La gestion de l environnement et des ressources naturelles. Une préoccupation croissante du FIDA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion de l environnement et des ressources naturelles. Une préoccupation croissante du FIDA"

Transcription

1 La gestion de l environnement et des ressources naturelles Une préoccupation croissante du FIDA

2 Cette publication vise à faire largement connaître l expérience du FIDA en illustrant les instruments, processus et pratiques qu il utilise par des exemples tirés de son portefeuille de projets. Le thème choisi pour l examen du portefeuille du FIDA pour 2001 était la gestion de l'environnement et des ressources naturelles. La présente publication s inspire largement de ce rapport de situation qui a été présenté à la soixante-douzième session du Conseil d'administration du FIDA en avril Ce rapport contient un vaste éventail d'exemples relatifs à la conservation du sol, l'aménagement des bassins versants, la déforestation, la gestion des parcours, la désertification, la conservation de la biodiversité et la santé environnementale. D autres aspects transectoriels ont été abordés notamment la participation des bénéficiaires et des communautés, le transfert de technologies respectueuses de l'environnement, la promotion de politiques en faveur de l'environnement et le financement rural pour alléger la pression sur les ressources naturelles.

3 Depuis plus de 20 ans, le Fonds international de développement agricole (FIDA) joue un grand rôle dans la lutte contre la pauvreté rurale. Son expérience montre que pour faire reculer la pauvreté il est essentiel, notamment, de donner aux ruraux pauvres l'accès aux ressources naturelles et aux technologies permettant de les utiliser de manière productive et durable. De fait, l'un des trois objectifs du cadre stratégique du FIDA pour est de "donner un accès plus équitable aux ressources naturelles productives et aux technologies". Soixante-quinze pour cent des pauvres du monde vivent en zone rurale et tirent de la terre sur laquelle ils vivent l'essentiel de leurs moyens de subsistance. Ils occupent et exploitent, directement ou par l'intermédiaire de leurs entreprises, une grande partie des terres et de l'eau consacrées à la production agricole. Ils disposent d'une mine de savoirs traditionnels relatifs aux techniques et à l'organisation. Les ruraux pauvres contribuent largement à la croissance économique de leurs pays et jouent un rôle déterminant en gérant et en conservant les ressources naturelles mondiales.toutefois, ils sont souvent contraints d'exploiter des terres dégradées de plus en plus impropres à satisfaire leurs besoins, ou de mal utiliser des terres productives parce qu'ils manquent d'outils ou de savoirs appropriés. Ainsi le cycle pauvreté/dégradation de l'environnement/pauvreté se perpétue. Le FIDA est certain d'une chose: les ruraux pauvres sont prêts à saisir les occasions d'améliorer leur vie et d'assurer un avenir meilleur à leurs enfants. Le défi consiste à les aider à surmonter les obstacles pour y parvenir. C'est un défi de taille, mais le FIDA est à même d'apporter des changements dans la vie des agriculteurs pauvres, des femmes rurales, des paysans sans terre et des autres groupes vulnérables grâce à l'expérience, aux savoirs et aux outils qu'il a accumulés. À l'heure où il fait le bilan de ses résultats et des enseignements qu'il a tirés pour préparer le Sommet Rio+10 qui se tiendra en 2002, cette publication vient à point nommé. L'engagement pris par les dirigeants mondiaux de diminuer la pauvreté de moitié d'ici 2015 ne pourra être tenu si l on ne traite pas la question du "capital naturel" qui conditionne la vie et les moyens de subsistance des ruraux pauvres. AVANT-PROPOS Le Président du FIDA Lennart Båge 1

4 Pauvreté rurale et dégradation de l environnement: une relation de cause à effet La mince couche de sol qui couvre la majeure partie de la surface terrestre est la clé du bien-être et de la survie de l'homme. Sans elle, il n y aurait ni plante, ni culture, ni animal, ni forêt, ni être humain.cependant, 40% environ de cette surface est touchée par la dégradation des sols, avec ses conséquences négatives pour plus d un milliard de personnes. Les terres dégradées sont le lot des catégories les plus pauvres de la population rurale. Environ 70% des projets consacrés par le FIDA à la lutte contre la pauvreté rurale sont situés dans des environnements marginaux, écologiquement fragiles. Dans ces zones, les pauvres sont souvent prisonniers d'un cercle vicieux entraînant la dégradation des ressources naturelles parce qu ils n ont pas suffisamment accès aux ressources productives, aux services institutionnels, au crédit et aux technologies et sont donc obligés, pour survivre, de surexploiter des terres déjà en voie d érosion.l augmentation de la pression sur la terre par le biais de la déforestation, du surpâturage et de la culture excessive entraîne une diminution de la fertilité des sols et de la production, ce qui aggrave la pauvreté. Cette relation cyclique de cause à effet entre la pauvreté rurale et la dégradation de l environnement a une conséquence évidente: tant que le problème de la dégradation ne sera pas traité directement, la pérennité des projets de développement rural de même que les tentatives visant à faire reculer la pauvreté sera compromise. Lesotho Sénégal Somalie 2

5 Panama Le mandat du FIDA et les questions liées à l environnement Le premier objectif de la plupart des projets financés par le FIDA est de favoriser le développement rural, principalement par l'augmentation de la production agricole, et d'accroître le revenu des agriculteurs pauvres. La nécessité d'étudier les retombées environnementales de la lutte contre la pauvreté s est révélée être une conséquence inévitable de l'action menée par le Fonds dans les zones marginales. L approche adoptée par le Fonds pour intégrer les considérations environnementales dans les opérations de prêt a été formulée pour la première fois en 1990 et 1991 dans deux documents d orientation. Peu après, le FIDA a nommé un conseiller spécial pour que la gestion des ressources naturelles et les questions liées à l environnement soient systématiquement prises en compte lors de la préparation et de la conception de nouveaux projets. En 1994, il a mis en place des procédures officielles comparables à celles de ses principaux partenaires, pour l évaluation environnementale, et depuis lors tous les projets à l'étude sont classés en fonction de leur urgence et de leur impact sur l écologie et les populations locales. Le FIDA n a pas limité ses efforts en matière d environnement et de gestion de ressources naturelles à son seul programme de prêts. Ses dons d assistance technique financent les recherches et la formation agricoles à l'appui des programmes nationaux et régionaux de ses États membres. Certains sont destinés à encourager les agriculteurs à adopter de meilleures techniques de gestion des ressources naturelles et à accroître ainsi leurs revenus, tandis que d autres privilégient la gestion participative, en particulier aux niveaux de la communauté et des groupements. Inde Le FIDA fournit également un appui en matière de définition des grandes orientations et une assistance technique aux programmes nationaux et régionaux de ses États membres. De plus, à l appui de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, le Fonds contribue à la préparation de programmes d action nationaux et sous-régionaux, et a récemment commencé à travailler avec les gouvernements, par le biais du Fonds pour l environnement mondial, à l'élaboration de projets consacrés aux problèmes environnementaux à l'échelle planétaire. En 1997, le Mécanisme mondial a été établi sous l autorité de la Conférence des Parties à la Convention. Accueilli par le FIDA, il joue le rôle de pivot d un réseau dynamique de partenaires qui mobilisent leurs ressources et leurs savoirs pour lutter contre la désertification. Ces initiatives, et un certain nombre d'autres, sont présentées dans les pages suivantes. 3

6 Lutter contre l érosion génétique dans les zones à tendance désertique de l Afrique À sa cinquante-septième session, en avril 1996, le Conseil d'administration a approuvé un don d assistance technique pour le programme d'élaboration de stratégies de conservation in situ et d utilisation des ressources génétiques végétales dans les zones à tendance désertique d Afrique. Ce programme, qui sera exécuté jusqu en juin 2002, consiste à combattre les pertes génétiques dues à la sécheresse et à la désertification dans les zones écologiques arides d Afrique. Certains éléments clés des stratégies destinées aux communautés agricoles de ces zones vulnérables pour leur donner un accès durable aux variétés traditionnelles de leurs cultures favorites ont été déjà identifiés. Ils varient très fortement en fonction de la composition socioéconomique et ethnique du groupe d agriculteurs considéré, et tiennent compte des pratiques et des préférences des agriculteurs en matière de sélection des semences, techniques de conservation et de stockage, mécanismes d'acquisition et de diffusion des savoirs locaux, et méthodes d expérimentation traditionnelles. À partir de ces éléments, plusieurs méthodologies sont actuellement testées au Mali et au Zimbabwe avec la participation active des agriculteurs. Le programme a également mobilisé une coalition d acteurs, notamment les systèmes nationaux de recherche agricole (en particulier les programmes nationaux portant sur les ressources génétiques végétales), les organisations internationales (l'organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) et l'institut international des ressources phytogénétiques (IPGRI)) et les organisations non gouvernementales (ONG) locales et nationales. Aider les producteurs de riz aquatique en Asie du Sud et du Sud-Est À sa soixante-sixième session, en avril 1999, le Conseil d administration a approuvé un don d assistance technique pour le programme d évaluation participative: adaptation et adoption de technologies de gestion des éléments nutritifs respectueuses de l environnement pour les agriculteurs pauvres en ressources dont l'objectif est de mettre au point des technologies peu coûteuses susceptibles d être adaptées aux besoins des producteurs de riz aquatique en Asie du Sud et du Sud-est. Les activités ont lieu au Bangladesh, au Népal et au Viet Nam, et sont destinées aux agriculteurs qui cultivent de petites parcelles dans des zones isolées et marginales. Une technologie identifiée par le projet, qui a donné de bons résultats, est l utilisation de briquettes d urée: elle respecte l environnement, permet des rendements élevés (jusqu à 20% d augmentation) avec moins d engrais et est également plus accessible pour les petits paysans pauvres en ressources. Cette technologie intéresse également les agriculteurs au Népal qui invoquent la croissance uniforme, les rendements plus élevés et la raréfaction des mauvaises herbes. Au Bangladesh, un grand nombre d agriculteurs utilisent maintenant ces briquettes dans leurs mares à poissons, ce qui leur permet d'obtenir des vitesses de croissance plus élevées. La technologie demande beaucoup de main-d œuvre car les briquettes doivent être placées dans le sol à la main. Ce problème a été partiellement surmonté par l introduction de briquettes plus grandes, réduisant le placement manuel de 30% environ. En outre, des applicateurs peu coûteux sont en cours d expérimentation. 4

7 Aperçu par région Mali Madagascar Chine Mexique Jordanie Bon nombre d'aspects liés à la gestion de l'environnement et des ressources naturelles sont communs à toutes les régions: participation accrue des bénéficiaires et des communautés, conception et partage de technologies respectueuses de l'environnement, renforcement des politiques en faveur de l'environnement et promotion de la finance rurale pour encourager les activités génératrices de revenus hors exploitation et les microentreprises afin d'alléger la pression sur les ressources naturelles. On peut ajouter aux questions transversales l équité entre les sexes et les savoirs indigènes. Cependant, les causes et les effets de la dégradation de l'environnement varient considérablement selon les régions, les pays et les zones agroécologiques, donnant lieu à une grande variété de problèmes de gestion de ressources naturelles. C'est pourquoi, l'un des principaux défis consiste à adapter les solutions aux besoins de chaque zone. 5

8 Afrique de l'ouest et du Centre L une des principales préoccupations concerne la dégradation de la terre et de l'eau, due en grande partie à la désertification et à la diminution croissante de la surface des terres arables, des eaux souterraines et des parcours d'élevage. L'exploitation par une population toujours plus nombreuse des terres boisées pour le bois de chauffage, le bois d'œuvre et de nouvelles terres agricoles aggrave encore le problème. Face à cette situation, le FIDA met l'accent sur les approches durables de l'intensification agricole, ainsi que sur la promotion de technologies appropriées, le renforcement du pouvoir d'action des communautés, l'apport d'information pour les prises de décision et la gestion des ressources naturelles. Sur les 46 projets en cours dans la région, 18 ont des composantes en rapport avec la gestion des ressources naturelles fondées sur l'expérience tirée du Programme spécial pour les pays de l'afrique subsaharienne touchés par la sécheresse et la désertification, qui a couvert la période et qui a été le premier grand programme du FIDA traitant le problème de la dégradation des terres en relation avec la pauvreté et la sécheresse. Mauritanie L'un des enseignements importants qui en a été tiré est que les technologies issues des pratiques locales ont un impact moindre sur l'environnement que les technologies standard exigeantes en intrants, et qu'elles ont plus de chance de succès parce qu'elles répondent aux priorités de la population locale. Au Burkina Faso, par exemple, les agriculteurs locaux façonnent sur les pentes de leurs terres des festons en demi-lune pour capter et retenir l'eau. Au Cap-Vert, les travailleurs ruraux ont introduit les terrasses, ce qui a amélioré la production de fourrage et de maïs, tout en laissant de la terre pour une récolte de pois cajan. Dans un autre projet novateur au Niger, les travaux d'irrigation ont été laissés aux termites: la technique, appelée, consiste à creuser des trous de 15 à 20 centimètres de profondeur et à utiliser le sol déterré pour façonner des bourrelets protecteurs autour du trou. Les fonds des trous sont ensuite tapissés de fumier qui devient un terrain de reproduction pour les termites. Celles-ci creusent le sol durci par la sécheresse, produisant un délicat réseau de galeries. Lorsque les pluies arrivent, les trous et les galeries se remplissent d'eau et les agriculteurs y plantent sans peine le mil ou le sorgho. 6 Afrique de l'ouest et du Centre

9 Comprendre l'environnement avant d'agir En Gambie, le riz constitue l'aliment de base et représente une large part de la production agricole du pays. Il est cultivé dans un environnement de mangrove, formé de divers niveaux de sols acides à sulfates contenant de la pyrite. Alors que ces sols sont généralement situés dans des zones plates riches en matière organique et autres éléments nutritifs, leur submersion provoque l'oxydation de la pyrite, qui conduit à une forte acidification et les rend toxiques, déficitaires en éléments nutritifs et impropres à l'agriculture. De plus, les inondations peuvent répandre l'acidité dans d'autres zones, tuant les poissons, les crustacés et la faune, ce qui prive la population de l'une de ses sources de protéines les plus importantes. Le programme de développement agricole des basses terres s'est efforcé d'évaluer ces contraintes environnementales pour élaborer des mesures correctives pendant la conception et l'exécution du projet. La réalisation d'une série d'études environnementales a constitué une composante majeure de la stratégie adoptée. Les études pédologiques ont fourni un aperçu des caractéristiques des sols ou groupes de sols et de leur influence sur la productivité agricole. Un certain nombre de recommandations pratiques ont porté sur le labour profond, la conservation des hautes terres, le drainage et les méthodes de culture. L'étude a débouché sur l'introduction d'un nouveau système de classification des sols plus simple, qui permet au personnel du projet et aux agriculteurs de reconnaître avec davantage de facilité les sols à problèmes. Dans les zones où des sols acides ont été identifiés, le personnel a été formé pour aider les communautés à extraire de la chaux le long des cours d'eau afin de neutraliser la trop forte acidité. On a introduit des techniques de conservation de l'eau et du sol, élémentaires du point de vue technologique, telles que de simples digues de retenue d'eau, des déversoirs pour évacuer l'eau salée des bas-fonds recouverts par la marée, et des chaussées en bois pour accéder aux marécages. Des rendements de riz plus élevés et plus stables ont incité les communautés à contribuer aux travaux de conservation. Le projet a également renforcé les groupements villageois traditionnels afin qu'ils prennent la responsabilité de l'exécution et de la gestion de leurs projets. Cette étude détaillée s'est révélée être un outil important pour mettre en lumière les principaux problèmes environnementaux dans une zone de projet, et la façon dont ils ont un impact sur les objectifs d'amélioration de la production agricole et de préservation de l'environnement à long terme. De plus, comme les sols acides à sulfates sont présents dans d'autres zones côtières d'afrique de l'ouest, les activités du programme peuvent être étudiées du point de vue de leur reproductibilité.

10 Afrique orientale et australe La dégradation des ressources naturelles est un grave problème en Afrique orientale et australe: la région est touchée par la déforestation, la perte de la fertilité des sols, le compactage des sols, l'insuffisance d'eau et le surpâturage. Le FIDA a 50 projets en cours dans la région. Compte tenu de la diversité de la base de ressources naturelles, chaque projet porte sur des problèmes spécifiques en fonction du site. Les principaux domaines d'intervention sont l'arrêt et l'inversion du processus de déforestation, la lutte contre l'érosion et la gestion des sols, la gestion de l'eau et de l'humidité du sol, l'arrêt de la dégradation des pâturages, la régénération et la conservation des ressources marines et la conservation de la biodiversité. En Zambie, par exemple, le projet de gestion des ressources forestières a lancé une série d'activités à assise communautaire pour accroître les revenus des agriculteurs et permettre une utilisation durable des ressources forestières. L'une des principales initiatives est la plantation de bosquets par les communautés elles-mêmes, pour leur propre usage et pour la vente, ce qui devrait réduire les coupes dans la forêt naturelle. Au Lesotho, le système de culture Machobane, qui porte le nom de son inventeur, a été utilisé dans le programme de conservation des sols et de l'eau ainsi que d'agroforesterie. Ce système remplace la monoculture traditionnelle par des cultures relais intensives le long des courbes de niveau afin de lutter contre l'érosion et de conserver l'humidité. Il améliore la fertilité du sol grâce à l'épandage de cendres de bois et de fumier de ferme. Le système met également l'accent sur la formation intensive des agriculteurs (le plus souvent par d'autres agriculteurs), un haut niveau de participation des petits paysans et un renforcement important de leurs pouvoirs. Au Burundi, le projet de développement agropastoral au Bututsi favorise l'établissement de pépinières privées gérées par des groupements d'agriculteurs et assure une formation en matière de production et de distribution de plants. Madagascar L'expérience a prouvé que les périmètres d'irrigation privés sont généralement plus viables et autosuffisants que les périmètres publics. C'est pourquoi, la stratégie régionale privilégie une gestion de l'eau susceptible d'être dirigée et mise en œuvre par les agriculteurs. À Madagascar, le projet de mise en valeur du Haut Bassin du Mandraré remet en état les périmètres d'irrigation publics et communautaires et confie la gestion des premiers à leurs utilisateurs. Des animateurs locaux formés par des ONG travaillent avec les agriculteurs à la formation d'associations d'irrigants qui sont ensuite associées à la planification et à la réalisation des travaux de remise en état. En Éthiopie, grâce au renforcement de ses capacités, le Bureau régional de développement responsable de l'eau, des mines et des ressources en énergie, peut dresser des inventaires, rechercher des sources d'eau potentielles pour les communautés et organiser des comités communautaires pour l'eau et l'assainissement chargés d'élaborer des plans en fonction des besoins des communautés. 8 Afrique orientale et australe

11 Améliorer la vie des artisans pêcheurs Au Mozambique, la pêche constitue l'une des principales sources d'aliments pour les ménages et de recettes de l'exportation. Malheureusement, la surexploitation tant par la flotte artisanale que par la flotte industrielle et les pratiques destructrices ont gravement appauvri les stocks de poissons et endommagé l'environnement marin. Le projet de pêche artisanale dans la province de Nampula a débuté en 1994, avec un financement du FIDA, du Gouvernement mozambicain et du Fonds de l'organisation des pays exportateurs de pétrole. Les objectifs du projet étaient d'accroître les revenus, de créer de nouvelles possibilités d'emploi et de renforcer la sécurité alimentaire des artisans pêcheurs et de leurs familles. Pour les réaliser, on a conçu une approche à quatre volets: améliorer la disponibilité de l'équipement de pêche et l'accès des pêcheurs aux services financiers; expérimenter puis promouvoir de nouvelles techniques de pêche, de même que des méthodes plus appropriées de traitement du poisson; développer les compétences en matière de transport et de commercialisation; et enfin, améliorer les installations d'assainissement et l'accès à l'eau potable. De grands pas ont été faits. La fiscalité applicable aux équipements de pêche a été réduite, ce qui les rend disponibles à des prix raisonnables, grâce notamment à l'appui apporté en faveur de la création d'un réseau de détaillants privés. En partenariat avec les pêcheurs, le projet a testé différents types d'équipements, tels que les filets maillants de plus grande taille, les lignes longues et les tramails pour les crevettes, dans le but de mettre au point des techniques efficaces et peu coûteuses adaptées aux diverses espèces commerciales présentes dans la zone. Le projet a également expérimenté des approches en matière de traitement et de conservation, telles que fumoirs et grilles de salage et de séchage. Ces mesures vont encourager les pêcheurs à adopter des pratiques de pêche plus durables et promouvoir une production plus efficiente. Les réformes introduites - ainsi que l'appui apporté par le projet aux comités de cogestion ont incité les pêcheurs à se débarrasser des moustiquaires qu'ils utilisaient traditionnellement sans que leurs prises en soient affectées et ont conduit à l'extension de la zone de pêche réservée exclusivement à la flotte artisanale. Elles devraient avoir un impact positif sur les stocks halieutiques et l'environnement naturel. La composante services financiers du projet ne s'est pas limitée au crédit. Quatre formules ont été testées: caisses de crédit, groupements de solidarité ou de confiance, clubs d'épargne, et tontines. Ces dernières se sont révélées particulièrement adaptées aux besoins des catégories les plus pauvres de la communauté, plus spécialement les femmes, et plus de 130 ont été créées. Le projet a également construit 122 puits, remis en état 138 km de routes d'accès et contribué à promouvoir la formation de 157 organisations communautaires comités de cogestion, comités de gestion des points d'eau, groupements de développement communautaire et autres qui participent activement aux activités du projet. Le projet de Nampula a démontré maintes fois l'efficacité d'une approche intégrée intersectorielle, portant simultanément sur les aspects techniques, commerciaux, sociaux et institutionnels. Grâce à un ciblage judicieux, il a permis non seulement d'inciter les pêcheurs à améliorer et à développer leurs activités, mais aussi de promouvoir un développement plus large et mieux intégré au sein du secteur de la pêche.

12 Asie et Pacifique Les principaux problèmes environnementaux rencontrés par les agriculteurs pauvres de l'asie et du Pacifique sont: la dégradation des ressources en terre et en eau, la sédimentation des cours d'eau, la diminution des ressources forestières et de la biodiversité et la diminution des ressources halieutiques. Les programmes concernant les zones marginales bénéficient d'une attention toute particulière, car ces zones ont été les plus durement touchées par la crise financière asiatique de 1997.Sur les 56 projets en cours dans la région, 34 (61%) sont situés dans des zones marginales, en particulier dans les hautes terres, et 24 (43%) prévoient des investissement importants dans la gestion des ressources naturelles. La conservation des sols tient une place importante dans la région. L'expérience a montré que les agriculteurs pauvres ne disposent souvent ni du temps ni des moyens nécessaires pour participer aux mesures correctives lentes et coûteuses visant à rétablir la fertilité des sols, c'est pourquoi nombre de projets s'efforcent d'améliorer simultanément la production et la conservation des sols. En Indonésie, par exemple, le projet d'agriculture pluviale à Java Est faisait participer les bénéficiaires à la planification des activités et prévoyait des incitations, telles que des rations alimentaires fournies par le Programme alimentaire mondial (PAM). Les travaux de conservation du sol et de l'eau dans les exploitations consistaient en l'amélioration des terrasses pour optimiser la rétention du sol et de l'eau, la construction de canaux de drainage, le comblement des ravines et la réalisation de petits ouvrages de retenue pour contrôler le flot de l'excédent d'eau. Le projet introduisait également des graminées et des plantes fourragères pour lutter contre l'érosion et contribuer à l'alimentation des animaux.l'un des résultat a été une augmentation de 60% du rendement net par unité de culture vivrière. En ce qui concerne la biodiversité, on estime que pendant les 25 prochaines années, l'asie perdra une plus grande proportion d'espèces et d'écosystèmes naturels que n'importe quelle autre région du monde. L'expérience a démontré que la manière la plus efficace de conserver la biodiversité était d'établir des zones de protection. Cependant, il faut veiller à promouvoir la participation des bénéficiaires de façon à ne pas marginaliser les utilisateurs des ressources. C'est ce qui a été réalisé en Inde avec le projet de gestion des ressources communautaires sur les hautes terres de la Région Nord-Est: la réserve naturelle est entourée d'une zone tampon ainsi que de forêts destinées à répondre aux besoins des communautés et à éviter toute violation de la zone protégée. Compte tenu du rôle important des femmes, qui fournissent 70 à 80% du travail et contribuent au ramassage des produits de la forêt ainsi qu'à la conduite du ménage, des programmes de vulgarisation sont spécialement conçus à leur intention. Viet Nam 10 Asie et Pacifique

13 Stimuler l'élevage en améliorant la qualité des pâturages La productivité de l'élevage augmente lorsque l'alimentation animale et les abris sont de bonne qualité. Cependant, le problème consistant à équilibrer le nombre d'animaux et les pâturages disponibles peut se révéler complexe. En Chine, pour résoudre ce problème, le projet de développement des pâturages et de l'élevage dans le Nord, qui a débuté en 1981, s'appuyait sur le savoir-faire des communautés agricoles du Sichuan, complété par l'apport des intrants et des services essentiels pour accroître l'efficacité des méthodes traditionnelles de production. Le développement de l'élevage a été rendu possible grâce à l'augmentation de la quantité de fourrage vert de meilleure qualité, en particulier pendant les mois d'hiver, et à l'accent mis sur l'exploitation des terres agricoles et non arables marginales et sous-utilisées. Pour mettre au point une technologie d'amélioration des fourrages, la recherche adaptative a porté sur: la sélection des espèces fourragères (annuelles et pérennes) susceptibles de produire des rendements élevés, de rivaliser avec les mauvaises herbes et de bien se développer avec les autres espèces fourragères; la détermination des besoins en engrais et des périodes de plantation; et l'identification des cultures compagnes. Dans nombre de projets de développement de l'élevage, l'une des préoccupations est le risque de dégradation des sols par le surpâturage. Cependant, dans ce projet particulier, il n'a pas été jugé inquiétant. Les animaux susceptibles de causer des dommages, à savoir les chèvres, étaient les moins représentées dans les troupeaux ou les villages, beaucoup étant par ailleurs enfermés et seulement conduits au pâturage à des moments précis de la journée. Cependant, il a été suggéré d'en suivre régulièrement le nombre afin d'éviter tout risque de surpâturage et d'érosion des sols mesure de suivi environnemental qui devrait avoir plus de poids actuellement. Dans l'ensemble, le projet a eu un impact positif sur la stabilité de l'environnement: la plantation de mélanges persistants de graminées/légumineuses sur des terres marginales, utilisés périodiquement, a contribué à stopper l'érosion et à enrichir les sols épuisés et les terres non arables en matière organique. En outre, le développement de l'élevage dans des zones au sol relativement peu fertile a permis la production de plus grandes quantités de fumier de ferme pour la culture des terres arables.

14 Amérique latine et Caraïbes En Amérique latine et aux Caraïbes, la protection de l'environnement n'est pas une fin en ellemême, mais le FIDA la considère comme une préoccupation indissociable de la réduction durable de la pauvreté.cette préoccupation est exprimée - et traitée - dans une trentaine de projets (60% du total) qui mettent l'accent sur la protection de la biodiversité et la gestion des ressources naturelles renouvelables - en particulier le sol et l'eau - pour les productions végétales et animales. Le projet de gestion des ressources naturelles dans la sierra méridionale au Pérou, par exemple, vise à remettre en état la base de ressources naturelles afin de permettre aux agriculteurs pauvres de produire les cultures et les animaux traditionnels des Andes. À cet effet, il s'appuie sur une action collective associant les savoirs traditionnels aux techniques modernes pour améliorer la gestion du sol et de l'eau. Au Nicaragua, le projet d'apport de capital aux petits exploitants de la zone Tropisec des Segovias Région I adopte également une approche intégrée:les productions végétales et animales sont améliorées par le biais d'une action collective visant à introduire la culture d'arbres à multiples usages, un meilleur aménagement du bassin versant et le reboisement des terres dégradées. La vulnérabilité de la région aux catastrophes naturelles fréquentes est aggravée par la dégradation de l'environnement, la déforestation et l'aménagement inadapté des bassins versants. Les projets de redressement après le passage de l'ouragan Mitch en Amérique centrale prévoient des interventions techniques dans les zones rurales pour mieux aménager les paysages et les bassins versants afin de réduire la vulnérabilité écologique. En même temps, ils favorisent la participation active de la société civile aux programmes de lutte contre la pauvreté afin de réduire la vulnérabilité de la population. Les régimes fonciers revêtent également une grande importance. La sécurité d'occupation des terres constitue une incitation à l'adoption de pratiques durables de gestion de la terre et de l'eau et accroît les possibilités à cet égard. Les droits de propriété peuvent également servir de garantie pour l'obtention de crédits et favoriser ainsi une production plus efficace. Plusieurs projets de la région aident les agriculteurs ou leurs organisations à obtenir le droit d'occuper les terres qu'ils cultivent et celles qu'ils partagent avec d'autres membres de la communauté. Pérou 12 Amérique latine et Caraïbes

15 L'importance des plans de gestion de l'environnement La gestion des ressources naturelles et la protection de l'environnement sont des objectifs essentiels de la stratégie du FIDA dans le département de Chalatenango ("la vallée de l'eau et du sable"), une région montagneuse du nord d'el Salvador, la plus pauvre du pays, où les effets de la guerre et de la dégradation des ressources naturelles se font durement sentir. Le projet de réhabilitation et de développement dans les régions dévastées par la guerre du Département de Chalatenango (PROCHALATE) a été conçu par le FIDA en collaboration avec le gouvernement pour rétablir la structure sociale et économique de la zone. L'un des objectifs du projet était l'élaboration d'un plan de gestion de l'environnement en collaboration avec le Comité Ambiental de Chalatenango, l'institution responsable de la coordination des activités environnementales dans la région. Le plan, conçu selon une approche participative, visait à promouvoir la gestion de l'environnement et à créer ou renforcer les institutions pertinentes. Depuis son entrée en application, les questions socio-environnementales sont devenues plus évidentes, ce qui a entraîné un renforcement de l'éducation en matière d'environnement (dès l'école primaire), la formation de groupements environnementaux, l'intensification de la coopération entre les divers niveaux institutionnels, et une participation accrue des collectivités locales aux projets environnementaux. L'expérience de Chalatenango a montré que les plans de gestion de l'environnement fournissent: une base juridique pour la protection de l'environnement; un cadre global pour les questions traitées telles que la foresterie et l'aménagement des bassins versants ou l'éducation en matière d'environnement; des inventaires des ressources naturelles, qui servent de point de départ pour les activités en faveur de l'environnement; les détails d'un plan d'action concret; et l'assurance de la participation de la population à toutes les étapes. D'une manière plus générale, les plans de gestion de l'environnement favorisent la durabilité du projet sur le long terme.

16 Proche-Orient et Afrique du Nord Les principales menaces environnementales au Proche-Orient et en Afrique du Nord sont liées à la sécheresse, à la désertification et à la dégradation des sols et de la terre. Elles sont aussi, dans une large mesure, la cause et jusqu'à un certain point la conséquence de la pauvreté rurale. La dégradation importante des terres résulte des conditions climatiques, de la mauvaise gestion des parcours d'élevage et du surpâturage. De plus en plus souvent, la gestion durable des ressources naturelles, notamment la conservation du sol et de l'eau, la mise en valeur des terres et l'irrigation, en particulier dans le contexte de l'augmentation de la production agricole, font partie intégrante des projets réalisés, et en constituent l'un des principaux objectifs. En Jordanie, la première génération de projets (avant 1995) privilégiait l'accroissement du capital des ruraux pauvres; la deuxième génération (projets approuvés depuis 1995) s'attaque à la pauvreté par le biais de la gestion des ressources naturelles, en particulier la conservation du sol et de l'eau et l'aménagement des parcours. Le projet de mise en valeur des ressources agricoles dans la région du Yarmouk, par exemple, adopte une approche participative assortie de mesures novatrices qui assurent le renforcement des pouvoirs des pauvres en leur donnant accès aux ressources productives et aux processus de décision. Les mesures de conservation s'appuient sur un plan d'utilisation durable des terres préparé avec la participation et l'approbation des communautés. La conservation de l'eau, la protection des sources et les travaux de remise en état font appel à des associations d'irrigants dont les membres participent à la planification, à la conception et à l'exécution des activités. Ils contribuent en outre au financement des coûts initiaux des travaux et s'engagent à exploiter et entretenir les nouvelles installations. Au Yémen, la conservation des ressources est la clé de la pérennité de la production agricole. Situé dans la zone agricole la plus importante du pays, le projet de protection de l'environnement de la Tihama a mis dès le début l'accent sur les mesures de conservation. Dans la Tihama, la stabilisation des dunes de sable pour freiner l'avancée du désert constitue le problème environnemental central. Des espèces d'arbres indigènes et exotiques sont utilisées pour fixer les dunes et des survols aériens permettent de suivre l'avancée du désert. La surveillance des ressources en eau a également permis d'influer sur les politiques gouvernementales régissant le creusement de nouveaux puits. Jordanie 14 Proche-Orient et Afrique du Nord

17 Associer tradition et innovation En 1986, les bergers de la région orientale du Maroc ont demandé de l'aide au gouvernement: leur activité d'élevage était compromise en raison de plusieurs années de sécheresse successives, les parcours étaient gravement dégradés et les zones entourant les points d'eau étaient surpâturées. Les troupeaux étaient décimés, les revenus s'étaient effondrés, et la dette s'accumulait. Diverses solutions techniques ont été proposées, mais les éleveurs les ont rarement adoptées parce qu'elles ne prenaient pas suffisamment en compte l'organisation sociale complexe des tribus, les lignages et les groupes familiaux. Le FIDA a conçu le projet de développement de l'élevage et des pacages dans la région orientale pour répondre à ces préoccupations. Le véritable défi consistait à amener tous les éleveurs à adopter ensemble des solutions. Il fallait pour cela trouver une forme d'organisation sociale tenant compte de la structure tribale traditionnelle, tout en introduisant des concepts modernes. Des coopératives "ethnolinéaires", respectant les structures tribales et les droits ancestraux d'utilisation des pacages, ont donc été créées pour donner une existence moderne, démocratique et juridiquement ratifiée aux droits traditionnels et aider les bergers à devenir autonomes. Plusieurs années de négociations ont été nécessaires mais, aujourd'hui, pratiquement tous les éleveurs sédentaires, semi-nomades et nomades d'une vaste région de plus de trois millions d'hectares sont membres des coopératives (34 en tout). Un total de ha de parcours autrefois dégradés ont été remis en état. Certaines parties ont été transformées en réserves consacrées à la production de fourrage (qui a été multipliée par cinq) et au pâturage contrôlé. De plus, les services vétérinaires fournis par les coopératives ont contribué à réduire la mortalité animale jusqu'à un niveau négligeable, et des activités génératrices de revenus ont été créées à l'intention des pasteurs et des femmes rurales. Le projet a favorisé l'engagement d'un dialogue ouvert entre les éleveurs et le gouvernement. Il a également formulé une approche qui permettra aux coopératives d'utilisateurs des parcours d'élevage de devenir de plus en plus autonomes, ce qui pourrait être reproduit ailleurs dans le pays.

18 Collaboration du FIDA aux initiatives mondiales Mauritanie Maroc Guatemala Le Mécanisme mondial La Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, tenue à Rio de Janeiro en 1992, a marqué la prise de conscience des liens existant entre la pauvreté et la dégradation de l'environnement, et a débouché, entre autres, sur la Convention sur la lutte contre la désertification. À ce jour, 170 pays ont ratifié cette Convention, qui constitue un cadre juridiquement contraignant pour la recherche d'une réponse globale aux problèmes liés à l'environnement et aux moyens de subsistance durables. Le Mécanisme mondial, dont le FIDA est l'institution hôte, a été créé pour résoudre en partie le problème de la désertification. Son mandat est "de promouvoir les actions conduisant à la mobilisation de ressources financières substantielles, notamment pour le transfert de technologies, sous la forme de dons et/ou à des conditions favorables ou autres, en faveur des pays en développement touchés Parties." Il joue un rôle d'intermédiaire et de catalyseur, en ne se limitant pas à s'appuyer sur les interventions des partenaires du développement mais en les valorisant. Depuis sa création, le Mécanisme mondial a aidé des gouvernements, des organisations intergouvernementales et des ONG à créer un environnement propice à la mobilisation de contributions importantes de donateurs, d'organisations de coopération technique, d'institutions financières régionales et internationales et d'institutions et organismes des Nations Unies. 16

19 Renforcement des capacités locales et transfert de technologie En 1999, le Mécanisme mondial et le Réseau international d'ong sur la désertification (RIOD) ont fait une demande de don au titre du Programme de coopération élargie FIDA/ONG (PCE) pour un programme d'échange communautaire et de formation destiné à créer un vaste cadre favorisant le partage systématique de l'expérience, et notamment l'incorporation et la diffusion des savoirs indigènes, grâce au renforcement des capacités locales et au transfert de technologie. Les échanges directs entre les utilisateurs de ressources naturelles (agriculteurs, pasteurs, etc.) constituent l'un des systèmes les plus efficaces et les moins coûteux pour transférer les technologies. Les donateurs et les ONG y sont de plus en plus favorables, mais il n'existe pas d'arrangement institutionnel systématique permettant de faire en sorte que ces activités d'échange communautaire et de formation couvrent un grand nombre de projets. On ne connaît pas non plus de mécanisme suffisamment efficace pour y inclure les communautés géographiquement isolées et/ou économiquement marginalisées, dont les savoirs traditionnels ne sont donc pas exploités. Le programme s'efforce de combler cette lacune par le biais d'un partenariat flexible associant les projets de développement financés par des donateurs, les interventions des ONG et les communautés qui seraient sans cela exclues des projets. Ce type de programme répond parfaitement à l'objectif stratégique du FIDA qui est de fournir aux utilisateurs de ressources un accès direct aux informations sur les activités adaptées à leur environnement et à leurs ressources. Pour résoudre les problèmes de pauvreté et de dégradation de l'environnement, par exemple, le Groupe de suivi environnemental a contribué à l'organisation d'un échange intercommunautaire à l'intention de seize planteurs de thé Rooibos du Suid Bokkerveld. Les agriculteurs ont rendu visite aux communautés voisines pour s'entretenir de la qualité des cultures, du traitement et de la commercialisation. À leur retour, ils ont partagé ce qu'ils avaient appris et constitué une coopérative d'agriculteurs. Ensuite, ils ont amélioré le processus de traitement après la récolte, se sont fait enregistrer en tant que producteurs biologiques et ont créé la coopérative des petits planteurs du Heiveld pour transformer et commercialiser le thé. Ils ont passé des contrats d'exportation de thé en Europe et profitent maintenant des avantages apportés par l'amélioration de leurs revenus. Le programme a été en mesure de fournir un capital de lancement et a même favorisé l'établissement d'une activité commerciale touristique à assise communautaire. Le RIOD est actuellement engagé dans la conception d'un cadre stratégique pour la constitution de partenariats en vue d'élaborer une réserve de projets d'échanges communautaires, et qui pourraient être organisés pour répondre à l'importance croissante du programme. Par exemple, les ONG de la Communauté de développement de l'afrique australe (SADC) ont récemment mis en place un comité sous-régional chargé de l'évaluation des projets, pour traiter plus rapidement et plus efficacement les propositions reçues, dont les activités sont financées par un don accordé par le Mécanisme mondial et le PCE/RIOD. Le RIOD prévoit également l'organisation d'une conférence de parlementaires avec la participation de représentants de la société civile, ainsi que l'élaboration d'une position commune des ONG dans le contexte de la préparation du Sommet mondial sur le développement durable Rio+10 de En Asie centrale et en Amérique latine, l'agence allemande de coopération technique (GTZ) travaille en collaboration étroite avec le Mécanisme mondial pour faire du Programme d'échange communautaire et de formation un outil important, à l'échelle locale, des plans d'actions nationaux adoptés pour atteindre les objectifs de la Convention sur la lutte contre la désertification.

20 Tanzanie Guatemala Philippines Le Fonds pour l'environnement mondial Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) a été créé pour instaurer une coopération internationale et financer des actions en vue de lutter contre cinq graves dangers menaçant l'environnement mondial: la diminution de la biodiversité, les changements climatiques, la dégradation des eaux internationales, l'appauvrissement de la couche d'ozone et, plus récemment, la dégradation des sols. Lancé en 1991 à titre expérimental, le FEM a été restructuré après la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement de Rio de Janeiro pour servir les intérêts environnementaux des populations de toutes les parties du monde. En 1994, 34 nations ont annoncé une contribution de 2 milliards de USD pour appuyer la mission du FEM; en 1998, 36 nations se sont engagées à contribuer à hauteur de 2,75 milliards pour protéger l'environnement mondial et promouvoir le développement durable. Le 11 mai 2001, le Conseil d'administration du FEM a approuvé la recommandation de faire du FIDA un organisme d'exécution du FEM, en reconnaissance de ses capacités spécifiques, qui peuvent contribuer à apporter une réponse à une question opérationnelle pressante, à savoir comment atteindre les objectifs environnementaux mondiaux par le biais des activités de lutte contre la dégradation des sols.le FEM est persuadé que le FIDA est bien placé pour préparer et exécuter des projets de ce type, en raison de son mandat dans le domaine de l'agriculture et du développement, de son expérience en matière de dégradation des terres et de pratiques de gestion de l'eau et de la terre non durables du point de vue de l'environnement, de sa capacité d'administrer des petits projets et des dons, qui représentent la forme d'investissement habituelle, et de son engagement en Afrique pour le règlement des problèmes analogues.avec la signature d'un mémorandum d'accord le 9 octobre 2001, le FEM et le FIDA s'engagent à travailler ensemble à l'identification et à l'élaboration de projets qui concerneront, notamment, la dégradation des terres. Le FEM ne peut mener avec succès sa mission environnementale à l'échelle planétaire qu'en tant que partenaire d'un mouvement mondial pour le développement durable. Il rassemble plus de 150 gouvernements membres, des institutions de développement de premier plan, la communauté scientifique et un large éventail de représentants du secteur privé et des ONG, autour d'un programme commun mondial en faveur de l'environnement. 18

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Point 15 du projet d ordre du jour provisoire TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE

Point 15 du projet d ordre du jour provisoire TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Mai 2006 F Point 15 du projet d ordre du jour provisoire TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE PREMIÈRE SESSION DE L ORGANE DIRECTEUR Madrid (Espagne),

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Quels modes d interventions pour améliorer la contribution de la microfinance au financement de l agriculture Fida : la problématique du financement de l'agriculture en Afrique de l'est et Australe (4/6)

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard

Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard Cote du document: EB 2014/111/R.20 Point de l ordre du: jour: 12 c) Date: 20 mars 2014 Distribution: Publique Original: Anglais F Proposition d'un accord de fonds supplémentaires avec la Fondation MasterCard

Plus en détail

PLAN D ACTION MONDIAL POUR LES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES et la DÉCLARATION D INTERLAKEN

PLAN D ACTION MONDIAL POUR LES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES et la DÉCLARATION D INTERLAKEN PLAN D ACTION MONDIAL POUR LES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES et la DÉCLARATION D INTERLAKEN COMMISSION DES RESSOURCES GÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE PLAN D ACTION MONDIAL POUR LES RESSOURCES

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE QUESTIONS DE POLITIQUE GÉNÉRALE. Point 5 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE QUESTIONS DE POLITIQUE GÉNÉRALE. Point 5 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 QUESTIONS DE POLITIQUE GÉNÉRALE Point 5 de l'ordre du jour Pour approbation POLITIQUE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION SUD-SUD ET DE COOPÉRATION

Plus en détail

Quelles sont les conditions sociales favorisant les stratégies d'intensification écologique? Petit tour d'horizon international...

Quelles sont les conditions sociales favorisant les stratégies d'intensification écologique? Petit tour d'horizon international... Quelles sont les conditions sociales favorisant les stratégies d'intensification écologique? Petit tour d'horizon international... Véronique LUCAS Angers Entretiens de l'aei 29/10/2010 Mon regard particulier

Plus en détail

Plan d'action pour le Développement Durable des Amériques

Plan d'action pour le Développement Durable des Amériques Sommet des Amériques sur le développement durable Santa Cruz de la Sierra, Bolivie, 7 et 8 décembre 1996 Plan d'action pour le Développement Durable des Amériques Le document suivant est la version intégrale

Plus en détail

Un monde sans faim Brève présentation de l'initiative spéciale

Un monde sans faim Brève présentation de l'initiative spéciale 1 Un monde sans faim Brève présentation de l'initiative spéciale Version de mars 2015 Les enjeux En lançant l'initiative spéciale «Un seul monde sans faim», le ministère fédéral allemand de la Coopération

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Conférence mondiale de capitalisation de l'expérience de l AMCC 2012

Conférence mondiale de capitalisation de l'expérience de l AMCC 2012 Conférence mondiale de capitalisation de l'expérience de l AMCC 2012 Bruxelles, 12-14 septembre 2012 Document d'information Faire face au changement climatique par des mesures d'adaptation et d'atténuation

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Programme de Travail sur les Aires Protégées

Programme de Travail sur les Aires Protégées PROGRAMMES DE TRAVAIL DE LA CDB Programme de Travail sur les Aires Protégées Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Programme de Travail sur les Aires Protégées Secrétariat de la Convention

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

UNE VIE DÉCENTE POUR TOUS: éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable [COM(2013) 92 final du 27.2.2013].

UNE VIE DÉCENTE POUR TOUS: éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable [COM(2013) 92 final du 27.2.2013]. Ref. Ares(2014)2942987-09/09/2014 RÉSUMÉ DU PROGRAMME D'ACTION ANNUEL 2014, 2015 ET 2016 EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT HUMAIN FONDE SUR LE PROGRAMME INDICATIF PLURIANNUEL 2014-2020 CONCERNANT «LES BIENS PUBLICS

Plus en détail

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Ouagadougou/Burkina Faso, du 05 au 07 novembre 2013 1. Introduction Au Sahel, environ

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE 1,._.1... _._~--~------ / Les Etats Africains Sahélo- sahariens soussignés, Burkina Faso; La République de Djibouti; L'Etat

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé

LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé LE FOMIN EN HAITI Un Partenaire du Secteur Privé Ralph Denizé Montréal, Canada 1. TABLE DES MATIERES Le FOMIN en Bref Le mandat du FOMIN Le FOMIN en chiffres Le FOMIN en Haiti FOMIN Haiti en chiffres FOMIN

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

La Desertification. Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire

La Desertification. Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire La Desertification Résumé du rapport de l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire LA DÉSERTIFICATION est la dégradation persistante d écosystèmes des zones sèches. Elle menace les moyens d existence

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

Les résultats Clefs du Sommet

Les résultats Clefs du Sommet Les résultats Clefs du Sommet Le Sommet a réaffirmé le développement durable comme un élément central de l'ordre du jour international et a donné la nouvelle impulsion à l'action globale(mondiale) pour

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique

Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique Programme de travail sur le transfert de technologie et la coopération scientifique et technique Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique Programme de travail sur le transfert de technologie

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Projet. Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs

Projet. Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs Projet Coordination des régimes de sécurité sociale dans le cadre de la libre circulation des travailleurs Brève présentation des partenaires des régimes de sécurité sociale pour la Conférence européenne

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE

CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE CASTRIES (STE. LUCIE) DÉCLARATION SUR LA PÊCHE ILLICITE, NON DÉCLARÉE ET NON RÉGLEMENTÉE Nous, États membres du Mécanisme régional de gestion des pêches des Caraïbes, RECONNAISSONS que toute pêche illicite,

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

L état des ressources en terres et en eau pour l alimentation et l agriculture dans le monde

L état des ressources en terres et en eau pour l alimentation et l agriculture dans le monde RAPPORT DE SYNTHÈSE L état des ressources en terres et en eau pour l alimentation et l agriculture dans le monde Gérer les systèmes en danger ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 La 17 e réunion du Réseau des points focaux nationaux du Mouvement SUN s'est tenue du 26 janvier au 2 février

Plus en détail

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle Fiche Technique n 2 Le cycle de projet à la Banque Mondiale Étapes du cycle Stratégie d'assistance au pays La Banque reconnaît que l'assistance fournie dans le passé, y compris par ses propres services,

Plus en détail

Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne

Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne Introduction au programme sécurité alimentaire de la Commission Européenne Note technique Ce document n engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement l opinion de la Commission européenne Réseau

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail