Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la"

Transcription

1 Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008

2 Tables des matières Contexte et objectifs Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10 Analyse des résultats Incidence et caractéristiques de la cyberintimidation Perception de l incidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail Attitudes et perceptions à l égard de la cyberintimidation Annexes : 1. Questionnaire 2. Liste des mentions «autres» aux questions ouvertes 1

3 Contexte et objectifs La firme CROP a été mandatée par la CSQ afin de réaliser un sondage auprès de ses membres. Le principal objectif de ce sondage est d évaluer le phénomène de la cyberintimidation dans le milieu scolaire québécois. De façon plus spécifique, le sondage répond aux objectifs suivants : Mesurer l incidence de la cyberintimidation; Connaître les formes et les contenus de la cyberintimidation; Identifier les auteurs de cyberintimidation; Identifier les attitudes et perceptions à l égard de la cyberintimidation. 2

4 Méthodologie Collecte des données Les résultats du sondage reposent sur entrevues téléphoniques effectuées du 6 au 19 février 2008 auprès d un échantillon stratifié non proportionnel des membres de la Centrale des syndicats du Québec. D une durée moyenne de 6 minutes, les entrevues téléphoniques ont été effectuées par une équipe d enquêteurs professionnels, depuis le centre d appels de CROP à Montréal. Le questionnaire a été élaboré, conformément aux objectifs généraux et spécifiques de l étude, et ce, conjointement avec les personnes impliquées dans le projet. Conçu en français, il a été soumis à l approbation de la CSQ et il est présenté en annexe 1. Population d étude Les membres de la CSQ oeuvrant en milieu scolaire, soit quelque membres. L échantillon des membres a été prélevé par le Centre informatique de la CSQ selon un plan présentant neuf catégories professionnelles : enseignants du préscolaire/primaire; enseignants du secondaire/éducation aux adultes/formation professionnelle; professionnels - commission scolaire; employés de soutien - commission scolaire; établissements privés; EHDAA; enseignants CÉGEP; professionnels CÉGEP; employés de soutien CÉGEP. 3

5 Méthodologie (suite) Analyse des résultats Après la collecte de données, les résultats ont été compilés et pondérés sur la base de la population de référence, selon les diverses catégories professionnelles et le sexe des membres de la CSQ. D'un point de vue statistique, un échantillon de cette taille (n=1 200) est précis à 3 points près, 19 fois sur 20. Rappelons que la marge d'erreur augmente lorsque les résultats portent sur des sous-groupes de l'échantillon. Les marges d erreur sont donc les suivantes : enseignants du préscolaire/primaire et du secondaire/éducation aux adultes/formation professionnelle (n=250) : 6 %; pour les autres catégories professionnelles (n=100) : 10 %. Le lecteur est fortement avisé de considérer avec circonspection tout pourcentage basé sur un échantillon plus petit que 50. 4

6 Méthodologie (suite) Analyse des résultats (suite) Le traitement statistique des données a été effectué à l aide du logiciel STAT XP afin de produire des tableaux croisés permettant une analyse détaillée des résultats. Le total de certains résultats n égale pas toujours 100 % puisque les calculs sont basés sur des pourcentages arrondis. Le total des résultats peut parfois excéder 100 % lorsqu une question permet des réponses multiples. Lorsque pertinent, des différences statistiquement significatives sont indiquées par le symbole suivant : 5

7 PROFIL DES RÉPONDANTS

8 Profil des répondants Secteur d activité des membres sondés Total des répondants (n=1200) Enseignants du préscolaire/primaire 27 Enseignants du secondaire/éducation aux adultes/formation professionnelle Professionnels - commission scolaire 6 Employés de soutien - commission scolaire 24 Établissements privés 2 EHDAA 7 Enseignants du CÉGEP 2 Professionnels CÉGEP 1 Employés de soutien CÉGEP 3 Milieu scolaire (selon l évaluation des membres) Très favorisé 5 Assez favorisé 44 Ni favorisé, ni défavorisé 9 Assez défavorisé 29 % 28 Très défavorisé 11 7

9 Profil des répondants (suite) Total des répondants (n=1200) % Ancienneté 5 ans ou moins 18 6 à 15 ans à 25 ans ans ou plus 16 Lieu de résidence Région de Montréal (codes régionaux 514 et 450) 44 Région de Québec (code régional 418) 33 Reste du Québec (code régional 819) 23 8

10 Profil des répondants (suite) Total des répondants (n=1200) % Âge 18 à 24 ans 4 25 à 29 ans à 34 ans à 44 ans à 54 ans ans et plus 15 Sexe Homme 26 Femme 74 9

11 Faits saillants

12 Faits saillants Incidence et caractéristiques de la cyberintimidation D emblée, on note que peu de membres sondés (5 %) ont été victimes de cyberintimidation depuis le début de leur carrière. Les enseignants en établissements privés semblent toutefois être davantage la cible de menaces ou d insultes en ligne que leurs confrères (9%). Cependant, aucune différence significative n est remarquée. En moyenne, les victimes ont vécu trois incidents distincts de cyberintimidation. Cependant, on remarque que la moitié (51 %) d entre elles ont été la cible de ces attaques ou propos injurieux à une seule reprise. La plupart (54 %) indiquent avoir été insultés ou menacés par courriel. Les sites de clavardage (20 %) semblent aussi être un des moyens privilégiés par les auteurs de cyberintimidation. À l inverse, les sites comme «Rate my teachers» (2 %) et les sites de réseautage social (3 %) semblent peu prisés pour commettre ces actes. Près de six victimes sur dix (57 %) ont été ciblées directement. Un peu plus du tiers (36 %) des victimes affirment que les insultes reçues portaient sur leur apparence et 22 % soutiennent avoir été la cible de propos diffamatoires. L auteur des insultes ou menaces diffusées sur Internet est connu de la plupart (57 %) des victimes. Dans près de la moitié (45 %) des cas, les élèves (élèves de sexe masculin (24 %) ou féminin (17 %), groupe d élèves (4 %)) sont en cause. Les collègues de travail (22 %) se révèlent aussi être des auteurs de cyberintimidation, tout comme les membres de la direction (13 %). 11

13 Faits saillants (suite) Perception de l incidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail Les résultats du sondage démontrent par ailleurs que les membres de la CSQ ont connaissance d incidents de cyberintimidation ayant lieu dans leur milieu de travail et que le phénomène semble surtout toucher les élèves et les enseignants. Un peu plus du quart (27%) des individus interrogés affirment connaître au moins une personne ayant été la cible d attaques ou de menaces sur Internet. On note que les enseignants de niveau secondaire (35 %) de même que les membres travaillant en institutions privées (41 %) ont eu connaissance qu au moins une personne de leur milieu de travail a été victime de cyberintimidation dans de plus fortes proportions que leurs confrères. Selon les individus ayant eu connaissance de ces incidents, les victimes sont surtout d autres élèves fréquentant l établissement (45 %), des enseignants (40 %) et des élèves de leur classe (38 %). À l inverse, peu connaissent des employés de soutien (8 %), des professionnels (4 %) ou des membres de la direction (2 %) ayant été victimes de cyberintimidation. On remarque que les membres enseignant au niveau secondaire public (54 %) ou privé (63 %) sont plus susceptibles de connaître un enseignant ayant été victime de cyberintimidation. 12

14 Faits saillants (suite) Perception de l incidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail (suite) Toujours selon les individus connaissant des victimes, celles-ci auraient été la cible d insultes ou d attaques en ligne à environ trois occasions différentes. On note toutefois que le quart d entre eux n ont pas été capables de se prononcer sur cette question. Les attaques ou menaces en ligne prendraient souvent la forme de commentaires sur l apparence (38 %) et de propos diffamatoires (34 %). Les menaces de dommages corporels (20 %) ainsi que les commentaires sur le travail (16 %) sont aussi prisés des auteurs de cyberintimidation. Par ailleurs, les résultats indiquent que davantage de membres travaillant en milieu qu ils qualifient eux-mêmes de défavorisé croient que la victime a reçu des menaces de dommages corporels (28 %) et des messages d atteinte à ses biens (9 %). Les victimes connaîtraient la personne s attaquant à eux dans une proportion de 74 %. Sans surprise, il s agirait surtout d élèves (83 %). Les élèves de sexe masculin seraient à blâmer dans près de la moitié (46 %) des cas alors que 18 % disent que l auteur de la cyberintimidation était un groupe d élèves et 17 %, d élèves de sexe féminin. 13

15 Faits saillants (suite) Attitudes et perceptions à l égard de la cyberintimidation Les membres sondés se montrent préoccupés par le phénomène de la cyberintimidation et souhaitent un engagement plus soutenu de la part de leur établissement d enseignement : la presque totalité (97 %) d entre eux croient que les établissements ont un rôle d éducation à jouer afin de sensibiliser les jeunes et les adultes sur cette problématique; les établissements devraient aussi se montrer plus sévères et punir les élèves qui intimident autrui sur Internet (94 %); une très forte majorité (92 %) de répondants indiquent aussi que les établissements devraient inscrire des éléments sur la cyberintimidation dans leur code de conduite et signaler à la police les incidents s y rapportant. On note toutefois un certain découragement : les trois quarts (76 %) des individus interrogés croient que les établissements sont démunis face à ce phénomène. 14

16 Faits saillants (suite) Attitudes et perceptions à l égard de la cyberintimidation (suite) Les résultats de l enquête démontrent aussi que la plupart des établissements d enseignement ont encore fort à faire pour réagir à ce phénomène : seulement 15 % des répondants indiquent que leur établissement d enseignement a des règles formelles qui sont comprises et qui sont bien appliquées et plus du tiers (36 %) indiquent que leur établissement d enseignement n a aucune de règle concernant la cyberintimidation. Les membres travaillant en établissements privés (53 %) de même que les enseignants de CÉGEP (53 %) sont plus susceptibles d indiquer que leur établissement/commission scolaire n a aucune règle concernant la cyberintimidation. La très grande majorité (92 %) des membres de la CSQ sondés croient que les conséquences de la cyberintimidation pour la victimes sont graves : 43 % estiment qu elles sont très graves et 49 % disent qu elles sont assez graves. 15

17 Analyse des résultats

18 INCIDENCE ET CARACTÉRISTIQUES DE LA CYBERINTIMIDATION

19 Victimes n=1200* Victime de cyberintimidation depuis le début de leur carrière Nombre d événements (n=64) % 5% Oui Nombre d événements (moyenne) 3 95% à à et plus 8 Non NSP/refus 3 Seulement 5 % des membres de la CSQ ont été victimes de cyberintimidation depuis le début de leur carrière. À peine 2 % affirment avoir souffert de cela au cours des douze derniers mois. Q1. Au cours des douze derniers mois, avez-vous été victime de l une ou l autre de ces formes de cyberintimidation? Q2. Depuis le début de votre carrière dans l éducation, avez-vous déjà été victime de cyberintimidation? Q3. Depuis le début de votre carrière, à combien de reprises environ avez-vous été victime de cyberintimidation? 18

20 Formes Plusieurs mentions possibles n=64 Formes de cyberintimidation Courriels 54% Sites de clavardage Messages textes sur leur cellulaire Au téléphone Blogues En personne/de vive voix 11% 7% 5% 5% 20% Photos sur un site web Profils en ligne comme Facebook/MySpace Vidéos sur un site web Contenus sur des sites web comme Rate your teacher Autres 3% 3% 3% 2% 13% NSP/Refus 0% Le courriel est la méthode privilégiée par les auteurs de cyberintimidation : plus de la moitié (54 %) des victimes indiquent avoir été atteintes de la sorte. Les sites de clavardage (20 %) ainsi que les messages textes sur cellulaire (11 %) sont aussi des moyens fréquemment utilisés pour atteindre les victimes. Q4. Sous quelle forme s'est produite la cyberintimidation (la plus récente)? 19

21 Victimes directes et indirectes n=64 Victimes directes et indirectes Indirectement NSP/refus 40% 3% 57% Directement La plupart (57 %) des victimes de cyberintimidation sondées ont appris de façon directe qu elles étaient la cible d insultes ou de menaces. Quatre victimes sur dix (40 %) en ont plutôt été informées par d autres. Q5. Est-ce que le message ou les images vous ont été envoyés directement, ou vous avez su par d'autres que des propos ou des images diffamatoires circulaient à votre sujet? 20

22 Contenus Plusieurs mentions possibles n=64 Contenus de la cyberintimidation Commentaires sur l apparence 36% Propos diffamatoires 33% Commentaires sur le travail 21% Menaces ou insultes à caractère sexuel 10% Menaces d atteinte à leurs biens 6% Menaces de dommages corporels 5% NSP/Refus 12% Un peu plus du tiers (36 %) des victimes indiquent que la cyberintimidation a pris la forme de commentaires sur l apparence alors que le tiers ont été l objet de propos diffamatoires. Deux victimes sur dix (21 %) ont reçu des insultes concernant leur travail. Les contenus à caractère sexuel (10 %), les menaces d atteinte à leurs biens (6 %) ainsi que les menaces de dommages corporels (5 %) sont des contenus de cyberintimidation moins utilisés. Q6. Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées? 21

23 Auteurs de la cyberintimidation n=64* Connaissance de l auteur Auteurs de la cyberintimidation *Parmi ceux connaissant l auteur n=37 Un élève 24% NSP/refus Connaît l auteur Un collègue Une élève Un membre de la direction 22% 17% 13% Élèves : 45 % 1% 42% 57% Un parent Un groupe d'élèves 12% 4% Autres 8% NSP/Refus 0% Ne connaît pas l auteur Plus de la moitié (57 %) des victimes connaissent l auteur de la cyberintimidation. Les élèves sont à l origine de ces actes dans près de la moitié (45 %) des cas. Q7. Connaissez-vous l'auteur de cette cyberintimidation? Q8. S agissait-il? 22

24 PERCEPTION DE L INCIDENCE DE LA CYBERINTIMIDATION DANS LE MILIEU DE TRAVAIL

25 Connaissance n=1200 Connaissance d une victime de cyberintimidation Connaît plus d une personne 17% 10% Connaît une seule personne 27 % 72% 1% NSP/refus Ne connaît personne Établissements privés (41%) Secondaire (35 %) Plus du quart (27 %) des membres sondés connaissent au moins une victime de cyberintimidation. Les gens travaillant dans les écoles secondaires (35 %) ou les établissements privés (41 %) sont plus susceptibles de connaître une personne ayant été la cible d insultes ou de menaces en ligne. Q9. À part vous-même, connaissez-vous des gens dans votre milieu de travail qui ont été victimes de cyberintimidation? Il peut s'agir d'élèves comme de membres du personnel. 24

26 Victimes Plusieurs mentions possibles n=324 Victimes de cyberintimidation Femmes (50 %) Autres élèves 45% Enseignants 40% Élèves de leur classe Employés de soutien 8% 38% Hommes (63 %) Établissements privés (63 %) Secondaire (54 %) Professionnels 4% 18 à 34 ans (53 %) Membres de la direction 2% Autres NSP/Refus 1% 0% Les hommes (63 %) ainsi que les enseignants de niveau secondaire (54 %) et les membres travaillant en établissements privés (63 %) connaissent des enseignants ayant été victimes de cyberintimidation dans de plus fortes proportions que les autres membres de la CSQ. Q10. S agit-il de Q11. La victime de cette cyberintimidation était-elle... 25

27 Cas le mieux connu n=324 Cas de cyberintimidation le mieux connu Femmes (40 %) Autres élèves 33% Enseignants Élèves de leur classe Employés de soutien Professionnels 2% 5% 28% 30% 18 à 34 ans (42 %) Établissements privés (61 %) Hommes (46 %) Secondaire (43 %) Membres de la direction 1% Autres NSP/Refus 1% 0% Lorsqu on regarde uniquement le cas de cyberintimidation le mieux connu, on constate que les membres connaissent d abord d autres élèves (33 %) fréquentant leur établissement scolaire, des enseignants (30 %) et des élèves de leur classe (28 %). Parmi tous les cas de cyberintimidation que vous pouvez connaître dans votre milieu de travail, parlons maintenant du cas que vous connaissez le mieux. Q11. La victime de cette cyberintimidation était-elle... 26

28 Nombre d événements n=324 Nombre d événements (n=324) % Nombre d événements (moyenne) à à et plus 8 NSP/refus 27 Le quart des gens connaissant au moins une personne ayant été victime de cyberintimidation croient que cette victime a vécu en moyenne trois incidents distincts de cyberintimidation. Q12. À combien de reprises environ cette personne a-t-elle été victime de cyberintimidation? (nombre d événements différents) 27

29 Contenus Plusieurs mentions possibles n=324 Contenus de la cyberintimidation Commentaires sur l apparence Propos diffamatoires 34% 38% Menaces de dommages corporels Commentaires sur votre travail 16% 20% Menaces ou insultes à caractère sexuel 9% Milieu défavorisé (28 %) Messages haineux Messages d atteinte à leurs biens Menaces/harcèlement Vidéos ou photos de la personne Autres NSP/Refus 5% 4% 4% 2% 1% 4% Milieu défavorisé (9 %) Hommes (5 %) Les commentaires sur l apparence sont le type d insultes le plus souvent émis (38 %), suivi de près par les propos diffamatoires (34 %). Plusieurs événements de cyberintimidation connus des membres ont pris la forme de menaces de dommages corporels (20 %) et de commentaires sur le travail (16 %). Q13. Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées? 28

30 Auteurs de la cyberintimidation n=324* Connaissance de l auteur Auteurs de la cyberintimidation *Parmi ceux connaissant l auteur n=239 Un élève 46% Un groupe d'élèves 18% NSP/refus 6% 21% Victime connaissait l auteur 74% Une élève Un collègue Un membre de la direction Un parent Un élève d'une autre école Autres 3% 3% 9% 1% 1% 17% Élèves : 83 % NSP/Refus 1% Victime ne connaissait pas l auteur Dans près des trois quarts (74 %) des cas récents connus des membres, la victime connaît l auteur de la cyberintimidation. Les élèves sont principalement (83 %) mis en cause. Toutefois, on note que les élèves de sexe masculin sont à blâmer dans près de la moitié (46 %) des cas. Q14. Cette personne connaissait-elle l'auteur de cette cyberintimidation? Q15. L auteur était-il? 29

31 ATTITUDES ET PERCEPTIONS À L ÉGARD DE LA CYBERINTIMIDATION

32 La cyberintimidation et les établissements d enseignement n=1200 Les établissements d enseignement et la cyberintimidation ont un rôle d éducation à jouer pour sensibiliser les jeunes et les adultes sur la cyberintimidation devraient imposer des sanction aux élèves qui font de la cyberintimidation 77% 20% 77% 16% 97 % 94 % devraient inscrire dans le code de conduite des élèves des éléments sur la cyberintimidation devraient signaler à la police les incidents de cyberintimidation 73% 19% 65% 27% 92 % 92 % sont démunis par rapport à un phénomène comme la cyberintimidation 36% 40% 76 % Tout à fait en accord Plutôt en accord La très grande majorité des membres de la CSQ sondés dans le cadre de cette enquête croient que les établissements d enseignement doivent jouer un rôle plus actif pour contrer la cyberintimidation. Malgré cela, une forte proportion (76 %) croit toutefois que les établissements sont démunis par rapport à ce phénomène. Q16. Êtes-vous tout à fait en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou tout à fait en désaccord avec les affirmations suivantes: les établissements d enseignement 31

33 La cyberintimidation et les établissements d enseignement n=1200 Position de l établissement/commission scolaire à l égard de la cyberintimidation Il y a des règles, mais peu de gens en sont informés 28% Les règles sont bien comprises et appliquées 15% 36% 7% 15% Employés de soutien CS (25 %) Il y a des règles formelles mais elles ne sont pas appliquées NSP/refus A déjà été victime (15 %) Connaît une victime (10 %) Hommes (35 %) Il n y a aucune règle Établissements privés (53 %) Enseignants CÉGEP (53 %) Les membres travaillant en établissements privés de même que les enseignants de CÉGEP sont plus susceptibles d indiquer que leur établissement/commission scolaire n a aucune règle concernant la cyberintimidation (53 %). Pour leur part, les individus ayant été victimes de cyberintimidation et ceux connaissant des victimes indiquent dans de plus fortes proportions que leur établissement affiche des règles formelles mais qu elles ne sont pas appliquées (respectivement 15 % et 10 %). Q17. Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la position de votre établissement d'enseignement ou de votre commission scolaire par rapport à la cyberintimidation. Est-ce 32

34 Conséquences de la cyberintimidation n=1200 Conséquences de la cyberintimidation pour la victime Très graves 43% 92 % Assez graves 49% Pas tellement graves Pas graves du tout 1% 4% 4 % NSP/Refus 4% La très grande majorité des membres sondés (92 %) estiment que les conséquences de la cyberintimidation sont graves pour la victime. Q18. En général, comment qualifieriez-vous les conséquences de la cyberintimidation pour la victime? Diriez-vous qu'elles sont 33

35 Annexe 1 Liste des mentions «autres» aux questions ouvertes Q4 Sous quelle forme s'est produite la cyberintimidation (la plus récente)? Camera sur téléphone cellulaire Des faux concours, des gens qui sont pris dans d'autres pays, des items non-payés sur Paypal alors que je ne l'utilise pas, il y en a qui se font passer pour la caisse populaire et essaie d'avoir mon mot de passe et numéro de compte. Le portail, réseau de communication interne Des rumeurs sur Internet quelqu'un qui a volé son identité et a fait des avance à d'autres personnes. Supprimer les fichiers, laisser un message de menaces Jeux en ligne (World of Warcraft) Expositions sexuelles

36 Annexe 1 (suite) Liste des mentions «autres» aux questions ouvertes Q8 S'agissait-il une connaissance personnelle une organisation un ex-conjoint une cliente Q10 S'agit-il de mes enfants Q11 La victime de cette cyberintimidation était-elle... mon enfant la fille d'une enseignante des étudiantes 35

37 Annexe 1 (suite) Q13 Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées? Discrimination-règlement de compte Mensonges Sa vie privée Une proposition pour aller travailler ailleurs dans une autre école Vol d'identité Handicap Q15 L'auteur était-il Ex-conjoint Un transsexuel. Organisation Son amoureux qui appartenait a un gang de rue Une amie de sa cousine 36

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Homosexualité et milieu de travail

Homosexualité et milieu de travail Sondage d opinion auprès des Canadiens GAI ÉCOUTE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Homosexualité et milieu de travail Mai 2006 Dossier : 12717-008 507, place d Armes, bureau 700, Montréal, Québec H2Y 2W8 Téléphone

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2012

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Intérêt des membres de la GMMQ, l, l et la à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Dossier 77122-013 Février 2007 580, Grande-Allée Est, bureau 580, Québec, Québec G1R 2K2

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005 Institut économique de Montréal Rapport d un sondage omnibus Juin 2005 Opinion des Québécois à l égard du jugement de la Cour suprême du Canada relatif à l interdiction aux citoyens de payer pour des soins

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA de la vie aux idées L accès au crédit et les attitudes des Québécois quant à l endettement

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Méthodologie À l aide d une méthode d échantillonnage sophistiquée répliquant les conditions d un échantillon aléatoire

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 ÉLABORÉ PAR RICHARD ROUSSEAU, ENSEIGNANT EN MATHÉMATIQUES, CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES L ESCALE COMMISSION SCOLAIRE DE L AMIANTE MAI 005

Plus en détail

SONDAGE COMPARATIF SUR LA PERCEPTION DES QUÉBÉCOIS SUR LES HYDROCARBURES

SONDAGE COMPARATIF SUR LA PERCEPTION DES QUÉBÉCOIS SUR LES HYDROCARBURES www.som.ca MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3 e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 SONDAGE COMPARATIF SUR LA PERCEPTION

Plus en détail

Rapport final. Présenté à : Par :

Rapport final. Présenté à : Par : Légumes offerts sur les marchés publics : détermination des attentes des consommateurs (salubrité, provenance, qualité, etc.) et de la volonté de la production à répondre à ces attentes Rapport final Présenté

Plus en détail

Sondage public 2012 sur les services policiers

Sondage public 2012 sur les services policiers Sondage public 2012 sur les services policiers 2 Sixième sondage public depuis 1995. Le sondage est conçu pour faire comprendre les perceptions des citoyens sur la criminalité i et la sécurité et mesurer

Plus en détail

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne Projet : Sondage en ligne (Préciser le nom de votre projet) Date / période : Territoire visé : Description : Opération consistant à interroger un certain nombre d'individus au sein d'une population déterminée

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise

L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise pour Département Opinion et Stratégies d Entreprise L impact des pots d entreprise sur les risques routiers auprès des salariés et des chefs d entreprise 18 décembre 2008 1 La méthodologie 2 Note méthodologique

Plus en détail

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises.

Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE. Constats. Consommateurs. Entreprises. Faits saillants INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Avril 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise

Plus en détail

Les Français et l assurance Prévoyance

Les Français et l assurance Prévoyance Les Français et l assurance Prévoyance Protection financière de leurs proches en cas de coup dur : les Français sont préoccupés mais ne passent pas à l acte Méthodologie Échantillon 959 individus âgés

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Comment partager sans se sur-exposer?

Comment partager sans se sur-exposer? Comment partager sans se sur-exposer? Conférence de presse Mercredi 12 décembre 2012 Méthodologie de l enquête 1 Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1554 individus âgés de 13 ans et plus Interrogation

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Image des infirmiers et des infirmières

Image des infirmiers et des infirmières Image des infirmiers et des infirmières Sondage réalisé par pour Publié le 12 mai 2015 dans le Parisien-Aujourd hui en France Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés

Plus en détail

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English.

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English. Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada Sommaire de gestion Présenté au ministère du Patrimoine canadien Le 1er août 2012 par TNS Numéro du contrat : C1111-110947-001-CY

Plus en détail

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE www.ekos.com POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE [Ottawa 22 mai 2013] Selon un nouveau sondage commandé par la Coalition canadienne de la santé (CCS) et la Fédération

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

Table des matières. Table des tableaux... 2

Table des matières. Table des tableaux... 2 Développement durable Comment les entrepreneurs québécois jonglent-ils avec l intégration des principes de développement durable? Réalisé par le Centre de vigie et de recherche sur la culture entrepreneuriale

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

Enquête de CPA Canada sur la fraude 2014

Enquête de CPA Canada sur la fraude 2014 Préparé pour : Comptables professionnels agréés du Canada Le 28 février 2014 Informations sur l enquête L a été menée par Harris/Decima au moyen d un sondage téléphonique réalisé à l échelle nationale

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Les Français et la confiance

Les Français et la confiance pour Les Français et la confiance Septembre 2011 Note méthodologique Etude réalisée pour : Cityzencar Echantillon : Echantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE

CONFERENCE DE PRESSE Union nationale des associations familiales CONFERENCE DE PRESSE RESEAUX SOCIAUX : Quelles sont, dès 8 ans, les pratiques de nos enfants? Quel est le rôle des parents? Résultats de l enquête réalisée par

Plus en détail

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Introduction Il se dit beaucoup de choses sur les habitudes de recherche des internautes

Plus en détail

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 Nouvelle étude CIM sur les habitudes de vision sur des nouveaux écrans Les Belges n ont jamais autant regardé de contenu TV. Le CIM, responsable pour les études d

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas.

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas. Pour publication immédiate Le 12 septembre 2011 Connaissances limitées en matière de finances : un obstacle au remboursement des dettes Selon un sondage sur l endettement mené pour la Banque Manuvie du

Plus en détail

Fête des voisins et vos voisins de bureau?

Fête des voisins et vos voisins de bureau? Fête des voisins et vos voisins de bureau? Les résultats de l étude Contact : Laurent Bernelas Mai 2014 OpinionWay 15, place de la République, 75003 Paris Tél. : 01 78 94 89 87 Note méthodologique ü ü

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Les Français et les sites de rencontre

Les Français et les sites de rencontre 13 février 2012 Présentation des résultats N 110 080 Contacts : François Kraus francois.kraus@ifop.com 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Les Français et les sites de rencontre Sondage réalisé à l occasion

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. Mat-4104

MATHÉMATIQUES. Mat-4104 MATHÉMATIQUES Pré-test D Mat-404 Questionnaire e pas écrire sur le questionnaire Préparé par : M. GHELLACHE Mai 009 Questionnaire Page / 0 Exercice ) En justifiant votre réponse, dites quel type d étude

Plus en détail

Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux dans l industrie des communications en 2011

Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux dans l industrie des communications en 2011 Résumé des résultats du sondage sur l utilisation des médias sociaux d l industrie des communications en 2011 Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire Pauline Breduillieard, associée de recherche Mai 2011

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE. mené en 2010 auprès des étudiantes et étudiants de la

RÉSULTATS DU SONDAGE. mené en 2010 auprès des étudiantes et étudiants de la RÉSULTATS DU SONDAGE mené en 2010 auprès des étudiantes et étudiants de la RÉSULTATS DU SONDAGE mené en 2010 auprès des étudiantes et étudiants de la TÉLUQ PRÉSENTATION 2 FAITS SAILLANTS 3 RÉSULTATS 5

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité Pour les jeunes, Internet est un excellent merveilleux d apprentissage,

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Notoriété et perception de l IAE

Notoriété et perception de l IAE Sondage grand public Notoriété et perception de l IAE Avril 2009 Sondage AVISE réalisé par Opinionway pour le compte de la Caisse des dépôts, le CNAR IAE, le CNIAE et la DGEFP. Méthodologie L échantillon

Plus en détail

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique

Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique Nouveau sondage sur les perspectives des Canadiens à propos des changements climatiques et de la crise économique 45% des Canadiens sont d accord pour dire que les actions sérieuses en matière de changements

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

Décembre 2009 Nobody s Unpredictable

Décembre 2009 Nobody s Unpredictable Perception de l attachement des Français et des Eurois à leur département Décembre 2009 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage national (ADF) Sondage effectué pour : L Assemblée des Départements

Plus en détail

Les entreprises de 11 à 49 employés. Portrait de leur réalité linguistique. Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques

Les entreprises de 11 à 49 employés. Portrait de leur réalité linguistique. Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques Rendez-vous des gens d affaires et des partenaires socioéconomiques 2008 Les entreprises de 11 à 49 employés Portrait de leur réalité linguistique Pierre Bouchard Rendez-vous des gens d affaires et des

Plus en détail

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises LXGS 2010 Luxembourg Gambling Survey 2010 Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises Katia Duscherer & Carlos Paulos CePT Centre de Prévention

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS

SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS Sommaire exécutif Présenté par : TABLE DES MATIÈRES PUBLICITÉ SUR CAMPUS P. 3 COMMUNICATIONS MOBILES P. 8 HABITUDES EN LIGNE P. 18 HABITUDES MÉDIA P. 26 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 18 octobre 2010 8 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 18 octobre 2010 1 Palais du Luxembourg 8 èmes Rencontres de l

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail