Les 10 ans de «Femmes & Sciences», Palais du Luxembourg, 27/11/2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les 10 ans de «Femmes & Sciences», Palais du Luxembourg, 27/11/2010"

Transcription

1 Les 10 ans de «Femmes & Sciences», Palais du Luxembourg, 27/11/ /11/2010 Table ronde "Regards extérieurs sur l'association par des personnes l'ayant soutenue pendant de nombreuses années" Colette Guillopé Agnès Netter Jean-Louis Lacombe Marie-Claire Certiat Christian Margaria Suzanne Srodogora Joëlle Wiels Sylvie Paycha et Marie-Blanche Mauhourat Marie-Odile Lafosse-Marin Nadine Halberstadt Françoise Cyrot-Lackmann Marc Lipinski Photos Olivier Ezratty 1

2 Colette Guillopé, présidente d honneur de l association «Femmes & Sciences» J avais proposé que chaque intervenant-e s'exprime sur les 3 questions suivantes : 1. Qu'avez-vous fait en commun avec «Femmes & Sciences»? 2. Dans vos actions actuelles, qu'est-ce qui continue? Qu'est-ce qui est différent? 3. Quel rôle voyez-vous pour les associations, notamment Femmes & Sciences, sur le sujet des femmes scientifiques en France? L idée est de faire rapidement le point sur les relations de vos diverses structures avec l association «Femmes & Sciences», puis de recueillir vos idées et celles de la salle sur le présent et le futur des actions des associations, et en particulier de l association «Femmes & Sciences». Participent à cette table ronde nos ami-e-s de longue date : Agnès Netter, cheffe de la Mission pour la Parité et la Lutte contre les Discriminations (MIPADI) du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) ; Christian Margaria, Conseiller Formation et Enseignement supérieur auprès du Commissaire à la Diversité et à l Egalité des Chances ; Suzanne Srodogora, directrice de la Recherche, de l Innovation et de l Enseignement Supérieur au Conseil régional d Ile-de-France ; les délégués généraux de la Fondation d entreprise EADS Jean-Louis Lacombe ( ) et Marie- Claire Certiat (2008 -). Jennifer Campbell, secrétaire-générale de la Fondation d entreprise L Oréal, et Geneviève Dupont, directrice de la communication de L Oréal Grand Public France, regrettent de ne pouvoir être avec nous aujourd hui et elles nous ont adressé le message suivant : «Tous nos vœux pour ce très bel anniversaire. Dix ans déjà, et tant d actions pionnières menées de manière exemplaire par l association «Femmes & Sciences»! La place des Femmes en Science est un combat essentiel et nous y sommes d autant plus sensibles que c est une cause que nous partageons et pour laquelle votre association et la Fondation L Oréal ont souvent uni leurs forces. Votre participation au jury de lancement des Bourses L Oréal France-Unesco n a pas été oubliée, de même que l implication de l association «Femmes & Sciences» dans le comité scientifique de la Fondation L Oréal. Rappelons que les Bourses L Oréal France Unesco constituent le volet national du programme «Pour les Femmes et la Science» à travers lequel L Oréal et l Unesco se mobilisent pour la cause des femmes scientifiques. Chaque année le programme met en lumière l excellence scientifique et encourage les vocations des jeunes filles. Alternativement le domaine récompensé est celui des Sciences de la vie, comme en 2010, ou des Sciences de la matière, comme en Depuis 1998, plus de 900 femmes ont été récompensées : 62 lauréates de 28 pays, 864 boursières de 93 pays et 40 boursières en France, qui constituent aujourd hui une communauté, reliées entre elles par un site internet et deux réseaux sociaux dédiés. Notre vœu le plus cher est de maintenir cette collaboration avec «Femmes & Sciences» aussi vivante et fructueuse qu elle l a été au cours de ces dernières années, et pour des générations de femmes scientifiques à venir! Il ne nous reste qu à vous renouveler nos félicitations et à souhaiter un très Joyeux anniversaire à votre association et à toutes celles qui oeuvrent pour Femmes et Sciences!» Agnès Netter Je suis ravie de représenter ici le ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) et de témoigner ici mon soutien à l association «Femmes & Sciences». Auparavant j ai été pendant trois ans responsable de la Mission pour la Place des femmes au CNRS. Le MESR et le CNRS ont tous 2

3 deux établi avec «Femmes & Sciences» un partenariat fort, qui s inscrit dans la durée : ceci est essentiel dans ce domaine de la place des femmes dans la recherche et de l égalité hommes-femmes, car toute action qui dure risque de l emporter. Une convention pluriannuelle se concrétisant par un soutien financier annuel a été établie entre le MESR et «Femmes & Sciences» ; le CNRS participe et soutient les manifestations organisées par l association, en particulier le colloque annuel que j ai suivi, ce qui m a donné l occasion d apprécier la qualité, l importance et le sérieux du travail, qui ont permis l émergence de la thématique. L association mène une veille active dans le domaine, conduisant les institutionnels à l action, elle est un partenaire incontournable. Son implantation sur tout le territoire est une force, qui lui permettra à terme d être un partenaire du réseau d expertes scientifiques appelées à s exprimer dans les médias, «Vox Scientifica», que le MESR envisage de créer l an prochain. Le mentorat qu elle pratique auprès des jeunes filles est appelé à se développer. Par ses relations européennes, en particulier avec la Plateforme européenne des femmes scientifiques EPWS, «Femmes & Sciences» nourrit les actions européennes du point de vue français. Sur la question du rôle des associations, je considère que celles-ci, et notamment «Femmes & Sciences», jouent un rôle essentiel dans l émergence des thématiques, dans la veille et dans la sensibilisation des jeunes et des parents. Tant que les femmes ne représenteront en France que 28% des chercheurs et seront sousreprésentées dans certains doctorats, 17% en sciences physiques, 33% en sciences de l ingénieur, fabrication et construction (selon les données européennes publiées dans She Figures 2009), les associations seront des actrices essentielles de la lutte contre les stéréotypes et des politiques d égalité dans l enseignement supérieur et la recherche. Je souhaite encore travailler avec vous pendant de longues années. Jean-Louis Lacombe Je voudrais expliquer comment le lien s est construit en 2004 entre la Fondation EADS à sa création et «Femmes & Sciences» : il s est fait essentiellement grâce à Claudine Hermann, à qui nous avons demandé de faire partie du conseil d administration de la Fondation, en tant qu enseignante à l Ecole polytechnique et présidente de l association «Femmes & Sciences». En effet dans les statuts de la Fondation figurent : -la promotion des sciences à travers l enseignement, -la volonté de contribuer à l accroissement de l engagement éthique et sociétal des sociétés industrielles et en particulier de notre entreprise. La parité n est pas explicitée mais elle fait objectivement partie de cet engagement. Le choix n a pas été fait de définir un partenariat imposant des axes entre la Fondation EADS et «Femmes & Sciences». L association a par nature un rayonnement plus général qu une entreprise seule. La mise à l échelle du besoin est énorme, si une cohorte représente personnes, les femmes sont C est la difficulté la plus grande pour une entreprise qui ne sait agir que sur les effectifs qu elle recrute, en nombres beaucoup plus faibles. Effectivement la plus grande difficulté pour «Femmes & Sciences» réside dans la capacité technique de toucher une fraction significative de la population concernée. C est sur ce point qu il faudrait une sollicitation accrue d entreprises ayant un engagement éthique. C est la clé absolue du succès pour «Femmes & Sciences», qui donnerait la capacité à faire changer la société à une échelle suffisante. Pour le futur de la coopération entre la Fondation EADS, je passe la parole à Marie-Claire Certiat. 3

4 Marie-Claire Certiat On a vu dans les interventions précédentes de ce colloque que la tâche restait immense. Par conséquent, notre coopération va continuer et la Fondation EADS va rester aux côtés de «Femmes & Sciences» pour la regarder faire brillamment, espérant qu un jour on n aura plus besoin de ces actions Mais je pense que nous avons encore quelques années devant nous! Colette Guillopé Marie-Claire, dans votre réponse écrite à mes questions, vous avez souligné l importance, pour les associations de femmes scientifiques, de leurs rôles de vigilance au niveau des stéréotypes, de sensibilisation auprès des jeunes filles et des jeunes femmes, et d'éducation auprès de tous : parents, enseignants, sans oublier les jeunes garçons. Christian Margaria Avant la création de «Femmes & Sciences», j avais déjà entrepris depuis plusieurs années des actions de sensibilisation sur ces questions dans l école d ingénieurs que je dirigeais au sein de l Institut national des Télécommunications (INT) ; je collaborais avec le CNRS et l AFFDU (Association française des femmes diplômées des universités). Nicole Bécarud m a prévenu de la réunion constituante de «Femmes & Sciences» : je m y suis rendu mais notre regrettée Huguette Delavault m a indiqué que cette réunion était réservée aux femmes. Je me suis obstiné, j ai fait adhérer l INT à «Femmes & Sciences», ce qui nous a permis de développer avec Claire Desaint le premier site web de l association sur les serveurs de l INT. Aujourd hui, les listes de diffusion de «Femmes & Sciences» sont encore gérées par mes anciens ingénieurs système de l INT. Je ne suis plus directeur de Grande école, ni président de la Conférence des Grandes écoles. Je suis actuellement Conseiller formation et enseignement supérieur auprès du Commissaire à la Diversité et à l Egalité des Chances et l on pourrait croire que les problèmes d égalité hommes-femmes et de l orientation des filles vers l enseignement supérieur relèvent du Commissariat. Mais j ai eu autant de difficultés à convaincre les politiques qu il ne faut pas se limiter à l ouverture sociale que j en avais avec les étudiantes de mon école, qui considéraient que, par l action de leurs mères, tout avait été acquis durablement. Maintenant le Commissaire évoque le genre quand il parle de diversité. Pour moi, les associations ont un rôle indispensable, en particulier pour faire savoir aux femmes qu elles ont des droits. En ce qui concerne les associations de femmes scientifiques, nous savons tous qu il faut travailler très en amont pour vaincre l autocensure, et que des actions comme le mentoring de collégiennes sont très importantes. «Femmes & Sciences» y a un rôle fondamental. Par ailleurs nous sommes dans un domaine où les initiatives sont nombreuses, mais où l on a du mal à savoir ce que font les un-e-s et les autres. Il faudrait coordonner nos actions, nous serions ainsi plus efficaces, en particulier s il existait un portail global avec la liste des acteurs sur le sujet. Je ne désespère pas qu au Commissariat on inscrive formellement dans la diversité la considération de l aspect genre, ce qui donnerait un impact politique plus grand. La mise à l échelle ne peut pas être faite par les associations, qui ont des moyens limités, mais uniquement par les politiques, qui devraient rester convaincus de travailler sur ce sujet même quand le gouvernement change. Beaucoup de personnes dans cette salle savent que ce n est malheureusement pas le cas. Suzanne Srodogora J ai connu l association avant sa naissance : dès 1997, au cabinet de Claude Allègre, ministre de l Education nationale, j étais en charge des problèmes statutaires des personnels de la recherche. Je 4

5 me suis intéressée aux femmes dans l enseignement supérieur et de la recherche et j ai eu l occasion de rencontrer Françoise Cyrot-Lackmann, Huguette Delavault et Claudine Hermann. Il n y avait alors pas de statistiques sexuées, la Direction de l Evaluation et de la Prospective ne publiait même pas les résultats du baccalauréat selon le sexe. Il a fallu une procédure lourde de mise en place de statistiques et indicateurs sexués, qui ont fourni des résultats éloquents sur les viviers de l Education nationale, très féminisés, et sur le «plafond de verre» : ce dernier problème a été analysé pour la haute fonction publique par le Comité pour l égal accès des femmes et des hommes aux emplois supérieurs des fonctions publiques, dit Comité Le Pors ( ), auquel participaient Claudie Baudino, ici présente, et Claudine Hermann. Le gouvernement Jospin était très intéressé par le sujet. La continuité des politiques publiques est absente, il faut des personnes très motivées pour garder cette continuité, car quand on n avance pas, on recule. Il faut toujours répéter les mêmes choses! Avec Claudine Hermann, nous avons fait signer par cinq ministères la Convention de 2000 pour l égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes dans le système éducatif, de la maternelle à l enseignement supérieur. C était quelques mois avant la création de «Femmes & Sciences». Cette convention devait permettre de réorienter vers les sciences expérimentales les filles et concernait bien sûr aussi les lycées techniques. A l époque il y avait 70 branches d activités professionnelles, et 65% des filles étaient dans 7 de ces branches ; elles étaient très nombreuses dans le secteur sanitaire et social aux débouchés insuffisants. On a alors vu qu on pouvait faire bien des d actions avec l Europe. Au ministère de la Recherche, nous avons profité de moyens européens pour la création en 2001 de la Mission pour la parité des femmes en sciences, dirigée d abord par Françoise Cyrot-Lackmann, puis par Joëlle Wiels. Nicole Dewandre, qui a été extrêmement active à la Commission européenne, nous a beaucoup inspirées et aidées. Responsable de l unité Femmes et Sciences de la Direction générale Recherche, elle se faisait appeler «cheffe». La féminisation des noms de métiers, très importante à mes yeux, n est toujours pas entrée dans les moeurs en France, on continue à parler de la fonction. Pourquoi dit-on «directrice» d école maternelle et pas «directrice» d administration centrale? En médecine, où il y a plus de 60% de femmes parmi les étudiants, mais environ 10% de femmes parmi les professeurs des universitéspraticiens hospitaliers (PU-PH), une plaisanterie avait cours : «Quel est le féminin de PU-PH? C est PH (praticienne hospitalière mais pas professeure d université!)». Je travaille aujourd hui au Conseil régional d Ile-de-France. Lors de la mandature précédente, à l initiative de Marc Lipinski, alors vice-président en charge de l enseignement supérieur et de la recherche, nous avons créé l Institut Emilie du Châtelet sur les études de genre, qui consacre beaucoup de moyens à des bourses de thèses et des postes postdoctoraux. Nous aurions souhaité un partenariat fort entre région, CNRS et ministère de la Recherche. Madame le recteur Le Morzellec, responsable de la Mission parité du ministère à l époque, n y était pas favorable. Au Conseil régional, nous avons aussi créé il y a un an et demi le Centre Hubertine Auclert, centre de ressources sur les inégalités, les discriminations et les relations hommes-femmes ; nous avons monté des actions de féminisation dans la communication ; nous avons produit la brochure «l apprentissage au féminin» sur des métiers non traditionnels pour les femmes. Dans l avenir, il sera important de créer une coordination des politiques publiques. Au niveau des associations, dans le cadre des projets PICRI (Partenariat Institution Citoyen pour la Recherche et l Innovation) de la région Ile-de-France, qui associent laboratoire de recherche et association, il existe déjà un partenariat avec l association femmes et mathématiques. Il faut encore insister sur l orientation des filles vers les sciences, l association «Femmes & Sciences» doit continuer son action en ce sens, la convention de 2000 n est pas assez appliquée. A propos des carrières scientifiques des femmes, l étude suédoise de 1995 prouvait qu une femme devait avoir publié deux fois plus qu un homme pour pouvoir accéder à des subventions publiques. Je vois là deux problèmes : 5

6 - celui de la vie personnelle d une femme scientifique, qui fait des enfants : indépendamment des institutions, la coutume dans les familles est de ne pas partager l éducation des enfants. -celui de sa carrière : les carrières scientifiques sont très compétitives, il faut donner le maximum surtout autour de trente ans, à l époque où les femmes ont leurs enfants. Ces questions sont mises trop vite de côté, mais il est indispensable d y réfléchir pour aboutir à une vision égalitaire de la place des femmes en sciences. Débat avec la salle Françoise Cyrot-Lackmann Je suis très touchée d avoir été invitée et d avoir ainsi l occasion de revoir des personnes avec lesquelles j ai collaboré autrefois. Rien ne se serait fait sans la volonté tenace d un certain nombre de personnes, dont celle d Huguette Delavault, têtue dans le bon sens du terme. En 2002, avec Suzanne Srodogora, alors au cabinet du ministre de la Recherche, nous avons voulu laisser une trace concrète et avons créé le prix Irène Joliot-Curie, qui fonctionne toujours, pour récompenser des femmes scientifiques. Cela n a pas été une affaire simple, il a fallu choisir le nom, obtenir l accord de la famille. Nous disposions alors de crédits de l Europe, qui ajoutait un euro à chaque euro que nous investissions. La Convention pour l égalité est quelque chose de plus lointain. Il faudrait mettre en place d autres structures. Joëlle Wiels J ai été responsable de la Mission parité du ministère de la Recherche entre 2002 et 2005, après Françoise Cyrot-Lackmann. Je suis heureuse de savoir que la convention que nous avions signée avec les trois associations de femmes scientifiques perdure. Je voudrais savoir où en est le mentoring dans l enseignement supérieur, que nous avions cherché à mettre en place avec Michèle Baron. Le mentoring est un outil important contre le «plafond de verre». Cet obstacle à la promotion des femmes est étudié à l Institut Emilie du Châtelet, dont je suis membre du comité de direction, par Jacqueline Laufer, Catherine Marry et Véronique Pigeyre. Il y a malheureusement aussi de l autocensure des femmes elles-mêmes : personnellement, après des années d hésitation, je suis maintenant directrice de mon laboratoire. Il faut donner confiance aux jeunes étudiantes dans les laboratoires, car même si elles sont nombreuses dans certaines disciplines comme la mienne, la biologie, elles n osent pas se mettre en avant. Que fait «Femmes & Sciences» sur le mentoring? Suzanne Srodogora J ai été pendant cinq ans dans des cabinets ministériels la personne en charge de la parité. J ai renvoyé beaucoup de parapheurs parce que des listes étaient non paritaires, ou ne comportaient aucune femme. J ai beaucoup fait pour que des femmes soient décorées. C est assez significatif que les femmes ne se jugeaient pas dignes des décorations auxquelles je les proposais, pendant que les hommes venaient les réclamer. Agnès Netter Ce qui se traduit dans la durée, comme le Prix Irène Joliot-Curie, les partenariats avec les associations, ce sont des actions fortes permettant d avancer sur l égalité professionnelle. 6

7 Vous faites beaucoup d actions sur le mentorat à «Femmes & Sciences». Le CNRS de son côté a lancé une action auprès de jeunes mathématiciennes sur quatre ans avec l association femmes et mathématiques. Je suis d accord que les femmes ne se présentent pas assez pour des promotions, nous l avons constaté au CNRS au passage Chargé-e de recherche-directeur/trice de recherche. Le traitement de ces problèmes doit passer par des accords, la politique des établissements doit mettre en place des mécanismes. Il y a déjà beaucoup de chartes, d engagements, il faut maintenant les faire se traduire en actions concrètes pour une plus grande égalité. C est en ce sens que je vais travailler avec les associations. Colette Guillopé Sur le mentorat, il y a des réponses locales mais pas de programme d envergure dans l enseignement supérieur. L association femmes et mathématiques est plus ancienne, elle a été créée en 1987, elle organise depuis des années un Forum des jeunes mathématiciennes qui est à l origine de l initiative actuelle citée par Agnès Netter. Aux Etats-Unis, j ai noté une nouvelle initiative intéressante : faire écrire des textes à des jeunes étudiantes et étudiants en physique sur ce qui est important pour eux, en leur faisant préciser la raison. Cela semble donner confiance aux jeunes femmes et les aider à ne plus être victimes des stéréotypes : voir le lien Christian Margaria On manque d une batterie d indicateurs qui montrerait rigoureusement qu une équipe mixte est plus efficace qu une équipe constituée de personnes du même sexe. Cela aiderait à convaincre les Directeurs des Ressources Humaines parfois sceptiques, qu ils soient du public comme du privé. Je crois aussi qu il faut devenir plus coercitif vis-à-vis des établissements supérieurs (ce qui relève de la ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche) et vis-à-vis des entreprises (ce qui passe par une loi). Par exemple on devrait prendre en considération dans les budgets des contrats pluriannuels des établissements d enseignement supérieur leurs actions en faveur des femmes. Pour les entreprises répondant à des appels d offres publics, l engagement dans une politique de diversité clairement affichée devrait être pris en compte. Ces aspects matériels devraient faire bouger les choses. Jean-Louis Lacombe Le Prix Irène Joliot-Curie est depuis de nombreuses années cofinancé pour moitié par la Fondation EADS. Il y a eu plusieurs tendances : la préoccupation de faire émerger des femmes scientifiques de très haut niveau, ou la possibilité de montrer des femmes ayant réussi en sciences et techniques, là où elles sont minoritaires. De toutes façons, pour qu un prix ait un impact il faut que sa dotation soit significative. Dans la politique sociale de l entreprise EADS, le minimum est d assurer une égalité de salaire à poste identique entre les hommes et les femmes. Au niveau du nombre d employés, de par ses spécialités techniques, EADS ne peut pas faire que les flux dans ses différents métiers soient représentatifs de la parité. Ce problème ne peut être résolu qu en amont, par les associations ou les pouvoirs publics, en faisant croître le pourcentage de femmes dans les viviers dans lesquels nous recrutons. 7

8 Sylvie Paycha Je suis mathématicienne à l université de Clermont-Ferrand, j ai fait partie du Conseil d administration de «Femmes & Sciences». Aujourd hui la recherche se restructure autour du concept de projets. Il faut veiller à ce que l autocensure ne mette pas les femmes sur le côté. Il faudrait mesurer le nombre de projets de l Agence Nationale de la Recherche dirigés par des femmes. Combien se sont présentées? Il faut identifier assez rapidement ces questions avant que les effets ne deviennent irréversibles. Marc Lipinski Je partage le point de vue qu il faut contraindre pour aller vers la parité, pour cela l Etat a un pouvoir, mais aussi les structures locales comme le Conseil régional où c est peut-être plus facile. Dans le conseil scientifique de la région Ile-de-France qui sera bientôt constitué, les élus ont imposé la parité. Une femme élue avait opposé comme argument que «ce qui comptait était la compétence»! Marie-Odile Lafosse-Marin Je travaille à l Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes de l Ecole supérieure de physique et chimie industrielles (ESPCI-ParisTech). J y ai fait une étude sur les représentations des scientifiques dans les dessins d enfants du primaire. L autocensure y apparaît déjà, chez certaines filles et chez des enfants des milieux défavorisés. Influencés par leur environnement, les enfants se construisent très tôt des représentations des scientifiques, souvent stéréotypées, éloignées de la réalité qui auront des conséquences sur leur choix d orientation à l adolescence. Il faut donc agir très tôt, sur les enfants. Une action intéressante est l ASTEP : l Accompagnement en Sciences et Technologie à l Ecole Primaire. Des étudiant-e-s en sciences et des élèves-ingénieurs volontaires (du niveau bac +2 au doctorat), vont régulièrement dans une classe coopérer avec le /la professeur des écoles pour enseigner les sciences dans le cadre du programme officiel. Cette opération est très formatrice pour les étudiants, pour l enseignant-e et pour les élèves. Ce dispositif, reconnu et encouragé par les ministères de l éducation nationale et de l enseignement supérieur, se développe sur l ensemble de la France. On constate que les représentations des sciences et des scientifiques par les enfants et les enseignants en sont modifiées. Nadine Halberstadt Je suis directrice de recherche en chimie à Toulouse, j ai fait partie du Conseil d administration de «Femmes & Sciences». Dans l académie de Toulouse, où les adhérentes de «Femmes & Sciences» ont beaucoup agi il y a quelques années, il n y a plus de chargé-e de mission à l égalité filles/garçons, le rectorat a intégré cette fonction dans une mission globale sur toutes les inégalités. Du coup il ne se fait plus grand-chose vers les jeunes filles. Or nous ne sommes pas nombreuses et ne pouvons agir qu épaulées par le rectorat. Je crains que nous ne devenions une des régions désertiques de la carte de France des interventions de l association... Marie-Blanche Mauhourat Je suis inspectrice générale de l Education nationale en Sciences physiques et ai l occasion d observer les enseignants dans les classes. Les professeurs, même inconsciemment, se comportent différemment avec les filles et les garçons, les enseignant-e-s doivent être informé-e-s et formé-e-s sur ces stéréotypes. La formation au genre des enseignant-e-s, que des membres de «Femmes & Sciences» réclament depuis des années (même bien avant la création de l association!) n est pas faite. A l heure où nous 8

9 changeons la formation des enseignants, ce sujet devrait être inscrit dans les masters, à tous les niveaux du cursus, en formation initiale et permanente. Je m adresse à Madame Netter car la formation des enseignants dépend du ministère de l Enseignement supérieur. Colette Guillopé On te répondra que les établissements d enseignement supérieur sont autonomes et libres de mettre en place ou non des enseignements. Pour que cette question avance, il faudrait des consignes très précises du ministère de l Enseignement supérieur. Je dois maintenant clore ces échanges stimulants en vous remerciant toutes et tous pour votre participation. 9

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires. du Centre de réadaptation de Mulhouse

Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires. du Centre de réadaptation de Mulhouse Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires du Centre de réadaptation de Mulhouse Historique: Issu du milieu industriel, j ai entrepris une reconversion professionnelle en 1998

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

La Région Centre accompagne les jeunes en Europe. Parcours d Europe. www.regioncentre.fr

La Région Centre accompagne les jeunes en Europe. Parcours d Europe. www.regioncentre.fr Parcours d EUROPE 2013-2014 La Région Centre accompagne les jeunes en Europe Parcours d Europe www.regioncentre.fr www.regioncentre.fr Parcours d EUROPE 2013-2014 De plus en plus de jeunes, lycéen(ne)s,

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

School. Handicap et Enseignement Supérieur. En partenariat avec : Avec le soutien de :

School. Handicap et Enseignement Supérieur. En partenariat avec : Avec le soutien de : & School Handicap et Enseignement Supérieur En partenariat avec : Avec le soutien de : & School Handicap et Enseignement Supérieur Qui sommes-nous? Hanploi est une association de loi 1901, créée en 2004,

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA

Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA Ouverture officielle du deuxième Forum ministériel sur les sciences, les technologies et l innovation en Afrique Rabat, Maroc, 15 octobre 2014 Discours d Oley Dibba- Wadda, Secrétaire exécutive de l ADEA

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes May MORRIS, Directrice de Recherche CNRS, biologiste - biochimiste Claudine HERMANN, Professeure honoraire Ecole polytechnique, physicienne Evelyne

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Discours de Monsieur Georges Rovillard, Administrateur général de l AWIPH Monsieur le représentant de Madame

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises L Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a obtenu des fonds de l Agence de la santé publique du Canada afin de promouvoir

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame,

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Lausanne, le XX yyyyy 2014 Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Le Centre de compétence suisse en sciences sociales (FORS) à l'université de Lausanne réalise l European

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Notes pour l allocution prononcée par Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l allocution prononcée par Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l allocution prononcée par Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal lors du séminaire en éducation Beijing, le 23 septembre 2005 Sanghai, le 26 septembre

Plus en détail

Concours sur titres en première année

Concours sur titres en première année Institut d Optique -Concours sur titres-15 Concours sur titres en première année 15 à 20 places sont proposées pour l admission sur titres toutes filières confondues en première année de formation d ingénieur

Plus en détail

Connecte-toi aux nouvelles technologies

Connecte-toi aux nouvelles technologies Connecte-toi aux nouvelles technologies Les métiers des TIC des métiers branchés Bien choisir Toutes les informations utiles. Cette brochure doit t orienter dans tes choix de formation. Choisir n est pas

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail :

Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : Lycée Saint-Sébastien 4, Rue Hervé De Guébriant BP 30819 29208 LANDERNEAU cedex TEL : 02.98.85.12.55 FAX : 02.98.85.45.67 @ mail : collegelycee@st-sebastien.fr Site web : www.st-sebastien.fr L assurance

Plus en détail

DGT/DGCS-SDFE. Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés

DGT/DGCS-SDFE. Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés Embauche (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes pratiques en entreprise) Objectifs de progression Actions Indicateurs chiffrés

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME

DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME DOSSIER DE PRÉSENTATION DU PROGRAMME Un programme multi-partenarial initié en Provence-Alpes-Côte d Azur pour promouvoir la Mixité professionnelle Femme/Homme et changer les stéréotypes sur les métiers

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Enquête sur la double cohorte. 10 e année

Enquête sur la double cohorte. 10 e année Ministère de l éducation Enquête sur la double cohorte 10 e année (Cohorte de 9 e année 2000-2001) (Also available in English) école : RÉSERVÉ À L ÉCOLE N o d identité de l école : NIM de l élève : label

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

M2 / MBA NOUS SOUTENIR PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION. La Taxe d Apprentissage

M2 / MBA NOUS SOUTENIR PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION. La Taxe d Apprentissage M2 / MBA PARIS 2 DROIT DES AFFAIRES MANAGEMENT GESTION NOUS SOUTENIR La Taxe d Apprentissage ÉDITO Chers donateurs et partenaires, Chers amis, Les Professeurs Jérôme Duval Hamel et Antoine Gaudemet, Co-Directeurs

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris

XX IÈME EDITION. Bernard Ramanantsoa Directeur Général d HEC Paris 3 En 2005, trois étudiants de l école lançaient sur le campus le premier Class Gift des Elèves, illustrant par leur action solidaire l entraide qui fait la force du réseau HEC. Jamais démenti depuis, cet

Plus en détail

CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles

CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles CPGE Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles L institut Léonard de Vinci en quelques mots Autorisé par le Ministère de l Education Nationale et de l Enseignement Supérieur, l Institut Léonard de Vinci

Plus en détail

Mutationnelles 10 Chiffres clés

Mutationnelles 10 Chiffres clés Mutationnelles 10 Chiffres clés Claudine Schmuck Global Contact Sponsor Chiffres clés 2010 1 Sommaire INTRODUCTION 3 PREMIER PARADOXE : LA FEMINISATION DES METIERS SCIENTIFIQUES EN QUESTIONS? 4 DEUXIEME

Plus en détail

Mardi 9 Février 2016 09:00-18:00. Osez activer tous vos talents!

Mardi 9 Février 2016 09:00-18:00. Osez activer tous vos talents! 1 ère édition Mardi 9 Février 2016 09:00-18:00 Mérieux Université Domaine de Montcelard Tassin la Demi-Lune Lyon Osez activer tous vos talents! Le Forum JUMP est l événement annuel pour renforcer la mixité

Plus en détail

Modèles de lettres de présentation. Pour une candidature personnalisée

Modèles de lettres de présentation. Pour une candidature personnalisée Modèles de lettres de présentation Pour une candidature personnalisée Document réalisé par le Carrefour jeunesseemploi Rivière-du-Nord 2013-2014 Saint-Jérôme, le 20 septembre 2013 Monsieur Mario St-Onge

Plus en détail

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013

Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 Conseil Régional de l Ordre des Experts-Comptables Marseille-PACA REVUE DE PRESSE JUIN 2013 L alternance contribue à renforcer la professionnalisation des étudiants. Elle offre une véritable voie de sociabilisation

Plus en détail

construisons ensemble les savoirs de demain

construisons ensemble les savoirs de demain construisons ensemble les savoirs de demain «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles

Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre. Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Journée Mondiale du Lavage des Mains, le 15 octobre Plus qu une journée: Enquete dans 100 Écoles Les mains propres sauvent les vies Journée Mondiale du Lavage des Mains Comment et pourquoi mener cette

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR 1 L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR COULON Alain Professeur de sciences de l éducation à Paris 8 Directeur du CIES Sorbonne Les Centres d Initiation à l Enseignement Supérieur (CIES)

Plus en détail

Mise en place d un projet année scolaire 2015/2016 : La Mini-entreprise EPA

Mise en place d un projet année scolaire 2015/2016 : La Mini-entreprise EPA Mise en place d un projet année scolaire 2015/2016 : La Mini-entreprise EPA La Mini-entreprise : quel intérêt pour les jeunes? Les principes du programme pour le mini-entrepreneur: Lui faire découvrir

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Gestion de la recherche

Gestion de la recherche 38 Prix Innovation MARIE-NOËLLE FOURMAUX Gestion de la recherche Lauréate du Prix Innovation Inserm 2007 en gestion de la recherche, Marie-Noëlle Fourmaux-Priem est responsable de la formation au sein

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Marketing opérationnel de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des

Plus en détail

OBTENIR UN DOUBLE DIPLÔME À L EISTI

OBTENIR UN DOUBLE DIPLÔME À L EISTI école d ingénieurs Mathématiques - Informatique Cergy-Pau www.eisti.fr OBTENIR UN DOUBLE DIPLÔME À L EISTI Mathématiques - Nouvelles Technologies Systèmes d Information - Finance Innovation - Management

Plus en détail

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier»

Taxe d apprentissage. «Faire d une passion, son métier» 2012 Taxe d apprentissage «Chefs d entreprises, entrepreneurs : vous possédez une fibre sociale et sportive, et vous souhaiteriez mettre en valeur l engagement citoyen de votre entreprise. Faites confiance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine DOSSIER DE PRESSE www.dauphine.fr 1 Présentation de l Université Paris-Dauphine L Université Paris-Dauphine est un grand établissement d enseignement supérieur exerçant des activités de formation (initiale

Plus en détail

les metiers de l énergie une publication Orientations

les metiers de l énergie une publication Orientations les metiers de l énergie une publication Orientations Les acteurs traditionnels de la production, la transformation et la distribution du pétrole, de l électricité nucléaire ou thermique et du gaz demeurent

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Université d été de la e Santé 4 juillet 2013 Technopôle Castres Mazamet Intervention du Pr Louis Lareng Directeur de l Institut Européen

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013 (French only) Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis soutenue par le Conseil de l Europe Tunis, 8 janvier 2013 Intervention de Mme Gabriella Battaini-Dragoni, Secrétaire

Plus en détail

ingénieuses Les écoles d ingénieur-e-s fêtent les femmes

ingénieuses Les écoles d ingénieur-e-s fêtent les femmes ingénieuses Les écoles d ingénieur-e-s fêtent les femmes L opération Ingénieuses La faible proportion de femmes ingénieures dans certains domaines des sciences et des technologies a toujours été une préoccupation

Plus en détail

Le Conseil Régional de Lorraine

Le Conseil Régional de Lorraine Le Conseil Régional AUX PETITS SOINS Lycéens Apprentis Étudiants Toutes les aides prescrites pour la Rentrée 2013! édito Le Conseil Régional aux petits soins... Une Lorraine qui soigne sa jeunesse Lycéens,

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons»

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sites généralistes (textes de référence, statistiques, actions, outils) : http://www.education.gouv.fr/syst/egalite/ Cette rubrique du

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Un partenaire qui avance avec le monde ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Mama, S/P Ouragahio, le 15 novembre 2008

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail