AVERTISSEMENT PREALABLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVERTISSEMENT PREALABLE"

Transcription

1 AVERTISSEMENT PREALABLE Le présent document a été réalisé par des étudiants du Master Pro Qualimapa (USTL-Lille) dans le cadre de leur scolarité. Il n a pas un caractère de publication scientifique au sens strict. En effet, il n a pas été soumis à un comité de lecture avant publication. Ce travail a été noté, ainsi que la soutenance orale et l éventuelle production multimédia auxquelles il a donné lieu. Ces évaluations participent à l évaluation globale des étudiants en vue de l obtention du diplôme de Master ; elles ont un caractère privé et ne sont pas communiquées ici. Le contenu de ce document est donc proposé sous la seule responsabilité de leurs auteurs et doit être utilisé avec les précautions d'usage. C est pourquoi le lecteur est invité à exercer son esprit critique. Sa reproduction, totale ou partielle, est autorisée à condition que son origine et ses auteurs soient explicitement cités. La liste des autres projets étudiants disponibles en ligne est disponible sur le site Internet du Master Qualimapa : L équipe enseignante

2 Université des sciences et technologies de LILLE Ecole polytechnique universitaire de Lille Avenue Paul Langevin Villeneuve d Ascq CEDEX GESTION DE CRISE ALIMENTAIRE : Rapport de projet d étude présenté par : Roselyne Broudoux Blanchet Aurélie Caute Nadine Pechangou Marie Burel Alice Delplanque Matthieu Sibille Sandra Cardonnet Olivier Grzeskowiak Responsable de formation : M. LIQUET Jean-Claude Tuteur de projet : M.WEYNANS Bernard MASTER 2 QUALIMAPA Promotion

3 RÉSUMÉ Dans le contexte économique actuel, et du fait des renforcements réglementaires, les entreprises sont de plus en plus vulnérables à une crise. Malgré le fait qu il n existe pas de solution miracle, il est néanmoins nécessaire de s y préparer afin d en limiter ses conséquences potentiellement désastreuses. Les instances stratégiques de l entreprise doivent savoir ce qu est une crise. En analysant certains exemples marquants et significatifs de crises alimentaires, le groupe "gestion de crise alimentaire" du Master professionnel QUALIMAPA a relevé quelques grandes tendances qui peuvent se révéler utiles pour connaître les orientations à prendre. Par la suite, un aperçu des grandes étapes d une crise alimentaire et les démarches à mettre en place avant, pendant et après la crise seront détaillés. Mots clés : Gestion de crise, Communication dans l'entreprise, Confiance des consommateurs, Sécurité alimentaire, Intoxications alimentaires ABSTRACT In the current economic context, and because of the lawful reinforcement, companies are more and more vulnerable to a crisis. Despite the fact that it doesn t exist a golden solution to a crisis, companies must be prepared to reduce its potentially disastrous consequences. Strategic authorities of the company must know what a crisis is. By analysing few outstanding and significant examples, the Food crisis management group from the Master QUALIMAPA has noticed some main tendencies which can appear useful to know the paths to follow. Thereafter, an outline of the great stages of a food crisis and of the steps to be set up a long time before the beginning of the crisis and to keep up after the end will be detailed. Key Words: Crisis management, Communication, Consumers trust, Food safety, Food poisoning

4 REMERCIEMENTS Nous tenons tout particulièrement à remercier les trois tuteurs de projets nommés ci-dessous, pour leur regard critique et leurs conseils avisés sur l ensemble du projet, M. Jean-Claude LIQUET, responsable et enseignant de la formation QUALIMAPA, M. Dominique BOUNIE, enseignant de l IAAL et QUALIMAPA, M. Bernard WEYNANS, intervenant en communication de la formation Nous tenons aussi à remercier tous les autres intervenants ayant pu nous aider d une façon ou d une autre dans l aboutissement de ce projet. MASTER 2 QUALIMAPA Page 2 sur 143

5 SOMMAIRE INDEX DES FIGURES 6 INDEX DES TABLEAUX 6 INTRODUCTION 7 I. LA CRISE 9 I.1. La notion de crise 9 I.1.1. Historique de la notion de crise 9 I.1.2. Définition de la crise 10 I.1.3. Echelle de crise 12 I.1.4. Les différents types de crise 13 I Classement selon la nature de la crise : 13 I Classement selon les événements générateurs de la crise : 14 I Classement selon l intensité de la crise : 14 I Classement selon la vitesse d action de la crise : 15 I.2. Influence de la crise 16 I.2.1. Les acteurs d une crise 16 I Le produit 16 I Le fabricant 18 I Les consommateurs 20 I Les médias 22 I Les assureurs 24 I Les juges 26 I Les experts 29 I Les filières professionnelles 31 I Les syndicats professionnels 32 I Les associations 33 I L Internet : un nouveau média dans la crise 34 I.2.2. La crise et ses influences 35 I L individu face à la crise 35 I L individu face à l urgence 35 I L individu face à l incertitude / complexité 35 I L individu face au stress 36 I Le groupe face à la crise 36 I Les conflits au sein du groupe 36 I Le phénomène du "groupthink" 37 I L organisation face à la crise 37 I La centralisation du pouvoir 37 I La "tendance au mouvement brownien instantané" 37 I La déstabilisation de l organisation 38 I.3. Déroulement de la crise : de l incident à la crise 38 I.3.1. Critères d identification d une crise 38 I.3.2. Les quatre phases d une crise 40 II. Exemple de crises passées 43 II.1. Quelques chiffres 43 II.2. Fiches de crises passées 44 II.2.1. Crise de la dioxine 44 MASTER 2 QUALIMAPA Page 3 sur 143

6 II.2.2. Crise Danone : un e mail calamiteux 53 II.2.3. Crise Buffalo Grill 57 II.2.4. Crise Coca Cola 63 II.2.5. Saumon cancérigène 69 II.2.6. Crise Le Petit 72 II.2.7. Crise Listeria dans des rillettes 74 II.2.8. Crise ESB 76 II.2.9. Crise OGM 84 II Crise du maïs STARLINK 89 II Crise non alimentaire : EDF 94 II.3. Bilan des crises passées 96 II.3.1. Du point de vue d un gouvernement 96 II.3.2. Du point de vue d une entreprise. 96 II.4. Perception des crises alimentaires par le consommateur 97 II.4.1. Evolution des risques perçus par les consommateurs 97 II.4.2. Origines de la crise de confiance envers l alimentation 101 II Industrialisation de l agriculture et de l alimentation 101 II La communication des médias 101 II Doutes envers les institutions et l évolution socio-économique _ 101 III. FAIRE FACE A LA CRISE 104 III.1. L avant crise 106 III.1.1. Adopter un comportement de veille 106 III.1.2. Détection et évaluation des risques 106 III.1.3. Création des différents plans 107 III.1.4. Stratégie de relations publiques et médias 108 III.1.5. Préparation manuel de gestion de crise et annuaire d urgence 108 III.1.6. Le rôle du marketing : le marketing préventif 108 III Au stade de l'approvisionnement : 109 III Au stade de la production : 109 III Au stade de la distribution vente 109 III Au stade de la consommation : 109 III.1.7. La formation à la gestion de crise 110 III Les études de cas 110 III Les exercices de simulation 110 III.2. L entrée en crise 111 III.2.1. Détection de la crise 111 III.2.2. Disposer des aptitudes nécessaires 111 III Les moyens techniques 111 III Des capacités organisationnelles 112 III Les aptitudes des acteurs 112 III.2.3. La recherche d informations 112 III.2.4. Etablir un livre de bord 113 III.2.5. Réunir et mobiliser une équipe 113 III.2.6. Evaluation de la crise 114 III.3. La conduite de la crise 115 III.3.1. Activation de "la cellule de crise" 115 III.3.2. Fixer les priorités de la gestion de crise 118 III.3.3. Schéma de pilotage des crises 120 III.4. L après crise : apprentissage et capitalisation 123 III.4.1. Conduire efficacement l après crise 123 MASTER 2 QUALIMAPA Page 4 sur 143

7 III.4.2. Apprendre des crises 124 III Socle de refus 125 III Normalisation 126 III Capitalisation 128 III.4.3. Un changement culturel des organisations 130 III Engagement des hauts dirigeants 130 III Une nouvelle insertion dans l environnement 130 III.4.4. Des stratégies de changement 131 III Séminaires de simulation de crise 131 III Retours d expérience 131 III Etudes techniques de la logistique et de l organisation 132 III Un travail général de planification de crise 132 III.4.5. Limites 132 III.4.6. Communiquer après la crise 133 III Marketing 133 III Publicité et communication de crise 133 III Exemple : Buffalo Grill 136 CONCLUSION 137 GLOSSAIRE 138 BIBLIOGRAPHIE 142 MASTER 2 QUALIMAPA Page 5 sur 143

8 INDEX DES FIGURES Figure 1 : Déroulement d une crise Figure 2 : Analyse d un événement pour évaluer une crise Figure 3 : Métaphore des trous de gruyère Figure 4 : Enquête INC Figure 5 : Les phases de la gestion de crise Figure 6 : Les priorités de la gestion de crise Figure 7 : Progresser après la crise Figure 8 : Conduite de l apprentissage Figure 9 : Mécanismes de normalisation Figure 10 : Initiatives pour une nouvelle insertion dans l environnement INDEX DES TABLEAUX Tableau 1 :Echelle de crise Tableau 2 : Exemple d échelle de gravité pour 2 crises différentes Tableau 3 : Exemples de toxi-infections alimentaires en France Tableau 4 : Classement des sujets de préoccupation des Français fin octobre 1999 (IPSN 2000) " En France, parmi les problèmes actuels suivants, lequel est pour vous le plus préoccupant? Tableau 5 : Sondage " les Français et la santé " avril 2000, CSA/Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale Tableau 6 : Perception en 2000 de l évolution des risques en matière de sûreté des aliments. Sondage ISL / Revues LSA et "Objectif Risk Zéro" des mars 2000 (1000 personnes) Tableau 7 : Les trois risques jugés les plus importants en matière de sûreté alimentaire (sondage BVA-ANIA en avril 2000) Tableau 8 : Indicateurs de crise dans la chimie et l agroalimentaire MASTER 2 QUALIMAPA Page 6 sur 143

9 INTRODUCTION Vache folle, fromages et rillettes à la listeria, poulet à la dioxine, veau aux hormones, maïs transgénique, Les crises font désormais parties de notre univers quotidien, il ne se passe presque plus une semaine sans que nous soyons alertés sur un nouveau problème de sécurité alimentaire. Ces événements sont autant d exemples qui attestent que les organisations sont soumises à des épreuves lourdes pouvant remettre en cause leurs survies. Les crises ne sont, en effet, ni isolées, ni ponctuelles. Elles constituent, de façon évidente, une caractéristique de nos sociétés modernes où le progrès scientifique et technique tiennent une place prépondérante. D autant plus que tous ces incidents interviennent dorénavant dans un contexte d une sensibilité extrême. Le public est très attentif aux questions de sécurité et a l impression que les systèmes ne sont guère maîtrisés. En parallèle, les médias donnent à toute information ou rumeur une répercussion immédiate et à une échelle sans précédent. Ces situations sont souvent explosives, toujours délicates, et exigent des réponses précises. Que faire en pleine tempête, lorsque que les alertes sont au plus hautes et que la turbulence médiatique vient dramatiser encore cette situation très vite insaisissable? Telle est la question que se posent bon nombre d entreprises alors que nos sociétés apparaissent, sinon plus dangereuses, du moins plus vulnérables et instables que par le passé. Nous allons tenter de savoir en quoi la compréhension des crises passées permet-elle d initier les entreprises à la gestion de crise alimentaire. Une liste exhaustive serait très longue, et même certainement incomplète, car il est des crises pourtant sérieuses qui restent confinées au sein d un secteur ou d une entreprise. Dans la quasi-totalité des cas de crise, la composante médiatique est majeure. Mais les médias ne sont bien sûr pas seuls en cause. La société industrielle a multiplié les risques technologiques, avec de nouveaux procédés, d innombrables nouveaux produits, de nouvelles matières premières (qui peuvent être génétiquement modifiées) et des pressions économiques qui ont pu jouer négativement sur les niveaux de sécurité. Le seuil de "tolérance psychologique et éthique" des consommateurs s est sensiblement abaissé. Ce mémoire s adresse à tous les acteurs de la sécurité alimentaire : producteurs, transformateurs (grands groupes agro-alimentaires, PME PMI), distributeurs (RHF collective ou hostellerie, GMS, distributeurs automatiques, artisans) et consommateurs. Ce rapport s organise en trois parties principales. Nous développerons, dans un premier temps, ce qui se cache derrière cette notion de crise, ses conséquences sur l organisation et son déroulement. Nous aborderons quelques exemples de crises passées et nous analyserons les plans d actions qui ont été mis en place. Enfin, nous essayerons de résumer les grands principes de la gestion de crise de façon chronologique. MASTER 2 QUALIMAPA Page 7 sur 143

10 PARTIE I : LA CRISE MASTER 2 QUALIMAPA Page 8 sur 143

11 I. LA CRISE I.1. La notion de crise I.1.1. Historique de la notion de crise Afin de proposer une définition de la crise, il est intéressant d observer les différentes significations que ce terme a revêtu au fil du temps. Cela permet de situer les origines du terme et son développement. A. BEJIN et E MORIN ont effectué ce travail et voici ce qu ils ont constaté : "Dans la langue religieuse de la Grèce ancienne, le terme Krisis signifiait : interprétation, choix; dans le vocabulaire juridique, il exprimait l idée d un jugement, d une décision ne résultant pas mécaniquement des preuves. Rapporté à la tragédie grecque, le mot désignait un événement qui, tranchant et jugeant, impliquait, à la fois, tout le passé et tout l avenir de l action dont il marquait le cours. Pour la médecine hippocratique, le vocable dénotait un changement subi dans l état du malade, repéré dans le temps et dans l espace". Au XVIIe siècle et surtout à partir du XVIIIe, la notion de "crise" fut importée dans les analyses de la société. Ce transfert, qui se traduit par l évacuation de tout un capital d observations positives sur les maladies de l organisme, eut pour effet un surcroît d imprécision dans l emploi du terme "crise", afin que celui-ci fût susceptible de convenir analogiquement à l appréhension d une pathologie des "organismes sociaux". Dés lors qu il ne désignait plus qu un état d incertitude, un trouble grave, le vocable "crise" a pu, dans l économie politique du XIXe, s inscrire dans des perspectives théoriques diverses mais qui se rejoignaient en cela qu elles devenaient un paradigme évolutionniste commun et qu en outre elles mettaient en valeur l aspect cyclique des phénomènes économiques en procédant à une qualification partielle de ceux-ci. A partir du XIXe siècle, la notion a été utilisée dans les analyses ambitieuses des grandes mutations culturelles ( "crise des valeurs", "crise des civilisations", "crise spirituelle") ; de plus, elle a constitué un instrument théorique fructueux au sein de disciplines en expansion rapide (psychologie du développement, voire éthologie) contribuaient à modifier considérablement ses acceptations." En effet, depuis le début du XIXe siècle, la crise désigne les désordres de la société ; crise politique (1814) ; crise agricole comme celle qui, en 1848, provoqua la famine en Irlande et l émigration de la moitié de la population ; crise financière (1823) ; crise commerciale (1837) ; crise économique en 1873 et en 1929 avec la grande crise mondiale ; crises ministérielles successives de la IV e République. Actuellement, le terme de crise est employé pour désigner toute sorte de situation fortement tourmentée : Crise du Moyen Orient, Crise de la Vache Folle ou Crise d une entreprise On peut donc, repérer à travers ce balayage une évolution du terme de crise. Tout d abord reliée aux actes d examiner, de décider, de trancher, de discriminer, l idée de bifurcation est venue s ajouter. La crise est ainsi vue comme "un paroxysme d incertitude et d angoisse où tout est suspens dans l attente d une résolution prochaine de la maladie", une sorte d heure de vérité et de choix, l instant où tout bascule de façon accélérée et irréversible. MASTER 2 QUALIMAPA Page 9 sur 143

12 Cette idée de l heure de vérité est reprise par STARN qui indique que les situations de crise, au cœur des tragédies grecques, "n étaient plus seulement des points clés dans des processus de changement, elles devenaient des moments de vérité où s éclairait la signification des hommes et des événements". Ainsi, la crise, dans les tragédies était ce moment où, brutalement, éclate tout le passé dont la signification avait échappé aux acteurs. La notion de crise peut donc, être source de changement, elle est perçue comme une opportunité. Par conséquent, la notion de crise est tout autant danger qu opportunité. Elle peut être décision, bifurcation marquant une résolution prochaine, moment de vérité ou véritable opportunité. Toutes ces facettes se rejoignent pour former cette notion de crise. I.1.2. Définition de la crise Comme nous l avons vu, le terme de crise a subi une évolution à travers le temps et il a tendance à se vider de son sens. Il est donc, nécessaire de lever l ambiguïté qui règne sur ce mot. Car, selon le contexte dans lequel on se place, la signification de "crise" différera complètement. Par exemple, là où les économistes voient une récession (la crise de 1929 ou de 1987), les historiens pensent à la détérioration des relations entre deux pays (la crise des Balkans, la crise au Moyen Orient). Dans le cas qui nous intéresse, celui du management, trouver une définition à même d englober toutes les crises qui peuvent frapper les organisations, sans pour autant sortir du sujet, n est pas chose aisée. D ailleurs, les spécialistes du domaine ne se sont pas encore mis d accord à ce sujet : La définition du concept de crise qui a fait longtemps référence est celle de HERMANN : "Une crise est une situation qui menace les buts essentiels des unités de prise de décision, réduit le laps de temps disponible pour la prise de décision, et dont l occurrence surprend les responsables". Ainsi, selon ce dernier, la crise possède trois caractéristiques : La mise en péril des objectifs prioritaires de l organisation Le manque de temps disponible pour répondre La surprise : le côté inattendu pour les décideurs La première caractéristique est reprise par de nombreux auteurs, nous retiendrons celle de A. MUCCHIELLI : "la crise dans l entreprise (ou de l entreprise) est d abord un moment difficile de sa vie avec une perte des points de repère habituels. C est un état d instabilité de toutes ses "fonctions" (adaptation, pilotage, cohérence, et motivation). Les activités des individus et des équipes, le fonctionnement et la structure interne sont perturbés" Par ailleurs, cet aspect, qu est la mise en péril des objectifs prioritaires de l organisation, sert à différencier une crise d un événement qui, sans être anodin, doit pouvoir être géré sans qu aucune structure particulière ne soit mise en place dans l organisation. Ainsi, SHRIVASTAVA indique qu un accident ne se transforme en crise que lorsqu il y a incapacité à le gérer. LAGADEC va plus loin et introduit le fait qu il faille différencier la notion d urgence et celle de crise. En effet, l urgence, pour simplifier, c est l événement répertorié, pour lequel on dispose de procédures codifiées, qui concerne un nombre d acteurs limité, intervenant dans une structure clairement définie. Avec la crise, il ne s agit plus de problèmes simples, mais de dysfonctionnement et de menaces graves qui touchent le temps, l espace, les acteurs et les MASTER 2 QUALIMAPA Page 10 sur 143

13 coûts. La crise ajoute donc, un degré de gravité à la simple situation d urgence. Elle devient l urgence. La deuxième caractéristique que l on trouve dans la définition d HERMANN tient à la rapidité: c est le manque de temps nécessaire pour répondre. L enchaînement des événements exige une action immédiate et ne permet pas le délai de réflexion qu aurait requis la complexité de la situation. Le temps joue pour la crise contre les responsables. On connaît la loi chère aux sapeurs-pompiers, qui s appliquent à un niveau encore supérieur pour les crises. LAGADEC va dans ce sens en soumettant l idée que "la question du temps est une dimension clé de la crise" et en ajoutant que "tout retard conduit donc à des aggravations insupportables, ce qui exacerbe les difficultés immédiates...". Il insiste sur la nécessité d une action immédiate malgré justement ce manque de temps nécessaire. Enfin, le troisième point de la définition d HERMANN est constitué par l effet de surprise. Il est important de souligner que ce point est le plus contesté, car il lui est reproché d être trop restrictif. En effet, si l on entend par surprise le fait que l événement ne soit pas du tout prévu, les crises sont effectivement très rares et le drame de Tchernobyl n est pas une crise, dans la mesure où il était envisageable qu un tel accident puisse survenir dans un contexte aussi dangereux que celui d une centrale nucléaire. Par contre, si par surprise, on entend qu il est impossible de connaître précisément la date de cet accident, alors on peut, en effet, parler de crise. Ceci explique, en grande partie, pourquoi la surprise n est pas souvent reprise dans les caractéristiques de la crise. Les spécialistes du domaine, et plus précisément LAGADEC, préfèrent la notion d incertitude ou même d inconnu : A la suite des trois éléments qui constituent cette définition, les auteurs ont développé d autres aspects de la crise : En effet, une autre façon de définir la crise est de tenir compte de ses acteurs. SHRIVASTAVA note que la crise implique toujours des intéressés multiples tels les employés, les clients, les fournisseurs, les habitants de la région, l Etat et ses différentes institutions, d où une plus grande complexité et l existence de conflits d intérêts. LAGADEC a la même vision des choses: "La multiplication des intervenants est peut-être l un des paramètres les plus marquant. Alors que, pour la défaillance classique, l intervention de quelques services spécialisés pouvait suffire, il faut ici faire appel à un grand nombre d organismes". Une autre composante inhérente à l étude des acteurs pour définir la crise est une grande implication émotionnelle. LAGADEC note que : "de façon générale, l individu subit de plein fouet le choc initial, le sentiment d impuissance, l urgence, l incertitude, les enjeux, la perte de l univers de référence, la culpabilité". MUCCHIELLI dresse le même constat : Les acteurs sont alors dans une situation imprévisible et largement inconnue à laquelle ils leur faut répondre dans l urgence car la crise évolue vite. Vivre dans une telle situation demande une grande tension psychologique. C est l amplitude et la durée de cette tension qui engendrent ce que l on appelle "le stress". Enfin, un aspect a longtemps été oublié dans les caractéristiques de la crise : les médias. L intervention des médias est un critère majeur comme le sentiment grandissant de l inquiétude et de l angoisse de l opinion publique. L entreprise, surprise, ne sait pas faire face notamment du fait d une communication inadaptée à une situation d exception. Toute situation se rapprochant de cette description peut être considérée comme une véritable situation de crise. La crise est donc une notion totalement malléable qu il convient de définir afin d apporter les éclairages indispensables. D ailleurs, E. MORIN, souligne cette complexité du MASTER 2 QUALIMAPA Page 11 sur 143

14 terme et nous soumet l idée que c est cette dernière qui nous permettra de définir la notion de crise : "La crise du concept de crise est le début de la théorie de la crise." E. MORIN I.1.3. Echelle de crise Après avoir défini la crise, il est nécessaire de déterminer quels sont les paramètres permettant de mesurer la gravité d une crise. Il semble que la gravité d une crise soit évaluable à partir de plusieurs critères. 1 : Nombre de morts ou blessés 1 à 50 = 1 50 à 100 =2 100 à 200 = à 400 = à 500 = à 600 = à 700 = à 800 = à 900 = à 1000 = à = 15 > = 20 2 : Effets de l intervention des pouvoirs publics Pas d enquête administrative = 0 Simple démarche d enquête = 2 Saisie, séquestre = 3 Retrait administratif du produit = 4 Arrêt d activité = 5 3 : Effets des médias Simple annonce = 1 Annonce répétée = 2 Reportage = 3 Débats publiques = 4 A la une = 5 4 : Importance des dommages matériels Bien de l entreprise = 1 Bien de tiers = 5 5 : Atteinte de l image et de la notoriété de Atteinte faible et temporaire = 2 l entreprise Atteinte forte et temporaire = 4 Atteinte faible et durable = 5 Atteinte forte et durable = 6 6 : Procédures pénales Pas de procédure = 0 7 : Réaction de l opinion publique (en émotion et étendue) Procédure pénale = 5 Emotion faible limitée = 2 Emotion forte limitée = 4 Emotion faible étendue = 6 Emotion forte étendue = 8 Emotion forte généralisée = 10 8 : Efficacité de la gestion de crise de Présence d une cellule de crise = 0 l entreprise Absence de cellule de crise = 10 9 : Conséquences sociales pour l entreprise Aucune = 0 Chômage technique = 2 Licenciement = 4 Fermeture = 6 Indice de gravité le plus élevé 72 Tableau 1 :Echelle de crise MASTER 2 QUALIMAPA Page 12 sur 143

15 Ce système de mesure peut être appliqué à deux crises dans des secteurs différents afin de mieux en apprécier le fonctionnement Critères 1 AZF (septembre 2001) 30 morts blessés = 8363 victimes = 10 COCA COLA (juin 1999) Pas de victime = 0 2 Arrêt d activité = 5 Arrêt production d une usine = 5 3 A la une = 5 Reportage = 3 4 Biens des tiers = 5 Pas de dommages = 0 5 Forte et durable = 6 Atteinte forte et temporaire = 4 6 Procédures pénales = 5 Pas de procédure = 0 7 Emotion forte généralisée = 10 Emotion forte étendue = 8 8 Absence de cellule = 10 Absence de cellule = 10 9 Fermeture = 6 Chômage technique = 2 Note 62/72 32/72 Tableau 2 : Exemple d échelle de gravité pour 2 crises différentes Pour AZF la somme des notes est de 62, pour Coca Cola, elle est de 32 sur une échelle de 72. La gravité de la crise pour AZF a été d un niveau supérieur à celle subi par Coca Cola. C est ainsi que la crise AZF est perçue par l opinion publique et qu elle restera durablement dans la mémoire collective. I.1.4. Les différents types de crise Comme on a pu le constater dans la définition de la crise, il en existe plusieurs sortes de crise. En effet, les crises peuvent être classées en différentes catégories selon leur nature, les événements générateurs, leur intensité et leur vitesse d action. I Classement selon la nature de la crise : Crise d ordre technique : L exemple que l on peut prendre est la défaillance de machines pouvant entraîner des incidences sur les consommateurs Crise d ordre économique : Au sein de ce type de classement, Jean BOUVIER distingue encore 3 types de crise : Les "crises d Ancien Régime" qui évoque les successions de mauvaises récoltes conduisant à la famine et à l émeute, ce type de crise existait jusqu aux années Les crises industrielles : - Crise du capitalisme qui concerne la saturation du marché - Crise de déflation - Crise spéculative Ces deux types de crises peuvent se combiner pour former les crises mixtes. MASTER 2 QUALIMAPA Page 13 sur 143

16 Crise d ordre humaine : La crise a une incidence sur la vie humaine à l intérieur de l entreprise, au niveau des employés et à l extérieur, au niveau des consommateurs par exemple. Crise d ordre sociale : L exemple que l on peut prendre est l arrêt de travail suite à une grève soudaine. I Classement selon les événements générateurs de la crise : Crise d origine naturelle : On peut prendre comme exemple les crises provoquées par les catastrophes naturelles comme l inondation, les tremblements de terre. Crise d origine humaine : Ces crises ont connu l intervention directe ou indirecte de l homme. Dans ce classement, on peut considérer deux grands groupes de crise : Les crises intentionnelles : Certaines des parties prenantes sont à l origine de la crise et espèrent en tirer des avantages. On peut prendre l exemple des sabotages exercés sur l entreprise et des concurrences loyales ou déloyales. Les crises accidentelles : Ce type de crises n est souhaité ou voulu par aucune partie prenante mais apparaît suite à un accident. Ceci n empêche pas d inclure l analyse des responsabilités de toutes les parties prenantes dans la résolution de crise. On peut mettre dans cette catégorie la rupture des approvisionnements, l ESB (Encéphalie Spongiforme Bovine). Il est à rappeler que seule peut être considérée comme crise une situation qui reprend ce caractère accidentel et qui présente une durée et une ampleur inhabituelles : il faut bien faire la différence entre incident et crise. Eventuellement, un autre type de crise peut apparaître suite à l interaction de ces différents facteurs. En effet, on peut assister exceptionnellement à la réunification de certains ou de tous ces événements dans une même crise, ce phénomène provoque par la suite une difficulté accrue des acteurs à trouver une solution adéquate car il faut tenir compte de chaque facteur et de son action. I Classement selon l intensité de la crise : Crise classique : Ce sont les crises qui peuvent être gérées à petite échelle. Exemple, la réclamation de quelques clients sur un produit bien déterminé. La gestion de ces crises se traduit par le dédommagement des victimes et le retrait des produits. Evénement majeur : MASTER 2 QUALIMAPA Page 14 sur 143

17 Ce sont les crises de grande ampleur, elles impliquent le plus souvent les entreprises à forte notoriété ou concernent toute une filière. Exemple : crise Coca Cola, l ESB. I Classement selon la vitesse d action de la crise : Crise brusque : Ce sont les crises qui connaissent une évolution très rapide dans un laps de temps très court. Ce type de crise est le plus souvent associé à l intervention des médias dans le transfert d information. Exemple : cas de la crise de Coca-Cola Crise latente : Ce sont les crises qui s étendent sur un temps assez long, d une intensité plutôt moyenne mais qui peuvent d un moment à l autre avoir un effet de grande ampleur. Exemple de l OGM (Organisme Génétiquement Modifié). Rumeur : Nous avons choisi de traiter le cas de la rumeur car la plupart des crises qui se sont passées dans le monde sont dues à ce facteur. Les conséquences d une rumeur sont multiples : De fortes baisses de vente. Un investissement important en communication dans le but de redonner confiance aux consommateurs. Perte de crédibilité d une marque. Pour ce faire, nous allons voir les caractéristiques des rumeurs, les facteurs d évolution ainsi que les moyens de contrôle. La rumeur est un phénomène qui apparaît dans un contexte particulier profitant des brèches socioculturelles. En effet, une rumeur ne peut se développer qu à l intérieur d une entité sociale présentant une forte cohésion, ayant préalablement été affaiblie par des événements antérieurs. Exemple : coca-cola et dioxine belge. La rumeur est une forme de communication et joue un rôle d autant plus important que le capital de marque d une entreprise est fort. En s attaquant à une seule entreprise, elle peut très facilement être généralisée à tout un secteur. Exemple : la rumeur sur la présence de ver de terre dans les hamburger de Mac Donald s a pu également accabler le Burger s King et ainsi de suite. Une rumeur est ambiguë, peut être sans fondement, bel et bien fondé ou dans l incertitude totale. La source est difficilement contrôlable. L évolution d une rumeur dépend surtout du processus ainsi que du support de diffusion. La rumeur naît au sein d une communauté composée d individus présentant une certaine affinité ; ce qui explique d ailleurs sa forte notoriété entraînant une rapide vitesse de propagation et par conséquent un vaste potentiel de destruction. Les médias jouent par la suite un rôle important dans la multiplication des champs de diffusion des rumeurs en relayant un bruit localisé, ce d autant plus que les consommateurs MASTER 2 QUALIMAPA Page 15 sur 143

18 accordent beaucoup de crédibilité à la presse ou au masse média. En effet ces supports sont considérés comme des sources fiables, ne traitant que des sujets préalablement vérifiés. Ce qui est d ailleurs contesté par KAPFERRER, car les médias peuvent très bien jouer seulement le rôle de relais aux rumeurs en exposant seulement les faits sans avoir approfondi le sujet, ce pour diverses raisons comme la volonté d avoir la primeur des nouvelles. Vu les caractéristiques assez ambiguës des rumeurs, leur contrôle est très complexe. Néanmoins des moyens existent : Cibler la composante cognitive des attitudes des consommateurs. Créer un effet de surprise pour provoquer ou forcer le changement. Eviter toute sorte d ambiguïté, de sentiment d anxiété, d insécurité pour ne pas entretenir les substrats psychosociaux et pour enlever toute crédibilité à la suspicion : développer la communication, faire une traçabilité des produits alimentaires. Malgré le fait que le média joue surtout le rôle de diffuseur aux rumeurs, en accélérant le processus, il permet également aux entreprises incriminées d effectuer des démentis rapides, ceci limite leurs champs de diffusions. Le choix des médias ainsi que le moment de communication est primordial pour éviter une fuite sélective des informations. Le silence est aussi un autre moyen de contrôle des rumeurs : attendre que la rumeur s éteint d elle-même. Cette solution est pourtant peu probable à court terme avec une forte probabilité de répétition assez forte. L image d une rumeur peut aussi être changée. I.2. Influence de la crise I.2.1. Les acteurs d une crise Ces différentes sortes de crise sont liées cependant par un point commun, elles mettent en jeu de nombreux acteurs. I Le produit Si la crise se cause dans un défaut réel ou supposé d un produit, que le consommateur ou l utilisateur perçoit comme menaçant, certains aspects de ce produit influenceront le développement de la crise notamment dans sa durée et sa gravité. La méfiance pour un produit ancien largement utilisé (par exemple : farine de blé) est moins grande que pour un produit nouveau, complexe et "technicisé" comme par exemple un plat cuisiné prêt à cuire. Le défaut accidentel d un produit différencié, bien identifié par son appellation commerciale, son conditionnement et un numéro de lot précis génèrera des craintes limitées chez les utilisateurs de ce lot ; son retrait est sécurisant. On comprend qu il s agit d un simple incident technologique. La traçabilité permettant d identifier un lot défectueux et de remonter à ses sources s avère être un moyen préventif de l aggravation d une crise notamment s il s agit d un problème de santé publique. Les réactions émotionnelles des utilisateurs ou des consommateurs sont exacerbées si le produit est destiné à des personnes sensibles comme les malades, les enfants, les personnes âgées ; (listériose et fromage au lait cru). L opinion est plus méfiante et prompte à réagir au risque provenant de la présence dans l alimentation ou l environnement de résidus dont le seul nom éveille la peur du chimique ; tel est le cas de contaminants de synthèse comme le MASTER 2 QUALIMAPA Page 16 sur 143

19 pyrimiphos-méthyl, le métamidophos (résidus phytosanitaires), ou encore l atrazine et les organochlorés (herbicides, insecticides). La défaillance publique sera exacerbée avec certains produits : Les produits qui exposent à des risques les générations futures ; sentiment de culpabilité d une génération envers la génération suivante (OGM). Les produits dangereux pour la santé humaine notamment : le risque de cancer, les pathologies multiples répondant aux mécanismes étiologiques de l allergie d origine alimentaire ou atmosphérique. Dans cette catégorie de produits dangereux, on trouve tous les produits pour lesquels on connaît ou on découvre des effets cancérigènes (aflatoxine, nitrosamines, dioxines ) ou allergiques (résidus antibiotiques ). Les produits auxquels s attache le qualificatif de non biodégradable (organochlorés, dioxines) ; exemple : la corrélation supposée entre l exposition environnementale à la dioxine et la survenue de certains cancers comme les lymphomes Les produits fortement encadrés de normes et par une réglementation abondante; la précaution réglementaire témoigne du danger. Les produits alimentaires connus pour avoir déjà provoqué des accidents graves avérés : œufs et salmonellose ; accidents allergiques graves ; les premiers allergènes en cause seraient principalement les fruits secs oléagineux. Les produits dont le retrait est annoncé fréquemment : fromage au lait cru (listeria salmonella). Les produits notamment denrées alimentaires d origine animale et végétale obtenus dans des conditions modifiées par rapport aux conditions naturelles pour accroître les rendements (veaux aux hormones ; bovins aux anabolisants). Les produits dont la production implique une transgression de l ordre naturel des choses (contre-nature) comme ceux issus de ruminants nourris avec des aliments contenant des farines animales obtenues à partir des cadavres de leurs congénères. Les produits de la grande industrie et mis en vente par les grands distributeurs ; il s attache quelque fois à ces produits, au moindre incident technologique, une suspicion de recherche abusive de profit au détriment de la qualité nutritionnelle ou sanitaire et donc de la santé du "citoyen consommateur". Les réactions de l opinion seront plus vives si le produit se révèle dangereux alors qu il fait l objet d une publicité forcenée. Les produits dont la publicité est maladroite, abusive ou trompeuse. Il est souvent constaté que la méfiance des consommateurs ou utilisateurs à l égard d un produit objet de suspicion gagne de proche en proche ceux des produits de la même gamme, voisin de lui par leur composition, par leur emballage, par leur application ou par leur indication d usage ; la méfiance peut ainsi se communiquer horizontalement à des produits identiques des concurrents (méfiances à l égard de toutes les marques de camembert après l affaire Le Petit). La relation de confiance avec le fabricant tend à prendre le pas sur l image de la marque. Un produit jusque là apprécié par le consommateur pourra être affecté par la mauvaise image acquise par l entreprise qui le fabrique si celle-ci connaît une crise grave. En général, la crise détériore temporairement ou durablement à la fois l image de l entreprise et celle de tous ses produits. MASTER 2 QUALIMAPA Page 17 sur 143

20 I Le fabricant L image de l entreprise dans le public sympathique ou antipathique n est pas sans influencer les réactions du consommateur envers son produit présumé défectueux. Sans aucun doute, un incident de production dont aurait à répondre l Institut Pasteur serait perçu différemment qu un incident affectant un grand groupe. Il règne un sentiment persistant d incompréhension que certains qualifient de "technophobie" entre l entreprise, les entrepreneurs et l opinion publique. Ce sentiment est entretenu par l idée soutenue par une partie dogmatique de l écologie selon laquelle tous les risques industriels sont évitables et que leur survenance ne peut résulter que d une faute punissable de l entrepreneur. Paradoxalement, le nombre de personnes souhaitant créer leur propre entreprise est très élevé. L entreprise ne doit pas trop compter sur l impartialité et sur l objectivité ; on ne lui accordera des circonstances atténuantes que s il est avéré que son produit a été déclaré défectueux à tord. Mais, généralement cette absolution ne sera annoncée qu à voix basse, le mal sera fait. Une information fausse souvent répétée ne pourra plus jamais être totalement vraie. Les entreprises ne sont pas égales face au risque d une crise grave. Les plus exposées sont celles qui par leurs produits ou leurs services sont en rapport avec la santé publique ; la santé bien suprême vis-à-vis duquel tout le monde veut une sécurité individuelle absolue et pour laquelle est exigée par chacun une sécurité collective totale. L industrie pharmaceutique et les industries de l agroalimentaire sont les plus exposées. Puis viennent les entreprises dont l activité présente un danger pour leur personnel ou les populations environnantes (risque d explosion ; de fuite de liquides dangereux, d émanations de gaz toxiques ) ; la référence est le drame de Seveso. Il n est pas nécessaire que le risque soit réel pour que tous les regards se tournent vers l entreprise ; le risque supposé suffit à déclencher les mêmes réactions de l opinion, des medias, des pouvoirs publics. A l égard des risques technologiques majeurs, les exigences de l entreprise doivent être extrêmes en matière de prévention ; elle pourra être amenée à prouver qu elle ne pouvait faire plus, ni plus tôt, ni mieux. Sinon, si l accident survient, les réactions de l opinion, des medias, des pouvoirs publics seront très souvent excessives et immédiatement accablantes. La bonne réputation morale des dirigeants n entre pas en compte dans le déroulement d une crise ; en revanche la mauvaise réputation réelle ou suggérée d un haut dirigeant est de nature à aggraver la crise pour son entreprise ; matière empoisonnée dont ceux qui font l opinion ne peuvent s empêcher, à tord ou à raison, de faire usage. Si les premières enquêtes des journalistes ou des agents de l administration révèlent des insuffisances dans le respect des normes réglementaires de sécurité s il s agit par exemple d un accident de pollution de l environnement ou de manquements dans le dispositif de traçabilité ou encore dans l application des procédures de contrôle de la qualité des produits ou s il s agit d un accident technologique de fabrication un accident sans gravité peut alors évoluer vers une crise grave. Le sentiment général est que tout manquement de l entreprise à l un ou l autre des règlements ou des principes garantissant la qualité des produits et la sécurité de l activité industrielle est une faute grave punissable. On en recherchera les auteurs très vite qualifiés de coupables. MASTER 2 QUALIMAPA Page 18 sur 143

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Responsabilité Civile Entreprise

Responsabilité Civile Entreprise Responsabilité Civile Entreprise Une démarche fondée sur l écoute et le savoir-faire Un examen approfondi de vos besoins Pour bien protéger votre entreprise, nous devons bien la connaître. Notre démarche

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7

P O L I T I Q U E. N o 320. du Conseil scolaire acadien provincial. Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 TYPE DE POLITIQUE : TITRE DE LA POLITIQUE : Mode de gestion Communication Adoptée : le 1 er novembre 2014 Page 1 de 7 1. ÉNONCÉ Le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) considère que la communication

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Relations publiques, Relations presse

Relations publiques, Relations presse Relations publiques, Relations presse Objectifs du cours Comprendre ce que sont ces différents moyens, Identifier l intérêt de ces techniques dans le mix de communication, Connaitre les techniques et les

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

La gestion des risques

La gestion des risques La gestion des risques Être assuré contre les risques, c est bien mais est-ce suffisant? ir. Eric Depré Lennikseweg 19 1700 Dilbeek tel: 02/5697166 fax: 02/5697094 mobile: 0476431061 E-mail :eric.depre@skynet.be

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

a) Gestion de la force de vente

a) Gestion de la force de vente MGP 702c Section 10c PLAN Gestion de la force de vente Service à la clientèle Aspects techniques de la communication Mise en marché (3) Protocole (Porte parole officiel, Drapeaux, Plan de table, ) Plan

Plus en détail

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP Date de l évaluation Nom et fonction du membre du jury Nom et prénom du candidat Entreprise du candidat Activités Industrielles de Boulangerie Ce guide est destiné à chaque membre du jury Guide individuel

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information.

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information. Plan d intervention d urgence en cas d attaque contre les systèmes d information ou de faille technique des systèmes d information «PIU Cyber» (version publique) Ministère d État Ministère de l Économie

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail