Je tiens tout d'abord à remercier Madame Bacot-Décriaud, ma directrice de mémoire pour tous les conseils avisés qu'elle m'a prodigués pour la bonne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Je tiens tout d'abord à remercier Madame Bacot-Décriaud, ma directrice de mémoire pour tous les conseils avisés qu'elle m'a prodigués pour la bonne"

Transcription

1

2

3

4

5 Je tiens tout d'abord à remercier Madame Bacot-Décriaud, ma directrice de mémoire pour tous les conseils avisés qu'elle m'a prodigués pour la bonne réalisation de ce travail et Monsieur Ghérari d'avoir accepté de faire partie du jury de soutenance. Je remercie également Monsieur Serigne Bamba Gaye dont j'ai suivi à l'université de Montréal le cours sur les enjeux politiques en Afrique, qui m'a beaucoup aidé dans ma recherche. Je tiens aussi à exprimer ma gratitude à Monsieur Galy, enseignant à l'institut d'etudes Politiques de Paris, qui m'a permis de traiter au mieux mon sujet, ainsi que toutes les personnes que j'ai pu rencontrer lors d'entretiens et de conférences, qui m'ont amené à mieux appréhender le sujet. Enfin, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m'ont donné le goût de l'afrique et des études africaines, notamment ceux qui m'ont permis de découvrir pour la première fois ce continent au cours de l'été Le 6 avril 2005, les principaux acteurs de la crise ivoirienne se sont réunis à l invitation du président sud-africain Thabo Mbeki, pour essayer de trouver une nouvelle fois, une solution politique à la crise, qui déstabilise la Côte d Ivoire, depuis bientôt trois ans. Cette médiation a permis la signature d un engagement, les accords de Pretoria, qui succèdent aux tentatives de médiations précédentes de la France et de l Union africaine et qui prévoient la relance des négociations sur le désarmement et fixent les modalités de l élection présidentielle prévue en octobre Aujourd hui, le pays reste coupé en deux, affaiblissant son économie et son influence diplomatique. Pourtant, la Côte d Ivoire, après avoir proclamé son indépendance, accordée par la France le 7 août 1960, a entamé son histoire récente de manière à devenir rapidement un modèle de développement africain. Pendant trente années, le père fondateur, Félix Houphouët Boigny, a bâti son pays avec les anciens colonisateurs, devenus des partenaires de choix. Cet ancien représentant syndical des planteurs indigènes a su mener son pays à la prospérité. C est l avènement du miracle ivoirien, résultant d une équation simple entre une autocratie éclairée et soutenue par la France et l ouverture des frontières aux parents pauvres des pays du Sahel (Burkina-Faso, Mali...) qui alimentent la prospérité. L atout maître de celui qu on appelait le sage de l Afrique est l argent, qui vient principalement des exportations de cacao et de café, les deux piliers de l économie ivoirienne. La Côte d Ivoire est en effet, le premier producteur mondial de cacao et le troisième exportateur de café. Ce «cerveau politique de premier plan» 1, comme l a qualifié le général de Gaulle, a su composer avec la soixantaine d ethnies qui morcellent le pays en assurant un certain équilibre éthno-politique et en faisant oublier ou au moins accepter le régime du parti unique, le Parti démocratique de la Côte d Ivoire (PDCI). Cette gestion d un pouvoir quasi absolu et la préservation de l équilibre entre les différentes ethnies a permis la stabilité politique du pays jusqu aux années Cette évolution a été accompagnée d un développement économique important. Ces taux de croissance spectaculaires n ont été possibles qu en raison de la forte immigration d une main d œuvre laborieuse et bon marché, encouragée par le président F. Houphouët Boigny, car pour lui «la terre est propriété de celui qui la cultive.» 2 1

6 C est au début des années 1990 que les premiers signes de faiblesse de ce système ont commencé à se manifester. En juin 1990, François Mitterrand, dans le discours de la Baule, appelle à une plus grande démocratisation des systèmes politiques africains et à la disparition du régime de parti unique. Au printemps 1990, un mouvement de contestation, mené par les étudiants, dont fait partie Laurent Gbagbo, ébranle l autorité de l Etat et contraint le gouvernement à retirer un plan d économie dont les fonctionnaires devaient être les victimes. Ils mettent au grand jour les erreurs de gestion du Trésor public et dénoncent le clientélisme ethnique mis en place par le président. Une quarantaine de partis politiques voient le jour, le multipartisme devient alors effectif. Cette prolifération des partis n empêche pas la tenue de l élection présidentielle et la réélection de F. Houphouët Boigny pour un septième mandat. L opposant L.Gbagbo, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), proche du parti socialiste français, obtient 19 % des voix. Outre la fin du régime de parti unique, la Côte d Ivoire se voit aussi imposer par les bailleurs de fonds internationaux et le FMI, les plans d ajustement structurel qui ont pour objectif de réduire la taille de l'etat et de rendre les économies africaines plus compétitives, par la déréglementation et la privatisation d'entreprises nationales et l'ouverture au marché mondial. La mise en oeuvre de ces plans va échouer empêchant l économie ivoirienne de bénéficier des conjonctures favorables sur les marchés des matières premières, le pays va alors connaître une crise économique. La dette publique s élève à 49 milliards de francs environ et le prix du cacao continue de baisser en raison de la concurrence de nouveaux pays, la Malaisie et l Indonésie. Pour faire face à ces problèmes d ordre financier, le président Houphouët Boigny nomme Alassane Ouattara, vice-directeur du FMI, au poste de premier ministre. Mais avec la mort du sage de l'afrique, le 7 décembre 1993, la Côte d Ivoire entre dans une période d incertitudes et d instabilité qui sont les prémices de la crise actuelle. Une réforme de la Constitution avait prévu de confier au président de l Assemblée nationale, l achèvement du mandat présidentiel en cas de disparition mais elle est diversement interprétée ce qui entraîne une lutte de pouvoir entre A. Ouattara, le premier ministre, et Henri Konan Bédié, le président de l Assemblée nationale, qui finira par l emporter. A. Ouattara quittera alors le PDCI pour rejoindre l opposition au sein du Rassemblement des républicains (RDR). Outre cette crise politique, l économie ivoirienne subit les contrecoups de la dévaluation de 50% du franc CFA de 1994, qui appauvrit une grande partie de la population. Les conditions sociales se dégradent, favorisant l apparition de tensions entre les nombreuses communautés qui cohabitent avec des difficultés croissantes. C est dans ce climat fragile que le président H. Konan Bédié va introduire le concept d ivoirité, lors des élections de 1995, en modifiant le Code électoral, obligeant tout candidat à l élection présidentielle à faire la preuve qu il est né de père et mère ivoiriens. Elaboré et théorisé par son entourage, notamment par son directeur de cabinet, Jean-Noël Loukou, historien, ce principe poursuit avant tout un but politique, celui de justifier l exclusion d A. Ouattara de la course électorale formulant des doutes sur sa nationalité ivoirienne, même si, pour son auteur, il s agissait de «forger une culture commune pour tous ceux qui habitaient sur le sol ivoirien, étrangers comme nationaux.» 3 L opposition choisit alors de boycotter le scrutin qui se déroule dans un climat tendu et qui voit la victoire de H. Konan Bédié avec 95,25% des voix. Le concept d ivoirité va hanter la vie 2 3

7 politique ivoirienne de ces dix dernières années et sera une des causes principales de la crise que le pays connaît actuellement. De 1995 à 1999, H. Konan Bédié conduira avec difficulté les affaires du pays, la récession économique entraînant des mécontentements et accroissant les tensions entre les différentes communautés, notamment avec la communauté étrangère (Burkinabé, Maliens, Guinéens...) qui représente environ 26% de la population ivoirienne. Ainsi la question de l ivoirité s amplifie et mène à des dérives xénophobes. Les accrochages sont parfois violents. En 1999, dans la sous-préfecture de Tabou, cinq mille Burkinabés sont expulsés par la force à la suite d un conflit relatif à la propriété des terres. L ivoirité, qui à l origine n avait servi qu à exclure A. Ouattara du scrutin électoral, est utilisé par beaucoup d Ivoiriens, qui, en raison du contexte économique morose, souhaitent récupérer les terres que F. Houphouët Boigny avait confiées aux étrangers. La classe politique, dans ses stratégies de conquête et de conservation du pouvoir, choisit de jouer la carte ethnique, instrumentalisant la nationalité et la citoyenneté, au mépris de l intérêt supérieur de la nation qui finit par imploser. Comme le fait remarquer l africaniste Jean François Bayart, l interprétation de cet ethno-nationalisme n est pas un retour au tribalisme. Elle s inscrit dans un phénomène général de revendication de l autochtonie par rapport aux allogènes, surgi avec la mise en place du multipartisme. «Tout dans le conflit fait penser à une crise de formation de l Etat et de construction d un espace civique plutôt qu à une régression.» 4 Il convient de ne pas oublier que, pendant la présidence d H. Konan Bédié, de nombreux scandales liés à la corruption ont vu le jour, notamment dans l utilisation des fonds de l Union européenne. A la fin des années 1990, l Etat apparaît incapable de remplir ses fonctions régaliennes et les fonctionnaires sont de plus en plus mécontents car ils ne reçoivent plus leurs salaires. C est dans ce climat de crise économique et politique et de montée de la xénophobie que l histoire de la Côte d Ivoire va basculer le 24 décembre 1999 et plonger dans une spirale de violence. Le pays, que certains considéraient comme la Suisse de l Afrique connaît pour la première fois de son histoire, un coup d Etat qui porte au pouvoir le général Robert Gueï et contraint le président déchu à l exil en France. Les principaux partis de l opposition, le RDR d A. Ouattara et le FPI de L.Gbagbo notamment, acceptèrent de légitimer cette opération, espérant pouvoir tirer parti de la situation à leur propre bénéfice. «Les règles de la démocratie seront respectées» 5 promet celui qui veut donner «un coup de balai» dans le système politique ivoirien. Mais en réalité, la junte au pouvoir va conjuguer autoritarisme et anarchie. Le discours xénophobe est amplifié et R. Gueï sanctifie la chasse aux allogènes, en particulier dans la boucle du cacao, située dans l ouest du pays, où la présence de nombreux étrangers pose un problème foncier réel. C est la région la plus riche du pays, comprise entre Daloa et le port de San Pedro. Elle produit plus d un million de tonnes de cacao, soit 40% du marché mondial. Une nouvelle Constitution est adoptée par référendum le 23 juillet 2000 par 86% des voix exprimées. Elle consacre l exploitation du concept d ivoirité dans le jeu politique. Ainsi, à l article 35, que la communauté internationale a en janvier 2003, lors des accords de Marcoussis, appelé à réformer, il est stipulé que «le président de la République de Côte d Ivoire doit être ivoirien d origine, né de père et de mère eux-mêmes ivoiriens d origine et ne s être jamais prévalu d une autre nationalité»

8 Cette Constitution avait reçu le soutien des principaux partis politiques : aussi, dès le lendemain du coup d Etat du général Gueï, une alliance objective et officieuse avait été conclue entre le FPI et le PDCI, autour de la question de l ivoirité. L adoption de la Constitution en était l aboutissement. Elle permit ainsi l élimination d A. Ouattara de la compétition présidentielle. Un courant ultra nationaliste se forme le Tout sauf Ouattara. Des campagnes de presse sont conduites qui, mettant en cause la nationalité ivoirienne de Ouattara, exacerbent les inquiétudes de populations qui se sentent de ce fait rejetées, comme leur chef, de la vie publique. Avec ces campagnes, le concept d ivoirité a pris toute sa force négative en devenant le support idéologique justifiant des actes xénophobes, des agressions brutales contre les étrangers et la mise en doute de leur identité ivoirienne. Dans ce climat très tendu, sont organisées les élections présidentielles en octobre 2000, souhaitées par R. Gueï pour légitimer son pouvoir. Seuls deux candidats sont autorisés à se présenter : ce dernier et L. Gbagbo du FPI ; les candidats du RDR, A. Ouattara et du PDCI sont éliminés au préalable par la Cour suprême, soumise aux pressions de la junte militaire au pouvoir. Malgré tous ses efforts et après s être autoproclamé président, R. Gueï ne sera pas reconnu vainqueur de cette élection et c est L.Gbagbo qui devient président de la République, obtenant 59,36% des voix avec une très faible participation de 37,42%. Il reste au pouvoir, refuse la tenue d une autre élection présidentielle mais appelle à l organisation d élections législatives ouvertes à tous, ce qui entraînera de nouveaux affrontements, qui prendront parfois une tournure ethnique et feront plusieurs dizaines de victimes, surtout dans la communauté étrangère. Ainsi, le 26 octobre 2002, au moment où L. Gbagbo prête serment, cinquante sept Dioulas, une ethnie du nord de la Côte d Ivoire, également présente au Burkina Faso, sont abattus à Youpougon par des gendarmes ivoiriens. Le nouveau président est un professeur d histoire, très tôt sensibilisé au syndicalisme, ce qui lui a valu d être emprisonné plusieurs fois sous le régime de F. Houphouët Boigny. Après avoir été le principal artisan de l agitation estudiantine de 1982, il part en exil en France où il côtoiera notamment plusieurs personnalités du parti socialiste. Il retourne en Côte d Ivoire en 1988 pour être élu secrétaire général du FPI. Lors des élections présidentielles, il se présente comme le candidat des pauvres : «Donnez moi le pouvoir, je vous le rendrai» 7 haranguait-il pendant la campagne. Mais dès sa réélection, il souffre d un déficit de légitimité du fait du faible taux de participation et de l exclusion de la majeure partie des candidats. A l étranger, seule la France lui apporte son soutien. Il lui faut composer avec le PDCI pour former son gouvernement et malgré ses promesses, il va aussi user du concept d ivoirité. En décembre 2000, il ne remettra pas en cause une décision de justice, interdisant à A. Ouattara de se présenter aux élections législatives. Le parti de ce dernier, le RDR, boycotte alors les élections, amplifiant un climat social déjà tendu. Au cours de la nuit du 8 et 9 janvier 2001, le pouvoir doit faire face à une tentative de coup d Etat qui échoue. L implication de ressortissants étrangers et de certains pays voisins, comme le Burkina Faso, est dénoncée par le gouvernement. Une nouvelle vague d affrontements entre civils éclatent, prenant parfois une tournure religieuse : des mosquées et des églises sont brûlées. Le 19 octobre 2001, s ouvre le Forum de réconciliation nationale, souhaité par la communauté internationale, pour donner la possibilité à toutes les sensibilités politiques et de la société civile d exprimer leur malaise. Les résultats sont peu probants même si A. Ouattara obtient enfin la délivrance d un certificat de nationalité ; elle apaise cependant le climat politique et permet de relancer l aide internationale qui avait été supprimée à la suite du coup d Etat de R. Gueï. Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002, alors que le président Gbagbo est en voyage officiel à Rome, a lieu une mutinerie qui a pour motif les retards de paiement des soldes des 7

9 militaires et le refus des mises à la retraite de plusieurs officiers. Plusieurs personnalités dont R. Gueï, qui est soupçonné être à l origine de cette tentative de coup d Etat et le ministre de l Intérieur, sont assassinés. Les rebelles prennent le contrôle de plusieurs villes du Nord, dont Bouaké et Korhogo, et lancent une offensive sur Abidjan, la capitale économique du pays. Très vite, le gouvernement assimile ces événements à une tentative de coup d Etat, qui pour le premier ministre a échoué. Dans les semaines qui ont suivi, plusieurs villes dans la région de Bouaké et dans celle de Daloa, ville d importance stratégique pour le contrôle de la production du cacao, connaissent des combats d envergure, opposant les Forces armées nationales de la Côte d Ivoire (FANCI) aux rebelles du Mouvement Patriotique de Côte d Ivoire (MPCI), dont le secrétaire général est Guillaume Soro, ancien leader d un syndicat étudiant proche du FPI de L.Gbagbo et dont le chargé aux relations extérieures, Louis Dacoury Tabley, était un des premiers responsables de ce parti. Ces rebelles disposent d armements de qualité et ont été longuement préparés au Burkina Faso. Ces affrontements militaires vont alors conduire à une véritable partition du pays, entre un Nord contrôlé par le MPCI et le Sud par les FANCI et le gouvernement. Malgré la signature, le 17 octobre 2002, d un cessez-le-feu entre le MPCI et le gouvernement, un nouveau front verra le jour, début novembre 2002, à l Ouest du pays avec l apparition de deux nouveaux mouvements rebelles, le Mouvement populaire ivoirien du grand Nord (MPIGO) et le Mouvement pour la justice et la paix (MPJ), qui prendront le contrôle de la ville de Man contre l armée loyaliste. Ainsi, les causes de la crise actuelle nous apparaissent être la conséquence de dix années d instabilité politique et économique qu a connues la Côte d Ivoire, à la suite de la disparition d Houphouët Boigny. La possibilité de conduire la lutte politique, par le recours à une rébellion armée et un coup d Etat, a été banalisée lors de la tentative réussie de R. Gueï, le 24 décembre La violence de la vie publique, encouragée par l utilisation du concept d ivoirité à des fins xénophobes, a développé nombre de rancœurs et d antagonismes. Les leaders politiques ont entretenu la machine infernale de la division, contribuant à séparer un peu plus les Ivoiriens entre eux. Ce climat a favorisé l éclatement du conflit actuel. Malgré de nombreuses tentatives pour résoudre la crise, en juin 2005, le pays est toujours partagé en deux. Certains médias ont eu une vision un peu simpliste de ce conflit en le réduisant à une confrontation entre un Nord musulman et un Sud chrétien mais le problème est sans doute plus complexe, comme le fait remarquer un spécialiste de l Afrique, François Roubaud 8, les étrangers étant plus nombreux au Sud qu au Nord, du fait de la richesse économique des régions côtières et de la présence de la boucle du cacao. La France s est trouvée impliquée, dès le début, dans cette crise, pour «assurer la sécurité des ressortissants français et des citoyens occidentaux» 9, car la Côte d Ivoire comptait en septembre 2002 plus de ressortissants français. Elle s est ensuite engagée, début octobre 2002, dans l opération Licorne, avec l intervention de plus de 3000 hommes pour veiller à la cessation des hostilités et à l application du cessez le feu, à la demande de la Communauté des Etats de l Afrique de l Ouest (CEDEAO). Elle s est aussi impliquée politiquement dans le conflit, la diplomatie française agissant en faveur du dialogue entre les différentes parties au conflit ; la conclusion des accords de Marcoussis en janvier 2003 ont été perçus comme l aboutissement des négociations diplomatiques engagées par la France, entre les deux parties. Le président Chirac et le ministre des affaires étrangères de l époque, Dominique de 8 9

10 Villepin, ont souhaité à travers cette crise, mettre en application leur nouvelle politique d engagement envers l Afrique. La France, considérée après la colonisation comme le gendarme de l Afrique, a choisi de rompre avec les modes traditionnelles de gestion des crises dans le pré carré africain, où pendant longtemps la règle était de porter secours aux régimes en place contre les rebelles. Depuis quelques années, elle s est en effet muée en gardien de la paix. En Côte d Ivoire, elle a choisi de s interposer entre les belligérants et de favoriser le processus de réconciliation. Pour les autorités françaises, il ne s agit plus «pour obtenir une paix durable, d imposer un diktat, une sorte de paix armée, mais de proposer des solutions permettant de s attaquer aux racines du mal.» 10 Le ministre délégué à la coopération, Xavier Darcos, souligne les convictions partagées par le gouvernement sur la gestion des crises. «La première porte sur la vertu de l intégration régionale, car elle est un facteur de paix.[...]la deuxième porte sur le respect de la souveraineté et de l intégrité du territoire.[...]la troisième est qu une sortie de crise doit s effectuer dans une approche globale et définie sur la durée [...], intégrant l ensemble des acteurs.[...]enfin la quatrième porte sur la garantie d un accès démocratique à la fois au pouvoir et à son exercice.» 11 La France, qui est intervenue militairement puis politiquement en Côte d Ivoire, a donc mis à l épreuve la politique élaborée par J.Chirac et D. de Villepin, vis à vis du continent africain, concernant notamment la gestion des crises dans cette région, puisque la Côte d Ivoire a été jusqu à ces dernières années, la vitrine de la France en Afrique. Du fait de sa stabilité politique et de la prospérité économique, ce pays était l exemple de la réussite de la décolonisation, le miracle ivoirien. Aujourd hui, même si elle a reçu le soutien de l ONU et de l Union africaine, le rôle de la France en Côte d Ivoire paraît ambigu, puisque aucune solution n a pu être apportée pour résoudre le conflit qui a fait depuis trois ans des centaines de morts. L intensité de l engagement français a suscité de vives réactions, la France ayant tour à tour été accusée d indifférence puis de néo-colonialisme. Attaquée par toutes les parties au conflit, la présence française a parfois semblé ne conduire qu à une impasse et a suscité le fleurissement d un vocabulaire journalistique. La France s est ainsi retrouvée tour à tour «dans la nasse» 12, dans «le bourbier», dans le «guêpier» 13 ou dans le «piège» 14 ivoirien. Certains journalistes, n hésitent pas à qualifier la Côte d Ivoire, de «petit Irak de la France» 15, comparant la situation française à celle vécue par les Américains, à la suite de l intervention militaire au Moyen Orient le 1er mars Son engagement semble avoir été remis en cause lors des événements de novembre 2004 où neuf soldats français sont morts après le bombardement d une position française à Bouaké. Pour certains analystes, la guerre civile ivoiro-ivoirienne s est transformée en une quasi-guerre franco-ivoirienne. Le pays est, en juin 2005, toujours coupé en

11 deux et certains faits montrent qu il est au bord du gouffre. Dans le Nord, par exemple, contrôlé par les Forces Nouvelles 16, les services publics sont interrompus et les routes ne sont plus entretenues, depuis bientôt trois ans. Les développements qui vont suivre ont pour but de tenter d appréhender la gestion, par les autorités françaises, de la crise qui touche son ancien pré carré. La France est aujourd hui prise entre deux désirs contradictoires : d un côté, ne pas abandonner son allié ivoirien, où ses intérêts sont importants ; de l autre ne pas être accusée de néo-colonialisme. Dans un premier temps, nous étudierons pourquoi l intervention française en Côte d Ivoire a été une nécessité, d une part, en raison des liens existant entre les deux pays, et d autre part, pour éviter une guerre civile qui aurait entraîné des milliers de morts et sans doute la partition du pays. Dans un deuxième temps, nous tenterons de comprendre pourquoi la politique mise en oeuvre par la France a montré ses limites, plaçant les forces françaises d interposition dans un bourbier et mettant en danger les nombreux ressortissants résidant en Côte d Ivoire. Ce sujet a été traité en utilisant essentiellement des articles et documents parus dans la presse spécialisée et quotidienne, ainsi que des livres traitant de l'afrique et des relations franco-africaines. Il convient cependant de souligner le caractère partisan de certains auteurs, qui ne cachent pas leur appui à telle ou telle partie du conflit. Je me suis également appuyé sur les différents entretiens que j'ai pu avoir avec des spécialistes du sujet : des universitaires, comme Michel Galy, spécialiste de l'afrique de l'ouest, des hommes politiques, tel Monsieur Godfrain, député et ancien ministre de la coopération. J'ai aussi rencontré des intervenants du milieu associatif, soit en France avec des membres de l'association Survie, soit en Afrique avec la directrice d'une association de protection des droits de l'homme. Enfin, j'ai pu discuter avec des Ivoiriens et des Français rapatriés de Côte d'ivoire, qui m'ont permis d'appréhender au mieux les réalités de cette crise complexe. La première difficulté du sujet a été son actualité puisqu aujourd hui encore aucune solution pacifique n a été trouvée et que chaque jour amène son lot de nouveaux événements. La seconde difficulté réside dans la recherche de documents, car beaucoup demeurent confidentiels et inaccessibles, en raison de l'actualité et des enjeux pour la France de la crise ivoirienne. 16

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29 «Le premier des principes est le respect de la légitimité du pouvoir, qui se mesure aussi aux conditions de l exercice du pouvoir : les urnes confèrent un mandat mais elles ne décernent aucune impunité. Il faut veiller à ce que les droits de l homme ne puissent jamais être instrumentalisés au service d un parti ou d un clan. Le deuxième principe est le respect de la souveraineté nationale et de l intégrité des territoires. L intangibilité des frontières demeure un impératif absolu. Un redécoupage des territoires risquerait d enclencher de nouveaux processus de désintégration. Mais il faut tenir compte qu aucun conflit touchant un Etat ne pourra se régler indépendamment de ses voisins. Enfin le dernier des principes est l appui systématique aux médiations africaines. La France n entend pas intervenir de manière directe ou isolée pour imposer une solution extérieure. La mise en place de mécanismes efficaces de prévention, de gestion et de règlement des conflits constitue désormais une priorité pour la

30 communauté africaine. La France doit faire appel et soutenir les organisations régionales, comme la CEDEAO ou l Union africaine.» 67 67

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61

62

63

64

65

66

67

68

69

70

71

72

73

74

75

76

77

78

79

80

81

82

83

84

85

86

87

88

89

90

91

92

93 BOUQUET (Christian), 2005, Géopolitique de la Côte d'ivoire. Le désespoir de Kourouma, Armand Collin, Perspectives géopolitiques, Paris, 315 pages CHAIGNEAU (Pascal), 1984, La politique militaire de la France en Afrique, CHEAM, Paris, 143 pages CHIPMAN John, 1989, French Power in Africa, Oxford, Basil Blackwell, 289 pages COMBACAU (Jean), SURGE (Serge), 2001, Droit International Public, Montchrestien, 5ème édition, 825 pages DUPUY (Pierre Marie), 2004, Droit international public, Droit, Droit Public Science Politique, Paris, 7 ème édition, 811 pages DUVAL Philippe, 2003, Fantômes d'ivoire, Editions du Rocher, Monaco, 275 pages FOCCART (Jacques), 2001, Focart parle : Entretiens avec Philippe Gaillard, Fayart/Afrique, Sainte-Maxime, 528 pages GLASER (Antoine) et SMITH (Stephen), mai 2005, Comment la France a perdu l'afrique, Calmann-Lévy, Paris, 300 pages

94 KONE (Amadou), 2003, Houphouët-Boigny et la crise ivoirienne, Karthala, Paris, 230 pages NEYRAC Georges, mars 2005, Ivoire nue, Jacob-Duvernet, Paris, 199 pages NGOUPANDE (Jean-Paul), 2002, L'Afrique sans la France, Albin Michel, Paris, 393 pages PASCALLON (Pierre)dir., 2004, La politique de sécurité de la France en Afrique, L Harmattan, Défense, Paris, 474 pages RUEFF Judith, 2004, Côte d Ivoire, le feu au pré carré, Editions Autrement Frontières, Condé-sur-Noireau, 125 pages SOCCOL (Brice), juillet 2002, Relations internationales, CPU, Paradigme, Orléans, 382 pages TRAORE (Aminata), mars 2005, Lettre au président des Français à propos de la Côte d'ivoire et de l'afrique en général, Fayard, Paris, 185 pages VERSCHAVE (François-Xavier), 1999, La Françafrique, le plus long scandale de la République, Paris, Stock, 384 pages VIDAL (Claudine) et LE PAPE (Marc), 2002, La Côte d'ivoire, l'année terrible , Karthala, Paris, 325 pages BANEGAS (Richard) et OTAYEK (René), mars 2003, «Le Burkina Faso dans la crise ivoirienne: effet d aubaine et incertitudes politiques», Politique Africaine, n 89, p COMFORT (Ero) et MARSHALL(Anne), mars 2003, «L Ouest de la Côte d Ivoire : un conflit libérien?», Politique Africaine, n 89, p DEMBELE (Ousmane), mars 2003, «Côte d'ivoire, la fracture communautaire», Politique Africaine, n 89, p SMITH (Stephen), mars 2003, «La politique d engagement de la France à l épreuve de la Côte d Ivoire», Politique Africaine, n 89, p KONATE (Yacouba), Mars 2005, «Côte d Ivoire, le canari d eau de Jacques Chirac», Politique Africaine, n 97, p

95 DU BOIS DE GAUDUSSON (Jean), été 2003, «L accord de Marcoussis entre droit et politique», Afrique contemporaine, n 206, p ROUBAUD (François), été 2003, «La crise vue d'en bas à Abidjan : ethnicité, gouvernance et démocratie», Afrique Contemporaine, n 206, p AMONDJI (Marcel), 2003, «Houphouët contre la Nation», Géopolitique Africaine, n 9, p RAULIN (Arnaud), 2003, «Un revers pour la France», Géopolitique Africaine, n 9, p BAGAYOKO-PENONE (Niagalé), automne 2003, «La France et la gestion militaire des crises africaines», n 12 LALOUPO (Francis), hiver 2004, «La Côte d Ivoire ou l échiquier des énigmes», Géopolitique Africaine, n 13 BOUQUET (Christian), 2005, «Côte d Ivoire : guerre coloniale ou guerre civile?», Géopolitique Africaine, n 17, p GOUTTEBRUNE (François), hiver 2002, «La France et l Afrique : le crépuscule d une ambition stratégique», Politique Etrangère, 4/2002, p SADA (Hugo), 2003, «Le conflit ivoirien : enjeux régionaux et maintien de la paix en Afrique», Politique Etrangère, 2/2003, p CHAIGNEAU (Pascal), février 2003, «L imbroglio ivoirien», Défense Nationale, n 2, p CHAIGNEAU (Pascal), novembre 2003, «Afrique : les crises d'un continent», Défense Nationale, n 11, p CHAIGNEAU (Pascal), janvier 2004, «La France et l Afrique», Défense Nationale, n 1, p

96 LEYMARIE Philippe, novembre 2002, «La Côte d Ivoire à la dérive», Le Monde Diplomatique, p AYISSI (Anatole), janvier 2003, «Ordre militaire et désordre politique en Afrique», Le Monde Diplomatique, p LEYMARIE (Philippe), janvier 2003, «L éternel retour des militaires français en Afrique», Le Monde Diplomatique, p BRAECKMAN (Colette), février-mars 2005, «Aux sources de la crise ivoirienne», Manière de voir, n 79,p LEYMARIE (Philippe), février-mars 2005, «La France contestée dans son pré carré», Manière de voir, n 79, p AHUA (Bernard), 2005, «La France se taille la part du lion dans l économie ivoirienne», Manière de voir, n 79, p.85 OMBALLA (Magelan), 2004, «La politique africaine de la France : ruptures et continuités», Questions Internationales, n 5, p BALLADUR Edouard, hiver , Interview du président de la commission des affaires étrangères, Politique Internationale, p OKIEMY (Bienvenu), octobre-décembre 2003, «L accord de Linas-Marcoussis : la France de retour», Revue juridique et politiques des Etats francophones, n 4, p KIPRE (Pierre), février 2005, «Houphouët Boigny, le père de la Côte d Ivoire», Histoire, n 295, p FABRE (Clarisse) et TREAN (Claire), 27 octobre 2000, «Avis divergents à Paris et à Washington sur la validité du scrutin», Le Monde SMITH (Stephen), 21 septembre 2002, «Crise financière de l Etat, guerre des chefs et xénophobie ont eu raison du modèle ivoirien», Le Monde SMITH (Stephen), 3 novembre2002, «La France est prise au piège des ambiguïtés de sa politique africaine», Le Monde SMITH (Stephen), novembre 2002, «Côte d Ivoire : la France pousse à une

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 XXXI e SESSION Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 RESOLUTION SUR LES SITUATIONS DE CRISE POLITIQUE DANS L ESPACE FRANCOPHONE Militant pour le respect de la démocratie et de l Etat de droit, la commission

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

------------ -------------

------------ ------------- Ministère d Etat, République de Côte d Ivoire Ministre des Affaires Etrangères Union Discipline-Travail ------------ ------------- ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR CHARLES KOFFI DIBY MINISTRE D ETAT,

Plus en détail

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 04/06/2014

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 04/06/2014 République de Côte d Ivoire Union - Discipline - Travail Porte-parolat du Gouvernement COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 04/06/2014 Le mercredi 04 juin 2014, un Conseil des Ministres s est

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT

Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT «La pensée politique de Barthélémy Boganda peut elle contribuer à la résolution

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie?

Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? SITUATION PROBLEME 1: La loi de réforme des collectivités territoriales de 2010 Problématique : En quoi le parcours d élaboration d une loi est-il un gage de la démocratie? Compétences du socle commun

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME

ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME NATIONS UNIES Opération des Nations Unies en Côte d Ivoire UNITED NATIONS United Nations Operation in Côte d Ivoire ONUCI RAPPORT GENERAL SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES JOURNALISTES THEME LA COUVERTURE

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009 Age 42 Ans Niveau d Etude CAPES Sciences Physiques, Ingénieur Informaticien Statut marital Marié,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2010/493 Conseil de sécurité Distr. générale 24 septembre 2010 Français Original : anglais Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014»

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014» NOTE D ORIENTATION Les «Vendredis de la Commission» sur le Dialogue Afrique UE Première session organisée conjointement par l Union africaine et l ECDPM (Centre européen de gestion des politiques de développement)

Plus en détail

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128)

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) BELGIQUE CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) DECLARATION DE S.E. M. JAN GRAULS AMBASSADEUR REPRESENTANT PERMANENT DE LA BELGIQUE AUPRES DES NATIONS

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Le chef de projet efficace

Le chef de projet efficace Alain Fernandez Le chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain 5 e édition revue et augmentée Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE L évolution générale politique, économique et sociale du monde et le mouvement des idées depuis le milieu du XVIII

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION 2 ANNEXES A LA DELIBERATION 3 1. Fiche-projet 4 FICHE PROJET DU DOSSIER N 12018954 Commission Permanente du 21 novembre 2012 Objet : ANIMATION REGIONALE -ORGANISATION D'UN GRAND RASSEMBLEMENT POUR LA PAIX

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de l égalité femmes-hommes est une priorité de l action

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN

OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE L ESSENTIEL EN OPÉRATION SAUVEGARDE DE LA PLANÈTE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE, 5E CONTRIBUTEUR AU FEM La France est le 5 e contributeur financier et co-initiateur du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM),

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

PRÊT DE SALLES MUNICIPALES AUX ASSOCIATIONS AUBAGNAISES. Pour réunions ou Manifestations exceptionnelles

PRÊT DE SALLES MUNICIPALES AUX ASSOCIATIONS AUBAGNAISES. Pour réunions ou Manifestations exceptionnelles PRÊT DE SALLES MUNICIPALES AUX ASSOCIATIONS AUBAGNAISES Pour réunions ou Manifestations exceptionnelles PREAMBULE La Ville d'aubagne met gratuitement à disposition des associations locales, des salles

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

RENCONTRE DU RESEAU OECUMENIQUE SUR LE TOGO

RENCONTRE DU RESEAU OECUMENIQUE SUR LE TOGO RENCONTRE DU RESEAU OECUMENIQUE SUR LE TOGO BERLIN, RFA, 12-14/12/2012 LE POINT SUR LA SITUATION ACTUELLE AU TOGO ET DANS LA SOUS REGION SUR LA SITUATION AU TOGO La situation politique du Togo a été marquée

Plus en détail

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et QUATRE-VINGT-SEPTIEME SESSION ORDINAIRE DE L ORGANE

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

MARCHE MONDIALE DES FEMMES

MARCHE MONDIALE DES FEMMES RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS MARCHE MONDIALE DES FEMMES Pour clôturer la Marche mondiale des Femmes, nous étions plus de 10,000 personnes à y participer (femmes,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes Secrétariat du Grand Conseil M 1678 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Guy Mettan, Anne-Marie von Arx-Vernon, Béatrice Hirsch-Aellen, Véronique Schmied, Luc Barthassat, Guillaume Barazzone,

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III ICC-02/11-02/11-1-tFRA 01-10-2013 1/10 NM PT ICC-02/11-02/11-1-US-Exp-tFRA 27-12-2011 1/10 NM PT Original : anglais N : ICC 02/11 02/11 Date : 21 décembre 2011 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III Composée comme

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Etude sur les Dynamiques et Capacités de Gestion de Conflits à l ouest de la Côte d Ivoire

Etude sur les Dynamiques et Capacités de Gestion de Conflits à l ouest de la Côte d Ivoire Etude sur les Dynamiques et Capacités de Gestion de Conflits à l ouest de la Côte d Ivoire (le cas des régions du Guémon et du Cavally) Résumé Dans le cadre de l Étude sur les dynamiques et capacités de

Plus en détail

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS Monsieur LABORIE André Le 7 février 2013 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens «Courrier transfert» Tél : 06-14-29-21-74. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org PS : «Actuellement le

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien

Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Naturalisation : Pas facile de devenir Mauritanien Nous faisons toujours du tort aux autres, nous ne faisons pas attention aux nombreux domaines où la critique portée sur eux est également valable pour

Plus en détail

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 23 juillet 2008 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 août 2008 PROJET DE LOI autorisant l'approbation

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè

Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè Michel KAFANDO, Président de la Transition, Président du Faso aux hommes politiques burkinabè «Avec les jeunes, oui tout est possible, sans les jeunes, attention!». i Assises Nationales de la Jeunesse

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 Mise en œuvre de la communication institutionnelle et de la mobilisation sociale dans le cadre de l élection présidentielle de 2015 Objet : Termes

Plus en détail

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 Déclaration de Monsieur Fatiou AKPLOGAN Ministre de l Industrie, du Commerce et de la Promotion

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS

LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS LES REPONSES DE LA LISTE PLACE AU PEUPLE A REIMS DU FRONT DE GAUCHE ET SON PROGRAMME L HUMAIN D ABORD DECLINE POUR REIMS Municipales 2014 31 janvier 2014 Catégories : Non classé Laisser un commentaire

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par NATIONS UNIES Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine MINUSCA UNITED NATIONS United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : DFA1 Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Personnel et législation sociale

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE!

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! Loi N 2013-504 du 14.06.2013 Entreprises en LIQUIDATION JUDICIAIRE NON APPLICATION DE LA LOI SUR LA PORTABILITE GRATUITE DES FRAIS DE SANTE et DE PREVOYANCE Si aujourd

Plus en détail

SITUATION EN CÔTE D IVOIRE AFFAIRE LE PROCUREUR c. LAURENT GBAGBO ANNEXE 71A PUBLIQUE. Liste des annexes publiques

SITUATION EN CÔTE D IVOIRE AFFAIRE LE PROCUREUR c. LAURENT GBAGBO ANNEXE 71A PUBLIQUE. Liste des annexes publiques ICC-02/11-01/11-527-Anx71A 07-10-2013 1/5 RH PT SITUATION EN CÔTE D IVOIRE AFFAIRE LE PROCUREUR c. LAURENT GBAGBO ANNEXE 71A PUBLIQUE Liste des annexes publiques ICC-02/11-01/11 1/5 7 octobre 2013 ICC-02/11-01/11-527-Anx71A

Plus en détail