Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES"

Transcription

1 Chapitre 11 METHODOLOGIE D ENQUÊTES PLAN DU CHAPITRE LE QUESTIONNAIRE Qu est-ce qu un questionnaire? Etapes de la construction d un questionnaire Règles de base pour l élaboration du questionnaire Types de questions Formulation des questions Agencement du questionnaire Les erreurs induites par le questionnaire 11.2 LA COLLECTE DES DONNEES Modes de collecte les plus courants Facteurs influençant le choix d une méthode de collecte Travail à faire durant la collecte Mesures à mettre en oeuvre pour améliorer le taux de réponse 11.3 SOURCES D ERREUR DANS UNE ENQUÊTE Erreur de couverture Erreur due à la non-réponse Erreur d échantillonnage Erreur de mesure 1

2 11.1 LE QUESTIONNAIRE Qu est-ce qu un questionnaire? Un document rédigé contenant des questions et des informations Un moyen de communication Un outil à exploiter Etapes de la construction d un questionnaire a) Définitions préalables Objectifs du questionnaire Population concernée Mode de consultation b) Analyse exploratoire qualitative (définition des concepts, du vocabulaire,... ) c) Premières versions du questionnaire Définir la structure Première formulation des questions N.B.) Importance du travail en équipe, de la consultation de spécialistes,... d) Enquête pilote e) Version définitive du questionnaire 2

3 Règles de base pour l élaboration du questionnaire Distinguer les catégories d information recherchées : faits, connaissances, opinions, attitudes ou comportements, convictions, motivations,... Pertinence et utilité des questions Motiver et faciliter la tâche de l enquêté avant de simplifier celle du chargé d études Souci d objectivité (neutralité) Tenir compte du mode de consultation utilisé (par enquêteur, enquête postale, par téléphone,... ) Penser aux étapes ultérieures : dépouillement, codification, saisie, vérifications, traitements, Types de questions 1) Renseignements signalétiques 2) Questions ouvertes a) Exemple Que pensez-vous de la manière dont le cours est donné? N.B.) La question est suivie d un espace délimité destiné à recevoir la réponse, fournie librement par l enquêté. 3

4 b) Utilisation Analyse exploratoire Analyse qualitative Formulation naturelle d un problème Offre la possibilité d exprimer tous les aspects d une opinion, d une motivation, d une conviction, d une attitude,... Permet d obtenir des données numériques précises c) Avantages c.1) Pour l enquêté : Latitude dans le choix et la formulation des réponses Possibilité de diversité et de nuance c.2) Pour l enquêteur : Latitude dans la formulation de la question Utile quand on ne connaît pas le champ des réponses possibles ou qu il est très vaste d) Inconvénients c.1) Pour l enquêté : Risque de mauvaise compréhension des questions Possibilité de ne pas répondre complètement Travail exigeant c.2) Pour l enquêteur : Travail plus important de saisie des réponses Plus grande difficulté de codage, analyse et interprétation N.B.) Recours à des méthodes d analyse spécifiques (analyse de contenu, analyse de données textuelles,... ) 4

5 3) Questions fermées L ensemble des réponses possibles est proposé. a) Types de questions fermées a.1) Question dichotomique Ex. : Possédez-vous un ordinateur? Oui Non a.2) Question à choix multiple à réponse unique Ex. : Combien avez-vous d enfants? Zéro Un Deux Trois ou plus a.3) Question avec échelle d évaluation Ex. : Quelle est votre opinion sur le ministre Untel? Très mauvaise Mauvaise Bonne Très bonne Sans opinion Une telle échelle peut comporter ou non une case sans opinion. 5

6 Le nombre de modalités peut varier. Ex. : Les échelles d évaluation permettent d analyser à la fois le contenu et l intensité de l attitude des répondants vis-à-vis d un concept : cf. échelles de sémantique différentielle d Osgood. Personnel incompétent Agences mal situées Mauvais travail Extrê- Très Assez Ni l un Assez Très Extrêmement ni l autre mement (-3) (-2) (-1) (0) (1) (2) (3) Personnel compétent Agences bien situées Bon travail 6

7 a.4) Question avec réponses à cocher Ex. : Quel moyen de transport avez-vous utilisé hier? Voiture Vélo Autobus Tram Métro Train Avion Autre N.B.) On peut dans ce cas cocher toutes les cases pertinentes. 7

8 a.5) Question avec classement Il s agit ici de donner un certain nombre de propositions et de demander aux interrogés de les classer par ordre de préférence. Ex. : Voici une liste de façons de préparer un examen de première année d université. Vous êtes invités à les classer par ordre d efficacité en écrivant 1 dans la case située à côté de la méthode que vous jugez la plus efficace, puis 2 pour celle que vous jugez la plus efficace en deuxième lieu et ainsi de suite. Etudier dans le livre de référence Etudier dans ses notes prises au cours Etudier dans les notes d un autre étudiant Consulter un ou plusieurs ouvrages à la bibliothèque Prendre un professeur particulier Chercher et résoudre les questions des années précédentes Etudier un seul chapitre et compter sur la chance N.B.) On peut ne demander d indiquer que les 3 ou 4 premières méthodes choisies. 8

9 b) Avantages b.1) Pour l enquêté : Facile à répondre, souvent rapide Plus anonyme b.2) Pour l enquêteur : Facilité de dépouillement, de codage et d analyse Moins coûteux Réponses plus consistantes Peuvent servir de questions filtres Ex. : Possédez-vous un ordinateur? Oui Non Si OUI : quand l avez-vous acheté? Cette année L an passé Il y a deux ans Il y a trois ans Il y a quatre ans ou plus Si NON : pensez-vous en acheter prochainement? Oui Non 9

10 c) Inconvénients Risque de trop simplifier un problème. Peut susciter une réponse non naturelle. Peut engendrer une réponse en l absence de connaissance ou d opinion. Peut engendrer une réponse valorisante. Les modalités proposées peuvent amener des non-réponses (liste non exhaustive, question délicate,... ) 4) Questions semi-ouvertes (ou semi-fermées) Elles comportent des réponses proposées et offrent la possibilité d ajouter des réponses libres. Ex. : Pourquoi suivez-vous cet enseignement? Parce qu il m est imposé dans un programme de cours Parce qu il constitue un préalable à d autres enseignements que je souhaite suivre Parce que le sujet m intéresse Parce qu il me permet d améliorer une formation Parce qu il me permettra d avoir une promotion dans ma profession Autres raisons :

11 Caractéristiques : Utiles quand on ne maîtrise qu une partie du champ des réponses possibles. Plus faciles à manipuler que les questions ouvertes. Permet de diminuer les non-réponses pour absence d exhaustivité. 5) Formulation des questions Il est bon d anticiper les possibilités de non-réponses. En particulier, il faut prévoir, explicitement ou non, la possibilité de dire je ne sais pas, je suis sans opinion ou je refuse de répondre. Attention cependant à la tentation de se réfugier dans ces rubriques. Le choix des mots utilisés dans une question et sa formulation sont importants. 11

12 Formulation des questions L objectif d une question est d obtenir une réponse traduisant exactement ou le plus fidèlement possible une réalité. Il existe quelques consignes générales à respecter : Une question ne doit contenir qu une et une seule idée. Elle doit être simple (utiliser des mots simples du langage courant parlé). Elle doit être claire et précise (choisir des mots qui ont une seule signification et qui ne peuvent être mal interprétés par l enquêté). Elle doit être courte et directe (craindre les négations et surtout ne pas utiliser de doubles négations). Elle doit être lue (ou entendue) facilement. Elle ne doit pas suggérer une réponse particulière. Elle ne doit pas comporter d éléments d émotivité. Les questions ne doivent pas - dans la mesure du possible - contribuer à la production de non-réponses (manque d exhaustivité, questions délicates,... ). 12

13 Agencement du questionnaire a) Introduction et demande de collaboration Transparence de l origine de l enquête et des objectifs. b) Renseignements d identification Nom, adresse, sexe,... c) Premières questions Questions générales et simples, faciles à répondre. Il ne faut pas rebuter la personne interrogée et lui faire renoncer à continuer. d) Enchaînement des questions 1) Rassembler les questions par thème. 2) Les premières questions d un thème doivent être suffisamment larges pour que l on soit certain que la population visée soit incluse dans ce premier ensemble. Ensuite, par une série de questions plus précises, on définit une partition de ce dernier et on délimite précisément la cible. 3) Intercaler entre les questions difficiles des questions plus faciles, dites questions de repos. 4) Veiller à la cohérence, aux liaisons entre thèmes, aux redondances, aux contrôles. 5) Etre attentif à la longueur du questionnaire. 13

14 Les erreurs induites par le questionnaire Nous considérons ici à la fois les erreurs réelles et les effets impliquant des réponses incorrectes, biaisées. a) Erreurs dues au questionnaire 1) Questions fermées avec liste de réponses non exhaustive. 2) Questions incompréhensibles. 3) Questions suggérant des réponses. Ex. : Que préférez-vous de ces deux éventualités? Que Monsieur X soit nommé président. Que la guerre civile éclate. 4) Effet de halo : influence d une question sur la question suivante. Ex. : Pensez-vous que la grande criminalité soit en progression? Etes-vous favorable au rétablissement de la peine de mort? 5) Biais de réponse sur liste : l ordre de présentation des réponses à une question fermée a un effet sur les réponses. b) Erreurs dues à l enquêté Biais d acquiescement : Tendance à répondre oui pour ne pas contrarier l interlocuteur, ou d accord pour ne pas avoir à discuter Désir d impressionner (réponse valorisante) Crainte d être mal jugé Désir de se conformer à la norme sociale Refus d être impliqué 14

15 Gêne pour répondre Défaillances de la mémoire Refus de répondre Désir de saboter l enquête... N.B.) Pour mieux apprécier la proportion de personnes qui possèdent une caractéristique délicate, c est-à-dire telle que certaines d entre elles n osent pas (ou ne veulent pas) affirmer au grand jour qu elles possèdent cette caractéristique, on peut recourir à une méthode de réponses aléatoires. 15

16 11.2 LA COLLECTE DES DONNEES Après avoir défini la population pour laquelle on a besoin d informations et identifié ses unités, il faut définir une technique de collecte des données en tenant compte des coûts, des délais et de l existence ou non d une base de sondage. L étape de la collecte des données est une étape très importante, caractérisée par : - elle est souvent la plus coûteuse - elle prend beaucoup de temps - elle mobilise de grandes ressources humaines et matérielles - elle affecte directement la qualité des données Modes de collecte les plus courants a) Auto-dénombrement L information requise est fournie par le répondant qui complète lui-même le questionnaire. Avantages : + Bonne couverture + Coût moins élevé + Meilleure confidentialité + Plus de temps pour répondre (si nécessaire) 16

17 Désavantages : Taux de réponse faible Impersonnel Pas indiqué pour les analphabètes ou quasi-illettrés Modes de livraison : - mise à la poste / retour par la poste (fax) - livraison par une personne / retour par la poste (fax) - livraison par une personne / reprise par une personne b) Entrevue personnelle L information requise est obtenue par une visite personnelle au lieu de résidence (enquête sociale) ou au lieu de travail (enquête entreprises). Avantages : + Taux de réponse élevé + Contact personnel avec le répondant + Permet de faire des observations + Permet la prise de mesures directes Désavantages : Coût élevé Formation des enquêteurs Déplacement des enquêteurs 17

18 c) Entrevue téléphonique L information requise est obtenue par un contact téléphonique avec le répondant. Avantages : + Permet un contact direct + Moins coûteuse et plus rapide qu une entrevue personnelle + Compromis entre une visite et la poste + Centralisée Désavantages : Pas d informations visuelles Problème éventuel de couverture de la population (toutes les unités de la population sont-elles contactables par téléphone?... ) Formation des enquêteurs Confidentialité Taux de réponse inférieur à l entrevue personnelle La composition d un numéro téléphonique peut aboutir à : - une résidence - une entreprise - une institution - une cabine téléphonique - un numéro hors-service - un problème technique 18

19 - un signal occupé - une sonnerie sans réponse Taux de succès : pourcentage de numéros de téléphone composés faisant partie de la population cible L échantillon de numéros de téléphone peut être obtenu de différentes manières : 1) à partir de l annuaire téléphonique Avantages : + Base de sondage facile d accès + Taux de succès très élevé Désavantages : Peut demander beaucoup de temps (pour une enquête nationale par exemple) Numéros non publiés n ont aucune chance d être sélectionnés 2) par génération (composition) aléatoire de numéros de téléphone Permet de joindre des numéros confidentiels et de nouveaux numéros d) Mode mixte de collecte Consiste à utiliser plusieurs méthodes de collecte. Ex. : Entrevue personnelle et téléphonique Entrevue personnelle et auto-dénombrement (recensement de la population) 19

20 Facteurs influençant le choix d une méthode de collecte - Objectifs de l enquête - Disponibilité des bases de sondage - Caractéristiques de la population cible - Complexité des concepts - Nature des questions - Qualité des données requise (taux de non-réponse) - Coût - Echéancier - Ressources disponibles (facilité d exploitation) Tableau comparatif des principales méthodes de collecte : Entrevue Autodénombrement poste/poste personnelle téléphonique coût élevé moyen faible délais moyens courts longs taux de élevé moyen à faible (très) réponse élevé 20

21 Travail à faire durant la collecte Identifier les membres de l échantillon Dépistage des unités de l échantillon : - nécessaire pour suivre les unités qui déménagent, changent de nom, etc. - coûteux mais requis pour la longitudinalité - différencie les non-répondants des unités hors-champ Appliquer les procédures de collecte et de dépouillement Contrôler la collecte : - rapidité des retours - rappels si nécessaire Vérification des réponses 21

22 Mesures à mettre en oeuvre pour améliorer le taux de réponse a) A l étape de la conception Choisir une bonne méthode de collecte Anticiper le taux de non-réponse Tester les questions Avoir un bon questionnaire Avoir une bonne base de sondage Lettres d information sur l enquête ou rapports sur les résultats de l enquête (à la suite de l enquête) b) A l étape de la collecte Etablir un bon contact avec le répondant Susciter l intérêt du répondant Bien former les intervieweurs Superviser adéquatement le déroulement de la collecte Argent ou cadeaux 22

23 11.3 SOURCES D ERREUR DANS UNE ENQUÊTE Il existe, dans une enquête, de nombreuses sources d erreur. Les principales sont l erreur de couverture l erreur due à la non-réponse l erreur d échantillonnage l erreur de mesure Erreur de couverture Elle est due au fait que certains individus dans la population ont une probabilité nulle de figurer dans l échantillon. La population définie par la base de sondage ne coïncide pas avec la population que l on désire réellement étudier. Ex. : usage de l annuaire téléphonique qui ne contient pas la liste des numéros privés Ex. : sous-dénombrement, sur-dénombrement ou doubles comptes ; information incorrecte dans la base de sondage (classification ou adresses postales désuètes ou fausses,... ) 23

24 Erreur due à la non-réponse Elle est présente si l on ne peut pas réaliser l enquête auprès de tous les individus de l échantillon qui a été constitué. Causes : refus, non-contact, inaptitude, invalidité de la réponse, destruction des documents,... Il faut distinguer 2 catégories de non-réponses : a) les non-réponses partielles : non-réponses à certaines questions du questionnaire. Elles peuvent être dues à - un refus de répondre - une ignorance ou une incompréhension - une question sautée par l enquêteur - des réponses supprimées parce qu incohérentes, lors de la phase de vérification b) les non-réponses intégrales : non-réponses à l entièreté de l enquête. Elles peuvent être dues à - un refus de répondre - une absence lors du passage de l enquêteur - une incapacité à répondre (langue,... ) - une incapacité à retracer une unité qui a déménagé - une perte du questionnaire 24

25 Le traitement des non-réponses intégrales se pose différemment selon que l on se situe : - dans une méthode empirique (méthode des quotas) où l on ne possède pas d information, en général, sur les non-répondants ; - dans une méthode aléatoire où l on connaît le nombre et, parfois, les causes des non-réponses ; - dans un panel où on a beaucoup d informations sur les nonrépondants. De manière spécifique pour les panels, on a aussi a) la non-réponse de vague : non-réponse intégrale qui se produit à une ou plusieurs vagues, mais pas de façon permanente. Elle crée des trous dans la série de vagues. Causes possibles : - impossibilité de répondre pour une vague spécifique (données non disponibles,... ) - absence temporaire b) l érosion (ou attrition) : réduction de la taille du panel causée par la non-réponse intégrale chronique. Causes possibles : - augmentation du taux de non-réponse (refus catégoriques,... ) - difficulté à retracer les unités longitudinales (changements d adresse, fusion d entreprises,... ) - pas de rotation au sein de l échantillon (haut fardeau de réponse au cours du temps pour l enquêté,... ) 25

26 L érosion peut souvent être réduite en utilisant des incitatifs (cadeaux,... ) et en utilisant de la rotation au sein de l échantillon. L érosion doit être traitée avec soin à cause de biais potentiels si la non-réponse est non-ignorable (cf. ci-dessous). Les unités non répondantes sont souvent celles qui sont d intérêt. On peut également classifier les non-réponses en a) ignorables : le fait qu une personne réponde ou non à une question n est pas relié à la réponse à cette question. Ex. : On ne renvoie pas le questionnaire simplement par paresse. b) non ignorables : tend à biaiser les résultats de l enquête. Ex. : Enquête sur la satisfaction des employés où seuls les employés non satisfaits renvoient le questionnaire. Effet des réponses manquantes : elles créent un biais qui dépend - du taux de non-réponse - de l écart entre les comportements des répondants et des nonrépondants en ce qui concerne la variable étudiée (cf. non-réponse non ignorable). 26

27 Redressement pour non-réponses a) Relance des non-répondants (méthode de Hansen) Parmi les n individus sélectionnés pour l échantillon, n 1 ont répondu au questionnaire et n 2 n ont pas répondu. Parmi ces n 2 non-répondants, on tire de façon équiprobable et sans remise un sous-échantillon s 2 de taille n 2 = λn 2 (0 < λ < 1), et on s arrange pour obtenir les réponses des n 2 individus réenquêtés. L estimateur de Hansen est où y H = n 1 n y 1 + n 2 n y 2 y aurait été la moyenne de l échantillon initial si celui-ci avait été complet y 1 est la moyenne parmi les n 1 répondants (avant la relance) y 2 est la moyenne qui résulterait des observations auprès des n 2 non-répondants ; y 2 est inconnue mais peut être approchée par y 2, la moyenne parmi les n 2 individus qui ont répondu suite à la relance. L étude des propriétés de y H prend en compte le fait que la procédure repose sur 2 niveaux d aléas : 1) n est fixé mais aléas sur le nombre n 2 de non-répondants et sur les individus qui seront non-répondants ; 2) n 2 est connu au moment de la relance mais aléas sur les n 2 individus qui seront sélectionnés lors de cette relance. On montre que E(y H ) = µ (non biais) 27

28 N.B.) On peut aussi étudier le cas de relances successives. b) Méthodes de redressement sur critère Ces méthodes permettent de réduire une partie du biais dû aux nonréponses en corrigeant les estimations de leurs déformations dues à des sous-représentations ou sur-représentations de certaines classes (strates) de la population. Les données de l échantillon observé sont triées a posteriori selon les H modalités d un critère dont on connaît la répartition dans la population : w h = N h (h=1,...,h) N Ex. : critère=sexe - On connaît la proportion d hommes et de femmes dans la population. Pour chaque strate h, on note : n 1h : nombre de réponses obtenues dans la strate h y 1h : moyenne parmi les réponses obtenues dans la strate h Hypothèse : le critère de stratification n est pas corrélé avec la variable Réponse - Non réponse. Dans ce cas, on prend comme estimateur redressé (même principe que la post-stratification) : On montre que y REDR = H w h y 1h h=1 E(y REDR ) = µ (non biais) 28

29 Remarques : Dans ce type de méthodes, on estime, classe par classe, le comportement des non-répondants grâce à celui des répondants. On peut généraliser cette méthode au cas de plusieurs critères de pondération par l utilisation d algorithmes dits de redressement sur critères multiples. Imputation : forme de traitement de la non-réponse - Souvent employée dans les enquêtes à défaut de pouvoir recontacter les non-répondants. - On impute une valeur plausible à une donnée manquante. - Evaluer diverses méthodes d imputation en se basant sur des données réelles. - Analyser les répercussions de l imputation sur les estimations finales. a) Méthodes d imputation pour la non-réponse intégrale Consiste à assigner une valeur plausible à l ensemble des variables de la personne non répondante. Il existe plusieurs méthodes d imputation : le choix dépend du nombre de contraintes que l on désire associer à la valeur imputée de sorte qu elle reflète le mieux possible la vraie valeur. a.1) Imputation par la moyenne - On remplace la valeur manquante par une moyenne calculée à partir des unités répondantes. 29

30 - Ne peut pas être appliquée dans le cas de variables qualitatives. - Variante : a.2) Hot deck * Diviser préalablement l ensemble des répondants en classes d imputation pour ensuite calculer les moyennes à l intérieur de celles-ci. * On doit savoir à quelle classe d imputation appartient chaque unité non répondante (difficile si l information est tirée de l entrevue elle-même). - Consiste à tirer au hasard un des répondants de l échantillon que l on appelle alors un donneur ; les valeurs des variables du donneur sont ensuite assignées à un non-répondant donné. - Particulièrement utile parce qu elle assigne automatiquement aux non-répondants des valeurs cohérentes provenant directement des répondants. - Fonctionne autant pour les variables quantitatives que qualitatives. - Peut s employer à l intérieur des classes d imputation. a.3) Cold deck Elle diffère du hot deck par le fait qu elle choisit le donneur au sein d une source de données externe (Ex. : données administratives ou enquêtes précédentes) 30

31 a.4) Imputation multiple - Consiste à imputer, pour un non-répondant donné, différentes valeurs ; les estimations sont alors calculées en utilisant un ou plusieurs des ensembles de données produits. Ex. : plusieurs imputations par hot deck - Permet de mesurer la variabilité des estimations introduite par l utilisation de valeurs imputées. - Peu employée en pratique, principalement à cause de la multiplication des ensembles de données. b) Méthodes d imputation pour la non-réponse partielle Consiste à assigner une valeur plausible aux variables où la valeur est manquante, sans modifier les variables qui possèdent déjà des valeurs. Les méthodes d imputation pour le traitement de la non-réponse intégrale (imputation par la moyenne, hot deck, cold deck, imputation multiple) peuvent être utilisées. Problèmes : Ces méthodes ne tiennent pas compte de la valeur des variables où il y a eu réponse ; elles peuvent ainsi détruire les relations entre les variables (structure des données). b.1) Imputation déterministe (ou imputation par déduction) S applique lorsque l on peut déterminer sans aucune ambiguïté la valeur des variables manquantes. 31

32 b.2) Imputation par le plus proche voisin - Le donneur est choisi en prenant celui qui se trouve le plus proche selon une distance calculée en utilisant une ou plusieurs des variables connues. - Préserve assez bien la structure des données puisque l on choisit le donneur ressemblant le plus à l unité pour laquelle une valeur doit être imputée. b.3) Imputation par modélisation On estime la valeur de la variable manquante au moyen d un modèle qui utilise les variables connues comme variables auxiliaires explicatives ; pour estimer les valeurs des paramètres du modèle, on utilise les données disponibles de l ensemble des répondants. (Ex. : modèles linéaires, modèles logit, probit,... ) Important!! Identifier dans les ensembles de données les variables où il y a eu imputation afin de bien tenir compte du fait qu une partie des valeurs proviennent non pas des unités interrogées mais d une assignation par imputation. 32

33 c) Imputation pour les panels Pour les panels, les méthodes d imputation doivent tenir compte des données des vagues précédentes et suivantes, en plus de la vague courante. Utiliser seulement les données de la vague courante peut créer des changements (ou transitions) artificiels. Utiliser les données des vagues précédentes et suivantes seulement peut sous-représenter les changements. Méthodes d imputation utilisables : - imputation par le plus proche voisin (imputation par donneur) en utilisant les données des vagues précédentes, suivantes et actuelle pour aider à trouver le donneur ; - imputation par modélisation en utilisant des variables auxiliaires provenant des vagues précédentes, suivantes et actuelle. Exemple : Valeurs pour i Vague 1 Vague 2 Vague 3 Ventes ? Profits Moyenne des ventes - Imputation par la moyenne : ventes imputées = (pas plausible si comparées aux vagues 1 et 3) 33

34 - Imputation historique : ventes imputées = (pas plausible si comparées à la moyenne des ventes pour la vague 2 et également si les profits sont corrélés avec les ventes) - Solutions utilisant les données des vagues précédentes, suivantes et actuelle : a) Modèle 1 : Ventes = α + β(moyenne des ventes) + erreur = (moyenne des ventes) + erreur (α et β sont estimés sur base des vagues précédentes et suivantes) ventes imputées = (50 000) = b) Modèle 2 : Ventes = α + β(profits) + erreur = profits + erreur (α et β sont estimés sur base des vagues précédentes et suivantes) ventes imputées = =

35 Erreur d échantillonnage Cette erreur a été examinée dans les chapitres précédents Erreur de mesure Elle provient des inexactitudes des réponses enregistrées. Les principales causes de cette erreur sont : a) l effet induit par l enquêteur sur les réponses des enquêtés. b) l erreur due aux répondants : incapacité de répondre aux questions (défaillances de la mémoire, oublis,... ), manque de sincérité (crainte des ennuis, désir d impressionner favorablement, désir de valorisation, réponses pour ne pas paraître ignorant, gêne pour répondre, réponses conformes au modèle social,... ),... c) l erreur due aux défauts du questionnaire ou de l instrument de mesure. Erreurs dans la conception du questionnaire : - Difficultés de vocabulaire - Incompréhension ou mauvaise compréhension du sens des questions - Questionnaire trop long Ce à quoi il faut faire attention : - Les concepts utilisés doivent satisfaire les objectifs de l enquête et permettre d obtenir des réponses claires et cohérentes. - Si le concept est déjà employé par une autre enquête, on tâche alors d utiliser le même concept, la même désignation et la même définition. 35

36 Remarques : - Importance d une étude qualitative préalable (entretiens en profondeur,... ) pour connaître le vocabulaire, les thèmes employés par les interviewés. - Importance du pré-test du questionnaire. - Une fois l enquête effectuée, il est parfois possible de valider les concepts et les questions par des entrevues détaillées sur le terrain auprès d un échantillon de répondants ; on vérifie alors si le répondant a bien compris le questionnaire et a bien fourni une information exacte (étude cognitive). d) l erreur de saisie (transcription imprécise des réponses,... ) et de traitement. Cette erreur est liée à la manipulation des questionnaires et à l usage de mauvaises techniques de traitement. 36

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Dans ce guide, vous trouverez 4 étapes qui vous permettront de réaliser, pas à pas, votre enquête de satisfaction. Ce guide : Contient

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Les Français et la publicité sur Internet

Les Français et la publicité sur Internet Les Français et la publicité sur Internet Juin 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Adyoulike Echantillon : Echantillon de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18

Plus en détail

Ressources nécessaires (avec budget)

Ressources nécessaires (avec budget) Fiche 11 : La formation des enquêteurs et l administration de l enquête Objectif Former les enquêteurs et procéder à l enquête satisfaction. Principe Répondre aux questions relatives à la formation des

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile

Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario Lignes directrices de 2004 pour des sondages sur la satisfaction des demandeurs dans le cadre de l assurance-automobile

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

L impact du mode d enquête sur la mesure des comportements de mobilité

L impact du mode d enquête sur la mesure des comportements de mobilité SERVICES - TOURISME - TRANSPORTS L impact du mode d enquête sur la mesure des comportements de mobilité Caroline Bayart* et Patrick Bonnel** Les enquêtes de mobilité sont indispensables, tant à la compréhension,

Plus en détail

Les projets rêvés par les Français

Les projets rêvés par les Français pour Les projets rêvés par les Français Mars 2011 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Les projets rêvés des Français B Le logement idéal des Français et l achat immobilier 2 1 La

Plus en détail

Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5. Le Sphinx Développement 74650 Chavanod

Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5. Le Sphinx Développement 74650 Chavanod Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5 Le Sphinx Développement 74650 Chavanod 2005-2006 Plan Présentation générale du logiciel Stade Élaboration du questionnaire Stade Collecte des réponses Stade Traitements

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Les Français et la carte bancaire

Les Français et la carte bancaire Les Français et la carte bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : PayPlug Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE www.ekos.com POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE [Ottawa 22 mai 2013] Selon un nouveau sondage commandé par la Coalition canadienne de la santé (CCS) et la Fédération

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone?

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? Prémila Choolun 1, François Beck 2, Christophe David 1, Valérie Blineau 1, Romain Guignard 3, Arnaud Gautier 3,

Plus en détail

Négociation immobilière et Comptabilité des agences

Négociation immobilière et Comptabilité des agences 1. L étude de marché 1.1. L enquête par sondage La connaissance des besoins et du marché L enquête par sondage est une étude quantitative, elle permet de mesurer des opinions ou des comportements. C est

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

La Banque Postale / CNP Assurances

La Banque Postale / CNP Assurances La Banque Postale / CNP Assurances Baromètre Prévoyance Vague 1 Santé Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Fabienne CADENAT / Michaël PERGAMENT 01.40.92. 45.37 / 31.17 / 46.72 42IG98

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Les Français et les complémentaires santé

Les Français et les complémentaires santé Les Français et les complémentaires santé Sondage Ifop pour Lecomparateurassurance.com Contact Ifop : Romain Bendavid Directeur de clientèle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44

Plus en détail

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Une enquête est une «méthode systématique de collecte d'informations à partir d un échantillon possédant des caractéristiques représentatives de l'ensemble de la

Plus en détail

Guide du service téléphonique résidentiel. fonctions d appel et services astuces et directives

Guide du service téléphonique résidentiel. fonctions d appel et services astuces et directives Guide du service téléphonique résidentiel fonctions d appel et services astuces et directives Service téléphonique résidentiel de Primus Dans votre guide du Service téléphonique résidentiel de Primus Services

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Discrétisation et génération de hiérarchies de concepts

Discrétisation et génération de hiérarchies de concepts Prétraitement des données 1 Pourquoi prétraiter les données? Nettoyage des données Intégration et transformation Réduction des données Discrétisation et génération de hiérarchies de g concepts Pourquoi

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores

Les Français et les nuisances sonores Les Français et les nuisances sonores Sondage Ifop pour le Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Contact Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto.

Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto. Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto.com QUI SOMMES NOUS? Un positionnement unique : le premier distributeur

Plus en détail

La culture financière des Français

La culture financière des Français C entr e de Recher c h e po u r l E t u d e et l Obser va t i o n des Co n d it io n s de V ie Département Conditions de vie et aspirations La culture financière des Français Etude réalisée à la demande

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI

Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données. Walid AYADI 1 Déroulement d un projet en DATA MINING, préparation et analyse des données Walid AYADI 2 Les étapes d un projet Choix du sujet - Définition des objectifs Inventaire des données existantes Collecte, nettoyage

Plus en détail

Les Français et la confiance

Les Français et la confiance pour Les Français et la confiance Septembre 2011 Note méthodologique Etude réalisée pour : Cityzencar Echantillon : Echantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH

Baromètre BVA Santé. Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH Baromètre BVA Vieillissement & Silver économie - Vague 1 - pour Orange Healthcare et MNH en partenariat avec le Figaro avec le concours scientifique de la Chaire de Sciences Po Fiche technique Recueil

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire Vague 2 Juin 2014

Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire Vague 2 Juin 2014 Enquête auprès du grand public sur le projet de réforme du système ferroviaire - Vague 2 - JF/AM N 112299 - JUIN 2014 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Adeline Merceron Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne Projet : Sondage en ligne (Préciser le nom de votre projet) Date / période : Territoire visé : Description : Opération consistant à interroger un certain nombre d'individus au sein d'une population déterminée

Plus en détail

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA de la vie aux idées L accès au crédit et les attitudes des Québécois quant à l endettement

Plus en détail

L arbre de décision d achat des Français

L arbre de décision d achat des Français L arbre de décision d achat des Français Avril 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014 Les internautes français et la confiance numérique Lundi 7 avril 2014 Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1007 individus âgés de 15 ans et plus. La représentativité de l échantillon

Plus en détail

I. Définition des objectifs :

I. Définition des objectifs : Pour réaliser une bonne enquête de satisfaction, il faut une bonne méthodologie. Pour se faire, je vais, à travers différents points, poser le travail de réflexion qui me permettra de bien conduire l enquête.

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

LES FONCTIONNAIRES ET LEUR MUTUELLE

LES FONCTIONNAIRES ET LEUR MUTUELLE LES FONCTIONNAIRES ET LEUR MUTUELLE - Février 2006 - CGC Fonction Publique CFTC Fonction Publique La Maison du Fonctionnaire Mutuelle Générale des Services Publics Contacts TNS Sofres : Stratégies d'opinion

Plus en détail

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises

Rapport Lille. Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Sondage National de Satisfaction de la CNAV auprès des entreprises Rapport Sommaire Présentation de l'étude Satisfaction globale La réalisation des DADS salaires Les contacts avec la CARSAT, CGSS ou CNAV

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Rapport final. Présenté à : Par :

Rapport final. Présenté à : Par : Légumes offerts sur les marchés publics : détermination des attentes des consommateurs (salubrité, provenance, qualité, etc.) et de la volonté de la production à répondre à ces attentes Rapport final Présenté

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances

Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances Le comportement d achat des internautes européens: Evolutions et tendances 1 Présentation du groupe Maximiles «Le leader européen de la fidélisation en ligne» Naissance 1999 Nationalité France, Angleterre,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet.

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1889 : Conciergerie privée. Testez la fiabilité de votre projet. Résultats d Etude L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 4 Synthèse... 6 PAGE 1 :... 7 Question 1/13... 7 Vous vivez :... 7 PAGE 2 :...10 Question 2/13...10

Plus en détail

3 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités

3 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités 3 ème Les exercices de ce chapitre permettent de travailler des compétences scientifiques du socle commun. Pratiquer une démarche scientifique et technologique Capacités Rechercher, extraire et organiser

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013 Une étude Fellowes / CSA Menée en septembre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS

Plus en détail

Les différents modes de diffusion d un questionnaire

Les différents modes de diffusion d un questionnaire Chapitre 3 Les différents modes de diffusion d un questionnaire Pour déployer son enquête, le chargé d études dispose aujourd hui d une large variété de protocoles. L essor récent de nouvelles technologies

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014

Les Français et l économie Les journées de l économie 2014. Patrick Haas 13 novembre 2014 Les Français et l économie Les journées de l économie 2014 Patrick Haas 13 novembre 2014 Rappel de la méthodologie Échantillon Mode de recueil Dates de terrain 959 individus âgés de 18 ans et plus Interviews

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI D I G N I T É L I B E R T É S D R O I T S É G A L I T É P R O T E C T I O N L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Analyse des effectifs Guide pour la préparation du rapport Octobre 2011 Dans le cadre de la Loi

Plus en détail