europe de l Est Amérique Latine Moyen-Orient Asie Transport Total (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Cachés dans un bateau (passeur) 12,6 6 11, ,3 0 0,0 0 0, ,0 1 50,0 Sous un camion 31,5 1 2, ,3 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Canot/canoë 34, , ,8 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Avion 7,0 6 11,8 1 1,2 0 0, ,0 0 0,0 1 50,0 Voiture/bus ou autres véhicules terrestres 9,1 1 2,0 6 7, ,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Bateau 4,9 0 0,0 7 8,6 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Autres 0,7 0 0,0 1 1,2 0 0,0 0 0,0 0 0,0 0 0,0 Total , , , , , ,0

35 Modèles migratoires : mineurs en canot Mineurs arrivés en canot, , ,8 0, , , Nb %

36 Modèles migratoires 2ème modèle : ceux qui voyagent en avion (pays subsahariens) Ils arrivent dans les capitales des pays de destination. Ils sont issus de pays qui souffrent de conflits armés et/ou de graves troubles (Afrique subsaharienne, Moyen- Orient et Asie). Ils choisissent des pays avec lesquels il existe des liens historiques. Ils arrivent avec un adulte qui les accompagne, que ce soit un membre de leur famille, une connaissance ou un intermédiaire d une organisation migratoire.

37 Quelques questions pour réfléchir Que pouvons-nous faire pour retarder la migration des MNA à partir des pays d origine et des pays d accueil? Une politique destinée à l enfance et à l adolescence est-elle nécessaire dans les pays d origine? Renforcer le système de protection des mineurs dans les pays d origine peut-il nous aider à détecter des mineurs potentiellement MNA? De quel type d aide les MNA qui n arrivent pas à émigrer ont-ils besoin? Quelles mesures devons-nous appliquer aux MNA rapatriés dans les pays d origine?

38 Remerciements Merci à toutes et à tous pour votre attention. Merci au Ministère du Travail et de l Immigration, à FIIAPP et au Royaume du Maroc, et plus particulièrement au Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération.

39 Groupe de recherche IFAM Infants i Famílies en Ambients Multiculturals Dr Violeta Quiroga, Directrice Ariadna Alonso, chercheuse Montse Sòria, chercheuse

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR)

Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR) Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR) OIM - Avril 2010 1. Objectifs et description du programme AVRR Le

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

QUI SONT LES IMMIGRÉS?

QUI SONT LES IMMIGRÉS? QUI SONT LES IMMIGRÉS? Près de 15 immigrés en Alsace en 1999 Étrangers, immigrés : deux notions différentes Les notions d immigré et d étranger ne sont pas équivalentes. Les définitions qu en donne le

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Document d orientation 14 / Fiche d information 28 Juin 214 Publié conjointement par le Rapport mondial de

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC

IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC IMPACT DE LA MIGRATION INTERNATIONALE SUR LE DEVELOPPEMENT AU MAROC Résultats de l Enquête de 2013 Résumé exécutif B.Hamdouch et M.Mghari 1 Pour le Ministère Chargé des Marocains Résidant à l Etranger

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

Dossier de mariage. De M et de M. Date du mariage :

Dossier de mariage. De M et de M. Date du mariage : Dossier de mariage De M et de M Date du mariage : Documents à fournir au moment du dépôt du dossier Le dossier doit être déposé complet 3 semaines avant la date du mariage Son enregistrement, qui s effectue

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Coopération entre les pays d origine, de transit et d accueil: Mali- Maroc-Belgique et les autres pays européens

Coopération entre les pays d origine, de transit et d accueil: Mali- Maroc-Belgique et les autres pays européens Coopération entre les pays d origine, de transit et d accueil: Mali- Maroc-Belgique et les autres pays européens REDACTION: OIM Situation: L intérêt global et régional pour les migrations qui se développe

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie.

Des problèmes de protection ont continué à se produire le long de la frontière de la Turquie avec la Grèce et la Bulgarie. En Turquie, plus de 9 200 personnes ont pris contact avec le HCR pour demander l asile, soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à l année précédente. Près de 45 pour cent des demandeurs étaient

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

L identification des victimes de la traite des êtres humains lors des procédures de protection internationale et de retour forcé

L identification des victimes de la traite des êtres humains lors des procédures de protection internationale et de retour forcé European Migration Network National Contact Point Luxembourg (LU EMN NCP) L identification des victimes de la traite des êtres humains lors des procédures de protection internationale et de retour forcé

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013 3 6 étudiants internationaux 7 Juin 213 CHIFFRES CLÉS MONDE Selon l UNESCO en 21, on comptait 3 6 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 38 % depuis 26. Les premiers continents

Plus en détail

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes PIECES A PRODUIRE POUR UNE DEMANDE DE CARTE DE RESIDENT PREMIERE DEMANDE Produire les copies et présenter les originaux 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes Lettre de demande de carte

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL RENFORCEMENT DES CAPACITES DES INSPECTEURS DE TRAVAIL DANS LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS MIGRANTS EN MAURITANIE, MALI ET SÉNÉGAL Project type: Secondary project type: Geographical coverage: Executing

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Les adoptions simples et plénières en 2007

Les adoptions simples et plénières en 2007 Secrétariat Général Service support et moyens du ministère Sous-direction de la Statistique et des Études Les adoptions simples et plénières en 2007 Zakia Belmokhtar Juin 2009 2/71 3/71 SOMMAIRE Origine

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES 3 The Millennium Development Goals: Report 2010 Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014 asdf NATIONS UNIES Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par le Groupe

Plus en détail

Exposé présenté par Assia Billig à l occasion du 30 e Congrès international des actuaires. 31 mars 2014, Washington (É.-U.) 1

Exposé présenté par Assia Billig à l occasion du 30 e Congrès international des actuaires. 31 mars 2014, Washington (É.-U.) 1 Pourquoi les actuaires s intéressent aux questions démographiques et pourquoi il faut les écouter Groupe de travail de l AAI sur les enjeux de la population Exposé présenté par Assia Billig à l occasion

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins LES RELATIONS INTERNATIONALES du Conseil national de l Ordre des médecins 02_ LES RELATIONS INTERNATIONALES DE L ORDRE DES MÉDECINS UN MÊME ENGAGEMENT, D R PATRICK BOUET Président du Conseil national de

Plus en détail

Résumé SOUS NOS YEUX. Une analyse statistique de la violence envers les enfants

Résumé SOUS NOS YEUX. Une analyse statistique de la violence envers les enfants CACHÉE Résumé SOUS NOS YEUX Une analyse statistique de la violence envers les enfants Un nouveau rapport de l'unicef présente les dernières statistiques sur la violence envers les enfants, à partir des

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le Baromètre des Vacances des Européens

Le Baromètre des Vacances des Européens Le Baromètre des Vacances des Européens 11 ème édition Présentation des résultats 17 Mai 2011 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON : Tél : 01.41.98.92.15 / E-mail : fabienne.simon@ipsos.com Austragésila

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Le Baromètre des Vacances des Européens

Le Baromètre des Vacances des Européens Le Baromètre des Vacances des Européens 11 ème édition Présentation des résultats 17 Mai 2011 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON : Tél : 01.41.98.92.15 / Email : fabienne.simon@ipsos.com Austragésila

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne N 2014-A-03 - Juillet Panorama du Analyse Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne Après deux décennies de croissance économique trop faible pour permettre une progression des

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

MAROCAINS DE L EXTERIEUR DEVELOPPEMENT

MAROCAINS DE L EXTERIEUR DEVELOPPEMENT MAROCAINS DE L EXTERIEUR & DEVELOPPEMENT Le présent ouvrage a été réalisé avec le concours de Mr Fouad SEFRIOUI Professeur Institut National d Aménagement Et d Urbanisme sefrioui@mtds.com Fondation Hassan

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

L évolution de l illettrisme en France

L évolution de l illettrisme en France une comparaison dans le temps établie avec les mêmes outils de mesure L évolution de l illettrisme en France Agence Nationale de Lutte Contre l Illettrisme Pour l accès de tous à la lecture, à l écriture

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn

Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn Le cadre juridique de la fibre optique au Sénégal? Baye Samba DIOP Chef service affaires juridiques ARTP Sénégal baye.diop@artp.sn PLAN EN TROIS QUESTIONS OU? QUOI? COMMENT? Ou? Le Sénégal se situe à l

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Table des matières 1. Introduction Présentation des 7 accords : Qu est-ce que les Accords bilatéraux et que vont-ils changer? Ce qui ne change pas 2. Libre

Plus en détail