GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE"

Transcription

1 POUR QUE VOTRE ENTREPRISE PROGRESSE ET CRÉE DE LA VALEUR NOS PUBLICATIONS GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE PAR SYLLA BA OUSMANE, EXPERT ONUDI EN DIAGNOSTIC STRATEGIQUE DIRECTEUR ASSOCIE DE MS INTER, CABINET DE CONSEIL EN STRATEGIE & ORGANISATION MS INTER Tel : Fax :

2 Gérer une entreprise dans le chaos de la crise post-électorale de la Côte d Ivoire. Par SYLLA Ba Ousmane Cet article m a été inspiré par le désarroi et le sentiment d impuissance d entreprises de plus en plus nombreuses face à la persistance et à l amplification des conséquences financières et économiques de la crise postélectorale ivoirienne. Pour nombre d entreprises cet article sera d un recours limité, tant elles sont frappées de plein fouet et tant leur pronostic vital est irrémédiablement engagé. Il est également possible qu au moment de la parution de l article, la situation se soit tant dégradée que tout ou partie des préconisations ne soient plus d actualité. Quoiqu il en soit cette crise est sans précédent en Côte d Ivoire et même dans le monde dans certains de ses aspects. Est-ce pour autant qu il n est pas possible de la contenir à défaut de la gérer? Aussi insolite que soit la situation, elle demeure du domaine de l intelligence humaine et de l extraordinaire capacité d adaptation des hommes. Avant de partager mes convictions sur ce qu il y a lieu de faire en cette période de chaos (certaines proviennent d observations faites de bonnes pratiques déjà en cours dans certaines entreprises), il est utile de parcourir rapidement les principales manifestations de cette crise postélectorale qui secoue et étouffe lentement mais sûrement l économie du pays. Comment la crise se manifeste. Les principales manifestations de la crise sur l économie ivoirienne sont : - La baisse drastique et plus ou moins importante (selon les secteurs d activité) du niveau d activité des entreprises. Certains secteurs sont quasiment sinistrés tant le niveau d activité s est affaissé ; parmi les secteurs les plus touchés on peut citer ceux liés: o o o o Au tourisme et à l hôtellerie. Au transport et à la logistique aussi bien aérien, maritime, terrestre dès lors qu il est transfrontalier et même inter urbain. Au secteur bancaire. A la filière du café & cacao touchée par l embargo décrété par un des protagonistes de la crise postélectorale. 2

3 o Les secteurs des biens d équipement durable (véhicule, électroménager, ) et des biens d investissement qui sont touchés du fait du sentiment d incertitude ressentie par le marché, qui se faisant, gèle toutes les dépenses d équipement et d investissement. Néanmoins, il convient de noter que certains secteurs comme la presse quotidienne ont connu une embellie avec la crise. Mais ces secteurs finiront par être également touchés tant il me semble improbable de prospérer durablement dans ce chaos avec un business normal. - Le dérèglement du système bancaire, la raréfaction de la liquidité, les difficultés à trouver des financements et la perturbation du financement des transactions internationales. - L accroissement exponentiel du risque client se matérialisant par l insolvabilité financière et aussi pour la montée en puissance du nombre de clients se découvrant une vocation de mauvais payeurs. - L insécurité administrative, le risque de racket et d abus d autorité. En effet en cette période, le sentiment de légitime défense et de situation exceptionnelle peut amener les protagonistes de la crise à prendre des dispositions discrétionnaires et de sauvegarde de l intérêt national écorchant les dispositions juridiques courantes. Cette insécurité administrative est renforcée par le risque de racket et d abus d autorité dont certains éléments incontrôlés peuvent se rendre coupables impunément. - Les difficultés logistiques aussi bien au niveau du transport interne qu au niveau des opérations d import-export pour cause d embargo et/ou d explosion du risque pays. Les sanctions internationales frappant les deux plateformes portuaires du pays perturbent particulièrement la capacité d importation et d exportation des opérateurs économiques. Au point où les entreprises fortement dépendantes de l étranger et/ou des ports pour leurs approvisionnements ou pour leurs débouchés sont particulièrement affectées. - La perturbation des importations fait peser un important risque d indisponibilité sur des fournitures essentielles comme l électricité, le carburant, les produits pharmaceutiques,.. et même certaines denrées alimentaires comme le riz. - Il s ensuit une inflation sur les denrées et biens de première nécessité à prix libéralisé. Les budgets popote des foyers sont malmenés par les augmentations de prix pouvant atteindre 50% comme c est le cas de la viande, du gaz butane et de l oignon. - Les effets d un bicéphalisme au sommet de l état (ordres et instructions contradictoires) aux effets particulièrement dévastateurs; les entreprises ne sachant à quelle autorité se soumettre se retrouvent entre le marteau et l enclume. Au total, toutes les entreprises sont fortement perturbées dans leur fonctionnement et ont une visibilité extrêmement réduite. Elles constatent qu elles sont dans une zone de tous les dangers où toutes les limites ont volé en éclat. D où l intérêt de disposer de quelques pistes pour amortir le choc de la crise. 3

4 Pistes pour amortir le choc et survivre à crise Par temps de crise de forte amplitude, les marges de manœuvre sont extrêmement réduites et la moindre erreur peut être fatale. Se mettre en mode survie et naviguer en conséquence est un impératif vital pour toutes les entreprises. Gérer serré et au plus prêt est le maître mot. Mon observation de la pratique des entreprises qui s en sortent le mieux (pour ne pas dire qui ont réussi à limiter les dégâts) jusqu à présent et ma propre réflexion m ont fait dégager cinq impératifs dont la pratique peut rallonger le délai de survie des entreprises prises dans le piège du chaos de la crise postélectorale de Côte d Ivoire. Pour autant, il ne faut pas rêver, il n y a pas de solution miracle qui permettrait d annihiler ou de contrecarrer les effets néfastes de cette crise ; aucune entreprise ne sera épargnée. Il n existe pas non plus de remèdes universels applicables à toutes les entreprises. Certaines préconisations peuvent ne pas être opérationnelles pour certaines entreprises et même pour certains secteurs d activité. Dans bien des cas, il s agit de tenir le plus longtemps possible dans l espoir que la situation se normalise le plus vite possible. Mes préconisations n ont d autre prétention que d atténuer (autant que faire) l impact du choc lorsque cela est possible. Impératif N 1: Inversez votre rapport au cash. Vous avez intérêt à radicalement et rapidement modifier votre rapport au cash pour plusieurs raisons en cette période. D abord, les entreprises disposant de réserve de liquidité accessible ont une longévité et un potentiel de survie plus important. Contrairement à la doctrine admise, il est conseillé de disposer d une réserve confortable de cash en liquide (à moins de pouvoir, comme certaines filiales de multinationales, effectuer ses opérations de règlement et d encaissement en dehors du pays). Bien entendu, cette précaution expose aux risques liés à la détention de liquidité. Mais de deux maux, on choisit le moindre. Et cela s apprécie au cas par cas. Ensuite, vous avez intérêt à disposer de cash, parce que les banques réduisent leur voilure et leur risque lorsqu elles n ont pas purement et simplement suspendu leurs activités pour cause de raréfaction de la liquidité. Les fournisseurs sont tout aussi regardants et ont tendance à exiger des délais de règlement plus court voire le règlement comptant-espèce. Ne pas disposer de cash dans cette période réduit d autant les chances de survie de l entreprise en cette période de crise. L entreprise aura donc intérêt à exiger le règlement cash à ses clients non seulement pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi parce que le risque client a littéralement explosé. A cet effet, disposer de comptes dans plusieurs banques de réseau présente plusieurs avantages visant à atténuer les effets du désordre bancaire et financier actuel dont le moindre n est pas de soustraire votre entreprise des compensations interbancaires. Ainsi faut-il demander aux clients admis au règlement par chèque de tirer leurs chèques sur la banque appartenant à un réseau où l entreprise a un compte. De ce point de vue, ouvrir un compte dans les banques à capitaux majoritairement publiques présente un intérêt en cette période ; plus pour réduire les encaisses de liquidité et moins pour effectuer des transactions bancaires. Mais au fur et à mesure que les principales banques de réseau fermeront, cet avantage s émoussera. Maintenant que de nombreuses banques suspendu leur activité, vous aurez intérêt à exiger du cash à vos clients. 4

5 Disposer de cash enfin parce qu en période de crise, pour plusieurs raisons (baisse du niveau d activité, tendance à la flambée des prix des entrants, pendant que les clients sollicitent des baisses de prix, ), l entreprise a intérêt à réduire ses coûts. A cet effet, payer au comptant permet de négocier en contrepartie des remises substantielles avec pour double avantage d améliorer les résultats et de réduire le niveau des sorties de trésorerie. Mais en réalité, la modification de votre rapport au cash vous permettra au mieux d éviter l asphyxie financière. Et cela n est pas suffisant, il faudrait en plus limiter les pertes voire équilibrer ses comptes à défaut d être rentable. D où la seconde priorité. Impératif N 2: Le front du niveau d activité Si votre entreprise accuse une baisse de son niveau d activité au point de se situer en dessous du point mort, elle devra se battre pour atteindre un niveau d activité qui à défaut d atteindre le point mort l approche. A cet effet, il y a lieu pour elle d envisager différents mécanismes pour limiter la baisse puis d améliorer le niveau des ventes. Les entreprises pouvant compensées la baisse de leurs activités locales par l export ne sont pas nombreuses. Non seulement monter en puissance sur le marché export ne se fait pas au pied levé si l entreprise n y a pas déjà un certain niveau d activité export mais en outre il y a de réels handicaps logistiques à une telle stratégie pour celles relevant du secteur des biens physiques. Les entreprises pouvant se permettre le luxe d une augmentation de prix gagnent à l envisager. Mais elles gagnent tout aussi à faire attention à ne pas en perdre le bénéfice à cause de l effet boumerang sur le volume des ventes. Celles qui pour lesquelles une augmentation des prix n est pas envisageable, une politique de prix agressive sera un bon levier d action pour augmenter leur volume de vente. Mais à trois conditions : - Le marché doit être sensible au prix et la politique des prix doit susciter un effet volume. - Les coûts fixes doivent être dominants dans la structure des coûts de l entreprise ; une telle structure des coûts autorise une stratégie de prix marginal visant une meilleure saturation des capacités de production. - et enfin votre niveau de prix devrait être hors de portée de la concurrence au risque de déclencher une guerre de prix suicidaire. Notons que pour les secteurs sinistrés, le recours à la variable prix pour limiter le recul du niveau d activité est d une efficacité limitée. Cela étant, on peut légitimement se poser la question de l opportunité de baisser les prix pendant que les volumes sont déjà en berne. Justement à priori, mais toute proportion gardée, une politique de prix marginal couvrant une bonne proportion des coûts de structure peut être profitable au plan financier et stratégique en période de chute brutale et généralisée du niveau d activité. Mais, si une telle stratégie permet de fidéliser les clients et même d en recruter de nouveaux sur la période, il est impératif qu elle reste conjoncturelle. 5

6 Malheureusement, pour certains secteurs il n y a pas de solution pour maintenir un minimum de niveau d activité. C est le cas de celui du café cacao, où l embargo sur les exportations contraint purement et simplement les entreprises à la suspension d activité. Fort heureusement, quelques unes peuvent encore continuer leur activité à condition de disposer (i) de stocks de matières premières, (ii) d une capacité de stockage de produits finis et de réserves financières ; car pour celle-ci il s agit de produire pour stocker. A bien des égards, cela est mieux que d arrêter les activités. Impératif N 3: Le cost killing. Au cours de cette période, le maître mot est réduction de la voilure, chasse aux abus, aux gaspillages et dérives. Il y a lieu de concevoir et mettre en œuvre de vigoureuses actions de cost saving et de cost killing. Au regard de l urgence, les premiers focus seront dédiés aux quicks wins et à la chasse aux gaspillages et aux abus. Ceux-ci sont un minimum car il faut pousser plus loin vers les dépenses somptuaires, de train de vie et de prestige. N oublions pas qu en période de crise, les esprits sont mieux disposés à accepter des sacrifices ; car en période normale, toucher au train de vie est sensible. Il faut donc en profiter surtout que c est pour la bonne cause. Parmi les premiers focus figurent également les mesures relatives au (i) gel des investissements et des recrutements, (ii) et à la réduction des dépenses d investissement marketing et (iii) ou de prestige. Puis devra être explorée la panoplie des mesures de réduction de la masse salariale et/ou de réduction des effectifs. Parmi celles-ci, on peut citer l arrêt du recours aux temporaires et aux contractuels, le non renouvellement des CDD, la mise en congé annuel des CDI disposant d un crédit de congé, le chômage technique, la réduction du temps de travail, la baisse des salaires, le licenciement économique,.. Mais attention à ne pas vider l entreprise de ses compétences. Cependant ces mesures sur les effectifs ont une vertu salvatrice en période de crise. Elle créé l électrochoc et la pression qui ouvrent la porte à de réels gains en termes de réduction de coût et d amélioration des performances à tous les niveaux. Avec de telles mesures, la prise de conscience du sérieux de la situation est immédiate et n appelle pas d autres formes d action de sensibilisation. Enfin, il convient d envisager les aménagements de processus et d organisation. Par leurs effets structurants, ils ont un impact de réduction plus important, plus durable et plus sain sur les coûts. Mais, la délicatesse de leur conception et de leur mise en œuvre exige un accompagnement externe. Par ailleurs, leur effet exige un certain délai. Impératif N 4: Fidéliser la crème des clients. Volume d affaires limité pour volume d affaires limité, tant qu à faire, autant être en relation avec les clients de référence ; la crème des clients. En général, ils assurent les volumes les plus importants. Ils sont solvables et rentables. Il s agit d abord de limiter voire d éviter leur désaffection et ensuite d en recruter de nouveaux. Cette crise est une période idéale (i) pour renforcer la fidélité de ce type de client déjà en portefeuille (ii) et voire de capter ceux d entre eux qui sont à la concurrence. Au-delà de l impact positif sur le niveau d activité, cette stratégie confine vos concurrents aux clients peu solvables et/ou peu rentables. Ainsi, vous fragilisez vos concurrents. Avec de la persévérance et avec la persistance de la crise, vous acculerez vos concurrents les plus fragiles à la faillite. Vous pouvez espérer 6

7 récupérer tout ou partie de leurs parts de marché. Et pourquoi ne pas enregistrer par la suite une hausse du niveau d activité. Impératif N 5: Processus et système de gestion de la crise La crise que vit la Côte d Ivoire est sans précédent et d une rare violence dans son impact sur l économie. Survivre suppose la mise en place d un processus de gestion adapté. D abord, face aux évolutions inattendues, rapides et erratiques des événements, réactivité & gestion en temps réel sont les seules planches de salut. Le système d information et les processus de gestion devront être structurés en conséquence aussi bien en ce qui concerne les informations internes que les informations externes. Au plan du système d information interne, un tableau de bords pertinent et à ajuster en fonction des besoins est vital. La situation évolue si vite que pour certaines entreprises, il ne faut pas hésiter à mettre à jour le tableau de bord deux fois par jour. Au plan du système d information externe, disposer d un système d information permettant de réduire l opacité du brouillard est indispensable. Procéder à une veille active, se brancher sur ses réseaux, ses relations et ses relais d informations deviennent des activités fondamentales. Rester connecté en permanence avec son groupement professionnel et les organisations patronales sont essentiels pour au moins deux raisons. D abord ce sont des sources inestimables d information, et ensuite ce sont des relais de lobbying et de solidarité où votre cas particulier peut être porté par le groupe. Enfin, dans cette période d ordre et contre-ordre administratif, être dans un groupement est salvateur. En tenez-vous au mot d ordre de votre groupement, le risque est largement moins important que d avoir un comportement isolé. C est le lieu de rappeler que le pilotage à vue, à l émotionnel ou à l affectif, le pilotage sans direction, sans fil d Ariane (bref un pilotage sans savoir où l on va) sont les plus mortels. C est connu, c est dans le brouillard le plus épais que la boussole est la plus utile. Notons que les comportements court-termistes sont dangereux. En effet la crise passera; évitez de compromettre l avenir. Faut-il aller jusqu'à mettre en place un comité de crise? Difficile de donner une réponse universelle. Tant les situations sont à traiter au cas par cas selon les entreprises, les secteurs d activité et l évolution de la crise. Cependant, au regard de l instabilité de la situation, une gestion au jour le jour s impose. Ces cinq impératifs sont loin d avoir un caractère universel et adapté en cas d évolution de la situation. Par ailleurs, je n ai pas la prétention qu elles soient exhaustives. Et enfin, il ne faut pas penser qu il suffit de ces quelques recettes pour traverser la crise. Aucune entreprise ne traversera cette crise indemne. L enjeu pour les entreprises est de survivre à la crise. 7

8 Votre capacité à résister à la crise sera fonction de la santé financière et de la qualité des fondamentaux de votre entreprise à l avènement de la crise. Les entreprises solides et gérées correctement résisteront plus longtemps, car comme le dit un proverbe là où les éléphants ont soif, les antilopes meurent. Et comme c est par beau temps qu on répare les toitures, seules les entreprises saines et vigoureuses avant la crise et ayant une tradition de bonne gestion ont une chance de résister et survivre à la crise. Celles qui le réussiront auront l heureuse compensation de disposer après la crise d un secteur d activité restructuré. La réduction du nombre de compétiteurs est toujours bénéfique aux survivants qui voient leurs parts de marché et leur pouvoir de marché croître. Ainsi, une saine gestion est doublement récompensée. La première récompense est traduite dans les résultats de l entreprise. La seconde récompense, le super bonus, intervient en période de crise lorsque, grâce à la faillite de concurrents plus fragiles, l entreprise améliore ses parts de marché, son pouvoir de marché et de négociation, son rapport de force et même dans certains cas son niveau d activité. Y a-t-il plus suprême performance pour une entreprise que d enregistrer une croissance lorsque son marché est en forte régression? Au final, cette crise peut être une super opportunité pour les plus avertis pour recruter de nouveaux clients, fidéliser les meilleurs, gagner des parts de marché, réduire leurs coûts, optimiser leur processus et véritablement optimiser leur gestion et prendre le dessus sur leurs concurrents. Finalement cette crise sera une opportunité pour certaines entreprises sans qu elles n aient eu à basculer dans des pratiques non éthiques. 8

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

J ai une belle opportunité de développement

J ai une belle opportunité de développement CF 002 Avril 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi J ai une belle opportunité de développement

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève BCGE

Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève BCGE Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève Petit Déjeuner des PME & des Start-up 25.09.2015 Financement bancaire : les conditions d intervention et les clés d une demande réussie. Sébastien

Plus en détail

ÉTUDE DE RÉMUNÉRATION 2013

ÉTUDE DE RÉMUNÉRATION 2013 ÉTUDE DE RÉMUNÉRATION 2013 ÉDITO Au cours des cinq premiers mois de l année 2012, nous avons noté un maintien des offres d emploi en interim. Notamment sur les métiers de l assurance (gestionnaires prévoyance),

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005 Résultats du premier semestre 2005 29 septembre 2005 Soft Computing - 46 rue de la Tour 75116 paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com 1. Rappel du positionnement 2.

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

Maîtriser et optimiser le BFR

Maîtriser et optimiser le BFR www.pwc.fr/bfr Maîtriser et optimiser le Identifier risques et potentiels, générer du cash pour mettre en œuvre la stratégie Maîtrise et optimisation du Sommaire Édito 3 Identifier les potentiels de cash

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés 7 octobre 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés Depuis la publication de l édition d avril

Plus en détail

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts TRÉSORERIE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38

Le Contrôle de Gestion, c est une assurance sur la conduite des affaires Et puis, pour le dirigeant. Novembre 2009 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 DOSSIER : Gestion d entreprise 38 Contrôle de Gestion dans les PME : points essentiels et objectifs. Mais pourquoi le Contrôle de Gestion n est-il pas plus présent dans les PME? Oublie-t-on que c est un

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations!

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! 1 HOMMES / FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. 2 Ouvriers/employés:

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international

CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL. Le financement de votre prospection à l international ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL Le financement de votre prospection à l international CRÉDIT PROSPECTION INTERNATIONAL UNE ENTREPRISE, POUR DÉVELOPPER SON ACTIVITÉ À

Plus en détail

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante Acquérir et redresser une cible sous-performante , des compétences multiples, un partenaire unique au service de vos transactions Banquier d affaire Avocats Commissaires aux comptes Consultants en stratégie

Plus en détail

Compte rendu AG loi santé et contexte

Compte rendu AG loi santé et contexte Compte rendu AG loi santé et contexte Rappel : convention des CD avec la SS (87% des dentistes sont conventionnés) tarif opposables (soins, détartrage, caries, ) Les honoraires sont fixés par l AM, sans

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail

Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail Impact de l Apparition de l Hyper-Connectivite sur la Banque de De tail 2012 Financial Breakthroughs - Ver-2012-02-06 - Document sous licence CC-BY-NC-ND I FICHE RESUME DE CE LIVRE BLANC... 1 II INTRODUCTION...

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor

Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Rapport de simulation de gestion : l entreprise Agilor Plan 1. La phase du démarrage de l activité 2. La phase d industrialisation 3. La Phase d indépendance financière 4. La Phase de diversification 5.

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Catalogue de Formations

Catalogue de Formations Catalogue de Formations Notre équipe de spécialistes vous propose des formations personnalisées, adaptées à vos besoins pour vous faire gagner du temps au quotidien, évitez les erreurs fiscales et approfondir

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité

PROFESSIONNELS. Gérez. votre activité en toute sérénité PROFESSIONNELS Gérez votre activité en toute sérénité Sommaire pages 4/5/6 Gérez votre activité en toute sérénité Nos Conventions à votre service Profitez de la rémunération de votre compte courant, dès

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur

Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur Aéronautique: l industrie en mode supersonique, le transport en mode planeur Ludovic Subran, Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix, Responsable des Etudes Sectorielles Bruno Goutard,

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX

Eco-Fiche LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX Eco-Fiche Mars 2012 LA COMPETITIVITE FRANÇAISE - ETAT DES LIEUX L entrée en campagne de nombreux candidats aux élections présidentielles s est faite sur le thème de la compétitivité française. C est donc

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Amélioration énergétique en copropriétés

Amélioration énergétique en copropriétés Amélioration énergétique en copropriétés Marseille octobre 2012 Ingénierie sociale avant tout Petites copropriétés à Marseille Ingénierie sociale avant tout Le projet «Petites copropriétés à Marseille»

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS Chaque année, les services du CNEAP vous demandent de leur transmettre vos données comptables. Votre participation en 2014 a été très bonne puisque

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2005 32-05

Paris, le 23 mars 2005 32-05 Paris, le 23 mars 2005 32-05 La SNCF communique : RESULTAT COURANT CONSOLIDE DU GROUPE SNCF 2004 : + 286 M. D'EUROS, CONTRE -197 M. D EUROS EN 2003 A PERIMETRE CONSTANT RESULTAT NET PART DU GROUPE SNCF

Plus en détail

Procédures collectives: des opportunités pour les entreprises?

Procédures collectives: des opportunités pour les entreprises? Procédures collectives: des opportunités pour les entreprises? Maître Jérome BARBIER Avocat à la cour Maître Jonathan EL BAZE Administrateur judiciaire Monsieur Julien DI MARCO Directeur Associé du FCDE

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

Investissez dans l'immobilier

Investissez dans l'immobilier Investissez dans l'immobilier 1 Investissez dans l'immobilier Visitez : www.immo-topics.fr 2 Investissez dans l'immobilier Sommaire Est-ce que l immobilier est fait pour vous?... 3 Pourquoi vous avez tout

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE Éditions d Organisation, 2002 ISBN : 2-7081-2781-0 3 LE CHECK-UP DE L ENTREPRISE, MOYEN D UNE VIGILANCE EXTRÊME Check-up

Plus en détail

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services»

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» Le Comité d Entreprise Européen, réuni en séance extraordinaire le 10 décembre 2008,

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Sébastien Blanchet Michael Page

Sébastien Blanchet Michael Page Les nouvelles carrières d acheteurs Sébastien Blanchet Michael Page Intégration & montée en maturité Un fil conducteur commun quelque soit le secteur : Recherche de leviers de maitrise des coûts et augmentation

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact presse Catherine Adam 03 81 61 50 88 catherine.adam@besancon.fr DOSSIER DE PRESSE Deuxième saison : Service de prêt de matériels de mesures pour les pertes d énergie (chauffage, électricité, eau) à destination des Bisontins : résidents et activités tertiaires Contacts

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Le piège du risque de corrélation

Le piège du risque de corrélation Le piège du risque de corrélation Londres Mai 2012 1. Le risque du risque Quand tous les facteurs fusionnent La hausse des corrélations depuis 2007 est aujourd hui un phénomène reconnu. L absence de diversification

Plus en détail

LES STRATEGIES DU CHANGEMENT

LES STRATEGIES DU CHANGEMENT LES STRATEGIES DU CHANGEMENT Page 1/8 LES STRATEGIES DU CHANGEMENT Piloter le changement en cabinet, oui mais comment s y prendre?! Partie 1 Qui n avance pas recule! Mettons cette sagesse populaire au

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail