BRGM l'enti^fwu MINISTERE DE L'INDUSTRIE. AGENCE DE l'eau DEPARTEMENTS DE LA SEINE-MARITIME ET DE L'EURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BRGM l'enti^fwu MINISTERE DE L'INDUSTRIE. AGENCE DE l'eau DEPARTEMENTS DE LA SEINE-MARITIME ET DE L'EURE"

Transcription

1 DEPARTEMENTS DE LA SEINE-MARITIME ET DE L'EURE BRGM l'enti^fwu l'enti^fwu AU SCtVICI Dt LA TIRH AGENCE DE l'eau MINISTERE DE L'INDUSTRIE Ministère de (Industrie et du Commerce Extérieur HAUTE-NORMANDIE RECONNAISSANCE DES MILIEUX KARSTIQUES ET POREUX EN PAYS CRAYEUX POUR L'IMPLANTATION DES FORAGES D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE Par Ph. DE LA QUERIERE 4S/ROU F. MATHIEU SGN/GPH R37653 JUIN 1993 Ce rapport comprend : 53 pages, dont 28 figures THEME : EAU, GEOPHYSIQUE. MOTS-CLES ; Alimentation en Eau Potable, Karst, Sondages sismiques. Sondages électriques. Vibrations VLF.

2 Recommissarice des milieux Icarstiques et poreux eu pays crayeux RESUME Il s'agit d'une opération Service Public Eau du BRGM financée sur crédits du Ministère de l'industrie, des départements de la Seine-Maritime et de l'eure, et de l'agence de l'eau. L'objectif est de détecter avec suifisamment de précision sur une zone, le tracé du ou des réseaux karstiques, pour les éviter quand les besoins sont faibles ou moyens, ou les capter quand ils sont très importants (la quantité d'eau produite amortit le coût du traitement). Il s'agit de réduire les coûts de leur détection par sondage (sondages au marteau fond de trou). On a fait appel aux techniques de géophysique, sismique réfraction et réflexion, sondages électriques et résistivité VLF. Le choix des sites a été dicté : - par des conditions morphologiques et géologiques différentes, - par la tliture création de forages d'a.e.p. Ainsi pour la Seine-Maritime, le site testé est le vallon des Ecameaux, cavée profondément encaissée dans la craie, hauteur de dénivelée 100 m, largeur 50 m. Pour l'eure, l'opération s'est faite dans la vallée de la Risle à Ajou, qui atteint une largeur de 350 m où la craie est recouverte d'alluvions ou d'argile à silex. La géophysique, toute méthode confondue, n'a donné aucun résultat probant aux Ecameaux, les conditions topographiques sont très accidentées, le karst situé entre 25 et 30 m de profondeur est englobé dans une craie très dure. De tels sites méritent des études complémentaires de mise au point de géophysique. Mais pour le moment, on peut dire que les méthodes s'avèrent inopérantes. Par contre, dans ia vallée de la Risle, les résistivités VLF et les sondages électriques ont mis en évidence des zones à craie plus compacte (plus conductrice) et à craie plus altérée (plus résistante). Mais il en ressort que malgré tout, le karst n'apparaît pas par lui-même, mais par la zone décomprimée qui l'accompagne. Bien que l'objectif n'ait pas été totalement atteint, ces deux méthodes permettent d'économiser le nombre de sondages préalables. Rapport BRGM R37653 Page 2

3 TABLE DES MATIERES 1- PREAMBULE 5 Pages 2 - IMPACT DES RESEAUX KARSTIQUES DE LA CRAIE RAPPELS D'ETUDES ANTERIEURES CARACTERISTIQUE DES SITES Ecameaux Site d'ajou TRAVAUX DE GEOPHYSIQUE Mise en oeuvre Ecameaux EM VLF Sondages électriques Sismique réfraction Sismique réflexion Le site de la Risle d'ajou VLF Sondages électriques Sismique réfraction Sismique réflexion Durée, personnel et matériel Résultats Elbeuf EM - VLF en mode résistivité Sondages électriques Sismique réfraction Secteur d'ajou EM - VLF en mode résistivité Sondages électriques Sismique réfraction 30 Rapport BRGM R37653 Page 3

4 6 - TRAVAUX DE SONDAGES - CALAGES AVEC LA GEOPHYSIQUE Préambule Etude du site des Ecameaux à Elbeuf Etude de la vallée de la Risle à Ajou Sondages Circulations lithologie/géophysique Pseudo coupe de résistivité Enregistrement VLF Conclusion sur les calages CONCLUSIONS GENERALES 53 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Situation du vallon des Ecameaux - Morphologie Figure 2 : Environnement hydrogéologique du vallon des Ecameaux Figure 3 : Site d'ajou Figure 4 : Site d'ajou - Hydrogéoiogie de la zone Figure 5 : Plan de situation des travaux géophysiques d'eibeuf Figure 6 : Plan de situation des travaux géophysiques d'ajou Figure 7 : Pseudo coupe de résistivité - Profil Pl Figure 8 : Coupe géoélectrique Figure 9 : Pseudo coupe de résistivité - Profil P4 Figure 10 : Coupe géoélectrique Figure 11 : Profils sismiques - Réfraction aux Ecameaux Figure 12 : VLF - Résistivité apparente (Ajou) Figure 13 : VLF - Résistivité apparente (Ajou) Figure 14 : Résistivité VLF (Ajou) Figure 15 : Pseudo coupe de résistivité - Profil Pl (Ajou) Figure 16 : Ajou - Profil P5 - Pseudo coupe de résistivité Figure 17 : Sismique réfraction - Profil Pl (Ajou) Figure 18 : Sismique réfraction - Profil P2 (Ajou) Figure 19 : Sismique réfraction - Profil P5 (Ajou) Figure 20 : Ecameaux - Implantation des sondages Figure 21 : Ecameaux - Détail Figure 22 : Coupe géologique et technique du sondage Sl à Ajou Figure 23 : Coupe géologique et technique du sondage S2 à Ajou Figure 24 : Coupe géologique et technique du sondage S3 à Ajou Figure 25 : Implantation des sondages sur la pseudo coupe de résistivité Figure 26 : Implantation des sondages sur la carte de résistivité apparente ICV Figure 27 : Implantation des sondages sur la carte de résistivité apparente GBR Figure 28 : Implantation des sondages sur les profils de résistivité Rapport BRGM R37653 Page 4

5 1 - PREAMBULE Ces études ont été réalisées dans le cadre des travaux de Service Public EAU du BRGM, financées par crédits du Ministère de l'industrie, de l'agence de l'eau Seine- Normandie et des départements Eure et Seine-Maritime. Elles ont été menées simultanément sur 2 sites, un dans le département de l'eure, l'autre dans le département de Seine-Maritime pour tester les méthodes dans 2 cas dififérents. En second lieu, on voulait que le test aille jusqu'à son terme, c'est à dire la création d'un captage d'eau potable. Les études ont été menées à Elbeuf en Seine-Maritime sur le vallon des Ecameaux et à Ajou dans le département de l'eure parce que des collectivités distributrices d'eau vont y réaliser des forages de substitution à leurs ressources existantes. Elles sont groupées au sein d'un même rapport parce que les configurations des sites sont diflférentes et les enseignements que l'on peut tirer, complémentaires 2 - IMPACT DES RESEAUX "KARSTIQUES" DE LA CRAIE OBJECTIFS - Les réseaux karstiques qui affectent l'aquifère crayeux de Haute-Normandie sont très fréquents, et 20 % des captages d'eau potable de la région exploitent l'eau souterraine qui y circule. - Ces conduits sont ceux que l'on peut trouver soit sous le contact argile à silex/craie, soit parfois au sein de la masse crayeuse (plus rarement). Ils sont souvent en relation avec la surface du sol par des "bétoires", terme local qui signifie fontis. - Dans de nombreux cas, ces bétoires se trouvent dans l'axe des vallées sèches. L'aptitude des terres au ruissellement (terre battante des agronomes), le retournement des parcelles en pente, la suppression de fossés, de mares, de haies pour agrandir les surfaces cultivables d'un seul tenant, l'abondance des surfaces en terre nue l'hiver, provoquent des flux d'eau de surface importants en période d'averse, qui provoquent des dégâts. D'autre part, ces flux s'engouffrent dans les bétoires et les réseaux karstiques en y entraînant des matières en suspension accompagnées de contaminations bactériologiques. Les quantités de matières polluantes sont telles que les moyens classiques de stérilisation de l'eau sont inefficaces. Rapport BRGM R37653 Page 5

6 Si la collectivité a besoin d'une production élevée (supérieure à 300 m^/h), il est nécessaire de réaliser des usines de traitement. Par contre, pour des productions plus faibles, les coûts sont prohibitifs, et le BRGM a proposé la méthode de forage latéral au karst testée en On exploite l'aquifère dans sa partie fissurée normalement ; le forage est placé entre 20 et 50 m du conduit karstique ; la craie sert de filtre ; le karst joue le rôle de limite d'alimentation au cône d'appel induit par le pompage et stabilise ainsi les rabattements dans le forage ; les particules limoneuses (2 à 5 microns) sont entraînées dans le conduit karst du fait de vitesses beaucoup plus élevées de l'eau, que celles qui réalimentent le cône d'appel. - Que l'on veuille éviter ou non le karst, il faut déterminer son emplacement dans le site intéressé. L'objectif de l'étude est de tester différentes méthodes géophysiques susceptibles de balayer des surfaces suffisamment importantes pour limiter le nombre de sondages destructifs. 3 - RAPPELS D'ETUDES ANTERIEURES On signale les études les plus importantes ayant nécessité la mise en oeuvre de moyens géophysiques importants (mise en oeuvre Service HNO et département géophysique du BRGM). Des études géophysiques (sismique réfraction et sondages électriques) ont permis de mettre en évidence une zone affectée fortement d'altération sur le plateau rive gauche de la vallée de la Risle au droit de Nassandres ; un conduit karstique a été déterminé dans le milieu non saturé par un sondage carotté implanté sur une zone d'engouffrement (études en ). En 1975, un effondrement à Fauville-en-Caux (76) sur le CD40, dû à la rupture de la voûte d'un conduit karstique, a eu pour conséquence de faire l'objet d'un balayage par sismique réfraction de la zone environnante ; la zone altérée déterminée par géophysique a bien recouvert le tracé du karst connu approximativement à l'aide de bétoires. La présence de vides a bien collé avec les résultats de la microgravimétrie. (D En 1978, des études de recherche de zones fissurées et de karst, sur 4 sites de Seine-Maritime ont été entreprises par ces mêmes méthodes (rapport 79 SGN 109 GPH, sites de Saint-Léger-de-Bourg-Denis, Marques, Oissel, Saint-Aubin-Epinay, Saint-Pierre-les- Elbeuf). Les principales difficultés d'interprétation concernent finalement la corrélation entre des contrastes de résistivité ou de vitesse de propagation du son dans le sol plus marquée que la variation de la perméabilité de la craie et celle du débit prélevable en forage. Rapport BRGM R37653 Page 6

7 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable En 1988, la reconnaissance par sismique réfraction et par sondages de l'emplacement de la station d'épuration du Centre Toxicologique de Miserey (27) a permis de dififérencier des zones de craie saine et de craie altérée. De ces différentes études, on peut établir les conclusions suivantes : - L'association de différentes techniques est toujours intéressante ; néanmoins ces mesures indirectes du paramètre physique recherché (fissuration, vide,...) nécessitent toujours des sondages de calage. - La qualification du milieu (compacité, altération) est toujours basée sur la comparaison des mesures chiffrées ; c'est beaucoup plus leur variation dans l'espace que leur valeur absolue qui est indicatrice des phénomènes. Il faut donc balayer des zones de comportement différent de propagation du son ou de conductivité électrique, pour distinguer globalement des zones de craie saine et de craie altérée. - On n'a pas décelé de liens très nets entre la résistivité et la perméabilité dans la craie. - Les karsts, quand ils existaient, n'ont pas été mis en évidence. A noter que ces conduits, sauf quelques cas, sont souvent de géométrie restreinte (section d'écoulement de l'ordre du mètre carré). On peut d'ailleurs imaginer qu'à un conduit unique succède un écheveau de fissures suffisant à la fois pour évacuer le débit et laisser transiter les matières limoneuses transportées. 4 - CARACTERISTIQUE DES SITES 4.1 Site du vallon des Ecameaux à Elbeuf (voir figures 1 et 2) - L'étude a porté sur la partie basse du vallon des Ecameaux qui débouche dans la vallée de la Seine au niveau de la route de Bourgtheroude. - Ses caractéristiques morphologiques sont les suivantes :. longueur 3 km. perte moyenne 2,3 % (+95 à +25). parcours en 3 rg - 3 ag. encaissement profond : cote rebord plateau +100, largeur de l'évasement maximal 500 m, cote fond +50 à +25 NGF, largeur maximale du fond 50 m. Rapport BRGM R37653 Page 7

8 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable SITUATION DU VALLON DES ECAMEAUX - MORPHOLOGIE Figure 1 Rapport BRGM R

9 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable ENVIRONNEMENT HYDROGEOLOGIQUE DU VALLON DES ECAïiAUX Figure 2.:rA?M 1,;/ tijjfii,..--j f;,, ni ü^.: i(v\. du doic Rapport BRGM R Page 9

10 - Ce site est typique d'un certain nombre de "cavées" de Haute-Normandie qui échancre les plateaux, et dont on perçoit mal l'origine. - Le karst a été découvert en 1968 par un forage d'essai ; une liaison avec la source du Mont Duve (adduction d'eau d'eibeuf) a été mis en évidence. Le conduit karstique est à 23,80 m de profondeur. Il se présente comme un conduit de 1 m de diamètre environ ; il peut produire jusqu'à 800 m^/h environ sans afifecter la nappe de la zone aval. En période pluvieuse, il produit de l'eau turbide qui est traitée à l'usine du Mont Duve. 4.2 Site d'ajou (voir figures 3 et 4) Il s'agit du fond de la vallée de la Risle qui est plat et large d'environ 350 m. La zone d'étude est située dans la partie médiane du cours, mais au début du cours réellement important de la rivière. Celle-ci chemine dans le fond de vallée car son cours a été détourné de nonbreuses fois pour alimenter des moulins. Sur le site, elle est au pied du versant rive droite de la vallée. Cette partie du tronçon de vallée est caractérisée par la présence d'un karst reconnu par traçage à la fluorescéine qui aboutit aux sources de Beaumont-le-Roger. La rivière est perchée car la nappe d'eau se trouve à une dizaine de mètres de profondeur par rapport au sol. La nappe réapparaît à la surface du sol aux sources de la pisciculture à Beaumont-le-Roger, dont le débit atteint 450 1/j environ. La profondeur du karst est inconnue. 5 - TRAVAUX DE GEOPHYSIQUE 5.1 Mise en oeuvre Vallon des Ecameaux à Elbeuf (76) La figure 5 donne les implantations des dispositifs d'étude. Les travaux ont consisté à utiliser la méthode VLF (Very Low Frequency), à réaliser des sondages électriques, de la sismique réfraction et réflexion EM - VLF en mode résistivité Deux profils Pl et P3 ont été effectués en EM - VLF mode résistivité avec les émetteurs ICV et GBR. Mais la présence de nombreux parasites (lignes téléphoniques, lignes électriques, objets métalliques) ne permettra pas d'exploiter ces résultats. Rapport BRGM R Page 10

11 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable Figure 3 SITE- D'AJOU Rapport BRGM R Page 1 1

12 SITE D'AJOU Figure 4 Hydrogéologie de la zone (Extrait Atlas départemental) 1/ Rapport BRGM R Page 12

13 Keconnais.sance des milieux karstiques et poreux en pays crayeux pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable ELBEUF FiguTe 5 PLAN DE SITUATION DES TRAVAUX GEOPHYSIQUES Echelle 1/1000 R7 LEGENDE + Sondage électrique I I Dispositif sismique refraction et reflexion ON SON 20N 1ÛN 0 IOS 20S Rapport BRGM R Page 13

14 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable Sondages électriques 1 1 sondages électriques AB/2 = IOO m se répartissent de la manière suivante : - 6 sondages sur le profil Pl et 5 sur le profil P4, ont été réalisés (l'intervalle Est-Ouest entre chaque sondage est de 10 m). La direction de la ligne AB est pour tous les sondages, approximativement celle de la vallée des Ecameaux. Compte tenu de l'urbanisation, il n'a pas été possible d'effectuer un profil de sondages électriques passant par le F400, forage d'essai ayant rencontré le karst. Aucun sondage électrique n'a également pu être réalisé sur le versant Est de la vallée des Ecameaux car la topographie est trop accidentée Sismique réfraction 4 dispositifs ont été implantés au mieux en fonction des accès, des parasites et de la topographie. La source sismique employée est le marteau. Les caractéristiques de ces dispositifs sont les suivantes : - Base A, dispositif de 120 m, 24 traces, 5 m entre traces, tirs en 2.5, 27.5, 57.5, 87.5 et 117.5; 27.5 et Base B, C et D, dispositifs de 60 m, 12 traces, 5 inclus entre traces, tirs en 2.5, Pour les mêmes raisons que précédemment, aucun disgnostic ne traverse entièrement la vallée des Ecameaux Sismique réflexion En sismique réflexion, les mêmes bases qu'en réfraction ont été utilisées. Après quelques tests au niveau de la base A, un "offset" de 30 m a été choisi et la source marteau a été préférée à la source fusil. Le temps d'enregistrement a été fixé à 500 nanno secondes et les signaux n'ont pas été filtrés à l'acquisition Site de la Risle d'ajou (27) La figure 6 donne la localisation de tous les travaux gèophysiques effectués sur le secteur d'ajou. Rapport BRGM R37653 Page 14

15 Reconnais.sance des milieux karstiques et poreux en pays crayeux AJOU Figure 6 chemin PLAN DE SITUATION DES TRAVAUX GEOPHYSIQUES Echelle 50 LEGENDE VES 1 Sondage électrique BASE 1 Dispositif sismique ' * refraction et reflexion IOO VES 15 VES 10 VES véq ère VES 8 VES IB VES _7 --'.7es^U^,3S.oO^ VES_5.--''''' VES 13 VES i- P7 P6 P5 P3 P8 P9 Rapport BRGM R Page 15

16 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable EM - VLF en mode résistivité - ligne électrique :10 m - émetteurs : ICV (20270 Hz) et GBA (15975 Hz) -9 profils de 180 m - pas de mesure :10 m - intervalle entre profils : 25 m - direction des profils : N 154 grades Suite à une interruption de l'émission, les mesures avec l'émetteur ICV n'ont pu être effectuées que sur 5 profils Sondages électriques - 24 sondages électriques :. 17surPl. 7 sur P5 - direction des lignes d'injection : direction de la vallée - longueur des lignes d'injection 100 $ AB/2^ 300 m - espacement des sondages sur un profil 5 à 20 m, éventuellement 10 m Sismique réfraction - 7 dispositifs de 120 m :. 3 sur Pl. 2 sur P2. 2 sur P5 - caractéristiques des dispositifs : + 24 traces sauf pour la base 3 du Pl qui n'en compte que m entre traces + 3 tirs par dispositif : 1 à chaque extrémité à 2,5 m du premier et du dernier géophone plus 1 tir au centre du dispositif + source sismique : marteau Sismique réflexion En sismique réflexion, les mêmes bases qu'en réfraction ont été utilisées ce qui donne 3 sections : Pl, P2 et P5. Rapport BRGM R Page 16

17 Les caractéristiques sont les suivantes : + offset : 35 m + source : marteau + durée d'enregistrement : 500 ns + filtre à l'acquisition : néant + filtres à restitution : néant Durée, personnel et matériel Les opérations sur le terrain se sont déroulées du 23 septembre au 9 octobre 1991 ; mise en place et repli compris ce qui représente 4 jours sur le secteur d'eibeuf et 9 jours sur le secteur d'ajou. F. MATHIEU du 24 septembre au 9 octobre 1991 G. DEMANSION du 24 septembre au 9 octobre 1991 G. PICHALET du 23 septembre au 1er octobre 1991 Ph. LESAGE du 2 octobre au 4 octobre matériel : + 1 T VLF + ligne électrique de 10 m et 2 électrodes + 1 syscal R2 + matériel annexe pour sondages électriques + 1 séismographe numérique ABEM TERRALOC MK III + 1 flûte 24 traces et 1 parc de 30 géophones + 1 source marteau et 1 source fusil + 2 véhicules tout terrain 5.2 Résultats Elbeuf EM - VLF en mode résistivité Les résultats obtenus sur les profils Pl et P3 sont inexploitables à cause de la présence de nombreux parasites. Il est impossible de dissocier les anomalies dues à ces parasites de celles ayant une origine géologique Sondages électriques (figures 7, 8, 9 et 10) Les sondages électriques représentés sous forme de pseudo coupe de résistivité apparente mettent en évidence sur les profils Pl et P4 une zone conductrice au niveau du chemin de la cavée. Le contraste de résistivité pour un AB/2 = 100 (profondeur d'investigation maximum) est d'environ 2 entre la zone conductrice et la phase résistante qui occupe tout le flanc Ouest de la vallée. Rapport BRGM R37653 Page 17

18 Figure 7 - PROFIL PI PSEUDO -eoupe DE RESISTIVITE.Unité: ohm. m Echelle horizontale 1/500 VES 3 VES 6 VES1 VES 5 VES 3 VE$ Chemin de la Cavée des Ecameaux Rapport BRGM R Page 18

19 Reconnais.sance des milieux karstiques et poreux en pays crayeux pour rimplantation des forages d'alimentation en Eau Potable gure 10m Chemin de la Cavée des Ecameaux COUPE GEOELECTRIQUE N* dek sondaçes VSS 2 électriques I VES 6 VESl VES 5 VES 3 VES do Surface du sol I 60H /40 40 S 80' ^ / Je^ 120 H UQ^ Rapport BRGM R37653 Page 19

20 Recotuiais.sance des milieux karstiques et poreux en pays crayeux Figure 9 PROFIL P4 PSEUDO -COUPE DE RESISTIVITE... ; Unité : ohm. m Echelle horizontale 1/500 VES 10 VES 9 VES 7 VES 8 VES m Chfmin dt la Cavif dis Eeamtaux Rapport BRGM R37653 Page 20

21 Les coupes géoélectriques établies à partir des interprétations 1 D de ces sondages mettent en évidence une surépaisseur du terrain conducteur (90 ohm/mètre) de surface et une remontée du substratum conducteur (40 ohm/mètre) du niveau de la vallée des Ecameaux. En l'absence de tout étalonnage précis, l'interprétation ID des sondages électriques a été effectuée en fixant les résistivités pour ne faire varier que les profondeurs des différentes interfaces. L'épaisseur réduite du résistant intermédiaire (~ 225 ohm/mètre) au niveau de la vallée, matérialise donc la présence d'une zone conductrice à ce niveau. Cette présence aurait probablement été mieux exprimée si l'interprétation avait été faite en fixant le paramètre profondeur pour ne faire varier que le paramètre résistivité. Que ce soit qualitativement (pseudo coupe de résistivité) ou quantitativement (coupe géoélectrique) l'interprétation des profils de sondages électriques met en évidence une zone conductrice dans le fond de la vallée Sismique réfraction Les résultats des dispositifs de sismique réfraction sont présentés sur la figure 1 1. La base D, pour laquelle les mesures sont de mauvaises qualités et sur laquelle le substratum crayeux n'a de toute façon pas été atteint, n'a pas fait l'objet d'une interprétation La topographie n'ayant malheureusement pas été relevée le long des dispositifs, la surface au sol est représentée systématiquement par une droite horizontale. Il faut donc utiliser les coupes interprétatives comme présentant la profondeur des différents horizons par rapport au terrain naturel. L'analyse des dramachroniques permet de mettre en évidence 3 terrains caractérisés par leur vitesse sismique (figure 1 1). 350 < V < 500 : Niveau superficiel d'épaisseur compris entre 2.7 et 5.1 m attribuable à la couverture de limon et terre végétale < V < 1400 : Niveau intermédiaire d'épaisseur variable (0 à 15 m) qui pourrait correspondre à de la craie plus tendre. Cette formation est absente dans le chemin de la Cavée < V < 3500 : Substratum rapide attribuable à la craie. La décroissance des valeurs de cette vitesse sismique du Sud-Ouest vers le Nord-Est (1800 m/s dans l'axe de la vallée des Ecameaux) marque probablement la présence d'une zone fracturée (décompactée) dans le fond de cette vallée. Cette hypothèse est confirmée au niveau des bases A et C par des zones de retards sismiques situées entre le forage F400 et le talus. Rapport BRGM R Page 21

22 Reconnais.sance des milieux karstiques et poreux en pays crayeux pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable e O COUPE ''tr,ïr électriques VES 10 VES 9 «Oi E c «> \A n t )20 J40- '' /40 lom Figure 10 Chirntn d«la Cavée des Eçimeaux GEOELECTRIQUE VES 7 VES 8 VES 11 Surfade du sol Rapport BRGM R Page 22

23 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable i^ase A Figure 11 TALOS fitiîo j, _ -LO.' COU,i/t)0 --JO/v* 00.no- v>/^-st S SVv It ^ LUS f fv NB A OSO /IOOO 33^ Í7Í0O)^ 0 30 Í0 y^ I^ASIC SVV J2L. TALUÍ ''^OO I J ^Jf -40OO 2f60 (3 Sou)'»0 /V^ - 0 Rapport BRGM R Page 23

24 5.2.2 Secteur d'ajou EM - VLF en mode résistivité (figures 12 et 13) Les cartes de résistivités apparentes (émetteur ICV et GBR) mettent en évidence trois axes caractérisés notés A, B et C d'orientation N20 gr à N40 gr. L'amplitude et la longueur d'onde de ces anomalies conductrices sont relativement faibles (cf profils figure 14) Sondages électriques La pseudo coupe de résistivité Pl (cf figure 15), confirme la présence des zones conductrices A et C. Ces anomalies ont une morphologie relativement identique à savoir - zone conductrice en subsurface jusqu'à AB/2 = 15 m avec un contraste de résistivité inférieur à 3. - zone pratiquement sans contraste entre AB/2 = 1 5 m et AB/2 = 40 m - horizon conducteur en profondeur sur l'anomalie A mais avec un contraste très faible entre l'anomalie et le terrain encaissant. La seule chose qui différencie ces importante en subsurface pour l'anomalie C. anomalies est une longeur d'onde plus Le conducteur B mis en évidence sur les cartes EM -VLF n'apparaît pas sur cette pseudo coupe mais ceci est peut être dû à la maille de mesure (20 m entre VES 4 et VES 5). Sur la pseudo coupe P5 (figure 16), l'extension Sud-Ouest du conducteur A est parfaitement mise en évidence (interprétation quantitative modèle ID). Rapport BRGM R Page 24

25 Figure 12 AJOU chemin 50 VLF RESISTIVITE APPARENTE Emetteur: GBR F: 15975Hz Ligne électrique: 10m Echelle LEGENDE 30 Résistivité apparent* en ohm. m -^ I Axe conducteur Rapport BRGM R37653 Page 25

26 AJOU 13 chemin VLF 50 - RESISTIVITE APPARENTE Emetteur: ICV F: 20270Hz Ligne électrique: lom Echelle LEGENDE 200 h )i Résistivité apparente en ohm. m Axe conducteur Haie Rapport BRGM R37653 Page 26

27 Figui-e 14 ^''H V ^ ^"1 J LU > il) U) -" LU cr "VVft VM J t.'ij> Rapport BRGM R Page 27

28 Figure 15 axsxa ex sp ajstafh V at^binouv 3 STXetnouv UTinsqo Rapport BRGM R37653 Page 28

29 Figure 16, AJOU - PROFIL P5 PSEUDO-COUPE DE RESISTIVITE Unité: ohm. m Echelle horizontale 1/1000..VgS22 VES2Q VES18 VES2,3 I VES2I I VES19 I VES17 'Ai ' V ' I I i Rivière la RIsIe Rapport BRGM R37653 Page 29

30 Sismique réfraction Les résultats des dispositifs de sismique réfraction fait l'objet des figures 17, 18 et 19 présentant les courbes dromochroniques et la coupe interprétative qui en est déduite. Les vitesses sismiques obtenues sur le site maintient la succession de trois couches caractérisées par les paramètres suivants : - la couche superficielle à m/s dont l'épaisseur est généralement comprise entre 1 et 3 m, correspond à la zone décomprimée de subsurface (terre végétale et alluvions) ; - la couche intermédiaire dont la vitesse sismique est comprise entre 800 à 1000 m/s, peut être attribuée à un niveau d'argile à silex hors d'eau ; - le substratum sismique qui a une vitesse de l'ordre de 1800 à 2200 m/s, pourrait correspondre soit au même niveau d'argile à silex mais cette fois ennoyé, soit à l'horizon crayeux ennoyé également. L'interface entre l'horizon à 1000 m/s et celui à 2000 m/s, qui d'après l'interprétation ci-dessus correspondrait donc au niveau statique, est relativement horizontal et se situe à une profondeur d'environ 15 m. Les courbes dromochroniques sur l'ensemble du secteur ne montrent aucun retard sismique ce qui indiquerait donc une relative régularité de la profondeur du toit du substratum. On ne met pas en évidence aucune des anomalies détectées en VLF ou sondages électriques, et le tracé du karst dans la vallée. Rapport BRGM R37653 Page 30

31 Figure 17

32 pour l'implantation des forages d'alimentation en Eau Potable Page 32

33 Page 33

34 TRAVAUX DE SONDAGES - CALAGES AVEC LA GEOPHYSIQUE 6.1 Préambule - Sur la zone du vallon des Ecameaux, on récapitulera l'ensemble des sondages dont certains avaient déjà été réalisés pour le compte de la ville d'eibeuf - La technique de sondages prévue était des sondages au wagon-drill, où le marteau frappe sur la tête du train de tige. La foration est réalisée au diamètre 50 mm ; la vitesse d'avancement est enregistrée. Lors de l'étude du vallon des Ecameaux, cette technique a été mise en doute, du fait de possibilité de flexion du train de tige dans de la craie très dure, de forces de frottements sur le train de tige, qui freinent l'avancement et empêchent la détection de vides de faible ampleur. La poursuite des travaux est donc réalisée sur les Ecameaux et sur Ajou avec des sondages au marteau fond de trou. Le diamètre de foration est 3 fois plus grand (150 à 200 mm), la frappe se fait directement sur l'outil de foration à la base du train de tige ; celui-ci coulisse librement dans le trou ; en cas de rencontre de vide, même de faible amplitude, le marteau chute, le bruit de la frappe s'arrête, et le soufflage à l'air-lift permet d'évaluer le débit des arrivées d'eau. Mais les coûts de cette technique sont 3 fois plus élevés que la précédente. La géophysique avait demandé des investigations profondes sur Ajou ; réalisé 3 sondages de 60 et 40 m de profondeur. on a donc 6.2 Etude du site des Ecameaux à Elbeuf (76) Sur les figures 20 et 21, nous avons reporté l'ensemble des sondages et des travaux de géophysique. En amont du site, 4 sondages destructifs SDl à SD4 ont permis par hasard d'identifier le karst sous le chemin creux. Il se présente sous la forme de 2 fissures superposées comprises entre 23 et 23,10 m et 28 et 28,40 m de profondeur ; la différence entre les côtés du toit de ces fissures avec celle relevée en 1968 au F400, atteint respectivement 1,80 et 3,20 m ; la cote au sol du sondage SDl est supérieure de 0,80 m à celle du F400. Rapport BRGM R37653 Page 34

35 LEGENDE DES FIGURES 20 ET 21. SD3 MFTl + SD ou MFT X SD-MFT. PZl OF400 OFIOOO OFlOOl Sondages destructifs au wagon-drill Sondage au marteau fond de trou Sondage ayant rencontré le karst Sondage destructif avec perte partielle ou sondage MFT ayant donné une petite venue d'eau au soufflage Piézomètre Forage d'essai réalisé en 1969 Forage abandonné Forage définitif creusé dans le MFT8. Sondages électriques BASEA f ( Tirs sismiques Trajet reconnu du karst entre MFT5 et SD7 Trajet supposé du karst entre MFT5 et MFT8 Rapport BRGM R37653 Page 35

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface Université de Paris Sud - Bât 504 & 509 91405 ORSAY Cedex, France Prospection géophysique sur le site potentiel d'un C.E.T. Imagerie

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple - Un But - Une Foi =========================================================================== MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES Bamako

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS)

INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) 1 Géologie, géotechnique, risques naturels, hydrogéologie, environnement et services scientifico-techniques INTERPRÉTATION ET ANOMALIES DE LA PROSPECTION À RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (MRS) INTERPRETATION DES

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

ALIIBiïATION EN EAU POTABLE J.L. GARNIER ET J. PUTALLAZ

ALIIBiïATION EN EAU POTABLE J.L. GARNIER ET J. PUTALLAZ BRGM DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DIVISION DE L'OUEST DE L'ETANG DE BERRE - ROUTE DE ST PIERRE 13694 HARTIGUES ALIIBiïATION EN EAU POTABLE DE PORT DE BOUC ( BOUCHES DU RHÔNE ) SURVEILLANCE

Plus en détail

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A

R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A R 32626 CHA 4S 91 SOCIETE D'EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS LUCIEN PINEL S.A PROJET D'OUVERTURE D'UNE CARRIERE DE CRAIE A COULOMMES-ET-MARQUENY (ARDENNES) AVIS HYDROGEOLOGIQUE JP. DROESCH AVRIL 1991 BRGM

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET SCIENTIFIQUE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009-45 Orléans (02) - Tél.: (38) 66.06.60 Étude de la pollution des

Plus en détail

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1

PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Résumé PROSPECTION ELECTRIQUE DANS LA REGION DE MAHALEOTSE-TOLIARY Ramanantsoa A. 1, Rasoamiaramanana R. 1, Rasolondrazao L. 1 Nous avons effectué une campagne géophysique en juillet 1999, dans la région

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur :

brgm Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR U- A.CARN-DHEILLY Vérificateur : Avis sur les apports en eau extérieurs au réseau d'assainissement de Ploubalay-Lancieux (22) BRGM/RP-56239-FR ua o Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du B R G M 8EAUG6 U- A.CARN-DHEILLY

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Faculté Polytechnique

Faculté Polytechnique Faculté Polytechnique Méthodes d'investigation et de détection utilisables et prévention des effondrements Colloque Effondrements et affaissements de sol Wépion, 3 avril 2014 Olivier Kaufmann, Nicolas

Plus en détail

Mots clés : Arbonne-la-Forêt, ru de Rebais, nappe du Calcaire de Brie, inondation. En bibliographie, ce rapport sera cite de la façon suivante :

Mots clés : Arbonne-la-Forêt, ru de Rebais, nappe du Calcaire de Brie, inondation. En bibliographie, ce rapport sera cite de la façon suivante : Rapport final BRGMIRP-54032-FR juin 2005 Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du BRGM 2005 EAU G17 J.C. Martin Approbateur : Nom : J.F. Vernoux Nom : J.F. Vernoux Date : 12/07/05

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01

MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES. Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE CEOLOCIQUE NATIONAL Boite Postale 6009-45018 ORLÉANS CEDEX - Tél. (38) 63.80.01 A.S.A. DES PRODUCTEURS DE SEMENCES DE MAIS

Plus en détail

Interprétation automatique des sondages électriques

Interprétation automatique des sondages électriques H.LAKSHMANAN Ingénieur géologue Directeur technique de la Cie de prospection géophysique française Interprétation automatique des sondages électriques Y. BERTRAND Ingénieur géologue chargé de cours i l'ecole

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Guide pratique Guide pratique (études de sol et de filière) proposé par le Conseil Général de l Orne - SATTEMA 1 Guide pratique 1. Préambule Le présent

Plus en détail

Boite postale 818-45-Orléans-La Source - Tél. 87-06-60 à 64

Boite postale 818-45-Orléans-La Source - Tél. 87-06-60 à 64 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES 74, rue de la Fédération - Paris- ISème - Tél. 783 94-00 DIRECTION DU SERVICE GEOLOGIQUE ET DES LABORATOIRES Boite postale 818-45-Orléans-La Source - Tél. 87-06-60

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES MINISTÈRE DE L'INDUSTRIE BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6(X)9-45060 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.80.01 DEPARTEMENT DE LA CHARENTE CARTE DE VULNERABILITE

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE Maître d ouvrage : Opération : Situation des études et travaux : Version 1.0 Février 2005 SOMMAIRE Chapitre 1 - Dispositions générales...

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets

CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets CFMS : Journée Technique Géotechnique et Protection de l Environnement. Maîtrise d œuvre de stockage des déchets Présentation : La Conception réglementaire et technique des Centres de Stockages de Déchets

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Adduction de distribution

Adduction de distribution Adduction de distribution Didier Gallard * Juillet 2000 Objectif: Enjeux: Connaître la démarche à suivre pour concevoir une adduction de distribution. Eviter les dysfonctionnements hydrauliques Assurer

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Commune d'annet-sur-marne

Commune d'annet-sur-marne PREFECTURE DE SEINE ET MARNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT PROJET SERVICE ETUDES ET PROSPECTIVE Commune d'annet-sur-marne ------------- Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPR)

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Filtre à sable vertical drainé. Ce document reprend la norme XP DTU

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

Marie L HOSTIS, Alain CARRÈRE, Silviu IANOS (Coyne et Bellier - TRACTEBEL Engineering) Barrage de Cap de Long (Aquarelle Philippe Lhez)

Marie L HOSTIS, Alain CARRÈRE, Silviu IANOS (Coyne et Bellier - TRACTEBEL Engineering) Barrage de Cap de Long (Aquarelle Philippe Lhez) Thème A : Géologie et nature des fondations: reconnaissances, interprétation et caractérisation. La méthode d investigation par la petite sismique (méthode SCARABÉE ): développements et applications récents.

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

BRGM L'ENTREPRISE AU SERVICE DE LA TERRE. Cahier des charges pour réalisation du diagnostic

BRGM L'ENTREPRISE AU SERVICE DE LA TERRE. Cahier des charges pour réalisation du diagnostic Ministère de l'industrie, des Postes et Télécommunications eto &rm% n e e éwe e u r Site RONOT à SAINT-DIZIER (5) Cahier des charges pour réalisation du diagnostic Mars 1995 R 38346 BRGM L'ENTREPRISE A

Plus en détail

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Environnement Région de l Ontario Direction générale Canada de la protection de l environnement BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Programme des sites contaminés - Sites Fédéraux Ce bulletin fait partie d'une

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF Dossier de Déclaration et de Mise en Place d un Assainissement Non Collectif De Type : Fosse Toutes Eaux avec Epandage souterrain en sol naturel A ETABLIR

Plus en détail

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS

26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS MAIRIE DE NYONS 26110 NYONS - Téléphone : Le 66 et le 988 à NYONS SONDAGE DE RECONNAISSANCE EN VUE DE L'IMPLANTATION DU NOUVEAU CIMETIERE DANS LE QUARTIER DE LA ROCHETTE - NYONS [26] par J. PUTALLAZ BUREAU

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004

Electrodynamique. Moteur monte-charge. Ref : 302 194. Français p 1. Version : 1004 Français p 1 Version : 1004 1 Description Le monte-charge est constitué des éléments suivants : 1 moteur avec moto-réducteur commandé par un bouton poussoir une poulie solidaire de l'axe du moteur permettant

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue.

L implantation des piézomètres devra être réalisée par un hydrogéologue. Création ou réhabilitation de piézomètres pour le suivi de la nappe de la Têt dans le cadre de la surveillance de la station d épuration et d un bassin d orage Cadre de la prestation La Communauté d Agglomération

Plus en détail

Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques

Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques Journée CFGI «La géothermie de minime importance» Sinistres liés aux sondes géothermiques investigations géologiques Par Anne-Valérie Barras Au commencement.staufen, en Allemagne Sur la base des informations

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud

Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud Ministère de l'industrie, de la Poste et des Etude de six sites potentiels de stockage provisoire de déchets de marée noire en Corse du Sud juin 1996 R 38965 Eaide dalis& dans le cadre des actions de SelYiCe

Plus en détail

3 Etat des travaux sites suisses

3 Etat des travaux sites suisses Effet du sol forestier sur la qualité de l'eau aux exutoires Méthode Radon & 1 - Les gaz présents dans l'atmosphère ou produits dans le sol sont dissous dans l'eau de pluie et transportés par percolation

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers

DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers PREFECTURE DU LOT DOSSIER COMMUNAL D INFORMATION sur les risques naturels et technologiques à destination des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers BASSIN DE RISQUE «CARENNAC A SAINT-CERE»

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90)

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90) SOCIETE TRAITEMENT-RECUPERATION-TRANSFORMATION ZONE INDUSTRIELLE - UNGERSHEIM - 68 190 ENSISHEIM TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE

Plus en détail

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Romain Brossier romain.brossier@ujf-grenoble.fr ISTerre, Université Joseph Fourier Grenoble L3P PPRS 2013-2014 R. Brossier (ISTerre, UJF) Méthode EM

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Commune de Vertus (Marne) Examen des désordres liés aux infiltrations d'eau souterraine rue du Général Koenig (n030, 31,33,35)

Commune de Vertus (Marne) Examen des désordres liés aux infiltrations d'eau souterraine rue du Général Koenig (n030, 31,33,35) Commune de Vertus (Marne) Examen des désordres liés aux infiltrations d'eau souterraine Etude réalisée dans le cadre des opérations de Service public du BRGM 01-PIR-109 Février 2001 BRGMIRP-50801-FR Commune

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al.

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al. Géothermie à Soultz-sous-Forêt : application au programme de TS d après la formation PAF 2012/2013 «Géothermie et propriétés thermiques de la Terre» Marie Tromp Armelle Baldeyrou-Bailly Biblio: Fond scientifique:

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SONDAGE

CAHIER DES CHARGES SONDAGE Maître d Ouvrage Amiens Aménagement CAHIER DES CHARGES SONDAGE AMENAGEMENT ZAC RENANCOURT Bureau d étude OGI 27 rue Garibaldi 93100 Montreuil Tél : 01.41.58.55.69 Fax : 01.41.58.55. Mail :ogi@ogi2.fr Le

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration.

Notice Technique. Filière fosse septique toutes eaux Filtre à sable vertical drainé (étanche ou non) Rejet dans un puits d infiltration. SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr

- Hydrogéologie - L3 Pro CTH. cedric.legout@ujf-grenoble.fr - Hydrogéologie - L3 Pro CTH cedric.legout@ujf-grenoble.fr 1 2 2. Bilan d eau en km 3 en France 3 Figure: D après Roux Les enjeux associés aux ressources souterraines : utilisateurs Eaux de surface (hm

Plus en détail

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques

chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques Dossier police de l'eau Pièce IV >> Notice d incidence Chapitre 2. Sensibilité des milieux aquatiques chapitre 2 Sensibilité des milieux aquatiques 2.1. Sensibilité des eaux souterraines 2.1.1. Quelques

Plus en détail

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier

Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Développement d une méthodologie de caractérisation de la vulnérabilité des aquifères en milieu forestier Lorienne Thüler Mai 2011 1. Introduction But: Développer une méthode pour caractériser des zones

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail