La gestion de crise en entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion de crise en entreprise"

Transcription

1 La gestion de crise en entreprise Collection «L essentiel pour agir»

2 La gestion de crise en entreprise Édition 2010 Ouvrage conçu et réalisé sous la direction de Catherine FOURMOND Auteur : Jean-David DARSA Suivi éditorial, conception graphique : GERESO ÉDITION Photo de couverture : Neustock/lstockphoto.com GERESO Édition rue Xavier Bichat Le Mans (France) Tél Fax Reproduction, traduction, adaptation interdites Tous droits réservés pour tous pays Loi du 11 mars 1957 Dépôt légal : septembre 2010 ISBN : EAN 13 : GERESO SAS au capital de euros RCS B Siège social : 28 rue Xavier Bichat Le Mans Cedex 2

3 «Tout ce qui ne fut pas sera, et nul n en est à l abri.» LAO TSEU Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? Définition d une crise Avant toute chose, essayons de définir ce qu est une crise en entreprise, ou pour l entreprise. En effet, le terme de crise, surutilisé depuis des années par les journalistes, les médias, les politiques et, d une manière générale, chaque acteur de la société humaine, ne veut plus rien dire. Ou plutôt, cela veut désormais tout dire... ou presque! Crise des vocations, crise sanitaire, crise financière, crise sociale, crise économique, crise de croissance, crise conjoncturelle, crise humanitaire, crise diplomatique, crise de foie, crise de nerfs... À bien y regarder, tout peut faire, a fait ou fera, à un moment ou à un autre, l objet d une crise. Mais de quoi parle-t-on précisément? C est quoi, une crise, au juste? Et surtout, pour le sujet qui nous préoccupe, c est quoi, une crise pour l entreprise? Qu est-ce qui en définira les contours essentiels? Comment l entreprise doit-elle s organiser de manière préventive? Réagir en situation de crise avérée? Quelles expériences en tirer à l issue? Essayons tout d abord de revenir à certaines notions fondamentales, peut-être triviales, mais qui, nous allons le voir, permettent de dégager un sens profond à cette notion de crise. Et plus particulièrement, de crise pour l entreprise, ou dans l entreprise. 25

4 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE Terminologie Le réflexe d aller valider au préalable le sens terminologique d un mot constitue souvent la première étape de la réflexion à conduire lorsque l on aborde un sujet, une question. Et, au-delà de l intérêt intellectuel de l exercice, toujours enrichissant, cela permet souvent d identifier précisément la direction à suivre dans le cheminement de la réflexion à construire. Le mot «crise» n échappe pas à l efficacité de cette pratique usuelle et souvent pertinente. Chaque mot ayant un sens précis, étudions tout d abord le terme «crise» de manière approfondie. Fondamentalement, le mot «crise» vient du mot grec krisis, qui signifie «décision». Ou, plus précisément : «la faculté de décider, c est-à-dire de distinguer une décision entre deux choix possibles». Le terme de crise implique donc par nature, et d après son sens terminologique nominal, une prise de décision, donc, de manière sous-jacente, l idée de la mise en œuvre d une action. Ce rappel initial nous semble tout à fait approprié, car, dans l entreprise, il s agira exactement, et nous le verrons tout au long de cet ouvrage, de cela. Il faut - ou il faudra - décider et agir, en permanence. Ou, plus précisément, il sera question en permanence de la capacité de l organisation (de ses dirigeants, de son encadrement, de l intégralité de ses acteurs), appuyée par des modes de fonctionnement internes performants si possible, à savoir prendre, et ce en contexte souvent - ou toujours - contraint (contrainte de temps, contrainte de risque, contrainte de moyens...) la bonne décision, au bon moment, engendrant si possible les impacts souhaités. Et permettant in fine de maîtriser la crise avérée ou à venir. Car il s agit bien de cela, dans la démarche recherchée de savoir gérer et maîtriser une crise : d une prise de décision et d action permanente. De la faculté de prendre la bonne décision, au bon moment, avec les bonnes ressources mises en œuvre de la bonne manière naîtra la performance de gestion de la crise par l entreprise, et dans l entreprise. Nous le verrons, chaque situation de crise appellera à une prise de décision permanente. Ce qui induira, par nature, la mise en lumière de la qualité des mécanismes internes de prise de décision, l enjeu du risque de la dilution dans la prise de décision, la temporalité du cycle de la prise de décision, la pertinence et la performance de la décision prise, le suivi de l exécution de la décision prise, etc. 26

5 C EST QUOI, UNE CRISE, AU JUSTE? La racine étymologique du mot «crise» est donc riche de sens... et permet une nouvelle fois de rappeler, si besoin était, que chaque mot porte intrinsèquement un sens profond qu il convient de ne pas dénaturer par un usage inapproprié, en le vidant de sa substance à force d utilisation exacerbée. Au-delà de la définition terminologique du terme, et si l on fait une recherche sur le mot «crise» grâce aux outils modernes usuels disponibles tels Internet ou la littérature managériale dédiée sur le sujet, nous constatons que les résultats et la signification du mot «crise» varient, évoluent au fil du temps. Mais ils reviennent tous, dans l ensemble, à des dimensions voisines, pour ne pas dire identiques, et ce malgré une approche parfois fortement différenciée. Pour n en citer que les principaux exemples, une crise peut être définie de la manière suivante. Il peut s agir : - d un «risque réalisé, entraînant des bouleversements sociaux» ; - d un «terme désignant le moment bref de retournement de la conjoncture économique» ; - de «l étape d apparition ou d augmentation des symptômes» ; - d une «période particulièrement difficile» ; - de «l instant quand le neuf est trop neuf, et le vieux trop vieux» (Gramci) ; - d une «mutation dont chacun doit apprendre à tirer le meilleur parti» ; - d un «mélange de danger et d opportunité, selon l idéogramme chinois» ; ou encore - d une «perturbation de l activité électrique du cerveau provoquant des changements incontrôlables du comportement ou des fonctions motrices». Ces différentes définitions ou expressions traduisent assez bien la thématique à traiter dans l entreprise, et la problématique à résoudre, lorsque l on parle de crise. Et si l on observe en détail chacune de ces définitions ou illustrations, il est amusant (surprenant?) de constater que chaque proposition peut tout à fait s appliquer... à l entreprise! La notion de crise constitue donc, apparemment, un attribut habituel, aléatoire, susceptible de perturber à un moment donné un système organisationnel, quel qu il soit. 27

6 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE Ainsi, et en résumant ces différents propos ci-dessus, nous serions tentés de dire que la notion de crise porte en elle plusieurs dimensions permanentes et essentielles, au-delà de son caractère incertain : - une crise apparaît comme un phénomène limité dans le temps ; - une crise n est pas une situation normale, elle est atypique par nature pour l organisation qui la subit ; - une crise résulte de la concrétisation effective d un ou de plusieurs risques ; - une crise engendre des impacts pour l organisation qui s y trouve confrontée ; - une crise peut remettre en cause la pérennité de l organisation ; - une crise est aussi synonyme d opportunités, de gains à capitaliser. À la lumière de notre expérience, il nous semble opportun de vous proposer notre propre définition d une crise dans le contexte de l entreprise, ou pour l entreprise, et qui nous apparaît plus appropriée. Sans être révolutionnaire, cette définition applicable au monde des organisations se veut résolument pragmatique et adaptable à tous les contextes. Mais elle aspire pour l essentiel à être pratique et aisément compréhensible par tous. Selon nous, une crise peut répondre à la définition opérationnelle suivante en entreprise : Une crise est une situation atypique, susceptible de remettre en cause la pérennité de l entreprise à plus ou moins longue échéance, et qui nécessite la mise en œuvre de moyens humains, matériels, financiers et/ou organisationnels spécifiques ou dédiés à son traitement, de manière temporaire, destinés à en maîtriser les effets directs ou indirects. Il est donc essentiel de bien noter d ores et déjà le caractère fondamentalement atypique d une crise. Cette notion n est pas secondaire. Un incident relativement récurrent, impactant l organisation, certes, mais de manière a priori non exceptionnelle, ne sera pas à considérer comme une crise au sens propre du terme selon notre vision. Ni à traiter en tant que telle. Nous y reviendrons ultérieurement. Le critère de l occurrence réelle, anticipée ou historique de l évènement ou de la situation à traiter, source du déclenchement des mécanismes 28

7 C EST QUOI, UNE CRISE, AU JUSTE? particuliers de gestion de crise que nous aborderons ultérieurement, sera donc essentiel à identifier au préalable avec précision, afin de définir notamment si l entreprise est confrontée - ou non - à une véritable crise ou à un incident plus ou moins dommageable. Cette question, que nous aborderons plus loin, n est pas anodine. Elle sera critique dans l élaboration et la mise en œuvre des réponses appropriées par l entreprise en contexte de prévention et de traitement des crises. Nous verrons également, dans le chapitre suivant, l importance, pour chaque entreprise, de définir ce qui constituera, pour elle, une crise. Là encore, il n y aura pas de définition ni d idées préconçues, communes à toute entreprise. À mon sens, il n existe pas - et il ne doit pas exister - de catalogues de type de crises dans l entreprise. Ni d inventaire à la Prévert des fragilités à traiter au titre de la gestion de crise. L approche à privilégier consistera certes à identifier, comprendre et maîtriser les risques des organisations. Mais cette démarche devra conduire in fine, à partir d une vision maximaliste et si possible exhaustive des enjeux à traiter, à préparer le terreau fertile du domaine des possibles en matière de crise potentielle pour l entreprise. Mais chaque entreprise, chaque organisation devra définir, en fonction de son contexte, son histoire, son métier, son fonctionnement, ce qui constituera pour elle - ou non - une crise, à la lumière de sa compréhension de ses risques. Il n existera pas de paradigme d identification des crises au sein des organisations. Chaque structure devra identifier, comprendre et acter sa propre vision et perception de ce qui constitue - ou ce qui constituera - une crise pour elle. Chaque entreprise va - devra - définir ce qui constituera effectivement pour elle une crise, à moins que son environnement ne le lui apprenne à ses dépens. Critères communs La définition d une crise dans l entreprise sera, nous le verrons, spécifique. Chaque organisation devra de facto définir sa propre échelle de valeur, et «normer» ce qu elle appellera une crise en son sein. Toutefois, chaque crise sera caractérisée le plus souvent par un certain nombre de critères communs, quels que soient le contexte ou le fais- 29

8 «Rien n est jamais perdu tant qu il reste quelque chose à trouver.» PIERRE DAC Chapitre 3 Pendant la crise : survivre Signes précurseurs, faits générateurs, activation de la cellule de crise D une manière générale, une crise ne se déclenche pas toute seule, de manière spontanée. Avant son émergence, il existe toujours, de manière plus ou moins marquée, de façon plus ou moins visible, un ensemble de signes précurseurs susceptibles d alerter sur l occurrence naissante d une situation atypique, potentiellement dommageable pour l entreprise. Signes précurseurs L entreprise doit donc se doter et/ou mettre en œuvre des dispositifs lui permettant d identifier et de détecter les signes précurseurs susceptibles d annoncer une crise. De cette capacité à détecter le risque entrant dépendra l efficacité des actions correctives à mettre en œuvre afin de ne pas voir évoluer une situation sensible, gérable, en crise, plus difficilement maîtrisable à courte échéance. Il apparaît donc essentiel de mettre en place des dispositifs de détection amont des risques susceptibles d engager l entreprise dans une crise. De nombreux outils existent pour ce faire. Citons-en quelques-uns parmi les plus courants : - Réclamations clients, réclamations fournisseurs : une réclamation de nature anodine peut s avérer porter le germe d une crise majeure. 95

9 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE L entreprise doit se doter des dispositifs de collecte, d analyse et de traitement des réclamations, afin de ne pas laisser échapper un vecteur fort d identification de crise potentielle. - Collecte des incidents, des anomalies, des dysfonctionnements rencontrés au sein de l entreprise. Très souvent, les crises opérationnelles sont engendrées par une absence de traitement approprié de signaux d alertes formalisés, mais dont l occurrence n a pas entraîné de réaction appropriée. Exemples : non-prise en compte d alertes d exploitation, non-prise en compte d accélération de la fréquence d alertes, non-prise en compte de la gravité particulière d un évènement parmi d autres, défaut de suivi d alertes, défaut d informations sur alertes identifiées, défaut des processus d escalade de l information, défaillance de connaissances et/ou de compétences dans le traitement d un fait générateur potentiel de crise... Causes : fondamentalement, la visibilité de certaines alertes se perd pour de multiples raisons : volumétrie trop importante de l évènement considéré dès lors comme «habituel», confiance trop marquée dans les données transmises ou analysées masquant potentiellement la gravité d une situation, défaut de connaissances dans l arbre de causes d un évènement, sous-effectifs, ressources dédiées au traitement des anomalies ou des dysfonctionnements insuffisamment dimensionnées... - Analyse des rapports d audit interne, d audit externe, de démarche qualité, qui mettent souvent en lumière des fragilités essentielles, trop souvent non priorisées par l entreprise, jusqu au jour où... - Restitution des collaborateurs, dont le vécu opérationnel, l expérience, les connaissances constituent de précieuses sources d enseignement et d actions afin de contrecarrer l émergence d une crise. - Mise en place de cercles de sécurité dédiés à l enjeu «risques», à l enjeu «crise». - Veille et analyse de la presse, de ce qui arrive aux concurrents, aux voisins, aux activités annexes. - Imagination (que se passerait-il si...?). Cette démarche est trop souvent laissée de côté dans les organisations. 96

10 PENDANT LA CRISE : SURVIVRE L entreprise doit se doter des moyens de détection lui permettant d identifier la crise naissante. Dans certains cas, la détection du signe précurseur de la crise peut être longue. Faits générateurs À l origine d une crise, il y aura toujours un ou plusieurs faits générateurs, qui vont, soit par interaction, soit par phénomène d amplification, engendrer la création de la situation atypique de nature «crise». L entreprise doit donc définir ce qui constitue, pour elle, une crise. Nous en avons abordé les principaux contours dans un chapitre précédent. L émergence du ou des faits générateurs et leurs conséquences immédiates vont conduire l entreprise à activer sa cellule de crise de manière formelle. Nous n insisterons jamais assez sur l impérieuse nécessité de cadrer les règles d activation de la cellule de crise, afin de ne pas engorger le dispositif, ni le solliciter à tort. Les faits générateurs de crise seront, le plus souvent, immédiatement visibles, notamment lors de la gestion de crise de type «risque opérationnel» : incendie, explosion, séquestration, atteinte à l intégrité des personnes, etc. Toutefois, certaines crises présenteront un temps de latence important. Par exemple, l empoisonnement ou l intoxication d un client à un produit peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines. L entreprise doit donc assurer la plus grande vigilance dans ses dispositifs opérationnels à «écouter» l arrivée d un fait générateur susceptible d enclencher une crise. Activation de la cellule de crise Lorsque la crise se déclenche, son acceptation psychologique par l entreprise va être factualisée d une manière très simple : l activation de la cellule de crise. À partir du moment où une crise se déclenche, la cellule de crise de l entreprise se met en œuvre, constatant effectivement l occurrence de la crise. Il s agit donc d une étape essentielle dans le processus de traitement de la crise elle-même. 97

11 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE En fonction du dimensionnement de l entreprise, et du formalisme existant - ou non -, une démarche dédiée de gestion de crise va être initiée. Cette première étape est à tracer et à figer précisément dans le temps, ainsi que le fait générateur ayant justifié l activation de la cellule de crise. Réagir, prioriser, gérer, communiquer, piloter À partir du moment où une crise est déclarée, certains grands principes vont devoir être respectés, afin d assurer la meilleure gestion de la crise par l organisation. Ces grands principes peuvent se présenter de la manière suivante : Sécurité des personnes Sécurité des biens Sécurité de l environnement Mise en œuvre de la gestion dégradée des processus Mise en œuvre des plans de secours Gérer Mise en œuvre des plans de retour à la normale Parcourons maintenant les différentes priorités à traiter, et dont la séquence doit être respectée par défaut. Certaines priorités peuvent être traitées parallèlement, mais il est essentiel de ne pas modifier l ordre des priorités. Priorité n o 1 : sécurité des personnes Quelle que soit la nature, la gravité, la difficulté ou la complexité de la crise à gérer, la première question à traiter par l organisation réside dans une contrainte permanente et prioritaire : la sécurité des personnes. 98

12 PENDANT LA CRISE : SURVIVRE Assurer la sécurité physique, l intégrité des personnes susceptibles d être touchées, directement ou indirectement, par la crise constitue LA priorité critique que l entreprise doit maîtriser. En déclenchement de crise, la cellule de crise doit immédiatement identifier si la sécurité des personnes, ou si l intégrité physique des personnes, quelles qu elles soient, a été atteinte, est menacée, ou se trouve potentiellement menacée. Cette question doit se poser immédiatement et instantanément : - pour les salariés collaborateurs de l entreprise ; - pour les conjoints, familles, proches, voisins des collaborateurs de l entreprise ; - pour les personnes physiques en relation directe ou indirecte avec l entreprise : clients, fournisseurs, sous-traitants, associés, actionnaires, partenaires ; - pour toute personne humaine susceptible d être impactée dans son intégrité physique, morale, psychologique. La priorité absolue consiste donc d assurer la sécurisation physique des personnes dont l intégrité, la sécurité ou la pérennité individuelle ou collective peut se trouver exposée, menacée ou impactée par la crise elle-même. Le dommage humain est inacceptable, et tout doit être mis en œuvre prioritairement afin de maîtriser ce risque vital. Parmi les situations de crises à envisager et à traiter, nécessitant une intervention immédiate sur ce sujet extrêmement sensible : - explosion, incendie, irradiation, intoxication, pollution, empoisonnement, etc. ; - acte terroriste, enlèvement, séquestration, hold-up, agression, attentat... ; - inondation, tremblement de terre, typhon, éruption volcanique, catastrophe naturelle. L objectif de la cellule de crise consiste en priorité à sécuriser les équipes opérationnelles, les personnes physiques potentiellement impactées par l évènement, de la manière la plus rapide possible. L entreprise doit se donner les moyens de réaliser cette sécurisation dans les meilleurs délais, sans autre action immédiate. Cette sécurisation peut se faire de multiples façons, en fonction du contexte et de la zone géographique à traiter : rapatriement sanitaire, envoi d aide médicalisée urgente, mise en œuvre de solutions de sauvegarde, déplacements, etc. 99

13 «L expérience est une bougie qui n éclaire que celui qui la porte.» PROVERBE CHINOIS Chapitre 6 Anticiper les crises en gérant les risques Gestion des risques et gestion de crise : même combat? À l approche de la fin de cet ouvrage, il semble maintenant judicieux de s interroger sur la pertinence, voire la cohérence des démarches entre, d une part, les dispositifs de gestion des risques et, d autre part, les démarches et les méthodes opérationnelles de gestion de crise. En effet, nous pourrions être tentés de considérer que la gestion des risques ne s attache qu à l identification des fragilités ou des enjeux potentiels. Alors que la gestion de crise, elle, s attache à assurer l efficacité de traitement d une situation sensible déclarée, quelle qu elle soit, et quels que soient les faits générateurs y ayant contribué. Force est de constater qu il s agit in fine, et même si les démarches sont différentes, du même combat. Fondamentalement, les mécanismes de gestion de crise doivent s appuyer sur les outils, les méthodes et les démarches mises en œuvre dans l entreprise au titre de la gestion des risques. Les enjeux de détectabilité, de sévérité et d occurrence vont notamment permettre de prioriser au mieux les thématiques à traiter de manière prioritaire. La gestion des risques permet à la gestion de crise de rationaliser et de factualiser ces démarches préventives. La concrétisation et la mise en œuvre des plans de continuité d activité vont s appuyer sur l expérience acquise au titre de la gestion des risques. 141

14 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE Il semble donc que les démarches de gestion des risques constituent le cœur des dispositifs de gestion de crise. C est, tout à la fois, vrai et faux. C est vrai, car les principaux faits générateurs des crises que rencontrera l entreprise trouveront leur source dans les risques de l organisation. Plus les risques seront détectés, identifiés et maîtrisés de manière préventive et plus le dispositif de gestion de crise sera efficient. Mais c est faux, car la dynamique de traitement des crises n a rien de comparable avec les mécanismes de gestion des risques. Alors que la gestion des risques s attache à identifier de manière exhaustive puis priorisée les éventuelles fragilités, susceptibles de remettre en cause la pérennité de l organisation, les processus de gestion de crise s attachent, quant à eux, à agir et réagir dans l immédiateté, la soudaineté, en assurant la plus grande clairvoyance dans la décision. En situation de crise, l heure n est pas à l analyse, mais à l action. Les processus de gestion de risques et de gestion de crises semblent donc s opposer sur ce point majeur. En fait, et à bien y regarder, il ne s agit pas d une opposition, mais d une complémentarité de vues et d actions. Gestion de risques, un vecteur d anticipation Les dispositifs de gestion des risques dans l entreprise visent pour l essentiel à identifier au mieux les risques entrants. De fait, la gestion des risques s attache à anticiper l émergence de fragilités susceptibles de déstabiliser l organisation de manière préventive. L art de la gestion des risques consiste donc à mettre en œuvre des processus opérationnels robustes, permettant à l entreprise d identifier les enjeux principaux à traiter. La réflexion s inscrit dans la durée, sur le long terme, avec un objectif essentiel à atteindre : préserver la pérennité de l organisation. Au sein de l entreprise, les dispositifs de gestion des risques contribuent prioritairement à l analyse et à la détection des risques potentiels susceptibles d impacter l organisation à terme. 142

15 ANTICIPER LES CRISES EN GÉRANT LES RISQUES Gestion de crise, vecteur de survie Fondamentalement, les dispositifs de gestion de crise s attachent, quant à eux, à assurer la pérennité de l organisation à très court terme, dans un contexte contraint de ressources, de temps, fragilisé par l occurrence d un évènement majeur, déstabilisant. La démarche de gestion de crise consiste donc à rechercher le renforcement certain et immédiat de la pérennité de l organisation, sans trop se préoccuper des enjeux de long terme. L immédiateté, la mise en œuvre d actions et de décisions permanentes caractérisent les mécanismes de gestion de crise, sur une échelle de temps le plus souvent restreinte. Les dispositifs de gestion de crise ont un objectif commun : assurer la pérennité immédiate de l entreprise, fragilisée par un fait générateur impactant et fragilisant. Complémentarité De fait, les mécanismes de gestion des risques et de gestion de crise sont profondément complémentaires. Ils s attachent, l un comme l autre, à renforcer la pérennité des organisations. Mais leur horizon est différent. La gestion de crise travaille dans l immédiateté, la réactivité, l instant. Les démarches de gestion des risques privilégient la réflexion approfondie, la vision maximaliste des enjeux, le long terme. Au final, les dispositifs de gestion des risques et de gestion de crise sont fondamentalement complémentaires. Ils doivent être mis en œuvre en complémentarité et en complète cohérence, s appuyant pour l essentiel sur des évènements, des faits et dispositifs communs. Les démarches de gestion des risques et de gestion de crise sont complémentaires. Leurs horizons temporels et d objectifs sont différents, mais ils contribuent tous deux au même but : la recherche de la pérennité de l organisation. Fédération Au-delà des enjeux de pérennité, non négligeables (!), la mise en œuvre de mécanismes robustes de gestion de crise dans les organisations va permettre à l entreprise de cultiver deux dimensions riches de sens : 143

16 LA GESTION DE CRISE EN ENTREPRISE la fédération des équipes autour d un objectif commun, ainsi qu un véritable levier de différenciation. À partir du moment où une crise se déclare dans une organisation, toutes les forces vives doivent être mobilisées, motivées et fédérées autour d un objectif commun : la maîtrise effective de la crise et la sortie de crise, dans les meilleures conditions pour tous. Il s agit donc d un vecteur fort de fédération des équipes, qu il convient de consolider et cultiver en permanence. La plongée de l entreprise dans un contexte fondamentalement incertain, risqué, va conduire à l exacerbation des caractères, des comportements, des tensions. Ce phénomène est tout à fait naturel, la mise sous tension d une organisation mettant en permanence en lumière les caractéristiques intrinsèques de chacun, points forts comme points d amélioration. Il est primordial que l entreprise, en contexte de crise, assure la fédération des équipes autour de l objectif commun de tous : la sortie de crise dans les meilleures conditions. Déployer des dispositifs structurés de gestion de crise contribue à fédérer les équipes et les collaborateurs sur la sensibilité de ce genre de situation atypique, et permet notamment d affirmer l attachement, l engagement des uns et des autres autour d un enjeu commun : la préservation de la structure, donc de l emploi, donc de l intérêt individuel et collectif. L entreprise doit fédérer les équipes autour de la pérennité de l organisation, d une manière générale. Cette dimension devient particulièrement prégnante en contexte de crise. De même, et de la même manière que les mécanismes de gestion de risques, la mise en œuvre de démarches de gestion de crise va accroître la compétence et la connaissance des acteurs de l entreprise : sens critique et de l observation développé, capacité accrue de relativisation et de pragmatisme, gestion des priorités et des contraintes, transversalité des actions et des décisions, prise en compte permanente de l incertitude, adaptabilité... Autant de leviers permettant d améliorer l efficacité, la performance et les compétences des équipes. La gestion de crise, au-delà de l expérimentation, irremplaçable, constitue une formidable école de formation et de vie, au-delà des enjeux opérationnels à maîtriser dans l organisation. 144

17 ANTICIPER LES CRISES EN GÉRANT LES RISQUES Différenciation En outre, la mise en œuvre de dispositifs de gestion de crise contribue fortement à l amélioration des éléments de différenciation de l entreprise. Face à une crise déclarée, en fonction de la maturité des équipes, de la fiabilité et de l efficacité des méthodes déployées, l entreprise se différencie de ses concurrents, de ses clients, de ses partenaires. Une crise bien gérée, c est la preuve d une pérennité, de la robustesse des dispositifs internes de gestion et de traitement des enjeux critiques. Et de l acuité de la vision de l équipe dirigeante, qui a su investir sur des pratiques essentielles. Une crise bien gérée, c est un retour d expérience à partager avec ses clients, ses prospects, ses partenaires, ses fournisseurs. Véhicule d image de performance et d efficacité. Par contre, une crise mal gérée, c est peut-être une entreprise à terre, fragilisée durablement, en qui la confiance des tiers peut - va - s émousser. C est la promesse d instabilité durable, de pérennité remise en cause, de mort annoncée... La mise en place de mécanismes et de dispositifs de gestion de crise conforte la pérennité de l organisation. Elle doit s appuyer sur des dispositifs de gestion des risques robustes, mais doit être comprise et déployée de manière dédiée, compte tenu de la spécificité des démarches à conduire. Apports méthodologiques de la gestion des risques au pilotage des crises Comme nous l avons précisé dans une précédente publication, les démarches méthodologiques mises en œuvre au titre de la gestion des risques en entreprise s avèrent être particulières. Peut-on s appuyer sur ces référentiels dans la mise en œuvre de processus de gestion de crise? La réponse à cette question va être assez simple : oui! Fondamentalement, la gestion de crise va s appuyer sur les mécanismes de la gestion des risques. Notamment, les phases d identifica- 145

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

La gestion des crises de sécurité civile

La gestion des crises de sécurité civile PRÉFET DE ZONE DE DÉFENSE ET DE SÉCURITE ANTILLES La gestion des crises de sécurité civile 34 ème Rencontre Nationales du GP Sup UAG 12-13 novembre 2012 ETAT MAJOR INTERMINISTERIEL DE ZONE ANTILLES Qu

Plus en détail

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production

Fiche Pratique. Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques ITIL. Club des Responsables d Infrastructures et de Production Fiche Pratique ITIL Club des Responsables d Infrastructures et de Production Améliorer le pilotage des Opérations Informatiques Les Opérations Informatiques sont sensibilisées depuis plusieurs années aux

Plus en détail

Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système

Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système Introduction Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système décisionnel Mais de quoi parle-t-on? La

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Introduction. La démarche de cette nouvelle publication?

Introduction. La démarche de cette nouvelle publication? Introduction Dans la continuité de précédentes publications consacrées à l enjeu de la gestion des risques et des crises en entreprise, parues aux éditions GERESO, je vous propose aujourd hui un ouvrage

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Section 3 : Contrôle de gestion, Organisation et Performance. 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels

Section 3 : Contrôle de gestion, Organisation et Performance. 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels Section 3 : 1. Analyser les dysfonctionnements organisationnels Les dysfonctionnements sont des anomalies des processus et des activités de l organisation, générateurs de coûts inutiles. Ils créent une

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

La gestion du changement et de la transformation

La gestion du changement et de la transformation La gestion du changement et de la transformation par les processus Guy ELIEN mai 2007 Sommaire Vision de l approche «processus»... 3 Les natures de processus... 4 Vers une démarche de changement pragmatique

Plus en détail

Learning Management System pour l entreprise

Learning Management System pour l entreprise Learning Management System pour l entreprise Édition 2011 Ouvrage conçu et réalisé sous la direction de Catherine FOURMOND Auteur : Virgile LUNGU Suivi éditorial, conception graphique : GERESO Édition

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Animer un débriefing

Animer un débriefing Animer un débriefing Introduction Dans une démarche de retour d expérience, le processus mis en place par l organisation est important. Le débriefing peut être parfois négligé alors qu il est un moment

Plus en détail

365 RISQUES EN ENTREPRISE UNE ANNÉE EN RISK MANAGEMENT

365 RISQUES EN ENTREPRISE UNE ANNÉE EN RISK MANAGEMENT 365 RISQUES EN ENTREPRISE UNE ANNÉE EN RISK MANAGEMENT Édition 2012 Ouvrage conçu et réalisé sous la direction de Catherine FOURMOND Auteur : Jean-David DARSA Suivi éditoral, conception graphique : GERESO

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION Contribution CCI de région PACA STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION L évaluation préliminaire nationale a montré l'impact économique majeur des inondations, sachant que les zones potentiellement

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

(Démarche et méthode)

(Démarche et méthode) Altaïr Conseil Transformation Gouvernance - Risques Elaborer la cartographie des risques (Démarche et méthode) 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr contact@altairconseil.fr

Plus en détail

Exploiter l information remontée par le SI

Exploiter l information remontée par le SI Exploiter l information remontée par le SI Synthèse de la conférence thématique du CLUSIF du 14 octobre 2014. Il est un domaine de la sécurité des systèmes d information qui s applique tant en termes de

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée

Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée Protection de l Information et Sécurité Système d Information, quelles sont les vertus d une sensibilisation bien organisée «Des acteurs non sensibilisés aux risques liés à l usage des technologies de

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale. 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle

Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale. 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle Managers de la Banque, de l'assurance et de la Protection Sociale 10 bonnes pratiques pour développer votre performance opérationnelle Pourquoi cette conférence? Le retour aux fondamentaux Le retour aux

Plus en détail

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y.

UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 VEILLE MARKETING. Exposé. Tarmoul Lyes T. Said Y. UMMTO Département sciences commerciales 3 ème année Marketing LMD 2012/2013 Exposé VEILLE MARKETING Tarmoul Lyes T. Said Y. Lynda SOMMAIRE Introduction Chapitre I : Généralité, objet et les types de veille

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

La dissémination interne des innovations de terrain

La dissémination interne des innovations de terrain La dissémination interne des innovations de terrain Par Isabelle Jacob, 2002. Contrairement à ce que l'on croit au premier abord, l'un des aspects les plus difficiles dans le Management de l'innovation,

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION

L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L ARCHITECTE-RÉFÉRENT EN SÉCURITE DES SYSTÈMES D INFORMATION L objectif de ce document est de définir les compétences de l architecte référent en sécurité des systèmes d information, ou «ARSSI», par le

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

Corruption et Réputation

Corruption et Réputation Bienvenue, notre Web Conférence va commencer dans quelques instants, merci! Découvrez le groupe LinkedIn qui vous est entièrement dédié : «Conformité et Lutte contre la Corruption pour les professionnels

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ SNCF SNCF DOCUMENT CONFIDENTIEL PÔLE DÉFENSE CINETIQUE RAPIDE ACCIDENT INDUSTRIEL, ACCIDENT FERROVIAIRE, ATTENTAT, TEMPÊTE 1 SNCF DOCUMENT

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud «Pour changer les choses, il faut avant tout changer le regard sur les choses : c est une fonction

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH I.Vous accompagner au pilotage métier de projet Le pilotage métier est le levier de sécurisation du projet de refonte SIRH. Avec Magn Ulteam, conjuguez

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE «Accompagner la CROissance des TPE-PME à travers une stratégie de Développement Durable» (ACRODD MER) La «Responsabilité Sociétale des Entreprises» n est pas une

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17 Table des matières Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1 Chapitre 1 Les besoins de l acheteur 3 1.1 Définition des besoins de l acheteur 4 1.2 Méthodologie 7 1.3 Formalisation

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Spécial catastrophe ou simple malheur! Ce ne sont pas les exemples d évènements inusités

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT

MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT OBJECTIFS FINAUX MANAGEMENT STRATEGIQUE D UNE ETT A l issue de la formation les stagiaires seront capables de : Améliorer et développer son management Définir ou adapter une stratégie globale pour son

Plus en détail

Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale. Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle

Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale. Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle Managers de la banque, de l assurance et de la protection sociale Bonnes pratiques pour développer votre performance 10opérationnelle Pourquoi ce livret? 3 Le retour aux fondamentaux La volatilité et

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

Une crise serait un «changement brutal et

Une crise serait un «changement brutal et Une crise serait un «changement brutal et soudain entre deux états, qui provoque une rupture d'équilibre». Marle Hélène Westphallen, (1994) «La cybercriminalité recouvre toute activité illégale et irrégulière

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Cartographie des risques informatiques : exemples, méthodes et outils

Cartographie des risques informatiques : exemples, méthodes et outils : exemples, méthodes et outils Gina Gullà-Ménez, Directeur de l Audit des Processus et des Projets SI, Sanofi-Aventis Vincent Manière Consultant Construction d une cartographie des risques : quel modèle

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES

ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES ROYAUME DU MAOC UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES JURIDIQUES ET SOCIALES MASTER GOUVERNANCE PUBLIQUE ET AUDIT DU DEVELOPPEMENT HUMAIN ANNEE 2010/2011 «L AUDIT JURIDIQUE» EXPOSE PREPARE

Plus en détail

la conformité LES PRINCIPES D ACTION

la conformité LES PRINCIPES D ACTION La fonction Conformité au sein de BNP Paribas La fonction Conformité a été créée en décembre 2004, en anticipation de nouvelles dispositions du règlement 97-02 sur le contrôle interne des établissements

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou

Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou l Assistance L assistance : Un complément naturel, logique et indissociable de l Assurance? Assurance : Une contrainte obligatoire Assistance :

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I- OBJECTIFS, PRINCIPES ET CONTENU...

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail