GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE"

Transcription

1 POUR QUE VOTRE ENTREPRISE PROGRESSE ET CRÉE DE LA VALEUR NOS PUBLICATIONS GERER UNE ENTREPRISE DANS LE CHAOS DE LA CRISE POST-ELECTORALE DE LA CÔTE D IVOIRE PAR SYLLA BA OUSMANE, EXPERT ONUDI EN DIAGNOSTIC STRATEGIQUE DIRECTEUR ASSOCIE DE MS INTER, CABINET DE CONSEIL EN STRATEGIE & ORGANISATION MS INTER Tel : Fax :

2 Gérer une entreprise dans le chaos de la crise post-électorale de la Côte d Ivoire. Par SYLLA Ba Ousmane Cet article m a été inspiré par le désarroi et le sentiment d impuissance d entreprises de plus en plus nombreuses face à la persistance et à l amplification des conséquences financières et économiques de la crise postélectorale ivoirienne. Pour nombre d entreprises cet article sera d un recours limité, tant elles sont frappées de plein fouet et tant leur pronostic vital est irrémédiablement engagé. Il est également possible qu au moment de la parution de l article, la situation se soit tant dégradée que tout ou partie des préconisations ne soient plus d actualité. Quoiqu il en soit cette crise est sans précédent en Côte d Ivoire et même dans le monde dans certains de ses aspects. Est-ce pour autant qu il n est pas possible de la contenir à défaut de la gérer? Aussi insolite que soit la situation, elle demeure du domaine de l intelligence humaine et de l extraordinaire capacité d adaptation des hommes. Avant de partager mes convictions sur ce qu il y a lieu de faire en cette période de chaos (certaines proviennent d observations faites de bonnes pratiques déjà en cours dans certaines entreprises), il est utile de parcourir rapidement les principales manifestations de cette crise postélectorale qui secoue et étouffe lentement mais sûrement l économie du pays. Comment la crise se manifeste. Les principales manifestations de la crise sur l économie ivoirienne sont : - La baisse drastique et plus ou moins importante (selon les secteurs d activité) du niveau d activité des entreprises. Certains secteurs sont quasiment sinistrés tant le niveau d activité s est affaissé ; parmi les secteurs les plus touchés on peut citer ceux liés: o o o o Au tourisme et à l hôtellerie. Au transport et à la logistique aussi bien aérien, maritime, terrestre dès lors qu il est transfrontalier et même inter urbain. Au secteur bancaire. A la filière du café & cacao touchée par l embargo décrété par un des protagonistes de la crise postélectorale. 2

3 o Les secteurs des biens d équipement durable (véhicule, électroménager, ) et des biens d investissement qui sont touchés du fait du sentiment d incertitude ressentie par le marché, qui se faisant, gèle toutes les dépenses d équipement et d investissement. Néanmoins, il convient de noter que certains secteurs comme la presse quotidienne ont connu une embellie avec la crise. Mais ces secteurs finiront par être également touchés tant il me semble improbable de prospérer durablement dans ce chaos avec un business normal. - Le dérèglement du système bancaire, la raréfaction de la liquidité, les difficultés à trouver des financements et la perturbation du financement des transactions internationales. - L accroissement exponentiel du risque client se matérialisant par l insolvabilité financière et aussi pour la montée en puissance du nombre de clients se découvrant une vocation de mauvais payeurs. - L insécurité administrative, le risque de racket et d abus d autorité. En effet en cette période, le sentiment de légitime défense et de situation exceptionnelle peut amener les protagonistes de la crise à prendre des dispositions discrétionnaires et de sauvegarde de l intérêt national écorchant les dispositions juridiques courantes. Cette insécurité administrative est renforcée par le risque de racket et d abus d autorité dont certains éléments incontrôlés peuvent se rendre coupables impunément. - Les difficultés logistiques aussi bien au niveau du transport interne qu au niveau des opérations d import-export pour cause d embargo et/ou d explosion du risque pays. Les sanctions internationales frappant les deux plateformes portuaires du pays perturbent particulièrement la capacité d importation et d exportation des opérateurs économiques. Au point où les entreprises fortement dépendantes de l étranger et/ou des ports pour leurs approvisionnements ou pour leurs débouchés sont particulièrement affectées. - La perturbation des importations fait peser un important risque d indisponibilité sur des fournitures essentielles comme l électricité, le carburant, les produits pharmaceutiques,.. et même certaines denrées alimentaires comme le riz. - Il s ensuit une inflation sur les denrées et biens de première nécessité à prix libéralisé. Les budgets popote des foyers sont malmenés par les augmentations de prix pouvant atteindre 50% comme c est le cas de la viande, du gaz butane et de l oignon. - Les effets d un bicéphalisme au sommet de l état (ordres et instructions contradictoires) aux effets particulièrement dévastateurs; les entreprises ne sachant à quelle autorité se soumettre se retrouvent entre le marteau et l enclume. Au total, toutes les entreprises sont fortement perturbées dans leur fonctionnement et ont une visibilité extrêmement réduite. Elles constatent qu elles sont dans une zone de tous les dangers où toutes les limites ont volé en éclat. D où l intérêt de disposer de quelques pistes pour amortir le choc de la crise. 3

4 Pistes pour amortir le choc et survivre à crise Par temps de crise de forte amplitude, les marges de manœuvre sont extrêmement réduites et la moindre erreur peut être fatale. Se mettre en mode survie et naviguer en conséquence est un impératif vital pour toutes les entreprises. Gérer serré et au plus prêt est le maître mot. Mon observation de la pratique des entreprises qui s en sortent le mieux (pour ne pas dire qui ont réussi à limiter les dégâts) jusqu à présent et ma propre réflexion m ont fait dégager cinq impératifs dont la pratique peut rallonger le délai de survie des entreprises prises dans le piège du chaos de la crise postélectorale de Côte d Ivoire. Pour autant, il ne faut pas rêver, il n y a pas de solution miracle qui permettrait d annihiler ou de contrecarrer les effets néfastes de cette crise ; aucune entreprise ne sera épargnée. Il n existe pas non plus de remèdes universels applicables à toutes les entreprises. Certaines préconisations peuvent ne pas être opérationnelles pour certaines entreprises et même pour certains secteurs d activité. Dans bien des cas, il s agit de tenir le plus longtemps possible dans l espoir que la situation se normalise le plus vite possible. Mes préconisations n ont d autre prétention que d atténuer (autant que faire) l impact du choc lorsque cela est possible. Impératif N 1: Inversez votre rapport au cash. Vous avez intérêt à radicalement et rapidement modifier votre rapport au cash pour plusieurs raisons en cette période. D abord, les entreprises disposant de réserve de liquidité accessible ont une longévité et un potentiel de survie plus important. Contrairement à la doctrine admise, il est conseillé de disposer d une réserve confortable de cash en liquide (à moins de pouvoir, comme certaines filiales de multinationales, effectuer ses opérations de règlement et d encaissement en dehors du pays). Bien entendu, cette précaution expose aux risques liés à la détention de liquidité. Mais de deux maux, on choisit le moindre. Et cela s apprécie au cas par cas. Ensuite, vous avez intérêt à disposer de cash, parce que les banques réduisent leur voilure et leur risque lorsqu elles n ont pas purement et simplement suspendu leurs activités pour cause de raréfaction de la liquidité. Les fournisseurs sont tout aussi regardants et ont tendance à exiger des délais de règlement plus court voire le règlement comptant-espèce. Ne pas disposer de cash dans cette période réduit d autant les chances de survie de l entreprise en cette période de crise. L entreprise aura donc intérêt à exiger le règlement cash à ses clients non seulement pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi parce que le risque client a littéralement explosé. A cet effet, disposer de comptes dans plusieurs banques de réseau présente plusieurs avantages visant à atténuer les effets du désordre bancaire et financier actuel dont le moindre n est pas de soustraire votre entreprise des compensations interbancaires. Ainsi faut-il demander aux clients admis au règlement par chèque de tirer leurs chèques sur la banque appartenant à un réseau où l entreprise a un compte. De ce point de vue, ouvrir un compte dans les banques à capitaux majoritairement publiques présente un intérêt en cette période ; plus pour réduire les encaisses de liquidité et moins pour effectuer des transactions bancaires. Mais au fur et à mesure que les principales banques de réseau fermeront, cet avantage s émoussera. Maintenant que de nombreuses banques suspendu leur activité, vous aurez intérêt à exiger du cash à vos clients. 4

5 Disposer de cash enfin parce qu en période de crise, pour plusieurs raisons (baisse du niveau d activité, tendance à la flambée des prix des entrants, pendant que les clients sollicitent des baisses de prix, ), l entreprise a intérêt à réduire ses coûts. A cet effet, payer au comptant permet de négocier en contrepartie des remises substantielles avec pour double avantage d améliorer les résultats et de réduire le niveau des sorties de trésorerie. Mais en réalité, la modification de votre rapport au cash vous permettra au mieux d éviter l asphyxie financière. Et cela n est pas suffisant, il faudrait en plus limiter les pertes voire équilibrer ses comptes à défaut d être rentable. D où la seconde priorité. Impératif N 2: Le front du niveau d activité Si votre entreprise accuse une baisse de son niveau d activité au point de se situer en dessous du point mort, elle devra se battre pour atteindre un niveau d activité qui à défaut d atteindre le point mort l approche. A cet effet, il y a lieu pour elle d envisager différents mécanismes pour limiter la baisse puis d améliorer le niveau des ventes. Les entreprises pouvant compensées la baisse de leurs activités locales par l export ne sont pas nombreuses. Non seulement monter en puissance sur le marché export ne se fait pas au pied levé si l entreprise n y a pas déjà un certain niveau d activité export mais en outre il y a de réels handicaps logistiques à une telle stratégie pour celles relevant du secteur des biens physiques. Les entreprises pouvant se permettre le luxe d une augmentation de prix gagnent à l envisager. Mais elles gagnent tout aussi à faire attention à ne pas en perdre le bénéfice à cause de l effet boumerang sur le volume des ventes. Celles qui pour lesquelles une augmentation des prix n est pas envisageable, une politique de prix agressive sera un bon levier d action pour augmenter leur volume de vente. Mais à trois conditions : - Le marché doit être sensible au prix et la politique des prix doit susciter un effet volume. - Les coûts fixes doivent être dominants dans la structure des coûts de l entreprise ; une telle structure des coûts autorise une stratégie de prix marginal visant une meilleure saturation des capacités de production. - et enfin votre niveau de prix devrait être hors de portée de la concurrence au risque de déclencher une guerre de prix suicidaire. Notons que pour les secteurs sinistrés, le recours à la variable prix pour limiter le recul du niveau d activité est d une efficacité limitée. Cela étant, on peut légitimement se poser la question de l opportunité de baisser les prix pendant que les volumes sont déjà en berne. Justement à priori, mais toute proportion gardée, une politique de prix marginal couvrant une bonne proportion des coûts de structure peut être profitable au plan financier et stratégique en période de chute brutale et généralisée du niveau d activité. Mais, si une telle stratégie permet de fidéliser les clients et même d en recruter de nouveaux sur la période, il est impératif qu elle reste conjoncturelle. 5

6 Malheureusement, pour certains secteurs il n y a pas de solution pour maintenir un minimum de niveau d activité. C est le cas de celui du café cacao, où l embargo sur les exportations contraint purement et simplement les entreprises à la suspension d activité. Fort heureusement, quelques unes peuvent encore continuer leur activité à condition de disposer (i) de stocks de matières premières, (ii) d une capacité de stockage de produits finis et de réserves financières ; car pour celle-ci il s agit de produire pour stocker. A bien des égards, cela est mieux que d arrêter les activités. Impératif N 3: Le cost killing. Au cours de cette période, le maître mot est réduction de la voilure, chasse aux abus, aux gaspillages et dérives. Il y a lieu de concevoir et mettre en œuvre de vigoureuses actions de cost saving et de cost killing. Au regard de l urgence, les premiers focus seront dédiés aux quicks wins et à la chasse aux gaspillages et aux abus. Ceux-ci sont un minimum car il faut pousser plus loin vers les dépenses somptuaires, de train de vie et de prestige. N oublions pas qu en période de crise, les esprits sont mieux disposés à accepter des sacrifices ; car en période normale, toucher au train de vie est sensible. Il faut donc en profiter surtout que c est pour la bonne cause. Parmi les premiers focus figurent également les mesures relatives au (i) gel des investissements et des recrutements, (ii) et à la réduction des dépenses d investissement marketing et (iii) ou de prestige. Puis devra être explorée la panoplie des mesures de réduction de la masse salariale et/ou de réduction des effectifs. Parmi celles-ci, on peut citer l arrêt du recours aux temporaires et aux contractuels, le non renouvellement des CDD, la mise en congé annuel des CDI disposant d un crédit de congé, le chômage technique, la réduction du temps de travail, la baisse des salaires, le licenciement économique,.. Mais attention à ne pas vider l entreprise de ses compétences. Cependant ces mesures sur les effectifs ont une vertu salvatrice en période de crise. Elle créé l électrochoc et la pression qui ouvrent la porte à de réels gains en termes de réduction de coût et d amélioration des performances à tous les niveaux. Avec de telles mesures, la prise de conscience du sérieux de la situation est immédiate et n appelle pas d autres formes d action de sensibilisation. Enfin, il convient d envisager les aménagements de processus et d organisation. Par leurs effets structurants, ils ont un impact de réduction plus important, plus durable et plus sain sur les coûts. Mais, la délicatesse de leur conception et de leur mise en œuvre exige un accompagnement externe. Par ailleurs, leur effet exige un certain délai. Impératif N 4: Fidéliser la crème des clients. Volume d affaires limité pour volume d affaires limité, tant qu à faire, autant être en relation avec les clients de référence ; la crème des clients. En général, ils assurent les volumes les plus importants. Ils sont solvables et rentables. Il s agit d abord de limiter voire d éviter leur désaffection et ensuite d en recruter de nouveaux. Cette crise est une période idéale (i) pour renforcer la fidélité de ce type de client déjà en portefeuille (ii) et voire de capter ceux d entre eux qui sont à la concurrence. Au-delà de l impact positif sur le niveau d activité, cette stratégie confine vos concurrents aux clients peu solvables et/ou peu rentables. Ainsi, vous fragilisez vos concurrents. Avec de la persévérance et avec la persistance de la crise, vous acculerez vos concurrents les plus fragiles à la faillite. Vous pouvez espérer 6

7 récupérer tout ou partie de leurs parts de marché. Et pourquoi ne pas enregistrer par la suite une hausse du niveau d activité. Impératif N 5: Processus et système de gestion de la crise La crise que vit la Côte d Ivoire est sans précédent et d une rare violence dans son impact sur l économie. Survivre suppose la mise en place d un processus de gestion adapté. D abord, face aux évolutions inattendues, rapides et erratiques des événements, réactivité & gestion en temps réel sont les seules planches de salut. Le système d information et les processus de gestion devront être structurés en conséquence aussi bien en ce qui concerne les informations internes que les informations externes. Au plan du système d information interne, un tableau de bords pertinent et à ajuster en fonction des besoins est vital. La situation évolue si vite que pour certaines entreprises, il ne faut pas hésiter à mettre à jour le tableau de bord deux fois par jour. Au plan du système d information externe, disposer d un système d information permettant de réduire l opacité du brouillard est indispensable. Procéder à une veille active, se brancher sur ses réseaux, ses relations et ses relais d informations deviennent des activités fondamentales. Rester connecté en permanence avec son groupement professionnel et les organisations patronales sont essentiels pour au moins deux raisons. D abord ce sont des sources inestimables d information, et ensuite ce sont des relais de lobbying et de solidarité où votre cas particulier peut être porté par le groupe. Enfin, dans cette période d ordre et contre-ordre administratif, être dans un groupement est salvateur. En tenez-vous au mot d ordre de votre groupement, le risque est largement moins important que d avoir un comportement isolé. C est le lieu de rappeler que le pilotage à vue, à l émotionnel ou à l affectif, le pilotage sans direction, sans fil d Ariane (bref un pilotage sans savoir où l on va) sont les plus mortels. C est connu, c est dans le brouillard le plus épais que la boussole est la plus utile. Notons que les comportements court-termistes sont dangereux. En effet la crise passera; évitez de compromettre l avenir. Faut-il aller jusqu'à mettre en place un comité de crise? Difficile de donner une réponse universelle. Tant les situations sont à traiter au cas par cas selon les entreprises, les secteurs d activité et l évolution de la crise. Cependant, au regard de l instabilité de la situation, une gestion au jour le jour s impose. Ces cinq impératifs sont loin d avoir un caractère universel et adapté en cas d évolution de la situation. Par ailleurs, je n ai pas la prétention qu elles soient exhaustives. Et enfin, il ne faut pas penser qu il suffit de ces quelques recettes pour traverser la crise. Aucune entreprise ne traversera cette crise indemne. L enjeu pour les entreprises est de survivre à la crise. 7

8 Votre capacité à résister à la crise sera fonction de la santé financière et de la qualité des fondamentaux de votre entreprise à l avènement de la crise. Les entreprises solides et gérées correctement résisteront plus longtemps, car comme le dit un proverbe là où les éléphants ont soif, les antilopes meurent. Et comme c est par beau temps qu on répare les toitures, seules les entreprises saines et vigoureuses avant la crise et ayant une tradition de bonne gestion ont une chance de résister et survivre à la crise. Celles qui le réussiront auront l heureuse compensation de disposer après la crise d un secteur d activité restructuré. La réduction du nombre de compétiteurs est toujours bénéfique aux survivants qui voient leurs parts de marché et leur pouvoir de marché croître. Ainsi, une saine gestion est doublement récompensée. La première récompense est traduite dans les résultats de l entreprise. La seconde récompense, le super bonus, intervient en période de crise lorsque, grâce à la faillite de concurrents plus fragiles, l entreprise améliore ses parts de marché, son pouvoir de marché et de négociation, son rapport de force et même dans certains cas son niveau d activité. Y a-t-il plus suprême performance pour une entreprise que d enregistrer une croissance lorsque son marché est en forte régression? Au final, cette crise peut être une super opportunité pour les plus avertis pour recruter de nouveaux clients, fidéliser les meilleurs, gagner des parts de marché, réduire leurs coûts, optimiser leur processus et véritablement optimiser leur gestion et prendre le dessus sur leurs concurrents. Finalement cette crise sera une opportunité pour certaines entreprises sans qu elles n aient eu à basculer dans des pratiques non éthiques. 8

J ai une belle opportunité de développement

J ai une belle opportunité de développement CF 002 Avril 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi J ai une belle opportunité de développement

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale moteur expert de simulation paramètres interactifs Comme dans la réalité, la chance existe mais elle n'a pas de rôle prépondérant. Si votre entreprise vend mal, c'est parce que vous

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Maîtriser et optimiser le BFR

Maîtriser et optimiser le BFR www.pwc.fr/bfr Maîtriser et optimiser le Identifier risques et potentiels, générer du cash pour mettre en œuvre la stratégie Maîtrise et optimisation du Sommaire Édito 3 Identifier les potentiels de cash

Plus en détail

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace Accès aux financements NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement REGION : Alsace Diagnostic et enjeux (1/8) Région : Alsace Nom du groupe de travail (reprendre l une des appellations des GT nationaux)

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif CONTROLE DE GESTION DECF Session 2007 - Corrigé indicatif Dossier 1 Partie A Raisons : - variation des effectifs (effet effectif), - changements de catégories professionnelles (effet de structure), - variation

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013 ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT 2 ème semestre 2013 En partenariat avec IT-PARTNERS VOTRE SOCIETE 1. Quelle est la taille de votre entreprise? 0 ou 1 salarié 54 %

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 Chapitre 2 LA MÉTHODOLOGIE DE L ANALYSE FINANCIÈRE Il n existe pas une méthode d analyse,

Plus en détail

Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève BCGE

Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève BCGE Banque Cantonale de Genève La Banque universelle de Genève Petit Déjeuner des PME & des Start-up 25.09.2015 Financement bancaire : les conditions d intervention et les clés d une demande réussie. Sébastien

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

La maladie à virus Ebola (EVD) inflige de lourdes pertes de revenus aux ménages en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone

La maladie à virus Ebola (EVD) inflige de lourdes pertes de revenus aux ménages en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone Vol 1, N 2, 10 Octobre 2014 La maladie à virus Ebola (EVD) inflige de lourdes pertes de revenus aux ménages en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone Contexte 1. Le virus Ebola constitue désormais un des

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise Page 2 1. Qui je suis? Tout d abord, si vous ne me connaissez pas encore, permettez-moi de me présenter. Après tout qu estce qui me donne l autorité pour vous parler? Quelles preuves avez-vous que je peux

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Formations en inter-entreprises

Formations en inter-entreprises Les INTERS de Mercuri International Formations en inter-entreprises Mercuri International en Bref Leader mondial dans le conseil et la formation en efficacité commerciale et développement personnel, notre

Plus en détail

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Vous avez investi dans une entreprise et vous vous posez 4 questions essentielles

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

FORMATIONS FORMATIONS. 2nd semestre ÉPARGNE, RETRAITE & PATRIMOINE FISCALITÉ ADMINISTRATIF INFORMATIQUE GESTION COMPTABILITÉ

FORMATIONS FORMATIONS. 2nd semestre ÉPARGNE, RETRAITE & PATRIMOINE FISCALITÉ ADMINISTRATIF INFORMATIQUE GESTION COMPTABILITÉ FORMATIONS FORMATIONS CGACGA 2nd semestre ÉPARGNE, RETRAITE & PATRIMOINE 2015 FISCALITÉ ADMINISTRATIF INFORMATIQUE GESTION COMPTABILITÉ Inscriptions Vos formations CGA sont gratuites, profitez-en pour

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts:

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts: Guide pratique INFORMEZ votre assureur des dégâts: Prenez des photos en l état des locaux, matériels et marchandises avant tout nettoyage et/ou débarrassage Etablissez un inventaire de tous les dommages

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT

Extrait du rapport d expertise SEXTANT sur les comptes de l entreprise réalisés 2011 et prévisionnels 2012 En rouge les commentaires de l équipe CFDT Le Groupe Amadeus : En 2011 et 2012, la reprise du trafic aérien entrevue en 2010 se confirme tout particulièrement au Moyen-Orient et en Amérique latine Le modèle économique du Groupe Amadeus et son positionnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat salarié

Epargne salariale et actionnariat salarié Epargne salariale et actionnariat salarié Quels dispositifs choisir pour motiver vos collaborateurs? PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Epargne salariale et actionnariat salarié L épargne

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Sébastien Blanchet Michael Page

Sébastien Blanchet Michael Page Les nouvelles carrières d acheteurs Sébastien Blanchet Michael Page Intégration & montée en maturité Un fil conducteur commun quelque soit le secteur : Recherche de leviers de maitrise des coûts et augmentation

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

La satisfaction client

La satisfaction client Evénement Business La satisfaction client Exploiter à 100 % son capital client Doper ses ventes 12 Juin 2012 La satisfaction client Comment exploiter à 100 % son capital client? Comment doper ses ventes?

Plus en détail

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales

Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Notre réseau et notre expertise au service des entreprises régionales Business in Champagne-Ardenne Booster votre activité grâce aux acteurs régionaux Promouvoir vos initiatives et augmenter votre visibilité

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté Activité partielle et Formation Une mesure ancienne prévue par les partenaires sociaux dans un accord national interprofessionnel (ANI) du 21 février 1968, réactualisée par deux ANI du 13 Janvier et du

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 %

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Le mois de septembre en bref Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Evolution du cumul à fin septembre 2014/2013-1,2 % Incidence du résultat de septembre sur le cumul -0,3 pt Rentrée morose

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences La GPEC est en lien avec les politiques de rémunération et de gestion des carrières. Stratégie entreprise Changements technologiques Inventaire effectifs

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

CRITÉRES D ÉVALUATION DES FOURNISSEURS / PRESTATAIRES Famille : Nettoyage du Matériel Roulant

CRITÉRES D ÉVALUATION DES FOURNISSEURS / PRESTATAIRES Famille : Nettoyage du Matériel Roulant CRITÉRES D ÉVALUATION DES FOURNISSEURS / PRESTATAIRES Famille : Nettoyage du Matériel Roulant Ce document décrit le niveau d exigence relatif à chacun des critères du système d évaluation appliqué à la

Plus en détail