PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTOCOLE SONDAGE VESICAL"

Transcription

1 DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/ G ROSMORDUC DR LE MOULEC18/09/09 G ROSMORDUC 18/09/09 26/06/2012 CLIN 18/09/ /09/09 A.LECOQ /G.ROSMORDUC 1/OBJECTIFS Décrire la pose et la gestion d'une sonde vésicale dans les règles strictes d'asepsie pour réduire les risques d'infections liés à la présence de ce dispositif et éviter l'émergence de résistances rendue possible par le non respect des recommandations. 2/ REFERENCES recommandations pour la Surveillance et la Prévention des infections nosocomiales (Ministère de la santé 1999) - Décret du 15 mars 1993 : sondage urinaire sur prescription médicale et premier sondage chez un homme, en présence d'un médecin. - Prévention de l'infection urinaire nosocomiale et sondage du CCLIN SUD OUEST 3/ DESTINATAIRES Personnels médicaux et paramédicaux Le patient concerné et son entourage 4/DEFINITIONS Le sondage vésical est l'introduction aseptique et sans douleur d'une sonde dans la vessie par le méat urinaire afin d'évacuer les urines. Sondage évacuateur : ce sondage est réalisé dans le cadre d une évacuation ponctuelle des urines ( examen d urines, rétention urinaire ponctuelle) ou de sondages itératifs. Sondage vésical à demeure : ce geste nécessite la mise en place d un dispositif permanent en système clos. Recommandations -Les indications doivent être limitées au maximum et reconsidérées chaque jour LA SONDE DOIT ETRE ENLEVEE DES QU ELLE N EST PLUS NECESSAIRE -Le sondage intermittent est préférable à la sonde à demeure -L étui pénien, en alternative au sondage à demeure, est préférable lorsqu il est médicalement possible -L incontinence urinaire n est pas une indication de sondage à demeure 5/ DESCRIPTION : FICHES TECHNIQUES 5.1 SONDAGE EVACUATEUR : RESPECTER LES REGLES D HYGIENE ET D ASEPSIE Se référer à la pose de sonde vésicale à demeure en adaptant les matériels de sondage : - Sonde adaptée en fonction du geste - Utiliser un pack de sondage sans poche de recueil si nécessaire ou rassembler le matériel sans seringue ni système clos - Vérifier les mictions à distance du sondage si rétention urinaire SONDAGE VESICAL A DEMEURE : PRINCIPES DU SONDAGE CLOS - Sonde et sac sont posés et enlevés ensemble - Sonde et sac restent solidaires pendant toute la durée du sondage - La vidange du sac s'effectue de manière aseptique par un robinet inférieur - Les prélèvements s'effectuent de manière aseptique dans le site de prélèvement prévu à cet effet. RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION DES INFECTIONS URINAIRES LIÉES AU SONDAGE - Garantir une technique de pose aseptique par un personnel formé à cette pratique - Respecter en permanence les principes de système clos - Fixer la sonde une fois posée - Appliquer les règles d hygiène générale et locale : 1 sur7

2 o Friction hydro alcoolique ou lavage simple des mains avant et après chaque geste invasif sur le site ou sur le matériel o Respect des mesures d asepsie lors de l entretien de la ligne urinaire o Toilette génitales au savon liquide doux de façon biquotidienne en cas de souillure - S assurer de l écoulement correct des urines : o Maintenir le système de drainage déclive et à distance du sol o Maintenir un débit régulier Ne jamais les déconnecter afin de maintenir en permanence le système clos et stérile INFORMATIONS PRATIQUES : LES SONDES Matériaux Courte durée =Sonde en latex enduite de silicone : maintien en place inférieur à 15 jours Longue durée = Sonde en silicone maintien en place 1/mois Sonde de Foley : pour les 2 sexes Type Sonde béquillée : en cas d'échec de sondage avec une sonde de Foley chez l'homme si la technique de pose est bien maîtrisée par le soignant Chez l'homme : Calibre débuter avec une sonde de diamètre ch 14 ou ch 16 (correspond au diamètre urétral) en cas de difficulté, contacter un médecin Chez la femme : débuter avec une sonde de diamètre ch 16 Lubrification Chez l'homme : Un principe, le malade ne doit pas souffrir avec un gel anesthésique stérile si le sondage s'annonce difficile, prévoir en plus de l'huile de vaseline stérile Chez la femme : avec de l'eau stérile SACS COLLECTEURS Caractéristiques communes Collecteur stérile (inférieur et extérieur) de 2 litres Connecteur avec site de prélèvement intégré Valve anti-reflux au niveau de la poche CHANGEMENT DE SONDE Il est recommandé de réaliser un changement de l ensemble du dispositif : - en respectant la durée préconisée de mise en place - en cas de détérioration ou de dysfonctionnement interrompant l intégrité du système clos - en cas d infection urinaire 2 sur7

3 PRÉPARATION DU MATÉRIEL La préparation se fait en respectant les précautions standards et,en particulier, après lavage de mains simple ou friction hydro-alcoolique et port d une surblouse. MATÉRIEL STÉRILE 1 pack sondage vésical comprenant : Toilette hygiénique : - 1 Gant de toilette non tissé - 1 carré d essuyage Toilette antiseptique : - 1 sachet de gel antiseptique pour les mains - 1 paire de gants - 1 champ imperméable non troué - Compresses - Tampons Sondage : - 1 masque - 1 sachet de gel antiseptique pour les mains - 1 paire de gants avec manchettes stériles - Compresses - 1 champ troué - 1 ampoule d eau stérile - 1 gel lubrifiant - 1 ampoule d eau stérile - 2 seringue de 10 cc - Facultatif : 1 poche de recueil stérile avec valve anti-reflux A ajouter : - 1 monodose de gel anesthésique pour sondage masculin - 1 sonde vésicale stérile diamètre adapté avec - 1 sac collecteur stérile en système clos fixé à la sonde montage effectué en laboratoire (préférer ce système) MATÉRIEL NON STÉRILE Les conteneurs de déchets à proximité 1 surblouse 1 détergent-désinfectant 1 bassin ou alèse (femme) ou 1 alèse plastifiée (homme) 1 support de sac 1 solution septique hydro-alcoolique matériel nécessaire au lavage des mains si chambre non équipée 1 paire de gants à usage unique compresses 1 bande adhésive extensible (type MEFIX) 1 serviette de toilette propre 1 bassine d'eau tiède 1 savon et 1 solution aqueuse antiseptique de la même gamme : SAVONS ET SOLUTES ANTISEPTIQUES Gamme polyvidone iodée LAVAGE ANTISEPTIQUE DES MAINS : Bétadine scrub savon antiseptique TOILETTE GÉNITALE : Bétadine scrub savon antiseptique ANTISEPSIE : Bétadine gynécologique solution aqueuse antiseptique Gamme chlorhexidine LAVAGE ANTISEPTIQUE DES MAINS : Hibiscrub savon antiseptique TOILETTE GÉNITALE : Cytéal savon antiseptique ANTISEPSIE : Hibidil 0.05 % solution aqueuse antiseptique 3 sur7

4 INFORMATION DU PATIENT Prévenir et expliquer le geste INSTALLATION DU MALADE La pose d'une sonde vésicale s'effectue dans un environnement propre : Toilette du malade faite Lit refait avec du linge propre Chambre propre : ménage fait depuis plus d'1/2 heure Pas d'allée et venue pendant la pose Adaptable décontaminée avec le détergent désinfectant Installer confortablement le malade en décubitus dorsal : Sur le bassin ou une alèse pour la femme Sur une alèse plastifiée type ABSORBEX pour l'homme INSTALLATION DU MATERIEL Désinfecter l adaptable ou la surface devant recevoir le matériel Après friction avec soluté hydro alcoolique Ouvrir le set et disposer le matériel : - Matériel pour la toilette et l antisepsie - Matériel de sondage TOILETTE GÉNITALE S'assurer qu'il n'y a pas de traces de selles autour de l'anus Mettre les gants à usage unique non stériles Chez la femme A l'aide de compresses non stériles ou du gant de toilette jetable savonner avec le savon antiseptique les grandes lèvres de haut en bas les petites lèvres de haut en bas le petit bassin le haut des cuisses rincer à l'eau tiède essuyer avec la serviette enlever le bassin retirer les gants Chez l'homme A l'aide de compresses non stériles ou du gant de toilette jetable savonner avec le savon antiseptique après décalottage : le gland le sillon balano-préputial la verge et le scrotum rincer à l'eau tiède essuyer avec la serviette enlever le bassin retirer les gants Retirer les gants Le bassin peut être remis sous la patiente pour faciliter le sondage, en particulier en cas d'obésité 4 sur7

5 LE SONDAGE L'ANTISEPSIE Imbiber les compresses stériles d'antiseptique Mettre les gants à usage unique non stériles Chez la femme Essuyer de haut en bas : les grandes lèvres les petites lèvres le méat urinaire laisser la dernière sur le méat Retirer les gants Chez l'homme Essuyer : le méat urinaire le gland jusqu'à la moitié de la verge injecter le gel anesthésique dans l'urètre laisser la verge enveloppée dans une compresse imprégnée d'antiseptique LAVAGE SIMPLE DES MAINS +FRICTION HYDRO-ALCOOLIQUE en respectant la procédure PRÉPARATION DU MATÉRIEL STÉRILE Déployer le champ non troué Dépose sur ce champ de table le matériel stérile: - seringues - sonde - sac collecteur - gants - compresses - champ troué - gel lubrifiant ou gel anesthésique Se désinfecter les mains Mettre les gants stériles de façon aseptique Adapter le sac à la sonde en vérifiant la fermeture du robinet de vidange (système clos) Remplir la seringue avec 10 cc d'eau Vérifier l'intégrité du ballonnet et lubrifier la sonde MISE EN PLACE DE LA SONDE Disposer le champ fendu sur le patient Mettre en place la sonde : Chez la femme Enlever la compresse protégeant le site d'insertion avec la pince Lubrifier la sonde avec l'eau stérile de la cupule Écarter les lèvres Introduire la sonde sans forcer Chez l'homme Enlever la compresse protégeant le site d'insertion avec la pince Avec la main non dominante, tenir la verge en exerçant une légère traction au zénith (but : effacer l'angle pénio-scrotal) Introduire la sonde (si sonde béquillée : pointe de la béquille regardant vers la tête du malade) Abaisser la verge une fois l'angle pénioscrotal franchi Faire progresser la sonde en maintenant une traction modérée 5 sur7

6 Gonfler le ballonnet Retirer la sonde jusqu'à ce que le ballonnet résiste Désadapter la seringue Enlever le champ fendu Enlever les gants Fixer la sonde - Sur la cuisse pour la femme et l'homme non alité (après recalottage) - Sur l'abdomen pour l'homme alité (après recalottage) Accrocher le sac en position déclive, sans qu'il touche le sol Veiller à l'absence de coude au niveau de la sonde et du sac collecteur Réinstaller confortablement le patient Éliminer le matériel en respectant le tri des déchets LAVAGE SIMPLE DES MAINS ou FRICTION HYDRO-ALCOOLIQUE (FHA) SOINS QUOTIDIENS ET SURVEILLANCE FHA OU LAVAGE SIMPLE DES MAINS Avant et après tout soin en relation avec le système de drainage FIXER LA SONDE sur la cuisse pour la femme et l homme non alité sur l abdomen pour l homme alité but : éviter toute traction de la sonde, provoquant un traumatisme de la muqueuse urétrale favorable à l infection UN IMPÉRATIF : RESPECTER LE DRAINAGE CLOS la sonde et le sac ne doivent jamais être désadaptés pour les PRÉLÈVEMENTS, utiliser la bague prévue à cet effet désinfecter la bague avec l antiseptique ponctionner les urines par celle-ci avec une aiguille et une seringue stérile RÉALISER UNE TOILETTE GÉNITALE 2 fois par jour et après chaque selle avec un savon liquide doux ou savon avec 1 gant et 1 serviette propres CONTRÔLE DE L ÉCOULEMENT CORRECT maintenir le sac en position déclive à distance du sol s assurer que le drainage se fait sans obstacle : absence de coudure ou de pliure EN CAS DE PROBLÈME sonde bouchée : changer l ensemble sonde-sac sac détérioré au moment de la mise en place : exceptionnellement le changer clamper la sonde désinfecter l extrémité de la sonde avec une compresse stérile imprégnée d antiseptique, adapter le nouveau sac VIDANGER LE SAC par le robinet inférieur de vidange désinfecter le robinet avec l antiseptique avant et après chaque manipulation manipuler le robinet au travers de compresses imprégnées d antiseptique 6 sur7

7 SURVEILLANCE DES SIGNES GENERAUX ET LOCAUX : - Température - Hydratation - Aspect des urines - Douleur - Rougeurs. EVALUER QUOTIDIENNEMENT LA PERTINENCE DE L INDICATION DU SONDAGE 7 sur7

LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION

LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION LE SONDAGE URINAIRE CLOS POSE ET GESTION PREVENTION DES INFECTIONS URINAIRES NOSOCOMIALES C.H.R.A. Date de diffusion : 01/01/1998 Version : 01 Le sondage urinaire clos : pose et gestion Rédigé par : Groupe

Plus en détail

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5

7. RAPPEL SUR LES MESURES A RESPECTER 5 Code : 3/DSS UH/044 Page : 1/5 Fonction : Nom : Visa : Infirmiers (Groupe de Travail) : S Constant- M Fage- C Faubert- M Messineo- RM Rosso C Van Klersbilck Rédaction : Vérification : Approbation : IDE

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation.

doivent être limitées au strict minimum, ainsi que la durée d'utilisation. POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE A DEMEURE EN PEDIATRIE VERSION N 2 Page 1/10 Date de validation : 11/06/2007 I. Définition Soins infirmiers techniques et éducatifs permettant d assurer la pose et

Plus en détail

SONDAGE VESICAL CLOS

SONDAGE VESICAL CLOS 1. OBJECTIF Assurer un bon écoulement des urines par sondage vésical, dans des conditions d asepsie optimale, afin de limiter le risque d infections urinaires. 2. DOMAINE D APPLICATION Professionnels médicaux

Plus en détail

GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS

GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS MODE OPÉRATOIRE GÉRER LE DISPOSITIF DE SONDAGE VÉSICAL CLOS MO INF 004 v4 03/2014 1/4 MODIFICATION APPORTÉE Procédure technique différenciée selon que le sondage est effectué chez un homme ou chez une

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

Sondes et Cathéters Urinaires

Sondes et Cathéters Urinaires Sondes et Cathéters Urinaires La sonde urinaire est un instrument médical utilisé pour draîner la vessie en insérant dans la vessie du patient est gouttée sans avoir à déplacer physiquement. Ce procédé

Plus en détail

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009)

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009) Recommandations Prévention des IUN Conférence de consensus : IUN de l adulte 2002 SPILF-AFU Guide to the Elimination of Catheter-Associated Urinary Tract Infections (CAUTIs) APIC 2008 Dr Gwenaël Rolland-Jacob

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

FICHE DE «BONNES PRATIQUES» SONDAGE INTERMITTENT / AUTOSONDAGE RAPPELS

FICHE DE «BONNES PRATIQUES» SONDAGE INTERMITTENT / AUTOSONDAGE RAPPELS RAPPELS L urine est sécrétée en permanence par les reins et s écoule par les uretères dans la vessie où elle est stockée. Lorsqu elle contient entre 250 ml et 300 ml, la vessie se vide complètement au

Plus en détail

Atelier Europharmat «LES SONDES DE FOLEY»

Atelier Europharmat «LES SONDES DE FOLEY» Atelier Europharmat «LES SONDES DE FOLEY» Teleflex Medical Igau-Edon Frédérique Gonsot Michel Sommaire Rappels anatomiques Définition - Indications du sondage Les sondes de Foleys : La structure d une

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long

CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long CHECK LIST SONDAGE URINAIRE A DEMEURE Mode d emploi : Texte long Groupe de travail Check List : Les professionnels des établissements sanitaires, médico sociaux et secteur libéral de l inter région en

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

www.cclin-sudouest.com CCLIN Sud-Ouest

www.cclin-sudouest.com CCLIN Sud-Ouest www.cclin-sudouest.com PREVENTION DE L'INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE RECOMMANDATIONS POUR LA POSE ET LA GESTION D UNE SONDE VESICALE CCLIN Sud-Ouest Version II validée par le Conseil d'orientation du

Plus en détail

PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE. Formation continue Public/Date/lieu

PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE. Formation continue Public/Date/lieu PREVENTION DE L INFECTION URINAIRE Formation continue Public/Date/lieu Cours élaboré par I. FEDERLI, infirmière en HPCI, Service de médecine préventive hospitalière, CHUV Validé par l UNITE HPCI Juin 2006

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES»

«REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» «REFLEXION PLURIDISCIPLINAIRE AUTOUR DU SONDAGE VESICAL CHEZ L ADULTE ET OUTILS PEDAGOGIQUES» CoCLINNOR - 12 mai 2011 Présentation : Dominique Woinet, Suzanne Haghighat en lien avec groupe sondage vésical

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT

2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT 2.2 RECOMMANDATIONS POUR LES SOINS D'HYGIENE ET DE CONFORT A. TOILETTE DU PATIENT 1. Précautions standard après la toilette de chaque patient. - Protéger la tenue civile (tablier à usage unique ou surblouse

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE EUROPHARMAT 2008 Atelier / 14,15 et 16 octobre 2008 1 Dispositifs de GASTROSTOMIE & JEJUNOSTOMIE SONDE de GPE SONDE de gastrostomie Bouton

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Epidémiologie et Prévention des infections urinaires

Epidémiologie et Prévention des infections urinaires 10 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Epidémiologie et Prévention des infections urinaires Marie-Alix Ertzscheid 23 novembre 2010 Prévention des infections urinaires associées

Plus en détail

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES 1. OBJECTIFS Harmoniser les pratiques d utilisation des antiseptiques afin d éviter la survenue d infections liées aux soins. Prévenir les risques liés à la gestion des antiseptiques. 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

TOILETTE DU NOUVEAU-NE ET DU NOURRISSON

TOILETTE DU NOUVEAU-NE ET DU NOURRISSON TOILETTE DU NOUVEAU-NE ET DU NOURRISSON PF-03-SOINS-D07-FT-E SH Total pages : 05 version Rédacteur(s) Vérificateur(s) Approbateur Nature de la modification 1 Cf. rédacteurs PEDIATRIE CLIN Date 2006 2006

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Check List sondage urinaire

Check List sondage urinaire Check List sondage urinaire Mode d emploi Groupe de travail ARIH -ARLIN Constitution du groupe de travail Séverine AZALOT Sabine BELLOUR Julie CHASTIN Patrick DEROUSSEN Monique DUHAMEL Virginie LEBRAN

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette Couvreur Maïa Institut de Formation en Soins Infirmiers Promotion 2013-2016 C.H ST JOSEPH ST LUC 42 bis, rue Professeur Grignard 69007 LYON Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la

Plus en détail

Abord Urinaire. Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux

Abord Urinaire. Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux Abord Urinaire Caroline BAUDET Pharmacien CHU Bordeaux PLAN Introduction I. Historique II. Rappels anatomo physiologiques A- anatomie de l appareil urinaire B- physiologie III. Objectifs du sondage. IV.

Plus en détail

BPA-PEC-0912SONDEVES POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE

BPA-PEC-0912SONDEVES POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE BPA-PEC-0912SONDEVES POSE ET ENTRETIEN D UNE SONDE VESICALE Date de création : 18/01/2005 Version validée le : 10/12/2009 REDACTEUR (S) Membres du groupe de travail : ARANTES Nathalie, IDE, CRLCC Léon

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU FORMATION EN SOINS OBSTETRICAUX et NEONATALS D URGENCE Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

Qualité de la Pause et de la Surveillance des Sondes Urinaires : Synthèse du Rapport de l'anaes (Décembre 1999) et Adaptation à l'exercice Libéral

Qualité de la Pause et de la Surveillance des Sondes Urinaires : Synthèse du Rapport de l'anaes (Décembre 1999) et Adaptation à l'exercice Libéral Qualité de la Pause et de la Surveillance des Sondes Urinaires : Synthèse du Rapport de l'anaes (Décembre 1999) et Adaptation à l'exercice Libéral DEFINITIONS COLONISATION (ou Bactériurie): C'est la présence

Plus en détail

EP MEDICAL. Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr. Le confort pour la vie. Distributeur

EP MEDICAL. Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr. Le confort pour la vie. Distributeur Le confort pour la vie Système de gestion de l incontinence urinaire www.epmedical.fr Distributeur Les fuites urinaires : Et si on en parlait? On désigne l incontinence comme toute perte d urine qui survient

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC

CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC CATHETER CENTRAL INSERE PAR VOIE PERIPHERIQUE ou PICC Soins d hygiène D. GRAU, S. BOMMART, S PARER, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier E. BOUDOT, ARLIN Languedoc Roussillon Septembre

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

Prélèvement pour la réalisation d un. Examen Cyto Bactériologique des Urines

Prélèvement pour la réalisation d un. Examen Cyto Bactériologique des Urines Prélèvement pour la réalisation d un Examen Cyto Bactériologique des Urines Réf.: N2-SMT-Lab- Ana -MICR- 01 V2 ECBU Total pages : 06 LABORATOIRE Localisation du document écrit : Classeur : "Guide des prélèvements

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Confort. Innovation FUITES URINAIRES

Confort. Innovation FUITES URINAIRES Confort Esprit tranquille Innovation FUITES URINAIRES 59 FUITES URINAIRES De la jeune maman au senior, de 3 à 5 millions de personnes sont concernées à des degrés divers par l incontinence. Selon les types

Plus en détail

Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds. Dr kaouthar Beltaief 21.11.14

Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds. Dr kaouthar Beltaief 21.11.14 Toilette journalière Bain complet Bain de bouche Bain des pieds Dr kaouthar Beltaief 21.11.14 Introduction- Définitions Les soins d hygiène et de confort sont les soins corporels de base destinés à toute

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Protocole N 20 - Glycémie sur sang capillaire 1/5 UNITE D HYGIENE ET DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Date : 2000 PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Avec la participation du groupe de

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN Référence :PT/CLI/004-A Page : Page 1 sur 9 Objet : Préciser les techniques d utilisation des produits antiseptiques Mots clés : Antiseptique / Désinfectant Documents de référence : Critères ANAES : VST

Plus en détail

IFSI 23 septembre 2009 Antiseptiques et produits pour l hygiène des mains Axèle REBERGA Pharmacien assistant Stérilisation - Hôpital Bichat Claude Bernard Antiseptiques définition Asepsie : ensemble des

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie Hygiène bucco-dentaire en gériatrie 1 ière journée régionale de formation et d information destinée aux EHPAD 30/11/2009 Hygiène bucco-dentaire - Marina Neveu Page 1 Introduction Le centre hospitalier

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Entretien de la sonde vésicale à domicile

Entretien de la sonde vésicale à domicile Entretien de la sonde vésicale à domicile [this pamphlet is a translation of the original English version into French] / Care of the Urinary Catheter at Home [title of the original English version PL-0735]

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

Fiches pratiques. Ce livret s accompagne de fiches pratiques détachables.

Fiches pratiques. Ce livret s accompagne de fiches pratiques détachables. Fiches pratiques Ce livret s accompagne de fiches pratiques détachables. Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6 Fiche 7 Fiche 8 Fiche 9 Fiche 10 Fiche 11 Fiche 12 Organisation des soins bucco-dento-prothétiques

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène autour de soins ou techniques spécifiques. Dr. S. Malavaud CHU Toulouse

Bonnes pratiques d hygiène autour de soins ou techniques spécifiques. Dr. S. Malavaud CHU Toulouse Bonnes pratiques d hygiène autour de soins ou techniques spécifiques Dr. S. Malavaud CHU Toulouse Drainage des urines Le sondage vésical Hétérosondage à demeure intermittent/évacuateur Autosondage En post-opératoire

Plus en détail

L hygiène au quotidien

L hygiène au quotidien L hygiène au quotidien Toilette du patient Les soins L alimentation Décembre 2008 1 Toilette du patient Un acte infirmier (Décret n 2004-802 du 29 juillet 2004 ) en collaboration avec les aides soignants

Plus en détail

Fiches techniques élaborées par les stagiaires de la formation TBS 013E 9 et 16 janvier 2003.

Fiches techniques élaborées par les stagiaires de la formation TBS 013E 9 et 16 janvier 2003. Fiches techniques élaborées par les stagiaires de la formation TBS 013E 9 et 16 janvier 2003. PAF 2002/2003 TBS 013 E : Evolution des pratiques professionnelles dans le secteur de la santé (Frédérique

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

Nursing Baby VitalSim

Nursing Baby VitalSim Nursing Baby VitalSim Table des matières Garantie 4 Recommandations de 5 Eléments inclus 6 Compétences inculquées 6 Variables de la fontanelle antérieure 7 Contrôle des voies respiratoires 7 Bouchon de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail

HYGIENE BUCCO DENTAIRE

HYGIENE BUCCO DENTAIRE 1. OBJECTIFS Réaliser une hygiène bucco-dentaire adaptée à chaque résident Diminuer le risque d infections en particulier bucco-dentaires et broncho-pulmonaires Une bouche saine participe à l amélioration

Plus en détail

Désinfection cutanée. Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs. Professeur: Monsieur Erpicum

Désinfection cutanée. Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs. Professeur: Monsieur Erpicum Désinfection cutanée Travail réalisé par Silbande Karine et Mathieu Anaïs Professeur: Monsieur Erpicum Année académique 2014-2015 La désinfection cutanée Avant de parler de la désinfection cutanée, nous

Plus en détail

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 Besançon SURVEILLANCE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Codification : SPI UGA 7.00 UTILISATION ET GESTION DES ANTISEPTIQUES Version 1 Date : mars 2003 7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 7.00 UTILISATION ET GESTION

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE DE LA

FICHE TECHNIQUE DE LA TOILETTE DE PATIENT Page 1 sur 1 DEFINITION : Ensemble de pratiques qui permet d'assurer les soins d'hygiène corporelle en tenant compte des besoins et des habitudes du patient. Ces soins apportent bien-être

Plus en détail

L Hospitalisation domicile

L Hospitalisation domicile L Hospitalisation domicile à S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON SAVOIR SUR L HAD DE LANNION? p 5 QUI EST CONCERNé par l HAD? p 6

Plus en détail

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent?

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Brochure d information destinée au patient Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Sommaire de la brochure Ce guide complète les informations qui vous ont été données par le médecin et l infirmière.

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L état bucco-dentaire est souvent préoccupant en institution: hygiène précaire, taux d

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS

INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS INTRODUCTION A LA TECHNIQUE DE SOINS INFIRMIERS OBJECTIFS Définir le soin Énumérer les différentes étapes de la préparation du soin Expliquer les aspects de l exécution du soin Citer les éléments de l

Plus en détail