COUR DES COMPTES. Avril 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR DES COMPTES. Avril 2013"

Transcription

1 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Avril 2013 Les faiblesses de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation du rapport de la Cour des comptes. Seul le rapport engage la Cour des comptes. Les réponses des administrations et des organismes concernés figurent à la suite du rapport.

2

3 Sommaire Introduction Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault-Aviation, THALES et DCNS Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Conclusion Recommandations

4

5 Introduction Le rapport examine sur une longue période la protection des intérêts publics de l État dans sa position d actionnaire de référence de la plupart des grands groupes industriels de défense opérant sur le sol français. Le sujet est d actualité : la réduction des budgets militaires occidentaux restreint les débouchés nationaux ; la montée en puissance des industries des pays émergents accroît la concurrence ; les tentatives de concentration industrielle entre entreprises françaises et/ou étrangères sont à l ordre du jour, même si elles se heurtent souvent aux coûts en emplois et en fermetures d établissements qu elles entraînent. L élaboration fin début 2013 d un nouveau Livre blanc sur la défense nationale renforce cette actualité. Le rapport aborde toutes les participations directes ou indirectes, majoritaires ou minoritaires, dès lors qu elles sont d un niveau suffisant pour conférer à l État, seul ou de concert avec des partenaires, des pouvoirs de contrôle significatifs. Dans la pratique, il s agit : - d une part, de trois entreprises industrielles publiques du secteur de l armement : DCNS (constructions navales, groupe détenu à 63,58 % par l État), SNPE (matériaux énergétiques, détenue à 99,99 % par l État), GIAT Industries (armements terrestres, détenue à 100 % par l État) ; - d autre part, de trois groupes industriels privés : Safran (fournisseur de moteurs et de trains d atterrissage pour la composante aéroportée de la force de dissuasion, propulsion des missiles, participation étatique de 30,20 %), THALES (électronique militaire, participation publique indirecte de 27,08 %), EADS (missiles balistiques de la force de dissuasion, hélicoptères, avions militaires, etc. participation publique indirecte de 15 % devant passer à 12 %). Par ailleurs, de façon indirecte, l État est présent dans Dassault-Aviation (avions de combat) à travers EADS, deuxième actionnaire avec 46,32 % du capital, et MBDA (missiles tactiques), également à travers EADS, premier actionnaire à parité avec BAE Systems avec 37,25 % du capital. La Cour aborde successivement : - les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense (chapitre I ) ; - l État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE (chapitre II) ; - la montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault-Aviation, THALES et DCNS (chapitre III) ; - une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS (chapitre IV). 55

6

7 Cour des comptes 1 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense Face à des budgets d équipement des forces sous contrainte, la taille moyenne des groupes français de défense dans le contexte de la concurrence internationale paraît souvent un handicap En termes de budgets de défense, la France se situe au 4 ème rang mondial et occupe, avec 45,7 Md en 2011, une position intermédiaire, comparable à celles du Royaume-Uni (45,4 Md ) et de l Allemagne (34,1 Md ). De leur côté, les États- Unis, malgré une contrainte budgétaire accrue, disposent de moyens sans commune mesure avec ceux de tous les autres pays (540,8 Md ). Enfin, les principaux pays émergents enregistrent une croissance rapide de leurs budgets militaires. Pour les principales puissances militaires européennes, la contrainte budgétaire pèse naturellement sur les dépenses destinées à l équipement des forces, la France y consacrant annuellement des crédits de l ordre de 13 Md, soit un montant du même ordre que le Royaume-Uni, étant observé que de leur côté, les budgets d équipement des forces allemandes connaissent une tendance haussière mais sans crédits consacrés à des forces nucléaires, donc d un niveau relatif plus important en ce qui concerne les armements conventionnels. La réduction des budgets des puissances occidentales et la croissance simultanée de ceux des pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine - BRIC) accroît une tension déjà forte sur les groupes industriels en présence. Cette tension s exerce naturellement de façon particulièrement marquée dans le domaine des exportations, et dans celui de la diversification, qui constituent les deux principales réponses industrielles à l évolution de la conjoncture mondiale en matière de défense. Les huit principaux groupes industriels de défense français présentent une dimension intermédiaire ou modeste au sein des trente premiers mondiaux : EADS (7 ème groupe industriel mondial de défense) et THALES (10 ème ) sont les seuls groupes figurant actuellement dans la liste des dix premiers fournisseurs d équipements militaires à l échelon mondial ; MBDA (13 ème ), DCNS (14 ème ) et Safran (16 ème ) occupent une position moyenne ; GIAT Industries (26 ème ) et Dassault-Aviation (27 ème ) sont relativement de petits groupes face 7

8 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense 8 à leurs principaux concurrents étrangers ; SNPE ne figure pas dans les 50 premières entreprises mondiales de défense. L État participe, directement ou indirectement, au capital de ces huit groupes. En tant qu actionnaire de référence pour six d entre eux, il doit agir en prenant en compte, d une part, l impératif d indépendance nationale en matière d équipement des forces de défense, d autre part, la préservation de ses intérêts patrimoniaux propres (les participations de l État dans des entreprises industrielles de défense représentaient une valeur globale de l ordre de 12,25 Md au 22 octobre 2012), et, enfin, les enjeux en termes d emplois, de commerce extérieur et d aménagement du territoire, compte tenu du poids pour le pays et pour les régions concernées par ces activités. Dans ce contexte, la fonction de l État actionnaire d industries de défense présente de fortes spécificités par rapport aux participations détenues dans le domaine civil Les enjeux sont spécifiques. Le livre blanc de 2003 et le ministère de la défense répartissent les armements en trois catégories : - une première catégorie qu il est impératif de conserver sous maîtrise nationale exclusive cela englobe les activités industrielles indispensables à l indépendance de la dissuasion nucléaire et à la «connaissance/anticipation» (cryptologie gouvernementale, sécurité des systèmes informatiques, etc.) ; - une deuxième catégorie pouvant faire l objet d interdépendances industrielles avec des pays alliés proches c est, par exemple, le cas des programmes d armement menés en coopération avec des partenaires européens ; - la troisième activité d armement concerne les matériels que l on peut acheter «sur étagère» sans risque de dépendance ce peut être le cas d équipements peu sophistiqués, largement disponibles auprès de fournisseurs diversifiés sur le marché mondial. Dans les deux premiers cas, disposer d un contrôle national durable du maintien des activités industrielles concernées sur le territoire français constitue un objectif stratégique. La question du contrôle actionnarial des industries de défense n est pas spécifique à la France. Les principales puissances militaires opérant dans le cadre d économies de marché internationalement ouvertes ont également eu à la résoudre, dans le cadre d une mondialisation croissante de l économie. Pour ce faire, les États-Unis disposent de l amendement Exon-Florio, venu compléter en 1988 le Defense production

9 Les spécificités de l État actionnaire d entreprises industrielles de défense act, qui donne au Président des États- Unis le pouvoir d interdire des acquisitions présumées menacer la «sécurité nationale», qu elles opèrent ou non dans le domaine de l armement, ou de subordonner son autorisation à la nomination de dirigeants américains choisis par le département de la défense (exerçant une fonction de proxy faisant écran entre les actionnaires et les décideurs opérationnels). La force du dispositif Exon-Florio vient de ce que le Président des États- Unis peut librement décider de ce qu il juge «stratégique». Ni la France, ni l Union européenne n ont été, jusqu à présent, en mesure de mettre en place un dispositif de protection non exclusivement réservé à une catégorie très restreinte d équipements relevant de la souveraineté nationale. C est ce qui explique que la présence directe ou indirecte de l État, en position d actionnaire de référence au capital des principales entreprises industrielles de défense opérant sur le territoire national, et dont les activités combinent le plus souvent des productions civiles et militaires étroitement complémentaires, constitue un moyen de protection sans équivalent pour les principales activités industrielles stratégiques pour la défense nationale. L organisation de la réflexion de l actionnaire au sein de l administration n est pas suffisamment coordonnée : elle est aujourd hui principalement menée, depuis 2004, par l Agence des participations de l État (APE) au sein du ministère de l économie, avec le concours de la direction générale de l armement (DGA), qui dépend du ministère de la défense. Conçue à l origine dans une perspective à dominante patrimoniale, visant à valoriser au mieux les participations de l État, la mission de l APE a été réorientée au début de l année 2011, laissant plus de place à la prise en compte d autres intérêts, et notamment ceux de la défense nationale. Au sein de la DGA, le suivi des participations publiques dans les industries de défense est assuré par une direction de la stratégie, chargée de tenir à jour notamment la «base industrielle et technologique de défense» (BITD) de la France. Actuellement, la coordination des positions de l APE et de la DGA concernant les décisions à prendre par l État-actionnaire n est pas toujours assurée, et une meilleure coordination serait souhaitable. 9

10

11 Cour des comptes 2 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE Safran : les résultats initialement escomptés de la fusion Sagem-SNECMA ne se sont pas tous concrétisés, et la maîtrise de l avenir du groupe par l État-actionnaire est désormais limitée Après l ouverture du capital de SNECMA dans le cadre d une introduction en bourse, à l été 2004, le groupe Safran est résulté de la fusion-absorption, début 2005, de SNECMA (moteurs d avions, propulsion spatiale et services associés) par Sagem (électronique de défense et électronique grand public), qui a eu pour conséquence la privatisation de SNECMA, le nouveau groupe s appelant désormais Safran. Si, sur la base des cours de la bourse de l époque, l opération apparaissait patrimonialement équilibrée pour l État en 2005, en revanche, les synergies industrielles entre le motoriste et l électronicien se sont révélées décevantes, et les actifs en provenance de Sagem ne représentent plus, aujourd hui qu environ 10 % de la valeur du groupe, contre un tiers en Par ailleurs, la part de capital qu a conservée l État à l issue de la fusion (30,20 %) avait été fixée en prenant en compte le fait que, escomptant obtenir des droits de vote double deux ans plus tard, l État détiendrait à lui seul la minorité de blocage, avec près de 40 % des droits de vote à l assemblée générale. Ayant omis, en février 2007, de déclarer ce franchissement de seuil à l AMF, l APE s est tardivement aperçue qu elle ne pourrait exercer ses droits, et qu elle pourrait, au maximum, disposer de seulement 29,5 % des voix à l assemblée générale. La récente cession de 3,12 % du capital de Safran ne modifie pas sensiblement la donne. Même s il demeure le premier et seul actionnaire de référence, l État ne dispose désormais que de pouvoirs limités dans Safran, comme l a illustré, en 2012, l opposition de son conseil d administration à une opération d échange d actifs qui devait permettre de restructurer et de rationaliser l industrie française dans les domaines de l optronique (THALES) et de l avionique (Safran). En avril 2011, l État a toutefois obtenu la mise en place d une disposition statutaire visant à limiter la possibilité d une offre publique d achat (OPA) inamicales. 11

12 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE 12 GIAT Industries : après une lourde restructuration, l entreprise paraît assainie depuis 2006, mais son avenir mérite d être clarifié La société GIAT Industries, créée en 1990, a été dotée lors de sa constitution de l'ensemble des moyens industriels (quatorze sites de production) et en personnels (près de personnes) du groupement industriel des armements terrestres (GIAT), jusqu alors géré en régie par la direction des armements terrestres de la délégation générale pour l armement (DGA). La société, qui a commis plusieurs erreurs coûteuses de stratégie et de gestion (fermetures de sites ou réductions d effectifs trop tardives, signature de contrats export à perte, diversifications hasardeuses etc), n'a jamais pu atteindre, jusqu en 2006, le plein emploi de ses moyens : les exercices se soldaient par des pertes financières considérables, provenant aussi bien de l'exploitation que des provisions prises pour financer les plans sociaux successifs. Un plan de redressement «GIAT 2006» a été initié en avril 2003, avec le double objectif d'adapter le format de la société à une forte baisse de l'activité et de restaurer sa compétitivité, par une rationalisation drastique des moyens industriels, ainsi que par une baisse forte des effectifs. Pour la première fois de l histoire de la société, l'exploitation de l'exercice 2005 a été bénéficiaire. Aujourd hui, vingt-trois ans après sa création, GIAT Industries, devenu Nexter dans sa partie hors défaisance fin 2006, semble, avec un effectif d environ personnes, avoir enfin atteint son équilibre et peut désormais envisager des alliances industrielles susceptibles d'assurer son avenir. En ce qui concerne l exercice du contrôle actionnarial, la société étant détenue à 100 % par l État, la Cour a constaté que, dans le cadre d une proposition de prise de participation de 24,03 % dans le capital de MNR group, holding du groupe Manurhin, le 13 février 2012 (souscription à une augmentation de capital de 2 M ), sur les six administrateurs représentant l État, trois avaient voté pour, deux s étaient abstenus et un avait voté contre (les abstentions et l opposition provenaient des trois représentants de l APE, le vote favorable émanait du représentant de la DGA) : le dispositif de concertation interministérielle prévu par le décret n du 31 janvier 2011 n a, en l occurrence, pas fonctionné. Plus généralement, si le plan de charge de GIAT Industries paraît assuré jusqu à 2016, la question se pose pour les années ultérieures, et dépend largement des prolongements de la réflexion actuelle sur le Livre blanc sur la défense nationale et de la future loi de programmation militaire. Actuellement, deux axes majeurs de restructuration industrielle semblent envisageables par l Étatactionnaire :

13 L État unique actionnaire de référence : Safran, GIAT Industries et SNPE - le premier concerne l éventuelle absorption de SNPE par GIAT Industries et vise à assurer un avenir à Eurenco, seule filiale stratégique demeurée dans l orbite de SNPE, dans un cadre français ou européen ; - le second axe de restructuration concerne la recherche d une partenaire français ou allemand pour GIAT Industries. SNPE : les dirigeants de cette entreprise publique, destinée à être vendue par sous-ensembles depuis l accident d AZF de septembre 2001, ont fait durablement obstruction à une restructuration décidée par l État La société nationale des poudres et des explosifs (SNPE) a été créée dès 1971, par apport de poudreries précédemment gérées en régie par le ministère de la défense, et dont le statut antérieur de monopole pour les poudres et explosifs civils et militaires ne pouvait plus être maintenu après l entrée en vigueur du traité de Rome. Jusqu en 2001, la société n a pas connu de problème majeur. Le destin de la société a été bouleversé par l accident survenu le 21 septembre 2001 dans l usine AZF du groupe Total. Quelques années plus tard, il devenait clair que l entreprise devait être vendue par sous-ensembles. Mais dès 1999, l État avait envisagé un rapprochement entre les activités de propulsion solide détenues d une part par, SNPE dans sa filiale SME, d autre part par le groupe SNECMA dans sa filiale SPS. L État était alors actionnaire principal ou unique des deux groupes. Les responsables de SNPE n ont pendant plusieurs années pas accepté la réalisation de cette opération. Il a fallu qu en novembre 2008 l État mette fin aux fonctions du PDG pour qu elle puisse être mise en œuvre. Encore a-t-il fallu attendre 2011 pour que cette consolidation de la filière française de la propulsion solide devienne effective. 13

14

15 Cour des comptes 3 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault : Dassault- Aviation, THALES et DCNS Au cours des trente dernières années, le groupe Dassault-Aviation, un temps contrôlé en majorité par l État, s en est en grande partie éloigné. En revanche, il est progressivement entré, directement ou indirectement, au capital de THALES et de DCNS dans un partenariat limitant singulièrement les marges de manœuvre de l État actionnaire. La perte progressive de tout contrôle actionnarial de l État sur Dassault- Aviation En 1979 : l État est entré au capital de Dassault-Aviation. La Sogepa (société de gestion des participations aéronautiques) avait été créée en 1978 à l initiative du Premier ministre afin d acquérir pour le compte de l État une participation dans le capital de la société des Avions Marcel Dassault (AMD-BA, devenue aujourd hui Dassault-Aviation). En 1981, Dassault-Aviation a été très temporairement nationalisé. En 1981, l État a pris théoriquement le contrôle de la société en montant sa participation à 45,76 % du capital, ce qui, compte tenu de droits de vote double, qui ont été immédiatement contestés par certains partenaires privés du groupe, lui assurait en principe une majorité en voix de 54,72 %. Dès cette période, des conventions orales, adoptées au moment de la signature d un protocole le 8 octobre 1981, ont organisé une autolimitation du pouvoir du secteur public. Rapidement, l État est passé, sans contrepartie visible, en-dessous de la barre des 50 % en voix En 1996, une tentative de fusion Aérospatiale/Dassault-Aviation voulue par l État a échoué. En 1996, le gouvernement a souhaité la fusion de Dassault-Aviation et d Aérospatiale, le holding familial Dassault (GIMD) devenant actionnaire minoritaire d Aérospatiale. Ce projet n a pas été mis en œuvre, la dissolution de l Assemblée nationale et les élections législatives intervenant quelques semaines plus tard. En 1998, un transfert des participations publiques dans Dassault- Aviation a été effectué au profit d Aérospatiale puis du groupe Lagardère, puis d EADS. Début 1998, le gouvernement a procédé au transfert 1515

16 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault 16 au groupe Aérospatiale de l ensemble des participations publiques dans Dassault-Aviation (soit 45,76 % du capital). Un décret autorisant la cession d Aérospatiale à Matra Hautes Technologies (MHT), filiale du groupe Lagardère a été pris début Aujourd hui, l ancienne participation publique dans Dassault-Aviation est directement détenue par la société holding de droit néerlandais EADS NV, qui n exerce de facto aucun contrôle actionnarial. Le producteur de l'avion Rafale a désormais pour principal actionnaire minoritaire EADS, co-producteur du principal concurrent de ce dernier, l'avion Eurofighter. En 2008 l État a décidé de partager le contrôle actionnarial de THALES avec Dassault-Aviation. En mai 2008, Alcatel-Lucent a manifesté son intention de céder la participation de 20,9 % dans THALES qu il détenait depuis la privatisation de Thomson- CSF. L Agence des participations de l État (APE) et la délégation générale pour l armement (DGA) avaient envisagé conjointement divers scénarios, et concluaient, sur la base d analyses approfondies que, par rapport aux autres solutions possibles, la substitution de Dassault-Aviation à Alcatel constituait, techniquement, la moins bonne option. Sans suivre la recommandation des services compétents, les pouvoirs publics ont retenu la solution de cession des parts d Alcatel à Dassault. Le dispositif retenu a consisté, d une part, à obtenir de Dassault- Aviation la signature d une convention d adhésion par laquelle il se substituerait à Alcatel-Lucent au sein du pacte d actionnaires existant entre cette dernière et l État, et, d autre part, à prolonger une convention sur la protection des intérêts stratégiques nationaux dans THALES. En marge du pacte d actionnaires, Dassault-Aviation a renoncé à son droit de veto, d une part, en cas d exercice d une option de montée au capital à hauteur de 35 % que DCNS détenait depuis 2007, option effectivement levée par THALES début 2012, d autre part, pour un échange d actifs avec Safran, souhaité par l État, concernant les activités optroniques, la navigation inertielle, la génération électrique, et le domaine des systèmes et équipements de missiles. En termes de participations au capital et de pourcentage des droits de vote, et du fait de divers mouvements ( notamment, l obtention de droits de vote double par Dassault-Aviation en juin 2012), la position de l État et de ses partenaires a évolué comme suit depuis 1998 :

17 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault Tableau : parts respectives des partenaires du pacte au capital de THALES Pacte Actionnaires % captital THALES % droits de vote Secteur Public 46,94 46, Alcatel 16,36 16,36 Dassault-industrie 6,00 6, Secteur Public 31,26 42,97 Alcatel-Lucent (2) 9,46 13,00 Secteur Public 26,51 41,67 Dassault-aviation 25,93 20,39 Secteur Public 27,08 36,86 Dassault-aviation 25,96 29,68 Source: Agence des participations de l État (APE) L équilibre du contrôle actionnarial de THALES a donc progressivement évolué au détriment de l État, et ne repose plus aujourd hui que sur la détention d une minorité de blocage au profit du secteur public en droits de vote, et l impossibilité pour Dassault-Aviation de dépasser le secteur public en termes de participation au capital, et/ou de dépasser le niveau de 30 % en droits de vote, sans avoir à proposer une OPA sur l ensemble de THALES. Dans ce cadre, alors qu Alcatel avait adopté un profil de partenaire dormant, Dassault-Aviation estime que «l État [ ] doit composer avec les autres actionnaires et ne peut plus décider de tout, et ce tout seul». La maîtrise de la gouvernance et de la stratégie industrielle de défense du groupe THALES 17 17

18 La montée progressive du contrôle actionnarial exercé par le groupe privé Dassault échappent de ce fait largement au premier actionnaire que demeure l État. Et l on constate effectivement que : - concernant la montée de THALES de 25 à 35 % au capital de DCNS en 2012, Dassault-Aviation, tout en respectant son engagement de ne pas s y opposer, a publiquement exprimé ses doutes sur la validité de la stratégie de l État consistant à souhaiter une montée de THALES à hauteur de 35 % de DCNS, sans lui garantir en contrepartie la perspective d en acquérir la majorité absolue ; - concernant le projet d échange d actifs optronique/avionique souhaité par l État entre THALES et Safran, Dassault-Aviation indique avoir soutenu le management de THALES dans son refus de céder à Safran son activité calculateurs. La décision de substituer Dassault- Aviation à Alcatel Lucent a ainsi, en fin de compte, contrarié la volonté l État sur un point de stratégie industrielle de défense qu il jugeait majeur. De 2007 à 2012, THALES prend une part croissante dans le contrôle de DCNS. En termes de maîtrise de la gouvernance et de la stratégie industrielle du groupe DCNS, la composition des organes sociaux implique désormais, pour les principales décisions de stratégie industrielle de défense notamment, un accord avec THALES et donc, dans le respect des dispositions du pacte d actionnaires, avec Dassault-Aviation. Néanmoins, la question d une évolution ultérieure de la composition du capital de DCNS ne se pose pas actuellement de façon urgente : la principale perspective de restructuration industrielle, dans le secteur de l armement naval, consisterait en une ouverture à un partenaire européen. 1818

19 Cour des comptes 4 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Le dispositif de contrôle d EADS repose, dès le départ, sur un partenariat d actionnaires poursuivant des stratégies hétérogènes, voire concurrentes Les conditions initiales de l apport d Aérospatiale à Matra-Hautes Technologies (MHT), appartenant au groupe Lagardère, puis la fusion de l ensemble avec l allemand DASA et l espagnol CASA, pour créer EADS étaient en elles-mêmes peu favorables à la préservation des intérêts patrimoniaux de l État, la France étant en position de demandeur vis-à-vis de ses principaux partenaires. Dans le cadre des transactions sur les parités, Aérospatiale n a valu que deux fois Matra Hautes Technologies (MHT), et quelques mois plus tard, Aérospatiale-MHT n a valu qu une fois DASA (parité politique exigée par la partie allemande). Ces parités ne reflétaient certainement pas la valeur des apports industriels respectifs, au détriment d'aérospatiale. Mais, en dehors des doutes que la Cour a pu exprimer sur la force relative des positions de négociations des parties, les termes de l échange, lors de la constitution d EADS, ont souffert du fait de la faiblesse structurelle des fonds propres du côté d Aérospatiale, notamment lorsqu on la comparait à la trésorerie importante dont disposait à l époque DASA. Le dispositif de contrôle actionnarial qui a résulté de ces négociations, dont la situation fin 2012 est schématisée ci-après, s est rapidement révélé inadapté, et a nécessité divers aménagements, notamment en 2007, puis plus récemment, fin 2012/début 2013 : 19

20 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Schéma - pactes d actionnaires - EADS Source: Agence des participations de l État (APE) 20 Divers pactes et accords organisaient le concert d actionnaires contrôlant EADS fin 2012, contenant notamment des dispositions relatives : - à la composition du conseil d administration d EADS ; - aux restrictions affectant le transfert des actions EADS, ainsi que les droits de préemption et de sortie conjointe de Daimler (actionnaire de DASA), Sogeade (holding réunissant l État et le groupe Lagardère), Lagardère, et l État (à travers Sogepa) ; - à des droits spécifiques de l État français (permettant un minimum de contrôle indirect sur certaines décisions stratégiques) ; - à la restriction des droits de l État français, notamment la limitation de sa participation à 15 % du capital, et à l impossibilité pour les partenaires français de désigner un fonctionnaire en exercice au conseil d administration d EADS, etc. La volonté de Daimler, réaffirmée lors de la réforme de la gouvernance de 2007 (accords dits Apple), avait été de doter cette société d une gouvernance aussi proche que possible de celle de toute autre société cotée sur plusieurs places européennes et au flottant important, et en particulier de la mettre à l abri de toute influence d actionnaires publics. On peut, a posteriori, regretter que ces conditions n aient pas été mieux subordonnées, lors des négociations initiales, à un engagement de stabilité, au capital du nouveau groupe, des partenaires industriels privés ayant exigé de telles restrictions.

21 Une entreprise sous contrôle public pluri-national : EADS Le désengagement des partenaires industriels a rapidement montré les faiblesses du dispositif actionnarial mis en place En 2006, les groupes Lagardère et Daimler, alors que le niveau des actions EADS était au plus haut, avaient simultanément entamé leur sortie de ce groupe. Ce dernier devait, peu de temps après, faire face à de fortes turbulences, s accompagnant d une crise de gouvernance liée au doublonnement francoallemand des responsabilités aux différents échelons de la hiérarchie supérieure du management, mis en place lors de la fusion. Dans le cadre des accords Apple de 2007, visant à résoudre les problèmes de gouvernance et à permettre à Daimler de céder à des investisseurs institutionnels, via un véhicule de portage «Dedalus», un deuxième bloc de titres, sans déséquilibrer la parité actionnariale entre la France et l Allemagne, un droit de préemption sur ces actions a été octroyé à l État allemand, bien qu il ne fût pas actionnaire d EADS. Daimler décidant de céder un nouveau bloc d actions d EADS, avant fin décembre 2012, l État allemand, qui n était toujours pas actionnaire d EADS, a indiqué son souhait de se porter acquéreur, via la banque publi-que d investissement Kreditanstalt für Wierderaufbau (KfW), avant fin 2012, du bloc de titres détenu par les partenaires allemands du pacte. L État allemand envisageait alors de reproduire, côté allemand, le modèle d organisation retenu du côté français entre l État et Lagardère. Du côté français l annonce de Lagardère de poursuivre son désengagement risquait de fragiliser la position de l État au sein du pacte franco-germanoespagnol : fin 2012, Sogeade était toujours détenue indirectement à 66 % par l État, et directement à 33 % par Lagardère SCA, mais diverses clauses aboutissaient à laisser entre les mains du groupe privé l essentiel des prérogatives de participation au conseil d administration d EADS, voire, depuis les accords Apple, à les accroître. Or les capitaux respectivement engagés par M. Arnaud Lagardère et l État français dans EADS étaient disproportionnés. Depuis 2006, l État continuait à supporter intégralement la participation publique de 15 %, alors que la part du groupe Lagardère n était plus, de 2006 à fin 2012, supportée qu à hauteur de 7,5 % par Désirade ; Désirade était détenue par Lagardère SCA, dont M. Arnaud Lagardère ne détient que 9,62 % du capital, le principal actionnaire étant la Qatar Investment Authority, qui contrôle 12,83 % du capital. Par équivalence, les capitaux propres de M. Arnaud Lagardère n étaient donc engagés, fin 2012, qu à hauteur de 0,72 % dans EADS. En outre, cet engagement était «porté», au 31 décembre 2011, par une trésorerie nette du groupe Lagardère 2121

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti

Etude réalisée sous la direction de Jean-Pierre Maulny Chercheurs : Sylvie Matelly & Fabio Liberti Analyse comparée des planifications capacitaires par pays de l Union européenne et perspectives pour des orientations communes dans le cadre de la PESD et impact sur les programmations nationales Etude

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Publicité préalable à la décision de transfert d Euronext Paris sur Alternext APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU TRANSFERT DE LA COTATION DES TITRES DE LA SOCIETE PISCINES DESJOYAUX SA D

Plus en détail

Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise

Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise Les grandes étapes du cadre législatif restreignant ou autorisant la création de filiales au sein de l entreprise Lors de son avènement en 1938, et bien qu elle ait hérité des anciens réseaux (compagnies

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PARIS LA DÉFENSE, LE 4 JUIN 2013 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS autorisé par l Assemblée Générale Mixte du 30 mai 2013 1. CADRE JURIDIQUE En application des articles L. 225-209 et suivants

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION 1 I - INTRODUCTION 2 AURIGA PARTNERS est une société de gestion de portefeuille pour compte de tiers agréée par la Commission

Plus en détail

L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 :

L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 : L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 : Neuilly-sur-Seine, le 14 mai 2007 des revenus en croissance de 7% à 2,2 milliards o intégrant les activités Transport et Sécurité apportées par Alcatel-Lucent,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général

Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général Résultats annuels 2014 Conférence de presse du 11 mars 2015 Éric Trappier, Président-Directeur Général Événement significatif postérieur à la clôture : RAFALE Égypte Signature le 16 février 2015 avec l

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-91 du 27 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par ACE Management d activités de tests de systèmes électroniques embarqués pour l aéronautique d Airbus

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Fiche technique 2 LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Références : Articles L. 6133-7 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-12 et suivants du CSP. Une innovation majeure

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international. 31 janvier 2011

Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international. 31 janvier 2011 Lagardère SCA a reçu une offre de rachat ferme pour ses activités de magazines à l international 31 janvier 2011 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées.

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. Aucune demande d adhésion ne sera prise en compte par téléphone, fax, courrier

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

Politique. de vote par procuration

Politique. de vote par procuration de vote par procuration Date de création : décembre 2009 Dernière mise à jour : avril 2014 Politique Exercer son droit de vote est l un des droits les plus précieux de l actionnaire, et avec ce droit vient

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015 PRESENTATION GENERALE Juin 2015 Table des matières 1. UN CONSEIL DEDIE POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOS OPERATIONS DE HAUT DE BILAN 2. LES DIFFERENTES PRESTATIONS DE SERVICE 3. LES ACCREDITATIONS DE MJE

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 o Au 30 septembre 2007, revenus en hausse de 19 %, à 8,2 milliards contre 6,9 milliards pour les neuf premiers mois de 2006, reflétant l intégration des activités

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE

OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE OFFICE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE (ODARC) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE CORSE Exercices 2005 à 2010 La chambre régionale des comptes de Corse

Plus en détail

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

PALATINE ASSET MANAGEMENT

PALATINE ASSET MANAGEMENT 20 février 2015 PALATINE ASSET MANAGEMENT Rapport sur l exercice des droits de vote en 2014 I. Introduction : En vertu de l article L 533-22 du Code Monétaire et Financier, les Sociétés de Gestion de Portefeuille

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex R.C.S. NANTERRE B 331 408 336 NOTE d INFORMATION ETABLIE SUITE A LA

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Bernard Loiseau SA Saulieu le 24 mai 2011 Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Approbation par l Assemblée générale mixte

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail