Mieux affronter les risques en renforçant la résilience

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mieux affronter les risques en renforçant la résilience"

Transcription

1 NFO AEP DU NOUVEAU À L APPROVISIONNEMENT ÉCONOMIQUE DU PAYS / ÉTÉ 2013 Mieux affronter les risques en renforçant la résilience Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral pour l approvisionnement économique du pays OFAE

2 Résilience Mieux affronter les risques en renforçant la résilience Peut-on se préparer à tout? Dans une économie mondialisée, les risques auxquels l approvisionnement est exposé sont variés, complexes et souvent imprévisibles. Pour prévenir les crises quelle que soit leur cause, l AEP vise surtout à renforcer la résilience (résistance) des infrastructures d approvisionnement. Une éruption volcanique permet de tester la résilience de certaines entreprises. En 2012, l éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull abien montré les incidences d une catastrophe naturelle, même sur un pays aussi éloigné que la Suisse. Les nuages de cendres ont fortement perturbé la navigation aérienne et donc la logistique dans une grande partie de l Europe. Il était impossible de livrer àtemps des pièces requises d urgence, ce qui aentraîné des arrêts de la production, notamment dans l industrie automobile. On ne peut guère prévoir une éruption volcanique et il est impossible de l empêcher.les entreprises devraient donc prouver leur capacité de résilience (cf. encadré p. 3) face àtous les sinistres imaginables que l on ne peut souvent ni prévoir, ni empêcher. Une entreprise de logistique opérant dans le monde entier aputester sa résilience lors de l éruption du volcan précité. Grâce àses efforts d anticipation, elle apu poursuivre ses activités alors que l espace aérien était blo- qué, ne perdant aucun client. L entreprise s était en effet préparée à une éventuelle paralysie de certains modes de transport et apuopter pour la route au lieu des airs. Elle adonc garanti un flux constant de marchandises, acheminées à un rythme plus lent. Ainsi, face à un événement exceptionnel, une prévention adéquate et une réaction rapide sont deux indicateurs de la résilience d une entreprise. Les trois approches suivantes contribuent àrendreune entreprise résiliente :gestion des risques, gestion de la continuité des activités et gestion des crises (cf. encadré p. 4). Mais peut-on appliquer le concept de résilience à l approvisionnement du pays? 2 INFO AEP ÉTÉ 2013

3 Résilience et approvisionnement du pays Pour l AEP, la résilience n est pas une nouveauté :il doit prévoir les moyens adéquats pour réagir face à une crise. Son instrument par excellence est le stockage stratégique de biens vitaux. Utilisées au bon moment, les réserves obligatoires peuvent servir de stocks tampons permettant de combler un sous-approvisionnement imprévisible. Les réserves stratégiques sont donc un facteur de résilience en gestion de la continuité, car elles visent à empêcher qu une crise ne survienne. En libérant les stocks obligatoires, on apaise le marché, quelle que soit lacause de la perturbation. Personne ne pouvait prévoir qu une grève àmarseille en 2010 aurait des incidences sur la circulation aérienne en Suisse. En fait, les grévistes bloquaient l alimentation d un pipeline desservant Genève. Comme on a pu puiser dans les réserves stratégiques sans devoir se référer à une cause spécifique, on aévité en temps utile un sous-approvisionnement en kérosène à l aéroport de Cointrin. En été 2012, on a aussi pu éviter une crise lorsqu un groupe pharmaceutique a stoppé la production d un certain antibiotique dans toute l Europe. On a pu compenser le manque en puisant dans les stocks stratégiques de cet antibiotique. Une grève ou une production stoppée ont des conséquences sur l approvisionnement du pays, mais on peut imaginer d autres causes aux effets identiques, comme un conflit dans un pays exportateur de pétrole ou la faillite d un géant pharmaceutique. Là aussi, le recours aux stocks obligatoires aurait garanti larésiliencedecertaines prestations en navigation aérienne et en santé publique. Intervenir au bon moment Selon la loi en vigueur, on ne libère des réserves obligatoires qu en réaction àune pénurie. Mais cela pose un problème :dans une économie mondialisée, les dégâts entraînés aupoint culminant d une crise sont énormes. La loi révisée sur l approvisionnement du pays (cf. article p. 7) prévoit donc la possibilité d épauler bien plus tôt le secteur privé. Qu entendons-nous par résilience? Le mot résilience, qui vient du latin resilientia, était à l origine un terme utilisé en physique pour caractériser la résistance au choc. Son champ sémantique s est ensuite étendu à la psychologie et à l écologie. En économie, la résilience exprime la capacité d un système, d un organisme ou d une société à résister à des perturbations internes ou externes, en restant autant que possible opérationnel voire en récupérant vite ses fonctionnalités. Les entreprises résilientes présentent trois caractéristiques :1)Grâce àune bonne gestion de risques, il est peu probable que des sinistres ysurviennent. 2) Si toutefois cela arrive, elles peuvent circonscrire les dommages grâce àdes mesures préventives. 3) Si ces dommages sont malgré tout importants, elles peuvent maîtriser les sinistres grâce àune gestion de crise efficace. On peut encourager ces trois critères de résilience en prônant une gestion ciblée (cf. encadré p. 4). Accroître la résilience des infrastructures Comme l économie privée, l AEP acompris l importance de gérer la continuité des activités, pilier de la résilience. Cette approche a été retenue pour garantir les infrastructures etservices jugés critiques. Là, ledéfi lancé est clair : si l on peut facilement stocker des marchandises (kérosène ou médicaments), comment renforcer la résilience des infrastructures? Au début des années 1990, on a innové pour garantir l approvisionnement en eau potable (cf. encadré p. 5). Cette idée de résilience aété développée pour être étendue àd autres secteurs, comme les télécoms. Dans une économie mondialisée, les dégâts entraînés au point culminant d une crise sont énormes. INFO AEP ÉTÉ

4 Résilience Normes de sécurité communes pour accroître la résilience de l approvisionnement en électricité (Swissgrid Control). Renforcer la résilience dans les télécoms L AEP crée les conditions pour que l économie privée garantisse notre approvisionnement en cas de crise cela vaut aussi pour les infrastructures et services critiques. Comme pour les biens, la clé de la résilience consiste à mettre en place une gestion de la continuité et des crises. L AEP aide le secteur privé àrenforcer la résilience des services vitaux. Prenons l exemple des télécoms : ses entreprises savent qu elles doivent se protéger en instaurant une gestion de la continuité et des crises taillée sur mesure. S il existe une norme de sécurité commune, c est un atout pour la branche. L AEP aconcentré ses efforts sur ce point :ilalancé une norme commune, offrant ainsi une plus-value aux télécoms. L Association suisse des télécommunications (asut) et le domaine ICT-I ont élaboré une recommandation proposant des normes BCM à toutes les entreprises de télécoms. Ainsi, on apuunifier le niveau de sécurité. Mais que faire si, malgré les mesures préventives adoptées par les entreprises, le réseau des télécoms était paralysé? La résilience en trois étapes 1) gestion des risques : réduire la probabilité de survenance et l étendue des sinistres. Les entreprises prennent des mesures pour réduire leur exposition au risque. 2) gestion de la continuité des activités : on empêche la crise de survenir. Si les entreprises peuvent réduire les risques auxquels elles sont exposées, certains (comme une éruption volcanique) échappent à leur contrôle. La gestion de la continuité des activités (en anglais Business Continuity Management, BCM) implique un plan B, permettant à l entreprise de tourner malgré tout. 3) gestion des crises : maîtriser rapidement une crise, si elle devait malgré tout survenir. Si, malgré les mesures prises, une crise survient, on s attaquera à ses causes (par ex. perturbations techniques) et circonscrira les sinistres. Il n est guère possible de contrer, par une gestion des risques, des perturbations de l approvisionnement le plus souvent déclenchées en dehors de notre sphère d influence. De ce fait, l AEP mise sur une gestion de la continuité et des crises à instaurer dans les domaines cruciaux. Front commun pour maîtriser les crises Maîtriser une perturbation des télécoms àlarge échelle, ce n est pas l affaire d entreprises isolées, mais un devoir collectif. Mais, pour que des concurrents fassent front commun lors d une crise, il faut un intermédiaire neutre. Interface entre l administration et le secteur privé, l AEP apporte une contribution importante àlarésilience dans les télécoms :ilimplique les entreprises d importance systémique (Swisscom, Orange, Sunrise et Cablecom) dans une gestion des crises àl échelle nationale. La cellule de crise CRTT (Crisis Reaction Team Telecom) peut maîtriser une situation d urgence. Elle pourrait alors décider de privilégier la téléphonie, qui aurait donc priorité sur d autres applications comme la transmission audio ou vidéo en direct. Cela délesterait ainsi le réseau en bloquant les échanges de données qui sollicitent fortement la bande passante et garantirait la communication d urgence. L échange indispensable d informations entre les décideurs du public et du privé est garanti par l AEP. Dans une convention d entraide, on a retenu les bases d une gestion commune delacontinuité etdes crises. Elle implique que, lors d une crise, des entreprises concurrentes s entraident. L AEP vérifie régulièrement ces bases pour les actualiser, soutenue par la branche. 4 INFO AEP ÉTÉ 2013

5 Electricité :maîtrise des risques en aval Il faut àtout prix garantir le réseau des télécoms, mais aussi l approvisionnement en électricité. Une longue panne de courant, à large échelle, aurait de graves impacts sur toutes les branches de notre économie. Or le potentiel de crise a augmenté :notre approvisionnement en courant dépend de systèmes qui pilotent les réseaux de distribution d électricité. Or ils reposent sur les technologies de l information etdelacommunication (TIC). Dans le pire des cas, des pannes ou perturbations dans les TIC peuvent entraîner un véritable black-out. Pour garantir le bon fonctionnement du réseau électrique, il faut renforcer la résilience des systèmes TIC que l on sait vulnérables. A cet effet, l AEP a lancé une recommandation, élaborée de pair avec l Association des entreprises électriques suisses (AES). Cette recommandation oblige les entreprises de la branche Résilience et eau potable Dès 1991, l AEP a renforcé la résilience d une infrastructure clé : celle de l approvisionnement en eau potable. L ordonnance (RS ) alors élaborée par l AEP misait déjà sur une gestion de la continuité. Ainsi, les cantons et les communes doivent faire des préparatifs pour éviter une pénurie d eau potable, par exemple en se branchant sur le réseau (intact) d une commune voisine. àadopter des normes communes de sécurité. Ainsi, les systèmes de pilotage des réseaux s ils sont jugés critiques doivent être doublonnés et exploités par des serveurs situés dans des endroits différents. En outre, l AES forme les spécialistes chez les fournisseurs d électricité «Il faut se protéger contre les cyberattaques.» Werner Meier est le chef Group Security &Business Continuity Management du groupe énergétique Alpiq et dirige le domaine énergie de l AEP à titre accessoire Comment renforcer la résilience de l approvisionnement suisse en électricité? Grâce à son bon maillage, notre approvisionnement en électricité est déjà stable en soi. La résilience est toutefois entravée par la forte utilisation du réseau et sa volatilité accrue. Il faut donc contrôler et piloter en continu et donc recourir aux technologies de l information et de la communication (TIC). Les systèmes doivent être conçus de sorte qu une panne de certains composants n impacte pas le fonctionnement du réseau. Acet effet, tous les exploitants se sont accordés sur une norme. La protection contre les cyberattaques prend de l importance. En outre, il faut gérer le courant lors d une pénurie. Cela incombe au domaine énergie de l AEP, avec OSTRAL comme organisation d exécution. Les TIC sont-elles le maillon faible de l approvisionnement en électricité? N exagérons pas!mais elles sont une composante importante et requièrent de tous les acteurs qu ils aient une gestion identique de la continuité. Et il yaune dépendance réciproque : sans électricité, les TIC ne fonctionnent pas non plus. C est pourquoi la branche a anticipé en préparant des plans d urgence. C est d ailleurs une prévention intelligente, à recommander à toutes les entreprises dont les processus ne doivent pas être interrompus! Comment mettez-vous en œuvre la gestion de la continuité des activités dans votre entreprise? Nous opérons à trois niveaux :la sécurité intégrale est pilotée de façon centralisée, garantie par la hiérarchie et vécue par tous les collaborateurs. Le réseau de sécurité Alpiq est constitué de responsables des divers aspects de la sécurité et de supérieurs chargés des opérations. Pour réduire les risques liés aux processus critiques, on a fixé des mesures et les amises en œuvre. Pour maîtriser les risques résiduels, il existe des organisations d urgence, par ex. pour évacuer les locaux ou lors d un incident dans une centrale ou d une panne informatique. Si l on ne peut plus lancer les processus critiques ou si l entreprise est menacée dans sa globalité, on active la cellule de crise. INFO AEP ÉTÉ

6 Résilience «Lors d une crise, on accroît la résilience en s entraidant.» René Jenny est le président de Pharmalog en Suisse et de son équivalent à l échelle européenne (GIRP), tout en étant président et administrateur délégué d Interdelta SA. Comment les grossistes répartiteurs garantissent-ils que, même lors d une crise, les médicaments parviennent aux pharmacies, cabinets médicaux et hôpitaux? Les problèmes de livraison et les ruptures de stock évoqués pour les médicaments ont diverses causes. Nous observons le marché, échangeons des informations au sein du GIRP (groupement international de la répartition pharmaceutique) en Europe, mais aussi avec de nombreuses autres associations. Les ruptures de stock peuvent être dues aux sites de production, à une raréfaction des substances actives, voire à des facteurs politiques. Pour maîtriser ce genre de crises, il faut des approches pragmatiques :constituer des réserves (substances actives et médicaments), bien se coordonner avec les autorités de régulation, actualiser les modèles de pronostics et mettre sur pied un système d alerte précoce avec tous nos partenaires dans la chaîne d approvisionnement. Comment la convention d entraide des grossistes répartiteurs lancée par l AEP contribue-t-elle à la résilience de l approvisionnement en médicaments? On accroît la résilience de l approvisionnement en produits thérapeutiques si les grossistes répartiteurs conviennent de s entraider lors d une crise. Si l une des entreprises ne peut plus alimenter le marché en médicaments, une autre intervient pour combler le déficit en ressources (produits thérapeutiques, capacités de transport, TIC ou main-d œuvre). Une gestion commune de la continuité et des crises implique des mesures préventives et la constitution d une organisation de crise. Comment peut-on déceler les points vulnérables de la chaîne de livraison? Les négociants pharmaceutiques se sont toujours efforcés d éliminer les maillons faibles de la chaîne d approvisionnement. En l occurrence, les inspections de Swissmedic sont d une grande aide et constituent une base solide. Pour optimiser la chaîne d approvisionnement, il faut investir dans les systèmes de sécurité destinés à lutter contre les médicaments falsifiés, mais il faut aussi garantir l énergie, les transports et d autres composants àpréserver. pour être sûre que, dans ces entreprises, les normes de sécurité intègrent systématiquement les mesures prônées par cette recommandation. Cette autoréglementation de la branche électrique, lancée par l AEP, a l avantage de ne pas générer de coûts déraisonnables. Pour renforcer la résilience, il importe que les secteurs privé et public œuvrent de concert. Le privé doit garder sa marge de manœuvre Pour renforcer la résilience dans une branche, il est primordial que les secteurs privé et public œuvrent de concert. On peut ainsi trouver des solutions praticables pour renforcer la résilience des infrastructures et services critiques ce dont profite tout le site industriel sans réglementer outre mesure dans la branche concernée. Grâce àses liens étroits avec le secteur privé, l AEP contribue substantiellement à garantir notre approvisionnement. n 6 INFO AEP ÉTÉ 2013

7 En bref Nouvelle loi :une évolution plutôt qu une révolution En février dernier, le Conseil fédéral a ouvert la procédure de consultation sur la révision totale de la loi fédérale sur l approvisionnement économique du pays (LAP). La loi actuelle, datant de 1982, ne répond plus aux exigences d une prévention moderne des crises et doit être dépoussiérée. La révision vise notamment àaccroître la résilience des infrastructures d approvisionnement. L AEP devra se concentrer de plus en plus sur une tâche :contribuer à renforcer cette résilience, avant même que l approvisionnement ne soit perturbé. Cela concerne surtout les télécommunications, la logistique des transports ou les réseaux électriques. Les exploitants d infrastructures jouant un rôle clé pour l approvisionnement de la Suisse devraient d ores et déjà veiller à ce qu elles puissent fonctionner lors d une crise. En révisant la loi, l AEP poursuit un double objectif : gérer la continuité des activités et les crises au plus près des pratiques prônées dans les entreprises clés pour l approvisionnement tout en axant cette gestion sur les besoins de notre économie. L AEP doit créer des instruments permettant d impliquer, grâce à des mesures techniques et organisationnelles ciblées, les exploitants d infrastructures (par ex. fournisseurs d électricité) et les prestataires de services(par ex. en télécoms ou logistique) dans la prévention obligatoire des crises. Il veillera ainsi àceque les entreprises d importance systémique continuent d assumer leur fonction, àsavoir approvisionner le pays en biens et services vitaux, même lorsque les marchés sont perturbés. Ainsi, dans certains domaines, les entreprises considérées comme problématiques par l AEP devraient s engager à prendre des mesures préventives (par ex. dans les transports :certains lieux de transbordement des marchandises et les processus critiques dans la logistique des produits thérapeutiques). Grâce à la révision, on pourra aussi élargir à tous les autres prestataires les accords d entraide passés par des leaders au sein d une branche, dès lors qu ils visent à contrer les crises d approvisionnement. La procédure de consultation s achevait le 31 mai. On est en train d étudier les prises de position. Pour de plus amples informations sur la révision de la loi sur l approvisionnement du pays, veuillez consulter notre site n Objectif :rendre les infrastructures d approvisionnement plus résistantes aux crises, par ex. en pharmaco-logistique. Nouveau chef du domaine énergie Depuis le 1 er janvier dernier, Werner Meier dirige le domaine énergie. Ingénieur diplômé de l EPFZ et formé en management àlaharvard Business School de Boston, W. Meier a une longue expérience dans le secteur des télécoms, de l informatique et de l énergie. Il dirige actuellement le Group Security & Business Continuity Management chez Alpiq. D octobre 2003 àdécembre 2012, il dirigeait la section énergie du domaine ICT-I àl AEP. Parmi les mérites de W. Meier, il faut souligner le rôle clé qu il ajoué enlançant et élaborant larecommandation de branche ICT-Continuity. Les mesures prises ainsi garantissent un fonctionnement stable des TIC pilotant le réseau électrique (cf. article p. 5). Nous souhaitons àw.meier beaucoup de plaisir dans ses nouvelles fonctions. n INFO AEP ÉTÉ

8 Commentaire Echos du monde Marcel von Vivis Préparer l avenir? «L avenir ne se prévoit pas, il se prépare.»même 2500 ans après Périclès, ces mots restent d actualité. L évolution fulgurante des TIC implique de grandes chances, mais aussi des risques. L Association suisse des télécommunications (asut) mise donc, avec l AEP, sur des réseaux de communication résilients. C est particulièrement important, car les pannes de TIC sielles se propagent rapidement et en cascade nelaissent qu une faible marge de manœuvre lors d une crise. Vu l interconnexion accrue des diverses infrastructures, les pannes de certains composants peuvent avoir une incidence sur la sécurité de tout l approvisionnement. Pour maîtriser ces vulnérabilités, nous devons avoir une approche globale, car les prestations TIC jouent un rôle crucial dans d autres branches de l économie. Non seulement la branche TIC, mais les bénéficiaires de prestations dans d autres secteurs doivent être conscients des nouveaux défis :ils doivent s assurer que les prestations TIC obtenues sont disponibles et sûres, même lors d une crise. La stratégie du domaine ICT-I tient compte du rôle clé de TIC résilientes pour l approvisionnement. La collaboration avec des offices et associations est cruciale pour mettre en œuvre cette stratégie. Ainsi, l asut met deux experts à la disposition de l AEP :ils seront impliqués dans le projet pour cerner les entreprises TIC d importance systémique. En outre, la responsabilité de chaque domaine de l AEP sera renforcée. Dorénavant, chacun devra désigner ses propres experts en TIC qui collaboreront avec le domaine ICT-I afin d accroître la résilience des infrastructures critiques. Marcel von Vivis, Head of Group Insurance &Security Swisscom et chef du domaine ICT-I de l AEP Impressum Editeur :Office fédéral pour l approvisionnement économique du pays Belpstrasse 53, 3003 Berne, tél Photos : Prisma Bildagentur AG, swissgrid, Galenica (Jean-Jacques Ruchti) n Des risques sous-évalués Selon le baromètre 2013 des risques établi par Allianz, les entrepreneurs considèrent que leur plus gros risque serait un arrêt de la production. De nombreux processus de fabrication sont vulnérabilisés par les flux tendus et les concentrations du marché. On sous-évalue encore les risques de pannes d électricité ou de cybercriminalité. Les incendies et dégâts des eaux restent des risques très présents.mais on imagine moins que les pannes informatiques peuvent être déclenchées par des hackers ou des coupures de courant. Risque d effondrement Dirk Helbing, chercheur à l EPFZ, met en garde contre l effondrement des réseaux. La dépendance de réseaux mondiaux aussi complexes qu instables peut entraîner crises financières, conflits ou pannes de courant. Les réseaux complexes ne se comportent souvent pas comme on l attendrait. Certaines pannes pourraient se propager par hasard, entraînant des catastrophes par effet domino. Très chers aliments Selon l OCDE et la FAO, la demande croissante d aliments dans les pays émergents va pousser les prix vers le haut dans les dix ans àvenir. Certes, les experts estiment que l approvisionnement en biens agricoles satisfera la demandemondiale. Mais une grande sécheresse comme en 2012, conjuguée à de maigres stocks alimentaires, pourrait faire grimper de 15 voire 40 % les prix sur les marchés mondiaux. Gaz naturel :consommation en hausse Les ventes de gaz naturel en Suisse se sont élevées, l an dernier, à quelque 38 milliards de kilowattheures (kwh). La hausse de presque 10 %est due àdes températures plus fraîches, àdenouveaux clients raccordés et une consommation légèrement accrue dans l industrie. Combattre les résistances aux antibiotiques En Suisse aussi, les agents pathogènes sont de plus en plus résistants à certains antibiotiques importants. Les offices fédéraux concernés ont déjà mené des travaux à ce sujet. La Confédération veut recadrer la lutte contre les résistances aux antibiotiques en lançant un vaste programme national. L objectif est d élaborer des mesures concrètes : suivi de la situation, recours rationnel aux antibiotiques, voire stopper l apparition de maladies dues à des germes résistants.

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Prévention des risques: des experts vous conseillent

Prévention des risques: des experts vous conseillent Prévention des risques: des experts vous conseillent Bienvenue Est-il important pour vous de prévenir les risques et assurer par là-même la durabilité de votre entreprise? Est-il important pour vous de

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Swisscom centre de calcul Wankdorf

Swisscom centre de calcul Wankdorf Swisscom SA Centre de calcul Wankdorf Stauffacherstrasse 59 3015 Berne www.swisscom.ch Swisscom centre de calcul Wankdorf L avenir sous le signe de la réussite Le centre de calcul de Swisscom au Wankdorf

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Continuité des opérations

Continuité des opérations Continuité des opérations Cycle de gestion Groupe Conseil GSR 2 Prévention Groupe Conseil GSR 3 Préparation Groupe Conseil GSR 4 Rétablissement Groupe Conseil GSR 5 Intervention Groupe Conseil GSR 6 Leadership

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE Le BILAN CARBONE Toute activité industrielle, tertiaire et agricole émet, directement ou indirectement, des gaz à effet de serre ayant pour conséquence de contribuer

Plus en détail

La cyberdéfense : un point de vue suisse

La cyberdéfense : un point de vue suisse La cyberdéfense : un point de vue suisse UNIDIR - Séminaire Cybersécurité et conflits 19.11.12, Palais des Nations Gérald Vernez Del CdA CYD NON CLASSIFIE Un gros potentiel de dommages Financiers Pertes

Plus en détail

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information.

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information. Plan d intervention d urgence en cas d attaque contre les systèmes d information ou de faille technique des systèmes d information «PIU Cyber» (version publique) Ministère d État Ministère de l Économie

Plus en détail

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions Octobre 2006 La pratique de la gestion des risques en entreprise devient plus cruciale et plus complexe de jour en jour. Les entreprises doivent

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Sans données mesurées, rien n est possible!

Sans données mesurées, rien n est possible! Sans données mesurées, rien n est possible! Des exigences élevées sont posées aux gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion des données mesurées 2009 sera l année de la nouveauté pour

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Gestion des risques en stérilisation

Gestion des risques en stérilisation Gestion des risques en stérilisation 1. Définition de base AMDEC: Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité. 2. Type d AMDEC : domaine d application L AMDEC procédé L AMDEC

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario STRATÉGIE Révisée le 2 juin 2009 PAGE 1 DE 5 Remerciements L équipe du Programme de protection des infrastructures essentielles de

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Service : Maintenance professionnelle et durable de votre bâtiment

Service : Maintenance professionnelle et durable de votre bâtiment Service : Maintenance professionnelle et durable de votre bâtiment Cofely l efficacité énergétique en action. 450 Plus de 20 8760 spécialistes sont quotidiennement au service de nos clients. sites sont

Plus en détail

Note d orientation 2009-2014

Note d orientation 2009-2014 Note d orientation 2009-2014 medias Ingrid Lieten Vice-Ministre-Présidente du Gouvernement flamand et Ministre flamande de l Innovation, des Investissements publics, des Médias et de la Lutte contre la

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Canon Business Services. Service BPO de contrôle de documents

Canon Business Services. Service BPO de contrôle de documents Canon Business Services Service BPO de contrôle de documents Aperçu du marché Le marché Que ce soit dans le secteur de l industrie, de l ingénierie, du BTP ou de l énergie, un nombre sans cesse croissant

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

OSTRAL Mandat et statut

OSTRAL Mandat et statut OSTRAL Mandat et statut Dieter Reichelt, responsable OSTRAL 12 décembre 2013 Programme 1. Situations de pénuries d électricité 2. Organisation d exécution AES/OSTRAL 3. Bases légales 4. Mandat d OSTRAL

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

Talents Office Top Namur

Talents Office Top Namur Talents Office Top Namur Ne cherchez plus, nous avons trouvé LE talent! N hésitez pas à nous contacter afin de pouvoir fixer un rendez-vous avec ces candidats! Vous pouvez nous joindre par téléphone au

Plus en détail

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet Business Optimising Consulting Group Présentation du cabinet Qui sommes-nous Business Optimising Consulting Group, est un cabinet de conseil en organisation et management Développé par une équipe de management

Plus en détail

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA CLIENTS INDUSTRIELS David von Ow Directeur ElectroLAN SA La concurrence globale nous place chaque jour devant de nouveaux défis. Seul celui qui sait se concentrer sur son métier de base réussit à faire

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

Dossier Spécial BIG DATA, UN MARCHÉ EN FORTE CROISSANCE

Dossier Spécial BIG DATA, UN MARCHÉ EN FORTE CROISSANCE Dossier Spécial BIG DATA, UN MARCHÉ EN FORTE CROISSANCE L place au cœur des SI. es applications de type Big Data se déclinent dans tous les secteurs d activité. Pour améliorer la connaissance client ou

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Canon Business Services. Gestion des impressions

Canon Business Services. Gestion des impressions Canon Business Services Gestion des impressions 2 Gestion des impressions Aperçu du marché Le saviez-vous? Selon une étude IDC réalisée en 2012, la dépense globale en marketing et communication ne progressera

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques Loïza Rauzduel, Chargée de projet Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) Conférence ICFC, Espace Régional

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

La compétence et l expérience à votre service

La compétence et l expérience à votre service Industrie www.hdi-gerling.ch HDI-Gerling Suisse La compétence et l expérience à votre service 2 Notre engagement Notre engagement 3 Spécialisés en assurance d entreprises Chez nous, vous êtes entre de

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011 DIAGNOSTIC EXPORT Mode d emploi 17 février 2011 I.Introduction 1. 1. Les avantages de l export 2. 2. Les défis de l export 3. 3. Qu est ce qu un «Diagnostic Export»? II. Analyse de l entreprise 1. 1. Une

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Comité de concertation en entreprises (CM) 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2009-09-14 Table des matières Section 1 : p. 2 sur 7 Table des matières RÉFÉRENCE TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Profil santå et hygiçne du milieu

Profil santå et hygiçne du milieu Faire des Ävaluations de l impact sur l environnement Älaborer un plan de gestion de projet pour l Åtude d Åvaluation des råpercussions des amånagements proposås, des changements Ñ apporter au fonctionnement

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT Des processus de bureau respectueux de l environnement grâce au recours à un système moderne de gestion des documents Utilisation de matériaux respectueux de

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

Benchmarking des fournisseurs d électricité l'essentiel en bref

Benchmarking des fournisseurs d électricité l'essentiel en bref Benchmarking des fournisseurs d électricité l'essentiel en bref Le projet Dans le cadre du programme SuisseEnergie, l Office fédéral de l énergie (OFEN) a mandaté INFRAS et Brandes Energie pour développer

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Big data et protection des données personnelles

Big data et protection des données personnelles Big data et protection des données personnelles Séminaire Aristote Ecole Polytechnique 15 octobre 2015 Sophie Nerbonne Directrice de la conformité à la CNIL La CNIL : autorité en charge de la protection

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Activité de mobilisation de l industrie

Activité de mobilisation de l industrie Activité de mobilisation de l industrie CONSULTATION SUR LES SOLUTIONS D INFORMATIQUE EN NUAGE EN578 151297/A Le 13 novembre 2014 Hôtel Delta, Ottawa. Règles d exonération Cette présentation contient de

Plus en détail

Solution de gestion des journaux pour le Big Data

Solution de gestion des journaux pour le Big Data Solution de gestion des journaux pour le Big Data PLATE-FORME ÉVOLUTIVE D INFORMATIONS SUR LES JOURNAUX POUR LA SÉCURITÉ, LA CONFORMITÉ ET LES OPÉRATIONS INFORMATIQUES Plus de 1 300 entreprises de secteurs

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

Technical Facility Management. Nous créons l énergie pour vos processus-clés.

Technical Facility Management. Nous créons l énergie pour vos processus-clés. Technical Facility Management. Nous créons l énergie pour vos processus-clés. Solidité, durabilité, efficacité énergétique, disponibilité et sécurité sont des objectifs communs à tout propriétaire d installations

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

L e-commerce, tout le monde en parle. Pas moi je le pratique...

L e-commerce, tout le monde en parle. Pas moi je le pratique... L e-commerce, tout le monde en parle. Pas moi je le pratique... ...grâce au portail nexmart en ligne, c est tout simplement plus rapide. Le portail de commerce en ligne nexmart est devenu la solution privilégiée

Plus en détail

NON CLASSIFIÉ. La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement

NON CLASSIFIÉ. La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement 0 Gestion des urgences et Sécurité publique Canada Sécurité publique Canada (SP) a été créé en 2003. Fusion de la sécurité

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

L OSAV L OSAV L Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) est le centre de compétence de la Confédération dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la nutrition,

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Dossier OF-EP-Gen-NSD-RSRF 0101 Le 6 octobre 2014 Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Exigences de dépôt relatives aux forages extracôtiers dans l Arctique canadien de l

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail